Vous êtes sur la page 1sur 65

Economie monétaire

Semestre 3
Par: Karim Economiste

1
Chapitre 1 : La monnaie
Ø Définition de la monnaie :

La  monnaie  est  constituée  de  l’ensemble  des 


moyens de paiement dont disposent les agents 
économiques  pour  régler  leurs  transactions. 
C’est un bien d’échange généralement accepté 
par une communauté de paiement.

2
Ø Pourquoi la monnaie est- elle crée ?
     La  monnaie  est  créée  pour  faire  face  aux 
inconvénients du troc
ü   Problème  de  stockage  des  biens  et  leur 
détérioration avec le temps ; 
ü   Existence  de  biens  indivisibles,  Possibilité  de  ne 
trouver  pas  une  personne  qui  le  besoin  de  votre 
marchandise… 

3
Ø Les formes anciennes de la monnaie :

ü  La monnaie marchandise : Bétail, coquillage, barres 
de sel…
ü  La monnaie métallique  : La forme de la monnaie 
qui vient après la monnaie marchandise est la 
monnaie métallique : utilisation des métaux 
précieux (or, argent, bronze) comme monnaie.

4
Ø Les formes actuelles de la monnaie :

ü   La monnaie divisionnaire : 
     Elle  est  constituée  par  des  pièces  ou  monnaie 
métallique. Elle est appelée « divisionnaire » car les 
pièces  représentaient  autrefois  une  fraction  de 
l’unité monétaire ;  Les pièces sont fabriquées par le 
trésor  public  et  mises  en  circulation  par  Bank  Al 
MAGHRIB (banque centrale).

5
ü La monnaie fiduciaire :
 Il s’agit tout simplement de billets de banque.

ü La monnaie scripturale :
     Il  s’agit  de  simples  écritures  effectuées  par  les 
banques dans les comptes des agents économiques. 
Parmi ces instruments, les chèques, les virements et 
les cartes bancaires.

6
ü La monnaie électronique :
    C’est  l’utilisation  des  techniques  informatiques, 
magnétiques  et  télématiques.  La  monnaie 
électronique est une monnaie immatérielle. Elle est 
matérialisée à travers l’utilisation du porte monnaie 
électronique  (des  cartes  de  paiement)  et  de 
l’Internet  et  dans  ce  cas  on  parle  de  la  monnaie 
virtuelle  comme  par  exemple  des  paiements  en 
ligne.

7
Ø Les fonctions de la monnaie :
ü La monnaie en tant que réserve de valeur
     Dans   l’économie    de 
  troc,     les  opérations   
d’achat  sont   instantanées,    alors 
  qu’avec 
  la 
monnaie,  il  devient  possible  de  vendre  sans 
acheter. En général, deux   cas se posent, on peut 
échanger   la   monnaie   contre    n’importe 
  quel   
bien,   comme   on   peut   la   conserver 
  pour   une 
utilisation  ultérieure,  et  par  conséquent,  on 
reporte le pouvoir d’achat

8
ü La monnaie en tant qu’unité de compte
     En  tant  qu’unité  de  compte,  la  monnaie  est  une 
unité  de  mesure  de  valeur.   La   valeur  d’un 
  bien   
exprimée  en  monnaie  est  le  prix  de  ce  bien.  Le  
prix   est   donc   la   représentation  monétaire  de  la 
valeur  du  bien.   La  monnaie  sert  non  seulement  à 
déterminer la valeur d’un bien   mais   à    faire 
  des  
comparaisons   dans   l’espace   et   dans   le 
  temps.   
En   terme   d’espace,    la  monnaie  permet  de 
comparer les prix des différents biens sur un même 
marché  d’une  part,  et  de  comparer  le  prix  d’un 
même  bien  sur  différents  marché  d’autre  part.  En 
terme  de  temps,  la  monnaie  permet  d’anticiper  le 
prix
9
ü La monnaie en tant que moyen de paiement 

     La  monnaie  permet  de  régler  les  échanges,  Alors 


elle sert à effectuer et faciliter les transactions des 
agents économique ( Achat, vente )

10
Ø La masse et les agrégats monétaires :
q La masse monétaire :
    La  masse  monétaire  peut  être  définie  comme  la 
quantité  de  monnaie  disponible  et  en  circulation 
dans  une  économie  à  un  moment  donné.  Cette 
quantité  joue  un  rôle  très  important  dans 
l’économie et doit être mieux contrôler; car il peut 
influencer  les  variables  essentiels  et  les  échanges 
extérieurs.
    Au Maroc la masse monétaire est fixée par Bank Al 
Maghreb BAM
11
     L’objectif  consiste,  pour  La  (BAM),  à  fixer  un  taux  de 
croissance  pour  l’augmentation  annuelle  de  la  masse 
monétaire. Durant l’année, La BAM devrait donc utiliser 
tous  les  instruments  qui  sont  à  leur  disposition  pour 
que la masse monétaire ne dépasse pas le niveau fixé.
     Car  ;  lorsque  la  masse  monétaire  dépasse  les  limites 
,elle  peut  influencer  négativement  les  activités 
économiques surtout les prix et le pouvoir d’achat des 
agents.
    Peu de monnaie  déflation
    Trop de monnaie  inflation
   
12
q Les agrégats monétaires :
     La  masse  monétaire  est  mesurée  grâce  à  des 
indicateurs  ou  grandeurs  statistiques  appelée  les 
agrégats monétaires.
     Les  agrégats  monétaires  indiquent  le  montant  des 
moyens  de  paiement  dont  disposent  les  agents 
économiques non financiers résidents pour faire face à 
leurs dépenses.
    Ils   sont   présentés   sous   forme   d’agrégats   désignés  
par  le caractère M et assortis de chiffres allant de 1 à 3 
en fonction du degré de liquidité décroissant des actifs 
financiers les constituants
13
v L’agrégat M 1
    Comprend  les  billets   et   monnaies   en   circulation   et  
les   comptes  créditeurs     à    vue  auprès 
  des   
établissements  bancaires,   du   Trésor   et   du   Service  
des Chèques Postaux
    Monnaie divisionnaire
    Monnaie fiduciaire 
    Monnaie scripturale
    Les comptes à vue 

14
v L’agrégat M2
     Englobe,  outre  M1,  les  avoirs  en  comptes  sur  carnets 
auprès  des  banques  et  sur  livrets  chez  la  Caisse 
d’Epargne Nationale.
    Monnaie divisionnaire
    Monnaie fiduciaire 
    Monnaie scripturale
    Les comptes à vue 
    Compte sur carnet

15
v L’agrégat M3
     Composé  de  M2  auquel  s’ajoutent  des  placements, 
auprès  des  banques  :  Compte  à  terme,  bons  à 
échéance fixe et certificats de dépôt
    Monnaie divisionnaire
    Monnaie fiduciaire 
    Monnaie scripturale
    Les comptes à vue 
    Compte sur carnet
    Compte à terme
    Bons à échéance fixe et certificats de dépôt
16
q Les agrégats de placement :
     A  coté  des  agrégats  de  monnaie,  on  trouve  les 
agrégats de placement liquides qui   contiennent   les  
nouveaux  instruments   financiers   liquides   et   donc 
rapidement transformables en monnaie.

    Les  agrégats  de  placements  liquides  (PL)  se 


composent de 3 types de placements :

17
v L’agrégat PL1 composé à la fois des bons du Trésor à 
six mois émis dans le public et des titres de créances 
négociables.

v Les agrégats PL2 et PL3 rassemblent les titres émis 


depuis 1995 respectivement par  les  OPCVM  
obligations  et  les  OPCVM  actions  et  diversifiés  
acquis  par  les particuliers et les entreprises non 
financières

18
Chapitre 2 : Le système financier
    Le système financier est l’ensemble des institutions et 
des  mécanismes  ayant  pour  objet  de  mettre en
relation les besoins de financement  des uns avec les 
capacités de financement des autres. Le   rôle   de tout 
système  financier  est  de  permettre  un  financement 
efficace de l’économie.   Ce financement peut se faire 
de deux  manières   différentes : soit il est indirect et il 
passe  par  l’intermédiaire    d’un  agent    spécialisé    «     
l’institution financière »,  soit  il  est  direct  et  il  passe  
dans  ce  sens  par  les  marchés  des capitaux.

19
Ø  Capacités et Besoin de financement.
     Un   système    financier 
  est 
  caractérisé     par  un   
ensemble   de   relations   entre   les  différents    agents   
économiques   (entreprises    ,  particuliers,   
administrations  publiques  ou  privés).  Ces  agents 
économiques  peuvent  avoir  soit  une  position  nette 
positive  (la  position nette d’un agent économique est 
la situation qui se déduit   de   la   différence    entre ses 
revenus   et   ses   dépenses)   et   dans 
  ce   cas   ils  sont 
classés  parmi  les  agents  à  capacité  de  financement, 
soit une position  nette  négative   et   dans    ce   cas 
  ils  
sont   classés   parmi   les 
  agents 
    à  besoins 
  de 
financement. 
20
q Capacité de financement : Epargnes des 
agents économiques disponible pour d’autres 
agents .
 

q Besoin de financement : Situation d’un agent 


économique lorsque son épargne est 
inférieure aux investissements qu’il souhaite 
réaliser.

21
Ø Finance directe et finances indirecte
q finance directe :
    On   parlera   de  finance   directe 
  lorsque 
  le   
financement  d’un   agent   à   besoin   de financement 
passe par le marché. Cet agent rencontra un agent à 
capacité  de  financement,    qui  lui  avancera  les 
liquidités  dont  il  a  besoin,  et  ceci  en  échange  de   
titres   représentant   sa   dette.   Cela   suppose 
  bien   
entendu   l’existence   d’un  marché    ouvert 
  et   
accessible  à  de  nombreux  agents  pour  lui  assurer  
une liquidité suffisante.

22
q Finance indirecte :
    Par opposition, la finance indirecte suppose l’existence 
d’un  agent  spécialisé  dont  le 
  rôle 
  est  de  faire  des   
opérations   financières  .  Il 
  répond   aux  besoins  des 
agents  à  besoin  de  financement  en  leur  offrant  les   
crédits dont ils ont besoins et répond   également   aux 
désirs  des agents à capacité de financement   désirent 
déposer  ou valoriser leur  épargne.

23
Ø  Finance directe « le marché des capitaux »
     Les  épargnant  financent  directement  les  acteurs 
déficitaires en achetant les titres émis par ces derniers 
sur les marchés. Le marché des capitaux est composé 
de  deux  marchés  :  marché monétaire   et  marché
financier.
                                  
Marché monétaire
Marché des capitaux
Marché financier

24
q Marché monétaire :
Le  marché  monétaire  est  le  marché  des  capitaux  à 
court et moyen terme. Il est divisé en deux parties :

     Le  marché interbancaire  est  réservé  aux  banques. 


Celles-ci échangent de la monnaie centrale.

     Le  marché des titres de créances négociables ou Le


marché monétaire élargi   permet, au contraire, à tous 
les agents économiques d’emprunter ou de placer des 
fonds 

25
q Le marché interbancaire
     Le   marché   interbancaire    est 
   le  marché 
    de  la   
monnaie  centrale, c’est  le  marché  de  refinancement  
uniquement  réservé  aux banques,  établissements  de  
crédit,   les   institutions 
  financières  spécialisées,   
Trésor,   Banque   Centrale,   Caisse   de 
  dépôt 
  et 
  de 
gestion.   Sur   ce 
  marché   les 
  banques   viennent   
rechercher   les  liquidités.   Seules 
  les 
  banques    et   
organismes   de   crédit   sont  autorisés  à  échanger  de 
leurs  excédents  et déficits de trésorerie. Comment se 
fait de manière  concrète  l’échange  de liquidité sur ce  
marché ?   Les   banques   emprunteuses vendent    des  
titres  ou effets privés qu’elles détiennent en échange 
de liquidités.
26
     Sur   ce   marché,   il 
   y   a  une 
  liberté 
   d’action 
  des   
offreurs   et  demandeurs       de  liquidité. 
  La   
confrontation  des   offres   et demandes   contribuent à 
déterminer le prix, c'est-à-dire le taux d’intérêt.   C’est  
justement   ce   taux   que    va 
  manipuler     la  banque 
centrale dans le cadre de la politique monétaire .C’est 
aussi  ce  taux  qui  sert  de   référence 
  au  taux  de  base 
bancaire.  Il  sert  également  de  référence  aux  taux 
d’émission  des  titres  de  créances    négociables  (  TCN) 
échangés sur le marché monétaire élargi.

27
q   Le marché monétaire élargi :
    La grande innovation de ces  dernières  années a  été de 
créer  à  coté  du  marché    interbancaire, 
   un  marché 
décloisonné,  c'est-à  dire  ouvert  à  l’ensemble  des 
intervenants  qui  peuvent  y  venir  pour  récolter    des   
fruits   en   émettant   des   titres 
  ou 
  investir 
  sur  des   
échéances  courtes. Sur ce   marché,   se négocient des 
titres de   créances   négociables   qui   sont   en   nombre  
de   quatre  :   les  billets  de 
  trésorerie, 
  certificats  de   
dépôts, bon de trésor, bons des institutions et sociétés 
financières

28
q Marché financier
     Pour   donner    une 
  définition   aussi   large 
  que   
possible   du   marché   financier,   on   dira   que    ce   
dernier   regroupe   toute    une 
  série  d’opérations   
portant sur  des  actifs   financiers    .Et   cela   sans   qu’il  
y ait   obligatoirement    achat   ou   vente   d’actifs.   On  
l’aura   compris  donc  une    opération     de  crédit       
auprès  d’une banque ou un achat d’obligations rentre 
dans le cadre de cette définition.
   On  parle  alors  du  marché  financier  comme  étant  le  
marché  des actifs financiers .

29
    Vu  comme  ça,  il  semble  que  l’on  peut  tout  mettre  
sous  cette appellation.   Dans la réalité néanmoins, il 
existe  deux  restrictions  à  l’appellation     «  marché   
financier   »    qui  concernent      le  champs 
d’investigation:  la  première  restriction  porte  sur  les  
actifs échangés. On dira que le marché financier est le 
marché des actifs négociables,   c'est-à-dire   les   actifs  
dont  le  prix   est   fonction   des conditions du marché  
(prix   fixé  par  confrontation  entre  les  offres  et   
demandes). C’est  le   cas   par   exemple   de   la   bourse  
ou’  se vendent et s’achètent   des actifs   négociables  
telles que les actions et  les  obligations.

30
    Le  prix   de   ces   valeurs   mobilières   évolue librement 
en fonction de l’offre et la demande sur le  marché.  Le 
marché  financier  est   comme   nous   le   verrons   plus  
tard,   souvent  organisé,  par  opposition  aux  marchés 
libres  (marché de gré à gré).La   deuxième   restriction 
porte sur les termes ou les   échéances. On dira    alors  
que  le   marché   financier   est   le   marché    des 
  actifs 
financiers   à   long   terme,    c'est-à-  dire 
  des 
  actifs   
dont  le  terme  est supérieur à 5 ans.
     Donc  on  peut  définir  le  marché  financier  comme  le 
marché  des  actifs  financiers  négociables  et  de  long 
terme.

31
v Marché primaire
    Qui est le marché des émissions des titres nouveaux,  
on  l’appelle  également    le   marché   du   neuf.   Toutes  
les  émissions  de nouveaux titres se font sur ce marché. 
C’est  le  lieu 
  de  rencontre  entre  les  offreurs  et  les 
demandeurs de capitaux.
v marché secondaire
    Qui  le  marché  de  cotation  des  titres  anciennement 
émis, on l’appelle également  le marché de l’occasion.    
Ce  marché  assure  donc  à  la  fois  la  liquidité  et  la 
mobilité de l’épargne

32
Ø Classification des actifs financiers
q  Les instruments de placements
v Les instruments du marché monétaire
     Il s’agit de l’ensemble des TCN( Titres de Créances    
Négociables)

ü Les Bons du Trésor Négociable ( BTN), titres émis par le 
trésor d’une valeur unitaire de 100000dh et qui rapportent 
une rémunération fixe ou variable. 
ü  Les Billets de trésorerie, titres émis par les entreprises.
ü  Les Certificats de Dépôts, titres émis par les établissements 
de crédit.
33
ü Les Bons des sociétés de financement émis par les sociétés de 
financement  autorisées,  avec  un  montant  unitaire  de 
250000dh  et  une  échéance  allant  de  2  à  7  ans  .Leur 
rémunération  peut  être  fixe  ou  variable.  Ils  sont  au  porteur 
(pour ceux émis avant le 26 janvier 1997) et inscrits en compte 
pour les autres.

v  Les instruments du marché financier.
ü   Les Obligations : ce sont des valeurs mobilières représentant 
une  créance  envers  l’organisme  émetteur  (Banques, 
institutions financières, Etat, entreprises…). Elles peuvent être 
émises  en  monnaie  domestique  (monnaie  locale),  ou  en 
monnaie  étrangère.  Il  existe  différents  types  d’obligations  : 
OBSA2,  OBSO3,  titres  participatifs……les  obligations  peuvent 
être émises à taux fixe ou à taux variable.
34
ü Les Actions : sont émises par les sociétés cotées sur 
le marché ou qui désirent entrer dans le marché. Ces 
sociétés  formulent  ici  le  désir  de  faire  appel  à 
l’épargne  publique  en  vendant  une  partie  de  leur 
capital.  Emettre  des  actions,  c’est  une  façon 
d’accroître  sa  notoriété  mais  aussi  de  financer  son 
développement.  Le  détenteur  d’une  action  dispose 
d’un  certain  nombre  de  droit  dont  les  plus 
importants  sont  le  droit  de  vote  et  le  droit  de 
participer  au  partage  des  bénéfices  par 
l’intermédiaire des dividendes.
35
•   Les  titres  OPCVM  sont  des  titres  émis  par  les 
organismes  de  placement  collectifs  en  valeurs 
mobilières. Il existe deux types d’OPCVM : les FCP et les 
SICAV respectivement fonds communs de placement et 
les  sociétés  d’investissement  à  capital  variable.  Ces 
organismes  collectent  une  épargne  qu’ils  placent  en 
actions  ou  obligations.  On  distingue  ainsi  les  OPCVM 
actions  (qui  investissent  dans  des  actions),  les  OPCVM 
obligations  (qui  investissent  en  obligations)  et  les 
OPCVM  diversifiées  (qui  investissent  en  actions  et 
obligations). En terme comptable, on dira que le passif 
est  constitué  par  le  capital  divisé  en  nombre  de  parts 
détenues par les ménages et les entreprises.
36
q Les instruments de financement
     Contrairement  aux  instruments  de  placement,  les 
instruments  de  financement  sont  des  créances  qui 
naissent de la volonté de deux cocontractants, à savoir 
un prêteur et un emprunteur. C’est généralement le cas 
lorsqu’un  agent  non  financier  contracte  un  prêt  chez 
une banque. 
    On voit qu’ici le lien entre les deux agents est personnel 
et  direct  alors  que  dans  le  cas  des  instruments  de 
placement  le  lien  est  impersonnel  puisque  l’on  fait 
intervenir le marché.

37
La création monétaire 
    Au  sein  de   l’économie,   la   quantité   de   monnaie   en  
circulation  n’est  pas   stable.   Sa variation   a   un   sens  
significatif.   Lorsqu’on   observe   dans   une    période   
donnée   une    variation  positive 
    de  l’agrégat   
monétaire,   on   parle   de   création   monétaire.    La   
création  monétaire  se définit   comme   étant   la   mise  
en  circulation  d’une   nouvelle   quantité   de   monnaie  
et  non  la substitution d’une forme de monnaie à une 
autre.  La  responsabilité  et  l’initiative  de  la  création 
monétaire  reposent  à  la  fois  sur  les  institutions 
financières et sur les agents non financiers

38
Ø Le processus de création monétaire
    Ce processus s’articule au tour de deux axes à savoir  
les ressources et les emplois :
ü Des  ressources  vers  les  emplois  :  cela  signifie  que  les 
institutions  financières  ne  créent  de  la  monnaie  que 
sur  la  base  des  dépôts  préexistants.  On  dit  que 
  les 
dépôts font les crédits
ü  Des emplois vers les ressources : ce sont les crédits qui 
font les dépôts. Le dépôt est la somme qui apparaît au 
crédit du compte bénéficiaire.

39
Exemple :
     Une  entreprise  veut  acheter  des  biens  mais  elle 
  n’a 
pas  les  moyens  financiers  pour  les  acquérir.  Elle 
demande un crédit à la banque. La banque lui accorde 
ce crédit et l’opération se présente comme suit :

40
     Une   fois   le   crédit   est 
  remboursé, 
  on 
  dit 
  que   la   
monnaie  créée  a  connu  une destruction. De manière 
générale,  il  y  a  destruction  de  monnaie,  lorsque 
l’argent  détenu  par  un  agent  non  financier  devient  la 
propriété de la banque.

41
Ø Les systèmes de création de la monnaie
     Il   s’agit   de   distinguer 
  entre 
  deux 
  systèmes    :  un   
système   simplifié   et   un    système  hiérarchisé. 
  Or,   
aujourd’hui   le   système    n’est 
  plus 
  simple 
  mais   
complexe.   Cette   complexité  s’explique     par  le   
nombre   d’acteurs   qui    forment   ce 
  système,   les   
relations  qui   entretiennent entre eux, la diversité des 
sources de financement,… 

42
q Création monétaire dans un système simplifié :
    Dans le  système simplifié,   la monnaie n’est créée que 
par  une  seule  banque.   Tous  les  règlements  entre  les 
agents  économiques  s’effectuent  en  monnaie 
scripturale. Cette banque crée de la monnaie à travers 
trois opérations 
ü  Entrée de devise ;
ü   Règlement du trésor public ;
ü   Octroi des crédits à travers l’opération de l’escompte

43
q Création monétaire dans un système hiérarchisé
     Dans  ce  système,  la  monnaie  est  créée  par  trois 
catégories d’institutions financières
ü  La banque centrale ;
ü   Les banques commerciales ;
ü   Le trésor public

44
v  La création de monnaie par la banque centrale
    La banque centrale émet les billets   de banque et    les  
pièces  de  monnaie  ayant  cours   légal  sur  le  territoire 
du Royaume.   L’intervention de la banque centrale en 
matière de création de monnaie se manifeste à travers 
les  créances  sur  le 
  trésor  public,  les  créances  sur 
l’étranger et les créances sur l’économie. 

45
ü  Les créances sur le trésor public :
     Ces  créances  représentent   la  cause    principale  de  la 
création  de  la  monnaie  par  la  banque  centrale.  Ces 
concours   permettent  de  faire  face   aux  décalages 
conjoncturels  entre  les  recettes  et  les  dépenses 
publiques  et  de  couvrir  au  moins  en  partie  le  déficit 
budgétaire
     La  banque  centrale  aide  le  trésor  à  surmonter  ces 
difficultés :
§ En   lui   accordant   des   avances   pour   qu’il 
  puisse   
faire  face  à  ses  problèmes  de trésorerie ;
§   En  achetant  les  bons  que  le  trésor  émet  pour 
combler son déficit
46
ü  Les créances sur l’étrange 
     Elles   résultent   de   l’achat   de 
  devises 
  auprès    des   
banques   commerciales.   Après    avoir  acquis 
  les   
devises   auprès   des    agents    économiques,    ces   
banques  les  cèdent  à  la  banque centrale.
Exemple :
     Lorsqu’un   agent   économique    cède 
  les 
  devises   
contre  les  dirhams  à  sa  banque,    cette dernière  les  
cède  à  la   banque   centrale   contre   les   dirhams.   La  
création   de   monnaie   qui    en  résulte  entraîne  une 
augmentation  de  la  quantité  de  dirhams    en 
circulation sans qu’il y ait   une diminution des autres 
composantes de la masse.
47
ü  Les créances sur l’économie
     Elles   se   composent 
  des 
  crédits 
  accordés    aux   
banques   commerciales.   Le   rôle 
  de    la  banque   
centrale   étant   de 
  refinancer 
  ces 
  banques    à   
travers   l’acquisition   des 
  effets 
  de  commerce.   
Cette  opération   de   réescompte   a   été   remise   en  
cause   car   le 
  refinancement 
  des  banques  est 
effectué directement sur le marché monétaire

48
v  La création de monnaie par les banques commerciales
A la base même de ce processus de création monétaire se
trouve un agent économique (un particulier, une entreprise) qui
souhaite acquérir un bien (une voiture, une maison, une
machine) ou financer un surcroît de dépenses sans avoir les
ressources financières correspondantes.
      En  l'absence  de  crédit,  cet  agent  ne  pourrait  pas  réaliser 
immédiatement   son  projet  et  devrait  attendre  de  disposer  des 
ressources  nécessaires  pour  le  faire,  ce  qui  dans  certains  cas 
pourrait  prendre  des  années,  voire  ne  jamais  se  réaliser  (par 
exemple acheter une maison pour un particulier).
     Toutefois, grâce aux crédits qu'elles accordent à leurs clients, les 
banques  commerciales  vont  permettre  à  une  grande  partie  de 
ces projets de se matérialiser. Les banques commerciales jouent 
un rôle de prestataire de service financier pour les particuliers et 
les  entreprises  qui  les  situent  au  cœur  du  financement  de 
l'économie et en font un acteur majeur de celui-ci.

49
Deux façons d'octroyer des crédits
Il  y  a  cependant  deux  façons  pour  les  banques 
commerciales d'octroyer des crédits à leurs clients.
Utiliser les dépôts existants
    La première consiste à utiliser les dépôts de leur clientèle 
qui sont non employés. Ce faisant, les banques transfèrent 
des  ressources  en  provenance  d'agents  en  capacité 
d'épargne  vers  des  agents  ayant  des  besoins  de 
financement.  Comme  les  dépôts  de  leurs  clients  sont 
généralement  liquides  à  court  terme  et  que  les  prêts 
qu'elles  accordent  sont  à  plus  long  terme,  les  banques 
pratiquent  la  transformation  d'une  épargne  liquide 
préexistante en financements plus adaptés aux besoins de 
l'économie.  Ce  processus  est  résumé  par  l'adage  " les
dépôts font les crédits". Toutefois, il s'agit ici d'un simple 
transfert d'une catégorie d'agents vers une autre, et il n'y 
a donc pas de création monétaire.
50
Créer de la monnaie
      La  seconde  façon  pour  les  banques  commerciales 
d'octroyer  des  crédits  à  leurs  clients  consiste  justement  à 
créer  de  la  monnaie,  c'est  à  dire  à  effectuer  un  prêt  sans 
avoir les montants correspondant en ressources.
     Pour  ce  faire,  les  banques  commerciales  vont  créditer  le 
compte courant de leur client du montant du prêt accordé. 
Par  un  simple  jeu  d'écriture,  elles  vont  ainsi  créer  de  la 
monnaie. Dans ce cas, "les crédits font les dépôts" puisque 
le  montant  du  crédit  octroyé  vient  alimenter  le  compte 
courant du client de la banque commerciale.
      C'est  grâce  à  ce  processus  que  le  stock  de  monnaie  en 
circulation croît en liaison avec les besoins de monnaie du 
système économique. 
51
v  La création de la monnaie par le trésor public
     Le  trésor  public  est  la  personnification  financière  de 
l’Etat. Sa mission principale est d’assurer la couverture 
quotidienne  des  dépenses  publiques,  de  collecter  les 
ressources et d’exécuter les lois de finances. Le trésor 
public peut rencontrer deux types de difficultés :
üDes  difficultés  conjoncturelles  dues  à  un  décalage 
entre les recettes et les dépenses ; 
ü  Des  difficultés  structurelles  lorsqu’il  s’agit  d’un 
déficit  budgétaire.  Ce  déficit  s’explique  par  le  fait 
que  les  recettes  de  l’Etat  sont  inférieures  aux 
dépenses de l’Etat. 

52
     La  banque  centrale  peut  aider  le  trésor  public  à 
surmonter ses difficultés : 
ü  En lui accordant des avances (cas exceptionnel). On ne 
peut  parler  de  création  monétaire  que  lorsque  le 
trésor  public  utilise  cette  liquidité  pour  régler  ses 
dépenses ; 
ü   En  achetant  les  bons  que  le  trésor  public  émet  pour 
combler son déficit. 

53
Ø les limites de la création monétaire :
ü  il n’y a pas de création monétaire si les agents non 
financiers ne demandent pas les crédits
ü Problèmes de liquidités pour les banques 
commerciales 
ü  le réserve obligatoire ( fuites de monnaie )
ü  le contrôle de la banque centrale

54
Le multiplicateur de crédit
      Le  multiplicateur  de  crédit  mesure  la  degré 
  de  la 
création  monétaire  des  banques  commerciales  c’est-à-
dire le total des crédits données par ces banques 
     Le  multiplicateur  doit  prendre  en  compte  l’effet  du 
coefficient  des  réserves  obligatoire,  on  considère  un 
coefficient de réserve obligatoire de 5%
    Multiplicateur de crédit K

55
    R = Coefficient R.O. 
    b = Coefficient billet
Total des crédits données par la banque est :

C1 : crédit donné par la banque 

56
     Donc  si  la  banque  centrale  décide 
d’augmenter  le  coefficient  de  réserve 
obligatoire  R,  le  multiplicateur  diminue  et 
donc  le  pouvoir  de  création  monétaire  de  la 
banque lui aussi diminue.

57
Classification des acteurs financiers
Ø Les établissements relevant de la loi bancaire
    L’article premier du Dahir loi 14 Février 2006 relatif à 
l’exercice de l’activité des établissements de crédits et 
de leur contrôle définit comme établissements de 
crédit : « est considérée comme établissement de 
crédit toute personne morale qui effectue, à titre de 
profession habituelle, l’une des opérations suivantes :
– La réception de fonds du public ; 
– La distribution de crédits ; 
– La mise à la disposition de la clientèle de moyens de 
paiement ou leur gestion. » 
58
    Le  système  bancaire  marocain  est  composé  de  deux 
grandes  catégories  d’établissements  :  les  banques,  et 
les sociétés de financement
v Les banques :
Les banques : cette appellation regroupe aussi bien les 
banques  commerciales  et  les  organismes  financiers 
spécialisés.  Cette catégorie  d’établissements  pour 
effectuer toutes les opérations de banque : recevoir les 
fonds  du  public,  effectuer  les  opérations  de  crédit,  de 
change, de placement,…. 
     Exemple : Banque populaire, BMCE Bank, BMCI, Crédit  
du Maroc, Crédit Agricole, CIH,…
59
v Les sociétés de financement
   Elles se distinguent principalement des banques en ce 
sens  qu’elles  ne  sont  pas  autorisées  à recevoir  du 
public des fonds à vue ou d’un terme inférieur ou égal 
à  deux  ans.  Les  opérations  qu’elles  peuvent  effectuer 
sont, soit précisées dans les décisions d’agrément qui 
les  concernent,  soit  découlent  de  leur  statut  législatif 
et  réglementaire.  Sont  concernés  :  les  organismes  de 
crédits  à  la  consommation  (SOFAC,  DIAC,…),  les 
sociétés de Crédit Bail (MAGHREBEBAIL, WAFABAIL,…). 
Les sociétés d’affacturage (Maroc FACTORING),… 

60
Ø Les institutions ne relevant pas de la loi bancaire
v  Le trésor 
     Le  trésor  est  un  agent  financier,  c’est  la  personnalité 
financière  de  l’Etat.  Il  se  charge  de  la  collecte  des 
ressources pour l’Etat et assure pour lui le paiement de  
ses   dettes.   Il   collecte   des 
  ressources   de   toutes   
nature  pour  financer notamment  le  déficit  de  l’Etat.  
Pour   cela,   il    a   la  possibilité 
   de  faire 
  appel 
  à 
l’épargne  publique  sous  forme    d’émission   de  titres 
sur  les  marchés  ou  de  faire  appel  autres  institutions 
financières par l’ intermédiaire   du marché monétaire. 
Il peut également compter sur les avances que lui fait 
la banque centrale et les aides ou emprunts venant de 
l’étranger.
61
v  La caisse de dépôts et de gestion
      La  CDG  est  structurée  en  quatre  pôles  d’activité  : 
Participations   et  placements,  immobilier,  promotion  de 
l’épargne,  marchés  des  capitaux.  Il  s’agit  d’un  acteur 
financier  de  tout   premier   plan.   Sa   vocation   première,  
c’est   la   gestion   des  capitaux  qui  lui  proviennent  de  la 
CNSS,  de  CNRA,RCAR,  l’épargne  collectée  par  la  CEN,  les 
fonds  de  travail,  les  fonds  versés  par  les  secrétaires 
greffiers et les notaires et divers autres déposants.
    Le  volume  élevé  des  fonds  collectés  fait  de  la   CDG   un  
acteur   solide   dans   le  système   financier    et 
  c’est 
  l’un   
des   tout   premiers    investisseurs 
  institutionnels  dans 
beaucoup de domaines économiques. Ses interventions se 
traduisent par des participations dans diverses entreprises 
nationales,  dans  l’immobilier  social  et    par    la  création   
d’OPCVM.  C’est   donc   un   acteur   incontournable   de   la  
vie économique et financière
62
v  La Caisse Centrale de Garantie
    La  CCG  est  un  organisme  public  chargé   de   garantir  
les   remboursements   des  prêts 
  consentis    par   les   
établissements  bancaires  en   faveur   des   entreprises  
et organismes  publics  ou  privés   ayant   une   vocation  
à  s’intéresser  au développement socio-économique

63
v  La banque centrale 
    La banque centrale émet deux sortes de monnaie : les billets 
de  banque  et  la  monnaie  scripturale  qui  circule  entre  les 
établissements  de  crédit  et  que   l’on  appelle 
  monnaie    de   
banque   centrale.   Toutes    les 
  banques 
    et    le  trésor 
détiennent un compte à la banque centrale par lequel transite 
l’ensemble  des  opérations  que  ces  organismes  effectuent 
entre  eux.  C’est  ce  que  l’on  appelle  mécanisme  de 
compensation.   Ainsi  par  exemple,  lorsqu'  une  banque  fait 
une  opération   qui   se 
  traduit   par 
    un   flux  d’échange   
monétaire   avec   une   autre  banque,    alors 
  ce   flux 
  passe   
obligatoirement   par   la   banque   centrale   et   donc  transite   
par  les   comptes   bancaires   ouverts   auprès   d’elle.   On    dit  
donc   que   la  banque 
  centrale    fait 
  office 
  d’organisme   
compensateur.  C’est  un  moyen  de sécuriser  et  de  garantir  
les  banques   commerciales   que   les   échanges   de monnaie 
banque centrale entre les banques seront bien réglés.
64
     De  plus,  la  Banque  Centrale  gère  l’ensemble  des 
réserves  de  change  du  pays.    Les  banques     
commerciales  s’adressent   à   elle   pour   acheter   ou  
vendre  les devises. Elle joue donc le rôle de banque 
des  banques  auxquelles  elles  assurent  différents 
services dont celui de préteur en dernier ressort
    Dans le cadre de la politique monétaire, elle définie  
ses  grandes  orientations  et  se  donne  la  toute 
puissance  réglementaire  pour  la  mettre  en  œuvre. 
Ainsi, elle possède différents moyens à sa disposition 
pour réguler la quantité de monnaie dans l’économie 
et peser sur les grands équilibres macro-économique

65