Vous êtes sur la page 1sur 4

Par définition, le total des amortissements est égal au montant emprunté.

Avec " E " le montant de l’emprunt, " Rk " l’amortissement de la période k et " n " le nombre
de périodes :

n
E =  Rk
k=1

Le remboursement n’est pas le seul décaissement, l’emprunteur doit payer en plus


un intérêt au prêteur, contrepartie de la perte de jouissance de la somme prêtée. À la fin de
chaque période, cet intérêt est calculé sur le capital restant dû en début de cette même période.

Avec " i " le taux pour 1 F et " Ck " le capital restant dû en début de période k, l’intérêt est
: I k = Ck * i

Le total constitué par l’amortissement et l’intérêt représente l’annuité : ak = Rk + Ik

ANNUITÉ = AMORTISSEMENT + INTÉRÊT

Remarque : L’annuité correspond à un paiement annuel. Dans le cas de paiements mensuels,


trimestriels, etc, on parlera respectivement de mensualités, " trimestrialités ", etc.

Pour chaque emprunt, un plan d’amortissement est dressé afin de présenter la prévision des
remboursements conformément aux engagements prévus par le contrat de prêt.

Il existe différents types d’emprunts. Les emprunts contractés auprès d’un seul prêteur
constituent les emprunts indivis. Ceux qui font appel à plusieurs prêteurs (dans le cas d’appel
public à l’épargne) prennent la forme d’emprunts obligataires. Ce dernier type ne sera pas
étudié dans cette fiche.

Les emprunts se caractérisent également par les modalités de remboursements (en une seule
fois, par amortissements constants, par annuités constantes, avec ou sans différé, etc) et leurs
fréquences (annuelles, trimestrielles, mensuelles, etc), par la durée (long, moyen ou court
terme), par les taux d’intérêts pratiqués (fixes, variables, indexés, etc).

Les différentes modalités de remboursement seront présentées sur un même exemple.

Exemple : Une entreprise contracte un emprunt de 100 000 F au taux de 8,70%. La durée est
de 5 ans.

Emprunt remboursable in fine

L’emprunt est remboursé en une seule fois à la fin de sa " durée de vie " (échéance prévue par
le contrat). Les annuités sont donc uniquement composées des intérêts, sauf la dernière.

Périodes 0 1 2 ... k ... n


|_______|_______|____________|____________|________
. >
Emprunt E
Remboursement Rn
Intérêts I1 I2 ... Ik ... In
Annuités a1 a2 ... ak ... an

Avec "i" constant, les intérêts payés chaque année sont donnés par : I = E * i

La valeur des annuités est égale aux intérêts : ak = I sauf pour la dernière : an = Rn + I avec
: Rn = E

Exemple :

Tableau d’amortissement de l’emprunt remboursable in fine

Périodes "k" 1 2 3 4 5
Capital de début de période 100 000 100 000 100 000 100 000 100 000

Remboursement 100 000

Intérêts 8 700 8 700 8 700 8 700 8 700

Annuités 8 700 8 700 8 700 8 700 8 700

Remarque : Sur le plan financier, cette modalité de remboursement (amortissement in fine) est
caractérisée par un décaissement très important pour l’emprunteur la cinquième année. Les
flux de trésorerie sont donc déséquilibrés. Sans une anticipation, l’entreprise risque de
connaître des difficultés de trésorerie cette dernière année. D’autres modalités pallient cet
inconvénient.

Emprunt remboursable par amortissements constants

Les remboursements sont échelonnés tout au long de la période de l’emprunt.

Périodes 0 1 2 ... k ... n


|_______|_______|___________|_____________|________
. >
Emprunt E
Remboursement R1 R2 ... Rk ... Rn
Intérêts I1 I2 ... Ik ... In
Annuités a1 a2 ... ak ... an

Dans cette modalité de remboursement, les différents amortissements sont constants :


R1 = R2 = Rk

L’amortissement est égal à : R=E/n

Exemple :

Tableau d’amortissement de l’emprunt remboursable par amortissements constants


Périodes " k " 1 2 3 4 5
Capital de début de période 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000

Remboursement 20 000 20 000 20 000 20 000 20 000

Intérêts 8 700 6 960 5 220 3 480 1 740

Annuités 28 700 26 960 25 220 23 480 21 740

L’amortissement (remboursement) constant est de : 100 000 / 5 = 20 000

Remarque : Ici les décaissements sont décroissants tout au long de la durée de l’emprunt. Sur
le plan de la trésorerie, le poids est donc plus important les premières années alors que les
emplois qui ont été financés par cet emprunt ne donnent sans doute pas leur plein rendement.

Amortissements par annuités constantes

Dans cette modalité de remboursement, ce sont les annuités qui sont constantes : a1 = a2 = ak

L’annuité constante " a " est donnée par :

i
a=E __________

1  (1 + i)  n

Loi suivie par les amortissements : ceux-ci sont en progression géométrique croissante de

Raison (1 + i).

Rk+1 = Rk(1 + i)

La dernière annuité constante " a " est constituée du dernier remboursement " Rn " et de
l’intérêt " In " sur ce montant remboursé.

Ainsi : a = Rn(1 + i) soit Rn = a(1 + i)  1

Exemple :

Tableau d’amortissement de l’emprunt remboursable par annuités constantes

Périodes "k" 1 2 3 4 5
Capital de début de période 100 000 83 181 64 919 45 057 23 468

Remboursement 16 809 18 272 19 862 21 589 23 468

Intérêts 8 700 7237 5 647 3 920 2 041

Annuités 25 509 25 509 25 509 25 509 25 509


L’annuité constante est égale à : 100 000 x 0,087 = 25 509
1  1,087 5

Remarque : Les annuités sont constantes, les décaissements seront donc répartis de manière
homogène tout au long de la durée de l’emprunt. En réalité, ceci est vrai lorsqu’on ne tient pas
compte de l’impôt (IS). En effet, les intérêts diminuent, les économies d’impôt induites
diminuent également. Les décaissements de trésorerie sont donc croissants sur la période de
financement.

archives.reseaucerta.org/glossaire/a/amoremp2.htm