Vous êtes sur la page 1sur 98

PFE ENIT

‫ﺔﻌﻣﺎﺠ ﺲﻧﻭﺗ ﺭﺎﻧﻣﻟﺍ‬


Université de Tunis El Manar

Département de Génie Civil

Projet de Fin d’Etudes


Présenté par

Ahmed CHARFI
Hosni JAIDI

Pour obtenir le

Diplôme National d’Ingénieur en Génie Civil


Ouvrage d’art de type passage supérieur à Ezzahra lycée
Rapport principal

Sujet proposé par : INGECOTEC

Date de Soutenance: 29 Juin 2011

Devant le Jury :

Président : Mr Walid MARRAKCHI

Rapporteur : Mr Jamel NEJI

Mr Othmen BEN MEKKI


Encadreur(s) ENIT :
Mr Sadok MAATOUG

Encadreur INGECOTEC : Mr Samir CHARFI

Année universitaire: 2010 - 2011


PFE ENIT

Dédicaces

Je dédie ce projet de fin d’études particulièrement :

A l’âme de ma mère Toffaha qui n’a pas cessé de m’apporter soutient et

sacrifices pour m’encourager à aller plus loin, jusqu’au dernier moment da sa

vie…

A mon père Fadhlouni…

À mon cher frère Kais…

A mon cher binôme Ahmed…

À tous mes amis pour leur encouragement et gentillesse…

Et a tous nos enseignants de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis pour leurs

assistantes et compréhension…

Hosni JAIDI
PFE ENIT

Dédicaces
Je dédie ce travail aux plus chers au monde :

Mon père Anouer et ma mère Fadhila

Ces deux êtres exceptionnels et irremplaçables, en signe de

Profonde gratitude pour leur soutient incessant, leur dévouement et

Leurs sacrifices...

A mes professeurs...

Pour le profit que j’ai continuellement tiré de leur savoir et de leur

Compétence.

A mon cher binôme Hosni…

A ma sœur Emna

A mes amis

A tous ceux qui me sont chers….

Ahmed Charfi
PFE ENIT

Remerciements

Nous tenons à remercier Mr Sadok Maatoug et Mr Othmen BEN MAKKI, nos


encadreurs à l’ENIT.

Nous avons eu le privilège d’être parmi vos élèves et nous avons largement
bénéficié de l’étendu de votre savoir et la richesse de votre enseignement. Veuillez trouver ici
notre reconnaissance et nos vis remerciements pour la qualité de votre encadrement et vos
fructueux conseils.

Nous voudrons remercier encore, Mr Samir CHARFI, encadreur au bureau d’étude


INGECOTEC, ainsi que Mr Wajih TOUIHRI, ingénieur au bureau STUDI, et tous les
cadres de la SNCFT pour leurs soutiens constants qu’ils n’ont cessé de nous prodiguer.

Nos remerciements s’adressent également à nos enseignants de l’ENIT qui n’ont


épargné aucun des efforts pour nous donner une formation efficace.

Nous aimerons, enfin, exprimer toutes nos gratitudes à toute personne qui nous ont
aidés de prés ou de loin pour réaliser ce travail
PFE ENIT

Sommaire
Introduction ................................................................................................................................ 1
Chapitre 1 : Présentation du projet et variantes d’aménagement ............................................... 2
1. Généralités .......................................................................................................................... 3
2. Description du site .............................................................................................................. 4
3. Variantes d’aménagement .................................................................................................. 6
3.1. Tunnel .......................................................................................................................... 6
3.2. Pont .............................................................................................................................. 6
4. Contraintes du projet .......................................................................................................... 7
5. Description de l’ouvrage : .................................................................................................. 8
Chapitre 2 : Conception de l’ouvrage ...................................................................................... 10
1. Géométrie ......................................................................................................................... 11
1.1. Tracé en plan ............................................................................................................. 11
1.2. Profil en long ............................................................................................................. 12
1.3. Profil en travers ......................................................................................................... 12
2. Conception ....................................................................................................................... 13
2.1. Tablier ........................................................................................................................ 13
2.2. Elancement ................................................................................................................ 13
2.3. Encorbellement .......................................................................................................... 14
2.4. Les appuis .................................................................................................................. 15
2.4.1. Les piles.............................................................................................................. 15
a. Choix du type des piles ...................................................................................... 15
b. Epaisseur des piles ............................................................................................. 16
2.4.2. Les culées ........................................................................................................... 17
2.4.3. Rampe d’accès .................................................................................................... 18
3. Equipements du pont ........................................................................................................ 18
Chapitre 3 : Chargement et modélisation du tablier par le logiciel ROBOT ........................... 20
I. Chargements sur le tablier ............................................................................................... 21
1. Introduction ...................................................................................................................... 21
2. Combinaisons des charges pour le BAEL ........................................................................ 21
3. Diffusion des Charges localisées ...................................................................................... 21
PFE ENIT

3.1. Charge Bc ................................................................................................................... 22


3.2. Charge Mc120 .............................................................................................................. 23
II. Modélisation du tablier par ROBOT ................................................................................ 23
1. Introduction ...................................................................................................................... 23
2. Présentation du logiciel .................................................................................................... 24
3. Etapes de modélisation ..................................................................................................... 24
4. Présentation des résultats ................................................................................................. 27
Chapitre 4 : Ferraillage du tablier............................................................................................ 30
1. Introduction ...................................................................................................................... 31
2. Principes généraux de ferraillage du tablier ..................................................................... 31
3. Ferraillage longitudinal .................................................................................................... 32
3.1. Direction des armatures ............................................................................................. 32
3.2. Disposition type du ferraillage ................................................................................. 32
3.3. Calcul des armatures longitudinales .......................................................................... 33
4. Ferraillage transversal ...................................................................................................... 35
4.1. Calcul des armatures transversales dues à l’effort tranchant .................................... 36
4.2. Armatures d’âme ....................................................................................................... 36
4.3. Pourcentage minimale ............................................................................................... 37
4.4. Ferraillage transversale de flexion ............................................................................. 37
5. Ferraillage due à la torsion .............................................................................................. 40
5.1. Section creuse équivalente......................................................................................... 40
5.2. Limitation de la contrainte tangente .......................................................................... 42
5.3. Détermination des armatures ..................................................................................... 42
5.3.1. Armatures transversales ..................................................................................... 42
5.3.2. Armatures longitudinales ................................................................................... 43
6. Ferraillage des encorbellements ....................................................................................... 44
6.1. Calcul des moments ................................................................................................... 45
6.2. Calcul du ferraillage .................................................................................................. 46
6.2.1. Ferraillage supérieur transversal ........................................................................ 46
6.2.2. Ferraillage inférieur transversal ......................................................................... 46
6.2.3. Ferraillage longitudinal ...................................................................................... 46
Chapitre 5 : Etude des appareils d’appuis ................................................................................ 47
PFE ENIT

1. Introduction ...................................................................................................................... 48
2. Implantation des appareils d’appuis ................................................................................. 49
3. Dimensionnement des appareils d’appui .......................................................................... 49
4. Les actions transmises aux appareils d’appui................................................................... 50
4.1. Les efforts verticaux .................................................................................................. 50
4.2. Les efforts horizontaux .............................................................................................. 50
a. Effort de freinage dû à la charge AL ................................................................... 50
b. Effort de freinage dû à la charge Bc ................................................................... 51
4.3. Répartition des efforts horizontaux ........................................................................... 51
4.3.1. Souplesses et rigidités des appuis..................................................................... 51
4.3.2. Souplesse des fondations .................................................................................... 53
4.3.3. Souplesse et rigidité totale des appuis ................................................................ 55
4.4. Les déplacements dus à une variation uniforme de température et au retrait du béton
56
4.5. Répartition des efforts horizontaux dus au retrait et aux effets thermiques .............. 56
4.6. Les rotations .............................................................................................................. 58
5. Vérifications des appareils d’appuis ................................................................................ 59
5.1. Condition de non glissement ..................................................................................... 59
5.2. Hauteur nette de l’élastomère .................................................................................... 59
5.3. Vérification des appareils d’appuis vis-à-vis la compression, distorsion et rotation 60
5.3.1. Compression ....................................................................................................... 60
5.3.2. Distorsion ........................................................................................................... 61
5.3.3. Rotation .............................................................................................................. 62
5.3.4. Contrainte totale de cisaillement  ..................................................................... 63
6. Dimension des frettes ....................................................................................................... 63
7. Bossage et frettage ........................................................................................................... 64
7.1. Bossage ...................................................................................................................... 64
7.2. Frettage et armatures de renforcement ...................................................................... 65
7.3. Vérification des pressions localisées ......................................................................... 66
7.4. Frettes de surface ....................................................................................................... 66
7.5. Armatures d’éclatement ............................................................................................. 67
7.6. Armatures de chaînage .............................................................................................. 68
PFE ENIT

1. Introduction ...................................................................................................................... 70
2. Combinaisons de charges ................................................................................................. 70
3. Ferraillage des fûts ........................................................................................................... 71
3.1. Calcul des armatures à l’ELU .................................................................................... 71
3.2. Armatures longitudinales ........................................................................................... 71
3.3. Armatures transversales ............................................................................................. 72
3.4. Vérification à l’ELS ................................................................................................... 72
3.5. Justification vis à vis du flambement ........................................................................ 73
Chapitre 7 : Fondation .............................................................................................................. 74
1. Introduction ...................................................................................................................... 75
2. Choix de type de fondation .............................................................................................. 75
3. Détermination des charges ............................................................................................... 76
3.1. Charge limite d’un pieu isolé..................................................................................... 76
3.2. Dimensionnement des pieux ...................................................................................... 78
3.2.1. Dimensionnement par la méthode pressiométrique ........................................... 78
3.2.2. Détermination des charges admissibles sous différentes sollicitations .............. 81
4. Profondeur des pieux et justification vis-à-vis du sol ...................................................... 81
4.1. Combinaison fondamentale ....................................................................................... 82
4.2. Combinaison accidentelle .......................................................................................... 82
4.3. Combinaison quasi-permanente ................................................................................ 82
4.4. Combinaison rare ....................................................................................................... 82
5. Ferraillage......................................................................................................................... 83
5.1. Armatures longitudinales ........................................................................................... 83
5.2. Vérification ................................................................................................................ 84
5.3. Armatures transversales ............................................................................................. 84
Conclusion ................................................................................................................................ 85
Références bibliographiques .................................................................................................... 86
PFE ENIT

Liste des figures


Figure 1:Passage à niveau actuel ............................................................................................... 3
Figure 2: Site du projet .............................................................................................................. 4
Figure 3 : vue de l’EST et de l’Ouest du site ............................................................................ 4
Figure 4: Vue du site par Google earth ..................................................................................... 5
Figure 5: Vue en plan de l’ouvrage ........................................................................................... 9
Figure 6 : Choix des travées .................................................................................................... 11
Figure 7: Coupe transversale du tablier................................................................................... 13
Figure 8: Cotations de la coupe transversale du tablier .......................................................... 15
Figure 9: Paramètre géométrique pour le calcul de l'épaisseur de la pile ............................... 16
Figure 10 : Coupe transversale de la pile ................................................................................ 17
Figure 11 : Les éléments de la culée ...................................................................................... 18
Figure 12: Diffusion de la charge d’une roue ......................................................................... 22
Figure 13: tronçon étudié ........................................................................................................ 25
Figure 14 : Menu classique du ROBOT .................................................................................. 25
Figure 15 : Contour du tablier exporté sur ROBOT ............................................................... 26
Figure 16 : Modèle maillé avec appuis ................................................................................... 27
Figure 17: repère global (x,y) et locale (x’,y’) ......................................................................... 28
Figure 18 : Courbe enveloppe de moment fléchissant Mx’x’ à ELS ...................................... 29
Figure 19: disposition des aciers de chaque paquet ................................................................ 33
Figure 20 : Abaque Z/d=f (  ) ................................................................................................ 34
Figure 21: Chevêtre incorporée ............................................................................................... 39
Figure 22: section creuse équivalente ..................................................................................... 41
Figure 23: section inscrite dans le contour moyen .................................................................. 42
Figure 24: Dimensions de l’appareil d’appui .......................................................................... 49
Figure 25 : La distribution des contraintes d’un effort horizontal sur un appareil d’appuis ... 59
Figure 26 : Répartition des contraintes de cisaillement sous l'effet de la compression ......... 61
PFE ENIT

Figure 27 : distorsion de l’appareil d’appui ............................................................................ 62


Figure 28 : Variation des contraintes de cisaillement due à la rotation .................................. 62
Figure 29 : Détail du bossage .................................................................................................. 64
Figure 30: plan d’un frettage pour le bossage sous un appareil d’appui ................................. 67
Figure 31: Essai de chargement d’un pieu isolé ...................................................................... 77
Figure 32: Valeurs de ρp et ρs............................................................................................... 77
Figure 33: Classification des sols ............................................................................................ 79
Figure 34: Valeurs du coefficient de portance kp ................................................................... 79
Figure 35: Valeurs du frottement latéral unitaire .................................................................... 80
Figure 36: Détermination des abaques .................................................................................... 80
Figure 37: Combinaisons d’actions ........................................................................................ 81
Figure 38: Ferraillage longitudinal du pieu ............................................................................. 83
PFE ENIT

Liste des tableaux


Tableau 1: Avantages et inconvénients du tunnel..................................................................... 6
Tableau 2: Avantages et inconvénients du pont ....................................................................... 6
Tableau 3: Coefficients de pondération .................................................................................. 21
Tableau 4 : Diffusion de la charge Bc (1 camion) ................................................................... 23
Tableau 5: Diffusion de la charge Mc ..................................................................................... 23
Tableau 6: Sollicitations de calcul .......................................................................................... 29
Tableau 7: ferraillage à mi-travée ........................................................................................... 35
Tableau 8: ferraillage sur appuis ............................................................................................. 35
Tableau 9: Aciers transversaux sur appuis.............................................................................. 37
Tableau 10: Ferraillage transversale de flexion ...................................................................... 38
Tableau 11: ferraillage transversale de flexion ....................................................................... 40
Tableau 12: Armatures transversales ...................................................................................... 43
Tableau 13: Armatures longitudinales à mi-travée ................................................................. 44
Tableau 14: Armatures longitudinales sur appuis ................................................................... 44
Tableau 15: Appareil d’appui en élastomètre fretté ................................................................ 48
Tableau 16: Choix des dimensions des appareils d’appuis ..................................................... 50
Tableau 17 : Effort de freinage dû à la charge AL .................................................................. 51
Tableau 18: souplesse des appareils d’appuis ........................................................................ 52
Tableau 19: Rigidité des appareils d’appuis .......................................................................... 52
Tableau 20: Souplesse des fûts ............................................................................................... 53
Tableau 21: Données géotechniques du sol ............................................................................ 53
Tableau 22: Résultats PSH pour les piles ............................................................................... 54
Tableau 23: Souplesse des fondations .................................................................................... 55
Tableau 24: Souplesse totale des appuis ................................................................................. 55
Tableau 25: Déplacements dues à la variation de la température et au retrait du béton ......... 56
Tableau 26: Efforts dus au retrait du béton ............................................................................. 57
Tableau 27: Efforts horizontaux de freinage .......................................................................... 58
Tableau 28: Epaisseur des frettes ........................................................................................... 64
Tableau 29: Dimensions des bossages .................................................................................... 65
Tableau 30: Vérification des pressions localisées .................................................................. 66
Tableau 36: Charges de fluage pour pieux forés ................................................................... 81
PFE ENIT

Introduction
Dans le cadre d’une meilleure exploitation et intégration de l’infrastructure ferroviaire
dans le tissu urbain dans la zone située entre Tunis centre ville et Borj Cedria, la société
nationale des chemins de fers a lancé depuis quelques années un projet d’électrification de la
ligne ferroviaire.
Ce projet qui engendrera une augmentation du trafic des trains a mis la société dans
l’obligation d’aménager un site propre pour les lignes ferroviaires par :

- la fermeture de tous les passages à niveau et la construction des ouvrages de


dénivellement rail/route,

- la clôture des emprises ferroviaires entre Tunis et Borj Cedria,

- la construction des passerelles pour piétons.

Des projets d’étude de traitements des conflits rail-route ont été lancés. Le but escompté
de ces projets est l’aménagement d’un site propre pour les lignes ferroviaires de la banlieue
Sud de Tunis. Le passage à niveau d’Ezzahra lycée est l’un des conflits rail-route de la
banlieue sud de Tunis.

Dans ce contexte, le bureau « ingecotech » nous a proposé pour projet de fin d’etude
l’étude d’un passage supérieur afin d’éliminer tout croisement rail – route tout en respectant
les différentes contraintes imposés par ce site.

Pour ce faire, on s’intéressera dans ce rapport à trois grandes parties : la première


partie est consacrée à la description du projet et le choix de la variante. La deuxième partie
décrit l’étude de la variante retenue : tablier, appuis et appareils d’appui. La troisième partie
concerne l’étude de la fondation.

2010-2011 Page 1
PFE ENIT

Chapitre 1

Présentation du projet et
variantes d’aménagement

2010-2011 Page 2
PFE ENIT

1. Généralités
Le projet concerne la construction d’un passage supérieur routier à Ezzahra lycée qui
s’accompagne par la fermeture du passage à niveau et la suppression du conflit Rail-route.
Actuellement la traversée de la voie ferrée est assurée par un passage à niveau à barrière
électrique. Pendant les heures de pointe le nombre de trains augmente et le temps de
fermeture des barrières devient très élevé, ce qui provoque une grande gêne pour le trafic
routier et la circulation des piétons. Le projet se situe dans une zone très fortement urbanisée,
et très fréquentée (marché hebdomadaire, stade, supermarché, lycée). L’appel d’offre a été
lancé par la SNCFT depuis 1992 et retenue par l’INGECOTEC. Plusieurs variantes ont été
proposées dont la dernière s’agit d’un pont courbe.

Figure 1:Passage à niveau actuel

2010-2011 Page 3
PFE ENIT

2. Description du site

Figure 2: Site du projet


Le site du projet dans la périphérie du grand Tunis à environ 17 km au Sud de la
capitale. Il est délimité :
 A l’Est par le marché hebdomadaire et le stade municipal d’Ezzahra
 A l’Ouset par lycée Ezzahra, Monoprix et plusieurs commerces jusqu’à la RR33E2.

Figure 3 : vue de l’EST et de l’Ouest du site

2010-2011 Page 4
PFE ENIT

Il est actuellement caractérisé par les éléments suivants :

 Le passage à niveau qui assure actuellement la liaison des deux rives d’Ezzahra est
située juste à côté de la station d’Ezzahra Lycée ;
 L’avenue est le principal axe commercial de la ville. Elle occupe une largeur roulable
de 7.00 m (côté RR33) et de 8.50 m côté plage, des parkings et de trottoirs de 5m ;
 De part et d’autre de la voie ferrée, deux rues parallèles et adjascentes à la ligne
ferroviaire ;
 Une station de pompage ONAS est située juste près du passage à niveau ;
 L’emprise occupée par la ligne ferroviaire est d’environ 25m ;
 A 10.00 m de la voie ferrée (côté plage) ; un canal trapézoïdal à ciel ouvert assure le
drainage des eaux pluviales. Au niveau du PN un dalot de section 2*(2.00*1.00)
assure la continuité de ce canal.

Figure 4: Vue du site par Google earth

2010-2011 Page 5
PFE ENIT

3. Variantes d’aménagement
Le franchissement de la voie ferrée dans ce passage à niveau peut être réalisé soit par
voie souterraine (Tunnel), soit par voie aérienne (Pont).

Pour faire un choix entre ces deux variantes une petite comparaison a été faite en se basant sur
les avantages et les inconvénients de chacune.

3.1. Tunnel
Les avantages et les inconvénients de ce type d’ouvrage dans ce site sont résumés dans
le tableau suivant :

Tableau 1: Avantages et inconvénients du tunnel

Avantages Inconvénients
Moins de nuisances pour les habitants du site
Cout élevé
en phase d’exploitation (bruit, pollution…)
Problèmes reliés à l’infiltration des eaux
Difficultés d’exécution (à cause du trafic
intense des trains)
Durée d’exécution longue
Nécessité d’un entretien régulier
Problèmes de vibrations.

3.2. Pont
De même les avantages et les inconvénients de ce type d’ouvrage sont illustrés dans le
tableau suivant

Tableau 2: Avantages et inconvénients du pont

Avantages Inconvénients
Cout moins élevé Bruit
Exécution plus facile L’emplacement des piles peut gêner
Durée d’exécution plus courte
Respecte la fluidité du trafic

2010-2011 Page 6
PFE ENIT

Selon cette comparaison on remarque que le choix d’un ouvrage aérien est plus avantageux
Dans le cadre de ce projet deux tracés peuvent se présenter :
 Pont droit.
 Pont courbe.
Dans un premier temps le tracé droit à été adopté pour différentes raisons parmi lesquelles:
 Plus économique ;
 Permet de rester dans l’emprise actuelle et évite donc de rogner sur les terrains
limitrophes ;
 Pas de nécessité de grands aménagements dans le site.
Mais ce tracé a présenté beaucoup de problèmes pour la zone commerciale existante dans
l’avenue coté ville composée par un supermarché « Monoprix », 3 café, 33 boutiques, une
banque et une pharmacie puisque le début de l’ouvrage se situe devant cette zone. Ceci a
mené la municipalité d’Ezzahra à discuter beaucoup la faisabilité de ce projet et à refuser
enfin cette conception. D’où on a eu recours à faire un pont courbe qui respecte la plupart
des contraintes exigées par l’environnement de ce site. D’autre part et malgré que cette
deuxième est plus couteuse, elle présente d’autre avantages en plus que son respect à la vie
commerciale dans cette zone comme :
 Ne nécessite pas une déviation de la circulation ;
 Ne pose pas de problème au niveau de l’installation du chantier.

4. Contraintes du projet
Pour réaliser cet ouvrage plusieurs contraintes doivent être respectées :
 Trafic routier et ferroviaire en phase d’exécution
 Une hauteur minimale de 5.5 m au dessus de la voie ferrée
 Un espacement minimal de 2.3 m entre l’axe de la voie et le point le plus
proche de l’appui

2010-2011 Page 7
PFE ENIT

5. Description de l’ouvrage :
Cet ouvrage consiste à prévoir un pont courbe au dessus de la gare dont les rampes
démarrent après la zone des commerces.
L’aménagement prend origine et fin aux mêmes endroits, mais le tracé au niveau de la
traversé des voies ferrées est réalisé en courbe et en contre courbe. De cette façon les rampes
ne font plus obstacle aux commerces existants de part et d’autre de l’ouvrage.

Le franchissement des voies ferrées sera assuré par un ouvrage routier du type viaduc.

La hauteur libre dégagée sous les tabliers du passage supérieur routier et de la passerelle est
de 5.5 m.

L’ouvrage est constitué d’un pont dalle en béton armé courbe composé de quatre tabliers :

 Tablier 1 : 4 travées de portées respectives : 11m/2x14m/11m


 Tablier 2,3 et 4 : 5 travées de portées respectives : 11m /3x14m/11m

Les longueurs totales respectées de ces tabliers (y compris abouts) sont les suivantes :

 Tablier 1 = 50.9 m
 Tabliers 2, 3 et 4=64.9 m
La longueur totale cumulée du tablier est de l’ordre de 245.6 m
Les tabliers auront une largeur totale de 9,00 m, supportant une chaussée de 7,00 m de largeur
pour deux voies de circulation de 3,5 m chacune, la chaussée est bordée de chaque coté par
une sur largeur de 50 cm et une barrière de sécurité type BN4.
Les fûts des piles reposent sur les semelles de liaison des pieux de fondation. Chaque pile est
fondée sur une file de 3 pieux de diamètre 900 mm, de longueur 43 m. les culées sont
constituées par un chevêtre d’appui et reposent sur un voile en béton armé (épaisseur= 60 cm)
jouant en même temps le rôle de soutènement frontal de rampe d’accès.
Ces voiles prennent le sens de la semelle de liaison des pieux de fondation, chaque culée est
fondée sur une file de 3 pieux de diamètre 900 mm, de longueur 34 m.
Les rampes d’accès sont conçues avec des murs de soutènement en béton armé, ce choix à
pour objectif d’occuper le minimum d’emprise dans les zones d’approche de l’ouvrage.
La hauteur des murs est limitée à environ 2.5 m, leurs longueurs est de l’ordre de 36 m coté
plage, et 48 m coté RR33 E2.

2010-2011 Page 8
PFE ENIT

Figure 5: Vue en plan de l’ouvrage

2010-2011 Page 9
PFE ENIT

Chapitre 2 :

Conception de
l’ouvrage

2010-2011 Page 10
PFE ENIT

1. Géométrie
Les normes routières adoptées dans la présente étude, correspondent aux
recommandations de l’ICTARN : « Instructions sur les conditions techniques
d’Aménagement des Routes Nationales ».
Vu le caractère urbain du projet, la vitesse de référence retenue pour les axes principaux est
de :
- 60 Km/h sur la RR33.
- 40 Km/h sur les passages supérieurs, les voies latérales et les voies de raccordement.

1.1. Tracé en plan


Le tracé en plan est la projection sur un plan horizontal de la route (ou son axe), ses éléments
sont repérés en x et y dans un système local ou Lambert. [1]
Pour un dévers de 2.5 % et une vitesse de référence 40 km/h le rayon minimal à respecter est
de 46 m.
Afin de respecter le raccordement de l’ouvrage avec la route existante et assurer le confort des
conducteurs on a choisi de faire trois rayons de courbure successifs 60 m ,70 m et 120 m.

 Choix des travées

Vu les contraintes topographiques du projet nous avons choisis de diviser le tablier en quatre
tançons de longueurs respectives 50.9, 64.9, 64.9 et 64.9.

Pour un pont dalle en béton armé composé de trois travées ou plus la longueur de travée ne
doit pas dépasser dans le domaine d’utilisation courant 15 m. C’est pour cela nous avons
choisi des travées centrale de 14 m. Le rapport des longueurs entre les travées centrales et les
travées de rives doit être compris entre 0.5 et 0.85 [2] d’où le choix d’une longueur de 11 m
pour les travées de rives.

Figure 6 : Choix des travées

2010-2011 Page 11
PFE ENIT

1.2. Profil en long


Le profil en long est le développement de l'intersection de la route avec un cylindre à
génératrice verticale passant par l'axe de cette route, ses éléments sont repérés en abscisse
curviligne et cote locale ou NGT. [1]

Pour une vitesse de référence égale à 40 km/h la pente maximale en déclivité est de 8%.

Pour concevoir le profil en long on doit tenir compte des considérations suivantes :

- Tenir compte du facteur économique ;

- Tenir compte du facteur esthétique.

Minimiser les rampes d'accès le maximum possible (gain en volumes de remblai).

Compte tenu de ces considérations, on a retenu parmi les variantes envisageables un profil en
long qui présente les caractéristiques suivantes :
Au niveau de la rampes d’accès coté ville une courbure de rayon 700 m et de longueur
52.83m, puis une déclivité rectiligne de pente 8 % et de longueur 38.25m, puis une courbure
de rayon 1000 m et de longueur 140 m puis une déclivité rectiligne de pente 6 % et de
longueur 97.11m et enfin au niveau de la rampe d’accès coté plage une courbure de rayon 800
m et de longueur 45 .52 m. Voir annexe.

1.3. Profil en travers


Le profil en travers est la coupe de la route suivant un plan vertical perpendiculaire à
son axe. [1].

Le profil en travers type adopté sur ouvrage comprend deux voies de 3.50 m chacune et deux
sur largeurs routables de 0.25 m.

2010-2011 Page 12
PFE ENIT

Figure 7: Coupe transversale du tablier

2. Conception

2.1. Tablier
En tenant compte de la géométrie de l’ouvrage et de la travée maximale qui est de l’ordre de
14 m, la structure la mieux adoptée pour le tablier selon la norme SETRA est la dalle pleine
en béton armé à plusieurs travées continues.
Cette structure présente les avantages suivants :

 Une esthétique meilleure vu l’épaisseur faible de la dalle (qui est de l’ordre de


1/28 de la portée maximale)

 La dalle est une structure coulée sur place qui s’adapte facilement à la géométrie
courbe de notre ouvrage.

 Une inertie importante à la torsion, favorable à la reprise des efforts dus à la


flexion transversale du tablier.

2.2. Elancement
En présence de trois travées ou plus, l’élancement du tablier est de l’ordre de 1/28 [2]. Ainsi,
nous choisissons la travée la plus longue et nous déterminons l’épaisseur de la dalle :

2010-2011 Page 13
PFE ENIT

l centrale 14.00
hd    0.5m
28 28

On adopte une épaisseur de 0.6 m.

Les longueurs des travées centrales et de rives doivent vérifier principalement la condition de
non soulèvement et l’aspect de la dalle par la répartition optimale en calculant le coefficient θ
qui est le rapport entre la longueur de la travée de rive et la longueur de la travée centrale qui
doit être compris entre 0.6 et 0.85 [2] :

 0.78 ∈0.6;0.85
l rive 11.00
θ 
l centrale 14.00

2.3. Encorbellement
Le recours à des encorbellements est généralement dicté par des considérations d’ordre
esthétique, ceux-ci diminuant l’épaisseur apparente de la dalle et favorisant certaines
dispositions particulières d’appuis. Leur présence augmente également le rendement
géométrique de la section et permet ainsi d’atteindre des portées plus importantes.

Pour dimensionner l’encorbellement, il est possible de respecter les conditions suivantes :

La largeur de la nervure Ln doit rester supérieure à la moitié de la largeur totale LT du pont

[3], c'est-à-dire Ln  0.5LT  0.6  9.50  5.70m.

La largeur droite de l’encorbellement doit être inférieure au 1/5 de la portée de la travée

centrale [3], c'est-à-dire Le  0.2lcentrale  0.2 x14.00  2.80m

On prend : Le = 1.25m.

Ln = LT - 2 Le = 7.00m.

La dalle rectangulaire équivalente (même inertie et même épaisseur que la section réelle)
élargie de 5% de chaque coté, doit couvrir entièrement la largeur chargeable Lch de la
(1 + 0.1) LTeq > Lch .
chaussée, c'est-à-dire

Largeur chargeable : Lch = 7m

2010-2011 Page 14
PFE ENIT

Figure 8: Cotations de la coupe transversale du tablier

En calculant l’inertie de la dalle et en assimilant la dalle a une dalle rectangulaire équivalente


on trouve que LTeq=9.42 m ce qui vérifie la condition du recouvrement de la longueur
chargeable cité ci-dessus.

2.4. Les appuis

2.4.1. Les piles

a. Choix du type des piles


La conception des piles jouent un rôle capital dans l’aspect général de l’ouvrage. Pour cela les
piles de type « marteau » ayant un sommier de même largeur que l’intrados du tablier et un
fût de largeur variable sont les mieux adaptés.

La distance respectée entre le nu des obstacles (les piles) et l’axe de la voie ferrée est d’au
moins égale à 2.30 m. En outre la hauteur entre l’axe de chaque voie ferrée et l’intrados de la
dalle est supérieur à 5.50 m.

Selon les recommandations SETRA[4] le nombre des voiles est déterminé en fonction de la
largeur sous dalle :

- Inférieure à 5 m : un seule voile.

- Comprise entre 6 m et 10 m : un ou deux voiles.

- Supérieure à 10 m : n voiles.

Les largeurs sous dalle étant égale à 7m, nous avons retenu des piles à une seule voile.

2010-2011 Page 15
PFE ENIT

b. Epaisseur des piles


Selon les dossiers pilotes PP73 du SETRA [4] l’épaisseur des piles est déterminer en les
proportions entre les divers paramètres, à savoir : hauteur du tirant d'air, portée, épaisseur du
tablier [4].

Figure 9: Paramètre géométrique pour le calcul de l'épaisseur de la pile

Avec h est l’épaisseur du tablier, H est l’hauteur du tirant d'air, E est la largeur des fûts ou de
leur partie supérieure et L est la portée droite la plus importante. (L= 14 m).

L’épaisseur de la pile est déterminer donc par les formules empiriques suivantes définis dans
le guide SETRA [4].

E = max (E1; E2; 0.5) avec:

4H  L
 0.1
E1 = 100 et 0.85h ≤E2 ≤1.15h

On adopte une épaisseur E= 0.6 m.

On conserve dans tous les cas la même épaisseur des voiles pour toutes les piles, même si
leurs hauteurs sont variables.

2010-2011 Page 16
PFE ENIT

Figure 10 : Coupe transversale de la pile

2.4.2. Les culées


Une culée bien conçue doit satisfaire à toutes les exigences mécaniques et techniques.

Les caractéristiques de la fonction mécanique sont :

 Une bonne transmission des efforts au sol de fondation.

 La limitation des tassements

La fonction technique d’une culée se caractérise par le fait :

- L’on accède souvent par elle à l’intérieur de l’ouvrage.

- L’on peut être ramené à lui associer une chambre de tirage lorsque les conduites
ou les canalisations passent à l’intérieur du tablier.

La culée se compose des éléments suivants :

- Un sommier d'appui

- Un mur garde grève doté d'un corbeau avant contenant une réservation pour le joint de
chaussée et d'un corbeau arrière sur lequel prend appui la dalle de transition

- Une dalle de transition

- Un mur de retour

2010-2011 Page 17
PFE ENIT

Figure 11 : Les éléments de la culée [6]

2.4.3. Rampe d’accès


Faute d’espace, et afin d’insérer des voies latérales ainsi que des aires de
stationnement ; des murs de soutènement en béton armé fondés sur des semelles sont prévus.
Le coffrage fin des parties apparentes des murs devra être bien soigné. Des masques drainant
sont prévus entre le voile des murs et le remblai. Vu la faible portance du sol existant, la
solution de prévoir un remblai expansé est très bien adaptée, afin de réduire la pression sur le
sol, étant donné que sa masse volumique est très faible.

3. Equipements du pont
On désigne par « équipements » l’ensemble des dispositifs de nature, de conception et de
fonctionnement très divers, dont le but est de rendre un tablier de pont apte à remplir sa
fonction, notamment vis-à-vis des usagers. Ces dispositifs, parce qu’ils n’ont pas la pérennité
de la structure elle-même, ne sont pas liés définitivement à l’ouvrage et remplissent un certain
nombre de fonctions :

- Sécurité des personnes et de la circulation ;

2010-2011 Page 18
PFE ENIT

- Protection et maintien de la pérennité de la structure ;

- Permettre un fonctionnement correct de la structure ;

- Rendre la circulation confortable ;

- Permettre la visite et l’entretien courant du pont.

Les différents équipements des ponts sont décris dans l’annexe.

2010-2011 Page 19
PFE ENIT

Chapitre 3 :

Chargement et modélisation
du tablier par le logiciel

ROBOT

2010-2011 Page 20
PFE ENIT

I. Chargements sur le tablier

1. Introduction
Un pont route est généralement soumis à des charges permanentes (poids propre de la
structure et poids propre de superstructure) et a des charges mobiles (surcharges). Les
systèmes de charges sont définit par les normes suivantes :
 Fascicule 61 : Titre I (ponts rails), Titre II (ponts routes) et Titre III (ponts canaux) ;
 Les Eurocodes.
Les hypothèses de calcul et le chargement sur le pont constitué par les chargements
permanentes (gmax, gmin) et les systèmes de charges routier (A, B et M) sont définit dans
l’annexe.

2. Combinaisons des charges pour le BAEL


Les coefficients de pondération sont résumés dans le tableau suivant :

Tableau 3: Coefficients de pondération

Types de charges ELU ELS

Charges permanentes 1.35 1.00

Surcharges type A 1.605 1.20

Surcharges type B 1.605 1.20

Surcharges militaires 1.35 1.00

3. Diffusion des Charges localisées


Selon le règlement du béton armé, on admet que les charges localisées appliquées à la surface
de la dalle se diffusent suivant un angle de 45 ° jusqu’au plan moyen de la dalle.
En ce qui concerne le revêtement, composé généralement d’un matériau moins résistant que le
béton (asphalte coulé, béton bitumineux, enrobés,..) l’angle de diffusion des charges
localisées diminue à 37 °.
La diffusion de la charge se fait comme le montre cette figure :

2010-2011 Page 21
PFE ENIT

P
Y

U0
U0

h1 V0 X
V

h2=
Hdalle/2
 U

U2 U1
U

Figure 12: Diffusion de la charge d’une roue

Avec :

- Épaisseur de la couche de revêtement : h1= 9 cm

- Épaisseur de la moitié de la dalle : h2 = 30 cm

La charge localisée P s’applique suivant une aire rectangulaire appelée rectangle d’impact de
dimensions (U0, V0). Elle se répartie au niveau du plan moyen de la dalle, sur une aire
rectangulaire de dimensions (U, V), appelée rectangle de répartition. La dimension de la roue
parallèlement à l’axe xx est notée U, et celle parallèlement à l’axe yy est notée V.

Donc : U  U 0  2  h1  tg37  2  h2  tg 45

Pour les surfaces carrées on a U=V


Après avoir déterminé les dimensions U et V La densité de charge est calculée en utilisant la
formule suivante [6] :
P
p
UV

3.1. Charge Bc
Pour la charge Bc les résultats de la diffusion de la charge sont présentés dans le tableau si
dessous

2010-2011 Page 22
PFE ENIT

Tableau 4 : Diffusion de la charge Bc (1 camion)

Roue U0(m) V0(m) U(m) V(m) P(t/m2)

Roue arrière (12 t) 0.25 0.25 0.985 0.985 6.18

Roue avant (6 t) 0.2 0.2 0.936 0.936 3.42

3.2. Charge Mc120


Pour la charge Mc120 les résultats de la diffusion de la charge sont présentés dans le tableau
si dessous :

Tableau 5: Diffusion de la charge Mc

U0(m) V0(m) U(m) V(m) P(t/m2)

1 6.1 1.73 6.83 4.65

II. Modélisation du tablier par ROBOT

1. Introduction
Depuis le début des années 1990, le contexte du calcul des structures, en particulier
celui des ponts a subit des changements importants directement reliés aux outils informatiques
dont disposent les ingénieurs. En effet, l'accès à des ordinateurs toujours plus puissants a
amené plusieurs entreprises à concevoir des logiciels conviviaux avec lesquels il devient de
plus en plus aisé de créer des modèles plus raffinés qui ont permis, dans un premier temps, de
réaliser des analyses poussées .
La majorité des règles et exigences des codes et normes que doivent appliquer les concepteurs
ont été élaborées en assumant que des modèles simples seraient utilisés pour déterminer les
sollicitations.
La modélisation par éléments finis procède avant tout à la décomposition et
l’idéalisation des systèmes matériels et de leurs contacts en éléments mécaniques simplifiés
reliés entre eux et mis en continuité en un nombre fini de points de frontières. Ces points de

2010-2011 Page 23
PFE ENIT

continuité(les nœuds) sont disposés sur le contour des éléments incluant les extrémités
caractéristiques de la figure géométrique choisie.

Les déplacements et les déformations aux nœuds seront les inconnues du problème, et
les sollicitations internes seront à déduire à partir de ces déplacements et de l’état initial.
Ainsi, la première étape de modélisation consiste à reproduire au mieux l’ouvrage à étudier.
Elle doit reproduire non seulement l’aspect géométrique de l’ouvrage mais aussi les aspects
cinématiques et mécaniques de la structure ainsi que les matériaux mis en œuvre et leur
interaction : condition aux limites, appuis …

Dans ce chapitre on s’intéresse à la modélisation du tablier.

2. Présentation du logiciel
Il s’agit du logiciel Robot Millenium qui est un système destiné à modéliser, analyser
et dimensionner les différentes types de structures (métalliques, en béton armé, …) en analyse
statique, dynamique, linéaire, non-linéaire, suivant la méthode des éléments finis. Il offre une
grande souplesse de modélisation afin que ses utilisateurs, pour les études d’ouvrages d’art ou
de génie civil, bénéficient de toute la facilité de réaliser des modèles mixtes, composés de
barres ou coques.

En plus, il met à la disposition des modèles spécifiques comme les charges roulantes, le calcul
des sections d’acier théoriques qui permettent l’étude de nombreux ouvrages et des structures
planes et spatiales et offre la possibilité d’optimisation. Ce logiciel offre une gamme de
module : étude des portiques, étude des plaques et coques, modélisation en volumique etc...

Il utilise la méthode d’analyse par éléments finis et présente d’autres méthodes de résolution
intégrées qui s'adaptent au mieux au type d'analyse afin d'offrir une rapidité de calcul
maximum. Une des caractéristiques les plus importantes de ce logiciel de calcul est la rapidité
du moteur de calcul et la précision des résultats générés ; Ces deux facteurs déterminent en
grande partie la fonctionnalité du logiciel.

3. Etapes de modélisation
Dans la suite de notre étude on va s’intéressé au tronçon central du tablier délimitée par les
deux joints au niveau des piles doubles P5 et P10. Ce tronçon est représenté dans la figure ci-
dessous.

2010-2011 Page 24
PFE ENIT

Figure 13: tronçon étudié

Pour notre tablier on utilise le module coque pour modéliser notre ouvrage.

Figure 14 : Menu classique du ROBOT

Les étapes de cette modélisation sont exposées dans ce qui suit :

 Exporter le contour du tablier sous format dxf

2010-2011 Page 25
PFE ENIT

On subdivise le tablier en deux types de panneaux : 4 x 3.5 m2 pour les voies et 4 x 1 m2 pour
la partie encorbellement. Puis on assimile la courbure du joint à des petites lignes qui se
joignent.

Figure 15 : Contour du tablier exporté sur ROBOT

 Définition des panneaux


Pour le premier type de panneaux on adopte une épaisseur uniforme de 60 cm de dalle armée.
En ce qui concerne le deuxième l’épaisseur doit être variable selon les trois points qui
définissent le contour de ce dernier.

 Définition des options du maillage et génération du maillage.


On génère un maillage dont la taille de l’élément est de 1 m.

 Définition des appuis


Pour le ferraillage des plaques et coques, l’appui est considéré comme un poteau rectangulaire
de dimension 30 x 60 cm.
Pour l’extrémité de l’ouvrage les appuis sont considérés comme rotules, les autres sont des
appuis simples.
Cependant pour éviter les concentrations des efforts tranchants dans les sections aux niveaux
des appuis lors du ferraillage transversal les appuis sont considérés comme des appuis
linéaires.

2010-2011 Page 26
PFE ENIT

Figure 16 : Modèle maillé avec appuis

 Chargement de la structure
Les différents cas de charges introduit sont :
 G : Charge permanente répartie sur tout le tablier
 A : Charge d’exploitation répartie disposées sur les positions les plus défavorables
données par la ligne d’influence.
 Bc : Charge d’exploitation roulante formée par un ou deux camions qui se déplacent
suivant l’axe de chaque voie ou l’axe centrale de l’ouvrage.
 Mc : Charge d’exploitation roulante formée par un ou deux chenilles qui se déplacent
de façon similaire à la charge Bc.

 Analyse des données et exploitation des résultats


ROBOT peut calculer les structures à un nombre de barres et à un nombre de nœuds illimités.
Les seules limitations découlent des paramètres de l'ordinateur sur lesquels les calculs sont
effectués (mémoire vive et espace disque disponibles).
Aussi il génère des résultats pour chaque nœud, ce qui apporte plus d’information et de
précision, mais vu la grande quantité des nœuds, le logiciel nous offre la possibilité de
déterminer les efforts enveloppes et les extrêmes globaux pour chaque section.

4. Présentation des résultats


Après avoir modélisé la structure et lancer les calculs on a conservé les résultats utiles
pour la détermination du ferraillage du tablier et le dimensionnement des autres éléments de
l’ouvrage (appareils d’appuis, piles, culées, etc.).

2010-2011 Page 27
PFE ENIT

Le tableau suivant comporte les valeurs des moments fléchissant Mx’x’, servant à la
détermination du ferraillage longitudinal, les moments fléchissant My’y’, servant à la
détermination du ferraillage transversal, les moments de torsion Mx’y’ et les réactions d’appuis
Fz.
Le ferraillage longitudinal est dirigé parallèlement aux bords libres et reprend le moment
fléchissant longitudinal. De ce fait, nous avons considéré le moment fléchissant selon l’axe
longitudinal du tablier (x’x’) (distinct de l’axe (xx)).

Figure 17: repère global (x,y) et locale (x’,y’)


Avec α : angle entre la direction (xx) et l’axe (x’x’) du tablier
De même et vu qu’on va choisir le système de ferraillage perpendiculaire aux bords libres, il
faut considérer le moment fléchissant suivant la direction (y’y’) perpendiculaire aux bords
libres du tablier.
On prend les moments max et min selon les combinaisons d’action à l’ELS et le repère locale
(x’, y’) introduits sur ROBOT. Pour les réactions et les efforts tranchants on les prend selon
les combinaisons d’action à l’ELU.

2010-2011 Page 28
PFE ENIT

Tableau 6: Sollicitations de calcul

My'y' Mx’y’min Qx'x' max (t/m)


My’y’
Mx'x' max Mx'x' min min (t.m/m) Mx’y’min
Section max
(t.m/m) (t.m/m) (t.m/m) (t.m/m)
(t.m/m)

Mi travée 1 4.68 -23.6 1.6 -13.21 3 -11.31


Mi travée 2 2.1 -42.88 2.34 -17.63 2.7 -10.5
Mi travée 3 2.64 -43.15 2.17 -20.7 2.87 -5.83
Mi travée 4 2.17 -41.34 1.48 -16.3 2.9 -10.16
Mi travée 5 4.4 -22.7 1.55 -15.07 3.43 -11.12
P5 41.76 -1.82 22.42 -3.2 7.32 -3.52 45.26
P6 98 -4.29 52.1 -2.65 16.65 -2.1 156.73
P7 93.24 -3.83 53.21 -2.54 13.18 -0.78 156.22
P8 91.24 -3.9 54.23 -1.93 13.32 -0.4 153.05
P9 97.31 -4.32 51.2 -2.75 16.34 -2.45 156.46
P10 40.2 -1.35 21.98 -2.42 7.21 -3.23 44.92

Les autres sollicitations sont présentent dans l’annexe.


Pour obtenir les moments décalés on fait une translation de 0.8h des moments obtenue suivant
l’axe x [7] (voir annexe).
La courbe enveloppe du Moment Mx’x’ est représentée ci-dessous :

120
100
80
60
M(t.m/m)

40
Mx'x' max
20
Mx'x' min
0
-20 0 10 20 30 40 50 60 70

-40
-60
x(m)

Figure 18 : Courbe enveloppe de moment fléchissant Mx’x’ à ELS

2010-2011 Page 29
PFE ENIT

Chapitre 4 :

Ferraillage du tablier

2010-2011 Page 30
PFE ENIT

1. Introduction
A travers ce chapitre, on va s’intéresser à l’élément « tablier » de l’ouvrage. On va
évoquer les différentes hypothèses et considérations qui aident à la détermination des
différents types d’armatures. A partir de ces hypothèses, on va détailler la démarche de calcul
pour chaque sous-élément du tablier : Poutre élémentaire, chevêtre incorporé, encorbellement.

2. Principes généraux de ferraillage du tablier


Le ferraillage dans le cas général est constitué d’armatures longitudinales,
transversales et verticales. Même cas pour les ponts dalle en courbure ces armatures ont pour
rôle de reprendre les efforts dans le béton, de répartir les fissures éventuelles et de limiter ses
ouvertures, sous certaines conditions portant sur l’enrobage, l’espacement, le diamètre des
aciers et surtout leur taux de travail.
En principe, du fait du caractère tensoriel des efforts ; moments et efforts normaux, le
ferraillage de chaque face de la dalle doit comporter au moins deux directions d'armatures
distinctes. Ce ferraillage est à compléter par des armatures verticales formées de cadres et
d’étriers pour les reprises des efforts tranchants, soit généraux, soit de poinçonnement local.

Tous les aciers sont de haute adhérence. Exceptionnellement, les aciers pour les étriers
pourront être en acier doux.

Cependant, de telles dispositions de ferraillage ne sont pas évidemment réalisables en pratique


en raison des recouvrements des armatures. Pour cette raison, il est toujours indiqué de
conserver une certaine continuité de la direction des armatures entre les différentes parties de
dalle. A cet effet, il est souhaitable que:

 Les armatures faisant partie d'une même face et d'un même type de ferraillage
(longitudinal ou transversal) soient parallèles entre elles, pour faciliter leur raccordement entre
les différentes zones.
 Les armatures en faces supérieure et inférieure possèdent au moins une
direction commune, afin de faciliter la fixation des aciers entre eux au moyen des cadres et
étriers.
La direction du ferraillage en travée et sur appuis de continuité dépend du biais de
l’ouvrage et du tenseur de moment de flexion à reprendre au centre de chaque travée. Donc, il
y a trois systèmes différents de ferraillage :

2010-2011 Page 31
PFE ENIT

-ferraillage transversal parallèle à la direction des lignes d’appui : Dans le cas des
dalles ayant un biais modéré, les armatures longitudinales sont généralement disposées
parallèlement à l’axe longitudinal du tablier. Pour les armatures transversales, elles sont
généralement orientées parallèlement aux bords libres et aux lignes d'appui.
-ferraillage transversal perpendiculaires aux bords libres : Pour les dalles en béton
armé de biais prononcé (angle de biais géométrique inférieur à environ 70grades) comportant
deux ou plusieurs travées continues, ou les dalles constituées d'une seule travée plus longue
que large, on choisira également de préférence le système de ferraillage perpendiculaire.

-ferraillage transversal anti parallèle à la direction des lignes d’appui : Pour les dalles
en béton armé de biais prononcé à travée unique plus large que longue, il sera préférable
d'opter pour l’option d’un ferraillage antiparallèle, où on a des d'aciers respectivement
parallèles et perpendiculaires aux lignes d’appui. On obtient ainsi le système de ferraillage le
plus efficace du point de vue mécanique mais le plus difficile pour le façonnage et
l’exécution.

 Vu que notre ouvrage possède une courbure, on adopte un système de ferraillage


transversal perpendiculaire aux bords libres.

3. Ferraillage longitudinal

3.1. Direction des armatures


Les armatures longitudinales peuvent être orientées soit parallèlement à l’axe
longitudinal de l’ouvrage, ce qui est généralement le cas, soit perpendiculairement aux lignes
d’appui. Dans notre cas les armatures longitudinales sont parallèles à l’axe de l’ouvrage.

3.2. Disposition type du ferraillage


La disposition des armatures longitudinales est recherchée en tenant compte des
considérations suivantes :

 Conserver des cheminées de bétonnage et de pervibration de 7 à 8 cm au minimum.


 Pour simplifier l’exécution, éviter d’avoir 2 lits de fer superposés.
 Le groupement choisi doit permettre d’envelopper, sans trop de gaspillage, les pointes
de la courbe enveloppe des moments.

2010-2011 Page 32
PFE ENIT

 Chaque nappe comporte un nombre entier de groupe de trois armatures dont


l’espacement minimal tient compte des moments extrêmes calculés.
 Les armatures de flexion sont disposées en deux nappes supérieure et inférieure.
 Afin de faciliter la réalisation d’arrêt des barres, les aciers de chaque paquet sont
numérotés comme indiqué sur le schéma ci-après :

Figure 19: disposition des aciers de chaque paquet

 Les armatures 1, 2 et 3 sont considérées ensemble pour l’épure d’arrêt des barres.
 Cependant, les armatures sont arrêtées, par ordre croissant, selon les moments
résistants.
 Eviter d’avoir deux lits d’acier superposés afin de faciliter l’exécution du ferraillage.

3.3. Calcul des armatures longitudinales


Du fait que la fissuration est supposé préjudiciable, le dimensionnement des armatures
longitudinales peut se faire soit à l’état limite de service ou l’état limite ultime. En supposons
que l’ELS est plus prépondérant on fait notre dimensionnement à cette état limite.
De ce fait, et partant des sollicitations extrêmes Mxx calculées pour des sections choisies de
l’ouvrage, nous déterminons les sections d’armature nécessaires dans chaque section.
Notons par, Aser la section d’armature à l’ELS, Mser le moment de flexion maximal à l’ELS
(Mser=Mx’x’), Zb le bras de levier et σs la Contrainte limite de traction l'ELS.
La section des armatures peut être déterminée par la formule [8] :

M ser
Aser 
Zb   s

2010-2011 Page 33
PFE ENIT

Avec :

 23 fe
 s  min  max( 0.5 fe ,110 f tj ( MPa) ) =215,55 MPa

 bc  0.6 f c 28

Mser
 
bd 2  s
En prenant une poutre élémentaire, la section utilisé pour le calcul des armatures est la
section transversale de cette poutre de dimensions b = 1 m et d=0.54m.
Pour déterminer Z/d on utilise l’abaque suivante [9]

Figure 20 : Abaque Z/d=f (  ) [9]

Le ferraillage de la nappe inférieur des sections à mi-travée et de la nappe supérieure sur

appuis sont présenté dans les tableaux si dissous.

2010-2011 Page 34
PFE ENIT

Tableau 7: ferraillage à mi-travée

Barres
Section
Mx’x’ max (t .m/m) (ELS) Section d’acier inférieure (cm²/m) (Nappe
à mi-travée
inférieur /m)
mi-travée 1 -23.6 21.83 5HA25
mi-travée 2 -42.88 37.24 5HA32
mi-travée 3 -43.15 37.42 5HA32
mi-travée 4 -41.34 35.85 5HA32

mi-travée 5 20.56 5HA25


-22.7

Tableau 8: ferraillage sur appuis

Section Mx’x’max (t .m/m) Section d’acier Barres (Nappe


sur appuis (ELS) supérieure (cm²/m) supérieure/m)

P5 41.76 40.25 6HA32


P6 98 101.68 13HA32
P7 93.24 96.26 12HA32
P8 91.24 94.3 12HA32
P9 97.31 100.89 13HA32
38.72
P10 6HA32
40.2

Après avoir calculer le ferraillage nécessaire pour chaque section en utilisant la règle d’épure
des barres donné par la courbe du moment décalé pour chaque nappe supérieure et inférieure
on vérifie bien que la section d’acier résiste aussi au moments min.

4. Ferraillage transversal
Le ferraillage transversal a un triple rôle :
- Equilibrer les moments fléchissant transversaux en travées et sur les lignes d’appuis
discontinus.
- Prendre en compte l’influence du biais (dans notre cas le pont est droit) en travée.

2010-2011 Page 35
PFE ENIT

- Jouer le rôle de couture, en particulier pour les coutures des scellements droits des
armatures longitudinales.
Dans le cas d’une ligne d’appui continue, le ferraillage transversal courant en travée est
prolongé jusqu’à la ligne d’appui.

4.1. Calcul des armatures transversales dues à l’effort tranchant


En générale, les armatures transversales dues à l’effort tranchant sont des étriers de
diamètre Ø8, pour dimensionner les aciers transversaux on doit tout d’abord
vérifier les contraintes de cisaillement dans le béton tel que [8]:

Vu  f 
u    u lim  min 0,15 c 28 ; 4 MPa 
b0  d  b 

Tel que : f c 28  30 MPa;  b  1.5 et V u : Effort tranchant

Le ferraillage transversal doit respecter la condition suivante pour les diamètres des barres
utilisées [8]:

b0 h
t  min (l ; ; )
10 35

Ce choix du diamètre des étriers est effectué pour compenser au maximum les
contraintes de cisaillement dans le béton qui résiste très mal à ce type de contraintes. En effet,
ces contraintes sont surfaciques, c'est-à-dire dispersées en tout point de la surface du béton et
pour une section calculée d’aciers d’âme dans une unité de surface, il est meilleur d’utiliser
un grand nombre de barres de petit diamètre que de mettre un petit nombre de barres de grand
diamètre, et cela pour mieux distribuer les barres d’aciers d’âme dans la section du béton pour
que ce dernier travaille moins au cisaillement (c'est-à-dire la section de béton qui transmet
l’effort de cisaillement aux aciers d’âme est plus petite car on trouve une concentration plus
grande de ce type d’acier).

4.2. Armatures d’âme


Les armatures d’âmes pour reprendre l’effort tranchant sont déterminer par la formule
suivante donné par le règlement BAEL [8]

At   0,3  k  ft 28
 f ed  u .
b0  st 0,9   sin   cos  

2010-2011 Page 36
PFE ENIT

Avec At la section des armatures transversales, St l’espacement entre les armatures, u l’effort
tranchant réduit, K un coefficient égale à 1 puisque la fissuration préjudiciable et  l’ange
d’inclinaison des armatures qui est égale à 90°.

4.3. Pourcentage minimale


L’espacement et la section ainsi déterminé doivent respecter une condition de
pourcentage minimale définit par le règlement BAEL [8]

At
 f et  0, 4MPa
b0  st

Ainsi le tableau ci-dessous résume tous les résultats de calcul des aciers transversaux sur
appuis :

Tableau 9: Aciers transversaux sur appuis

Vu(MN) u (MPa) u lim(MPa) At/St(cm/m) At(cm2/m) St(cm) St max(cm) %min(MPa)


0.45 0.84 3 0.27 6 22 40 1.07

1.57 2.90 3 0.93 13 14 40 3.71

1.56 2.89 3 0.92 12 13 40 3.70

1.53 2.83 3 0.91 12 13 40 3.62

1.56 2.90 3 0.93 13 14 40 3.70

0.45 0.83 3 0.27 6 22 40 1.06

4.4. Ferraillage transversale de flexion


Cette section d’acier est calculée par le moment de flexion transversale du tablier M y’y’
qui va dimensionner la section d’acier transversale.
A mi travée il est déterminé de la même façon que le ferraillage longitudinale
Le tableau ci-dessous présente les résultats de ferraillage à mi travée :

2010-2011 Page 37
PFE ENIT

Tableau 10: Ferraillage transversale de flexion

Barres
Section
My’y’ max (T .m/m) Section d’acier inférieure (Nappe
A mi-
(ELS) (cm²/m) inférieur/m
travée
)
12.10
mi-travée 1 5HA20
-13.21
mi-travée 2 -17.63 16.64 5HA25
mi-travée 3 -20.7 19.58 5HA25
mi-travée 4 -16.3 15.14 5HA25

mi-travée 5 14.34 5HA25


-15.07

Un ferraillage particulier sur les appuis sert à équilibrer les efforts Transmis par les piles par
l’intermédiaire des appareils d’appuis, on suppose dans l’étude que la zone sollicitée désignée
par le nom de « chevêtre incorporé » comme indique la figure suivante :

2010-2011 Page 38
PFE ENIT

Figure 21: Chevêtre incorporée

On assimile le chevêtre à une poutre interne dont :

 La longueur est la largeur de l’ouvrage.


 La largeur droite est égale aux deux tiers de la plus grande distance séparant deux
plaques d’appui d’une même ligne d’appui pour les chevêtres sur pile intermédiaire et
au tiers de cette distance augmentée de la longueur d’about pour les chevêtres sur
pile-culée.
 Sur les appuis de rive [2] :

1 a
Etendue  About   1
3 sin 

 Sur les appuis intermédiaires [2] :

2 a
Etendue   1
3 sin 

Les résultats de ferraillage sont résumés dans le tableau suivant :

2010-2011 Page 39
PFE ENIT

Tableau 11: ferraillage transversale de flexion

My'y'(t.m/ My'y' Section d’acier


m)  sin  Largeur (t.m) (cm2) Barres Espacement
107.1
22.42 2 0.96 2.24 50.31 50.68 7HA32 35
P5
52.1 116.7 0.89 3.73 194.39 192.98 25HA32 15
P6
53.21 121.7 0.85 3.92 208.47 206.58 26H132 15
P7
54.23 107.9 0.95 3.50 189.96 187.63 24HA32 15
P8
51.2 98.28 0.99 3.37 172.46 171.82 22HA32 15
P9
21.98 88.72 1.00 2.17 47.63 46.95 6HA32 40
P10

De même que pour les armatures longitudinales et après avoir calculé le ferraillage
nécessaire pour chaque section pour chaque nappe supérieure et inférieure on vérifie bien que
la section d’acier résiste aussi aux moments min.

5. Ferraillage due à la torsion


Pourvue que notre ouvrage présent une courbure l’effet de la torsion doit être prise en compte.

5.1. Section creuse équivalente


Les résultats des essais montrent que la partie centrale d’une poutre en béton armé, ou
encore le « noyau » de la section, ne joue pratiquement aucun rôle dans la résistance
mécanique vis-à-vis de la torsion. Par conséquent, dans le cas d’une section pleine, seul le
pourtour de la section participe réellement à la résistance. Dans ces conditions, on peut définir
quelque soit la forme de la section creuse équivalente, qui se déduit de la section réelle à
partir d’une épaisseur de paroi, constante sur tout le pourtour de la section, l’épaisseur de la
section creuse équivalente étant choisie de manière que la résistance de la section ainsi
définie, soit égale à la résistance de la section réelle.

Or l’expérience montre que l’épaisseur de la paroi dépend en réalité des dimensions de la


section réelle et en particulier de la plus grande dimension de celle-ci. Par conséquent si on

2010-2011 Page 40
PFE ENIT

note D le diamètre du plus grand cercle inscrit dans la section, on pourra prendre comme
valeur approchée de cette épaisseur le sixième du diamètre D [10] :

b0=D/6

La section creuse équivalente étant ainsi définie, on peut maintenant se ramener au cas d’un
tube mince et on peut ainsi calculer la contrainte tangente de torsion sous la forme [10] :

3T
u 
D

Ou  est la section inscrite dans le contour moyen de la section.

Figure 22: section creuse équivalente

2010-2011 Page 41
PFE ENIT

Figure 23: section inscrite dans le contour moyen [10]

5.2. Limitation de la contrainte tangente


En pratique le moment de torsion n’intervient jamais seul dans une poutre de béton
armé, mais accompagné toujours par l’effort tranchant. Or on a vu que la contrainte de
cisaillement doit être limitée en fonction de la condition de fissuration par conséquent le
principe de justification étant le même. Il conviendra de cumuler les contraintes de
cisaillement de la torsion avec celui de l’effort tranchant, étant donnée qu’on a une section
pleine on doit vérifier que [10] :

 uT
2
  uV
2
  lim
2

Avec τuT, τuT et τuT représentent respectivement la contrainte tangente de torsion, la contrainte
tangente conventionnelle et la contrainte admissible.

5.3. Détermination des armatures

5.3.1. Armatures transversales


On applique la règle de couture aux sections radiales. Si on adopte des armatures
transversales droites, la règle de couture s’écrit [10] :

At f e
  uT
b0 st  s

Soit b0 l’épaisseur de la section creuse équivalente. On a [10] :

2010-2011 Page 42
PFE ENIT

Tu A f T
 uT  d’où la relation t e  u
2b0 st  s 2
Pour les armatures de torsion et pour des raisons pratiques on prend des étriers HA10 on
garde le même nombre d’étriers calculé pour l’effort tranchant.
Dans le cas de notre section on a :
 =3.49 m2.
Les résultats du calcul des armatures transversales et de leurs espacements sont présentés dans
le tableau suivant :

Tableau 12: armatures transversales

Tu (MN.m/m)  uT
2
(M .N 2 / m 4 )  uV
2
( M .N 2 / m 4 )  uT2   uV2 (M .N 2 / m4 )  lim
2
( M .N 2 / m 4 ) At/st (cm /m) st (cm) At (cm2 /m)
0.10 0.02 0.71 0.72 9 0.39 15 6

0.22 0.10 8.41 8.51 9 0.89 15 13

0.17 0.06 8.35 8.41 9 0.71 17 12

0.17 0.06 8.01 8.07 9 0.71 17 12

0.21 0.09 8.41 8.50 9 0.87 15 13

0.09 0.02 0.69 0.71 9 0.38 13 5

Ces armatures transversales ainsi calculées sont à cumuler avec celles déterminée pour
rependre à l’effort tranchant.

5.3.2. Armatures longitudinales


On applique la règle de couture, aux sections droites. Si on note u, le périmètre du
contour moyen de la section creuse équivalente, on aura [10] :

Al f e
u
b0 u  s
Le taux d’armature à prévoir, est donc [10] :
Al Tu  s

u 2 f e

2010-2011 Page 43
PFE ENIT

Les armatures longitudinales à chaque mi travée et à chaque appui sont présentées dans le

tableau suivant :

Tableau 13: Armatures longitudinales à mi-travée

Section Tu (t.m/m) section d’acier (cm2) armatures


-4.58 32.56 5HA32
mi-travée 1
-14.7 104.51 13HA32
mi-travée 2
-13.65 97.04 13HA32
mi-travée 3
-13.21 93.91 12HA32
mi-travée 4
-14.46 102.80 13HA32
mi-travée 5

Tableau 14: Armatures longitudinales sur appuis

Section Tu (t.m/m) section d’acier (cm2) Armatures


9.52 67.68 9HA32
P5
21.65 153.92 20HA32
P6
17.13 121.78 16HA32
P7
17.32 123.13 16HA32
P8
21.24 151.00 20HA32
P9
9.37 66.61 9HA32
P10

Ces armatures ainsi calculées sont à cumuler avec les armatures de flexion.

6. Ferraillage des encorbellements


Le recours à des encorbellements est généralement dicté par des considérations d’ordre
esthétique. Leur présence augmente également le rendement géométrique de la section et
permet ainsi d’atteindre des portées plus importantes. Néanmoins, cette présence nécessite
une attention toute particulière concernant le ferraillage de la partie centrale de la dalle et

2010-2011 Page 44
PFE ENIT

l’utilisation d’armatures de renfort dans les sones de bord libre. De plus, les aciers propres aux
encorbellements et les aciers assurant la liaison des ces encorbellements à la dalle centrale
doivent être suffisants pour reprendre les efforts dus au retrait différentiel, du fait de
changement de section, et surtout, à l’encastrement de ces dalles en console.
L’encorbellement d’un tablier est calculé comme étant une poutre console encastrée dans la
nervure centrale du tablier. Le ferraillage transversal de l’encastrement d’un encorbellement
est calculé à l’état limite ultime. La section d’acier doit reprendre à cet effet le moment
ultime.
Les charges à prendre en compte dans le calcul des moments transversaux d’encastrement
sont :
 La charge permanente : Celle-ci comprend le poids propre de la console et le poids de
la superstructure supportée par cette dernière.
 Les charges d’exploitation.

6.1. Calcul des moments


Il ne s’agit dans ce qui suit que des moments transversaux unitaires d’encastrement.
Ces moments sont évalués par un calcul élastique et dans l’hypothèse d’un encastrement
parfait des encorbellements.
Nous désignons dans ce qui suit les moments d’encastrement :
MG : Dû à la valeur caractéristique maximale de la charge permanente.
Mss : Dû à la charge locale du corniche et BN4.
MR : Dû à la roue isolée de 6 T.
Le poids propre de l’encorbellement est :
Ppp  0.562 x2.5  1.4T / m .

Psup erstructure  0.6T / m

MG 
Ppp 
 Psup erstructure  (1.25)²

1.4  0.6
 (1.25)²  1.56T / m
2 2

M R  6 x1.25  7.5T .m
Par suite :
M  1.35 xM G  1.6  Mr  14.1T .m

2010-2011 Page 45
PFE ENIT

6.2. Calcul du ferraillage


La section doit reprendre à cet effet un moment ultime (M) calculé dans la section
d’encastrement.

6.2.1. Ferraillage supérieur transversal


Pour reprendre le moment ultime calculé la section d’aciers nécessaire :
Aencorbellement  7.62cm²

 Soit 7HA12

6.2.2. Ferraillage inférieur transversal


D’après les recommandations SETRA [11], le ferraillage inférieur constitue le tiers du
Aencorbellement
ferraillage supérieur, ce qui implique que Ainf   2.54cm²
2
 Soit 3HA12

6.2.3. Ferraillage longitudinal


Le ferraillage longitudinal inférieur et supérieur est pris égal au minimum la moitié du
ferraillage supérieur transversal. Mais au point de vue pratique et pour reprendre les efforts de
retrait différentiel entre l’encorbellement et la nervure, on va conserver la disposition des
armatures calculées pour la nervure.

2010-2011 Page 46
PFE ENIT

Chapitre 5 :

Etude des appareils


d’appuis

2010-2011 Page 47
PFE ENIT

1. Introduction
Les appareils d’appui interviennent directement dans le fonctionnement de la
structure. Placés entre le tablier et les appuis, leur rôle est de transmettre les actions verticales
dues à la charge permanente et aux charges d’exploitation et de permettre les mouvements de
rotation (effets des charges d’exploitation et des déformations différées du béton).

Il existe principalement trois types qui sont :

 Les appareils d’appui en élastomère fretté constitués par un empilage de plaques


d’élastomère et de feuilles d’acier
 Les appareils d’appui métalliques spécialement conçus pour certains grands ponts
métalliques.
 Les appareils d’appui spéciaux.
Dans le cas de notre ouvrage on choisit des appareils d’appui en élastomère fretté dont les
caractéristiques sont les suivantes :

 Une épaisseur des frettes comprise entre 2 et 4 mm ;


 Une épaisseur des feuilles de néoprène est de 8, 10 ou 12 mm.
Les appareils d’appui en élastomère fretté sont susceptibles de transmettre des efforts
horizontaux, verticaux et de rotation vue leur déformabilité.

Tableau 15: Appareil d’appui en élastomètre fretté

2010-2011 Page 48
PFE ENIT

2. Implantation des appareils d’appuis


L’espacement d’axe en axe entre appareils d’appui mesuré suivant la direction de la
ligne d’appui est donné par la formule suivante [4]:
1
Eapp  Edalle   5,00m
N app - 0,6

Avec Eapp l’espacement entre les appareils d’appuis, Edalle la largeur de l’intrados de la dalle et
Napp le nombre d’appareils d’appuis de la ligne d’appui.

3. Dimensionnement des appareils d’appui


Les règles de dimensionnement et de vérification des appareils d'appui visent à limiter leur
distorsion horizontale totale, aux Etats Limites Ultimes, sous l'action des sollicitations
verticales et horizontales et des déformations horizontales ou angulaires imposées à l'appareil
d'appui.

Figure 24: Dimensions de l’appareil d’appui

Pour que l’appareil d’appui assure son rôle, il faut que son aire (axb) vérifie la condition
suivante [12]
N max N max
σ m,max  ≤15MPa.  a.b 
a.b 15

Avec a et b les dimensions de l’appareil d’appui et Nmax est la charge verticale maximale.

2010-2011 Page 49
PFE ENIT

La valeur de Nmax est déterminée à l’aide des résultats donnés par ROBOT présentés dans
l’annexe.
Les résultats de pré dimensionnement figurent dans le tableau suivant :

Tableau 16: Choix des dimensions des appareils d’appuis


appui 1 appui 2 appui 3 appui 4 appui 5 appui 6

Nmax(MN) 1.29 2.46 2.56 2.49 2.44 1.05

a x b (cm²) 860 1640 1706 1660 1626 700

choix a x b 30 x 40 30 x 60 30 x 60 30 x 60 30 x 60 30 x 40

Epaisseur des
12 12 12 12 12 12
feuillets (mm)

4. Les actions transmises aux appareils d’appui


Il existe deux types des efforts transmis aux appareils d’appui qui sont également :

4.1. Les efforts verticaux


Les efforts verticaux sont les réactions d’appui des charges suivantes :
Les charges permanentes (tablier), la charge Bc et la charge Mc.

4.2. Les efforts horizontaux


Les efforts horizontaux comprennent les réactions de freinage dues aux surcharges Bc et Al
ainsi que les réactions dues au retrait et aux effets de température.

a. Effort de freinage dû à la charge AL


Les charges roulantes du système AL sont susceptibles de développer des réactions de
freinage.
L’effort de freinage correspondant à la charge AL est donné par la formule suivante [6]
a1 a 2 Al  Lch  l c  36
FAL  avec AL  0.23  (t / m²)
20  0.0035  Lch  l c  L  12

2010-2011 Page 50
PFE ENIT

La force de freinage F AL donnée par A(L) étant croissante avec la longueur chargée. Pour un

appui, cette force atteint sa valeur maximale lorsqu’un freinage aura lieu dans les deux travées
voisines dans le même sens.
a1 = 1 (pont de 1ère classe) et a2 = 1.

Les efforts de freinage dus à la charge AL sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 17 : Effort de freinage dû à la charge AL

Travée1 Traveé2 Travée3 Travée4 Travée5 Travée 2+3

Longueur
11 14 14 14 11 28
chargée

AL (t/m²) 1,79 1,61 1,61 1,61 1,61 1,13

FAL (t) 6,80 7,76 7,76 7,76 6,12 10,71

b. Effort de freinage dû à la charge Bc


Parmi tous les camions Bc qu’on peut placer sur le pont, nous supposons qu’un seul camion
peut freiner.
L’effort de freinage dû à un véhicule du système Bc est égal à 30 T [6].

4.3. Répartition des efforts horizontaux

4.3.1. Souplesses et rigidités des appuis


Chaque ligne d’appui est équipée de 2 appareils d’appuis en caoutchouc fretté.
La souplesse des appareils d’appuis, d’une ligne d’appuis est donnée par la formule suivante
[6] :

T
S ( i /d ) 
N G ( i /d )  A

Avec N désigne le nombre d’appareils par ligne d’appui (deux dans notre cas), i et d
successivement la déformation instantanée et différée, T l’épaisseur du néoprène (T =4x12
mm), A la surface des appareils d’appui, Gi la module d’élasticité transversale du n, Gi = 1.6

2010-2011 Page 51
PFE ENIT

MPa sous les actions soutenues (de longue durée) et Gd = 0.8 MPa sous les actions rapides
(de courte durée).
Les résultats de calcul de la souplesse des appareils d’appuis sont figurés ci-dessous.

Tableau 18: souplesse des appareils d’appuis

Appui Appuis des rives P5 et P10 Appuis P6, P7, P8 et P9

Sd (10-3 m/t) 2.5 1.66

Si (10-3 m/t) 1.25 0.83

La rigidité K est l’effort fourni pour avoir un déplacement de 1 m, alors elle est obtenue par la
1
formule suivante [6] : K
S
Les résultats de calcul de la rigidité des appareils d’appuis sont figurés ci-dessous.

Tableau 19: Rigidité des appareils d’appuis

Nature Souplesse (10-3 m/t) Rigidité (t/m)

Appuis des rives Instantanée 2.5 400

P5 et P10 Différée 1.25 800

Appuis Instantanée 1.66 602.4

P6, P7, P8 et P9 Différée 0.83 1204.81

1.1.Souplesse des piles et semelles

La souplesse du fût est estimée par l'intégrale suivante [6] :


Hsemelle hpile
1 x² x²
S=
E ∫
0
I s
+ ∫I
0 pile

Un calcul manuel de cette intégrale nous a mené à déterminer la souplesse instantanée S2p,i et
différée S2p,v pour chaque pile dont les valeurs sont présentés dans ce tableau :

2010-2011 Page 52
PFE ENIT

Tableau 20: Souplesse des fûts

Appuis P5 P6 P7 P8 P9 P10

S2p,i (10-3
0.11 0.20 0.20 0.20 0.20 0.11
m/t)

S2p,v (10-3
0.32 0.60 0.60 0.60 0.60 0.32
m/t)

4.3.2. Souplesse des fondations


Les souplesses des fondations sont déterminées à l'aide du logiciel "PSH" du SETRA.
Les données sur le sol nécessaire pour faire le calcul par ce logiciel sont présentées dans le
tableau ci-dessous :

Tableau 21: Données géotechniques du sol

nature du sol z(m) Ep (bars)  Ki(t/m3)

sable fin à moyen beige de 2 à 11.5 112.66 0.33 3860.96

argile sableuse de 11.5 à 14.5 57.47 0.5 1536.80

Sable moyen à grossier beige de 14.5 à 18 97.41 0.33 3338.33

argile sableuse graveleuse de 18 à 22 95.77 0.5 2560.99

sable fin à moyen grisâtre de 22 à 26.5 110.48 0.33 3786.25

argile vaseuse de 26.5 à 35.5 63 0.5 1684.68

argile silteuse de 35.5 à 45 228.79 0.5 6118.08

2010-2011 Page 53
PFE ENIT

Avec
1 12 Ei
Ep   n et Ki 
4 B0  B 
n

 1 / Ei
i 1

3 B 
 (2.65  )  
B0 

Où Ep désigne la moyenne harmonique des modules mesurés dans les tranches, Ki la raideur
ki
instantanée, α le cœfficient rhéologique du sol, Ei la module pressiométrique du sol, k v  ,
2
B le diamètre du pieu et B0 une dimension de référence = 0.60 m.
Les résultats des déplacements et de rotations des pieux sous l’action d’une force unitaire T=1
Tonne à courte et à longue durée sont regroupés dans le tableau suivant :

Tableau 22: Résultats PSH pour les piles

L.D. C.D.

Uv (10-3m) θv (10-3 rd) Ui (10-3m) θi (10-3 rd)

0.15 0.054 0.0.65 0.021

Les détails de calcul sont présentés dans l’annexe.


La souplesse de la fondation est calculée par cette formule [6] :

u   .hmoy
sf = U3 =
nf
nf est le nombre de pieux par appui et hmoy la hauteur totale du système (fût – semelle) pour
les piles.
Les souplesses sont regroupées dans le tableau suivant

2010-2011 Page 54
PFE ENIT

Tableau 23: Souplesse des fondations

S3v (10-3 S3,i (10-3


Appuis
m/t) m/t)

P5 0.16 0.06

P6 0.15 0.06

P7 0.16 0.07

P8 0.19 0.08

P9 0.22 0.09

P10 0.22 0.09

4.3.3. Souplesse et rigidité totale des appuis


On désigne par S et K respectivement la souplesse et la rigidité totale de l’appui.

La souplesse et la rigidité de chaque appui sont résumées ci-après :

Tableau 24: Souplesse totale des appuis

Sv (10-3 Si (10-3 Kv (10-3 Ki (10-3


Appuis
m/T) m/T) m/T) m/T)

P5 3.00 1.42 0.33 0.70

P6 2.38 1.08 0.42 0.92

P7 2.39 1.09 0.42 0.92

P8 2.42 1.10 0.41 0.91

P9 2.45 1.11 0.41 0.90

P10 3.06 1.34 0.33 0.75

2010-2011 Page 55
PFE ENIT

4.4. Les déplacements dus à une variation uniforme de température et


au retrait du béton
On distingue deux types de dilatation thermique, dilatation de courte durée et
dilatation linéaire de longue durée notée respectivement Utc et Utl données par :

U tc  ε tc xlc
-

U tl  ε tl xlc
-

Avec εtc et εtl représentent respectivement la déformation du béton à court et à long terme et

ont les valeurs suivant ε tc  1.10 , ε tl  2.5.10 et lc est la longueur entre le milieu du tronçon
-4 -4

et l’appui étudié.

Le retrait du béton U r  ε r  l c avec ε r  3.5.10 pour un ouvrage en béton armé, avec εr


-4

est la déformation due au retrait du béton.

Le tableau suivant regroupe les résultats de calcul.

Tableau 25: Déplacements dues à la variation de la température et au retrait du béton

Appuis P5 P6 P7 P8 P9 P10

Lc 35 21 7 7 21 35

Utc 0.0035 0.0021 0.0007 0.0007 0.0021 0.0035

Utl 0.00875 0.00525 0.00175 0.00175 0.00525 0.00875

Ur 0.01225 0.00735 0.00245 0.00245 0.00735 0.01225

4.5. Répartition des efforts horizontaux dus au retrait et aux effets


thermiques
Les efforts horizontaux dus au retrait et à la dilatation thermique dépendent de rigidités
totales. Donc ces efforts seront calculés dans les deux cas instantané et différé.

Pour ces efforts horizontaux on a H i  K i u i


Le tableau suivant récapitule les efforts dus au retrait du béton relatifs aux différents appuis :

2010-2011 Page 56
PFE ENIT

Tableau 26: Efforts dus au retrait du béton

Appuis P5 P6 P7 P8 P9 P10

HTCD 2.46 1.93 0.64 0.64 1.89 2.63

HTLD 2.89 2.21 0.74 0.72 2.15 2.89

Hret 8.60 6.76 2.25 2.23 6.62 9.19

Si on pose u i le déplacement de l’appui i, on aura :

n
H i  K i u i et H   H i
1

Vu l’indéformabilité du tablier, tous les déplacements sont supposés égaux :

n n n
i u i  u  H   H i   K i ui  u K i
i 1 i 1 i 1

H
Ainsi on a : u n

K
i 1
i

2010-2011 Page 57
PFE ENIT

Finalement la répartition horizontale instantanée et différée des efforts de freinage au niveau


de chaque appui due aux charges Al et aux charges Bc est calculée à partir de la formule
Kj
suivante : H Frain  F frain 2

K1
j

Le tableau suivant résume les efforts horizontaux de freinage aux appuis :

Tableau 27: Efforts horizontaux de freinage

P5 P6 P7 P8 P9 P10

Hinst-Al 0.96 1.43 1.43 1.42 1.11 1.61

Hinst-Bc 4.23 5.54 5.54 5.48 5.42 4.52

Hdiff-Al 1.00 1.45 1.45 1.41 1.12 1.57

Hdiff-Bc 4.40 5.60 5.60 5.47 5.47 4.40

4.6. Les rotations


La rotation des charges permanentes est obtenue par la formule suivante [6]:

g per .L3c
 per 
24.E .I

Avec :

θper désigne la rotation des charges permanentes (rad), g per la charge permanente, Lc la

longueur de calcul d’une travée, E le module d’élasticité (différé) pour les charges

permanentes : E =1149676,02 tonnes et I le moment d’inertie du composant de l’appui par


rapport à la ligne d’appui.

La rotation des charges exploitation q est obtenue par la formule suivante [6] :

q .Lc3
q 
24.E  .I

2010-2011 Page 58
PFE ENIT

Avec :

q : La charge d’exploitation (Al, Bc et Mc 120)


I : Le moment d’inertie du composant de l’appui par rapport à la ligne d’appui
La rotation totale sur un appareil d’appuis est la rotation totale due à la charge permanente
plus la rotation due à une charge d’exploitation. Pour déterminer les rotations des appareils
d’appuis on utilise le logiciel robot la rotation maximal donné pour toute les combinaisons de
cas de charge est de 2.10-3 rad. Les rotations des appuis sont détaillées dans l’annexe.

5. Vérifications des appareils d’appuis

5.1. Condition de non glissement


La vérification du non-glissement est assurée, en l'absence de dispositif anti
cheminement [12]:
N min
σ m,min  ≥3MPa
ab
Où Nmin désigne la réaction minimale sous charges permanentes, a et b sont les dimensions de
l’appareil d’appui.
Cette condition est vérifiée.

5.2. Hauteur nette de l’élastomère


La condition habituellement prépondérante est celle de εq liée au déplacement
horizontal maximal. Celui-ci est dû, essentiellement, au déplacement imposé par la
température uniforme sur la structure plus éventuellement le déplacement dû à la force de
freinage.

Figure 25 : La distribution des contraintes d’un effort horizontal sur un appareil d’appuis

2010-2011 Page 59
PFE ENIT

La distorsion sous déformation lente  H 1 donne :  H 1  0.5G

⇒tgγ 1 ≤0.5
u
⇒ 1 ≤0.5 ⇒T ≥2u1
T

Avec G le module de déformation transversale d’élastomère qui est égale à 0.8 MPa et u1 le
déplacement de l’appareil qui est la somme du déplacement dû au retrait du béton et au
déplacement dû à la dilatation thermique à longue durée.

u1  u retrait  uTLD

Lc Lc
Avec uretrait  εr  et uTLD   εt 
2 2
a a
T > 2 x 208. 10-4 et il faut aussi que T vérifie la condition de non flambement ≤T ≤
10 5

Donc on choisit T = 60 mm.

5.3. Vérification des appareils d’appuis vis-à-vis la compression,


distorsion et rotation
Le dimensionnement des appareils d'appui est essentiellement basé sur la limitation des
contraintes de cisaillement qui se développent dans l'élastomère au niveau des plans de
frettage et qui sont dues aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l'appareil.
L'appareil d'appui est soumis à la compression, à la distorsion et la rotation.

5.3.1. Compression
Sous un effort normal, des contraintes de cisaillement  N apparaissent au niveau du plan de
frettage suivant la répartition donnée sur la figure si dessous.
Les contraintes maximales se développent sur les bords de chaque feuillet et plus précisément
au milieu des grands côtés. La valeur maximale de cette contrainte,  N , est (au milieu de b):

2010-2011 Page 60
PFE ENIT

Figure 26 Répartition des contraintes de cisaillement sous l'effet de la compression [6]

On a
3t (a  b) R
N 
a 2b 2
Avec a et b les dimensions de l’appareil la plus grande, a=30 mm et b=60 mm et t est
l’épaisseur des feuillets qui est de 12 mm

D’où

3 *12(0.3  0.6) * 2.56


N   2.56 MPa
0.32 * 0.6 2

5.3.2. Distorsion
La distorsion totale de l’appareil d’appuis est due à deux types de distorsion :
 Une distorsion sous déformation lente H1 due aux efforts de retrait et de
dilatation tel que [6]
H1  0.5 x G
u1
H1 = G.tg1= G 
T
u1 = u retrait + u TLD
 Une Distorsion sous effort dynamique H2 tel que [6] :
H2
H2 =
ab

2010-2011 Page 61
PFE ENIT

Avec H2 : effort horizontal de freinage pour un appareil d’appui


La contrainte conventionnelle de calcul H est calculé par la formule suivante [6]

H= H1+0.5H2

H  0.7 x G

Figure 27 : distorsion de l’appareil d’appui

5.3.3. Rotation
Lorsqu'une frette, solidaire d'un feuillet, accomplit une rotation par rapport à l'autre frette
solidaire du même feuillet, la répartition des contraintes de cisaillement s'établit comme
indiquée dans la figure si dessous.

Figure 28 Variation des contraintes de cisaillement due à la rotation

2010-2011 Page 62
PFE ENIT

On a [6]

G a 2
  ( ) t
2 t

Avec t =T /nombre de feuillets ;


On tient compte des défauts de pause en ajoutant à la rotation due aux charges  une rotation
0 :
0 = 2.10–3 rad (tabliers en BA coulé sur place).
Donc T =  + 0 = 4.10-3

5.3.4. Contrainte totale de cisaillement 


Il faut que la contrainte totale de cisaillement vérifie la condition suivante [6] :
N+ H + < 5G = 4
Les résultats de calcul ont montré que toutes les conditions sont vérifiées :
H1 = 0,277 < 0.4 MPa ok
H = 0,552 MPa < 0.56 MPa ok
ταT = 0.23 MPa < 1,74 MPa ok
N+ H +  = 3,62 MPa < 4 MPa ok

6. Dimension des frettes


Pour les frettes on utilise des grillages formés de barres reliées en « épingle à
cheveux » alternées, disposées alternativement dans deux directions perpendiculaires.
Les extrémités des barres constructives d’une frette sont convenablement ancrées par
courbure dirigée vers l’intérieur du noyau fretté.
L’écartement des frettes successives ne doit pas dépasser 1/5 de la plus petite dimension
transversale du bossage.
L’épaisseur des frettes est donnée pour les cas courants et les différentes productions, dans le
tableau suivant :

2010-2011 Page 63
PFE ENIT

Tableau 28: Epaisseur des frettes [12]

t : épaisseur de
8 10 12 20
l’élastomère

Acier ordinaire 2 3 3 4

Acier inox 2 3 3 4

a m
Pour dimensionner les frettes on doit vérifier que [12] : t s  et t s  2mm
 e
  e  235MPa : Limite d’élasticité en traction de l’acier des frettes

σ m,max  12.25MPa
300  12.25
ts ≥  1.87 mm et t s ≥2mm
8.33  235
Donc on adopte une frette d’épaisseur 3 mm.

7. Bossage et frettage

7.1. Bossage

Les bossages sont des surfaces en béton armé lesquelles on pose les appareils d’appui
d’une part et qui jouent le rôle d’indicateur de position des vérins d’autre part. Ils doivent
présenter sur chaque coté du néoprène un débord de 5 cm au minimum.

Figure 29 : Détail du bossage


2010-2011 Page 64
PFE ENIT

Les bossages sont les surfaces sur lesquelles se reposent les appareils d’appui. Ils doivent
représenter sur chaque côté du néoprène un débord de 5 cm au minimum.
On choisit donc ces dimensions qui répondent à la condition précédente :

Tableau 29: Dimensions des bossages

Piles

a0 (m) 0.30

a (m) 0.40

b0 (m) 0.60

b(m) 0.70

D’autre part et pour faciliter le changement des appareils d’appuis, la hauteur entre l’intrados
du tablier et la face supérieure de l’appui doit être au moins égale à 15 cm.

7.2. Frettage et armatures de renforcement


On utilise des quadrillages formés de barres repliées en « épingle à cheveux » alternés,
disposés alternativement dans deux directions perpendiculaires.
Les extrémités des barres constructives d’une frette sont convenablement ancrées par
courbures dirigées vers l’intérieur du noyau fretté.
L’écartement des frettes successives ne doit pas dépasser 1/5 de la plus petite dimension
transversale du bossage.
Lorsqu’une pièce d’aire S est soumise à une compression uniforme sur une partie de sa
surface d’aire S0 (c’est le cas des appareils d’appui), l’effort de compression admissible sur S
est égal à celui d’une pièce soumise à une compression simple, multiplié par un coefficient de
majoration k.

Les surfaces S 0  a 0  b0 et S  a  b sont des rectangles concentriques de même axe. Le


coefficient k de majoration qui se relie à l’effet de compression vaut [12] :

2010-2011 Page 65
PFE ENIT
1

 4  a b    4  a 0   4  b0   2
k  1   3 - (  0  0 )    ( 1 - )    ( 1- ) 
 3  a b    3  a   3  b 
Le coefficient de majoration pour les piles et les culées k = 1.00

7.3. Vérification des pressions localisées


On a :
N u max 0.85 f c 28
σb   kfbu et f bu   17.0MPa
ab γb
Tableau 30: Vérification des pressions localisées

Numax (t) σ bc ( MPa ) kfbu

Piles 256 14.22 17.0

Ainsi la pression localisée est vérifiée.

7.4. Frettes de surface


Pour les frettes de surface, on adopte la même section d’acier dans les deux directions ;
parallèle et perpendiculaire à l’appui. La section totale d’acier dans chaque direction doit
pouvoir équilibrer un effort normal égal à 0.04 Rumax.

0.04 xRu max


Af 
f su

La section d’armature des frettes Af = 2.94 cm²

On adopte 6 HA 8 parallèles à la ligne d’appui et 6 HA 8 perpendiculaires à la ligne d’appui,


soit alors A f  3.02cm² .

2010-2011 Page 66
PFE ENIT

Figure 30: plan d’un frettage pour le bossage sous un appareil d’appui

7.5. Armatures d’éclatement


Les armatures d’éclatement sont disposées à une profondeur comprise entre E/3 et E, à partir
de la face supérieure de l’appui. La section d’armature est donnée par la formule suivante
Ae = max( Ae1 , Ae 2 )

- Parallèle à la ligne d’appui :

b Nu max
Ae1  0.25(1 - ) 
d fsu

Avec :

d = 2 min {(axe appareil d’appui, axe pile) ; (axe appareil d’appui, extrémité pile)} pris égale
à 2 m.

Nu max
Ainsi Ae1  11.96cm² et Ae 2  0.15   11.04cm 2
fsu

Donc : Ae = 11,96 cm2.

On adopte 5 HA 14 par face, soit alors Ae  15.39cm² .

2010-2011 Page 67
PFE ENIT

- Perpendiculaire à la ligne d’appui :

a Nu max
Ae1  0.25(1 - )
ep fsu

Avec ep l’épaisseur de la pile égale pris égale à 0,6 m.

Ae1  6.13 cm² , Ae1  6.13 cm² et Ae  11.04 cm²

On adopte 5épingles HA12 espacés de 12.5 cm.

7.6. Armatures de chaînage


Le chaînage est dimensionné de telle sorte qu’il équilibre un effort égal à 0.25 fois la descente
de charge localisée la plus forte. La section correspondante d’armatures aura pour valeur :
0.25Rmax
Ac =
f su

Ac  18.4cm²
On adopte 4 HA 25, soit alors Ac = 19.64 cm2.
Pour limiter la propagation d’éventuels fissures, l’ensemble Ah des armatures
horizontales placées sous le chaînage, sur une hauteur égale à la moitié de l’espacement des
appareils d’appuis (2.50 m pour notre cas), devra pouvoir reprendre dans les mêmes
conditions un effort égal à 0.125 × Rmax
0.125  Rmax
Ah   9.2cm²
f su
On adopte 12 HA 10, soit alors Ah = 9.42 cm2.

2010-2011 Page 68
PFE ENIT

Chapitre 6:

Etude d’appuis

2010-2011 Page 69
PFE ENIT

1. Introduction
Les piles simples sont constituées chacune par un fût "marteau" fondé, par l’intermédiaire
d’une semelle de liaison, sur une file de 3 pieux forés Ф900mm.
ِ
Dans cette partie, nous présenterons, d’abord les combinaisons des charges. Puis, nous
effectuerons la descente des charges. Par la suite, nous calculerons les piles.

2. Combinaisons de charges
Les combinaisons de charge considérées à l’ELU et à l’ELS sont données ci-dessous :

¤ E.L.S.

C1 = Gmax + Ret.

C2 = C1 + 1,2 [Almax + H.Al] + 0,6 Tld

C3 = C1 + 1,2 [Bcmax + H.Bc] + 0,6 Tld

C4 = C1 + Mc120max + 0,6 Tld

C5 = Gmin + Ret.

C6 = C5 + 1,2 [A(l)min + H.Al] + 0,6 Tld

C7 = C5 + 1,2 [Bcmin + H.Bc] + 0,6 Tld

C8 = C5 + Mc120min + 0,6 Tld

C9 = Gmin + Ret. + Tcd

¤ E.L.U.

C10 =1,35 C1 + 1,605 [A(l)max + H.Al] + 0,78 Tld

C11 =1,35 C1 + 1,605 [Bcmax + H.Bc] + 0,78 Tld

C12 =1.35 C1 + 1,35 Mc120max + 0,78 Tld

C13 = C5 + 1,605 [A(l)min + H.Al] + 0,78 Tld

C14 = C5 + 1,605 [Bcmin + H.Bc] + 0,78 Tld

2010-2011 Page 70
PFE ENIT

C15 = C5 + 1,35 Mc120min + 0,78 Tld

C16 = Gmin + Ret. + 1,35 Tcd

Avec :

G la charge permanente, AL l’effort dû à la charge AL, HAL l’effort de freinage du à la charge


AL, Bc l’effort dû à la charge Bc, HBc l’effort de freinage du à la charge Bc, Mc 120 l’effort dû à
la charge Mc 120, Ret l’effort dû au retrait du béton, TCD l’effort dû aux charges thermiques à
courte durée et TLD l’effort dû aux charges thermiques à longue durée.

Les sollicitations et les résultats de calcul de cette partie sont détaillés pour chaque pile et
sous différentes combinaisons dans l’annexe.

3. Ferraillage des fûts

3.1. Calcul des armatures à l’ELU


Les fûts de section rectangulaire sont calculés à la flexion composée. On se rapporte aux
abaques du SETRA de flexion composée [13] d’une section rectangulaire armée par deux
nappes symétriques.

Les coordonnées de l’baques sont :

 10.N 10  3.14
a  
f bu .b.h 14.16  4.7  0.60
 0.79


b  32.M 32  2
  2.67
 f bu .b.h² 14.16  4.7  0.60 2

3.2. Armatures longitudinales


On estime laisser un enrobage de 5 cm. On place les valeurs sur l’abaque (a,b) et on
constate que les points représentant les sollicitations sont extérieurs au domaine admissible,
d’où le ferraillage qu’il faut prendre est minimal. D’après les recommandations du PP73 [] et
en raison du risque de choc sur les piles, la section minimale d’armatures longitudinales
correspond à un taux de 2% de la section du béton et par deux nappes symétriques.
Un ferraillage minimal longitudinal est préconisé d’après le BAEL 91 se détermine
selon les trois conditions suivantes :

2010-2011 Page 71
PFE ENIT


4 cm² / ml de parement ; 4  4.7  18.12cm²


As , min  max 0.2%de sec tion de béton; 60  470  0.002  56.4cm²
 b  d  f t 28 470  54  2.1
condition  de  non fragilité ; 0.23   0.23   30.65cm²

 f e 400

On adopte un ferraillage longitudinal (qui part de la semelle de liaison et continue jusqu’à la


tête du fût) constitué par :

As  56.4cm 2 , c'est-à-dire 28,2 cm²/ml par face.

On adopte19 HA14 tous les 25 cm.

3.3. Armatures transversales


Il faut une section d'armature au mois égale au quart de la section d’armatures verticales, soit
7.05 cm2/ml et par face. On prendre des 5HA14 espacés de 20 cm (7,7 cm²/ml) cet
espacement sera réduire de moitié dans les zones de recouvrement c-à-d des HA 14 espacés
de 10 cm.

As ≥0.05 % de section du béton ; 60x470x0.0005=14,1cm2/ml.

3.4. Vérification à l’ELS


Pour toutes les combinaisons, on doit vérifier la section d’armatures déjà choisie.

On a, pour une section rectangulaire armée par deux nappes symétriques, un pourcentage
d’armature   44% et on constate qu’il n’y’a pas de point figuratif sur la courbe

correspondante à   44% de l’abaque à l’ELS, ce qui signifie qu’il se situe dans la zone à
gauche de la droite reliant les points encerclés qui correspond au cas où la section est
entièrement comprimée.

La contrainte de compression limite est la suivante :

σ bc  0.6 xfc 28  15MPa

N .h 3.14  0.60
  0.9
M 2. 1

2010-2011 Page 72
PFE ENIT

Les fissurations sont préjudiciables

2 
 s  min  Fe ;110 f tj   202MPa
3 

D’après l’abaque du SETRA correspondant à   44% et N .h  0.9 trouvée, on aura :


M

 σ bc b.h²
 M  10.75
  d
   Abaque   0.90
 σ b.h²  h
 s
5
 40 M

Ce qui nous donne les résultats suivants successivement pour la contrainte de compression du
béton et la contrainte de traction de l’acier.

σ bc  13.34 MPa  15MPa.



σ s  182.37 MPA  202 MPa.

3.5. Justification vis à vis du flambement


- La hauteur maximale des piles est : lo max = 9,35 m

- La longueur de flambement correspondante est : lf = 0.7 lo max = 6.54m

- Le moment d’inertie : I = bh3/ 12

- La section d’un fût est : B

I lf
Or i donc    38.5
B i

L’élancement  étant inférieur à 50, les justifications vis à vis du flambement ne seront pas
requises.

2010-2011 Page 73
PFE ENIT

Chapitre 7 :

Fondation

2010-2011 Page 74
PFE ENIT

1. Introduction
Le sol de fondation est l'un des facteurs de choix de l'implantation des appuis et de la
répartition des travées. En outre, c'est le principal facteur de détermination du type de
fondation.

Selon la nature du sol de fondation, le choix du type de fondation s'effectue entre la fondation
superficielle ou la fondation profonde (pieux ou puits)

Pour cela, une campagne de reconnaissance géotechnique a été réalisée couvrant l’ensemble
des ouvrages.

Cette campagne a porté sur l’exécution de :


 Deux sondages carottés de 45.00m de profondeur.
Les sondages carottés ont fait l’objet de prélèvement d’échantillons intacts pour des essais en
laboratoire.
 Deux sondages pressiométriques de 45.00m de profondeur avec des essais tous
les mètres. voir annexe (rapport géotechnique).
Les caractéristiques mécaniques du sol sont déterminées à l'aide des essais pressiomètrique,
où on mesure les pressions de fluage Pf, les pressions limites Pl ainsi que les modules
pressiomètrique Em.
Ce sondage permet, d’identifier le type de sol qui comprend une série des couches (Sable fin à
moyen beige, argile sableuse, sable moyen à grossier beige, argile sableuse graveleuse, sable
fin à moyen grisâtre, argile vaseuse et argile silteuse)

2. Choix de type de fondation


Le type de fondation est essentiellement conditionné par l’importance des charges relatives à
la résistance du terrain.

La compagne de reconnaissance géotechnique donne que Le système de fondation serait de


type profond sur des pieux

Les pieux seront des pieux forés. Ces types de pieux sont les plus répandue sur le marché
tunisien aussi ils sont moins cher d’exécution en terme de cout.

2010-2011 Page 75
PFE ENIT

3. Détermination des charges

3.1. Charge limite d’un pieu isolé


Considérons un pieu isolé soumis à une charge verticale. Le pieu traverse différentes couches
de sol de qualité plus ou moins bonnes pour s’ancrer dans une couche de sol aux
caractéristiques mécaniques favorables. Cette couche s’appelle couche d’ancrage ou
substratum résistant.

La charge limite du pieu Qu est obtenue en additionnant la charge limite de pointe Qpu qui
correspond au poinçonnement du sol sous la base du pieu et la charge limite Qsu mobilisable
par le frottement latéral entre le sol et le pieu [14].

Qu  Q su  Q pu

La charge limite de pointe est donnée par : Q pu   p Aq pu

La charge limite de frottement est donnée par : Qsu   s Pqsi ei

Avec :

p coefficient réducteur de section de l’effort de pointe, s coefficient réducteur de section de


D 2
l’effort de frottement latéral, A l’aire de la section droite A  , P le périmètre de la
4
section du pieu, qpu la résistance limite de pointe, qsi le frottement latéral unitaire limite dans
couche i, ei l’épaisseur de la couche i et h l’hauteur d’ancrage.

2010-2011 Page 76
PFE ENIT

Figure 31: Essai de chargement d’un pieu isolé [15]

Remarque : La détermination de A et de P ne pose pas de problème particulier pour les pieux


à section pleine ou pour les pieux tubulaires fermés. Pour les autres sections, on se réfèrera au
tableau ci-dessous :

Les valeurs de ρp et ρs sont données dans le tableau ci-contre

Figure 32: Valeurs de ρp et ρs [15]

2010-2011 Page 77
PFE ENIT

3.2. Dimensionnement des pieux

3.2.1. Dimensionnement par la méthode pressiométrique


Le fascicule 62 titre V définit une hauteur d’encastrement équivalente De selon la formule
suivante :

D
1
De  * p
*
l ( z ).dz
ple d

Avec :

- ple* : Pression limite nette équivalente.

- pl*(z) : Pression limite nette à la profondeur z.

- d : pris en général égal à 0

- D : hauteur d’encastrement réelle du pieu

D 3a
1
Ple * 
b  3a 
D b
Pl *(z ).dz

Avec :

b = min (a, h)

a = la moitié de la largeur B de l’élément de fondation si celle-ci est supérieure à 1m et à


0,50m dans le cas contraire.

h = ancrage dans la couche porteuse

La contrainte limite de pointe est donnée par :

qu  Kp  Ple * (t / m ²)

La valeur de kp, facteur de portance, est choisi à partir du tableau ci-dessous en fonction de la
nature du sol et du mode de mise en œuvre (type de pieu), quelque soit la géométrie de la
section droite de l’élément de fondation.

2010-2011 Page 78
PFE ENIT

Figure 33: Classification des sols [15]

Figure 34: Valeurs du coefficient de portance kp [15]

1.1.1. Détermination du frottement latérale qs

Selon le fascicule 62 titre V, les valeurs de qs = f (pl*) sont données par la figure suivante :

2010-2011 Page 79
PFE ENIT

Figure 35: Valeurs du frottement latéral unitaire[15]

Le choix de la courbe (Q1 à Q7) à considérer est donné par le tableau suivant :

Figure 36: Détermination des abaques [15]

2010-2011 Page 80
PFE ENIT

3.2.2. Détermination des charges admissibles sous différentes sollicitations


A l’E.L.S., selon le fascicule 62, il est fait référence à la charge de fluage notée Qc.

Tableau 31: Charges de fluage pour pieux forés [14]

Charge de fluage en Charge de fluage en traction


compression

Pieux forés Qc = 0.5 Qpu + 0.7 Qsu Qtc = 0.7 Qsu

Les valeurs des charges admissibles sont données dans le tableau ci-dessous :

Figure 37: Combinaisons d’actions [14]

Etats limites Combinaisons Traction Qmin Compression Qmax

Fondamentales Qtu Qu

1 .4 1 .4

E.L.U Accidentelles Qtu Qu



1 .3 1 .2
Rares Qtc Qc

1.4 1.1

E.L.S Quasi-permanentes 0 Qc
1.4

4. Profondeur des pieux et justification vis-à-vis du sol


Pour la justification des fondations, nous considérons les combinaisons d’action propriétaires
dictées par le fascicule 62 titre V.

Les efforts maximaux par pieu sont récapitulés ci-dessous selon leurs combinaisons à l’ELU
et à l’ELS.

A l’ELU on a

2010-2011 Page 81
PFE ENIT

4.1. Combinaison fondamentale


Dans notre cas la combinaison fondamentale à l’ELU correspond à 1.35multiplié par la
combinaison C1avec

Np,p,u=149.36 t.

4.2. Combinaison accidentelle


Dans notre cas la combinaison accidentelle maximale à l’ELU correspond à la
combinaison C10 avec

Np,u=249.87 t

A L’ELS on a :

4.3. Combinaison quasi-permanente


La combinaison quasi-permanente à l’ELS correspond à la combinaison C1 avec

Np,p,s = 103.97 t.

4.4. Combinaison rare


La combinaison rare maximale à l’ELS correspond à la combinaison C2 avec

Np,s = 190.62 t
Pour des pieux de diamètre 90 cm les charges admissibles pour les différentes couches du sol
et pour les différentes combinaisons à l’ELU et à l’ELS sont calculées par le logiciel FOXTA
(voir annexe).

Pour une profondeur de 39 m on a :

Qu /1.4= 254.59 t > Np,p,u= 149.36 t OK .

Qu /1.2= 297.02 t > Np,u=249.87 t OK.

Qc/1.1=152.86 t > Np,p,s = 103.97 t OK.

Qc/1.4= 194.55 > Np,s = 190.62 t OK.

Donc Le système de fondation serait de type profond sur des pieux ancrés dans les argiles
silteuses de couleur beige. A une profondeur au-delà de 39m.

2010-2011 Page 82
PFE ENIT

5. Ferraillage

5.1. Armatures longitudinales


L´espacement des barres longitudinales ne peut pas être inférieur à 10 cm entre nus.

Les cages d’armatures des pieux sont constitués par des barres longitudinales en acier
disposés suivant les génératrices d’un cylindre autour des quelles sont enroulées et fixés
rigidement des cerces ou hélices. Pour, les pieux circulaires les barres d’acier ont le même
diamètre, et un espacement uniforme. Le diamètre extérieur de la cage d’armatures doit être
supérieur à 1,25 fois le diamètre extérieur de la colonne de bétonnage. La cage d’armature est
munie d’un panier pour éviter sa remontée pendant la mise en œuvre.
Amin  0.5%  section du pieu  31.8cm 2
On choisit 16 HA16 (A=32.17cm2)

L'enrobage pour les pieux est pris égal à : a = 0.05 m.

Donc les barres sont espacée de : e= 15 cm

16 HA16

ép=15 cm

Pieu cm

Figure 38: Ferraillage longitudinal du pieu

2010-2011 Page 83
PFE ENIT

5.2. Vérification
Les sollicitations max selon le tableau des combinaisons sont :

Np = 190,62T au niveau de la pile P9.

Mp = 57,46T.m au niveau de la pile P10.

σ bc  0.6 xfc 28  0.6  19.84  11.9MPa

N .R 190.62  0.45
  1.49
M 57.46

On reporte ces valeurs sur l’abaque Rs/R = 0.421/0.45 = 0.9

13σ bc R 3
  24.5 ⇔ σ bc  8.35MPa  11.9 MPa
 M


 0.4σ R 3
 s
 5.3 ⇔ σ s  11.88MPa  152 MPa
 M

Donc les conditions sont vérifiées.

La section de pieu est totalement comprimée. La contrainte maximale dans le béton est
de : σbc,max = 8,35 MPa.

5.3. Armatures transversales


L’effort tranchant maximal est égal à : Hp,u = 7,24 T (Combinaison C11 pour les piles P10).

La contrainte de cisaillement maximale est égal à :

H u  1.4 7.24  1.4


τu    0.125MPa
b0  Φ p 0.90  0.90

τu = 0.125MPa < 2.5 MPa.

Conformément aux règle de l’art pour les pieux forés D.R.C.R et comme la valeur de τu étant
très faible (τu < 0.3 ft28 = 0.54 MPa), nous adoptons un ferraillage minimal de 20 kg/m3 de
béton ; soit des spirales HA14 avec un pas de 20 cm. (1.208×8spires×2.34ml = 22.64 kg/m3)

2010-2011 Page 84
PFE ENIT

Conclusion
L’objet de ce travail est l’étude et le dimensionnement d’un ouvrage d’art de type

passage supérieur pour le franchissement de la voie ferrée à Ezzahra lycée.

Tout d’abord, il ne faut jamais oublier qu’une bonne conception du projet contribue

généralement au bon fonctionnement de l’ouvrage.

Toutefois, certains ponts présentent quelques problèmes ; par exemple, la présence

dans leurs plans d’une courbure très modérée. Tel est le cas du pont étudié dans ce rapport.

Pour cela Nous avons dans un premier temps conçu l’ouvrage et ce en ayant déterminé

la variante adéquate et pré-dimensionné les différents éléments de l’ouvrage.

Dans un second temps, nous avons procédé à l’étude du tablier principal composant de la

structure, en modélisant ce dernier par le logiciel ROBOT. Le ferraillage est calculé selon les

règles BAEL et les recommandations SETRA.

Ensuite, nous avons étudié les appuis et les appareils d’appui.

Enfin, la fondation a été conçue et dimensionnée après une étude géotechnique.

Ce projet nous a été très bénéfique dans la mesure où nous avons eu l’occasion d’avoir

un contact direct avec la vie professionnelle et nous avons appris à faire face aux problèmes

éventuels lorsque plusieurs contraintes et paramètres interviennent. Aussi, il nous a permis

d’appliquer et d’approfondir les connaissances acquises au sein de l’ENIT.

2010-2011 Page 85
PFE ENIT

Références bibliographiques
[1] Jamel Neji, 2005, «LE PROJET ROUTIER», Centre de Publication Universitaire.

[2] SETRA, Juillet 1989, « Ponts dalles, Guide de conception », SERVICE D'ETUDES

TECHNIQUES DES ROUTES ET AUTOROUTES Centre des Techniques d'Ouvrages d'Art.

[3] A.Calgaro, M.Virlogeux, 1991, « Projet et construction des ponts », Presse de l’école

nationale des ponts et chaussées.

[4] SETRA, Octobre 1977, PP73, SERVICE D'ETUDES TECHNIQUES DES ROUTES ET

AUTOROUTES DOA.

[5] Anne BERNARD-GÉLY, Jean-Armand CALGARO, 1994, «conception des ponts»,

presse de l’ENPC.

[6] Mr. Monji BEN OUEZDOU, 2003, « Cours d’ouvrage d’art, Tome 2,

Dimensionnement », polycopié ENIT.

[7]BAEL 83,1987, « Guide d’emploi de règlement français du béton armé aux états limites »,

SERVICE D'ETUDES TECHNIQUES DES ROUTES ET AUTOROUTES.

[8] BAEL 99, 1999, « Fascicule n° 62 - Titre I - Section I Règles techniques de conception et

de calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites -

BAEL 91 révisé 99 », Ministère de l´Equipement, des Transports et du Logement.

[9] Karim Miled, 2009-2010 « Notes du cours béton armé », ENIT.

[10] Samir Karray, 1995, « Béton armé : Calcul aux états limites et exemples d’application »,

polycopié ENIT.

2010-2011 Page 86
PFE ENIT

[11] SETRA, 1985, « PONTS DALLES PRECONTRAINTS D' INERTIE CONSTANTE

Programme de calcul PSIDP, EL Notice d’utilisation du programme. Note de calcul modèle

Guide de calcul », MINISTE E L' URBANISME DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS.

[12] SETRA, 2007, «Guide technique appareils d’appuis en élastomère fretté », SERVICE

D'ETUDES TECHNIQUES DES ROUTES ET AUTOROUTES.

[13]SETRA, 1982, « Abaque de flexion composée ».

[14]SETRA, Fascicule 62, Titre V du C.C.T.G- Règles technique de conception et de calcul

des fondations des ouvrages de Génie Civil, MINISTÈRE DE L´ÉQUIPEMENT, DU

LOGEMENT ET DES TRANSPORTS.

[15]Note de cours fondation profonde, 2008,


http://www.cours-genie-civil.com/IMG/pdf/cours_fondations-profondes1_procedes-
genereaux-de-construction-2.pdf.

2010-2011 Page 87

Vous aimerez peut-être aussi