Vous êtes sur la page 1sur 13

Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

ESSAI C.B.R
(California Bearing Ratio)

I. DOMAINE D’APPLICATION

Dans ce fascicule :

 Décrit l’appareillage spécifique et les modalités permettant la détermination :

 de l’indice CBR après immersion


 de l’indice CBR immédiat
 de l’indice Portant Immédiat (IPI), d’un sol ou d’un matériau granulaire utilisé
dans la construction des ouvrages en terre ou des assises de chaussées.

 Définit en annexe les méthodologies de l’étude CBR appliquée à la recherche de


l’indice CBR de dimensionnement d’une chaussée.

Cette norme s’applique aux sols fins, ainsi qu’aux sols grenus dont la teneur en éléments de
lus de 20 mm de dimension maximale n’excède pas 25 %, éventuellement traité avec des liants
(chaux - ciment - cendre volantes). Elle s’applique également à d’autres matériaux utilisés en
technique routière, tels que laitiers, mâchefers, cendres volantes, déchets industriels divers, dans
la mesure où leur granulométrie respecte la condition précédente.

II. DÉFINITION

Indice CBR après immersion, Indice CBR immédiat : C’est les grandeurs utilisées pour
caractériser un sol ou un matériau élaboré), en tant que support ou constituent d’une structure de
chaussée.

Indice Portant Immédiat : C’est la grandeur utilisée pour évaluer l’aptitude d’un sol ou d’un
matériau élaboré à supporter directement sur sa surface la circulation des engins de chantiers.

III. PRINCIPE DE L’ESSAI

Principe
Le principe général de l’essai servant à déterminer les indices CBR ou l’IPI consiste à
mesurer les forces à appliquer sur un poinçon cylindrique de 19.53 mm2 de section pour le faire
pénétrer à la vitesse de 1.25mm/min dans une éprouvette de sol. La valeur particulière des deux
forces ayant provoqué les enfoncements de 2.5 et 5 mm sont alors rapportées, aux valeurs de

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :1


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil
13.35 et 20 kN, qui sont respectivement les forces observées sur un matériau de référence pour le
même enfoncement.

L’indice recherché est alors défini conventionnellement comme étant la plus grande valeur,
exprimée en pourcentage, des deux rapports ainsi calculés.

Note informative

Les indices CBR et IPI ne constituent pas des caractéristiques intrinsèques d’un sol. En
effet, si ces grandeurs dépendent en partie de la nature du sol (granularité, plasticité), elles
dépendent également dans une large mesure de sa teneur en eau, de sa masse volumique sèche et
de son degré de saturation, qui est des caractéristiques d’état fonction de ses conditions de mise
en œuvre et d’environnement.

L’indication de toute valeur d’un indice CBR ou IPI d’un sol n’a pas donc de sens que si elle
est assortie des caractéristiques d’état du sol prise en considération dans la confection de
l’éprouvette, c'est-à-dire :
 Sa masse volumique à l’état sec d exprimée en pourcentage de la valeur de dopt
 Sa teneur en eau exprimée en pourcentage de la valeur de Wopt du sol
 Son état de saturation défini qualitativement par le fait que l’éprouvette est
poinçonnée soit immédiatement soit immergé durant 4 jours
Pour ce qui concerne l’Indice CBR de dimensionnement d’une chaussée, le concepteur doit
choisir les caractéristiques d’état du sol qu’il entend prendre en considération en fonction des
particularités du projet. A titre indicatif on peut rappeler que les caractéristiques suivantes sont
souvent retenues :
 Masse volumique sèche : 100% de dopt
 Teneur en eau : 100% de W opt
 Etat de saturation : celui obtenu après 4 jours d’immersion.
Ce choix est cependant généralement pessimiste, car il est peu fréquent que le sol sous la
chaussée se trouve dans un état de saturation comparable à celui de l’éprouvette placée durant 4
jours en immersion. Il convient donc de procéder à une évaluation la plus réaliste possible de
l’état hydrique du sol sous la chaussée en service et de déterminer alors l’indice CBR de
dimensionnement correspondent à cet état.

IV. APPAREILLAGE

Matériel de confection des éprouvettes


Il comprend le moule CBR et les dames ou machines de compactage Proctor normal et
Proctor modifié, ainsi qui l’ensemble des accessoires (plaque de base, rehausse, disque
d’espacement, règle à araser) et le matériel d’usage courant (balances, étuve, bacs) décrits dans
la norme NF P 94-093.

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :2


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

ÉCHANTILLON DE SOL HAMMER


CBR MOLD

COUTEAU BALANCÉ RÉCIPIENT

RAMMER CBR MACHINE

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :3


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

Matériel de poinçonnement

Il comprend une presse de compression d’une capacité minimum de 50 kN possèdent une


course d’au moins 60 mm

Cette presse doit être équipée :


 D’un poinçon cylindrique en acier de 19.53 cm2 de section et d’une vingtaine de
centimètre de longueur, solitaire de la partie fixe de la presse.
 D’un dispositif permettant la manœuvre de la partie mobile de la presse à la vitesse
1.25 mm/min.

 D’un dispositif dynamométrique, fixé rigidement (liaison sans rotule) entre le


poinçon et la tête fixe de la presse, permettant de mesurer les efforts de
poinçonnement. La capacité de ce dispositif doit être au moins 50 kN. Sa précision
doit être au minimum de 1% de l’effort de poinçonnement mesuré.

Matériel de mise en immersion et de mesure de gonflement

Il est constitué :

 d’un ou plusieurs bac de hauteur suffisante pour assurer l’immersion complète des
éprouvettes, compte tenu que celle-ci doivent reposer sur le fond du bac, par
l’intermédiaire d’un caillebotis de 1 cm de hauteur minimum,
 d’une surcharge constitué par un disque de 150 mm1 mm de diamètre extérieur
comportant un évidemment central cylindrique de 27 mm permettant le passage
aisé du poinçon. La masse de cette surcharge doit être de 2.3kg0.1 kg
 d’un comparateur à cadran classique de précision 0.01 mm
 d’un trépied support se positionnant sur le bord supérieur du moule et servant à
maintenir le comparateur dans l’axe du moule
 d’un disque, dit (de gonflement) en acier de 150 mm de diamètre et de 2 mm
d’épaisseur environ perforé sur toute sa surface par une série de trous de 2 mm de
diamètre, à raison de 1 trou par centimètre carré environ. Ce disque comporte,
perpendiculairement à son centre, une tige de hauteur réglable, permettant de
régler la mise à zéro du comparateur, avent la mise en immersion.

V. CONDUITE DE L’ESSAI
• Compacter à la teneur en eau optimum suivant le processus de l’essai PM (à 10 coups,
25 coups et 55 coups).
• Araser le moule et déterminer la teneur en eau de la partie enlevée.
• On le met dans la presse de CBR et fait pénétrer le piston à la vitesse environ 1.25 mm
par minute.
• On trace la force de pénétration en fonction de la profondeur.
• Le CBR est par convention la plus grande des deux valeurs suivantes :

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :4


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil
Effort de pénétration à 2.5 mm d' enfoncement en (kN)  100
• CBR2.5 =
13.35
Effort de pénétration à 5 mm d' enfoncement (en kN)  100
• CBR5 =
20

• La capacité de portance du sol est meilleure si l’indice de CBR est plus élevé.
• On met l’échantillon dans l’eau pendant 4 jours pour déterminer le CBR immersion.

VI. CACUL ET RÉSULTAT

Selon le graphique du test Modified Proctor, la teneur en humidité optimale Wopt est égale à
9,7%

Penetration Data

Penetration Force (kN)


55 blows 25 blows 10 blows
mm
kN kN kN
0 0 0 0
0.5 0.1 0.3 0.4
1 0.3 0.4 0.5
1.5 0.4 0.5 0.7
2 0.5 0.7 0.9
2.5 0.6 0.8 1.1
3 0.7 0.9 1.2
3.5 0.8 1 1.4
4 0.9 1.1 1.5
4.5 1 1.2 1.6
5 1.1 1.3 1.8
5.5 1.2 1.4 1.8
6 1.2 1.4 1.9
6.5 1.3 1.5 2
7 1.4 1.6 2.1
7.5 1.4 1.6 2.1
8 1.5 1.7 2.2
8.5 1.6 1.8 2.3
9 1.6 1.9 2.4
9.5 1.6 1.9 2.4
10 1.7 2 2.5

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :5


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

Calculer les valeurs de CBR suivantes :

Effort de pénétration à 2.5 mm d' enfoncement en (kN)  100


CBR2.5 =
13.35

Effort de pénétration à 5 mm d' enfoncement (en kN)  100


CBR5 =
20

Le calcul de CBR

profounder of Penetration Standard of compression of charge


2.5mm 13.3
5
5mm 20
profounder of Penetration Number of coupes of couches
10 coupes 25coupes 55 coupes
2.5mm 4.49 5.99 8.24
5mm 5.5 6.5 9
CBR=max(CBR2.5,CBR5) 5.5 6.5 9

VII. Conclusion

Après avoir fait l’essai de CBR, on peut savoir la résistance du sol en comparant avec
le sol à California comme son nom « California Bearing Ratio ». Cet essai est très
important pour les ingénieurs routiers car il est nécessaire à savoir quel type de sol à
utiliser pour construire la route.

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :6


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

ESSAI DE PROCTOR MODIFIÉ

I. Généralité

Le comportement fondamental du sol est sa teneur en eau qui permet de savoir la


caractéristique naturelle du sol. Pour que le sol soit correctement compacté, on doit situer la
teneur en eau du sol naturel par rapport à la teneur en eau optimum.

La caractéristique des conditions optimales á mettre en œuvre pour réaliser un bon


compactage, et en particulier la définition de la teneur en eau correspondante nécessite une
simulation de laboratoire qui permettre de définir les conditions opératoires du compactage en
place. Simultanément, on étudie l’influence de la teneur en eau sur la portance du matériau après
compactage.
Deux essais permettent de définir ces conditions :
 L’essai Proctor pour optimiser les conditions du compactage,

 L’essai C.B.R (California Bearing Ratio) pour déterminer la portance du sol


compacté.

La teneur en eau étant le paramètre essentiel du sol pour ce qui concerne la recherche des
conditions optimales de mise en œuvre, nous rappelons ci-dessous sa détermination.

II. But

Cet essai nous demande de déterminer la masse volumique du sol sèche maximum (ρd) et
la teneur en eau optimale du sol (W%).
L’expérience montre que, lorsque l’on compacte un sol, suivant un processus normalisé bien
défini, à différentes teneurs en eau, on obtient un matériau dont la masse volumique évolue.
Et après Ça, on obtient une courbe présentant un la masse volumique sèche maximum pour une
teneur en eau optimale. L’essai Proctor permet de déterminer ces conditions particulières.

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :7


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil
III. Equipement nécessaire
- Le Moule CBR (le figure 1)
- Le Marteau : Le marteau peut être du type manuel ou mécanique. Le marteau doit avoir
une chute libre d’une hauteur de 547mm au-dessous du niveau de sol. La masse marteau
doit être de 4.535 kg. La surface de grappe doit être plane.(le figure 2)

- La Balance : Une balance ayant une capacité d’au moins 20 kg, sensible à 1 g et une
balance de ayant une capacité d’au moins 1000g, sensible à 0.01 g, doivent être
utilisées.(le figure 3)

- L’Etuve : Une étuve préférablement à ventilation forcée, pouvant maintenir une


température de 110ºC5ºC, doit être utilisé pour la détermination de la teneur en eau des
échantillons. (le figure 4)

- Le Tamis : On prend tamis de 20mm pour essais avec le moule C.B.R. Tamiser
réellement, pour écrêter l’échantillon à 20mm. Eviter de travailler avec un échantillon
complètement sec pour ne pas perdre de fines pendant le tamisage. (le figure 5)
- L’Outils de Malaxage : On doit utiliser des outils divers tels que récipients pour malaxer,
cuillère, truelle, spatule etc., ou un dispositif mécanique convenable permettant de
malaxer parfaitement l’échantillon lors des additions d’eau. (le figure 6)

Figure1: Le Moule CBR Figure3: La Balance

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :8


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

Figure4 : L'Etuve
Figure6 : L'Outils Malaxager

Figure5 : Le Tamis

IV. Conduite de l’essai


- Assembler moule et embase (pour le moule C.B.R., mettre le disque d’espacement).
Mettre un disque de papier filtre au fond du moule, ce qui facile le démoulage. Peser
l’ensemble moule + embase à 5g près (Soit Pm). Mettre en place la place.

- Introduire la première couche de sol et la compacter. Compacter chaque échantillon en 5


couches. Scarifier la surface compactée afin de facilité la liaison avec la couche suivant.

- Procéder de manière identique pour les couches suivantes.


- Après compacté de la dernière couche, enlever la hausse. Le sol compacté doit dépasser
le moule de 1 cm environ. Si ce n’est pas le cas, recommencer le remplissage du moule
en augmentant légèrement la quantité de matériau compacté á chaque couche.

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :9


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

- Araser soigneusement le moule et le nettoyer puis le peser (soit Ph).

- Oter l’embase et prélever deux prises sur l’échantillon, l’une en haut et en autre bas, et en
déterminer la teneur en eau w. On prendra la moyenne des deux valeurs obtenues.

- On obtient ainsi le premier point de la courbe dont les coordonnées sont :

1. En abscisse : w, teneur en eau

2. En ordonnée : ρd, la masse volumique sec qui s’exprime par :

𝐏𝐡 − 𝐏𝐦 𝛒𝐡
𝛒𝐝 = =
(𝟏 + 𝐰)𝐕 (𝟏 + 𝐰)

V : Volume du moule,
Pm : masse du moule et de son embase
Ph : masse du moule plein de sol á la teneur en eau w,
w : teneur en eau du sol compacté dans le moule exprime en valeur unitaire.
- Tracer la courbe de teneur en eau w mesurée après chaque essai en fonction de la masse
volumique ρd obtenu.

- D’après de la courbe, déterminer la masse volumique sec maximum (ρd) et la teneur en


eau optimale du sol (W%).

V. Détermination de la teneur en eau d’un sol


1. Premièrement, prélever un échantillon de sol présentatif

2. Puis, placer le prélèvement dans une tare ayant le masse mtare

3. Peser immédiatement, soit mh

4. Mettre á l’étuve á 105C environs 24h

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :10


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil
5. Finalement, peser l’échantillon sec immédiatement á sortie de l’étuve, ou après
refroidissement dans un dessiccateur, soit md.

Formule de calcul de teneur en eau est donnée comme suivant :


𝑚ℎ − 𝑚𝑑
𝑤𝑖 = × 100
𝑚𝑑 − 𝑚𝑡𝑎𝑟𝑒
Avec w: teneur en eau (exprimé en 0%)
mtare : mass de la tare
md : mass de l’échantillon sec, y compris la tare
mh : mass de l’échantillon humide, y compris la tare
14.12 − 13.56
𝑤1 = × 100 = 7.28%
13.56 − 5.86

15.12 − 14.45
𝑤2 = × 100 = 7.806%
14.45 − 5.86

(7,28%+7.806%)
𝑤𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛𝑛𝑒 = =7.543%
2
Donc, le teneur en eau moyenne est wmoyenne= 7.543%
VI. Résultat
Le résultat au-dessous qui exprime la valeur des poids volumique sèche d maximal en
fonction de la teneur en eau optimum wotipmum :

Mélanger avec l’eau 12 %


ρh=2.03g/cm3
Masse moule 15600 g
Volume moule 2121.9868 cm3
Essai numéro 1

ρd=1.714g/cm3
Masse moule et sol humide 19900 g
Masse tare Tare et sol Tare et sol Teneur en
N0 de tare w(%)
(g) humide(g) sèche(g) eau (%)
En haute 34.97 116.97 104 18.788
18.179
En bas 34.83 145.31 128.8 17.569

Mélanger avec l’eau 8 %


ρh=2.10g/cm3
Masse moule 15600 g
Volume moule 2121.9868 cm3
Essai numéro 2

ρd=1.85g/cm3
Masse moule et sol humide 20070 g
Masse tare Tare et sol Tare et sol Teneur en
N0 de tare w(%)
(g) humide(g) sèche(g) eau (%)
En haute 28.18 125.37 113.52 13.88
13.598
En bas 28.39 156.5 141.45 13.31

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :11


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil

Mélanger avec l’eau 8 %


ρh=2.20g/cm3
Masse moule 15600 g
Volume moule 2121.9868 cm3
Essai numéro 3

ρd=1.90g/cm3
Masse moule et sol humide 20270 g
Masse tare Tare et sol Tare et sol Teneur en
N0 de tare w(%)
(g) humide(g) sèche(g) eau (%)
En haute 34.97 119.203 107.66 15.88
15.73
En bas 34.83 144.735 129.92 15.58

Le courbe de d=f(w)

1.95E-06

0.000001905
1.90164E-06
0.0000019
ρd ( 10^6 g/cm^3 )

1.85435E-06
1.85E-06

0.0000018

1.75E-06

1.71469E-06

0.0000017
7 8 9 10 W(%) 11 12 13

d,max(T/cm3) Woptimum(%)

Par le graphique, on obtient le résultat comme valeurs suivant :

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :12


Institut de Technologie du Cambodge Département de Génie Civil
1.905 9.7

VII. CONCLUSION
En résumé avec le résultat au-dessus : On peut dire que sur le chantier, et en fonction des
spécifications du cahier des clauses techniques particulières qui précise si l’essai de référence
est un essai Proctor Normal, ou essai Proctor Modifié, on doit vérifier la teneur en eau naturelle
(wn) des sols compacter et la comparer la teneur en eau optimale obtenue au cours de l’essai
de compactage.
Par exemple, pour un essai normal :
 Si wn = wopt, le compactage est effectué,

 Si wn < wopt,le sol doit être arrosé avant compactage jusqu’à atteindre wopn,

 Si wn > wopt, le sol doit être aéré pour sécher. En cas de mauvais temps, le
compactage superficiellement afin d’empêcher l’eau de pluie de s’infiltrer puis l’aéré
lorsque le beau temps est retour.

Dr : CHEA Savuth TP Route Page :13

Vous aimerez peut-être aussi