Vous êtes sur la page 1sur 8

Définition des substances vénéneuses:

Aucun médicament n’est inoffensif. Tous sont susceptibles d’engendrer des effets toxiques
s’ils ne sont pas utilisés judicieusement. C’est la raison pour laquelle le législateur a pris un
certain nombre de mesures permettant de contrôler la délivrance des médicaments. Le code de
santé publique et de la population contient la réglementation des substances vénéneuses, ‘est
à dire des substances dont l’administration peut entraîner des effets toxiques et en particulier
des médicaments. Le tableau récapitulatif sera en bas de la page, il montrera les points
fondamentaux de cette réglementation et de l’étiquetage des préparations.

Caractéristiques générales d’une ordonnance:

Aucun médicament ne peut être délivré sans ordonnance d’un médecin, d’un vétérinaire, et
pour certains médicaments répertoriés dans une liste établie par le ministère de la santé, d’un
chirurgien-dentiste ou d’une sage femme.

L’ordonnance doit mentionner le nom, l’adresse et le numéro de téléphone du prescripteur, le


numéro du lot d’ordonnances et, en partie basse pour les médicaments toxiques et dangereux,
un carré où est inscrit en chiffres le nombre total de médicaments prescrits. Elle doit toujours
être datée, signée, le prescripteur doit y préciser la posologie, le mode d’administration du
médicament, la quantité prescrite ou la durée du traitement, ainsi que le nom, prénom, sexe et
âge du malade.

Toute ordonnance prescrivant des substances vénéneuses ou des préparations qui en


contiennent doit être transcrite par le pharmacien sur un livre-registre appelé registre ou
ordonnancier où seront indiqués le nom et l’adresse du médecin et du malade, la date de
délivrance, le nom du médicament et les quantités délivrées. Le pharmacien rend au malade
l’ordonnance revêtue du timbre de l’officine et portant le numéro d’inscription à l’ordonnancier.

Droit de substitution: Les génériques:

Depuis fin 1999, le droit de substitution permet au pharmacien de remplacer un médicament


prescrit à un patient par un générique, copie conforme du médicament original mais vendue
moins cher car le brevet d’exploitation est tombé dans le domaine public. Le médecin peut
s’opposer à cette substitution en précisant sur l’ordonnance “médicament non substituable”.
Cette politique de substitution a pour objectif de diminuer les dépenses de santé.

Classification des substances vénéneuses:

Les médicaments, inclus dans le groupe des substances vénéneuses, sont classés en quatre
listes:
● Les médicaments de la liste I présentent les risques les plus élevés et correspondent
aux médicaments toxiques antérieurement inscrits au tableau A;

● Les médicaments de la liste II correspondent aux médicaments dangereux


antérieurement inscrits au tableau C;

● Les médicaments stupéfiants (ancien tableau B);

● Certains médicaments psychotropes, dont la liste est établie, ont une durée de
prescription réduite (de 2 à 12 semaines).

Listes I et II des médicaments:

Règles de prescription:

Les médicaments inscrits sur les listes I et II sont prescrits sur une ordonnance
comprenant,outre les caractéristiques générales:

● Le nom du médicament,sa posologie écrite en chiffres, son mode d’emploi, la quantité


prescrite ou la durée du traitement, et éventuellement le nombre de renouvellement;

● Si le médecin veut dépasser pour un médicament la posologie maximale fixée en une


fois et en 24h dans une ordonnance, il doit alors indiquer qu’il le fait sciemment en
portant de la mention “je dis telle dose”.
L’ordonnance doit dater de moins de 3 mois.

Renouvellement de l’ordonnance:

Pour les listes I et II, la prescription de médicaments ne peut être supérieure à 12 mois de
traitement. La quantité délivrée en une fois par le pharmacien sur présentation de l’ordonnance
est au maximum de 1 mois, sauf les médicaments contraceptifs qui peuvent être délivrés pour
une durée de 3 mois. De plus, l’ordonnance doit dater de moins de 3 mois.
Le renouvellement d’un médicament de la liste I n’est possible que sur indication écrite du
médecin précisant le nombre de renouvellements ou la durée du traitement.
Le renouvellement d’un médicament de la liste II est possible sauf si le médecin interdit
expressément ce renouvellement sur son ordonnance.

Détention des médicaments inscrits sur les listes I et II:

Les médicaments de la liste I sont détenus dans des armoires et locaux fermés à clefs et ne
contenant rien d’autre.
Les médicaments de la liste II sont détenus séparément de tout autre médicament mais doivent
être disposés de façon à ne pas être directement accessibles au public.
Ces dispositions ne sont pas applicables aux spécialités pharmaceutiques qui se trouvent en
rayonnages.

Étiquetage de l’emballage des spécialités:


● Liste I: rectangle blanc encadré d’un filet rouge dans lequel le pharmacien inscrit ses
noms,adresse, le numéro à l’ordonnancier, le mode d’emploi du médicament.

● Liste II: rectangle blanc encadré d’un filet vert où sont portées les indications
précédemment décrites.

Le conditionnement des médicaments des listes I et II doit porter la mention “uniquement sur
ordonnance”. Cette mention n’est pas obligatoire pour les conditionnements ne contenant
qu’une dose d’utilisation.

Liste des médicaments stupéfiants:

Les stupéfiants (narcotics des Anglo-Saxons) sont soumis à une législation très stricte en
raison de l’usage inconsidéré de ces médicaments par certains individus les conduisant à la
toxicomanie ou pharmacodépendance. Ces pharmacodépendance sont de véritables fléaux
sociaux car les sujets qui s’y adonnent aboutissent à une déchéance physique et intellectuelle.
Dans certains cas, la descendance même des toxicomanes est atteinte: cocaïnomanes et
alcooliques par exemples ont une descendance tarée.

Prescription des stupéfiants: L’ordonnance sécurisée:

Les ordonnances sécurisées sont seules autorisées pour la prescription des stupéfiants.
Ces ordonnances sécurisées sont réalisées sur du papier filigrané blanc; le filigrane représente
un caducée visible pour le pharmacien.
L’objectif de ces ordonnances est d'accroître la sécurité de dispensation et de faciliter la
prescription des antalgiques majeurs pour combattre la douleur. L’ordonnance porte le nom du
médecin, le numéro du lot d’ordonnance et un carré, en partie basse, où figure le nombre de
produits prescrits.

Durée de prescription des stupéfiants : règle des 28 jours

Il est interdit de prescrire un stupéfiant pour une durée supérieure à 28 jours, la durée
pouvant être réduite à 7 ou 14 jours. Peuvent être prescrits 28 jours: SKENAN, MOSCONTIN,
RITALINE, SUBUTEX, CHLORHYDRATE DE MORPHINE.

stupéfiants ne pouvant être prescrits que 7 à 14 jours maximum:

Certains stupéfiants ont une durée de prescription plus courte:


● Durée maximale de 14 jours: le chlorhydrate de morphine utilisé par voie orale, la
méthadine;
● Durée maximale de 7 jours: FORTAL, EUBINE.

Cas particuliers de médicaments de la liste I délivrés sur ordonnance sécurisée:


Pour des motifs de santé publique, la réglementation des stupéfiants s’applique à certains
médicaments inscrits sur la liste I mais qui nécessitent un contrôle particulier (ordonnance
sécurisée) car ils donnent lieu à un usage abusif ou détourné (toxicomanies). Ils obéissent aux
règles générales de prescription de la liste I. Ces dispositions concernent:

● La buprenorphine (TAMGESIC). Cette disposition légale facilite la mise à disposition


de ce médicament antalgique pour les malades soignés en ville, en particulier
les cancéreux, et permet d’éviter les déviations d’utilisation de ce produit par les
toxicomanes;
● Le modafinil (MODIODAL) destiné au traitement de l’hypersomnie et de la narcolepsie
avec ou sans catalepsie;
● La mifépristone (MIFEGYNE) est un médicament réservé aux établissements de santé
publics ou privés autorisés à pratiquer des interruptions de grossesse.

Renouvellement des stupéfiants:

Il est impossible. Une nouvelle ordonnance sécurisée est obligatoire.

détention des stupéfiants:

Les stupéfiants et préparations classées comme stupéfiants doivent être rangés dans
des armoires ou des locaux fermés à clé et ne contenant rien d’autre. Le plus souvent, il
s’agit d’une petite armoire placée elle même dans l’armoire renfermant les produits de la
liste I. Ces armoires doivent présenter une efficacité satisfaisante contre le vol (armoires
métalliques,serrures de sûreté,..). Les médecins peuvent avoir une petite provision de
stupéfiants pour l’éventualité de soins urgents.

Comptabilité des stupéfiants:

Le pharmacien doit enregistrer tout mouvement d’entrée ou de sortie des stupéfiants sur un
registre spécial coté et paraphé par le maire ou le commissaire de police, avec mention de la
date, du nom et de l’adresse du fournisseur, désignation du produit et quantité. Le registre qui
doit être tenu sans blanc ni ratures est conservé pendant dix ans.
Chaque année, le pharmacien doit faire un inventaire général des stupéfiants dans son officine.
Toutes ces dispositions sont applicables également en milieu hospitalier.

Liste des médicaments hypnotiques et anxiolytiques de la liste I à


durée de prescription réduite:

Règles de prescription:

Un certain nombre de mesures ont été introduites pour essayer de diminuer la consommation
d’hypnotiques et d’anxiolytiques en France et favoriser un usage plus rationnel de ces
médicaments. Dans ce but, la durée de prescription des hypnotiques et anxiolytiques a été
définie:

Prescription limitée à 14 jours: Le triazolan (HALCION), benzodiazépine utilisée comme


hypnotique, a une durée de prescription maximale de 14 jours pour des raisons de
pharmacovigilance, car ce produit a donné lieu à des toxicomanies;

Prescription limité à 28 jours: les hypnotiques comme certains barbituriques, certaines


benzodiazepines et produits apparentés tels NOCTRAN, MOGADON, IMOVANE, STILNOX,
NOCTAMIDE, ATRIUM.

Prescription limitée à 12 semaines: les anxiolytiques comprenant certains barbituriques,


certaines benzodiazepines et médicaments apparentés tels ANANXYL, XANAX, LEXOMIL,
VERATRAN, LIBRIUM, VALIUM, VICTAN, URBANIL, TRANXENE, TEMESTA, SERESTA,
LYSANXIA, ATARAX, EQUANIL, BUSPAR...

Étiquetage des spécialités:

Le conditionnement extérieur des spécialités hypnotiques et anxiolytiques à durée de


prescription réduite devra porter la mention : “ce médicament ne peut être prescrit pour une
durée supérieure à 4 semaines” (ou 12 semaines selon le cas) , en plus du rectangle blanc
encadré d’un filet rouge.

réglementation en milieu hospitalier:

Prescription:

En milieu hospitalier, les internes et résidents en médecine reçoivent , pour avoir le droit
de prescrire, une délégation des médecins dont ils dépendent. Le directeur de l'hôpital
communique au pharmacien la liste des personnes autorisées à prescrire avec l’intitulé précis
de leurs fonctions. Les prescriptions de médicaments sont individuelles, et doivent être datées
et signées du prescripteur. L’original de la prescription est conservé dans le dossier médical,
une copie est remise à la pharmacie. Pour éviter le vol et/ou la falsification des ordonnances,
celles-ci , ainsi que le tampon d’identification du médecin, doivent être rangées sous clé.
Les médicaments sont délivrés au service qui en fait la demande par le pharmacien de l'hôpital
ou l’interne en pharmacie (ou l’étudiant de la 5ème année hospitalo-universitaire) qui auront
reçu délégation du pharmacien dont ils dépendent. Le pharmacien conserve la justification des
prescriptions pendant trois ans.
L'infirmière doit vérifier l’identité du malade et le nom des médicaments avant administration
au malade. Pour chaque médicament, les doses administrées et l’heure d’administration sont
enregistrées sur un document conservé dans le dossier médical.

Détention des médicaments des listes I et II dans les unités de soins:

Les substances vénéneuses sont détenues dans des locaux et armoires fermées à clé. Le
surveillant du service ou une infirmière désignée par le médecin responsable du service fixe par
écrit les dispositions propres à éviter toute perte, vol ou emprunt des clés de rangement.
Le pharmacien et le médecin déterminent une liste qualitative et quantitative des médicaments
destinés à être conservés par le service pour faire face aux besoins urgents. Cette liste
est établie en deux exemplaires datés et signés: un exemplaire est affiché sur l’armoire de
rangement, l’autre est conservé à la pharmacie. Un médecin est spécialement responsable de
l’utilisation des médicaments de cette dotation qui est réservée au moins une fois par an.

Renouvellement de la dotation de médicaments pour besoins urgents:

Le renouvellement pour besoins urgents ne peut être effectué que sur présentation des relevés
d’administration accompagnés d’un état récapitulatif.
Tout transport de médicaments entre la pharmacie et les services de soins doit se faire dans
des chariots ou conteneurs fermés à clé.
La composition de la dotation des médicaments pour besoins urgents doit être contrôlée
régulièrement par le pharmacien, en particulier la conformité avec la liste, le mode de détention
et les quantités. La visite du pharmacien donne lieu à un procès-verbal daté et consigné par le
pharmacien et le chef de service.

Étiquetage des spécialités:

Chaque médicament doit être détenu de préférence dans son conditionnement d’origine.
Si ce n’est pas le cas, par exemple pour des raisons d’utilisation importante dans le service
nécessitant de très nombreuses boites d’un médicament, le médicament est transféré dans des
récipients qui doivent obéir aux règles suivantes d’étiquetage:
● stupéfiants: étiquette blanche avec large filet rouge;
● liste I: étiquette blanche avec large filet rouge;
● liste II: étiquette blanche avec large filet vert.

Ces étiquettes devront comporter:

Dans la partie supérieure, inscrite en lettres noires:


● la dénomination de la spécialité;
● et/ou la DCI ou Française du ou des PA;
● le dosage exprimé en quantité ou en concentration;
● la forme pharmaceutique;
● la voie d’administration.

Dans la partie inférieure, séparée du contexte par une ligne noire et inscrite en lettres noires,
la mention bien visible “respecter les doses prescrites”.
L’étiquette du conditionnement doit mentionner le numéro de lot et la date de péremption du
médicament qu’il contient. La notice d’information du médicament doit être jointe ou à défaut
l’unité de soins doit disposer de la documentation nécessaire.

Dispositions particulières concernant les stupéfiants:


Prescriptions:

Les médicaments classés comme stupéfiants ne peuvent être délivrés que sur prescription
du médecin, chirurgien dentiste ou sage-femme. L’ordonnance doit comporter les mentions
suivantes:
● l’identification de l'établissement et de l’unité de soins;
● l’identification du prescripteur avec l’intitulé précis de sa fonction;
● l’identification précise du malade avec son nom, prénom , sexe, âge, et, le cas échéant,
taille et poids;
● l’identification du ou des médicament(s) : la dénomination et, s’il s’agit d’une préparation
magistrale, la formule détaillée ; la forme pharmaceutique, le dosage, la posologie et la
durée du traitement, la voie d’administration ;
● le prescripteur doit indiquer en toutes lettres la quantité prescrite: nombre d’unités
thérapeutiques, s’il s’agit de spécialités, doses ou concentrations de substances et
nombre d’unités ou volume, s’il s’agit de préparations magistrales;
● toute autre information nécessaire à la dispensation du ou des médicament(s)
concernés.

Les médicaments contenant des stupéfiants ne doivent être remis par le pharmacien
qu’au surveillant ou à la surveillante de l’unité de soins, ou à un infirmier ou une infirmière
conjointement désigné(e) par le médecin responsable de l’unité de soins et le pharmacien ou, le
cas échéant, au prescripteur lui-même.

Relevés d’administration:

Un relevé nominatif doit être effectué au fur et à mesure de l’administration de tout médicament
contenant des stupéfiants sur un document spécial comportant:
● le nom de l’établissement;
● la désignation de l’unité de soins;
● la date et l’heure d’administration;
● les noms et prénoms du malade;
● la dénomination du médicament;
● la dose administrée;
● l’identification du prescripteur;
● l’identification de la personne ayant procédé à l’administration et sa signature.

Ces relevés nominatifs sont datés et signés par le médecin responsable de l’unité de soins et
adressés à la pharmacie qui les conserve pendant trois ans.

Renouvellement des stupéfiants pour besoins urgents:

Le renouvellement de quantités prélevées à partir de la dotation pour besoins urgents ne peut


être réalisée que sur présentation d’un état récapitulatif figurant sur un imprimé de couleur rose,
établi selon le modèle mentionné déjà.
Cet état récapitulatif est accompagné des ordonnances concernant les médicaments qui ont été
prélevés dans la dotation pour besoins urgents et des relevés nominatifs.
En outre, le pharmacien peut exiger que lui soient remis les conditionnements primaires
correspondent aux quantités consommées.
Dans les locaux, armoires et autres dispositifs de rangement fermés à clé, les stupéfiants sont
détenus séparément dans une armoire ou un compartiment spécial banalisé, réservé à cet
usage et lui-même fermé à clé. Des mesures particulières de sécurité contre toute effraction
sont prévues.