Vous êtes sur la page 1sur 6

8.

5 Les murs coupe-feu


en béton
bâtiments d’activité de commerce et de stockage

Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l’Ain. Un mur séparatif


coupe-feu aurait permis l’arrêt de la propagation du feu.

Une des règles fondamentales de la sécurité incen- soumis aux conditions d’essais satisfont aux critères
die consiste à préserver la vie humaine en favori- requis (arrêté du 3 août 1999 relatif à la résistance
sant l’évacuation des personnes. Pour permettre au feu des produits, éléments de constructions et
cela dans les meilleures conditions et préserver au ouvrages). La détermination du degré de résistance
maximum l’ouvrage, il faut adopter des dispositions au feu peut également être effectuée par le calcul
constructives destinées à limiter la propagation du sur la base des règles données par la norme
feu. Dans l’éventail des solutions les murs sépa- P 92-701 (DTU feu béton) et l’Eurocode 2 DAN par-
ratifs coupe-feu en béton apparaissent comme tie 1-2 (depuis juillet 1997).
une évidence, car ils constituent de véritables
barrières infranchissables aux flammes et aux gaz. ■ Règles propres aux bâtiments
industriels et entrepôts
Comportement au feu des ouvrages
En plus des règles générales, les bâtiments indus-
triels et entrepôts sont soumis au respect des dispo-
■ Résistance et réaction sitions du code du travail, de la réglementation sur
les installations classées (rubrique 1510) et de la
La connaissance du potentiel calorifique et du com- réglementation relative aux établissements recevant
portement au feu des matériaux et éléments de du public (ERP) de type M. Ainsi, le code du travail
construction permet d'élaborer une protection contre impose que les bâtiments assujettis soient séparés
le feu. Le comportement au feu des ouvrages et du des tiers contigus par des murs de degrés coupe-
béton est développé au chapitre 9 paragraphe 9.3 feu 1 heure au minimum, de 2 heures pour les par-
du recueil des fiches techniques Cimbéton. kings, de 3 heures pour les ERP, les ICPE, les
parkings de plus de 250 véhicules contigus à un
■ Règles générales IGH ou une ICPE, de 4 heures pour un IGH.
Pour les constructions entrant dans le champ d’ap-
En France, le code de la construction et de l’habita- plication de la réglementation relative aux ERP,
tion (CCH article R 121-1 à 121-13) fixe les critères magasins de type M, les réserves des magasins
que doivent respecter les matériaux et les éléments doivent être séparées des locaux de vente par des
de construction du point de vue de leur comporte- murs de degré coupe-feu 2 heures. Dans le cas
ment au feu. La résistance et la réaction au feu sont des bâtiments soumis à la réglementation des
définies selon deux arrêtés du Ministère de l’Inté- installations classées (ICPE), l’implantation de
rieur (03/08/99 et 30/06/83). Les murs coupe-feu l’édifice conditionne le degré de résistance au feu
font appel à la notion de résistance au feu relative des murs de façade l’isolant d’un tiers. Ainsi,
aux éléments de construction. Les éléments de un bâtiment accolé à un tiers doit avoir un mur de
construction sont classés par les laboratoires offi- degré coupe-feu 4 heures. Les compartiments
ciels (CSTB, etc.). Ce classement est effectué en sont séparés par des murs de degré coupe-feu
fonction des durées pendant lesquelles les éléments 2 heures.

199
■ Apport du béton à l’efficacité du mur 7m 7m
coupe-feu 0,7 m

La nécessité des murs coupe-feu est une évidence.


Leur présence permet de lutter contre la propaga-
tion et le développement de l’incendie. Du fait de
MSCF
ses performances, le béton est un matériau qui pré-
sente toutes les qualités pour réaliser des murs 0,7 m
coupe-feu efficaces répondant aux exigences des
réglementations en vigueur applicables aux bâti-
ments industriels et entrepôts. Le béton est un
matériau pérenne et sûr. Sa résistance au feu est
particulièrement bonne.
Pendant un incendie, la ruine brutale d’un bâtiment MSCF
peut provoquer des accidents lors de l’évacuation
≥7m
des personnels ou de l’intervention des sauveteurs.
La présence de murs coupe-feu en béton et d’une H – h ≤ 15 m
structure en béton permet aux services de secours 0,7 m
d’effectuer les opérations de lutte en toute sécurité h H
sans craindre d’effondrement. De plus comme dans
ce cas, l’incendie ne peut pas provoquer l’effondre-
ment de l’ouvrage et sa ruine brutale, la responsabi- MSCF
lité pénale du chef d’entreprise ne peut pas être
≥ 15 m
invoquée et engagée. Les murs coupe-feu en béton
comme les structures en béton sont dans la majorité
des cas facilement réparables après un incendie, ce
qui favorise la remise en service du bâtiment et la H – h > 15 m
reprise de l’activité dans les meilleurs délais. Au regard
0,7 m
des assurances, l’emploi du béton permet d’obtenir
des réductions des primes d’assurance du fait de h H
son caractère coupe-feu naturel. Ainsi par exemple,
les murs coupe-feu en béton répondent sans aucune
difficulté aux règles de l’APSAD (R15) en la matière. MSCF

Mur séparatif coupe-feu (MSCF) selon la règle R15 – dépassement en


Règles constructives relatives toiture.
aux murs coupe-feu en béton
Dans le cadre de cette règle, la définition des murs
Règles générales séparatifs coupe-feu précise que ce sont des
ouvrages destinés à séparer deux bâtiment ou deux
Les murs coupe-feu doivent respecter les règles de parties d’une même construction, de telle sorte que
calcul des structures en béton énoncées dans le tout incendie se déclarant d’un côté du mur sépara-
fascicule 62 du BAEL BPEL 91 – Eurocode 2, la tif coupe-feu ne puisse pas se propager de l’autre
norme P 92-701 (DTU feu béton) et le DAN de l’EC2. côté. Et un mur séparatif coupe-feu doit pouvoir
L’action du vent est prise en compte dans les calculs assumer sa fonction en se suffisant à lui-même.
au feu, le mur séparant deux compartiments doit en
effet rester mécaniquement stable. La structure doit
être conçue de façon à ce que l’effondrement d’une
des parties du bâtiment séparées par le mur coupe-
feu n’entraîne pas la ruine du dit mur et la propaga-
tion du feu vers un autre compartiment. Les poteaux
de structure en béton présentent un degré de stabi-
lité au feu de 4 heures ou 2 heures selon le besoin.
Dans le cas d’un mur séparatif coupe-feu réalisé à
partir d’un remplissage entre poteaux en béton, les
éléments de remplissage doivent être des panneaux
préfabriqués en béton, des panneaux préfabriqués
en béton cellulaire, des blocs de béton. Les joints de Poutre cimaise.
dilatation sont obligatoirement constitués de pro-
duits ignifuges. De façon générale, le mur séparatif
coupe-feu doit dépasser de 50 cm au minimum sur 20 cm Panne
les côtés du bâtiment. Son degré de résistance au
feu (poteaux et mur) est de 4 heures.
125 cm

Règles complémentaires propres aux assurances


L’APSAD (Assemblée plénière des sociétés d’assu-
rance dommage) distingue les installations à risques
séparés par des dispositions constructives permet-
50 cm

tant de s’opposer au feu et préservant ainsi les


biens et l’outil économique. L’APSAD définit donc un La hauteur totale est de 175 cm
ensemble de règles de construction dont le respect 50 cm
permet de bénéficier de réductions de primes. La
règle de construction R 15 de l’APSAD porte sur les Poutre coupe-feu permettant le respect de la règle R 15
murs séparatifs coupe-feu. et du dépassement en toiture

200
Pour répondre aux exigences de l’APSAD par rap- ■ Les murs séparatifs coupe-feu
port à son comportement au feu, un mur séparatif en blocs de béton traditionnel
coupe-feu doit être construit avec des matériaux
classés incombustibles (M0) selon les norme habi- Dans ce type de solution technique, le mur séparatif
tuelles et présenter un degré coupe-feu d’au moins coupe-feu peut être constitué d’une maçonnerie por-
4 heures quelle que soit la face du mur exposée au teuse ou autoporteuse (remplissage), associée ou
feu. A cela s’ajoute l’obligation de respecter les dis- non à la structure. Lorsqu’il s’agit par exemple d’un
positions constructives relatives aux élancements panneau de remplissage inséré entre poteaux et
entre chaînages horizontaux des matériaux (infé- poutres, la maçonnerie doit être montée sur bande
rieur ou égal à 35). Les murs en béton sont soumis résiliente afin de permettre sa libre dilatation.
au respect de la norme P 92-701 (DTU feu béton). Le dimensionnement et la mise en œuvre des élé-
De plus, les murs séparatifs coupe-feu doivent d’une ments constitutifs du mur se font conformément aux
part résister mécaniquement aux chocs ainsi qu’à règles de la norme P 10-202 (DTU 20.1). L’élance-
l’action de l’eau des lances d’incendie et d’autre part ment géométrique des maçonneries (hauteur/épais-
prendre en compte l’action du vent en cas d’effon- seur) est en général limité à 20 (30 dans le cas d’un
drement d’un compartiment suite à un incendie. mur de remplissage, avec une hauteur ne pouvant
Du point de vue de sa configuration, les règles dépasser 4,5 m).
constructives de l’APSAD précisent que le mur
séparatif coupe-feu est vertical de la base au faîte et
non porteur (donc autostable), à l’exception de dis-
positions particulières (corbeaux, appuis glissants,
respect des dilatations, etc.). Le mur doit obligatoire-
ment dépasser de la toiture d’au moins 0,70 m et
déborder sur les côtés de 0,50 m par rapport au nu

4,5 m
extérieur de la façade. feutre résilient

4,5 m

20 à 30 m
selon région

Chaînage et poutre d’assise limité en déformation

Transfert de charge sur maçonnerie


selon déformation du feutre

Respect de l’élancement mécanique des murs.

Exemple de porte coupe-feu. Chaînages


Dans le cas où des passages de communication Pour les murs porteurs, un chaînage horizontal
sont présents dans un mur séparatif coupe-feu, les continu en béton armé doit ceinturer la construction
ouvertures doivent être équipées de portes doubles à chaque plancher ainsi qu’en couronnement. Il doit
coupe-feu 1 h 30 et pare flammes 2 h selon la règle également relier les façades aux refends. La pré-
R 16 de l’APSAD. Les câbles électriques et les sence d’un chaînage vertical est obligatoire à
canalisations doivent impérativement passer sous le chaque angle de maçonnerie, dans la hauteur du
mur séparatif coupe-feu. Le passage de conduits de dernier étage, quand le dernier plancher est en
ventilation ou de climatisation à travers un mur béton armé ou précontraint.
séparatif coupe-feu n’est pas admis. Le passage de En ce qui concerne les murs de remplissage, la fonc-
convoyeurs ou de bandes transporteuses doit faire tion de chaînage est normalement assurée par l’os-
l’objet d’une étude spécifique. sature.

Exemples de solutions techniques Tenue au feu des blocs de béton


Le tableau de la page suivante donne, pour des
Le béton et les composants en béton offrent un maçonneries non enduites, les différents degrés de
large éventail de solutions techniques performantes résistance au feu des blocs de béton en fonction de
et économiques pour réaliser des murs séparatifs leur type et de leurs dimensions. Ces durées sont
coupe-feu. Parmi les solutions les plus souvent utili- déterminées expérimentalement lors d’essais effec-
sées pour les bâtiments d’industries et de com- tués par la station feu du CSTB, selon les disposi-
merce on peut citer : tions de l’arrêté du 3 août 1999. Le CERIB est
détenteur des procès-verbaux de ces essais.

201
LA TENUE AU FEU DES BLOCS APRÈS ESSAIS

Dimensions Type de bloc N° du PV Référence Date limite Degré Degré Degré Classe Utilisation
des blocs d’essai de reconduction de validité CF PF SF de résistance

CSTB SF.DE.97.0477 12/05/2002


10 x 20 x 50 plein 1H30 6H – B80
92.33345
cloison
CSTB 20/06/2004
10 x 20 x 50 creux – 1/2 H 1H – B40
RS 99.050

CSTB SF.DE.98.0208 20/10/2003


20 x 20 x 40 plein 6H 6H 6H B160
93.35280

CSTB SF.TE.97.0275 5/03/2002


15 x 20 x 50 perforé 3H 6H 6H B80
86.24014

CSTB SF.TE.97.0274 23/03/2002


17,5 x 20 x 50 perforé 4H 6H 6H B80
86.24013

CSTB SF.TE.95.948 29/11/2000


20 x 25 x 50 perforé 3H 6H 6H B80
90.30453

CSTB 06/2002
20 x 20 x 50 perforé – 6H 6H 6H B120
97.023

Creux mur porteur


15 x 20 x 50 1 rangée CSTB
SF.TE.96.0240 25/02/2001 1H30 3H 4H B40
d’alvéoles 85.2276

Creux
15 x 20 x 50 2 rangées CSTB
SF.TE.95.421 7/05/2000 2H 6H 6H B40
d’alvéoles 85.22030

Creux
20 x 20 x 50 2 rangées CSTB
SF.TE.95.560 19/06/2000 3H 6H 6H B40
d’alvéoles 85.22031

Creux
CSTB SF.TE.
20 x 20 x 50 à 14/08/2001 2H 6H 6H B40
91.31532 96.0849
emboîtement (1)

1. Avec joint vertical central rempli.


Remarque sur la réaction au feu : les matériaux « béton et mortiers de ciments et de chaux » sont classés a priori, sans essai, MO.

joint de diltation coupe-feu


joint de joint joint de
Joints de dilatation dilatation diapason dilatation

Des joints de dilatation et de retrait sont néces-


saires dans les maçonneries de grande surface. 20 m maximun
voir
Lorsqu’il s’agit de murs porteurs, la distance entre détail
deux joints successifs, ou entre l’extrémité du bâti-
ment et le premier joint est la suivante :
– 20 m dans les régions sèches ou à forte opposi- planchers
intermédiaires
tion de température ;
– 35 m dans les régions humides et tempérées.
Dans les cas d’un mur constitué en maçonnerie de
remplissage, la distance va de : profilé extérieur
de finition
– 20 à 35 m dans les régions sèches ou à forte
opposition de température ;
– 30 à 35 m dans les régions humides et tempé-
rées.
Selon la résistance de la toiture, des joints « diapa- joint
son » doivent être mis en œuvre entre deux joints coupe-feu
de dilatation.

202
■ Les murs séparatifs coupe-feu
en blocs de béton cellulaire
Les blocs utilisés présentent une longueur de
62,5 cm, une hauteur de 25 cm et leur épaisseur
peut varier de 15 à 37,5 cm. Ce type de mur peut
être autoporteur (remplissage) ou porteur. En
matière de résistance au feu il est coupe-feu 4 h.
Principe de dimensionnement
Pour les murs autoporteurs (remplissage) les
dimensions varient suivant la position (mur intérieur
ou mur extérieur), les dispositions d’appuis, l’effort
du vent appliqué sur le mur. Bâtiment de stockage, mur coupe-feu 4 heures.
Ainsi par exemple un mur intérieur avec des chaî-
nages et raidisseurs, soumis à une pression du vent ■ Les murs séparatifs coupe-feu
égale à 0,3 kN/m2 aura les dimensions suivantes : constitués de poteaux béton et panneaux
Hauteur : < 25 fois l’épaisseur des blocs
en blocs de béton cellulaire armé
Longueur : < 40 fois l’épaisseur des blocs
A titre d’exemple, un mur de ce type constitué de
blocs béton cellulaire poteaux en béton de 45 × 45 cm et de panneaux
pose entre ossature béton armé de 600 × 60 × 15 cm (posé devant ou entre les
Laine minérale
poteaux) présente un degré coupe-feu de 4 heures.
Il faut aussi noter que le PV du CSTB n° 87-25851
Bloc de chaînage en date du 11/07/95 précise : « qu’un mur expéri-
mental en éléments de béton cellulaire armé de
Mortier ciment
15 cm d’épaisseur présentant une masse volumique
nominale de 450 kg/m3, monté à joints souples,
détermine un degré coupe-feu de 4 heures ».
En fonction de l’épaisseur du mur la hauteur limite
du mur est :
Ossature
Épaisseur du mur 15 cm - H = 17 m
Pose devant
en béton armé poteau béton Épaisseur du mur 20 cm - H = 22 m
Blocs
Épaisseur du mur 25 cm - H = 28 m

Mur coupe-feu en blocs de béton cellulaire.


0m
6,0 mum
xi
ma

75 cm
Longrine béton

Encadrement

Ossature Encadrement
en béton béton

Joint feu entre Variante entre


chaque panneau poteau béton armé
Entrepôts EPI, mur coupe-feu 4 heures.
Mur séparatif coupe-feu en panneaux de béton cellulaire entre poteaux
béton. Les ouvertures sont équipées de portes coupe-feu (règles R 16).

Pour les murs porteurs – norme P 10-202 (DTU ■ Les murs séparatifs coupe-feu
20.1) – le principe de dimensionnement est le sui- en éléments préfabriqués en béton
vant :
Hauteur : < 15 fois l’épaisseur des blocs Ces murs sont constitués avec des panneaux pré-
fabriqués en béton armé ou précontraints qui peu-
Longueur droite maximale des murs : < 40 fois
vent être associé ou non à une structure poteaux-
l’épaisseur des blocs
poutres en béton. Les éléments de parois les plus
Contrainte de compression : < 0,35 MPa couramment utilisés sont les panneaux pleins, les
panneaux nervurés, les panneaux sandwich. Ils
peuvent être porteurs, autoporteurs, portés par la

203
structure ou suspendus à la structure. Les panneaux La tenue au feu de murs à base de panneaux sand-
sont assemblés entre eux et à la structure par joints wiches nécessite une étude thermique particulière
de mortier continus, liaisons bétonnées ponctuelles permettant de déterminer la répartition des tempé-
ou continues avec ou sans armatures en attente, ratures à l’intérieur de l’élément. Leur degré coupe-
liaisons mécaniques boulonnées, brochées ou sou- feu varie d’une demi-heure à 2 heures.
dées. Dans le cas de liaisons ponctuelles, des joints
coupe-feu doivent être installés entre chaque élé-
ment. Les caractéristiques et la mise en œuvre des
éléments en béton préfabriqué sont définies dans la
norme P 10-210 (DTU 22.1) et les prescriptions
techniques des procédés de murs ou de gros-
œuvre. Le guide CIMBÉTON « Architecture :
construire en béton préfabriqué » (référence B 62)
fournit un ensemble d’informations sur l’emploi de
ce type d’éléments.
En première approximation, le degré coupe-feu d’un
mur composé avec des panneaux pleins préfabri-
qués en béton peut se déduire des règles simpli-
fiées, issues de la norme P 92-701 (DTU feu béton),
exprimées dans le tableau suivant. Ces règles Laboratoire UPSA, les façades sont coupe-feu 2 heures.
concernent des murs dont l’élancement mécanique
est au plus égal à 50 et sont valables pour un mur
exposé au feu sur un ou deux côtés. ■ Autres types de murs séparatifs
coupe-feu en béton
Degré
1/2 h 1 h 1 h 30 2h 3h 4h Murs séparatifs coupe-feu
CF
Murs Épaisseur en béton coulé en place
10 11 12 15 20 25 Le béton coulé en place peut tout à fait être utilisé
porteurs cm
pour réaliser des murs séparatifs coupe-feu. La mise
Murs en œuvre de ces ouvrages doit répondre aux règles
Épaisseur
non 6 7 9 11 15 17,5 et au code de calcul les concernant (DTU 23.1, la
cm
porteurs norme P 92-701 (DTU feu béton), fascicule 62 du
CCTG).
Murs séparatifs coupe-feu constitués
Ancre de de panneaux verticaux en dalles alvéolées
levage
en béton précontraint.
Isolant
Longueur 4 à 10 cm Les panneaux en dalles alvéolées précontraintes
maximum : 6 m peuvent permettre de réaliser des murs séparatifs
coupe-feu. Il faut pour cela adapter l’épaisseur d’en-
robage des câbles de précontrainte en fonction du
degré coupe-feu requis. Des joints coupe-feu doi-
rail de Hauteur : vent obligatoirement être mis en œuvre entre
fixation 14 m
6 cm maximum chaque panneau.
minimum
10 cm
minimum
extérieur intérieur

Panneaux sandwiches
à voiles solidaires. Largeur : 2,5 m
Panneau coupe-feu de façade
pour bâtiment industriel.

Voile extérieur Voile de Épingle de liaison


librement dilatable béton intérieur Linteau ancrage
Trumeau 30 cm mini.
30 cm mini.
Entrepôts CGM, façades à base
Hauteur de murs en dalle alvéolées.
d'étage
Ancrage
inox

Non porteur :
Pour consulter
9 cm minimum
axim
um le chapitre suivant,
porteur : 7mm
12 cm minimum cliquer ici.
7 cm Isolant Allège
minimum 4 à 10 cm 10 cm mini.

Panneaux sandwiches à voile extérieur librement dilatable. RETOUR AU SOMMAIRE

204

Vous aimerez peut-être aussi