Vous êtes sur la page 1sur 18

Stéphane Lefrancq

Elisabeth Albertini

Comprendre
le reporting
financier
Les IFRS accessibles
Chapitre 1
À lire avant de commencer…

Objectifs du chapitre Mots clés


✓✓Connaître le cadre conceptuel de la ✓✓Avantages économiques
comptabilité, les notions utilisées par ✓✓Richesse
le comptable et les destinataires des ✓✓Actif, Passif
états financiers. ✓✓Charges, Produits
✓✓Appréhender les principales ✓✓Bilan
techniques comptables.
✓✓Compte de résultat
✓✓Aborder la notion de reporting
✓✓Débit, Crédit
et d’états financiers.

Le premier contact avec la comptabilité et son enseignement est parfois diffi-


cile, car essentiellement consacré à la technique de tenue matérielle des comptes.
Sans nier les mérites d’une telle approche, cet ouvrage ne s’inscrit pas dans
cette perspective. Il s’attache à expliquer la manière dont les états financiers sont
élaborés plutôt que la tenue matérielle des écritures aboutissant à ces documents
de synthèse. Son objectif est de vous permettre de comprendre les raisons pour
lesquelles les états financiers ont l’apparence que la comptabilité leur donne, et
la rationalité sous-jacente aux choix de représentation.
Ce premier chapitre  vous permettra de prendre connaissance d’un certain
nombre d’hypothèses et de principes généraux, que nous pourrons utiliser de
manière systématique tout au long des parties suivantes pour anticiper, éclairer
et comprendre les traitements comptables adoptés pour chacun des événements
économiques affectant la vie d’une entreprise.
Nous commencerons donc par étudier l’inscription théorique de la compta-
bilité, ou tout au moins du système comptable que nous présenterons. Sa concep-
tion repose en effet sur deux cadres particuliers : la théorie de l’agence et celle de
l’efficience des marchés financiers (section 1). Munis de cet outillage conceptuel,
nous pourrons présenter l’entreprise telle que la voit le comptable, lieu de pro-
duction et de consommation d’avantages, supportant des risques et inscrite dans
une temporalité particulière (section  2). Nous aborderons ensuite le modèle
comptable pour traduire cette vision en états financiers (section 3), avant de pré-
ciser un certain nombre de points essentiels, tels que le dispositif normatif
concerné et les destinataires de ces états financiers (section 4).

1
Comprendre le reporting financier

1. Les fondements conceptuels de la comptabilité


La comptabilité n’est pas qu’une technique de tenue de comptes, retranscrip-
tion servile et sans déformation d’une réalité extérieure. Elle s’appuie sur des
théories représentant l’entreprise et ses relations avec les tiers. Bien que celles-ci
soient multiples, nous n’en évoquerons que deux, particulièrement importantes
pour la perspective adoptée dans cet ouvrage centré sur la publication des états
financiers par les sociétés cotées : la théorie de l’agence et celle de l’efficience des
marchés financiers.

1.1. La théorie de l’agence


Dans la perspective de la théorie de l’agence, les états financiers ont pour voca-
tion de rendre des comptes aux apporteurs de capitaux en général, et aux inves-
tisseurs en particulier, concernant la gestion de l’entité par les dirigeants. Le
moindre niveau d’information dont disposent les acteurs extérieurs à l’entreprise
par rapport à ses dirigeants constitue en effet une source majeure d’incertitude
(l’asymétrie d’information) que la publication de ces documents vise à combler.
L’investisseur est dans la situation du mandant, aussi appelé principal,
puisqu’il confie des fonds à une entreprise, dirigée par un conseil d’administra-
tion ou un directoire auquel il n’appartient le plus souvent pas. Or, les intérêts du
mandant et ceux du mandataire (appelé quant à lui l’agent) peuvent différer. Par
exemple, les dirigeants d’une entreprise ont tout intérêt à obtenir la rémunération
la plus élevée possible, indépendamment de la performance de leur gestion, ce
qui n’est de toute évidence pas dans l’intérêt de l’organisation dont ils ont la res-
ponsabilité. Pour cette raison, l’investisseur aura intérêt à limiter cette divergence
d’intérêts, dans la mesure où, disposant d’informations plus limitées et de leviers
d’action moins directs, il lui sera difficile de la corriger.
À cette fin, il lui est possible de recourir à des mécanismes incitatifs permettant
d’aligner l’intérêt du dirigeant et le sien, le plus souvent en faisant dépendre la
rémunération du premier de la performance de l’action, soit indirectement (la
prime est calculée en fonction de paramètres financiers devant avoir un impact
sur ce cours) soit directement (la rémunération est formée pour partie d’actions).
Pour s’assurer du bon fonctionnement de ces incitations, il peut également mettre
en place des dispositifs de surveillance. Les états financiers constituent un outil
de contrôle et leur exploitation permet de suivre, juger et éventuellement sanc-
tionner les décisions de gestion, au prix il est vrai d’un coût de production et
d’exploitation. On voit également tout l’intérêt d’imposer des règles de prépara-
tion indépendantes des choix des dirigeants, les (bientôt) fameuses normes
comptables, pour éviter que ces derniers ne cherchent à falsifier l’image renvoyée
de leur gestion. L’application de règles identiques par toutes les entreprises per-
met de surcroît de comparer leurs performances et donc de choisir celle(s) devant
être privilégiée(s).

2
1. À lire avant de commencer…

L’intérêt de cette surveillance est évidemment de permettre à l’investisseur de


prendre des décisions pertinentes sur l’allocation de ses moyens en fonction de la
performance dégagée et des risques encourus : quelles actions acheter ? Quelles
actions vendre ? Il participe ainsi à l’efficience des marchés.

1.2. L’efficience des marchés financiers


Si la notion d’efficience des marchés a une histoire assez ancienne, elle prend
sa forme canonique dès 1970 sous la plume de l’Américain Eugen Fama, récom-
pensé pour ses travaux par le prix Nobel d’économie en 2013. Ce théoricien déve-
loppe l’idée qu’un marché est efficient s’il reflète l’ensemble de l’information
disponible pertinente pour la détermination du prix. Le prix contient toutes les
informations et rien ne lui échappe. Une autre formulation, équivalente, met en
avant la rationalité des participants au marché, qui intègrent instantanément
toute information nouvelle pour permettre la formation d’un nouveau prix auquel
des transactions équitables pourront avoir lieu. Dans une telle approche des mar-
chés financiers, le prix joue donc un rôle tout particulier. Il contient toute l’infor-
mation disponible, intègre instantanément toute information nouvelle grâce à la
rationalité des participants et permet donc la prise de décision (voir illustra-
tion 1.1).

Illustration 1.1. L’annonce des performances


de la Société Générale
La rapidité des réactions des marchés aux annonces des sociétés illustre bien cette notion
d’efficience et la prise en compte dans le prix des informations disponibles.
Prenons un exemple parmi d’autres : en février 2016, la Société Générale a indiqué qu’elle
ne pouvait confirmer son objectif de rentabilité. En dépit de la hausse des dividendes,
cette annonce, combinée à un coût du risque plus élevé que prévu, a entraîné une baisse
violente et rapide de l’action en Bourse (jusqu’à 15 %).
Vous pouvez trouver des informations complémentaires ici : http://bit.ly/1QH4y8t.

La question peut se poser de l’étendue de l’information incorporée dans le


prix. Différentes hypothèses ont été envisagées  : le parcours antérieur du prix
(efficience faible), l’information financière publique (efficience semi-forte) et les
informations privées (efficience forte). L’idée sous-jacente est que, dans chaque
cas, vous ne pouvez réaliser durablement une performance supérieure à celle du
marché à partir des seules informations contenues dans le prix. Pour illustrer
notre propos dans le cas de l’efficience semi-forte, analyser les états financiers
publiés par l’entreprise ne sert à rien, puisque les informations publiques sont
incorporées dans le prix. En revanche, vous pouvez réaliser un gain en exploitant
des informations confidentielles, non reflétées dans le prix pour cette forme
d’efficience. C’est la raison pour laquelle des délits d’initié sont possibles si le

3
Comprendre le reporting financier

marché n’a qu’une efficience faible ou semi-forte, alors qu’ils ne le sont pas en cas
d’efficience forte puisque l’information privée est reflétée dans le prix.
Cette notion d’efficience peut paraître bien éloignée des préoccupations des
comptables. Ceux-ci ne travaillent cependant pas pour eux : les états financiers
qu’ils préparent doivent pouvoir être utilisés par les investisseurs. La question de
l’intérêt de l’exploitation de ces documents se pose donc bien. Si l’efficience est
forte, ces documents n’apportent pas d’informations nouvelles. Ils sont en
revanche utiles pour les deux autres formes (ils rendent l’information publique,
permettant son intégration), qui paraissent mieux refléter le comportement réel
de la plupart des marchés. De surcroît, le dispositif comptable que nous allons
présenter (les normes IFRS, voir section 4.2) accorde une place importante aux
prix de marché et, plus généralement, à ce qui est appelé «  la juste valeur  ».
L’hypothèse d’efficience permet de le comprendre : publier un prix est par essence
utile pour le lecteur des états financiers, dans la mesure où il comporte toute
l’information, lui permettant ainsi de prendre des décisions économiquement
rationnelles… rendant les prix efficients : la boucle est bouclée.
Ce cadre théorique explique une des principales qualités que les états finan-
ciers sont supposés présenter : la pertinence. Leur exploitation doit permettre aux
lecteurs en général, et à l’investisseur en particulier, de prendre des décisions
économiquement rationnelles. Il faut conserver à l’esprit cette orientation spéci-
fique lors de l’élaboration des documents de référence : ils ne sont pas établis pour
la beauté du geste comptable, mais pour servir de support à l’accroissement, ou à
la préservation, de la richesse de leurs lecteurs.

2. La vision de l’entreprise par le comptable


Que représente l’entreprise pour le comptable ? Elle constitue d’abord un pro-
blème : il faut traduire une réalité complexe en unités monétaires, ce qui impose
un travail considérable de réduction de la diversité. Pour y arriver, le comptable
va s’appuyer sur les flux engendrés par l’activité, les avantages économiques, point
de départ de la richesse créée par l’entreprise. Au-delà de l’identification des
avantages se posera la question de celle de leur bénéficiaire, qui suppose de défi-
nir les notions de pouvoir et de contrôle. Enfin, dans la pratique, il faut également
être en mesure de déterminer les avantages et la date de leur acquisition. La
figure 1.1 reprend ces enjeux.

2.1. Des avantages à la richesse


La perception de l’entreprise par la comptabilité repose dans une large mesure
sur l’idée que toute décision est prise dans la perspective d’en retirer des avan-
tages, mais que l’obtention de ces derniers implique de courir un certain nombre
de risques. Nous verrons que ces notions d’avantages et de risques sont au cœur
des enjeux de représentation. L’inscription dans les états financiers dépend en

4
1. À lire avant de commencer…

Figure 1.1. L’entreprise vue par le comptable

effet de l’identification des avantages attendus et des risques supportés. Mais


qu’entend-on exactement par ces notions ?

2.1.1. Les avantages attendus


D’une manière générale, les avantages sont essentiellement conçus comme
les flux de trésorerie dégagés par l’activité, ou dont les biens détenus permettent
d’espérer l’obtention. L’exemple le plus caractéristique est probablement celui de
l’investissement (voir partie  1), par exemple dans une machine-outil. L’effort
financier que représente un tel investissement n’est consenti que parce que l’en-
treprise en attend une capacité à produire puis à vendre, et donc à dégager des
flux de trésorerie supérieurs à son coût. Il en découle assez naturellement une
première vision du montant que le dirigeant sera disposé à payer pour obtenir
cette machine : il ne saurait être supérieur à celui des avantages futurs attendus,
faute de quoi il entreprendrait une opération à perte, destructrice de valeur. Ce
raisonnement est au demeurant très présent en finance dans les décisions d’in-
vestissement. Pour apprécier l’opportunité d’acquérir un bien, les dirigeants vont
modéliser les cash-flows futurs attendus de celui-ci, les actualiser (voir l’annexe)
et les comparer à son coût initial. L’investissement n’est réalisé que si la différence
est positive (et donc le prix inférieur à la valeur actuelle des flux futurs). Il en va
de même en comptabilité : un bien est essentiellement représentatif des avan-
tages qu’il emportera dans le futur, et ne peut pas, d’une manière générale, figurer
en comptabilité pour un montant supérieur à celui de la valeur actuelle des avan-
tages (voir illustration 1.2).

5
Comprendre le reporting financier

Illustration 1.2. Valeur et avantages


À la clôture de l’exercice 2015, la SNCF a révisé à la baisse la valeur de ses rames de TGV
pour un montant de 2,5 milliards d’euros.
Parmi ces rames se trouvaient celles destinées à la nouvelle liaison Tours-Bordeaux, dont
la mise en service était prochaine. Elles figuraient jusqu’alors dans les états financiers de
l’entreprise pour leur prix d’achat. La SNCF escomptait en retirer des avantages écono-
miques au moins égaux à ce prix, ce qui explique qu’elle ait consenti à le payer.
L’entreprise estime désormais que cette liaison Tours-Bordeaux devrait être déficitaire, et
donc ne pas permettre de dégager d’avantages économiques. Les rames ne valent donc
plus rien du point de vue de leur exploitant et leur valeur a été ramenée à zéro, ce qui
contribue à expliquer la perte de 12 milliards constatée au titre de l’exercice 2015.
Vous pouvez trouver des informations complémentaires ici : http://bit.ly/1QPT9AY.

En comptabilité, les entrées de trésorerie sont généralement considérées


comme des avantages, même si elles n’enrichissent pas l’entreprise à proprement
parler. Si un client doit de l’argent, le versement de ce montant, correspondant au
remboursement de la créance, ne modifie pas la richesse de l’entreprise. Dans cet
exemple, l’entreprise avait une créance : elle a maintenant de la trésorerie, ce n’est
certes pas la même chose, seule la composition de la richesse a été modifiée, pas
son niveau. Toutefois, la trésorerie obtenue est généralement conçue comme un
avantage économique, même si elle ne modifie pas la richesse.

2.1.2. Les risques supportés


Il est rare que des avantages puissent être escomptés sans qu’un risque ne pèse
sur leur obtention, d’une manière ou d’une autre. Sinon il serait possible de
s’enrichir sans risque, ce que les financiers considèrent comme possible, mais
d’une seule manière : en achetant des emprunts d’État, mais pas n’importe lequel
(l’Allemagne plutôt que la Grèce en ce moment par exemple), et sans en attendre
une grande rentabilité.
Ce n’est pas là la vocation d’une entreprise. De manière générale, l’activité
économique suppose de courir des risques pour générer des avantages. Si ces
derniers peuvent in fine être analysés comme des flux de trésorerie que l’entre-
prise encaissera, les risques vont quant à eux affecter de manière défavorable ces
flux. Ils peuvent le faire de deux manières : en minorant les encaissements atten-
dus (voir illustration 1.3) ou en imposant des décaissements (voir illustration 1.4).

Illustration 1.3. La baisse des encaissements attendus


Imaginons une société de distribution de carburant disposant de stocks de pétrole en
janvier 2014. À cette date, le cours du brent est de 108 dollars : elle estime donc pouvoir
retirer cette somme de la vente de chaque baril. En décembre de la même année, le cours
est tombé à 63 dollars et les perspectives d’encaissement pour le même baril sont ampu-
tées de 45 dollars. Le prix continue d’ailleurs à baisser et, en décembre 2015, elle ne tou-
cherait plus que 38 dollars. En deux ans, elle a donc été amenée à réviser à la baisse de

6
1. À lire avant de commencer…

65 % les encaissements attendus sur ses 159 litres de pétrole. Il s’agit d’une première
manifestation du risque : les biens détenus perdent de la valeur.

Illustration 1.4. Les décaissements imposés


Accusé d’avoir dissimulé le véritable niveau d’émission de certains moteurs diesel,
Volkswagen encourt un risque de procès dans plusieurs pays, dont les États-Unis. Si tel
était le cas, les amendes et/ou dommages et intérêts que l’entreprise pourrait devoir payer
représenteraient des sommes considérables, supérieures aux 18 milliards mis de côté pour
couvrir le coût de ce scandale.
On perçoit bien qu’il s’agit ici d’un autre type de risque. L’entreprise n’est pas exposée à la
perte de valeur d’un bien, mais au risque de devoir payer des sommes (importantes) sans
rien obtenir en contrepartie (autre que la fin du procès bien évidemment).
Vous pouvez trouver des informations complémentaires ici : http://bit.ly/1pj6jQH.

Ces deux exemples mettent donc en évidence qu’il serait faux de réduire un
risque à la constatation d’une sortie de trésorerie. Si un risque correspond à
l’anticipation d’une sortie de trésorerie future, celle-ci peut intervenir sans que
cela ne matérialise un risque. Ce sera le cas lorsqu’elle permet d’obtenir des biens
ou services de valeur équivalente en contrepartie  ou qu’elle correspond à une
restitution de ressources (remboursement d’une dette). Pour qu’il y ait risque, il
faut donc que la diminution de trésorerie supportée par l’entreprise soit involon-
taire (elle ne dépend pas d’une décision de l’entreprise, mais de facteurs externes),
inattendue (même si l’entreprise peut penser qu’il est inévitable que certains
clients ne la règlent pas, la défaillance d’un client bien identifié est une surprise,
sinon la vente n’aurait probablement pas été réalisée) et ne permette ni d’obtenir
une contrepartie de valeur équivalente, ni de diminuer ses dettes. Il en va ainsi de
la perte de valeur des stocks (elle dépend de prix de marché sur lesquels l’entre-
prise n’a pas de prise) ou des dommages et intérêts (payés sans rien obtenir en
échange).
La conception traditionnelle du risque est ainsi similaire à sa conception
comptable. Il contribue à diminuer la richesse dont dispose l’entreprise, notion
que nous allons développer dans la section suivante, en distinguant avantages et
richesse.

2.1.3. La distinction entre avantages et richesse


Nous avons jusqu’à présent évoqué les avantages et les risques. D’une manière
synthétique, les avantages apparaissent comme des flux de trésorerie espérés ou
réalisés, et les risques comme une diminution de ces flux attendus, du fait d’un
événement extérieur indépendant de l’entreprise  : la défaillance d’un client,
l’obsolescence de biens en stocks, la survenance d’un litige ou la mise en jeu de
garanties. Nous avons également souligné que toutes les sorties de trésorerie
n’étaient pas des risques, puisqu’elles pouvaient résulter d’obligations antérieures

7
Comprendre le reporting financier

de l’entreprise, telles que le remboursement d’un emprunt, ou permettre l’obten-


tion d’une contrepartie (achats). Ces distinctions nous amènent à revenir sur la
différence entre avantages et richesse. Une entreprise a pour objectif de créer de
la richesse pour enrichir ses actionnaires. Cette opération peut provenir de deux
types de relations économiques : les ventes de biens ou de services d’une part
(encaissement du prix de vente), ou la variation de valeur des biens détenus (le
bien prend de la valeur, rendant l’entreprise plus « riche ») d’autre part.

a. Avantages perçus et avantages consommés


La première approche, la plus connue, est celle inhérente au processus com-
mercial ou industriel. Pour dégager une marge, il faut vendre à un prix supérieur
au coût d’achat et aux frais engagés, ou au coût des matières premières et de pro-
duction. L’entreprise achète, éventuellement transforme, puis vend : la différence
entre les dépenses engagées et le prix de vente forme la marge, représentative de
la richesse créée. Le schéma peut être complexifié (à qui revient cette richesse :
aux salariés, aux banquiers, à l’État, aux actionnaires, à tous ces acteurs ?), mais il
correspond à des mesures classiques de la performance des entreprises.
Une entreprise ne peut donc créer de richesse sans consentir, en général pré-
alablement, à des dépenses. Un négociant doit acheter des marchandises avant
de les commercialiser, et un industriel doit payer ses ouvriers, des matières pre-
mières et user une partie de ses équipements pour produire et vendre. Ces mon-
tants diminuent la richesse produite. En effet, la sortie de trésorerie comme la
consommation des avantages potentiels portés par un équipement corres-
pondent à une diminution d’avantages, consentie pour en créer d’autres, plus
élevés, et accroître ainsi la richesse nette. Ces opérations correspondent à des
consommations irréversibles d’avantages dont disposait l’entreprise : les machines
sont usées, le travail des ouvriers a été réalisé, la durée d’occupation autorisée par
le paiement du loyer est écoulée. Cet appauvrissement est représenté comptable-
ment comme une diminution des avantages économiques que rapporte l’opéra-
tion (l’encaissement du prix de vente). Le solde entre les avantages consommés
et ceux perçus correspond à la richesse créée, à la performance de l’entreprise,
portant le nom de « résultat ». Les avantages économiques bruts obtenus, per-
mettant la variation (positive) de richesse, s’appellent des produits, et les avan-
tages consommés pour permettre leur réalisation des charges.

b. La variation de valeur
La seconde voie permettant à une entreprise de créer de la richesse est d’être
propriétaire d’un bien, quelle que soit sa nature (ensemble immobilier par
exemple, mais également titres d’autres entreprises), dont la valeur augmente
sous l’effet de la hausse des prix de marché. La richesse ne découle alors pas à
proprement parler d’une activité de l’entreprise, en dehors de celle de sélection
du bien et de décision quant à sa date de cession, mais de la simple détention d’un
actif dont le prix augmente.

8
1. À lire avant de commencer…

Ce mode d’enrichissement est souvent qualifié, avec une nuance parfois péjo-
rative, de spéculation. Il ne faut cependant pas sous-estimer son importance dans
l’économie, ne serait-ce qu’en ce qui concerne la gestion de l’épargne disponible,
placée en produits collectifs dans l’espoir de leur valorisation boursière.
L’enrichissement est dans ce cas la traduction de l’augmentation des avantages
économiques attendus des investissements réalisés. La situation est en cela simi-
laire à celle d’un négociant achetant pour revendre plus cher, si ce n’est que son
activité s’inscrit dans une démarche récurrente de vente de biens, alors que l’aug-
mentation de la valeur des actifs détenus est davantage perçue comme incidente
à l’activité habituelle de l’entreprise. Dans ce contexte, on parlera plus souvent de
gains si la variation de valeur est positive, de pertes si elle est négative, plutôt que
de produits et de charges. La figure 1.2 reprend cette analyse de manière synthé-
tique. Un flux de trésorerie peut ou non entraîner une variation de richesse. Cette
dernière peut varier à la hausse, en raison de la détention d’un actif (gain) ou de
l’activité de production/vente (produits). Si la variation est à la baisse, on parlera
respectivement de pertes ou de charges, sauf si cette baisse est due à un risque.

Figure 1.2. Le trio Avantages-Risques-Richesse

Flux de trésorerie

Variation de richesse Sans variation de richesse

Entrée de Sortie de Encaissement Remboursement


trésorerie trésorerie de créances de dettes

Détention Négoce ou Sans Avec


d’un actif production contrepartie contrepartie

Gains Produits Risques Détention Négoce ou


d’un actif production

Pertes Charges

2.2. Du pouvoir au contrôle


Ces notions d’avantages et de risques sont essentielles pour définir l’entité qui
va devoir comptabiliser un élément. De manière générale, l’obligation de comp-
tabilisation est liée au contrôle : celui qui contrôle doit comptabiliser. Cette notion
est indissociable, bien que plus complète, de celle de pouvoir, mais doit en
revanche se distinguer de la propriété, notion juridique.

9
Comprendre le reporting financier

Le pouvoir est associé à la capacité à prendre des décisions ayant un impact


sur le niveau des avantages économiques dégagés et/ou celui des risques suppor-
tés. A le pouvoir celui qui, par son action, est susceptible de peser significative-
ment sur ces montants, en raison de la manière dont il oriente par exemple
l’utilisation de biens. Le pouvoir sur un outil industriel se matérialisera ainsi par
la décision prise sur la nature des produits fabriqués et leur nombre. Pour exercer
ce pouvoir, il faut disposer de droits. Ils peuvent être juridiques (l’entreprise pro-
priétaire d’un équipement peut en faire ce qu’elle souhaite, de préférence quelque
chose d’utile), mais ce ne sont pas les seuls et ils ne sont pas nécessairement
suffisants (voir illustration 1.5).

Illustration 1.5. Propriété et location


Prenons l’exemple d’un bien donné en location : même si le bailleur en est propriétaire,
son pouvoir sur celui-ci est limité, tout au moins au quotidien. De fait, il peut disposer d’un
droit de veto sur un changement d’utilisation, sur une maintenance importante ou sur son
déplacement physique, mais le locataire aura toute faculté pour l’exploiter au jour le jour
et assurer son entretien courant. On voit par cet exemple que le pouvoir peut être partagé,
et que celui qui possède un titre juridique n’a pas nécessairement l’intégralité du pouvoir
entre ses mains, ni même l’essentiel.
Dans l’exemple donné de la location, le locataire semble détenir l’essentiel du pouvoir,
puisqu’il dirige l’utilisation quotidienne de l’équipement. Les droits du propriétaire sont
davantage de nature à le protéger contre des actions inopportunes de son locataire qu’à
lui donner la maîtrise des avantages engendrés par l’équipement. On voit par là que le
pouvoir peut être séparé du titre juridique : l’essentiel du pouvoir sera dans les mains du
locataire, alors que la propriétaire n’en disposera que de certains aspects, limités. Bien
évidemment, cette situation ne relève en rien d’une nécessité : il est possible d’être pro-
priétaire d’un bien et de l’exploiter, ce qui réunira dans les mêmes mains propriété juri-
dique et pouvoir économique. Il est cependant important de retenir que les deux aspects
ne sont pas nécessairement liés.

Si le pouvoir est souvent déterminant dans l’identification de l’entité devant


traduire comptablement un événement, cette notion n’est pas toujours suffisante
et débouche sur celle de contrôle, plus contraignante. Pour avoir le contrôle, il faut
être exposé aux avantages et aux risques, pouvoir bénéficier des premiers et devoir
supporter les seconds. Il convient en outre de disposer d’un pouvoir et que son
exercice soit susceptible de modifier le niveau des avantages et des risques. Le
propriétaire d’un bien donné en location possède un certain pouvoir, mais pas
celui de peser sur le niveau des avantages et des risques dégagés par l’exploitation
de celui-ci. Il n’en a donc pas le contrôle. Le contrôle est plus restrictif que le pou-
voir dans la mesure où il ne se limite pas à l’observation du pouvoir : il exige que
celui-ci ait des effets qui soient supportés par l’entité disposant du contrôle. Dans
l’exemple précédent, on voit que le locataire dispose du contrôle : il possède le
pouvoir et ses actions ont une influence directe sur les avantages retirés de l’ex-

10
1. À lire avant de commencer…

ploitation, dont il bénéficie. Ces critères ne sont en revanche pas réunis pour le
propriétaire.
Le contrôle doit être compris comptablement comme une notion binaire : une
entité a le contrôle ou ne l’a pas, mais elle ne peut en avoir une partie seulement.
La mise en œuvre conjointe de ces trois dimensions du contrôle (pouvoir sur les
avantages dégagés, exposition à ces avantages et capacité à les influencer) per-
mettra de désigner son détenteur lorsque, comme dans le cas de la location, il est
distinct du titre juridique. De manière générale, cette identification repose sur
l’observation de la répartition des avantages économiques, des risques et de
l’influence exercée sur ceux-ci. Il faut donc être capable d’attribuer des avantages
et des risques à une source particulière.

2.3. L’identifiabilité
Ce néologisme (hideux nous en convenons, mais familier des comptables)
désigne la capacité à déterminer la source des avantages économiques. L’enjeu
est l’attribution d’une valeur monétaire à un élément pour le prendre en compte
dans les états financiers de l’entité le contrôlant : il faut pouvoir lier un bien aux
avantages qu’il procure et à l’entité qui le contrôle. Sa valeur pour l’entreprise
correspond à ces avantages futurs. S’il n’existe pas de lien entre un bien et des
avantages, il n’a pas de valeur et ne doit donc pas être inscrit en comptabilité : le
principe de départ est simple.
Mais comment associer des avantages à un bien particulier ? Que me rapporte
le nouvel ordinateur dont vient de se doter un service juridique ? Ou le remplace-
ment des murs de l’usine ? Que procurera le développement interne par les infor-
maticiens d’un workflow de gestion des factures ? Nous aborderons ces questions,
essentielles pour la présentation des états financiers, dans la partie 1 relative à
l’investissement.
Retenons néanmoins que la clé du raisonnement est l’hypothèse de rationalité
économique des acteurs. Aucune dépense n’est consentie au-delà de ce que
l’entreprise espère en retirer (principe qui, de toute évidence, ne s’impose pas
dans la vie privée, et c’est probablement mieux ainsi). Dès lors, si les avantages
sont au moins à la hauteur du prix payé, celui-ci constitue une évaluation pru-
dente de leur montant. Il s’agit là de la source de ce que la comptabilité appelle le
coût historique : le prix d’achat est la valeur pour laquelle un bien doit figurer en
comptabilité car il correspond à l’estimation basse des avantages que l’entreprise
espère pouvoir en retirer. Si un équipement de production est acquis pour
100  000  euros, cela signifie que le dirigeant, en prenant la décision d’acheter,
estime être en mesure d’en obtenir des avantages supérieurs à ce prix d’achat.
Si un élément est inscrit au coût d’achat, car des avantages économiques futurs
au moins équivalents en sont attendus, il doit figurer dans les états financiers tant
que tous les avantages n’en auront pas été obtenus. Cela signifie-t-il que dès
qu’une dépense est engagée, un élément représentant les avantages attendus doit

11
Comprendre le reporting financier

être inscrit dans les états financiers, parmi les éléments détenus, et y rester tant
que des avantages subsistent  ? De manière générale, la réponse est positive,
même si le traitement va dépendre des modalités de consommation du bien : va-
t-il être conservé durablement ou est-il consommé irrémédiablement et rapide-
ment (voir section 3) ?
Le traitement de ces opérations souligne donc une question essentielle, celle
du rythme de leur obtention et donc celle du traitement du temps en comptabilité.

2.4. La temporalité
On a souvent accusé le financier d’avoir une vision à court terme de l’entre-
prise. Ce reproche pourrait être formulé dans des termes voisins à l’encontre du
comptable. L’esprit de ce dernier s’organise en effet autour de périodes de 12 mois,
dans lesquelles il inscrit tout ce qu’il considère comme étant du court terme, le
long terme commençant au-delà de ce seuil. Dans la terminologie canonique,
tout ce qui est à moins de 12 mois est dit « courant », le « non-courant » se situant
quant à lui de l’autre côté de cette frontière. Le seuil de 12 mois, s’il est le plus
fréquent, n’est toutefois pas intangible. En effet, certaines entreprises peuvent
connaître des cycles d’exploitation (achats – production – stockage – vente) plus
longs. Pour celles-ci, rares il est vrai, la notion de courant est étendue à la durée
du cycle d’exploitation, et peut donc aller au-delà des 12 mois fatidiques.
Cette barrière a dans la pratique une portée considérable. La comptabilité a
notamment pour objectif de donner une image de la performance de l’entreprise.
Pour la mesurer, il faut définir une période d’observation. La plus fréquente est
justement l’année, même s’il est requis, pour les sociétés cotées, de donner l’infor-
mation sur un rythme semestriel (il s’agit alors d’une information simplifiée). Tout
l’enjeu de rendre des comptes sur cette performance va être de mettre en face les
avantages obtenus et ceux consommés pour les obtenir, ce que l’on appelle en
comptabilité le principe de rattachement. La représentation de la performance
n’est exacte, pertinente selon les termes consacrés, que si tous les avantages obte-
nus et consommés, ainsi que tous les risques supportés au titre de la période, et
seulement ceux-ci, sont pris en compte (voir illustration 1.6).

Illustration 1.6. Le principe de rattachement


Une entreprise règle un loyer de 120 000 euros au début de chaque trimestre pour l’occu-
pation de son usine. Si le loyer a été réglé le 1er décembre N, à la fin de l’année (le
31 décembre), il serait erroné de considérer que la totalité des 120 000 euros concerne
l’année N. En effet, les deux tiers relèvent de l’année suivante (la location est payée du
1er décembre N au 28 février N + 1). Seul un tiers (40 000 euros) concerne l’année N.
La notion de rattachement correspond précisément à ce principe : ne conserver que
40 000 euros au moment de calculer la performance au titre de l’année N, et « renvoyer »
les 80 000 euros sur l’année N + 1.

12
1. À lire avant de commencer…

Pour résumer, la question de l’identification des avantages économiques,


posée dans la section  précédente, concerne la détermination de l’impact de
l’activité de l’année sur la richesse de l’entreprise ou, selon un autre terme consa-
cré, sa rentabilité (la rentabilité correspond à la richesse créée comparée aux
moyens mis en œuvre pour l’obtenir). S’il est possible d’identifier un bien et les
avantages qu’il apporte, l’entreprise sera amenée à considérer la dépense engagée
afin de se le procurer au même rythme que les avantages qu’il dégage. En consé-
quence, elle pourrait donc être amenée à « étaler » cette dépense sur plusieurs
années. Un équipement acheté 100 000 euros et utilisé pendant dix ans « coûtera »
donc 10 000 euros chaque année. Dans le cas contraire, la dépense affectera la
performance de l’exercice au cours duquel elle aura été engagée, et viendra mino-
rer sa performance (voir parties 1 et 3). Cette question de la temporalité, de la
répartition de la performance entre années, est au cœur de la structure de présen-
tation des états financiers, sur laquelle nous allons maintenant revenir.

3. Le modèle comptable
Munis de ce viatique conceptuel en apparence assez mince, nous pouvons en
effet aborder les principales notions comptables à l’origine de la structure des
états financiers, préalable à la description de ces derniers proprement dits. Au
cœur de la comptabilité se trouvent les notions d’emplois et de ressources, cor-
respondant au document comptable connu sous le nom de bilan et de charges et
produits, associé au compte de résultat.

3.1. La notion d’emplois et de ressources


Pour exercer son activité, l’entreprise doit disposer de moyens, comptable-
ment connus sous le nom de ressources, afin de financer les éléments nécessaires
à son cycle d’activité (production ou achats, éventuellement transformation,
commercialisation), que l’on réunit sous le nom d’emplois. L’ensemble de ces
éléments est présenté dans un état comptable unique portant le nom d’état de la
situation financière ou, plus généralement, de bilan. Il permet de rendre des
comptes sur les moyens dont dispose l’entreprise et l’usage qu’elle en fait. Du fait
de cette perspective, il est figé à une date donnée : c’est un instantané pris à date
régulière (au moins une fois par an) des emplois et des ressources, permettant de
juger de leur structure mais aussi de leur évolution entre deux images.

3.1.1. Les ressources – le passif


Pour déployer son activité, l’entreprise a besoin de moyens de financement (les
ressources) qui, en comptabilité, forment le passif. Elle peut les chercher auprès
de différents partenaires, ce qui a des conséquences sur les contraintes qui leur
sont associées. Les ressources supportant des obligations de rémunération ou de

13
Comprendre le reporting financier

remboursement forment les dettes (aussi appelées passifs financiers). Les capi-
taux propres sont quant à eux libres de ces obligations.
Nous développerons ces notions dans la partie 2, consacrée au financement.
Notons cependant que les principaux pourvoyeurs de dettes sont les banquiers
(découverts, prêts, etc.), mais également les marchés financiers (obligations, titres
de créance, etc.). La caractéristique commune de ces créanciers relève de la
nécessité de les rémunérer, sous forme d’intérêts le plus souvent. Les concernant,
on parle fréquemment de dettes financières.
Tous les financements ne s’accompagnent pas d’une contrainte de rémunéra-
tion. L’exemple le plus courant est probablement le délai de paiement accordé par
le fournisseur. Le règlement différé de l’impôt sur les sociétés (liquidé en général
le 15 avril), de la TVA (le mois suivant, soit en moyenne avec un délai d’un mois
par rapport à sa collecte), des charges sociales ou même des salaires (payés en fin
de mois, alors que le travail qu’ils rémunèrent est réalisé de manière continue tout
au long de cette période, ce qui implique un crédit de 15  jours en moyenne)
constitue autant d’autres exemples courants. Pour ces opérations, si le rembour-
sement (paiement) reste obligatoire sous peine de défaut, il n’est pas assorti d’un
intérêt. On voit toutefois que cette rémunération n’est jamais très éloignée dans
le temps, ainsi que peuvent l’illustrer les escomptes pour règlement comptant
parfois prévus dans les conditions générales de vente des fournisseurs. Si le coût
de financement de ces opérations n’est pas identifié en tant que tel, c’est peut-être
parce qu’il n’apparaît pas de manière explicite dans les conventions, que son
montant est faible compte tenu des durées généralement courtes ou qu’il est
incorporé dans le montant versé, au moins implicitement (on pourrait le penser
pour les salaires par exemple, dont le montant et les modalités de règlement
figurent au contrat de travail). Pour ce type de dettes, on parle aussi de dettes non
financières.
Les capitaux propres sont quant à eux apportés par les actionnaires à la créa-
tion de l’entreprise, en général en versant du numéraire mais parfois également
sous d’autres formes : équipements, brevets, licences, stocks, etc. On parle alors
souvent de capital social pour désigner ces apports initiaux. Les résultats dégagés
et conservés par l’entreprise, c’est-à-dire non reversés sous forme de dividendes
(voir la partie 2 sur cette notion) contribuent également à augmenter les capitaux
propres : l’entreprise crée des ressources supplémentaires grâce à son activité. Ces
résultats conservés sont classés dans un poste particulier, les réserves. Comme le
capital social est représentatif d’une créance des actionnaires, ces résultats accu-
mulés et conservés leur appartiennent également : ils correspondent à leur enri-
chissement, que matérialise la hausse de la valeur de leurs actions.
À la différence des intérêts ou du remboursement d’une dette, auxquels il n’est
pas possible d’échapper, le versement de dividendes n’est pas une obligation. Il
faut cependant être bien conscient que l’absence de contrainte de versement sur
les capitaux propres n’induit pas la gratuité de ceux-ci. Les actionnaires ne sont
pas des acteurs altruistes, laissant leurs ressources à disposition de l’entreprise

14
1. À lire avant de commencer…

par un simple effet de leur générosité. Ils en exigent une rémunération, représen-
tative du risque qu’ils supportent en prenant cette décision. Ce risque est plus
élevé que celui supporté par les autres créanciers, puisque les actionnaires sont
remboursés en dernier, après l’ensemble des autres apporteurs de capitaux. Leur
rémunération sera donc, ou du moins devrait être, plus élevée que celle reçue par
le banquier ou le porteur d’obligations. Ce qui la caractérise en revanche, c’est
qu’elle ne fait pas obligatoirement l’objet d’un versement sous forme de trésorerie,
à la différence des intérêts sur la dette. Elle peut en effet prendre la forme d’une
augmentation de valeur de l’action, à l’instar de ce qui se passe lorsque son prix
en Bourse augmente.
La figure 1.3 montre de manière synthétique ces différents types de ressources
et l’illustration 1.7 la manière dont elles se présentent pour le groupe Danone.

Figure 1.3. La structure des ressources de l’entreprise

Intérêts
Banques
Remboursement

Intérêts
Marchés
Créanciers financiers
Remboursement

Intérêts
« implicites »
Autres

Ressources Remboursement

Dividendes
Capital
Pas de
remboursement
Actionnaires

Résultats Pas de
conservés remboursement

15
Comprendre le reporting financier
Les états financiers des grands groupes sont très présents dans notre quotidien. Leur publication annuelle
donne lieu à de nombreux commentaires sur le niveau des performances, voire sur le devenir de ces
entreprises. Malgré tout, ils sont difficiles à lire.
Particulièrement pédagogique, cet ouvrage a pour objectif de vous familiariser avec la communication
financière des sociétés cotées sans vous imposer le passage par la comptabilité. Il part des phénomènes
économiques à l’œuvre dans une entreprise : l’investissement, son financement, l’activité et ses
risques. Il dessine ensuite les mécanismes de leur retranscription dans les documents financiers, les
décisions que prend le comptable, leurs conséquences sur le reporting financier et l’image donnée
de l’entreprise.
Ce livre, abondamment illustré, vous permettra de comprendre les états publiés, leurs enjeux et les
répercussions des décisions comptables.
Après avoir présenté les principales notions indispensables, le livre traite des différents cycles de
la vie d’une entreprise, en détaillant pour chacun ses enjeux économiques au travers de nombreux
exemples. Il répond ensuite à la question de leur représentation comptable. L’ouvrage s’achève par
une présentation des engagements et des risques auxquels toute entreprise doit faire face.

Public :
Les étudiants désireux de disposer d’une vision synthétique des normes comptables applicables aux
 
groupes.
Les professionnels en charge de questions financières qui ne souhaitent pas passer par les mécanismes
 
de la tenue des comptes.
Tout lecteur cherchant à décrypter les états financiers sans recourir à la comptabilité.
 

Les auteurs :
Stéphane Lefrancq est maître de conférences au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), département
illustration de couverture : © Fotolia. Jan Rakic

Comptabilité – Contrôle – Audit. Il a travaillé près de vingt ans dans le secteur bancaire.
Elisabeth Albertini est maître de conférences à l’IAE de Paris – Panthéon Sorbonne, département Comptabilité – Contrôle –
Audit. Elle est agrégée d’économie-gestion, spécialité finance – contrôle. Elle a exercé les fonctions d’analyste crédit et de
contrôleuse de gestion pendant près de quinze ans dans le secteur des services informatiques.

ISBN : 978-2-311-40333-6