Vous êtes sur la page 1sur 39

ASSOCIATION FRANÇAISE DES TUNNELS

ET DE L’ESPACE SOUTERRAIN

Organisation nationale adhérente à l’AITES


www.aftes.asso.fr

Recommandations
de l’AFTES

Technologie du Boulonnage
GT6R4F1
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 18/02/2014 13:03 Page14

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Technologie du Boulonnage

Texte présenté par Paul ROUX (Spie batignolles TPCI)


Animateur du groupe de travail
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Ce document a été réalisé avec la collaboration de :


Patrick BIENFAIT (Egis Tunnels) - Stéphane BLOND (Bec Fayat) - Anne BOUVARD (Tractebel Engineering) - Guy CUEILLE (Retraité) - Sylvain ECKERT (Vicat)
Michèle FEMELAND (CETU) - Romain GARNERO (Spie batignolles TPCI) - Daniel GILLE (Atlas Copco) - Christophe JASSIONNESSE (GEOS)
Philippe KOENIG (Atlas Copco) - François LAIGLE (EDF/CIH) - Bernard LASNE (Consultant) - Renzo MARUCCO (Mecsider)
Patrick SABY (Metal Service/Thema) - Rémy WITTMANN (Minova)

Cette recommandation a été approuvée par le Comité Technique de l’AFTES suite à une relecture critique du texte par :
Pierre HINGANT (EGIS) - Alain MERCUSOT (CETU) - Jean PIRAUD (ANTEA) - Loïc THEVENOT (EIFFAGE) - Jean LAUNAY (VINCI) - Christian PLINE (GEODATA)

L’A.F.T.E.S. recueillera avec intérêt toute suggestion relative à ce texte.

Sommaire

1 - Introduction : définition et typologie du boulonnage 3- 4 - Ancrages 22-


1.1 - Boulons à ancrage ponctuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 4.1 - Ancrage ponctuel ou ancrage mécanique . . . . . . . . . . . . . . .22
1.2 - Boulons à ancrage réparti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 4.2 - Scellement à la résine ou au coulis . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24
1.3 - Boulons mixtes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 4.3 - Boulons à friction à expansion hydraulique . . . . . . . . . . . . .29
4.4 - Boulons à friction enfoncés par percussion (à force) . . . . . .31
1.4 - Boulons à friction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
4.5 - Ancrage mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
1.5 - Boulons coulissants et autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8
4.6 - Boulons autoforeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33
1.6 - Boulonnage de front . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
1.7 - Boulonnage de radier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 5 - Securité de la phase boulonnage 35-
5.1 - Textes de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
2 - Foration 12-
5.2 - Evaluation et analyse des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36
2.1 - Techniques de foration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 5.3 - Mesures à prévoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
2.2 - Exécution de la foration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
2.3 - Travaux spéciaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
6 - Contrôle du boulonnage 38-
6.1 - Principes de contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
3 - Boulons 17- 6.2 - Contrôle des constituants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
3.1 - La tige . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 6.3 - Modes opératoires des essais de traction
et d'arrachement sur boulons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
3.2 - Pointe ou dispositif d’ancrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
6.4 - Surveillance des boulons en cours de chantier . . . . . . . . . .44
3.3 - La tête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
3.4 - La plaque de répartition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 7 - Matrice d’interprétation 45-
3.5 - Protection contre la corrosion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
3.6 - Caractéristiques utiles au dimensionnement . . . . . . . . . . . .21

14 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page15

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

1 - Introduction : définition et typologie du boulonnage-

Le boulonnage, dont la technologie est l’objet de cette recommandation, Ce type de boulon peut de plus être mis en œuvre en cas de venues d’eau dans
constitue l’un des éléments les plus fondamentaux intervenant dans les tech- le forage.
niques de soutènement des tunnels principalement réalisés par méthode
conventionnelle. Les caractéristiques standard sont des diamètres de 16 à 20 mm pour des
longueurs comprises entre 1,50 et 3,00 m.
Cette recommandation traite (Fig. 1) :
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• du boulonnage radial, voûte, piédroits, radier Vissage sur la plaque


• du boulonnage de front (longitudinal)
• du boulonnage par enfilages longitudinaux obliques

Le boulonnage peut être complété par d’autres moyens de soutènement :


cintres, béton projeté, treillis…
noix coins

Vissage dans la noix

Boulonnage radial Boulonnage longitudinal Boulonnage longitudinal,


du front enfilage

Fig. 1 - Schéma des différents types de boulonnage utilisés.

Elle se limite aux travaux utilisant des matériels courants. Les technologies
spécifiques faisant appel à des matériels particuliers comme les boulons de Fig. 2 - Schéma du boulon à ancrage ponctuel.
très grande longueur (au-delà de 15m, câbles ou tirants) ne sont pas traitées.

La longueur des boulons radiaux est en générale comprise entre 1/3 et 1/2 de
1.2 - Boulons à ancrage réparti
la plus grande ouverture transversale de l’excavation. De ce fait, pour des
ouvrages classiques, leur longueur n’excède pas 6 m. Pour le boulonnage Le boulonnage à ancrage réparti consiste à sceller des barres métalliques (ou
longitudinal, la longueur des boulons se situe classiquement entre 8 et 15 m. autres) sur toute leur longueur dans le trou d’ancrage. Le produit de scellement
est généralement de la résine, du mortier de ciment ou du coulis (Fig. 3).
D’une manière générale cinq grands types de boulons sont à distinguer :
Le scellement réparti sur toute la longueur du trou d’ancrage garantit une bonne
pérennité du boulon.
1.1 - Boulons à ancrage ponctuel
Le boulonnage à ancrage ponctuel consiste à relier le plan de la surface excavée
à un point profond de roche intacte. L’ancrage est généralement assuré par un
dispositif mécanique (Fig. 2) mais peut occasionnellement être associé à un
scellement de la barre en fond de trou par résine.
barre

Classiquement, l’ancrage en fond de trou s’obtient par un blocage d'une coquille écrou
Plaque d’appui simple
d'expansion sur la paroi du trou suite à l’enfoncement d’un coin par traction
mécanique obtenue par vissage. La mise en tension du boulon par précontrainte
– induite par serrage de l’écrou de tête ou par expansion ou décompression
Fig. 3 - Schéma du boulon à ancrage réparti.
des terrains – est indispensable pour obtenir une efficacité optimale de ce sys-
tème de soutènement.
1.2.1 - Scellement à la résine
L’avantage majeur du boulonnage à ancrage ponctuel est sa mise en œuvre
rapide ainsi que son efficacité immédiate. Cette efficacité ne se maintient cepen- La résine est généralement introduite sous forme de cartouches dans le trou
dant dans le temps que si la roche ne flue pas au voisinage de l’ancrage. d’ancrage.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 15
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page16

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Ce type de scellement est habituellement utilisé pour des boulons jusqu’à 4 m 1.3 - Boulons mixtes
de longueur, son efficacité est de l’ordre de 5 à 15 minutes.
Le boulon mixte (Fig. 5) est un
1.2.2 - Scellement au mortier boulon à ancrage ponctuel,
Dispositif
d’ancrage mécanique scellé dans un deuxième
Ce scellement consiste à enfoncer le boulon dans le trou d’ancrage préalable- temps par injection d'un pro-
ment rempli d’un mortier thixotropique permettant la tenue de ce mortier même duit de scellement.
Tige d’acier
dans les trous verticaux forés en voûte ainsi qu’un très bon remplissage du trou Ces boulons présentent
de forage. l’avantage d’apporter une
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

efficacité immédiate grâce à


Ce type de scellement est habituellement utilisé pour des boulons de longueur Forage de boulonnage l’ancrage ponctuel, et de
rempli de coulis ou
inférieure à 5m. Son efficacité est différée en fonction du temps de prise du de mortier pouvoir ensuite être injecté,
mortier. améliorant la pérennité et
renforçant ses performances.
1.2.3 - Scellement au coulis
Fig. 5 - Schéma de principe
Ce scellement consiste à injecter au coulis le boulon après sa mise en place Flexibles d’injection du boulon mixte.
et d’évent
dans le trou de forage par l'intermédiaire d'un tube ou flexible attaché à la tige.

Ce type de scellement est habituellement utilisé pour des boulons de longueur Certains boulons à friction peuvent être équipés d’un taillant perdu utilisé pour
supérieure à 5 m. Son efficacité est différée en fonction du temps de prise du la foration (autoforeurs) et deviennent mixtes par injection (Fig. 6).
coulis.

1.2.4 - Cas particulier des boulons autoforeurs (Fig. 4)

Ce type de boulons consiste en une tige métallique creuse munie en son extré-
mité d’un taillant perdu utilisé pour la foration du trou d’ancrage. Le scellement
est effectué en injectant le produit de scellement par l’intérieur du boulon.

Le boulon autoforeur convient particulièrement aux terrains fracturés et pour


1. Boulon à friction 4. Tige de foration
des grandes longueurs d’ancrage. 2. Plaque d’ancrage 5. Anneau de frappe
3. Taillant 6. Manchon

Son efficacité est différée en fonction du temps de prise du produit de scellement Fig. 6 - Schéma du boulon à friction autoforeur.
(coulis de ciment, mortier ou résine).

1.4 - Boulons à friction


Ce type de boulon est également utilisé pour les enfilages.
Les boulons à friction sont des profilés métalliques creux et minces mis en
contact intime avec la roche, sur toute leur longueur, de façon à permettre une
Tige fabriquée en tubes de haute tenue par friction. Leur efficacité est immédiate.
qualité avec un pas de vis roulé
à froid (pas standard à corde Cette friction entre le terrain et le boulon peut être assurée de deux façons
ou trapézoïdal) Divers types de taillants
permettent une foration différentes :
rapide dans les terrains et
Tube de protection
roches de nature diverse • Soit par expansion hydraulique du profilé dans le trou de forage, par injection
Plaque bombée si nécessaire Coulis
en acier plat d’eau sous pression à l’intérieur du dit profilé tube fermé (Fig. 7).
formé à froid

écrou Plaque
plane Manchon avec arrêt central permettant
tube à expansion en acier
un contact direct entre les tiges limitant
ainsi les pertes d’énergie
durant la foration
Plaque d’appui

Fig. 4 - Schéma d’un boulon autoforeur type MINOVA SDA®. Fig. 7 - Schéma du boulon type Swellex®.

16 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page17

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

• Soit par poussage en force d’un tube fendu dans le trou de forage, le diamètre D’autres systèmes destinés à absorber des déformations brutales de la roche
initial du profilé fendu étant supérieur à celui du trou (Fig. 8). ont été développés, utilisant par exemple le déploiement d'éléments coudés
constituant quelques segments de la tige « D-Bolt® » (Fig.11).

Fig. 8 - Schéma du boulon type Split Set®.


Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le boulon à friction travaille par frottement sur les parois du trou. Dans le cas
du Split Set®, la possibilité d’une injection et du scellement du profil augmente
la capacité de l'ancrage.

Fig. 11 - Shema du boulon type D-Bolt®.


1.5 - Boulons coulissants et autres
Il existe des boulons coulissants, adaptés aux conditions de « rupture brutale »
1.6 - Boulonnage de front
de la roche (« rock burst »).
Il peut s’agir de boulons de type Cette technique est utilisée pour prévenir une déformation du front de taille,
mixte comme le « Cone Bolt® » : les boulons sont mis en œuvre perpendiculairement au front.
les efforts produits par la défor-
mation brutale de la roche sont La reprise du creusement dans le front boulonné nécessite l’utilisation de bou-
transférés à la tige via la plaque lons facilement destructibles, habituellement en fibre de verre et scellés au
d’ancrage. Pour que ces efforts coulis de ciment sur toute leur longueur.
atteignent la limite de fonction- Pour des considérations géotechniques et de chantier, il s’agit surtout de bou-
nement en ancrage réparti, un lons de grande longueur : 1,5 à 2 fois le diamètre de l’excavation. A l'avance-
Fig. 9 - Schéma du boulon mixte revêtement spécial de la tige ment, les boulons sont mis en œuvre de façon à maintenir un recouvrement
type Cone Bolt®. favorise le glissement. d’environ 1/3 de leur longueur.

Le glissement de la tige dans le scellement entraîne le poinçonnement


1.7 - Boulonnage de radier
du coulis par l'ancrage et permet un déplacement du boulon qui garde son
efficacité (Fig.10). Dans certains cas, les radiers peuvent recevoir un confortement par boulon-
nage de type radial soit par des boulons métalliques, soit par des boulons en
fibre de verre pour des excavations réalisées en plusieurs phases dans des
terrains gonflants.

Avant Après
rupture brutale rupture brutale
Fig. 10 - Schéma de fonctionnement du "cone bolt®".
(d’après McKenzie, R, Use of Cone Bolts in Ground Prone to Rockburst, Coal Operators' Conference,
University of Wollongong & the Australasian Institute of Mining and Metallurgy, 2002)

2 - Foration-

Selon les préconisations des fabricants, les diamètres de foration recommandés sont les suivants :

Friction
Type de scellement Ponctuel Résine Mortier
Split Set® Swellex®
Diamètre nominal (mm) 31 à 80 28 à 37 28 à 37 20 à 32 20 à 32
Diamètre foration (mm) 32 à 89 33 à 46 32 à 45 28 à 41 38 à 64

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 17
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page18

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Pour les boulons scellés aux mortiers le diamètre de foration dépend de la 2.1.3 - Autres modes de foration
qualité du terrain et de la longueur du scellement et il varie de 1,5 à 2 fois le
diamètre de la tige 2.1.3.1 - Foration par rotary - rotative par broyage (Fig. 14)
Ce mode de foration au tricône est réservé aux forages de grand diamètre
Pour les boulons scellés à la résine, il convient d'être attentif aux performances généralement non utilisés pour le boulonnage.
des forations pour le respect de l’enrobage optimum des tiges des boulons.

Fig. 14 - Foration
2.1 - Techniques de foration par rotary.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Dans des terrains de "forabilité normale", c’est-à-dire qui se forent sans


coincements excessifs, ni pertes de fluides et dans lesquels les trous peuvent
rester ouverts le temps nécessaire à la mise en œuvre du boulon sans
détériorations, les principaux modes de foration sont (Fig. 15 et Fig. 16) :

2.1.1 - Foration rotopercutante (rupture par rotation)

La foration rotopercutante (Fig. 12) est généralement conduite à l’aide de 2.1.3.2 - Foration au marteau fond de trou
jumbos équipés de marteaux hydrauliques. L’outil est une barre à l’extrémité Ce mode de foration, peu utilisé pour le boulonnage, est réservé aux diamètres
de laquelle est vissé un taillant. importants de trous. Ce type de marteau transmet l'énergie de percussion
directement au taillant sans l'intermédiaire des tiges. Ces marteaux sont à air
Une méthode manuelle avec marteaux pneumatiques permet de forer des comprimé et ont un diamètre courant variant de 80 à 500 mm.
trous de petit diamètre et de longueur limitée.

Direction du mouvement
Force d’impact
Marteau fond
Marteau hors de trou
du trou
Classes AFTES de Résistance
en Compression Uniaxiale RC

Surface libre

Zone broyée
Zone fracturée
Rotary
Rocher

Fig. 12 - Foration rotopercutante.


Rotation
2.1.2 - Foration rotative (avec écaillage)
Domaine
du boulonnage
Diamètre de foration en mm
Les perforatrices pour foration rotative (Fig. 13) sont dépourvues de frappe.
Fig. 15 - Abaque Eimco-Secoma n°1
Le taillant est généralement bilèvres à pastilles de carbure de tungstène, ou
de diamant polycrystallin.

Cette méthode réservée à certains terrains est très productive et permet des
Zone de foration
Classes AFTES d’abrasivité - AIN

diamètres de foration relativement petits. PERCUTANTE

Taillant
de foration
Direction
du mouvement
MOYENNE / FORTE POUSSÉE
Zone de foration rotative

Zone de foration rotative


Zone de MOYENNE POUSSÉE
Découpe d’une tranche foration
par cisaillement rotative
FORTE
POUSSÉE

Rocher
Classes AFTES de dureté - DU
Fig. 13 - Foration rotative. Fig. 16 - Abaque Eimco-Secoma°2.

18 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page19

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

2.1.4 - Récapitulatif : données indicatives utiles Toutefois, la tendance actuelle est à la foration de volées longues, à trous de
au boulonnage mines parallèles, avec des jumbos 2 ou 3 bras. La cinématique des bras per-
mettant la foration des volées devient alors incompatible avec la foration radiale
Diamètre Diamètre
Mode de foration Commentaires des trous de boulonnage. Des machines spécifiques sont donc disponibles,
mini usuel maxi usuel
Foration rotopercutante soit avec foration mécanique et mise en place manuelle, soit en automatisant
32 mm 89 mm Ø max = 127 mm
(taillants) complètement le processus de mise en place des boulons.
Foration rotopercutante Ø min = 24 mm
(fleurets monoblocs) 28 mm 34 mm Longueur limitée 3 m
Il existe aussi des machines équipées à la fois de bras munis d’une glissière
Foration rotopercutante Possibilité de trous
(fleurets monoblocs) 22 mm 55 mm de 15 m longueur de foration pour l’avancement à l’explosif et d’un bras nacelle, à partir de
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

laquelle les opérateurs mettent en place les boulons.


2.1.5 - Outillage
également, et très souvent, des boulonneurs mécanisés complètement l’opé-
L’outillage de foration est constitué de taillants, de tiges et d’accessoires de ration de pose. Ceux-ci sont équipés d’une glissière sur laquelle prennent place
liaison (manchons, emmanchement…). l’outillage de foration, un magasin de boulons, et le mécanisme de mise en
place des boulons. Le magasin est généralement limité à 10-12 boulons (Fig.
Pour le boulonnage courant, les trous à réaliser sont de petit diamètre (inférieur 18). La taille des plaques que l’on peut mettre dans ce magasin est limitée. Il
à 50 mm) et de longueur réduite (4 à 6 m). A partir de 6 m, les barres doivent existe également des magasins et des systèmes de mise en place qui accom-
être manchonnées et les diamètres de foration sont plus importants. modent plusieurs types de boulons.

2.2 - Exécution de la foration

2.2.1 - Evacuation des cuttings

En tunnel, pour l’évacuation des cuttings, la foration avec injection d’eau est
préférée à la mousse ou à l’air comprimé.

Le nettoyage du trou se fait par curage et/ou soufflage à l’air comprimé lors
du retrait de la barre. Dans tous les systèmes de renforcement des terrains,
le nettoyage est nécessaire, mais il est primordial que le nettoyage soit effectué
avec un soin particulier dans le cas du boulonnage scellé, et en particulier
pour les scellements à la résine.
Fig. 18 - Tourelle de boulonnage.
2.2.2 - Machines de foration pour boulonnage
Actuellement, des boulonneurs automatisés sont utilisés pour :
La mise en place d’un boulon s’effectue, de manière simplifiée en trois étapes : • Les boulons à ancrage mécanique ponctuel
• La foration d’un trou de boulonnage • Les boulons à ancrage réparti, scellés à la résine
• La mise en place du boulon • Les boulons à friction de type Split Set®
• Le serrage et/ou scellement • Les boulons à friction de type Swellex®

Plusieurs possibilités pour mécaniser la pose des boulons et plusieurs niveaux Pour les boulons à ancrage mécanique et les boulons à ancrage réparti scellés
de mécanisation existent. à la résine, la tourelle de boulonnage est équipée d’une rotative qui permet
de serrer le boulon, ou de tourner la tige dans la résine. Certains boulonneurs
La premère est d’utiliser le même jumbo pour la foration des trous de mine et automatisés permettent la mise en place simultanée de grillage.
des trous du boulonnage (Fig. 17). Ces jumbos peuvent être équipés de glissières
télescopiques pour adapter les longueurs de foration aux forages d'abattage et Pour les boulons à friction de type Split Set®, la rotative est remplacée par
de boulonnage. Ces matériels peuvent être équipés d'articulations, pour pouvoir un marteau, et pour les boulons à friction de type Swellex® par un emman-
se mettre en position de boulonnage (radiale) chement et un embout qui permet l’injection d’eau dans le boulon.
avec une cinématique parfaitement adaptée.
Selon les engins et selon les terrains, il est possible aujourd’hui et de manière
économique de réaliser des forages de diamètre 32 à 89 mm sur des longueurs
Fig. 17 - Bras de foration mixte courantes de 4 m à 8 m avec éventuellement une opération d’allongement de
foration / boulonnage. barres. C’est donc dans cette « gamme » de forages que le boulonnage doit

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 19
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page20

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

préférentiellement être mis en place. Le choix du type de boulons à mettre en 2.3 - Travaux spéciaux
place aide à la spécification du type de foration à envisager notamment au
niveau des diamètres. Dans les terrains de "forabilité difficile", il faut soit envisager une foration avec
tubage à l’avancement, soit utiliser les boulons de la gamme des autoforeurs.
Compte tenu de l’encombrement, notamment du marteau et des flexibles, On peut également envisager d’utiliser un fluide de forage de type coulis pen-
il est important de prendre en compte, lors de la conception, la longueur dant la foration.
des boulons qu’il est possible d’installer dans une galerie de gabarit donné.
La longueur de la glissière est égale à la longueur du boulons plus 1 à 2 m Pour ces applications spéciales, les machines utilisées sont des machines
selon les matériels retenus. non-standard, équipées spécialement pour ces travaux.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

3 - Boulons-

Ce chapitre est consacré à la caractérisation du boulon y compris ses Dans le cas de boulons en matériaux composites, les sections peuvent être
accessoires et particularités (filetage, nervures, tête, plaque d’appui). de tout type.

Pour chaque type de boulons, il convient de préciser :


3.2 - Pointe ou dispositif d’ancrage
• Les matériaux constitutifs de la tige et de ses accessoires
• Les caractéristiques mécaniques de la tige et de ses accessoires (voir §3.1) Ce terme désigne l’extrémité de boulon au fond du trou de forage.
• Les caractéristiques géométriques de la tige et de ses accessoires Sa fonction varie selon les types de boulons considérés :
• Coupe droite pour les boulons à scellement par injection.
Les principaux matériaux utilisés sont les alliages d’acier, ou bien encore • Coupe en pointe ou biseautée pour les boulons à scellement en cartouches :
la fibre de verre, et exceptionnellement la fibre de carbone. Le choix des elle permet de percer les cartouches de résine ou de mortier et favorise son
matériaux utilisés doit être adapté aux performances recherchées (limite bon malaxage.
élastique, allongement à la rupture, destructibilité…). • Extrémité tronconique ou avec réduction de diamètre pour faciliter l’intro-
duction des boulons à friction.
• Équipée d’un taillant, elle permet de forer le trou dans le cas des boulons
3.1 - La tige
autoforeurs ; les taillants se déclinent en de nombreuses versions : ils peuvent
Il s’agit de la partie centrale du boulon. Sa section est pleine ou creuse selon être traités ou garnis de plaquettes ou picots carbure, en croix, en arc...
les cas. • Équipée d’une coquille, elle constitue l'ancrage ponctuel du boulon : ces
ancrages sont constitués d’une noix centrale sur laquelle viennent glisser
La tige peut être lisse dans le cas des boulons à friction et des boulons à de 2 à 6 coins selon la surface de contact recherchée en paroi du forage.
ancrage ponctuel ou nervurée dans le cas des boulons à scellement réparti. Ils sont réalisés en acier ou en alliage d’aluminium. Une traction exercée sur
Dans ce dernier cas, les nervures améliorent le malaxage de la résine de scel- la tige entraîne une expansion de la coquille. Le choix du type de coquille
lement et donc le scellement. doit être adapté aux conditions géologiques rencontrées et validé par des
essais (voir § 6).
Il faut citer également le boulon dont les nervures constituent un filetage
continu et qui permet un ajustement de sa longueur sur chantier (boulon de 3.3 - La tête
type GEWI®).
Ce terme désigne l’extrémité saillante du boulon qui permet de solidariser la
Dans le cas des boulons autoforeurs, la tige peut éventuellement être consti- plaque de répartition au boulon.
tuée de plusieurs éléments connectés par manchon fileté.
Dans la majeure partie des boulons à ancrage ponctuel ou à scellement réparti,
Les profils standards de filetage sont : elle présente un filetage de longueur 100 à 200 mm recevant un écrou de serrage
hexagonal. Ces filetages peuvent être taillés mais sont généralement roulés. Le
Type « corde » (le plus courant), Type « té » type d’exécution du filetage peut avoir une influence sur la capacité du boulon.
Des exécutions particulières peuvent présenter :
• Des têtes forgées en six pans pour permettre l’entraînement en rotation des
Le filetage de type « corde » assure une bonne étanchéité au niveau des tiges HA scellées à la résine ou pour limiter la partie saillante des boulons
manchons. Le filetage de type « té » facilite le dévissage. ponctuels. Dans ce cas, le serrage du boulon est obtenu par rotation de la
Des profils de filetage non standard sont également utilisés. tige dans la tête d’ancrage.

20 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page21

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

• Des extrémités filetées complétées d’un dispositif d’entraînement en rotation circulaire ou oblong afin de permettre une meilleure adaptation à l’angle effectif
des tiges HA comme des méplats ou carré d’entraînement, des écrous entraî- du forage de la barre et de l’écrou.
neurs résinés ou matricés, des écrous prisonniers ou goupillés.
Pour les boulons à friction la plaque est immédiatement opérationnelle sans
Dans le cas des boulons acier à profils filetés ou autoforeurs, ou dans le cas serrage.
des boulons en fibres de verre à profils filetés, les têtes de boulons sont sim- Pour les boulons à ancrage ponctuel ou réparti la plaque est serrée contre le
plement équipées d’un écrou. parement par l’intermédiaire de la tête avec serrage de l’écrou à la clef à choc
ou éventuellement à la clef dynamométrique. Le couple de serrage doit être
Les boulons à friction présentent soit une bague soit un embout soudés, qui adapté au type de boulon et d’écrou.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

viennent prendre appui sur la plaque d’ancrage mise en place avant le fonçage
du boulon. La plaque bombée permet une certaine adaptation à la déformation.

Une plaque auxiliaire, clipsée ou vissée sur la tête filetée du boulon est, géné-
3.4 - La plaque de répartition
ralement utilisée pour la fixation du grillage ou du treillis d’armature, lorsque
Les plaques d’appui (Fig. 19) constituent un élément important du soutène- ce type de dispositif est utilisé en complément du boulonnage.
ment, et peuvent être utilisées seules ou associées à du grillage, des feuillards,
des blochets. Elles apportent un confinement du massif rocheux en tête du L'utilisation de boulonneur et d’une tourelle de stockage contraint à l’utilisation
boulon. de plaques de dimension adaptée au matériel (≤ 15 x 15 cm), ce qui peut être
On peut également utiliser des tôles de blindage pour augmenter la surface défavorable à la mobilisation du cône de terrain en tête de boulon et à la liaison
d’appui de ces plaques. avec le parement.

Les plaques se déclinent en 3 types principaux : Pour les boulons en fibre de verre, la plaque peut être tenue par un coin inséré
• Les plaques rigides dimensionnées de manière à constituer des appuis dans la tête du boulon écartant les lames ou les deux parties du boulon. Ce
statiques par rapport aux boulons auxquels elles sont associées. procédé ne permet pas un serrage optimisé. Il existe aussi des boulons en
• Les plaques déformables ou auto compensatrices permettant des déforma- fibres de verre cylindriques et filetées en tête permettant la fixation d’une
tions graduelles en fonction des charges exercées sur les boulons. plaque par un écrou. En général, la tête du boulon en fibre de verre constitue
• Les plaques spéciales d’injection, de doublage pour le maintien de grillage, une section de moindre résistance.
de renforcement (de type « araignée »).

3.5 - Protection contre la corrosion


Lorsque la durée de fonctionnement du soutènement l'exige, une protection
contre la corrosion peut être prévue :
• Scellement continu au mortier au coulis ou à la résine
Plaques rigides Plaques ajustables à rotule
• Surépaisseur sacrificielle des pièces
• Galvanisation à chaud des pièces
• Protection époxy (peinture à chaud)
• "Coating" par bain bitumineux à froid
• Boulons gainés injectés (Fig. 27)
• Boulons inox

Injection Évent
3.6 - Caractéristiques utiles au dimensionnement
En accord avec les recommandations du Groupe de Travail GT30 de l'AFTES sur
la "conception et le dimensionnement du boulonnage radial", les principales
caractéristiques mécaniques utiles au dimensionnement du boulonnage, en
fonction du type de boulons et des références de fabriquant sont les suivantes :
Plaques de répartition
pour scellement Injecté
• La résistance de la tige en traction à la limite élastique, en kN
Plaque Araignée
• La résistance de la tête (dispositif de fixation de la plaque) en traction à la
Fig. 19 - Exemples de plaques. limite élastique, en kN
• La résistance de la tige à la traction de rupture, en kN
Les dimensions des plaques d’appui sont usuellement de 15 à 20 cm de côté • La résistance de la tête (dispositif de fixation de la plaque) à la traction
et 4 à 10 mm d’épaisseur, elles sont planes, bombées ou à rotule avec un trou maximale avant rupture, en kN

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 21
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page22

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

• L’allongement relatif de la tige en traction à la limite élastique, en % Ces caractéristiques sont théoriquement accessibles quand il s’agit d’un
• L’allongement relatif de la tige à la traction de rupture, en %. boulon HA B500B, (HA = Haute Adhérence, B = Barre, 500 = limite élastique
en MPa, B = classe de ductilité) mais elles devront être adaptées quand il s’agit
Ces caractéristiques, obtenues par des essais de traction en laboratoire sur de boulons plus particuliers tels que les boulons à friction ou les boulons
tout ou partie des éléments constituant le boulon tel qu’issu de la fabrication mixtes. C’est pourquoi il conviendra toujours de privilégier la connaissance
doivent être garanties (« valeur minimum garantie ») et elles sont indépen- des caractéristiques directement mesurables sur le boulon.
dantes des conditions de mise en œuvre (foration, scellement, …).
Le fonctionnement du boulonnage dans un massif rocheux implique également
Les caractéristiques de la tige peuvent être théoriquement déduites des carac- la mobilisation des caractéristiques des boulons « au cisaillement », c'est-à-
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

téristiques géométriques du boulon et des caractéristiques mécaniques du dire sous une sollicitation de déplacement relatif, transversale à l’axe de la
matériau qui le compose, telles que : tige. Il apparaît qu’il s’agit d’un fonctionnement complexe, impliquant les carac-
• La section résistante de la tige, en mm² téristiques combinées de cisaillement et de traction du boulon lui-même, mais
• La contrainte en limite élastique à la traction du matériau, en MPa également celles du rocher et du produit de scellement le cas échéant.
• Le module de déformation élastique (module de Young) du matériau, en MPa
• La contrainte maximale en traction du matériau, en MPa Aucun essai normalisé n’existe pour caractériser ce fonctionnement mais
• La déformation à la contrainte maximale en traction, en % diverses approches expérimentales ou théoriques ont été menées.

4 - Ancrages-

4.1 - Ancrage ponctuel ou ancrage mécanique 2 branches 3 branches 6 branches

L’ancrage du boulon est réalisé à l’aide d’une coquille qui comporte généra-
lement de 2 à 6 coins, et d’une noix centrale. Une tige filetée est insérée dans
la noix (Fig. 20 et Fig. 21).

Les branches de la coquille sont écartées lors du serrage du boulon. Les coins
de la coquille sont plaqués contre les parois du trou et la tige est mise sous
tension (précontrainte).

La mise en place du boulon est réalisée en serrant à un couple recommandé Fig. 21 - Exemples d’ancrage mécanique.
par le fabricant l’écrou de serrage qui est situé sur la plaque.
L’ancrage ponctuel a pour principale qualité de produire un confinement immé-
Le choix de l’ancrage dépend de la nature de la roche et doit être choisi en diat après l’installation, et donc de procurer une mise en sécurité immédiate.
fonction de résultats d’essais préalables. Sa mise en œuvre est simple et rapide.

L’ancrage dépend des paramètres suivants : Lors de la mise en œuvre, il convient de s’assurer du bon serrage du boulon
• La qualité de la roche au niveau du point d’ancrage (Rc min.) : en dessous et faire en sorte que la plaque soit en contact intime avec le terrain. Le temps,
d’une Rc de 10 MPa, il est nécessaire d’utiliser des coquilles spéciales. Le et/ou les vibrations dues aux tirs, peuvent produire un écaillage autour de la
boulonnage à ancrage ponctuel n’est, dans ce cas, pas recommandé plaque. L’efficacité du boulon devient nulle lorsque la plaque n’est plus en
• La surface de la coquille en contact avec le terrain : elle évolue de manière contact avec le terrain.
inversement proportionnelle à la résistance du terrain
• Le matériau qui constitue la coquille Il convient de vérifier et/de resserrer la plaque, au moins une fois, lorsque c’est
• Les diamètres respectifs de la possible.
coquille et du trou de foration
• Le serrage initial de l’écrou noix 4.2 - Scellement à la résine ou au coulis
coin
tige
4.2.1 - Scellement à la résine
Fig. 20 - Principe de fonctionnement
d’un ancrage mécanique. La résine permet le scellement du boulon sur la totalité de sa longueur. Ce

22 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page23

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

type de scellement ne convient qu’aux rochers qui permettent un bon calibrage - Le malaxage : maintien de la rotation de la tige une fois en fond de trou,
du trou d’ancrage. Il existe des résines à temps de prise « rapide » et « lent ». pour permettre un bon mélange résine/durcisseur
- Le serrage après prise de la résine
La résine est généralement fournie sous forme de cartouches qui contiennent
un catalyseur et un durcisseur (Fig. 22). Avec un boulonneur automatisé l’introduction des cartouches dans le trou se
fait le plus souvent avec une « sarbacane » à air comprimé. Elle nécessite un
Actuellement, compte tenu des matériels disponibles, et de la forte viscosité trou propre et libre de tout élément susceptible de blesser ou de faire obstacle
des résines, la mise en œuvre mécanisée des boulons scellés est couramment à la mise en place des cartouches. C’est souvent le point le plus délicat de la
réalisée jusqu’à 5 m de longueur, la limite étant imposée par la résistance de chaîne de mise en œuvre.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

la résine lors du malaxage.


Les paramètres suivants doivent être contrôlés :
La durée de durcissement des résines, donc du scellement, est classiquement • Le temps de malaxage qui dépend du type de résine : une durée insuffisante
de 5 à 15 min (en fonction du produit et de la température). Il confère une effi- ne permettra pas à la résine de durcir de manière convenable, mais un temps
cacité extrêmement rapide à ce type de boulon, ce qui est un élément de choix de malaxage trop important nuira à la polymérisation de la résine et donc
important pour le type de boulonnage utilisé. au bon ancrage du boulon
• La vitesse de rotation doit être contrôlée et le temps de mélange adapté à
Catalyseur la vitesse envisagée
• La température de mise en œuvre influence le temps de prise de la résine

Le stockage des cartouches de résine doit être pris en compte dans l’instal-
Résine lation et la gestion du chantier :
Fig. 22 - Cartouche de résine. • La durée de vie en stockage est limitée : quelques mois au maximum à une
température moyenne de 20-25°C. Cette durée de stockage diminue en
Les paramètres importants pour la pose de boulon à la résine sont : s’écartant de cette température moyenne. Il est recommandé de prévoir une
• Le diamètre du trou de boulonnage et sa bonne tenue sur toute la longueur rotation du stock.
• L’espace annulaire entre les parois du trou et la tige retenue (Fig. 23) • La température de stockage ne doit pas descendre en dessous de 0°C.
• Les cartouches doivent préférablement être stockées dans un endroit frais
Diamètre du trou et sec, à l’abri de la lumière directe du soleil.
de forage D Fig. 23 - Espace annulaire
• Dans les procédures de mise en œuvre, si la température du stockage diffère
entre le trou et la tige.
trop de la température de mise en œuvre, il faut prévoir le temps pour que
la température de la résine atteigne la température de mise en œuvre.
• L'élimination des reliquats ou rebuts doit se faire dans des filières adaptées.

Les cartouches de résines sont livrées en cartons d’une vingtaine d’unité. Sur
les emballages, il est nécessaire d’avoir au moins les indications suivantes :
• Fournisseur/Origine
• Type de produit et contenance des cartouches individuelles
Diamètre de la Espace • Pictogrammes et phrases de sécurité le cas échéant
tige D annulaire e
• Date de fabrication
• Date de péremption
• Le nettoyage du trou, qui doit être débarrassé de tout résidu de forage • Numéro de lot
(cuttings)
• La profondeur du trou : une sur-profondeur du trou conduira à une consom- La résine peut être injectée sous
mation accrue de résine et à un mauvais mélange forme pompable pour certaines
• Les charges de résine doivent être introduites et poussées en fond de trou, applications.
et la position des charges dans le trou doit être contrôlée. Un parachute per-
met de retenir les charges de résine dans le trou dans l’attente de l’intro-
duction de la tige
• La mise en place du boulon doit suivre les recommandations du fournisseur.
Les différentes étapes de la procédure sont les suivantes (Fig. 24) :
Fig. 24 - Étapes de mise en place
- L’introduction de la tige, en faisant tourner la tige tout en la poussant d'un boulon à la résine.
vers le fond de trou

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 23
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page24

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

4.2.2 - Scellement au mortier ou au coulis L’injection ultérieure à la pose des boulons est également envisageable.

Ce produit de scellement se présente sous la forme de mortier cartouché, ou Les paramètres qui influent sur la mise en place des produits de scellement
de mortier sec en sac ou de coulis pompable. sont :
• Le temps entre le gâchage et la mise en œuvre (max. 15 à 20 mn), qui dépend
Le mortier (cartouche ou sac) utilisé est à base de ciment à haute résistance de la température ambiante et de la température de l’eau de gâchage
et à prise rapide. Pour le coulis le sable utilisé doit être fin pour permettre la • Le temps entre l’injection et la pose de la barre du boulon
pompabilité. Le retrait de celui-ci devra être limité, à défaut d’être expansif. • La température ambiante de mise en œuvre et la température du rocher.
Pour des températures trop basses (inférieures à 5°C) la mise en œuvre est
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le coulis à base de ciment, d’adjuvants et d’eau est généralement plus liquide et déconseillée
d’une mise en œuvre plus compliquée que le mortier. Il peut être préparé sur place. • Le dosage en eau

Paramètres à contrôler pour la spécification d’un coulis ou d’un mortier : 4.2.2.2 - Composition des mortiers de chantier
• Le temps de prise doit être adapté au travail demandé Pour des mortiers basiques préparés sur le chantier, le dosage pondéral est
• La thixotropie du produit doit permettre le pompage le suivant :
• Le produit doit être à retrait limité, voire légèrement expansif • 1 ciment
• La protection contre la corrosion des aciers ne doit pas être attaquée par le • 1 sable (0-3 mm ou moins)
produit • 0.3-0.35 eau/ciment (E/C)
• Les résistances mécaniques à la compression et à la flexion
Il est possible d’obtenir des mortiers présentant de fortes résistances aux
4.2.2.1 - Mortiers d’ancrage pompés jeunes âges en utilisant des liants hydrauliques à prise rapide (type Vicalpes®),
Les mortiers pompés sont des mélanges préparés spécifiquement pour le ou du ciment prompt.
chantier ou pré-mixés à sec, prêts à l’emploi, fournis par des formulateurs. Exemple de composition d’un mortier avec une prise à 1 heure dite "rapide" :
• Sable 0-2mm : 55%
Les mortiers prêts à l’emploi sont adjuvantés et ont généralement des carac- • Filler : 11%
téristiques qui rendent la mise en œuvre plus aisée et améliorent la qualité de • Vicalpes® R 17%
l’ancrage : thixotropie, absence de retrait, pompabilité. Ils peuvent présenter • CEM I 52.5 R 17%
des durcissements rapides, permettant de mettre en tension les boulons après • Eau
4 ou 5 h selon les objectifs recherchés. À un jour, les résistances atteignent • Adjuvants
15 à 35 MPa selon les produits.
La résistance de ce mortier est de 6 MPa à 3h et de 18 MPa à 24h.
Procédure standard de mise en œuvre : Temps de prise
Type de mortier Rc 2 h Rc 1 j Rc 28 j
a) Préparation du mortier : (à 20°C)
- Gâchage du mortier en suivant les recommandations du fabricant, Rapide 28 - 30 min 5 -10 MPa 20 - 35 MPa 35 - 70 MPa
notamment en ce qui concerne la quantité d’eau Standard 1-2h 25 - 40 MPa 35 - 70 MPa
- Malaxage
Lent 4-8h 25 - 40 MPa 35 - 70 MPa
b) Injection du mortier à l’aide d’une pompe, en remplissant le trou du fond
vers la tête :
- Un flexible d’injection est introduit en fond de trou 4.2.2.3 Mortiers d’ancrage en cartouches
- Le mortier injecté par la pompe pousse le flexible qui se déplace vers Les cartouches contiennent un mortier sec prêt à l’emploi et sont conditionnées
l’extérieur. Une certaine résistance doit être opposée à la remontée du dans un emballage perméable qui permet l’absorption de l’eau. Leur utilisation
flexible pour s’assurer du remplissage des vides et des interstices est réservée aux travaux de boulonnage limité en quantité et pour des boulons
c) Introduction des tiges par simple poussée de la tige : de faible longueur. Ces cartouches sont mises en place par bourrage (bourroir).
- L’introduction du boulon permet la diffusion d’une certaine quantité de Les boulons sont ensuite introduits par simple poussée.
mortier dans les éventuels interstices du terrain
- En fin d’opération, le mortier doit normalement ressortir en tête du bou-
4.3 - Boulons à friction à expansion hydraulique
lon par l’espace annulaire entre la tige et le trou
- Une cale en bois permet parfois de maintenir le boulon dans le trou pen- Ces boulons sont des tubes repliés sur eux même, qui sont introduits dans le
dant la prise du scellement (pour les boulons subverticaux) trou et gonflés à l’eau sous pression.
d) Serrage des boulons, après la prise du mortier : le temps de prise du mortier
dépend des caractéristiques du produit choisi et de la température de mise La pression de gonflement pour la mise en place est de l’ordre de 30MPa, il
en œuvre convient de vérifier sa compatibilité avec la qualité de la roche. Dans tous les

24 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page25

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

cas, elle doit impérativement être définie et décrite dans les procédures de Procédure de mise en œuvre (Fig.26) :
boulonnage de chantier (essais préalables). • Foration du trou
• Insertion du boulon équipé de sa plaque dans le trou
Les pompes de gonflage doivent être contrôlées et régulièrement révisées. • Le marteau est mis en place et le boulon est enfoncé à force dans le trou.
Il convient de maintenir la poussée jusqu’au contact de la plaque au
Procédure d’installation du boulon (Fig. 25) : parement.
• Foration du trou
• Insertion du boulon dans le trou, connecté à la lance d’injection
• Gonflage, durée de 30 s à 1 min
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• Fin de l’installation

Boulon installé
- forces radiales
- forte pression
© Atlas Copco

de plaque
Mise en place

© Metal Service
Forage
- 35 à 38 mm (SS39)
Fig. 25 - Mise en place d'un boulon à friction à expansion hydraulique. - 41 à 46 mm (SS46)

Fig. 26 - Mise en place d'un boulon à friction enfoncé à force.


Paramètres qui influencent l’ancrage :
• Qualité de l’acier utilisé : il existe deux qualités principales de boulons de Paramètres pour assurer une bonne mise en place des boulons à friction :
type Swellex® (gamme standard et gamme au manganèse) • Le diamètre de foration doit être contrôlé et respecter les recommandations
• Résistance à la corrosion : il est possible d’obtenir des boulons avec un revê- du fournisseur
tement anticorrosion • Les caractéristiques du terrain : ce type de boulon montre son efficacité dans
• Qualité de la fabrication du tube et des soudures d’extrémité les terrains fracturés où il permet de maintenir les blocs entre eux
• Pression d’injection d’eau • La qualité de l’eau dans le massif influence la durabilité du boulon
• Qualité de la roche dans le terrain : ce type de boulon est adapté aux terrains
dont la résistance est compatible avec la pression de gonflage. Dans les La mise en place du boulon est relativement simple, ce qui est son principal
autres terrains, on utilise des manchons pour éviter l’endommagement du avantage.
terrain, au voisinage de la tête de trou
• Diamètre de foration contrôlé pour chaque type de boulon et en fonction des
4.5 - Ancrage mixte
recommandations du fournisseur
Il existe plusieurs combinaisons de boulons d’ancrage mixtes. Le but est géné-
ralement d’obtenir les avantages d’un ancrage immédiat garanti par une
4.4 - Boulons à friction enfoncés par percussion
coquille d’expansion, et la résistance à long terme d’un boulon à ancrage
(à force)
réparti.
Ces boulons à friction sont constitués d’un tube en acier à haute limite
élastique, ouvert le long d’une génératrice sur toute la longueur du tube. Il est le plus souvent une combinaison d’ancrage ponctuel et réparti, mais
d’autres combinaisons existent, telles que :
Caractéristiques du boulon à friction : • Ancrage ponctuel + injection de résine ou de ciment entre trou et boulon
• Mise en place simple (par percussion au marteau) • Friction + injection de ciment dans le tube du boulon
• Système actif et dynamique de renforcement par friction. Le boulon contrôle
la dilatation des terrains de par ses fortes capacités à l'allongement et au 4.5.1 - Ancrage ponctuel + Injection de ciment
cisaillement sans rupture
• Résistance à la corrosion : il est possible d’obtenir des boulons galvanisés Il est possible d’obtenir à la fois les avantages de l’ancrage mécanique et de
à chaud l’ancrage réparti en utilisant des boulons à ancrage mécanique et en injectant
• Couramment, sa longueur est limitée à 4 m environ a posteriori dans le trou de boulonnage une résine ou un coulis de ciment.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 25
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page26

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Il est possible de forer à l’eau, à l’air ou bien au coulis.


Bien que cela ne soit pas répandu, il est possible d’envisager
un scellement avec une résine pompable.

Fig. 27 - Exemple de mise en place d'un boulon à ancrage mixte type CT Bolt®.

© Atlas Copco
Certains types de boulons possèdent une tige creuse dans laquelle le produit
de scellement peut-être injecté (comme pour les autoforeurs) entre barre et
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

ancrage ponctuel et terrain. D’autres boulons (CT Bolts®) permettent d’injecter


le produit de scellement entre une gaine PVC et la tige du boulon jusqu'à la
tête de l’ancrage (Fig. 27). Fig. 29 -
Installation
d'un boulon
4.5.2 - Friction + injection ou remplissage de ciment autoforeur.

Le boulon à friction enfoncé à force (§ 4.4) peut être injecté avec un mortier Procédure d’installation (Fig.29) :
ou coulis après mise en œuvre. • Foration du trou avec la tige du boulon
• Addition éventuelle d’une longueur par utilisation d’un manchon
Il existe également une variante de type de boulon à friction enfoncé par per- • Injection
cussion pouvant recevoir des cartouches contenant un liant à base de ciment • Mise en place de la plaque
légèrement expansif (Fig. 28). Lors de sa prise, le ciment produit une pression
sur le tube qui constitue le boulon, et renforce son matriçage dans le terrain, 4.6.2 - Boulons en fibres de verre
augmentant ainsi l’effort nécessaire pour faire glisser l’ancrage (10 à 15 t/m).
Des boulons autoforeurs en fibre de verre sont disponibles. Leurs principaux
avantages :
• Ils sont injectables
• Leur poids est faible
• Ils sont insensibles à la corrosion
• Ils sont facilement destructibles, et donc bien adaptés pour le soutènement
provisoire dans les zones dans lesquelles il faudra ensuite excaver.

Fig. 28 :- Exemple d'ancrage mixte (friction + injection Ils sont mis en œuvre en mode de foration rotative.
de ciment) type Split Set® injecté.

4.6.3 - Boulons autoforeurs à friction


4.6 - Boulons autoforeurs
Ce type de boulon fonctionne comme un tubage à l’avancement, mais dans
4.6.1 - Boulons en acier ce cas le tubage est fendu, comme dans le cas du boulon à friction enfoncé
à force type Split Set®. Le marteau, utilisé pour la foration, force également
Les boulons autoforeurs sont constitués de tiges creuses, équipées en extré- le tubage dans le trou qui procure un ancrage par friction immédiat dès son
mité (pied) d’un taillant perdu. Après foration avec retour du fluide de foration installation (Fig. 30).
par le vide annulaire, on injecte un coulis par la tige qui assure le scellement
du boulon. Power Set drill bit

AT - Pc
Ces systèmes sont directement mis en lieu et place de la barre de foration et
du taillant. Ils sont conçus pour être mis en place avec un matériel de roto per-
cussion courant.

L’ancrage étant du type réparti, les facteurs qui influencent la qualité de


l’ancrage seront les mêmes avec certaines difficultés supplémentaires : le Power Set Fig. 30 - Procédure de mise
diamètre du taillant doit être suffisamment petit pour que l’espace annulaire drill en place d'un boulon
permette un bon scellement au mortier ou au coulis, néanmoins il doit être Power Set adapte autoforeur à friction (DSI®).

suffisant pour s’assurer de la bonne évacuation des cuttings.

26 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page27

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

5 - Sécurité de la phase boulonnage-


Dès lors qu'un type de boulonnage est retenu, l'entreprise se doit de respecter • de chocs impulsifs liés aux vibrations produites par des marteaux perfora-
un certain nombre de dispositions pour que la mise en œuvre des éléments teurs
de boulonnage se déroule avec le maximum de sécurité.
Le boulonnage doit être réalisé après la purge des parois et du front voire Le manque d'éclairage tout comme le sur-éclairement des zones de travail
après l’application d’une première couche de béton projeté de confinement. peut engendrer des situations à risques. Pendant la foration, le bruit et la
poussière émis par l'engin de foration insuffisamment équipé peuvent être
source d'inconfort et de maladies professionnelles pour les ouvriers.
5.1 - Textes de référence
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le "Guide des bonnes pratiques pour la Sécurité et la protection de la Santé La phase de mise en place du boulon présente des risques communs à tous
lors de travaux souterrains" édité par la CARSAT-RA est un document de réfé- les types de boulons et d'autres spécifiques au type de boulons mis en œuvre.
rence sur lequel le maître d'ouvrage, le maître d'œuvre et l'entreprise s'ap- La manutention du boulon et sa mise en place dans le trou de foration peuvent
puieront pour rédiger les documents de conception et de chantier relatifs à la entraîner des blessures aux mains et des chocs du fait de l'emploi de masses.
sécurité (PGC, PPSPS, Procédures…). Pour les boulons de voûte, le travail à partir d'une nacelle peut être à l'origine
de chutes de pièces diverses sur les zones inférieures.
Rappel de la logique à respecter pour la mise en œuvre des PGP (Principes
Généraux de Prévention) tels qu'ils sont définis par l'article L 4121-2 du Code La mise en place des boulons à ancrage réparti scellés présente des risques
du Travail : liés à l'emploi de pompe à injection. La préparation des produits de scellement
• éviter les risques professionnels et d'environnement peut entraîner des risques de brûlures cutanées, d'inhalation voire d'ingestion
• évaluer au mieux les risques qui ne peuvent être évités de poussières (fines). Ensuite, lors de l'injection, des ruptures de flexibles
• privilégier la protection intrinsèque en recherchant des modes opératoires peuvent se produire entraînant les mêmes risques que lors de la préparation.
adaptés aux lieux de travail, en utilisant des matériels adéquats et en veillant
toujours à respecter la règle suivante qui consiste à adapter le travail à Lors de la mise en place des boulons à ancrage ponctuels, les risques sont
l'homme et non l'inverse essentiellement liés à la manutention des accessoires comme la mise en place
• toujours privilégier la protection collective et à défaut mettre en place des des coquilles d'ancrage et des plaques et écrous de serrage.
protections individuelles adaptées
• assurer la formation du personnel vis-à-vis des risques qu'ils sont suscep- Pour les ancrages à friction, les risques dépendent du type du boulon. Les
tibles de rencontrer boulons dont l'efficacité n'est effective qu'après leur gonflage à l'eau tout
comme les boulons entrés à force dans le terrain présentent les risques liés
aux matériels utilisés pour la mise en place : pompe d'injection d'eau pour les
5.2 - Evaluation et analyse des risques
premiers, engin de frappe pour les seconds.
Le soutènement par boulonnage présente différents risques. Leurs sources
sont multiples depuis l'approvisionnement des matériels et matériaux jusqu'à
5.3 - Mesures à prévoir
la mise en place du soutènement sans oublier la phase "contrôles". Elles résul-
tent essentiellement de la mise en place des soutènements et de la surveillance Les mesures à prévoir pour la surveillance du comportement des boulons, que
de leur comportement. ce soit pendant la phase excavation ou au cours de la vie de l'ouvrage lorsque
le soutènement reste apparent, relèvent des contrôles.
En effet, les risques liés au terrain sont à prendre en compte car l'excavation
non encore soutenue présente de graves dangers notamment la chute de blocs. Les acteurs de la construction (prescripteur - MOA, MOe, coordonnateur SPS,
et les entreprises) ainsi que les gestionnaires d'ouvrages se référeront au
L'analyse de l'activité "boulonnage" démarre dès l'approvisionnement des paragraphe "6.4 de la présente recommandation - "Surveillance des boulons"
matériaux et des matériels, phase au cours de laquelle les ouvriers font des en cours de chantier.
tâches répétitives de manutention demandant parfois des efforts physiques
pouvant entraîner de mauvaises postures. L'implantation des zones de livraison Les mesures à prévoir vis-à-vis des risques liés au terrain sont :
et de reprise des matériaux sera faite de manière à ce que les manœuvres et • Surveillance du terrain : affectation d'une personne chargée de l'auscultation
circulations ne génèrent pas d'accidents de la circulation. des soutènements
• Purge systématique préalable en privilégiant la purge mécanisée
La phase foration peut être à l'origine de plusieurs risques dont certains sont
liés au matériel. Il peut s'agir : Les mesures à prévoir vis-à-vis des risques liés au matériel durant la foration sont :
• de coincement de main ou de doigt par exemple lors de la mise en place de • Mettre en place les formations à l'utilisation et à la maintenance des engins
tige ou changement de taillants de foration

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 27
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page28

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

• Sécuriser les nacelles conformément à la réglementation et à leur utilisation • Éviter de générer de la poussière et toute projection de matériaux : privilégier
spécifique le forage à l’eau ou au mélange air/eau. Dans les terrains pulvérulents ou
• Mécaniser au maximum les tâches (lorsque la section et le nombre de dont la nature présente des risques pour la santé, mettre en œuvre un
boulons à mettre en œuvre le permettent) : livraison des boulons, change- dispositif de captage des poussières et de ventilation de la zone de travail.
ment de tige et barres de forage • Relativement au bruit : privilégier les matériels électrohydrauliques et inso-
• Prévoir, si la foration est effectuée manuellement, des supports permettant norisés, sans préjudice du port des EPI.
de reposer le matériel (poussoir) et aménager l'espace de travail au pied de
la paroi à boulonner pour éviter toute chute de personne Les mesures à prévoir vis-à-vis des risqués liés à la mise en place du boulon
• Eviter les circulations de personnel à proximité : pour se prémunir du risque sont :
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

de heurt et de happage du personnel situé au voisinage de la machine de • Privilégier l'emploi de robot de boulonnage
foration lors d’un mouvement brusque de la glissière, il est nécessaire de • Si le boulonnage est réalisé manuellement, mettre en place les formations
définir un périmètre de sécurité autour des machines ainsi que certaines adaptées aux types de boulons
règles de bonne entente afin d’attirer l’attention du chauffeur lorsque • Porter des EPI (Equipements de Protection Individuels) adaptés
quelqu’un doit passer dans son rayon d’action

6 - Contrôle du boulonnage-

• à la réception et à la mise en place : diamètre, longueur, filetage, tête et


6.1 - Principes de contrôle
pointe, absence de rouille, de graisse… :
Pour s’assurer de la qualité et de l’efficacité du boulonnage, plusieurs types - pour les tiges en HA dont les diamètres sont prévus par les normes
de contrôles et d'essais peuvent être effectués à différents stades. AFNOR (14 - 16 - 20 - 25 - 32 - 40) et donc faisant l'objet du certificat
On distingue : d'homologation, il est absolument indispensable que la fourniture soit
• des essais préalables réalisés au stade du projet pour valider le système de accompagnée de la fiche descriptive en cours de validité relative NF
boulonnage envisagé, notamment son dimensionnement par rapport à la AFCAB de l'acier fourni
qualité des terrains à boulonner (des essais qui peuvent aller jusqu’à l’ar- - pour les tiges en HA dont les diamètres ne sont pas prévus par les
rachement du boulon d'essai) normes AFNOR (18 - 22 - 26 - 28 - 30 - 34, etc.), il est indispensable
• des épreuves de convenance, avant travaux, pour vérifier l’adéquation du que la fourniture soit accompagnée du certificat de l'aciérie produc-
système de boulonnage choisi avec le matériel de mise en place et les condi- trice ; ce document indiquera les données qui identifient le produit
tions in situ, notamment de terrain (numéro de la coulée, analyse chimique, etc.) et aussi les valeurs
• à leur arrivée sur le chantier, le contrôle systématique des différents consti- limites d'élasticité (Re, act), les valeurs de résistance à la traction
tuants (boulons et scellements) ainsi que celui des matériels de mise en (Rm) et leurs "Rapport" relatifs, et enfin l'allongement total (Agt
œuvre exprimé en pourcentage) ; le tout selon les normes NF A 85-080-1
• des essais de contrôle réalisés en cours d’exécution sur les ancrages appar- (2010-10)
tenant au dispositif de soutènement, pour en vérifier l’efficacité - pour les boulons à friction, il convient de contrôler le marquage spécifique
à chaque boulon permettant sa traçabilité, selon la norme concernée
Il est possible également d’ausculter des boulons dans le temps, en plaçant à - Toutes ces valeurs déterminent les caractéristiques mécaniques de
poste fixe des cellules dynamométriques à la tête de l’ancrage entre plaque et l'acier
écrou, et de relever périodiquement la déformation à l’aide d’un comparateur. • la qualité de l’eau et du sable utilisés pour les mortiers
• les conditions de stockage des différents constituants
Ces contrôles et essais sont développés dans les paragraphes qui suivent.
En ce qui concerne les produits de scellement (résine, coulis, mortier), on
vérifiera :
6.2 - Contrôle des constituants
• pour les résines : l’état des cartouches à la réception, la limite de péremption
La qualité des différents constituants du boulonnage (boulons, coquilles d’ex- (généralement de quelques mois), les conditions de stockage, les vitesses
pansion, taillants de l’autoforeur, et autres accessoires) et du matériel de mise de polymérisation
en œuvre sera contrôlée : • pour les coulis et les mortiers : les résistances à la compression à 7 j et
• par la vérification, dans la procédure d’agrément, des essais réalisés en à 28 j, la viscosité, les temps de prise : 6 éprouvettes en sortie de lance
laboratoire par le fournisseur (limite élastique, limite de rupture, allongement d’injection à chaque poste
à la rupture, notamment des tiges…). Sur le chantier, il convient de vérifier • pour les mortiers en cartouche : l’état des cartouches à la réception, les
à la livraison les PV de contrôle du fournisseur conditions de stockage

28 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page29

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

Il convient de se prémunir des risques de contrefaçons : nance sont généralement destructifs afin de mesurer la résistance du
• Traçabilité scellement nécessaire au dimensionnement du soutènement. En revanche, en
• Marquage souterrain, les essais préalables et de convenance ne le sont pas nécessaire-
• Système de normalisation ment. Ils sont alors réalisés de la même manière que les essais de contrôle,
• Certificat de conformité dans les mêmes conditions de boulons et de terrain que celles de l’ouvrage
pour lequel ils sont prévus (voir ci-après).
Par ailleurs, il convient de s'assurer que le contrôle qualité concerne toute les
étapes de la fabrication du boulon et que les boulons d'essais sont les mêmes Dans certains cas cependant, le Maître d’Œuvre peut demander des essais
que ceux mis en œuvre. destructifs afin d’évaluer la résistance Tu (en kN) de l’ancrage dans le terrain,
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

qui est fonction généralement de la longueur d’ancrage (ou qs exprimé en kPa


qui est le frottement latéral limite conventionnel).
6.3 - Modes opératoires des essais de traction et
d'arrachement sur boulons
Le nombre d’essais à réaliser par type d’ancrage et par type de conditions
Concernant les essais de contrôle des boulons scellés au mortier : géologiques est à fixer dans les prescriptions du marché. La résistance
Le résultat de l'essai sera non seulement fonction de la prise du coulis de moyenne est souvent définie à partir d’un minimum de 5 essais par type
scellement mais aussi de la convergence et du "serrage" du boulon suivant d’ancrage et par type de conditions géologiques car une assez grande disper-
l'augmentation de la contrainte orthoradiale. sion est habituellement observée.
L'essai doit donc être fait lorsque la vitesse de convergence est faible :
• sous faible couverture : 3 mm/jour Les essais préalables et les essais de convenance donnent lieu à un rapport
• sous forte contrainte: 1-2 cm/jour d’essai.

6.3.1 - Principes généraux des essais sur boulons Les essais de contrôle sont à réaliser sur des ancrages appartenant au
dispositif de soutènement de l’ouvrage. On vérifie que l’ancrage résiste à une
Les essais de traction et d’arrachement sur boulons sont réalisés généralement traction d’essai Te définie à la conception qui est fonction de la traction limite
à l’aide d’un vérin creux qui permet de tirer sur la tête du boulon en s’appuyant de service Ts du boulon (généralement Te = Ts ou plutôt 1,2 x Ts).
sur la paroi rocheuse aux alentours de la plaque d’appui de l’ancrage (Fig. 31).
Pour un ancrage dont l’efficacité doit être immédiate, le contrôle doit se faire
rapidement après sa mise en place.

Pour les boulons scellés au mortier ou à la résine, le contrôle doit se faire dès
lors que la prise du scellement le permet (7 ou 28 jours pour le mortier, 8 ou
24 heures pour la résine selon les indications du fournisseur et selon les
prescriptions du marché).
Fig. 31 - Dispositif d’essai de traction.

Des contrôles différés peuvent également être prévus pour vérifier la pérennité
Pour les boulons à ancrage mécanique, les essais peuvent être réalisés à l’aide d’un ancrage (voir § 6.4).
de la clef dynamométrique qui sert à les mettre en tension.
6.3.2 - Normes et recommandations
Le déplacement de la tête du boulon est mesuré à l’aide d’un comparateur,
ce qui permet de tracer la courbe effort–déplacement caractérisant le Pour les ancrages scellés au rocher (mortier ou résine), la procédure d’essai
comportement du boulon et de son ancrage. en arrachement comme en contrôle est décrite par la norme XP P 94-444
(décembre 2002) – Essai statique d’arrachement, sous un effort axial de trac-
La mise en tension se fait par paliers. A chaque palier, on mesure l’évolution tion, d’un ancrage scellé dans un massif rocheux – Essais par paliers :
du déplacement ou la perte de tension, s’il y en a, qui définit une limite de • Les boulons sont mis en traction par incréments de charge et/ou de dépla-
fluage (ou de ripage) de l’ancrage. On peut ainsi définir une résistance de pic cement et les mesures sont faites à chaque incrément, lorsque charge et
et, dans certains cas, une résistance résiduelle. déplacement sont stabilisés (en notant le temps de stabilisation). Les paliers
sont fixés à 5 minutes.
Les essais préalables et les essais de convenance sont à réaliser sur des • Le programme d’essai à la rupture comporte 2 cycles de chargement/déchar-
ancrages spécifiques n’appartenant pas au dispositif de soutènement de l’ou- gement par paliers, le 1er cycle jusqu’à la tension limite estimée de l’ancrage
vrage ou ne participant pas à la stabilité de l’ouvrage en service. et le 2 ème cycle jusqu’à 2 fois cette tension. L’essai donne l’effort de traction
limite Tu associé à la longueur L de l’armature scellée dans le matériau
Pour les soutènements à l’air libre, les essais préalables et les essais de conve- rocheux.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 29
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page30

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

• L’essai de contrôle (Fig. 32), lui, est réalisé en un seul cycle de chargement indications du fournisseur). Des essais à plusieurs longueurs de boulon (3 mini-
en cinq paliers de 5 minutes jusqu’à atteindre Te puis en effectuant un mum) permettent une évaluation plus fiable de la valeur du frottement limite
déchargement en trois paliers de 1 minute. Il peut également être demandé qs. La valeur de qs peut croître sous l’effet des mouvements de terrain autour
de maintenir le dernier palier Te plus longtemps (20 ou 30 minutes) avant de l’excavation.
de procéder au déchargement contrôlé. L’essai est dit concluant si la résis-
tance moyenne des essais est supérieure soit à Ts, soit à 1,1 fois Ts (selon En dehors des boulons en tunnel, objets de la présente recommandation, il
les prescriptions du marché). existe d’autres procédures d’essai concernant les micropieux et les clous ou
ancrages au sol meuble, où la notion de fluage est ajoutée à la notion de trac-
tion de rupture, ainsi que les tirants d’ancrage. Ces essais visent généralement
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

à déterminer une valeur de frottement latéral limite qs nécessaire au dimen-


sionnement des ouvrages concernés (stabilité des talus cloutés, fondations…
) mais peuvent aussi concerner les ouvrages souterrains :
• Ouvrages de grandes dimensions
• Travaux nécessitant un contrôle strict des déformations
• Proximité d’ouvrages existants
• Roche argileuse
•…

T Force de traction Ces procédures sont citées ici pour mémoire :


Te Force de traction imposée par le contrôle
• Recommandations CLOUTERRE 1991
t Temps, en minutes
P Phase préparatoire de l’essai • Essais de traction à déplacement contrôlé (vitesse constante)
Fig. 32 - Essai de contrôle. Programme de chargement – déchargement • Essais de traction à effort contrôlé (paliers de fluage)
(selon XP P 94-444). • Norme NF P 94-242-1 (1993) – Essai statique d’arrachement de clou soumis
à un effort axial de traction – Essai à vitesse de déplacement constante
La recommandation de l’ISRM et la norme ASTM suivent des méthodologies • ISRM - Suggested Method for Rock Anchorage Testing (1985)
similaires. Elles y sont décrites jusqu’à l’arrachement de l’ancrage. Leurs réfé- • Norme NF P 94-153 (1993) – Essai statique de tirant d’ancrage
rences sont les suivantes : • Chapitre 6 des recommandations TA 95
• ISRM – Suggested Method for Rockbolt Testing (1975), • NF EN 1537 – Exécution des tirants d’ancrage : plusieurs méthodes d’essais
• ASTM D 4435-84 (reapproved 1998) – Standard Test Method for Rock Anchor proposées au § 9 et en annexe E
Pull Test.

6.4 -Surveillance des boulons en cours de chantier


Dans le cas des essais à la rupture, des dispositions doivent être prises
pour : En phase d’excavation, à une distance en arrière du front qui est fonction des
a) éviter la cassure de l’armature sous l’effet de traction maximale : vibrations engendrées par les tirs d’explosif, ou sous l’effet d’un glissement
- par le choix d’une section suffisante de l’ancrage, il convient de vérifier le serrage des écrous et de procéder, si
- et/ou en limitant la longueur de scellement ; cette dernière doit cepen- nécessaire, à un resserrage systématique de l’ensemble des boulons à ancrage
dant être suffisante pour englober les hétérogénéités du terrain ponctuel. Ce type de contrôle est également souhaitable avant la mise en place
b) limiter les effets de bord : des dernières passes de béton projeté ou avant la mise en place de l’étanchéité
- soit par la réalisation d’une longueur libre minimale lors du scellement ou du revêtement selon le cas.
du clou (de l’ordre de 1 m dans le sol, 0,5 m au rocher)
Un contrôle de la longueur non scellée des ancrages est réalisé en introduisant Les boulons dont la tête casse sont à changer ou à remplacer par un autre
une tige dans l’espace annulaire libre de tout scellement. moyen de soutènement.
- soit en disposant d’un bâti d’essai prenant appui au terrain autour de la
tête du clou, mais dont tous les points de la surface d’appui se trouvent Pour mémoire, il est possible de suivre l’évolution dans le temps de la tension
néanmoins à plus de 0,3 m des bords du trou d’un boulon en interposant entre la tête du boulon et le rocher, soit une cale
c) pour les boulons scellés au rocher (au mortier ou à la résine), l’essai inter- dynamométrique, soit une cellule de chargement.
vient après un délai minimum de prise du scellement (7 à 28 jours pour du
mortier, ou 8 à 24 heures pour de la résine selon les indications du fournis- Un contrôle global du système de soutènement que constitue le boulonnage
seur et selon les exigences du marché) associé ou non à du béton projeté est réalisé notamment par les mesures de
convergence dans le cadre de la méthode de "conception interactive" ancien-
Les essais d’arrachement sur les boulons à friction se réalisent de la même nement dénommée "méthode observationnelle". En cas de détection d’un
manière. Ils se font immédiatement après leur mise en place (se reporter aux comportement jugé anormal, il peut s’avérer nécessaire de procéder à un ren-

30 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:04 Page31

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

forcement du système de boulonnage (augmentation de la densité, du diamètre assurer la pérennité du soutènement que l’entreprise jusqu'à la réception de
et/ou de la longueur des boulons, réduction du délai de mise en œuvre par rapport l'ouvrage, ou le Maître d’ouvrage au cours de la vie de l’ouvrage, procède à des
à l’avancement du front, choix d’un autre type de boulon…), ou à une modifi- actions de surveillance périodiques et réalise ensuite les actions adéquates.
cation complète du système de soutènement (cintres lourds par exemple).
Les circulations d’eau, surtout si elles sont particulièrement agressives, peu-
Si, à la mise en tension d’un boulon à ancrage ponctuel ou après un certain vent entrainer la rouille de l’acier qui diminue l’efficacité du boulon et de son
temps, il se produit un écaillage ou un délitage de la roche et que le contact ancrage. Il est d’ailleurs recommandé d’avoir recours dans ce cas à des pro-
de la plaque d’ancrage n’est plus assuré avec le terrain, le boulon devenu inef- duits protégés contre la corrosion, ou à mettre des boulons à ancrage réparti,
ficace doit alors être remplacé. ou encore à sceller sur toute leur longueur les boulons à ancrage ponctuel
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

après leur mise en tension, à protéger la plaque et l’écrou. Néanmoins ces


Dans les ouvrages où le soutènement reste apparent, il est indispensable pour précautions ne dispensent pas des contrôles périodiques.

7 - Matrice d’interprétation-

Boulons Boulons Boulons


Boulons à ancrage réparti Boulons à Friction
Boulons à mixte hybride Boulons Type autoforeurs Boulons
BOULONS Boulons
ancrage (ancrage (ancrage à "Cone Fibre
Type "Alwag" Carbone
ponctuel Scellement Scellement ponctuel + friction + Bolt®" * Type Type de Verre
DONNÉES scellement) scellement) "Minova type AT
mortier résine "Swellex®" "Split Set®"
SDA®" Power®

Traction +++ ++++ ++++ ++++ +++ ++ +++ ++ +++ +++ ++ ++

Cisaillement + ++++ +++ +++ ++ ++++ +++ ++ ++ +++ ++ ++

Terrain fracturé ++ ++ + ++ +++ +++ ++++ +++ ++ ++ ++ ++

Forabilité terrain
o + + o o + ++++ ++++ + o + +
médiocre

Caractère
+ ++++ +++ ++++ +++ ++++ +++ o ++ ++ + ++
permanent

Action immédiate ++++ o +++ ++++ ++++ +++ ++ ++++ ++++ ++++ +++ +++

Action différée ++ +++ ++++ +++ +++ ++++ ++ +++ +++ +++ +++

Gêne due à
++++ + +++ R ++ ++ ++ + ++++ ++++ +++ ++ R ++ R
la présence d'eau

Drainage d'eau ++++ ++ + ++ + ++ ++ +++ ++ ++++ ++ ++

Etanchéité à l'eau o ++ +++ R ++ ++ ++ ++ o + + ++ ++

Temps de mise
++++ ++ +++ +++ ++ +++ +++ ++++ ++++ +++ +++
en œuvre

* Boulon "coulissant" qui, aprés un glissement, conserve une efficacité


Ce tableau est donné pour aider au choix en matière de boulonnage, il n'intègre pas le coût des fournitures et accessoires
Légende

++++ Recommandé Traction : Aptitude à retenir ou porter : elle dépend aussi des caractéristiques mécaniques du boulon
+++ Bon
Cisaillement : Résistance aux mouvements latéraux : elle dépend aussi des caractéristiques mécaniques du boulon
Terrain fracturé : Terrain avec un RQD faible : risques de coincement
++ Moyen
Action : Action immédiate ou différée
+ Passable
Eau : Débit du forage
o Non recommandé
Etanchéité ou drainage recherché
A vérifier
R : Résine aqua-réactive t

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 31
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page15

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

1 - Introduction : définition et typologie du boulonnage-

Le boulonnage, dont la technologie est l’objet de cette recommandation, Ce type de boulon peut de plus être mis en œuvre en cas de venues d’eau dans
constitue l’un des éléments les plus fondamentaux intervenant dans les tech- le forage.
niques de soutènement des tunnels principalement réalisés par méthode
conventionnelle. Les caractéristiques standard sont des diamètres de 16 à 20 mm pour des
longueurs comprises entre 1,50 et 3,00 m.
Cette recommandation traite (Fig. 1) :
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• du boulonnage radial, voûte, piédroits, radier Vissage sur la plaque


• du boulonnage de front (longitudinal)
• du boulonnage par enfilages longitudinaux obliques

Le boulonnage peut être complété par d’autres moyens de soutènement :


cintres, béton projeté, treillis…
noix coins

Vissage dans la noix

Boulonnage radial Boulonnage longitudinal Boulonnage longitudinal,


du front enfilage

Fig. 1 - Schéma des différents types de boulonnage utilisés.

Elle se limite aux travaux utilisant des matériels courants. Les technologies
spécifiques faisant appel à des matériels particuliers comme les boulons de Fig. 2 - Schéma du boulon à ancrage ponctuel.
très grande longueur (au-delà de 15m, câbles ou tirants) ne sont pas traitées.

La longueur des boulons radiaux est en générale comprise entre 1/3 et 1/2 de
1.2 - Boulons à ancrage réparti
la plus grande ouverture transversale de l’excavation. De ce fait, pour des
ouvrages classiques, leur longueur n’excède pas 6 m. Pour le boulonnage Le boulonnage à ancrage réparti consiste à sceller des barres métalliques (ou
longitudinal, la longueur des boulons se situe classiquement entre 8 et 15 m. autres) sur toute leur longueur dans le trou d’ancrage. Le produit de scellement
est généralement de la résine, du mortier de ciment ou du coulis (Fig. 3).
D’une manière générale cinq grands types de boulons sont à distinguer :
Le scellement réparti sur toute la longueur du trou d’ancrage garantit une bonne
pérennité du boulon.
1.1 - Boulons à ancrage ponctuel
Le boulonnage à ancrage ponctuel consiste à relier le plan de la surface excavée
à un point profond de roche intacte. L’ancrage est généralement assuré par un
dispositif mécanique (Fig. 2) mais peut occasionnellement être associé à un
scellement de la barre en fond de trou par résine.
barre

Classiquement, l’ancrage en fond de trou s’obtient par un blocage d'une coquille écrou
Plaque d’appui simple
d'expansion sur la paroi du trou suite à l’enfoncement d’un coin par traction
mécanique obtenue par vissage. La mise en tension du boulon par précontrainte
– induite par serrage de l’écrou de tête ou par expansion ou décompression
Fig. 3 - Schéma du boulon à ancrage réparti.
des terrains – est indispensable pour obtenir une efficacité optimale de ce sys-
tème de soutènement.
1.2.1 - Scellement à la résine
L’avantage majeur du boulonnage à ancrage ponctuel est sa mise en œuvre
rapide ainsi que son efficacité immédiate. Cette efficacité ne se maintient cepen- La résine est généralement introduite sous forme de cartouches dans le trou
dant dans le temps que si la roche ne flue pas au voisinage de l’ancrage. d’ancrage.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 15
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page16

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Ce type de scellement est habituellement utilisé pour des boulons jusqu’à 4 m 1.3 - Boulons mixtes
de longueur, son efficacité est de l’ordre de 5 à 15 minutes.
Le boulon mixte (Fig. 5) est un
1.2.2 - Scellement au mortier boulon à ancrage ponctuel,
Dispositif
d’ancrage mécanique scellé dans un deuxième
Ce scellement consiste à enfoncer le boulon dans le trou d’ancrage préalable- temps par injection d'un pro-
ment rempli d’un mortier thixotropique permettant la tenue de ce mortier même duit de scellement.
Tige d’acier
dans les trous verticaux forés en voûte ainsi qu’un très bon remplissage du trou Ces boulons présentent
de forage. l’avantage d’apporter une
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

efficacité immédiate grâce à


Ce type de scellement est habituellement utilisé pour des boulons de longueur Forage de boulonnage l’ancrage ponctuel, et de
rempli de coulis ou
inférieure à 5m. Son efficacité est différée en fonction du temps de prise du de mortier pouvoir ensuite être injecté,
mortier. améliorant la pérennité et
renforçant ses performances.
1.2.3 - Scellement au coulis
Fig. 5 - Schéma de principe
Ce scellement consiste à injecter au coulis le boulon après sa mise en place Flexibles d’injection du boulon mixte.
et d’évent
dans le trou de forage par l'intermédiaire d'un tube ou flexible attaché à la tige.

Ce type de scellement est habituellement utilisé pour des boulons de longueur Certains boulons à friction peuvent être équipés d’un taillant perdu utilisé pour
supérieure à 5 m. Son efficacité est différée en fonction du temps de prise du la foration (autoforeurs) et deviennent mixtes par injection (Fig. 6).
coulis.

1.2.4 - Cas particulier des boulons autoforeurs (Fig. 4)

Ce type de boulons consiste en une tige métallique creuse munie en son extré-
mité d’un taillant perdu utilisé pour la foration du trou d’ancrage. Le scellement
est effectué en injectant le produit de scellement par l’intérieur du boulon.

Le boulon autoforeur convient particulièrement aux terrains fracturés et pour


1. Boulon à friction 4. Tige de foration
des grandes longueurs d’ancrage. 2. Plaque d’ancrage 5. Anneau de frappe
3. Taillant 6. Manchon

Son efficacité est différée en fonction du temps de prise du produit de scellement Fig. 6 - Schéma du boulon à friction autoforeur.
(coulis de ciment, mortier ou résine).

1.4 - Boulons à friction


Ce type de boulon est également utilisé pour les enfilages.
Les boulons à friction sont des profilés métalliques creux et minces mis en
contact intime avec la roche, sur toute leur longueur, de façon à permettre une
Tige fabriquée en tubes de haute tenue par friction. Leur efficacité est immédiate.
qualité avec un pas de vis roulé
à froid (pas standard à corde Cette friction entre le terrain et le boulon peut être assurée de deux façons
ou trapézoïdal) Divers types de taillants
permettent une foration différentes :
rapide dans les terrains et
Tube de protection
roches de nature diverse • Soit par expansion hydraulique du profilé dans le trou de forage, par injection
Plaque bombée si nécessaire Coulis
en acier plat d’eau sous pression à l’intérieur du dit profilé tube fermé (Fig. 7).
formé à froid

écrou Plaque
plane Manchon avec arrêt central permettant
tube à expansion en acier
un contact direct entre les tiges limitant
ainsi les pertes d’énergie
durant la foration
Plaque d’appui

Fig. 4 - Schéma d’un boulon autoforeur type MINOVA SDA®. Fig. 7 - Schéma du boulon type Swellex®.

16 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page17

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

• Soit par poussage en force d’un tube fendu dans le trou de forage, le diamètre D’autres systèmes destinés à absorber des déformations brutales de la roche
initial du profilé fendu étant supérieur à celui du trou (Fig. 8). ont été développés, utilisant par exemple le déploiement d'éléments coudés
constituant quelques segments de la tige « D-Bolt® » (Fig.11).

Fig. 8 - Schéma du boulon type Split Set®.


Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le boulon à friction travaille par frottement sur les parois du trou. Dans le cas
du Split Set®, la possibilité d’une injection et du scellement du profil augmente
la capacité de l'ancrage.

Fig. 11 - Shema du boulon type D-Bolt®.


1.5 - Boulons coulissants et autres
Il existe des boulons coulissants, adaptés aux conditions de « rupture brutale »
1.6 - Boulonnage de front
de la roche (« rock burst »).
Il peut s’agir de boulons de type Cette technique est utilisée pour prévenir une déformation du front de taille,
mixte comme le « Cone Bolt® » : les boulons sont mis en œuvre perpendiculairement au front.
les efforts produits par la défor-
mation brutale de la roche sont La reprise du creusement dans le front boulonné nécessite l’utilisation de bou-
transférés à la tige via la plaque lons facilement destructibles, habituellement en fibre de verre et scellés au
d’ancrage. Pour que ces efforts coulis de ciment sur toute leur longueur.
atteignent la limite de fonction- Pour des considérations géotechniques et de chantier, il s’agit surtout de bou-
nement en ancrage réparti, un lons de grande longueur : 1,5 à 2 fois le diamètre de l’excavation. A l'avance-
Fig. 9 - Schéma du boulon mixte revêtement spécial de la tige ment, les boulons sont mis en œuvre de façon à maintenir un recouvrement
type Cone Bolt®. favorise le glissement. d’environ 1/3 de leur longueur.

Le glissement de la tige dans le scellement entraîne le poinçonnement


1.7 - Boulonnage de radier
du coulis par l'ancrage et permet un déplacement du boulon qui garde son
efficacité (Fig.10). Dans certains cas, les radiers peuvent recevoir un confortement par boulon-
nage de type radial soit par des boulons métalliques, soit par des boulons en
fibre de verre pour des excavations réalisées en plusieurs phases dans des
terrains gonflants.

Avant Après
rupture brutale rupture brutale
Fig. 10 - Schéma de fonctionnement du "cone bolt®".
(d’après McKenzie, R, Use of Cone Bolts in Ground Prone to Rockburst, Coal Operators' Conference,
University of Wollongong & the Australasian Institute of Mining and Metallurgy, 2002)

2 - Foration-

Selon les préconisations des fabricants, les diamètres de foration recommandés sont les suivants :

Friction
Type de scellement Ponctuel Résine Mortier
Split Set® Swellex®
Diamètre nominal (mm) 31 à 80 28 à 37 28 à 37 20 à 32 20 à 32
Diamètre foration (mm) 32 à 89 33 à 46 32 à 45 28 à 41 38 à 64

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 17
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page18

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Pour les boulons scellés aux mortiers le diamètre de foration dépend de la 2.1.3 - Autres modes de foration
qualité du terrain et de la longueur du scellement et il varie de 1,5 à 2 fois le
diamètre de la tige 2.1.3.1 - Foration par rotary - rotative par broyage (Fig. 14)
Ce mode de foration au tricône est réservé aux forages de grand diamètre
Pour les boulons scellés à la résine, il convient d'être attentif aux performances généralement non utilisés pour le boulonnage.
des forations pour le respect de l’enrobage optimum des tiges des boulons.

Fig. 14 - Foration
2.1 - Techniques de foration par rotary.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Dans des terrains de "forabilité normale", c’est-à-dire qui se forent sans


coincements excessifs, ni pertes de fluides et dans lesquels les trous peuvent
rester ouverts le temps nécessaire à la mise en œuvre du boulon sans
détériorations, les principaux modes de foration sont (Fig. 15 et Fig. 16) :

2.1.1 - Foration rotopercutante (rupture par rotation)

La foration rotopercutante (Fig. 12) est généralement conduite à l’aide de 2.1.3.2 - Foration au marteau fond de trou
jumbos équipés de marteaux hydrauliques. L’outil est une barre à l’extrémité Ce mode de foration, peu utilisé pour le boulonnage, est réservé aux diamètres
de laquelle est vissé un taillant. importants de trous. Ce type de marteau transmet l'énergie de percussion
directement au taillant sans l'intermédiaire des tiges. Ces marteaux sont à air
Une méthode manuelle avec marteaux pneumatiques permet de forer des comprimé et ont un diamètre courant variant de 80 à 500 mm.
trous de petit diamètre et de longueur limitée.

Direction du mouvement
Force d’impact
Marteau fond
Marteau hors de trou
du trou
Classes AFTES de Résistance
en Compression Uniaxiale RC

Surface libre

Zone broyée
Zone fracturée
Rotary
Rocher

Fig. 12 - Foration rotopercutante.


Rotation
2.1.2 - Foration rotative (avec écaillage)
Domaine
du boulonnage
Diamètre de foration en mm
Les perforatrices pour foration rotative (Fig. 13) sont dépourvues de frappe.
Fig. 15 - Abaque Eimco-Secoma n°1
Le taillant est généralement bilèvres à pastilles de carbure de tungstène, ou
de diamant polycrystallin.

Cette méthode réservée à certains terrains est très productive et permet des
Zone de foration
Classes AFTES d’abrasivité - AIN

diamètres de foration relativement petits. PERCUTANTE

Taillant
de foration
Direction
du mouvement
MOYENNE / FORTE POUSSÉE
Zone de foration rotative

Zone de foration rotative


Zone de MOYENNE POUSSÉE
Découpe d’une tranche foration
par cisaillement rotative
FORTE
POUSSÉE

Rocher
Classes AFTES de dureté - DU
Fig. 13 - Foration rotative. Fig. 16 - Abaque Eimco-Secoma°2.

18 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page19

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

2.1.4 - Récapitulatif : données indicatives utiles Toutefois, la tendance actuelle est à la foration de volées longues, à trous de
au boulonnage mines parallèles, avec des jumbos 2 ou 3 bras. La cinématique des bras per-
mettant la foration des volées devient alors incompatible avec la foration radiale
Diamètre Diamètre
Mode de foration Commentaires des trous de boulonnage. Des machines spécifiques sont donc disponibles,
mini usuel maxi usuel
Foration rotopercutante soit avec foration mécanique et mise en place manuelle, soit en automatisant
32 mm 89 mm Ø max = 127 mm
(taillants) complètement le processus de mise en place des boulons.
Foration rotopercutante Ø min = 24 mm
(fleurets monoblocs) 28 mm 34 mm Longueur limitée 3 m
Il existe aussi des machines équipées à la fois de bras munis d’une glissière
Foration rotopercutante Possibilité de trous
(fleurets monoblocs) 22 mm 55 mm de 15 m longueur de foration pour l’avancement à l’explosif et d’un bras nacelle, à partir de
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

laquelle les opérateurs mettent en place les boulons.


2.1.5 - Outillage
également, et très souvent, des boulonneurs mécanisés complètement l’opé-
L’outillage de foration est constitué de taillants, de tiges et d’accessoires de ration de pose. Ceux-ci sont équipés d’une glissière sur laquelle prennent place
liaison (manchons, emmanchement…). l’outillage de foration, un magasin de boulons, et le mécanisme de mise en
place des boulons. Le magasin est généralement limité à 10-12 boulons (Fig.
Pour le boulonnage courant, les trous à réaliser sont de petit diamètre (inférieur 18). La taille des plaques que l’on peut mettre dans ce magasin est limitée. Il
à 50 mm) et de longueur réduite (4 à 6 m). A partir de 6 m, les barres doivent existe également des magasins et des systèmes de mise en place qui accom-
être manchonnées et les diamètres de foration sont plus importants. modent plusieurs types de boulons.

2.2 - Exécution de la foration

2.2.1 - Evacuation des cuttings

En tunnel, pour l’évacuation des cuttings, la foration avec injection d’eau est
préférée à la mousse ou à l’air comprimé.

Le nettoyage du trou se fait par curage et/ou soufflage à l’air comprimé lors
du retrait de la barre. Dans tous les systèmes de renforcement des terrains,
le nettoyage est nécessaire, mais il est primordial que le nettoyage soit effectué
avec un soin particulier dans le cas du boulonnage scellé, et en particulier
pour les scellements à la résine.
Fig. 18 - Tourelle de boulonnage.
2.2.2 - Machines de foration pour boulonnage
Actuellement, des boulonneurs automatisés sont utilisés pour :
La mise en place d’un boulon s’effectue, de manière simplifiée en trois étapes : • Les boulons à ancrage mécanique ponctuel
• La foration d’un trou de boulonnage • Les boulons à ancrage réparti, scellés à la résine
• La mise en place du boulon • Les boulons à friction de type Split Set®
• Le serrage et/ou scellement • Les boulons à friction de type Swellex®

Plusieurs possibilités pour mécaniser la pose des boulons et plusieurs niveaux Pour les boulons à ancrage mécanique et les boulons à ancrage réparti scellés
de mécanisation existent. à la résine, la tourelle de boulonnage est équipée d’une rotative qui permet
de serrer le boulon, ou de tourner la tige dans la résine. Certains boulonneurs
La premère est d’utiliser le même jumbo pour la foration des trous de mine et automatisés permettent la mise en place simultanée de grillage.
des trous du boulonnage (Fig. 17). Ces jumbos peuvent être équipés de glissières
télescopiques pour adapter les longueurs de foration aux forages d'abattage et Pour les boulons à friction de type Split Set®, la rotative est remplacée par
de boulonnage. Ces matériels peuvent être équipés d'articulations, pour pouvoir un marteau, et pour les boulons à friction de type Swellex® par un emman-
se mettre en position de boulonnage (radiale) chement et un embout qui permet l’injection d’eau dans le boulon.
avec une cinématique parfaitement adaptée.
Selon les engins et selon les terrains, il est possible aujourd’hui et de manière
économique de réaliser des forages de diamètre 32 à 89 mm sur des longueurs
Fig. 17 - Bras de foration mixte courantes de 4 m à 8 m avec éventuellement une opération d’allongement de
foration / boulonnage. barres. C’est donc dans cette « gamme » de forages que le boulonnage doit

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 19
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page20

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

préférentiellement être mis en place. Le choix du type de boulons à mettre en 2.3 - Travaux spéciaux
place aide à la spécification du type de foration à envisager notamment au
niveau des diamètres. Dans les terrains de "forabilité difficile", il faut soit envisager une foration avec
tubage à l’avancement, soit utiliser les boulons de la gamme des autoforeurs.
Compte tenu de l’encombrement, notamment du marteau et des flexibles, On peut également envisager d’utiliser un fluide de forage de type coulis pen-
il est important de prendre en compte, lors de la conception, la longueur dant la foration.
des boulons qu’il est possible d’installer dans une galerie de gabarit donné.
La longueur de la glissière est égale à la longueur du boulons plus 1 à 2 m Pour ces applications spéciales, les machines utilisées sont des machines
selon les matériels retenus. non-standard, équipées spécialement pour ces travaux.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

3 - Boulons-

Ce chapitre est consacré à la caractérisation du boulon y compris ses Dans le cas de boulons en matériaux composites, les sections peuvent être
accessoires et particularités (filetage, nervures, tête, plaque d’appui). de tout type.

Pour chaque type de boulons, il convient de préciser :


3.2 - Pointe ou dispositif d’ancrage
• Les matériaux constitutifs de la tige et de ses accessoires
• Les caractéristiques mécaniques de la tige et de ses accessoires (voir §3.1) Ce terme désigne l’extrémité de boulon au fond du trou de forage.
• Les caractéristiques géométriques de la tige et de ses accessoires Sa fonction varie selon les types de boulons considérés :
• Coupe droite pour les boulons à scellement par injection.
Les principaux matériaux utilisés sont les alliages d’acier, ou bien encore • Coupe en pointe ou biseautée pour les boulons à scellement en cartouches :
la fibre de verre, et exceptionnellement la fibre de carbone. Le choix des elle permet de percer les cartouches de résine ou de mortier et favorise son
matériaux utilisés doit être adapté aux performances recherchées (limite bon malaxage.
élastique, allongement à la rupture, destructibilité…). • Extrémité tronconique ou avec réduction de diamètre pour faciliter l’intro-
duction des boulons à friction.
• Équipée d’un taillant, elle permet de forer le trou dans le cas des boulons
3.1 - La tige
autoforeurs ; les taillants se déclinent en de nombreuses versions : ils peuvent
Il s’agit de la partie centrale du boulon. Sa section est pleine ou creuse selon être traités ou garnis de plaquettes ou picots carbure, en croix, en arc...
les cas. • Équipée d’une coquille, elle constitue l'ancrage ponctuel du boulon : ces
ancrages sont constitués d’une noix centrale sur laquelle viennent glisser
La tige peut être lisse dans le cas des boulons à friction et des boulons à de 2 à 6 coins selon la surface de contact recherchée en paroi du forage.
ancrage ponctuel ou nervurée dans le cas des boulons à scellement réparti. Ils sont réalisés en acier ou en alliage d’aluminium. Une traction exercée sur
Dans ce dernier cas, les nervures améliorent le malaxage de la résine de scel- la tige entraîne une expansion de la coquille. Le choix du type de coquille
lement et donc le scellement. doit être adapté aux conditions géologiques rencontrées et validé par des
essais (voir § 6).
Il faut citer également le boulon dont les nervures constituent un filetage
continu et qui permet un ajustement de sa longueur sur chantier (boulon de 3.3 - La tête
type GEWI®).
Ce terme désigne l’extrémité saillante du boulon qui permet de solidariser la
Dans le cas des boulons autoforeurs, la tige peut éventuellement être consti- plaque de répartition au boulon.
tuée de plusieurs éléments connectés par manchon fileté.
Dans la majeure partie des boulons à ancrage ponctuel ou à scellement réparti,
Les profils standards de filetage sont : elle présente un filetage de longueur 100 à 200 mm recevant un écrou de serrage
hexagonal. Ces filetages peuvent être taillés mais sont généralement roulés. Le
Type « corde » (le plus courant), Type « té » type d’exécution du filetage peut avoir une influence sur la capacité du boulon.
Des exécutions particulières peuvent présenter :
• Des têtes forgées en six pans pour permettre l’entraînement en rotation des
Le filetage de type « corde » assure une bonne étanchéité au niveau des tiges HA scellées à la résine ou pour limiter la partie saillante des boulons
manchons. Le filetage de type « té » facilite le dévissage. ponctuels. Dans ce cas, le serrage du boulon est obtenu par rotation de la
Des profils de filetage non standard sont également utilisés. tige dans la tête d’ancrage.

20 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page21

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

• Des extrémités filetées complétées d’un dispositif d’entraînement en rotation circulaire ou oblong afin de permettre une meilleure adaptation à l’angle effectif
des tiges HA comme des méplats ou carré d’entraînement, des écrous entraî- du forage de la barre et de l’écrou.
neurs résinés ou matricés, des écrous prisonniers ou goupillés.
Pour les boulons à friction la plaque est immédiatement opérationnelle sans
Dans le cas des boulons acier à profils filetés ou autoforeurs, ou dans le cas serrage.
des boulons en fibres de verre à profils filetés, les têtes de boulons sont sim- Pour les boulons à ancrage ponctuel ou réparti la plaque est serrée contre le
plement équipées d’un écrou. parement par l’intermédiaire de la tête avec serrage de l’écrou à la clef à choc
ou éventuellement à la clef dynamométrique. Le couple de serrage doit être
Les boulons à friction présentent soit une bague soit un embout soudés, qui adapté au type de boulon et d’écrou.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

viennent prendre appui sur la plaque d’ancrage mise en place avant le fonçage
du boulon. La plaque bombée permet une certaine adaptation à la déformation.

Une plaque auxiliaire, clipsée ou vissée sur la tête filetée du boulon est, géné-
3.4 - La plaque de répartition
ralement utilisée pour la fixation du grillage ou du treillis d’armature, lorsque
Les plaques d’appui (Fig. 19) constituent un élément important du soutène- ce type de dispositif est utilisé en complément du boulonnage.
ment, et peuvent être utilisées seules ou associées à du grillage, des feuillards,
des blochets. Elles apportent un confinement du massif rocheux en tête du L'utilisation de boulonneur et d’une tourelle de stockage contraint à l’utilisation
boulon. de plaques de dimension adaptée au matériel (≤ 15 x 15 cm), ce qui peut être
On peut également utiliser des tôles de blindage pour augmenter la surface défavorable à la mobilisation du cône de terrain en tête de boulon et à la liaison
d’appui de ces plaques. avec le parement.

Les plaques se déclinent en 3 types principaux : Pour les boulons en fibre de verre, la plaque peut être tenue par un coin inséré
• Les plaques rigides dimensionnées de manière à constituer des appuis dans la tête du boulon écartant les lames ou les deux parties du boulon. Ce
statiques par rapport aux boulons auxquels elles sont associées. procédé ne permet pas un serrage optimisé. Il existe aussi des boulons en
• Les plaques déformables ou auto compensatrices permettant des déforma- fibres de verre cylindriques et filetées en tête permettant la fixation d’une
tions graduelles en fonction des charges exercées sur les boulons. plaque par un écrou. En général, la tête du boulon en fibre de verre constitue
• Les plaques spéciales d’injection, de doublage pour le maintien de grillage, une section de moindre résistance.
de renforcement (de type « araignée »).

3.5 - Protection contre la corrosion


Lorsque la durée de fonctionnement du soutènement l'exige, une protection
contre la corrosion peut être prévue :
• Scellement continu au mortier au coulis ou à la résine
Plaques rigides Plaques ajustables à rotule
• Surépaisseur sacrificielle des pièces
• Galvanisation à chaud des pièces
• Protection époxy (peinture à chaud)
• "Coating" par bain bitumineux à froid
• Boulons gainés injectés (Fig. 27)
• Boulons inox

Injection Évent
3.6 - Caractéristiques utiles au dimensionnement
En accord avec les recommandations du Groupe de Travail GT30 de l'AFTES sur
la "conception et le dimensionnement du boulonnage radial", les principales
caractéristiques mécaniques utiles au dimensionnement du boulonnage, en
fonction du type de boulons et des références de fabriquant sont les suivantes :
Plaques de répartition
pour scellement Injecté
• La résistance de la tige en traction à la limite élastique, en kN
Plaque Araignée
• La résistance de la tête (dispositif de fixation de la plaque) en traction à la
Fig. 19 - Exemples de plaques. limite élastique, en kN
• La résistance de la tige à la traction de rupture, en kN
Les dimensions des plaques d’appui sont usuellement de 15 à 20 cm de côté • La résistance de la tête (dispositif de fixation de la plaque) à la traction
et 4 à 10 mm d’épaisseur, elles sont planes, bombées ou à rotule avec un trou maximale avant rupture, en kN

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 21
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page22

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

• L’allongement relatif de la tige en traction à la limite élastique, en % Ces caractéristiques sont théoriquement accessibles quand il s’agit d’un
• L’allongement relatif de la tige à la traction de rupture, en %. boulon HA B500B, (HA = Haute Adhérence, B = Barre, 500 = limite élastique
en MPa, B = classe de ductilité) mais elles devront être adaptées quand il s’agit
Ces caractéristiques, obtenues par des essais de traction en laboratoire sur de boulons plus particuliers tels que les boulons à friction ou les boulons
tout ou partie des éléments constituant le boulon tel qu’issu de la fabrication mixtes. C’est pourquoi il conviendra toujours de privilégier la connaissance
doivent être garanties (« valeur minimum garantie ») et elles sont indépen- des caractéristiques directement mesurables sur le boulon.
dantes des conditions de mise en œuvre (foration, scellement, …).
Le fonctionnement du boulonnage dans un massif rocheux implique également
Les caractéristiques de la tige peuvent être théoriquement déduites des carac- la mobilisation des caractéristiques des boulons « au cisaillement », c'est-à-
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

téristiques géométriques du boulon et des caractéristiques mécaniques du dire sous une sollicitation de déplacement relatif, transversale à l’axe de la
matériau qui le compose, telles que : tige. Il apparaît qu’il s’agit d’un fonctionnement complexe, impliquant les carac-
• La section résistante de la tige, en mm² téristiques combinées de cisaillement et de traction du boulon lui-même, mais
• La contrainte en limite élastique à la traction du matériau, en MPa également celles du rocher et du produit de scellement le cas échéant.
• Le module de déformation élastique (module de Young) du matériau, en MPa
• La contrainte maximale en traction du matériau, en MPa Aucun essai normalisé n’existe pour caractériser ce fonctionnement mais
• La déformation à la contrainte maximale en traction, en % diverses approches expérimentales ou théoriques ont été menées.

4 - Ancrages-

4.1 - Ancrage ponctuel ou ancrage mécanique 2 branches 3 branches 6 branches

L’ancrage du boulon est réalisé à l’aide d’une coquille qui comporte généra-
lement de 2 à 6 coins, et d’une noix centrale. Une tige filetée est insérée dans
la noix (Fig. 20 et Fig. 21).

Les branches de la coquille sont écartées lors du serrage du boulon. Les coins
de la coquille sont plaqués contre les parois du trou et la tige est mise sous
tension (précontrainte).

La mise en place du boulon est réalisée en serrant à un couple recommandé Fig. 21 - Exemples d’ancrage mécanique.
par le fabricant l’écrou de serrage qui est situé sur la plaque.
L’ancrage ponctuel a pour principale qualité de produire un confinement immé-
Le choix de l’ancrage dépend de la nature de la roche et doit être choisi en diat après l’installation, et donc de procurer une mise en sécurité immédiate.
fonction de résultats d’essais préalables. Sa mise en œuvre est simple et rapide.

L’ancrage dépend des paramètres suivants : Lors de la mise en œuvre, il convient de s’assurer du bon serrage du boulon
• La qualité de la roche au niveau du point d’ancrage (Rc min.) : en dessous et faire en sorte que la plaque soit en contact intime avec le terrain. Le temps,
d’une Rc de 10 MPa, il est nécessaire d’utiliser des coquilles spéciales. Le et/ou les vibrations dues aux tirs, peuvent produire un écaillage autour de la
boulonnage à ancrage ponctuel n’est, dans ce cas, pas recommandé plaque. L’efficacité du boulon devient nulle lorsque la plaque n’est plus en
• La surface de la coquille en contact avec le terrain : elle évolue de manière contact avec le terrain.
inversement proportionnelle à la résistance du terrain
• Le matériau qui constitue la coquille Il convient de vérifier et/de resserrer la plaque, au moins une fois, lorsque c’est
• Les diamètres respectifs de la possible.
coquille et du trou de foration
• Le serrage initial de l’écrou noix 4.2 - Scellement à la résine ou au coulis
coin
tige
4.2.1 - Scellement à la résine
Fig. 20 - Principe de fonctionnement
d’un ancrage mécanique. La résine permet le scellement du boulon sur la totalité de sa longueur. Ce

22 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page23

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

type de scellement ne convient qu’aux rochers qui permettent un bon calibrage - Le malaxage : maintien de la rotation de la tige une fois en fond de trou,
du trou d’ancrage. Il existe des résines à temps de prise « rapide » et « lent ». pour permettre un bon mélange résine/durcisseur
- Le serrage après prise de la résine
La résine est généralement fournie sous forme de cartouches qui contiennent
un catalyseur et un durcisseur (Fig. 22). Avec un boulonneur automatisé l’introduction des cartouches dans le trou se
fait le plus souvent avec une « sarbacane » à air comprimé. Elle nécessite un
Actuellement, compte tenu des matériels disponibles, et de la forte viscosité trou propre et libre de tout élément susceptible de blesser ou de faire obstacle
des résines, la mise en œuvre mécanisée des boulons scellés est couramment à la mise en place des cartouches. C’est souvent le point le plus délicat de la
réalisée jusqu’à 5 m de longueur, la limite étant imposée par la résistance de chaîne de mise en œuvre.
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

la résine lors du malaxage.


Les paramètres suivants doivent être contrôlés :
La durée de durcissement des résines, donc du scellement, est classiquement • Le temps de malaxage qui dépend du type de résine : une durée insuffisante
de 5 à 15 min (en fonction du produit et de la température). Il confère une effi- ne permettra pas à la résine de durcir de manière convenable, mais un temps
cacité extrêmement rapide à ce type de boulon, ce qui est un élément de choix de malaxage trop important nuira à la polymérisation de la résine et donc
important pour le type de boulonnage utilisé. au bon ancrage du boulon
• La vitesse de rotation doit être contrôlée et le temps de mélange adapté à
Catalyseur la vitesse envisagée
• La température de mise en œuvre influence le temps de prise de la résine

Le stockage des cartouches de résine doit être pris en compte dans l’instal-
Résine lation et la gestion du chantier :
Fig. 22 - Cartouche de résine. • La durée de vie en stockage est limitée : quelques mois au maximum à une
température moyenne de 20-25°C. Cette durée de stockage diminue en
Les paramètres importants pour la pose de boulon à la résine sont : s’écartant de cette température moyenne. Il est recommandé de prévoir une
• Le diamètre du trou de boulonnage et sa bonne tenue sur toute la longueur rotation du stock.
• L’espace annulaire entre les parois du trou et la tige retenue (Fig. 23) • La température de stockage ne doit pas descendre en dessous de 0°C.
• Les cartouches doivent préférablement être stockées dans un endroit frais
Diamètre du trou et sec, à l’abri de la lumière directe du soleil.
de forage D Fig. 23 - Espace annulaire
• Dans les procédures de mise en œuvre, si la température du stockage diffère
entre le trou et la tige.
trop de la température de mise en œuvre, il faut prévoir le temps pour que
la température de la résine atteigne la température de mise en œuvre.
• L'élimination des reliquats ou rebuts doit se faire dans des filières adaptées.

Les cartouches de résines sont livrées en cartons d’une vingtaine d’unité. Sur
les emballages, il est nécessaire d’avoir au moins les indications suivantes :
• Fournisseur/Origine
• Type de produit et contenance des cartouches individuelles
Diamètre de la Espace • Pictogrammes et phrases de sécurité le cas échéant
tige D annulaire e
• Date de fabrication
• Date de péremption
• Le nettoyage du trou, qui doit être débarrassé de tout résidu de forage • Numéro de lot
(cuttings)
• La profondeur du trou : une sur-profondeur du trou conduira à une consom- La résine peut être injectée sous
mation accrue de résine et à un mauvais mélange forme pompable pour certaines
• Les charges de résine doivent être introduites et poussées en fond de trou, applications.
et la position des charges dans le trou doit être contrôlée. Un parachute per-
met de retenir les charges de résine dans le trou dans l’attente de l’intro-
duction de la tige
• La mise en place du boulon doit suivre les recommandations du fournisseur.
Les différentes étapes de la procédure sont les suivantes (Fig. 24) :
Fig. 24 - Étapes de mise en place
- L’introduction de la tige, en faisant tourner la tige tout en la poussant d'un boulon à la résine.
vers le fond de trou

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 23
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page24

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

4.2.2 - Scellement au mortier ou au coulis L’injection ultérieure à la pose des boulons est également envisageable.

Ce produit de scellement se présente sous la forme de mortier cartouché, ou Les paramètres qui influent sur la mise en place des produits de scellement
de mortier sec en sac ou de coulis pompable. sont :
• Le temps entre le gâchage et la mise en œuvre (max. 15 à 20 mn), qui dépend
Le mortier (cartouche ou sac) utilisé est à base de ciment à haute résistance de la température ambiante et de la température de l’eau de gâchage
et à prise rapide. Pour le coulis le sable utilisé doit être fin pour permettre la • Le temps entre l’injection et la pose de la barre du boulon
pompabilité. Le retrait de celui-ci devra être limité, à défaut d’être expansif. • La température ambiante de mise en œuvre et la température du rocher.
Pour des températures trop basses (inférieures à 5°C) la mise en œuvre est
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le coulis à base de ciment, d’adjuvants et d’eau est généralement plus liquide et déconseillée
d’une mise en œuvre plus compliquée que le mortier. Il peut être préparé sur place. • Le dosage en eau

Paramètres à contrôler pour la spécification d’un coulis ou d’un mortier : 4.2.2.2 - Composition des mortiers de chantier
• Le temps de prise doit être adapté au travail demandé Pour des mortiers basiques préparés sur le chantier, le dosage pondéral est
• La thixotropie du produit doit permettre le pompage le suivant :
• Le produit doit être à retrait limité, voire légèrement expansif • 1 ciment
• La protection contre la corrosion des aciers ne doit pas être attaquée par le • 1 sable (0-3 mm ou moins)
produit • 0.3-0.35 eau/ciment (E/C)
• Les résistances mécaniques à la compression et à la flexion
Il est possible d’obtenir des mortiers présentant de fortes résistances aux
4.2.2.1 - Mortiers d’ancrage pompés jeunes âges en utilisant des liants hydrauliques à prise rapide (type Vicalpes®),
Les mortiers pompés sont des mélanges préparés spécifiquement pour le ou du ciment prompt.
chantier ou pré-mixés à sec, prêts à l’emploi, fournis par des formulateurs. Exemple de composition d’un mortier avec une prise à 1 heure dite "rapide" :
• Sable 0-2mm : 55%
Les mortiers prêts à l’emploi sont adjuvantés et ont généralement des carac- • Filler : 11%
téristiques qui rendent la mise en œuvre plus aisée et améliorent la qualité de • Vicalpes® R 17%
l’ancrage : thixotropie, absence de retrait, pompabilité. Ils peuvent présenter • CEM I 52.5 R 17%
des durcissements rapides, permettant de mettre en tension les boulons après • Eau
4 ou 5 h selon les objectifs recherchés. À un jour, les résistances atteignent • Adjuvants
15 à 35 MPa selon les produits.
La résistance de ce mortier est de 6 MPa à 3h et de 18 MPa à 24h.
Procédure standard de mise en œuvre : Temps de prise
Type de mortier Rc 2 h Rc 1 j Rc 28 j
a) Préparation du mortier : (à 20°C)
- Gâchage du mortier en suivant les recommandations du fabricant, Rapide 28 - 30 min 5 -10 MPa 20 - 35 MPa 35 - 70 MPa
notamment en ce qui concerne la quantité d’eau Standard 1-2h 25 - 40 MPa 35 - 70 MPa
- Malaxage
Lent 4-8h 25 - 40 MPa 35 - 70 MPa
b) Injection du mortier à l’aide d’une pompe, en remplissant le trou du fond
vers la tête :
- Un flexible d’injection est introduit en fond de trou 4.2.2.3 Mortiers d’ancrage en cartouches
- Le mortier injecté par la pompe pousse le flexible qui se déplace vers Les cartouches contiennent un mortier sec prêt à l’emploi et sont conditionnées
l’extérieur. Une certaine résistance doit être opposée à la remontée du dans un emballage perméable qui permet l’absorption de l’eau. Leur utilisation
flexible pour s’assurer du remplissage des vides et des interstices est réservée aux travaux de boulonnage limité en quantité et pour des boulons
c) Introduction des tiges par simple poussée de la tige : de faible longueur. Ces cartouches sont mises en place par bourrage (bourroir).
- L’introduction du boulon permet la diffusion d’une certaine quantité de Les boulons sont ensuite introduits par simple poussée.
mortier dans les éventuels interstices du terrain
- En fin d’opération, le mortier doit normalement ressortir en tête du bou-
4.3 - Boulons à friction à expansion hydraulique
lon par l’espace annulaire entre la tige et le trou
- Une cale en bois permet parfois de maintenir le boulon dans le trou pen- Ces boulons sont des tubes repliés sur eux même, qui sont introduits dans le
dant la prise du scellement (pour les boulons subverticaux) trou et gonflés à l’eau sous pression.
d) Serrage des boulons, après la prise du mortier : le temps de prise du mortier
dépend des caractéristiques du produit choisi et de la température de mise La pression de gonflement pour la mise en place est de l’ordre de 30MPa, il
en œuvre convient de vérifier sa compatibilité avec la qualité de la roche. Dans tous les

24 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page25

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

cas, elle doit impérativement être définie et décrite dans les procédures de Procédure de mise en œuvre (Fig.26) :
boulonnage de chantier (essais préalables). • Foration du trou
• Insertion du boulon équipé de sa plaque dans le trou
Les pompes de gonflage doivent être contrôlées et régulièrement révisées. • Le marteau est mis en place et le boulon est enfoncé à force dans le trou.
Il convient de maintenir la poussée jusqu’au contact de la plaque au
Procédure d’installation du boulon (Fig. 25) : parement.
• Foration du trou
• Insertion du boulon dans le trou, connecté à la lance d’injection
• Gonflage, durée de 30 s à 1 min
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

• Fin de l’installation

Boulon installé
- forces radiales
- forte pression
© Atlas Copco

de plaque
Mise en place

© Metal Service
Forage
- 35 à 38 mm (SS39)
Fig. 25 - Mise en place d'un boulon à friction à expansion hydraulique. - 41 à 46 mm (SS46)

Fig. 26 - Mise en place d'un boulon à friction enfoncé à force.


Paramètres qui influencent l’ancrage :
• Qualité de l’acier utilisé : il existe deux qualités principales de boulons de Paramètres pour assurer une bonne mise en place des boulons à friction :
type Swellex® (gamme standard et gamme au manganèse) • Le diamètre de foration doit être contrôlé et respecter les recommandations
• Résistance à la corrosion : il est possible d’obtenir des boulons avec un revê- du fournisseur
tement anticorrosion • Les caractéristiques du terrain : ce type de boulon montre son efficacité dans
• Qualité de la fabrication du tube et des soudures d’extrémité les terrains fracturés où il permet de maintenir les blocs entre eux
• Pression d’injection d’eau • La qualité de l’eau dans le massif influence la durabilité du boulon
• Qualité de la roche dans le terrain : ce type de boulon est adapté aux terrains
dont la résistance est compatible avec la pression de gonflage. Dans les La mise en place du boulon est relativement simple, ce qui est son principal
autres terrains, on utilise des manchons pour éviter l’endommagement du avantage.
terrain, au voisinage de la tête de trou
• Diamètre de foration contrôlé pour chaque type de boulon et en fonction des
4.5 - Ancrage mixte
recommandations du fournisseur
Il existe plusieurs combinaisons de boulons d’ancrage mixtes. Le but est géné-
ralement d’obtenir les avantages d’un ancrage immédiat garanti par une
4.4 - Boulons à friction enfoncés par percussion
coquille d’expansion, et la résistance à long terme d’un boulon à ancrage
(à force)
réparti.
Ces boulons à friction sont constitués d’un tube en acier à haute limite
élastique, ouvert le long d’une génératrice sur toute la longueur du tube. Il est le plus souvent une combinaison d’ancrage ponctuel et réparti, mais
d’autres combinaisons existent, telles que :
Caractéristiques du boulon à friction : • Ancrage ponctuel + injection de résine ou de ciment entre trou et boulon
• Mise en place simple (par percussion au marteau) • Friction + injection de ciment dans le tube du boulon
• Système actif et dynamique de renforcement par friction. Le boulon contrôle
la dilatation des terrains de par ses fortes capacités à l'allongement et au 4.5.1 - Ancrage ponctuel + Injection de ciment
cisaillement sans rupture
• Résistance à la corrosion : il est possible d’obtenir des boulons galvanisés Il est possible d’obtenir à la fois les avantages de l’ancrage mécanique et de
à chaud l’ancrage réparti en utilisant des boulons à ancrage mécanique et en injectant
• Couramment, sa longueur est limitée à 4 m environ a posteriori dans le trou de boulonnage une résine ou un coulis de ciment.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 25
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page26

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

Il est possible de forer à l’eau, à l’air ou bien au coulis.


Bien que cela ne soit pas répandu, il est possible d’envisager
un scellement avec une résine pompable.

Fig. 27 - Exemple de mise en place d'un boulon à ancrage mixte type CT Bolt®.

© Atlas Copco
Certains types de boulons possèdent une tige creuse dans laquelle le produit
de scellement peut-être injecté (comme pour les autoforeurs) entre barre et
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

ancrage ponctuel et terrain. D’autres boulons (CT Bolts®) permettent d’injecter


le produit de scellement entre une gaine PVC et la tige du boulon jusqu'à la
tête de l’ancrage (Fig. 27). Fig. 29 -
Installation
d'un boulon
4.5.2 - Friction + injection ou remplissage de ciment autoforeur.

Le boulon à friction enfoncé à force (§ 4.4) peut être injecté avec un mortier Procédure d’installation (Fig.29) :
ou coulis après mise en œuvre. • Foration du trou avec la tige du boulon
• Addition éventuelle d’une longueur par utilisation d’un manchon
Il existe également une variante de type de boulon à friction enfoncé par per- • Injection
cussion pouvant recevoir des cartouches contenant un liant à base de ciment • Mise en place de la plaque
légèrement expansif (Fig. 28). Lors de sa prise, le ciment produit une pression
sur le tube qui constitue le boulon, et renforce son matriçage dans le terrain, 4.6.2 - Boulons en fibres de verre
augmentant ainsi l’effort nécessaire pour faire glisser l’ancrage (10 à 15 t/m).
Des boulons autoforeurs en fibre de verre sont disponibles. Leurs principaux
avantages :
• Ils sont injectables
• Leur poids est faible
• Ils sont insensibles à la corrosion
• Ils sont facilement destructibles, et donc bien adaptés pour le soutènement
provisoire dans les zones dans lesquelles il faudra ensuite excaver.

Fig. 28 :- Exemple d'ancrage mixte (friction + injection Ils sont mis en œuvre en mode de foration rotative.
de ciment) type Split Set® injecté.

4.6.3 - Boulons autoforeurs à friction


4.6 - Boulons autoforeurs
Ce type de boulon fonctionne comme un tubage à l’avancement, mais dans
4.6.1 - Boulons en acier ce cas le tubage est fendu, comme dans le cas du boulon à friction enfoncé
à force type Split Set®. Le marteau, utilisé pour la foration, force également
Les boulons autoforeurs sont constitués de tiges creuses, équipées en extré- le tubage dans le trou qui procure un ancrage par friction immédiat dès son
mité (pied) d’un taillant perdu. Après foration avec retour du fluide de foration installation (Fig. 30).
par le vide annulaire, on injecte un coulis par la tige qui assure le scellement
du boulon. Power Set drill bit

AT - Pc
Ces systèmes sont directement mis en lieu et place de la barre de foration et
du taillant. Ils sont conçus pour être mis en place avec un matériel de roto per-
cussion courant.

L’ancrage étant du type réparti, les facteurs qui influencent la qualité de


l’ancrage seront les mêmes avec certaines difficultés supplémentaires : le Power Set Fig. 30 - Procédure de mise
diamètre du taillant doit être suffisamment petit pour que l’espace annulaire drill en place d'un boulon
permette un bon scellement au mortier ou au coulis, néanmoins il doit être Power Set adapte autoforeur à friction (DSI®).

suffisant pour s’assurer de la bonne évacuation des cuttings.

26 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page27

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

5 - Sécurité de la phase boulonnage-


Dès lors qu'un type de boulonnage est retenu, l'entreprise se doit de respecter • de chocs impulsifs liés aux vibrations produites par des marteaux perfora-
un certain nombre de dispositions pour que la mise en œuvre des éléments teurs
de boulonnage se déroule avec le maximum de sécurité.
Le boulonnage doit être réalisé après la purge des parois et du front voire Le manque d'éclairage tout comme le sur-éclairement des zones de travail
après l’application d’une première couche de béton projeté de confinement. peut engendrer des situations à risques. Pendant la foration, le bruit et la
poussière émis par l'engin de foration insuffisamment équipé peuvent être
source d'inconfort et de maladies professionnelles pour les ouvriers.
5.1 - Textes de référence
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

Le "Guide des bonnes pratiques pour la Sécurité et la protection de la Santé La phase de mise en place du boulon présente des risques communs à tous
lors de travaux souterrains" édité par la CARSAT-RA est un document de réfé- les types de boulons et d'autres spécifiques au type de boulons mis en œuvre.
rence sur lequel le maître d'ouvrage, le maître d'œuvre et l'entreprise s'ap- La manutention du boulon et sa mise en place dans le trou de foration peuvent
puieront pour rédiger les documents de conception et de chantier relatifs à la entraîner des blessures aux mains et des chocs du fait de l'emploi de masses.
sécurité (PGC, PPSPS, Procédures…). Pour les boulons de voûte, le travail à partir d'une nacelle peut être à l'origine
de chutes de pièces diverses sur les zones inférieures.
Rappel de la logique à respecter pour la mise en œuvre des PGP (Principes
Généraux de Prévention) tels qu'ils sont définis par l'article L 4121-2 du Code La mise en place des boulons à ancrage réparti scellés présente des risques
du Travail : liés à l'emploi de pompe à injection. La préparation des produits de scellement
• éviter les risques professionnels et d'environnement peut entraîner des risques de brûlures cutanées, d'inhalation voire d'ingestion
• évaluer au mieux les risques qui ne peuvent être évités de poussières (fines). Ensuite, lors de l'injection, des ruptures de flexibles
• privilégier la protection intrinsèque en recherchant des modes opératoires peuvent se produire entraînant les mêmes risques que lors de la préparation.
adaptés aux lieux de travail, en utilisant des matériels adéquats et en veillant
toujours à respecter la règle suivante qui consiste à adapter le travail à Lors de la mise en place des boulons à ancrage ponctuels, les risques sont
l'homme et non l'inverse essentiellement liés à la manutention des accessoires comme la mise en place
• toujours privilégier la protection collective et à défaut mettre en place des des coquilles d'ancrage et des plaques et écrous de serrage.
protections individuelles adaptées
• assurer la formation du personnel vis-à-vis des risques qu'ils sont suscep- Pour les ancrages à friction, les risques dépendent du type du boulon. Les
tibles de rencontrer boulons dont l'efficacité n'est effective qu'après leur gonflage à l'eau tout
comme les boulons entrés à force dans le terrain présentent les risques liés
aux matériels utilisés pour la mise en place : pompe d'injection d'eau pour les
5.2 - Evaluation et analyse des risques
premiers, engin de frappe pour les seconds.
Le soutènement par boulonnage présente différents risques. Leurs sources
sont multiples depuis l'approvisionnement des matériels et matériaux jusqu'à
5.3 - Mesures à prévoir
la mise en place du soutènement sans oublier la phase "contrôles". Elles résul-
tent essentiellement de la mise en place des soutènements et de la surveillance Les mesures à prévoir pour la surveillance du comportement des boulons, que
de leur comportement. ce soit pendant la phase excavation ou au cours de la vie de l'ouvrage lorsque
le soutènement reste apparent, relèvent des contrôles.
En effet, les risques liés au terrain sont à prendre en compte car l'excavation
non encore soutenue présente de graves dangers notamment la chute de blocs. Les acteurs de la construction (prescripteur - MOA, MOe, coordonnateur SPS,
et les entreprises) ainsi que les gestionnaires d'ouvrages se référeront au
L'analyse de l'activité "boulonnage" démarre dès l'approvisionnement des paragraphe "6.4 de la présente recommandation - "Surveillance des boulons"
matériaux et des matériels, phase au cours de laquelle les ouvriers font des en cours de chantier.
tâches répétitives de manutention demandant parfois des efforts physiques
pouvant entraîner de mauvaises postures. L'implantation des zones de livraison Les mesures à prévoir vis-à-vis des risques liés au terrain sont :
et de reprise des matériaux sera faite de manière à ce que les manœuvres et • Surveillance du terrain : affectation d'une personne chargée de l'auscultation
circulations ne génèrent pas d'accidents de la circulation. des soutènements
• Purge systématique préalable en privilégiant la purge mécanisée
La phase foration peut être à l'origine de plusieurs risques dont certains sont
liés au matériel. Il peut s'agir : Les mesures à prévoir vis-à-vis des risques liés au matériel durant la foration sont :
• de coincement de main ou de doigt par exemple lors de la mise en place de • Mettre en place les formations à l'utilisation et à la maintenance des engins
tige ou changement de taillants de foration

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 27
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page28

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

• Sécuriser les nacelles conformément à la réglementation et à leur utilisation • Éviter de générer de la poussière et toute projection de matériaux : privilégier
spécifique le forage à l’eau ou au mélange air/eau. Dans les terrains pulvérulents ou
• Mécaniser au maximum les tâches (lorsque la section et le nombre de dont la nature présente des risques pour la santé, mettre en œuvre un
boulons à mettre en œuvre le permettent) : livraison des boulons, change- dispositif de captage des poussières et de ventilation de la zone de travail.
ment de tige et barres de forage • Relativement au bruit : privilégier les matériels électrohydrauliques et inso-
• Prévoir, si la foration est effectuée manuellement, des supports permettant norisés, sans préjudice du port des EPI.
de reposer le matériel (poussoir) et aménager l'espace de travail au pied de
la paroi à boulonner pour éviter toute chute de personne Les mesures à prévoir vis-à-vis des risqués liés à la mise en place du boulon
• Eviter les circulations de personnel à proximité : pour se prémunir du risque sont :
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

de heurt et de happage du personnel situé au voisinage de la machine de • Privilégier l'emploi de robot de boulonnage
foration lors d’un mouvement brusque de la glissière, il est nécessaire de • Si le boulonnage est réalisé manuellement, mettre en place les formations
définir un périmètre de sécurité autour des machines ainsi que certaines adaptées aux types de boulons
règles de bonne entente afin d’attirer l’attention du chauffeur lorsque • Porter des EPI (Equipements de Protection Individuels) adaptés
quelqu’un doit passer dans son rayon d’action

6 - Contrôle du boulonnage-

• à la réception et à la mise en place : diamètre, longueur, filetage, tête et


6.1 - Principes de contrôle
pointe, absence de rouille, de graisse… :
Pour s’assurer de la qualité et de l’efficacité du boulonnage, plusieurs types - pour les tiges en HA dont les diamètres sont prévus par les normes
de contrôles et d'essais peuvent être effectués à différents stades. AFNOR (14 - 16 - 20 - 25 - 32 - 40) et donc faisant l'objet du certificat
On distingue : d'homologation, il est absolument indispensable que la fourniture soit
• des essais préalables réalisés au stade du projet pour valider le système de accompagnée de la fiche descriptive en cours de validité relative NF
boulonnage envisagé, notamment son dimensionnement par rapport à la AFCAB de l'acier fourni
qualité des terrains à boulonner (des essais qui peuvent aller jusqu’à l’ar- - pour les tiges en HA dont les diamètres ne sont pas prévus par les
rachement du boulon d'essai) normes AFNOR (18 - 22 - 26 - 28 - 30 - 34, etc.), il est indispensable
• des épreuves de convenance, avant travaux, pour vérifier l’adéquation du que la fourniture soit accompagnée du certificat de l'aciérie produc-
système de boulonnage choisi avec le matériel de mise en place et les condi- trice ; ce document indiquera les données qui identifient le produit
tions in situ, notamment de terrain (numéro de la coulée, analyse chimique, etc.) et aussi les valeurs
• à leur arrivée sur le chantier, le contrôle systématique des différents consti- limites d'élasticité (Re, act), les valeurs de résistance à la traction
tuants (boulons et scellements) ainsi que celui des matériels de mise en (Rm) et leurs "Rapport" relatifs, et enfin l'allongement total (Agt
œuvre exprimé en pourcentage) ; le tout selon les normes NF A 85-080-1
• des essais de contrôle réalisés en cours d’exécution sur les ancrages appar- (2010-10)
tenant au dispositif de soutènement, pour en vérifier l’efficacité - pour les boulons à friction, il convient de contrôler le marquage spécifique
à chaque boulon permettant sa traçabilité, selon la norme concernée
Il est possible également d’ausculter des boulons dans le temps, en plaçant à - Toutes ces valeurs déterminent les caractéristiques mécaniques de
poste fixe des cellules dynamométriques à la tête de l’ancrage entre plaque et l'acier
écrou, et de relever périodiquement la déformation à l’aide d’un comparateur. • la qualité de l’eau et du sable utilisés pour les mortiers
• les conditions de stockage des différents constituants
Ces contrôles et essais sont développés dans les paragraphes qui suivent.
En ce qui concerne les produits de scellement (résine, coulis, mortier), on
vérifiera :
6.2 - Contrôle des constituants
• pour les résines : l’état des cartouches à la réception, la limite de péremption
La qualité des différents constituants du boulonnage (boulons, coquilles d’ex- (généralement de quelques mois), les conditions de stockage, les vitesses
pansion, taillants de l’autoforeur, et autres accessoires) et du matériel de mise de polymérisation
en œuvre sera contrôlée : • pour les coulis et les mortiers : les résistances à la compression à 7 j et
• par la vérification, dans la procédure d’agrément, des essais réalisés en à 28 j, la viscosité, les temps de prise : 6 éprouvettes en sortie de lance
laboratoire par le fournisseur (limite élastique, limite de rupture, allongement d’injection à chaque poste
à la rupture, notamment des tiges…). Sur le chantier, il convient de vérifier • pour les mortiers en cartouche : l’état des cartouches à la réception, les
à la livraison les PV de contrôle du fournisseur conditions de stockage

28 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page29

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

Il convient de se prémunir des risques de contrefaçons : nance sont généralement destructifs afin de mesurer la résistance du
• Traçabilité scellement nécessaire au dimensionnement du soutènement. En revanche, en
• Marquage souterrain, les essais préalables et de convenance ne le sont pas nécessaire-
• Système de normalisation ment. Ils sont alors réalisés de la même manière que les essais de contrôle,
• Certificat de conformité dans les mêmes conditions de boulons et de terrain que celles de l’ouvrage
pour lequel ils sont prévus (voir ci-après).
Par ailleurs, il convient de s'assurer que le contrôle qualité concerne toute les
étapes de la fabrication du boulon et que les boulons d'essais sont les mêmes Dans certains cas cependant, le Maître d’Œuvre peut demander des essais
que ceux mis en œuvre. destructifs afin d’évaluer la résistance Tu (en kN) de l’ancrage dans le terrain,
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

qui est fonction généralement de la longueur d’ancrage (ou qs exprimé en kPa


qui est le frottement latéral limite conventionnel).
6.3 - Modes opératoires des essais de traction et
d'arrachement sur boulons
Le nombre d’essais à réaliser par type d’ancrage et par type de conditions
Concernant les essais de contrôle des boulons scellés au mortier : géologiques est à fixer dans les prescriptions du marché. La résistance
Le résultat de l'essai sera non seulement fonction de la prise du coulis de moyenne est souvent définie à partir d’un minimum de 5 essais par type
scellement mais aussi de la convergence et du "serrage" du boulon suivant d’ancrage et par type de conditions géologiques car une assez grande disper-
l'augmentation de la contrainte orthoradiale. sion est habituellement observée.
L'essai doit donc être fait lorsque la vitesse de convergence est faible :
• sous faible couverture : 3 mm/jour Les essais préalables et les essais de convenance donnent lieu à un rapport
• sous forte contrainte: 1-2 cm/jour d’essai.

6.3.1 - Principes généraux des essais sur boulons Les essais de contrôle sont à réaliser sur des ancrages appartenant au
dispositif de soutènement de l’ouvrage. On vérifie que l’ancrage résiste à une
Les essais de traction et d’arrachement sur boulons sont réalisés généralement traction d’essai Te définie à la conception qui est fonction de la traction limite
à l’aide d’un vérin creux qui permet de tirer sur la tête du boulon en s’appuyant de service Ts du boulon (généralement Te = Ts ou plutôt 1,2 x Ts).
sur la paroi rocheuse aux alentours de la plaque d’appui de l’ancrage (Fig. 31).
Pour un ancrage dont l’efficacité doit être immédiate, le contrôle doit se faire
rapidement après sa mise en place.

Pour les boulons scellés au mortier ou à la résine, le contrôle doit se faire dès
lors que la prise du scellement le permet (7 ou 28 jours pour le mortier, 8 ou
24 heures pour la résine selon les indications du fournisseur et selon les
prescriptions du marché).
Fig. 31 - Dispositif d’essai de traction.

Des contrôles différés peuvent également être prévus pour vérifier la pérennité
Pour les boulons à ancrage mécanique, les essais peuvent être réalisés à l’aide d’un ancrage (voir § 6.4).
de la clef dynamométrique qui sert à les mettre en tension.
6.3.2 - Normes et recommandations
Le déplacement de la tête du boulon est mesuré à l’aide d’un comparateur,
ce qui permet de tracer la courbe effort–déplacement caractérisant le Pour les ancrages scellés au rocher (mortier ou résine), la procédure d’essai
comportement du boulon et de son ancrage. en arrachement comme en contrôle est décrite par la norme XP P 94-444
(décembre 2002) – Essai statique d’arrachement, sous un effort axial de trac-
La mise en tension se fait par paliers. A chaque palier, on mesure l’évolution tion, d’un ancrage scellé dans un massif rocheux – Essais par paliers :
du déplacement ou la perte de tension, s’il y en a, qui définit une limite de • Les boulons sont mis en traction par incréments de charge et/ou de dépla-
fluage (ou de ripage) de l’ancrage. On peut ainsi définir une résistance de pic cement et les mesures sont faites à chaque incrément, lorsque charge et
et, dans certains cas, une résistance résiduelle. déplacement sont stabilisés (en notant le temps de stabilisation). Les paliers
sont fixés à 5 minutes.
Les essais préalables et les essais de convenance sont à réaliser sur des • Le programme d’essai à la rupture comporte 2 cycles de chargement/déchar-
ancrages spécifiques n’appartenant pas au dispositif de soutènement de l’ou- gement par paliers, le 1er cycle jusqu’à la tension limite estimée de l’ancrage
vrage ou ne participant pas à la stabilité de l’ouvrage en service. et le 2 ème cycle jusqu’à 2 fois cette tension. L’essai donne l’effort de traction
limite Tu associé à la longueur L de l’armature scellée dans le matériau
Pour les soutènements à l’air libre, les essais préalables et les essais de conve- rocheux.

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 29
14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:03 Page30

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1 M

• L’essai de contrôle (Fig. 32), lui, est réalisé en un seul cycle de chargement indications du fournisseur). Des essais à plusieurs longueurs de boulon (3 mini-
en cinq paliers de 5 minutes jusqu’à atteindre Te puis en effectuant un mum) permettent une évaluation plus fiable de la valeur du frottement limite
déchargement en trois paliers de 1 minute. Il peut également être demandé qs. La valeur de qs peut croître sous l’effet des mouvements de terrain autour
de maintenir le dernier palier Te plus longtemps (20 ou 30 minutes) avant de l’excavation.
de procéder au déchargement contrôlé. L’essai est dit concluant si la résis-
tance moyenne des essais est supérieure soit à Ts, soit à 1,1 fois Ts (selon En dehors des boulons en tunnel, objets de la présente recommandation, il
les prescriptions du marché). existe d’autres procédures d’essai concernant les micropieux et les clous ou
ancrages au sol meuble, où la notion de fluage est ajoutée à la notion de trac-
tion de rupture, ainsi que les tirants d’ancrage. Ces essais visent généralement
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

à déterminer une valeur de frottement latéral limite qs nécessaire au dimen-


sionnement des ouvrages concernés (stabilité des talus cloutés, fondations…
) mais peuvent aussi concerner les ouvrages souterrains :
• Ouvrages de grandes dimensions
• Travaux nécessitant un contrôle strict des déformations
• Proximité d’ouvrages existants
• Roche argileuse
•…

T Force de traction Ces procédures sont citées ici pour mémoire :


Te Force de traction imposée par le contrôle
• Recommandations CLOUTERRE 1991
t Temps, en minutes
P Phase préparatoire de l’essai • Essais de traction à déplacement contrôlé (vitesse constante)
Fig. 32 - Essai de contrôle. Programme de chargement – déchargement • Essais de traction à effort contrôlé (paliers de fluage)
(selon XP P 94-444). • Norme NF P 94-242-1 (1993) – Essai statique d’arrachement de clou soumis
à un effort axial de traction – Essai à vitesse de déplacement constante
La recommandation de l’ISRM et la norme ASTM suivent des méthodologies • ISRM - Suggested Method for Rock Anchorage Testing (1985)
similaires. Elles y sont décrites jusqu’à l’arrachement de l’ancrage. Leurs réfé- • Norme NF P 94-153 (1993) – Essai statique de tirant d’ancrage
rences sont les suivantes : • Chapitre 6 des recommandations TA 95
• ISRM – Suggested Method for Rockbolt Testing (1975), • NF EN 1537 – Exécution des tirants d’ancrage : plusieurs méthodes d’essais
• ASTM D 4435-84 (reapproved 1998) – Standard Test Method for Rock Anchor proposées au § 9 et en annexe E
Pull Test.

6.4 -Surveillance des boulons en cours de chantier


Dans le cas des essais à la rupture, des dispositions doivent être prises
pour : En phase d’excavation, à une distance en arrière du front qui est fonction des
a) éviter la cassure de l’armature sous l’effet de traction maximale : vibrations engendrées par les tirs d’explosif, ou sous l’effet d’un glissement
- par le choix d’une section suffisante de l’ancrage, il convient de vérifier le serrage des écrous et de procéder, si
- et/ou en limitant la longueur de scellement ; cette dernière doit cepen- nécessaire, à un resserrage systématique de l’ensemble des boulons à ancrage
dant être suffisante pour englober les hétérogénéités du terrain ponctuel. Ce type de contrôle est également souhaitable avant la mise en place
b) limiter les effets de bord : des dernières passes de béton projeté ou avant la mise en place de l’étanchéité
- soit par la réalisation d’une longueur libre minimale lors du scellement ou du revêtement selon le cas.
du clou (de l’ordre de 1 m dans le sol, 0,5 m au rocher)
Un contrôle de la longueur non scellée des ancrages est réalisé en introduisant Les boulons dont la tête casse sont à changer ou à remplacer par un autre
une tige dans l’espace annulaire libre de tout scellement. moyen de soutènement.
- soit en disposant d’un bâti d’essai prenant appui au terrain autour de la
tête du clou, mais dont tous les points de la surface d’appui se trouvent Pour mémoire, il est possible de suivre l’évolution dans le temps de la tension
néanmoins à plus de 0,3 m des bords du trou d’un boulon en interposant entre la tête du boulon et le rocher, soit une cale
c) pour les boulons scellés au rocher (au mortier ou à la résine), l’essai inter- dynamométrique, soit une cellule de chargement.
vient après un délai minimum de prise du scellement (7 à 28 jours pour du
mortier, ou 8 à 24 heures pour de la résine selon les indications du fournis- Un contrôle global du système de soutènement que constitue le boulonnage
seur et selon les exigences du marché) associé ou non à du béton projeté est réalisé notamment par les mesures de
convergence dans le cadre de la méthode de "conception interactive" ancien-
Les essais d’arrachement sur les boulons à friction se réalisent de la même nement dénommée "méthode observationnelle". En cas de détection d’un
manière. Ils se font immédiatement après leur mise en place (se reporter aux comportement jugé anormal, il peut s’avérer nécessaire de procéder à un ren-

30 M TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014


14_31recoGT6 fr_Mise en page 1 17/02/2014 09:04 Page31

RECOMMANDATION DE L’AFTES N°GT6R4F1

forcement du système de boulonnage (augmentation de la densité, du diamètre assurer la pérennité du soutènement que l’entreprise jusqu'à la réception de
et/ou de la longueur des boulons, réduction du délai de mise en œuvre par rapport l'ouvrage, ou le Maître d’ouvrage au cours de la vie de l’ouvrage, procède à des
à l’avancement du front, choix d’un autre type de boulon…), ou à une modifi- actions de surveillance périodiques et réalise ensuite les actions adéquates.
cation complète du système de soutènement (cintres lourds par exemple).
Les circulations d’eau, surtout si elles sont particulièrement agressives, peu-
Si, à la mise en tension d’un boulon à ancrage ponctuel ou après un certain vent entrainer la rouille de l’acier qui diminue l’efficacité du boulon et de son
temps, il se produit un écaillage ou un délitage de la roche et que le contact ancrage. Il est d’ailleurs recommandé d’avoir recours dans ce cas à des pro-
de la plaque d’ancrage n’est plus assuré avec le terrain, le boulon devenu inef- duits protégés contre la corrosion, ou à mettre des boulons à ancrage réparti,
ficace doit alors être remplacé. ou encore à sceller sur toute leur longueur les boulons à ancrage ponctuel
Tous droits de reproduction, traduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit sont expressément réservés

après leur mise en tension, à protéger la plaque et l’écrou. Néanmoins ces


Dans les ouvrages où le soutènement reste apparent, il est indispensable pour précautions ne dispensent pas des contrôles périodiques.

7 - Matrice d’interprétation-

Boulons Boulons Boulons


Boulons à ancrage réparti Boulons à Friction
Boulons à mixte hybride Boulons Type autoforeurs Boulons
BOULONS Boulons
ancrage (ancrage (ancrage à "Cone Fibre
Type "Alwag" Carbone
ponctuel Scellement Scellement ponctuel + friction + Bolt®" * Type Type de Verre
DONNÉES scellement) scellement) "Minova type AT
mortier résine "Swellex®" "Split Set®"
SDA®" Power®

Traction +++ ++++ ++++ ++++ +++ ++ +++ ++ +++ +++ ++ ++

Cisaillement + ++++ +++ +++ ++ ++++ +++ ++ ++ +++ ++ ++

Terrain fracturé ++ ++ + ++ +++ +++ ++++ +++ ++ ++ ++ ++

Forabilité terrain
o + + o o + ++++ ++++ + o + +
médiocre

Caractère
+ ++++ +++ ++++ +++ ++++ +++ o ++ ++ + ++
permanent

Action immédiate ++++ o +++ ++++ ++++ +++ ++ ++++ ++++ ++++ +++ +++

Action différée ++ +++ ++++ +++ +++ ++++ ++ +++ +++ +++ +++

Gêne due à
++++ + +++ R ++ ++ ++ + ++++ ++++ +++ ++ R ++ R
la présence d'eau

Drainage d'eau ++++ ++ + ++ + ++ ++ +++ ++ ++++ ++ ++

Etanchéité à l'eau o ++ +++ R ++ ++ ++ ++ o + + ++ ++

Temps de mise
++++ ++ +++ +++ ++ +++ +++ ++++ ++++ +++ +++
en œuvre

* Boulon "coulissant" qui, aprés un glissement, conserve une efficacité


Ce tableau est donné pour aider au choix en matière de boulonnage, il n'intègre pas le coût des fournitures et accessoires
Légende

++++ Recommandé Traction : Aptitude à retenir ou porter : elle dépend aussi des caractéristiques mécaniques du boulon
+++ Bon
Cisaillement : Résistance aux mouvements latéraux : elle dépend aussi des caractéristiques mécaniques du boulon
Terrain fracturé : Terrain avec un RQD faible : risques de coincement
++ Moyen
Action : Action immédiate ou différée
+ Passable
Eau : Débit du forage
o Non recommandé
Etanchéité ou drainage recherché
A vérifier
R : Résine aqua-réactive t

M
TUNNELS ET ESPACE SOUTERRAIN - n°241 - Janvier/Février 2014 31
www.aftes.asso.fr

Tous droits de reproduction, adaptation, totales ou partielles sous quelques formes que ce soit, sont expressément réservés .