Vous êtes sur la page 1sur 16

Amélioration des sols en place. Dhouib, Magnan et Mestat (ed.

) 2004, Presses de l’ENPC/LCPC, Paris

MÉTHODE DE PRIEBE : ORIGINE, DÉVELOPPEMENT ET APPLICATIONS

PRIEBE’S METHOD: ORIGIN, DEVELOPMENT AND APPLICATIONS

Ammar DHOUIB1, Jimmy WEHR3, Bertrand SOYEZ2, Heinz J. PRIEBE4


1
GTM Construction (Groupe VINCI), Paris
2
Keller-Grundbau, Allemagne
3
METATM – DRAST Mission Génie Civil, Paris
4
GEOStat, Allemagne

RÉSUMÉ – La méthode de Priebe est, de nos jours, la méthode plus élaborée et employée
pour le calcul et le dimensionnement des colonnes ballastées. Cette communication décrit
l’origine et le développement théorique de la méthode. Elle présente deux exemples
d’application de la méthode à des cas où des mesures de chantier sont disponibles.

ABSTRACT – Priebe’s method is nowadays the most complete and used design method for
stone columns. This paper recalls the origin and theoretical development of this method. Two
examples are then presented, where the predictions made by Priebe’s method are compared to
field measurements.

1. Introduction

Le développement important de la technique des colonnes ballastées a conduit de nombreux


auteurs à proposer des méthodes de calcul et à élaborer des abaques de dimensionnement :
Greenwod (1970), Thorburn (1975), Priebe (1976, 1978 et 1995), Goughnour et Baynk (1979),
Datye (1982), Balaam et Poulos (1983), Van Impe et de Beer (1983). Néanmoins, il n’y a pas, à
ce jour, de méthode « universelle » permettant de résoudre tous les problèmes posés par les
divers ouvrages fondés sur colonnes ballastées, bien que la méthode de Priebe offre une
approche de calcul approximative pour le cas particulier des semelles superficielles sur
colonnes ballastées.
La méthode due à Priebe est à présent la méthode la plus élaborée et probablement la plus
utilisée, malgré certaines difficultés d’usage, dues au nombre important de ses paramètres, et
au fait qu’elle est peu connue en France.
Cette communication répond à plusieurs objectifs :
− présenter l’origine et les bases de la méthode de Priebe,
− développer les équations qui lient l’amélioration apportée par les colonnes ballastées à la
compressibilité du ballast et à l’effet de la profondeur,
− présenter deux exemples de radier général de station d’épuration et de remblais de
surélévation où les tassements mesurés sont comparés aux résultats théoriques obtenus
par la méthode de Priebe (1995) ;
− conclure sur la pertinence de la méthode et sur ses perspectives.

2. Position du problème et équations générales

2.1. Principe de la cellule unitaire

La formulation du problème est fondée sur le principe de la cellule unitaire, de surface


constante, où les déformations radiales sont nulles à la périphérie. On admet également que les
matériaux ont un comportement élastique linéaire ou élasto-plastique. Il est alors possible
d’utiliser les principes de l’expansion d’une cavité cylindrique dans un milieu infini (Vesić, 1972).
131
La figure 1 schématise le réseau de colonnes ballastées, la cellule unitaire, les contraintes
et des déformations du domaine cylindrique d’influence de la colonne et les déformations de la
colonne et du sol ambiant.
Chaque milieu est caractérisé, d’une manière générale, par les paramètres mécaniques
suivants :
- sol encaissant homogène : Es, νs, cs et éventuellement ϕs,
- colonnes ballastées : Ec, νc, et ϕ’c.

r σθ
Rc
σr σr

ur Re σθ
réseau de colonnes

contraintes
notations géométriques

Rc r σο
Re

sc ss

sol

colonne

cellule unitaire déformations de la colonne et du sol

Figure 1. Principe de la cellule unitaire et application aux colonnes ballastées de la théorie de


l’expansion d’une cavité cylindrique dans un milieu élastique infini (Vesic, 1972)

2.2. Base de la méthode de Priebe

Le cœur de la théorie de Priebe est l’application de la théorie de l’expansion d’une cavité


cylindrique à la déformation horizontale de la colonne ballastée et du sol. On ne tient pas
compte de l’effet de la pesanteur. La colonne ballastée est supposée incompressible. Elle est
en état limite de poussée et reçoit du sol une pression latérale égale à la pression appliquée à
la surface du sol (comme dans un liquide). Les tassements du sol sont calculés à partir d’un
module de type œdométrique et ceux de la colonne sont directement liés au changement de
diamètre (condition de volume constant). Des corrections sont apportées ensuite pour tenir
compte de l’effet de la compressibilité de la colonne et de l’effet de la pesanteur. La compres-
sibilité de la colonne limite l’effet du traitement du sol sur les tassements : le tassement résiduel
132
n’est jamais nul mais est celui du matériau compacté de la colonne. La pesanteur modifie la
valeur des contraintes au contact de la colonne et du sol, augmente la pression appliquée par le
sol sur la colonne, limite la largeur de la colonne en profondeur et augmente la capacité
portante de la colonne.

2.3. Équations générales de l’expansion d’une cavité cylindrique

On peut assimiler la cellule unitaire à un cylindre long à section circulaire. En raison de la


symétrie axiale et de l’uniformité dans la même direction, les composantes de cisaillement et de
déplacement transversal sont nulles et les trois contraintes σr, σθ et σz vérifient les deux
équations d’équilibre régissant l’expansion latérale d’une cavité cylindrique (Vesić, 1972) :
dσ r σ r − σ θ
+ = 0, (1a)
dr r
et
dσ z
=0
dz . (1b)
Les relations entre les contraintes et les déformations se simplifient en négligeant les
déformations axiales (εz = 0), soit :
1 − ν s2  ν 
εr =  σ r − s .σ θ  (2a)
Es  1 −ν s 

1 − ν s2  ν 
εθ =  σ θ − s .σ r  (2b)
Es  1 −ν s 
et, inversement :

.[(1 −ν s ).ε r + ν s ε θ )]
Es
σr = (3a)
(1 +ν s ).(1 − 2ν s )

.[(1 −ν s ).ε θ + ν s ε r )]
Es
σθ = (3b)
(1 + ν s ).(1 − 2ν s )
L’introduction du déplacement radial ur conduit aux déformations suivantes :
du r
εr = (4a)
dr

ur
εθ = . (4b)
r
En reportant ces relations dans les équations (3a) et (3b), puis dans les équations d’équilibre
(1a), on obtient :
d 1 (r.u r ) 
. =0 (5)
dr  r dr 
dont l’intégration directe donne :
c2
u r = c1r + (6)
r
où c1 et c2 sont les constantes d’intégration.

133
Ensuite, le report dans les équations de comportement fournit les expressions des
contraintes σr, σθ et σz :
E s  c1 c 
σr =  − 22  (7a)
1 + ν s  1 − 2ν s r 

Es  c1 c 
σθ =  + 22  (7b)
1 + νs  1 − 2ν s r 

Es 2c 1 ν s
σz = . (7c)
(1 + ν s ) (1 − 2ν s )
L’application de la théorie de l’expansion d’une cavité cylindrique aux colonnes ballastées
permet de déterminer les constantes d’intégration c1 et c2, comme cela fut fait pour l’expansion
de la sonde pressiométrique étudiée par Louis Ménard.

2.4. Applications aux colonnes ballastées

Les conditions aux limites du modèle sol/colonne sont les suivantes :

- en contraintes :
σr (r=Rc) = σh (8a)
(σh étant l’étreinte latérale du sol encaissant),

- en déplacements :
ur (r=Re) = 0 (8b)
(déplacement radial nul à la périphérie de la zone d’influence),

Les expressions de c1 et c2 sont alors les suivantes :


1 +ν s (1 − 2ν s )a
c1 = −σ h (9a)
E s (1 − 2ν s ) + a
et
1 + ν s (1 − 2ν s )a
c 2 = −c 2 = σ h . (9b)
E s (1 − 2ν s ) + a
2
A R 
où a est le taux d’incorporation donné par a = c =  c  .
A  Re 

3. Développement de la méthode de Priebe

3.1. Equations générales et facteur d’amélioration no (ou β )

Priebe (1976) a déduit des équations (1) et (9) un accroissement du rayon (∆Rc) de la colonne
ballastée donné par :

134
 c 
∆R c = R c  c1 + 22  (10)
 Rc 
soit, d’après (9) :

∆R c = σ h
1+ νs
Rc
(1 − 2ν s )(1 − a )
Es (1 − 2ν s ) + a . (11)
Pour éviter toute confusion avec la notation des modules d’Young, Ds désigne dans cette
communication le module œdométrique du sol, module de déformation verticale « sans
déformation latérale » ou « fretté latéralement (εx = εy = 0) », exprimé en fonction du module
d’Young Es du sol par :

Ds =
(1 + ν s )(1 − 2ν s ) E (12)
(1 − ν s ) s

De la même façon, Dc désignera le même module « œdométrique » pour la colonne.


On pose :
(1 −ν s ).(1 − a )
f (ν s , a ) = (13)
(1 − 2ν s ) + a

On admet que le tassement quasi-instantané sc de la colonne se produit à volume constant,


c’est-à-dire à dilatation volumique nulle.


ε1 + ε 2 + ε 3 = 0
 ∆R c ∆R c
ε1 = ε 2 = d’où s c = 2L c (14)
 Rc Rc
 s
ε 3 = − c
 Lc

Compte tenu de l’hypothèse que le sol se comporte comme un liquide (donc σh = σv), la
contrainte latérale σh est donnée par :
σ h = K ac .σ c − σ s (15)

avec
σc - contrainte en tête de colonne,
σs - contrainte à la surface du sol,
π ϕ'
Kac - coefficient de poussée du ballast, soit : K ac = tan 2 ( − c ) .
4 2
On obtient :
f (ν s , a )
s c = 2 L c (σ c K ac − σ s ) (16
Ds
Le tassement de la couronne de sol ambiant s’écrit :
Lc
ss = σs . . (17)
Ds
En écrivant l’égalité des tassements de la colonne et du sol ambiant (sc = ss), on obtient :

135
σ s = 2 (K ac σ c − σ s ) f (ν s , a ) (18)

D’où le rapport des contraintes dans la colonne aux contraintes dans le sol ambiant :
σ c 0,5 + f (ν s , a )
= (19)
σs K ac f (ν s , a )
Sachant que :
σ 0 = a σ c + (1 − a ) σ s ,

on déduit le facteur de réduction des tassements (β), appelé ultérieurement (no) dans les
publications de Priebe, qui caractérise l’efficacité du traitement :
σ0  0,5 + f (ν s , a ) 
β= = 1+ a − 1 . (20)
σs  K ac f (ν s , a ) 
La valeur de no = β est représentée en fonction de l’angle de frottement interne du ballast (ϕ)
dans l’abaque A1 reproduit en annexe.

3.2. Prise en compte de la compressibilité de la colonne ballastée

La compressibilité de la colonne se traduit par un accroissement de la section de la colonne de


∆a en fonction du rapport des rigidités de la colonne et du sol (Dc/Ds) ; cet accroissement est
donné par l’équation suivante (Priebe, 1995) :

1
∆a = (21)
1 1
+ ∆( )
a a

1 A
où ∆( = ) est directement donné en fonction du rapport des modules (Dc/Ds) par l’abaque
a Ac
présenté sur la figure A2 de l’annexe.

Le nouveau rapport des sections a (a = a + ∆a ) peut être injecté dans la formule (5) afin de
déterminer le facteur d’amélioration n1, soit :

 0,5 + f (ν s , a ) 
n 1 = 1 + a. − 1 , (22)
 K ac .f (ν s , a ) 

dont la valeur peut être déterminée directement à partir de l’abaque A1 de l’annexe en fonction
du rapport A/Ac majoré de l’accroissement ∆(A/Ac).

3.3. Prise en compte de l’influence de la profondeur

La prise en compte de la profondeur se traduit par l’introduction d’un facteur de profondeur


(noté fd) donné par l’expression (23), dans le cas simplifié où les poids volumiques de la
colonne et du sol sont les mêmes. Cette correction, qui s’inscrit toujours dans l’hypothèse où
K=1 dans le sol, traduit l’influence de l’augmentation de σh avec la profondeur sur les
contraintes dans la colonne, avec un passage progressif de Ka à Ko dans le ballast quand la
déformation latérale de la colonne devient faible puis négligeable.

136
1
f d= (23)
σv
1 − y.
σ0
où :
• σv désigne la contrainte verticale à la profondeur considérée,
• σ0 est la contrainte apportée par l’ouvrage, et
• y désigne un facteur d’influence qui est donné par l’abaque A3 de l’annexe, en fonction
du rapport A/Ac majoré de l’accroissement ∆(A/Ac).

Remarque
La compatibilité des tassements avec la compressibilité de la colonne a conduit Priebe (1995) à
limiter le facteur de profondeur au rapport des modules (Dc/Ds) divisé par celui des contraintes
(σc/σs), soit :

D c σs
f d≤ . ,
Ds σc

Dc
Ceci revient à noter que f d< y. , mais fd ≥ 1
Ds
Le facteur de profondeur est à égal à l’unité (fd = 1) lorsque la fondation est rigide (Dc/Ds = σc/σs
= n).

4. Exemples d’applications

4.1. Exemple de radier circulaire en conditions axisymétriques

La première application concerne le radier circulaire d’un silo à boue ayant fait l’objet de
mesures des tassements. Ces tassements sont comparés aux tassements calculés par la
méthode de Priebe et par la méthode des éléments finis en utilisant le logiciel CESAR-LCPC
(Dhouib, 1995, Document interne).
L’analyse du caractère tridimensionnel du problème a conduit à adopter un modèle de calcul
en élément finis axisymétrique, en assimilant les colonnes ballastées de section Ac à des
« anneaux concentriques » d’épaisseur déterminée à partir de la surface équivalente Ai calculée
pour les N colonnes situées sur le parcours de l’anneau i, soit (figure 2) :

Ai = N Ac .

Si l’on désigne par Ri le rayon moyen de l’anneau i, l’épaisseur ei de cet anneau est définie
par :

 e   e 
N.Ac = π. R i + i  −  R i − i  (24)
 2  2 

137
Ac Ri ei
1

3
Ai

a- Disposition des colonnes ballastées b- Anneaux équivalents

u σ0
v

1 : N = 19 colonnes, Conditions aux limites


2 : N = 16 colonnes, en déplacement
3 : N = 7 colonnes.
Frontière Γu
Γu : u = 0 . verticaux nuls sur ΓV

. horizontaux nuls sur


Γ

Frontière ΓV : v=0

c- Modèle géométrique aux éléments finis (anneaux équivalents)

Figure 2 : Modélisation par éléments finis du milieu bi-dimensionnel en déformations


axisymétriques (Anneaux concentriques équivalents, Dhouib, 1995)

Le sol traité par colonnes ballastées est composé essentiellement d’argile molle sur environ 6 m
d’épaisseur. Le profil type conduit aux valeurs moyennes récapitulées dans le tableau I.

Le réseau de colonnes ballastées a les caractéristiques suivantes :


- maille équivalente : A = 4 m2 (2 m x 2 m),
- section de colonnes : Ac = 0,45 m2 (Dc = 0,75 m),
A
- d’où = 9 (a = 0,11),
Ac
- Lc = 6m (hauteur de traitement).

138
La charge uniformément répartie apportée par le radier circulaire de 15 m de diamètre (2R)
vaut : σ 0 = 46,8kPa.

Tableau I. Valeurs moyennes des propriétés des argiles molles et des colonnes ballastées

Profondeur Contraintes Module des sols Coefficient de Autres paramètres


(m) Ds (MPa) Poisson (ν)

0,0 - 2,0 8
2,0 - 2,5 180
2,5 - 3,5 pl* moyen 2
3,5 - 4,5 retenu : 5 0,33 ϕs = 0 degré
4,5 - 6,5 225 kPa 2
6,5 - 7,5 8
Moyenne
harmonique = 4,1
ϕ’c = 38 degrés
Colonnes
σc=470 kPa Dc = 100 MPa 0,25 ψc = 8 degrés
ballastées
(38-30) degrés

Le tableau II les résultats des mesures avec les valeurs déduites de la méthode de Priebe
(1975) et les calculs numériques aux éléments finis.

Tableau II. Tassements mesurés et calculés


Méthodes de Paramètres Equations Tassements Remarques
justification utiles (cm) éventuelles
Avant traitement :
approche de Es σ0R/Es 7,1 -
Boussinesq
Mesures (au centre)* - - 0,9
Méthode de PRIEBE Dc, ϕc, Abaques 1,95 D intégré
(1995)
Ds, νs (annexe A)
Modélisation en Ec, νc, ϕc, ψc Mohr-Coulomb
éléments finis
Eoedi, νsi - 2,35 pour ballast
* Mesures fournies par Keller Fondations Spéciales

À la lumière des résultats obtenus, il y a lieu de noter que :


- les tassements mesurés varient de 0,5 cm (au bord du radier) à 0,9 cm (au centre du radier) ;
- l’estimation des tassements par la méthode de Priebe (1975) conduit à des résultats
concordants avec les résultats des calculs par éléments finis. Cependant, les deux approches
théoriques conduisent à la moitié des tassements mesurés ;
- les résultats des calculs et des mesures aboutissent à des facteurs de réduction des
tassements (β ou no) variant de 3 (valeur issue des calculs) à 7 (valeur déduite des mesures et
paraissant trop élevée).

139
4.2. Remblai d’ouvrage en Terre Armée (Iorio et al., 1987)

4.2.1 Projet
Les alluvions d’argiles molles ont été traitées par un réseau de colonnes ballastées pour fonder
une culée en Terre Armée de l’ouvrage n° 10 sur la route nationale n° 53 reliant la France et
l’Allemagne par le franchissement de la Sarre au niveau de la localité française de
Grosbliederstroff. L’ouvrage isostatique, d’une portée de 28,60 m, repose sur deux culées en
Terre Armée dont l’une est fondée directement sur le substratum, tandis que l’autre repose sur
les alluvions argileuses traitées par colonnes ballastées mises en place par voie humide.

4.2.2 Données de sols


Le sol traité par colonnes ballastées est composé essentiellement d’alluvions argileuses
compressibles sur environ 9 m de profondeur (Iorio et al., 1987). Le profil type conduit aux
valeurs moyennes suivantes :
- pressions limites pl* variant de 0,06 à 0,85 MPa, avec une moyenne de 0,62 MPa et un
écart type de 0,3 MPa,
- résistance de pointe mesurée au pénétromètre dynamique (qd) allant de 1,5 à 4 MPa,
- modules de déformabilité déduits des valeurs précédentes : EM = 6 MPa et Ds = 6 à 9
MPa (αMénard = 1 à 2/3).

4.2.3 Données de traitement


Le réseau de colonnes ballastées a les caractéristiques suivantes :
- maille : A = 2,25 m2 (maille 1,5 m x 1,5m),
- section des colonnes : Ac = 0,30 m2 (Rc = 0,31 m),
A
- d’où = 7,5 (a = 0,13),
Ac
- profondeur de traitement : Lc = 9m .

4.2.4 Tassements
Les ouvrages en terre ont été instrumentés par des tassomètres, ce qui a permis de mesurer
les tassements pendant la construction des remblais (figure 3). L’examen des graphiques de la
figure 3 nous conduit aux observations suivantes :
- les tassements atteignent 9 cm à la fin de la mise en œuvre de 8 m de remblais
(enveloppe supérieure). Ces tassements semblent se stabiliser au bout de 300 jours ;
- le suivi des tassements pendant un temps relativement long (500 jours) permet de caler
les valeurs des paramètres des modèles analytiques et des calculs par éléments finis. La
méthode de Priebe (1975) conduit à des tassements plus proches des mesures.

Le tableau III récapitule les tassements mesurés et calculés par la méthode de Priebe (1995).

140
Hauteur de remblai hr (m) a- Etapes de chargement hr (m)

10
8
6
4
2
0
1 10 100 1000
Temps de chargement log (jours)

a. Étapes du chargement (Hauteurs successives du remblai)

Temps de chargement (jours)


1 10 100 1000
0
-10
Tassements (mm)

-20
-30
-40
-50
-60
Enveloppe inférieure
-70
Enveloppe supérieure
-80
-90
-100

b. Tassements observés

Figure 3. Exemple de remblai sur alluvions traitées par colonnes ballastées : Mesures des
tassements pendant les étapes de construction (Iorio et al., 1987)

141
Tableau III : Comparaison des tassements mesurés et calculés

Méthodes de Validité Paramètres Equations Tassements Remarques


justification utiles estimés (cm) éventuelles
Avant traitement
(αMénard = 1
Règle T5 de - Esi σ0.D/Es 27 à 18
à 2/3)
Ménard
Mesures * *** - - 9
Méthode de Priebe ** Ec, ϕc, Abaques 8,3 à 12,5 D intégré
(1995) Esi, νsi (annexe A)

Les tassements mesurés après traitement sont de 9 cm (enveloppe supérieure) alors


qu’avant traitement, les tassements théoriques sont de 18 à 27 cm, ce qui conduit à facteur de
réduction des tassements de 2 à 3. Les calculs par la méthode de Priebe (1995) aboutissent à
des tassements allant de 8,3 à 12,5 cm avec une moyenne de 10,4 cm, donc proche des
valeurs mesurées.

5. Conclusions

Cette communication montre que la méthode de Priebe est fondée essentiellement sur la
théorie de l’expansion d’une cavité cylindrique dans un milieu élastique infini, avec des
hypothèses simples sur la géométrie et les propriétés des matériaux (sol et ballast) de la cellule
élémentaire. L’application de cette approche aux colonnes ballastées, avec des conditions aux
limites bien connues, offre à la méthode une légitimité incontestable.
On doit cependant noter que cette méthode prend le plus souvent le parti d’hypothèses
pessimistes sur le comportement des matériaux (par exemple l’assimilation du sol à un liquide
pour relier la contrainte horizontale et la contrainte verticale dans le sol), ce qui en fait une
méthode de dimensionnement plus qu’un modèle exact du comportement des colonnes
ballastées. Elle ne se préoccupe d’autre part pas plus que les autres méthodes de calcul des
colonnes ballastées de la période initiale de fabrication des colonnes, qui crée l’« état initial »
des calculs de tassement étudiés ici.
Les deux exemples de radier et de remblai traités dans cette communication montrent que
cette méthode conduit à des résultats qui corroborent plus ou moins bien avec les mesures.
Cependant, ce calage reste limité car il est basé sur des paramètres corrélés à partir d’essais
pressiométriques, voire de pénétration dynamique.

6. Remerciements

Nos vifs remerciements sont adressés à M. Jean-Pierre Magnan qui a pris le temps d’enrichir
cet article.

7. Références bibliographiques

Balaam N.P., Poulos H.G. (1983). The behaviour of foundations supported by clays stabilized
by stone columns. Proceedings, 8th European Conference on Soil Mechanics and
Foundation Engineering, Helsinki, vol. 1, 199-204.
Datye K.R. (1982). Settlement and bearing capacity of foundation system with stone columns.
Proceedings, Symposium on Recent developments in ground improvement techniques”,
Bangkok, AIT, 85-103.

142
Dhouib A. (1994). Étude théorique des tassements et des contraintes par éléments finis.
Rapport interne Keller Fondations Spéciales.
Dhouib A., Bourgeois E., El Jouhari K., Leroi B. (2004). Comportement des semelles sur
colonnes ballastées. Comptes rendus, Symposium International sur l’Amélioration des Sols
En Place (ASEP-GI 2004), Paris, Presses de l’ENPC et LCPC, 115-130.
Greenwood D.A. (1970). Mechanical improvement of soils below ground surface. Proceedings,
Conference on Ground Engineering, Institution of Civil Engineers, London, paper II, 11-22.
Iorio J.P, Matichard Y., Soyez B., Besançon G. (1987). Étude du comportement d’une culée en
Terre Armée fondée sur colonnes ballastées. Comptes rendus, Colloque International
Interaction sol-structures, Presses de l’ENPC, Paris, 97-106.
Goughnour R.R, Bayuk A.A. (1979). Analysis of stone column-soil matrix interaction under
vertical load. Compte rendus, Colloque international sur le renforcement des sols : Terre
Armée et autres méthodes, Paris, mars 1979, Presses de l’ENPC, vol.1, 271-277.
Priebe H. (1976). Abschätzung des Setzungsverhaltes eines durch Stopfverdichtung
verbesserten Baugrundes. Die Bautechnik, Vol. 53, n°5, 160-162.
Priebe H. (1978). Abschätzung des Scherwiderstandes eines durch Stopfverdichtung
verbesserten Baugrundes. Die Bautechnik, Vol. 55, n°9, 281-284.
Soyez B. (1985). Méthodes de dimensionnement des colonnes ballastées. Bulletin de liaison
des Laboratoires des Ponts et Chaussées, n°135, 35- 51.
Priebe H. (1991). Vibro replacement - Design Criteria and Quality Control. In Deep Foundation
improvements : Design, Construction and Testing, ASTM STP 1089, Malvin I. Esrig and
Robert C. Bachus, Eds., American Society for Testing and Materials, Philadelphia, 62-72.
Priebe H. (1995). The design of vibro-replacement. Reprinted from Ground Enginering, Keller
Grundbau GmbH, December 1995, Technical paper 12-61E, 16 pages.
Thorburn S. (1975). Building structures supported by stabilized ground. Géotechnique, Vol. 25,
1, 83-94.
Van Impe W., De Beer E. (1983). Improvement of settlement behaviour of soft layers by means
of stone columns. Proceedings, 8th European Conference on Soil Mechanics and
Foundation Engineering, Helsinki, vol. 1, 309-312.
Vesić A. S. (1972). Expansion of cavities in infinite soil mass. Journal of the Soil Mechanics and
Foundations Division, A.S.C.E., vol. , SM3, Proc. Paper 8790, 265-290.

143
ANNEXE : ABAQUES DE DIMENSIONNEMENT DE PRIEBE (PRIEBE, 1995)
Accroissement de la section ∆ (A/Ac)

νs = 1/3

Rapport des modules Dc/Ds

Abaque A1. Incidence de la compressibilité relative colonne/sol

144
Facteur d'amélioration n1

νs = 1/3

Rapport des sections A/Ac

Abaque A2. Facteur d'amélioration (n1) en fonction du taux d'incorporation (Ac/A)

145
n

∑σ vsi
f d= 1 /(1 − y. i
, (3.9)
σ0
Facteur de profondeur y

νs = 1/3

Rapport des sections A/Ac

Abaque A3 : Influence de la profondeur

146

Vous aimerez peut-être aussi