Vous êtes sur la page 1sur 63

DEDICACE

Je dédie ce travail à:

 Mon père FEZEU Marcel ;

 Ma mère YEMGANG Philomène ;

 Ma grand-mère TAMOE Pauline ;

 Mes frères et sœurs : MEKIEJE Tatiana, FEPESSI Melissa, FEZE David,

JOUENGUOUO Laetitia, KOUONTCHIE Jessica.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE i


REMERCIEMENTS

Mes remerciements vont:

 Au Seigneur DIEU TOUT PUISSANT, qui m’a donné chaque jour la force et le courage
d’accomplir ce travail ;
 Au Docteur NGUIMBOUS KOUOH Jean Jacques qui a accepté de superviser ce travail
et a assuré son bon suivis, sans lui, je ne serai pas arrivé au bout de ce travail. Qu’il trouve
ici l’expression de ma profonde gratitude ;
 Au Professeur NGOS Simon III, Directeur de ce mémoire. J’ai été séduit par votre
pédagogie qui a constitué pour moi une motivation supplémentaire.
 Au Professeur BENGONO TOURE Géneviève, Chef de l’Institut Universitaire Bengono
Touré Géneviève.
 A Mr KEMGNE Alain, pour la promptitude, ses critiques et la vision qu’il a apporté à ce
travail. Je dis merci pour la collaboration que nous avons eue ;
 A Mr SOUMA EBOUELE Joël Arsene, MBOLO FOUDA Thierry Patrick, pour la
disponibilité dont ils ont fait preuve, pour les conseils et suggestions, surtout dans la
méthode de travail ;
 Mr SIKALI Florent, Directeur Général de l’entreprise SOIL AND WATER
INVESTIGATION S. A. pour m’avoir permis d’effectuer un stage au sein de son
entreprise, pour les innombrables conseils au regard de ce travail.
 A Mr KAMGUIA Brice, Mme NGA ESSOMBA Philomène, Mme TSOUNGUI
Carine Yvanne pour m’avoir soutenu durant ce parcours universitaire.
 Aux membres du Jury pour l’honneur qu’ils me font en acceptant d’évaluer ce travail ;
 A Mr KEMMOGNE Jean Claude, KAMDEM Lionel, Deshamo pour le soutien qu’ils
m’ont apporté tout au long de cette œuvre ;
 A Mr KOUAMO DJOMO Paul Alain pour le soutien moral et la joie de vivre qu’il m’a
procuré durant mon stage académique.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE ii


 A tout le personnel de l’entreprise SOIL AND WATER INVESTIGATION SA. pour leur
accueil ;
 A tout le personnel de L’Institut Internationale d’Afrique Centrale (IIAC) pour leur
encadrement ;
 A tous mes camarades de L’Institut Internationale d’Afrique Centrale (IIAC), pour les
débats édifiants et quotidiens ;
 A mes amis, je cite : HAMKOUN TAMWA Jules Grevy, KAMGUEM Ameline
Aimée, CHE Beltus CHE, MBEDE EBONGUE KINGUE Franck Abel, MOMO
Ronald, SILEU Germain, MANGA NTONGA Narcisse, EKANI Roger Yannick,
DJAMI Liliane, NDIBI Delair, ELOUNDOU Lionel, FANKAM Wylli, Danielle
Landry MENOUNGA, KEMEGNI Raoul, KOGAING Marcel, KAPCHE Franck
Arthur, TCHIENTCHEU Manga Blaise Olivier, ABOUEM A ABOUEM Marcel
Junior ;
 A tous ceux qui ont pu m’assister au cours de mes études. Je leur exprime mes sincères
remerciements ;
 A tous ceux dont les noms ne sont pas cités ici. Qu’ils ne se sentent pas oubliés.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE iii


SOMMAIRE

DEDICACE .......................................................................................................................................i

REMERCIEMENTS ....................................................................................................................... ii

SOMMAIRE ...................................................................................................................................iv

SIGLES ET ABBREVIATIONS ..................................................................................................... v

SYMBOLES....................................................................................................................................vi

LISTE DES FIGURES .................................................................................................................. vii

RESUME ...................................................................................................................................... viii

ABSTRACT ....................................................................................................................................ix

INTRODUCTION ............................................................................................................................ 1

CHAPITRE 1 :PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ET REVUE DE LA


LITTÉRATURE ............................................................................................................................... 4

CHAPITRE 2 :METHODE GEOELECTRIQUE ET PRESENTATION DU MATERIEL ......... 10

CHAPITRE 3 :RESULTATS ET DISCUSSIONS ........................................................................ 14

CONCLUSION .............................................................................................................................. 29

PERSPECTIVES ............................................................................................................................ 29

BIBLIOGRAPHIE ......................................................................................................................... 29

ANNEXES ..................................................................................................................................... 29

TABLE DES MATIERES ............................................................................................................. 29

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE iv


SIGLES ET ABBREVIATIONS

IIAC : Institut Internationale d’Afrique Centrale

VES : Vertical Electrical Sounding (Sondage électrique vertical)

R. C. A. : République Centrafricaine

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE v


SYMBOLES

R : Résistance en ohm (Ω)

dV : Différence de potentiel en volts (v)

I : Intensité du courant en ampère (A)

ρ : Résistivité du matériau (ohm.m ou Ω.m)

L : Longueur du matériau (m)

A : Section du matériau (m2)

K : Coefficient dépendant du dispositif de mesure (facteur K)

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE vi


LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Carte du réseau routier et localisation de la zone d’étude............................................................. 4


Figure 2 : Carte topographique de la zone d’étude........................................................................................ 6
Figure 3 : Carte hydrographique de la zone d’étude. .................................................................................... 7
Figure 4 : Carte géologique de la zone d’étude. ............................................................................................ 8
Figure 5 : Différents dispositifs utilisés dans les levés de résistivité avec leurs facteurs géométriques. .... 11
Figure 6 : Dispositif de mesure Schlumberger ............................................................................................ 12
Figure 7 : Dispositif de mesure Schlumberger avec illustration du déplacement du courant dans le sous-
sol. ............................................................................................................................................................... 13
Figure 8 : Résistivimètre GEOTRADE ....................................................................................................... 13
Figure 9 : Carte d’iso-résistivité pour AB/2=10m ....................................................................................... 15
Figure 10 : Carte d’iso-résistivité pour AB/2=30m ..................................................................................... 16
Figure 11 : Carte d’iso-résistivité pour AB/2=50m ..................................................................................... 17
Figure 12 : Courbe de sondage pour la station Baoussi. ............................................................................. 18
Figure 13: Courbe de sondage pour la station Dena .................................................................................... 18
Figure 14: Courbe de sondage pour la station CSI kora .............................................................................. 19
Figure 15 : Courbe de sondage pour la station Djohong ............................................................................. 19
Figure 16 : Courbe de sondage pour la station Bafouck.............................................................................. 20
Figure 17 : Courbe de sondage pour la station Mikila ................................................................................ 20
Figure 18 : Courbe de sondage pour la station Gbeza ................................................................................. 21
Figure 19 : Courbe de sondage pour la station Bembarang......................................................................... 21
Figure 20 : Courbe de sondage pour la station Ngasiri ............................................................................... 22
Figure 21 : Abaque de résistivité apparente de différentes formations du sous-sol .................................... 23
Figure 22 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Baoussi Nagah........................................... 23
Figure 23 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Dena ........................................................... 24
Figure 24: Courbe de sondage-coupe lithologique du forage CSI kora ...................................................... 25
Figure 25 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage Djohong Mbella Ngouh .............................. 25
Figure 26 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage Bafouck ....................................................... 26
Figure 27 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage Bembarang .................................................. 26
Figure 28 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage de Mikila ..................................................... 27
Figure 29 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Gbeza ......................................................... 27
Figure 30 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Ngasiri ........................................................ 28

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE vii


RESUME

Dans ce travail, nous avons utilisé les données de sondages géoélectriques


prélevées lors d’une campagne d’étude effectuée d’Aout 2015 à Janvier 2016, par
l’entreprise SOIL AND WATER INVESTIGATION en vue de la réalisation des
forages d’eau dans l’Adamaoua. Des données VES (Vertical electrical sounding)
ont été produites pour des profondeurs variant de 40 à 80 m en fonction des sites.
Des courbes de sondages ont été réalisées à l’aide du logiciel IPI2Win. Les coupes
lithologiques de forages réalisés nous ont permis de confirmer la présence de
nappes d’eaux souterraines dans l’Adamaoua. Des cartes d’isorésistivités obtenu à
l’aide du logiciel SURFER 11 nous ont permis de mieux interpréter nos résultats.

L’exploitation des données de sondages électriques a permis de mettre en


évidence les couches à faible résistivité (pouvant contenir de l’eau) interprétées soit
comme des fractures, soit comme des formations sédimentaires permettant ainsi
d’améliorer la connaissance de la géologie de la zone d’étude. La comparaison
entre les coupes lithologiques de forages et les courbes de sondages montre une
cohérence établie dans ce travail.

Mots clés : sondage, coupe lithologique, forage, faille, résistivité

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE viii


ABSTRACT

This paper used the geoelectrical survey data collected during a campaign conducted late from
August to January 2016, launched by SOIL AND WATER INVESTIGATION SA for the drilling
of 10 water boreholes in Adamawa. VES data (Vertical Electrical Sounding) were produced for
depths ranging from 40 to 80 m, according to the site. Survey curves were produced using the
IPI2Win software. Isoresistivity maps were obtained using were obtained using the universal
kriging method of software SURFER 11.

VES operations for hydrogeology helps to highlight the low resistive layers (which could contain
water), interpreted as faults or as sedimentary formations in order to view. We were able to
identify a fault the existence of this vulnerability on the survey area. The strong correlation
observed between lithological sections and survey curves shows that our results are in harmony
with previous geophysical studies.

Keywords: sounding, lithologic section, drilling, fault, resistivity.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE ix


INTRODUCTION

I- Contexte

La connaissance de la structure de la terre est faite à partir d’observations directes par la


géologie ou à partir de l’étude des phénomènes physiques affectant la Terre, par le géophysicien.
La géophysique est la science qui applique les principes de la Physique à l’étude de la Terre. Elle
utilise des techniques d’investigation du sous-sol reposant sur la mesure des différentes propriétés
physiques de celui-ci.

II- Problématique
Depuis plusieurs années, l’entreprise SOIL AND WATER INVESTIGATION SA par le
biais de son département d’hydrogéologie recherche de l’eau sur le territoire camerounais en vue
de la réalisation de forages. Ils utilisent différentes méthodes d’investigations géophysiques tels
que les méthodes électriques, la sismique…etc. L’accès à l’eau potable étant de plus en plus
difficile en Afrique, dû principalement au réchauffement climatique, sa recherche constitue de
nos jours une discipline à part entière. C’est ainsi que l’Institut Internationale d’Afrique
Centrale (IIAC) s’est engagé à participer à l’émergence de notre pays en 2035 à travers la
formation d’ingénieurs de conception en géosciences en leur permettant d’effectuer des stages
pratiques dans des entreprises de renom, leur permettant d’être apte aux défis auxquelles ils
feront face, afin d’améliorer les conditions de vie des populations camerounaises et ceux des pays
de la sous- région, dans cette quête à l’eau potable.
III- Questions de la Recherche
La question principale faisant l’objet de notre recherche est de savoir si la zone d’étude est
prédisposée à l’implantation de forage d’eau. Pour répondre à cette question, il serait judicieux de
se poser au préalable les questions suivantes :
- Ya-t ‘il des forages antérieurs réalisés dans la zone d’étude ?
- Quelles sont les différentes formations géologiques traversées par l’outil de foration ?
- Quelles étaient les profondeurs forées ?

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 1


IV- Objectifs

Les objectifs poursuivis sont aussi bien scientifiques qu’économiques. Sur le plan scientifique,
il s’agit de réaliser de nouvelles mesures géophysiques ou d’exploiter celles déjà existantes pour
déterminer les caractéristiques géophysiques des structures géologiques présentes, compléter les
données géologiques disponibles et étudier la structuration et l’évolution tectonique des
différentes unités géologiques. Sur le plan économique, le principal objectif est de mettre en
évidence les indices physiques et les traits structuraux favorables à la présence de nappes d’eaux
souterraines. (Noutchogwe, Tatchum, 2010).

Ainsi, l’intérêt qui est porté dans ce travail sur la recherche des nappes d’eaux souterraines par
des méthodes d’investigations géophysiques s’ajoutera à de nombreux travaux hydrogéologiques
réalisés dans la région afin de repérer de nouvelles failles pouvant contenir de l’eau, ainsi que
leur profondeur.

La méthode électrique a été utilisée dans le présent travail pour l’analyse structurale des
données géophysiques dans la région de l’Adamaoua au Cameroun. C’est une méthode qui
mesure, étudie et analyse la répartition de la résistivité apparente des roches de subsurface. A
partir de ces mesures, la vraie résistivité du sous-sol peut être estimée ainsi que les épaisseurs des
différentes couches qui la composent afin d’identifier les milieux conducteurs à faible résistivités
(pouvant contenir de l’eau) et les milieux résistants. La zone d’étude est située dans l’Est de
l’Adamaoua, à la frontière avec la R. C. A. Cette région a fait l’objet de nombreuses études
géologiques et géophysiques et est caractérisée par la présence de certaines failles dont la nature
et l’extension restent mal connues. Grâce aux données géophysiques recueillies sur le terrain et à
leurs interprétations, nous allons essayer de donner une signification aux résistivités électriques
apparentes observées dans la région en s’appuyant sur les connaissances géologiques de la
région.

L’objectif de ce travail vise à réaliser des sondages électriques afin de déterminer les points
propices à l’implantation des forages d’eaux dans plusieurs villages de l’Adamaoua.

Nous essayerons sur la base de données de résistivités prélevées sur le terrain, de résultats
d’analyse et de traitement de ces données :

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 2


- De déterminer les zones propices à la présence de nappes d’eau captives dans la zone
d’étude et la localisation des failles en utilisant les cartes d’isorésistivité ;

- De déterminer la profondeur de la nappe d’eau susceptible d’être captée par forage en


utilisant les courbes de sondages ;

- La profondeur maximale de foration.

V- Hypothèses

Dans ce travail, nous partirons des hypothèses selon lesquelles le sous-sol de la zone d’étude
renferme de l’eau car de nombreux forages d’eaux y ont déjà été implantés, et aussi du fait que la
zone d’étude possède un réseau hydrographique assez dense.

Le mémoire comporte trois chapitres.

1. Dans le premier chapitre, nous faisons une revue de la littérature dans son contexte
géographique, géologique et hydrogéologique. Nous y exposerons une hypothèse et
objectif de la présente étude.
2. Dans le deuxième chapitre, nous y présenterons le matériel et les méthodes employées
pour mener à bien cette étude ainsi que les justificatifs liés aux choix de ces méthodes.
3. Le chapitre trois sera consacré à la présentation suivie de la discussion des différents
résultats obtenus.

Nous terminerons notre étude par une conclusion générale et les perspectives qui s’en
dégagent.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 3


CHAPITRE 1 :
PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ET REVUE DE LA
LITTÉRATURE

I-1) Présentation de la zone d’étude

La zone concernée par la présente étude est située en Afrique centrale au Cameroun, plus
précisément dans la région de l’Adamaoua (Figure 1). Elle s’étend entre les latitudes 6°N et 8°N
et les longitudes 13°E et 15°E.
La zone d’étude a déjà fait l’objet de plusieurs travaux de concernant sa géologie, son
hydrogéologie et géophysique.

Figure 1 : Carte du réseau routier et localisation de la zone d’étude

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 4


a) Le climat
La période aride dans la région de l’Adamaoua va de fin mars à début avril d’après les indices
d’aridité mensuelle de Demartonne (1942) et les diagrammes ombrothermiques de Bagnouls et
Gaussen (1957) obtenus à partir des données de pluviométrie et de température.

La région de l’Adamaoua est caractérisée par un régime tropical moyen à tendance humide de
type soudanien scindé en deux catégories de mois : 7P et 5A correspondant respectivement à 7
mois pluvieux et 5 mois arides. (Tchouatcha et al., 2010).

b) Le relief
Les données topographiques de la zone d’étude ont été soustraites d’images satellites
obtenues du logiciel Google Earth et le logiciel TCX Converter. La carte a elle été réalisé à l’aide
du logiciel Surfer 11 et Quantum Gis (figure 2)

La zone d’étude est caractérisée par un relief de type tabulaire étagé faisant ressortir six
ensembles topographiques ou des surfaces d’aplanissement (Ngako, 1999). Ces ensembles
semblent appartenir à trois types morphologiques suivant l’influence dominante de la tectonique,
de l’érosion ou du jeu combiné des deux. Il s’agit en fait d’une série de pénéplaines séparées par
des effondrements et des exhaussements affectant le vieux socle. La plaine de Djerem et le fossé
du Mbéré appartiennent à l’ensemble topographique "V" (700- 800 m). Cet axe (Djerem-Mbéré)
matérialise un fossé tectonique bordé par des failles et dont la profondeur de l’effondrement
atteint les 600 m. De cet ensemble "V", se dresse de place en place des pics représentant de
grands massifs ou buttes hauts d’une dizaine à quelques centaines de mètres. Il s’agit de massifs
cristallins (massifs du Dogbolo, du Dor, de Boro), de plateaux ou interfluves le plus souvent
tabulaires (les plateaux de Ngaoundal et du Ngaoundourou), de collines de roches sédimentaires
alignées suivant la direction W-E à NE-SW. Certaines vallées ont des versants abrupts, tandis que
dans la majorité des cas, la pente des versants est assez douce (Kemgang, 2014).

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 5


Figure 2 : Carte topographique de la zone d’étude.

c) Hydrographie
L’Adamaoua, château d’eau du Cameroun, présente dans l’ensemble un réseau
hydrographique très dense (figure 3). Il comprend trois grands bassins hydrographiques à savoir
les bassins de la Sanaga (Djerem, Lom), du Logone (Vina du nord, Mbéré) et de la Bénoué.

Les bassins du Djerem et du Mbéré sont drainés respectivement par les grands collecteurs
Djerem et Mbéré et leurs nombreux affluents (fleuves, rivières et ruisseaux). Le réseau
hydrographique y est dense subparallèle à dentritique, mais polygonal et moins dense au niveau
des plaines, des plateaux ou des collines à sommets plats.

Le fleuve Mbéré prend sa source à l’est de Gounbéla. Il a une longueur d’environ 250 km.
Olivry (1986) atteste que le Ngou, qui draine la zone NE de Meiganga, est l’affluent le plus
important de la rive sud ; il rejoint le Mbéré en aval d’une serie de chutes et rapides dont la plus

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 6


splendide est celle de Lancrenon, avec plus de 200 m de dénivellé : c’est un potentiel hydro-
électrique indéniable.

Plus au NE, 100 km environ après le confluent Mbéré-Ngou, le Mbéré rejoint la Vina nord
après une série de chutes pour former le Logone occidental qui draine le bassin du Tchad.
Cependant, le Toldoro (Mayo Dor) est l’un des affluents les plus importants de la rive nord de la
Mbéré. Il montre, en période de basses eaux, le long de son cours, une diversité lithologique
exceptionnelle (socle gneissique et le sédimentaire).

Le Djerem quant à lui prend sa source à Garga Limbona près de l’axe routier reliant
Meiganga à Ngaoundéré. Il a une longueur d’environ 400 km. Le Djerem est le cours supérieur
de la Sanaga. Toutefois, en amont de sa confluence avec le Lom, il porte indifféremment les deux
noms. Après le confluent Djerem et le Lom, la Sanaga est alimentée par de nombreux affluents
dont le plus important est le Mbam. En aval des chutes d’Edéa, la Sanaga se jette dans l’Océan
Atlantique. L’importance du fleuve Djerem vient de son grand potentiel énergétique.

Figure 3 : Carte hydrographique de la zone d’étude.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 7


I-2) Contexte géologique

Géologiquement, l'Adamaoua (Figure 4) est l'une des régions les plus diversifiées du
Cameroun. Les montagnes de Gotel et de Mambila à la frontière avec le Nigéria se composent en
grande partie de granite, et aussi de roches cristallines et métamorphiques telles que le mica, les
schistes, et le gneiss. Celles-ci sont souvent recouvertes de basalte volcanique, une combinaison
qui domine jusqu'au fleuve Faro. À l'est de la région, le granite continue de régner avec les
formes sédimentaires de roche de la vallée du fleuve Mbéré. Toute cette zone est entourée de
roches métamorphiques. La roche volcanique est présente du nord-ouest jusqu'à l'est des
montagnes de Gotel et au nord-est de Ngaoundéré, la capitale régionale, le long de la frontière
avec la région du Nord (Rapport OMD, 2010). Le Plateau de l’Adamaoua est une région qui a été
soulevée après le Crétacé du côté NE du Cameroun (Nnange et al., 2000). Il a une section
sédimentaire avec une série de petits synclinaux (Maurin et Guiraud, 2011).

Figure 4 : Carte géologique de la zone d’étude.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 8


I-3) Travaux antérieurs dans la zone d’étude

Noutchogwé, (2004) a montré à travers la séparation régionale-résiduelle des anomalies


gravimétriques du sud de l’Adamaoua que les anomalies positives de courtes longueur d’onde
traduisent l’effet gravimétrique d’une intrusion de roches lourdes, probablement basiques, dans le
substratum granito-gneissique avec une profondeur estimé à 8 km par modélisation. L’épaisseur
de la pile sédimentaire quant à elle est estimée à 500 m dans le bassin du Djerem, et compris
entre 1500 m et 2000 m dans le fossé tectonique de la Mbéré. Ce dernier a révélé une résistivité
supérieur à 10 000 Ω.m pour le socle granito-gneissique et une résistivité inférieur à 10 000 Ω.m
pour la pile sédimentaire du fossé du Mbéré. (Kande et al. 2008).

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 9


CHAPITRE 2 :
METHODE GEOELECTRIQUE ET PRESENTATION DU
MATERIEL

Dans ce chapitre nous présenterons le matériel utilisé pour l’acquisition des données et la
méthode géo-électrique employée sur le terrain

II-1) Principe général

Le principe de la prospection électrique basé sur la loi d’Ohm, est de déterminer, à partir de
mesures effectuées depuis la surface du sol, une caractéristique géoélectrique des couches
profondes et d'en déduire des indications sur leur constitution (Gilli et al, 2004). Cette méthode
consiste à injecter à partir de la surface un courant électrique continu d’intensité (I) à l’aide de
deux électrodes d’injection A et B, et à mesurer la différence de potentiel entre deux électrodes
de mesure, M et N. Ceci permet de calculer la résistivité apparente (ρa) en ohm.m (Ω.m) (Astier
1971 ; (Mayer De Stadelhof, 1992) du terrain à l’aide de la formule (1) :

⁄ (1)

K étant un coefficient géométrique qui dépend de la position du quadripôle AMNB.

On a donc une mesure qui est proportionnelle à la résistivité du milieu et fait

intervenir le coefficient géométrique k donné par la formule (2) :

(2)

II-2) Dispositif de mesure

Les dispositifs de mesure sont nombreux et variés

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 10


Figure 5 : Différents dispositifs utilisés dans les levés de résistivité avec leurs facteurs
géométriques. Noter que les dispositifs dipôle-dipôle, pôle -dipôle et Wenner - Schlumberger ont
deux paramètres, la distance entre les électrodes de tension "a" et le facteur de séparation de ces
électrodes "n". Alors que le facteur "n" est habituellement une valeur qui est un nombre entier,
les valeurs non entières peuvent également être utilisé.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 11


Le dispositif de mesure utilisé lors de notre campagne est celui de Schlumberger.

Figure 6 : Dispositif de mesure Schlumberger

Le courant est injecté par les électrodes A et B placées aux limites extérieures du
dispositif; la différence de potentiel est mesurée entre les électrodes M et N placées de part et
d'autre du centre du dispositif (O). Un ratio AB/MN compris entre 4 et 20 est généralement
toléré. Au début de l’acquisition, les espacements AB et MN sont petits, à mesure que le relevé
progresse les électrodes A et B sont éloignées symétriquement du centre O, sans déplacement des
électrodes M et N. Il y a déplacement de ces dernières seulement lorsque le ratio AB/MN devient
trop grand (c'est-à-dire supérieur à 20), il faut alors augmenter l'espacement MN en déplaçant
symétriquement les électrodes de potentiel. Lorsque cette situation se produit, deux lectures ou
plusieurs sont prises pour les mêmes espacements A B, soit une pour chacun des espacements
MN. L'écartement progressif des électrodes permet une investigation de plus en plus profonde
dans le sol (Lavoie, 1998).

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 12


Figure 7 : Dispositif de mesure Schlumberger avec illustration du déplacement du courant dans
le sous-sol.

II-3) Appareillage

L’appareillage utilisé lors de la prospection est un résistivimètre type GEOTRADE modèle


GTR-3 (figure 8) alimenté par un convertisseur continu/continu ayant une batterie GEOTRADE
GTE 6/ 1 de 400 w de puissance avec une sortie variable entre 50 volts et 600 volts de tension
continu. Cet appareil est équipé d’un microprocesseur capable de calculer directement les
résistivités apparentes une fois que les valeurs de K, AB et MN sont introduites.

Figure 8 : Résistivimètre GEOTRADE


REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 13
CHAPITRE 3
RESULTATS ET DISCUSSIONS
ABSTRACT

III-1) Cartes d’Iso-résistivité

La carte d’iso-résistivité apparente reflète la variation latérale de la résistivité apparente


avec une profondeur. En d’autres mots, cette carte indique la distribution de la résistivité
apparente d’une zone par la distance d’espacement des électrodes de courant (AB/2). Dans le cas
étudié présentement, la carte d’iso-résistivité électrique apparente a été construit pour AB/2=
10m, 30m, 50m. Le logiciel surfer nous a permis de réaliser ces cartes.

La carte d’iso-résistivité apparente électrique pour AB/2= 10m (profondeur de 10m, figure
9) montre au Sud-Ouest de la zone d’étude de fortes valeurs de résistivité apparente comprise
entre 2600 et 5760 Ω.m. en se basant sur les données des abaques, Ceci peut être interprété
comme étant un socle rocheux granitique ou basaltique. Mais étant donné la faible profondeur,
nous pouvons aussi interpréter ces fortes valeurs de résistivités comme des formations latéritiques
consolidées avec des ^propriétés proches de celle des roches.

Nous remarquons également sur la figure ci-dessous des faibles valeurs de résistivité
(comprise entre 500 et 1000 Ω.m) au niveau des stations Gbeza, Bindiba, au Sud de la zone
d’étude, et les stations Baoussi et Dena un peu plus au Nord. Ceci peut être interprété comme la
présence des alluvions selon les abaques de résistivités comprise entre 10 et 800 Ω.m.

A l’Est, de la zone d’étude, nous avons des résistivités comprises entre 1500 et 2500 Ω.m,
et nous y rencontrons les stations de Djohong, Kora, Mikila, Bafouk. Ceci peut traduire la
présence à cette profondeur de dépôts sédimentaires tels que le sable, l’argile ou de calcaire
comme indiqué sur la carte géologique (confère figure 4). La présence du cours d’eau « Lom » à
proximité de la station Bafouck nous renseigne sur la possibilité de trouver de l’eau à une faible
profondeur (nappe libre).

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 14


Figure 9 : Carte d’iso-résistivité pour AB/2=10m

A 30 m de profondeur (AB/2=30m, figure 10), on observe la présence de socle rocheux au


centre et au Sud-Est de la zone d’étude avec de fortes valeurs de résistivités apparentes indiquant
que la zone n’est pas fracturé à cette profondeur. La présence du cours d’eau « Mbere » à cet
endroit montre que nous pouvons avoir de l’eau de nappe libre (faible profondeur) au niveau de
la station Mikila. Le Nord de la zone d’étude se caractérise par des faibles valeurs de résistivités
apparentes également avec la possibilité d’avoir des fractures dans les stations Baoussi et Dena.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 15


Figure 10 : Carte d’iso-résistivité pour AB/2=30m

A 50m de profondeur (figure 11), nous avons au Centre de la zone d’étude de fortes valeurs
de résistivités apparentes électriques comprises entre 5200 et 12000 Ω.m, montrant ainsi la
présence de socles rocheux volcaniques au niveau des stations de sondage de Mikila et Djohong.
Au Sud Est, notamment au niveau de la station Gbeza, nous observons de faibles valeurs de
résistivité apparente comprises entre 750 et 17500 Ω.m. Ceci nous permet de croire en la
présence d’alluvions ou de dépôts sédimentaires. Le cours d’eau « Vina du Nord », très proche
des stations Baoussi et Déna nous indique la présence de nappes captives aux alentours de 50m.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 16


Figure 11 : Carte d’iso-résistivité pour AB/2=50m

III-2) Courbes de sondages électriques


Les lectures de l'appareil (placé en O, figure 8) représentent le ratio dV/I multipliées par le
facteur K approprié et les résistivités apparentes ainsi obtenues sur l’écran sont placées sur un
graphique log-log avec la séparation AB/ 2 en abscisse et les valeurs de résistivités apparentes en
ordonnées. Ces graphiques sont appelés courbes de sondages électriques.
Les courbes électriques sont à leur tour interprétées à fin d'obtenir un modèle géologique.
Dans un premier temps, la courbe électrique renseigne sur le nombre de couches que possède le
modèle géologique et sur les valeurs relatives de résistivité de chaque couche.

Pour éviter d’avoir à résoudre des équations complexes qui lient les résistivités apparentes
aux résistivités vraies, la transformation des courbes électriques en modèles géologique
s’effectuait autres fois à l’aide des abaques. Aujourd’hui il existe des logiciels (IPI2win, Res1D,

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 17


IX1D) qui facilitent l’étape d’interprétation. Dans le cadre de cette étude le logiciel utilisé est
IPI2win.
Pour la station Baoussi, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 12 : Courbe de sondage pour la station Baoussi.

Nous pouvons interpréter la courbe ci-dessus en disant que nous avons la possibilité d’avoir une
nappe libre entre 8 et 13m de profondeur et une nappe captive entre 25 et 30m de profondeur.
Cette courbe nous indique aussi 4 couches géologiques consignées dans le tableur du logiciel
(voir figure 12).

Pour la station Dena, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 13: Courbe de sondage pour la station Dena

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 18


Cette courbe (figure 13) nous montre la présence d’une nappe entre 40 et 50 m de
profondeur, laissant entrevoir la présence d’une nappe captive ou confinée pouvant être capté par
forage. Nous pouvons aussi avoir une nappe libre ou non confinée à 4-5 m de profondeur.

Pour la station CSI kora, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 74: Courbe de sondage pour la station CSI kora

La courbe ci-dessus (figure 14) nous montre que le toit rocheux a été atteint lors des
investigations à environ 20 m de profondeur. Le socle est fracturé à plusieurs endroits au-delà de
20 m de profondeur, indiquant la présence d’un aquifère.

Pour la station Djohong, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 15 : Courbe de sondage pour la station Djohong

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 19


La figure 15 nous montre que le toit rocheux a été atteint entre 18 et 20 m de profondeur
lors des investigations géophysiques, nous avons un socle fracturé à plusieurs endroits entre 20 et
50 m de profondeur, d’où l’on peut envisager la présence d’une nappe captive.

Pour la station Bafouck, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 16 : Courbe de sondage pour la station Bafouck

La figure 16 nous montre que le toit rocheux se situe au-delà de 30 m de profondeur.


Aucune fracture n’est observée puisque le toit rocheux n’a pas été atteint. Une nappe libre peut
être envisagé peut être envisagée à 10-20 m de profondeur.

Pour la station Mikila, nous avons la courbe de sondage est la suivante :

Figure 17 : Courbe de sondage pour la station Mikila

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 20


Cette courbe nous montre la présence d’une nappe libre entre 15 et 20 m de profondeur.
L’observation de la courbe nous laisse croire qu’à cet endroit, le socle n’est pas fracturé.

Pour la station Gbeza, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 18 : Courbe de sondage pour la station Gbeza

La courbe ci-dessus (figure 18) nous montre que le toit rocheux a été atteint à 30 m environ
et la possibilité d’avoir des fractures au-delà. Nous pouvons avoir une nappe libre entre 5 et 6 m
de profondeur pouvant être capté par forage.

Pour la station Bembarang, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 19 : Courbe de sondage pour la station Bembarang

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 21


Cette courbe (figure 19) nous montre que le toit rocheux a été atteint vers 10 à 15 m de
profondeur, le socle est fracturé à environ 30 m de profondeur, laissant entrevoir la présence de
l’eau pouvant être capté par forage.
Pour la station Ngasiri, la courbe de sondage est la suivante :

Figure 20 : Courbe de sondage pour la station Ngasiri

La figure 20 nous montre que le toit rocheux a été atteint à environ 40 m de profondeur, le
socle est fortement fracturé à 40 m de profondeur, d’où la présence d’une nappe captive pouvant
être capté par forage.

III-3) Etude comparative et corrélation courbe de sondage-coupe géologique de forage

Les forages ayant été réalisés avec succès, avec présence d’eau sur les sites forés, une étude
comparative doit être faite pour observer les corrélations entre les interprétations et le résultat
obtenu sur le terrain. L’utilisation des abaques de résistivités nous ont permis de réaliser les
coupes lithologiques de forages.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 22


Figure 21 : Abaque de résistivité apparente de différentes formations du sous-sol

Les courbes de sondages ont été rotées de -90° pour obtenir l’axe des AB/2 (m) vertical et
pouvoir la comparer à la coupe lithologique de forage dont la longueur s’exprime également en
(m).

Figure 22 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Baoussi Nagah

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 23


La coupe de forage dressé (figure 22) confirme la présence d’une nappe captive à 16 et à
32m de profondeur, les études géophysiques ayant prédit la présence d’aquifère dans les
intervalles 8-13m et 25-30m. La première nappe avait été interprété comme une nappe libre or
elle est captive.

Figure 23 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Dena

En observant la coupe de forage de la figure 23, l’on remarque la présence de fracture


(nappe captive) entre 17 et 46 m, tandis que les études géophysiques ont confirmé la présence de
nappe captive entre 40 et 50m.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 24


Figure 24: Courbe de sondage-coupe lithologique du forage CSI kora

En observant la coupe de forage de la figure 24, nous avons la présence de nappe captive
à 22 et 56 m, tandis que la courbe de sondage indique une nappe captive continue au-delà de 20m
de profondeur.

Figure 25 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage Djohong Mbella Ngouh

La figure 25 qui présente la coupe de forage de la station Djohong illustre la présence d’un
socle fracturé à 41, 45, et 57 m de profondeur, tandis que l’interprétation de la courbe de sondage
identifie la présence de fracture entre 20 et 50 m, sans définir les profondeurs exactes.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 25


Figure 26 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage Bafouck

La figure 26 n’indique aucune fracture (nappe captive présente) confirmant


l’interprétation de la courbe de sondage. Nous observons aussi sur la coupe de forage, le toit
rocheux n’a pas été atteint. Ici des nappes libres ont été exploitées, les formations argileuses et
sableuses comprise entre 5 et 20m constituent l’intervalle d’écoulement de cette nappe.

Figure 27 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage Bembarang

La coupe de forage de la figure 27 montre le toit rocheux à 31m, avec une nappe captive à
32m, tandis que la courbe de sondage plus haut indique le toit rocheux à 15m avec une nappe
captive à environ 30m.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 26


Figure 28 : courbe de sondage-coupe lithologique du forage de Mikila

L’On remarque sur la figure 28 que le toit rocheux n’a pas été atteint, comme lors de
l’interprétation de la courbe de sondage. La mise en service de ce forage laisse croire qu’une
nappe libre a été captée à 15-18 m, dans la couche de sable argileuse rougeâtre.

Figure 29 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Gbeza

L’on observe sur la figure 29 la présence de nappe captive entre 22 et 41 m de


profondeur, contrairement à la courbe de sondage interprété plus haut qui n’a pas indiqué de
fracture mais montrait la présence du toit rocheux à 18m.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 27


Figure 30 : Courbe de sondage-coupe lithologique du forage Ngasiri

La figure 30 présente une nappe captive entre 30 et 40m, tandis que la courbe de sondage
indiquait une nappe captive à 40m avec un toit rocheux à 30m.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 28


CONCLUSION

Les objectifs poursuivis jusqu’ici étaient de faire une étude régionale des structures
superficielles (entre 20 et 80 m de profondeur) sur la base de données électriques recueillies sur
le terrain.

L’analyse des courbes de sondages obtenus dans la présente étude à partir des données
existantes a mis en évidence dans la région d’étude la présence de nappe d’eaux souterraines,
ensuite captées par forage. Les valeurs de résistivités élevées (supérieur à 10 000 ohm.m) sont
associées aux socles rocheux non fracturés, tandis que les valeurs de résistivités faibles (comprise
entre 100 et 500 ohm.m) sont attribué aux zones conductrices comme les sols argileux pouvant
contenir des aquifères d’altérites ou alors des failles, fractures ou fissure contenant de l’eau.

L’utilisation de ces données électriques pour la confection des cartes d’isorésistivités nous
a permis de voir la distribution du socle rocheux à différentes profondeur (10 m, 30 m, 50 m) et
de mettre en évidence les zones potentiellement conductrices, c’est-à-dire renfermant de l’eau.

Enfin, les forages réalisés, les coupes lithologiques de forages obtenues ont permis de
vérifier et de confirmer les résultats de l’interprétation des données géoélectriques.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 29


PERSPECTIVES

Les courbes de sondages obtenues nous ont renseignées sur la présence effective de l’eau,
mais ne donnant pas d’informations précises sur la nature des nappes (libre ou captive), la
profondeur exacte des fractures, le débit, et la profondeur du toit rocheux. Les cartes
d’isorésistivités nous ont permis de situer approximativement le toit rocheux et complètent la
compréhension et l’interprétation des courbes de sondages. Pour une meilleure interprétation des
données électrique, il est serait judicieux de réaliser une tomographie 2D ou trainée électrique
suivant un profil dont la direction n’est pas choisi au hasard, une carte des linéaments satellitaire
permettrait de choisir la bonne direction d’orientation des profils perpendiculairement à la
direction des linéaments géologiques.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 30


BIBLIOGRAPHIE

Bakkali, S., Bouyalaoui, J., (2005). Essai d’optimisation de la capacité de retenue d’eau d’un lac
par caractérisation géophysique du recouvrement argileux, African Journal of Science and
Technology (AJST) Science and Engineering series vol.6, N° 2, pp 12-22.

Nguimbous-Kouoh, J.J., Takam, T.E.M., Nouayou, R., Tabod, C.T., Manguelle-Dicoum, E.,
(2012). Structural interprétation of the Mamfe sedimentary basin of southwestern cameroon
along the Manyu River using audio-magnetotellurics survey, International Scolarly Research
Network ISRN Geophysics, volume 2012, Article ID 413042, 7 pages, doi: 10.5402/2012/413042.

Ndougsa-Mbarga, T., Meying, A., Manguelle-Dicoum, E., (2009). Evidence of fracture from
the ruage of the subsurface in the Akonolinga-Ayos area (Cameroon) by combining the classical
and the bostick approaches in the interpretation of audio-magnetotellurics data, Journal of
Geology and Mining Research, vol.1 (8) pp. 159-171.

Ekoro, N. H. L., Njandjock, N. P., Bisso, D., Assembe, S., Manguelle-Dicoum, E., (2012).
Geophysical contribution for the determination of aquifer properties in Memve Ele, South
Cameroon, Journal of water Resource and Protection, 2012, 4, 885-890.

Bagnouls, L., Gaussen, H., (1957). Les climats biologiques et leur classification Ann.géogr.
XXVI, 355 pp 193-220.

Kande, H. L., (2008). Etude géophysique de la structure de la croute le long du fossé tectonique
de la Mbere (Sud Adamaoua-Cameroun). Thèse de Doctorat/ Ph D, Université de Yaoundé I, P
120 + annexes.

Lassere, M., (1961). Etude géophysique de la partie orientale de l’Adamaoua (Cameroun


Central) et les principales sources minéralisées de l’Adamaoua. Bull. Dir. Mines et Géologie du
Cameroun, vol. 4, P 130 annexes.

Ngako, V., (1999). Les déformations continentales panafricaines en Afrique centrale. Résultat
d’un poincement de type hymalayéen. Thèse de Doct. D’Etat, Univ. Yaoundé I, P 241.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 31


Nnangue, J. M., Ngako, V., Fairhead, J. D. and Ebinger, C. J. (2000). Depths to density
discontinuities beneath the adamawa plateau region, Central Africa, from spectral analyses of
new and exixting gravity data, Journal of African Earth Sciences, vol 30, n° 4, 887-901.

Noutchogwe, T. C., (2004). Apport de la gravimétrie à l’étude de la bordure meridionale du


plateau de l’Adamaoua (Cameroun), Thèse de Doctorat 3è cycle, Université de Yaoundé I, P 127
+ annexes.

Noutchogwe, T. C., (2010). Investigation géophysique dans la région de l’Adamaoua par les
méthodes gravimétriques et magnétiques : Implications structurales et hydrogéologiques, Thèse
de Doctorat/ Ph D, Université de Yaoundé I, pp 171+ annexes.

Dermatonne, E., (1942). Nouvelle mondiale de l’aridité. Annal géographique, pp 241-250.

Maurin, B. and Guirand, T., (1990). Relationship between tectonics and sedimentation in the
Barremo-Aptian intracontinental basins of Northern Cameroon, Journal of African Earth
Sciences, vol. 10, pp 331-340.

Nnangue, J. M., Ngako, V., Fairhead, J. D. and Ebinguer, C. J., (2000). Depths to density
discontinuities beneath the Adamawa plateau region, Central Africa, from spectral analyses of
new and existing gravity data, Journal of African Earth Sciences, vol 30. n° 4, pp 887-901.

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 32


ANNEXES

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 33


REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 34
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 35
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 36
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 37
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 38
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 39
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 40
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 41
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 42
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 43
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 44
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 45
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 46
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 47
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 48
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 49
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 50
REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 51
TABLE DES MATIERES

DEDICACE......................................................................................................................................i

REMERCIEMENTS ..................................................................................................................... ii

SOMMAIRE ..................................................................................................................................iv

SIGLES ET ABBREVIATIONS................................................................................................... v

SYMBOLES ...................................................................................................................................vi

LISTE DES FIGURES................................................................................................................ vii

RESUME ..................................................................................................................................... viii

ABSTRACT ...................................................................................................................................ix

INTRODUCTION .......................................................................................................................... 1

CHAPITRE 1 :PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ET REVUE DE LA


LITTÉRATURE ............................................................................................................................. 4

I-1) Présentation de la zone d’étude ............................................................................................ 4

a) Le climat ............................................................................................................................ 5

b) Le relief.............................................................................................................................. 5

c) Hydrographie ..................................................................................................................... 6

I-2) Contexte géologique .............................................................................................................. 8

I-3) Travaux antérieurs dans la zone d’étude ............................................................................... 9

CHAPITRE 2 :METHODE GEOELECTRIQUE ET PRESENTATION DU MATERIEL 10

II-1) Principe général .................................................................................................................. 10

II-2) Dispositif de mesure ........................................................................................................... 10

II-3) Appareillage ....................................................................................................................... 13

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 52


CHAPITRE 3 :RESULTATS ET DISCUSSIONS .................................................................... 14

III-1) Cartes d’Iso-résistivité ...................................................................................................... 14

III-2) Courbes de sondages électriques ...................................................................................... 17

III-3) Etude comparative et corrélation courbe de sondage-coupe géologique de forage .......... 22

CONCLUSION ............................................................................................................................. 29

PERSPECTIVES .......................................................................................................................... 29

BIBLIOGRAPHIE ....................................................................................................................... 29

ANNEXES ..................................................................................................................................... 29

TABLE DES MATIERES ........................................................................................................... 29

REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 53


REDIGE PAR JEFEDJIE CYRILLE 1