Vous êtes sur la page 1sur 260

LAURENT C.

Sommaire

Sommaire ................................................................................................. 1
Avertissement ........................................................................................... 3
Préface ..................................................................................................... 4
Glossaire .................................................................................................. 6
Introduction ............................................................................................. 7

PARTIE 11 Le parcours du combattant .................................................... 10


Janvier 2013 ................................................................................................................................................ 10

Février 2013 ................................................................................................................................................ 15

Mars 2013 ................................................................................................................................................... 22

Avril 2013 ...............................................................................................................................................•....28


Mai 2013 ..................................................................................................................................................... 31

Juin 2013..................................................................................................................................................... 35
Juillet-Aoüt 2013 ........................................................................................................................................42
Septembre 2013 .......................................................................................................................................... 47

Octobre 2013 ................................................... ............................................................................................ 55

Novembre 2013 ...........................................................................................................................................63

Décembre 2013 ...........................................................................................................................................67

Décembre 2013 ...........................................................................................................................................70

Janvier 2014................................................................................................................................................ 73

Février 2014 ............................................................................................................................................... 80

Mars 2014 .................................................................................................................................................. 86

Avril 2014 ....................................................................................................................................................95


Mai 2014 ...................................................................................................................................................100

Juin 2014 .................................................................................................................................................. 104

Juillet 2014 ................................................................................................................................................112

Aout 2014 ...................................................................................................................................................116


Septembre 2014 .........................................................................................................................................119

Octobre 2014............................................................................................................................................. 122

Novembre 2014 ......................................................................................................................................... 134

Décembre 2014 ......................................................................................................................................... 142

Bilan après 2 ans de libération ..................... ............................................................................................ 147


PAR11E 2: Pourquoui c'est po88ible......................................................... 146

La Skurité sociale : rappel des faits, et des frais• •••••••••••••••••••••••••••••••••• 150


Avant 1945 ................................................................................................................................................ 150

Un héritage de Vichy.................................................................................................................................. 151

De 1945 à nos jours ..................................... .................. ..... ...................................................... ............. .... 152

La prophétie .............................................................................................................................................. 153


La machine à perdre des milliards ........................................................................................................... 154

Le scandale des maladies professionnelles .............................................................................................. 157


Le modèle social que le monde entier nous envie .................................................................................... 159
Parlons recettes pour savoir comment cela se passe en cuisine .............................................. ................ 16<>

CoOt de l'assurance maladie pour un salarié................... ............... ................ ............... ........................... 162

CoOt de l'assurance maladie pour un non-salarié .................................................................................... 164

La Sécurité sociale des frontaliers français .............................................................................................. 166


La Sécurité sociale aux Etats-Unis ........................................................................................................... 167
La Sécurité sociale chez nos voisins européens ....................................................................................... 170

La fin du monopole de la Sécurité sociale•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••174


Nul besoin de privatiser la Sécu, c'est déjà le cas..................................................................................... 174

Des Français déjà affiliés à une assurance privée ?.................................................................................. 179

Les organismes de Sécurité sociale hors la loi ? .......................................................................................180


La fin du monopole de la Sécurité sociale ................................................................................................ 186

Les contre-mesures de la Sécurité sociale ................................................................................................ 196


Sauvez.vous vous-même ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••.•••••••••••••••••••••••••• 203
Pourquoi quitter la Sécurité sociale ? ...................................................................................................... 203

La rupture psychologique ........................................................................................................................ 204

Qui peut se libérer de la Sécurité sociale? .............................................................................................. 2o6


Combien ça coOte? ...................................................................................................................................207

Combien on gagne ? .................................................................................................................................. 210

Comment fonctionne l'assurance maladie privée ? ................................................................................. 215

Comment j'ai quitté la Sécu? ...................................................................................................................229

Et pour la retraite? ..................................... ............... ................................................................. .............. 245

Les pistes d'une refondation ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• 249


Solidarité et assurance..............................................................................................................................249

Professionnels et établissements de santé ............................................................................................... 251

Sommeirnous prêts?................................................................................................................................ 252

Conclusion •••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• 253


Quelques sites pour avancer vers la liberté ............................... . ........... 254
Remerciements..................................................................................... 255

2
Avertissement

Cet ouvrage, n'a aucune intention d'inciter les assujettis à refuser de se


conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale, notamment de
s'affilier à un organisme de sécurité sociale ou de payer les cotisations et
contributions dues.

Bien au contraire, cet ouvrage réaffirme l'obligation de s'affilier à UN


organisme de Sécurité sociale, pour l'assurance maladie et l'assurance retraite, dans
le respect des directives européennes et de leur transposition dans le droit français.

3
Préface

Laurent C. a décidé de quitter la Sécurité sociale et de raconter sur son blog le


quotidien de ses démarches. C'est très exactement ce qu'on appelle une action
citoyenne. Car si la loi permet de s'affranchir de l'institution-que-le-monde-entier­
nous-envie, elle n'est pas appliquée en France par les caisses dites« sociales», avec
la ferme autorisation des pouvoirs publics.

C'est une situation inimaginable dans un pays développé et dans un Etat de


droit. Et pourtant, elle dure en France depuis vingt-deux ans. La France a signé, par la
plume de son président de l'époque, François Mitterrand, les deux directives
européennes de 1 992 qui suppriment le monopole de la Sécurité sociale ; elle les a
transposées dans le droit national en 1 994 et en 200 1 , mais elle se refuse à les
appliquer. Si bien que notre pays viole ses engagements internationaux et ses propres
lois sans que personne en France et en Europe ne s'en émeuve.

Personne sauf ceux qui, en France, se battent depuis 1 992 pour inscrire dans les
faits cette extraordinaire réforme, au premier rang desquels le Mouvement pour la
Liberté de la Protection Sociale (MLPS) que j'ai l'honneur de présider.

A sa fondation, en 1 99 1 , le MLPS a publié un manifeste où il était notamment


écrit ceci :

« Disons-le sans détour : la Sécurité sociale est responsable des principaux

maux dont souffre la France :


- le chômage, car elle induit des charges salaria/es excessives ;
- l'immigration incontrôlée, car elle génère des comportements de paresse chez
les Français, que des travailleurs étrangers viennent suppléer ;
- la démoralisation générale, fruit empoisonné de la crise économique et
morale.
A u moment où le collectivisme s 'effondre partout dans le monde, la France doit
elle aussi se débarrasser du fardeau de l'utopie. En rendant leur argent aux
travailleurs et en les laissant libres de s'assurer où ils veulent, donc de contrôler eux­
mêmes l'emploi des sommes qu 'ils versent, on fera de la France un pays à haut
niveau de salaires, àfaible taux de chômage, et on inversera le flux de l'immigration.
»

Je n'ai pas un mot à changer aujourd'hui à ces lignes. Tout le malheur de la


France vient de ce que la Sécurité sociale s'y est développée comme un cancer qui la

4
conduit à la tombe. A vrai dire, cette maladie n'est rien d'autre que le communisme
(qu'on appelle « socialisme » en France, mais c'est la même chose).
Partout où il a régné, le communisme a produit la misère et détruit la liberté.
C'est ce à quoi nous assistons dans la France contemporaine. On y dénombre 8,6
millions de pauvres selon !'INSEE (2010), 5,5 millions de chômeurs d'après les
chiffres de Pôle Emploi (fin novembre 20 1 3) et 1 5 millions de personnes qui
n'arrivent pas à joindre les deux bouts comme le souligne la récente étude LH2 pour
CA Corn Ganvier 2014): communisme ! Chaque jour, des lois et des manœuvres
liberticides viennent s'ajouter à un arsenal impressionnant : communisme ! Et aucun
homme politique de quelque tendance que ce soit ne dénonce ce fléau, de peur de ne
pas être coopté par la classe politicienne qui dirige le pays en cercle fermé, les
élections n'étant qu'une sinistre farce, puisque le pays est gouverné de la même
manière par les majorités qui se succèdent : communisme !
Alors tranchons le mot : Laurent C. est un dissident ! Comme en URSS et dans
les démocraties populaires. Par bonheur, on ne l'a pas envoyé au goulag ni en hôpital
psychiatrique, mais cela ne saurait tarder si l 'on n'en finit pas avec le communisme
français.
Heureusement pour Laurent C. l'opinion publique se passionne pour son blog, et
les grands médias lui emboîtent le pas. C'est ce qui va sauver notre bloggeur, et la
France avec lui.
Cher Laurent, voici ce que je pense de vous : vous êtes devenu un symbole,
comme ceux qui, en Tchécoslovaquie ou plus tard en Tunisie, se sont immolés par le
feu contre la dictature. Et j e vous remercie d'avoir rejoint mon combat de vingt-deux
années pour rendre à la France sa liberté. Aux Polonais et à tous ceux qui ployaient
sous le joug communiste, le pape Jean-Paul II, dès son intronisation, lança ce
message : « N'ayez pas peur ! » Cher Laurent, vous n'avez pas eu peur, et les
Français commencent à respirer.
Claude Reichman
Président du Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale

5
Glossaire

AME: Aide médicale d'Etat

BRSS : Base de remboursement de la Sécurité Sociale (tarif forfaitafre auquel la


Sécu évalue le coût d'un soin)

CADA: Commission d'Accès aux Documents Administratifs

CAF: Caisse d'allocations familiales

CJUE: Cour de justice de l'Union européenne

CJCE : Cour de justice de la Communauté européenne (aujourd'hui CJUE)

CMU: Couverture maladie universelle

CMU-C: CMU complémentaire

CNRSI : Caisse nationale du RSI

CPAM: Caisse primaire d'assurance maladie (Sécu du régime générale des


salariés)

CSG: Contribution sociale généralisée

CSM : Conseil Supérieur de la Mutualité

CRDS : Contribution pour le remboursement de la dette sociale

IT AF: Impôt et taxes affectés

MLPS: Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale

MSA: Mutualité sociale agricole (caisse de Sécu des travailleurs salariés et non­
salariés agricoles)

QLSS : Collectif Quitter la Sécurité sociale

RSI: Régime social des indépendants (caisse de Sécu des travailleurs non-
salariés non-agricoles)

T ASS : Tribunal des affaires de Sécurité sociale

TI : Tribunal d'instance

TGI: Tribunal de grande instance

URSSAF: Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et


d'allocations familiales

6
Introduction
« Toutes les grandes vérités commencentpar être des blasphèmes. »

George Bernard Shaw

La Sécurité sociale comprend quatre branches : Maladie, Vieillesse, Famille et


Accidents du travail/Maladies professionnelles. Toutes monopolistiques et toutes en
déficit chronique. Doit-on y voir un lien de cause à effet?

Prenons le cas de !'Assurance maladie qui, dans le vocabulaire commun, a pris


le nom de « Sécu ». Dans Je monde des biens et services marchands, chacun peut
constater au quotidien les bienfaits de la libre concurrence, pour peu que l'État ne
vienne pas distordre les règles du jeu par Je jeu des rentes, des subventions et des
règlementations clientélistes.

Les uns trouveront dans la concurrence un meilleur prix, les autres un meilleur
service ou un produit de meilleure qualité, tous y trouveront au moins la liberté de
choix.

« Ah mais la santé n 'est pas un bien de consommation comme un


autre!»
L'État serait donc le seul capable de la gérer et, s'agissant au sens propre d'une
question de vie ou de mort, il n'y a pas à regarder à la dépense. D'où la justification
naturelle du monopole et des déficits.

Sous cet angle, ne devrions-nous pas considérer la nourriture comment étant une
question de vie ou de mort encore plus importante que celle de la santé?

Indispensable au même titre que l'air, si nous n'avons pas de nourriture correcte
nous mourrons certainement. Pourquoi n'y a-t-il pas un monopole de l'Etat sur une
chose aussi importante que la nourriture ? Imaginez un instant un ministère de la
Nourriture ... Imaginez ensuite Je contenu de votre assiette et ce que ça vous coûterait
!

« Ah mais la Sécu c'est l'égalité et la solidarité !»


Les bien-portants payent pour les malades, les riches pour les pauvres et tout le
monde a le droit aux meilleurs soins.

Sur ce dernier point, nous avons en effet un corps médical de premier ordre que
le monde entier nous envie et qui nous permet de bénéficier des meilleurs soins. Mais
est-ce dû à la Sécu ou plutôt à la qualité et l'engagement des hommes et des femmes
qui nous soignent ? En assimilant la qualité de la Sécu à la qualité des soins, on
tombe dans l'errew·.

7
Sur le plan de l'égalité, interrogeons-nous sur les déserts médicaux, sur les
délais d'attente pour voir un spécialiste, sur la prise en charge des soins dentaires et
optiques, etc.
Sur le plan de la solidarité, interrogeons-nous sur les différents régimes de
Sécurité sociale, les différents niveaux de cotisations selon les professions et les
différences de prestation servies en retour. Ceux qui ont les plus haut taux de
cotisation n'étant pas, de loin, ceux qui bénéficient de meilleures prestations, au
contraire.

« Ah mais la Sécu, c 'est gratuit !»


Effectivement, avec la généralisation du tiers payant, cela tourne même à
l'open-barmédical où l'on peut consulter sans limites et ressortir de la pharmacie sans
ouvrir le portefeuille, sauf pour sortir sa carte Vitale. Cette fausse gratuité est
savamment entretenue par l'État qui en cache le vrai coût. En effet, si vous ne savez
pas combien vous coûte votre Assurance maladie, comment pouvez-vous savoir si
vous en avez pour votre argent?
- Salarié, ne préféreriez-vous pas toucher 28% de plus net sur votre bulletin de
paye?
- Non salarié, ne préféreriez-vous pas conserver 14,S à 1 8,8% de vos revenus
professionnels?
- Avec cette somme, vous aurez le choix de vous assurer pour la maladie
auprès de l'organisme qui vous plaît le mieux, pour le niveau de couverture
que vous aurez choisi et pour un montant de cotisation très inférieur.
- Avec ce pouvoir d'achat augmenté, vous relancerez même la croissance
économique de notre pays !

« Ah mais privatiser la Sécu, c 'est tomber dans le système


américain »
Il ne s'agit pas de privatiser la Sécu car elle est déjà constitué par 400
organismes de droit privé, régie par le Code de la mutualité, mais juste de la mettre
en concurrence conformément au droit européen ratifié par la France en 1 992.
Impossible ? Les Pays-Bas, que l'on ne peut pas taxer d'ultra-libéralisme, l'ont
fait avec succès.
Impossible ? Des dizaines de milliers de Français ont décidé de quitter ou plutôt
de se libérer de la Sécu, en souscrivant à une assurance maladie privée européenne
qui les couvre mieux pour moins cher.
Je fais partie de ces anonymes qui ont transgressé le plus grand tabou de l'Etat­
Providence.
J'en apporte le témoignage ici.

8
Laurent C.

Je quitte la Sécu

Partie 1 : Le parcours du combattant


Le parcours du combattant

" Vous avez des ennemis ? Bon. Cela signifie que vous vous êtes battu
pour quelque chose dans votre vie. "
Winston Churchill

Janvier 2 0 13

O Le déclic
A cette date, j'ai 4 5 ans, marié, 5 enfants de 1 2 à 1 8 ans . Après avoir été associé à
la création d' une société de services informatiques, montée à une centaine de
collaborateurs en l 0 ans, de 1 995 à 2004, je suis reparti à zéro en 2005 en tant que
consultant indépendant, puis je me suis associé de nouveau en 2006 pour fonder un
cabinet de conseil actuellement fort d'une vingtaine de collaborateurs.
Je suis en statut de consultant en exercice l ibéral. Ce point est important car
contrairement au régime salarié très protecteur sur le plan de l 'assurance maladie et
de la prévoyance, les 2,5 millions de travailleurs non-salariés (source INSEE déc.
201 2), soit près de 1 0% des travailleurs en France, cotisent environ à hauteur de 1 5%
de leurs revenus pour l'assurance maladie contre 8,75% du salaire brut pour les
salariés (0,75% de charge salariale+ 8% de CSG/CRDS).

En cotisant proportionnellement presque deux fois plus, je serais en droit espérer,


surtout dans le système qualifié d'universel et solidaire de la Sécurité sociale, d'être
deux fois mieux couvert ... Et pourtant, bien au contraire :

• je ne suis pas mieux remboursé par la Sécurité sociale ;


- je dois payer une mutuelle complémentaire en totalité car non-prise en
charge à 50% par un employeur ;

• je n'ai strictementaucune indemnité journalière en cas d'arrêt maladie, alors


que je dois continuer à payer mes cotisations pendant ce temps, et je dois là
encore me payer une prévoyance personnelle pour me garantir un revenu
minimum pour ma famille, prévoyance fonction de mon âge et de mon état
de santé contrairement là encore au régime salarié et qui n' agit qu'après un
délai de carence de 90 jours ;
- et bien que je ne sois pas concerné, les congés maternité sont une
escroquerie avec environ 1 000€ forfaitaire mensuel, pour une cotisation qui,
elle, est proportionnelle au revenu . . .

10
Nous verrons dans la deuxième partie q u 'en réa lité, les charges
dites patronales viennent compléter les cotisations du salarié pour
son assurance maladie, mais néanmoi ns, ces d ifférences de
cotisations d'un côté et prestations de l'autre, entre trava i l leurs
salariés et non-salariés sont a berrantes dans un pays où le mot
« égal ité » est inscrit au frontispice des monuments nationaux.

Bref, le compte n'y est pas ! Soit la Sécurité sociale est un monopole et dans ce cas
elle s'applique à tous de la même manière, en termes de modalité de calcul, de
cotisation, et de couverture de risques, soit on m'aurait menti depuis toute ma vie . . .
P ar principe moral, j'ai toujours quitté tous les monopoles (télécom, électricité,
gaz) dès que cela a été possible, et pour l'assurance maladie, les augmentations de
taux sur les charges sociales votées en 20 1 2 et applicables au Ier janvier 20 1 3 ont fini
de me convaincre de quitter la Sécurité sociale.

D La recherche d'information
En cherchant à « quitter la Sécu » sur Internet, je tombe rapidement sur plusieurs
sites qui nous apprennent que grâce à l'Union européenne, la Sécurité sociale n'a plus
le monopole en France et que je suis donc libre de souscrire à une assurance maladie
privée. Le MLPS (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale) donne la
procédure à suivre pour sortir de la Sécurité sociale et assiste les candidats dans ce
processus.
J'apprends également qu'il est possible de quitter le système de retraite par
répartition, soi-disant lui aussi obligatoire. Il est vrai qu'avec un actif pour payer la
retraite d'un retraité dans quelques années, Je système n'ira pas loin : les pensions
seront forcément diminuées, les cotisations augmentées et l'âge de la retraite
repoussé. Mais cela est encore un autre combat. Restons sur le terrain de l'assurance
maladie pour commencer.
Par curiosité, je remplis une demande de devis en ligne chez Amariz, assureur
anglais spécialisé dans l'assurance maladie pour la France, dont le site explique
clairement de quoi il retourne. Quelques heures plus tard, je reçois les conditions
générales par email et une confirmation du tarif, ainsi que les options possibles.
Parmi les questions que je me pose :
1) Est-ce intéressant financièrement?

En sortant de la Sécu, je ne paye plus la cotisation maladie ni, et c'est toute la


beauté de la chose, la CSG/CRDS assise sur les revenus du travail. Dans mon cas, ces
cotisations totalisent environ 1 600€ par mois pour le RSI (assurance maladie) et
!'URSSAF (CSG/CRDS), auquel j'ajoute 300€ de mutuelle.

11
De l'autre côté, je dois m'assurer auprès d'une assurance maladie privée pour un
montant de 350€. Cette assurance faisant aussi office de mutuelle comme nous le
verrons plus Join, je peux donc résilier ma mutuelle existante.
Bref, au total, en quittant la Sécurité sociale, je passe de 1900€ à 350€ par mois
soit 18.600€ annuel d'économie. Mieux, la cotisation d'assurance maladie privée
étant forfaitaire et indépendante des revenus, je profiterai en totalité de toute
augmentation future de mes revenus. Le « travaillez plus pour gagner plus » devient
une réalité : si je gagne l 000€ de plus, ça sera 1 000€ net de plus, avant impôt.
La messe est dite !
Bien entendu, ces 18 600€ d'économies de cotisations se réduisent par une hausse
de 18.600€ du revenu imposable, et donc ... plus d'impôt sur Je revenus. Pas de
magie ... mais l'opération reste positive.
Par ailleurs, ma prévoyance possède une clause d'exclusion de prise en charge
pour les personnes hors Sécu. Je devrais donc souscrire à une nouvelle prévoyance
compatible avec mon statut de libéré. Comme cette nouvelle assurance ira au-delà de
ce que prenait en charge le RSI concernant les indemnités journalières, cette
prévoyance ne sera donc plus déductible contrairement à l'ancienne qui permettait
cette déduction au titre du « Madelin ». Là encore, cela rehaussera un peu mon
revenu imposable.
En quittant la Sécu, je deviendrai donc encore plus solidaire par mon impôt
qu'avant !

2) Est-ce risqué?

Sur le plan de l'assurance maladie, le contrat de l'assurance privée est très détaillé
et permet de vérifier que les niveaux de remboursement sont largement supérieurs à
celui de la seule Sécurité sociale. Mieux, je bénéficie même d'une prise en charge
complète en cas d'hospitalisation (100%, contre 80% à la Sécu), je ne paye plus le
forfait journalier de 18€, j'ai même une chambre particulière et surtout des
indemnités journalières là où je n'avais rien du tout avec le RSI. Bref, cette assurance
maladie privée est équivalente à la Sécu, plus la mutuelle.
Sur le papier, c'est séduisant mais si jamais cette assurance maladie privée ne tient
pas ses promesses, j'aurai toujours le recours de cotiser à nouveau au RSI et de
retourner, la queue basse, dans le giron de la Sécurité sociale. En effet, la Sécurité
sociale prend bien en charge ceux qui ne cotisent pas (via la CMU) et même ceux qui
ne sont pas citoyens français et qui n'ont jamais payé un centime d'impôt ou de
cotisation en France (via 1' AME - Aide médicale d'Etat). Si je paye ma cotisation, de
quel droit pourraient-ils refuser de me reprendre? D'autant plus qu'ils clament bien
haut qu'il s'agit d'une assurance obligatoire !
Le vrai risque semble donc juridique et sur ce point, je dois faire confiance dans le
soutien que pourra m'apporter le MLPS pour défendre mon droit à la libre assurance
maladie.

12
3) Et pour ma famille?

Mon épouse est auxiliaire de vie scolaire, c'est à dire qu'elle assiste des enfants
handicapés en classe pour qu'ils puissent suivre une scolarité normale :
- c'est payé 794€ net pour 20h par semaine grâce à la majoration pour 5
enfants (ne me demandez pas pourquoi !'Education nationale, comme les
autres administrations publiques, rémunèrent en fonction du nombre
d'enfants. Dans le privé, ce n'est pas comme cela . . . ) ;
- c'est un CDD d'un an, renouvelable six fois . . . On ne sait chaque année
qu'au moment de la rentrée si le contrat sera renouvelé ou non.
Sur ces deux points, vous noterez que l 'Etat se permet des entorses au Code du
travail applicables aux entreprises privées pour qui les contrats à temps partiel sont a
minima de 24h par semaine pour tous les contrats signés depuis juillet 2014 et
renouvelable une seule fois ! Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais . . .
Etant salariée de !'Education nationale, elle est affilié d'office à l a MGEN
(Mutuelle générale de l'Education nationale), qui est donc une Sécu, en plus d'être
une mutuelle comme son nom ne laisse aucun doute. Là encore pourquoi n'est-elle
pas affiliée à la Sécurité sociale comme tout le monde? Bref, tenter de leur expliquer
qu'elle souhaite aussi quitter la Sécu relève de la mission impossible. Il n'y a donc
aucun intérêt à cotiser deux fois pour une assurance maladie, une fois à la MGEN
(dont elle ne peut sortir) et une fois pour une nouvelle assurance privée comme moi.
En tout cas pour un salaire de 794€ net par mois, on ne peut pas se permettre de payer
deux fois, ni pour elle, ni pour les enfants qui sont sous son nom, même si avec ma
nouvelle assurance privée, c'est gratuit au-delà du 3eme enfant.
Mon épouse et les enfants resteront donc à la Sécu, faute de pouvoir en sortir et
arr êter de payer les cotisations associées.

0 La décision
Au-delà de ces informations formelles disponibles sur Internet, je ne trouve aucun
témoignage concret de libérés de la Sécu afin de me rassurer, d'échanger avec eux et
me faire une idée de ce qui m'attend. Toutefois, après une analyse des arguments
juridiques (examen qui sera détaillé plus loin), je décide néanmoins, en âme et
conscience, de me lancer en suivant pas à pas les conseils du MLPS et de témoigner
régulièrement de ce qui m'arrive, en bien ou en mal, dans un blog que je créé à cet
effet sur http ://jeguittelasecu.blogsoot/com . Non pour inciter à faire comme moi, ce
qui, au vu du parcours du combattant, serait plutôt largement dissuasif, mais pour
donner simplement des informations du terrain, jour après jour, telles que j'aurais
aimé les trouver avant de me décider.
A toutes fins utiles, j'en informe la rédaction du site d' information indépendant
Contrepoints (www.contrepoints.org) qui reprendra immédiatement mes publications
dans la série d'épisode à succès« Je quitte la sécu ».

13
D Le la ncement
Je donne à l 'assureur privé anglais mon accord par retour de mail et reçois une
copie de ma demande d'adhésion à imprimer et à renvoyer signée par la poste en
Angleterre. Nous sommes le 24 janvier 2013, je fixe la date de prise d'effet de
l'assurance au Ier mars afin d'avoir le temps de gérer proprement la coupure avec le
RSI et ! ' URSSAF.
Je reçois un mail de confirmation de mon adhésion à ma nouvelle assurance
maladie privée m'annonçant que mon certificat d'adhésion va suivre par courrier. Ce
certificat est le sésame à produire auprès de mes organismes sociaux, RSI et
URSSAF, pour justifier de ne plus avoir à payer respectivement la cotisation maladie
pour l'un, et la CSG/CRDS pour l'autre.
En attendant de recevoir par courrier mon certificat d'adhésion à ma nouvelle
assurance maladie, je prépare Je terrain pour la coupure financière avec mes
organismes sociaux, à savoir l'annulation des prélèvements obligatoires qu'ils
possèdent sur mon compte bancaire professionnel. Cela évitera qu'ils continuent à me
prélever alors que je ne serai plus assujetti ; mais les connaissant, ça ne va pas se faire
sans mal et quelques courriers de relance le temps qu'ils comprennent que je me
justifie de mon bon droit.
Pour l 'assurance maladie, je suis affilié à la RAM (le nom est révélateur de leur
efficacité, ils ont dû enlever le« e »par décence), un organisme de la galaxie du RSI.
Leur slogan, sur leur site web «Choisir la Ram c 'est choisir la sérénité !» est assez
croquignolet pour un organisme qui a le monopole pour l'assurance maladie des
indépendants ! Où est le choix, je vous le demande . . .
Je fais m a demande par envoi de message car il n'y a pas de choix (non plus) prévu
pour les demandes d'arrêt de prélèvements. Je vous rassure, il y en a une pour les
mises en place de prélèvements, ils ne sont pas fous. D'ailleurs le taux d'assurés
payant par prélèvement est un des indicateurs de performance permettant aux agents
du RSJ de toucher une prime d'intéressement aux résultats de l 'entreprise. Eh oui
c'est grandiose, les agents de la Sécu ont des primes d'intéressement aux résultats
malgré des déficits abyssaux.
Pour l 'URSSAF, je paierai chaque mois par chèque ma dîme en ôtant la part de
CSG/CRDS prévue. Chez eux, la demande d'arrêt de prélèvement automatique se fait
en ligne. C'est déj à ça mais attendons leur retour . . .

14
Février 2013

D 2 février : ma nouvelle carte de « Sécu »

Au courrier ce matin, une grosse enveJoppe : ma nouvelJe assurance-maJadie avec


ma nouvelle carte de Tiers Payant. Je n'ai pas hâte de m'en servir et voir la tête du
pharmacien ou du laboratoire ...

Je soupçonne que Je tiers payant ne sera pas aussi simple que ça néanmoins.

Le courrier d'accompagnement contient différents documents dont les formulaires


de décJaration de sinistres qui servent à envoyer les justificatifs pour obtenir
remboursement quand il n'y a pas eu Je tiers payant.

Et surtout, le plus important: la fameuse certification d'adhésion qui est le sésame


à produire aux monopoles illégaux de l'assurance-maladie :française pour justifier de
pouvoir les quitter. J'ai encore 30 jours pour résilier ce contrat. D'un côté, c'est
rassurant, mais de l'autre ça laisse la place au doute, encore.

D 4 février · c'est le moment... c'est l'instant ... serrons les


dents !

Voici les 2 courriers que j'adresse en LRAR aux monopoles illégaux ce matin.

• Pour Je RSI :

Monsieur le Directeur,

Usant des dispositions des lois n°94-5 du 4 janvier 1994, n°94-678 du 8 août 1994
et 2001-624 du 17juillet 2001 transposant les directives européennes 92149/CEE qui

15
sont applicables en France depuis le 1er juillet 1994, j 'ai décidé de contracter une
assurance maladie dans un pays de f 'Union européenne autre que la France.
Vous trouverez ci-joint une attestation de cette société établissant que je suis
assuré auprès d 'elle pour fa maladie.
Vous voudrez bien, par conséquent, noter que cette assurance maladie prenant
effet à dater du 0110312013, je ne relèverai plus, à compter de cette même date, du
régime de f 'assurance maladie des professions libérales.
Veuillez agréer, Monsieur le Directeur ...

• Pour l'URSSAF:

Monsieur le Directeur,

Usant des dispositions des lois n° 94-5 du 4 janvier 1 994, n° 94-678 du 8 août
1 994 et 2001-624 du 1 7 juillet 2001 transposant les directives européennes
92/49/CEE qui sont applicables en France depuis le Ier juillet 1 994, j 'ai décidé de
contracter une assurance maladie dans un pays de l 'Union européenne autre que la
France, à dater du 0 1 103/201 3 .
Vous trouverez ci-joint une attestation de cette société établissant que j e suis assuré
auprès d'elle pour la maladie.
J'ai donc l'honneur de vous demander de ne plus m'adresser d'appels de
cotisations de CSG et de CRDS, puisque j 'en suis exonéré en vertu des dispositions
de J'ordonnance du 2 mai 200 1 .
Veuillez agréer, Monsieur l e Directeur, . . ..

Avec en copie mon sésame : le certificat d'adhésion à ma nouvelle assurance


maladie.

D 5 février : d i g ression fin a ncière


Il y a toujours une dernière goutte d'eau qui fait déborder le vase. Dans mon cas,
ce furent les récentes et brutales augmentations de cotisation décidées fin 2012 et
applicables au Ier janvier avec, ô suprême délicatesse, deux semaines de délai
supplémentaire sur la date du prélèvement mensuel.
Cette dernière goutte d'eau n'est pas responsable de ma décision, c'est bien
l'ensemble qui m 'est devenu insoutenable. Un ensemble qui va bien plus loin que le
simple bénéfice financier. Sur ce point, j 'escompte sur un gain de presque l 9K€ par
an de revenu net supplémentaire. Revenu soumis à l ' impôt sur le revenu. Donc 1 7k€
environ après impôts si je ne change pas de tranche. . . Soit au mieux l 400€ par

16
mois. Ça ne paiera pas le stress à défaut de payer mon avocat, mais j ' ai l 'orgueil de
penser que je ferai meilleur emploi de cet argent pour ma famille que sa dilution dans
le trou de la Sécu. Et puis, il faut bien se lever un jour en se disant que ça suffit !
Quand j'ai quitté l'ancien monopole EDF/GDF, ce n'était pas pour économiser 5%
sur mes factures. Au contraire, en abandonnant le tarif règlementé j ' ai pris le risque
de payer plus que ceux qui restent dans le giron de l ' État. Non, c'est bien sur le fond,
pour l'exercice et le respect de ma liberté, que j 'engage cette action.

0 6 février : Cou rrier p réventif a u M LPS

J'écris au MLPS pour les informer de ma démarche.


En effet, à partir de maintenant, la marche à suivre est de récuser la totalité des
courriers et injonctions que les monopoles illégaux m'adresseront, d'en envoyer
copie au MLPS qui me renverra le courrier de réponse-type à retourner.
J'ai également appris qu'en droit social, la représentation par avocat n'était pas
obligatoire. Le MLPS fournit dans ce cas les documents à retourner au tribunal pour
justifier de son bon droit. Je me laisse toutefois à penser que dans les cas les plus
difficiles, on ne coupe pas à un avocat.

0 7 février : réponse a u x trolls com m u n s

L'épisode 1 de mon article « Je quitte la sécu » sur l e site d 'information


Contrepoints a provoqué l'émoi dans Je fil des commentaires et jusque dans la
rubrique « La vigie » de Rue89 : d'un côté, cela fait chaud au cœur de recevoir les
encouragements des lecteurs, de l 'autre je suis sidéré par la haine de certains
individus, que nous qualifions de « trolls » dans le vocabulaire des espaces de
discussions sur Internet, qui vont jusqu'à me souhaiter d'avoir un cancer pour me
faire regretter d'avoir quitté la Sécu !
Je relève les quelques arguments adverses :
• Argument l : « Vous serez bien content de revenir à la Sécu quand vous

aurez fait faillite ou si vous êtes gravement malade », « Vous êtes bien
content que la Sécu prenne en charge vos grands-parents ».
Il ne faut pas confondre assurance et solidarité. L'assurance doit être payée par les
cotisations individuelles. La solidarité doit être payée par l 'impôt.
Ce ne sont pas mes cotisations d'assurance qui doivent payer la solidarité. Mon
départ de la Sécu ne doit donc pas avoir d'incidence vis-à-vis des démunis et
accidentés de la vie.

17
S'il y a incidence, c'est que l'État encourage cet amalgame entre cotisations et
impôts pour s'arroger le monopole de notre bien-être.
Comme je paye mes impôts (qui augmenteront en quittant la Sécu), je compte donc
bien pouvoir bénéficier de cette solidarité qui m'est imposée. À défaut, cela serait du
vol.
Quand à ma grand-mère, ma sœur et moi versons chaque mois chacun 500€ pour
qu'elle puisse être hébergée et soignée dignement, en plus de la totalité de ses
revenus et allocations qui lui sont versées. De quoi devrais-je être content de la prise
en charge de la Sécu pour laquelle elle a cotisé toute sa vie?

• Argument 2 : « Vous n 'avez qu 'à partir si vous n 'êtes pas content ! »


Je réponds en reprenant mot pour mot Pierre Lemieux dans sa Déclaration de
souveraineté individuelle.
« Je rejette le principe mqfieux qui voudrait m 'imposer de partir si je ne suis pas

satisfait. Ce sont plutôt les oppresseurs de / 'individu souverain qui violent le droit et
qui sont dans l 'obligation morale de se désister et de cesser de nuire.»
Et plus généralement, je déclare être un individu souverain à qui personne n'a le
droit moral d'imposer quoi que ce soit sans son consentement, à part l'obligation
générale de respecter la souveraineté égale des autres individus. Je déclare donc que,
à l'instar de M. Henry David Thoreau, « je ne veux être considéré membre d'aucune
société à laquelle je n 'ai pas adhéré » (La Désobéissance civile, 1 849). Cette
déclaration s'adresse à tout individu, maître-esclavagiste, groupe, mafia ou État qui
prétendrait m'imposer des charges auxquelles je n'ai pas consenti, soit dans mon
intérêt, soit comme contribution libre et volontaire au bien commun.

O 1 6 février 20 1 3 : lost in translation


Étrange moment de calme cette semaine. Un peu comme dans le film Lost in
translation. D'un côté, j'attends les réponses des monopoles illégaux du RSI et de
!'URSSAF. De l'autre, je crains leurs réponses. Mes deux courriers de sécession sont
partis et j'ai reçu les accusés de réception. Ils sont donc dans le circuit, bien que je
doute qu'il existe un circuit établi dans ces organismes pour digérer ce type de
demande anormale.
J'ai reçu un courrier du MLPS qui accuse réception de mon engagement dans le
processus de sortie de la Sécu et qui m'invite à lui transmettre tous les prochains
courriers qui me seront adressés afin qu'ils puissent me fournir en retour les réponses
précises à renvoyer.
Je consacre donc cette semaine à la mise en sécurité financière de mes actifs et à
l'étude de quelques aspects règlementaires sur le monopole illégal de la Sécurité
sociale (qui seront développés plus loin dans un chapitre dédié).

lB
• Sur le plan de la sécurité financière
Outre les menaces, l ' arme préférée des monopoles illégaux est la saisie-arrêt sur
les actifs bancaires. Cette saisie-arrêt a pour effet de geler vos comptes bancaires
pendant quinze jours afin d'en déterminer le solde, avant de pouvoir y prélever tout
ou partie du montant réclamé. Un courrier formel de contestation permettra de
stopper cette procédure mais le mal sera fait, et le compte ne sera débloqué qu'au
bout de ces quinze jours. Période pendant laquelle vos prélèvements automatiques,
chèques et autres retraits seront rejetés.

Je possède un compte bancaire dédié à mes activités professionnelles. Il sera donc


bloqué ainsi que les autres comptes personnels dont je peux être titulaire dans cette
banque ou d'autres banques. Cela peut s'anticiper et se gérer pendant deux semaines.
En revanche, la mauvaise surprise est que les comptes joints sont également
concernés par cette saisie-arrêt, une sombre mécanique calculatoire permettant à la
force publique d'établir combien appartient à qui sur ledit compte-joint.

Une solution radicale est de loger le compte-joint dans une banque européenne.
Les procédures de saisie-arrêt étant plus complexes car une banque étrangère n'a pas
le doigt sur la couture du pantalon comme l 'ont les banques françaises vis-à-vis de
l ' État. À moyen terme, ce scénario est intéressant et je vais le creuser.

L'autre solution, plus simple, et surtout plus rapide pour le court terme, est de
désolidariser le compte-joint pour le laisser au seul nom de mon épouse avec une
procuration pour continuer à pouvoir le gérer et émettre des chèques. Cela est donc
fait.

Concernant les autres types d'actifs, bonnes nouvelles :

- Les contrats d'assurance-vie ne sont pas concernés par la saisie-arrêt ;


- La maison familiale peut être protégée par un certificat d'insaisissabilité
établi devant notaire (tiens, encore un monopole !). En effet, contrairement
aux sociétés qui ne s'engagent qu'à hauteur de leur capital, le brave artisan,
indépendant ou libéral s'engage à titre personnel jusqu'à son dernier bouton
de culotte.

• Sur le plan du monopole de la Sécurité sociale


Le RSI et !'URSSAF sont des organismes privés. Leurs agents sont des salariés et
non des fonctionnaires. Si ces organismes sont de droit privé, pourquoi l ' État
protège-t-il leur monopole ? On ne parle pas de privatiser les hôpitaux, ni de
médecine à plusieurs vitesses, mais bien de laisser plusieurs organismes privés gérer
les cotisations de leurs adhérents au titre de cette assurance maladie obligatoire et de
payer avec ces cotisations les différents acteurs d'un parcours de santé.

D'ailleurs, savez-vous qu'il existe déjà en France des assureurs maladie privée
couvrant au premier euro comme la Sécu ?

Par collusion ou simplement peur des représailles, ils ne proposent leurs services
qu'aux ressortissants étrangers en France et pas aux Français. Dommage que ma
cotisatîon parte chez un assureur en Angleterre au lieu de contribuer à la croissance

19
de la France ! Ces assurances privées ne concernent pas les étrangers indigents et/ou
illégaux qui, eux, sont couverts à 1 00% par !'AME (Aide médicale d'Etat), mais des
personnes étrangères de passage dans notre pays.

0 18 février : premier cou rrier de réponse d e !'U RSSAF


Ce n'est pas sans émotion que j 'ouvre ce premier courrier. Bon, déjà ce n'est pas
un recommandé, ni un pli remis par huissier. Ça ne devrait pas être méchant : « Nous
faisons suite à votre courriel nous ieformant de votre changement de coordonnées
bancaires. Nous vous prions de trouver ci-joint une autorisation de prélèvement à
nous retourner complétée et signée. Nous restons à votre disposition.
Respectueusement. »
À la lecture, il s'agit d'une réponse à ma demande d'arrêt du prélèvement
automatique du 24 j anvier. Ils ont interprété cela comme un changement de
coordonnées bancaires et y joignent une nouvelle autorisation de prélèvement à leur
retourner . . . S'ils ne comprennent déjà pas ça, le reste s'annonce épique. Bien
évidemment le prélèvement de février a été effectué, contrairement à ma demande de
son interruption définitive . . .
Plan d'actions :
- je retourne donc sur leur site Web pour refaire une nouvelle demande d'arrêt
de prélèvement pour l 'échéance de mars ;
- je leur réponds par courrier pour relever leur erreur et rappeler ma demande
initiale ;
- et surtout, je résilie auprès de ma banque leur autorisation de prélèvement.

0 2 0 février : écha nges avec la RAM/RSI


Quelques échanges de messages sur mon compte en ligne sur le site de la RAM
que je cite volontairement avec les fautes de frappe d'origine pour faire plus
authentique. Contrairement à !'URSSAF, ils répondent au moins sous 48h à chaque
demande. C'est déjà ça.
• Message 1 :
Monsieur,
Nous prenons note que vous souhaitez régler vos cotisations d'assurance maladie
par chèque. Sachez que le règlement par chèque n 'est possible que par trimestre.
Ainsi, nous transmettons votre demande de changement de modalité de paiement
(passage du prélèvement mensuel au règlement trimestriel par chèque) à la caisse
RSI pour suite à donner. Dès régularisation, vous recevrez un avis d'appel
rectificatif. Dans { 'attente, nous vous corifirmons la suspension des prélèvements et
vous invitons à nous faire parvenir un règlement de 974 €. Ce montant correspond à

20
un trimestre de votre cotisation provisionnelle 2013 (6 491 / 4 = 1 623€) auquel nous
retirons le premier prélèvement effectué enjanvier (649 €).
Cordialement,
Votre Chargé Relation Client.
Toujours plus efficace que )'URSSAF, car en février ils n'ont effectivement pas
procédé au prélèvement. Je paye donc par chèque la somme demandée, sans chercher
à les embrouiller plus en ne leur payant que le mois de février et non le trimestre
entier comme je quitte la RAM fin février. Ils ont encore la régularisation 2012 à
faire, ça passera au crédit. Par précaution, là encore, je procède à la mise en
opposition de leur autorisation de prélèvement.
• Message 2 :
Monsieur,
Afin de procéder à la régularisation de votre dossier, nous vous invitons à nous
faire parvenir dans les meilleurs délais à l 'adresse suivante : RAM PL PARIS 14
Allée Charles Pathé 18934 BOURGES CEDEX 9 le certificat de radiation de
! ' URSSAF. Vous devrez également nous fournir dans les trois mois suivant votre
cessation d'activité les revenus 2012 et de l 'année en cours, pour effectuer la
régularisation du provisionnel.
Cordialement.
Ah, là ça devient intéressant. Ils semblent avoir interprété ma sortie de la RAM
comme une cessation d'activité. Il va être impossible de leur fournir le certificat de
radiation URSSAF car je reste affilié pour payer mes cotisations (allocations
familiales uniquement, et plus la CSG/CRDS). Il faudra qu'ils régularisent autrement
mon dossier. Je crains de savoir comment. . .

D 2 3 février : visite c hez l e pharm a cien


Pour le fun, je présente ma nouvelle carte d'assurance maladie privée à mon
pharmacien afin de me faire enregistrer pour le tiers payant, comme semble Je
permettre la carte. Dialogue :
- « C 'est votre nouvelle carte de mutuelle ?
- Non, c 'est une carte d'assurance maladie, auprès d'un organisme anglais.
- Donc c 'est comme une carte vitale ?
- Oui, mais sans la puce et la couleur verte.
- Maisje ne vois pas le numéro de Sécu ...
- Normal, je ny suis justement plus à la Sécu .... C 'est comme si j 'étais un
étranger qui aurait sa propre assurance.
- Mais pour le tiers payant il mefaut un numéro de Sécu.

21
- ... (sans commentaires)
- Bon, je vais faire une photocopie de votre carte et appeler au numéro 0800 qui
est indiqué dessus pour leur demander comment ça se passe. »

Je le remercie vivement. Je pense que ça l ' intéresse de voir comment c'est


possible. Et moi donc !

En poursuivant la discussion sur la mise en concurrence de la Sécu, il me montre le


dernier numéro du Moniteur des pharmacies, revue de leur profession qui, outre un
article sur les 5,3 milliards de déficit de la Sécu, contient un dossier sur les stratégies
nationales de santé en comparant divers pays. Article dans lequel on apprend que
l 'Angleterre, pour contenir son déficit de santé, envisage de plafonner les dépenses de
fin de vie. Les Anglais ont donc eu l ' audace d' estimer le coût d'une fin de vie ! Et
elle se monte selon eux à 50 000€. Au-delà, la mutuelle ou ses propres deniers
devront faire le complément. Et ce raisonnement va s'appliquer aussi à d'autres
parcours de soins. Cynique les Anglais ? Non. Réalistes. Malheureusement réalistes.

En France, vous pouvez déjà constater les limites, régulièrement abaissées, de la


prise en charge de la Sécu, voire l es déremboursements totaux. Comme à notre
habitude, nous gardons la tête dans le sable et n ' imaginons pas que de telles
réflexions sur un sujet aussi sensible que la fin de vie, ou d'autres traitements lourds,
puissent être seulement évoqués. Le réveil va être pénible !

La fin de l 'État-providence se fera dans les pleurs et les grincements de dents car
« les Français sont devenus des loups les uns pour les autres à partir du moment où
l 'État leur a promis la richesse gratuite » comme le dit Aurélien dans son billet
d'humeur sur Contrepoints le 1 4/02/201 3.

Mars 2013

O 1 e r m a rs : premier j o u r hors d e l a sécu !


Ce n'est pas sans émotion que je vis mon premier jour hors Sécu. Bien entendu,
rien n'a réellement changé entre hier et aujourd'hui, mais c'est un peu comme quand
on passe la majorité : on va touj ours à l ' école, on rentre le soir chez ses parents, mais
il flotte néanmoins un parfum de liberté ponctué d'une once d'angoisse à se dire
qu'on est maintenant officiellement responsable de soi-même. Une belle journée donc
!

Seule ombre au tableau : l'obligation de faire adhérer mon aîné à une Sécu
étudiante. En effet, en tant que travail leur non-salarié soumis à la RAM/RSI, i l
pouvait rester accroché à moi. C e n'est plus le cas avec mon assurance privée.

Là, point de monopole, non, c'est un duopole que se partagent la SMEREP et la


LMDE. La LMDE, c'est comme la banque qui a changé de nom après avoir été

22
renflouée par nos sous (celle avec un petit lion bien mignon . . .) : il s'agit en fait de la
MNEF qui a fait scandale. Entre la peste et le choléra, je choisis donc la SMEREP.
Précision : ces organismes, qui se font appeler injustement « mutuelle », ne sont
que des organismes de Sécu pour les étudiants qui remboursent à l 'identique de la
Sécurité sociale nationale. L'abus de langage de leur dénomination leur permet de
vendre des complémentaires-santé qui là relèvent bien de la « mutuelle » telle qu'on
l'entend. D'ailleurs, c'est pareil pour d'autres organismes de Sécu sectorisés comme
la MOEN : vous êtes obligé d'y être affil ié si vous êtes dans ! 'Éducation nationale,
mais vous pouvez souscrire une mutuelle ailleurs, ce que ne vous disent pas ces
coquins.

D Week-end d u 9 m a rs 2 0 1 3 : Clôture d es comptes 2 0 1 2


Au moment de préparer la clôture annuelle de mes comptes, j e m'interroge au vu
de certaines mentions apparaissant dans les diverses notices déclaratives.
• Exemple l : La déduction « Madelin »
Pour pouvoir bénéficier des avantages fiscaux de la loi du 1 1/02/1994 dite loi
Madelin, il est nécessaire d'être à jour du paiement des cotisations dues au titre des
régimes obligatoires d'assurance maladie et vieillesse. Il convient donc de présenter
une attestation des dits régimes obligatoires établissant être à jour, ou une attestation
sur l'honneur du paiement de ces cotisations obligatoires.
Pour l'année 201 2, je suis bon avec mon attestation RAMJRSI mais, l'année
prochaine, je me demande comment ils vont prendre l 'attestation de mon assureur
anglais que je fournirai . . .

• Exemple 2 : Les « AGA »


Autre subtilité pour ceux qui font viser leur comptabilité par une AGA
(Association de gestion agréée) : Vont-ils accepter de valider mes comptes et la
déclaration de revenus des bénéfices non-commerciaux (la fameuse 2035) qui fera
apparaître un gros zéro dans la case CSG/CRDS que je ne paye désormais plus, du
moins uniquement sur la CSG/CRDS adossée aux cotisations à la RAM . . . La CSG
sur les autres revenus (exemple dividendes, plus-value mobilière . . .) est bien
évidemment due . . .

D 1 0 mars : premier versement pa rtiel à l'U RSSAF et a rrêt


des versements à la RAM/RSI
Je règle uniquement la part allocations familiales (539€), soit environ le tiers de ce
que je versais auparavant mensuellement (1 640€) !

23
Comme je n'ai toujours pas de nouvelles de ma demande d'arrêt de prélèvement
mensuel depuis le 2 1 j anvier et malgré 2 relances, j ' ai résilié unilatéralement leur
autorisation de prélèvement et je me suis fendu d'un petit courrier expliquant
pourquoi ils ne trouveront sur le chèque que la part relative aux allocations familiales.
Premier mois également où je ne verse rien à la RAM (649€). Rien non plus à mon
assureur privé car, royalement pour des Anglais, ils offrent le premier mois. À partir
d'avril, je leur devrai 3 5 1€ chaque mois.

0 14 mars : croustillant retour d 'expérience d 'un avocat


face a u RSI
Avec son aimable autorisation, je vous livre les propos édifiants d'un avocat qui
intervient régulièrement face au RSI :
« J'interviens en général pour des litiges inhérents à l 'autisme du RSI : la non­
prise en compte (malgré leur iriformation préalable et répétée) de radiations au RCS
qui doivent permettre de ne plus être affilié au RS/, logique ... mais ça n 'empêche que
bon nombre d'indépendants se retrouve devant le TASS pour cette raison.
Fort heureusement, les avocats mandatés par le RSI sont mauvais et s 'en foutent
complètement de leurs dossiers, comme j 'ai pu le vérifier.
De même que les magistrats au TASS sont des magistrats qui, d'habitude, sont
dans leurs TG/ bien tranquilles et pas vraiment ravis d'être « réquisitionnés » pour
accomplir les basses œuvres du RS/. C 'est donc assez expéditif et drôle de voir
l 'avocat du RSI se manger des « c 'est irrecevable » à chaque dossier.
[ ]
.. .

Les oppositions à contraintes sont appelées par dizaines. Les magistrats savent
bien que dans l 'immense majorité des cas, c 'est par négligence et défaillance dans la
gestion du RS/ que la procédure de la contrainte se produit, se généralise, et surtout
s 'automatise ! Inutile de vous dire que cela lasse fortement les magistrats, déjà bien
surchargés.
Quant aux avocats, j 'ai eu devant mes yeux une dame âgée de 80 ans qui a fait
tomber tous ses dossiers, qui se sont donc mélangés inévitablement... On pense
alors : « mais c 'est qui elle ? » Et là, elle met sa robe et on comprend que c 'est
l 'avocate du RSI ! Aussi vacillante que son mandant, le RSJ suffoquant. Aucune de
ses demandes n 'a été examinée. La magistrale se bornait à lui dire « c 'est
irrecevable! » à chaque fois. Un grand moment. »

Sachant que je finirai bien par y passer, ce retour d'expérience est pour le moins
rassurant pour moi, à défaut de l'être sur l'état de décrépitude du RSI.

24
D 18 mars : le RSI dégaine
Ça y est ! Le RSI réagit à mon courrier les informant de ma sortie de la Sécu. Bien
évidemment par la négative. Je fais suivre cette lettre au MLPS pour leur demander
quel courrier de réponse faire.

D 19 mars 20 1 3 : florilège d e taxes socia les


Certaines mesures de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 201 3
intéressent directement les professionnels libéraux, mais également les travailleurs
non-salariés qui se payent en dividendes. Elles touchent principalement à l 'assiette de
la cotisation, à la création de la CASA (encore un nouveau « bidule » !).
Sur l'assiette de cotisations sociales :
• Réintégration dans l'assiette sociale de l'abattement forfaitaire de 1 0% des
gérants majoritaires de sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés pour frais
professionnels et pour frais ;
• Extension des règles d'assujettissement à cotisations sociales des dividendes
supérieurs à 1 0% du capital social et des primes d'émission aux travailleurs
indépendants exerçant leur activité dans le cadre de sociétés soumises à
l'impôt sur les sociétés (SARL . . . ). Cette règle ne concernait jusqu'à présent
que les Sociétés d'exercice libéral (SEL). Cette nouvelle mesure est
applicable aux cotisations dues au titre des revenus perçus à compter de
201 3 ;
• Mesure transitoire prévue pour le calcul des cotisations provisionnelles de
201 3 et 2014 des travailleurs indépendants ayant des rémunérations relevant
de l'article 62 du Code général des impôts (rémunérations soumises à
l'impôt sur le revenu selon les règles prévues en matière de traitements et
salaires) : la part des revenus d'activités soumise à cotisation doit être
majorée de 1 1 % ;
• Même mesure transitoire pour les travailleurs indépendants qui n'entraient
pas jusqu'à présent dans le champ de la loi assujettissant à cotisations
sociales une part des dividendes, et qui vont percevoir des dividendes en
201 3 et 20 1 4. Ils devront déclarer la part de dividendes soumise à cotisations
dans les 30 jours de leur perception, selon les modalités prévues pour cotiser
sur un revenu estimé.
Bref, je ne regrette pas d'être sorti de là.

Sur la création de la CASA, en plus de la CRDS déjà censée rembourser je ne sais


plus quoi, voilà qu'on nous annonce la création d'un nouvel ovni fiscal : la CASA,
Contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie. Le taux de la CASA est
fixé à 0,3%. Pour commencer.

25
Cette contribution est due sur les avantages de retraite et d'inval idité assuj ettis au

taux de CSG de 6,6% servis à compter du 1 er avril 20 1 3, ce qui inclut les rappels dus
au titre de périodes antérieures. Et en plus, c' est rétroacti f ! Quel bonheur.

Pour bien vous faire sentir le côté « additionnel » que porte le nom de cette
contribution, vous vous rappelez à quel taux a démarré la CSG en 1 99 1 ? 1 , 1 % !
Nous sommes maintenant à 8,2% ! Ajoutons encore le total prélèvement social
(4,5%), le prélèvement de solidarité (2%) et la contribution additionnelle (0,3%) soit
6,8% à compter du I er janvier 20 1 3 . Et pour faire bonne mesure, n'oublions pas la
CRDS à 0,5%.

Visuel lement, et sans compter l es hausses de 20 1 3 , la hausses des cotisations


sociales nous donne cela (source cbanque.com) :

ju I l t .WO·I

jd 1 1vi,.1 1lH. 1:,


j,l l lVΕ t' }IH JlJ

J.1 1 1vi• 1 ,. f 1 l

( < t o bi·� } l ) 1 1

Jl 1il I· t )U 1 2

Vous avez certainement noté que vos remboursements de soins ont augmenté dans
les mêmes proportions, n' est-ce pas ? D'ai l leurs, je suis sûr que cela vous a permis de
résilier votre mutuelle tellement la Sécurité sociale vous rembourse m ieux qu'avant.

D 2 3 mars 2 0 1 3 : hommage à Audiard


Réception d'un sondage de la Caisse primaire d' assurance maladie pour mesurer
ma satisfaction de leurs services en tant qu'entreprise et employeur. I ls n'ont
vraiment peur de rien, et surtout i l s montrent qu' ils ont encore de l 'argent pour payer
ce type de prestations . . . Autant dire que je me suis lâché. Pour reprendre Audiard
dans Les Tontons flingueurs, « Je ne dis pas que ce n 'est pas juste ... mais je dis que
ça soulage ! »

26
D 28 mars 2 0 1 3 : je sors a ussi d u rég ime d e retra ite «
obligatoire »
Regardons donc ce qui se passe au niveau de mon régime de retraite. La CNAVPL
est la caisse de retraite qui gère les professions libérales et qui regroupe un florilège
de sous-caisses spécialisées aux noms des plus sibyllins comme CARCDSF,
CARMF, CARPIMKO, CARPV, CAVAMAC, CAVEC, CAVOM, CAVP, CIPAV,
CRN. La CNAVPL a décidé subitement d' augmenter violemment les taux de
cotisations de la retraite de base en 2013 et 2014. Dans mon cas, ça donne 20,7%
d'augmentation !!! Avec des pensions qui ne seront plus indexées, voire diminuées,
ça devient du vol . . . Quoique, c'est déjà du vol car j'apprends sur leur prospectus
justificatif que 40% de mes cotisations partent renflouer les autres caisses déficitaires
trop généreuses (SNCF, EDF et autres privilégiés).
Pour la retraite complémentaire, ils n'ont pas besoin d'augmenter les cotisations
car il s' agit d'un système par point. La valeur du point étant définie par . . . le nombre
de personnes qui toucheront la retraite en même temps que moi. Autant dire que c'est
le flou artistique. Sachant qu'au titre de la retraite de base et de la retraite
complémentaire obligatoire, je paie 1 500€ par mois à la CIPAV pour un résultat qui,
dans 20 ans, sera proche de pas grand-chose avec l'effondrement de cette pyramide
de Ponzi, je préfère cotiser moi-même pour ma retraite.
Je démarre donc la procédure de sortie de la CIPAV afin de cotiser moi-même une
assurance vie européenne, équivalent dans !'Union européen à une assurance
vieillesse, qui me permet de voir quand je le souhaite, le montant dont je dispose, en
me permettant de plus d'arbitrer dans le portefeuille de placements, selon le risque et
le rendement souhaité. Bien entendu, ce qui a déjà été cotisé depuis de nombreuses
années, soit en régime salarié, soit à la CIPAV reste acquis . . . pour ce qui en
ressortira dans 20 ans quand je serai en âge d'en bénéficier.

Le MLPS m'a fourni un modèle de courrier à envoyer en lettre recommandée. En


voici la teneur :

« Monsieur le Directeur,
J'ai décidé de ne plus adhérer à la CJPA V La CIPA V ne gère pas un régime légal
de Sécurité sociale mais un régime professionnel de Sécurité sociale. La CJPA V ne
bénéficie, en conséquence, d'aucun monopole et ne peut contraindre quiconque à
adhérer au régime qu 'elle gère.
Je vous demande de ne plus m 'adresser d'appels de cotisations.
Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, mes salutation distinguées. »

Dans la foulée, je résilie leur autorisation de prélèvement mensuel sur mon compte.
Entre !'URSSAF, le RSI (Sécu) et la CIPAV (retraite), les huissiers vont se bousculer
au portillon 1 Mais bon . . . « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

27
D 29 m a rs : réponse d u M LPS
Le MLPS me confirme que je n'ai pas lieu de réagir au courrier du 18 mars du RSI
répondant par la négative à ma demande de sortie de leur régime.
Le MLPS précise que si le RSI émet une contrainte, celle-ci devra être frappée
d'opposition devant le TASS (Tribunal des affaires de Sécurité sociale) 1 5 jours
suivant sa réception, et que je devrai les recontacter à ce moment-là.

D 3 0 m a rs 2 0 1 3 : premier rappel d 'impayé U RSSAF


L'URSSAF me signale que le prélèvement mensuel de mars n'a pas pu être
effectué. Et pour cause, j'ai bloqué leur autorisation en leur disant que dorénavant je
payais par chèque et uniquement la part relative aux allocations familiales.
Ils m'invitent à vérifier mes coordonnées bancaires et à leur signaler tout
changement. Comme cela ne fait que deux fois que je leur dis que je paye par chèque
et plus par prélèvement, je vais me fendre d'un 3ème courrier . . .

Avril 2 0 13

D 8 avril : a p pel de cotisation d u RSI


Il semble qu'ils aient pris en compte ma demande d'arrêt de paiement par
prélèvement mensuel et me demandent de régler l'appel de cotisation du second
trimestre. Je ne réponds pas et je ne paye pas.

D 1 2 avril : cou rrier de la CIPAV (ma ca isse de retraite)


pour « Premier rejet de prélèvement »
Normal, j'ai fait opposition au prélèvement automatique. Ils m'invitent donc à
régulariser ma situation dans les plus brefs délais. Je ne réponds pas et je ne paye pas.

28
D 1 6 avril : confirmation d e la possibilité d e sortie tota le d e
la caisse de retraite
Le MLPS me confirme les points suivants :
« L 'assurance retraite reste obligatoire, il suffit de contracter une assurance-vie
pour satisfaire à cette obligation. En effet / 'assurance-vie est considérée, par la
législation européenne, comme une assurance retraite. »
« 0 est recommandé de souscrire un contrat d'assurance-vie européen et non pas
français qfin de pouvoir bénéficier du plein effet des dispositions communautaires. Il
convient également de souscrire ce contrat auprès d'un assureur européen opérant
en libre prestation de services à partir de son lieu d'établissement et non par
l 'intermédiaire d'une succursale établie en France. »
Je demande au MPLS les raisons de cette recommandation :
« Selon les dispositions communautaires, un contrat d'assurance vie souscrit dans
un pays de / 'UE est équivalent à une assurance-retraite. Etpermet de bénéficier de la
même déductibilité fiscale que celle qui s 'attache à une assurance-retraite dans son
pays. »
« La société d'assurance européenne délivrera chaque année après versement une
attestation d'assurance. Ces versements sont déductibles fiscalement, la
jurisprudence de la Cour dejustice de / 'UE est/orme/le à cet égard. Bien qu 'aucun
texte ne le précise, il est prudent de ne pas déduire fiscalement des sommes
supérieures à celles que demanderait la caisse de retraite. »

D 2 1 avril : confirmation d e la n écessité de souscrire à une


assurance-vie européenne et non fra nçaise
En réponse à mon interrogation concernant le point du 16 avril, le MLPS me
précise :
« Une assurance vie souscrite en France auprès d'une société française, ou une
succursale française d'une société européenne, ne comporterait aucun élément
transfrontalier et se heurterait au droit fiscal interne qui n 'accorde pas à
/ 'assurance-vie le même statut que les dispositions communautaires (même si cel/es­
ci doivent en toute hypothèse prévaloir sur les disposions nationales : mais encore
faudrait-il s 'opposer aux services fiscaux sur / 'application du droit communautaire,
ce qui prendrait nécessairement du temps, alors que les dispositions communautaires
sont applicables de droit).
Dans ces conditions, il est à craindre que le contrat souscrit auprès d'une société
ou succursale française ne soit pas considéré comme emportant toutes les
conséquences d'un contrat conclu en libre prestation de services auprès d'une
société européenne. »

29
En conclusion, je me mets, avec l'aide de mon courtier indépendant, en quête
d'une assurance-vie européenne pour remplacer mon assurance retraite obligatoire
(CIPAV).

D 27 avril : l 'U RSSAF dégaine


J e reçois mon premier « avis amiable » avant lancement de la procédure de mise
en recouvrement. C'est amiable, c'est gentil. Confonnément aux recommandations
du MLPS, j'ignore ) 'amabilité.

D 28 avril : les frontaliers entrent aussi dans le combat


Je lis que « Quelque 3 000 frontaliers résidant en France et travaillant en Suisse
ont manifesté samedi dans trois localités proches de la frontière pour demander à
pouvoir continuer à souscrire une assurance maladie privée, plutôt que de s 'affilier à
la Sécu française comme le gouvernement veut les y contraindre. » (Source : Le
Figaro)
Première surprise : il y a des Français, résidants en France, qui ne sont déjà plus
affiliés à la Sécurité sociale ?

Effectivement, les 1 59 000 frontaliers ont le droit de choisir leur assurance


maladie : la Sécu française, la Sécu du pays où ils travail lent, ou encore une
assurance privée, ce qu'ils font très majoritairement. 1 53 000 ont choisis le privé.
Comme c'est étonnant : quand on laisse le choix aux gens entre le privé et la Sécu, ils
sont 90% à choisir le privé . . .

Ah, une dernière pour la route : vous connaissiez déjà 1' AME (Aide médicale
d' État) permettant à tout ressortissant étranger une prise en charge à 1 000/o de leurs
soins en France, ainsi que la CMU (Couverture médicale universelle) qui prend en
charge tous ceux qui ne cotisent pas à la Sécu, et la CMU complémentaire (Mutuelle
totalement gratuite prenant en charge les dépassements de frais de la CMU de base).
Je vous présente un 4ème larron méconnu : l'ACS ou Aide à l 'acquisition d'une
assurance complémentaire santé.

Comme son nom l ' indique, elle permet à ceux qui ne dépassent pas plus de 35%
du seuil de la CMU, de bénéficier d'une prise en charge partielle de leur frais de
mutuelle et d' être totalement exonéré de franchise médicale (1€ par consultation, 0,5€
par médicament, . . . ).J'oubliais aussi que, pour être en bonne santé, il faut avoir le gaz
et l'électricité . . . donc je cite « Grâce à l 'ACS, vous pouvez également bénéficier de
réductions sur votre facture de gaz et d 'électricité. »

30
Mai 2013
D 1 6 mai : recherche d'une ass u ra nce vie européenne
Mon courtier poursuit toujours ses recherches pour me trouver une assurance-vie
européenne en remplacement de la retraite obligatoire. Cela ne semble pas simple car
il apparaît que les sociétés européennes ayant des succursales en France, souhaitant
ne pas avoir d'embêtements à vendre leurs produits en France, ne prennent pas en
charge directement les ressortissants Français et les contraignent à passer par la
succursale française. Comme vu dans l ' épisode précédent, seule l ' assurance-vie
européenne est assimilable à une assurance retraite, pas l 'assurance-vie française . . .

D 1 7 mai : expert-compta ble


En discutant avec mon expert-comptable, j ' apprends que ce dernier cherche aussi à
sortir de la Sécu et de la retraite ! Ce n'est pourtant pas un joueur et sa profession
n'est pas réputée pour la prise de risques outranciers. C'est dire le ras-le-bol général
grandissant.

Nous avons pu échanger. Il me confirme que plusieurs de ses clients ont entamé les
mêmes démarches.

D 18 mai : cou rrier de la CI PAV (ca i sse de retra ite)

N'ayant pas pu prélever les cotisations mensuelles, ils me réclament


immédiatement la totalité du reste dû annuel ! En effet, selon leur « règlement », deux
échéances consécutives impayées rendent exigibles les cotisations dans les délais
statutaires et le prélèvement est interrompu.

Comme je trouve abusif qu'ils ne permettent pas d'arrêter le prélèvement


automatique, sauf en fin d'année, quelques recherches sur Internet me mènent à ce
superbe article 2004 du Code civil :

« Le mandant peut révoquer sa procuration quand bon lui semble et contraindre,

s 'il y a lieu, le mandataire à lui remettre soit l 'écrit sous seing privé qui la contient,
soit / 'original de la procuration, si elle a été délivrée en brevet, soit l 'expédition, s 'il
en a été gardé minute.»
Je me fends donc de 3 courriers : RSI, CIPAV et URSSAF les informant que je
révoque leur procuration et au surplus de me rendre la procuration originale histoire
de les faire bosser un peu. Je n'y crois pas, mais ça sera pour l ' honneur.

31
Contenu de ma lettre :

« Coriformément à / 'article 2004 du Code civil, à compter de ce jour, je vous prie


de bien vouloir mettre fin aux prélèvements sur mon compte bancaire pour le
paiement des sommes que je vous dois.
Au surplus, je vous demande de me remettre l 'original de ma procuration par
retour de courrier.
Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l 'expression de mes salutations distinguées. »

A noter ce point important concernant les oppositions aux prélèvements : par


défaut, votre banque considère cette opposition comme temporaire. Dans mon cas,
j ' ai reçu un accusé de réception m' indiquant la bonne prise en compte de mon
opposition valable un an. Il faut donc procéder à une révocation par courrier
recommandé à votre banque.

0 1 9 mai : interview de Claude Reichman, président d u


M LPS
Sur le site www.enguete-debat.fr où l 'on apprend que «le rythme des sorties de la
Sécurité sociale s 'accélère, et dépasse largement les 10 000, à un rythme de 500
demandes par semaine désormais. » .
Je ne suis pas seul. C'est rassurant.

0 2 3 mai : Valeurs Actuelles publie un dossier spécia l « La


révolte d e la Fra nce tra n q u i l le »

Au sein de ce dossier un article sur le ras-le-bol des médecins qui quittent la Sécu
et dans lequel j ' ai la surprise de me voir cité pour mon blog et mes épisodes « Je
quitte la Sécu ».

D 2 5 mai : réponse de la CIPAV ( ca isse de retraite)

Cette réponse fait suite à mes courriers du 28 mars (il n'est jamais trop tard) et du
1 8 mai (déjà?), où pour rappel, il s' agissait respectivement de mon courrier les
informant que je ne relevais plus de leur régime retraite, et du courrier relatif à la
révocation de l ' autorisation de prélèvement.

Ils confirment que, selon le Code de la Sécurité sociale, je reste obligatoirement


affilié à leur régime s' assurance retraite.

32
Je note qu'ils ne disent pas que leur régime retraite est obligatoire en tant que tel
mais que le fait d'être inscrit à !'URSSAF rend leur régime obligatoire. La bonne
blague !

Je note aussi que leur réclamation de payer l'année complète immédiatement suite
à l'arrêt des prélèvements automatiques s'est transformée par magie en une «
invitation à régler pour le 15 octobre 2013 ».

Bon à savoir, même pour ceux qui ne veulent pas sortir de leur caisse de retraite
mais qui veulent stopper la mensualisation sans attendre la fin d'année.

En tous cas, ils peuvent toujours attendre. D' ici là j ' aurai trouvé, j ' espère, une
assurance-vie européenne me permettant de justifier de cotiser à une assurance
retraite.

Enfin, je trouve joint à ce courrier mon autorisation de prélèvement que j'avais


demandé de me rendre. Excellent !

0 28 mai : réponse d u M LPS sur le paiement des


a llocations familiales aux U RSSAF

Un échange au sein du nouveau groupe Facebook « Les libérés de la Sécu »

concernant le paiement de la partie allocations fam iliales révèle deux attitudes


différentes :

• celle de ne plus rien payer du tout, dans l'attente d'un relevé de cotisations
URSSAF ne réclamant que les seules allocations familiales ;

• et celle de payer pro-activement les dites allocations familiales.

Le MLPS, sollicité sur cette question, me conseille de payer pro-activement la


partie allocations familiales par chèque et avec un courrier A R précisant bien que
cette somme doit être affectée au paiement des allocations familiales. En cas de
contentieux, cela permet de démontrer que le règlement ne pouvait être imputé à une
autre cotisation (CSG/CRDS en l 'occurrence).

Je vais suivre ce conseil.

D 29 mai : premier courrier recommandé de !'U RSSAF

3 mois après avoir suspendu le paiement de la CSG/CRDS sur mes cotisations,


! 'URSSAF me transmet une mise en demeure de payer sous1 mois.

33
Je fais suivre au MLPS par sécurité mais je pense que la réponse sera de ne pas
donner suite et d'attendre 1 ' enclenchement de la procédure contentieuse, que je devrai
contester sous 1 5 jours, ce qui a aura pour effet de bloquer ladite procédure.

D 30 mai : les l ibérés de la Sécu sont des salauds !

Dans cet article du site d' information Atlantico, l'auteur des propos, professeur
émérite d'université et membre honoraire du Conseil économique et social, me cite à
deux reprises et faute d'avoir lu attentivement mes aventures sur Contrepoints, tombe
dans les clichés et raccourcis intellectuels qui fleurent bon la solidaritude. Tout ayant
été déjà dit par mes supporters dans leurs nombreux commentaires à chaque épisode,
je ne perdrai pas de temps à répondre à ce Monsieur, tout émérite et honoraire qu'il
soit.

En revanche, cet article révèle le vrai visage de la fraternité « à la française » où, si


vous n' êtes pas avec eux, vous êtes un salaud.

Je cite :

« Pour tel individu [moi en l'occurrence], oui, bien sûr, et c 'est facile : si vous
avez un bon patrimoine génétique et pas de ma/formations de naissance, vous pouvez
vous adresser à une société qui tarifie selon (entre autres) ce critère, vous éviterez de
participer à la couverture des trisomiques et des personnes nées avec un spina bifula
Chacun peut choisir de se comporter en salaud, et des participants au marché
fournissent ce qu 'ils veulent aux salauds qui ont de quoi payer. »
L'amalgame habituel et facile entre la cotisation à une assurance maladie et la
solidarité qui doit être payée par l 'impôt, et non par la cotisation.

L'auteur enfonce le clou : « Reste à savoir s 'il ne vaut pas mieux être citoyen d'un
pays où lafraternité est une valeur constitutionnelle. »
C'est beau comme un petit Jésus dans la crèche. . . Il nous tirerait presque une
larme.

Plus sérieusement, le citoyen que je suis par obligation (car personne ne m'a
demandé mon avis, mais c'est un autre débat) regrette que la valeur première de
liberté, inscrite dans les Droits de l ' homme et du citoyen de 1 789, se soit dissoute
dans celles de la solidarité et de la fraternité des Droits de l ' homme de 1 948, qui sont
plus des « droits à ... » que des « droits de ... ». Leviers bien plus faciles pour acheter
les voix de ceux qui vous élisent et les endormir en disant que l 'Etat s'occupera bien
d'eux, et que ceux qui pensent autrement sont des salauds.

34
Juin 20 1 3

D 1er juin : piste pour u n e assura n ce-vie européenne

Rendez-vous est pris l e 1 4 juin avec un courtier pour une assurance-vie européenne
au Luxembourg. Je n'ai pas de préférence pour ce pays mais il se trouve que c'est
celui où l'on peut trouver des assurances-vie le plus facilement et sans la barrière de
la langue.
D'après les infos glanées, les conditions minimales d'entrée sont relativement
importantes :
• Apport initial minimal de 8 000€ ;
• Versement minimal de 1 500€, sans périodicité obligatoire, ni montant
annuel total minimum.
Ces 1 500€ mensuels correspondent à ce que je laissais à la CIPAV, sans aucune
garantie de savoir ce que j ' en récupérerai le moment venu . . . Là au moins, on sait où
ça va, on peut arbitrer sur les fonds, on voit la valeur actualisée, et on peut sortir
l'argent en rente (comme une retraite Madelin) ou en totalité (ce qui n'est pas
possible avec le Madelin !).
Bien entendu, le compte et les bénéfices dégagés doivent être déclarés en France,
ce qui ne pose aucun souci car je ne cherche pas à défiscaliser ou faire de l'évasion
fiscale, mais uniquement à souscrire une assurance-vieillesse pour ma retraite.
En tout cas, pas d'urgence : ayant stoppé tous mes versements à la CIPAV depuis
avril, il me suffit de pouvoir justifier d'un versement avant le 3 1 décembre à une
assurance-vie européenne pour être en règle avec l'obligation de cotiser à une
assurance retraite. Cela me laisse le temps de mettre de côté mes versements à la
CIPAV pour constituer l'apport initial à ma nouvelle assurance vieillesse.

0 4 juin : passage sur RMC « Ca rrément Bru net »

Dans l'urgence journalistique coutumière, je suis contacté ce matin par RMC pour
témoigner de mon aventure dans la célèbre émission à 1 3h, qui a pour thème la fin du
monopole de la Sécu.
Claude Reichman, invité en studio, justifie clairement et factuellement la fin du
monopole de la Sécu et recadre le pauvre député Gérard Bapt qui s'enlise dans des
arguments vaseux et fallacieux. Pour information, ce Monsieur est le rapporteur
spécial de la commission des finances pour la Santé ! Soit il faisait celui qui ne sait
pas pour esquiver le débat, soit il est vraiment mauvais. En tout cas, il esquive la

35
question de savoir si la Sécu est toujours un monopole . . . comme quoi il y a bien
anguille sous roche.
Dans la voiture, garée devant chez mon prochain rendez-vous client, je participe à
l'émission en apportant mon témoignage. Une expérience étonnante.

0 5 j u i n : i nsaisissa bilité d u domicile fam i l i a l

Courant mars, j'avais entamé des démarches auprès de mon notaire pour établir un
certificat d'insaisissabilité de mon domicile. En effet, la loi du I er août 2003 pour
l'initiative économique, a prévu de protéger, en particulier, l 'entrepreneur individuel
et son conjoint, et le sort du logement familial en particulier.
C'est ainsi que l'article L 526-1 du Code de commerce prévoit que :
« Par dérogation aux articles 2284 et 2285 du Code Civil, une personne physique
immatriculée à un registre de publicité légale à caractère professionnel, ou exerçant
une activité professionnelle agricole ou indépendante, peut déclarer insaisissables
ses droits sur l 'immeuble où estfixée sa résidence principale. Cette insaisissabilité ne
pourra concerner que la résidence principale si l 'activité professionnelle y est
exercée et déclarée comme telle. »
La loi exclut que soient rendues insaisissables les résidences secondaires. Elle ne
s'applique pas davantage si Je logement familial appartient à une société civile
immobilière et que le chef d'entreprise n'est titulaire que de parts sociales de cette
société.
Jusque-là, c'est bon pour moi. Un tel certificat coûte environ 800 à 1 000€.
Je poursuis : « L 'insaisissabilité du logement familial est encore possible lorsque
/ 'activité professionnelle y est exercée et ce, alors même que l 'immeuble est à usage
mixte, professionnel et d'habitation ; seule cependant, la partie affectée à
l 'habitation sera concernée, et à condition d'être désignée clairement dans un état
descriptifde division. »
Aïe ! Renseignement pris, cet état descriptif d'indivision doit être établi par un
géomètre. Cela renchérit encore Je coût de l 'opération et mon notaire me dit que ça ne
vaut pas le coup.
Je continue : « Il faut préciser qu 'à partir du moment où l 'implantation d'une
activité professionnelle dans le logement familial du chef d'entreprise n 'implique
aucun aménagement particulier qui viendrait en modifier la composition et la
destination, ce local est susceptible d 'être déclaré insaisissable dans toutes ses
parties, sans qu 'il y ait lieu de distinguer pour chacune des pièces selon l 'usage
professionnel ou privé qui peut en être fait »(Réponse ministérielle n° 85 332 : JOAN
Q 20 Juin 2006, page 6939).
Excellent ! N'ayant pas de locaux dédiés à mon statut d'indépendant, je vais donc
pouvoir user de cette réponse ministérielle. Je reprends contact de ce pas avec mon

36
notaire, qui aurait d'ailleurs pu me trouver cette information . . . mais cela est un autre
sujet, pour un autre monopole.

D 8 juin : réponse d u M LPS à ma mise en demeure


U RSSAF

Le MLPS me confirme ne pas donner suite et attendre l 'injonction de payer qu'il


conviendra de contester dans les formes sous quinze jours, sinon l'injonction devient
exécutoire et les biens ou compte en banque saisissables.
Le fait de contester bloque toute la procédure et renvoie la balle au TASS
(Tribunal des affaires de Sécurité sociale).

D 9 juin : ouverture d 'u n compte banca i re a u Luxembourg


Dans la perspective d'un futur blocage de mon compte bancaire par les monopoles,
j'avais déjà fait le nécessaire pour désolidariser les comptes-joints avec mon épouse
et ne conserver à mon nom que mon compte à usage professionnel.
Au vu des dernières mises en demeure reçues, je passe préventivement en
DEFCON 2 en ouvrant un compte en ligne dans un des pays francophones
limitrophes, par souci de simplicité dans les échanges, que sont le Luxembourg et la
Belgique. En effet, il est beaucoup plus compliqué aux monopoles illégaux (RSI,
URSSAF, CIPAV) de faire une demande de saisie sur un compte étranger qu'un
compte :français. A fortiori si cette banque n'est pas une filiale d'une banque
:française. Nos chères banques françaises étant en la matière au garde-à-vous et plus
que diligentes dans ce type de requêtes.
J'ai sélectionné une banque en ligne luxembourgeoise dont le nom circule sur les
réseaux sociaux et qui permet aux résidents Français d'ouvrir un compte. Cette
sélection a été faite par défaut car les autres banques en ligne que j ' ai trouvées
réservent leur compte en ligne à leurs résidents.
Cela dit, ce compte m'apporte ce dont j'ai besoin :
• Zéro frais d'ouverture et de tenue de compte ;
• Virements entrants/sortants Europe gratuits, pas de date de valeur ;
• Carte bleue à débit immédiat compatible VISA gratuite (uniquement 0, 1 5€
de frais sur retrait en distributeurs automatiques hors Luxembourg) ;
• Carte bleue VISA virtuelle pour achat en ligne ;
• Compte épargne inclus (pratique pour stocker de la trésorerie) ;

37
• Pas de chéquier, mais comme je conserve mon compte pro en France, je
pourrais toujours faire un virement du Luxembourg vers la France pour faire
un chèque. Et inversement pour les dépôts de chèques, même s'il est

possible de déposer les chèques par courrier au Luxembourg moyennant


quelques euros de frais de gestion. Idem pour des dépôts ou retraits
d'espèces ;
• Pas de relevés papier, mon imprimante fera l 'affaire.

La paperasserie d'ouverture de compte est réduite :


• Imprimer et signer le contrat de 3 pages ;
• Joindre une copie de pièce d'identité ;
• Et faire un petit virement de 1 0€ qui sera recrédité sur le compte à la
validation de mon dossier d'ouverture.
Précision : il convient de déclarer au fisc l'ouverture de comptes bancaires à
l ' étranger. Il y a une rubrique à cet effet dans la déclaration d'impôt en ligne, ou via
le formulaire CERFA 3 9 1 6.

D 1 2 j u i n : La banque l uxembourgeoise demande u n


complément d'information
Je cite :
« Afin de finaliser votre demande, nous vous prions de bien vouloir :
- nous expliquer quelle est votre activité prévue sur le compte ;
- nous donner de plus amples informations sur l 'activité à partir de laquelle
proviendront les fonds ;
- nous indiquer dans quel but vous souhaitez ouvrir un compte au Luxembourg ;
- nous dire si vous seriez d'accord de signer un mandat d'échange automatique
d'iriformations sur ce compte afin que l 'administration fiscale .française reçoive
automatiquement les iriformations relatives aux intérêts. »

Je réponds immédiatement à cette demande, somme toute légitime, en précisant


que je souhaite ouvrir un compte dans l'objectif de sécuriser mes avoirs.

D 14 j u i n : rendez-vou s avec mon cou rtier pour


l 'assura n ce-vie a u Luxembourg
Pour rappel, non content de sortir de la Sécu, je sors aussi de la retraite (CIPAV
dans mon cas). L'assurance-retraite restant obligatoire, mais pas obligatoirement en

38
France, il suffit de trouver une assurance-vie européenne pour justifier de sortir du
monopole illégal de la retraite de Ponzi à la française-que-tout-le-monde-nous-envie
comme la Sécu.
Bilan de l'entretien avec mon courtier (là encore, des noms circulent sur les
réseaux sociaux) :
Il s'agit d'un contrat d'assurance-vie de droit luxembourgeois (encore . . . ) avec
application de la fiscalité du pays de résidence (la France dans mon cas).
Avantages de ce contrat par rapport à un contrat français :
- Garantie en capital totale par le Grand-Duché (en France, en cas de faillite
de l'assureur, l ' État vous couvre à un plafond de 70K€, pas plus . . .) ;
- Contrat multi-support (actions, obligations) totalement libre de choix - en
euros ou devises ;
- Sortie en rente viagère ou en capital, ou encore en rachat programmé
(récupération des intérêts et d'une partie du capital de manière programmée)
contrairement aux contrats de retraite complémentaire dits Madelin où seule
la rente viagère est possible ;
- Réversion à 1 00% de la rente ou du capital au conjoint survivant
contrairement à la CIPAV qui ne reverse que 54% de la retraite de base et
60% de la complémentaire.

Pour les conditions :


- 8k€ à l'ouverture ;
- l ,5k€ minimum à chaque versement. Pas de prélèvement automatique. On
verse quand on veut.

Pour les frais, c'est raisonnable:


- Frais d'entrée 1% (généralement, c'est plutôt 4% au Luxembourg) ;
- Frais de gestion 1 % ;
- Frais arbitrage 1 % ;
- Frais de sortie 0€.

La fiscalité applicable en sortie de contrat est celle du pays de résidence, donc si je


suis toujours en France à ce moment-là, ce sera 1 5% de CSG/CRDS (ou plus si ça
continue d'augmenter), ou zéro si je prends ma retraite dans un pays chaud. . .

39
0 20 j u i n : refus d e l a banque en ligne luxembourgeoise
Cette banque me signifie un refus d'ouverture de compte, sans autre explication.
Pourtant, d'autres libérés de la Sécu n'ont pas eu de souci. Dommage.
Un libéré de la Sécu me donne les coordonnées d'autres banques, en Belgique,
Suisse et Luxembourg, l'inconvénient étant de devoir se présenter physiquement à
l 'agence. Pas pratique, mais je conserve ces contacts quand même pour l'avenir. Il
n'y a pas encore urgence.

0 2 1 juin : p remier envoi d'une ordonna nce à mon


assura nce p rivée

J'ai posté ma première demande de remboursement pour une consultation médicale


simple à 23€. Au prix du timbre pour l'Angleterre, c'est un peu luxueux. Il faut
mieux attendre d'avoir plusieurs frais à prendre en charge (selon Je contrat, j 'ai deux
ans pour envoyer un justificatif) mais je voulais faire le test pour témoigner du
fonctionnement de prise en charge.

D 22 juin : coming out !

Participation record pour la conférence du MLPS organisée par le mouvement «


Les médecins ne sont pas des pigeons » ce samedi 22 juin à Levallois avec l l O
participants. Claude Reichman a brillamment discouru. Poussé à la tribune par
l'équipe organisatrice, j ' ai pu répondre concrètement aux nombreuses questions des
participants.
Un moment de partage réjouissant qui fut l'occasion pour les lecteurs de mes
épisodes de mettre un visage sur un prénom et pour moi de faire connaissance avec
les camarades de combat avec qui je discute quotidiennement sur les réseaux sociaux.
Rendez-vous est pris pour une prochaine conférence à la rentrée. Objectif : 200
participants !

0 23 j u i n : q uelqu es chiffres

Sur Facebook, le groupe « Les libérés de la Sécu » passe les 600 membres et la
page « Comment quitter la Sécu » dépasse les 2 200 fans.
Mon blog passe les 30 000 pages vues.

40
0 2 5 juin : nous sommes des lâches

D'après un article sur Agoravox ce jour :


« Ldches :
Les salariés de la classe moyenne vont continuer de payer la retraite de leurs
parents et grands-parents, mais eux vont capitaliser pour leur pomme en bon
individualiste.
Le financement de / 'assurance maladie reposant à 60% sur les cotisations
salariales et patronales, ils mettent sciemment en danger l 'équilibre budgétaire p(lur
l 'ensemble des prestations sociales délivrées aux Français ».

Je répondrai juste indirectement en citant un échange trouvé dans le fil des


commentaires d'un de mes épisodes sur Internet :
• Sébastien : « Pourquoi quitter la Sécu ? Ingratitude. Le dialogue social est
la meilleure solution. »
• Cavaignac : « On ne peut être ingrat vis-à-vis d'un voleur, même organisé
en bande. La véritable forme du dialogue social, c 'est l 'échange volontaire.
La vraie solidarité, c 'est le travail. »

Bien dit mon cher Cavaignac !

Dans la rubrique solidaritude quand tu nous tiens, citons également un billet trouvé
au hasard du Net : « Quitter la sécurité sociale, c'est possible. Et ça prend de
l'ampleur . . . »
L'auteur annonce tout de suite la couleur :
« Je préfère de loin le système national public de solidarité. Notamment, parce que
la concurrence privée porte en elle nombre de surcoûts, comme le marketing et la
publicité, la rémunération du groucho capital et des armées mexicaines, la
multiplication des services administratifs et informatiques, la multiplication des
locaux . »
. .

Conseillons-lui de regarder Je marché de la téléphonie mobile : il n'a visiblement


pas Free et il n'a pas compris.

D 29 j u i n : je suis s u r Wikipédia !

Mon fils aîné, curieux de mes histoires de Sécu, a trouvé à sa grande surprise que
j'étais cité sur la page Wikipédia de la Sécurité sociale, à la rubrique « Adhésion
obligatoire à un régime ». Je ne sais pas comment je suis arrivé là, mais en tout cas,

41
ça fait plaisir de constater que l'information circule et que mon témoignage contribue
à faire progresser un mouvement vers plus de liberté.

D 30 juin : U RSSAF - deuxième cartouche

Deuxième mise en demeure de ! 'URSSAF e n recommandé ! Il est indiqué qu'après


un mois sans réponse de ma part, ils ont capacité à engager toute procédure sans
avertissement. C'est-à-dire une délivrance de contrainte à payer par huissier. Pascal,
médecin libéré de la Sécu en début d'année, me confirme avoir eu trois mises en
demeure avant la contrainte reçue en juin. Soit environ un délai de six mois depuis sa
sortie. Avec malchance, ça risque de tomber en août, pendant mes congés.

Comme la date sur l ' avis de passage d'huissier déclenche le compte à rebours des
1 5 jours à ma disposition pour faire opposition à cette contrainte auprès du TASS
(Tribunal des Affaires de Sécurité sociale), je dois préparer mon coup. Dans cette
hypothèse, voici le consei l du MLPS :

« Au cas où une contrainte vous serait signifiée en votre absence, vous pourrez

toujours faire opposition à la contrainte hors délai. Il appartient au TASS, dans ce


cas, d'invalider / 'opposition à contrainte, mais du fait que le TASS est saisi,
/ 'émetteur de la contrainte est bloquéjusqu 'à la décision du TASS. »

J u i l let-Août 2 0 1 3

D 2 j u i l let : e n d i rect de la CARM F

Le Directeur de la CARMF (Caisse de retraite des médecins) reconnaît que 600


médecins sont déjà sortis de sa caisse de retraite. C'est sans compter tous ceux qui
sont dans la seringue depuis le décollage du mouvement cette année ! Il n'est pas au
bout de ses surprises.

D 3 j u i l let : a ss u ra nce retraite a u Luxembourg

Après lecture attentive du contrat, je décide de signer une assurance-vie


européenne auprès d'une assurance-vie au Luxembourg. Comme expliqué le 14 juin,
cette assurance vient en remplacement de ma caisse de retraite obligatoire CIPAV
pour la retraite de base et la complémentaire.

42
Par prudence, je décide de cotiser le même montant que ce que me prenait de force
la CIPAV, mais avec l'avantage de pouvoir choisir la manière dont mon épargne sera
placée et de pouvoir la récupérer à tout moment (et pas seulement à l'âge de la
retraite), en rente ou en capital. Bref, une assurance à la carte, et pas selon le plat du
jour français unique pour tous, plat qui finira d'ailleurs par un simple petit haricot
dans une grande assiette vide pour ceux qui restent dans le système à la Ponzi, que là
aussi le monde entier nous envie.
Le contrat étant bien de droit luxembourgeois, pas de risque de requalification en
droit français où l 'assurance-vie n'est pas considérée comme une assurance retraite,
contrairement à tous les autres pays européen. Mais la France n'est pas à une
incartade près en ce domaine.

D 4 juillet : va lidation d e ma comptabilité


Étant membre d'une Association de gestion agrée (AGA) qui valide mes comptes
chaque année et télétransmet ma déclaration de revenu professionnel au fisc, je
m'interroge sur sa capacité à valider mes comptes 201 3 l 'année prochaine :
- Non-paiement des cotisations RSI, CIPAV et CSG/CRDS pour ! 'URSSAF ;
- Déduction des cotisations de ma nouvelle assurance maladie privée ;
- Déduction de mes cotisations à ma nouvelle assurance vie européenne, dans
la limite bien sfu de ce que j'aurai pu déduire en restant à la CIPAV (bien
que, théoriquement, ça serait possible mais on a déjà bien assez à se battre).

Je fais la demande à mon AGA pour connaitre leur position.

D 8 juillet : premier rem boursement d e mon assu ra n ce


maladie privée

Réception de mon premier remboursement pour une consultation simple à 23€,


juste 5 jours après avoir envoyé l 'ordonnance par la poste en Angleterre. 23€
remboursés sur 23€ payés ! C'est mieux que la Sécu, à la fois sur le montant (la Sécu
rembourse 1 5, 1 0€ : 1 6, 1 0€ moins l euros forfaitaire) et sur la rapidité.
Ma surprise vient d'une erreur d'interprétation sur les niveaux de remboursements
de mon assurance privée. Le contrat prévoit un remboursement de 1 00% de la BRSS
(base de remboursement de la Sécurité sociale). J'avais compris qu'ils remboursaient
1 000/o de ce que remboursait la Sécu. Que nenni. En effet, le tarif conventionné d'une
consultation est de 23€, sur laquelle le remboursement sécu est de 70%. Le taux de
1 00% de la BRSS s'applique au tarif conventionné et non au tarif remboursé par la
sécu. Donc 23€ de remboursés !

43
D 9 j u i llet : premier passa ge de l 'h uissier !

Un huissier a déposé en mon absence un avis de passage dans la boite aux lettres,
demandant de me présenter à son étude pour remise de la contrainte à payer de
)'URSSAF. Je suis presque content que cela se déclenche avant mes congés d'août
car j 'étais un peu inquiet d'avoir à gérer la procédure à distance.
Il s'agit bien de la contrainte suite à la mise en demeure de !'URSSAF. J'envoie ce
même jour une copie de la contrainte au MLPS, lundi 9 après-midi, pour connaitre la
marche à suivre.

D 1 2 juillet : réponse d u M LPS

Je reçois un modèle de lettre dans lequel il suffit de remplir les blancs avec son
nom, la date de la contrainte, le montant réclamé et zou, envoi à l'adresse du TASS
indiqué sur la contrainte ce même jour en recommandé avec accusé de réception avec
copie de la dite contrainte. Cette opposition à la contrainte de payer bloque tout le
processus de saisie que ! 'URSSAF aurait engagé sans réponse de ma part. Maintenant
le dossier tombe dans les mains du TASS.
Pour faire bonne mesure, j'envoie un courrier avec accusé de réception à cet
huissier pour lui indiquer que le monopole de la Sécu est tombé et que lui aussi il
peut Je quitter !

D 1 3 juil let : passag e chez le pharmacien

Ce matin, problème soudain de santé : direction le médecin, puis le labo d'analyses


pour une prise de sang et enfin le pharmacien. Une « bonne » occasion de faire un
deuxième test de mon assurance maladie privée dans le parcours de soins français :

Pour Je médecin, je règle 23€, qui seront pris en charge à 1 00% par mon
assurance ;
- Pour le labo, je présente ma carte de tiers payant et explique que ce n'est pas
une carte de mutuelle mais une carte d'assurance maladie privée. Sans
rechigner, l'assistante en fait une copie et me réclame la part restant à ma
charge (soit 40%, sachant que la Sécu rembourse 60% du tarif
conventionné). Mon assurance prend 1 00% du tarif conventionné, mais je ne
vais pas perdre du temps à l'expliquer. J'enverrai la facture du reliquat à
mon assurance.

44
- Pour la pharmacie, mon pharmacien avait déjà contacté mon assurance pour
confirmation du tiers payant. Je ressors donc avec mes médicaments sans
avancer un seul euro ! Mieux, je peux choisir de prendre les médicaments
originaux et non les génériques car mon assurance privée ne fait pas de
différence.

D 18 juillet : TASS, le retour

Le TASS m'envoie une lettre recommandée avec accusé de réception de mon


opposition à contrainte envoyée Je 12 juillet. Ce document indique que je serai
convoqué au TASS ultérieurement pour me défendre.

D 22 juillet : ma nouvelle cotisation maladie selon le RSI

La bonne blague du bulletin du RSI de juin 20 13 reçu ce jour. En résumé, il est


question de ma, je cite « nouvelle cotisation RSI » qui est maintenant déplafonnée au­
delà des 5 PASS (Plafond annuel de la Sécurité sociale de 37K €), soit au-delà de
1 85K €.

Le RSI donne les exemples suivants :


- Pour 250K € de revenus, on passe de 1 lK € de cotisation maladie à l 6,2K €,
soit 47% d'augmentation !
- Pour 330K € de revenus, on passe de l lK € de cotisation maladie à 2 1 K €,
soit 91% d'augmentation !

Bien entendu applicable immédiatement et sans progressivité sur la base des


revenus de 201 1 . Si vous avez fait une grosse année en 201 1 , puis deux années moins
bonnes par la suite, sans avoir mis de côté car personne ne vous avait dit que ça
augmenterait autant, vous allez le sentir passer . . . J'entends déjà dire qu'à ce niveau
de revenus, on peut se le permettre, mais qui peut accepter de voir ses prélèvements
obligatoires doubler sans avertissement ?
Rassurez-vous, ceux qui sont entre 1 et 5 PASS augmentent aussi car leur taux de
cotisation monte de 5,9% à 6,5% sans aucune amélioration des prestations servies.
Ah oui, j'oubliais que pour les dirigeants majoritaires de SARL et les entreprises
unipersonnelles (seules les SAS et SASU y échappent encore), es dividendes entrent
aussi dans ce calcul de revenus . . . Sachant qu'en même temps, l'abattement fixe ( l
525 € ou 3 050 € pour un couple) sur les dividendes a sauté, ainsi que l'abattement de
10% pour frais professionnels.

45
Vous hésitez encore à vous libérer de la Sécu ? Attendez de recevoir votre
régularisation de cotisation RSI en octobre pour vraiment pleurer.

D 24 juillet : Cyril, s u r le g ro u pe des libérés d e la Sécu,


témoigne

« À Strasbourg, nous recevons régulièrement des patients français salariés d'une


institution européenne (Conseil de l 'Europe, Parlement etc.) pour qui / 'employeur a
choisi de ne pas cotiser à la Sécurité sociale, mais à une assurance privée
européenne. C 'est notre quotidien depuis des années. Inutile de vous dire que ni
/ 'employeur, ni les salariés n 'ont été inquiétés à aucun moment. »
Pourquoi les salariés et employeurs privés français n'ont-ils pas le même choix que
ces salariés français, résidant pour certains en France et travaillant pour les
institutions européennes ? Je m'interroge sur le caractère universel que la Sécurité
sociale a inscrit dans ses statuts.

D 27 juillet : coup double de !'U RSSAF

Deux courriers de !'URSSAF ce matin : une troisième mise en demeure et un


courrier m'informant que ma demande de ne plus être assujetti à la CSG et à la
CRDS en raison de mon affiliation à un autre organisme européen de Sécu est en
cours d'instruction.

En retour, pour enfoncer le clou, je me fends d'un petit courrier au chargé d'affaire
juridique qui a eu la bonne idée d'indiquer son nom sur le courrier :

« Je vousfais parvenir le communiqué du 26juillet 2013 du MLPS. Votre tentative


de me faire cotiser à votre régime contre mon gré est complètement illégale. Sachez
que j 'ai la ferme volonté de voir respectées les lois de la République et que je
prendrai à cet égard toutes les initiativesjudiciaires appropriées. »

D 1 5 août : Quelques statistiques q u i font plaisir

Mon blog « jequittelasecu » pas se les 46 000 pages vues.


Le groupe Facebook des libérés de la Sécu dépasse les 1 000 membres.

46
D 24 août : deuxième passage d e l 'h uissier

Pendant mes congés Je 20 août, mon huissier préféré est venu déposer une
deuxième contrainte à payer de !'URSSAF. Je vais donc faire opposition au TASS,
comme le mois dernier, dans les mêmes termes, pour bloquer la procédure de saisie.
Apparemment, !'URSSAF envoie une contrainte à chaque défaut de règlement. On
n'a pas fini de se voir avec l'huissier . . .

D 2 8 août : 4ème m ise e n demeure U RSSAF


L'ordinateur de ! 'URSSAF semble donc envoyer ses mises en demeures sur un
rythme mensuel. J'ignore le courrier.

Septembre 2 0 1 3

D 5 septembre : 3ème passage de l'huissier


Toujours pour une contrainte à payer, du même montant que la contrainte d'août.
Je fais opposition auprès du TASS.

D 6 septembre : le siphonage de la retra ite des p rofessions


l i bérales
J'apprends que 30% des cotisations versées par les professions libérales à leur
caisse de retraite sont distribuées aux autres caisses en déficit, dont les caisses des
régimes spéciaux. Pire, le hold-up sur les réserves est en préparation !
« Les libéraux soupçonnent en/ait le gouvernement de lorgner les 21 milliards de
réserves des dix caisses. Cette somme est le fruit des sacrifices consentis depuis 30
ans par les libéraux en prévision du papy-boom [.. .] au titre des efforts fournis, les
libéraux doivent cotiser jusqu 'à 65 ans pour partir avec une pension complémentaire
sans décote. Près de quatre ans de plus (à date d'aujourd'hui) que les salariés du
privé » (Le Figaro).
Bref, en France, il faut mieux être du côté des cigales car il y aura toujours des
fourmis à ponctionner sous couvert de solidarité :
- Soit le système est vraiment égalitaire : à cotisation égale, retraite égale, et
avec les mêmes conditions d'âge de départ et de réversion, et dans ce cas, il
s'agit bien d'un monopole légal auquel je me soumets ;

47
- Soit le système profite à une minorité au détriment d'une majorité qui payent
pour eux et qui n'ont même pas la même chose en retour, et auquel cas cela
s'apparente à du vol organisé par un Etat qui a le monopole de la force. Etje
ne l 'accepte pas.

0 8 septembre : a nticipation d u passage a u TASS


Le TASS ne devrait plus tarder à me convoquer. Faraj, libéré de la Sécu depuis 20
ans (comme quoi, c'est possible), me renseigne sur le processus qui va se mettre en
route.

1 . Au niveau du TASS

La stratégie est de faire durer et d'obtenir un maximum de renvoi pour dossier


incomplet.
A l'audience, simplement dire que l'on s'en tient aux conclusions déposées (celles
fournies par le MLPS).
Si le juge est agressif ou ostensiblement partial, tout de suite demander au greffier
de noter le propos, récuser le tribunal et demander le renvoi. Faire appel au bâtonnier
pour changer de juge.
Si le plaignant (URSSAF par exemple) remet ses conclusions tardivement par
rapport à la date d'audience, demander un renvoi pour avoir le temps de les examiner.
Si le dossier est complet, sous un à deux mois à l'issue de l'audience, le TASS
émet son jugement. Attention : la condamnation est exécutoire sous 4000€ de
créances, sauf si il y a de la CSG dans ladite créance, auquel cas l'appel est possible
de par la nature particulière de la CSG qui n'est pas une cotisation classique. En clair,
en absence d'appel, l'huissier peut procéder à la saisie pour récupérer les créances
dues. Au-dessus de 4000€ de créance ou si une créance inférieure contient de la CSG,
il convient de faire appel de la décision de première instance du TASS.

2. Au niveau de la Cour d'Appel du TASS

Passage sous un délai de 3 à 6 mois après le jugement du TASS. Là aussi, essayer


d'obtenir des renvois pour faire durer. A l 'audience, s'en tenir encore aux
conclusions fournies par le MLPS. Si la condamnation est confirmée, saisir la Cour
de Cassation.

48
3. Au niveau de la Cour de Cassation

Délai d'au moins 2 ans avant audience . . . L'assistance d'un avocat est nécessaire. Si
la condamnation est encore confirmée : saisir la Cour de justice de l'Union
européenne (CJUE) sauf si la Cour de cassation bloque la saisine de la CJUE au motif
que la Cour a déjà rendu un jugement négatif similaire.

D 14 septembre : conférence deva nt les étudiants libéra ux


Je suis invité par l'association d'étudiants libéraux « European Students for
Liberty » à Paris Je 1 4 septembre pour intervenir sur Je thème de la libération du
monopole de la Sécu.
J'ai débordé du cadre pour donner de la perspective à cette jeunesse qui devra se
libérer elle-même. Voici la transcription de mon discours devant 200 étudiants :

Borljour à tous,
Tout d'abord, je remercie European Students for Liberty (ESFL) pour cette
journée, où même enfermés dans une salle, nous avons tous pris une grande bouffée
d'airfrais au parfum de liberté et entrevu des horizons possibles au-delà de ces murs
clos.
Certains m 'ont lu dans les épisodes de la série « Je quitte la Sécu » relayés par
Contrepoints. Derrière l 'auteur anonyme, il y a bien un homme qui témoigne devant
vous aujourd'hui. Je ne suis pas un économiste, encore moins un philosophe ou un
théoricien de la pensée libérale. Ilsfont tous très bien le boulot comme nous avons pu
le constater depuis ce matin.
Je témoignejuste de mon parcours versplus de liberté, sans chercher à convaincre
ou polémiquer, sans cri et sans fureur et surtout ... sans certitudes, si ce n 'est celle
que ce queje fais est bon pour moi.
Tiens, à ce propos, qui parmi vous connait Max Stirner ?
Né en 1806 et mort à 50 ans, Max Stirner est un philosophe allemand considéré
comme un des précurseurs de l 'existentialisme et de l 'anarchisme individualiste, bien
qu 'il ait lui-même toujours refusé le qualificatif d'anarchiste. Sa philosophie est un
réquisitoire contre toutes les puissances supérieures auxquelles on aliène son « Moi
». Stirner exhorte chacun à s 'approprier ce qui est en son pouvoir, indépendamment
des diverses forces d'oppression extérieures au « Moi ». Son œuvre principale qui
s 'intitule « L 'Unique et sa propriété » s 'ouvre et se termine par la même affirmation
« Je n 'ai basé ma cause sur rien ». A l 'instar de Max Stirne, je vous déclare donc
que «je n 'ai basé ma cause sur rien ! »
Mais alors « pourquoi quitter la Sécu ? », me direz-vous.

49
La réponse tient en deux mots : « Pourquoipas ?»
Pour comprendre cette réponse lapidaire, ilfaut remonter le temps.

J'ai remarqué que la vie se rythmait par tranche de 15 ans :


• De 0 à 15 ans - Education : on est éduqués, sans pouvoir choisir, comme un
petit animal que l 'on dresse ;
• De 15 à 30 - Instruction : on s 'instruit, en choisissant ses études, ses
centres d'intérêts, ses stages puis ses premiers boulots ;
• De 30 à 45 ans - Construction : on construit safamille û 'ai une femme et 5
enfants) et son travail û 'ai créé une lere société de conseil qui est montée à
100 personnes en 10 ans, puis une 2ème où nous sommes actuellement 20).
Etre maître de son propre métier c 'est déjà une liberté énorme ;
• Arrivé à 45 ans, on est à une demi-vie. A l 'instar d'une célèbre publicité
pour du café, on se dit : « what else ? » pour les 15 prochaines années.
Certains changent de vie, de corif oint, de métier, de pays ... Pour ma part, je suis
fier de ce que j 'ai construit et j 'ai décidé de consolider mes constructions. Ceux
parmi vous quifont des études de physique le savent : on est stable que sur 3 appuis
et non 2. Donc la famille et le boulot ça ne suffit pas. Il faut un 3eme pilier pour
consolider la position :
• De 45 à 60 ans - Consolidation : j 'aurai pu choisir un hobby, une quête,
une cause, comme celle du libéralisme. J'ai choisi de me consolider, moi
/ 'Unique, comme dit Max Stirner, en agissant à mon niveau, dans mon
quotidien, pour mon bien. Car au final, quand les enfants sont partis, quand
on est à la retraite (si on y arrive), que reste-t-il à part soi-même ? Une des
actions concrète et visible que je mène dans cette consolidation est de me
libérer des monopoles illégaux que sont la Sécurité sociale et la retraite par
répartition. Je le répète, je n 'ai pas la prétention de militer pour la fin de
ces monopoles. Pour moi ils sont déjàfinis doncje les quitte !
Nombre d'entre vous, conditionnés par l 'éducation civique, les corps
intermédiaires et les médias, pensent que la Sécu est un organisme d'État ; il n 'est
est rien.
Depuis 2001, le monopole de la Sécurité sociale a été abrogé. Depuis la signature
des directives européennes 92149/CEE entièrement transposées dans la loi depuis
2001 (lois n° 94-5 du 4 Janvier 1994, n° 94-678 du 8 août 1994 et 2001-624 du 1 7
Juillet 2001, les régimes de Sécurité sociale maladie et retraite sont en concurrence
avec les organismes d'assurance européens permettant de s 'assurer librement.
Même si ce fait est encore contesté par ces organismes sous prétexte d'être des
régimes légaux non-visés par ces directives, la Cour de justice de l 'Union
européenne a, depuis, clairement défini dans son arrêt PODESTA ce qu 'est un
régime légal et établi que les régimes de Sécurité sociale, et notamment le RSJ, ne le

50
sont pas. Par conséquence, tout le monde peut s 'assurer librement pour les risques
maladie et retraite partout en Europe et ainsi arrêter de cotiser au RSI. Par ailleurs,
vous êtes exonéré de CSG, de CRDS et d'URSSAF (saufAF), ne faisant pas partie du
système socialfrançais.
Chaque jour, des centaines de personnes quittent les régimes de Sécurité sociale et
notre Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale grandit actuellement de
façon exponentielle, les citoyens français étant arrivés à la limite du supportable des
prélèvements sociaux et fiscaux. En s 'appuyant sur ces textes de loi, nous avons la
chance d'aboutir à une diminution des charges et de retrouver le droit de vivre des
fruits de notre travail.
Cette démarche est fondée. Nombreux sont ceux qui se sont libérés depuis
plusieurs années déjà. Ces libérés de la Sécu (ainsi se nomment-ils) ont pu sauver
leur entreprise, et gagner en pouvoir d'achat au lieu de cotiser toujours plus pour
toujours moins de prestations. Cette bouffée d'oxygène est due au fait que les
cotisations sociales (CSG, CRDS, RSJ et assurance maladie assimilées à la
profession, URSSAF, caisses de retraites professionnelles) ne sont plus obligatoires.
Outre les risques que l 'on m 'oppose concernant ma couverture maladie, mais qui
ne concerne que moi, le principal reproche qui m 'est fait est celui d'un déni de
solidarité.
Là encore, l 'État entretient la confusion entre assurance et solidarité autour de ces
prestations dites sociales. En bon libéral, je dirais qu 'une solidarité qui n 'est pas
librement choisie mais imposée est simplement . un impôt. Soit on l 'accepte et on
. .

paye l 'impôt, soit on quitte le pays pour un autre où ce taux d 'imposition (ou de
solidarité) est plusfaible.
L 'assurance maladie, comme toute assurance, doit être payée par des cotisations.
Théoriquement en fonction de votre niveau de risque et de couverture. En effet,
pourquoi irais-je payer une cotisation plus élevée pour les risques que prend mon
voisin en faisant du ski, du VTT en forêt ou en ne faisant pas attention à sa santé. Au
contraire, si je fais attention à ma santé, si je ne fume pas, je mériterai un bonus !
Donc si l'assurance est payée par des cotisations, la solidarité doit être payée par
l'impôt.
A titre personnel, en restant en France, j 'accepte implicitement que ceux qui ne
peuvent pas payer (de bon droit) leur assurance à cause de leurs revenus et/ou de
leur niveau de risque non-choisi en raison d'une qffection dont ils ne sont pas
responsables (handicap, longue maladie) bénéficient d'une solidarité pour qu 'ils
puissent être décemment soignés.
On pourrait donc imaginer que chacun choisisse son assurance, paye sa cotisation
selon son risque et, que pour des raisons de solidarité propre au cadre social de
notre pays, l 'impôt serve à payer le complément de cotisation permettant de
s 'assurer. D 'ailleurs, les économies que je fais sur mon assurance maladie privée
augmentent d'autant mon revenu imposable : je suis donc encore plus solidaire
qu 'avant en ayant quitté la Sécu !

51
De même, la retraite reste obligatoire mais on a le choix de cotiser à l 'asswance
vie européenne de son choix, avec certitude que ce qui a été cotisé sera récupéré
avec intérêts et, cerise sur le gâteau, de pouvoir sortir en rente mais aussi en capital,
et de pouvoir transmettre ce capital à qui l 'on souhaite. Ce qui n 'est pas le cas de la
retraite par répartition dont on ne sait pas ce qu 'on va percevoir, et que vos ayants­
droits ne peuvent récupérer, pas même votre conjoint dont le principe de réversion ne
lui octroie que 54% !
En conclusion, pour reboucler avec mon introduction et passer de la théorie à
l 'exercice de votre liberté, voici mon conseil :
- N'attendez pas l 'homme providentiel ;
- N'attendezpas le parti providentiel ;
- N'attendez pas le grand soir libéral.

Retenez une chose, une seule chose de tout ce que je viens de vous dire : « Soyez le
changement que vous voulez voir dans le monde. » (Ghandi)
Comment/aire ?
Pour cela, je vous donne cinq leviers d 'actions concrètes :
1. Sauvez-vous vous-mêmes ! Ne cherchez pas à sauver les autres ;
2. Tombez les masques ! En vous découvrant, vous vous découvrirez ;
3. Recherchez et choisissez ! Ne laissez pas les superstitions et les théories vous
aveugler ;
4. Voyagez ! Si vous êtes au mauvais endroit, à la mauvaise époque ? Changez au
moins d 'endroit ;
5. Vivez ! Vivez chaquejour comme le premierjour du reste de votre vie.
Et surtout ... Soyezforts !!!

A l'issue de cette conférence, un étudiant m'a proposé de compléter mon


découpage en tranche de 15 ans par une dernière période de 60 à 75 ans (et plus si
possibilité) de « Transmission ». Je retiens la proposition. Qu'il s'agisse de
patrimoine, d'entreprise, ou simplement de savoirs et d'expérience, quoi de plus utile
que de bien les transmettre vu qu'on ne les emmènera pas avec soi.

D 2 1 septembre : conférence des révoltés


C 'est avec un grand plaisir que j 'ai pu intervenir à la table ronde des « révoltés »
organisée par le site d'information Contrepoints que je remercie encore pour porter
notre voix au-delà de l'étouffoir médiatique. Avec Jennifer du mouvement « Les
médecins ne sont pas des pigeons », cela faisait 2 libérés de la Sécu sur les 6
conférenciers à la table. À quand un tiers des Français libérés ?

52
D 22 septemb re : réponse d e ! 'U RSSAF en courrier simple
Il n'est jamais trop tard. En réponse à mon courrier avec accusé de réception du 4
février les informant de ma sortie de la Sécu, l 'URSSAF me répond 7 mois plus tard
que je n'ai pas le droit de faire cela. L'argumentaire tiens en quatre pages de
copier/coller du baratin habituel que l'on trouve sur les sites de ces monopoles
illégaux. Rien de nouveau donc.

D 24 septemb re : se faire « chyprer » son a ss u rance vie,


c'est possible !
Comme vous êtes prévoyant, vous n'attendez pas que la retraite par répartition
vous permette de vivre vos vieux jours sereinement, et même sans être sorti du
système de retraite « obligatoire » français comme je l 'ai fait, vous vous êtes
certainement constitué prudemment une épargne sous forme d'assurance vie, qui,
pour Je coup, porte bien son nom.

Le 4 septembre dernier, une dépêche Bloomberg, bien passée sous silence par nos
médias, et relayée par Simone Wapler sur Atlantico, nous apprend comment un État

est capable de faire un hold-up sur votre assurance vie, durement épargnée.

Pour la faire courte : la Pologne, qui souhaitait réduire son endettement de 8% de


PIB, a annulé les obligations d' État que les gentils souscripteurs avaient dans leurs
assurances vies ! L ' État prendra donc le contrôle des obligations détenues par les
fonds de pension et les transformera en retraites du système public.

Donc en clair, on vous confisque votre assurance-vie et on vous donne en


remplacement le minimum vieillesse . . . Que bien sûr vous ne pourrez pas transmettre
à qui vous voulez, ni surtout sortir en capital comme vous l ' aviez peut-être prévu . . .

Gageons que notre É tat français, qui sait toujours bien s ' inspirer du pire qui se fait
ailleurs quand il ne l ' invente pas lui-même, saura nous faire le coup pour réduire son
propre endettement ! Donc protégez-vous, au mieux en prenant une assurance-vie
dans un pays historiquement respectueux de la propriété privée, comme le
Luxembourg, a minima en restant en France en transformant vos assurance-vie de
type contrat « en euros » en contrat « en unités de compte » ou en « multi support »
selon votre aversion au risque.

Nul besoin de clôturer votre contrat, il faut juste demander à votre banquier de
transformer votre contrat, sans perte d'antériorité, au titre de l'amendement Fourgous
qui vous en donne le droit.

54
0 26 septembre : intervention à l 'Assemblée Nationale
Sous c e titre racoleur, je n e suis pas intervenu dans l'hémicycle mais j ' ai été invité
par Alternative Libérale à témoigner de ma démarche de sortie de la Sécu et de la
retraite lors d'une réunion qui s'est tenue dans une salle de 1' Assemblée Nationale
dans le cadre de leur projet « Un nouveau logiciel pour la France » devant 60
personnes, dont 25 représentants d'organisations libérales. L'occasion pour eux de
découvrir un mouvement de fond, de milliers de Français qui sortent du système
« avec leurs tripes ». On ne se libère pas de la Sécu comme on fait un « like » sur
Internet. C'est un acte fort qui engage sa vie et celle de sa famille.

D 30 septembre : Sème mise en demeure de ! 'U RSSAF


Fidèle à sa programmation mensuelle, l'ordina-tueur du monopole illégal a craché
son courrier recommandé. Copier/Coller des précédents. Même le montant demandé
n'a pas bougé depuis 3 mois. Cela fait 5 mises en demeure pour 3 contraintes
d'huissier. Donc 2 contraintes à venir. L'huissier doit être en train de les stocker pour
éviter de faire plusieurs voyages . . .

0 3 1 septembre : passage a u l a bo

Petit prélèvement au laboratoire d'analyse. La secrétaire me fait remarquer qu'ils


ont un peu souffert à faxer en Angleterre chez mon assureur les justificatifs pour se
faire rembourser du tiers payant du précédent examen. Je paye donc gentiment la
totalité. Mon assurance privée me remboursera 1 00% des frais en quelques jours. Pas
la peine de faire un esclandre.

Octobre 2013

D 3 octobre : passage e n DEFCON 3


Au vu de certains autres libérés qui ont été convoqué au TASS après une ou 2
contraintes, ma convocation ne devrait plus tarder et je ne vois pas par quel miracle
ils reconnaitront mon droit là où ils l ' ont toujours refusé à ceux qui sont passés avant
moi depuis des années. Mais bon, j 'ai décidé de suivre le MLPS et la voie de la
bataille juridique, et non pas celle de la révolte fiscale, illégale (bien que légitime
quand cette pression fiscale est trop importante, mais c'est un autre débat). J'anticipe
donc une condamnation et la délivrance par le TASS d'un titre exécutoire qui
permettra à !'URSSAF de procéder à une saisie. Le MLPS confirme qu'aucun de

SS
ceux qui ont suivi leur procédure ne s'est fait saisir à ce jour, mais je ne tiens pas à
être l 'exception qui confinne la règle . . . Je passe donc en DEFCON 3 en serrant les
boulons sur l ' insaisissabilité.

• Pour les comptes bancaires :


N'ayant pas pu ouvrir un compte à l 'étranger (contrairement à tous mes camarades
libérés qui ont pu le faire), j ' ai donc mis à zéro mes comptes et livret d'épargne
personnel. Mon épouse (avec qui il ne faut pas que je me fâche à présent) a tout
récupéré sur des comptes à son nom sur lesquels j 'ai procuration. Idem sur l es livrets
des enfants mineurs.

En cas de saisie du compte sur lequel transitent mes revenus/dépenses à caractère



professionnel, il suffit de rester sous la barre des 499,3 1de SBI (solde bancaire
insaisissable). Pour payer les grosses dépenses, il suffit donc d'utiliser le découvert
(préalablement négocié avec votre banquier) pour se mettre en solde négatif et
d'alimenter ensuite Je compte pour le remettre à l'équilibre sous Je SBI.

• Pour les véhicules :

Ils sont déjà en location, donc non-saisissables, ou au nom de mon épouse.

• Pour la résidence principale :

L 'anne lourde serait de monter une SCI mais pour n'y loger qu'une seule
résidence, Je coût est prohibitif. Ayant acheté en indivision, et étant marié sous le
régime de la séparation, seule ma part serait susceptible de faire l 'objet d'une saisie.
Toutefois, il apparaît que les créanciers personnel s d'un indivisaire ne peuvent
saisir sa part dans les biens indivis, meubles ou immeubles (article 8 1 5- 1 7, alinéa 2),
ni ne prendre aucune mesure ayant pour effet de rendre cette part indisponible (l ère
chambre civile de la Cour de cassation, 1 5 juillet 1 999). Super !
Cette règle comporte toutefois une dérogation quand le créancier d'un indivisaire
bénéficie d'une hypothèque consentie par tous les indivisaires, ou est titulaire d'une
créance engageant solidairement tous les indivisaires. Il est alors fondé à poursuivre
la saisie et la vente du bien indivis sur lequel s'exerce la poursuite ( l ère chambre
civile de la Cour de cassation, 20 novembre 1 990). Ce qui est le cas de la banque
pour un prêt immobilier, mais pas le cas de ! ' URSSAF. Donc bon pour moi.

Il est à noter que si l ' article 8 1 5 - 1 7, alinéa 2 du Code civil interdit aux créanciers
personnels d'un des indivisaires de saisir sa part dans les biens indivis, ceux-ci (les
services fiscaux ou les banques par exemple) peuvent provoquer le partage au nom de
leur débiteur, ou encore intervenir au partage que celui-ci aurait provoqué (article
8 1 5- 17 alinéa 3 du Code civil). Ah mince ! Là, je suis cuit.

La demande de partage est sownise au respect des conditions suivantes :

- les créanciers doivent démontrer que leurs intérêts sont en péril et que le
débiteur néglige de faire valoir ses droits ( l ère chambre civile de la Cour de
cassation, 1 7 mai 1 982) ;

56
cette action ne peut être intentée que s'il existe une créance certaine,
exigible et liquide (chambre des requêtes de la Cour de cassation, 25 mars
1 924) ;
- les créanciers doivent prouver l 'existence d'un intérêt à agir. Cet intérêt est
caractérisé lorsque la créance est en péril, du fait notamment de
l 'insolvabilité du débiteur ou du risque de voir la valeur du bien indivis
affectée par les fluctuations du marché immobilier ( l ère chambre civile de la
Cour de cassation, 19 novembre 1 996).
Ouf ! Le premier point est pour moi : je ne vais pas mettre !'URSSAF en péril par
ma créance. Loin de là.

• Pour les biens meubles :


Pour commencer, si les biens sont détenus dans les locaux d'habitation, la saisie­
vente doit être autorisée par le JEX Guge de l'exécution) auprès duquel un recours
peut encore être formulé. Cela n'est pas le cas pour des locaux professionnels où le
titre exécutoire du TASS suffit à engager la procédure de saisie. Ensuite, si le JEX
donne son autorisation, certains biens mobiliers sont insaisissables lorsqu'ils sont
nécessaires à la vie courante et au travail.
Ainsi, la personne saisie continue de disposer des éléments suivants : vêtements,
literie, linge de maison, objets et produits nécessaires aux soins corporels et à
l'entretien de la maison, denrées alimentaires, objets de ménage nécessaires à la
conservation, à la préparation et à la consommation des aliments, appareils de
chauffage, table et chaises pour prendre les repas en commun, meuble pour les
vêtements et le linge, et un pour ranger les objets ménagers, machine à laver le linge,
livres et objets nécessaires à la poursuite des études ou de la formation
professionnelle, objets d'enfants, souvenirs à caractère personnel ou familial,
animaux d'appartement ou de garde, animaux d'élevage (ainsi que les denrées
nécessaires à leur élevage), instruments de travail nécessaires à l 'exercice personnel
de l'activité professionnelle, poste téléphonique permettant l'accès au service
téléphonique fixe ou mobile.
Heureusement que ma box Internet est propriété insaisissable de mon opérateur car
le législateur n'a pas prévu le cas de figure dans cette liste à la Prévert !
Donc pour tout ce qui n'est pas dans la liste, et dont les factures sont explicitement
à mon nom, je vais devoir faire une donation à mon épouse. C'est simple mais
fastidieux : remplir le formulaire de don manuel CERFA 2735 en listant les objets et
leur montant évalué, et communiquer le formulaire au centre des impôts. Entre
époux, l'abattement est de 80 724€ tous les 1 5 ans. Au-delà ça taxe de 5% à 45% !

57
0 7 octobre : hold-up s u r les retraites d es l i béraux et chefs
d 'entreprise
Vote de l ' article 32 de la réform e des retraites.

Cet article consacre la mainmise de l 'Etat sur la CNAVPL (Caisse nationale


d'assurance vieillesse des professions libérales) qui chapeaute l'ensemble des caisses
de retraite de branche (CIPAV, CARCDSF, CAVP, CARPV, CAVAMAC,
CARPIMKO, CARMF, CAVOM, CRN, CA VEC, . . . ). Pour la faire courte :

• Sur le plan de la gouvernance, on peut s' attendre à une gestion centralisée


calamiteuse sur le mode du RSI. Par exemple les frais de gestion du RSJ
sont de 5,8% des cotisations contre 1 ,3% à la CARMF (soit 4,5 fois moins).
Idem sur les taux d'impayés qui sont dix fois moindre ;

• Sur le plan financier, l ' État souhaite faire main-basse sur les réserves de ces
caisses qui sont à l 'équilibre et qui ont eu la prudence de constituer quelques
noisettes pour faire face à leurs engagements dans les prochaines années.
Cela ira, bien entendu, renflouer les caisses des régimes spéciaux, pour ne
pas dire spécieux, qui sont en déficit.

Je m ' inquiète donc pour ceux qui sont encore dans le système . . .

0 8 octobre : l e RSI s e manifeste enfin


Sans nouvelle d e l a part du RSI depuis m a libération en mars, je reçois e n courrier
simple ce jour l 'appel de cotisation concernant la régularisation 20 1 2 et le 4ème
trimestre 20 1 3 , auxquels s'ajoutent les 2ème et 3ème trimestres que je n'ai pas réglés.

Bizarrement, pas de mention de pénalités de retard pour ces trimestres dus . . .

Le tout est à payer au 5 novembre. J' ignore et j ' attends l a mise en demeure.

0 9 octobre : 4ème contrainte d 'h u issier


Ce matin, dans la boite aux lettres en courrier simple, la 4ème contrainte à payer de
! ' URSSAF. Étonnamment, ce courrier indique que l ' huissier est passé le 4 octobre et
que conformément à la loi, il a laissé un avis de passage. Nous surveillons pourtant de
très près la boite aux lettres et nous n'avons pas vu cet avis de passage. De là à ce
qu'il ne soit même pas passé . . . c'est sa parole contre la mienne. Bref, cet
impondérable m'a fait perdre 5 jours dans le délai de réaction déjà court pour faire
opposition au TASS.

Je fais donc rapidement le courrier d'opposition au TASS et je me fends au


passage d'un recommandé à l ' huissier lui demandant de faire la lumière sur cet avis
de passage fantôme.

58
0 1 1 octobre : appel d e la secréta ire de l'huissier
Cette dame m'appelle pour m e faire part de son étonnement à mon courrier AR Je
lui confirme donc que j'attends une réponse formelle à mon courrier pour savoir si
oui ou non l'avis de passage a été déposé. Dans la négative, la contrainte tomberait
immédiatement du fait du non-respect de la procédure de notification.

O 1 1 octobre : comment se faire imposer rétroactivement


son épa rg ne longue
Après vous avoir encouragé fiscalement à épargner à long terme, pour vous
constituer un complément de retraite par exemple, sous forme de PEA, assurance-vie,
PEE, PERCO etc., les hommes de l ' État se proposent de voter dans le PLFSS 20 1 4
(Projet de loi de finance de l a Sécurité sociale) l 'imposition uniforme à 1 5,5% de
toutes vos plus-values. Pour rappel , auparavant, le calcul se faisait année par année en
prenant le taux de CSG applicable au moment de chaque plus-value. Là, c'est 1 5,5%
sur la totalité de vos plus-values, même si, quand vous aviez ouvert votre contrat, la
CSG était 5% ! Pour rappel, la CSG a été créée en 1 992 à 1 , 1 %. Nous sommes
maintenant à 1 5,5% mais rassurez-vous, quand vous sortirez de votre assurance-vie
dans 1 5 ans, elle sera à 25%.

Ce déni de droit milite pour la constitution d'une épargne légale hors de France et
de préférence dans un pays respectueux des droits de propriété pour pas se faire
«chyprer» son épargne. Vous récupérerez ensuite votre épargne sans plus-value en
prenant votre retraite . . . au soleil hors de France ! Les Portugais l'ont bien compris et
déroulent le tapis rouge en proposant une franchise totale d' impôt aux retraités
français.

Que restera-t-il de la France :

- si les retraités sont partis à l'étranger et ne dépensent pas leur pension en


France ?

- si les jeunes sont partis chercher une herbe plus verte ?

- et si les créateurs d'entreprise et business angels 3e sont fiscalement exilés ?

Un Disneyland géant ?

II restera aussi une Sécu monopolistique et une retraite de Ponzi « que-le-monde­


entier-nous-envie », mais plus personne pour la payer.

59
D 1 9 octobre : régu l a risation U RSSAF 2 0 1 2
Comme chaque année à l a mi-octobre, j e reçois l a régularisation URSSAF par
rapport à mes revenus déclarés 20 1 2 . Je ne leur dois plus la CSG/CRDS, mais je
continue de payer les allocations familiales. Toutefois, la base de revenus 20 1 2 prise
en compte étant grossièrement erronée (erreur de ma part en début d'année dans la
Déclaration commune de revenus), j ' informe !'URSSAF de cette erreur en joignant
pour preuve ma déclaration de revenus professionnels (« 2035 » pour les
connaisseurs) et en leur demandant de refaire le calcul de régularisation sur cette
base. Je réglerai uniquement la partie allocations familiales de cette régularisation.

D 22 octobre : double citation s u r la rad io BFM Business


Dans l'émission « Les experts », Alain Madelin me cite à deux reprises après dix
minutes de débats pour finir par nier de manière péremptoire la fin du monopole de la
Sécu . . . Etonnant pour un libéral affiché comme lui. A moins qu'il ne s'agisse d'une
liberté à deux vitesses : liberté économique oui, liberté sociale, non. Bis repetita dans
les premières minutes de la deuxième partie d'émission. En tout cas, merci à Nicolas
Doze de remettre le sujet sur la table régulièrement. Pour la cause.

D 23 octobre : deuxième passage s u r RMC Brunet


Pour la deuxième fois, Claude Reichman est invité à débattre de la fin du
monopole de la Sécu. J'interviens en direct à l'antenne pour donner des éléments
chiffrés de comparaison entre la Sécu et mon assurance maladie privée.

Au cours de l'émission, la députée socialiste Valérie Rabault, rapporteur du projet


de loi de financement de la Sécurité sociale, a longtemps tourné autour du pot à la
question de savoir si la Sécu était toujours en situation de monopole. Il lui aurait
pourtant été facile de répondre « oui » comme Alain Madelin la veille dans BFM
Business. Elle ne l'a pas plus nié et a fini par reconnaître à l 'arrachée que « le
règlement européen s 'applique ».
Il va donc falloir une troisième émission pour qu'un représentant de l 'État réponde
clairement par « oui » ou par « non » à cette question. En attendant, satisfaisons-nous
du 84% de votants pour le libre choix de son assurance maladie.

D 2 5 octobre : l 'effond rement i ncog nito d u rég ime


collectiviste français
Dans son article sur Contrepoints, Bernard Martoïa commente l'émission d e RMC
et revient sur la décision de la CJUE du 03/1 0/20 1 3 qui conclut : « L 'interdiction des

60
pratiques commerciales déloyales vis-à-vis des consommateurs s 'applique également
aux caisses de maladie du régime légal ».

Me concernant, je n'ai pas souvenir d'avoir signé u n contrat avec la Sécu qui m ' a
affilié d'office . . . L'absence de contrat étant une pratique déloyale, j e vais pouvoir les
attaquer pour extorsion de fonds !

D'ailleurs Valérie Boyer, ancienne cadre supérieur de la Sécurité sociale et député


UMP sait de quoi elle parle quand elle confinne dans un tweet sur les réseaux sociaux
« Ça va être la révolution en France : la CE! (Cour européenne de Justice) donne
l 'autorisation de CHOISIR son assurance santé ».

0 25 octobre : 6ème mise en demeure d e !'U RSSAF


Toujours pareil. L ' huissier et sa contrainte ne devraient pas tarder à la mi­
novembre.

D 28 octobre : com m a ndement de payer a u fin d e saisie­


vente
Ce matin, l'huissier sonne à la porte pour la première fois. Ça change. L'avis qu'il
nous remet change également car il est intitulé « Commandement de payer au fin de
saisie-vente » ce qui fait toujours dresser les poils quand on le voit pour la première
fois.

Pour la faire courte, sauf à payer !'URSSAF dans les 8 jours, l 'huissier pourra
venir procéder à une saisie-vente à l a maison. Au surplus, il lui est donné la
possibilité de procéder à des mesures conservatoires immédiates sur les comptes
bancaires !

Comme je n'ai toujours pas été convoqué au TASS (Tribunal des affaires de
Sécurité sociale), je n'ai pas pu être condamné et mon brave huissier n'a donc pas en
sa possession de titre exécutoire lui donnant le droit de procéder ainsi.
Renseignement pris auprès de mes amis libérés de la Sécu, il apparaît que le TASS
n'a pas dû envoyer dans les délais impartis la copie d'une des oppositions à
contrainte de payer que j'envoie après chaque passage d'huissier. Cet huissier bien
zélé, en absence de retour du TASS, a donc considéré que je n'avais pas fait
opposition et a l ancé sa procédure de saisie-vente.

Un coup de fil à l'huissier me confirme qu'il vient juste, quelle coïncidence, de


recevoir ce même jour le courrier du TASS et que je ne devais donc pas tenir compte
de son passage le matin même . . . On croit rêver. Je lui demande donc un courrier
confinnant formellement ce propos. Que j ' attends toujours depuis . . ..

61
En retour je me fends du courrier recommandé suivant à son intention :

« Maître,
Je vous informe par la présente que je conteste le commandement aux fins de
saisie vente qui m 'a été délivré le 2811012013.
Vous trouverez copie ci-joint de l 'accusé réception de mon opposition à contrainte
du TASS datée du 1 111012013.
Ce commandement est abusif car / 'URSSAF n 'a aucun titre exécutoire à mon
encontre.
Je saisirai le Juge de / 'Exécution et demanderai le paiement de dommages et
intérêts.
Veuillez agréer, Maître, mes salutalions distinguées »

D 29 octobre : Contribuables Associés me donne la parole


Un grand merci à Contribuables Associés qui a eu Je courage de publier sur son
site mon brûlot « Sécurité sociale : brisons le monopole ».

D 29 octobre : vote du PLFSS ( Projet de loi de finance de la


Sécurité sociale) 20 14
4,2 milliards de taxes, impôts et cotisations supplémentaires et 4,4 mill iards
d'économie dont 2,9 rien que pour la branche Maladie. Total : 8,6 milliards pour
boucher un déficit de 1 3 milliards. Le compte n'y est pas pour l 'État mais en
revanche pour vous, ça se traduit par payer plus pour être soigné moins !

En vrac :

• Baisse du quotient fami l ial. Dans mon cas avec 5 enfants et à revenus
identiques, je vais payer 22% de plus d'impôts en 20 1 4 ! Faites vos
simulations si vous ne voulez pas être surpris au troisième tiers en septembre
20 1 4 . . .

• Une fiscalisation pour les salariés de l a participation des employeurs aux


contrats collectifs de complémentaire santé. Après avoir rendu la mutuelle
obligatoire pour tous en 20 1 6, taxer les salariés sur ces mutuelles est assez
croquignolet ;

• Uniformisation du taux de prélèvements sociaux à 1 5,5% sur votre


assurance-vie. Ça, c'est encore pour moi aussi ;

• Déplafonnement de la cotisation d'assurance-vieillesse des travailleurs


indépendants : j 'ai bien fait d'en sortir, sinon c'était encore pour bibi ;

62
• Et la meilleure pour la fin : taxation des contrats complémentaires santé non­
responsables, prenant en charge des dépassements d'honorrures des
médecins. Parce que, bien sûr, ce n'est pas responsable de payer soi-même
volontairement pour être mieux rembourser ensuite ...

Sur le volet « baisse des dépenses », i l y en a pour tout l e monde. Personne ne sera
oublié.

Novembre 20 1 3

0 3 novembre : et l a Cou r d e J ustice d e l 'U n ion


européenne confirma la fin d u monopole de la Sécu
française
« La Cour Européenne a donc jugé qu 'en dépit de son statut, la caisse allemande

devait se voir appliquer la directive 2005129/CE du 11 mai 2005 relative aux


pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans
le marché intérieur. Ce qui signifie qu 'aux termes de cette directive, toutes les caisses
sociales faisant de l 'assurance sont des entreprises et leurs affiliés des
consommateurs, donc des clients » (un article de Claude Reichman sur Atlantico.fr).
En tant que client, je vous invite à demander le contrat qui vous lie avec la Sécurité
sociale. Ils peuvent chercher. Moi je n'ai rien signé. Et vous ?

D 8 novembre : Ci nqu ième contrai nte d 'h u issier


Réglé comme du papier à musique chaque mois depuis juillet, au courrier ce matin,
ma cinquième contrainte à payer ! ' URSSAF. Pour la deuxième fois, le clerc n'a pas
pris la peine de sonner, ni de laisser un avis de passage, ce qui est contraire à la
législation et me fait perdre deux jours dans le délai d'opposition au TASS, le temps
que reçoive l'avis par la poste.

Je me déplace donc chez ] 'huissier pour lui remettre en main propre le courrier
suivant dont j 'ai récupéré une copie contresignée. Non mais.

« Maître,
Pour la deuxième fois, je reçois par courrier simple une signification de contrainte
de votre part sans qu 'un avis de passage n 'ait été laissé dans ma boite aux lettres, ni
même que vous n 'ayez sonné à mon domicile alors que j 'étais présent. Je vous
rappelle que la Loi vous oblige à vous présenter à mon domicile, et en mon absence à
laisser un avis de passage.

63
Je vous informe que je me permettrai de signaler ce comportement inapproprié à
votre Ordre si cela devait se reproduire, ainsi que porter ce fait devant les instances
compétentes.
Veuillez agréer, Maître, mes salutations distinguées. »

Nous verrons si cela sera suivi d'effet le mois prochain.


En poursuivant la discussion aimablement avec l 'huissier, nous reparlons de l'avis
de saisie-vente du mois précédent. Il me conseille de lui envoyer, dès que je la
recevrai, la copie de l'accusé de réception du TASS à mon opposition à la contrainte.
Cela lui permettant de bloquer la procédure sans attendre que le TASS lui envoie son
exemplaire hors délai et génère le démarrage de la saisie-vente automatiquement.

Voici le modèle de courrier utilisé :


« Maitre,
Veuillez trouver ci-joint une copie de l 'accusé de réception envoyé par le TASS en
réponse à ma dernière opposition à contrainte. Par conséquent, je vous demande de
bloquer la procédure exécutoire de / 'URSSAF à mon encontre.
Veuillez agréer, Maître, mes salutations distinguées. »

D'ailleurs, pour nous faciliter la vie avec ces échanges mensuels de courriers avec
le TASS et l 'huissier, j 'ai imprimé à J 'avance les courriers types pré-signés avec des
blancs pour les dates et les montants. Ceci permet à mon épouse de traiter rapidement
chaque cas de figure. Voire de déléguer à mon voisin de confiance la gestion de ces
contraintes lors de nos futurs congés (bien prévoir une procuration lui permettant de
retirer l'avis chez l'huissier et une bonne bouteille pour la peine de relever chaque
jour notre courrier).

D 1 2 novem bre : rem bou rsement de mon assurance


maladie privée
Le suj et des remboursements d'assurance privée et de la nécessité ou non de
prendre une mutuelle complémentaire revient régulièrement dans les questions qui
me sont posées sur Internet. Sur mon dernier relevé de remboursements (formule de
base « 1 er Euro Or » sans aucune autre option), tout a été remboursé à 1 00% des frais
réels sans mutuelle complémentaire :
- Laboratoire : payé 54,54€, remboursé 54,54€ ;
- Consultation médecin : payé 23€, remboursé 23€ ;
- Majoration déplacement médecin à domicile : payé 1 0€, remboursé 10€ ;

64
- Consultation spécialiste : payé 46€, remboursé 46€.

Une mutuel le complémentaire reste toutefois pertinente pour avoir un meil leur
remboursement dentaire et optique. Toutefois, au vu du prix des mutuelles, peut-être
vaut-il mieux se payer une paire de lunettes tous les 4 ans en ne sacrifiant pas à la
mode et en y faisant attention. Encore une fois : principe de responsabilité. Quand on
paye ses dépenses, on fait naturellement attention. Ce n'est pas l 'open-bar au frais de
la communauté.

D 14 novembre : I nsaisissa bilité d e ma résidence principale


J'apprends que l a position d u notariat s'appuie sur le texte d e l a loi Dutreil d e 2003
(L526- 1 ) et sur les commentaires de la loi définissant que la déclaration
d'insaisissabilité produit ses effets sur les créances nées à l 'occasion de l'activité
professionnelle. Les cotisations sociales étant des dettes personnelles, elles ne
rentrent normalement pas dans le champ de cette insaisissabilité. Pourtant, un
commentaire rédigé par un chercheur, publié au DEFRESNOY 2003 , p. 1 1 97,
explique que ces dettes (RSI, URSSAF . . . ), même si elles sont personnelles, sont nées
de l'activité professionnelle et rentrent bien dans les effets de la déclaration
d' insaisissabilité. La meilleure preuve étant qu'elles sont déductibles du revenu
professionnel !

Je vais donc retourner voir mon notaire sur ce point et faire cette déclaration.

D 23 novembre : sa l le pleine pour la réu nion « Q uitter l a


Sécu » à Neuilly
250 personnes sont venues assister à la réunion où après un discours de Claude
Reichman sur l'historique du mouvement et ses derniers rebondissements,
notamment lié à l 'arrêt de la CJUE du 3 octobre dernier, les participants ont pu poser
leurs questions en séance et échanger directement en face à face avec la douzaine de
membres actifs du mouvement QLSS (Quitter la Sécurité Sociale).

Par rapport aux réunions précédentes, les participants sont arrivés déjà très bien
informés et la question n'était plus sur le pourquoi sortir, ni même le comment sortir,
mais sur le concret de ce qui se passe une fois libéré. D ' ailleurs, nombre d'entre eux
étaient soit déj à récemment libérés, soit se préparaient à sortir au 1 er janvier après
leur clôture comptable 20 1 3 . Ayant dû refuser des inscriptions, une session
complémentaire est d'ores et déjà planifiée le 1 5 décembre au même endroit à
Neuilly.

65
D 2 5 novembre : mon blog passe les 100 000 pages vues
Dix jours plus tard, nous en sommes déjà à l l O 000, soit une moyenne de 1 000
visites quotidiennes. Sachant que je ne publie un nouvel épisode que toutes les 2
semaines, cela démontre un flux régulier de nouveaux visiteurs intéressés. Ajoutons
les lecteurs réguliers de ces mêmes épisodes sur Contrepoints et nous obtenons une
audience significative ; mais le meilleur vecteur reste le bouche à oreille et la valeur
d'exemple de chaque libéré qui témoigne à son entourage que c' est réellement
possible dans la vraie vie, et non en théorie.

C'est la diffusion de l'information qui fera bouger les lignes et contraindra l 'État à
reconnaître officiellement la fin du monopole, et fera prendre conscience à chacun de
la possibilité de s'assurer librement, pour mieux et pour moins cher.

D 2 7 novembre 7ème mise en demeu re U RSSAF en


recommandé
J'attends mon huissier autour du 8 décembre pour l a contrainte à suivre.

D 28 novembre : enfin d es nouvelles de mon assureur pou r


la prévoyan ce
Mon courtier m ' avait déclaré que mon contrat de prévoyance existant était toujours
valable même après sortie de la Sécu. Cette prévoyance couvre les indemnités
journalières en cas d'arrêt maladie, l 'incapacité temporaire ou permanente de travai l,
l 'invalidité et le décès. J'avais également demandé confirmation formelle à l 'assureur
par courrier recommandé, mais je reste sans réponse de leur part depuis août.

Mon courtier, les ayant relancés, m'informe que ma question leur a posé un réel
problème et qu'effectivement, je ne suis plus couvert depuis ma sortie de la Sécu ! Je
leur demande donc de me rembourser les échéances payées depuis lors et je souscris
immédiatement à une nouvelle prévoyance compatible avec les libérés de la Sécu . . .

D 3 0 novemb re : m a nifestation place d u Châtelet à Paris


La première manifestation de ma vie ! Décidément, rien ne me sera épargné dans
cette sortie de Sécu . . .

Plus sérieusement, les libérés de l a Sécu ont répondu à l ' appel de l a Coordination
nationale des mouvements de « Révoltes fiscales - Réveil citoyen » . Aux côtés des
Tondus, des Dindons, des Vaches à lait, des Citrons pressés, etc., je représentais les
Libérés de la Sécu avec mon camarade de tranchée, libéré depuis 1 993, qui a payé de
sa personne pour accrocher notre banderole aux sphinx de la fontaine du Châtelet. Je
m' excuse de l 'outrage, mais nous étions bien visibles ! Au-delà des 400 manifestants,

66
les passants et automobilistes ne pouvaient pas nous louper. Cela a dû leur poser
questions, ce qui était bien dans l ' esprit « Réveil citoyen » de ce rassemblement.

Décembre 20 1 3

D 3 décembre : L'É tat passe en force sur l e contrat d 'accès


aux soins
Pour rappel , c e contrat d'accès aux soins (CAS) est un jeu d u « je t e tiens, tu m e
tiens par la barbichette » o ù le médecin secteur 2 (qui fait des dépassements
d'honoraires) s' engage à limiter ses dépassements en échange du paiement d'une
partie de ses cotisations maladie et retraite par la Sécu.

Ce contrat devait requérir un tiers de médecin secteur 2 volontaires. Faute


d'atteindre ce chiffre, l 'État revient sur sa parole et passe le décret en force. C'est
beau la démocratie.

D'ailleurs, sachez que les médecins secteur 1 , ceux qui appliquent strictement les
tarifs Sécu, ne payent que 0, 1 1 % de cotisation sur leur revenus alors que les « ultra­
libéraux» secteur 2 déboursent 9,8 1 %, soit 89 fois plus !

Tant qu'on est à parler médecin, saviez-vous que Je deuxième acte d'un praticien
ne lui est payé par la Sécu qu'à moitié prix ? Par exemple, quand le gastro­
entérologue réalise une gastroscopie, puis une coloscopie, le 2ème acte est tarifé à
50%. Idem chez le dentiste pour une deuxième dent arrachée. Pire, certains actes
annexes et fournitures peuvent être carrément non-tarifés.

Et Je boulanger, il vous fait sa deuxième baguette à 50% ?

Et le politique, il touche deux fois moins quand il cumule un deuxième mandat ?

On croit rêver. . .

Ne vous posez donc plus la question de savoir pourquoi votre dentiste préfère vous
faire revenir une 2eme fois plutôt que de tout faire Je même jour. La perversité de la
Sécu l 'y oblige.

Pour revenir sur la libre assurance maladie, j 'informe les praticiens que les
assurances maladies privées remboursent la totalité des actes effectués au cours d'une
même séance sans cette décote de 50%. Bilan : l 'assurance privée est moins chère
que la Sécu pour Je patient, le patient est mieux remboursé et Je praticien rémunéré à
la juste hauteur du travail fourni. A bon entendeur.

67
O 6 d écembre c'est d éjà Noël chez les Ang lais

Mon assurance maladie privée anglaise m ' informe que le plafond annuel de
remboursement de 450 000€ est porté à 700 000€, et que les garanties sont améliorées
sans hausse de cotisation :
- Honoraires des médecins non-conventionnés remboursés sur la même base
que les médecins conventionnés. Pour rappel à la Sécu, c'est remboursé
70%, de 0,6€ à 1 ,2€ selon le médecin consulté ;
- Remboursement des verres optiques augmenté de 350% à 450% de la base
Sécu.

Pendant ce temps, la Sécu coûte toujours plus cher et rembourse chaque année de
moins en moins bien en laissant le soin aux mutuelles de faire cette prise en charge
supplémentaire. Ce qui augmente sans cesse les tarifs de mutuelles.
Je me permets de reprendre un commentaire d'un lecteur, qui donne la preuve par
l'exemple de l 'efficacité de l'assurance privée :

« Libéré de la Sécu » comme vous depuis le Ier avril 2013, j 'avais posté sur
Contrepoints ma mésaventure concernant une opération en urgence du poignet suite
à une chute en enduro (sous le pseudo AED) courant septembre. Après quelques
échanges téléphoniques, essentiellement liés aufait que les agentsfrançais en charge
de la compta des hôpitaux ne comprennent rien, je viens d 'avoir par téléphone le
service compta li m 'a corifirmé que ma nouvelle assurance privée européenne a
réglé l 'intégralité des frais : hospitalisation + opération + anesthésie + radios +
taxi. Donc rien à débourser. Même ma mutuelle n 'aura rien à payer. [... } Bref. tout
ça pour dire, s 'il était encore nécessaire de le prouver, qu 'on peut faire beaucoup
mieux avec beaucoup moins. En effet, cette année, ma cotisation maladie privée est
de 1 800€ et le couple RSJ+ URSSAF m 'aurait couté 14 000€. »
Merci pour son témoignage que je complète en confirmant que cette assurance
privée sait prendre en compte six mois de médicaments d'un coup en pharmacie (cas
de traitement long), alors qu'avec la Sécu, il faut y retourner chaque mois faire
renouveler l 'ordonnance. Tout est dit.

D 7 d écembre : o n sort les g uns !

Fini de rigoler. Marre de prendre des coups à sens unique. Il est temps de riposter.
Je lance deux assignations contre !'URSSAF auprès du Tribunal de grande
instance :

68
- Une pour procédure abusive, concernant la procédure de saisie-vente l ancée
à mon encontre le 28 octobre sans titre exécutoire du TASS. Ça, c'est pour
l 'honneur ;
- L'autre, avec le MLPS, pour extorsion de fonds, suite à l 'arrêt de la CUJE
du 3 octobre 20 1 3 . En bref, la Sécu, relevant du Code de la mutualité, est
soumise aux règles commerciales normales, donc si elle envoie l ' huissier
pour réclamer de l ' argent en absence de contrat me liant à elle, cela s'appelle
de l 'extorsion de fonds. Plus d' information sur l 'argumentaire utilisé.

Cela reste néanmoins petit joueur à côté du MLPS qui saisit la Cour de justice de la
République contre M. Moscovici et Mme Touraine pour « s 'être rendu coupable,

dans / 'exercice de leurs fonctions, du délit prévu à l 'article 432-l du code pénal, aux
termes duquel le fait, par une personne dépositaire de / 'autorité publique, agissant
dans / 'exercice de ses fonctions, de prendre des mesures destinées à faire échec à
l 'exécution de la loi est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros
d'amende », pour avoir écrit respectivement le 1 8 et 28 octobre 20 1 3 :
- « D 'une manière générale, la Sécurité sociale est exclue du champ

d'application du droit européen de la concurrence. » P. Moscovici


- « La personne qui exerce son activité en France est obligatoirement affiliée

au régime légal de Sécurité sociale dont elle relève. » M. Touraine

0 26 novem bre : l 'I nstitut d e la protection sociale


européenne interprète l'arrêt de la CUJE du 3 octobre
La décision du 3 octobre 20 1 3 de la Cour de justice de l ' Union européenne sur
l 'affaire C-59/ 1 2 BKK Mobil Oil considère que la directive sur les pratiques
commerciales déloyales s'applique aux caisses de maladie du régime légal, malgré
leur mission d'intérêt général et leur statut de droit public :

« L 'arrêt de la CJUE est un élément important de la jurisprudence européenne

relative à la notion d'entreprise et à / 'interprétation et l 'application du droit de / 'UE


relatif au droit de la concurrence. En effet, cet arrêt constate qu 'une institution de
droit public, qui est investie d'une mission d'ordre public en raison de la gestion
d'un régime légal d'assurance maladie, doit être considérée comme étant un
organisme « professionnel » au sens de la directive 2005129/CE du 1 1 mai 2005.
Cette directive vise à assurer un niveau commun élevé de protection des
consommateurs et interdit les pratiques commerciales déloyales. La Cour a
antérieurement constaté que le champ d'application matériel de cette directive est
particulièrement large et affirme dans cet arrêt qu 'elle s 'applique aux caisses d'un
régime légal d'assurance maladie. Le champ d'application personnel de cette
directive comprend, par conséquent, ces organismes en charge d'une mission
d'intérêt général. »
Sachant qu'en France, nos caisses de maladie sont de statut privé et même pas
public, cette décision s'applique avec encore plus de force pour nous. Nous sommes

69
donc bien dans un régime professionnel, et non légal, d'assurance maladie et retraite
en France.

Décembre 2 0 1 3

0 8 d écem b re : courrier simple d u RSI


Dernier rappel avant mise en demeure. Le RSI aura mis 9 mois à réagir depuis son
dernier courrier du 1 8/03/20 1 3 .

D 1 0 d écembre : il a q uitté la Sécu et i l nous en parle


Le site d'information media-presse.info publie mon interview.

0 1 0 décembre : M m e le m i nistre d e la Santé répond enfin


a ux q uestions
Nous avons eu droit à une salve d e réponses a ux différentes questions posées au
long de l'année sur le sujet du monopole de la Sécu. Point trop n'en faut : la même
réponse a été copiée/collée sur toutes les questions des députés.

Voici la réponse du ministre de la Santé que je me permets de commenter :

« L 'assujettissement aux régimes de Sécurité sociale des personnes exerçant une

activité en France n 'a pas été remis en cause par la Cour de justice de l 'Union
européenne. Les assurances comprises dans un régime légal et obligatoire de
Sécurité sociale sont expressément exclues du champ des directives CEE 92149 et
CEE 92196 sur l 'assurance. La Cour de justice a corifirmé à plusieurs reprises que le
droit communautaire ne porte pas atteinte à la compétence qu 'ont les États-membres
pour aménager leur système de Sécurité sociale, et ainsi à leur faculté d'instituer des
régimes légaux obligatoires de Sécurité sociale. »
C 'est exact. Certains voisins européens ont bien institué un monopole légal qui
s'applique à tous de manière identique, mais ce n'est pas le cas en France où ce sont
des régimes professionnels (différents par branche) qui ont été mis en place.

« Examinant la situation de régimes français de Sécurité sociale, la Cour a


confirmé dans son arrêt Garcia (affaire C-23 8/94) la non-application de la directive
92/49/CEE à ces derniers. »

Ah, le fameux arrêt Garcia. Mme le ministre omet de préciser que cet arrêt date de
1 996 et qu'en 1 999 survient le fait essentiel lil : la Cour européenne de justice

70
condamne la France pour n'avoir pas transposé complètement. ni appliqué les
directives de 1 992 ! La directive 92/49 CEE a été finalement transposée en France
en . . . 2001 soit 5 ans après l'arrêt Garcia pris comme jurisprudence.

« L 'arrêt Podesta ne portait pas sur les directives « assurance » mais sur
/ 'application ou non de / 'égalité de traitement entre les sexes à un régimefrançais de
retraite complémentaire obligatoire en répartition. La mise en libre concurrence de
/ 'assurance maladie ne concerne donc que / 'assurance complémentaire et
facultative. Il est donc du devoir de chacun de rappeler que notre système de Sécurité
sociale est non seulement conforme à la règlementation européenne, mais encore
qu 'il constitue la meilleure garantie d'une protection sociale de haut niveau,
solidaire et durable pour tous. »
Une garantie de haut niveau ? Quand la prise en charge d'une couronne dentaire
n'est que de 75€ alors que cela coute en moyenne 750€. Qu'un verre correcteur
simple est remboursé l , 3 7€, mais c'est peut-être du confort . . . Que l'on attend 50
jours en moyenne une IRM en Basse Normandie et que nous avons 3 fois moins
d'appareils IRM que chez nos voisins allemand ou danois . . . et 2 fois moins que la
moyenne européenne.

Une garantie solidaire ? Solidaire avec nos députés qui ne payent que 0,5% de
cotisations maladie sur leurs indemnités parlementaires ? Solidaire avec les 263 000
étrangers bénéficiaires de l'AME (Aide médicale d'État) qui les prend en charge
totalement, sans médecin référent, sans parcours de soin, ni aucune des contraintes
imposées aux Français ? Solidaire avec la gabegie de l'hôpital public où une
appendicectomie coûte 4 fois plus cher que dans une clinique privée ?

Une garantie durable ? quand on sait que le déficit de la Sécu est colmaté chaque
année par les emprunts que fait la CADES, laquelle totalise un passif de 1 3 7 milliards
d' euros de dettes, et que la moindre hausse des taux d'emprunt va faire exploser en
vol ?

« La France a fait le choix d'une Sécurité sociale solidaire protégeant l 'ensemble


de la population. La contrepartie des droits reconnus à tous les résidents en France
est l 'obligation pour tous de cotiser à ce socle commun de protection sociale. »
La France n'a fait aucun choix car la Sécu a été créée en 1 945 sans faire l 'objet
d'un vote à 1' Assemblée nationale, ni à cette date, ni depuis pour confirmer son statut
et son objet.

Obligation pour tous de cotiser au socle commun ? Comment qualifier les dizaines
de régimes spéciaux de socle commun ? Pourquoi les salariés de l 'OCDE et du
Conseil de l 'Europe, résidents et travai llant même en France, ont-ils droit à une
assurance privée ?

71
D 1 5 d écembre : conférence « Quitter la Sécu » à Neuilly­
s u r-Seine
1 40 participants pour ce deuxième tour de la conférence de novembre où nous
avions joué à guichet fermé avec plus de 200 personnes. Étonnamment, les
participants sont déjà bien renseignés, et nombreux sont ceux qui ont déjà entamé les
démarches pour quitter la Sécu au 1er janvier 20 1 4.

D 1 7 décembre : censure s u r Radio Cou rtoisie


J'avais été invité deux semaines auparavant par Benoîte Taffin, porte-parole de
Contribuables Associés, à participer à l ' émission « Le libre journal des
contribuables » sur Radio Courtoisie. Quelques minutes avant de démarrer
l ' émission, la direction de Radio Courtoisie donne l'ordre de nous interdire d'antenne
au motif que le CSA les a dans le collimateur et que notre intervention sur le
monopole de l a Sécu mettrai t de l'huile sur le feu.
Stupeur de Benoite Taffin qui n'ajamais été censurée en six ans sur cette radio.
Stupeur de notre part car nous sommes invités de longue date. Ils ne peuvent pas le
découvrir ce soir. De plus, cette radio à la réputation de laisser s'exprimer librement
beaucoup de monde et sur des sujets plus sulfureux que le nôtre.
En tout cas, ce n'est pas très « courtois » de leur part de mettre les invités à la
porte, surtout pour mon camarade l ibéré venu de Caen pour l'occasion.
Bref, cette radio qui se vante d'être « La radio libre du pays réel », en perdant son
adjectif « libre » est effectivement bien devenue la « radio du pays réel », où la
liberté est chaque jour restreinte davantage.

D 2 0 décembre : p remière mise en demeure d u RSI


Presque un an après les avoir informés que je les quittais, le RSI m'envoie pour la
première fois une mise en demeure recommandée. Selon toute vraisemblance,
l 'huissier devrait apparaître d'ici deux semaines avec une contrainte à payer.
Je n'attends que cela pour déposer plainte pour extorsion de fonds comme pour
!'URSSAF.

D 3 1 d écem bre : 8ème mise en demeure U RSSAF


II n'est jamais trop tard pour bien finir l ' année avec cette 8ème mise en demeure de
) ' URSSAF. Visite de l ' huissier à prévoir vers le 8, comme d'habitude.

72
Janvier 2014

D 1 e r janvier 20 14 : sur RMC, Eric Brunet confirme u n e


nouvelle fois la fin d u monopole de la Sécu
Petit plaisir pour la nouvelle année en écoutant Je podcast daté du 1er janvier à
partir de 26 minutes, où Eric Brunet et son invité confirment qu'il est possible de
quitter la Sécu et de s'assurer dans Je privé.

Passons maintenant au bilan de ma première année de libération de la Sécu :

• Assurance maladie :

Je suis très satisfait de mon assurance privée qui m ' a remboursé 1 00% de tous les
frais au réel de médecins, spécialistes, laboratoires et pharmacie. Les remboursements
tombent sous 8 jours après l'envoi du courrier en Angleterre, mieux pour la
pharmacie, le tiers payant fonctionne parfaitement (merci à mon pharmacien qui
envoie tout par fax en Angleterre).

• Prévoyance :

Pour les indemnités journalières en cas d'arrêt maladie, invalidité et décès, mon
assurance a finalement reconnu qu'elle ne me prenait plus en charge depuis ma sortie
de Sécu. Elle m 'a donc remboursé les prélèvements qu'elle avait effectués de manière
indue depuis la date de mon courrier ! 'informant de ma sortie de Sécu.

Mon courtier a trouvé une nouvel le prévoyance compatible avec les libérés de la
Sécu à laquelle j'ai souscrit. Pour éviter les pressions, nous donnons uniquement le
nom des courtiers via Je site qlss.fr.
- Retraite :

Aucune nouvelle de la CIPAV que je ne paie plus depuis un an. J'ai ouvert en fin
d'année une assurance-vie européenne en y déposant les sommes non-versées à la
CIPAV que j'avais accumulé sur l ' année.

Pour 20 14, je prévois de verser par prudence le même montant mais avec la
souplesse de ne pas avoir de montant obligatoire minimum à verser, ce qui m e
permettra, le cas échéant, de faire face à u n imprévu.

• Bilan juridique :
- 9 mises en demeure recommandées (1 RSI + 8 URSSAF) ;
- 6 contraintes à payer remises par huissier (URSSAF) ;
- 1 avis aux fins de saisie-vente (procédure abusive de !'URSSAF) ;
- Toujours pas de date de convocation au TASS ;
- 1 plainte de ma part pour extorsion de fonds contre l 'URSSAF ;

73
- l plainte de ma part pour procédure abusive contre !'URSSAF.

- Bilan financier annuel :


- RSI : versement zéro, soit 7k € d'économies ;
- Assurance maladie privée : 4,2k € de coûts ;
- Mutuelle : 3,7k € d'économie ;
- URSSAF: 1 2 ,5k € d'économie sur la CSG/CRDS ;
- Prévoyance : iso cotisation ;
- Retraite : iso versement volontaire.
Soit 1 9k € de revenus supplémentaires. Mieux, si j'étais resté à la Sécu, entre 20 1 2
e t 20 1 4, l e total d e mes différentes cotisations obligatoires et impôts sur l e revenu
professionnel aurait augmenté de 65% à chiffre d'affaires identique !

En quittant la Sécu, l'augmentation est donc « limitée » à celle de l'impôt sur le


revenu qui, dans mon cas, augmente quand même de 29% (essentiellement effet de la
baisse du quotient familial) à iso revenu.

Enfin, pour 2014, je ne fais pas de vœux car je ne crois ni à la chance ni aux
incantations. Je sais juste que cette nouvelle année a été l 'occasion pour de très
nombreux Français de quitter la Sécu au 1 er janvier, constituant ainsi une masse qui
ne pourra plus être ignorée par l 'État et les médias.

Nous avons retrouvé le goût de la liberté, on ne nous la reprendra pas. Je ne nous


souhaite donc pas bonne année, mais bonne liberté !

Pour tous ceux qui sont encore assujettis à la Sécurité sociale, quelques décrets
sont passés très discrètement en cette fin d' année 20 1 3 :

l . Fiscalisation de la part patronale de votre complémentaire santé.

Pour encourager les entreprises à proposer une mutuelle à leurs salariés, la part
patronale de la dite mutuelle (généralement 50%) était défiscalisée. À partir de 2016,
comme toutes les entreprises seront obligées de fournir une mutuelle à leurs salariés,
il n'est plus besoin de les encourager. L' État revient donc sur cet avantage,
rétroactivement à partir du 1 er janvier 20 1 3 pour faire bonne mesure.

Concrètement, l 0,5 millions de salariés vont recevoir un nouveau bulletin de paye


de décembre 20 1 3 corrigé avec un nouveau montant de « net imposable » rehaussé de
la part patronale versée sur l'année 20 1 3 . Soit par exemple, pour une mutuelle de
200€ par mois, prise en charge à 50% par l 'employeur, une hausse du revenu
imposable de 1 200€, induisant une hausse d'impôt sur Je revenu en 20 1 4 de 1 50€
(tranche marginale à 1 4%) à 325€ (tranche marginale à 30%).

74
Un malheur ne venant jamais seul, la part salariale reste déductible mais le plafond
(qui prend également en compte la part patronale sur les incapacités, invalidité et
décès) est abaissé de 33% à 5 925€. Vous avez dû découvrir la douloureuse sur votre
avis d' imposition en août 20 1 4.

2. L'open-bar de la Sécu, toujours plus « open »

Le décret du 27 décembre divise par 3 les conditions d'ouverture des droits aux
prestations en nature de la sécu (en ramenant les conditions exprimées en heures
travaillées ou en assiette cotisée de respectivement 1 200 heures ou 2 030 Smic à 400
heures ou 400 Smic.).

Il étend la durée des droits aux prestations en nature à trois ans au lieu de deux ans
actuellement.

Il simplifie encore les conditions d'accès aux indemnités journalières versées en


cas d'incapacité de travail et à l ' assurance invalidité. Dans les deux cas, les
conditions quant au montant de cotisations nécessaires ou quant au nombre d'heures
travaillées sont supprimées.

O 12 ja nvier : témoig nage sur notre merveil leuse Sécu si


solidaire
Témoignage de Frédéric, sur le groupe Facebook des libérés de la Sécu :

« Mon père a commencé à travailler comme ouvrier à 18 ans et travaille comme


chauffeur de taxi, à son compte depuis près de 30 ans. Aujourd'hui, depuis plus d 'un
mois, il est à / 'hôpital (accident de voiture). li a passé 3 semaines dans le coma, s 'est
réveillé, mais il semble malheureusement qu 'à cause de la violence du choc, il
gardera des séquelles mentales lourdes. Impossibilité de travailler à nouveau, ni
même d'avoir une vie normale apriori.
Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que j 'ai grandi en voyant mon père,
travailleur fier et chevronné, se vantant de ne jamais avoir touché le chômage, être
saigné à blanc par la masse de prélèvements sociaux, année après année. Il aura
donné bien plus de la moitié de ce qu 'il aura gagné à la sueur de son front,
principalement au RSI et à / 'URSSAF. Aujourd 'hui, alors qu 'il est hospitalisé, on
commence déjà à prévenir ma mère que rien que pour les 3 semaines passées en
réanimation (coma), la facture s 'élèvera à plus de 60 000 euros, et c 'est une
estimation très légère, qui ne prend pas en compte la suite (temps passé à / 'hôpital
depuis qu 'il a été changé de service, centre de rééducation où il devrait être placé
sous peu, etc.). Donc / 'ardoise totale avoisinera peut-être les 100 000 euros.
Ma mère s 'est donc tournée vers le RS/, qui lui a répondu qu 'ils rembourseraient
les frais d'hospitalisation de mon père ... à un peu plus de 60% (et encore, sans
prendre en compte / 'ensemble des dépenses). Malheureusement, mon père est
travailleur et ne peut donc pas bénéficier de la CMU ou de / 'A ME.

75
J'enrage. J'enrage quand on vient me parler de « solidarité » et « d'égalité »
quand on n 'en garde que le nom, sans le sens et quand on pénalise et enfonce les
honnêtes travailleurs. Ça suffit. Ce système immonde a trop duré. >>

Je complète ce témoignage en confirmant qu'en dehors des affections de longue


durée ou accidents du travail, la Sécu ne prend en charge les frais d'hospitalisation
qu'à hauteur de 80% jusqu'au 30èm• jour, soit 20% restant à votre charge en plus du
forfait journalier de 1 8€.

Sur une semaine en réanimation à 2 000€ par jour, cela vous fera une note de près
de 3 000€ si vous n'avez pas de mutuelle ! Au surplus, la rééducation post opératoire
n'est prise en charge qu'à 60% par la Sécu . . .

Avec mon assurance maladie privée anglaise :

- C'est 1 00% de prise en charge, sans forfait journalier, avec chambre


particulière incluse ;
- C' est le kiné remboursé à 1 00% ;
- C'est 40€ d'indemnités journalières à partir de la 4eme nuit d'hospital isation
et 80€ à partir de la 5 l eme. Pour rappel c'est zéro avec le RSI.

0 1 3 janvier : passage de l 'h uissier


6ème contrainte à payer pour ! ' URSSAF. Je fai s opposition comme chaque mois.

Toujours pas de date de convocation depuis ma l ère contrainte de juillet 20 1 3 .

0 1 6 ja nvier : Moi ? U n charliste ?


Selon Alexandre Jardin, dans sa dernière interview surContrepoints, les charlistes
sont ces êtres qui sont leur propre recours, leur propre point d'appui, qui sont
«

capables de raisonner hors cadre 11. En référence à Charles de Gaulle, rien de moins.
Contrepoints pose la question : « Vous parlez de ces faiseurs, ces gens qui sont le
changement qu 'ils veulent voir : sur Contrepoints nous publions le journal de
Laurent C. qui nous décrit depuis plusieurs semaines les déboires qu 'il subit parce
qu 'il cherche à quitter la Sécurité sociale française. Laurent C. est-il un charliste ? »
Alexandre Jardin répond : « Je ne connais pas le fond du dossier, mais a priori il
se prend en main. Personnellement, et ce n 'est que mon avis personnel, mon émotion
est plus forte lorsque je vois des gens agir en pensant à autrui. Maintenant, chacun à
sa logique, et il est clair qu 'il vaut mieux faire confiance aux entreprenants même
s 'ils ne font les choses que pour eux. »
Puisqu'on parle de moi, je me permets de comm enter le propos d'Alexandre Jardin
« mon émotion est plusforte lorsqueje vois des gens agir en pensant à autrui ».

76
Je crois que nous touchons bien là le cœur du problème. Combien d'erreurs, voire
de catastrophes, ont été perpétrées par des gens qui agissent en pensant à autrui ou en
se lai ssant conduire par leurs émotions ? Comment peut-on avoir la prétention de
savoir mieux qu'autrui ce qui est bon pour autrui ? Comment peut-on donner plus de
valeur à une action quand elle crée de l ' émotion ?

Et ces gens qui agissent pour autrui, qui sont en empathie avec autrui, sont-ils pour
autant désintéressés ? Bien sûr que non, ils y trouvent un intérêt si ce n'est moral «
d'avoir fait le bien » ou plutôt d 'avoir fait ce qu'ils pensent être le bien selon leur
logique et leur échelle de valeur. Pas celles des autres. Pas la mienne.

Je confirme donc à Alexandre que je n'agis que pour moi et non pour autrui. Je me
sauve moi-même, je sauve ma famille, mon travail , je ne demande pas aux autres de
le faire. Et si, en me sauvant moi-même, par mon exemple, cela incite d' autres à se
prendre en main aussi, tant m ieux. C' est un effet de bord positif m ême si ce n'est pas
le but premier.

Donc à défaut d' être des charlistes, les libérés de la Sécu se sauvent eux-mêmes.

O 22 ja nvier : « Depuis u n a n , il a dit a dieu à la Sécurité


sociale »
Voici un journal qui ne se dégonfle pas. Mon interview est passée, brut de
fonderie, sur le site internet de Sud-Ouest.

D 23 ja nvier : « Ces Fra n çais q u i plaq uent la Sécu »

Passage en tête de gondole du journal de 7h du 23 janvier sur RTL. Nos ennemis


de la Sécu doivent être à l ' écoute car l 'interview n'a pas été rediffusée ensuite de
toute la matinée. Mais comme c'est étrange . . .

Bien entendu, le directeur de la Sécu conclut en disant qu'il ne s'interdit pas de


porter plainte contre les libérés. Si, en 20 ans, ils ne l 'ont pas fait, c'est bien qu'ils
savent qu'ils ne peuvent pas car nous respectons la loi. Sinon ils ne s'en seraient pas
privés.

O 24 ja nvier : chargeons encore la m u le


Mauvaise nouvelle pour ceux qui cotisent au RSI pour la retraite. Dans la loi de
finance 20 1 4, les travailleurs indépendants relevant du RSI pour l 'assurance­
vieillesse (agents commerciaux, chefs d'établissement privé et exploitants d'auto­
écoles) seront soum is, non seulement à une cotisation assise sur les revenus
d'activités dans la l imite du plafond annuel de Sécurité sociale, mais aussi à une

77
cotisation assise sur la totalité du revenu d'activités. Le taux sera fixé par décret
ultérieurement malgré la date d'entrée en vigueur au I er janvier 2014 . . .

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, les praticiens et auxiliaires


médicaux conventionnés sont aussi alignés, à compter du 1 er janvier 2014, sur le
régime des travailleurs indépendants en matière de modalités de calcul (cotisation
provisionnelle, puis régularisation), de taux (fixé par décret) et assiette forfaitaire de
début d'activité. Souhaitons-leur la bienvenue au club des rasés de près ; ils viendront
prochainement grossir les rangs des libérés.

Je vous en livre une dernière pour la route : « Les travailleurs indépendants non­
agricoies seront tenus d'effectuer les déclarations pour le calcul de leurs cotisations
et contributions sociales, et de procéder au versement des cotisations et contributions
sociales, par voie dématérialisée dans des conditionsfixées par décret dès lors que le
montant de ces cotisations et contributions sociales excédera un certain seuil. La
méconnaissance de ces obligations entraînera l 'application de majorations. Ces
dispositions entrent en vigueur le 1er janvier 2014. Leur application effective est
toutefois subordonnée à la parution du décret devant fixer le seuil de montant de
cotisations visé ci-dessus. »
Au-delà de Big Brother qui se renforce, cela risque de ne pas être simple pour les
libérés qui payent toujours leurs allocations fam i liales par chèque avec un petit mot
expliquant que cette somme concerne uniquement les allocs. Je crains en effet que les
monopoles illégaux n'aient point prévu sur leur site web la petite case permettant de
mentionner ce point important pour nous.

0 30 janvier : hausse des m utuel les


Conséquence de l'ANI (Accord interprofessionnel de début 20 1 3), le salarié qui
quitte son entreprise peut conserver sa mutuelle professionnelle pendant 1 an au lieu
de 6 mois actuellement :
- Côté employeur, il va donc falloir payer la mutuelle pendant 1 an entier à un
salarié qui a donné sa démission ou qui a été licencié pour faute . . . Tout est
normal ;
- Côté salarié, dans mon entreprise, leur cotisation augmente de 5,3% pour
être solidaires de ceux qui partent et qui continueront à profiter de la
mutuelle.

0 3 1 janvier : la blague d u jou r de l 'U RSSAF


Mes meilleurs ennemis m 'envoient un avis de « premier impayé mensuel » . Bien
vu les artistes : ça fait juste 1 2 mois que je ne vous paye plus et 8 fois que vous
prenez la peine de m 'envoyer l'huissier . . . Vraiment une bande d'incapables.

78
Février 2014

O 4 février : passage a u TGI l e 7 m a rs


Ma plainte à l ' encontre de ! ' URSSAF pour procédure abusive lancée début
décembre (voir épisode 22) sera instruite le 7 mars au TOI. Rapide ! Et pour une fois,
c'est l'URSSAF qui s'est pris un huissier de la part de mon avocat pour convocation
au TOI.

O 1er février : 1 1 0 0 0 frontal iers man ifestent pour leur


l iberté d 'assura nce m a ladie
Bizarrement, les seuls Français qui ont l e droit de choisir leur assurance maladie
sont 1 53 000 à avoir choisi le privé et 9 000 à avoir choisi la Sécu - que-le-monde­
entier-nous-envie, mais pas eux. Manifestement.

D 6 février : David , libéré d e la Sécu, témoigne sur France


I nter
Dans un grand débat démocratique à la française, France Inter a invité en studio
trois fonctionnaires d'autant plus pro-Sécu qu'ils sont payés par la Sécu ou ses
officines. Le courageux David avait été interviewé préalablement et n'a pu répondre
aux énormités auxquelles nous avons eu droit, au surplus d'avoir eu son interview
caviardé par les journalistes d' État.

O 1 2 février : préparation de la clôture des comptes 2 0 1 3

Petit conseil aux libérés non-salariés qui sont en comptabilité de type


recettes/dépenses : vous pouvez opter pour une comptabilité en créances/dettes. C'est
un peu plus complexe à gérer en écriture de fin d' année, mais l'intérêt est de pouvoir
provisionner en charges les sommes que les monopoles illégaux vous réclament. Ces
sommes étant au surplus réclamées par mise en demeure et autres voies d'huissier, il
est comptablement prudent et légitime de les provisionner. Je vous laisse imaginer
l ' impact sur votre impôt sur le revenu . . .

Bon, le jour où l a Sécu vous radiera officiellement en annulant vos dettes, vous
devrez repasser ces provisions en bénéfice . . . Mais pour ceux dont la survie de
l' activité dépend de cette bouffée d'air, le calcul est vite fait.

80
Attention : il convient d' informer par courrier votre service des impôts que vous
optez pour les créances/dettes avant le 1 er février de l ' année où vous voulez
l' appliquer.

D 1 3 février : sommation interpellative


Sous ce terme barbare se cache simplement le fait d'envoyer un huissier chez un

tiers pour lui demander quelque chose. Tarif moyen de l ' acte : 1 50€. Dans mon cas,
j 'ai envoyé un huissier à !'URSSAF (ça fait 2 contre l ce mois-ci en ma faveur) pour
interpeller le directeur en ces termes :

« [ . ] etje vousfais sommation d'avoir à me communiquer :


. .

- vos statuts actuels ;


- la preuve de votre inscription au registre prévu à l 'article L 411-1 du Code
de la mutualité ;
- tout élément permettant de prouver dans quelles conditions une prétendue
mission de recouvrement vous aurait été confiée ;
- preuve de l 'appél d'offres préalable à la mission qui vous a été confiée ;
- copie d'un éventuel contrat me liant à vous ;
- copie d'un éventuel bulletin d'adhésion me liant à vous. »

Je ne doute pas qu'il revienne bredouille. Ça me fera des biscuits pour mon futur
passage au TASS.

D 15 février : les premiers TASS se profi lent


Certains libérés commencent à recevoir leur convocation au TASS. Avec
l 'argumentaire fourni par le MLPS, ils vont défendre seuls leur bon droit. Au vu des
premières sessions, il apparait que la partie adverse a rendu ces conclusions trop
tardivement, ce qui génère un renvoi de quelques mois. Nous en saurons donc plus
rapidement.

Me concernant, après 8 contraintes d'huissier, je n'ai toujours pas de date de


convocation alors que certains libérés ont été convoqués après une ou deux
contraintes.

0 1 1 février : la Caisse de retraite des l ibéra u x g ravement


défail lante
« Moins de la moitié des cotisants commencent à toucher leur retraite à la bonne
date (contre 96, 6% pour le système général). Les difficultés administratives sont

81
«innombrables» et certains assurés, en particulier les auto-entrepreneurs, risquent
de perdre des droits. »
Pourquoi ne suis-je pas étonné à la lecture de cet article. Je suis bien content de ne
pas leur avoir donné un rond en 20 1 3 à ces voleurs.

D 1 7 février : 8 convocations a u TASS pour le prix d'une


Après u n an d e libération, je reçois c e même jour 8 courriers recommandés du
TASS contenant chacun une convocation pour une de mes 8 contraintes à payer
reçues à ce jour. Toutes les convocations sont regroupées sur la même audience le 1 8
mars.

J'envoie au MLPS mes 8 convocations ainsi que le retour de la sommation


interpellative que j'avais faite préventivement auprès de ! ' URSSAF dans l ' épisode
25.

D 2 5 février : passage chez le nota i re


Après plusieurs mois d'attente, le notaire a enfin réuni les pièces et fini de rédiger
la déclaration d' insaisissabi lité de ma résidence principale. Cet acte n'est opposable
qu'aux dettes professionnelles issues de mon activité l ibérale. Rien que pour cela, il
fallait le faire par prudence.

Toutefois, l 'objectif est bien de protéger ma résidence d'une potentielle saisie suite
à un jugement du TASS défavorable. Bien qu'à ce jour aucun libéré, même les plus
anciens depuis 20 ans, n'ait été saisi, je ne tiens pas à être l 'exception qui confirme la
règle.

Le notaire a bien insisté sur le fait que cela protège des dettes professionnelles et
non personnelles. Les cotisations sociales étant des dettes personnelles, on pourrait
donc penser que la déclaration d'insaisissabilité ne pourra pas fonctionner. Et
pourtant, ces dettes personnelles sont bien issues d'une activité professionnelle, la
meilleure preuve étant qu'elles sont déductibles du revenu professionnel ! Au surplus,
lorsqu'on ne les paye pas, on peut les passer en provisions pour charges ! Donc, ce
sont bien des dettes professionnelles et, si cela devait arriver, je contesterais tout avis
de saisie-vente sur la base de cet argument.

Précision : il faut encore attendre 2 à 3 mois les publications officielles pour que
l ' acte soit effectif. Et cela ne fonctionne pas pour les dettes antérieures à ! 'acte . . .

D 26 février : l a CARM F est e n mode panique


En parlant d e saisie, nous avons eu le témoignage d e Giovanni, professionnel de la
santé, sur la page Facebook des libérés de la Sécu, qui a subi une saisie-attribution sur

82
ses honoraires de la part de sa Caisse de retraite (CARMF) directement auprès de la
Sécu. Sans titre exécutoire du TASS, cela s'appelle du vol. De plus, la CARMF n'a
aucun droit à demander une saisie-attribution sur la Sécu. Une plainte au TGI fera
sauter cet acte illégal, avec demande de dommages et intérêts pour l 'honneur.

Cette histoire est révélatrice de la panique dans laquelle agissent les monopoles
illégaux à l' encontre des libérés de la Sécu. Ils tentent tout et n'importe quoi.

D 26 février : réponse d u M LPS pour mon TASS


J e vous livre in extenso l e courrier du MLPS reçu en réponse à mes 8
convocations. Je l 'envoie en recommandé au TASS, ainsi qu'en copie à ! 'URSSAF.
À l'audience, je n ' aurai rien d'autre à faire que mentionner ce courrier et obtenir le
renvoi.

Attention : cette réponse est spécifique à mon cas de figure au vu de mes


contraintes à payer et de la sommation interpellative que j 'ai faite. Je vous
recommande de suivre les instructions que vous donnera Je MLPS pour votre cas
particulier si vous êtes dans le même cas.

(( Madame, Monsieur le Président,


Je suis opposant à contrainte (donc défendeur) dans les huit recours en référence.
Les huit recours seront appelés à votre audience du 18.03.2014 à 14 heures.
Les recours ne sont pas en état d'être plaidés etje solliciterai un renvoi.
Je tiens cependant à vous indiquer les raisons de ma demande et à vous indiquer,
en complément des oppositions à contrainte, les motifs de contestation que je me
réserve le droit de soulever.
Sur la demande de renvoi et / 'injonction de communication de pièces
Suite à l'opposition aux contraintes et à une sommation interpellative régularisée
par voie d'huissier entre les mains de ! 'URSSAF, j 'attends de cette dernière la
communication de pièces essentielles aux débats.
Je n 'ai toujours pas reçu ces pièces. Je ne pourrai pas préparer mon dossier, ni
développer mes arguments devant votre tribunal tant que je ne serai pas destinataire
de ces pièces (et ce dans le respect des droits qui me sont reconnus par le Code de
procédure civile, tant concernant le respect du contradictoire que / 'obligation de
communication de pièces - articles 15 et suivants et 132 et suivants).
Je demande à / 'URSSAF de me communiquer, au-delà des pièces qu 'elle estimera
utiles :
- ses statuts actuels ;
- la preuve de son inscription au registre prévu à l 'article L 41 1-1 du Code de
la mutualité ;

83
- tout élément permettant de prouver dans quelles conditions une prétendue
mission de recouvrement lui aurait été confiée ;
- preuve de l 'appel d'offres préalable à la mission qui lui aurait été corifiée ;
- copie de son dernier bilan ;
- copie d'un éventuel contrat me liant à ! 'URSSAF ;
- copie d 'un éventuel bulletin d'adhésion me liant à / 'URSSAF

À toutes.fins utilesje rappelle les dispositions suivantes :


L 'ORDONNANCE N° 2001-350 DU 19 A VRIL 2001, relative au Code de la
mutualité et transposant les Directives 92149/CEE et 92196/CEE du Conseil des 18
Juin et 10 Novembre 1992, stipule :
Article 3 :
Sont abrogées les dispositions de nature législative du Code de la mutualité dans
sa rédaction issue de la loi n° 85-773 du 25 juillet 1995 portant réforme du Code de
la mutualité, ai�i que les textes qui / 'ont complété ou modifié ;
Article 4 :
Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la publication de la présente
ordonnance, disposent d'un délai d'un an pour se conformer aux dispositions du
code de la mutualité annexé à ladite ordonnance
Article 5 :
1 - Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la publication de la présente
ordonnance qui n 'auront pas accompli les démarches nécessaires à leur inscription
au registre prévu à l 'article L 411-1 du Code de la mutualité dans le délai prévu à
l 'article 4 sont dissoutes et doivent cesser toutes les opérations qui ne sont pas
nécessaires à la liquidation.

Également, à toutes fins utiles, je vous demande expressément de bien vouloir, en


application de / 'article 133 du Code de procédure civile, assortir le renvoi des huit
recours d 'une injonction à I 'URSSAF d'avoir à communiquer ces pièces.
Sur les demandes que je formerai dans mes recours, par conclusions ultérieures et
oralement (et ce sous réserve de celles que j '.Y ajouterai après avoir pris
connaissance des conclusions et pièces de / 'URSSAF)

Préalables :
- Incompétence du TASS
L 'URSSAF est une personne morale de droit privé pratiquant une activité de
recouvrement et le TASS n 'est pas compétent pour connaitre ce type de litige et,
subsidiairement et pour le cas où votre tribunal se dirait compétent ;

84
- Nullités et fins de non-recevoir (Code de procédure civile et notamment
articles 648, 1 1 7, 122, ainsi que la non-validité des contraintes par absence
de détails des sommesfaisant l 'objet des contraintes;
- En général, toute demande préliminaire liée au statut même de / 'URSSAF et
aux irrégularités du même ;
- Question ou questions prioritaires de constitutionnalité ;
- Question préjudicielle de droit communautaire.

DEMANDES DE SURSIS A STA TUER


- en tenant compte des actions pénales en cours ;
- en tenant compte des procédures communautaires en cours ;
- en tenant compte des questions prioritaires et préjudicielles posées.

SUR LE FOND
Je demanderai au Tribunal qui statuera de débouter / ' URSSAF de toutes ses
demandes, d'annuler les contraintes concernées et de transmettre le dossier au
Parquet pour ouverture d'une procédure pénale à / 'encontre de / 'URSSAF en vertu
des dispositions du Code de la consommation (articles L 122-1 1 et suivants) et du
cCode péna/ (article 131-39).

Dans le respect du contradictoire, j 'adresse copie de ce courrier à / 'URSSAF.


Recevez, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées. »

0 28 février : q u a n d la Sécu ne fait plus recette


Je m'attendais à tout de la part du magazine Entrevue qui m 'avait interviewé début
février, mais je dois avouer que le résultat est tout à fait sérieux. Vous trouverez donc
dans le numéro de mars, 4 pages sur les libérés de la Sécu. C ' est simple et factuel.
Bref, ça percute auprès d'une grande audience qui, au-delà de ceux qui l 'achètent, le
liront pendant les 6 prochains mois chez le coiffeur et dans les salles d'attente . . . chez
le médecin !

0 28 février les libérés de la Sécu s u r le fil d 'a ctua l ité d e


l 'AFP
« Bye-bye Sécu, bonjour huissiers : des travailleurs indépendants tentent le pari ».

85
Bonne journée que ce 28 février. L' AFP nous sort en début d'après-midi un article
qui sera repris automatiquement par tous les sites d'informations (Libération, Le
Point, La Montagne, etc.). Un véritable feu d'artifice !
Même si on se fait traiter de poujadistes (ils auront tous essayé), l'information se
diffuse.

Mars 2014

D 1 e r m a rs : 1 ère mise en deme u re URSSAF d e l 'an née


20 14
Toujours aucun signe d u RSI et d e ma caisse de retraire CIPAV. E n revanche,
l'ordinateur de !'URSSAF tourne bien. Comme l ' année passée, je reçois une première
mise en demeure préalable à la contrainte d'huissier d'ici deux semaines.

D 2 m a rs : le mouvement se rég ionalise


Très bonne initiative des libérés ou futurs libérés de nos régions qui ont monté des
pages Facebook de libérés par zone géographique. Plus facile pour se rencontrer et
s'entraider.

D 5 m a rs : u n a rticle s u r le site de L 'Express


« Lafronde des indépendants contre le RSI (régime social des indépendants) prend

de l 'ampleur. Les Libérés appellent à ne plus payer les cotisations maladie et


retraite, trop coûteuses, selon eux. » (Source : L 'Express).
Un article à charge comme on les aime. Le journaliste pressé a même croisé deux
libérés, du Laurent C. à poil long avec du Chemsi à poil ras, pour créer la chimère «
Laurent Chemsi ». Les connaisseurs apprécieront laprivatejoke.

D 6 m a rs : mon attestation d 'ass u ra nce vie


l uxembou rg eoise
Au courrier ce jour, mon attestation de souscription à une assurance-vie
européenne précisant le montant versé en 20 1 3 . Ce document est à joindre à la
déclaration de revenus (même s'il n'y a pas eu de revenus générés) et à donner à
votre AGA ou comptable pour justification de la déduction. Comme il n' est pas
indiqué « Madelin » sur le papier, mon AGA va tiquer. Idem pour la déduction des

86
cotisations d'assurance maladie privée. Mais bon, je leur ai déjà envoyé les différents
articles de loi. On verra en avril au moment de la vérification de mes comptes.

87
0 7 m a rs : a u dience au TGI
Cette audience concerne ma plainte pour procédure abusive contre )'URSSAF qui
se permet d'envoyer un huissier avec un commandement de payer à fin de saisie
vente sans titre exécutoire, et pour cause : mon passage au TASS ne se fera que Je 1 8
mars.
Voici le compte-rendu de mon avocat :
« Je vous indique que j 'ai dûment représenté vos intérêts lors de l 'audience de ce
jour devant lejuge de / 'exécution du tribunal de grande instance de Pontoise.
L 'Urssaf. qui ne m 'avait pas contacté avant [ 'audience, était représentée par / 'un
de ses agents.
J'ai pris la parole en premier et ai expliqué les faits en insistant sur le fait que
vous aviez bien formé opposition dès réception de la signification de la contrainte
délivrée par huissier devant le Tribunal des affaires de Sécurité sociale du Val
d'Oise, puis que nonobstant cette opposition, l 'Urssaf vous a fait délivrer un
commandement de payer à fin de saisie vente à votre domicile ce qui vous avait créé
un préjudice. J'ai rappelé que l ' Urssaf ne disposait d'aucun titre exécutoire pour
vous faire délivrer ce commandement de payer, eu égard à votre opposition dont la
preuve de réception était bienfournie dans notre dossier. J'ai demandé :
- que soit constatée la nullité du commandement de payer ;
- la somme de 2000 € en réparation du préjudice subi pour abus de saisie ;
- la somme de 1500 € au titre de l 'article 700 (pour couvrir /esfrais dejustice
engagés).
L 'Agent de / 'URSSAF a ensuite pris la parole et a souhaité rappeler tout votre
historique de contentieux et le fait que vous faisiez systématiquement opposition à
toutes les contraintes que vous receviez de leur part. J'ai pris la parole pour indiquer
que cela n 'avait aucun lien avec la présente affaire et que par ailleurs, l 'Urssaf
n 'avait nullementpris soin de prendre attache avec moi avant cette audience pour me
faire part des arguments qu 'elle entendait soulever.
L 'agent de / 'Urssaf a ensuite précisé que la procédure de saisie avait été stoppée
avant même qu 'un procès-verbal de saisie n 'ait été dressé et que le seul fait pour
vous de recevoir un commandement de payer par huissier n 'avait rien de
préjudiciable puisque, selon ses dires, l 'Urssafvousfait délivrer des contraintes très
régulièrement par voie de signification. Il a terminé en indiquant que la somme
sollicitée au titre de [ 'article 700 était très élevée par rapport au montant de la
contrainte.
Le magistrat a écouté l 'ensemble de nos arguments avec attention et rendra son
délibéré le 4 avril prochain. »
Bref, la défense de l 'Urssaf, qui est clairement en tort, est de dire que ce n'est pas
préjudiciable car je suis habitué à recevoir leurs contraintes chaque mois. Bel

88
exemple d'argumentation circulaire Si je croise le même gars au TASS, ça
promet . . .

0 9 mars : Question prioritai re de constitutionnalité


Le MLPS me transmet un nouveau document à envoyer au TASS (Tribunal des
affaires de Sécurité sociale) préalablement à mon audience prévue le 1 8 mars. Ce
document pose une question prioritaire de constitutionnalité, QPC dans le jargon,
mettant en cause la légitimité du caractère oral de la procédure devant le TASS.

En effet, i l faut savoir (Article L l 42-4 du Code de la Sécurité sociale) que : « Le


Tribunal des affaires de Sécurité sociale est présidé par un magistrat du siège du
tribunal de grande instance dans le ressort duquel le Tribunal des affaires de
Sécurité sociale a son siège [. .. ]. Il comprend, en outre, un assesseur représentant les
travailleurs salariés et un assesseur représentant les employeurs et travailleurs
indépendants. »
Devant ce jury de 3 personnes, la procédure d'audience est orale (les conclusions
sont données oralement par chaque partie) et la représentation n'est pas obligatoire
(les parties peuvent comparaître personnellement, être assistées ou représentées).

Or, le président du Tribunal des affaires de Sécurité sociale de Paris indique dans
une lettre du 27 tevrier 20 1 4 que « la procédure devant le TASS, juridiction
collégiale échevinale, est une procédure orale et les assesseurs ne peuvent lire les
dossiers !»
Émanant d'un très haut magistrat, cette affirmation met en cause la légitimité de la
procédure devant le TASS. En effet, le fait de juger sans avoir lu les dossiers est
contraire aux garanties essentielles offertes à tout justiciable par la Constitution de la
République française, par la Convention européenne des droits de l'homme et des
libertés fondamentales et par la Charte de droits fondamentaux de l ' Union
européenne.

Un requérant dont le dossier n' est pas lu par deux juges sur les trois qui composent
le tribunal n'a pas droit à un procès équitable, tel que l 'exigent les dispositions des
textes fondamentaux ci -dessus cités.

Au surplus, aucun des articles du code de la Sécurité sociale n'établit l 'obligation


pour les assesseurs du tribunal des affaires de sécurité sociale de lire les dossiers des
requérants . . . Et la QPC de se terminer par :

PAR CES MOTIFS


Il est demandé au Tribunal :
Vu l 'article XVI de la Déclaration des droits de l 'homme et du citoyen du 26 août
1789, l 'article 6 de la Convention de sauvegarde des Droits de l 'Homme et des
Libertés fondamentales, l 'article 107 de la Charte des droits fondamentaux de
l 'Union européenne qui/ont partie int_égrante du bloc constitutionnel, transmettre la
question prioritaire de constitutionnalité portée par le présent mémoire à la Cour de

89
cassation au regard des articles L. 142-1 à L. 142-8 et des articles L. 144-1 et L. 144-
2 du Code de la Sécurité sociale relatifs au Tribunal des qffaires de Sécurité sociale,
en tant qu 'ils « portent atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution ».
Surseoir à statuerjusqu 'à réception de la décision du Conseil constitutionnel.
Voilà qui va les occuper un moment.

0 1 8 m a rs : Audience a u TASS
Pour la première audience au TASS de ma vie, je ne suis pas fier, mais la présence
d'une diz.a.ine de collègues, libérés et futurs libérés me donne du courage. C'est aussi
l'occasion de mettre des visages sur des prénoms et d'échanger de vive voix plutôt
que via les réseaux Internet.

À l'entrée de la salle est affiché le « rôle » : la liste avec l 'ordre de passage. Tout Je
monde étant convoqué à 14h, chacun découvre avec plus ou moins de plaisir son
numéro. 54 à 62 pour moi (un numéro pour chacune de mes 8 convocations). Sur un
total de 64 convocations dans l ' après-midi, cela commence bien . . .

Les photos étant interdites, j e ne peux que vous décrire l ' ambiance du lieu : des
murs bruts de béton, un plafond perché à 1 Om, une tribune où le jury vous surplombe,
en contrebas un pupitre unique partagé entre les parties, et enfin, l 'assemblée rangée
sur des bancs tout en bois avec un dossier bien dur judicieusement incliné à 90°.
C'est cosy, on se croirait dans Brazil, les tuyaux de chauffage en moins, ce qui se sent
d'ailleurs au niveau de la température ambiante.

Derrière le jury, une énorme citation gravée en police 500 dans un style très
mussolinien : « C 'est la Loi qui rétablit dans le droit l 'égalité naturelle entre les
hommes. » Extrait du Contrat social de Rousseau, on sent bien là le droit positif dans
toute son arrogance à vouloir niveler les différences naturelles. Rousseau aurait été
mieux inspiré d'utiliser le terme d' « équité » plutôt qu' « égalité » . . . Mais revenons à
notre audience.

Madame la juge est escortée de deux assesseurs en civil mais dotés d'une
charmante médaille dorée suspendue au cou par un ruban vert du plus bel effet.
Certainement Je signe de leur légitimité à être là. En tout cas, le pull à grosses côtes
de l 'un et le tailleur de l'autre ne laisse pas de doute sur qui est le représentant des
syndicats salariés et qui est celui des professionnels. Un vrai cliché. Je passe sur le
visage bouffi et rougeaud du premier. Il n'y a pas que de l ' eau plate à la cantine du
TASS visiblement. Je suis inquiet, tiendra-t-il l'après-midi ? Un défibrillateur ne doit
pas être loin.

Bref, avec les collègues, nous nous installons au fond de la salle pour pouvoir
commenter le spectacle discrètement, quoique nous nous ferons reprendre plus tard
par la juge pour notre indiscipline . . . Vraiment des gosses ces libérés, ils ne respectent
rien !

14hl 5, commence la représentation de cette parodie de justice où 2 des 3 juges


n'ont pas lu les dossiers et sont les représentants des mêmes organisations syndicales

90
qui gèrent paritairement la Sécurité sociale et ses organismes de recouvrement
comme ) 'URSSAF et le RSI. Juges et parties, le citoyen sait à quoi s'en tenir : pas de
doute que son cas sera examiné dans la plus parfaite impartialité.

Concrètement, le juge appelle chaque affaire par son numéro, demande aux parties
si le dossier est complet, et, dans la négative prononce un renvoi à une date ultérieure
ou, dans l 'affirmative, met le dossier de côté pour Je traiter à la fin du passage en
revue de toute la pile de dossiers.

Cela va donc assez vite, et une heure plus tard nous sommes déjà arrivés, 54
numéros plus loin, sur mon cas.

Ayant 8 affaires, la juge énumère les 8 numéros pour m ' appeler, non sans
s'étonner de cette quantité, le précédent record de l ' après-midi ayant été de 3 .

L'autocollant « Quitter la Sécurité sociale » bien visible au revers d e la veste, je


me présente à la barre, salue la charmante juge (ça valait le coup de s'approcher de la
tribune . . .) ainsi que la petite dame de ] ' URSSAF pour la partie adverse, debout à côté
de moi.

Sans préambule, la juge notifie immédiatement à ! 'URSSAF qu'une QPC a été


déposée par mes soins et que cette dernière sera examinée la prochaine fois : donc
renvoi au 7 juin. Durée de l'audience : 20 secondes.

J'allume néanmoins Je micro du pupitre (étonnamment, personne ne l ' avait allumé


avant moi), afin que les collègues qui ont fait le déplacement en profitent, et aussi
pour casser Je ronron de la salle en faisant porter la voix.

Je demande à lire ma QPC. Réponse négative : cela sera l 'obj et de la prochaine


audience. Soit.

Je demande alors ce qu'il en est des pièces que j'avais demandées à ! 'URSSAF.

La petite dame de ! 'URSSAF fait des yeux comme des soucoupes, elle n'a pas reçu
cette demande. Dommage : je lui mets sous le nez la copie de mon courrier, ainsi que
l'accusé de réception du recommandé prouvant qu'il est arrivé chez eux.

Nous nous retournons tous les deux vers la juge qui fournasse dans mes 8 dossiers
à la recherche de son propre exemplaire. Eh oui, comme je n'ai envoyé qu'un seul
courrier pour mes 8 affaires et que Je TASS fait une chemise par affaire, on ne sait
plus où cela a été classé, et la voilà partie en spéléologie. Je lui agite mon accusé de
réception prouvant que mon recommandé est bien arrivé au TASS et lui propose de
lui donner en main propre ma copie pour gagner du temps. La juge me remercie et
indique à ! ' URSSAF qu' ils n'auront qu'à venir en prendre connaissance directement
dans Je dossier.

L 'URSSAF promet de fournir ses pièces pour la prochaine fois, tout en disant « ça
tombe bien, on vient de changer nos statuts ! ». Ça ne serait pas plutôt « on vientjuste
de les créer ? ». Elle indique aussi au juge « qu 'il s 'agit d'une contestation de
monopole de la Sécurité sociale et qu 'ils ont de plus en plus de dossiers de ce genre
...il y aurait même un mouvement pour la liberté de la protection sociale ! ». Je

91
confinne sans un mot en pointant simplement du doigt mon autocollant au revers de
la veste. L'URSSAF rit jaune : « Ahje comprends mieux . ». ..

1 5h20 fin de l'audience. Le greffier me donne un post-it pour revenir Je 7 juin,


même endroit, même heure. Audience à laquelle je pourrai l ire ma QPC. Un nouveau
renvoi sera prononcé le temps que cette QPC remonte à qui de droit, sans parler des
pièces que l'URSSAF n'aura pu apporter, faute de leur existence.
Je rejoins la dizaine de collègues qui se lèvent tous d'un coup pour sortir avec moi.
Stupeur de l'agent de !'URSSAF et du juge de voir autant de monde me soutenir alors
que les autres viennent seuls ou à deux. Ils ne sont visiblement pas habitués à ce
rapport de force. Ils sauront à quoi s'en tenir la prochaine fois. J'ai hâte de voir la tête
des assesseurs quand je dirai qu'ils ne peuvent juger équitablement en n'ayant pas lu
mon dossier. Ce qui sera valable pour tous les autres dans la salle. Eux aussi vont en
faire une tête ! D'ailleurs, je vais venir avec des photocopies de ma QPC que je
distribuerai aux autres convoqués pour qu' ils posent la même question. Ca aura du
succès.
Un grand merci à mes fidèles soutiens. Sans vous, j'aurais moins fait Je malin.

D 2 2 mars : réu nion « Q uitter la Sécu » a u M u sée social à


Paris
200 personnes, salle pleine pour une réunion d'information avec Claude Reichman,
Jenny (la gentille organisatrice), Eric (le gentil organisateur) et votre serviteur. Il y a
aussi quelques participants qui étaient au TASS avec moi. Ça fait plaisir de les revoir.
Belle salle que celle de ce Musée social. On reviendra. S'ils nous acceptent de
nouveau de parler de la fin du monopole de la Sécurité sociale dans l'enceinte du
Musée social . . .

D 24 m a rs : prélèvement U RSSAF imprévu


Bien qu'ayant demandé il y a un an la résiliation (et non la suspension) des
autorisations de prélèvements des différents organismes de Sécurité sociale, j'ai la
mauvaise surprise de voir passer un prélèvement URSSAF sur mon compte.
Après un petit message à la banque, la somme est recréditée dans la journée. Pour
sa défense, le banquier avoue que son système informatique ne permet pas de faire
des résiliations, mais uniquement des suspensions (sic). Comme la durée par défaut
est d'un an, ceci explique cela Le banquier me précise qu' il a corrigé en mettant «
irifini », afin que la suspension ne prenne plus fin . . . Cela aurait été plus simple dès le
départ.

92
0 25 ma rs : panique a u RSI
Dans une circulaire interne, la Direction nationale du RSI alerte ses directeurs et
administrateurs sur « la recrudescence du nombre d'assurés et de mouvements

s 'opposant à l 'obligation d'affiliation et de cotisation à un régime de Sécurité sociale


». Recrudescence ? Tiens donc, dans le reportage de M6, de source officielle, nous ne
serions que 200 libérés !

Après les arguments habituels pro-monopole, le courrier poursuit sur l ' i nvitation
suivante qui en dit long sur l'assurance de leur bon droit si nous allons au pénal plutôt
qu'au TASS Uuridiction de Sécurité sociale) où ils jouent à domicile.

Je cite : « La caisse nationale invite les caisses RSI, ainsi que les services
contentieux, à la plus grande prudence dans l'utilisation des sanctions pénales dont
peuvent être passibles les assurés, associations et mouvements contestataires. Il est
plus utile de privilégier la défense des intérêts du régime les juridictions de Sécurité
sociale que d'engager des poursuites pénales l'encontre des contestataires. »

Pourquoi devraient-ils donc « privilégier la défense des intérêts du régime » ? Ça


sent la fin de règne. Si le monopole était si légal que cela, pourquoi avoir besoin de le
défendre et craindre un passage au pénal ? Enfin, preuve que les l ibérés sont pris au
sérieux, la circulaire se termine par la demande de centralisation des litiges afin
d'organiser leur défense.

O 1 3 mars : le vol orga nisé s u r le cumul emploi-retraite


Une information des Échos passée totalement inaperçue et pourtant bien révélatrice
de ce que l' État doit faire à compter du 1 er janvier 20 1 5 pour perfuser notre système
moribond de retraite par répartition.

Pour les futurs retraités : « La loi supprime cette distinction entre groupes de
régimes et unifie / 'application du cumul emploi-retraite à tous les régimes de retraite
de base légalement obligatoires (régime général, régime spécifique des salariés
agricoles, régime des artisans, commerçants, industriels, régime des professions
libérales, etc.). Pour pouvoir liquider sa pension de retraite dans un de ces régimes,
l 'intéressé devra donc cesser ses activités professionnelles dans tous les autres
régimes, peu importe qu 'ils appartiennent ou non au même groupe. »
Traduction : si vous continuez de travailler à l 'âge de la retraite, que ce soit dans
votre ancienne banche professionnelle ou une autre, vous ne pourrez pas toucher
votre retraite ! Pourtant, vous y avez droit car vous avez cotisé et avez le nombre
nécessaire d'annuités . . . Eh oui, c' est de la spoliation.

Pour les retraités actuels cumulant emploi et retraite, rassurez-vous, l ' État a aussi
pensé à vous : « la reprise d 'une activité professionnelle dans un nouveau régime de

retraite, quel qu 'il soit, après la liquidation d'une pension d'un autre régime de base
légalement obligatoire n 'ouvrira plus droit à l 'acquisition de points de retraite de
base ou complémentaire. »

93
Traduction : vous êtes toujours obligé de cotiser pour la retraite sans pourtant
bénéficier de points de retraites supplémentaires . . . Eh oui c'est du vol !

Bref, l' État nous oblige à vivre de ses minimas sociaux en nous décourageant de
travailler pour conserver, ou nous rapprocher, d'un revenu qui nous est nécessaire.
Cette nouvelle loi finira par lever les dernières illusions que certains pouvaient encore
avoir quant à leur niveau de vie au moment de la retraite au regard de ce qu'ils auront
cotisé toute leur vie.

C'est le nouveau slogan : travailler plus, pour cotiser plus et pour gagner moins.
Les libérés de la Sécu, qui ont quitté le système de retraite « obligatoire », l'ont bien
compris.

D 28 m a rs : saisine d u j uge de proximité


Comme chaque mois, je reçois la mise en demeure URSSAF par courrier
recommandé. Sur les recommandations du MLPS, j ' applique une nouvelle procédure,
à savoir saisir Je juge de proximité (tribunal d'instance) pour pratiques commerciales
déloyales dans les termes suivants :

« Monsieur le Juge de proximité,

J'ai l 'honneur de vous exposer lesfaits suivants :

Usant des dispositions légales, j 'ai décidé de souscrire une assurance maladie
auprès d'une société d 'assurance européenne et de ne pas cotiser aux organismes
sociaux pour le compte desquels / 'URSSAF de XXXXX recouvre des cotisations.
J'ai dûment avisé / 'URSSAF de ma décision.
Ne tenant aucun compte de ma décision, / 'URSSAF m 'a adressé une mise en
demeure de « règlement des sommes dues » me menaçant de poursuites pour une
somme de XXXX€.
L 'arrêt du 3 octobre 2013 (affaire C-59112) de la Cour de justice de l'Union
européenne a corifirmé que / 'URSSAF et les organismes pour le compte desquels
/'URSSAF recouvre des cotisations sont visés par la directive 2005129/CE du 11 mai
2005 sur les pratiques commerciales déloyales, et par la loi française 2008-3 du 3
janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs
(loi Chatel) qui la transpose.
L 'envoi de cette mise en demeure est constitutifde pratique commerciale agressive
sanctionnée par la loi.
Je demande en conséquence au Juge de proximité d'annuler cette mise en
demeure.

94
Veuillez agréer, Monsieur le Juge de proximité, / 'expression de ma considération
distinguée. »

Je précise que cette plainte est particulière à mon cas de figure et qu'il convient de
respecter scrupuleusement les recommandations que Je MLPS fera dans votre cas
particulier.

Outre le fait d'ouvrir un troisième front, après celui du TASS (en défense contre
! 'URSSAF) et du TGI (plainte pour extorsion de fonds), l 'intérêt de cette procédure
est également de bloquer au niveau du TASS la contrainte à payer qui suivra en
attente de la réponse du juge de proximité. Au surplus de voir cette mise en demeure
annulée si par miracle ledit juge de proximité retenait mes arguments . . .

Pour faire bonne mesure, je dépose une deuxième plainte identique au titre de l a
mise en demeure d e février pour laquelle j ' ai déjà reçu la contrainte e t fait opposition
auprès du TASS.

Avril 2014

D 3 avril : décla ration sociale d e s indépenda nts


La DSI (déclaration sociale des indépendants) permet de collecter l e revenu servant
de base, pour les travailleurs indépendants, au calcul des cotisations maladie,
vieillesse, etc. de la Sécu ainsi qu'à la CSG/CRDS.

Comme on est radié automatiquement si on ne déclare pas pendant deux ans, la


tentation fut grande d ' ignorer cette obligation de déclaration. Pourtant, si je m e suis
libéré de la Sécu pour la maladie et la retraite, je suis toujours redevable des
cotisations d'allocations fam iliales (le seul régime de la Sécu vraiment légal). Sur les
conseils du MLPS, je complète donc cette déclaration par Internet, en faisant un petit
courrier recommandé annexe (car il n'y a malheureusement pas de case de
commentaires sur la déclaration en ligne) pour préciser : (< Le signataire, ayant

exercé son droit à la liberté de la protection sociale, ne remplit cette déclaration


qu 'afin de permettre le calcul des cotisations non concernées par / 'exercice de son
droit. »

D 4 avril : l'URSSAF condamnée pour procédu re a b usive !


J'obtiens gain de cause dans mon affaire contre ! ' URSSAF que j 'avais attaquée
devant le TGI pour procédure abusive. Pour rappel, ils avaient envoyé l 'huissier avec
un commandement de payer aux fins de saisie vente sans titre exécutoire du TASS

(! 'URSSAF avait tardé à prévenir l 'huissier que j 'avais bien fait opposition à l a
contrainte).

95
Seul le commandement de payer est annulé, non la contrainte associée.
Bilan de l 'opération : 400€ de dédommagement pour frais de justice pour 1 1 28€
HT en�agés auprès de mon avocat, soit 728€ de coût net. La justice en France à un
prix ! A croire qu'on nous dissuade de porter plainte . . .
Aucun dommages et intérêts n'a été retenu au motif que :
- Je suis habitué (sic) à faire opposition à toutes les contraintes et par
conséquent ne devrais pas être inquiet par un avis de saisie de vente pour
laquelle j ' avais bien fait une opposition à contrainte ;
- Ma famille n'a pas été traumatisée car l ' acte d'huissier a été déposé à l 'étude
et non remis en main propre.
Le premier argument est fallacieux et le deuxième est faux car la mention « remis
en mains propres à Madame . » est bien portée sur la signification de l'acte.
..

Je ne m'interroge donc pas longtemps sur l 'opportunité de faire appel de cette


décision sachant que les nouveaux frais d'avocat ne couvriront pas les éventuels
dommages et intérêts qui me seraient accordés.

D 7 avril : la Fra nce bientôt condamnée ?


Je tombe sur un article de février 2014 de FiscalOnline sur l 'infraction de la
France aux règles européennes (encore). Pour les libérés de la Sécu, c'est la
perspective de voir supprimer également les prélèvements de CSG/CRDS de 1 5,5%
sur les revenus du patrimoine !
« L 'article 29 de la loi de finance rectificative pour 2012 a soumis aux

prélèvements sociaux (au taux global de 15, 5%) les revenus immobiliers (revenus
fonciers et plus-values immobilières) de source française perçus par les personnes
physiques fiscalement domiciliées hors de France.
Lors du débat budgétaire pour 2014, le député Frédéric Lefebvre a attiré
l 'attention du Gouvernement sur la procédure d'infraction n° 2013-4 168 engagée
par la Commission européenne devant la Cour de justice de l 'Union au sujet de la
CSG et du CRDS prélevés sur les revenus du patrimoine de personnes physiques,
fiscalement domiciliées hors de France et dépendantes soit du régime de Sécurité
sociale d'un autre État membre, soit du régime de la CFE.
Lors de ce même débat budgétaire, il avait mis en évidence que la CSG et le CRDS
pesant désormais sur des Français qui ne bénéficient en rien du système de cotisation
sociale, il existait un risque non négligeable que la procédure d 'irifraction lancée par
la Commission européenne n 'aboutisse, à terme, à une condamnation de la France,
et par conséquent à une abrogation de l 'article 29 de la loi de finances rectificative
pour 2012.

96
Par ailleurs, peu avant la fin de l 'année, la Commission européenne a décidé de
lancer une procédure d'infraction complémentaire (EU Pilot n° 5973-13) au sujet
des prélèvements sociaux sur revenus de placement (plus-values).
Enfin, le 28 novembre 2013, le Conseil d'État, dans le cadre d'un litige opposant
l 'administrationfiscale à un Français établi hors de France, a saisi la CJUE dans le
cadre d'une question préjudicielle (Aff C-623-13).
La CJUE va donc devoir donner son interprétation sur la conformité au droit
communautaire de l 'article 29 de la loi de finances rectificative pour 2012, et les
perspectives d'une déclaration de non-conformité deviennent une réalité. »

D 8 avril : passage de la ba rre des 200 000 pages vues s u r


m o n blog

D 9 avril : l Oème contra inte à payer


Passage de mon huissier habituel pour la contrainte à payer des cotisations de
mars. Je fais opposition auprès du TASS.

D 22 avril : va lidation de mes com ptes 2 0 1 3


Mon AGA, association de gestion agréée, valide mes comptes 20 1 3 sans discuter.
Cela dit, je tiens ma comptabilité au cordeau et j ' avais pris la précaution de les
prévenir courant 2013 de ma libération de la Sécu en leur communiquant les textes de
références sur la déductibilité de cotisations d'assurance maladie et retraite auprès
d'organismes européens.

D 25 avril : plai nte a u Doyen des j u g es et constitution d e


partie civile
E n raison de l ' absence d e réponse après 3 mois de ma plainte contre )'URSSAF
auprès du TGI pour extorsion de fonds, je porte plainte auprès du Doyen des juges du
TGI. Le dossier fourni par le MLPS est complet. Il n'y a qu'à signer et envoyer.

Encore une fois, pour prise de connaissance de l 'argumentaire du MLPS et non pour
1 'utiliser seul (ce que je déconseille fortement), voici quelques extraits choisis de
cette plainte :

« Le monopole de la Sécurité sociale a été supprimé en France par les directives

européennes 92149/CEE et 92196/CEE, entièrement transposées dans le droit


national par les lois n° 94-5 du 4janvier 1994, n° 94-678 du 8 août 1994 et par

97
l 'ordonnance n° 2001- 350 du 19 avril 2001 ratifiée par la loi n° 2001-624 du 1 7
juillet 2001.
Ces lois s 'imposent à tous, ainsi que lajurisprudence de la Cour dejustice de
l ' Union européenne, en vertu de la primauté du droit communautaire.
Dans un arrêt du 3 octobre 2013 (affaire C-59112) la Cour dejustice de l 'Union
européenne a « dit pour droit que la directive 2005129/CE du 1 1 mai 2005 sur les
pratiques commerciales déloyales s 'applique à un organisme de droit public en
charge d'une mission d'intérêt général, telle que la gestion d'un régime légal
d'assurance maladie ».
L 'URSSAF est chargée du recouvrement des cotisations aux régimes de Sécurité
sociale. L 'URSSAF est donc visée par lajurisprudence établie par l 'arrêt du 3
octobre 2013 de la Cour de justice de l ' Union européenne.
La directive 2005129/CE du 1 1 mai 2005 a été transposée dans le droitfrançais par
la loi du 3janvier 2008 (loi Chatel).
À cette occasion, le ministère français de / 'Économie, de / 'Industrie et de / 'Emploi,
Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des
fraudes, a publié le 29 janvier 2009 une circulaire (n° 2009-07) qui rappelle les
dispositions suivantes :
- La loi du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au
service des consommateurs (loi Chatel) a transposé la directive
n°2005129/CE du 1 1 mai 2005 relatives aux pratiques commerciales
déloyales. Le texte, intégré au code de la consommation, définit les
pratiques commerciales déloyales (article L. 121-1), substitue aux
dispositions sur la publicité mensongère ou trompeuse un nouveau dispositif
relatif aux pratiques commerciales trompeuses (articles L. 121-1 à L. 121-7)
et crée l 'infraction de pratiques commerciales agressives (articles L. 122-11
à L. 122-15) ;
- « On entendra la pratique commerciale, notion qui n 'est pas définie dans le
texte français, en se référant à la définition de la directive (article 2-d)) : «
La pratique commerciale des entreprises vis- à-vis des consommateurs est
constituée par toute action, omission, conduite, démarche ou communication
commerciale, y compris la publicité et le marketing, de la part d'un
professionnel, en relation directe avec la promotion, la vente ou la
fourniture d'un produit aux consommateurs ».

Dans la directive (article 2 c), le produit est défini comme tout bien ou service, y
compris les biens immobiliers, les droits ou les obligations.
L 'arrêt du 3 octobre 2013 de la CJVE établit avec précision le caractère
d'entreprise des organismes publics de Sécurité sociale :
- « Point 31 : Au vu de ce qui précède, il y a lieu de considérer que, pour les
besoins de l 'application de la directive sur les pratiques commerciales

98
déloyales, les deux termes d'«entreprise» et de «professionnel» revêtent une
signification et une portée juridique identiques. A u demeurant, c 'est ce
dernier terme qui est utilisé le plus fréquemment dans les dispositions de
cette directive ;
- « Point 32 : À cet égard, il ressort d'emblée de la rédaction de l 'article 2,
sous b), de la directive sur les pratiques commerciales déloyales que le
législateur de / 'Union a consacré une conception particulièrement large de
la notion de «professionnel», laquelle vise «toute personne physique ou
morale» dès lors qu 'elle exerce une activité rémunérée et n 'exclut de son
champ d'application ni les entités poursuivant une mission d'intérêt général,
ni celles qui revêtent un statut de droit public. »
Il ressort de l 'ensemble des dispositions ci-dessus que les organismes français de
Sécurité sociale sont des entreprises soumises au droit européen et français de la
concurrence, que leurs affiliés sont des consommateurs, et que leurs relations
s 'établissent sur fa base d'un contrat.
Il résulte de ces dispositions que les caisses de Sécurité socialefrançaises, comme
celles de toute f 'Union européenne, sont des entreprises comme les autres, qu 'elles
sont soumises aux règles de concurrence, que les Français sont libres de ne pas y
cotiser et qu 'ef/es ne peuvent qffilier qui que ce soit sans que soit conclu un contrat
d'adhésion.
Je n 'aijamais signé le moindre contrat avec les organismes de Sécurité sociale au
profit desquels / 'URSSAF est chargée de recouvrer des cotisations. Néanmoins,
/'URSSAF veut me contraindre à lui verser des cotisations au profit de ces
organismes de Sécurité sociale. A cet effet, elle m 'a fait signifier une contrainte en
date du 6 novembre 2013 par voie d'huissier.
Cette contrainte est une tentative d'extorsion de fonds. Elle est également une
pratique commerciale agressive.
Cette tentative d'extorsion defonds tombe sous le coup des articles 312-1 et 312-9
du Code pénal. Cette pratique commerciale agressive tombe sous le coup de l 'article
L122-12 du Code de la consommation et de l 'article 131-39 du Code pénal ci-dessus
mentionnés.
Je porte donc plainte, en vertu des articles 312-1 et 3 12-9 du Code pénal, de
l 'article L l22- /2 du Code de la consommation et de l 'article 13 1-39 du Code pénal
contre l 'organisme dénommé URSSAF DE PARIS ET DE LA REGION PARJSIENNE,
pris en la personne de son directeur.
Je me constitue partie civile entre vos mains et offre de consigner la somme qu 'il
vous plaira de fixer. »
Bref, ça rigole plus. Espérons que cette somme ne soit pas trop importante tout de
même . . .

99
Mai 2014

0 3 mai 2 0 1 4 : 1 1ème mise e n demeure U RSSAF


L'URSSAF doit être à court d'argent car pour la première fois depuis 14 mois, je
reçois une mise en demeure en lettre simple au lieu d'un recommandé. À savoir que
pour être valables et suivies d'effet par une contrainte à payer, les mises en demeure
doivent être envoyées en recommandé avec accusés de réception. Je soumets au
MLPS pour la conduite à tenir et j'attends sereinement la contrainte qui sera donc
nulle !

O 5 mai 20 14 saisie de la commission de recou rs amiable


U RSSAF
Sur les conseils du MLPS, je saisis la Commission de recours amiable. C'est un
changement de méthode par rapport aux dix précédentes mises en demeure que
j ' avais laissées sans réponse. La saisine se fait dans les termes suivants :

« Monsieur le Président,
Je saisis votre Commission de la mise en demeure qui m 'a été adressée par
l 'URSSAF en date du 2910412014.
Vous ne pouvez ignorer que / 'URSSAF et les caisses pour le compte desquelles elle
recouvre des cotisations sont visées par les directives européennes 92149/CEE et
92196/CE et par les lois françaises qui les ont transposées, qui établissent la libre
concurrence pour l 'ensemble des régimes d'assurance sociale européens.
La Cour de justice de l 'Union européenne, par un arrêt du 3 octobre 2013 (affaire
C-59112), a « dit pour droit que la directive 2005129/CE du I l mai 2005 sur les
pratiques commerciales déloyales s 'applique à un organisme de droit public en
charge d 'une mission d'intérêt général, telle que la gestion d'un régime légal
d'assurance maladie ».
La directive 2005129/CE du 11 mai 2005 a été transposée dans le droit français
par la loi du 3 janvier 2008 (loi Chatel), dont le texte a été intégré au Code de la
consommation.
Les relations entre / 'URSSAF, les caisses pour le compte desquelles elle recouvre
des cotisations et leurs éventuels affiliés sont donc établies sur le fondement du code
de la consommation et notamment de son article L 121-20-10 qui exige l'existence
d'un contrat entre ces organismes et le consommateur, ainsi que de son article Li 22-
12 qui interdit les pratiques commerciales agressives et les punit d'un
emprisonnement de deux ans au plus et d'une amende de 150 000 euros au plus.

100
Je n 'ai jamais signé le moindre contrat avec ! 'URSSAF et les caisses pour le
compte desquelles elle recouvre des cotisations. Ces organismes n 'ont donc aucun
moyen légal de me contraindre à cotiser aux régimes qu 'ils gèrent.
Votre Commission doit par conséquent annuler la mise en demeure du 2910412014
Veuillez agréer, Monsieur le Président, / 'expression de ma considération
distinguée. »

101
D 7 mai : Réponse d u Tri b u n a l d'instan ce
Courrier du greffier du tribunal d'instance en réponse à mes 3 plaintes pour
pratiques commerciales agressives contre !'URSSAF (pour 3 m ises en demeure). Il
me répond que les modalités de saisine de la juridiction de proximité ne sont pas
respectées.

A cet effet est joint un formulaire CERFA nO 1 2285*06 de 3 pages à remplir.


Parmi les infos demandées :

- Je dois préciser le fondement juridique de la demande (ce que j'avais


pourtant fait dans mes plaintes) ;
- Je dois chi ffrer ma demande et ce dans la limite de 4 000€ ;
- Je dois fournir le KBIS de la personne morale contre qui je porte plainte.
Dommage . . . Sur lrifogrejfe, il n'y a pas le KBIS de !'URSSAF Ile-de-France,
et pour cause : il est indiqué « non-inscrit au registre de commerce ».

Je transmets au W..P S pour suite à donner.

D 1 6 mai : Cou rrier a u g reffier d u Tribunal d 'i nstance


Le W..P S me communique la réponse à donner au courrier du greffier du 7 mai.

« Monsieur le Greffier,
En réponse à votre lettre du 7 mai 2014, j 'ai l 'honneur de vous préciser les points
suivant suivants :
Le fondement juridique de ma demande est la loi n° 2008-3 du 3 janvier 2008
pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, à laquelle
/'URSSAF a contrevenu en m 'adressant ces 3 mises en demeure constitutives de
pratique commerciale agressive sanctionnée par la susdite loi.
Ma demande ne vise pas à / 'obtention d'une somme, mais à la sanction d'une
pratique.
La personne morale visée, à savoir / 'URSSAF, est régie par le Code de la
mutualité et n 'a pas de KBIS.
En matière de prestation de services (ce fut le cas dans ce contentieux, le juge
compétent est celui du lieu de / 'exécution du service (article 46 du code de procédure
civile).
La déclaration au greffe peut être faite sur papier libre.
Je vous prie en conséquence de bien vouloir audiencer mes recours. »

102
D 17 Mai : U n h u issier débarq u e à la réu nion d u M LPS
Surprise à l a réunion d'infonnation « Comment quitter la Sécurité sociale » de la
Roche-sur-Yon. Un huissier, mandaté par le RSI, et accompagné de deux gardes du
corps pour faire bonne mesure, s' est présenté pour constater que l a réunion avait pour
objet d'inciter à quitter la Sécurité sociale. Comme si depuis 20 ans le MLPS s'en
cachait !

L'huissier aura constaté d'avoir été bien accueilli, avec petits fours et boissons
fraiches. Ne craignant rien pour son intégrité physique, il a même renvoyé
rapidement ses deux sbires.

Dans l'ordonnance du tribunal remise par l'huissier à Claude Reichman, le RSI


admet qu'il est soumis, comme toutes les autres caisses de Sécurité sociale françaises,
à la directive de 2005. Stupidement, il en borne l'effet aux pratiques commerciales
déloyales comme la publicité trompeuse, alors que la directive et la loi française de
transposition de 2008 visent aussi les pratiques commerciales agressives, comme
l'émission de contraintes ! Le RSI vient donc de reconnaître qu'i l n'a pas le droit
d'émettre de contraintes. Il ne fallait rien de moins qu'un huissier pour nous apprendre
la bonne nouvelle.
1
Le MLPS devrait donc s'emparer de cette ordonnance pour attaquer l e RSI •

D 20 mai : Réponse d u tri b u n a l d 'insta nce


En réponse à mon courrier du 1 6 mai (ils sont bien rapides dans ce tribunal), je
reçois la réponse suivante :

« Votre demande étant indéterminée, elle ne peut être audiencer en / 'état. La


saisine du tribunal se fait par la voie de l 'assignation à toutes fins. Il vous appartient
de vous adresser à un huissier de justice territorialement compétent pour introduire
votre demande enjustice. »
Ils sont toujours aussi rapides à répondre mais apparaissent gêner à prendre en
compte mes recours. Feraient-i l s de l 'obstruction ? Je ne peux croire cela de notre
justice au pays des droits de l 'homme.

Je leur réponds donc: « En réponse à votre lettre du 20 mai 2014, j 'ai l 'honneur de
vous préciser que le site officiel "Service-Public.fr" indique que la déclaration au
greffe peut être utilisée pour les litiges portant sur des sommes inférieures à 4000
euros et qu'elle peut être faite sur papier libre.
Mes recours répondant à ces dispositions, je vous demande de les audiencer. »

' En décembre 2014 le MLPS a effectivement obtenu la condamnation du RSJ

103
O 26 m a i : réponse de la commission de recours amiable
U RSSAF
La CRA (Commission de recours amiable) de l 'URSAFF accuse réception de ma
contestation de la mise en demeure du 5 mai. Ils ont un mois pour statuer et à défaut
de réponse, dans ce délai, ma demande est considérée comme rejetée. J'aurais alors
deux mois pour saisir le TASS afin de contester cette décision.

0 3 1 mai : 1 2ème mise en demeure U RSSAF


Comme le mois dernier, l'URSSAF me fait parvenir une mise en dem eure en
courrier simple et non en recommandé. Bonne nouvelle, la contrainte qui s'en suivra
sera nulle devant le TASS. Continuez comme ça les gars.

J u i n 2014

0 3 j u i n : demande de décompte U RSSAF


Constatant que certains de mes versements par chèque courant 20 1 3 pour le
paiement volontaire des cotisations d'allocations familiales n'avaient pas été pris en
compte dans les montants réclamés de trois contraintes à payer correspondantes,
j ' envoie un courrier à ! 'URSSAF pour demander la bonne prise en compte de ces
versements.

0 7 j u i n : q u elques statistiques
La rédaction de Contrepoints m' informe que l ' épisode 1 « Je quitte la Sécu » vient
de dépasser les 1 00 000 vues et qu' au total le demi-million de vues est atteint sur
l'ensemble des épisodes de ma série d'épisodes.

0 1 1 j u i n : U n e première libérée passe a u TGI


Catherine passait ce jour au TGI pour sa plainte contre !'URSSAF pour extorsion
de fonds.

Etant la première à passer devant cette instance, nous attendions tous le


déroulement de l ' audience. C ' est bien simple : ! ' URSSAF ne s'est même pas déplacé
et a simplement envoyé un courrier au juge demandant à ce dernier de se déclarer
incompétent au profit du TASS.

104
Exactement à l'inverse de ce que nous faisons auprès du TASS pour qu'il se
déclare incompétent au profit du TGI.
Nous voyons bien la stratégie d'évitement de ces organismes, dits de Sécurité
sociale, qui sont pourtant des sociétés privées et qui refusent d'être j ugé comme
telles.

D 1 2 juin : L'URSSAF fo u rbit ses a rm es


En vue de ma prochaine audience au TASS le 1 7 juin, l'URSSAF m'envoie un
dossier de 46 pages en réponse à mes requêtes.
Ces pièces sont accompagnées du courrier suivant :

« Objet : communication des écritures et pièces


Monsieur.
En prévision de la prochaine audiencefixée au 1 7juin, je vous prie de bien vouloir
trouver ci-joint nos écritures et pièces sur la QPC (Question prioritaire de
constitutionalité) et les arguments de fond soulevés par vos soins au soutien de
l'ensemble de vos recours. Pour une parfaite ieformation, je tiens à vous aviser que
selon les ieformations qui m'ont été communiquées par le secrétariat du tribunal, ces
affaires feront à nouveau l'objet d'un renvoi le 1 7 juin prochain, le Ministère public
n'ayant pas fait connaitre son avis sur la QPC et n'étant pas en mesure de le faire
avant cette date.
Une nouvelle date d'audience, probablement après les vacations de juillet/août,
sera alorsfixée.
En vous souhaitant bonne réception.
Je vous prie de croire Monsieur, à l'assurance de ma considération distinguée. »

Sur la forme c'est une bonne nouvelle, car le renvoi est déjà prévu par le juge.
Au surplus je pourrai toujours demander aussi un renvoi aux motifs :
- de ne pas avoir pu prendre connaissance de ces pièces quelques jours avant
l'audience ;
- que les conclusions de )'URSSAF portant tout autant sur la QPC que sur le
fond, le juge ne peut statuer sur cette QPC tant que je n'ai pas formulé ma
réponse.

Voici les points clés de la réponse de !'URSSAF :

105
1. Sur la QPC
Pour rappel , j ' avais saisi Je TASS d'une question prioritaire de constitutionalité
relative au fait que les deux assesseurs du juge n'ont pas l'obligation de consulter
mon dossier papier ce qui ne garantit pas un procès équitable.
La réponse de !'URSSAF est la suivante :
« [ .}Aussi, compte tenu du caractère oral de la procédure et du mode de
..

désignation des assesseurs composant cette juridiction d'exception (composition du


TASS correspondant au caractère paritaire du mode de gestion de la Sécurité
sociale), lesfonctions exercées par ces derniers trouvent toute leur signification dans
le cadre des échanges qui vont s'instaurer entre les parties comparantes sans qu'il
soit nécessaire pour ces auxiliaires de justice de prendre connaissance
préalablement d'un dossier dont le contenu sera en tout état de cause, sans incidence
sur le déroulement de la procédure et sur la décision qui sera prise co/légia/ement
par cette composition sur le siège ou dans le cadre de son délibéré. »

Commentaire : Effectivement, quand le jwy est juge et partie, on peut appeler ça


une juridiction d'exception ! De plus, quiconque aura été au TASS pourra témoigner
de ces « échanges qui vont s 'instaurer entre les parties comparantes ». Dans mon
cas, à aucun moment l'un ou l'autre des assesseurs n'a ouvert la bouche. Ce qui est
plus édifiant est l'aveu que le contenu du dossier est sans incidence sur la décision
qui sera prise ! Si ce n'est pas un déni de justice, comment peut-on appeler cela ?

« Au besoin, si l'affaire a fait l'objet d'un renvoi devant ce tribunal autrement


composé, le président peut, dans le cadre de la présente instance, faire un rapport
circonstancié, à /'attention de ses assesseurs pour préciser l'objet du litige et ce qui a
pu se dire lors de la précédente audience. De même, si aucun texte ne fait obligation
aux assesseurs de prendre connaissance du dossier avant /'audience (acte introductif
d'instance), aucun texte ne l'interdit pour autant, les assesseurs disposant d'une totale
liberté de consulter préalablement les éléments du dossier au secrétariat du TASS.
C'est donc en vain qu'il est soutenu que cette absence de référence par les textes
d'une obligation qui serait faite aux assesseurs du Tribunal des affaires de Sécurité
sociale de prendre connaissance préalablement du dossier, prive le justiciable du
droit de bénéficier d'un procès équitable et, de manière générale, de son droit à
justice , en méconnaissant ainsi les « droits et libertés garantis par la Constitution »
selon la formulation de l'article 23-1 de la loi organique NO 2009-1523 du JO
décembre 2009 relative à l'application de l'article 61-1 de la Constitution. »

Commentaire : les assesseurs ne sont pas obligés de prendre connaissance du


dossier, mais ils peuvent le faire s'ils le veulent. . . ou si le juge a pris la peine de leur
faire un rapport. Au vu du volwne d'affaires traitées à la chaine au TASS, il est

106
évident qu'ils ne peuvent effectivement pas faire autrement que de faire l 'impasse sur
les dossiers . . .

2 . Sur l a compétence des juridictions de Sécurité sociale (les TASS)

« En application de l 'article LI 11-1 du Code de la Sécurité sociale, le régime


français de Sécurité sociale est un régime légalfondé sur la solidarité et non sur la
poursuite d'un but lucratif, les URSSAF étant au sein de ce régime des personnes
morales de droit privé chargés de l 'organisation générale du système de Sécurité
sociale mis en place par la loi, notamment le recouvrement des cotisation , de la CGS
et de la CRDS. »

Commentaire : au vu des déficits abyssaux, on ne peut leur donner tort sur


l'absence de poursuite d'un but lucratif. Ils sont même champions du monde du
déficit. Plus intéressant, l 'aveu qu'ils sont une personne morale de droit privé. L'Etat
a le droit d'organiser des délégations de services publics, comme pour les autoroutes
ou la distribution de l 'eau, mais cela doit être fait dans Je cadre d'un appel d'offie
public. Dans le cas des URSSAF et consorts, il ne me semble pas avoir vu passer un
appel d'offie.

« Ces organismes issus des articles L 213-1 et R 213-1 et suivants du code de la


sécurité sociale sont chargées d'un service public, et ne constituent pas des
entreprises au sens des articles 101 & /02 du traité fondateur de l'Union
européenne, ni des sociétés civiles ou commerciales puisque ils ne trouvent pas leur
source dans le contrat. »

Belle énigme : ce sont des personnes morales de droit privé, mais pas des
entreprises. De quoi s'agit-il alors : d'une association (de malfaiteurs) ? D'une société
soumise au Code la mutualité ? On se pose la question, mais nous aurons peut-être la
réponse dans les statuts fournis en annexe que je présente plus loin.
Belle argumentation circulaire également : comme il n'y a pas de contrat me liant à
eux, ce ne sont à l'évidence pas des sociétés civiles ou commerciales ... Eh oui, à
l'instar d'une mafia qui vous rançonne pour votre protection, ils n'existent pas de
contrat ! Inversement, la mafia met des contrats sur votre tête, comme !'URSSAF
avec ses huissiers.
« A cet égard, il n'est pas inutile de rappeler que si les organismes sociaux
compétents en matière de recouvrement sont des organismes de droit privé dotés de
la personnalité morale et de l'autonomie financière et chargés d'une mission de
service public, ils sont cependant placés sous l'autorité de l'Etat ou de son contrôle
en sorte que par un arrêt du 28 décembre 1990, le Conseil constitutionnel a
considéré que la disposition contestée de l'article L 213-1 du CSS qui définit les

107
missions des Unions de recouvrement et qui leur confère un monopole en matière de
recouvrement des différentes cotisations de Sécurité sociale, est coeforme aux
exigences de la norme constitutionnelle (articles 6 et 14 de la Déclaration des droits
de l'homme) dès lors que le recouvrement d'une imposition contribuant aux charges
de la Nation, ne peut être effectué que par des services ou organismes placés sous
l'autorité de l'Etat ou de son contrôle. »
Intéressant, il est fait mention d'une mission de « recouvrement d'une imposition
contribuant aux charges de la Nation ». Je suis surpris d'apprendre que les
cotisations maladie sont un impôt ! L 'impôt par définition s'applique à tous de -la
même manière selon le Code des impôts. Ce n'est pas le cas des cotisations maladie
dont le montant est variable selon votre profession. Au surplus, la CSG/CRDS n'est
pas un impôt non plus.

3. Sur l'absence de capacité j uridique et sur son caractère mutualiste

« Comme il a été indiqué plus avant, les URSSAF sont des organismes de droit

privé chargés d'une mission de service public qui assurent le recouvrement


contentieux de certaines cotisations et contributions sociales [. .. ].Les URSSAF
disposent, à ce titre, de la personnalité morale dès leur création et tiennent de la loi
leur capacité et leur qualité à agir pour les missions qui leurs sont confiées, sans être
tenu de produire leurs statuts ou de les déposer en préfecture. En conséquence, de
par leur statutjuridique clairement défini par la loi, ces organismes sociaux chargés
de la gestion d'un service public et placés sous la tutelle de l'Etat (ministère des
Affaires de la Sécurité sociale) n'ont nullement, en tant qu'organismes intégrés à
l'organisation statutaire de la Sécurité sociale, un caractère mutualiste. [. ] Ainsi, si
..

on se réfère aux dispositions combinées des articles L 282-4, L 281-5, R 281-5 et R


213-5 du Code de Sécurité sociale applicables aux URSSAF, il n'existe, pour ces
organismes, aucune obligation d'être inscrits à un registre national des mutuelles, ni
aucune formalité particulière de dépôt ou de publication de ses statuts auprès
notamment du Conseil supérieur de la Mutualité mais uniquement une obligation
d'approbation desdits statuts par le ministre chargé de la Sécurités sociale ou
l'autorité administrative compétente agissantpar délégation. »

C 'èst beau une personne morale de droit privé qui n'est pas tenu de produire ses
statuts et de les déposer en préfecture. Plus intéressant est l'absence de caractère
mutualiste. L'URSSAF ne se positionne pas en tant que prestataire d'assurance
maladie, mais uniquement comme collecteur de cotisations. Comme je suis gâté, ils
m'ont fournis leurs statuts : effectivement, à l'article 2, l'URSSAF déclare assurer les
missions définies aux articles L213-1 et L 1 3 8-20 du Code de la Sécurité sociale, et en
particulier le recouvrement, le contrôle et le contentieux du recouvrement.

Bonne pioche : ils donnent le bâton pour sa faire battre car il résulte de l'article L
2 1 3- 1 du Code de la Sécurité sociale que : « . . . les unions sont constituées et
fonctionnent conformément aux prescriptions de l 'article L 216-1 » et cet article L

108
2 1 6- 1 du même code précise que les différentes caisses de Sécurité sociale : « sont
...

constituées et fonctionnent conformément aux prescriptions du Code de la mutualité,


sous réserve des dispositions du présent code et des textes pris pour son
application.. ». Donc !'URSSAF est bien soumise au Code de la mutualité
contrairement à ce qu'ils affirment.
Le reste des statuts ne concerne que les modalités d'organisation et de nomination
du conseil d'administration. Aucun intérêt.

4. Sur l 'obligation de cotiser à un régime légal de Sécurité sociale

Je vous fais grâce des arguments habituels, maintes fois repris dans les
communiqués de la Sécurité sociale. Rien de neuf sauf sur le commentaire relatif à
l'arrêt BKK (CJUE 3 octobre 20 1 3 , affaire 59/12 BKK).

Je cite :
« Dans cette affaire qui concerne le droit allemand, la Cour dejustice a jugé dans
le contexte de la directive 2005129/CE du 1 1 mai 2005 relative aux pratiques
commerciales déloyales que l 'interdiction des pratiques commerciales déloyales vis­
à-vis des consommateurs s 'applique aux caisses maladie du régime général. »

Pour rappel, d'après cet arrêt BKK, je ne suis donc plus un cotisant affilié de force
à un monopole mais un consommateur pour lequel le droit commercial s'applique. Et
c'est une pratique déloyale et agressive que de produire des mises en demeure et
envoyer des huissiers à un client en absence de contrat ou d'accord dudit client.

« Pour la Cour, le « législateur de l'Union a consacré une conception


particulièrement large de la notion de «professionnel », laquelle vise « toute
personne physique ou morale » dès lors qu'elle exerce une activité rémunérée et
n'exclut de son champ d'application ni les entités poursuivant une mission d'intérêt
général, ni celles qui revêtent un statut de droit public ».

Exact, et c'est bien cela qui est fabuleux dans cet arrêt : que l 'organisme soit privé
(comme !'URSSAF ou le RSI) ou a fortiori public, le fait de revêtir une mission
d'intérêt général ne les exclut pas de la directive 2005/29/CE sur les pratiques
commerciales déloyales !

« Selon la Cour « il convient de reconnaître à un organisme tel que BKK la qualité


de professionnel au sens de la directive ». Toutefois, là encore, la Cour donne aux
concepts un sens qui est propre à la source du droit interprétée de sorte que la
solution préconisée ne peut que se situer dans le contexte exclusif de la directive
2005129. ))

1 09
Vous avez compris quelque chose dans ce salmigondis ? Moi pas. Si j 'explique
cela à l ' oral devant un jury du TASS qui n'a pas lu le dossier papier, je pense qu'ils
comprendront mieux que moi, c'est certain.

« A l'évidence, utiliser ces deux arrêts fondés sur des directives dont le champ

d'application est limité « à la règlementation et à la protection des consommateurs»


et « à l'égalité hommes-femmes » pour en tirer des conséquences juridiques sur le
droit de la concurrence en matière d'assurance et de protection des risques de la vie,
est un contresens total qui conduit à nier la jurisprudence constante et claire de la
Cour de Justice lorsqu'elle statue sur le droit de la concu"ence. »

Je rêve où ils disent que la CJUE se contredit elle-même ? lis ne manquent pas de
culot.

« Enfin, pour exclure tout amalgamefâcheux, la Direction de la Sécurité sociale a,


par un communiqué de Presse du 29 octobre 2013, rappelé que cette décision no
59112 du 3 octobre 2013, aff- BKK, «ne change rien à la nature des activités
poursuivies par la Sécurité sociale française, ni à l'obligation de cotiser auprès de
celle-ci. Conformément à la jurisprudence de la CJUE, n 'étant pas de nature
économique, ces activités ne sont pas soumises au droit européen de la concurrence
».

L'argument massue : j 'ai la preuve que j 'ai raison car je l 'ai dit ! Chapeau l'avocat
de !'URSSAF. Je n'aurai pas osé à sa place. J'ai ma dignité.

« En conséquence, il y a lieu de considérer que les contraintes qui lui ont été
délivrées, en recouvrement des cotisations et contributions sociales impayées, lui ont
été valablement signifiées. De même, il convient de déclarer Monsieur Laurent C mal
venu en sa demande de communication de pièces telles que le contrat le liant à
/'URSSAF ou le bulletin d'adhésion à cet organisme, compte tenu de l'obligation qui
lui est faite d'être affilié à ce régime légal de protection sociale sans que les risques
puissent être dissociés, par le seul effet de la loifrançaise qui retient comme critère,
outre la résidence, l'exercice d'une activité professionnelle non-salarié sur le
territoire national. »

Le meilleur pour la fin : comme c'est obligatoire, ils n'ont pas besoin de contrat.
Pourtant, l'arrêt BKK de la CWE est clair. Je suis un consommateur et les pratiques
commerciales de l 'URSSAF sont déloyales, pour ne pas dire agressives.

Je fais copie de ce beau dossier au MLPS pour préparer la 3ème audience à la


rentrée.

110
D 14 juin : E ncore u n h uissier à u n e réu n ion « Comment
q uitter la Sécurité sociale »
Pour la deuxième fois, le Conseil national du RSI dépêche un huissier à la réunion
« Comment quitter la Sécurité sociale » à la Chapelle-sur-Erdre (44). C'est bien la
preuve que le mouvement des libérés les inquiètent sérieusement.

Comme le dit Claude Reichman sur son blog : « Le Régime social des
indépendants (RSJ) dépêche des huissiers dans les réunions que le MLPS et les
groupements associés à son action organisent dans toutes les villes de France. Pour
ce faire, le RSI doit en demander / 'autorisation au président du tribunal de grande
instance du département où se tient la réunion.
Par deux fois, le RSI a obtenu cette autorisation, alors que ces réunions sont
privées et que la liberté d'expression est garantie tant par la Déclaration des droits
de / 'homme et du citoyen de 1 789, que par la Convention européenne des droits de
l 'homme et des libertés fondamentales. Bien entendu, nous avons demandé enjustice
l 'annulation de ces autorisations qui violent l 'Etat de droit.
Le but que poursuit le RSI en faisant enregistrer par un huissier les propos tenus
au cours de ces réunions est de prouver que « les intervenants nient le monopole de
la Sécurité sociale », afin d'exercer des poursuites contre eux. Le RSJ a vraiment de
l 'argent à perdre. Cela fait 22 ans que je dis et écris que ce monopole a été abrogé
par les deux directives européennes de 1992, intégralement transposées dans le droit
français depuis 2001. La Cour de justice de l 'Union européenne l 'a corifirmé une
nouvellefois par un arrêt du 3 octobre 2013. »

D 1 7 juin : 2ème rou n d a u TASS


Arrivé au TASS avec Eric (alias Ricou, alias Tartarin de Tarascon), activiste
notoire sur les réseaux sociaux des libérés, à 1 3h45 pour 1 4h.
Une première pour Eric qui apprend qu'on ne doit pas porter de chapeau dans
l'enceinte du TASS. Même les forces de l 'ordre n'ont pas de képi . . .
Arrivés dans la salle, nous retrouvons un médecin libéré venu également en
soutien. La greffière me reconnait et m 'annonce que ma QPC (Question prioritaire de
constitutionalité) n'a été transmise au procureur que ce matin. Donc renvoi assuré.
Elle me note présent et me propose de partir immédiatement ce qui est bien gentil de
sa part.
Avec les amis, nous décidons toutefois de rester quelques minutes à l'audience
pour Eric qui découvrait le spectacle et nous installons juste derrière l'agent URSSAF
au 2ème rang. En attendant le début de l'audience, Eric et sa grosse voix de stentor
ont dû saouler, outre l'agent de ! 'URSSAF, la greffière et la juge pourtant cachée

111
dans la sacristie attenante. Toujours est-il que la greffière me demande finalement de
rester jusqu'à ce mon dossier soit appelé . . .

Mauvaise pioche, j 'ai les numéros 4 1 à 4 8 sur une cinquantaine. On est bon pour
attendre une heure-et-demie. Ah l 'animal 1 Je le colle sur son smartphone pour
discuter en ligne entre nous afin d'éviter de nous faire réprimander par la juge alors
que l'audience commence.

Défilé habituel des plaignants, la cour des miracles . . . C'est renvoi sur renvoi sauf
pour deux ou trois dossiers qui seront traités en fin d'appel .

1 5h30, je suis appelé. L'URSSAF prend bien soin de signaler au juge qu'ils ont
répondu à toutes mes demandes. La juge confirme qu'ils n'auront pas la réponse du
procureur à m a QPC avant plusieurs mois. Donc renvoi direct au 1 8 novembre l 4h.
En sortant, nous sommes rejoint par un 4ème Jarron, futur libéré et commençons à
discuter sur le pas de la porte de la salle d'audience. Ça n'a pas loupé, Eric et sa
grande gamelle se font choper par Je juge qui demande à l'un et l'autre de sortir
pressement.

Bref, sur le fond, le dossier n'a pas avancé d'un iota mais sur la forme, on aura
passé un bon moment entre camarades libérés. Pour sûr que la juge et ] 'URSSAF ne
nous oublierons pas.

D 27 juin : !'U RSSAF a retrouvé mes paiements


En réponse à mon courrier de début juin, ! 'URSSAF me renvoie un décompte très
détaillé de tous mes versements et des sommes restants dues. Je retrouve bien les
chèques de paiement volontaire de la partie allocations familiales que j 'avais versé en
20 1 3 et qui n'avaient pas été déduits des impayés apparaissant sur plusieurs de mes
contraintes.

Bien évidemment, ces paiements n'ont pas été affectés aux seules cotisations
d'allocations familiales mais versées dans Je pot commun des sommes dues. J'ai donc
bien fait d'arrêter de verser ses cotisations volontairement et de les réserver sur un
compte en attendant qu'ils soient capables de m 'adresser un décompte de ces seules
allocations dues.

Bref, cette réponse me permettra de demander un renvoi lors de la prochain


audience du TASS au motif que ] 'URSSAF procède au recalcul des contraintes
correspondantes qui sont actuellement fausses.

J u i l let 2014

0 1er j u i llet : 1 3ème mise en demeure U RSSAF

112
Réception de la mise en demeure de ) ' URSSAF au titre du mois de juin, toujours
en courrier simple comme depuis 3 mois.

D 4 juillet : 1 2ème passage de l'huissier


L'huissier m 'apporte la contrainte à payer ! 'URSSAF correspondant à la mise en
demeure du 3 1 mai. Je fais opposition auprès du TASS, qui annulera cette contrainte
dont la mise en demeure préalable m ' a été notifiée en courrier simple et non
recommandé.

D 1 2 juillet : réponse de la Commission de recours amiable


URSSAF
En réponse à ma saisine du 5 mai, la Commission de recours amiable (la CRA pour
les intimes), rejette ma demande. Les motifs sont copiés/collés des arguments que
) ' URSSAF m'a envoyé le 1 2 juin pour l'audience au TASS. Rien de nouveau donc.
J'envoie la décision au MLPS pour connaitre la conduite à tenir.

D 18juil let : réponse d u M LPS pou r le cou rrier CRA


Le MLPS m'a renvoyé ses recommandations quant à la réponse négative de la CRA
du 1 2 juillet.
Il me conseille de saisir le TASS (pour une fois que ce n'est pas l 'inverse) pour
contester cette décision quelques jours avant l'expiration du délai de 2 mois, soit
début septembre avec les arguments suivants :

- Je n'ai pas signé de contrat avec !'URSSAF et les organismes pour le compte
desquels !'URSSAF recouvre des cotisations et qu'ils n'ont aucun moyen légal
de me contraindre à y cotiser.

- La Cour de justice de l'Union européenne, par un arrêt du 3 octobre 2013


(affaire C-59/12), a « dit pour droit que la directive 2005/29/CE du 1 1 mai
2005 sur les pratiques commerciales déloyales s'applique à un organisme de
droit public en charge d'une mission d'intérêt général, telle que la gestion d'un
régime légal d'assurance maladie. »

- La directive 2005/29/CE du 1 1 mai 2005 a été transposée dans le droit français


par la loi du 3 j anvier 2008 (loi Chatel).

- Les relations entre !'URSSAF, les caisses pour le compte desquelles elle
recouvre des cotisations et leurs éventuels affiliés sont donc établies sur le

113
fondement du code de la consommation et notamment de son article L 121-20-
1 0 qui exige l'existence d'un contrat entre ces organismes et le consommateur.
- Bref, le Tribunal des affaires de sécurité sociale n'est pas juge des contentieux
du code de la consommation et doit se dessaisir au profit du tribunal de grande
instance.

Tant que le TASS n'aura pas j ugé, ! 'URSSAF ne peut émettre de contrainte
associée à la mise en demeure préalable.

D 20 j u i llet : les h uissiers débarq uent a u Ministère des


affa i res sociales
Comme il n'y a pas de raisons que seuls les libérés de la Sécu reçoivent des
huissiers chez eux, le MLPS a dépêché par deux fois ses huissiers au siège de la Sécu,
c'est-à-dire au Ministère des affaires sociales, 1 4 avenue Duquesne, dans les beaux
quartiers du 7ème arrondissement de Paris.
Je trouve cela bien loin des quartiers défavorisés de nos banlieues pour des gens
qui sont là pour faire du social et qui se gargarisent de solidarité « obligatoire » et
d'égalité . . .

Bref, pour reprendre le communiqué de presse du MLPS :

« C 'est awsi le siège du Conseil supérieur de la mutualité. Cet organisme a un


secrétaire général qui a pour mission d'immatriculer les mutuelles. Il s 'agit de
vérifier si celles-ci ont bien des statuts en règle et répondent aux exigences du code
de la mutualité.
Il y a donc au 14 avenue Duquesne une liste que tout citoyen a le droit de
consulter et sur laquelle doivent figurer les noms de toutes les caisses de sécurité
sociale françaises, qu 'il s 'agisse de / 'URSSAF, du RSJ, de la MSA, des caisses
primaires d'assurance maladie, des caisses de retraite etc. En effet, en vertu des
ordonnances de 1945 qui ont fondé la Sécurité sociale et édicté le statut de la
mutualité, les caisses de sécurité sociale sont des mutuelles et ne peuvent être que des
mutuelles.
Si l 'une de ces caisses est une mutuelle immatriculée, elle n 'a pas le moindre
monopole, ce qui veut dire qu 'elle ne peut contraindre quiconque à cotiser.
Si elle n 'estpas une mutuelle immatriculée, elle est dissoute.
Le MLPS a donc voulu consulter cette liste. Pour que cette consultation soit
incontestable, il a dépêché par deuxfois, le 4 juin 2014 et le 20 juin 2014, un huissier
de justice au 14 avenue Duquesne. Le premier s 'est entendu répondre que « nous ne
voyons pas la portée de la question, car le RSJ, / 'URSSAF etc. ne sont pas des
mutuelles », et le second que « cette liste n 'est pas immédiatement disponible et
qu 'au surplus ces organismes ne sont pas des structures mutualistes ».

114
Le problème est que Je 16 mai 2014 à 9 h 30, un avocat du MLPS avait téléphoné
au Secrétariat général du Conseil supérieur de la mutualité et, ayant demandé si le
RSI était bien immatriculé en qualité de mutuelle, s 'était entendu répondre que « le
RSI et ses diverses caisses régionales sont bien inscrits et qu 'ils ont même été les
premiers à effectuer cette démarche » !
L 'appel téléphonique de notre avocat avait évidemment semé la panique au
ministère, et celui-ci s 'était immédiatement mis en plongée périscopique, toutes
écoutillesfermées. D 'où les réponses faites aux huissiers.

Ce que le citoyen doit savoir - et que peu de Français savent - c 'est que la
décision de dissimuler le caractère mutualiste des organismes de sécurité sociale a
été prise en 2004 par le gouvernement de Jacques Chirac pour retarder la mise en
application des lois supprimant le monopole de la sécurité sociale. Un journaliste
avait même reçu, à l 'époque, un document de travail du ministère où figurait une
consigne formelle : « Ne pas dire que les caisses de sécurité sociale sont des
mutuelles » !
Il reste une question : pourquoi le RSI s 'est-il empressé de s 'inscrire lorsqu 'un
décret du 26 septembre 201 1 a changé la procédure. Tout simplement parce qu 'à sa
création, en 2005, il ne s 'était pas fait immatriculer au registre national des
mutuelles et qu 'il était donc dissous. Le décret du 26 septembre 2011 a supprimé ce
registre et l 'a remplacé par une inscription auprès du secrétaire général du Conseil
supérieur de la mutualité. Du coup, s 'étant inscrit, le RSI retrouvait une existence
légale. A ceci près - et ce n 'est pas rien - qu 'étant dissous, il aurait dû se
reconstituer pour bénéficier d'une immatriculation. Le ministère a donc inscrit un
cadavre ! Le décret du 26 septembre 201 1 n 'avait pas d 'autre but que cette
manipulation.
Aujourd'hui, le mensonge officiel sur la nature mutualiste des organismes de
sécurité sociale est, comme on vient de le voir, toujours en vigueur. Mais plus pour
longtemps. D 'abordparce que la Cour de cassation ajugé que les tribunaux devaient
enjoindre aux caisses de sécurité sociale de décliner leur identité mutualiste, et
ensuite parce que, s 'appuyant sur un avis de la Commission d'accès aux documents
administratifs, une foule de citoyens assiège le Secrétaire général du Conseil
supérieur de la mutualité pour obtenir cette fameuse liste et la brandir au nez des
caisses de sécurité sociale qui prétendent en toute illégalité les contraindre à cotiser.
Le monopole de la sécurité sociale est bien mort. A présent doit venir le temps des
sanctions. Les ministres et les hautsfonctionnaires qui ont violé le droit des Français
à la liberté sociale doivent être jugés. Nous réclamons des sanctions à la hauteur du
préjudice causé à l 'état de droit, à / 'économie nationale et à la situation économique
et sociale de tous ceux qui travaillent dans notre pays. C 'est dire qu 'elles doivent être
particulièrement sévères ! »

115
Cette action est une très bonne nouvelle pour mon prochain passage au TASS en
fin d'année. En effet, l'argument principal de l 'URSSAF est d'affirmer ne pas être
soumis au code la Mutualité. Il va falloir que les masques tombent.

D 2 2 j u il let : Action collective


Dans la suite du passage des huissiers du MLPS au Ministère des Affaires
Sociales, les libérés de la sécu se sont fendus d'une action collective en envoyant à
Mme Marie DAUDE, Secrétaire général du Conseil supérieur de la mutualité, 1 4
avenue Duquesne, 75350 PARIS SP 07, la lettre recommandée avec avis de réception
suivante :
« Madame le Secrétaire général, je vous prie, conformément à l 'avis du 21 février
2013 de la CADA, de bien vouloir m 'adresser le certificat d'immatriculation de la
mutuelle dénommée (nom de la caisse de sécurité sociale). Veuillez agréer ... ».

Si la caisse de sécurité sociale qui prétend vous contraindre à cotiser est


immatriculée, elle n'a aucun droit à vous contraindre, étant en concurrence.
Si la caisse de sécurité sociale qui prétend vous contraindre à cotiser n'est pas
immatriculée, elle est dissoute.

D 3 1 j u i l let : p ublication de mon brulot « Je q u itte la sécu »

Enfin ! Un an après ma première rencontre avec l'éditeur et bon nombre de week­


ends de recherche et d'écriture studieuse, parait enfin mon manuscrit « Je quitte la
sécu », sous la forme de 2 mini livres numériques en coédition Eyrolles et Atlantico.
Dans la partie 1 « un parcours du combattant » vous retrouverez une synthèse
réécrite de mes épisodes diffusés par Contrepoints sur les 1 8 derniers mois. Il s'agit
d'une demande spécifique de l'éditeur qui souhaitait que je donne une touche plus
personnelle à mon manuscrit qui traitait initialement le sujet de manière purement
académique, sans raconter mon histoire.
Dans la partie 2 « Pourquoi c'est possible » vous trouverez donc mon manuscrit
original, traitant des aspects historiques, économiques, juridiques et sociaux de la fin
du monopole de la sécurité sociale ainsi que des aspects pratiques
Si le succès est au rendez-vous, et selon la réaction qu'aura le Minotaure sur cette
publication, une sortie au format papier est prévue vers la fin d'année.

Aout 2014

116
D 06 aout : Le conseil constitution nel s'en mêle
L e Conseil constitutionnel a jugé contraire à l a Constitution l'article 1 er d e la loi de
finance rectificative de la sécurité sociale qui a pour objet d'instaurer une réduction
dégressive des cotisations salariales de sécurité sociale pour redonner du pouvoir
d'achat aux bas salaires.
Le Conseil constitutionnel a relevé que le législateur a institué une réduction
«

dégressive des cotisations salariales de sécurité socialepour les salariés dont la


rémunération est comprise entre 1 et 1,3 SMIC tout en maintenant inchangés, pour
tous les salariés, l'assiette de ces cotisations ainsi que les prestations et avantages
auxquels ces cotisations ouvrent droit. Ainsi, un même régime de sécurité sociale
continuerait, en application des dispositions contestées, à financer, pour l'ensemble
de ses assurés, les mêmes prestations malgré l'absence de versement, pour près d'un
tiers de ceux-ci, de la totalité des cotisations salariales ouvrant droit aux prestations
servies par ce régime. Le Conseil constitutionnel ajugé que le législateur a instiJué
une différence de traitement, qui ne repose pas sur une différence de situation
entre les assurés d'un même régime de sécurité sociale et qui méconnaît le principe
d'égalité. »Communiqué de presse - 201 4-698 OC
En résumé, les cotisations sociales personnelles sont bien personnelles, et non un
impôt, et donnent droit aux mêmes prestations ! Pas de notion de solidarité nationale
qui permettrai à certains de ne pas payer tout en bénéficiant de la totalité des
prestations.
Merci au Conseil Constitutionnel, je rajoute cela à ma besace pour mon prochain
TASS.

D 20 aout: lère contrai nte d u RSI


Depuis un an et demi que je ne paye plus Je RSI je n'avais encore pas reçu de
contrainte d'huissier de leur part, ce qui était pour Je moins étonnant quand on voit la
rapidité avec laquelle Je RSI s'en prend à d'autres libérés. En tant que libéral je
payais séparément le RSl, l'URSSAF et la CIPAV (retraite). Le RSJ s'occupe peut­
être en priorité de ceux qui sont uniquement au RSI... A moins que ça ne soit
simplement de l'incompétence.
Voici chose faite avec cette toute première contrainte à payer du RSI, reçue sans
mise en demeure préalable, qui sera donc jugée nulle devant le TASS auprès duquel
je fais immédiatement opposition. Cette contrainte émane d'un huissier différent de
celui de )'URSSAF. Je lui remets donc un courrier en main propre pour faire
connaissance :

Maître,

117
Pour faire suite à la signification de contrainte à mon encontre en date du
2010812014 pour le compte de la Société RSI PL JDF, je tiens à porter à votre
connaissance les informations suivantes :
J'aiformé opposition à cette contrainte auprès du TASS de CERGY PONTOISE le
2510812014, dès lors toute action de votre part sans attendre le jugement dudit TASS
sera considéré comme une procédure abusive etfera l 'objet d'une plainte de ma part
à votre encontre auprès des instances idoines et en particulier de votre Ordre. Je ne
manquerai pas de vous faire parvenir l 'accusé de réception de cette opposition à
contrainte dès réception, habituellement sous quinzaine.
Le RSI PL IDF a émis cette contrainte sans mise en demeure préalable par
courrier recommandé. Cette contrainte est donc nulle. Je vous prie d'en vérifier
l 'absence auprès du RSJ PL IDF et de retirer par conséquent cette contrainte, sauf à
vous rendre complice, là encore, d'une procédure abusive du RSI PL IDF à mon
encontre.
De plusj 'attire votre attention sur lesfaits suivants :
- Le RSI est un organisme de droitprivé ;
- Le RSI est un organisme qui relève du Code de la mutualité et est inscrite à
ce titre au registre des mutuelles tenu par le Conseil Supérieur de la
Mutualité ;
- Le RSJ, comme toute société privée, rentre dans le cadre de la directive
Européenne 2005129/CEE définissant les pratiques commerciales déloyales

- Je n 'ai pas signé de contrat avec le RSI et l 'émission de contrainte à mon


encontre relève d'une pratiques commerciales déloyales, voire agressive
punissable par la loi Chatel, retranscrivant en droit français la directive sus
citée.
En conclusion, force m 'est de constater que vous n 'avez pas vérifié le bien fondé
du RSI PL IDF à émettre une contrainte à mon encontre et qu 'en signifiant cette
contrainte à payer vous vous rendez complice d'une tentative d'extorsion de fonds
avec le RSI PL IDF.
Dès lors, deux possibilités s 'offrent à vous :
- vous m 'adressez dès réception de la présente un courrier m 'indiquant que la
contrainte que vous m 'avez remise en date du 2010812014 est nulle et non
avenue ou
- vous n 'en faites rien et vous serez poursuivi pour complicité de tentative
d 'extorsion defonds auprès du TG!

PS : en annexe les éléments de Droit appuyant mes allégations.

118
D 30 aout : fax de !'U RSSAF à ma banque
Mon banquier, bien aimable car il n'était pas obligé de l e faire, m ' infonne avoir
reçu un fax de ] 'URSSAF qui lui demande si je possède toujours un compte chez eux.
En effet, ] 'URSSAF connait cette banque car c'était celle où ils avaient l 'autorisation
de prélèvement que j'ai annulé depuis ma libération.
Comme j 'entretien de bonnes relations avec mon banquier je l'avais prévenu de
mon litige avec !'URSSAF et du potentiel avis de saisie qui pourrait arriver un jour
ou l 'autre de manière inopinée, et sans titre exécutoire, comme ça se serait déjà vu
pour d'autres libérés.
Sur la fonne je m 'interroge sur le bien-fondé de la banque à avoir répondu
positivement à la demande de ] ' URSSAF. En effet, le secret bancaire ne peut être
levé que dans des cas très précis pour le Fisc, les douanes, l 'AMF (autorité des
marchés financiers), les juridictions pénales et la Banque de France. Les organismes
de sécurité sociale ne sont donc pas habilités à faire ces demandes. En revanche, ils
ont bien accès au fichier FICOBA, Je fichier national des comptes bancaires, auquel
les huissiers et enquêteurs de police ont également accès pour identifier tous vos
comptes bancaires en France.
Ayant accès à ce fichier ils n'avaient pas besoin de poser la question à mon
banquier. D'ailleurs, en tant qu'entreprises privés, pourquoi les organismes de
sécurité sociale auraient accès à ce fichier alors que les autres sociétés privées ne le
peuvent pas ?
Et que peuvent-ils bien faire de cette infonnation sachant qu'ils n'ont pas le
pouvoir de saisie ou de contrôle des comptes bancaires ? On se le demande . . .

Septembre 2014

D 1 septem bre : 14ème mise en deme u re U RSSAF


La mise en demeure du mois d'aout, encore en courrier simple comme celles des
quatre derniers mois. La contrainte d'huissier à venir sera donc nulle devant Je TASS.

D 3 septembre : réponse du Doyen des j uges d u TGI


Pour rappel, j'avais déposé plainte pour extorsion de fonds contre l ' URSSAF
auprès du TGI en décembre 20 1 3. N'ayant pas eu de réponse j'avais ensuite saisi le
Doyen des juges du TGI sur Je même motif en avril 2014.
Je reçois ce jour la réponse du Doyen des juges qui déclare ma plainte irrecevable
au motif « que Monsieur Laurent C n 'a pas justifié de l 'envoi au parquet de la

1 19
plainte préalable datée du 9 décembre 2013, qu 'il n 'a produit ni accusé de réception
ni récépissé émanant du parquet ».
Pas de souci, je tiens ledit accusé de réception en ma possession et je leur envoie
dans la foulée.

0 6 septembre : courrier a u Ministère de la Santé


Pour faire suite à l'action auprès du Conseil supérieur de la mutualité, qui refuse,
malgré l'avis de la CADA, de communiquer les renseignements demandés quant à
l ' inscription des organismes de sécu au registre des mutuelles, j'adresse maintenant à
son ministère de tutelle, à savoir la ministre des affaires sociales le courrier
recommandé suivant :

Madame la Ministre,
Par courrier RAR en date du (voir copie jointe) j'ai adressé au Conseil Supérieur
de la Mutualité une demande de certificat d'immatriculation de / 'URSSAF et du RSI.
L 'obligation de communication de la part du Conseil Supérieur de la Mutualité a
été confirmée par la CADA par avis du 21.02.2013 dont vous trouverez la copie en
annexe.
Ma demande est restée sans réponse.
Le Conseil Supérieur de la Mutualité étant rattaché à votre Ministère nous
réitérons par le présent la demande formée et vous prions de bien vouloir prendre les
dispositions nécessaires pour que les documents demandés me soient communiqués.
L 'absence de communication sous quinze jours à compter de la réception de la
présente sera interprétée comme un refus de communiquer dont je me réserve le droit
de tirer toute conséquence.

Recevez, Madame la Ministre, mes salutations les plus distinguées

Pièce jointe :
1) la copie du RAR adressé au Conseil Supérieur de la Mutualité
2) la copie de l'avis de la CADA http://cada.data.gouv.fr/201303 121

0 5 septem bre : Témoignage d 'u n médecin


« Chers confrères, la CARMF (Caisse de retraite et prévoyance obligatoire des

médecins) n 'indemnise les médecins en arrêt ou en invalidité que s 'ils sont classés à
100% de taux d'incapacité. Avec une fonction cardiaque très limité, 9 stents
(dispositifpour maintenir une cavité vasculaire ouverte), ils viennent de me reclasser

120
en invalidité partielle à 90% donc ne me versent plus rien. Délai de recours au
tribunal du contentieux de / 'invalidité minimum un an. Si vous le pouvez, fuyez, ne
cotisez plus à ce régime de voleurs. »
Qui va encore croire que ce régime obligatoire de Sécurité sociale est universel et
solidaire comme nos détracteurs le répètent à l'envie ?
Nous pourrions ajouter que les médecins, comme toutes les professions libérales de
santé, ont 90 jours de carence avant de pouvoir être indemnisé (peut-être que Je RSI
juge qu'ils savent se soigner eux même . . . ), là où l'artisan-commerçant à 7 jours, le
salarié 3 jours, et le fonctionnaire aucun jour de carence . . . Quant aux autres
professions libérales hors secteur santé, eux, ils ont une infinité de jours de carence
car i ls ne sont jamais pris en charge en cas de maladie. 6 mois malade 6 mois non
=

payé. 2 ans malade 2 ans non payé. La formule est simple. Et pendant ce temps
=

bien entendu ils doivent continuer de payer leur cotisation maladie !

D 1 1 septembre : mise en demeure d u RSI


Deuxième mise en demeure du RSI au titre des échéances impayés de février et
mai 20 1 4, en recommandé cette fois contrairement à la mise en demeure précédente.
Je saisi immédiatement la CRA, commission de recours amiable, qui me répondra
négativement, mais dans l 'intervalle le RSI ne peut émettre de contrainte. Cela
permet de gagner du temps.

D 1 4 septembre : conférence E u ropea n Student for Li berty


Pa ris
Cette association d'étudiant faisant la promotion d'une société plus libre m'a invité
à intervenir, pour la deuxième année, durant quelques minutes sur le sujet de la
liberté de la protection sociale. L'occasion pour ces jeunes de découvrir un système
de spoliation qu'ils n'imaginaient pas.

D 28 septembre : les Suisses refusent u n système


d 'assu rance maladie p u blic
Nos amis <l'outres Alpes étaient invités à se prononcer en faveur du regroupement
d'une soixantaine d'assurances privées sous une seule caisse publique.
Résultat ?Les Suisses ont voté non à 64% à la création d'une caisse unique
publique d'assurance-maladie.
D'ailleurs ce système de caisses privées est bénéficiaire malgré des cotisations
maladie ne représentant que 8% de leur salaire net là où en France se pourcentage

121
monte à 1 8% pour les travailleurs non-salariés et 22% pour les salariés.Comme quoi
c'est possible. Il n'y a pas de fatalité au déficit chronique que nous connaissons en
France.

0 2 8 septemb re : travai ller a uta nt pour gag ner moins.


L 'IREF, Institut d e Recherches Économiques e t Fiscales, nous offre l e témoignage
chiffré et précis d'un travailleur indépendant qui a vu ses cotisations sociales
augmenter de 21% entre 2012 et 201 3 à revenu constant. Sur 100€ gagné il ne lui
reste que 47,70 après cotisations sociales . . . et avant impôt sur le revenu !
Pour ma part, à revenus identiques, si j ' étais resté à la sécu, c'est 65% de plus de
cotisations et d'impôts sur le revenu dont j'aurais dû m'acquitter entre 2012 et 20 14.
En me l ibérant de la sécu j'ai limité la casse à la seule hausse d'impôt, de 30% quand
même ... Si seulement c'était pour la solidarité envers les vrais démunis, et non des
dépenses inutiles de l 'Etat.

Octobre 2014

0 1er octobre : d e l a léga lité des mises en demeu re


Un jugement méconnu de la chambre civile de la Cour de cassation du 30 juin
201 1 (10-26.41 6) permet d'annuler les mises en demeure où le motif est imprécis.
Lisons :
« Mais attendu que la mise en demeure qui constitue une invitation impérative
adressée au débiteur d'avoir à régulariser sa situation dans le délai imparti, doit lui
permettre d'avoir connaissance de la nature, de la cause et de l'étendue de son
obligation ;
Et attendu qu'ayant relevé que l'indication " absence ou insuffisance de versement
" ne renseignait pas sur la cause ou l'origine de la dette, constaté que la mise en
demeure ne faisait aucune référence au contrôle préalable et rappelé à bon droit que
la saisine ultérieure de la commission de recours amiable n'effaçait pas cette
irrégularité, la cour d'appel a légalementjustifié sa décision ;
PAR CES MOTIFS :
REJETTE le pourvoi ;
Condamne !'URSSAF de Paris et de la Région parisienne de aux dépens ; »

Les libérés auront tous noté que leur mises en demeure n'indique qu'un lapidaire
« insuffisance de versement ».

122
CQFD.

Je rappelle également deux autres vices de fonnes communs :


- l'absence de mise en demeure envoyé en recommandée avant émission
d'une contrainte d'huissier,
- la confusion entre demandeur et défendeur sur les convocations au TASS. Si
vous faites opposition à une contrainte vous êtes défendeur. Si vous saisissez
le TASS contre une décision de la CRA vous êtes demandeur.

D 4 octobre : u n tri b u n a l de proximité se p rononce


De nombreux libérés ont saisis comme moi leur Tribunal de proximité pour porter
plainte contre leur organisme de Sécurité sociale (RSI, URSSAF, . . . ) pour pratiques
commerciales agressives. C'est vrai qu'envoyer un huissier pour réclamer de l ' argent
au titre d'une assurance pour laquelle aucun contrat n'a été signé est, selon la loi
Chatel de 2005, une pratique commercial agressive !
Dans mon cas le juge de proximité m'a demandé de produire le KBIS
(immatriculation au registre du commerce) de !'URSSAF, document qui bien entendu
n'existe pas. Ce qui d'ailleurs pour un organisme privé comme l'URSSAF est
étonnant, mais cela est un autre débat . . . Ne pouvant donc produire ledit KBIS ma
plainte a été classée sans suite.
Parmi les procédures en cours d'autres libérés j 'apprends que l'un d'entre eux a eu
un jugement du Tribunal de proximité. Là où !'URSSAF demandait à statuer sur
l' incompétence du tribunal de proximité au profit du TASS (pour être jugé par un
jury qui est juge est parti, ce qui est plus pratique on le comprend), le juge de
proximité a débouté l'URSAFF de sa demande et a renvoyé l 'affaire au TGI en
décembre pour statuer.
A suivre donc.

D 7 octobre : u n député PS d it oui a u tra nsfert d e de la


Sécu vers les assure u rs privés
Dans l'argus de I ' Assurance du 7 octobre : ce spécialiste des affaires sociales s 'est
très clairement prononcé pour une prise en charge des «petits soins» par l'assurance
maladie complémentaire, alors que la Sécurité sociale se concentrerait sur les
pathologies lourdes. «Oui, il faut aller vers ce transfert, et y aller à fond», a-t-il
déclaré [. .].
.

Je dis oui, mais à trois conditions :

123
- Que ces pathologies lourdes relèvent bien de la solidarité, payées par
l 'impôt, pour tous, selon la même règle de calcul et non plus par des
cotisations différentes selon son métier et le type de revenus (travail,
immobilier, financier).
- Que les cotisations maladies soient par conséquent purement supprimées et
que l 'on redonne leurs salaires complets aux salariés, soit une hausse de
27,6% du salaire net, sans aucun surcout pour l'employeur. De même pour
les non-salariés, avec une hausse de 1 8% de leurs revenus nets.
- Que l 'assurance maladie complémentaire, obligatoire pour tous les salariés à
compter du t er janvier 2016, soit organisée sous forme d'un marché libre,
c'est-à-dire sans assureur imposé par les branches professionnelles à toutes
les entreprises de leur secteur, ni imposé par l'employeur à ses salariés, mais
bien librement choisie par chaque salarié.

0 8 octobre : réponse d e la CRA d u RSI


La commission de recours amiable du RSI me répond comme prévu négativement
à ma demande d'annulation de la mise en demeure reçue en septembre.
Le MLPS me fournit en retour le courrier type permettant de saisir le TASS pour
faire appel de cette décision de la CRA. Encore une fois, le RSI ne peut émettre de
contrainte en raison de cette saisie du TASS. J'ai 2 mois pour ce faire. Le MLPS me
conseille d'attendre le dernier moment.

0 8 octobre : émission spéciale s u r RMC Bru net


Appel à 1 Oh30 de la journaliste pour passer en studio à l 2h pour une émission
spéciale libérés de la Sécu. Ça ne se refuse pas même si avec les bouchons du salon
de l'auto au pied de l'immeuble RMC ça ne va pas être gagné pour être à l'heure.
Bien installé au micro, à côté d'un Eric Brunet remonté comme une pendule, j 'ai le
plaisir de pouvoir débattre avec un député PS, un administrateur du RSI et deux
autres libérés dont mon camarade Faraj, libéré de la Sécu depuis 20 ans.
Entre un député, membre de la commission des affaires sociales, qui ne sait pas
combien il cotise sur son indemnité parlementaire (et pour cause c'est 0,5% alors que
c'est 1 5% chez un artisan et 22% chez un salarié !) et un administrateur du RSI
mélangeant la retraite, la qualité des soins, et confondant solidarité et assurance, on a
eu droit au florilège habituel.
Quelques perles :
- « La France afait le choix en 1945 d'un système de Sécu obligatoire. »

Oui, nous sommes maintenant au XXIème siècle, il est presque temps de


repenser le sujet non ?

124
- « Une assurance privée ne pourra jamais rembourser une pathologie lourde

avec les cotisations que vous versez ! »


Et si. C'est justement la nature des assureurs que de mutualiser le risque sur
une population et de pouvoir ainsi rembourser un assuré beaucoup plus que
ce qu'il a cotisé (à l'exemple d'un incendie de sa maison ou d'une assurance
décès). Il y a même un métier pour cela, ça s'appelle actuaire.
- « Les étrangers viennent en France pour sefaire soigner de la leucémie. »
C'est certain que cette maladie ne se soigne qu'en France, c'est bien connu.
Mais effectivement certains viennent car ils ne payent rien grâce à l'AME
(aide médicale d'état), alors qu'ils sont entrés clandestinement, d'autres
viennent pour la qualité du personnel médical, qualité n'ayant rien à avoir
avec celle des bâtiments gris de la sécu comme dit Brunet, et dont les
assureurs payent rubis sur l'ongle la Sécu, et au prix fort.

D 9 octobre : 14ème contrainte d 'h uissier U RSSAF


Je n'avais plus reçu de contrainte URSSAF depuis juillet, j'étais inquiet. Me voilà
rassuré.

D 9 octobre : article dans le Daily Telegraph


U n journaliste anglais parle de « ces français qui quittent l a Sécu pour une
assurance anglaise », dont votre serviteur.
Ils doivent bien rigoler les anglais de lire que les l ibérés de la Sécu viennent
s'assurer chez eux !

D 9 octobre : aveu de la ministre de la Santé ?


Dans cette interview sur iTélévision nous avons droit à une déclaration pour le
moins inhabituelle de notre ministre invité de la chronique de Bruce Toussaint :
« Si on commence à dire aux classes moyennes que, au fond, on va moins les

rembourser si elles sont malades que d'autres, alors elles vont progressivement
perdre corifiance dans notre système de santé et elles vont se dire : après tout, la
sécurité sociale, moi, ça ne me concerne plus et donc je préfère adhérer à une
assurance privée. »
Je confirme, la Sécu ça me concerne plus et je préfère adhérer à une assurance
privée.

125
D 1 0 octobre : Dormez, vou s êtes ponctionnés
Où l'on apprend dans un article du Figaro que la nouvelle fiche de paye ne fera
plus apparaitre les cotisations patronales dans un objectif de meilleure lisibilité.

Disons plutôt un bon moyen de masquer le vrai cout de votre assurance maladie et
le salaire complet qu'on vous vole : on simplifie le bulletin de paye en faisant
disparaître les charges patronales "qui ne concerne pas le salarié". Ben voyons.

D 1 0 octobre : Témoignage d'un membre de com mission


parita i re à la Sécu et futur libéré
Je reçois un témoignage édifiant : « Hier matin j'étais de commission paritaire au
siège d'une CPAM (caisse primaire d'assurance maladie), je suis chirurgien-dentiste
et mon syndicat est représentatif. Bref, après cette belle réunion, et voyant que toute
l'activité de ma profession ne représente que 4% des dépenses de la caisse alors que
les indemnités journalières et les transports et cures thermales représentent autant
d'argent que tous les soins de toutes les professions médicales réunies, je suis rentré
et finalementj'ai coupé les ponts avec !'URSSAF et ma belle caisse de retraite. 51 %
des dentistes ont plus de 50 ans je vous laisse imaginer le carnage dans 10 anspour
payer les retraites. Je commence la lutte cette annéefinalement, vraiment écœuré par
ce système. ».

D 1 1 octobre : les double carrières salariées et non


salari ées pénalisées
Le site du Point nous apprend « Jusqu'ici, vos retraites sont déterminées en
prenant en compte les droits acquis au régime général et, pour ceux qui ont une
activité non salariée, ceux du régime social des indépendants (RSI). Une personne
qui a mené de front deux carrières peut donc se retrouver avec une pension versée
par le régime de base et une autre versée par le RSJ, chacune étant calculée en
fonction des durées de cotisation respectives.
Résultat : La retraite globale peut être supérieure au plqfondprévu par chacun de
ces régimes. Cette situation ne va toutefois pas durer : à compter de 201 7 au plus
tard (la date sera fixée par décret}, les durées de cotisation de ces deux régimes
seront fusionnées et vous ne pourrez pas obtenir une retraite supérieure à la moitié
du plafond de la Sécurité sociale, soit 18 774 euros, quelle que soit l'importance des
droits acquis dans les deux régimes. Cela pénalisera les personnes qui ont cotisé à
ces deux régimes pour un total qui dépasse le nombre de trimestres requis. »
En clair, vous pensiez toucher plus à la retraite car vous aviez cotisé plus que les
autres? Perdu. Pour vous en tout cas. Pas pour tout le monde, car vos cotisations sont
bien partis dans la poche de quelqu'un.

126
..
D 1 1 octobre : les cai sses sont vides a u ssi pou r les
fonctionnaires
Prémisse de ce qui va se passer pour toutes les autres caisses du secteur privé
comme public ; Je Figaro nous apprend que « L 'Union mutualiste retraite (UMR) va
couper de 30% les rentes versées à quelque 110. 000 anciens fonctionnaires. Les
personnes concernées sont principalement des retraités de /'Éducation nationale qui
percevaient jusqu'à présent 1100 euros de rente par an en moyenne grâce à ce
système par capitalisation. »
Après une baisse de 1 7% en 200 1 , il ne leur restera bientôt plus que les yeux pour
pleurer.
Tiens, au passage, pourquoi ces fonctionnaires ont droit à une retraite qui
fonctionne par capitalisation alors que cela est interdit aux salariés du secteur privé ?

D 1 2 octo b re : mon b log passe la ba rre des 300. 000 vues


Cela profite à Mon livre « Je quitte la Sécu » qui est toujours en tête des ventes de
la catégorie Assurances sur un site de vente en ligne bien connu. Vivement la sortie
papier.

D 1 6 octobre : à l a u n e et en double page dans le Parisien


Dans le journal Je Parisien « S 'appuyant sur une décision européenne, des
travailleurs indépendants quittent le régime de la Sécurité Sociale. Cette démarche
menace / 'équilibre du système. ».
Mais quelle bonne nouvelle ! Je ne savais que le système était à l ' équilibre !
Le déficit, budgété pour 2014 à 9,6 milliards d'euros, est finalement de 1 1 ,7
milliards en septembre 2014 selon la Cour des Comptes, soit une dérive de presque
22% entre la prévision et la réalité. Belle figure d'équilibre.
Pire il est déj à prévu une dérive supplémentaire de 1 4,7 milliards pour 20 1 5. Le
journaliste du Parisien a une bien étrange conception de l'équilibre budgétaire.
Mais poursuivons.

Un directeur de mission (celle de faire la chasse les aux libérés de la Sécu ?) du


RSI déclare « au 30 septembre nous avons recensé 472 cas de personnes ayant
manifesté l 'intention de quitter le RSL 472 sur 2,8 millions d'adhérents !».
Sur la forme, passons sur la dérive sémantique du mot « adhérents » pour un
régime de sécurité sociale qui se qualifie lui-même d'obligatoire. . . Le mot
« assujettis » aurait été plus approprié. Sur le fond, que 0.0001 6% de personnes

128
puisse menacer l 'équilibre d'un système, c'est soit de la pure bêtise, soit que ces 472
payent effectivement chacun des millions d'euros de cotisations... Je vous laisse
choisir.
Ce directeur de mission du RSI a peut-être raison de dire que 472 personnes ont
« manifesté l 'intention de quitter le RSI », mais il a oublié de compter les dizaines de
milliers qui l'ont déjà quitté en s'assurant auprès d'un autre organisme de sécurité
sociale, privé, comme le RSI d'ailleurs, au sein de l'Union Européenne.
Ensuite nous avons droits aux trémolos du journaliste qui nous évoque « un
principe généreux né de l 'après-guerre » . Je ne sais pas ce qu'il y a de généreux à
dépenser plus que ce qu'on peut se payer et à laisser une dette abyssale à nos enfants
et petits-enfants.
De même, il est certainement plus politiquement correct de parler de l'après-guerre
que du gouvernement de Vichy sous lequel fut élaboré la Sécurité Sociale en 1 940 !
Bof, on a est pas à quelques années près n'est- ce pas ?
Enfin, le journaliste termine son sermon en allant jusqu'à qualifier de « credo » la
« philosophie de notre système de protection sociale », preuve si il en fallait que les
plus ardents anticléricaux n'hésitent pas à déifier la Sécurité sociale, voire à se
comporter en ayatollahs pour soumettre les infidèles. Credo de la Sécu qu'il énonce
donc : « Chacun reçoit en fonction de ses besoins et paie enfonction de ses moyens ».
Directement tirée de l 'œuvre de Marx « de chacun selon ses moyens, à chacun
selon ses besoins », la référence à cette utopie communiste, idéologie qui a fait 1 OO
millions de morts rappelons-le, me parait un tantinet déplacée pour parler d'assurance
maladie et de solidarité envers son prochain.
Mais acceptons en le principe car il parait que si l 'intention était bonne c'est juste
son application qui ne l ' a pas été au cours de ce 20ème siècle . . .
Donc pour revenir à l a Sécu, l a bonne question n'est pas de savoir si l 'intention est
bonne, elle est de savoir comment ce « généreux » principe de solidarité est
maintenant appliqué, et là c'est tellement édifiant que le journaliste du Parisien n'a
certainement pas osé, par décence, en parler.
Je vais donc conclure pour lui son article.
Les libérés de la Sécu quittent un système qu'ils ne jugent plus, si pour autant il l'a
été un jour, solidaire.
- « de chacun selon ses moyens » ne serait pas un problème si tout le monde
contribuait à la même proportion selon ses revenus (comme pour les
tranches d'impôts sur le revenu). Mais ce n'est pas le cas : là où un député
cotise, pour la seule assurance maladie et hors CSG, à hauteur de 0,5% de
son indemnité parlementaire, un auteur-compositeur cotise 1 % de ses droits
d'auteur, alors que l'artisan ou le commerçant cotisent 6,5%, l 'agriculteur
10,84% et le salarié 1 3,85% (charges dites salariales et patronales incluses).
Certains sont visiblement plus solidaires que d'autres à revenus identiques.
Etrange . . .

129
« à chacun selon ses besoins », cela parait naturel, mais pourquoi un
fonctionnaire en arrêt maladie touche immédiatement ses indemnités
journalières, un salarié attend 3 jours, un artisan 7 jours, un professionnel de
santé 90 jours . . . et d'autres comme les consultants, expert comptables,
architectes, courtiers en assurance, eux n'ont strictement aucune indemnité
journalière ? Pas au bout de 3 mois ou de 6 mois, non, rien de rien ! Que l 'on
m'expl ique pourquoi à taux de cotisation identique, payé auprès du même
organisme RSl, l ' artisan à 7 jours ce carence quand le consultant en a une
infinité . . . Et je ne parle même pas des montants de ces indemnités qui sont
aussi très variables, pour ceux qui ont la chance de les toucher.

Et je pourrais multiplier ces exemples avec :


- les congés maternité au RSl qui sont indemnisé à hauteur de 1 1 3 1€ par mois
pour 2 mois d' arrêt m inimum. Pour les femmes qui ne peuvent pas s'arrêter
moins de 44 jours c'est zéro ;
- Je capital décès de 1 an de salaire brut plus prime non plafonné pour les
fonctionnaires (ça devient plafonné après la retraite) contre 3 mois de salaire
plafonné à 9387 € pour les salariés (et zéro après leur retraite, tant pis pour
eux) ;
- la pension d'invalidité qui est de 50% du salaire annuel moyen des 1 0
meilleures années (avec plafond de 2667€ mensuel) pour l e salarié du
secteur privé, le secteur public ayant lui Je choix entre le même calcul que le
salarié privé, ou 50% du dernier salaire, ou encore le même montant que s'il
prenait sa retraite. Soyons généreux avec l ' argent des autres visiblement. En
tout cas pour les pour les professions l ibérales non médicales Je calcul est
plus simple : il n'y a pas de calcul ! C'est dans mon cas 693€ par mois, et
avec 3 ans, je dis bien trois ans, de carence. Et qui est solidaire avec moi
pour me faire vivre moi et ma fam ille pendant ces 3 ans ? Mais je ne dois
pas me plaindre, les agriculteurs sont encore plus mal lotis car pour eux à la
MSA c'est un gros zéro en capital décès. Mais crever dans son champ sous
son tracteur ça ne s'entend pas. Ça doit être pour cela.

Bref, il ne s'agit pas de dresser les Français les uns contre les autres. Il s'agit juste
d'ouvrir les yeux sur un système de protection sociale qui n'a rien de la solidarité et
de l 'universalité dont on nous rabat les oreilles. Et je n'ai même pas parlé d'assurance
retraite.

D 17 octobre : passage s u r E u rope 1 dans le Gra n d D i rect


de Mora n d i n i
Appel à IOh pour être à midi en studio. Ces journalistes ont une manière
approfondie de préparer leurs émissions qui m 'étonnera toujours.

130
L'animateur, pour ne pas parler de journaliste, avec son post-it dûment élaboré par
un stagiaire dans les 30 secondes précédentes, est revenu systématiquement à la
charge sur mon absence de solidarité si je quitte la Sécu.
La communication c'est un métier à plein temps qui demande un entrainement,
voire une certaine perversion s'agissant de passage média. En direct il n'est pas
évident de retrouver les bons arguments qui ont pourtant été préparés. Je me suis
même trompé en disant que j'avais 30 jours de carence alors que j'en ai une
infinité. . .
Ce sujet de solidarité étant l'argument massue que l'on oppose à tout libéré de la
Sécu voici ma proposition d'argumentaire que j'apprendrai par cœur pour la
prochaine occasion.
De quelle solidarité parle-t-on ?
S'il s'agit que les biens portants payent pour les malades, cela s'appelle la
mutualisation des risques au sein d'une assurance et ça fonctionne parfaitement pour
l'assurance de son habitation par exemple. La solidarité n'a rien à y voir. Si la maison
de mon voisin brule, la solidarité c'est de lui donner un coût de main et de l'héberger.
Mais c'est un acte bénévole et volontaire de ma part. En revanche l'indemnisation
sera prise en charge par l 'assurance à laquelle il cotise et non par ma solidarité. Et si
je cotise à la même assurance que lui, ce n'est toujours pas de la solidarité, mais de la
mutualisation des risques.
S'il s'agit que les plus démunis puissent bénéficier de soins gratuits, cela s'appelle
bien de la solidarité nationale, puisque le terme charité a été banni depuis que l'Etat
s'est arrogé le monopole du cœur, et doit être payée par l'impôt. Dans notre cas de
figure il y a plusieurs dispositifs : la CMU (Couverture Maladie Universelle), la
CMU-C (CMU complémentaire) et l'ACS (Aide Complémentaire Santé) qui aident à
se payer une mutuelle complémentaire. Ces dispositifs ne sont pas financés par les
cotisations de Sécurité Sociale. Donc je ne suis pas moins solidaire en me libérant de
la Sécu.
En revanche bizarrement la CMU n'est pas payée par l'impôt, mais par les taxes
sur les tabacs et sur les mutuelles complémentaires ! Là je 1' avoue, je ne fume pas et
je n'ai plus de mutuelle depuis que mon assurance privée prend tout en charge mieux
que la Sécu, donc, je ne suis plus solidaire avec les bénéficiaires de la CMU. Sauf à
me mettre à fumer, ou à cotiser à une mutuelle qui m'est inutile. Je reste perplexe . . .

o 2 0 octobre : décision historique d e l a Cou r d 'a ppel d e la


Chambre Sociale d e Limoges
Une première dans l'histoire du combat juridique qui oppose les organismes de
sécurité sociale aux libérés devant les TASS. Il s'agit là d'une décision de la Cour
d'appel de la Chambre Sociale, instance supérieure au TASS.

131
Le juge, grâce lui soit rendue, a reconnu légitime la demande du libéré de la sécu à
avoir la justification de l'immatriculation du RSI au registre prévu à l'article L4l l l
du code de la mutualité.
En résumé :
- Soit le RSI n'est pas inscrit à ce registre des mutuelles et il est dissous
depuis 2003 (date à laquelle cette inscription est devenue obligatoire). Il
n'était donc pas apte à assurer qui que ce soit et devra rembourser
intégralement les cotisations versées depuis cette date !
- Soit il est bien inscrit et il est alors en concurrence avec toutes les autres
mutuelles, auquel cas il devra justifier d'une adhésion volontaire de l'assuré.
Ce qui n'est pas Je cas . . . et donc devra là encore rembourser les cotisations
versées.
Ce qui est valable pour Je RSI l'est également pour les 400 autres organismes
privés constitutifs de la galaxie de Sécurité sociale.
Le RSI à 1 5 jours pour répondre à cette demande du juge, les parties devant se
revoir en audience sur le sujet le 1 6 février 201 5. Une grande date à retenir dans vos
tablettes.

Note ; depuis cette date le RSI a décla ré que n 'étant pas sou mis au
code de l a mutualité il n'avait pas à répondre à cette demande. Le
juge a ppréciera .

0 23 octobre : interview s u r Fra n ce Info


Reportage de la part d'une radio d'Etat, qui reprend mes propos sans les trafiquer
au montage. C'est assez rare pour être souligné.

D 23 octobre : les députés votent u n amen dement spécial


libérés d e la Sécu
Selon le site d'information Contrepoints : « Jeudi soir, pendant la nuit, les députés
ont décidé que toute personne qui, par quelque moyen que ce soit, incite les assujettis
à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale,
notamment de s 'affilier à un organisme de sécurité sociale ou de payer les cotisations
et contributions dues, sera punie d'un emprisonnement de deux ans et d'une amende
de 30. 000 euros ou d'une de ces deux peines, en vertu de l 'amendement qu 'ils
viennent de voter. Les militants et adhérents du Mouvement Pour la Liberté de la
Protection Sociale sont directement visés. Visiblement, ils doivent représenter un
grand danger, puisqu 'aucun voleur ou petit trafiquant de drogue n 'encourt de telles
sanctions ».

132
Que les libérés et futurs libérés se rassurent. Cette loi existe depuis 1 996 et n'a
jamais été appliquée car elle ne concerne que ceux qui refusent ou incitent à refuser
de s'affilier à un régime de sécurité sociale. Ce n'est pas le cas des libérés de la sécu
qui sont affiliés à un organisme de sécurité sociale (européen dans leur cas) et qui
n'incitent pas à ne pas être affilié, bien au contraire.
Plus précisément il n'est pas écrit dans la loi « s'affilier à LA sécurité sociale », ni
« à un régime de sécurité sociale français », ni « au régime de sécurité sociale dont
vous dépendez par votre profession » .
E t pour cause ! Les traités Européens que l a France a signés (par Mitterrand
rappelons-le) et l'action en justice du MLPS on obliger les parlementaires à changer
le texte original de 1 996 qui disait « LA sécu » en « UN organisme de sécu ».
Et la mention « français » ou d'appartenance à une profession est interdite par les
mêmes traités. Cela, ils n'avaient pas osé le stipuler même en 1 996.
D'ailleurs, j 'invite ceux qui veulent profiter d'un bon régime de sécurité à en faire
la demande auprès du fonds de sécurité sociale de l 'Assemblée nationale ou à celui
du Sénat. Ce sont des organismes de sécurité sociale très généreux et pas cher du tout.
Si ils refusent et que vous êtes accusé de ne pas être affilié vous pourrez toujours leur
montrer la lettre de refus à votre volonté d'être affilié à UN régime de sécurité
sociale. Ce n'est pas votre faute s'ils vous ont refusé, sauf à les taxer de faire de la
discrimination . . .
Notons enfin la clairvoyance du député Dominique TIAN qui déclare lors des
débats :« Cet amendement me semble un peu excessif, et sa lecture a de quoi affoler.
Demander à ne plus être affilié à un régime de Sécurité sociale n 'est tout de même
pas un crime. Émettre des doutes sur l 'obligation d'être affilié à la Sécurité sociale
française ne mérite ni la prison, ni d'être mis au ban de la société. Le débat est là :
plusieurs milliers de personnes refusent cette affiliation et prétendent que les textes
européens leur permettraient de s 'affilier au système de Sécurité sociale qui leur est
le plus favorable. On ne peut leur reprocher d'y réfléchir ; c 'est leur liberté. Sur le
planjuridique, les avis sont partagés. Les tribunaux sont saisis. Laissons-les prendre
leur décision et être les garants de la liberté individuelle ».

Enfin, rappelons à nos chers députés la Convention européenne des droits de


l 'homme de 1 950 qui stipule dans l'article 1 du premier Protocole additionnel à la
Convention, signé à Paris le 20 mars 1 952 :
- Interdiction de 1 'emprisonnement pour dette ;
- Nul ne peut être privé de sa liberté pour la seule raison qu'il n'est pas en
mesure d'exécuter une obligation contractuelle.

0 24 octobre : l 'a ssemblée vote la modulation des


a llocations familia les

133
Double peine pour les familles nombreuses soit disant aisées. Rappelons déjà que
les cotisations payées sur les revenus pour les allocations familiales sont
proportionnelles (5,25%) aux revenus alors que l'allocation, elle, est forfaitaire. Donc
les plus riches payent déjà plus que les autres et ne touchent pas plus.
En divisant par 2 voire par 4 les allocations sur certaines tranches de revenus, les
allocations familiales ne seront donc plus considérées comme un régime légal de
Sécurité sociale au sens des traités Européens, c'est-à-dire s'appliquant à tous et de
manière identique. Par conséquent les libérés de la sécu n'auront plus à les payer ! La
fête commence en juillet 201 5, date d'application prévue de cette mesure.

Note ; le 1 8 décembre 2014, le Conseil constitutionnel, saisi sur ce


sujet, a validé cette modulation des a l l ocations en fonction des
ressources.

Comme le note Le Monde dans un article du 21 octobre 2014 : « Ceux qui


financent les prestations sociales sans pouvoir espérer, en retour, prétendre les
percevoir peuvent alors être tentés de contester ouvertement le système et d'œuvrer
pour en sortir. La voie serait alors libre pour le développement massifdu secteur de
l'assurance privée. ».
Je rassure le journaliste, nous ne sommes pas seulement « tentés », nous nous
libérons de ce système pour nous affilier à un autre régime de Sécurité sociale, privé
et européen, comme d'ailleurs je le répète, les 400 organismes privés constituant la
Sécurité sociale française.

Novembre 2014

D 4 novem bre : i nvitation s u r France Culture


Je suis invité le mardi 1 1 novembre en direct dans l'émission France Culture, Du
grain à moudre, consacrée à l'évolution de notre rapport à la Sécurité sociale.
Je cite le journaliste qui m 'invite « L 'animateur souhaite débattre de notre
adhésion actuelle à ce modèle de protection sociale - socle du pacte national aux
termes duquel chacun contribue selon ses moyens et reçoit selon ses besoins Ge
l'aime bien celle-là !) ou l'effritement actuel de cette adhésion, vers une logique plus
-

individualiste et assurantie/le ?). Et également les résonances actuelles des valeurs


démocratiques (sic !) de la Sécurité sociale. ».
Pour cette discussion de 40 minutes, seront présents à mes côtés Colette Bec,
sociologue et auteur de La Sécurité sociale. Une institution de la démocratie
(carrément !) et également de La responsabilité solidaire (puisqu'on vous le dit !), et

134
Dominique Libault, ancien directeur de la sécu, actuel vice-président du haut conseil
pour le financement de la Sécurité sociale (c'est lui qui gère Je trou) et pour faire
bonne mesure Directeur Général de ! ' École Nationale Supérieure de Sécurité sociale
(et si, ça existe, rigolez pas c'est financé par vos impôts).

Bref, deux pro Sécu, tombés dedans depuis qu'ils sont tout petits et qui bossent à
plein temps pour le système, contre un libéré qui a mis le nez dedans depuis
seulement deux ans et qui doit faire tourner chaque jour une boite, j'ai toutes mes
chances . . .Plus sérieusement, l'avantage du direct sera de ne pas subir la coupure du
montage.

Le sujet de fond sur la solidarité et le modèle social français m'inspire plus que les
arguties juridiques sans fins. Le format de 40 m inutes me permettra normalement
d'avoir la parole pendant 1 3 minutes si l'équilibre du temps de parole est respecté.
Largement le temps de balancer tout ce que j 'ai à leur dire.

O 5 novembre : témoignage d 'u n l ibéré


Parmi les nombreux témoignages que je reçois je souhaite partager avec vous
celui-là.

« J'ai pris la décision de quitter la sécu fin octobre 2013 suite au passage de

Claude Reichman sur RMC puis après avoir participé à une réunion d'information.
J'avais reçu une régularisation RSI à payer (fin octobre) et je dois dire j'étais en
colère mais surtout désespéré carje souhaitai ouvrir un second magasin mais la peur
de recevoir des sommes à payer de lapart du RSJ me tétanisait et m 'empêchait de me
lancer. Depuis que j'ai quitté la Sécu je peux établir un budget et n'ai plus la crainte
de recevoir un reste à payer. En 2014 /'occasion s'est présentée et j'ai repris un
second magasin et embauché du personnel. M'affranchir de la sécu m'a libéré pour
entreprendre. BG. »

O 6 novembre : pou rquoi j'ai q uitté la sécu ?


La question revient systématiquement dans les interviews que je donne. Voici donc
ma réponse.

Comme 2,8 millions de travailleurs non-salariés je suis affilié au RSI (Régime


Social des Indépendant) et je paye moi-même mes cotisations. Je vois donc très
exactement ce que me coute ma protection sociale, contrairement aux salariés dont la
complexité de la feuille de paye ne facilite pas la lecture où le montant total est non
seulement prélevé à la source, mais surtout artificiellement caché sous forme de
cotisations salariales et patronales.

Ces cotisations augmentent sans cesse alors que dans le même temps la sécu
rembourse de moins en moins. Un seul chifile, dans la loi de finance 201 3 : 1 , 1

135
milliards de charges supplémentaires pour les travailleurs non-salariés, soit 1 1% de
hausse !
Des hausses supplémentaires sont déjà votées pour être appliquées
automatiquement chaque année jusqu'en 20 17, sans compter les nouvelles lois de
finances entre temps.
Bref, nous payons de plus en plus pour de moins de prestations,
- ajoutez à cela les monstrueuses hausses d'impôts et taxes survenues depuis
201 2 ;
- ajoutez à cela la crise économique historique depuis 2008.
Le résultat : après 20 1 3 , une nouvelle année 201 4 record en tennes de défaillance
d'entreprise. Rien qu'au dernier trimestre le total des faillites des sociétés d'une ou
deux personnes, sans compter les auto-entrepreneurs, a augmenté de 30%.
Le bilan : 2 suicides par jour ! Rien que dans le BTP on a recensé 300 suicides de
petits entrepreneurs sur l an de septembre 20 1 3 à septembre 201 4 !
Prenons par exemple le témoignage d'un artisan depuis IO ans dans le BTP :
- arrêt maladie de 5 mois pour cause de rupture du tendon d'Achil le ;
- le RSI lui verse une indemnité mensuelle de l 1 40€ et dans Je même temps
lui demande de payer une cotisation mensuelle de l 730€.
Comment fait-i l pour vivre et faire vivre sa famille ? Qui est solidaire avec lui ?

Donc quitter la sécu ce n'est pas un choix, c'est une obligation pour :
- nous permettre de maintenir notre activité ;
- nous permettre d'être mieux couvert en cas de maladie ;
- nous pennettre de nous constituer une retraite décente.

0 7 novembre : censure de ma présence à l'émission de


Fra nce Culture
Trois jours après une invitation en bonne et due forme, je reçois un message
d'annulation du direct prévu le 1 1 novembre.
Je cite le journaliste :
« Borljour,
J'ai cherché à vous joindre cet après-midi pour vous tenir informé d'un
changement dans notre émission de mardi. Je vous donnerai plus de détails de vive
voix mais la confrontation en direct entre vous et Dominique Liebault nous est
finalement apparue peu pertinente. En revanche, je souhaitais savoir si vous seriez
éventuellement disponible pour une interview enregistrée, lundi dans la journée par

136
exemple, ou même mardi matin, soit dans Paris soit par téléphone. C'est notre
reporter qui viendrait vous interviewer et recueillir votre témoignage à propos de
votre expérience de "désaffilié " de la Sécurité sociale. Et nous diffuserions cette
interview au cours de notre émission de mardi bien sûr. Nous vous prions de nous
excuser de ce contretemps, lié à un malentendu relatif à la préparation de cette
émission».
Après explications au téléphone, il apparaît que c'est M. Liebault, ex directeur de la
sécu de 2002 à 20 1 2 qui a mis son veto à ma présence en plateau. Bien entendu j'ai
refusé cette interview enregistrée qui sentrut le piège à plein nez. Ils auraient découpé
1' interview pour ne garder ce qui leur permettait de me démonter en direct sans que je
puisse répondre.

Alternativement j'ai proposé que, si ce monsieur ne voulait pas me rencontrer, alors


il pouvait être enregistré et moi présent au direct. Bizarrement ma proposition n'a pas
été retenue... C'est dommage, j ' avais bien révisé mes notes et en particulier préparé
un petit couplet sur la solidarité.

Revenons à nos joyeux collectivistes : pour 40 minutes de moraline nappée de


solidaritude
comme dirait H l 6, célèbre blogueur, vous pouvez écouter lepodcast de
l ' émission Du grain à moudre du l 1 novembre, débat entre deux personnes qui sont
bien d'accord entre elles. C'est plus simple ainsi pour un débat.

L'animateur cite mon livre, bel effort, et déclare "on avait envisagé d'inviter un de
ces désaffiliés". Non ce n'est pas « on avait envisagé » car on m'avait bien invité et on
a annulé ensuite cette invitation à la demande de cet ex-directeur de la sécu.
Bref, toute l'émission est résumée dans cette déclaration : "On vit dans une société
individualiste et c'est vrai que chacun croit savoir où est son intérêt".
On a ici à faire à des grand-prêtres de l' étatisme qui n'ont aucun respect pour l'être
humain en tant qu'individu l ibre et conscient, incapables d'imaginer une société qui
ne soit pas réglée à leur façon, car, après tout eux seuls savent ce qui est bon pour
nous.

D'ailleurs l'émission se conclut sur la solution à donner à ce problème


d'individualisme : il faut "une éducation à la solidarité".
Je vous laisse vomir. Attention au livre.

D 1 3 novembre : record d e demande s u r Amazon


Mon l ivre se classe 6ème livre Je plus demandé sur 89.346 ouvrages dans la
catégorie Gestion & Administration sur Amazon. C'est énorme pour un livre
uniquement publié en numérique. Je sens que nombreux sont ceux qui se m ettent en
ordre de bataille pour entamer les démarches à partir du l er janvier.

Toujours pas de date pour la sortie papier. L' éditeur Eyrolles craindrait-il quelque
chose ?

137
0 14 n ovem bre : la CIPAV se réveille enfi n .
Après quasiment deux ans sans aucun courrier recommandé de leur part malgré ma
totale absence de paiement, la CIPAV, ma caisse de retraite, se décide enfin à sévir
en envoyant une première mise en demeure au titre de l 'année 20 1 3 .

Sur les conseil s d u MLPS j e saisi la CRA, commission de recours amiable de l a


CIPAV sous 1 mois. Elle aura 2 mois pour me répondre, négativement bien entendu.
J'aurai ensuite 2 mois pour saisir le TASS de cette décision.

La contrainte d'huissier ne pouvant pas être émise avant que la chose soit jugée.
Pas demain la veille donc.

0 1 6 n ovembre : la ncement d u M ouvement d es Libérés


Depuis deux ans, nombreux sont ceux qui donnent de leur temps et de leur énergie
pour infonner, communiquer, soutenir les libérés et futurs libérés sur Internet et
animer les espaces d'échanges et d'entraide sur les réseaux sociaux ainsi qu'organiser
des réunions d'informations à travers la France.

Cette communauté n'a pas d'autre nom que "les Libérés de la Sécu".

Les Libérés les plus actifs ont souhaité lui donner une identité visuelle et un nom
"Mouvement des Libérés" dans l 'esprit de ce qui a présidé à notre regroupement
spontanée sur la Toile. C'est dire :
- pas de chefs ;
- pas de statuts juridiques ;
- pas d'adhésions ni de cotisations ;

- juste la bonne volonté de �us ceux qui souhaitent participer.

Voici la définition et les objectifs du mouvement des libérés de la sécu. Rien de


neuf que tout ce qui est fait depuis deux ans mais cela méritait d'être formalisé pour
montrer qui sont les Libérés et ce qu'ils font.

Le Mouvement des Libérés regroupe les salariés, artisans, commerçants,


entrepreneurs, indépendants et professions libérales qui se sont libérés de la Sécurité
Sociale qui se sont ou qui souhaitent s'qffilier à un autre régime de sécurité sociale
pour l'assurance maladie et/ou retraite, coriformément aux directives européennes
retranscrites en droitfrançais et au droitfrançais lui-même.
Le Mouvement des Libérés a pour objet d'informer sur le droit à la liberté de la
protection sociale et sur les moyens de l'exercer. li soutient l'ensemble des initiatives
bénévoles, au niveau national comme régional, qui animent les espaces de
communication et d'entraide sur Internet ainsi que pour l'organisation des réunions
d'iriformations locales. Ce mouvement est indépendant, apolitique et gratuit.

138
D 17 novem bre : solidaires, vous avez d it solidaires ?
Dans un article du Point daté du 1 7 novembre j 'apprends que : « aux 2 000
milliards d'euros de dette publique s'ajoutent quelque 2 500 milliards d'engagements
hors bilan. En cause, les retraites desfonctionnaires. »
Pour 201 5, les dépenses de retraites des fonctionnaires représentent 25% du total
de la dépense des retraites en France pour 1 5% seulement des retraités. Et on ose
encore nous parler de solidarité ?
Je ne critique pas les fonctionnaires mais uniquement le système dont ils profitent
au détriment du reste de la population.
Un seul exemple : là où la Caisse Nationale d' Assurance Vieillesse verse en
moyenne 640€ mensuels à ses retraités du régime général salarié, elle verse 785€ par
ancien de chez GDF/EDF qui se cumule à leur propre retraite, portant ainsi la retraite
moyenne d'un agent GDF/EDF à 2.433€ brut mensuels contre 1 . 1 66€ dans le privé !
Enfin, pour rappel, la dernière réforme des retraites du régime général a prévu une
hausse des cotisations de 0,30 point entre 20 1 4 et 20 1 7, supportée à parité entre les
entreprises et les salariés. Les indépendants étant leur propre patron, ils vont subir
directement une augmentation de 0,60 point.
Cette hausse des cotisations porte sur la part « déplafonnée » des cotisations
Vieillesse, c'est-à-dire assise sur l'ensemble des revenus. Or, les artisans et
commerçants versent seulement des cotisations Vieillesse « plafonnées » (comprises
dans le plafond annuel de la Sécurité sociale, soit 37 548€), d'où la création d'une
nouvelle cotisation « déplafonnée » pour les indépendants réalisant un chiffre
d'affaires supérieur à ce plafond. 24% des artisans et 22% des commerçants seront
dans cette situation, selon l'étude d'impact.
Pour faire bonne mesure, les artisans, commerçants et entrepreneurs ne pourront
pas disposer d'un compte personnel de prévention de la pénibilité qui permettrait aux
salariés exerçant des métiers difficiles de partir plus tôt à la retraite. Le gouvernement
a estimé que les indépendants étant leur propre patron, ils avaient les moyens d'éviter
de travailler dans des conditions jugées pénible.
Quel cynisme !

D 18 novembre : 3ème aud ience a u TASS


Comme la comptine « trois petits tours et puis s'en vont » .
Pour mon troisième passage au TASS contre ) 'URSSAF depuis m a libération il y a
presque deux ans, avec mes 1 1 contraintes d'huissier sous le bras, l 'affaire a été
traitée vite fait-bien fait :
- Arrivée en salle 14:00 ;

139
- Arrivée du jury 1 4:05 ;
- J'ai les numéros de passage de 25 à 36. J'ai vu pire ;
- La juge a mangé du lion à midi et les dossiers défilent à toutes allures ;
- 14:20 c'est déjà mon tour ;
- Renvoi direct au 1 7 juin. JUIN ! ! !
- Je fais répéter au greffier deux fois car je pensais qu'il disait janvier. Raison
: ma QPC (question prioritaire de constitutionnalité), présentée lors de ma
première audience n'est toujours pas revenue de chez le Procureur ;
- La représentante URSSAF fait grise mine ;
- 1 4h25 : je suis dehors.
Bref, je passerai pour une quatrième audience 2 ans et demi après ma libération,
sans encore aucun jugement.

O 26 novemb re : on est les champions ... on est les


cham pions ...
Selon l a chaine BFM Business : "La France consacre 32% de son PIB au
financement des allocations et autres aides sociales, contre 22% de moyenne
mondiale, selon une étude de l'OCDE".
A noter que non content d'être le pays qui dépense le plus au monde pour notre
protection sociale, notre Sécu est également la moins solidaire, belle performance :
"En Australie, plus de 40% des aides sociales vont par exemple aux 20% de la
population la moins riche. Ce pourcentage tombe de 40% à environ 1 7% en France
où les bénéficiaires d'aides sont beaucoup moins ciblés. "

0 26 novem bre : 1 6èmemise en demeure U RSSAF


Je n 'avais pas de nouvelles d'eux depuis trois mois et pour cause, l 'URSSAF passe
enfin sur un rythme trimestriel. Cela me fera moins de frais en recommandé et de
paperasse. Merci les gars.
Je prévois de saisir la CRA URSSAF sous un mois pour contester cette mise en
demeure.

0 2 7 n ovembre interview dans le magazine de la santé


sur France 5

140
A deux contre un, nous avons encore Je droit à un reportage équilibré comme on
les aime sur le magazine de la santé de France 5 ce 27 novembre 20 1 4 .
Face à moi, Maître Michel Ledoux, avocat spécialisé en droit social et surtout en
contrôle URSSAF (il ne dira donc pas de mal de son client) et Thomas Fatome,
Directeur de la Sécurité Sociale.
Pourquoi nos avocats et association de soutien juridique ne sont jamais interviewés
pour donner leur interprétation du Droit ?
De 472 indépendants qui essayaient de se libérer il y a de cela quelques semaines,
le reportage termine en informant que 500 français ont réussi à se désaffilier. Taux de
réussite de plus de l 00%. Bravo les Libérés !
..

Dans cette même émission il y a I O ans l 'animateur annonçait qu'on était 5000 . . .

D 2 7 novem bre : plainte pour extorsion de fonds contre le


RSI
Le CSAPR (Collectif des Syndicats et Associations Professionnels de la Réunion)
demande la fin du monopole du RSI (Régime social des Indépendants) ainsi que de la
CGSS (Caisse Générale de Sécurité Sociale) et porte plainte contre le RSI.
Bienvenue dans la bataille !

D 30 novemb re : comment ça le RSI paye l 'impôt s u r les


sociétés ?
Le RSI a la gentillesse de publier ses comptes annuels 20 1 3 sur son site web.
Commençons par deux des plus grands cabinets d'audit comptable mondiaux (KPMG
et MAZARS) qui ne certifient toujours pas les comptes du RSI, ce qui fait désordre
pour une entreprise qui déclare plus de 26 milliards de chiffre d'affaires, soit plus
qu'une société du CAC 40 comme L'OREAL, VEOLIA ou la SOCIETE
GENERALE.
Mais le meilleur reste à venir en épluchant le document « CN annexe 20 1 3 »

présentant les comptes annuels 20 1 3 de la Caisse Nationale du RSI.


Le Compte de Résultat fait apparaitre un impôt sur les bénéfices de 1 7,77 millions
d'euros. C'est étonnant pour un organisme de sécurité sociale, investit d'une mission
de service public et à but non lucratif tel qu'ils l'affirment.
Première question : comment une organisation à but non lucratif arrive à payer près
de 1 8 millions d'euros d'impôts sur les bénéfices ?
Poursuivons car si il y a impôts sur les bénéfices c'est qu'il y a des . . . bénéfices !
Eh oui, ils sont de 8 1 2,64 millions d'euros, ce qui nous laisse donc par soustraction

141
807,54 millions d'euros de résultats net ! Le RSI est donc largement excédentaire. Il a
donc matière soit à baisser les cotisations soit à augmenter les prestations.
Donc deuxième question : où va l'argent ? Je suppose que c'est pour renflouer «
par solidarité » les autres régimes de sécurité sociale déficitaires. C'est bien pour eux,
d'être mieux couverts avec des indemnités journalières en cas de maladie et de la
prévoyance en cas d'invalidité. Les non-salariés eux ils y ont pas droits et payent
plein pot pour générer de l'excédent qui permettent à d'autres régimes d'être plus
généreux . . . avec leur argent.
Troisième question : s'agissant d'une entreprise privée, qui sont les actionnaires ?
Si c'est bien une mutuelle alors les propriétaires sont les sociétaires de cette
mutuelle, c'est-à-dire les adhérents. Eh bien, rendez-nous l'argent ! Nous saurons
l'utiliser mieux que vous.
Vient ensuite un florilège de chiffres plus étonnant les uns que les autres parmi
lesquels ces deux points :
- Frais de Recherche et développement.
Commentaire : ah bon ? Un soit disant organisme de sécurité qui a un programme
d'innovation et de développement ? Pour chercher quoi ? De nouvelles taxes ? Pas la
peine de cramer 25 millions d'euros pour cela...
- On voit que le RSI "boursicote" et place nos cotisations dans des FCP, Sicav
et coupons d'obligations, à la hauteur de 8,595 Milliards.
Commentaire : depuis quand un régime soi-disant de Sécurité sociale place de
l'argent en bourse ? Je croyais que la capitalisation c'était risqué et ultra libéral et que
rien ne valait les systèmes par répartition. Remarquez, le RSI aurait tort de ne pas
faire bénéficier ses cotisants des bénéfices de la capitalisation à l 'instar de la fonction
publique et de sa retraite par capitalisation PREFON.

Décembre 2014

D 1 d écembre : c'est déjà N oël chez m o n ass u rance


maladie privée
Comme l'année dernière mon assureur maladie augmente ses prestations pour une
cotisation qui augmente légèrement, de 1 3 € par mois. Je ne lui en veux pas car :
- Le niveau de garantie qui était de 450000€ en 2013 puis 700 000€ en 201 4
passe royalement -normal pour une assurance anglaise- à l million
d'eurospour 201 5.Avant de cramer 1 million d'euros en soins intensifs faut y
aller sérieusement etje préfère qu'on me débranche avant ;

142
- Les consultations de psychologues et psychothérapeutes en cabinet sont
remboursées à 23€ (c'est zéro à la Sécu) ;
- Le remboursement des verres optiques augmente de 450% à 750% de la base
de remboursement de la Sécurité sociale (contre 60% à la Sécu) ;
- Le forfait pour la monture optique double de 1 00€ à 200€ (contre 1 ,70 € à la
Sécu).

D 6 décem bre : renfort de ma protection j u ridique


Depuis Janvier 20 1 3 , je m e suis libéré avec l e soutien du MLPS qui répond à
toutes mes interrogations et qui me fournit en temps et en heure tous les documents
nécessaires (courriers à renvoyer aux organismes de sécu, conclusions pour le TASS).
Toutefois, après les quelques renvois d'usage, je ne suis pas rassuré de passer seul à
ma prochaine audience qui devrait être l'occasion de débattre sur le fond du dossier.
En effet, je ne suis ni juriste, ni rodé au jeu de rôle entre les différentes parties lors
d'une audience, et même si je commence à connaitre le sujet, je souhaite mettre toutes
les chances de mon côté.
J'ai donc décidé de m'adjoindre, en plus du MLPS, les services d'un soutien
juridique avec la nouvelle association ADC, "Association de Défense du Citoyen",
émanation de l'association "Agir pour la Prévention des Maladies Professionnelles" -
www.apmp.fr- créée en 2008 qui traite déjà une centaine de TASS par an et qui, avec
ADC, élargi le spectre de ses services à l'ensemble des dénis de droits que nous
pouvons rencontrer face à :
- la Sécurité Sociale (la liberté sociale, refus d'indemnisation, . . . ) ;
- l'administration quelle qu'elle soit, y compris fiscale et juridique ;
- les banques et assurances . . .
ADC défend, sur tout le territoire national, avec un réseau de correspondants
locaux, indifféremment les Chefs de petites entreprises - Salariés - Artisans -
Commerçants - Professions libérales - Agriculteurs - Chômeurs - Retraités et
Etudiants.
ADC me représentera donc lors de mes prochaines audiences, pour défendre mes
intérêts, tant sur Je fond que sur la forme (vice de procédures à l'écrit comme à l'oral
permettant de faire annuler des contraintes, d'obtenir de nouveaux renvois voire de
récuser Je jury).

O 1 1 décem bre : cou p de ton nerre a u TG! de N ice


L'ordonnance en référé du Tribunal de Grande Instance de Nice du 1 1 décembre
201 4, le MLPS fait condamner le RSI au motif de son incapacité à agir au titre de
l'article 32 du code de procédure civile. N'ayant pas justifié son existence légale,

143
notamment par son immatriculation au code de la mutualité, le TGI de Nice a
considéré le RSI comme incompétent à transmettre des mises en demeure, des
contraintes à payer et son action auprès des tribunaux des affaires de sécurité sociale
j ugée irrecevable.
Point intéressant, le juge du TGI de Nice fait référence à la décision de la Cour
d'appel de Limoges du 20 octobre 201 4 qui ordonne au RSI de justifier de son
immatriculation au registre des mutuelles pour confirmer sa capacité à agir.
Le RSI a annoncé avoir fait appel de cette ordonnance.
Au pire, si le RSI gagne en appel, nous revenons à la situation antérieure, et le
MLPS se pourvoit en cassation.
Au mieux, après la Cour d'appel de Limoges cela fera 2 jugements qui vont dans le
même sens pour les Libérés. Un début de jurisprudence.
D'ailleurs, je me fends d'un petit courrier à l'huissier du RSI pour l 'informer
Maitre,
L 'ordonnance de référé du Tribunal de grande instance de Nice du Il décembre
2014 (RG N°14101429) interdit au RSI de mandater des huissiers (piècejointe).
La décision est motivée par l 'absence de justification du RSJ de sa qualité pour
agir, conformément à un arrêt de la cour d'Appel de Limoges du JO octobre 2014.
Elle n ' a en effet pas pu justifier de son immatriculation au registre prévu par
/ 'article L. 411-1 du code de la mutualité.
En conséquence, je vous remercie de vérifier auprès du RSI s 'il peut justifier de
son immatriculation au registre prévu par l 'article L. 411-1 du code de la mutualité,
sinon de lui retourner les commandements me concernant.

Enfin, publié sur le site web des Libérés, cet article relatif à la condamnation du
RSI a été lu plus par plus de 1 00.000 internautes distincts. Preuve de l 'intérêt porté à
ce dossier, Je RSI a demandé, en courrier recommandé, un droit de réponse à cet
article.
Cette demande n'est toutefois pas légitime. En effet, le décret n°2007-1 527 du 24
octobre 2007 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au
public en ligne est venu préciser les modalités de publication d'un droit de réponse
qui « ne peut être engagée lorsque les utilisateurs sont en mesure, du/ait de la nature
du service de communication au public en ligne, de formuler directement les
observations qu 'appelle de leur part un message qui les met en cause » (article 1).
En l'espèce, le RSJ a toute latitude pour publier un commentaire en ligne sur cet
article.

D 1 5 décemb re à la u n e dans la Voix d u Nord

144
Dans un article « Se libérer de la Sécurité sociale : possible mais illégal? » la
Voix du Nord publie mon interview.
On apprend à cette occasion que le RSI a créé un observatoire de surveillance
pour suivre le mouvement de contestation. Pour officiellement 472 libérés, cela est
étonnant.

D 16 décemb re : mon édite u r jette l'éponge


En raison, officiellement, des risques liés au durcissement des peines encourues
pour ceux qui incitent à ne pas s'affilier à un régime de Sécurité sociale, la maison
d'édition Eyrolles renonce à diffuser mon livre au format papier comme ils s'y étaient
engagés par contrat. Ils me restituent donc mes droits pour l'édition papier,
conservant les droits numériques de l'édition ebook disponible, à l 'heure où j'écris
ces lignes, sur Amawn et Atlantico.
Ce même jour, je retrouve un éditeur courageux qui accepte de me suivre dans la
bataille et, grâce aux pénalités versées par le sortant, décide de me payer une belle
première de couverture.

D 17 décembre : 5 n ouvel les convocations a u TASS


A la douzaine de convocations pour Juin 201 5, relatives à mes recours vis-à-vis de
]'URSSAF, viennent s'ajouter 5 nouvelles convocations :
- 3 pour l'URSAFF, une en défendeur pour opposition à contrainte, deux en
demandeur pour contestation de la décision de la CRA ;
- 2 pour le RSI, une en défendeur pour opposition à contrainte, l'autre en
demandeur pour contestation de la décision de la CRA.
Soit un total de 1 7 recours qui seront traités pour ma 4ème audience en Juin 20 1 5,
nonobstant les prochains recours qui ne manqueront pas de s'ajouter d'ici là. Mon
association de soutien juridique ne se déplacera pas pour rien . . .

0 24 décem bre : o n e n apprend tous les jours


Je savais qu'une mise en demeure n'était pas valable si le nom la qualité est la
signature ne figurait pas mais je ne savais pas que c'était valable pour tout courrier y
compris les appels de cotisations !
En effet, la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans
leurs relations avec les administrations dispose dans son article 4 :
« Dans ses relations avec l'une des autorités administratives mentionnées à

l'article Ier, toute personne a le droit de connaître le prénom, le nom, la qualité et


l'adresse administratives de l'agent chargé d'instruire sa demande ou de traiter

145
l'affaire qui la concerne ; ces éléments figurent sur les correspondances qui lui sont
adressées.
Si des motifs intéressant la sécurité publique ou la sécurité des personnes le
justifient, l'anonymat de l'agent est respecté. Toute décision prise par l'une des
autorités administratives mentionnées à l'article 1er comporte, outre la signature de
son auteur, la mention, en caractères lisibles, du prénom, du nom et de la qualité de
celui-ci. »
Le directeur de la Sécurité sociale, dans sa circulaire DSS n° 2002-56 du 30 janvier
2002 relative à l'application de cette loi aux organismes de Sécurité sociale précise au
point 22 "Par ailleurs, je tiens à souligner l'importance que présente le second alinéa
de l'article 4 imposant qu'outre la signature de son auteur, la décision mentionne, en
caractères lisibles, le prénom, le nom et la qualité du signataire. En effet, le non­
respect de ces dispositions risque d'affecter la légalité de la décision. "
J'ai bien regardé mon dernier appel de cotisation RSI, URSSAF et CIPAV : c'est
signé « Le Directeur » ou « Le chef de région ». Dommage pour eux.

146
Bilan après 2 ans de libération
Depuis mars 2013 où je me suis libéré des monopoles illégaux, le bilan de mes
relations avec les trois organismes où j'étais affilié de force sont respectivement :

RSI 2 mises en demeure, 1 contrainte remise par huissier et 1


contestation de décision CRA auprès du TASS.

CIPAV 1 mise en demeure. Attente de décision de la CRA.

URSSAF 1 6 mises en demeure, 1 3 contraintes remises par huissiers et 3


contestations de décision CRA auprès du TASS

Sur le plan de la bataille juridique :

TASS Premier passage en mars 20 1 4, un an après ma


libération, pour mes 8 premières contraintes à payer de
! 'URSSAF. Renvoi en juin.
Deuxième passage en juin 201 4, renvoi en
novembre 201 4.
Troisième passage en novembre 201 4, renvoi en
juin 201 5.
Prochaine audience en juin 201 5 pour 1 7 recours
( 1 5 URSSAF et 2 RSI)
TGI URSSAF condamnée pour procédure abusive (voir
4 avril 201 4).
TGI Plainte pour extorsion de fond contre !'URSSAF
restée sans réponse escaladée auprès du doyen des
juges du TGI : plainte pour extorsion de fonds et
constitution de partie civile. Refus de recevoir la
plainte au motif que je n'ai pas démontré l'avoir
précédemment envoyée au TGI, malgré un accusé
réception en bonne et due forme . . . Je laisse sans suite.
TI Auprès du juge de proximité : 3 plaintes pour
pratiques commerciales contre !'URSSAF refusées en
raison de ne pouvoir produire le KBIS (inscription au
registre du commerce) de la partie adverse, en
l 'occurrence !'URSSAF. Et pour cause . . . Je laisse
sans suite.

147
Cela peut paraitre effrayant mais après quelques mois, on prend le rythme.

J'ai des lettres types toutes prêtes et j'utilise les services de lettres recommandées
en ligne du monopole postal pour ne pas perdre de temps au bureau de poste.

Il suffit de bien ranger dans l 'ordre les différents papiers, de mettre le MLPS ou
votre association de soutien juridique, ou avocat, en copie de tous les courriers reçus
et agir simplement en suivant les directives et courriers types fournis en retour.

Je suis libéré.

Le combat continue, non pour sortir du monopole de la Sécu, ça c'est fait depuis
que je les paye plus, mais pour rester libre et ne pas revenir sous leur joug malgré les
pressions, pour ne pas dire les menaces.

148
Laurent C.

le quitte la Sécu

Partie 2 : Pourquoi c'est possible


La Sécurité sociale : rappel des faits,
et des frais.

« L 'État, c 'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce


de vivre aux dépens de tout le monde ».
Frédéric Bastiat

Avant 1 945

Contrairement au discours auto-justificateur d e la Sécurité sociale qui laisse à


penser qu'elle est l'alpha et l'oméga de la protection sociale, nous avons la trace de
1 'existence dans l 'Antiquité de sociétés mutuelle chez les Romains et de sociétés de
secours mutuel chez les Grecs où l ' association était financée par les dons volontaires,
une contribution payée par les associés. Quiconque refusait de payer cette cotisation
était exclu, à moins qu'il ne fût excusé par son état d' indigence ou de maladie.

De cette Antiquité à l'ère industrielle, la protection sociale reposait plus sur la


notion d'assistance que de réelle assurance au sens moderne, et c'est dans les
corporations, compagnonnages, collectivités religieuses et bien entendu de la famille
qu'elle s'exerçait. En dehors de ces groupes, seule la charité volontaire permettait de
subvenir aux plus nécessiteux.

La Révolution française a eu un effet dévastateur sur ces organisations d'assistance


qui émergeaient en raison de la Loi Le Chapelier qui a interdit les associations
professionnel les, laissant l ' individu démuni face aux risques de la maladie et des
accidents de l a vie. Elles renaitront sous le I°' empire.
Au début du XJXème siècle, apparaissent les premières Sociétés de secours
mutuels et les mutuelles sous l ' impulsion des L ibéraux de l ' époque, pour rééquilibrer
le rapport de force entre le patronat et les salariés. Elles seront légali sées par le décret
du 22 mars 1 852, qui octroie de nombreux avantages aux sociétés qui reçoivent
l'approbation de l'Etat et acceptent son contrôle. Mais c'est finalement la loi du 1er
avril 1 898 qui pennet l'essor de la mutualité en réduisant le contrôle étatique et en
favorisant leur développement. Regroupés sous la forme de m i lliers de petites
associations mutualistes, les cotisants étaient pris en charge en cas de maladie, grève
ou chômage. On comptera jusqu'à 5 millions de cotisants en 1 9 1 3 . Ces organisations,
cogérées par leurs adhérents, avaient l 'avantage de l'agilité, de répondre aux besoins
spécifi ques liés aux métiers, et surtout de responsabiliser les assurés à ne pas abuser
d'un système dont ils devaient assurer l 'équilibre eux-mêmes.

Après la Première Guerre mondiale, il faudra attendre la Loi du 5 avril 1 928 qui
crée les assurances sociales, uniquement pour les salariés titulaires d'un contrat de

150
travail comprenant une assurance vieillesse fondée sur le principe de la capitalisation,
ainsi qu'une assurance maladie. Les allocations familiales apparaitront en 1 932.
A la libération en France, ces assurances sociales comptent sept millions de
cotisants et 1 4 millions de bénéficiaires. Le financement est assuré par une cotisation
de 8%, retenue à la source à part égale entre salariés et employeurs (pour rappel, en
2014, ce taux est de 2 1 ,8%).

U n héritage de Vichy

René Belin est l'un des fondateurs de la sécurité sociale.


Né en 1 898. Issu d'une famille pauvre, il connait la misère et commence à travailler
dès l'âge de 14 ans comme facteur télégraphiste aux PTT. Il s'engage rapidement dans
le combat syndical en adhérant au Syndicat national des agents des PIT, une des
organisations composantes de la Fédération nationale des travailleurs des PIT affiliée
à la CGT. Il devient l'un des principaux responsables de la CGT après avoir été élu au
bureau confédéral en 1 933.
Le point culminant de son engagement au service du peuple est sa nomination
comme ministre du travail le 14 juillet 1 940 dans le gouvernement de Vichy. Il est
l'un des signataires de la loi sur le statut des juifs sous Pétain, avec Laval et Darlan
notamment.
Sous son mandat furent dissoutes les confédérations syndicales et patronales
(décret du 9 novembre 1 940), et instituée la retraite par répartition, toujours en place
à l'heure actuelle, supprimant ainsi la retraite par capitalisation qui était la norme en
France avant Vichy, rappelons-le.
Dans Chronique syndicale de juin 2006, Ambroise Croizat rappelle l'œuvre de
René Belin : "Les historiens de notre vie sociale savent que la Sécurité Sociale a été
conçue à Vichy en 1940 par René Belin, ex-responsable de la CGT devenu secrétaire
d'Etat à la Production industrie/le et au Travail dans le premier gouvernement de
Pierre Laval. "
A noter également que le numéro de sécurité sociale est une invention de
l'administration de Vichy. Appelé à l'époque « numéro de Français » il est destiné à
ficher la population (Je code sexe a un chiffre servait aussi à recenser les juifs, les
musulmans d'Algérie, les étrangers...). De même pour le carnet de santé créé à la
même époque. Bref, la Sécurité sociale . . . un héritage de Vichy toujours en place.

151
De 1 945 à nos jou rs

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le préambule de la Constitution de


la IVème République affirme, pour la première fois, au côté des Droits de l'Homme
et du Citoyen, le droit à la Sécurité Sociale.

Comme il n'y a que le parti communiste qui compte et sa courroie de transmission


syndicale CGT, le deuxième grand syndicat CFTC (nous sommes avant les divisions
CGT-FO et CFTC-CFDT) ne put jouer aucun rôle dans la construction de la Sécurité
sociale. Son chef de file, Gaston Tessier, de déplorer la « fâcheuse ordonnance » qui
allait tuer l ' esprit mutualiste, étatiser et déshumaniser la protection sociale.

Cette ordonnance du 4 octobre 1 945, véritable acte de naissance du régime général


comprend les trois principes fondamentaux suivants :

- La généralisation progressive de la Sécurité sociale à l 'ensemble de la


population, celle-ci étant financée par une double cotisation à la charge des
employeurs et des salariés ;

- L'unité des institutions et l 'universalité des risques : un régime unique doit


être mis en place et des Caisses à compétence générale sont chargées
d'appliquer les législations sociales ;

- La démocratie sociale, les organismes de Sécurité sociale étant des


organismes de droit privé dotés d'une autonomie de gestion et gérés par des
conseils d'administration composés de représentants de salariés et
d'employeurs. En contrepartie de l 'autonomie accordée, l 'Etat exerce une
tutelle légitimant ainsi la mission de service public remplie par les caisses.

La Loi du 22 mai 1 946 qui en résulte prévoit 1' assujettissement de tous à un régime
unique de Sécurité sociale, mais, elle ne fut jamais appliquée car cette généralisation
s'est heurtée à d'importantes résistances de la part des différentes branches
professionnelles privées et des fonctionnaires qui souhaitaient garder chacun leur
propre régime.

D'où, aujourd'hui, cet héritage de complexité de l 'organisation administrative de la


Sécurité sociale à savoir :
- Le système est structuré en grandes branches gérées distinctement (Maladie,
Vieillesse, Famille, Chômage) ;
- Ces risques sont gérés par des organismes différents suivant l ' appartenance à
telle ou telle catégorie professionnelle ;
- Ce financement repose sur des cotisations professionnelles et non une
solidarité financée par l ' impôt sur tous les revenus ;
- Les structures « administratives » mises en place sont un compromis entre le
service public étatique et le domaine privé.

Au final, la Sécurité sociale est un monopole qui a été établi contre la liberté du
commerce, puisqu'elle s'est attribuée des activités qui relevaient des assureurs privés

152
et contre la liberté individuelle en empêchant la libre association au sein de sociétés
de secours mutuels.
A mêmes causes, mêmes effets : cette étatisation de la protection sociale a
engendré ce qu'ont engendré les réalisations communistes : l 'irresponsabilité,
l'injustice, la paupérisation, et la faillite, sous un déluge bureaucratique de lois et de
règlements. Ainsi en 1 986, le spécialiste de la législation sociale, Jean-Jacques
Dupeyroux, dénombrait 35 000 textes régissant la Sécurité sociale.

La prophétie

Un siècle avant la création de la Sécurité sociale, à l'époque où se multipliaient les


sociétés de secours mutuels créées par les ouvriers pour couvrir les risques de
maladie et de chômage, un homme avait parfaitement écrit ce qui se passerait si le
gouvernement intervenait. Dans ce domaine, comme dans d'autres, son discours était
étonnant de clairvoyance. Mais comme dit l 'adage, « nul n 'est prophète en son
pays » :
« Il est aisé de deviner le r6le que le gouvernement s'attribuera. Son premier soin
sera de s'emparer de toutes ces caisses sous prétexte de les centraliser; et, pour
colorer cette entreprise, il promettra de les grossir avec des ressources prises sur le
contribuable. Car, dira-t-i/, n 'est-il pas bien naturel et bienjuste que l'Etat contribue
à une œuvre si grande, si généreuse, si philanthropique, si humanitaire? Ensuite,
sous prétexte d'unité, de solidarité (que sais-je ?) il s'avisera de fondre toutes les
associations en une seule, soumise à un règlement uniforme.
Mais je le demande, que sera devenue la moralité de l'institution quand sa caisse
sera alimentée par l'imp6t, quand nul, si ce n'est quelque bureaucrate, n'aura intérêt
à défendre le fonds commun, quand chacun, au lieu de se faire un devoir de prévenir
les abus, se fera un plaisir de les favoriser, quand aura cessé toute surveillance
mutuelle et que feindre une maladie ne sera autre chose que jouer un bon tour au
gouvernement?
Bientôt, qu'arrivera-t-il ?
Les ouvriers ne verront plus dans la caisse commune une propriété qu'ils
administrent, qu'ils alimentent, et dont les limites bornent leurs droits. Peu à peu, ils
s'accoutumeront à regarder le secours en cas de maladie et de chômage,. non comme
provenant d'un fonds limité préparé par leur propre prévoyance, mais comme une
dette de la société. Ils n 'admettront pas pour elle l'impossibilité depayer, et ne seront
jamais contents des répartitions.
L'Etat se verra contraint de demander sans cesse des subventions au budget. Là,
rencontrant l'opposition des Commissions de Finances, il se trouvera engagé dans
des difficultés inextricables. Les abus iront toujours croissant, et on reculera le
redressement d'année en année, comme c'est l'usage, jusqu'à ce que vienne le jour
d'une explosion.

153
Mais alors, on s'apercevra qu'on est réduit à compter avec une population qui ne
sait plus agir par elle-même, qui attend tout d'un ministre ou d'un préfet, même la
subsistance et dont les idées sont perverties au point d'avoir perdu jusqu'à la notion
du droit de la propriété de la liberté et de lajustice ».
Frédéric Bastiat.

La machine à perd re des m i l l i a rds

Confonnément à l a prophétie de Frédéric Bastiat, et selon les chiffi'es de l 'OCDE


publiés en novembre 201 4, la France est la championne du monde des dépenses
de protection sociale avec 32% du PIB en 201 3 moyenne contre 2 1 ,9"Ai pour les
autres pays de l'OCDE. Soit 50,6% de dépenses supplémentaires pour la maladie, la
vieillesse, l'invalidité, Je chômage, les charges de famille, etc.
En zoomant sur les seules dépenses de santé, la France dépense par habitant
30% de plus que la moyenne des autres pays de l'OCDE, hors Etats-Unis qui sont
un cas très particulier (et même en ajoutant les Etats-Unis, la France est encore à 24%
au-dessus de la moyenne).
Et pourtant :
- Sommes-nous mieux soignés ?
Non, notre espérance de vie est dans la moyenne des autres pays.
- Nos soins dentaires et optiques sont-ils de 30% mieux remboursés ?
Non, pour rappel, hors mutuelle, une couronne dentaire (750€ en
moyenne) est remboursée 75€. Une paire de lunette est remboursée 1 ,70€ et le verre
blanc simple foyer 1 ,37€ . . .
- A-t-on 30% de plus d'hôpitaux et de professionnels de santé sur nos
territoires ?
Si vous prenez date pour un rendez-vous en cardiologie ou
ophtalmologie, Je délai se comptera en mois.
- Bénéficie-t-on de 30% de plus d'équipements de pointe tels que les IRM ?
Non, en revanche nous en avons 2 fois moins par habitant que la
moyenne européenne et 3 fois moins qu'en Allemagne ou Danemark (source : Etude
Cemka-Eval pour Imagerie Santé Avenir).
Ne vous étonnez plus d'attendre de 30 à 50 jours (record en Basse­
Nonnandie) pour un rendez-vous.
• Etes-vous pris à 1 00% en cas d'hospitalisation ?
Oui, si vous résidez en Alsace-Moselle ou si vous bénéficier de la CMU
ou de l' AME. Dans les autres cas, vous devrez vous acquitter d'un forfait journalier
de 1 8€, et surtout de 20% des frais d'hospitalisation qui restent à votre charge.

154
Par exemple 3 semaines en service de réanimation, à 2 000€ par jour,
vous coûteront 8778€ de votre poche.

Ajoutons à cela :
- 2,24 millions de bénéficiaires de la CMU (chiffres 201 3) qui ne payent
aucune cotisation ;
- 4,7 millions de bénéficiaires de la CMU-C, CMU complémentaire
(chifiles 201 3), qui permet une prise en charge à 1 00% des dépenses de
soins ;
- 1 , 1 7 millions de bénéficiaires de l 'ACS, l'aide pour l'acquisition d'une
assurance complémentaire santé (chiffres juin 201 4) qui sont également
totalement exonérés de franchise médicale (0,50€ par acte paramédical et
par médicament, de 1€ par consultation et de 2€ par transport sanitaire,
dans la limite de 50 euros par an), en hausse de 50% depuis janvier 201 2 ;
- 1 milliard d'euros de cout direct pour 1 ' AME (Aide médicale d'Etat),
prenant en charge à 1 00% les étrangers en situations irrégulières, selon le
« rapport annuel de performance Santé » (sic), de la mission ministérielle
annexé au projet de loi de règlement du budget et d'approbation des
comptes pour 201 3 . « Avec une dépense tendancielle pour 2015 qui
s 'élèverait, selon le Gouvernement lui-même, à 71 7 millions d'euros en
2015 pour / 'AME de droit commun, une budgétisation à hauteur 632, 6
millions relève donc d'une insincérité budgétaire manifeste et assumée »
s'inquiète le Rapporteur spécial dans son rapport n° 2260, ajoutant même
« Au total, c 'est donc un dérapage de 942 millions d'euros qui est constaté
sur six ans et qui va dépasser le seuil symbolique del milliard d'euros en
2015 si la tendance se corifirme. » ;
- Une hausse de 220% du nombre d'arrêts maladie en I O ans ;
- 1 ,4 milliards d'euros par an pour gérer les ARS (Agences régionales de
Santé) ;
- Les millions d'euros gaspillés, comme le demi-milliard d'euros injecté
dans Je fiasco du DMP (Dossier médical informatisé) ;
- Un secteur hospitalier désorganisé, suradministré (presque 3 fois plus de
personnel technique non médical dans le public que dans le privé, 30% de
personnels non soignants contre 20% dans le privé) et générant des
prestations hors de prix (un seul chiffre : une appendicite coûte 4 fois plus
cher à l'hôpital que dans une clinique) ;
- Une gestion paritaire avec des syndicats qui ne représentent plus qu'eux­
mêmes et qui fleure bon les arrangements entre amis ;
- Les innombrables abus inévitablement générés par le sentiment que ce
sont les autres qui payent et la déresponsabilisation induite par la prise en
charge automatique, quelle que soit la cause du sinistre ;

155

la prise en charge sans surcoût de tous les ayant droits (conjoint, enfants)
par un seul assuré (alors que le système d'allocations fami liales est déjà là
pour rétablir une égalité de niveau de vie) ;

- et pour quelques millions de plus, ajoutons l ' inénarrable Musée de


l 'assurance maladie (véridique) : www.musee-assurance-maladie.fr.

Note ; concernant l a CMU, sachez que depuis 2013, les recettes


sont constituées, d ' u ne part, par le produ it de la taxe CMU (taxe de
solidarité additionnelle) à laquelle sont assujettis les organismes
d 'assurance com plémenta ire à hauteur de 6,27 % des cotisations,
et d'a utre part, par une fraction de taxes sur les tabacs (3, 1 5 %).
Bref, là o ù l 'Etat nous d it que la solidarité, c'est quand les riches
payent pour les pauvres, la CMU, instrument ultime de solidarité
pour l 'accès a ux soi ns, n 'est étonnamment pas payée par un impôt
u n iversel en fonction des revenus mais par une partie des
cotisations de ceux q u i ont u ne mutuelle et de ceux qui fument.
Tant pis pou r ceux q u i cum u lent.

Enfin, non contente de nous coûter toujours plus chère pour toujours moins de
prestations, la Sécurité sociale est depuis sa création en déficit chronique.

Pour 2014 le déficit de la Sécurité sociale sera de 1 5,4Mds€ (milliards d'euros)


au lieu de 9,8Mds prévus, chiffres non définitifs annoncés par la Ministre de la
Santé le 29 septembre 2014, soit une dérive de 57% rien de moins. Le PLFSS 2015
(Projet de loi de financement de la Sécurité sociale), prévoit une dépense totale de
prestations sociale de 476,6 Mds€, chiffre supérieur de 100Mds€ à la totalité du
budget de l'Etat (rappelons que la Sécurité sociale n'est pas un budget de l 'Etat),
pour un déficit déjà prévu de 13,4Mds€et ce malgré 9,6 Mds€ de « plan
d'économies ».D'aucuns diront que cela ne représente qu'un petit 3% de déficit. Oui,
mais . . .
- Il est fondé sur une prévision optimiste de croissance de 1 % du PIB en
20 1 5 et de 0, 5% d'inflation, alors que nous serons plutôt à 0 et 0 sur ces 2
indicateurs ;
- Use cumule chaque année dans une structure ad hoc créée en 1996, la
CADES (Caisse d'amortissement de la dette sociale), qui se refinance par
l 'emprunt, c'est-à-dire de la dette qui sera payée par nos enfants, voire nos
arrière-petits enfants au vu de la boule de neige d'intérêts cumulés qui
gonfle ;
- Il dépassera les 20Mds€ annuel en 2020 selon le HCAAM (Haut Conseil
pour l ' avenir de ! 'Assurance-maladie).

De 1 996 à 2013 (derniers chiffres officiels)la CADES est passée de 21Mds€ à


133Mds€ de dettes nettes. Pour une caisse censée amortir la dette, on peut constater

156
que c'est réussi. Cela à un coût : rien qu'en 2013, la CADES a versé 3 ,4Mds€
d'intérêt aux porteurs de ses obligations émises, soit 4 1 Mds€ partis en fumée depuis
sa création.

S'agissant des ressources, la CADES se finance grâce aux fameuses taxes CRDS
(pour 41%), CSG (pour 36%) et une pincée de prélèvement social sur les revenus du
capital (pour 9,9%), Oh, il manque 13% ? Pas de souci, il suffit d'aller piocher
2,1Mds€ par an depuis 201 1 dans le FRR, Fonds de réserves des retraites.
Rappelez-vous, c'est la cagnotte mise de côté en 1 999 pour payer nos retraites futures
en faisant fructifier intelligemment ses placements. C' est bien parti . . .

Le scandale des maladies professionnelles


Dans ces milliards perdus prenons un instant pour nous pencher sur Je plus grand
scandale de la Sécurité sociale, celui des 70Mds€ annuels (soit chaque année plus de
4 fois le déficit du budget de la Sécurité sociale) liés au coût des maladies
professionnelles pris en charge par la collectivité au lieu de faire payer les entreprises
responsables de ces pathologies.

Jean-Luc Lenglen, auteur du livre « Les vraies raisons du déficit de la Sécurité


sociale. Ce qu'ils vous cachent. . . » et Président de l'association APMP, Agir pour la
Prévention des Maladies Professionnelles, justifie ce montant proprement hallucinant
en additionnant 60Mds€ pour le couts de prise en charge des cancers et 1 0Md€ pour
celui des TMS (troubles musculo-squelettiques), les deux reconnus officiellement
comme d'origine professionnels. Montant auquel il conviendrait encore d'ajouter ces
mêmes pathologies ainsi que d'autres, d'origines professionnelles, mais
malheureusement non reconnues (seules 61 % des déclarations sont reconnues comme
telles en 2013).

S'agissant des cancers, Annie Thébaud Mouny, directrice de la recherche médicale


à !'INSERM et spécialiste des du suivi des cancers d'origine professionnel, affirme
dans un article du journal Le Parisien du lundi 08 juillet 2007 que plus d'un cancer
sur deux est dû à la seule exposition aux produits chimiques en entreprises.
L'enquête SUMER 2003 (publié dans La voix du Nord Je 8 décembre 2005)
démontre que plus de 1 3,5% des salariés, soit 2,37 millions de personnes, sont
exposés à un ou plusieurs produits cancérigènes.

En parallèle, au regard du nombre croissant de nouveaux produits chimiques


utilisés dans les entreprises, nous sommes confrontés à une explosion de ces cancers.
168 500 nouveaux cas ont été diagnostiqués en 1980, 300 000 en 2 000, 350 000 en
2005 et nous avons passé le cap des 400 000, c' est-à-dire au moins 200 000 dus aux
conditions de travail.

Selon des responsables de la médecine du travail, le coût d'un cancer varie dans
une fourchette de 300 000 à l million d'euros. En effet selon qu'il s'agit d'un cancer
qui emporte rapidement ou pas un jeune retraité (Je délai de latence officiellement
admis étant de 30 ans) les coûts médicaux seront plus ou moins importants. Bien

157
évidemment au plus le traitement est long, au plus il est coûteux. Mais il s'agit là des
personnes retraitées ce qui signifie que le seul coût financier est celui des traitements
médicaux (chirurgies . . . ).

Mais il y a aussi les cas tout aussi nombreux, si ce n'est plus, des personnes
atteintes avant la retraite. Il y a de plus en plus de cancers chez les salariés alors
qu'ils n'ont pas atteint l ' âge de 50, 40 voire 30 ans, pour lesquels intervient la notion
d'indemnisation à l 'endroit de la veuve à vie et de l 'orphelin (dans la plupart des cas)
pour lesquels l'indemnisation court jusqu'à l 'âge de leur vingtième année. Cela
venant augmenter encore le coût de ces cancers.
Donc sur les chiffres minimalistes de 200 000 cancers d'origine chimique en
milieu professionnel, à raison d'un minimum de 300 000 euros annuel, nous
arrivons à la somme de 60 milliards d'euros !
Mais ces produits chimiques ne sont pas à l'origine des seuls cancers. La Sécurité
sociale admet pas moins de 98 tableaux de maladies professionnelles, toutes plus
coûteuses les unes que les autres ; la relation étant même faite entre l'exposition à tel
produit avec telle pathologie.
Enfin, sur un registre moins grave, sachez que les TMS représentent à elles seules
85% des causes de maladie professionnelles reconnus pour les . actifs du régime
général, selon le rapport de prévention des TMS d'octobre 20 1 1 du ministère du
travail, de l'emploi et de la santé. Ce même rapport d'affirmer que :

«Les cas de TMS constatés en 2010 ont engendré la perte de 9, 7 millions de
journées de travail et coûté 930 millions d'euros couverts par les cotisations
des entreprises pour les actifs du régime général, dans le secteur agricole, le
coût se monte à 70 millions d 'euros, soit 1 Mds€, hors régime des
travailleurs non-salariés non agricoles » ;
- « Le coût moyen d 'un cas de TMS de 21 152 € pour un salarié du régime
général, soit 40% du coût total des maladies professionnel/es (avec ou sans
arrêt de travail) ».
A ces couts pour les entreprises il convient d'ajouter Je coût de la prise en charge
des soins par la Sécurité sociale, pour un montant 9 fois supérieur, soit un total qui est
estimé par l'association APMP à 1 0 Mds€ par an.
Pourquoi la Sécurité sociale ne fait-elle pas appliquer correctement les différentes
règlementations en entreprises en particulier celles issues de la directive européenne
89/391/CEE du 12 juin 1989 ?
Pourquoi la Sécurité sociale se bat dans les TASS, au côté des entreprises, pour
empêcher de faire reconnaitre ces maladies comme étant d'origine professionnelle ?
Et quand c'est le cas, pour prendre à sa charge le cout de ces maladies au l ieu de faire
condamner et payer, les entreprises responsables ? La présence de syndicats
patronaux et salariés dans la gestion paritaire des TASS, comme de la Sécurité
sociale, n'y est pas étrangère, dans un jeu du je te tiens- tu me tiens par la
barbichette , mais où celui qui prend la tapette est d'un côté le malade, de l'autre , la
collectivité des cotisants . . .

158
Le modèle socia l que le monde entier nous envie

Nous avons donc v u rapidement que c e système d e santé coûte d e plus en plus
cher, rembourse de moins en moins et cache sous le tapis des montagnes de dettes
pour les générations futures.

Pourquoi y sommes-nous si viscéralement attachés au point de ne pouvoir songer à


le remettre en cause ou pire, d'imaginer Je quitter ?

Les réponses sont de plusieurs ordres :

- Sur le plan social, nous vivons dans un Etat-providence où, de la naissance


à la tombe, nous sommes pris en charge. Nous ne savons plus agir par
nous-mêmes car nous avons perdu le droit de choisir ce que nous estimons
bon pour nous ;
- Sur le plan de la solidarité, nous avons fait le choix collectif de subvenir
aux besoins de ceux qui sont démunis, affectés par une grave maladie ou
un accident de la vie.

Nous laissons donc, par facilité et par habitude, l'Etat décider et faire à notre place
afin de mutualiser les risques, assurer un niveau de vie décent à tous, veiller à la paix
sociale, etc. Mais comme vous le savez, l'enfer est pavé de bonnes intentions . . .

« La Nation affirme son attachement au caractère universel, obligatoire et

solidaire de l'assurance maladie. Indépendamment de son âge et de son état de santé,


chaque assuré social bénéficie, contre le risque et les conséquences de la maladie,
d'une protection qu'ilfinance selon ses ressources. »
Article L 1 1 1 -2- 1 du Code de la Sécurité sociale

Pourtant, pour les autres prestations de l' Etat, chacun contribue en proportion de
ses moyens à la solidarité nationale (voire internationale) à travers l ' impôt.
L' assurance maladie -qui n'est pas un impôt- a donc été détournée de son objet
assurantiel pour en faire un moyen de solidarité, et devient donc une institution sacrée
qu'on ne saurait remettre en question :

- Sur le plan qualitatif, nos professionnels de santé font preuve d'un réel
engagement et d'une compétence reconnue mondialement. Nous
assimilons donc la qualité de la Sécu à la qualité des soins reçus. C'est
entièrement faux car la Sécu n'est qu'un organisme gestionnaire qui n'est
pour rien dans la qualité des soins prodigués ;
- Sur le plan quantitatif, nous ignorons le coût réel (les diverses cotisations
sociales, impôts et taxes) et le coût actualisé (Je coût de la dette qu'il nous
faudra un jour rembourser) de notre assurance maladie. De plus, en
absence de point de comparaison avec des assurances concurrentes, nous
ne savons pas si nous bénéficions d'un tarif compétitif pour le niveau de
prestations rendues.

159
Dernier point et non des moindre, quel le définition donner à cette notion de
solidarité dont se pare la Sécurité sociale ?

Revenons aux bases de la Vème République et de sa Constitution. Dans la version


de 1 958 l ' article 1 er, parlant de la République, énonçait «
La Communauté estfondée
sur l 'égalité et la solidarité des peuples qui la composent.». Or, cet alinéa a été
totalement supprimé dans la nouvelle Constitution votée en 1 995. Actuellement, la
constitution ne mentionne plus qu'une seule fois le mot solidarité au titre 14 relatif à
la francophonie : « La République particpe i au développement de la solidarité et de
la coopération entre les États et les peuples ayant le français en partage. »
Si l 'on veut vraiment parler de solidarité, remettons là dans la Constitution avant
d'en faire référence dans au Code de la Sécurité sociale.

En revanche, l 'Europe, et plus précisément la CJUE, a donné une définition très


précise de la solidarité, qui plus est dans l'arrêt Poucet-Pistre -sur lequel nous
reviendrons plus loin- que les défenseurs du monopole de la Sécurité sociale
présentent comme la fin à tout débat sur cette question . . . Cet arrêt indique «En ce qui
concerne le principe de la solidarité, il y a lieu de relever que, dans le régime d'
assurance maladie et maternité, la solidarité se concrétise par le fait que ce régime
est financé par des cotisations proportionne/les aux revenus de /' activité
professionnelle et pensions de retraite, seuls étant exclus du paiement de ces
cotisations les titulaires d' une pension d' invalidité et les assurés retraités dont les
ressources sont les plus modestes, alors que les prestations sont identiques pour tous
les bénéficiaires. ».
Pour la CJUE, la définition de la solidarité regroupe donc deux conditions:

1. des cotisations proportionnelles aux revenus ;

2. des prestations identiques pour tous les bénéficiaires.

En France nous sommes loin du compte : il y a des différences entre les régimes et
même au sein d'un même régime comme le RSI i l y a des différences de taux de
cotisation et de prestations. Le système de Sécurité sociale français n'est donc pas
solidaire selon la Cour de justice de 1 'union Européenne.

Parlons recettes pou r savoir com ment cela se passe


en cuisine

Pour savoir combien nous coûte notre assurance maladie, allons voir d'où
proviennent les recettes. Pour l'année 20 1 3 (derniers chiffres publiés) les recettes de
la seule branche maladie (CNAM) du régime général proviennent :

- des coti sations pour 47%;


- de la CSG pour 35, 1 % ;
- des ITAF pour 1 3 ,7% ;

160
- des transferts entre administrations pour 1 ,8% ;
- d'autres produits (lesquels ?) pour 1 ,7% ;
- des cotisations prises en charge par l 'Etat (et payée par qui sinon les
contribuables . . . ) pour 0 6%.
Vous ne connaissez pas les ITAF ? Laissez-moi le plaisir de vous présenter les
Impôts et taxes affectés, c'est-à-dire des prélèvements dont Je produit est
spécifiquement mis au compte des recettes de la Sécurité sociale, et non au pot
commun des recettes de 1 'Etat.
Ces ITAF sont suffisamment exotiques pour avoir fait l 'objet d'un rapport de la
Cour des comptes en septembre 201 2 intitulé Le financement de la Sécurité sociale
par l 'impôt.
En effet, très marginales jusqu'en 2000, ces ITAF constituent maintenant un vrai
pilier du financement de la Sécu : l'Etat, avec sa transparence habituelle, évite ainsi
d'augmenter vos cotisations ou votre CSG en répartissant la douloureuse sur pas
moins d'une cinquantaines de taxes et impôts affectés différents, dont la dernière
en date, votée en octobre 20 1 3 , est la taxe dite « RedBull » sur les boissons
énergisantes.
De 201 1 à 201 2, ces ITAF ont augmentés de 1 7%, et devront atteindre 60Mds€ en
2013 soit encore une hausse annuelle de 1 1%.
Sur cette cinquantaine d'ITAF, les 3 premières représentent 6 1 % des recettes :
- La taxe sur les salaires (pourtant il y a déjà des cotisations sur les salaires
non ?) ;
- Les droits sur les tabacs ;
- La TVA « sectorielle » (tabacs, alcools, produits pharmaceutique).
En ajoutant les 10 suivantes, nous arrivons à un cumul de 85% des recettes :
- La C3S (Contribution de solidarité sur les sociétés, basée sur le chiffre
d'affaires) ;
- Le droit de consommation sur les alcools ;
- Le prélèvement social sur les produits de placements ;
- Le prélèvement social sur les revenus du patrimoine ;
- La contribution sociale sur les bénéfices (avec la C3S, on est pris en
tenaille entre le chiffre d'affaires et les bénéfices) ;
- La taxe sur les véhicules de société ;
- La contribution sur les contrats d'assurance en matière de circulation de
véhicules terrestres à moteur ;
- Le forfait social (taxe sur les rémunérations non sujettes à cotisations
sociales comme les primes de participation ou d'intéressement) passé
discrètement de 8% à 20% en juillet 201 2 ;

161
- La taxe sur les conventions d'assurance sur les contrats assurance maladie
(sic) ;
- La taxe exceptionnelle sur la réserve de capitalisation (là j'ai craqué . . . ).

Je vous fais grâce de la liste complète des 50 ITAF etje laisse la Cour des comptes
conclure :
« Représentant désormais une part significative du financement de la Sécurité
sociale, la fiscalité qui lui est affectée constitue aujourd'hui un ensemble très
hétérogène, résultant à la fois de sédimentations historiques et de réponses de
circonstance à des besoins de financement à court terme. Aux côtés des cotisations
sociales et de la CSG, est apparu ainsi un troisième pilier de financement qui appelle
désormais des choix essentiels pour définir plus clairement les lignes de partage et
d 'évolution de ces différentes ressources.
Le dispositif actuel se caractérise par un foisonnement de taxes, recouvrées par
divers services, dont les assiettes sont très variées, nuisant à la lisibilité et au
pilotage du financement de la Sécurité sociale. La croissance spectaculaire de ce
mode de financement depuis le début des années 2000 a permis d'éviter des hausses
de CSG, de CRDS ou de cotisations pour financer des déficits sociaux récurrents et
la progression de la dette sociale, ainsi que de placer la dynamique de ces
prélèvements en dehors des contraintes de la norme d'évolution des dépenses
affichée dans /es documents budgétaires et le programme de stabilité. Elle s 'est
accompagnée d'une grande complexité et d'une instabilité accrue aussi bien dans le
périmètre des impôts globalement affectés à la sphère sociale que dans leur
répartition par branches. »
Je traduis : c'est une usine à gaz dont l'illisibilité permet à l'Etat de faire sa petite
cuisine sans traumatisme sur ce qui est visible sur le bulletin de paye. Il est donc
impossible à tout un chacun de savoir ce qu'il paye au titre de son assurance maladie
sur ces ITAF. Objectif atteint.
Seules 88% des recettes affectées à l'assurance maladie sont identifiables à travers
les cotisations sociales et la CSG. Faisons le détail pour les salariés et les non­
salariés.

Coût de l 'assu rance maladie pou r u n salarié

Pour un salarié, retrouver sur son bulletin de paye Je coût réel de son assurance
maladie demande un double diplôme en comptabilité et en droit social.
Commençons déjà par évacuer la fausse distinction entre les charges salariales et
les charges patronales qui forment les 2 colonnes du bulletin de paye. Au final, votre
salaire complet, c'est ce que votre employeur a déboursé pour vous, et votre salaire

162
net, c'est votre chèque à la fin du mois. Le salaire brut n'est que le moyen de
contractualiser la rémunération en permettant à l'Etat de faire ce qu'il veut ensuite,
soit au-dessus du brut en augmentant les charges patronales, soit en-dessous du brut
en augmentant les charges salariales :
- dans le premier cas, votre salaire complet a augmenté mais vous n'en avez
pas profité (et votre employeur non plus . . . ) ;
- dans le deuxième cas, vous constatez la baisse de salaire net (et votre
employeur n'en profite pas non plus . . .).
Bref, pile l 'Etat gagne, face vous perdez, et ce avec la bénédiction des syndicats
dits « représentatifs », patronaux comme salariés, dont l 'une des raisons d'exister est
justement de négocier sans fin ces taux de charges. Au profit de ! 'Etat et en votre
défaveur.
Pour revenir aux chiffres, prenons le salaire mensuel moyen français qui est de
1600€ net (soit 2 078€ brut).
Les charges salariales et patronales relatives à l 'assurance maladie de base, hors
accident du travail et hors mutuelle complémentaire, se décomposent en :
- 7,5% de CSG et 0,5% de CRDS ;
1 3 ,85% d'assurance maladie, maternité, invalidité, décès.
Soit un coût total caché de 443€ d'assurance maladie (21 ,85% du brut) qui est
intégré à votre salaire complet.
D'un coup de baguette magique, je pourrais donc augmenter votre salaire net de
27,6% sans que cela ne coûte un centime de plus à votre employeur car il vous les
donnera directement au lieu de les verser à ! ' URSSAF. Soit, dans notre exemple du
salarié moyen, une paye nette mensuelle de 2043€ au lieu de 1 600€, quasiment
l 'équivalent de tout le salaire brut. . . en net !
Avec la différence, vous auriez le choix de rester à la Sécu en redonnant vos 443€
ou de vous assurer librement, pour moins cher et avec une meilleure couverture,
comme nous le verrons plus loin.

Note ; pour être précis, ce sont uniquement 70% d e l a CSG q u i


sont affectés à l 'assurance ma lad ie, le reste étant réparti s u r les
autres branches de la Sécu . Toutefois, comme le fa it de q uitter la
Sécu exonère d u paiement de la CSG sur les revenus d u trava il, il
est légitime de comptabiliser la CSG à 100% dans l 'économie
potentielle calculée.

Pour finir, sachez que le régime de Sécurité sociale des artistes auteurs (par nature
travailleurs non-salariés) est étonnamment une branche du régime général des
salariés. L'AGESSA, qui prélève les cotisations sociales à la source, n'est pas une
caisse de Sécurité sociale mais uniquement une association loi 1901 chargée de

1 63
recouvrer les cotisations pour le compte de la Sécurité sociale. Ces cotisations
maladies ne se montent à qu'à 1 % des droits d' auteur hors taxes, la CSG/CRDS à 8%
n'étant appliqué que sur 98,25% des revenus et non 1 00% (applicable au-dessus du
plafond de 1 50 1 92€ en 2014). La partie « patronale » à la charge du diffuseur de
l ' œuvre n' étant que de 1 % des droits d' auteur hors taxe, soit un total de 2% de
cotisations maladie pour un auteur bénéficiant des prestations de la Sécurité sociale,
comme n'importe quel salarié, qui lui paye 2 1 ,85% de son salaire brut. Bel exemple
de solidarité et d'égalité entre cotisants gérés par le même régime général de Sécurité
sociale des salariés.

Coût de l 'assu rance maladie pour u n non-salarié

Pour un travailleur non-salarié, les coûts sont plus visibles car chacun fait son
paiement auprès du ou des organismes concernés (RSI, MSA et/ou URSSAF selon la
branche professionnelle). Il n'y a pas de prélèvement à la source.

Nous retrouvons en pourcentage des revenus professionnels par profession :

Assurance CSG/CRDS Indemnités Total


maladie journalières

Libéral,
1 4.5%
indépendant
6.5%
Artisan, 8% 0.7% 1 5.2%
commerçant

Agriculteur 1 0.84% 1 8.84%

Note : la différence de cotisation entre les travailleurs non-salariés


d'une part, et les salariés d'a utre part, s'explique en grande partie
pa r les différences de p rises en charge en cas d'arrêt de travai l
(maladie, invalid ité, maternité), voire p a r l 'a bsence totale de prise
en charge pour les p rofessions li bérales et indépendantes qui
doivent a lors souscrire une prévoyance privée dont le montant est
fonction de leur âge et état de santé (comme une assurance pour
u n prêt i mmobilier) . Ce qui n 'est pas le cas des salariés q u i
bénéficient d 'une prévoyance p a r la sécu i ndépendante d e tout
facteu r de risq ue person nel .

164
Deux exemples :
- le délai de carence est de 0 jour pour un fonctionnaire, 3 jours
pour un salarié (hors convention col lective plus avantageuse), 7
jours pour un commerçant, a rtisa n et i ndépendant, 90 jours pour
une profession l i bérale de santé. Les professions l i béra les hors
santé (courtiers, architectes, h u issiers, consu ltants, ... ) ont une
infi nité de jours de carence : en cas de maladie, hors affection de
longue durée, ils ne sont jamais pris en charge et devront
néanmoins s'acquitter de leurs cotisations pendant leur a rrêt
maladie alors qu'ils ne touchent n i revenus n i i ndemn ités ...
- le montant d e l'indemnité en cas d 'arrêt de trava il, q u i , pour
ceux qui peuvent en bénéficier comme les a rtisa ns, est égale à la
moitié de la moyenne des reven us des 3 dernières a n nées,
p lafon née à 51 C par jour. Pou r compara ison, cette i ndemnité
journalière est calcu lée sur la moyenne des 3 derniers mois pour les
salariés et se monte à 90% du sa laire brut les 30 premiers jours, et
66% ensuite (hors convention plus avantageuse q u i vont j usq u'à
mai ntenir la total ité du salaire ) .

Pour les non-salariés, point besoin d e baguette magique : si vous êtes satisfait du
service rendu pour ce que vous payez, surtout ne changez rien. Sinon, arrêtez de
cotiser à votre RSI/MSA/URSSAF, pour les parties assurance maladie, CSG/CRDS
et indemnités journalières, et choisissez de vous assurer l ibrement ailleurs pour moins
cher et avec une meilleure couverture.

Parlons enfin de nos chers députés, qui sont aussi des travailleurs non-salariés. Ils
sont obligatoirement affiliés au fonds de sécurité sociale de l'Assemblée nationale,
régime spécial créé par le Bureau de l 'Assemblée nationale en 1948 et géré par un
comité de gestion composé des trois questeurs et d'un représentant de chacun des
groupes politiques. Ce fonds fournit des prestations maladie et maternité en nature et
attribue un capital (ou des allocations) en cas de décès :

- Les prestations sont du même montant que le régime général ;

- Le financement est assuré par une cotisation de 0,5% sur l'indemnité


parlementaire !

Là où un artisan cotise 1 5% de ses revenus et un salarié 2 1 %, le député cotise


0,5%. « Tous les animaux sont égaux, certains le sont plus que d'autres ». Orwell
avait déjà compris le principe de sol idarité à la française.

Je n'ai pas trouvé une seule ligne sur d'éventuels déficits de ce régime léonin, ni
sur les prestations de l 'assurance complémentaire qui ne doit pas manquer de la
compléter ... mais j'ai certainement mal cherché.

1 65
Enfin, finissons par les professionnels de santé exerçant en secteur 1, c'est-à­
dire ceux qui s'engagent à appliquer strictement les tarifs de la Sécurité sociale sans
dépassements. Dans un jeu du «je te tiens, tu me tiens par la barbichette », ils ne
payent que 0,1 1 % de cotisation sur leurs revenus en contrepartie de leur
allégeance au barème officiel. Malheureusement, ce plafonnement forfaitaire
encourage certains praticiens à pratiquer une politique d'abattage à 23€ la
consultation au lieu de pouvoir consacrer le temps nécessaire à leurs patients et d'être
en contrepartie rémunérés à la juste proportion de la qualité du service fourni.
De leur côté, les praticiens conventionnés pratiquant des dépassements
d'honoraires du secteur 2, déboursent 9,8 1 % de leur revenu, soit 89 fois plus !

Note ; suivant cette volonté aveugle de maîtrise des dépenses,


saviez-vous que si un gastro-entérologue réa lise une gastroscopie,
puis une coloscopie, le 2ème acte est tarifé à 50%. De même chez
le dentiste pour une deuxième dent soig née.
Votre boulanger vous vend-il sa deuxième baguette à 50% ?

Nos élus, touchent-ils deux fois moins quand ils cumu lent u n
deuxième mandat ?
Ne vous posez donc plus la question de savoir pourquoi votre
dentiste préfère vous fai re revenir u ne 2ème fois pl utôt que de tout
fa i re le même jour.

La Sécurité socia le des frontal iers français

L e cas des frontaliers est particulièrement intéressant pour l'exposé car i l constitue
une expérience réelle de mise en concurrence entre régime d'assurance maladie pour
des Français résidants en France.
Les accords bilatéraux signés entre la Suisse et les pays de l ' Union européenne ont
permis la mise en place d'un droit d'option qui permet notamment aux frontalier
français, qui travaillent en Suisse et vivent en France, de bénéficier d'un choix en
matière d'assurance maladie parmi les 3 régimes suivants :
1 . Le régime général de la Sécurité sociale française, via une branche
particulière de la Couverture maladie universelle (CMU) spécifique aux
frontaliers. Dans ce cas, une assurance complémentaire ou une mutuelle est
souvent indispensable ;
2. Le régime suisse dit LAMal (du nom de la loi fédérale sur l 'assurance
maladie) pour les frontaliers, qui est le régime d'affi l iation par défaut en
absence de choix volontaire. Ce régime est comparable à un régime français
Sécu de base incluant une complémentaire santé (type mutuelle) ;

166
3. Le régime privé d'assurance maladie, auprès d'assureurs en France tels
qu' Allianz, Alptis, April, Axa, RépamSanté, Swisslitè, Vivens, etc.

Oui, vous avez bien lu, il y a des Français, résidents en France qui sont couvert au
1 °' euro, en remplacement de la Sécurité sociale de base et ce par des assureurs
totalement privés.
Courant 201 3 , Bercy a confirmé aux 1 59 000 frontaliers qu'ils devront choisir entre
la Sécu française et la Sécu suisse, mais que l'option assurance maladie privée ne
serait plus possible à compter de juin 20 1 4.
Sur ces 1 59 000, 7 000 ont choisi la Sécu suisse, 9 000 la Sécu française et. . .
1 53.000 ont choisi une assurance privée. Comme c'est étonnant ! Quand on laisse le
choix aux gens, ils choisissent le privé à 90% !
« Ce régime pesait sur les comptes de la Sécu », j ustifie Bercy. Bel argument ! 1 53
000 personnes ne coûtent rien à la Sécu mais pèsent sur les comptes ?
Eh oui : les technocrates de Bercy estiment que le droit d'option a pour
inconvénient majeur (et quels sont les autres ?) de pousser vers l 'assurance privée des
travailleurs plutôt jeunes et en bonne santé et de refouler vers la Sécurité sociale les
familles et « les pathologies les plus lourdes ». Ainsi, les frontaliers ne participeraient
pas à la solidarité nationale.
Ah bon ? Pourtant ces frontaliers gagnent en moyenne le double d'un travailleur
local en France, ils payent donc plus d'impôts sur leurs revenus. Mieux, avec la
progressivité des taux d'imposition, ils payent plus que deux fois plus d'impôts. La
solidarité étant payée par l'impôt, ils sont donc déjà deux fois plus solidaires que leurs
homologues travaillant en France.

La Sécurité sociale aux Etats-Unis

Dès que l'on parle de privatisation, les défenseurs de l a Sécurité sociale à la


française agitent le chiffon rouge du système de santé nord-américain. Bien que le
modèle de santé ne soit pas directement transposable en France (car il y a beaucoup
trop de différences de modèle sur les plans économique, démographique, fiscal et
culturel), rétablissons quelques vérités, en simplifiant volontairement :
- Le système MEDICAID, assurance santé gratuite, prend en charge les plus
démunis, et le système MEDICARE les plus de 65 ans qui sont, eux ou
leurs proches, sans ressources suffisantes, soit un total de 23 millions de
personnes pour ces deux systèmes ;
- Le système majoritaire des PPO (Preferred Providers Organizations),
assureurs privés qui fournissent aux salariés, via leur employeur, une

167
couverture santé à la condition de consulter dans le réseau de soins agréé
(les praticiens ayant des tarifs négociés pour ces assurés) ;
- les HMO (Health Maintenance Organizations) qui regroupent, sous une
même entité, la compagnie d'assurance et le système de prestations de
soins ;
- Les II (lndemnity lnsurances), sociétés privées d'assurance, qui proposent
leurs services, indépendamment de toute activité salariale et qui calculent
les cotisations uniquement à la probabilité de réalisation du dommage.

Une bonne PPO ou HMO coûte environ 750€ par mois pour une famille de 4
personnes, dont une grande partie est prise en charge par l'employeur pour ceux qui
sont salariés. Ce montant est 1 6% plus faible que le coût de l'assurance maladie d'un
couple de salariés françai s moyen qui atteint 906€ (453€ x 2 comme vu
précédemment). Toutefois, le reste à charge américain est plus important avec par
exemple une moyenne de 1 5€ (le « copay ») par consultation, et il y a de nombreux
plafonds de prii;e en charge selon le type de soins.

Comparativement à nos Etats-providence européens qui couvrent toute la


population, le système américain, qui n'obligeait pas à s'assurer pour la maladie,
laissait pour compte 32 mil lions d'Américains qui gagnent plus que le minimum du
MEDICAID et pas suffisamment pour s'offrir une assurance privée, ou qui n'ont pas
la chance d'avoir un employeur y subvenant.

La réforme OBAMACARE apporte plusieurs réponses :

Elle créé une assurance de santé publique permettant un niveau de


couverture minimum pour cette tranche de la population non-assurée
(chaque Etat participant à l 'effort financier de l 'assurance publique) ;
- Elle oblige tout Américain à cotiser à une assurance maladie ayant un
niveau de couverture minimal, les rebelles se voyant soumis à une amende
de 555€ ;
- Elle oblige les entreprises de plus de 50 salariés à fournir une couverture
maladie ;
- Elle contraint les assurances privées à accepter tout candidat ayant des
problèmes de santé existants, sans faire payer plus cher ceux qui sont
malades ou qui l'ont été, et leur interdit de rompre l e contrat en cas
d' accident ou maladie.

Par effet pervers, et contrairement à la promesse d'Obama du 1 5 juin 2009 (« Si


vous aimez votre médecin, vous pourrez garder votre médecin, c 'est tout. Si vous
aimez votre assurance santé, vous pourrez garder votre assurance santé, c 'est
tout. »), les assureurs, pour être en règle avec la nouvelle loi imposant un niveau de
couverture minimal, ont unilatéralement résilié les contrats sous le seuil, laissant 5
millions d'Américains sans assurance au Ier janvier 201 4 !

168
Passons sur les pannes répétées du site Internet gouvernemental, piteuse tentative
de centraliser le système d'inscription à une assurance maladie avec seulement 26
000 inscriptions réussies le l "' mois de son ouverture, là où le gouvernement en
attendait 500 000. Dans un système décentralisé, quand un système plante, les autres
fonctionnent toujours.

Face à ces constats, en décembre 20 1 3, Obama a cédé à la pression de l'opinion en


reportant d'un an l 'obligation d'assurance maladie et va permettre à ces exclus de
profiter exceptionnellement de l'assurance publique basique réservée normalement
aux personnes démunies.

Les coûts de l 'Obamacare, estimés à 700 Mds$ d'ici 2020, doivent théoriquement
être compensés par des réductions de dépenses à hauteur de 720Md$, qui
comprennent notamment :

Dde très fortes réductions de prestations pour les plus démunis couverts
par MEDICAID et MEDICARE ;
- La fermeture de 2/3 des hôpitaux en rones rurales (à cause d'une élévation
des niveaux d'exigence nécessaire à leur certification) ;
- La baisse des fréquences des dépistages de certaines maladies.

Ajoutons aussi les cofits cachés pour les entreprises, pour qui l'application de
l 'Obamacare et de ses 24 OO pages de règlementations, a déjà ajouté plus de 1 1 l
millions d'heures au prix de plus de 30Md$ (Etude American Action Forum).

Enfin, dans un effet ciseau, la loi restreignant les possibilités de remboursement


pour les médecins, ces derniers seront de fait moins nombreux à s'installer et plus
nombreux à partir en retraite anticipée ou réduire leurs heures.

Bref, la conclusion est déjà connue de ce côté-ci de l'Atlantique : quand on


augmente la demande, tout en en réduisant l 'offi:e dans un marché à prix fixés par la
loi, on crée de la pénurie.

Ce que la France a fait avec la Sécurité sociale, les Américains n 'auront pas mis 5
ans à le reproduire, mais ce qui les sauvera, c'est qu'ils ne mettront probablement pas
comme nous 70 ans à s'en rendre compte.

Note ; la Sécurité sociale ne manque jamais de mettre en ava nt l e


fait q u e l e s dépenses de santé en France ne représente q ue l l ,6%
du PIB contre 1 6,9% aux Etats-Unis (source Eco-santé OCDE
2014). Preuve que notre système ne serait pas si cher que cela .
C'est oublier que le PIB par h abitant (la richesse par hab itant e n
2 0 1 2 ) est de 5 1 689$ a u Etats- Unis contre 36 259$ en Fra nce.
Autrement dit, un américain dépense pour sa santé 45°/o de
plus qu'un français, mais il est aussi 43°/o plus riche.

169
Mais pour être vra i ment plus précis, sur les seules dépenses de
stricte santé a u sens OCDE (derni ers chiffres connus 20 1 1 }, c'est-à­
dire hors d épenses d'incapacités, i nvalidités et hors i ndemnités
journalières, la France est à 10, 10/o du PIB (8,6% de cotisation
obligatoires et 1 , 5 % de volontai res} contre 60/o du PIB aux
Etats-Unis (0,2% obligatoire et 5,8% volontai re}. Et pourtant là­
bas les consultations de médecin ne sont pas à 23C, loin de là.

La Sécu rité sociale chez nos voisins européens

Certainement, parce qu'elle est « incomparablement meilleure » , l a Sécurité


sociale ne pratique pas Je benchmark avec ses voisins européens. Une des rares
études détaillées nous est donnée par l 'IREF (Institut de recherche économique et
fiscale) dans son rapport « Réformer et améliorer Je système de santé grâce au privé
et à la concurrence » du 1 6 octobre 201 3 , dont voici les éléments clés.

Contrairement aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, nos voisins hollandais,


allemands et suisses ne peuvent être taxés d'ultralibéraux. Leur mode de vie et leur
culture, la haute qualité de leur système de soins, leur évolution démographique sont
très comparables à celui des Français. Voyons donc comment nos voisins ont réformé
leur Sécurité sociale pour la branche maladie et avec quels effets.

Les 3 pays ont eu une approche différente :


- En Allemagne, une Sécurité sociale publique unique pour tous, sauf pour
les personnes ayant plus de 4 050€ de revenu brut mensuel qui peuvent
choisir de passer dans le privé. Toutefois, seuls 50% Je font car, d'une part,
elles n'ont plus Je droit de revenir au régime général par la suite, et d'autre
part, il s'agit d'une assurance personnelle ne couvrant pas les ayants droits
comme le fait la Sécu de base allemande ;
- Aux Pays-Bas, depuis 2006, toutes les caisses publiques d'assurance
maladie ont été supprimées au profit d'un partenariat public-privé organisé
autour d'un marché libre d'assurances privées. Les plus démunis (ceux
pour qui la prime d'assurance est supérieure à 4% de leur revenu pour un
célibataire ou 6,5% pour un foyer) et les moins de 1 8 ans sont pris en
charge par la solidarité nationale qui leur laisse Je choix de leur assurance
privée, laquelle est alors directement dédommagée par ce fonds de
solidarité national ;
- En Suisse, le système est totalement privé mais soumis à la règlementation
fédérale qui interdit les profits et subventionne les déficits sur la
couverture maladie de base. En bref, il s'agit d'une délégation de service

170
public pour le régime de base et d'un système privé pour l 'assurance
complémentaire, très similaire à la France.

En revanche, les 3 pays ont défini le même ensemble de principes pour l 'assurance
maladie privée :

- Les assureurs sont obligés d'accepter tous les clients potentiels ;

- La prime d'assurance ne dépend pas des revenus, de l'âge ou du risque de


santé ;

- La prime d'assurance est uniquement déterminée par les prestations


garanties ;
- L'aléa moral (la tendance à abuser d'un système « open-bar ») est géré par
un système de ticket modérateur et de franchise non remboursé ;
- La péréquation des risques oblige les assureurs ayant une clientèle plus
rentable à reverser une partie de leurs recettes à ceux en gérant une moins
rentable (la clientèle étant comparée sur un panel de critères).

En termes d'efficacité (source OCDE Eco Santé 201 2), nous avons les résultats
suivants :
- Désert médical : en 10 ans, le nombre de médecins par habitant resté
stable en France, a augmenté de 25% aux Pays-Bas, 1 6% en Allemagne.
Le nombre de spécialistes a baissé en France, contrairement à nos voisins
où la densité augmente ;

- Secteur hospitalier : le ratio de personnel soignant sur personnel


administratif est plus important chez nos voisins et la durée moyenne de
séjour à l'hôpital y est plus faible (baisse de 25% de la durée en Suisse,
15% aux Pays-Bas et en Allemagne) ;
- Perception du niveau de santé : 4 1 % des Français de 65 ans et plus sont
satisfaits, alors qu'ils sont 6 1 % aux Pays-Bas et 70% en Suisse.

Du point de vue économique, la part des dépenses totales de santé dans le PIB est
similaire dans les quatre pays (entre 1 1 ,3% et 1 1 ,9"/o). JI apparaît donc que les
dépenses de santé dépendent du niveau de richesse et de développement du pays, et
non de l'organisation de son régime d'assurance.

Toutefois, les différences d'origine de ces dépenses de santé (qui paye quoi), et
surtout leurs évolutions entre 2003 et 201 0, sont édifiantes entre la France et les Pays­
Bas qui ont fait leur réforme en 2006 :

171
R É PA RT I T I O N D ES D É P E N S E S DE SANTÉ EN % DU TOTAL
• Regime d e base • As.su rance complémentaire • Reste à charge des assurés

FRANCE 2003 FRANCE 2010 P A Y S - B AS 2003 PAYS-BAS 2010

Rappel : l e régime d e base des Pays-Bas est entièrement assuré par l e privé.

Que constate-t-on ?

En France, la Sécurité sociale rembourse de moins en moins, les


assurances complémentaires prennent l e relais (ce qui se traduit par des
hausses continues de cotisation des mutuell es) et Je reste à charge non
remboursé augmente. L'Etat, constatant sa totale défai l lance, en est même
venu à imposer une mutue1Je complémentaire à tous les salariés en 20 1 6 ;
c' est dire la confiance qu' i l a dans son régime de base . . .

- Aux Pays-Bas, entre 2003, où Je système était totalement public, et 2006,


où il est totalement privé, on constate que le régime de base rembourse
beaucoup mieux (+29%), ce qui réduit d' autant la nécessité d'assurances
complémentaire (-7 1 %) et de reste à charge pour les assurés (-3 1 %) !

Et 1 'IREF de conclure :

« Le net recul de l 'assurance supplémentaire aux Pays-Bas met en évidence le fait


que la concurrence entre assureurs primaires privés a contraint les assureurs à
élargir la gamme de services couverts dans les contrats primaires. Cela a eu pour
conséquence d 'agrandir le marché primaire de l 'assurance maladie et de réduire le
reste à charge des assurés. En d 'autres termes, la mise en concurrence des assureurs
a simplifié le fonctionnement global du système d 'assurance maladie : moins
d 'interactions administratives, un,e meilleure couverture et une plus grande
responsabilisation des assurés. »

172
Bref :
- Amélioration de la couverture de base (hors mutuelle) des assurés ;
- Réduction de la charge sur les salaires (les cotisations salariales et
patronales sont 2 fois moins élevées qu'en France) ;
- Diminution du déficit public de l 'assurance maladie (la branche maladie
est même revenue à l'équilibre au Pays-Bas),

Les chiffres et les faits sont têtus, la solution néerlandaise fonctionne.

1 73
La fin du monopole de la Sécurité
sociale

N u l besoin de privatiser la Sécu, c'est déjà le cas

Régulièrement, et à chaque publication de nouveaux déficits, quelques voix


s'élèvent pour ouvrir le débat sur la privatisation de la Sécurité sociale. Ils sont
ostensiblement ignorés et Je débat est clos avant même d'avoir commencé.

Tout d'abord, distinguons les professionnels et les établissements de santé publics


comme privés qui délivrent les soins, de la Sécu qui est uniquement Je gestionnaire
intermédiaire entre les assurés et ce réseau de professionnels.

En simplifiant volontairement on peut dire qu'à l ' instar de votre assurance


automobile, ce n'est pas votre assureur qui répare la voiture mais le garagiste. Vous
pouvez changer d'assureur ou de garagiste librement, en fonction de votre
satisfaction, et la qualité du travail de l'un est totalement indépendante de celle de
l'autre.

Par conséquent, si nous parlons de privatisation de la Sécu, nous parlons bien de la


privatisation des organismes administratifs qui gèrent notre assurance maladie et non
de la privatisation des établissements publics de santé (hôpitaux, etc.) ou du passage
dans le privé des personnels fonctionnaires. Cela est encore un autre débat.

Cette question de privatiser la Sécu est étonnamment déjà réglée car l'Etat en a
confié la gestion, sans aucun appel d'offre public, à 400 organismes gestionnaires
d' assurances maladie de droit privé, sous statut d'association loi 1 90 1 relevant du
code de la mutualité, comme pour une mutuelle classique intervenant en assurance
complémentaire. Leurs salariés n'ont pas Je statut de fonctionnaires, mais ont des
contrats de droit privé. Les organismes de Sécurité sociale ne sont donc pas des
administrations publiques !

En introduction du rapport « Les chiffres clés de la Sécurité sociale 201 2 » nous


pouvons lire :

« Elle [la Sécu] repose sur le princpe i de solidarité garantissant à chacun une
protection financière contre les aléas de la vie. [. . .] La Sécurité sociale repose sur
des principes d'universalité et d 'unité, tout en étant gérée par différents régimes de
base. »
Comme vu précédemment, la solidarité et les cotisations sont à géométrie variable,
la protection contre les aléas de la vie est totalement absente pour les travailleurs non­
salariés, et quant à l 'universalité et l 'unité, ce qui suit démontrera le contraire.

174
Les trois régimes principaux de Sécu, pour la branche maladie, sont :
Régime Organisme Sigle
Régime général Caisse primaire d'assurance CPAM
(salariés, CMU, AME) maladie
89"/o de la population assurée

Indépendants Régime social des indépendants RSI


(travailleurs non-salariés) 4,1 millions d'assurés.

Exploitants agricoles Mutualité sociale agricole MSA


3,3 millions d'assurés

Chaque organisme ne s'occupant que d'assurer les cotisants de son secteur


professionnel et leurs ayant droits, il ne peut revendiquer le statut d'organisme
pratiquant une solidarité nationale. Au contraire, ils se sont partagé artificiellement Je
marché sous la forme d'un cartel permettant de fixer les niveaux de remboursements
de soins et les critères qui les régissent, et empêcher l'arrivée de nouveaux vendeurs.
Pour rappel, les cartels sont illégaux en France . . .

Note ; De manière étonnante, sur son site web, le RSI d éclare


permettre l 'affi liation volontai re à son régime à des « ressortissants
Français ou d'un autre pays de l'EEE exerçant une activité non
salariée artisanale, industrie/le ou commerciale à l'étranger» .
Autrement d it, un i ndépendant étra nger peut choisir de s'affilier a u
RSI et bénéficier de l a solidarité nationale . . . Pourquoi l e Fra nçais n e
pourra it- il pas, l u i aussi, s'affi lier à u n assureur européen ?

Ajoutons à ces 3 mastodontes quelques organismes historiques tels que :


• Le régime de !'Education nationale, de )'Enseignement supérieur, de la
Recherche, de l'Environnement et de la Culture, géré par la Mutuelle
générale de !'Education nationale - MGEN (2,8 millions d'assurés) ;
- Le régime des postes et télécom, géré par La Mutuelle générale ( 1 ,3
million d'assurés).
Preuve de l'opacité et de l'amalgame entretenus : leur nom de « Mutuelle », alors
que ces deux organismes gèrent bel et bien le régime obligatoire (la partie Sécu), en
plus du régime complémentaire (dit « mutuelle ») qui, lui, est ouvert à tous.

175
Enfin, terminons par les régimes spéciaux regroupant 5 millions d'assurés et qui
font le sel de notre République (repensez calmement aux termes choisis de
« solidarité », « universalité » et « unicité » du rapport de la Sécurité sociale).

Pourquoi des régimes spéciaux ?

Le site http://www.regimessoeciaux.org nous donne la réponse :


« La nécessité de s 'attacher un personne/ qualifié, soumis à de fortes contraintes
professionnel/es, la volonté de récompenser ceux qui exerçaient un métier vital pour
la nation, ont conduit l 'Etat et d'importants employeurs privés à créer des régimes de
protection sociale spécifiques à certains secteurs d'activité, bien avant que ne soit
organisé un système général de Sécurité sociale ».
Quels sont donc ces personnels, soumis à plus de contraintes professionnelles que
le citoyen lambda et qui exercent un métier vital pour la nation ?
En voici la liste, à la Prévert, des régimes spéciaux concernant uniquement
l'assurance maladie. Il y en a d'autre pour la retraite . . .

Régime Organisme Sigle


Régime des militaires Caisse nationale militaire de CNMSS
Sécurité sociale

Régime de la SNCF Caisse de prévoyance et de CPRPSNC


retraite de la SNCF F
Régime des clercs et Caisse de retraite et de CRPCEN
employés de notaire prévoyance des clercs et employés
de notaires
Régime de la Chambre de commerce et CCIP
Chambre de commerce d'industrie de Paris
et d'industrie de Paris

Régime de la RATP Unité protection et prestations PEPS


sociales de la RATP RATP

Régime des Marins Etablissement national des ENIM


invalides de la Marine
1

176
Régime des industries Caisse d'assurance maladie des CAMIEG
électriques et gazières industries électriques et gazières

Régime du Sénat Caisse autonome de Sécurité CASS


sociale du Sénat SENAT

Régime des mines Caisse autonome nationale de la CANSSM


Sécurité sociale dans les mines

Régime de Fonds de Sécurité sociale de FSS


l'Assemblée Nationale 1' Assemblée
nationale Assemblée
nationale
Régime du Port Caisse de prévoyance du CPPAB
autonome de Bordeaux personnel Titulaire du Port
autonome de Bordeaux

.l':iQtL: le dernier rapport d e l 'IGAS - Inspection Générale des


Affaires Sociales - intitu lé « les coûts de gestion de l'assurance­
maladie ,. en date de septembre 20 1 3, publié que le 1 5 décembre
2014, relève d 'énorme d ifférence de fra is gestion par bénéficiaire
en 2012. Allant par exemple d e 30,8C par bénéficiaire à la CAMI EG
jusqu'à 147C pour la RATP et même 2 1 4C pour l 'ENIM, soit u n
rapport d e 1 à 7 !
La CNAMTS pour le régi me généra l sa lari é se situant à 83,7C et
Apria RSI, gérant la moitié des indépenda nts, à 44,4C.

Poursuivons cette lecture édifiante:


« Les régimes spéciauxprennent en charge actuellement une population de près de
5 millions de personnes. L 'attachement des bénéficiaires à leur régime témoigne de
/ 'intérêt d'organisations calquées sur l 'activité professionnelle prenant en compte les
contraintes des différents métiers. ».
Oui . . . ce ne sont sOrement pas de meilleures prestations, pour un coût de cotisation
moindre que le régime général, qui justifient l'attachement de ces privilégiés à leurs
régimes spéciaux. Mais loin de moi l'idée de leur jeter la pierre ou de les envier. Vu
le niveau des prélèvements sociaux dans notre pays, ils auraient tort de ne pas profiter
de leurs avantages.
Finalement, il semble plutôt difficile de parler de (( solidarité, d'universalité et
d'unicité »à propos notre système de sécurité sociale.

177
Des Français déjà affiliés à u ne assu rance privée ?

Au-delà de ces organismes dont le caractère privé n'est pas affiché, quelques
Français résidants en France et travaillant en France sont officiellement affiliés à une
assurance totalement privée et indépendante de la Sécurité sociale.

Citons par exemple :


- Les agents français travai llant au Conseil de l 'Europe à Strasbourg affiliés
à un régime privé d'assurance médicale et sociale (couvrant les risques
accidents, maladies, maternités et décès) auquel ils contribuent à hauteur
d' environ 3 % du salaire brut ;
- De même, « L 'OCDE a un excellent système d'assurance médicale et
sociale. Très complet, il comprend des congés maladie et maternité payés.
L'assurance médicale couvre les membres du personnel et leur
famil/e2 ».Les personnels de l'OCDE en France sont donc assurés via
le courtier privé d'assurance HENNER3 à Paris à laquelle ils cotisent à
hauteur de 2,5% de leurs émoluments.

Pourtant nous avions bien vu plus haut que l ' article L I 1 1 -2- 1 du Code de la
Sécurité sociale précise : « La Nation affirme son attachement au caractère universel,

obligatoire et solidaire de l'assurance maladie )).


- Universel ? Non, la preuve est donnée par le cas des frontaliers, des
régimes spéciaux et des organismes internationaux, sans compter les
disparités précédemment constatées entre les régimes des travailleurs
salariés et non-salariés ;
- Obligatoire ? Indéniablement ;
- Solidaire ? Clairement pas, au vu des différences de taux de cotisations et
de l 'hétérogénéité des sources de financement à travers les taxes (les
fameux ITAF) d'un côté, et des différences de prises en charges et de
remboursement (à l ' exemple des indemnités journalières ou de la
prévoyance) d' autre part.

Les plus attachés à leur régime étant effectivement ceux qui bénéficient le plus de
la solidarité des autres en leur faveur. Ces derniers n'étant même pas conscients
qu'ils payent, au titre d'une solidarité à géométrie variable, les largesses d' autres
régimes d'assurance maladie.

Nous pourrions faire exactement le même constat pour l ' assurance retraite où
l'universalité et la solidarité sont une vaste blague.

2http://www.oecd.org/fr/carrieres/salairesetavantages.html
'iittps:/
/www .henncr.com/_/intemational/extranet/oecd/omesys/french/index.html

179
Les organismes de Sécu rité sociale hors la loi ?

D S u r leur mode de désignation par l'Etat


Tout d'abord, interrogeons-nous sur la légitimité, au sens légal, de cette galaxie
d'organismes de Sécurité sociale gérant l 'assurance maladie et à laquelle nous
ajoutons les URSSAF en qualité de prestataires de recouvrement de cotisation. Ce
sont toutes des sociétés privées ayant une délégation de sen'ice public sur leur
secteur professionnel, le cas de l'URSAFF étant encore plus délicat par l'absence
de statut ou loi précisant son statut.

Note ; Les organ ismes de Sécu rité socia le (URSSAF i nclus)


revêtent le ca ractère d 'organisme de d roit privé chargés d'une
m ission de service public et constituent des personnes morales
distinctes. (Consei l d ' Etat, 13 mai 1938; Conseil Constitutionnel, 14
décembre 1982, décision 82- 148 ; Cour de Cassation, 29 juin
1995).
L'a rticle 2 1 3-1 d u Code de l a Sécu rité sociale prévoit que des
u n ions de recouvrement assurent diverses m issions, i ncluant
nota m ment l e recouvrement des cotisations d 'assu ra nces sociales
et de la CSG. Il précise que ces un ions sont constituées et
fonction nent conformément aux prescri ptions de l'article L 2 16-1 du
Code d e la Sécurité sociale. L'a rticle L.216-1 d u Code de la Sécurité
sociale renvoyant l u i - même au Code de la mutual ité pour les
conditions de constitution et de fonctionnement des organismes de
Sécu rité sociale.
En d'autres termes, l'article L . 2 1 3- 1 d u Code de la Sécurité sociale
i nstitue des u n ions de recouvrement, en généra l . En reva nche, il ne
constitue ou n'institue aucun organisme tels que les CPAM, RSI,
MSA, etc., en particu lier.

Soit. Ce principe de délégation de service public existe bien pour les sociétés
d'autoroutes, de traitement et de distribution des eaux ou encore de certains transports
urbains. En revanche, ces dernières sociétés ont été mises en concurrence à l 'origine
et sont remises en concurrence au terme de leur contrat avec l'Etat.
Pourtant, aucun appel d'offres n'a été organisé pour désigner ces organismes
gestionnaires de l'assurance maladie, contrairement à ce qui est imposé par les
directives européennes.

180
Note : La d i rective 92/50 CEE du Conseil, du 1 8 j u i n 1992, portant
coord ination des procédures de passation des marchés publics de
services considère comme prestataire de services « toute personne
physique ou morale, y inclus un organisme public, qui offre des
services » (Article 1er) .

La Commission européenne enfonce le clou dans un communiqué du 26 avril


2006 , après avoir indiqué que son avis allait concerner tous les services sociaux des
Etats membres de l'Union européenne et que ces services étaient constitués des «
régimes légaux et régimes complémentaires de protection sociale, sous leurs diverses
formes d'organisation (mutualiste ou professionnelle), couvrant les risques
fondamentaux de la vie, tels que ceux liés à la santé, la vieillesse, les accidents du
travail, le chômage, la retraite, le handicap » ; elle insiste sur l'obligation des Etats
membres de respecter les dispositions des directives précitées :
« . les Etats membres doivent tenir compte du droit communautaire lorsqu'ils
. .

déterminent les modalités de mise en œuvre des objectifs et principes qu 'ils ont frxés.
Ainsi, par exemple, sont-ils tenus de respecter le principe de non-discrimination et le
droit communautaire des marchés publics et des concessions lorsqu 'ils organisent un
service public. Dans le domaine du droit de la concurrence, la Cour établit que
doivent être considérée comme une activité économique: toute activité consistant à
offrir des biens ou des services sur un marché donné par une entreprise,
indépendamment du statut de cette dernière et de son mode definancement. »

Note :« Ni l'absence de but lucratif, ni la poursuite d'une finalité


sociale ne suffisent à enlever à un tel fonds sa qualité d'entreprise
au sens des règles de concurrence du traité. »Cour de Justice des
Communa utés européen nes, affai re C-67/96, 21 septembre 1 999
Dans la codification des marchés publ ics (codes CPV), les services
de Sécurité sociale obl igatoire sont bien défi nis sous le code
75300000-9.

D S u r leur person na l ité j u ridiq u e


Ce point de personnalité juridique est très important, car les organismes de
Sécurité Sociale nient être soumis à la concurrence pour la raison qu'ils seraient
soumis au code de la Sécurité Sociale et non au code de la mutualité. Ceci est critique
car en qualité de mutuelles elles doivent se conformer au code de la mutualité et en
respecter les pratiques, à l'instar des « vraies » mutuelles que nous connaissons, c'est­
à-dire l 'existence d'un contrat avec leurs clients et l 'interdiction de pratiques
commerciales agressives (comme les contraintes à payer).

181
De plus tout le code de la Sécurité sociale devrait être réécrit en conséquence,
comme l ' a été le code de la mutual ité en 2001 lors de la retranscription de la directive
européenne de 1 992.
Si l 'on remonte à l'origine des temps :
- On savait que les caisses primaires de sécurité sociale étaient des mutuelles
(article 9 de l'ordonnance 45/2250 du 4 octobre 1 945) ;
- On savait que les cai sses régionales de sécurité sociale étaient des mutuelles
(article 1 2 de l'ordonnance 45/2250 du 4 octobre 1 945) ;
- On savait que les caisses d'allocations famil iales étaient des mutuelles
(article 23 de l'ordonnance 45/2250 du 4 octobre 1 945) ;
- On en concluait, par un raisonnement déductif, que les URSSAF étaient
également des mutuelles, mais sans en avoir la preuve formelle.

Or niché dans l'article 1 4 de la Loi n° 52-40 1 du 1 4 avril 1 952 de finances pour


l'exercice 1 952 on peut lire : "Un arrêté du ministre du travail et de la sécurité
sociale et des ministres des finances et des affaires économiques peut obliger les
caisses primaires de sécurité sociale et les caisses d'allocations familiales instituées
par l'ordonnance n° 45-2250 du 4 octobre 1945 portant organisation de la sécurité
sociale à organiser un service commun qui se substitue aux services qui sont chargés
du recouvrement des cotisations d'assurances sociales, d'allocations familiales et
d'accidems du travail (autrement dit l ' URSSAF !). Ces services communs sont
constitués et fonctionnent conformément aux prescriptions des articles 9 et 23 de
l'ordonnance n° 45-2250 du 4 octobre 1945 susvisée. "
Cet article est toujours en vigueur aujourd'hui. L' URSAFF a donc été constituée
conformément à la loi du 4 octobre 1 945, au même titre que les caisses de Sécurité
sociale et d'allocations familiales : elle a donc la même nature de mutuelle.

Note ; à l 'aud ience d u TASS d 'Alençon l e 1 7 mai 2013, recours


n uméro 2 1 2 00219 ! 'URSSAF de Basse Normandie a présenté
ses conclusions dans lesq uelles elle affirme « L 'URSSAF de
Basse-Normandie, à l'instar de l'ensemble des URSSAF, est
une société constituée sous la forme des sociétés de secours
mutuel régies par la loi du 1 er avril 1898. Ses membres sont les
différentes caisses de sécurité sociale qui se sont regroupés
afin de confier à un seul organisme le recouvrement des
cotisations. ».
L'article 1er alinéa 1 de cette loi dispose :
"Les sociétés de secours mutuel sont des associations de
prévoyance qui se proposent d'atteindre un ou plusieurs des
buts suivants : assurer à leur membres participants et à leurs
familles des secours en cas de maladies, blessures ou

182
infirmités, leur constituer des pensions de retraite, contracter à
leur profit des assurances en cas de vie, de décès ou
d'accidents, pourvoir aux frais de funérailles et allouer des
secours aux veufs, veuves et orphelins des membres
participants décédés... ".

Ainsi ces sociétés de secours mutuel sont-elles organisées sous la forme juridique
de l'association avec un régime juridique spécifique, des statuts encadrés et des
contrôles administratifs. Toutes ces dispositions figurent dans la loi du l eravril 1 898
et dans l'ordonnance du 04 octobre 1 945 et illustrent le caractère associatif <lesdites
sociétés.

Au surplus, selon l 'ordonnance n° 200 1 -350 du 1 9 avril 2001 relative au code de la


mutualité et transposant les directives 92/49/ CEE et 92/96/ CEE du Conseil des 1 8
juin et 1 0 novembre 1 992 on peut lire :
- Article 4: "Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la date de
publication de la présente ordonnance doivent se coriformer au plus tard le
31 décembre 2002 aux dispositions du code de la mutualité annexé à ladite
ordonnance" ;
- Article 5 : I. - "Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la
publication de la présente ordonnance qui n'auront pas accompli les
démarches nécessaires à leur inscription au registre prévu à l'article L. 411-
1 du code de la mutualité dans le délai prévu à l'article 4 sont dissoutes et
doivent cesser toutes les opérations qui ne sont pas nécessaires à la
liquidation. "

Note ;cette i m matriculation au registre des m utuelles a été


obligatoire jusqu'à l'ordonnance d u 2 1 janvier 2010 q u i a
supprimé ce registre dans sa forme « actuelle » tout en
conservant l'obl igation d'immatricu lation pour une m utuelle
auprès du Secrétai re général du Conseil supérieu r de la
mutualité (décret n ° 20 1 1 - 1 192 du 26 septem bre 20 1 1 ) .

Les mutuelles que sont CPAM, CAF, URSAFF, RSI . . . se sont-elles bien inscrites
avant le 3 1 décembre 2002?
- Si la réponse est non, alors elles ont été dissoutes au 3 1 décembre 2002 et
n'existent plus ;
- Si la réponse est oui, elles sont soumises à concurrence ainsi qu'au code de
la mutualité, dont l'article L 223 - 1 9 dispose : "La mutuelle ou l'union n'a pas
d'action pour exiger le paiement des cotisations". En clair, la mutuelle ou

183
l'union n'a pas Je pouvoir d'émettre des contraintes à voie d'huissier et
d'assigner ses affiliés au TASS.
Le Conseil Supérieur de la Mutualité, qui tient Je registre, refuse de répondre à
cette question, malgré l'avis positif rendu par la CADA, la Commission d'Accès aux
Documents Administratifs.
Enfin, pour enfoncer Je clou, le RSI, créé par l'Ordonnance n° 2005-1 528 du 8
décembre 2005, regroupe différents organismes, parmi lesquels Je régime
d'assurance-maladie et m aternité des travailleurs non-salariés des professions non
agricoles. Or, que disait Je Code de la sécurité sociale sur cet organisme, jusqu'au 1 9
juillet 2005, date d e son absorption par J e RSI?
- Article L6 l l -2: "La caisse nationale d'assurance maladie et maternité des
travailleurs non-salariés et les caisses mutuelles régionales prévues à
l'article L. 61 1-1 sont constituées et fonctionnent conformément aux
prescriptions du code de la mutualité sous réserve des dispositions du
présent titre et des textes pris pour son application. "
L'ordonnance de 2005 a donc fait fusionner au sein du RSI des mutuelles qui sans
doute n'existaient déjà plus depuis le 3 1 décembre 2002...
Et si le RSI a été créé par la fusion de mutuelles, que peut-il être d'autre qu'une
mutuelle lui-même ?

Bref, ces organismes créés avant 2001 n'ont plus de personnalité juridique car
ils n'ont pas accompli les formalités prescrites par l'ordonnance du 1 9 avril 200 1 .
Comment pourraient-ils donc réclamer, par la contrainte, des cotisations en assurant
« de force » leurs clients si elles ne sont que de simples entreprises ?

Note ;la qualité d'entreprise des organismes de Sécu rité sociale est
clai rement établie aux termes de la J u risprudence de la Cour de
Cassatio n . « Une caisse de Sécurité sociale, organisme de droit
privé assumant une mission de service public qui, dans la gestion
des systèmes de protection sociale, exerce une activité propre et
constitue une unité économique de services, à la qualité
d'entreprise au sens de l'article 44-1 du décret précité du 9 juin
1 972 ; qu'elle a ainsi légalement justifié sa décision sans encourir
les griefs des moyens » (CCASS, 3 mars 1 993, pou rvoi n°9 1-
...

1 2674)

De plus, ces organismes doivent obtenir un agrément de l'ACPR, Autorité de


contrôle prudentiel et de résolution qui délivre les agréments et autorisations des
organismes des secteurs de la banque et de l 'assurance opérant en France. Agrément
qui est obligatoirement publié sur le site de l'ACPR, et bien sfu les organismes de
Sécurité sociale n'y figurent pas : ces caisses exercent donc illégalement l'activité

184
de mutuelle, elles doivent conformément à la loi être dissoutes, et leurs dirigeants
risquent 3 ans de prison.

D Quelques exemples de statuts m utualistes

Les organismes de Sécurité sociale de la fonction publique ne cachent même pas


leur nature mutualiste : nous pouvons lire sur Je site web du service public « Lors de
votre affectation dans un ministère, vous êtes rattaché à une mutuelle pour la prise en
charge des prestations de base versées par le régime obligatoire d'assurance
maladie. » Il ne s'agit donc pas que d'assurance complémentaire mais bien du régime
obl igatoire qui est géré par des organismes soumis au code de la mutualité comme Je
confinne l 'ordonnance 200 1 -350 du 19 avril 2001 qui dans son article Art. L. l 12-
3dispose :« Les mutuelles qui gèrent des régimes obligatoires de sécurité sociale en
application du code de la sécurité sociale et du code rural sont régies par le code de
la mutualité, sous réserve des dispositions législatives, règlementaires et statutaires
qui sont propres à la gestion de ces régimes. »

La Réunion des Assureurs Maladie (RAM) gère l'assurance maladie des artisans,
commerçants et professions libérales. Avec plus de 57 % des affiliés au RSI, la RAM
est le premier organisme conventionné pour la France et l'outre-mer. Le RSI a confié
à la RAM la gestion de l'assurance maladie de son régime en vertu du code de la
sécurité sociale qui l'autorise à conclure une convention à cet effet avec les
organismes suivants : organismes régis par le code de la mutual ité, sociétés
d'assurances régies par le code des assurances, groupements constitués par ces
sociétés d'assurances. Or la RAM n'entre dans aucune de ces catégories. Il s'agit en
effet d'une association de la loi de 1 9 0 1 qui ne figure pas dans la liste des entreprises
d'assurance établie par )'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).La
RAM exerce donc illégalement la profession d'assureur. Ses actes sont nuls de plein
droit et ses dirigeants encourent des poursuites pénales.

Concernant les professions libérales, c'est Je code de la Sécurité sociale dans son
article L6 1 l -20 premier alinéa qui affinne "La Caisse nationale confie le soin
d'assurer pour le compte des caisses de base l'encaissement et le contentieux des
cotisations d'assurance maladie des membres des professions libérales à des
organismes régis, soit par le code de la mutualité, soit par le code des assurances,
ou à des groupements de sociétés d'assurance. "
Les organismes, comme Je RSI ou Harmonie Mutuelle, qui recouvrent les
cotisations d'assurance maladie et gèrent le contentieux devant les TASS des
professions libérales ne relèvent pas du code la Sécurité sociale mais bien, a minima,
de celui de la mutualité, ou pire, ce celui des assurances.

185
Cette question de statut mutualiste des organismes de Sécurité sociale est un point
clé de leur légitimité et surtout de leur capacité d'agir en justice pour assigner Wl
citoyen ou Wle entreprise devant un TASS ou un TGI.

Note ; a u moment de la rédaction de cette édition, fi n décembre


20 14, deux procéd u res sont en cours à la Cou r d'appel de Limoges
et au TGI de Nice, dans lesq uels la capacité à agir du RSI a été
soulevée par le juge. Ces deux points sont d éta illés plus bas.

La fin du monopole de la Sécurité sociale

« Vous n 'avez pas raison ou tort parce que d'autres sont d'accord avec
vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et votre
raisonnement est juste. »
Warren Buffet

Le débat sur l'applicabilité des directives européennes 92/49 CEE et 92/96 CEE,
qui ont abrogé le monopole de la Sécurité sociale, n'a plus lieu d'être puisque ces
directives sont transposées en droit français depuis 200 1 . Ces lois s'appliquent à la
couverture de l'intégralité des risques sociaux (maladie, retraite, accidents du travail
et chômage) et ce pour la branche entière, comme cela est expressément indiqué dans
Je Code des assurances, le Code de la Sécurité sociale et Je Code de la mutualité.
Mais déroulons l'histoire de cette fin de monopole, de son origine en 1 986
jusqu'aux derniers rebondissements d'octobre 20 1 3 .

D 1 986 : l'Acte unique e u ro péen


L 'Acte unique européen prévoit la libre circulation des personnes, des
marchandises, des services et des capitaux à l 'intérieur des Etats membres de la
Communauté européenne. La libre installation des personnes était cependant, en
pratique, gravement entravée par l 'existence de monopoles concernant la protection
sociale dans certains pays de la Communauté européenne.
En effet, un grand nombre de citoyens communautaires bénéficiaient, dans leur
pays d'origine où cela était possible, d'assurances maladie ou de retraites privées.

186
Leur libre installation dans un pays comme la France se heurtait donc à un
problème majeur : la protection sociale étant assurée à l 'époque par un monopole, ils
allaient devoir cotiser à la fois au régime français et à leur assurance privée s'ils
voulaient en garder Je bénéfice, en général beaucoup plus favorable que le régime
français. Comme les tarifs de ces contrats d'assurances privées dépendent le plus
souvent de l'ancienneté du contrat, toute interruption, même temporaire, leur aurait
fait perdre définitivement ce bénéfice de 1 'ancienneté.
Autrement dit, devant les inconvénients et les difficultés d'une installation dans un
pays à monopole social, les citoyens communautaires risquaient fort de devoir y
renoncer, faisant de tels pays des espaces interdits en pratique à la libre installation.
Cette situation était évidemment inacceptable. L 'ouverture des frontières étant
prévue au I er janvier 1 993, et afin de rendre effective la libre installation des
personnes à l 'intérieur de la Communauté européenne, les Etats membres décidèrent
de supprimer les monopoles sociaux sur tout le territoire de la Communauté.

D 1992 : les d i rectives e u ropée n n es


La directive CE 92/96 du Conseil du 1 0 novembre 1 992, impose de m anière claire
et explicite à tous les Etats membres de la Communauté européenne de veiller à ce
que le libre choix des assurés sociaux soit effectivement organisé et respecté:
«Considérant que, dans le cadre d'un marché intérieur, il est dans l'intérêt du
preneur d'assurance que celui-ci ait accès à la plus large gamme de produits
d'assurance offerts dans la Communauté pour pouvoir choisir parmi eux celui qui
convient le mieux à ses besoins; qu'il incombe à l'État membre de l'engagement de
veiller à ce qu'il ny ait aucun obstacle sur son territoire à la commercialisation de
tous les produits d'assurance offerts dans la Communauté. »
Article 20

Cette directive prévoit de « permettre à tous les preneurs d'assurance, qu'ils


prennent l'initiative eux-mêmes ou non, defaire appel à tout assureur ayant son siège
social dans la Communauté et y exerçant son activité en régime d'établissement ou en
régime de libre prestation de services, tout en leur garantissant une protection
adéquate ».
Inversement, la directive 92/49 permet à toute société d'assurance, mutuelle ou
institution de prévoyance, de pratiquer l'assurance vieillesse dans un autre Etat
membre de la Communauté européenne sans qu'il soit nécessaire qu'elle obtienne
l'accord de ce dernier, étant rappelé que cette directive impose l'obtention d'un
agrément délivré par le pays d'origine de l'organisme, mais pas par le pays de
destination.
Ces directives européennes 92/49 CEE ET 92/96 CEE sont transposées en droit
français par les lois n°94-5 du 4 janvier 1 994, n°94-678 du 8 août 1 994, mais de

187
manière incomplète, ce qui fait l 'objet d'un combat du MLPS auprès de Bruxelles
jusqu'en 1 999, pour mettre la France en devoir de respecter ses engagements.

0 1999 : la condam nation d e la Fra nce


Par un arrêt de la CJCE en date du 1 6 décembre 1 999, la France est condamnée
pour transposition incomplète des directives 92/49 et 92/96 (Affaire C239/98) :
«En ne prenant pas les dispositions législatives, règlementaires et administratives
nécessaires pour se conformer de manière complète à la directive 92149/CEE du
Conseil du 18 juin 1992 portant coordination des dispositions législatives,
règlementaires et administratives concernant / 'assurance directe autre que
/ 'assurance sur la vie et modifiant les directives 731239/CEE et 881357/CEE
(troisième directive « assurance non vie »), et la directive 92196/CEE du Conseil du
10 novembre 1992 portant coordination des dispositions législatives, règlementaires
et administratives concernant l 'assurance directe sur la vie, et modifiant les
directives 791267/CEE et 901619/CJ:.,"'E (troisième directive « assurance vie »), et
notamment en ne transposant pas lesdites directives pour ce qui concerne les
mutuelles régies par le Code de la mutualité, la République française a manqué aux
obligations qui lui incombent en vertu desdites directives. La République française
est condamnée aux dépens. »

0 200 1 : la transposition d a n s la loi fra n çaise


Après avoir obtenu un ultime sursis, la France se conforme enfin aux directives
avec l 'ordonnance n°2001 -350 du 1 9 avril 200 1 , ratifiée par la loi n°2001 -624 du 1 7
juillet 200 1 . Soucieux d'éviter un débat parlementaire qui aurait éveillé l'attention de
l'opinion publique, Lionel Jospin, Premier ministre du gouvernement socialiste de
l'époque, décida de procéder par ordonnance.
Depuis cette date, le Code des assurances, le Code de la Sécurité sociale et le Code
de la mutualité (Code de la mutualité, articles R2 1 l -2 et R2 1 l -3), rédigés en termes
rigoureusement identiques, autorisent les sociétés d'assurance, les institutions de
prévoyance et les mutuelles à pratiquer les opérations d'assurance « branche entière
», à condition de bénéficier d'un agrément administratif à cet effet.
Toute personne résidant en France a donc, depuis 200 1 , le droit de s'assurer pour
l'ensemble des risques sociaux (maladie, retraite, . . . ) auprès de l 'un de ces
organismes, ainsi qu'en libre prestation de services auprès de sociétés d'assurance
européennes bénéficiant d'un agrément dans leur pays d'établissement.

Note ; parallèlement, la CJCE condamna la Fra nce pour avoir


q u a l ifié la CSG et la CROS d 'im pôts alors q u 'i l s'agit de cotisations
sociales puisqu'elles fin ancent la Sécurité sociale. La France fut

188
donc obligée de modifier sa législation, l'ordonna nce d u 2 mai 2001
sti pulant que ne sont assujetties à la CSG que « les personnes
physiques qui sont à la fols considérées comme domiciliées
en France pour l'établissement de /1mpôt sur le revenu et à la
charge, à quelque titre que ce soit, d'un régime obligatoire
français d'assurance maladle. »(Ordonnance 200 1-377 d u 2 mai
200 1 ) . En d'autres termes, le citoyen français, domicilié en
France et à la charge d'une assurance maladie non-française
n'est plus soumis à la CSG/CRDS !

A compter de 200 1 , de nombreux Français font donc valoir leur droit à la libre
assurance maladie et/ou retraite et obtiennent naturellement gain de cause. Citons :
- TOI de Nîmes, le 9 avril 2003, Dossier 99/0222 1 contre MSA du Gard ;
- TOI de Nîmes, le 4 mars 2004, Dossier 03/04692 contre la RAM du Gard ;
Et ce jusqu'en 2004 avec l 'affaire Buffalo Grill.

D 2004 : l 'affa i re Buffa l o G ri l l


Le 2 2 octobre 2004, l e PDG de Buffalo Grill, Christian Picart, annonce dans le
journal Le Parisien4 :

« Je veux être le premier chef d'entreprise à affranchir mes salariés qui le


souhaitent de l'obligation de consacrer 45 % de leurs revenus au financement de leur
protection sociale. [. ..] Cela leur permettra d'économiser entre 20 % et 30 %, et de
faire grimper d'autant leur pouvoir d'achat. [.. .}Si, comme le prévoient les directives
européennes, un employé s'auto-assure ailleurs qu 'à la Sécurité sociale, nous n'avons
aucune raison de continuer à lui prélever des charges sociales. Je m 'engage, si nous
pouvons effectivement le faire, à lui reverser dans son salaire l'équivalent des
charges patronales. »

Une société de 5 500 personnes qui permet à ses salariés de quitter la Sécurité
sociale, cela ne peut plus passer inaperçu.
Cette déclaration déclenche le branle-bas de combat au sein de l 'Etat et des
organismes de Sécurité sociale, et tout sera fait pour tuer cette fronde dans 1 'œuf. Des
dispositions sont alors prises pour assigner systématiquement devant les TASS les
Français qui souhaitent s'assurer librement et déclarer incompétent les TOI à recevoir
Jeurs plaintes.
Les TASS, les Cours d'appel du TASS et jusqu'à la Cour de Cassation, donnent et
confirment dès lors des jugements négatifs pour les l ibérés de la Sécu.

4http://www. leparisien. fr/economie/le-patron-de-buffalo-grill-defie-la-secu-22-10-2004-2005393 788. php

189
Au niveau de l'Europe, Michel Petite, le haut-fonctionnaire français qui dirige le
service juridique de la Commission européenne jusqu'en 2007, empêche celle-ci
d'intervenir pour obliger la France à appliquer ces textes. Les saisies de la Cour de
Justice sont donc impossible pour les libérés de la Sécu qui souhaitent poursuivre au­
delà de la Cour de cassation. Le départ de M. Petite en 2007 contraint donc l'Etat à
mettre en place un nouveau dispositif en amont, au niveau de la Cour de cassation,
qui rejette par sa 2eme Chambre civile toute les saisines de la Cour de justice de
l 'Union européenne, sous prétexte que la CJUE a déjà répondu à la question (cf. arrêt
Garcia de 1 996).

� ( source M LPS) : Le 5 mai 2007 paraît a u Journal officiel de la


République française u n décret d u 4 mai 2007 portant nomination
d'u n conseil ler à la Cour de cassation en service extraordinaire.
Léga l en apparence, ce décret est un véritable cou p d'Etat car le
nouveau conseil ler à la Cour de cassation n'est a utre que Xavier
Prétot. Professeur des u n iversités et inspecteur général de
! 'Ad m i n istration, l 'idéologue en chef de la Sécurité sociale. Auteur
de nombreux ouvrages sur le sujet, il en est, avec son habituel
partenai re, Jean-Jacques D upeyroux, le meilleur con naisseu r et
su rtout le g ardien du Temple.
Sachant q ue le favori de l 'élection présidentielle de 2007, Nicolas
Sa rkozy, s'est engagé à mettre en œuvre les d irectives et que M.
Petite va q uitter ses fonctions au service j u ridique de la
Commission européenne, il ne reste plus que la Cour de cassation
fra nçai se pour p rotéger la Sécurité sociale de sa mise en
concurrence.
C'est pourquoi on décide en toute hâte d 'apposer un u ltime verrou
sur la porte de l 'édifice. Et le verrou s'a ppelle Xavier Prétot q u i n 'a
jamais été magistrat. Qu'importe : i l est « en service
extraordinaire. » Sa nomination actée, on pourrait penser qu'il va
être affecté à la Chambre sociale de la Cour de cassation. Pas d u
tout : Il gagne la 2e Cha mbre civile. Cette affectation est, à elle
seule, la sig nature du complot. Ca r depuis que les directives de
1992 sont devenues la loi française, la Sécurité sociale
relève non plus du droit social mals du droit des contrats
civils. C'est à la 2e Chambre civile que va avoir lieu l'ultime assaut
contre le monopole. C'est donc bien là q u 'i l fal la it nommer Prétot.
L'homme va fai re merveille. I l se fait désigner comme conseiller
rap porteur pour tous les dossiers mettant en cause le monopole et
i mpose ses avis - toujours favorables au monopole - à la 2e
Chambre. A la Cour, tout le monde sait ce qu'i l se passe. D'a i lleurs
Prétot y a très vite gagné u n surnom : « l'ayatollah. »

190
D 2005 : le tou r de passe-passe d u code de la sécurité
sociale

Le code d e l a Sécurité sociale dans son édition 2005 stipulait ''Article L216-1Les
caisses primaires et régio1U1les d'assurance maladie, la caisse régionale d'assurance
vieillesse des travailleurs salariés de Strasbourg et les caisses d'allocations
familiales sont constituées et fonctionnent conformément aux prescriptions du code
de la mutualité, sous réserve des dispositions du présent code et des textes pris pour
son application.
Elles disposent dans les conditions prévues par le code de la mutualité des dons et
legs reçus par elles. "
Cet article fut modifié par ordonnance Je 19 juillet 2005 pour retirer toute mention
au code de la mutualité en ces termes : "Les caisses primaires et régio1U1les
d'assurance maladie, la caisse régio1U1le d'assurance vieillesse des travailleurs
salariés de Strasbourg et les caisses d'allocations familiales sont constituées et
fonctionnent conformément aux dispositions du présent code et des textes pris pour
son application. ".
Ce point est d'une extrême importance car tous les organismes relevant du code de
la mutualité sont soumis au respect des règles de la concurrence, imposant entre autre
l ' acceptation d'un contrat entre le client et l'assureur. L'affiliation obligatoire à tel ou
tel organisme de Sécurité sociale relevant du code de la mutualité n'est donc pas
possible.

Note : cet article n e crée pas les URSSAF, les CAF o u les CPAM
mais se contente d'énumérer leurs compétences et pouvoirs. Il faut
simplement y voir la sou rce légale de leur ca pacité j u ridique
spécifique sachant q ue cette capacité j u ridique spécifique - à agir -
ne peut être attribuée q u 'à un orga nisme jou issant préa la blement
de la capacité j u ridique « de base » c'est-à-d ire disposa nt d'une
existence j u ridique - résultant de l 'acquisition d e la personnalité
morale. La production et la commun ication des statuts de chaque
URSSAF, organisme de Sécu rité Socia le et personne morale de d roit
privé, ai nsi que le j ustificatif de publ ication au Journal Officiel,
s'imposent, dans la mesu re où il apparaît tout à fait légitime de
soutenir que ces organ ismes de droit privé. ne peuvent oas être
créées par yn texte règlementaire. A défa ut de commun ication de
ces éléments, i l devra être constaté l'inexistence et l'inca pacité à
agir en justice de ces organ ismes.

191
D 2013 : l 'affaire BKK Mobil Oil
Face c e blocage d e l a Cour d e cassation qui campe sur l'arrêt Garcia d e 1 996, l a
CJUE a trouvé, à l'occasion d'une affaire mineure, l e moyen d e confinner
indirectement la fin du monopole de la Sécurité sociale.

Par sa décision du 3 octobre 201 3sur l' affaire C-59/ 1 2 BKK Mobil Oil, la CJUE
considère que la directive sur les pratiques commerciales déloyales s'applique aux

caisses de maladie du régime légal, malgré leur mission d'intérêt général et leur statut
de droit public.

Cet arrêt constate qu'une institution de droit public, qui est investie d'une mission
d'ordre public en raison de la gestion d'un régime légal d'assurance maladie, doit être
considérée comme étant un organisme « professionnel » au sens de la directive
2005/29/CE du l 1 mai 2005.
Prenons donc au mot la Sécurité Sociale française qui se targue pour la défense de
son monopole d'être :
- Investie d'une mission d'ordre public ;
- De gérer un régim e légal et non professionnel d' assurance maladie.

Aux termes de l 'arrêt de CJUE d'octobre 201 3, la Sécurité sociale est donc un
organisme professionnel, étant au surplus constituée par des organismes de droit
privés et non de droit public !

De là, par la directive européenne sur les pratiques commerciales déloyales,


transposée dans le droit français par la loi du 3 janvier 2008 (loi Chatel 2), les caisses
de Sécurité sociale françaises se trouvent confrontées aux règles de la
concurrence.

Et si elles sont soumises à concurrence, le droit commercial, et non plus social, est
applicable, c'est-à-dire :
- Prévalence du contrat liant le client au fournisseur ;
- Liberté de choix de son fournisseur.

Avez-vous signé un contrat avec la Sécurité sociale, le RSI ou ! 'URSSAF ?

Non ? Si ces organismes vous réclament de l'argent, de plus par voie d'huissier, cela
s'appelle de l 'extorsion de fonds. Et c'est réprimé par la loi.

Finie la stratégie de défense au TASS, les libérés de la Sécu peuvent passer à


l'attaque devant le TGI pour faire valoir leurs droits à la libre assurance maladie.

192
Note ; La BKK intervient, avec cinq autres caisses d'assu ra nce
maladie en Allemagne com me intégra nt et participant a u rég ime
légal de Sécurité sociale a llema nd, les salariés percevant une
rémunération excéda nt u n certai n seu il devant obligatoirement
s'assurer auprès de l'une de ces caisses (comme vu plus haut). E n
d'autres termes, la BKK, personne morale exerçant une m ission
d'intérêt général participant à la gestion du rég ime légal de Sécurité
sociale allemand, doit être q ua l ifiée d' « entreprise » ou de
« professionnel » (au sens de la directive sur les p ratiques
commerciales déloya les) .
On est donc amené à considérer, selon cet arrêt d u 3 octobre
2013, que les caisses publiq ues de Sécurité sociale sont des
entreprises q u i fou rnissent, en conséq uence, des p rod u its à des
consommateurs.
Et, la CJU E de préciser: « Le lég islateur de l'Union a con sacré une
conception particu lièrement large de la notion de p rofession nels,
laquelle vise toute personne physique ou mora le dès lors q u 'elle
exerce une activité rémunérée et n'exclut de son cha m p
d'application n i les entités poursuivant une m ission d'intérêt
général, ni celles q u i revêtent u n statut de droit public » ( point 3 2 ) .

D Octobre 2 0 14 : la Cou r d 'appel d e Limoges

Le 20 octobre 2014, la Cour d'appel de Limoges, a ordonné au RSI de justifier de


son immatriculation au registre des mutuelles pour justifier de sa capacité à agir en
justice.
Son arrêt n° 292 du rôle n° 1 3/00341 stipule :
« Monsieur X. . a formé une opposition à contrainte délivrée le 14 mars 2012 à
.

l 'initiative du Régime social des indépendants (le RSJ) pour un montant de 16 897, 63
euros en principal et majorations de retard au titre de cotisations dues pour l 'année
2008.
Parjugement du 14 février 2013, le tribunal des affaires de sécurité sociale de la
Haute- Vienne a rejeté / 'opposition de Monsieur X. .. et validé la contrainte pour un
montant de 16 704,63 euros.
Monsieur X. . a relevé appel de ce jugement.
.

La Cour d'appel de Limoges a jugé que « la vérification de la qualité à agir du


RSI, contestée par M... , justifie qu 'il lui soit fait injonction de justifier de son
immatriculation au registre prévu à l 'article L. 411-1 du code de la mutualité

193
(...) » et a ordonné « au Régime social des indépendants de justifier de son
immatriculation au registre prévu à l 'article L.411-1 du code de la mutualité dans le
délai de quinze jours suivant la notification qui lui serafaite du présent arrêt ».

Note : depuis cet arrêt, le RSI n'a pas répond u à l'injonction du


juge dans le délai i m pa rti . L'affai re est renvoyée à l 'aud ience du 1 6
février 2 0 1 5 .

D Décem b re 20 14 le TGI d e N ice

A l 'origine de cette décision, la contestation par le MLPS d'une Ordonnance sur


requête du TGI de Nice du 1 7 juin 20 1 4, autorisant la CNRS!, la CNRS! (Caisse
nationale du RSI) à faire procéder à l'enregistrement des débats de la réunion
d'information de l 'association susmentionnée, par huissier.
La CNRSI justifiant cette demande par la volonté de faire face à « un mouvement
contestataire tendant à inciter les membres des professions indépendantes à se
désaffilier des régimes obligatoires de Sécurité sociale, notamment du RSI ».
Au-delà de la question du caractère attentatoire aux libertés fondamentales de
l 'enregistrement par un huissier de la réunion d'une association dans un lieu privé
(notamment la liberté de réunion, le droit au respect de la vie privée et la liberté
d'expression), le MLPS a posé la question de l 'irrecevabilité de l'action de la CNRSI
qui n'aurait pas qualité à agir, faute pour elle de justifier de son inscription au Conseil
supérieur de la mutualité.
La réponse du TGI est sans équivoque:
« Si la Caisse Nationale du Régime Social des Indépendants verse bien aux débats
la justification de son inscription au répertoire SIRENE et une copie de son
règlement intérieur, il est cependant nécessaire, afin de vérifier qu 'elle possède la
qualité pour agir, et conformément à un arrêt de la cour d'appel de Limoges du JO
octobre 2014, qu 'elle justifie de son immatriculation au registre prévu par / 'article L
411-1 du code de la mutualité.
En l 'absence d'une telle justification, la qualité pour agir de la Caisse Nationale
du Régime Social des Indépendants ne pouvant être vérifiée, il convient de rétracter
dans son intégralité /'ordonnance sur requête du Tribunal de Grande Instance de
NICE du 17 juin 2014 . »
. .

En clair : le RSI n'a pas qualité à agir en justice ! Les caisses du RSI ne peuvent
donc émettre des contraintes à payer par voie d'huissier et assigner les Libérés, ainsi
que quiconque, devant les TASS.

194
Par analogie, ce qui s'applique au RSI peut également s'appliquer aux autres
organismes de Sécurité sociale, pour la maladie et la retraite, y compris les URSSAF.

Note ;Le 1 7 décembre 2014, le RSI a fait appel de cette décision


au motif q u 'i l n'est pas u ne m utuelle et n 'a donc pas à se conformer
aux formalités d'inscription au registre des m utuelles prévues à
l'article L.41 1 - 1 d u Code de la m utual ité. Le RSI « réaffirme que sa
qualification légale d'organisme de Sécurité sociale - personne
morale chargée de gérer un service public - ne saurait être
confondue avec celle de mutuelle, personne morale à but non
lucratif ».
Le MLPS ra ppelle pour sa part que l'article 6 de la d i rective
92/49/CEE et l'article 5 de la directive 92/96/CEE, rédigés en
termes identiq ues disposent : « L 'État membre d'origine exige que
les entreprises d'assurance qui sollicitent l'agrément:
a) adoptent l'une des formes suivantes en ce qui concerne:
- la République française: société anonyme, société d'assurance
mutuelle, institution de prévoyance régie par le code de la Sécurité
sociale, institution de prévoyance régie par le code rural ainsi que
mutuelles régies par le code de la mutualité. »
Le RSI, en réaffirmant être u n orga nisme de Sécu rité sociale, et
non une institution de prévoyance régie par le code de l a Sécurité
sociale, avoue a insi, pou r l u i , comme pour les autres organismes
de Sécurité socia le ne pas être a utorisés à exercer des activités
d'assurance pour couvrir les risques maladie, vieillesse, chômage
etc. , sauf à répondent à la q ua lification « de m utuelles régies par le
code de la m utualité » .
A suivre en cou r d'appel .

195
Les contre-mesures de la Sécurité sociale

« D 'abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, puis ils vous

combattent et enfin, vous gagnez. »


Gandhi

Loin de reconnaitre la fin de leur monopole, les organismes de Sécurité sociale


manient la désinformation tout autant que les manœuvres de pression à l' encontre de
ceux qui veulent faire valoir leur bon droit à se libérer de leurs griffes.

0 L'i ntimidation
Sur la page d u portail de l a Sécurité sociale, nous pouvons lire l' avertissement
suivant :

« Le code de la Sécurité sociale instaure désormais des sanctions lourdes contre

toute personne qui incite les assurés sociaux à refuser de se coriformer aux
prescriptions de la législation de Sécurité sociale, et notamment de s 'affilier à un
organisme de Sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues : une
peine de 6 mois de prison et/ou une amende d'un montant porté de 7 500 à 15 000 €
».

Les partisans du monopole de la Sécurité sociale ont bien tort d'interpréter cette
phrase comme une menace pesant sur ceux qui s'en libèrent. En effet, cette phrase ne
dit nullement ce qu'elle semble dire !

En réalité, l'article L 1 1 4- 1 8 du Code de la Sécurité sociale, où figure la phrase ci­


dessus, a été créé par la loi n°2006- 1 640 du 2 1 décembre 2006 et est ainsi rédigé :

« Toute personne, qui par quelque moyen que ce soit, incite les assiljettis à refuser

de se conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale, et notamment


de s 'qffilier à un organisme de Sécurité sociqle ou de payer les cotisations et
contributions dues, est punie d'un emprisonnement de six mois et d'une amende de
15 000 euros ou de l 'une de ces deux peines seulement. »
Or, cet article L 1 1 4- 1 8 a abrogé les dispositions du deuxième alinéa de l'article L
652-7 du 4 février 1 995 du Code de la Sécurité sociale qui était ainsi rédigé:

« Toute personne qui, par quelque moyen que ce soit, incite les assujettis à refuser
de se conformer aux prescriptions de la législation du présent livre et notamment de s
'affilier à un organisme de Sécurité sociale ou à ne pas payer les cotisations à un
régime d'assurance obligatoire institué par le présent livre, est punie d'un
emprisonnement de six mois et d'une amende de 7 500 euros. »
L'article L 652-7 (abrogé) sanctionnait toute personne incitant les assujettis à
refuser de cotiser « à un régime d'assurance obligatoire institué par le présent

196
livre », c'est-à-dire par le Code de la Sécurité sociale, alors que l 'article L 1 14- 1 8 qui
Je remplace fait seulement référence à « un organisme de Sécurité sociale », ce qui
signifie que toute référence à l'obligation de souscrire à un organisme français
de Sécurité sociale est supprimée et que ne subsiste que l'obligation de « de
s 'affilier à un organisme de Sécurité sociale », sans que celui-ci soit
obligatoirement l'un de ceux qu'institue le Code de la Sécurité sociale.
Par ces nouvelles dispositions législatives, les pouvoirs publics se sont mis en
cohérence avec la législation française de Sécurité sociale, issue de la transposition
dans Je droit national des directives européennes 92/49/CEE et 92/96/CEE, qui ·

permet aux sociétés d'assurance, aux institutions de prévoyance et aux mutuelles


françaises ou européennes, de couvrir tous les risques sociaux.
En fait, la suppression de l'article L 652-7 et l'adoption du nouvel article L 1 14- 1 8
du Code de la Sécurité sociale sont simplement venues confirmer l'abrogation du
monopole de la Sécurité sociale et instituent une obligation d'assurance des risques
sociaux auprès d'un organisme français ou européen.
On peut donc constater que la loi française, telle que l'exprime l'article L 1 1 4- 1 8
est parfaitement conforme aux stipulations des directives européennes 92/49/CEE et
92/96/CEE, alors que le « portail du service public de la Sécurité sociale » en donne
une lecture mensongère.

Note ; l 'Assemblée Nationale a voté l e 2 4 octobre 2014 u n


amendement ( n ° 80 1 ) dans la loi d e fi nancement d e l a Sécurité
sociale pour 2 0 1 5 d u rcissant les peines envers les contreven ants en
passant les peines encou rues de 6 mois à 2 ans d'emprisonnement
et de 1 5 000 à 30 000€ d'a mende. Preuve s'il en est du désarroi de
l 'Etat face au mouvement des Libérés de la Sécu.
Cet amendement ajoute également u n nouvel a li néa à la loi :
« Toute personne qui refuse délibérément de s'affilier ou qui
demande à ne plus être affiliée à un régime de sécurité sociale en
méconnaissance des prescriptions de la législation en matière de
sécurité sociale est punie d'un emprisonnement de six mois et
d'une amende de 15 000 ou seulement de l'une de ces deux
peines ».
Les fronta l iers se reconnaitront dans cet a linéa de circonsta nce à
l'heure où l'Etat les contraints de force à a ba ndonner leurs
assu rances privées a u 3 1 mai 20 1 5 au plus tard pour s'affi l ier à la
Sécu rité sociale française .

Depuis 1995 que cette loi existe, aucune mise en cause ou condamnation a été
prononcée, ni à l 'encontre du MLPS, ni à !'encontre de ceux qui exercent, militent ou

197
témoignent de leur liberté d'assurance maladie et retraite, conformé aux directives
européennes transposées en droit français. Preuve s'il en est de son inapplicabilité.

O S u r la notion d e « régime légal »

Les organismes de Sécurité sociale soutiennent qu'ils ne seraient pas visés par les
directives européennes sur l ' assurance (92/49/CEE et 92/96/CEE) au motif que
celles-ci ne s'appliquent pas aux « assurances comprises dans un régime légal de
Sécurité sociale », selon les termes de l ' article 2 point l .d de la directive 73/239, et
que de ce fait, aucun travailleur salarié ou indépendant ne serait en droit de souscrire,
en substitution à l'assurance maladie de la Sécurité sociale, une assurance auprès
d'une société d'assurance européenne.
Cet argument résulte d'une confusion volontairement entretenue par ces
organismes, qui utilisent le terme « légal » dans son acception française et non dans
celle qu'il a dans la législation européenne.
- En France, le terme « légal » signifie « établi par la loi ». Tous les
régimes français de Sécurité sociale étant par définition établis par la loi,
aucun d'entre eux ne devrait donc relever des directives
communautaires . . .
- En droit européen, un régime de Sécurité sociale est un régime légal quand
il concerne toute la population.

Les directives européennes ayant pour objet de fixer les règles prudentielles
garantissant les preneurs d'assurance, il apparru"t évident qu'un régime légal est exclu
de leur champ d'application. En effet, à partir du moment où un régime de Sécurité
sociale est dit « légal », il est par définition garanti prudentiellement par l'Etat et n'a
pas besoin d'autres garanties.
En France, le seul régime légal de Sécurité sociale est le régime des allocations
familiales. Mais n'étant pas un régime d'assurance, il n'est pas concerné par les
directives 92/49 et 92/96. Tous les autres régimes français de Sécurité sociale sont
des régimes dits « professionnels », c'est-à-dire qu'ils ne concernent qu'une
partie de la population.
Au niveau européen : l'applicabilité de la directive 92/49 aux assurances comprises
dans un régime légal de Sécurité Sociale a été confirmée aux termes de l' arrêt
Podesta C50-99 par la CJCE du 25 mai 2000. Il s'ensuit que l 'article 2, paragraphe 2,
de la directive 92/49, est applicable aux assurances comprises dans un régime légal
de Sécurité sociale pratiquées par des entreprises d'assurances à Jeurs propres risques.

Au niveau français : le Conseil d'Etat, aux termes d'un arrêt du 26 septembre 2005,
a confirmé également l 'applicabilité des directives européennes sur l 'assurance aux
régimes obligatoires de Sécurité sociale. (CE, n° 26228226, septembre 2005). Cet
arrêt vise les deux directives 92/49 et 92/96 ainsi que le nouveau Code de la mutualité

198
découlant de leur transposition et confirme que les mutuelles sont en concurrence
pour la couverture des risques sociaux avec les autres mutuelles, les institutions de
prévoyance et les sociétés d'assurance françaises et européennes.

Note ; La CJCE a pris un soin particu l ier à défi n i r ce q u 'est u n


régi me légal et u n rég i me professionnel dans l 'arrêt Podesta d u 2 5
m a i 2000 (affaire C-50/99) .
L'avocat général explique, a u point 5 3 d e ses concl usions, q ue
l'AGIRC et l 'ARRCO, q u i sont incontestablement des rég i mes de
Sécu rité sociale, ne sont pas pour a utant des régi mes légaux de
Sécu rité sociale, car ils sont des régimes professionnels de Sécu rité
sociale. En effet « il ne s'agit pas de régimes destinés à l'ensemble
de la population, ni même à l'ensemble des actifs » . L'a rrêt de la
.

Cour valide entièrement l 'arg u mentation de l 'avocat généra l :


«Ensuite, il ressort du dossier au principal que, en l'espèce, il ne
s'agit pas de régimes de Sécurité sociale destinés à l'ensemble de
la population ou des travailleurs. En effet, dans le cas de l'AGIRC,
ne sont visés que les cadres des entreprises affiliées à un régime
lui-même inclus dans cette fédération, tandis que l'ARRCO regroupe
des régimes auxquels sont uniquement affiliés des salariés. »

O Les a rrêts Poucet et Pistre, et l'a rrêt Ga rcia


Les organismes de Sécurité sociale agitent systématiquement deux épouvantails
que sont les arrêts de la CJCE Poucet et Pistre (CJCE / C-1 59191 et C- 1 60/91 )
et Garcia (CJCE / arrêt Garcia C-238/94), du nom de citoyens français ayant voulu
faire valoir leur droit à la libre assurance maladie ou retraite.
Evacuons l'arrêt Poucet et Piste qui est antérieur aux directives de 1 992.
Reste l'arrêt Garcia, négatifpour la libre assurance maladie, mais quine résulte que
d'une mauvaise information de la CJCE sur la nature des régimes visés. En effet, la
CDCA (Confédération de défense des commerçants et artisans), qui était demandeur
de la question préjudicielle dans ces affaires, son avocat étant même absent à
l'audience, n'avait pas su exposer correctement les faits dans ses conclusions, si bien
que la CJCE a pris les régimes sociaux des professions indépendantes pour des
régimes légaux, alors qu'ils sont des régimes professionnels.
Depuis lors, la Cour de cassation se sert de ces arrêts pour rejeter toutes les
nouvelles demandes de saisie de la CJUE (ex-CJCE) au motif que la question a déjà
été posée et une réponse négative donnée dans ses arrêts, même si la CJCE a rectifié
avec le plus grand soin son erreur des arrêts Poucet et Pistre, et Garcia à l'occasion de
son arrêt Podesta (voir note plus haut).

199
D Les pressions s u r les assureurs
Bien que tous les organismes de Sécurité sociale gérant l 'assurance maladie en
France soient des sociétés de droit privés soumis au Code de la mutualité, 1 'Etat a
rassemblé un véritable cartel en dissuadant les nouveaux entrants comme les
assureurs français ou les assureurs étrangers de proposer leurs services aux Français.
Entre 1 992 et 2004 (affaire Buffalo Grill}, plusieurs assureurs européens comme
IHI, DKV, Amariz, Allianz proposaient leur services en France. Suite aux pressions,
il ne reste officiellement, en 2014, que les irréductibles anglais d' Amariz à occuper le
terrain. L'histoire aura prouvé que ces Anglais savent vraiment résister à tout.

Ces pressions s'exercent aussi sur les assureurs en complémentaire santé, ainsi que
sur les mutuelles. En effet, nombre d'entre elles possèdent dans leur contrat une
clause d'exclusion spécifique aux personnes n'étant pas affiliées à la Sécurité sociale.
On imagine pourtant mal une société privée ou une mutuelle refuser de faire du
chiffre d' affaires supplémentaire . . . Il y a d'autres raisons, si ce n'est des raisons
d'Etat.

Ces pressions s'exercent enfin sur les assureurs en prévoyance (pour rappel, les
travailleurs non-salariés ne bénéficient pas de la prévoyance comme les salariés et
doivent s'assurer eux-mêmes pour bénéficier d'indemnités journalières en cas de
maladie, de maternité, d'incapacité de travail, d'invalidité ou décès). Bien que la
prévoyance soit indépendante de l ' assurance m aladie de base, ces assureurs ont
inclus des clauses d'exclusion de leurs contrats - complètement illégales et
passibles de poursuites pour discrimination et refus de vente - si l'assuré ne
relève pas du régime obligatoire de Sécurité sociale.
En d'autres termes, le contrat de prévoyance est caduc si vous vous affiliez à une
assurance maladie privée européenne.

L'assureur ASF (Assurance sans frontières) indique par exemple clairement sur
son site internet :

« Attention, nos garanties ne se substituent en aucun cas aux assurances


obligatoires françaises et ASF ne saurait être tenue responsable des manquements
des assurés. Nous proposons des assurances santé internationales valables partout
dans le monde et non des couvertures pour des personnes voulant quitter la Sécurité
sociale française. Tous les assurés résidents sur le territoire français reconnaissent
être informés de leurs droits et obligations au regard de la Sécurité sociale française,
et notamment en ce qui concerne les cotisations obligatoires. Ils reconnaissent
également être iriformés de leur droit vis-à-vis de la couverture médicale universelle
(CMU). Ils souscrivent auprès de la société Assurances sans frontières, assureur
spécialisé en assurances santé internationale, en toute connaissance de cause et
s 'engagent à nous signaler tout changement dans leurs droits.
Concernant le caractère obligatoire de / 'adhésion au régime de Sécurité sociale,
notez que nos solutions n 'ont pas vocation à se substituer aux régimes d'assurance
maladie nationaux. Nous ne pouvons donc être force de conseil pour tout ce qui
concerne les couvertures soumises à des restrictions légales, notamment pour les

200
résidents permanents et nous recommandons à nos clients et prospects (quel que soit
leur pays de résidence) de s 'assurer que leurs couvertures d'assurances santé sont
coriformes à la législation. Nous leurs rappelons également qu 'il peut être opportun
de se renseigner auprès d'une source légale indépendante à ce sujet. Erifin, retenez
que vous ne pouvez-vous prévaloir d'être couvert par notre société pour vous
opposer aux appels de cotisations des régimes obligatoires. ASF rejette toute
responsabilité en ce sens. »

En résumé, ils acceptent les libérés de la Sécu, mais se dégagent de toutes


responsabilité. Cela a le mérite d'être clair.

Note : un exemple, parmi d'a utres, de ces pressions, cet emai l


adressé p a r u n g rand assureur fra nçai s fi n 2 0 1 3 a u webmaster du
site web des Libérés de la Sécu .
« Bonjour Monsieur,
Je reviens vers vous en ce qui concerne le lien de notre adresse
mail sur votre site internet.
C'est avec regret que je vais devoir vous demander de supprimer le
lien, ainsi que le nom [volontairement supprimé] pour la
prévoyance de vos confrères qui souhaitent sortir du régime
obligatoire et de la Sécurité sociale dans les plus brefs délais.
En effet nous subissons ces derniers jours des contrôles concernant
notre activité au sein de votre mouvement. La pression et les
répercussions devenant de plus en plus importantes, je me dois de
devoir arrêter notre collaboration. »

D Les pressions s u r les entreprises


Après avoir transformé les entreprises en percepteurs d'impôts (TVA sur la vente
aux particuliers, retenues à la source sur les salariés), l 'Etat a mis en place une
obligation de vigilance entre les entreprises et leurs sous-traitants concernant
notamment les cotisations sociales.

Le site web de ! 'URSSAF est très clair :

« Pour tout contrat d'un montant minimum de 3 000 euros (montant global de la
prestation même si celle-ci fait l 'objet de plusieurs paiements ou facturations), vous
êtes tenu de vérifier, lors de sa conclusion, puis tous les 6 mois jusqu 'à lafin de son
exécution, que votre sous-traitant s 'acquitte bien de ses obligations de déclaration et
de paiement des cotisations.
[. ]
..

201
À défaut de procéder à ces vérifications, vous serez poursuivi et condamné
solidairement à régler les cotisations de Sécurité sociale de votre sous-traitant, si
celui-ci a eu recours au travail dissimulé. »
Une double peine est même instituée :
« Si, en tant que donneur d'ordre, vous n'accomplissez pas vos obligations en
matière de vigilance et/ou de diligence, /'URSSAF annulera toutes les exonérations et
réductions de cotisations applicables à vos salariés sur toute la période où le délit de
travail dissimulé de votre sous-traitant aura été constaté. »
Par cette obligation de vigilance, les organismes publics et privés sont donc tenus
de demander à leurs sous-traitants une « attestation de vigilance » produite par
! ' URSSAF
Ainsi, les travailleurs indépendants et les artisans qui quitteraient la Sécurité
sociale, ainsi que les entreprises qui auraient des salariés ayant quitté la Sécurité
sociale, ne seraient de fait plus en mesure de fournir cette attestation de vigilance à
leurs donneurs d'ordre. Ils se verraient ainsi refuser l ' accès aux marchés publics,
ainsi que privés.

Et pourtant :
- En ayant quitté la Sécurité sociale, les indépendants qui cotisent à une
assurance maladie et/ou retraite privée satisfont bien à leur obligation
d'assurance ;
- De même, les entreprises, ayant des salariés assurés auprès d'une société
privée, satisfont bien à leur obligation de laisser leurs salariés libres de
choisir leurs assureurs maladie et/ou retraite.

Malheureusement, le temps de défendre leur bon droit, les indépendants et


entreprises concernés se verront souffler le marché public et résilier leurs contrats
privés. En ces temps de crise, qui peut se passer des marchés publics et se tacher avec
ses gros donneurs d'ordres privés ?

202
Sauvez-vous vous-même

« Soyez Je changement que vous voulez voir dans Je monde. »

Gandhi

Face à l 'état calamiteux, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, de la Sécurité
sociale, chacun mesurera aisément, au-delà des impacts macroéconomiques sur le
pays et les dettes que nous laissons à nos enfants, les conséquences
microéconomiques négatives de ce système sur son activité professionnelle et sa vie
personnelle.

Maintenant que faire ?


- Faire encore confiance à l 'Etat providence ?
- Voter pour les promesses d'un parti ?
- Attendre l'homme ou la femme providentielle ?
- Ou simplement essayez de se sauver soi-même, à son humble niveau, avec
les moyens à sa disposition ?

J'ai choisi cette dernière option et j'ai décidé concrètement de quitter la Sécurité
sociale pour souscrire à une assurance maladie privée (et à une assurance retraite
privée), dans le respect de la législation.

Pourquoi q uitter la Sécu rité sociale ?

Je vous propose de réponse à cette question par d'autres questions :


- Ne savez-vous pas mieux que l'Etat ce qui est bon pour vous ?
- Ne souhaitez-vous pas choisir librement votre assurance en fonction du
niveau de prestation que vous souhaitez et de l'argent que vous pouvez ou
voulez y consacrer ?
- N' êtes-vous pas ulcéré de payer les soins et les 40 jours d'arrêt de travail
de votre voisin qui s'est fait une entorse au ski alors que vous, vous ne
pouvez pas vous payer ce luxe ? Ou le cancer de celui qui a fumé toute sa
vie en connaissance de cause ? Ou encore les pathologies chroniques de
ceux qui jouent ouvertement avec leur santé par une mauvaise hygiène de
vie ?

203
- Croyez-vous qu'en l'état actuel des choses ce système soit encore viable ?
Est-il encore avantageux de rester dans le système sachant les nombreuses
dérives qui ont déjà, et auront encore lieu ?
- Est-ce vraiment à vos enfants et/ou ceux de vos voisins de payer les dettes
laissées par votre assurance maladie ?
- Pouvez-vous vraiment encore vivre de vos revenus professionnels avec ce
niveau de charges sociaJes ? Votre entreprise est-elle encore
économiquement viable sous le joug d'une fausse solidarité qui vous est
imposée ?
- Etc.

La li ste serait longue à établir, et si vous m'avez lu jusque-là, vous avez déjà vos
raisons de quitter la Sécurité sociale. Et si ce sont vos rai sons, elles n'ont besoin
d' être légitimes que pour vous, en vôtre âme et conscience. Pas pour les autres, et,
surtout pas pour ceux qui vous imposent leur prêt à penser et leurs bons sentiments.

A la question de pourquoi quitter la Sécurité sociale, ma réponse tient en deux


mots : « Pourquoi pas ? »

La ruptu re psychologique

« Ce n 'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une

société malade. »
Jiddu Khrisnamurti

Immatriculé à vie avec notre numéro de Sécurité sociale et doté d'w1e carte
tellement importante qu'elle est même qualifiée de « Vitale », nous souffrons
collectivement d'un biais cognitif qui rend difficilement supportable l'idée même de
quitter la Sécurité sociaJe.

Au-delà des arguments fallacieux liés à la solidarité, la justification ultime du


monopole de la Sécurité sociale serait que la santé est une chose trop importante pour
être laissée au marché libre et que seul l 'Etat est légitime à s'en occuper au nom de
l ' intérêt général.
On se souhaite d'ailleurs à chaque nouvelle année une « Bonne santé ! » ; c'est dire
que ce vœu est placé devant tous les autres dans l 'ordre de nos priorités.

Mais ne voyez-vous pas une chose plus importante que la santé ? Non ?

Vraiment pas ?

204
Si vous ne la voyez pas, c'est que cette chose, pourtant gérée par le marché libre et
des acteurs privés, fonctionne de manière suffisamment satisfaisante pour qu'elle ne
soit plus considérée une priorité.

Je vous livre la réponse : il s'agit de l 'alimentation.

En effet, sans alimentation, point de survie possible. L'alimentation est bien le


préalable à la santé.

Ce qui parait maintenant évident est très justement théorisé par la pyramide des
besoins humains de Maslow, qui place l 'alimentation en tête des besoins
physiologiques, devant les besoins de sécurité, telle que la santé, qui sont des besoins
de conservation d'un existant.
Ce secteur de l'alimentation, si important soit-il, est pourtant géré de manière libre
par des acteurs privés sur un marché concurrentiel. L'OMC (Organisation mondiale
du Commerce), l 'Europe, la France, et j 'en oublie, fixent les règles du jeu, en
particul ier sur le plan sanitaire, mais dans ce cadre, les acteurs privés fournissent des
produits et des services globalement très satisfaisants pour les consommateurs,
obligés de se sustenter, que nous sommes.

Ainsi, Je meilleur indicateur du bon fonctionnement de ce secteur étant qu'on ne


place pas intuitivement ce besoin d'alimentation devant celui de la santé.

Imaginez maintenant un monopole d'Etat sur le secteur alimentaire, une « Sécurité


alimentaire », ayant pour objet, à l ' instar de la Sécurité sociale, de fournir une
« assurance alimentaire, universelle, obligatoire et solidaire » :
- Les cotisations des uns permettant aux autres de se nourrir sans limites ;
- Une « Aide alimentaire d'Etat » (AME) donnant subsistance aux étrangers
sur notre sol ;

- Une « Couverture alimentaire universelle )) (CMU) pour les plus


démunis ;
- Les « pharmacies alimentaires ))étant les seuls établissements autorisés à
fournir la nourriture ;
- Les « professionnels de la cuisine)) étant soumis à un numerus clausus,
payés au forfait selon le plat cuisiné, et fortement incité à ne mettre au
menu que les plats génériques ;
- Les petits restaurants de province, fermés au profit des systèmes de
restauration collective ;
- Et enfin, l'obligation de souscrire une assurance alimentaire
complémentaire, car les portions servis par le systèm e général restent trop
congrues, et sauf à bénéficier de la CMU ou de 1' AME vous n'avez pas le
droit au dessert et aux meilleurs restaurants gratuits.

Vous y êtes ?

Cela parait délirant, et pourtant, nous l 'avons fait pour le secteur de la santé. . .

205
Faisons donc notre rupture psychologique :
- Nous avons confié Je secteur le plus important à notre survie,
l'alimentation, au secteur concurrentiel, avec des résultats tellement
satisfaisant que ce besoin n'arrive plus en tête de nos priorités ;
- Imaginons donc de mettre Je secteur de la santé en concurrence, dans le
cadre règlementaire européen ;
- Et commençons par rendre l 'effort intellectuel positif en parlant de « se
libérer de la Sécurité sociale », plutôt que de la quitter.

Qui peut se l i bérer de la Sécu rité sociale 7

« Les gens ne sont des héros que quand ils ne peuvent pas faire

autrement. »
Paul Claudel

Certains se libèrent de la Sécurité sociale par choix philosophique, pour vivre en


accord avec leurs principes libertariens. D'autres, par choix économique, pour
bénéficier d'un meilleur rapport qualité-prix.
Ces deux catégories sont les plus chanceuses car elles ont le choix.
En revanche, la grande majorité de ceux qui se libèrent sont les travailleurs non­
salariés qui n'ont simplement pas d'autre alternative car :
- La survie de leur activité professionnelle est en jeu en raison d'un niveau
de cotisation confiscatoire qui remet en cause la viabilité économique de
leur business ;
- Ils savent qu'ils n'auront rien à l'âge de la retraite et sont contraints
d'épargner pour eux même le plus tôt possible.

Toutes professions confondues (à l 'exception de ceux qui sont encore protégés par
des rentes de situation), ils sont donc les premiers candidats à se libérer de la Sécurité
sociale pour la maladie et/ou la retraite :
Comme ils payent eux-mêmes leurs cotisations, ils mesurent
immédiatement à chaque échéance, le montant qui leur est confisqué en
retour du faible niveau de prestations dont ils bénéficient en retour. Sans
compter la gestion calamiteuse de leur organisme de Sécu, Je RSI (Régime
sociale des indépendants), régulièrement cloué au pilori par la Cour des
comptes ;

206
- Comme ils payent eux-mêmes leurs cotisations, ils peuvent aussi arrêter de
les payer immédiatement, sans demander l'autorisation à personne, et donc
se libérer eux-mêmes.

A cette suite viennent les salariés pour qui la libération de la Sécurité Sociale est
synonyme d'un pouvoir d'achat retrouvé face à la modération salariale à laquelle ils
sont soumis depuis 20 ans, voire la seule issue possible à l 'annonce de prochaines
déflations salariales imposées au nom de la compétitivité.
Toutefois, bénéficiant d'un régime très protecteur par rapport aux non-salariés
(mutuelle payée à moitié par l 'entreprise, un seul jour de carence, quasi m aintien du
salaire en cas d'arrêt de travail, niveau de retraite, etc.), ils ne peuvent voir d'intérêt
purement qualitatif à quitter la Sécu pour avoir m ieux.
Par ailleurs, le caractère indolore du prélèvement à la source sur leurs revenus,
ajouté à la supercherie des charges dites patronales qui sont en fait des charges
déduites du salaire complet, font que les salariés ont très majoritairement la
conviction que la Sécu, c'est gratuit.
Il n'y a, par conséquent, que les salariés informés qu'ils pourraient gagner
quasiment 30% de salaire net, sans que cela coute un centime de plus à leur
entreprise, qui peuvent se poser légitimement la question du vrai rapport qualité/prix
de leur assurance maladie face à un tel montant.
Enfin, dernier frein, et non des moindres : les salariés ne peuvent se libérer eux­
mêmes comme les non-salariés. Ils doivent convaincre leur employeur de leur bon
droit afin que ce dernier accepte de leur redonner la totalité des cotisations maladie et
surtout, qu'il accepte de se battre avec ! 'URSSAF, au nom du salarié, pour non­
paiement des dites cotisations. Ce qui n'est pas évident du tout car l 'entreprise n'a
rien à y gagner (sauf à avoir un salarié très content de voir son salaire augmenter d'un
tiers) et beaucoup à perdre vis-à-vis de ! ' URSSAF, des marchés publics et de ses
donneurs d'ordres comme nous l'avons vu précédemment.

En conclusion, de toutes professions, de tous âges, de tous revenus, ces nouveaux


héros se décident en âme et conscience à se libérer de la Sécurité sociale. Ce n'est pas
un coup de tête dans un moment de ras-le-bol, mais bien une décision prise avec les
tripes, au vu du parcours qui les attends pour faire valoir leur bon droit et de
l 'inconnu qu'ils devront affronter en quittant la Sécurité sociale qui les protège
depuis leur naissance.

Combien ça coûte ?

L'assurance maladie est obligatoire en France. Si vous vous libérez de la Sécurité


sociale, vous devez vous assurer ailleurs.

207
Tout d'abord, oublions la notion d' assurance maladie de base (Je niveau Sécu) et la
notion d' assurance complémentaire ou mutuelle. En effet, l ' assurance privée fait les
deux en un.

Le montant de cette assurance maladie privée varie :

- Selon votre âge d' entrée dans cette assurance privée ;

Sachant que l 'adhérent garde sa classe d'âge au fur et à mesure que les
années passent, la cotisation n' augmentera pas ensuite selon votre âge croissant. Il est
donc très intéressant d'y entrer Je plus jeune possible.

- Selon votre état de santé à l'entrée dans cette assurance privée ;

Cet état est établi via un questionnaire de santé à la souscription qui


peut donner lieu à surprime selon certains états de santé, voire à des exclusions de
prise en charge de certaines affections de longues durées déjà déclarées. Sachant
qu'ensuite, ce prix ne variera pas si de nouvelles pathologies apparaissent, ou du
montant et du nombre de remboursements que l'assurance a fait pour vous.

- Selon le nombre de personnes à assurer ;

Contrairement à la Sécurité sociale où un seul cotisant couvre toute sa


fam ille, la prime d'assurance privée dépend du nombre d' assurés, avec souvent une
gratuité au-delà du deuxième enfant. Si votre conjoint ne peut, ou ne veut pas se
libérer de la Sécurité sociale, il ou elle pourra conserver les enfants sous sa Sécu. Vu
que mettre les enfants sous votre assurance privée ne diminuera pas le montant des
cotisations sociales que paye votre conjoint i l serait économiquement absurde de
payer deux fois cette assurance . . . à moins de vouloir le faire au titre d'une solidarité
librement choisie et parfaitement respectable.

- Selon le périmètre de couverture de risque que vous souhaitez ;

En effet, si vous allez rarement chez le médecin, il peut être


financièrement plus intéressant de payer de votre poche toutes vos consultations et de
bénéficier d'une prise en charge par l 'assurance que pour les hospitalisations et les
pathologies lourdes. Toutefois, nous sommes tellement habitués au périmètre de pri se
en charge de la Sécurité sociale, Ge dis bien périmètre et non niveau de
remboursement) que le choix se porte d'instinct sur un périmètre de couverture
identique. Ceux qui souhaitent bénéficier d'une couverture élargie de type
complémentaire santé ou mutuelle, auront la bonne surprise de constater que
certaines prestations (homéopathie, ostéopathie, . . . ) sont déjà bien prises en charge
dans Je forfait de base, mais il existe des options spécifiques notamment en dentaire
et en optique.

- Selon le niveau de remboursement que vous souhaitez ;

Vous aurez, là aussi, l 'agréable surprise de constater que l ' assurance


maladie rembourse largement plus que la seule Sécurité sociale sur les consultations
médicales, la pharmacie et les examens médicaux. Toutefois, vous pourrez choisir de

208
bénéficier d'un niveau de remboursement supérieur, là encore notamment en dentaire
et en optique, voire d'un remboursement aux frais réels.
- Selon la consommation médicale du groupe garanti par le contrat
collectif ;
La cotisation varie si la consommation globale de l'ensemble des
assurés augmente. Cela est nonnal s'agissant d'assurance où le risque est mutualisé,
ainsi que dans le cas où de nouveaux soins ou pathologies à prendre en charge
apparaissent.

La réponse à la question « combien coûte une assurance maladie privée ?»


s'obtient aisément en demandant un devis à la dite assurance privée. Faites-le, rien
que pour savoir, vous serez surpris.

Voici quelques exemples de primes d'assurance de la fonnule « Garantie Or » chez


l 'assureur anglais Amariz que je me permets de citer sachant que je n'y ai aucune
espèce d'intérêt, si ce n'est celui d'y être un client satisfait, et qui se retrouve en 201 4
l e seul assureur privé à accepter les clients français :
1 50€ mensuels pour un jeune adulte ;
- 250€ mensuels pour un trentenaire ;
- 350€ mensuels pour un quadra ;
- 750€ mensuels pour un couple cinquantenaire avec 2 enfants et plus.

Cette prime couvrant, je le rappelle, l'assurance maladie de base type Sécu et la


complémentaire santé. Ce montant est Je plus souvent déjà inférieur à la seule
assurance complémentaire de nos « chères » mutuelles. Mieux, elle prend également
en charge des indemnités journalières en cas d'hospitalisation, d'invalidité et décès.
En revanche, l 'assurance privée n'inclue pas d'indemnités journalières en cas
d'arrêt maladie ! Cela est certainement choquant pour les salariés habitués à être
indemnisés, voire même à bénéficier d'un salaire totalement maintenu selon leur
convention collective. Les travailleurs non-salariés, eux, ne seront pas surpris car leur
régime ne prévoit aucune indemnité (comme les professions libérales hors santé) ou
alors seulement au bout de 90 jours (professions libérales de santé) ou encore 7 jours
de carence pour les autres non-salariés, et elles sont de la moitié de la moyenne de
leurs revenus des 3 dernières années.
A l'instar des travailleurs non-salariés qui le font d�jà par obligation, les salariés
désirant bénéficier d'indemnités journalières en cas d'arrêt maladie devront souscrire
un contrat de prévoyance auprès d'un assureur. Certains, rares, assureurs français
continuent d'accepter les clients non affiliés à la Sécurité sociale.
Donc, au coût de l'assurance maladie privée, il convient, pour les salariés qui le
désirent, d'ajouter le coût d'une prévoyance pour les arrêts maladie dont le prix est

209
fonction du montant d'indemnité que l'on souhaite toucher, du délai de carence
acceptable et de votre risque santé (contrairement à la Sécurité sociale, les
prévoyances privées vous soumettent à un questionnaire de santé, comme pour un
prêt immobilier ou certaines mutuelles). Au vu des montants très élevés de ces
prévoyances, il peut être pertinent de se constituer soi -même une épargne de
protection pour se payer en cas d'arrêt maladie de moins de trente jours par exemple.
S'agissant enfin des indemnités journalières en cas d'hospitalisation, d'invalidité
ou de décès, l'assurance privée peut, selon la formule retenue, en assurer le paiement.
Celles-ci pourront se substituer ou s'ajouter à une assurance prévoyance classique
selon le niveau de prise en charge souhaité.

Note ; dans mon cas, j'a i choisi la form u le « Garantie Or » chez


Amariz à 3 50€: par mois, j 'a i résilié ma M utuelle et j'ai cha ngé de
prévoya nce au profit d'un assureur acceptant les l i bérés de la Sécu
(coût identique à mon a ncienne prévoyance).

Voilà pour les coûts d e l'assurance maladie privée. Passons maintenant à la


rubrique des gains.

Combien o n gagne ?

0 Suppression des cotisations malad ies et CSG/CRDS sur


les reven us du trava i l

Cette suppression de cotisation représente respectivement:


- 2 1 ,84% du salaire brut pour un salarié, soit une augmentation de 27,6% du
salaire net ;
- 14,5% des revenus pour un indépendant ou libéral, soit une augmentation
de 17°/. des revenus ;
- 1 5,2% pour un artisan ou commerçant, soit une augmentation de 1 8% des
revenus ;
- 1 8,84% pour un agriculteur, soit une augmentation de 23,2% des revenus.

Bien entendu, cette hausse de revenu se traduira directement par une hausse de
votre impôt sur le revenu. Il n'y a pas de magie . . . Mais il vous en restera toujours

210
plus qu'avant, du moins tant que votre coin fiscal (% d'impôt sur toute augmentation
de votre revenu actuel) n'est pas à 1 00%.
Précision concernant la suppression de la CSG/CRDS : ce point est confirmé
par !'URSSAF sur son site dans la rubrique « Salarié » (étonnamment, pas
d'équivalent à la rubrique « Indépendant » . . .) :

« Sont assujetties à la CSG et à la CRDS les personnes physiques domiciliées

fiscalement en France et rattachées à un régime obligatoire français d'assurance


maladie. Ces deux conditions sont cumulatives. Par conséquent, les personnes
détachées à l 'étranger, mais ayant conservé leur domicile fiscal en France, sont
assujetties tant qu 'elles sont maintenues au régimefrançais de Sécurité sociale.
En revanche, les personnes rattachées à un régime français de Sécurité sociale
n 'ont pas à acquitter la CSG et la CRDS dès lors qu 'elles ne sont pas domiciliées
fiscalement en France. De même, échappe à la CSG et à la CRDS la personne qui
n 'est pas à la charge d'un régime d'assurance maladie français. »

D Suppression de l 'éventuelle ass u ra n ce complémenta i re


ou m utuelle
Comme l'assurance privée remplace l' assurance maladie de base et l 'assurance
complémentaire, ceux (salariés ou non-salariés) qui ont souscrit une mutuelle à titre
personnelle peuvent la résilier.
Selon Je niveau de prestation de votre mutuelle, l 'économie peut varier de 200 à
400€ par mois.
Les salariés bénéficiant d'une mutuelle d'entreprise ne pourront malheureusement
pas y déroger. S'agissant d'un accord d'entreprise, voire de branche, Je salarié qui
signe un contrat de travail accepte d'être affilié d'office à la mutuelle de l 'entreprise.

De plus, à partir de janvier 20 1 6, ! 'Accord national interprofessionnel (ANI) signé


début 201 3 entre les partenaires sociaux instaure l'assurance complémentaire
obligatoire pour tous les salariés. Sous le vernis de l 'avancée sociale, on observe :
- Un surenchérissement du coût du travail pour les TPE/PME qui n'y étaient
pas soumises ;
- L'obligation d'abandonner sa mutuelle personnelle pour un salarié qui en
serait déjà doté ;
- Une hausse du revenu imposable (la part salariale de la mutuelle ayant été
intégrée comme un revenu imposable rétroactivement depuis janvier 2013)
et une baisse du salaire net (la part salariale de la mutuelle).

211
Pire, nos députés (pour acheter la paix sociale) sont allés au-delà de 1'ANI en
imposant la désignation de mutuelles de branche, c'est-à-dire que toutes les
entreprises d'une même branche seraient contraintes d'adhérer à une mutuelle unique
pour la branche, bien évidemment choisie sans appel d'offre public, voire créée de
manière ad hoc, et gérée par les partenaires sociaux. On voit déjà ce que cela donne
comme résultats dans les CPAM et autres RSI. . .

Cette loi a été retoquée par le Conseil constitutionnel, mais l'Etat n'a pas dit son
dernier mot et cherche des moyens de contournement pour imposer cette
collectivisation du seul pan d'assurance maladie privée que nous avions encore. Par
exemple en qualifiant de « non responsables »les contrats conclus hors de
l'organisme de branche, ou les contrats prenant en charge les dépassements
d'honoraires. Ces contrats étant taxés de manière spécifique pour leur caractère non
responsable.

Enfin, cette mutuelle monopolistique par branche étant basée sur un socle
minimum de prestations de niveau inférieur à celles des mutuelles d'entreprises ou
personnelles actuelles, cela ouvre grand la voie à un nouveau marché d'assurance
maladie « sur-complémentaire », que les salariés devront prendre pour retrouver un
niveau de prestation adapté à leur cas de figure pour eux et leur famille.

Bref, un système à trois étages : la Sécurité sociale de base pour les travai lleurs
non-salariés et les inactifs, l 'assurance complémentaire minimale de branche pour les
salariés, et l ' assurance sur-complémentaire pour les salariés qui en auront les moyens.

Prenez quelques instants pour repensez aux principes fondateurs de la Sécurité


sociale :« universelle, obligatoire et solidaire » . Comment peut-on encore nous
. .

faire croire que nous sommes dans un régime « légal » de sécurité sociale, et non un
régime « professionnel » ?

Note ; dans mon cas les économies sont d 'environ 1 600€ par mois
pour le RSI (assurance maladie + CSG/CRDS) et 300€ par mois
pour la mutuelle devenue i n utile.
Au total, à la Sécurité sociale, je payais 1 900€ par mois mai ntenant
je paye 350€ soit p rès de 1 9 000€ annuel d 'économie. Mieux, la
cotisation d 'assurance maladie privée éta nt forfa itai re et
indépendante des reven us, je profitera i en total ité de toute
a ugmentation future de mes revenus. Le « travaillez plus pour
gagner plus » devient une réalité : si je gagne 1 000€ de plus, ça
sera 1 000€ net de pl us, avant i mpôt.

D Ce q u i est déductible

212
Pour l' assurance maladie : les cotisations à une assurance maladie privée
remplaçant la Sécurité sociale sont déductibles du revenu imposable, au même titre
que celles faites à la Sécurité sociale. Cette déduction est totale même si elles incluent
une part assimilable à une assurance complémentaire.

Pour la prévoyance :

- Les salariés cotisant à une prévoyance privée remplaçant la Sécurité


sociale peuvent déduire leurs versements de leur revenu imposable au
même titre que celles faites à la Sécurité sociale ;

- Les non-salariés cotisant à une prévoyance de type Madelin conservent l a


déducti bilité de leurs versements.
Précisons que les attestations de déductibilité délivrées aux travail leurs non­
salariés par les organismes français d'assurance complémentaire et de prévoyance
comprennent généralement une mention du type suivant : « le bénéfice de la
déductibilité est subordonné au respect des plafonds de cotisation fixés par l 'article
154 bis du Code général des impôts ainsi qu 'à l 'obligation d'être à jour des
cotisations dues au titre des régimes obligatoires d'assurance vieillesse et maladie. »
Cela pourrait donc laisser entendre que les contrats Madelin (mutuelle, prévoyance
et retraite) ne pourraient plus être déductibles pour les libérés de la Sécu qui ne
seraient, par définition, plus à jour de leurs cotisations à la Sécurité sociale. Il n'en
n' est rien : il faut être à jour de ses cotisations à UN régime obligatoire, et non pas à
celui de la Sécurité sociale française. La production d'un certificat d'adhésion à un
organisme d'assurance vaut preuve à cet égard. Ensuite, le principe de la déductibilité
repose, d'une part sur la désignation des organismes habilités à exercer les activités
d'assurance (voir article 8 de la directive CEE 92/49), et, d'autre part sur l'article 54
de la même directive, qui pose Je principe de la substitution des contrats, ce qui
démontre que le contrat d'assurance maladie (ou retraite) privé se substitue à celui de
la Sécurité sociale, ce qui implique le même traitement fiscal.

Note ; par précaution, et même s i les cotisations versées a u titre


des régi mes obligatoi res d 'assurance maladie sont déductibles sans
plafond, i l est recommandé par le M LPS de ne pas déd u i re plus que
ce que vous a u riez déd u it en étant resté dans le système
d'assurance maladie de la Sécurité, ce q u i ne sera pas d ifficile car,
comme nous l 'avons vu, l'assura nce privée est bien moins onére use
que la Sécurité sociale.
En reva nche, les contrats de prévoyance sont déductibles s'ils se
substituent aux dispositions de prévoyance incluses dans le régime
de Sécurité sociale (il y en a a u RSI et dans les caisses de retraite).
S'ils vont au-delà, ils sont sou m is aux règles nationales de fiscalité,
donc non déductibles . Par exemple, dans mon cas, n 'ayant pas

213
1 d 'i ndemn ités journalières a u RSI, je ne peux déd u i re ma
prévoyance de mes revenus professionnels.

Les provisions oour charges : les travailleurs non- salariés doivent, par l 'obligation
de prudence comptable, de comptabiliser toute charge probable, provisionner toutes
les cotisations sociales impayées, au surplus quand elles sont réclamées par mise en
demeure et voie d'huissier. Cette provision est purement comptable et les sommes
n'ont pas à être bloquées. Toutes ces sommes viendront donc en diminution de votre
revenu, et donc de votre impôt sur le revenu, ou de la base de calcul des autres
cotisations professionnelles basées sur vos revenus. A cet effet, il faut passer dans le
régime dit de créances/dettes plutôt que celui habituel de recettes/dépenses. Vous
aurez donc pris la précaution de prévenir le Trésor public de votre option pour le
régime créances/dettes avant le 1 °' février de l'année où vous souhaitez l'appl iquer.
Cette obligation de déclaration se fait par courrier simple, ce qui explique parfois que
votre courrier se perde dans les méandres de notre chère administration. Vous en
conserver donc une copie datée par devers vous à toutes fins utiles.

Attention : inversement, Je jour où la Sécurité sociale abandonnera ces créances


envers vous, vous devrez repasser ces provisions dans votre revenu. Il n'y a pas de
magie, mais comme le dit l'adage, « ce qui est pris n 'est plus à prendre ».

D Ce que l'o n doit contin uer de payer


Les cotisations sociales et CSG/CRDS sur les revenus, autres que ceux du travail
(dividendes, revenus de placement, revenus immobilier, etc.), restent dues même si
théoriquement, s'agissant de cotisations sociales et non d'impôt, les libérés de la
Sécurité sociale ne devraient pas y être soumis. Mais cela est encore un autre combat.

La contribution à la solidarité nationale continue de s'exercer via les fameux ITAF


qui comptent quand même pour 1 2% des recettes de la Sécurité sociale.

Donc, pour ceux qui seraient inquiets de ne plus être solidaire, rassurez-vous : en
quittant la Sécurité sociale, vous resterez solidaires via la CSG/CRDS assises sur les
revenus autres que ceux du travail, ainsi que par les ITAF auxquelles vous êtes
soumis.

Par ailleurs, les cotisations relatives aux allocations familiales restent également
dues jusqu'en juillet 201 5, date d'application de la modulation des allocations en
fonction des revenus selon la loi du projet de budget de la Sécurité sociale 2015 votée
Je 1 °' décembre 20 1 4.A cette date Je régime d'allocations familiales devient donc un
régime professionnel et non plus un régime légal s'appliquant à tous de manière
identique. Enfin, les cotisations formations professionnelles restent dues ainsi que les
cotisations d'assurance vieillesse si vous n'avez pas quitté votre caisse de retraite.

214
Note ; théoriq uement, les salariés pourra ient aussi a rrêter de
payer l'assurance chômage au motif qu'i l s'agit d'un régi me
professionnel différent selon les branches, et non d'un rég i me légal .
Toutefois, l 'assurance chômage française est tellement généreuse
en montant et d u rée d'indemnisation { d'où son déficit) par rap port
à u ne assurance chômage privée, q u'il n 'y a a ucun intérêt fin ancier
à le fai re, sauf à ne pas s'assurer contre le chômage si on est dans
un secteu r en manque de main d'œuvre.

D Gains pou r l 'em ployeur de salariés libérés de la Sécu


Par effet de bord, l ' entreprise a certains avantages à employer un salarié l ibéré de
la Sécu :
- Stabilité de la paie qui n'est plus soumise à la hausse des cotisations
sociales (sauf les allocations familiales) ;
- Simplification du bulletin de paie où le nombre de lignes est divisé au
moins par deux ;
- Salariés plus responsables vis-à-vis de leurs arrêts maladie car devant
gérer eux-mêmes leur indemnités journalières via une prévoyance ;
- Salariés plus motivés car toute augmentation de salaire brut vient s'ajouter
directement sur le net payable (une hausse de 5 000€ de salaire brut annuel
se traduit par une hausse de 5000€ de salaire net si le salarié est sorti de la
Sécu pour l 'assurance maladie et de la retraite) ;

- De même, l ' impact de l'augmentation du salaire brut coté employeur est


limité aux seules allocations fami liales (5,25% du brut en 20 1 4). Par
exemple, une hausse de 5 000 € de salaire brut se traduira par une hausse
du coût complet pour l'entreprise de 5 262€ contre 7 1 00€ (42% de
charges patronales) pour un salarié affilié à la Sécu.

Note ; si un employeur q uitte la Sécu rité sociale pou r l u i-même,


cela n'a a ucune incidence sur ses salariés q u i resteront bien
entendu à la Sécu rité sociale, l 'employeur contin u a nt dans ce cas
de cotiser à !'URSSAF pour ses sa lariés.

Comment fonctionne l 'assurance maladie privée ?

D Le contrat avec l 'assure u r

215
Contrairement à la Sécurité sociale avec qui vous n'avez signé aucun contrat, et,
qui modifie unilatéralement et toujours à la baisse, les niveaux de prise en charge,
voire qui dé-rembourse complètement certains actes ou médicaments du jour au
lendemain, l'assurance maladie privée fonctionne dans le cadre d'un contrat, signé
par les deux parties, et qui ne peut être modifié sans leur accord.

Si les relations entre les hommes et les entreprises sont pacifiées, au sein d'un
marché l ibre, c'est bien grâce à ce principe d' accord contractuel, que chacun doit
respecter sous peine d'être poursuivi et de voir sa responsabilité civile,
professionnelle et financière, engagée.

Le contrat protège le fournisseur et le client. Et dans un véritable Etat de droit, le


plus petit des clients est protégé par la Justice pour faire respecter les termes du
contrat face aux plus gros des fournisseurs. D'aucun rétorquerons que je suis bien
naïf de croire cela. Bien au contraire, ne pas croire à cette égalité des forces entre
client et fournisseur est bien la preuve que nous ne sommes pas dans un véritable Etat
de droit. En France, comme ailleurs, mais peut être plus qu'ailleurs au vu du poids
des monopoles, des rentes et de l'oligarchie dans notre pays qui faussent la
concurrence et l 'établissement de vrais prix dans un marché libre.
Revenons au contrat de l 'assurance maladie privée. La question se résume à :

« avez-vous plus corifiance dans la parole des hommes de l' Etat (qu 'ils appellent
« contrat social ») ou dans un vrai contrat commercial d'une société privée ? »En
France demandez par exemple aux harkis, aux Etats-Unis, vous demanderez aux
Indiens, s'ils ont eu raison de faire confiance à leur gouvernement . . .

Pour ma part, je préfère faire confiance au contrat écrit et librement accepté. Au


moins si je ne suis pas satisfait, je peux le dénoncer et choisir un autre fournisseur. Si
je me suis trompé, je n'aurai qu'à m 'en prendre à moi-même d'avoir fait un mauvais
choix.

Cela dit, comme dans tout contrat d'assurance, des précautions s'imposent, a
fortioris'agissant d'un contrat pour sa santé. Le diable se cache dans les détails, et,
dans le cas présent, dans les petites lignes écrites en police 2 sur la tranche de la page
du document annexé aux conditions particulières du contrat. . .

Il faut donc faire l 'effort de tout lire avant de souscrire à une assurance privée. A
l' instar de votre assurance habitation, vous ne devez pas être surpris de ne pas être
couvert ou totalement remboursé selon les conditions dans lesquelles survient un
sinistre. Tout était écrit dans le contrat. Et tout ce qui n'y est pas explicitement écrit
est par nature exclu !

Concrètement, posez vos questions à l 'assureur, mettez le devant des cas de figure
concrets, que vous avez déjà vécus ou que vous estimez probables.

La liberté, ça se mérite, je n'avais pas dit que ça serait facile. Vous êtes libre de
vos choix, mais vous en êtes responsable aussi et en assumez les conséquences.
En vous imposant la Sécurité sociale, l 'Etat vous a enlevé votre liberté de choix et
surtout il vous a déresponsabilisé. En restant dans l 'univers médical, l'Etat vous a
anesthésié. Chacun pourra mesurer à l'aune de ses expériences personnelles ou celles

216
de ses proches, que l ' irresponsabilité de chaque acteur, du patient aux professionnels,
en passant par les gestionnaires, est la cause des maux de la Sécurité sociale, de son
déficit, de son inefficience et de son effondrement.

217
0 Exemple d u contrat Amariz
Amariz est une société d'assurance anglaise. Les conditions générales et
particulières de leurs contrats sont disponibles en libre téléchargement sur le site web
www.aroariz.fr.

Amariz propose 3 contrats principaux :


- L'assurance hospitalisation, qui ne couvre que les frais médicaux liés à
une hospitalisation en cas de maladie ou accident ;
- La garantie premier euro Argent, qui couvre les frais médicaux en cas
de maladie, accident ou hospitalisation à l 'exclusion des consultations et
visites chez un généraliste ou un spécialiste effectuées en dehors d'une
hospitalisation prise en charge d'une nuit minimum ;
- La garantie premier euro Or, assurant le remboursement de l 'ensemble
des frais médicaux en cas de maladie, accident ou hospitalisation.

Toutefois, sachant que la législation française oblige de souscrire à une assurance


de Sécurité sociale (article L l 1 1 -2-2 du Code de SS) et que ladite assurance dispose,
a minima, de garanties identiques à la Sécurité sociale, le seul contrat possible pour
le libéré de la Sécu reste celui du premier euro Or.
Enfin, s'ajoutent à ces deux garanties « Argent » et « Or » la possibilité de
souscrire une assurance complémentaire « Classique » ou « Luxe », augmentant le
niveau de remboursement notamment en dentaire et optique, ainsi que la prise en
charge de certains soins non-conventionnés. Sachant que les garanties « Argent »
(sauf pour les consultations médicales) et « Or » vont déjà au-delà de ce que
rembourse la Sécurité sociale et s'approchent, voire dépassent, le niveau de prise en
charge des mutuelles, ces deux options sont vraiment à considérer que si vous avez
un risque particulier à couvrir.

Les seules conditions de résiliation de la part de l'assureur sont de ne plus payer


les cotisations, ou la fraude ou omission d'informations importantes lors de votre
inscription.

Amariz ne peut résilier unilatéralement votre contrat en dehors de ces deux


conditions. Par conséquent, vous continuez d'être couvert :

- En cas d'apparition de nouvelles pathologies ;

- Même si vous sollicitez très fréquemment 1 'assurance ;


- Et quel que soit votre âge.

Concernant les affections de longue durée (ALD), qui sont souvent la cause
d'inquiétude principale quand on se libère de la Sécu, le contrat est très clair :

218
- Vous êtes couverts comme à la Sécu, à 100% de la BRSS (base de
remboursement de la Sécurité sociale) sur la liste ALD 30, la liste des 30
ALD prises en charge par la Sécurité sociale allant de 1' ALD 1 (accident
vasculaire cérébral) à I' ALD 30 (tumeur maligne) ;
- Mais, faute d'exclusion explicite au contrat, vous êtes également couvert à
1 00% sur les ALD suivantes contrairement à la Sécurité sociale qui ne
prend en charge qu'à 65% de la BRSS les ALD 3 1 (arthrite juvénile
idiopathique, syndrome de Cushing, syndromes de Marfan et apparentés,
syndrome de Turner, maladies bulleuses auto-immunes, . . . ) et les poly­
pathologies ALD 32. (atteinte de plusieurs affections caractérisées,
entraînant un état pathologique invalidant et nécessitant des soins continus
d'une durée prévisible supérieure à six mois).

Concernant les délais d'attente, il est important de noter qu'Amariz applique


certains délais, dits « defranchise », entre la date de souscription et la prise d'effet de
l'assurance :
- Aucune période d'attente pour accident ;
- 3 mois pour maladie et soins courants ;
10 mois pour maternité ;
- 9 mois pour prothèse dentaire et traitement d'orthodontie, traitement de
psychothérapie et de neurologie, prothèse et appareillage orthopédique et
auditif, cure . . .

Concernant la couverture générale, le contrat précise que « la totalité des actes


inscrits à la nomenclature des actes professionnels de la Sécurité sociale donnent
lieu à un remboursement, sauf les exclusions indiquées aux conditions
générales » (voir ci-dessous). Autrement dit, sauf ces exclusions, tout ce que
rembourse la Sécurité sociale sera remboursé également par Amariz, toutefois pas au
même tarif car cette assurance privée rembourse bien mieux que la Sécurité sociale,
et au surplus, prend en charge des soins non-remboursés par la Sécurité sociale
comme nous le verrons dans le chapitre suivant.

Concernant les exclusions, Amariz affirme que seules les exclusions mentionnées
dans les conditions générales du contrat définissent ce qui n'est pas pris en charge.
Inversement, tout ce qui n'est pas explicitement exclu est donc bien pris en charge.

Sur ce sujet des exclusions, les clauses contractuelles sont relativement restrictives
et s'apparentent à celles d'un contrat de prévoyance. Le Français habitué à l'open-bar
de la Sécurité sociale, sera surpris de noter qu'il ne sera pas pris en charge par
exemple pour :

219
- Tous les frais engagés avant la date d'entrée en vigueur des garanties ou
résultant de maladie, d'accident ou d'infirmité antérieure à cette date sauf
accord de l ' assureur ;
- Tout sinistre provoqué ou causé intentionnellement par l' adhérent ;
- Les frais et dépenses :

o Consécutifs à la participation aux activités suivantes service


militaire, guerre étrangère ou civile, violentes bagarres, grèves, lock­
outs, émeutes, révoltes, révolutions, insurrection, rixe (sauf cas de
légitime défense), terrorisme, pouvoir militaire ou usurpé ou acte
illégal, y compris l 'emprisonnement en résultant ;

o Consécutifs aux maladies et/ou accidents provenant de courses,


matchs, ou paris, de tentatives de records (sauf compétition sportive
normale), d'exhibition, d'acrobaties, d'aviation (sauf s'il s'agit de
l'utilisation comme passager de lignes commerciales régul ières) ;

o Consécutifs au déclenchement d'armes de destruction massive


(nucléaire, chimique ou biologique), d'ordre explosif ou non­
explosif ;

o Consécutifs aux maladies et/ou accidents causés par l ' ivresse,


l'alcoolisme ou l 'usage de stupéfiants, non causés directement par une
maladie ou un accident, par exemple cures de rajeunissement,
d'amaigrissement ou d'engraissement, cures de sommeil, de
désintoxication, traitements esthétiques (sauf s'ils sont consécutifs à
un accident dont la garantie est acquise),etc. ;

o D'interruption volontaire de grossesse non nécessitée par un état de


santé ;
o De neuropsychiatrie caractérisée, à l'exception des maladies
psychiatriques normalement prises en charge par la Sécurité sociale
française dans le cadre des ALD ;
o Générés suite à la pratique des sports suivants : parachutisme, rallyes
et compétitions avec usage de véhicules terrestres à moteurs, ULM et
delta plane.

Ce principe d'exclure les sinistres dont l'origine se trouve dans une pratique à
risque (sports dangereux, alcoolémie) ou qui ne seraient pas causés par une maladie
ou un accident (cure de rajeunissement, traitement esthétique) est sain car il
responsabilise l'assuré en lui faisant prendre en charge directement les conséquences
de ses actes plutôt que de faire payer les autres au nom de la solidarité.
Personnellement, je ne suis pas solidaire de l 'alcoolique ou du casse-cou qui saute en
parachute. A eux de se trouver une assurance spécifique pour assumer les risques
qu'ils choisissent de prendre. Pour l ' alcoolémie et les comportements à risques, je

220
n'en connais qu'une qui vous remboursera rubis sur l 'ongle, et même en cas de
récidive : c'est la Sécu !

De même, pour les situations de rixe ou de terrorisme qui sont exclues pour ceux
qui ont choisi d'y participer (bien entendu n'est pas exclu le fait d'en être victime
quand on n'a pas choisi d'y participer). Celui qui participe volontairement à la mise
en danger de son intégrité physique doit en prendre la responsabilité et ne pas en faire
subir les conséquences à autrui.

Le cas de l 'IVG non pris en charge est plus polémique, surtout à l'heure ou la
Sécurité sociale vient d'étendre sa prise en charge à 1 00% au lieu de 80% et la
conditionne à la seule déclaration de détresse, non contestable, de la personne
concernée. Sachant, selon l'INED, que le ratio d'IVG pour 1 00 naissances vivantes
est de 26, hors moyen de contraception d'urgence (type pilule du lendemain), on
pourra toutefois s'interroger sur le fait qu'un quart des grossesses puissent être
réellement des états de détresse. Mais cela est un autre débat. Pour l 'assureur
maladie, il faut mettre la barre à un certain niveau. Chez Amariz, il n'y a pas
d'ambiguïté.

D Exemple d u contrat Globality Health


Globality Health est une assurance maladie privée existant depuis 80 an s et qui est
filiale de Munich Ré, leader allemand de la réassurance avec 45 000 employés à
travers le monde. Voir sur htto://www.globality-health.com/fr .

Cet assureur allemand propose 4 formules et rembourse aux frais réels, en incluant
les dépassements d'honoraires. En clair, selon la formule, soit ils ne prennent rien en
charge, soit ils prennent la totalité des frais :

- La formule « Essential » inclut les soins hospitaliers et ambulatoires et une


liste de maladies graves ; à votre charge de payer tout ce qui est hors
hospitalisation pour maladie et accident (soins de routine, consultations
médicales, pharmacie, accouchement, dentaire et optique). A noter que le
centre de soins palliatifs est exclu de cette formule pour le moins très
minimale. Le plafond annuel de soins est de 2 millions d'€ ;

- La formule « Classic » étend la prise en charge à la dialyse, aux soins


infirmiers à domicile, aux consultations médicales et soins ambulatoires, et à
la pharmacie. La grossesse étant toujours exclue, ainsi que le dentaire (sauf
soins causant la douleur ou suite à un accident) et l 'optique. Le plafond
annuel de soin est de 3 millions d'€ ;

- La formule « Plus » est celle qui s'apparente le plus à une prise en charge de
type Sécu plus mutuelle, avec des plafonds de prises en charge par type de
soin (exemple 5 000€ pour une grossesse) ou des plafonds par vie (exemple

221
1 50 000€ de dialyse sur une vie entière). Le plafond annuel de soin est de 5
millions d'€ ;

- La formule « Top » est identique à la formule « Plus », avec des montants


plafonds de prises en charge plus élevés (exemple 20 000€ pour une
grossesse). Le plafond annuel de soin est de 7.5 millions d'€.

Toutes les formules couvrent Je traitement hospitalier et ambulatoire du cancer


sans plafond et comprennent des indemnités journalières en cas d'hospitalisation
(comme une prévoyance) allant de 50€ à 200€ par jour selon la formule.

Aucune des formules ne comporte des restrictions en termes d'âge (minimum ou


maximum) ; toutefois le montant de la cotisation progresse en fonction de l ' âge de
l ' assuré. Il n'existe pas de cotisation ou réduction famil iale. Chaque membre de la
famille doit cotiser selon son âge, avec la formule choisie pour chacun (le mix de
formule étant possible entre les membres de la famille).

La cotisation est également fonction du montant de la franchise annuelle que l'on


accepte (c'est-à-dire du montant de dépense de santé qui restera à votre charge avant
que l'assurance ne prenne le relais). Ce montant de franchise ne s'applique qu'aux
soins ambulatoires et dentaires, et est défini en global sur l 'année et non pour chaque
acte.
Ces franchises, selon les formules, sont définis par des paliers allant de 0 (zéro
franchise), 250€, 500€, 1 000 € jusqu'à 2 500€.
Concrètement, un assuré entre 30 et 34 ans pour la formule « Plus », qui accepte de
prendre à sa charge 2 500€ de frais de santé sur l'année, verra sa cotisation annuelle
passer de 3 000 € à 1 380 €. En d'autres termes avec la franchise, il va débourser a
minima 1 380€ et au maximum 3 880€, alors qu'avec zéro franchise il débourse dans
tous les cas 3 000€ quoi qu'il arrive. La bascule se faisant à partir de l 620€ de
dépenses de santé, i l aura intérêt, s'il estime être au-delà de ce montant, à prendre
zéro franchise.

Cela peut sembler complexe mais c'est aussi cela la liberté de choix. Il faut
s'informer, comparer, et choisir en toute connaissance de causes. Il est tellement plus
confortable de se voir imposer son assurance maladie et sa mutuelle professionnelle
en France n'est-ce pas ?

Concernant le montant des cotisations, par exemple, en formule « Plus »Sans


franchise, Je tarif augmente par tranches d'âge de 1 77€ par mois pour les moins de 20
ans, 250€ à 30 ans, 288€ à 40 ans, 350 € à 50 ans, 622€ à 60 ans, 993 € à 70 ans, 1
240€ au-delà de 85 ans . . . Rappelons que ces montants de cotisations correspondent à
un remboursement des frais réels, incluant les dépassements d'honoraires et sans
aucun reste à charge pour l 'assuré.

Enfin, cet assureur ne prend pas en charge les maladies préexistantes, sauf
surprime avec accord de l 'assureur, et pour les moins de 5 5 ans ayant soufferts d'une
maladie au cours des 5 dernières années, sous réserve d'un moratoire de 2 ans, c'est­
à-dire sans symptômes, consultation ou traitement durant 2 ans après souscription de
1 'assurance.

222
Pour les autres cas, les délais d'attente de 1 0 à 12 mois ne s'appliquent que dans le
cas d'une grossesse, d'un traitement psychiatrique, d'une psychothérapie, d'un
traitement contre l ' infertilité et des soins dentaires majeurs. Le délai est de 24 mois
pour les traitements contre l ' infertilité.

L'IVG n' est pas pris en charge sauf si la vie de la femme enceinte est en danger.

D Exemples de rembou rsements


Global ity Health rembourse aux frais réels, donc pour 1€ dépensé en soins ou
pharmacie (sur ordonnance ou pour des médicaments en vente libre), c'est 1€
remboursé. Ce remboursement est toutefois soumis à des plafonds par type de soins
ou nombre de soins.

Amariz, à l ' instar des assurances complémentaires françaises, calcule ses


remboursements sur la BRSS, la base de remboursement de la Sécurité sociale. On
retrouve là un système identique à celle de nos « chères » mutuelles.

La BRSS, comme son nom ne l ' indique pas, n'est pas la somme que vous
rembourse la Sécu, mais uniquement le montant auquel la Sécu « évalue » l ' acte
médical. La Sécu, comme les assurances complémentaires ou privées, calculent leur
remboursement sur un pourcentage de la BRSS.

Par exemple, la BRSS d'une consultation chez un généraliste est de 23€. C'est ce
que touche le médecin si vous le payez directement, ou, ce que la Sécu lui verse si
vous êtes à la CMU ou 1' AME. En revanche, hors mutuelle, la Sécu ne vous
rembourse que 70% de la BRSS, soit 1 6, 1 0€ duquel s ' enlève de plus la participation
forfaitaire de 1€, soit au final 1 5 , 1 0€ remboursé pour un acte à 23€ (soit en net final
65% de la BRSS et non 70%... ).
Hors PSC (parcours de soin coordonné), c'est-à-dire si vous consultez un autre
médecin que votre médecin traitant, la Sécu ne vous rembourse plus que 300/o de la
BRSS, toujours minoré de 1 € forfaitaire, soit une prise en charge de 5 ,90€ pour un
acte à 23€ (soit un net final de 25% de la BRSS . . . ) .

Le comparatif entre le niveau de remboursement (Amariz garantie premier euro


Or) et la Sécurité sociale seule (sans assurance complémentaire ou mutuelle) est
édifiant et ne nécessite aucun commentaire. Les chiffres parlent d'eux même. Mieux,
chaque année, les assurés ont la bonne surprise de se voir octroyer des garanties
supplémentaires, sans hausse de cotisations, contrairement à la Sécu qui augmente
sans cesse pour des prestations toujours moindres, laissant aux assurances
complémentaires et mutuelles le soin de rembourser ses restes à charge croissant en
augmentant vos cotisations.

Par exemple, fin 20 1 3 le plafond d'assurance a été augmenté de 450 000 à 700
000€, ainsi que le % de prise en charge des soins dentaires ou optiques et le
rembour�ement de praticiens non conventionnés. Fin 20 1 4 le plafond de
remboursement annuel a encore augmenté à 1 000 000€, les consultations des

223
psychologues et psychothérapeutes sont remboursés à 23€, les remboursements de
verres optiques montent de 450% à 750% de la BRSS et le forfait monture double
pour atteindre 200€.

Le comparatif avec Globality Health est plus délicat s'agissant d 'une assurance
couvrant les frais réels, qui possède des plafonds par type de soins et un plafond
annuel de 5 millions d'€ dans la formule « Plus » et qui comprend des prestations
d'assistance à l ' étranger et de rapatriement.

Sécurité sociale / Amariz Globality Health


Prise en charge RSl / MSA
en o/o de la BRSS Sans mutuelle Formule Formule « Plus
complémentaire « t •r euro OR » Zéro franchise »
SOINS COURANTS
C ?n�ult�tion 70% 1 00% Frais réel

Co�su :�
g�!!e_r'!-!!���---------------
tion
_ __ - · - · · · · · - · · · ·

70%
_ - - · · · · - - - - _ - · - ·- · · - · ·

1 00%
_ _ _ _ _ . . . . _ _ _ .

Frais réel
�E�C:!�-}��---------··------- ----···---------·-·--···-·-·· · · - ·-·-··-···-----···-- · - · - · --·-·-·-···-·-·-·--·-··--·-·

Participation
1 € par consultation Aucun reste à
forfaitaire à chaque Aucun reste à charge
non remboursé charge
consultation
- - - - -- -· - - - - - - - -- - - - --- - - - - - - - - - - - · · · · · · · · · - - - - - - - - - - -- · · - - - - - - - · - · · · · · · - - - - - - --- - - · · · · · · · - · - - - - - ·· · · · · · · - -

Honoraires médecins
Non pris en charge 1 00% Frais réel
!!9_� çgny�n�g!!���
_ _ - ------- --·-·-·--- _____ ···-·-··--·· _ _ _ _ _ - · · · · - - - - - - - _ - · . . . . . . . ___ _ - · · · - - · - · ·

Visite à domicile 70% 1 00% Frais réel


1 5 % vignette orange
Frais réel sur
3 0% vignette bleue 75€
Pharmacie 1 00% ordonnance et max
65 % vignette
/an pour vente libre
- - - - - - · · - - - - - - - -- - - - - · · - - - - - - - - -
blanche
- -- ---·--------------···----- -----·-···------------· ··--- --------········ - - - ·-------·

0,5€ par boite,


Franchise médicale Aucun reste à
plafonné à 5 0 € par Frais réel
non remboursée charge
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - · -- - - - - - - - - -
an non remboursé
----···· ·····-----------·---- - - - - - - - · · · ·-·-·-·-·-·-· · - · - - · - · · - - · - · - · · ·-·-·----·-·····

Transport non lié à une · J


65 % l S O%
�a1� ���
F ·

h9s_pi�E��t_iq!!
_ _ _ _ _ _ _ _ _ ____ _ _ _ --·····-----------······-·--- - - - - · - · · · · · · · · ---·-·-· · · · - - - - ·---- __ - ------···-·

�����l<_J��� _ - - - - · -- - - - - - · - - - _ _________ .?. �� ----·-·-···· · · · · · - -- �� 0� - - - - · · - - - ···- · · · · · - �rai� �é��


__ _ - - - · - · · - · ·

���!�l<_J��� .?.��Ai -���'*'- . . ��a.i� ��


Auxiliaires médica�x e t
- _ ----·-·-- ·------· - --·-·-·_ __ ___- · · .- - -- - - ··- ·- . . . . . ·-· · - - · - .- _ _ ---·- · - · - ·

60% lOO% Frais réel


�!!<l!Y.���!)�I:>qf'!�!l_l�t!-5.
Chir� rgi e sans
- _ _ _ _- - -· - . - .- . - · - . . . - .- . .- . . . . -- - - - . . . . .- .- -.-...-. -.-. - . . . .-- . - . - . . . - . . . -.- . - . --· . . - - - . -.

7 0% 1 00% Frais réel


_
h9�P}�!!�i.I�<?!!
_ _ - _ ________ _ _ _ _ ·-·-···-·- -·-·-·-·-····----- -·-···-··-·-·---·····-· ·-·-- - · - · · · -·-·-·-·-·- · · · · · · - - · ·

�-?!��-���!:����-����----- .?.��� ���� ��ai� ����


The �malisme (actes
__________ ----·--·--·- -·--·--- ---·-·-· ·-·--·---- __ - ---·-·-···

70% 1 00% Frais réel


_
!TI (!�!�U�)
_ - _ _ _ - - - - -· - · - · · - · - - · - -·- · · · - · - - - - - ·- ·· · · · - - -· . . . .... . - - - -· . . . ... - - - - · · . - - - - - · - - - .

Médecin psychiatre et
70% 7 0% Frais réel
!!t!.'-!!"_clP.�Y.�hl'!-�!""
Soins inf�rmier e t
_ . - · - - - - - -· - - ---.....· - ------ - . -. . .· --- - - - · - . - - . ·-···- - . - . - - . - - · - - - · - - . - .. - · - . - - · - . ---·

_ 60% lOO% Frais réel


�!���!!ht!!..'!-P.!t! _ . . . .. . _ _ _ _ _ _ --··.. ···-·-·-------··.------ . - ........· - ·-------··· . . .-. .- - - · - - -......------ . . . . ....

Orthophoniste et
60% 1 00% Frais réel
orthootiste

224
Psychologue et
psychothérapeutes
1 Non remboursé 1 23€
1 Frais réel

HOSPITALISATION
Honoraires médicaux
et chirurgicaux, et frais 80% 100% Frais réel
��-��ig}!f _ _ _ _ _ _ _ _ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ----------------------------- ---- - - ---- - --- - - - - - -----------
- - - - ------- --- --- - -
-- - ----

. . . 1 8€ non remboursés
Forfait hospitalier . Aucun Aucun
-------------------------------- J�<:1!.J�1:1-� - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
________ - - - - ---- - --- - - - -- - - -
- - -- --- --- ---

��-��-�!�J'-��-C:':1)!�:�---- - -�?-���:��- �-1:1- ���:��-- - - - - -��-�!�.:�-�!�- - - - - _ _ _ _ _ _ _ _ _ !.:.���-:�-�!�- - - - - - - - - -


Sans activité :
Aucune indemnité
Salarié : 50% du
salaire de base
plafonné à 42€
Artisan/Commerçant
: 50% du revenu
moyen des 3
dernières années
plafonné à 50€ et sur
Indemnités 40€ de la 4ème
un maximum de 360
journalières (en cas à 5 0ème nuit,
jours appréciée sur
d'hospitalisations de 4 80€de la 5 1ème 1 5 0€ par jour
une durée
nuits consécutives ou à la 3 65ème
quelconque de 3
plus) nuit
années au titre d'une
ou de plusieurs
maladies. Pour les
affections de longue
durée, l'indemnité
est de 3 ans
maximum.
Autre professionnel
non salarié : Aucune
indemnité
DENTAIRE
2 visites préventives
Soins dentaires 70% 100%
- - - ----------------------------- ----------------------------- ----------------------- __'!!1_1]_1:1�1_1.E:�-�Vr.'!!�X�-�!�.-
Orthodontie et 2 5 0% plafonné . reels plafonnes à
, ,
Frais
pro th'e �e d entaires · 70%o a, 1 524€ p ar
2 OOO€
�S�.E:P_����----------- - - - - - - - - ------ -------------- --·----
- - - - - - - - - ����f_t: ___ _ _ _
_ -----------------------------· ·- -

400 €/an et par .


Implantoloaie
o· 70DL
7o
l 8 imp 1 ants max
assuré
-- - ---
--- ----- - ---- - --- -- - -- --- - ------ -- ---- - - - - - - - - ��:i;�9� - - - -- --------------- -------------------- - - - - - · - · · · - · ·

60% de 2,84€ soit Forfait 2 00€ par


Monture
1,70€ · monture
--------- ----------------------- ·---6ë»%·ct�-i.29€_ à _ _
_ _ - -

· 75-ô0/o·ë��it·-·-
verres 24,54€ par verre, 184,24€ max
Plafond de 1 5 0€ / an
- - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -��i-� -��_,_?�� -��- - - -
_ _ _ _ _P_'!f_y_
1 50%
i: f!.�)_ _
_ _ _

60% de 39€
Lentilles (soit 58€ max
.t 2 3€
- -- - - - - - - - - - - - - - - --- - - - - - - -- - - - - ---- ���
- -------- ��� �� - ----- _ _ _ _ _ _ j)_'!'..?.�)_ - -
_ - - -

225
Chirurgie de la myopie,
presbytie, Forfait de 220€
Non-pris en charge
hypermétropie par œil
astigmatisme
MEDECINE DOUCE
Non-pris en charge sauf
Cures thermales
65% 100% 10 séances
(forfait thermal)
. _ . . . . .b<i.lfi�otJié.rapie_ . . . . . .
Cons ltations
� ?O% 100%
h9.'!!�.<?P.<l.�!!!. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Phar 1acie
'.1 . 30% 100%
h9.'!!!!.<?P.<l.�!!!...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Forfait de 30€
par
Ostéopathie, consultation. Plafond de 2 500€ / an
acupuncture, Maximum de 7
chiropractie, Non-pris en charge consultations
sophrologie, par an, plafonné
étiopathie ... à 400€ par
spécialité par an
et car assuré
DECES - INVALIDITE
Sans activité :
Aucune indemnité
Salarié : 3 mois de 30 000€
Capital décès de salaire plafonné à 9 uniquement si
Non-pris e n charge
l'assuré 258€ décès par
Fonctionnaire : 1 an accident
de salaire brut
RSI : 7406€
�'obsèques
------------- - - - - · · - - - - -- - - - - - - - - - - - - - - - - - · · · · · - - - - - -- - - - - - - - - · · · · · · · · ·

Frais Uniquement
. . 0€ 1 524 €
<l.��!-! r!!_/!!_�_('!!1.VC:9.1!J�1_1!t_ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . rapatriement de
!
Fra s d'obsèques suite
0€ 5 000 €
dépouille de l'étranger
,
�- �!!_c;e_� .Jl<l:�-�C:C:!�-�!1.t . . . . . . _ . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . _ . . . . . . . . . . . . . . . _ . _ _ . _ ?.v�ç p_l_afo_n�_d_e _7_5� 0.€..
Sans activité :
Aucune indemnité
Salarié : Pension de
50% de la moyenne
des 10 meilleures
années plafonnée à
Capital de 30
18 768€.
000€
Invalidité totale Fonctionnaire :
uniquement Non-pris en charge
permanente pension à partir de
suite à accident
60% du taux
Pas de pension
d'invalidité, de 50%
du dernier salaire
mensuel non
plafonné et
réversible au
........················· .. - -- -- C:<?fli9.i.1!�.�!-!fY:i_�!l.1!.t, ___. - . . . . . . .. . . . . -....... -. . - - . . . . . . . . . . .- ...... · · · · · · · · · · · ·

226
Commerçant/Artisan
: après 91 jours d e
carence, pension de
50% du revenu
moyen des 1 0
dernières années
plafonné à 18 5 1 6€.
Autre professionnel
non salarié : Aucune
----------- --------- ------ ------ !��-� �_J].j�� - - - - - - - - - - - - - - - ------·--- ------------- - - - - - - ---------------- - - --- ------
Sans activité :
Aucune indemnité ;
.s.aJ.arié_ : Pension de
30% de la moyenne
des 10 meilleures
années plafonnés à
1 1 2 5 6€ ;
Fonctionnajre :
pension forfaitaire
de 13 613€ multiplié
par le taux
d'invalidité (si > Idem multiplié
Invalidité permanente 60% passage en par le
Non-pris en charge
partielle invalidité totale). pourcentage
Commercant : d 'incapacité
pension de 50% du
revenu moyen des
1 0 dernières années
plafonné à 1 8 1 86€
les 3 premières
années et 10 911€
ensuite ;
Artisan et autre
professionnel non
.s.alar.œ_ : Aucune
!��-��-�-i��·---- ----------- - - - - - -----
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -· - - - - -- - - - - -- - - - -
-- - -- - ····-----------------------------

i:>i�r��,f<l�------------ ------ ------------------- ---------- · · - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ----------- --------------- - - - - - - -


, 1
remboursement Aucun 1 000 000 € 5 000 000 €
�-I]..r!�i:LP_��-�-����L. _ ____ -------------- --------------- - --- - --- - - -- - - -
-- -- -- -- - - - -- - - ------------------------
- -

O n notera les énormes différences de traitement entre salariés d u privé,


fonctionnaires, arti sans/commerçants et les autres catégories de travai l leurs non­
salariés, en ce qui concerne les indemnités journalières et surtout les pensions
d'invalidité. Tant sur les modes de calcul ( 1 0 meilleures années pour l es salariés
contre dernier moi s pour les fonctionnaires) que sur les montants, ou encore l es
possibilités de réversion.

Là encore, nous pouvons constater que la Sécurité sociale universel l e et sol i daire
est un mythe. Ceux qui sont le plus sol idaires avec les autres par le montant de leurs

227
cotisations bénéficient moins que les autres de la solidarité, voire d'aucune solidarité
à l ' exemple des travailleurs indépendants et libéraux qui n'ont strictement aucune
couverture en prévoyance (indemnités journalières, invalidité partielle ou totale).

D Le q u otidien de l 'assuré hors Sécu


Concrètement, l e libéré de la Sécu commencera par abandonner sa carte vitale : à
tous les praticiens, pharmaciens, laboratoires, radiologistes, hôpitaux, etc. dont le
préalable à toute discussion est de vous demander votre carte vitale, vous devrez
répondre que vous ne relevez pas de la Sécurité sociale, mais d'une assurance privée.
Personnellement, si mon interlocuteur ne comprend pas, je prends l'exemple du
touriste en voyage qui doit se faire soigner et qui est couvert par l'assurance de son
pays d'origine. Là, ils retrouvent un processus, rare mais défini, pour gérer la
facturation de l eur service.
Chez les professionnels pratiquant le tiers payant, n'hésitez pas à sortir votre
nouvelle carte d'assurance privée. Le premier réflexe de votre interlocuteur sera de la
prendre pour une carte de mutuelle. Il faudra faire preuve de pédagogie pour
expliquer qu'il s'agit de votre carte d'assuré. Ceux qui, à l'exemple de mon
pharmacien, accepteront de faxer votre ordonnance et la facture associée à votre
assureur européen seront agréablement surpris d'être rapidement remboursé, plus vite
qu'avec la Sécurité sociale qui les oblige à faire des télétransmissions groupées et qui
bloque tout le remboursement si une seule des ordonnances pose problème.
En revanche, certains n'accepteront pas, comme mon laboratoire d'analyses, et il
vous faudra faire l'avance complète.
Bref, que vous ayez réglé tout ou partie de votre acte médical ou de vos
médicaments, il suffira, comme au bon vieux temps, d'envoyer votre ordonnance et la
facture à votre assureur qui fera le remboursement de la totalité ou de la différence
selon le cas de figure. Vous pouvez faire vos envois au fil de l'eau, ou attendre d'en
avoir plusieurs pour grouper l'envoi. C'est vous qui décidez. Dans mon cas, malgré le
délai postal avec l 'Angleterre, Amariz me rembourse systématiquement sous 7 jours
sans poser de questions.

Enfin, outre une meilleure prise en charge que celle de la seule Sécu comme nous
l ' avons vu j uste précédemment, citons encore les avantages pratiques suivants :
- La fin des parties de ping-pong entre votre Sécu et de votre mutuelle en cas
de problème de prise en charge. L'assurance privée fait les deux. Vous
pouvez contrôler très facilement vos relevés en comparant ce que vous avez
déboursé et ce que vous verse l'assurance ;
- Le remboursement identique des médicaments originaux et générique. Vous
retrouvez le choix de prendre Je produit original si vous le souhaitez ;

228
- La possibilité de prendre la totalité des médicaments nécessaires à un
traitement de longue durée plutôt que de devoir retourner à la pharmacie
tous les mois pour le renouvellement d'ordonnance ;
- La fin de l ' obligation d'avoir un médecin référent et de suivre le parcours de
soin généraliste, puis spécial iste. Vous retrouvez la possibilité de consulter
directement un spécialiste, et surtout d'aller chez le médecin de votre choix.

Pour votre professionnel de santé, les avantages d'avoir un patient hors Sécurité
sociale sont :
- L 'assurance d'être payé rapidement, sans les turpitudes auxquelles les
soumet les caisses de Sécu ;
- L'avantage d'être payé pour la totalité des actes effectués (pour rappel, la
Sécu paye à moitié prix le deuxième acte identique pratiqué le même jour) ;

- De ne pas être pénalisé pour des histoires de dépassements d'honoraires et


de quota

Comment j'ai qu itté la Sécu 7

« A l'instant où l'esclave décide qu'il ne sera plus esclave, ses chaînes


tombent. »
Gandhi

Comme pour toute assurance, dès qu'on ne paye plus, on n'est plus assuré. Vous
êtes par conséquent libéré de la Sécu le jour où vous décidez d'arrêter de la payer :
- Si vous êtes non-salarié, pour vous libérer, c'est simple : vous souscrivez
une assurance maladie privée et vous arrêtez de payer vos cotisations
maladie au RSI ou MSA. Vous arrêtez également de payer la CSG/CRDS à
votre organisme collecteur (RSI, MSA ou URSSAF) ;
- Si vous êtes salarié, ce n'est malheureusement pas immédiat car il appartient
à votre employeur de vous rendre directement le montant de ces cotisations
en net sur votre bulletin de paye. Il faut donc écrire à ] 'URSSAF pour les
informer que vous n'êtes plus affilié à la Sécurité sociale et à ce titre,
demander que votre employeur ne soit plus assujetti aux cotisations maladie
salariale et patronale afférentes. Et que votre employeur joue le jeu . . . sauf à
entrer en conflit avec lui pour le mettre devant ses obligations, mais cela est
toujours délicat.

Se libérer de la Sécurité Sociale pour s'affilier à un autre régime de Sécurité


sociale européen devrait être aussi simple que de changer d' assurance automobile ou

229
habitation. Ce n'est malheureusement pas encore le cas et, il convient de le faire
selon les règles légales qui vous permettront de défendre, par la suite, votre bon droit,
car les monopoles illégaux ne vous laisseront pas vous échapper sans réagir.

0 Respecter les règ les d u libéré de la Sécu

A l 'instar du Fight Club, les règles sont les suivantes :


- Règle numéro 1 : Ne rien faire sans soutien juridique ;
- Règle numéro 2 : Ne rien faire sans soutien juridique ;
- Règle numéro 3 : Envoyer tous les courriers reçus des différents
organismes à votre soutien juridique ;
- Règle numéro 4 : Suivre strictement les recommandations que vous
retourne votre soutien juridique.

En effet, d'une part, la moindre faille dans votre démarche de libération sera
exploitée par les organismes de Sécurité sociale pour vous faire rentrer de force dans
Je corral, et, d'autre part, la jurisprudence évolue constamment. Il convient donc de
vous faire assister par un soutien j uridique expérimenté en la matière.
J'ai donc démarré mon action par un courrier au MLPS, détaillant bien ma
situation professionnelle et dans lequel j 'ai demandé la procédure à suivre pour
quitter la caisse d'assurance maladie et/ou la caisse de retraite dont je dépends.
A cette suite, j ' ai reçu une demande de cotisation, la procédure à suivre et les
modèles de courriers à envoyer aux différents organismes.
Si cela vous rassure davantage vous pouvez aussi adhérer à une association de
soutien juridique référencée sur le site web du Mouvement des Libérés ou, avec plus
de moyen financier, prendre un avocat également dans la liste référencée sur ce
même site web. Le comparatif entre les différents modes d'assistance juridique,
avantages et coûts, est donné sur le site du Mouvement des Libérés.

D Préparer sa libération
Pour un salarié, aucune précaution particulière n'est nécessaire. En effet, c'est
votre employeur qui se verra inquiété par !'URSSAF pour non-paiement de vos
cotisations, et pas vous.
En revanche, les non-salariés se voient directement et personnellement poursuivis
par leur(s) organisme(s) collecteurs de cotisations maladie, CSG/CRDS et retraite
pour ceux qui quittent également le régime de retraite de la Sécurité sociale. Il

230
convient donc de prendre quelques précautions, notamment en termes
d'insaisissabilité.

Etape 1 : Définir qui dans votre famille quitte la Sécu


Le coût de l'assurance maladie privée étant fonction du nombre de personnes
assurées, il convient de décider si votre conjoint et/ou vos enfants quittent la Sécu. Si
votre conjoint ne peut quitter facilement la Sécu (cas d'un salarié) ou s'il ne le désire
pas pour toute raison personnelle, il peut bien entendu continuer de cotiser à la Sécu
et en bénéficier même si vous en êtes l ibéré. En revanche, si votre conjoint n'a pas
d'activités, il faudra le rattacher sur votre assurance maladie privée
Se pose ensuite la question des enfants. L'avantage de la Sécu étant que la
cotisation est totalement indépendante du nombre d'enfants contrairement à
l'assurance privée où les enfants sont payant (gratuit à partir du 3ème chez Amariz),
il peut être économiquement plus intéressant de rattacher les enfants à votre conjoint
resté à la Sécu, en particulier si ce dernier ne peut ou ne veut pas quitter la Sécu.
Cette gratuité de prise en charge des enfants à la Sécu se retrouve au final dans son
déficit, et donc dans la dette française payée par vos impôts Que vous soyez ou non­
affilié à la Sécurité sociale, vous y contribuez.

Dans mon cas, mon épouse travaille à temps partiel pour 20h et
700( par mois en tant q u 'a uxilia ire de vie scolaire pour aider des
enfants handicapés en classe. Elle dispose d'u n contrat précaire
renouvelable 6 fois 1 an (ce qui est i nterdit dans le privé ... ) et est
rému néré par !'Education nationale qui l'oblige à s'affilier à la
MGEN . Autant d i re que leur demander de pouvoir se l ibérer de la
Sécu est mission im possible. Donc, étant contraint de cotiser à l a
MGEN, il est a bsurde, surtout a u v u de ce salaire, de cotiser en
double pour rien sur une assu rance privée pou r elle et les enfants.

Etape 2 : Demander votre « kit de libération »


En fonction des personnes qui quittent la Sécu dans votre famille et de leur
situation professionnelle, votre soutien juridique vous communiquera la procédure à
suivre et les courriers types à adresser à vos organismes de Sécurité sociale.
Attention à bien suivre les étapes suivantes avant d'envoyer vos courriers de
libération. Seuls les salariés, qui, n'étant pas inquiétés à titre personnel, peuvent
directement envoyer leur demande de libération sans préparation préalable.

Etape 3 : Souscrire à votre assurance privée

231
La demande se fait par Internet. Vous recevez votre devis personnalisé et les
documents à compléter sous quelques jours. A cette suite, l'assureur vous enverra un
certificat d'adhésion prouvant votre affiliation à votre nouvelle assurance maladie,
une carte de tiers payant et quelques documents annexes comme les formulaires de
demandes de remboursement.
L'assurance la plus connue qui prend officiellement les libérés de la Sécu est
Amariz, compagnie anglaise adossée à la Lloyds, assureur existant depuis 300 ans sur
le marché.
Viennent ensuite Globality Health (filiale du réassureur allemand Munich Re),
Allianz Worldwide Care et AGI Courtage. Ces assureurs ont de meilleures
couvertures, sans plafond de remboursement, et, peuvent tout prendre en charge aux
frais réels selon l'option choisie, mais toutefois au prix d'une cotisation supérieure à
celle de l 'assureur anglais Amariz (pas de magie). A noter que suite aux pressions de
l'Etat français, ces assureurs précisent bien sur leur site web respectif que leurs
contrats ne se substituent pas aux régimes obligatoires français et refuseront même de
vous assurer si vous vous déclarez ouvertement libérés de la Sécu.

1 Dans mon cas, j 'a i souscrit à la garantie 1er euro Or chez Amariz
pou r 3 50€pa r mois.

Etape 4 : Résilier votre assurance complémentaire ou mutuelle


Si vous bénéficiez d'une assurance maladie complémentaire, cette dernière ne vous
prendra pas en charge si vous n'êtes plus à la Sécu et, de plus, elle devient inutile car
l 'assurance maladie privée fait office de Sécu + Mutuelle, comme vu précédemment.
Nul besoin d'attendre la date anniversaire et les trois mois de préavis : comme pour
toute assurance, votre contrat comporte une clause de résiliation immédiate en cas de
non-paiement des cotisations. Il suffit donc d'adresser un courrier à votre assureur lui
signifiant que vous résiliez votre adhésion et que vous arrêtez les paiements. Si vous
avez payé votre année d'avance tant pis pour vous, l 'assureur ne vous remboursera
pas la différence. Si vous êtes mensualisé, il suffira de stopper les paiements ou de
résilier l'autorisation de prélèvement si elle existe.

Dans mon cas, j 'ai conservé la m utuelle u n iquement pour mon


épouse et mes enfants pour compenser les piètres remboursements
de la MGEN. Cette mutuelle est d'a i l leurs deven ue non déductible
« Madelin » ca r mon épouse et mes enfants ne sont plus rattachés
sur mon n uméro de Sécu ... vu que je n'y suis plus affi lié.

Etape 5 (non-salariés uniquement) : Résilier vos autorisations de


prélèvements

232
Ce point est très important car les organismes de Sécurité sociale n'ont pas encore
de procédure pour traiter le cas de figure des libérés de la Sécu, et ils continueront de
vous prélever. Il convient donc, si vous avez donné des autorisations de prélèvements
à ces organismes, de les résilier auprès de votre banque.

fi2tL: il s'agit bien de résilier, et non de simplement suspend re les


autorisations de prélèvements. Les suspensions ne sont valables
qu'un an et sont payantes, alors que la résil iation définitive est
gratuite. Votre banquier rech ignera donc à résilier mais insistez, la
loi l'y oblige.

Coté RSI, URSSAF et consorts, vous devez les informer que vous mettez fin à
l'autorisation de prélèvement que vous leur avez accordé. Bien évidemment, ils
répondront que vous ne pouvez mettre fin à la mensualisation sauf à respecter un
certain préavis et une date anniversaire quelconque. Voici le courrier type à leur
produire pour calmer leurs ardeurs :

« Conformément à / 'article 2004 du Code Civil, à compter de ce jour, je vous prie

de bien vouloir mettre fin aux prélèvements sur mon compte bancaire pour le
paiement des sommes que je vous dois. A u surplus, je vous demande de me remettre
/ 'original de ma procuration par retour de courrier. »
Article 2004 du Code Civil : "Le mandant peut révoquer sa procuration quand bon
lui semble et contraindre, s'il y a lieu, le mandataire à lui remettre soit l'écrit sous
seing privé qui la contient, soit l'original de la procuration, si elle a été délivrée en
brevet, soit l'expédition, s'il en a été gardé minute. »
A cette suite, les organismes de Sécu doivent vous communiquer un nouvel
échéancier de paiement, que vous respecterez en payant par chèque pour le temps que
vous resterez encore à la Sécu, ou pour la partie de prestations que vous souhaitez
conserver chez eux (par exemple, si vous ne quittez que la partie maladie, mais pas la
retraite, vous restez redevable des cotisations retraites), ainsi que pour la partie
allocations famil iales si vous continuez de les reconnaitre en tant que collecteur pour
ces cotisations qui restent obligatoirement dues.

Note concernant les allocations familiales : ces cotisations relèvent


d'un régi me légal (el les s'appliquent à tous de .la même manière),
elles doivent donc être payées, mêmes en cas d e sorti de Sécu . Sur
les modalités de paiement, i l y a deux écoles :
1 ) Payer volontairement la pa rtie relative a ux allocations
familiales (montant visible sur l 'avis a n n uel), selon l 'échéancier
généralement tri mestriel, en joignant votre paiement d'un courrier
recommandé précisant que votre paiement correspond u n iquement
à ces al locations fami liales. Toutefois, votre collecteur ( U RSSAF ou

233
RSI) ne sau ra pas techniquement fai re cette affectation et
considèrera votre paiement com me u n paiement partiel de la
totalité de vos cotisations ;
2 ) Ne pas reconnaitre la légitimité du collecteur et demander à
la CNAF les modalités pour payer les allocations famil iales
directement. La CNAF n 'étant pas câblée pour, vous n'a u rez pas de
réponse, ou u ne réponse négative et provisionnerez dans cette
attente préca utionneusement les sommes d ues.
A partir de j u i l let 2 0 1 5 et l'application de la modulation des
allocations fam i l ia les selon les reven us, ces cotisations ne
relèveront plus d 'u n régime légal de Sécurité sociale et pourrons ne
plus être payé par ceux qui ne sont plus affilié à la Sécu rité sociale
fra nçaise.

Etape 6 (optionnelle) : Souscrire un contrat de prévoyance


Si vous souhaitez bénéficier d'une prévoyance (indemnités journalières, pension
d'invalidité partielle ou totale, capital décès), il convient de souscrire une
prévoyance.
Les travailleurs non-salariés, n'ayant déjà aucune indemnité de ce type auprès du
RSI, possèdent généralement déjà une prévoyance mais ils devront bien vérifier
qu'elle les prendra bien en charge même s'ils sont sortis de la Sécu. Ce n'était pas
mon cas et mon courtier m'a orienté sur une nouvelle prévoyance n'ayant pas de
clause d'exclusion explicite. En effet, cet assureur, ayant subi des pressions, refuse
officiellement les libérés de la Sécu qui s'adressent à lui en direct mais cela
fonctionne en passant par les courtiers indépendants. Vous trouverez des contacts en
demandant de l'aide sur les réseaux et en particulier dans le forwn QLSS (adresse
donnée en fin d'ouvrage).

Dans mon cas, j 'a i été contraint de rési lier ma prévoyance qui avait
une clause d 'exclusion de prise en charge pour les hors Sécu . J 'ai
souscrit à u n e nouvelle prévoyance compatible avec mon statut de
libéré. Comme cette assurance va a u-delà de ce que prenait en
charge le RSI concernant les i ndemnités journalières, là où le RSI
ne m 'en g a ra ntissait pas, cette prévoyance n 'est donc plus
déductible contrairement à l'ancienn e q u i permettait cette
déduction a u titre d u « Madelin ».

234
Etape 7 (non-salarié uniquement) : Protéger son patrimoine
personnel
L'insaisissabilité est un sujet récurrent de débats sur les réseaux de libérés. Même
si à ce jour, et depuis 20 ans, aucun libéré qui a bien suivi les procédures n'a été saisi
sur ses biens, il convient de se protéger préventivement. En effet, la juridiction des
TASS a ceci de particulier que leur jugement est exécutoire sous les 4 000 € (sauf si il
y une dose de CSG dedans). C'est-à-dire que si le TASS vous condamne, les
créanciers peuvent démarrer les saisies immédiatement, même si vous poursuivez en
cassation. Au-dessus de 4 000€ le jugement n'est pas exécutoire car susceptible
d'appel, puis de cassation.

Note ; selon l a Cour de Cassation d u 7/02/2008 n ° 07- 1 0-269 «


compte tenu de l'objet portant sur la CSG/CRDS, les décisions des
TASS sont susceptibles d'appel quel que soit le montant du litige ».

Ceci fait que vous devez vous protéger afin d'avoir le temps de défendre votre
bon droit auprès des instances compétentes en vous rendant insaisissable. Attention,
il ne s'agit pas d'organiser son insolvabilité, ce qui est interdit, mais uniquement de
ne pas pennettre à vos créanciers de vous saisir tant que vous n'avez pas épuisé vos
moyens de défense ou obtenu gain de cause.

Ceci dit, pour relativiser, les huissiers vont au plus simple, surtout pour des
sommes de quelques milliers ou dizaines de milliers d'euros. Ils commenceront donc
par des saisies sur vos comptes personnels, puis éventuellement sur vos véhicules
personnels.

Attention : si vous n'êtes pas marié sous le régime de la séparation de biens, votre
conjoint est solidaire de vos dettes. Les comptes et personnels au nom de votre
conjoint seront donc saisissables.
Concernant les comptes bancaires, seuls les comptes personnels sont concernés
(compte courant, livret, titres, etc.). L'assurance vie n'est pas directement saisissable
mais les sommes que vous en sortirez à tenne le seront, si vous êtes sous saisie à cette
date. Les comptes professionnels au nom d'une société ne sont pas concernés car les
cotisations sociales sont des dettes personnelles. Attention, les indépendants et
libéraux en nom propre ne distinguent pas le patrimoine professionnel et personnel.
Un compte à usage professionnel est donc en réalité bien un compte personnel, donc
saisissable.

De plus, les comptes joints, même sous le régime de la séparation, sont saisissables
pour la partie calculée correspondant à votre part de revenus dans le ménage. Il faut
donc veillez à disjoindre tous les comptes joints.

Pour se protéger, la meilleure solution est d'ouvrir un compte personnel (à usage


personnel ou professionnel) en Europe, chez nos amis belges ou luxembourgeois par
exemple. Là encore, les groupes d'échanges vous donneront tous les tuyaux. Ces

235
comptes bancaires européens seront beaucoup plus difficiles à saisir, les « vrais »
banquiers n'ayant pas le petit doigt sur la couture du pantalon comme nos asservis
français. Ils seront également ravis de prendre en charge vos autres comptes épargne.

Note ; ces comptes étrangers ne gèrent pas les chèques français. I l


peut être opportu n de conserver u n compte personnel français a u x
fin s d'émettre o u d'encaisser d e s chèq u es à son n o m personnel .
Cela est possible même avec u n compte sous saisie, à la condition
que le solde du compte ne dépasse pas le solde banca i re
insa isissable q u i est de 499 , 3 1€ en 20 14. Négociez donc
préventivement une a utorisation de découvert sur ce compte vous
permettant de rester toujours sous ce seuil (si vous devez encaisser
un chèque de 3 000€, vous ferez préala blement u n virement
sortant pour vous découvrir de 3000€ et déposer ensu ite le chèq ue.
De même pour u n chèque émis. ) .
A titre personnel et i ndépendamment d e l'i nsaisissabil ité, n e fa isant
plus a ucune confiance aux banq ues françaises au vu de leur ratio
d 'endettement sur fonds p ropres, ni à l'Etat qui se réserve le droit
de « chyprer » ce q u 'i l voudra , je me sen s plus en sécurité avec
mon é pa rgne dans une banque responsable et dans un pays
respectueux de la propriété i nd ividuelle. Sans compter q u 'en cas
d 'éclatement de l'euro, l'euro de certains pays comme le
Luxembourg ou l 'Allemagne, vaudra 20 à 30% de plus que l'euro
fra nça is. A bon entendeur.

Pour ceux qui ne souhaitent pas ou qui ne peuvent pas ouvrir un compte à
l'étranger une solution alternative consiste par exemple à donner 90 % de la nue­
propriété à un tiers et de conserver 1 0% et 100 % de l'usage donc de l'usufruit.
En effet, à la création d'un compte bancaire, la nue-propriété (en gros les murs de
la maison) et l 'usufruit (le droit de jouissance de la maison) sont à 1 00 % sur la tête
de son titulaire. Or, il est possible, sur un compte à son nom, de se réserver l 00% de
l'usufruit, et de laisser la nue-propriété a un ayant droits, comme l'épouse ou de
préférence un parent, un ou des enfants. Cela est possible pour les comptes existants.
Mieux, un PEA, un livret d'épargne ou encore un plan d'épargne logement ne
peuvent pas être démembrés.

Concernant les véhicules personnels, vous serez protégé avec une carte grise qui
n'est pas à votre nom, ou plus simplement avec une voiture en leasing ou location
longue durée.

236
Enfin s'agissant des biens mobiliers et immobiliers, même si depuis 20 ans aucun
libéré n'a été inquiété, vous dormirez mieux vous sachant protégé en suivant les
recommandations suivantes :

Concernant les biens mobiliers (meubles, objets de valeur), l 'huissier devra faire
la distinction entre vos biens et ceux de votre conjoint ou d'autres parents. Seuls les
biens avec une facture à votre nom sont concernés. Un don manuel, dûment déclaré
au Trésor publ ic, à votre conjoint, enfants ou tiers, les mettra à l'abri.

Concernant les biens immobiliers, la solution idéale est la SCI, qui par
définition, n'est pas saisissable, sauf au moment de votre sortie partielle ou totale de
SCI quand l'argent retombe sur vos comptes, si à cette date vous êtes sous menace de
saisie. A défaut, les indépendants et libéraux pourront faire une déclaration
d'insaisissabilité de leur résidence principale chez Je notaire (environ 1 000€ d'acte).
Cet acte ne devient opposable qu'après sa publication (compter 3 mois) et
uniquement pour les créances nées après cette date de publication.

Note ; le notaire insistera b ien sur le fa it que cela protège


uniquement des dettes professionnelles et non des dettes
person nelles. Les cotisations sociales étant des dettes perso n nelles,
on pou rrait donc penser q ue la déclaration d'insaisissab i l ité ne
pou rra pas fonctionner. Et pourtant, ces dettes personnel les sont
bien issues d 'u ne activité professionnelles, la meilleu re preuve
étant q u 'elles sont déductibles du reven u professionnel les ! Au
surplus, lorsq u 'on ne les paye pas, on peut les passer en provisions
pour charges ! Donc, ce sont bien des dettes professionnel les et
tout avis de saisie-vente sera constatable sur la base de cet
arg u ment.

Les autres résidences ou biens immobiliers sous hypothèque (cas de biens en cours
de remboursement de crédit) seront très difficilement saisissables.

Pour les salariés ou ceux qui sont en société (SARL, SELARL, etc.), pas de
déclaration d'insaisissabilité possible pour la résidence principale. Si le bien est en
indivision, l ' huissier pourra reculer devant la difficulté de casser l ' i ndivision. Sinon,
la SCI reste la seule solution.

Alternativement, l 'arme ultime, malheureusement qu'au moment de l ' acte d'achat,


est d'inclure une clause de tontine au profit du dernier vivant. La clause de tontine ou
clause d'accroissement est la clause par laquelle deux ou plusieurs personnes achètent
un immeuble ou tout autre bien, en stipulant que l ' acquisition est faite pour Je compte
du survivant d'entre elles. Ce dernier sera alors considéré comme ayant toujours été
seul propriétaire du bien concerné depuis le jour de l ' acquisition ; Je ou les
prémourants des acquéreurs étant sensés n'avoir jamais eu aucun droit de propriété.

237
De là, un commandement de saisie immobilière ne peut viser un immeuble grevé
d'une clause de tontine.
« Le droit de gage du créancier ne peut en effet s 'exercer que sur les biens dont le

débiteur est propriétaire. Or, tant que la condition suspensive de survie n'est pas
réalisée, le débiteur qui bénéficie de la clause n'est pas titulaire d'un droit privatif
sur le bien immobilier (Cass.civ. 1, 18 novembre 1997, n° 95-20842). »

D Lancez votre l i bé ration


On me pose fréquemment la question de savoir quelle est la meilleure date pour
quitter la Sécurité sociale. La réponse est simple : vous êtes en prison, la porte est
ouverte, allez-vous encore attendre avant de vous libérer ?
La meilleure date est donc le plus tôt possible. Toutefois, par souci de simplicité
comptable, si vous êtes non-salarié à quelques mois de la fin d'année, il peut s'avérer
judicieux de clôturer votre exercice normalement et de vous libérer le soir du
réveillon en fatant dignement cela.

La libération en elle-même est très simple. Dès que vous avez reçu votre attestation
d'adhésion à votre nouvelle assurance maladie :
- Vous envoyez les courriers fournis par votre assistance juridique aux
différents organismes de Sécu ;
- Si vous êtes non-salarié, vous arrêtez de payer les cotisations maladie et
CSG/CRDS.
Et vous voilà vous êtes libre !

Si vous êtes salarié, comme c'est l 'employeur qui verse à votre place vos
cotisations sociales à !'URSSAF, l 'arrêt des paiements est soumis à son bon vouloir.
En 1'état actuel des choses, il apparait que les employeurs attendent légitimement que
!'URSSAF leur confirme qu'ils ne sont plus redevables des cotisations des libérés de
la Sécu. Les salariés attendront ce feu vert avant de s'affilier à une assurance maladie
privée afin de ne pas payer pour rien des cotisations sociales qui ne leurs seront
jamais rendues.

Note ; la q uestion d e s cotisations d ites « de régularisation », q ue


les travailleurs non-salariés reçoivent chaque fin d'année, revient
souvent parmi les futurs l ibérés. Sont-elles dues ou non, même si
on quitte la Sécu ? La réponse est simplement non. En effet,
chaque a n née, vous ne payez que pour votre a n née en cours. Que
le mode de calcul soit basé sur vos revenus de l 'a nnée N-2 ou N - 1

238
est un autre sujet. La preuve est que si vous arrêtez votre activité
professionnelle en cou rs d 'a n née (pour redeveni r salarié ou partir
en retraite), vous a rrêtez de tout payer à cette date à l 'exception
des a llocations familiales où tout trimestre entamé est dû, les
organismes de Sécurité sociale vous remboursant même les
sommes versées d 'avance le cas échéant, et en a ucun cas les
régularisations sont d ues. Qu itter la Sécurité sociale pour p rendre
une assurance maladie privée est de ce point vue identique à u ne
radiation : l'a rrêt des paiements est imméd iat et les régularisations
éventuel les ne sont pas d ues. Le futur l ibéré a u ra donc i ntérêt à
quitter la Sécu avant le mois d'octobre où ces régularisations sont
généralement envoyées. A défa ut, il devra s'en acquitter pour être
en règle avant de se l i bérer.

D Votre défense a u q u otidien


Les organismes de Sécurité sociale n'ont p as d e processus définis pour traiter l e
cas des libérés d e la Sécu. E n absence de paiements, o u d e paiements partiels, ils
vous classeront dans la case des mauvais payeurs et engagerons contre vous les
procédés classiques de mise en recouvrement, à savoir :

1 . Lettre simple de rappel ;


2. Eventuellement, lettre recommandée de rappel ;
3. Mise en demeure par courrier recommandé ;
4. Contrainte à payer par huissier.

Cette contrainte vise à obtenir un titre exécutoire à votre encontre pour saisir les
sommes directement sur vos comptes bancaires personnels dans un premier temps, et
sur vos biens dans un deuxième temps. A savoir que dans notre droit, l'administration
dispose du privilège exorbitant de se délivrer à elle-même ses titres exécutoires, ce
qui n'est pas sans danger !

En effet, en absence d'opposition à une contrainte à payer sous 1 5 jours, ladite


contrainte devient automatiquement, et sans jugement du TASS, exécutoire.

De même, une erreur de la part du TASS ou de l'organisme de Sécurité sociale


peut rendre un titre exécutoire à tort. L'exemple le plus courant étant celui où le
TASS n' informe pas votre créancier et l'huissier, dans les délais de 15 jours, que
vous avez bien formé opposition à la contrainte. L'huissier vient alors vous délivrer
un avis de saisie-vente, voire s'il est zélé, opérer directement un blocage de vos
comptes bancaires en vue de leur saisie.

Le temps de prouver votre bon droit, vos comptes auront été bloqués quelques
semaines, ce qui est toujours très gênant.

239
Il convient donc de vous assurer que la procédure de mise en recouvrement soit
bien respectée, et à cette fin, le MLPS ou votre conseil juridique vous donnera la
conduite à tenir en réponse aux courriers reçus de ces organismes que vous ne
manquerez pas de lui communiquer.

Généralement, la conduite à tenir est la suivante :


- Ignorer les courriers simples, sauf les mise en demeure en courrier simple
qu' il faut traiter comme si elles étaient en recommandé mais pour lesquelles
les contraintes qui suivront pourront être annulées de ce fait ;
- Bien retirer les courriers recommandés mais ne pas y donner suite ;
- Bien retirer les mises en demeure recommandées, et selon le conseil de votre
soutien juridique, soit attendre la contrainte d'huissier qui suivra dans le
mois, soit saisir la commission de recours amiable sous l mois; cette
commission aura ensuite 2 mois pour vous répondre ;
- Sur une contrainte d'huissier : faire opposition auprès du TASS sous 15
jours aux contraintes d'huissier et communiquer l ' accusé de réception du
TASS à l'huissier préventivement au cas où le TASS ne l'informerait pas
assez vite.

- Sur une décision négative de la commission de recours amiable, ou


l'absence de réponse sous 2 mois, saisir le TASS pour contester cette
décision. Aucune contrainte ne pourra être émise tant que le TASS ne se sera
pas prononcé.

Ensuite, après unjugement négatif du TASS :



Pour un litige inférieur à 4 000€ ne comprenant pas de dette de CSG vous
pourrez directement saisir la Cour de cassation (avocat obligatoire) ;

Pour un litige supérieur à 4 000 €, ou comprenant de la CSG, vous pourrez
faire appel, puis saisir la Cour de cassation si l'appel est défavorable.

Note ; en matière de cotisations sociales, la prescription est de 3


ans.
Les cotisations visées sont toutes celles a uxquelles s'appliquent les
dispositions de l'article L244·3 du Code d e la Sécurité socia le, c'est­
à-dire les cotisations de Sécurité sociale d ues par les employeurs à
raison des rém unérations versées à leur salarié. Sont également
visées les cotisations d 'a llocations familiales des employeurs et
travai l leurs i ndépendants, les cotisations d 'assurance maladie
maternité des non-salariés non ag ricoles, et les cotisations
obligatoires de retraite (de base et complémentaire) et d 'i nvalidité
et décès.

240
Cela sign ifie que la mise en demeure, formalité préalable à toute
action en recouvrement, ne peut concerner q ue des cotisations
exigibles dans les trois a n nées qui précèdent la date de son envoi .
Inversement, la mise en demeure i nterrompt la prescription de la
créance, c'est-à-dire q u'une créance restera due même 1 0 a ns ·

après avoir reçue la m ise en demeure.


Toutefois, le délai de reprise de l 'URSSAF, c'est-à-dire le délai
pendant lequel ! 'URSSAF peut récla mer des sommes a u redevable
après mise en demeure est de 5 ans et 1 mois.
Par ailleurs :
- une contrainte sans mise en demeu re préalable par courrier
recommandé;
- si les poursuites ne sont pas effectuées dans le délai de deux ans
su ivant le commandement, elles ne peuvent plus l'être sans que
soit dél ivré un nouvea u com ma ndement ;
- si il y confusion entre demandeur et défenseur sur l'accusé de
réception du TASS (en opposition à contrainte vous êtes défendeur,
en contestation de décision CRA vous êtes demandeur) .

La réaction des organismes de Sécurité sociale est variable selon les régions et les
organismes. Certains accumulent les mises en demeure et les contraintes, d'autres ne
bougent pas. Dans mon cas de figure, après deux ans de libération :

- Le RSI a mis 1 7 mois à m 'envoyer sa première mise en demeure en


recommandé ;
- La CIPAV (caisse de retraite) a mis 20 mois à m 'envoyer sa première mise
en demeure ;
- Seule ! 'URSSAF semble avoir un « ordina-tueur » efficace avec 16 mises en
demeures reçues dans les 20 derniers mois.

D Votre passage a u TASS


Suite aux oppositions à contraintes, le TA S S vous convoquera pour une audience
orale. A cette audience, vous pouvez vous représenter seul et indiquer au jury que
vous maintenez l'ensemble des conclusions que le MLPS vous aura préparé et que
vous aurez préalablement envoyé au TASS et à la partie adverse, ou vous faire
représenter par votre association de soutien juridique ou votre avocat.

Dans mon cas, j ' aurai attendu 1 an avant de recevoir 8 convocations regroupées sur
la même audience.

241
Au-delà des arguments de fonds sur la légitimité de votre affi liation à une
assurance privée au regard du droit européen transcrit dans le droit français, sur
lequel les TASS, étant juges et parties, statuent toujours en la défaveur des libérés en
s 'arque-boutant sur l'arrêt Garcia de 1 996 et en ignorant ostensiblement les nouveaux
arrêts et en particulier celui d'octobre 201 3, il s'agit de se battre pied à pied sur les
arguments de forme quand cela est possible, de demander des pièces que l'organisme
de Sécurité sociale ne pourra vous fournir et d'obtenir des renvois sur renvois du
jugement. Les plus anciens libérés le font depuis 20 ans, d'autres sont laissés
tranquilles, mais néanmoins sans courrier officiel de radiation par lequel la Sécurité
sociale reconnaitrait leur bon droit à la quitter.

Entre autres exemples de documents qui sont demandés à la partie adverse


(URSSAF, RSI, . . . ) citons notamment :

- Ses statuts actuels;

- La preuve de son inscription au registre prévu à l'article L 4 1 1-1 du Code de


la mutualité;
- Tout élément permettant de prouver dans quelles conditions une prétendue
mission de recouvrement lui aurait été confiée;

- La preuve de l'appel d'offres préalable à la mission qui lui aurait été


confiée;
- La copie de son dernier bilan;

- La copie d'un éventuel contrat vous liant à lui;


- La copie d'un éventuel bulletin d'adhésion vous liant à lui.

Ces documents n'existant pas, vous pourrez demander au TASS de :

- Se déclarer incompétent à juger une personne morale de droit privé


pratiquant une activité de recouvrement (les organismes de Sécurité sociale
sont de droit privé) ;

- De débouter l'organisme de Sécurité sociale de toutes ses demandes,


d'annuler les contraintes concernées et de transmettre le dossier au Parquet
pour ouverture d'une procédure pénale à son encontre en vertu des
dispositions du Code de la consommation (articles L 122-1 1 et suivants) et
du Code pénal (article 1 3 1 -39).

Note ; concerna nt l a légitimité de la procédu re devant le TASS et


sur laquelle une q uestion prioritai re de constitutionnalité est
soulevée :
Le président d u Tribunal des affai res de Sécu rité sociale (TASS) de
Paris indiq ue, dans une lettre d u 27 février 2014, que « la
procédure devant le TASS, j uridiction collégiale échevinale, est
une procédure orale et les assesseurs ne peuvent l i re les

242
dossiers. » Emanant d'un très haut magistrat, cette affirmation
met en cause la légitimité de la procédure devant le TASS.
En effet, le fait de j uger sa ns avoir l u les dossiers est contraire aux
garanties essentielles offertes à tout justiciable par l a Constitution
de la République fra nçaise, par la Convention européenne des
droits de l'homme et des li bertés fondamentales et par la Charte de
droits fondamenta ux de l'Union européen ne.
Un req uérant dont le dossier n'est pas l u par deux j uges sur les
trois qui composent le tribunal n'a pas droit à u n procès équita ble,
tel que l'exigent les dispositions des textes fonda menta ux:
- L'article XVI de la Déclaration des dro its de l'homme et d u citoyen
du 26 août 1 789 d ispose : « Toute société dans laquelle la gara ntie
des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs
déterminée, n'a point de Constitution . »
- L'article 6 de la Convention de sauvegarde des droits de l ' ho mme
et des libertés fondamentales dispose : «Toute personne a droit à
ce que sa cause soit entendue équ itablement, publiq uement et
dans un délai raisonnab le, par un tribunal indépendant et impartial,
établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits
et obligations de caractère civil, soit d u bien-fondé de toute
accusation en matière pénale dirigée contre elle. »
- L'article 107 de la Cha rte des droits fondamentaux de l ' Union
européenne dispose : « Toute personne dont les d roits et l ibertés
garantis par le droit de l'Union ont été violés a droit à u n recours
effectif devant un tribunal dans le respect des conditions prévues
au présent article. Toute personne a d roit à ce q u e sa cause soit
entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable
par u n tribunal indépendant et impartial, établi préa la blement par
la loi . »

243
D Votre feuille de route
Dans le maquis des procédures, seul votre soutien juridique, association ou avocat
spécialisé, saura vous orienter et vous guider aux m ieux de vos intérêts.

Ce qui est valable pour un l i béré, ne l 'est pas forcément pour l ' autre, tant dans les
voie de recours choi sies que dans Je contenus des conclusions apportées aux
différentes instances. 11 ne faut donc surtout pas recopier ou reproduire sans
discernement ce qu'on peut trouver sur Internet.

CITATJON
devant le Tnbunal de
Police
CONTRAINTE
delivree par l'hu1s.ser

REJET DE LA C.R .A
OPPOSITION A
CONTRA!tlTE
dans. les 15 jour5 de
sigmficat1on devant de
TASS

TRIBUNAL D E S AFFAI R E S DE SECURITE SOCIALE (TASS)

S URSI S A STATUER

TRIBUNAL C.J.C.E
ADMIN ISTRATIF (Cour de Justice
dEl$ Commu11""'
COUR EuroJ>('enn°�
ADM I NISTRATIVE
D'APPEL

COMSEIL D'ETAT

244
D Comment reven i r à la Sécu
Si d'aventure, un changement de situation professionnelle, familiale ou personnelle
vous conduis.ait à revenir à la Sécurité sociale, sachez qu'il vous suffira de cotiser à
nouveau, ou de satisfaire aux conditions de solidarité de type CMU, pour bénéficier à
nouveau de l 'assurance maladie. En effet, l'Etat ne reconnaissant pas officiellement
la possibilité de sortir de la Sécu, comment pourrait-il interdire d'y revenir ?
De plus, la dette de la Sécurité sociale s'ajoute à la dette du pays qui est payée par
vos impôts. Même si vous avez quitté la Sécu, vous avez continué à contribuer par
vos impôts à son financement. Cela ne vous donne-t-il pas, pour le moindre, le droit
d'option d'y revenir si vous le souhaitez ?

Et pour la retraite ?

D Le constat
Concernant nos retraites gérées par la branche vieillesse de la Sécurité sociale, le
système est également en déséquilibre avec l l 5Mds€ de dépenses contre 1 1 1 Mds€ de
recettes, soit encore un petit 4Mds€ de déficit. Mais par construction, un enfant de IO
ans peut comprendre que Je système par répartition va dans le mur : actuellement il y
a 1 ,8 actif pour payer la pension d'un retraité ; il n'y aura plus que 1,2 actif pour 1
retraité en 2050.
Il est évident que ce ne sont pas les petits bricolages sur les taux ou la durée de
cotisations, le niveau des pensions ou l'âge de départ qui y changeront quoi que ce
soit. Tout au plus, ces arrangements homéopathiques pennettront-ils au
gouvernement actuel de passer la grenade dégoupillée au prochain sans que ça lui
éclate au nez. En attendant nous assistons au pillage des caisses de retraites
excédentaires (c'est-à-dire les caisses bien gérées, qui ne reversent pas plus que ce
qu'elles ont, et qui surtout ont eu la prudence de constituer une vrai réserve en
prévision de futures déséquilibres démographiques dans leur branche). Ce vol légalisé
se fait en faveur des caisses déficitaires, au premier rang desquels celles des régimes
spéciaux qui se permettent d'être extrêmement généreuses dans le mode de calcul et
de réversion des pensions.
Là aussi, le caractère « universel et solidaire »du système de retraite n'est qu'une
vaste fumisterie et cela a été amplement démontré dans de nombreux ouvrages.

D La sol ution
Le travailleur prévoyant préfèrera compter sur lui-même plutôt que sur la promesse
des hommes de l'Etat qui ne seront plus là pour rendre des comptes le jour où la

245
promesse ne pourra être tenue. Dans cet objectif, à l ' instar de l'assurance maladie,
l 'Europe nous a ouvert la porte de la l ibre assurance vieillesse.

En effet, au sens européen, une assurance vie est par nature une assurance
vieillesse, sauf en France où une assurance vie est un produit d'épargne et de
défiscalisation. L'assurance vieil lesse étant obligatoire au même titre que l 'assurance
maladie, le libéré de la Sécu, pour la partie retraite, devra donc souscrire à une
assurance vie européenne en lieu et place de sa caisse de retraite qui lui a été imposée
par sa branche professionnelle.

Ces cotisations à une assurance vie européenne sont déductibles au même titre que
celles faites à la Sécurité sociale. Il ne s'agit pas de déductibilité au sens des contrats
de retraite complémentaire, dit « contrats Madelin ». Il s'agit bien de déductibilité au
titre de votre assurance vieillesse obligatoire.

La Direction générale des impôts nous en apporte la confirmation ;

« Vous avez quitté la SSfrançaise pour une assurance maladie privée située dans

un autre pays de l'UE.


Vous allez déduire de votre BNC des revenus 2012 les cotisations versées au titre
des contrats « Madelin » d'assurance de groupe en matière de retraite, de
prévoyance complémentaire et de perte d'emploi subie.
Vous souhaitez savoir si vous pouvez poursuivre pour l'avenir ce régime
"Madelin" pour la retraite et la prévoyance.
Pour ouvrir droit à déduction, les contrats d'assurance groupe, qui peuvent être
souscrits auprès de compagnies d'assurances ou de mutuelles, doivent répondre aux
caractéristiques fixées par la loi "Madelin" et ses textes d'application. En outre, les
cotisations versées au titre de contrats d'assurance groupe, à des organismes de
retraite étrangers ayant leur siège dans un Etat de l'UE ou partie à l'accord sur
/'Espace économique européen sont déductibles dans les mêmes conditions que les
cotisations versées à des organismesfrançais.
Textes de référence : articles L 3 70-1 et L 144-1 du Code des assurances, article
154 bis du Code général des impôts »
DGFIP (nom anonymisé) - Inspecteur des Finances publiques »

D La pratiqu e
Il est possible d e quitter l a Sécurité sociale pour· l a partie maladie et l a partie
retraite. L ' une ou l'autre, ou encore les deux. Dans l 'ordre que l'on souhaite. Au
moment où on le souhaite. L ' important est de bien rester affilier à UN régime de
Sécurité sociale, même s'il n'est pas français.

Si vous ne quittez qu'un des deux régimes, vous devrez continuer de cotiser à
l ' autre normalement, et ce même s'il s'agit de l 'organisme coll ecteur unique comme

246
dans Je cas du RSI. Il faudra veiller à accompagner, dans ce cas, vos paiements d'une
mention précisant l'affectation de ce que vous continuez à payer.
La procédure est la même que pour se libérer de l'assurance maladie : écrire au
MLPS pour avoir les instructions et chercher une assurance vie européenne à laquelle
vous aurez souscrit avant Je 3 1 décembre de l'année. Concrètement, vous pouvez
quitter la retraite Sécu le l er janvier et verser votre première cotisation à votre
assureur privé Je 3 1 décembre.

Note ; d'après l'expérience des li bérés de la Sécu, il appa ra it que


les mei lleures assurances vie européennes sont au Luxembou rg .
Des courtiers fra nça is, dont les noms circulent s u r les réseaux
sociaux et Internet, ont négocié des contrats adaptés pou r les
libérés avec des fra is réd u its et un ticket d 'entrée pour ouvrir
l'assurance vie de 8 000€ (là où généralement, nos amis
luxembourgeois, si vous y a llez en direct, vous attendent à 100
000€ minimum). C'est une som me, ma is vous pouvez éparg ner ce
que vous ne cotiser plus de ja nvier à novembre et o uvrir
l'assurance vie en décembre par exemple, et compléter le cas
échéant avec votre assurance vie française si vou s en avez une.
Sur ce poi nt, les contrats l uxembourgeois sont protégés par une
clause d ite « de privilège » par le Gra nd-Duché qui fa it q ue vous ne
serez pas spolié en cas de faill ite de l'assureur, ni victime d'une
confiscation à la polonaise où, en septembre 2 0 1 3, l 'État a décidé
de prendre le contrôle des obl igations détenues par les fonds de
pension et pour les transformer en retra ites du système p u bl ic. En
d'a utres termes, on vous échange votre épargne person nelle contre
la promesse de vous verser une pension de retraite publique plus
tard . Cette ma uvaise blague ne concerne que les assurances vies
en fonds euros, c'est-à -dire placées dans un pot com m u n de dettes
d'Etat, et non les assurances vie en un ité de compte, c'est-à-d i re
basé sur un panier de titres (actions, obligations, immobilier, ... )
dont vous choisissez le degré d'exposition a u risque. D'a i lleurs, sur
ce poi nt, si vous avez une assurance vie française en fonds euros,
je vous conseille vivement, et à titre préventif, de la transformer en
un ités de compte. Cela est possible sa ns perte d'antériorité dans le
cadre de la loi d ite Fourgousse. Sauf à fa ire confiance à l'Etat à bien
rembourser sa dette ... avec vos propres i mpôts.

Par précaution, et même si les cotisations versées au titre des régimes obligatoires
d'assurance vieillesse de base et complémentaire sont déductibles sans plafond, il est
recommandé par le MLPS de ne pas déduire plus que ce que vous auriez déduit en
étant resté dans le système de retraite de la Sécu.

247
Inversement, concernant le minimum de cotisation, la loi n'impose rien, sauf de
pouvoir justifier avoir cotisé chaque année à votre assurance vie européenne, ne
serait-ce qu'un euro symbolique. La prudence vous recommandera néanmoins de
cotiser ce que vous auriez cotisé pour votre retraite à la Sécu, mais en bénéficiant de
la souplesse de pouvoir le faire à votre rythme, en fonction de votre projet de vie et
de vos opportunités financières.

Enfin vos droits à retraite acquis en tant que salarié et/ou non-salarié avant votre
libération de la Sécu restent bien entendu acquis même si vous avez quitté la Sécu.
Vous ne les toucherez qu'à l'âge légal de la retraite, en fonction des montants et des
trimestres cotisés. Exactement comme si au cours de votre carrière, vous seriez passé
d'un statut salarié à non salarié, ou inversement. Tout l 'historique de vos cotisations
dans chacune des caisses de retraite où vous avez été affilié est conservé et vous
donne droit à prestation.

248
Les pistes d'une refondation
« La confusion de / 'individualisme avec ! 'égoïsme permet de condamner
au nom des sentiments humanistes et d'invoquer ces mêmes sentiments
pour défendre le collectivisme. »
Karl Popper

Solidarité et assu ra nce

Comme nous l ' avons vu, la Sécurité sociale entretien l ' amalgame entre solidarité
et assurance, en nommant « assurance maladie » un système qui n'a rien
d'assurantiel et en drapant sa légitimité sous couvert des principes de « solidarité et
universalité » qui se traduisent dans la pratique par des régimes professionnels
spécifiques où ceux qui cotisent Je plus ne sont pas ceux qui sont les mieux couverts,
et de loin.

Ce mélange des genres conduit à avoir d'une part, des cotisations proportionnelles
aux revenus, ce qui s'appelle des impôts, et, d' autre part un système de solidarité
CMU qui est financé par des taxes et des cotisations, et non des impôts.

Note ; le Conseil constitutionnel s'est clai rement prononcé le 6 aout


2014 sur le fa it que les cotisations socia les n 'étaient pas un im pôt,
et donc un i nstrument de solida rité.
Point 8 : Considérant que, selon les requérants, /'introduction d'une
réduction dégressive des cotisations salariales de sécurité sociale
est contraire à la distinction entre les cotisations sociales et les
impositions de toute nature telle qu'elle résulte de l'article 34 de la
Constitution et a pour effet de dénaturer l'objet des cotisations
sociales ; que les requérants font également valoir qu'en réservant
la réduction dégressive de cotisations sociales aux seuls salariés
dont la rémunération « équivalent temps plein » est comprise entre
1 et 1,3 salaire minimum de croissance, alors que ces salariés
continueront de jouir d'un niveau de prestations sociales inchangé,
le législateur méconnaÎt le principe d'égalité devant la loi.

Le droit européen autorise la France à organiser un monopole légal de Sécurité


sociale. Chiche ! Il faut alors réunir tous les citoyens sous un régime unique,
réellement solidaire et universel, c' est-à-dire à · cotisations identiques - prestations
identiques. Autant dire mission impossible aux pays des rentes organisées par l ' Etat

249
où chacun se battra pour maintenir ses privilèges aux dépends des autres. Et puis,
dans un contexte de mondialisation, de l ibre circulation des biens et des personnes,
est-ce vraiment le sens de l ' histoire que d'organiser un monopole rappelant les
grandes heures du collectivisme ?

La seule alternative est bien d'organiser un système de libre assurance maladie,


conformément au droit communautaire et français, avec d'un côté des assurés
responsables de leur choix et de leurs comportements, et, de l ' autre, des acteurs
privés au sein d'un marché encadré par un cahier des charges minimales commun à
respecter (à l ' exemple des Pays-Bas), ou à défaut organisé par l ' Etat via une saine
mise en concurrence de délégation de service public, avec des engagements de
moyens et de résultats. Nos assureurs et mutuelles français sont prêts, certains gèrent
même déj à Je régime de base de la Sécurité sociale pour des branches
professionnelles, et la plupart font déjà de l 'assurance maladie au premier euro pour
les ressortissants étrangers.

Dans tous les cas, le prélèvement à la source doit être banni afin que chacun puisse
mesurer le coût de son assurance maladie, et juger de son rapport qualité/prix. Dans
un tel cas de figure, tous les salariés français verraient immédiatement leur revenu net
augmenter de près de 28% sans que cela ne coute un centime de plus aux
employeurs ! Avec une telle somme, i l y a largement de quoi s'assurer tout en
conservant une large partie du fruit de son travail .

S'agissant de cotisations d' assurance, celles-ci doivent être forfaitaires et non


proportionnelles aux revenus, et, leur montant doit être fonction du niveau de
prestations choisies (avec un socle minimum commun de prestations obligatoires), de
l'âge d' entrée dans l 'assurance et de l ' état de santé à la souscription.

Toutefois, la France ayant un lourd passé d'Etat-providence, nos concitoyens ne


sont pas prêts à accepter un fonctionnement purement assurantiel dont le coût est
uniquement fonction du risque et où Je niveau de couverture est forcément plafonné.

Il conviendra donc d' associer à ce système d'assurance maladie privé, un système


de solidarité, permettant de prendre en charge tout ou partie du coût de l 'assurance
privée pour les plus démunis, ou pour ceux dont l ' âge ou l'état de santé les
conduisent à subir des surprimes de la part des assureurs. De quel droit obligerions­
nous ces personnes à dépendre de la CMU ? II est bien plus responsabilisant et
valorisant pour elles de leur permettre de choisir leur assurance, même s'ils en sont
remboursées en tout ou partie.

Toujours dans ce cadre d'Etat-providence, les pathologies lourdes, les handicaps,


les accidents de la vie (quand ils ne sont pas la responsabilité de l'assuré), pourraient
être pris en charge par la solidarité nationale. De même pour les dépassements de
plafond de prise en charge annuel de l ' assurance privée.

Comme toute vraie solidarité, ce système doit être financé par un impôt universel,
sur l ' ensemble des revenus personnels. Est-ce que les entreprises doivent y
participer ? Non, leur vocation est de créer des richesses et de rémunérer leurs
propriétaires à hauteur du risque pris dans l ' investissement d'une part, et les salariés à

250
hauteur du travail fourni d' autre part. Au final, les gains de l ' actionnaire, comme du
salarié, sont soum is à l 'impôt et participent ainsi à la solidarité nationale.

Ainsi, un tel système mixte d'assurances privées payées par des cotisations, et de
soutien de solidarité basé sur l ' impôt aurait-il l ' avantage d'associer la transparence
des financements à la responsabilité de chaque acteur, assureurs comme assurés, tout
en préservant un haut niveau de protection sociale.

Profession nels et établissements de santé

Du coté des professionnels des établissements, publics comme privés, il


conviendra de mener les réformes permettant de s' adapter à cette nouvelle donne
assurantielle. En effet, si les assurés et les assureurs sont responsabi lisés, il ne peut en
être autrement des intermédiaires fournissant les soins.

En effet, votre assurance maladie (payée ou non par la solidarité) ne peut vous
rembourser des soins les yeux fermés sur la facture du professionnel. Cela serait la
porte ouverte à tous les abus, la charge retombant au final soit sur votre prime
d' assurance, soit sur le systèm e de solidarité, soit les deux.

Au risque de faire hurler mes camarades libérés dans les métiers de la santé, cette
responsabilité ne peut venir que par la mise en place de réseaux de soins, c'est-à-dire
de contrats-cadres entre praticiens et assureurs, définissant un niveau de prestation
pour un niveau de prix. Par une mauvaise analogie, mais qui a le mérite d'être
évidente à comprendre, votre assureur automobile prend mieux en charge une
réparation si vous allez dans un garage agréé plutôt que chez le premier réparateur
venu, et, dans tous les cas, i l vérifiera préalablement le devis ainsi que son
rapprochement avec la facture définitive.

Cela dit, dans le cas d'une libre concurrence entre assureurs de santé au premier
euro, et contrairement à ce qui se passe actuellement avec des complémentaires santé
ayant le monopole de certaines branches, les bons praticiens seront en position de
force dans la négociation de ce contrat avec les assureurs. Ces derniers ayant la
pression de leurs assurés qui peuvent facilement les quitter si leur réseau de soins
n'est pas à la hauteur, faute de les rémunérer correctement.

Enfin, si les assureurs sont soumis à la concurrence, les professionnels et les


établissements de santé devront l'être aussi. Cela signifi e la fin du numerus clausus
protégeant artificiellement le marché de certaines professions, la liberté
d'établissement géographique, la suppression des rentes telles que celles des
pharmacies, etc.

251
Sommes- nous prêts ?

5
Dans un sondage courant 20 1 3 , les Français se disent majoritairement, à 63%,
favorables à l a l iberté de choix de leur assurance maladie. Seuls 29% sont plutôt ou
pas du tout d'accord.

Cet élan de l iberté, pour ne pas dire de l ibéralisme, n' est pas contraire au souci de
soli darité où les Français se déclarent à 54% être favorabl e à la CMU, qui, sachant sa
mauvaise image d ' abus et de gabegie, obtient un score honorable.

Les Français sont bien plus ouverts aux réformes que leurs gouvernants et que les
oligarques installés aux commandes des organi smes de Sécurité sociale. C' est bien
normal , l es français ont tout à y gagner, alors que les rentiers de la République ont
tout à y perdre.

252
Conclusion
22 ans après que le MLPS ait engagé le combat pour la liberté de la protection
sociale, j 'observe, depuis début 201 3 , un vrai mouvement de citoyens, artisans,
commerçants, entrepreneurs, indépendants et professions libérales qui ont décidé de
se prendre en main et de se sauver eux-mêmes en se libérant de la Sécu. Cette vague,
à laquelle s'associent maintenant les salariés, est amplifiée par le ras-Je-bol fiscal et
les impacts de la crise économico-financière que chacun subit à son niveau et qui le
pousse à agir pour sauver sa peau au sens figuré comme au sens propre s'agissant de
santé et de retraite.

Ce faisceau de faits convergents et concomitants constitue les prémisses d'un


véritable « cygne noir » au sens théorisé par Nassim Nicholas Taleb, c'est-à-dire un
événement imprévisible qui a une faible probabilité de se dérouler, et qui, s'il se
réalise, a des conséquences d'une portée considérable et exceptionnèlle.

La fin du monopole de la Sécu sera ce cygne noir. Et peut-être l 'électrochoc qui


fera repartir Je cœur vail lant des forces vives de notre pays.

Notre combat commence maintenant sur le terrain médiatique et juridique.

L'adversaire est juge et partie. Il a Je monopole de la force et de la peur.

Nous avons la conviction de notre bon droit et sommes chaque jour plus
nombreux.

La liberté, dans le pays des droits de l 'homme, doit l 'emporter !

A défaut, l'avenir a déjà été écrit par Ayn Rand dans La Grève (Atlas
Schrugged) où ces forces vives voteront avec leurs pieds vers d'autres terres de
liberté pour eux et leurs enfants.

Je ne peux m 'y résoudre sans combattre.

« Ce qui est important, ce n 'est, ni d'être optimiste, ni pessimiste, mais


d'être déterminé. »
Jean Monet, un des pères fondateurs de l 'Europe.

Nous sommes déterminés.

Soyez forts.

Laurent C.

253
Quelques sites pour avancer vers la
liberté

- Le site de référence du Mouvement des Libérés www.mouvement-des­


liberes.org
- Le site du Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale
www.claudereichman.coro/mlos.htm
- Le site de I' Association Défense du Citoyen association-de-defense-du­
citoyen.fr
- Les groupes d'échanges et d'entraide :

o www .facebook.com/CommentOuitterLaSecuriteSociale

o www .facebook. com/groups/liberesdelasecu

- Le site dédié aux frontaliers : www.librefrontalier.com

- Les épisodes de la série « Je quitte la Sécu » sur Contrepoints


www.contrepoints.orwtagi'.je-guitte-la-secu

254
Remerciements

Je remercie mon épouse pour son soutien indéfectible et mes cinq enfants pour
la confiance qu' ils m'accordent et la force que cela me donne, avec une dédicace
spéciale à mon fils aîné pour la relecture attenti ve de mon manuscrit.

Je remercie tout spécialement Claude Reichman, président du MLPS, pour la


relecture attentive de cet ouvrage et surtout pour avoir ouvert i l y a vingt ans cette
voie vers la l iberté et tenir Je cap contre vents et marées depuis lors. Claude, le grand
soir n'est plus loin !

Je remercie mes camarades de combat: Bruno, Corto, Eric, Faraj, Gilles, Jean­
Luc, Jean-Nicolas, Jean-Philippe, Jennifer, Matthieu, Olivier, Pascal, Philippe,
TiaSao, Valérie et les autres libérés qui, chacun par l eurs actions, contribuent
activement à l 'avancée juridique, médiatique du mouvement ainsi qu'au soutien et à
l ' information des l ibérés et futurs l ibérés.

Je remercie le site d'informations libres www.contrepoints.org pour avoir


soutenu mon aventure depuis Je premier jour. Sans eux ce l i vre n 'aurait pas vu le
jour.

Je remercie enfin les fidèles lel-1eurs anonymes qui me soutiennent en relayant


l ' information autours d'eux. Vous êtes mes meilleurs alliés et vos messages me
touchent toujours profondément.

"Etre libre n 'est rien, le devenir c 'est tout"


Johann Gottlieb Fichte - Philosophe.

255
Si vous voulez me soutenir dans notre
47 ans, marié, père de 5 enfants, combat, contre ces organismes pilleurs, vous
Laurent C. est entrepreneur dans le pouvez faire un don sur cette adresse bitcoin
secteur informatique. Libéral, au sens
1Hnrdez9avxojrzVJg2bE2XRrukGBykCZt
philosophique Randien et au sens
Vous pouvez acheter des bitcoin ici:
professionnel, il a quitté la Sécurité https://localbitcoins.com/fr/
sociale dans le respect des directives https://mineoncloud.com/fr/24-achat-bitcoins
https://www.bitcoin.de/fr?cr=1
européennes transposées en droit https://paymium.com/
français pour s'affilier à un autre régime
de Sécurité sociale européen.
Son site : jequittelasecu.blogspot.com
Illustration de couverture:
© SSSLab 19€ TTC