Vous êtes sur la page 1sur 29

Université d’Ottawa- Faculté d’éducation.

Formation à l’enseignement

Didactique

Sciences et technologie en élémentaire

FPED 3758 TP

Planification d'une activité d'apprentissage

Préparée par :

Safia Ouhab

Travail présenté

au

Dr. Bendida Sahouli

Professeur, Université d’Ottawa- Faculté d’éducation

Date de remise : 14 août 2017


Sciences et technologie
Niveau : 2ème année

Domaine : Système de la terre et de l’espace


Sous-domaine : l’air et l’eau dans l’environnement

Attente :

A3- Examiner l’effet de l’activité humaine sur la qualité de l’air et de l’eau, et sur leur capacité à
soutenir la vie. (Idées maîtresses B, C, D)

Idées maîtresses :

B. Les êtres vivants ont besoin de l’air et de l’eau pour survivre.

C. Les changements dans l’air et l’eau affectent les êtres vivants et l’environnement.

D. Nos actions influent sur la qualité de l’air et de l’eau, et leur capacité à soutenir la vie.

Contenu d’apprentissage :

 décrire comment les êtres vivants, incluant les humains, dépendent de l’air et de l’eau (p.
ex., air pour la respiration, l’énergie, le transport, la dissémination des graines; eau pour
l’alimentation, le lavage, l’énergie, le transport).
 expliquer que l’eau potable est une ressource de plus en plus rare dans plusieurs parties du
monde.
 respecter les consignes de sécurité et utiliser de manière appropriée et sécuritaire
l’équipement et les matériaux qui sont mis à sa disposition.

 examiner diverses étapes du cycle de l’eau

 examiner des raisons de l’insuffisance ou
de la rareté de l’eau potable à divers endroits
dans le monde (p. ex., manque de système de purification d’eau, sécheresse, eau polluée
par les industries).

2
 identifier les effets de l’activité humaine sur l’eau et l’air dans l’environnement et
élaborer un plan d’action pour maintenir l’eau et l’air propres dans sa communauté.

Préalables ciblés

Année Domaine Sous-domaine Attente Contenu


d’apprentissage

1re année Système de la Le cycle des A3- examiner les - examiner


terre et de jours et des effets sur les l’impact des
l’espace saisons êtres vivants des changements
changements quotidiens et
dans le cycle des saisonniers sur la
jours et des société et
saisons. l’environnement.

* idée
maitresse : Les
changements
dans le cycle des
jours et 
des
saisons ont des
effets sur les
êtres vivants et
l’environnement.

Acquis antérieurs

L’air sain et l’eau propre sont très importants pour la
santé de l’environnement et essentiels
pour la survie de tout être vivant.

La pollution a un impact négatif sur l’air et l’eau et se répercute sur la santé des êtres vivants y
compris l’homme.

3
Compétences visées

Les compétences
Connaissance et compréhension – La construction du savoir propre à la discipline, soit la
connaissance des éléments à l’étude et la compréhension de leur signification et de leur portée.

L’élève :

1. connait la définition des termes à l’étude. Ex : eau, air, environnement, pollution.


2. Comprend que les êtres vivants incluant les humains dépendent de l’eau et de l’air.

Habiletés de la pensée – L’utilisation d’un ensemble d’habiletés liées aux processus de la


pensée critique et de la pensée créative.

L’élève :

1. Identifie le problème à l’étude et élabore un plan pour le résoudre.


2. Distingue facilement les raisons de l’insuffisance et de la rareté de l’eau dans divers
endroits dans le monde.

Communication – La transmission des idées et de l’information selon différentes formes et


divers moyens.
L’élève :

1. Explique dans ses propres mots l’importance de l’eau et de l’air pour les êtres vivants.
2. Organise correctement ses idées pour informer, présenter et défendre son point de vue vis
à vis à la protection de l’environnement.

Mise en application – L’application des éléments à l’étude et des habiletés dans des contextes
familiers et leur transfert dans de nouveaux contextes.

élève :

1. Applique ses connaissances sur la santé de l’air et de l’eau dans sa vie quotidienne. (ne
gaspille pas l’eau, ne jette pas les déchets n’importe où, etc.).
2. Établie des liens entre le recyclage et la santé de la planète.

4
Mise en situation
Nous sommes le 22 mars, les élèves de la radio d’école viennent d’annoncer qu’aujourd’hui est la
journée mondiale de l’eau et le thème choisi pour cette journée cette année est : « Les eaux usées,
une ressource inexploitée ». Ils lisent à tour de rôle des bouts d’un rapport mondial des Nations
Unies sur la mise en valeur des ressources en eau de 2017.
Activité d’apprentissage : Évaluation diagnostique
Durée : 30 minutes
Le moment est très propice pour amorcer une discussion sur la valeur de l’eau dans notre vie
quotidienne et celle des autres êtres vivants. Cette discussion nous amène à parler de la pollution
et les facteurs qui sont en causes ainsi que les résultats générés de ce phénomène.
Ces questions sont une partie de ma tâche diagnostique pour ce cours.
Pour collecter des informations sur les apprentissages prérequis, je demande aux élèves de former
des dyades pour travailler sur des activités de révision sur l’eau et l’air dans l’environnement.
Ces activités me permettent de revoir ou réajuster ma planification pour ce cours. (Voir annexe1,
2)
Ma leçon contient deux parties, l’eau et l’air. Dans ma planification, j’ai consacré une leçon pour
l’eau qui comprend : le cycle de l’eau, les agents polluants de l’eau, et (le fait/l’idée/le concept
que) l’eau est rare et il faut la protéger. Cette leçon sera suivie d’une tâche formative.
La deuxième leçon traite l’air dans l’environnement. Elle comprend : l’air qui nous entoure, la
pollution de l’air et le programme ÉcoÉcole pour protéger notre planète et je termine par une
évaluation formative.

Leçon 1

A. le cycle de l’eau (séance 1)


Durée : 30 minutes

Je prends comme repère ma tâche diagnostique pour demander aux élèves d’où vient l’eau
du robinet qu’on utilise tout au long de la journée.

Les réponses possibles,


La rivière, l’océan, les lacs, les puits, le château d’eau, …

5
Je félicite les élèves pour leurs bonnes réponses. Je visionne (les élèves visionnent ou bien
je projette) une capsule vidéo de Sid le petit scientifique qui va nous expliquer le voyage
que fait l’eau pour se rendre chez nous.

https://www.youtube.com/watch?v=Yt2KL11sdOg

Après le visionnement, je pose les questions suivantes pour sensibiliser les enfants au
phénomène de gaspillage de l’eau et ses répercussions sur la santé de notre planète.

1- D’après vous, quelle est la moyenne quotidienne de l’eau utilisée par habitant au Canada?
(combien de litres d’eau utilise chaque personne par jour?)

Réponses possibles des enfants, 100 litres, 50 litres, 200 litres, etc.
La réponse
En moyenne, chaque Canadien utilise environ 329 litres d’eau par jour à la maison seulement.

Et voici comment elle est utilisée.

6
On Ontario, on utilise en moyenne 280 litres d’eau par personne par jour.
Ces données nous amènent à parler des agents polluants dans cette eau. Je dresse un tableau avec
les utilisations quotidiennes et les agents polluants qu’ils contiennent.(quel est le sujet? Ils?)

Avec les élèves, je dresse la liste des différents usages domestiques de l’eau et ensemble on
trouve les agents polluants correspondant à ces utilisations.

Usages de l’eau Exemple d’agents polluants


Hygiène : - dentifrice ;
- se brosser les dents ; 
-savon, gel douche, shampoing ;
- se laver ; 
 
- urine, excréments, papier toilette.
- toilettes .
Cuisine : - savon vaisselle ; 

- vaisselle ; résidus d’aliments, huile.

- préparation des aliments .
Jardin :
- feuilles mortes ; 
-
- jardinage ;
gravier, sable, poussière ;
- autres usages.
- herbicides .

Objectivation sous forme de remue-méninges.


B. L’assainissement de l’eau (séance 2)
Durée : 60 minutes
Stratégie d’apprentissage : apprentissage par l’expérience scientifique (changement
conceptuel)
Au début de la séance,
 Je révise avec les élèves le cycle de l’eau.
 J’introduis l’expérience à réaliser. Ensemble, on énumère le matériel qu’dont on aura
besoin et je l’inscris sur le tableau.

7
Activité de réinvestissement
Comme dans une station d’épuration
Dans cette expérience, les élèves reproduisent ce qu’ils ont vu avec Sid le petit scientifique avec
du matériel qu’on trouve dans l’école.
Le but de l’expérience est de ramener l’élève à réfléchir à sa consommation d’eau et le
responsabiliser afin qu’il devient (devienne) un élément actif dans la préservation de l’eau
potable.
Matériel :
- Eau;
- 2 récipients transparents;
- 2 étiquettes : A et B;
- 1 grosse seringue;
- graviers;
- terre;
- huile alimentaire colorée;
- jus de pomme et boue (pour présenter l’urine et les excréments);
- papier toilette;
- 1 goutte de produit vaisselle;
- 1 grande cuillère en bois;
- 1 tamis

Les élèves travaillent en groupe de quatre et au fur et à mesure du déroulement de l’expérience,


ils prennent notes des observations.
 Étape 1

Groupe 1, prépare un récipient d’eau sale

1. Dans le récipient A, rempli à moitié d’eau, un élève verse doucement le gravier et le sable.
Un autre mélange.

8
2. Les deux autres ajoutent l’huile, une goutte de liquide vaisselle, 20 cl de jus de pomme, la
boue et quelques feuilles de papier toilette. Ils continuent à mélanger.
 Le mélange ressemble à la composition des eaux usées.

 Étape 2
Groupe 2,
1. Place le tamis au-dessus du récipient B.

2. Verse l’eau contenue dans le récipient A.

Les élèves chargés de la prise des notes, inscrivent leurs observations dans leur carnet

Les gros déchets restent sur le tamis tandis que l’huile, le jus de pomme, la goutte
de produit vaisselle, le sable et des parties de la terre descendent dans le récipient B.

 Étape 3
Les élèves
1. Laissent éclaircir l’eau dans la bouteille B pendant 30 minutes au minimum.
2. Observent le résultat obtenu.
Groupe 3 réalise un schéma explicatif.

9
Les huiles et les
graisses remontent
à la surface
eau

les éléments
solides
restent au fond du récipient

 Étape 4

Groupe 4
Les élèves récoltent l’eau entre l’huile de surface et le sable du fond du récipient à l’aide de la
seringue et recueillent le liquide dans le bocal. 
 (je les aide dans la manipulation de la
seringue et le recueil de l ‘eau dans le récipient)
Je demande aux élèves de décrire l’eau recueillie.

La réponse
L’eau est encore sale. Sa couleur et son odeur indiquent qu’elle n’est pas encore propre.
Je les félicite et je leur explique que :
Arrivés à cette étape, dans une station d’épuration, on utilise des micro-organismes pour
purifier l’eau et je leur montre l’image de la bactérie utilisée pour la purification biologique.
Les élèves notent ces observations et les gardent dans leur portfolio.
Objectivation
À la fin de l’activité, je distribue aux élèves un schéma, qui représente une station d’épuration,
avec lequel on récapitule le cycle de l’eau. Le schéma va lui aussi au portfolio.
C. L’eau est rare et il faut la protéger (séance3)

10
Durée : 60 minutes
Comme révision, je visionne de nouveau la vidéo du petit Sid et je reprends la dernière
expression de l’enseignante « l’eau est précieuse et il ne faut pas la gaspiller ».
Questions
1- comment on gaspille l’eau ?

Réponses possibles : lorsque je me brosse les dents, je laisse l’eau de robinet couler, mon
grand frère reste longtemps sous la douche, maman prend deux fois par semaine son bain,
il y en a qui tirent la chasse d’eau trois fois lorsqu’ils utilisent la toilette, ….

Je les félicite et je montre d’autres façons de gaspillage d’eau.

2- imaginez une journée sans eau chez-vous ? Comment la vivriez-vous ?

Réponse possible : Je ne peux même pas imaginer ça, la municipalité va nous distribuer
de l’eau embouteillée, je mourrai de soif !, ….
Une discussion se déclenche entre les élèves qui se conclut que cela ne pourra pas arriver
parce qu’on ne peut pas vivre juste avec des bouteilles qu’on achète ou que la
municipalité nous donne.
J’apporte ma contribution à leur discussion par le fait qu’il y a des pays dans le monde qui
vivent cette situation des jours et des jours et que dans certains, ils vivent ça même des
mois et ils n’ont que de l’eau polluée pour s’en servir (leurs besoins) (boire, cuisiner, faire
les tâches ménagères, …)

3- pensez-vous que tous les gens de la terre ont la chance comme nous au Canada d’avoir
l’eau au robinet en tout temps ?

Réponses possibles : je vois toujours à la télévision une publicité sur l’Afrique où un


enfant va chercher l’eau de loin à l’aide d’un seau, mes grands parents au Liban ont l’eau
dans une grande citerne, dans le désert, il n y a pas de l’eau, ….

11
4- pourquoi pensez-vous qu’ils n’ont pas assez d’eau pour leurs besoins ?

Réponses : il ne pleut pas beaucoup chez-eux, ils n’ont pas des rivières et des lacs comme
chez-nous, ils n’ont pas de robinets à la maison, ….

Je les félicite et je leur explique que nous somme chanceux d’avoir beaucoup d’eau
potable, parce que dans d’autres pays, il n’ont pas assez d’eau pour leurs besoins et des
fois, elle n’est même pas bonne à boire (elle n’est pas potable). Ces gens consomment
beaucoup moins d’eau que nous, à cause(parce que) que la pluie est rare, ils n’ont pas
des ressources (lacs, rivières, océan, ..) et il n y a pas beaucoup de stations d’épuration.
Ce manque d’eau potable (l’eau polluée) cause d’énormes problèmes, comme les
maladies et la mort dans certains pays

En Afrique En Europe En Amérique

5- D’après vous, qu’est-ce qui pollue l’eau?


Réponses possibles : les déchets que les gens jettent dans les rivières et les lacs, les sacs
de plastique, les liquides que les bateaux déversent à leur passage dans les océans, …
Je les félicite et j’ajoute que les usines aussi des fois déversent des produits chimiques qui
sont dangereux pour la santé des êtres vivants.

12
6- est-ce que c’est juste les êtres humains qui souffrent de la pollution de l’eau?

Réponses possibles : les animaux aussi, les arbres, …

J’ajoute, qu’on peut vérifier ça, en arrosant une plante avec de l’eau polluée avec des
produits chimiques dont (que) certaines usines la déversent dans nos rivières et océans.

7- D’après tous ce qu’on a vu, c’est quoi (quelle est) notre responsabilité pour préserver
l’eau et la santé de notre planète?
Réponses possibles : utiliser moins d’eau à la maison, ne pas laisser le robinet ouvert
lorsque je me brosse les dents, ne pas jeter des déchets dans la rivière, ….

Objectivation
Je récapitule et je leur distribue des fiches d’activité qui sera (seront) leur évaluation
formative.
(Voir annexe 3)

Adaptations utilisées pour rendre l’apprentissage accessible à tous les


élèves

Durant la planification du cours, j’ai pris en considération le style d’apprentissage de tous les
élèves. L’organisation du cours permet aux élèves visuels, auditifs et kinesthésiques de participer
activement à leurs apprentissages. De plus, lors de la réalisation de l’expérience, j’ai regroupé les
apprenants d’une façon hétérogène afin de rendre l’interaction entre les membres de groupe
bénéfique aux élèves avec des difficultés d’apprentissage.
Par ailleurs, lors de l’activité de l’expérience de l’assainissement de l’eau, j’ai pris mes
précautions pour que certains élèves ne jouent pas avec le matériel. Pour cela, je les ai chargé de
la prise de notes des observations.

13
En ce qui concerne les élèves qui éprouvent des difficultés d’écriture, pendant les évaluations,
j’ai donné du temps supplémentaire pour certains et rendu quelques questions orales pour
d’autres.

Durant les cours de sciences précédents, les élèves ont fait la connaissance des composants de
l’air. À travers des activités ludiques et des expériences scientifiques, ils ont pris conscience que
l’air est partout autour de nous, il occupe tout l’espace disponible. Il a une masse, on peut le
déplacer ou le transvaser. Il est invisible et inodore et composé d’Oxygène un gaz invisible et
inodore que l'on respire dans l'air et qui sert à toute vie sur terre. À l’aide d’un thermomètre, nous
avons mesuré la température de l’air dans différents endroits, à l’intérieur de la classe, dans le
gymnase et à l’extérieur dans la cours d’école dans deux places différentes, à côté de la porte de
sortie et prés d’un récipient de collecte d’eau de pluie. À travers ces activités, ils ont enrichis
leurs vocabulaires par des termes liés au domaine, par exemple : air chaud, air froid, air
humide, thermomètre, masse, oxygène, gaz carbonique, respirer, expirer, …
Les élèves sont prés à approfondir leurs apprentissages sur l’air et savoir ce qui est bon de (et)ce
qui est mauvais afin d’établir un plan d’action pour lutter contre ce qui est néfaste pour la santé des
êtres vivants et de la planète. Pour cela, j’ai préparé deux expériences et une activité dont l’objectif
est de sensibiliser l’enfant un (à) son entourage et de prendre des décisions courageuses pour faire
sa part dans le projet ÉcoÉcole.

Leçon 2
A. L’air qui nous entoure
Durée : 60 minutes
Objectif :
 Mettre en évidence la présence de particules en suspension dans l’air.

14
Mise en situation
Je commence la séance par un remue-méninges de ce qu’on a vu à propos de l’air, ses
composantes et son indispensabilité pour la vie sur terre. La veille, je leur ai demandé de
ramener une lampe de poche pour réaliser une expérience. C’est le moment de l’utiliser, les
élèves sont excités de savoir qu’est-ce qu’ils vont faire avec la lampe.
1re expérience
Matériel : une lampe de poche

Déroulement :
 Occulter les fenêtres à l’aide des rideaux ou des stores.

 Allumer les lampes de poche et partir à la découverte des poussières.

Résultat :
L’air est composé de particules de différents types (différentes formes). Elles sont uniformément
réparties dans l’air. Ces poussières sont donc présentes dans l’air que nous respirons. Ce qui veut
dire qu’elles entrent dans notre corps à chaque respiration.
2éme expérience
On pousse plus notre expérience pour savoir la composition de ces particules. Je prépare avec les
élèves le matériel du (de la) deuxième expérience.
Objectif :
 Mettre en évidence la présence et la diversité des poussières de (dans) l’air que
nous respirons.
Matériel :

- 1 feuille cartonnée noire (8x11) divisée sur (en) quatre 



- Une paire de ciseaux 

- Papier collant double face transparent 

- Une perforatrice et de la ficelle 

- Une loupe 


15
Déroulement :
 Prendre un 1⁄4 de feuille cartonnée noire et recouvrir une des deux faces avec le papier
collant double face.
 Percer un trou au dessus à l’aide la perforatrice.
(c’est moi qui perfore le carton).
 Passer la ficelle dans le trou et suspendre le piège
à poussières dans la classe à la hauteur de la
respiration des enfants.
 Est-ce que les enfants expirent contre les feuilles ? peut-être tu pourrais préciser ce qu’ils
font.
Résultat :
Cette expérience met en évidence la présence de poussières dans l’air de la classe. Sur le piège à
poussières, on peut voir qu’elles ont des formes et des tailles très différentes.
Je demande aux élèves s’ils ont une idée de quoi sont constituées ces poussières.
Réponses possibles : ils (elles) viennent de l’extérieurs, des choses qui se trouvent en classe, …
Je les félicite et j’explique que :
Ces poussières, visibles à l’œil nu, sont généralement constituées de fibres textiles (provenant des
habits, des tapis, des rideaux,...), de pellicules (particules de peau) humaines ou animales, de
poils, de pollens,...
La quantité et la nature des poussières que l’on collecte à l’intérieur de
l’école ou de la maison peuvent être différentes d’un endroit à l’autre mais peuvent aussi être très
différentes de celles collectées à l’extérieur.
N.B À la fin de l’expérience j’ajoute que dans l’air que nous respirons, il y a aussi des poussières
que l’on ne peut pas voir à l’œil nu mais qui peuvent nuire à notre santé. Ce sont les particules
fines, les déjections des acariens, les champignons, les microbes, les matières toxiques (amiante,
plomb).
Objectivation
On récapitule ce que nous avons observé lors des deux expériences et les apprentissages tirés de
ces derniers.
B. La pollution de l’air (séance 2)
Durée : 60 minutes
Maintenant que c’est évident pour les enfants que l’air que nous respirons n’est pas tout à

16
fait pur, je pose les questions suivantes :
- Vous avez vu que l’air de la classe contient des particules qui peuvent nuire à notre santé.
D’après vous, l’air qu’on respire dans la cours d’école et dans la rue, a-t-il les mêmes
composantes que celui de notre classe ?
Réponses possibles : non ! il y a des choses encore plus mauvaises, …
Question : comme quoi ?
Réponse possibles : La cigarette, le gaz qui s’échappe des voitures, les nuages qui sortent
des usines, …
Je les félicite et je fais la synthèse de leurs hypothèses.
Donc l’air aussi est pollué par des choses qu’on trouve dans la nature et d’autres liées à l’activité
de l’être humain. On distingue deux sources de pollution de l'air :

 les polluants liés aux activités humaines (véhicules, industrie, chauffage, etc.)
 les polluants naturels (volcanisme, érosion, etc.)

Nous sommes tous affectés par cet air pollué, mais il y a des personnes qui sont plus vulnérables
que d’autres. Les bébés, les personnes âgées, les gens qui pratiquent une activité extérieure ou
travaillent dehors toute la journée à côté des usines et exposés au trafic des automobiles et les
personnes souffrant de problèmes respiratoires (asthme, bronchite chronique, …) sont plus à
risque.
En ce moment, je donne la parole à deux élèves,( : l’un est) un asthmatique et l’autre souffre des
allergies saisonnières. Chacun parle de ce que le rend plus souffrant.
Question : est-ce qu’on est les seules à souffrir de la pollution de l’air ?
Réponses possibles : les animaux et les plantes.
Question : qu’est-ce qu’on peut faire pour diminuer la pollution ?
Réponses possibles : ne pas trop utiliser la voiture, renouveler l’air dans la classe, …

Projet ÉcoÉcole
Très bien, si chaque personne fait attention et s’engage à poser des petits gestes comme vous
l’avez cité, notre planète ne souffrira plus de la pollution. De plus, il y aura moins de gens qui
meurent en souffrant des maladies causées par la pollution de l’eau et de l’air. Pour cela, notre

17
école et d’autres écoles en Ontario participent à un programme qui s’appelle ÉcoÉcole. Ce
programme aide les élèves à devenir des citoyens écologiques (L’écologie est la science qui
étudie les relations des êtres vivants dans leur environnement) qui ont à cœur la santé de leurs
écoles, de leurs villes et de la planète. Des élèves qui participent dans leurs écoles, chez-eux et
partout où ils sont présents à réduire les déchets, rendre leurs écoles plus vertes, recycler, faire du
compostage et tous les petits gestes qui aident la planète à rester en bonne santé ainsi que les êtres
vivants. (aident les êtres vivants ainsi que la planète à rester en bonne santé.)

Objectivation
Je récapitule et je fais un remue-méninges avec les élèves de ce que nous avons appris sur l’effet
de l’activité humaine sur la qualité de l’air et de l’eau, et sur leur capacité à soutenir la vie.
Activité : faire des affiches qui sensibilisent les élèves de l’école à l’environnement
Je demande aux élèves de former des groupes de quatre, chaque groupe choisit un sujet des trois
affichés sur le TBI.
1. Réaliser une affiche qui sensibilise les élèves au gaspillage de l’eau et les coller à côté des
robinets et des abreuvoirs.
2. Réaliser une affiche qui sensibilise les élèves à la qualité de l’air dans leur classe et dans
toute l’école.
3. Créer des modèles de certificat pour les élèves qui posent des gestes écologiques.

Adaptations utilisées pour rendre l’apprentissage accessible à tous les


élèves
Durant la planification du cours, j’ai pris en considération le style d’apprentissage de tous les
élèves. L’organisation du cours permet aux élèves visuels, auditifs et kinesthésiques de participer
activement à leurs apprentissages. De plus, lors de la réalisation de la deuxième expérience, j’ai
regroupé les apprenants d’une façon hétérogène afin de rendre l’interaction entre les membres de
groupe bénéfique aux élèves avec des difficultés d’apprentissage.
Pendant le cours, les élèves ont vus beaucoup de nouveaux vocabulaires scientifiques. Vu leur
âge et leurs bagages langagiers (la plupart sont des anglophones), j’ai dû m’arrêter à plusieurs
reprises pour expliquer et clarifier quelques thermes scientifiques (oxygène, écologique,
vulnérable, allergie saisonnière, érosion).

18
En ce qui concerne les élèves qui éprouvent des difficultés d’écriture, pendant les évaluations,
j’ai donné du temps supplémentaire pour certains et rendu quelques questions orales pour
d’autres.

19
20
Annexe 1

Tâche diagnostique

Nom : …………………………… Date :

Liste tous les usages d’eau à la maison

1- ______________________________ 2- _________________________________

3- _____________________________ 4- _________________________________
5- _____________________________ 6- _______________________________

21
Annexe2
Y a-t-il de l’air …?

Découpe les images suivantes et place les dans la case appropriée

22
Il y a de l’air Il n y a pas d’air

1- Quelle est la substance qui est tout autour de nous et que nous ne pouvons pas voir?

…………………………………………………………………………………………

2- Comment peut-on savoir que l'air est présent dans le ballon?

……………………………………………………………………………………………

3- Comment s'appelle l'air qui se déplace?

…………………………………………………………………………………

23
Annexe3
Évaluation formative

Connaissance et compréhension
A. On appelle
1- l’eau à boire l’eau …………………
2- l’eau plein de déchets l’eau ………………….
3- le voyage que fait l’eau pour retourner à la rivière ……………………………
4- l’opération pour rendre l’eau potable …………………………….
5- le 22 mars …………………………………………

B. qui utilise plus d’eau par jour, encercle la bonne réponse.

 un africain

 un canadien

 un français

C. on utilise plus d’eau

 à la toilette

 dans la cuisine

 dans le bain

24
Habiletés de la pensée
Trouve l’agent polluant
Usages de l’eau Exemple d’agents polluants
Hygiène :
- se brosser les dents ; …………………………….
- se laver ; 
 ……………………………..
- toilettes . ………………………………
Cuisine :
- vaisselle ; …………………………

- préparation des aliments . ……………………………..
Jardin :
- jardinage ; ……………………………

Communication et Mise en application

De quelle façon pourrait-on diminuer la consommation d’eau à la maison?


Dans la salle de bain
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………….
Dans la cuisine
………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………….

25
Annexe 4
Évaluation formative

Connaissance et compréhension
1. répond par « oui » ou « non »
La phrase oui non
L’air que nous respirons est
très propre.
L’air est visible.
On peut toucher l’air.
La pollution est mauvaise
pour la santé des êtres vivants.
ÉcoÉcole est un cours de
musique.

Habiletés de la pensée
1. Pour réduire la pollution de l’air, il faut :
 Se rendre à l’école avec la voiture.
 Prendre l’autobus scolaire.
 Rester à la maison.
2. Les personnes les plus touchées par la pollution sont :
 les gens qui habitent la compagne.
 Les gens qui travaillent dans la construction.
 Les mamans qui prennent leur enfant à la garderie.

26
Communication
Fais un dessin qui représente la pollution dans l’environnement.

Mise en application
Écris trois gestes que tu peux faire à l’école pour participer au projet Écocole.

1) ………………………………………………………………………

2) …………………………………………………………………….

3) ………………………………………………………………………

(Ouvrir la fenêtre pour renouveler l’air, planter des arbres, fermer les robinets) des réponses de ce
genres sont acceptées.

27
Bibliographie
re e
1. Le curriculum de l’Ontario de la 1 a la 8 année, Sciences et technologie
2. L’expérience d’assainissement de l’eau est inspirée de : Bon voyage, l’eau,
http://www.idea.be/uploads/docs/04-11-2010-dossier-pedagogique-bon-
voyage-eau.pdf , et ajustée au profil de ma classe.
3. L’air et l’eau dans l’environnement, http://www.ontarioecoschools.org/wp-
content/uploads/sites/2/2015/04/Dechets_2e-annee.pdf
4. Projet ÉcoÉcole, https://www.ontarioecoschools.org
5. Image, google. Com
6. Les deux expériences de l’air sont tirées de Abcd’Air,
http://www.hypothese.be/Z/SiteAbcdAir/pageOutilsDidactiques.html

28
29