Vous êtes sur la page 1sur 29

Le

guide pour les parents


qui ont un temps d’avance

En partenariat avec

Le guide pour se préparer aux petits


et grands changements de la vie étudiante.

La banque
d’un monde
qui change
BNP Paribas

Guide
des
parents

SOMMAIRE

Études
P/ 3 n Parcoursup pratique : l’essentiel à savoir pour aider votre enfant
P/ 6 n Et si mon enfant veut se réorienter en première année ?
P/ 9 n Financer les études de ses enfants : tout savoir sur le crédit étudiant
P/ 12 n International : mon enfant part étudier à l’étranger

Vie étudiante
P/ 15 n Préparer la rentrée : pour chaque démarche, une aide financière
P/ 18 n Budget : les règles d’or pour calculer un budget… et s’y tenir !
P/ 21 n Premier appartement : évitez la prise de tête
P/ 24 n Permis de conduire : tout se passe en ligne !
P/ 27 n Job étudiant, stage : de l’aide… mais pas trop !
Parcoursup
pratique
l’essentiel à savoir
pour aider mon enfant

Perspiciatis unde omnis iste natus error sit volupta-


tem accusantium doloremque laudantium, totam rem
aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis
et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo.
Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit asper-
natur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
dolores eos qui ratione voluptatem.

«Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque
laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi
architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas
sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione
voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum

1. AMET, CONSECTETUR
«Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam
rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo.
Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum

 p/3
e cases are perfectly simple and easy to distinguish. In a free hour, when our power of choice is untrammelled
and when nothing prevents our being able to do what we like best, every pleasure is to be welcomed and every
pain avoided. But in certain circumstances and owing to the claims of duty or the

À RETENIR
pleasure of the moment, so blinded by desire, that they cannot foresee the pain and trouble that are bound to
ensue; and equal blame belongs to those who fail in their duty through weakness of will, which is the same as
saying through shrinking from toil and pain. best, every pleasure is to be welcomed and every pain avoided. But
in certain circumstances and owing to the claims of duty or the

2. CHOISIR
UNE FILIÈRE COURTE
nventore veritatis et quasi architecto beatae
vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam
voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut
odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
dolores eos qui ratione voluptatem sequi
nesciunt. Neque porro quisquam est, qui
dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur,
adipisci velit, sed quia non numquam eius modi
tempora incidunt ut labore et dolore magnam
aliquam quaerat voluptatem.

À RETENIR
nventore veritatis et quasi architecto beatae
vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam
voluptatem quia voluptas sit aspernatur
aut odit aut fugit, sed quia consequuntur
magni dolores eos qui ratione voluptatem
sequi nesciunt. Neque porro quisquam est,
qui dolorem ipsum quia dolor sit amet,
consectetur, adipisci velit, sed quia non
numquam eius modi

3. DE NOMBREUSES
POSSIBILITÉS
DANS LES ÉCOLE
nventore veritatis et quasi architecto beatae
vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam
voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut
odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
dolores eos qui ratione voluptatem sequi
nesciunt.

 p/4
COMMENT
FONCTIONNE
LA
REORIENTATION
nventore veritatis et quasi architecto beatae
vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam

SUR voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut


odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
PARCOURSUP ? dolores eos qui ratione voluptatem sequi
nesciunt. Neque porro
nventore veritatis et quasi architecto beatae
vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam
À RETENIR
voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit
aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores nventore veritatis et quasi architecto beatae
eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam
porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut
sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
numquam eius modi tempora incidunt ut labore dolores eos qui ratione voluptatem sequi
et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. nesciunt. Neque porro quisquam est, qui
dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur,
adipisci velit, sed quia non numquam eius modi
tempora incidunt ut labore et dolore magnam
aliquam quaerat voluptatem.

2. AVEC VOUS DANS UN


MONDE QUI CHANGE
nventore veritatis et quasi architecto beatae
vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam
voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut
odit aut fugit, sed quia consequuntur magni
dolores eos qui ratione voluptatem sequi
nesciunt. Neque porro quisquam est, qui
dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur,
adipisci velit, sed quia non numquam eius modi
tempora incidunt ut labore et dolore magnam
aliquam quaerat voluptatem.

 p/5
Et si mon enfant
veut se
réorienter
en première année ?

Après quelques semaines de cours, votre enfant s’en-


nuie et vous fait part de son envie de changer d’orien-
tation  ? Il n’est pas le seul : près de 15 % des élèves
de l’enseignement supérieur déclarent s’être trompés
dans leur choix de cursus en première année. Voici,
étape par étape, les différentes procédures à connaître
pour l’aider à trouver sa voie et la concrétiser.

Se réorienter et rebondir après une erreur d’aiguillage, une situation fréquente en


première année, c’est possible. De plus en plus d’établissements accueillent les étudiants
dans le cadre de procédures de rentrée décalée (de janvier à mars), de semestre rebond,
mais aussi par les validations de crédits en cours d’année à l’université.

1. SE RÉORIENTER À L’UNIVERSITÉ
Passer de LEA à LLCE, de maths à sciences éco en cours d’année ? Pas simple, mais réalisable car des passerelles
sont envisageables entre certaines filières à l’issue du premier semestre. La décision doit être prise suffisamment
tôt pour respecter les calendriers, fixés de manière indépendante par chaque établissement, voire par les
différents départements au sein d’une même université. À votre enfant d’aller chercher l’information auprès
du service d’orientation, du BAIP (bureau d’aide à l’insertion professionnelle) et de son département de
formation. 
Il lui sera demandé de compléter un dossier (comprenant les bulletins du lycée et une lettre de

 p/6
motivation) qui sera examiné par la commission pédagogique. Elle validera la réorientation en fonction du
nombre de places disponibles et de la cohérence du projet de formation. Les doubles licences et autres cursus
sélectifs ne sont en général pas accessibles en cours d’année.

À RETENIR
La validation d’un certain nombre de crédits ECTS (European Credits Transfer System) est le plus souvent
demandée pour se réorienter vers une autre filière. Il est donc conseillé, notamment en PACES, la première
année commune aux études de santé, de passer les examens du premier semestre afin de mettre toutes les
chances de son côté !

2. CHOISIR
UNE FILIÈRE COURTE
En BTS, les établissements qui proposent une
rentrée décalée sont en grande majorité privés.
Les domaines couverts sont essentiellement
le commerce (BTS MUC et NRC) et la gestion
(BTS assistant de gestion de PME-PMI).
En IUT, en rentrée décalée, la palette est plus
restreinte que sur la plateforme Parcoursup :
11 spécialités contre 24. Les candidats sont
sélectionnés sur leur dossier scolaire et un
entretien de motivation.

À RETENIR
Dans les IUT, impossible de rattraper
l’ensemble du programme en condensant
deux semestres en un. Aussi, au lieu d’être
diplômé en juin, votre enfant le sera en février,
deux ans après sa rentrée. Un point à ne pas
oublier s’il a un projet de poursuite d’études,
comme une licence professionnelle, dans
la  foulée.

3. DE NOMBREUSES
POSSIBILITÉS
DANS LES ÉCOLES
En école d’ingénieurs ou en école de commerce,
l’offre de formation en rentrée décalée est
foisonnante. Côté commerce, l’INSEEC, l’EMLV,
l’IPAG, l’IDRAC et les écoles des groupes IGS et
ESG présentent des programmes en rentrée
décalée entre décembre et mars.

 p/7
COMMENT
FONCTIONNE
LA
RÉORIENTATION Quant aux futurs ingénieurs, ils peuvent
accéder en février à des formations via le
SUR concours Avenir+, qui regroupe sept écoles.

PARCOURSUP ? Les critères sont les mêmes que pour une


rentrée classique, et un bac S sera le meilleur
Ces dispositifs de rentrée en cours d’année sésame.
étant réservés à une poignée d’étudiants, les
candidats prennent directement contact avec À RETENIR
les établissements, sans passer par Parcoursup. Comme pour une rentrée classique,
En revanche, pour toute réorientation à la renseignez-vous sur la qualité de l’école  !
rentrée de septembre suivante, la plateforme Assurez-vous qu’elle est reconnue par
Parcoursup est incontournable. Comme les l’État et que ses diplômes sont visés par le
bacheliers de l’année, votre enfant devra ministère chargé de l’Enseignement supérieur.
respecter le calendrier et formuler des vœux À vérifier sur le site de la CEFDG (Commission
à compter de mars 2019, y compris dans le d’évaluation des formations et diplômes de
cadre d’une réorientation au sein du même gestion) pour les écoles de commerce et la
établissement. Là encore, la cohérence entre CTI (Commission des titres d’ingénieur) pour
son projet et les caractéristiques de la formation les écoles d’ingénieurs.
seront prises en compte.
AVEC VOUS
À la différence des candidats de terminale, votre
enfant ne sera pas concerné par la fiche Avenir. DANS UN MONDE QUI CHANGE
En revanche, s’il a été accompagné par un Votre enfant a souscrit un prêt étudiant pour
service d’orientation durant l’année universitaire financer ses études en fac et se réoriente en
2017-2018, il pourra joindre une attestation de école de commerce ? Un rendez-vous avec
suivi de son projet de réorientation. le conseiller bancaire BNP Paribas pour
réétudier sa situation lèvera ses éventuelles
inquiétudes. Au vu des besoins et des capacités
financières de votre enfant, le conseiller
pourra lui proposer un second crédit pour
payer notamment les frais d’inscription.

 p/8
Financer
les études
de ses enfants
tout savoir sur le crédit
étudiant

Saviez-vous qu’avec le crédit étudiant, votre enfant


peut financer aussi bien ses études que son permis,
son emménagement ou sa première voiture ? Décou-
vrez les caractéristiques de ce dispositif sécurisant qui
lui offre la possibilité d’emprunter jusqu’à ses 28 ans,
et d’adapter ses remboursements… comme aucun em-
prunt classique ne le lui permettra !

1. DÉTERMINER SON BESOIN


Avec le crédit étudiant, votre enfant se lance en douceur. Cet emprunt – encadré par la loi – permet d’emprunter
de 460 € jusqu’à 75.000 €, sur une durée de quatre mois à douze ans. Et cela, quel que soit le niveau d’études
de l’emprunteur, à condition qu’il soit majeur. Sachez que des accords existent entre les banques et certaines
écoles et universités, avec des conditions et des modalités d’emprunt négociées et avantageuses. Renseignez-
vous auprès de l’école visée ou de votre conseiller bancaire.

À SAVOIR
Dans un crédit, on distingue le capital (la somme empruntée) des intérêts (qu’on appelle aussi « le loyer de
l’argent »). Le prêt étudiant que souscrira votre enfant entre dans la catégorie des prêts à la consommation.
Il se composera donc du capital, des intérêts à rembourser à la banque selon les modalités qui lui conviennent,
de l’assurance facultative (couvrant les accidents de la vie) et des frais de dossier. C’est tout.

 p/9
AVEC VOUS DANS UN MONDE QUI CHANGE
« J’ai un projet un peu particulier… » Chaque parcours d’étudiant est spécifique, c’est pourquoi chez BNP Paribas
l’offre de crédit est personnalisable avec, à sa base, un accompagnement dédié. Vous avez besoin d’une estimation ?
Utilisez le simulateur en ligne, facile et anonyme. Entrez le montant et la durée souhaités, précisez si l’école ou
université qu’intègre votre enfant est partenaire ou si vous l’ignorez, et c’est parti : BNP Paribas vous propose une
mensualité, un taux fixe, et vous indique le coût total du crédit.

2. PERSONNALISER
SON CRÉDIT
Certes, la simulation en ligne vous donnera une
idée. Mais c’est le rendez-vous en agence, en
présence de votre enfant, qui vous permettra
de définir précisément les conditions de
l’emprunt. Sachez que depuis 2008, l’État peut
se porter garant si vous n’êtes pas en mesure
de le faire ; une possibilité qui permet à tous
les étudiants d’emprunter.

À SAVOIR
Avec des taux d’intérêt oscillant selon les
banques entre 0,9 % et 1 %, pas facile de faire
la différence ! Pour une décision éclairée,
prenez également en considération tout ce
qui compose l’offre : quel est le montant des
frais de dossier, combien coûte et que couvre
l’assurance, quelles sont les conditions de
remboursement (anticipé ou différé). Et si le
doute subsiste, sachez qu’après avoir signé le
contrat du prêt, votre enfant dispose, comme
dans tout emprunt classique, de quatorze
jours calendaires de réflexion. Pendant cette
période, il peut se rétracter sans condition.

3. ENVISAGER
L’APRÈS-ÉTUDES
Rassurez-vous (et votre enfant par la même
occasion !) : un prêt étudiant, c’est souple. Les
banques savent qu’on n’est pas étudiant à vie,
c’est pourquoi elles proposent d’adapter le
remboursement en fonction des études et du
premier emploi après le diplôme.

 p/10
Le remboursement du crédit étudiant peut être anticipé (votre
enfant rembourse le solde de son crédit en une fois quand il
le souhaite), partiel (il rembourse au fil de l’eau en fonction
d’échéances fixées) ou total (il ne rembourse rien pendant ses
études sauf le montant de l’assurance du prêt, et s’engage à
rembourser à partir de son premier salaire après le diplôme).

À RETENIR
Comme pour un prêt classique, votre enfant aura la possibilité
de renégocier son prêt en cours de route, afin d’adapter son
TAEG (taux annuel effectif global) aux taux en cours.

AVEC VOUS BNP Paribas propose


Prélib’Campus, un crédit (1)

DANS réservé aux étudiants qui permet


d’emprunter 1.000 € sans intérêt.

UN MONDE Autrement dit, le TAEG est de


0 % (2) ! Les échéances sont

QUI standards : 12 remboursements


de 83,33 €. Frais d’inscription, frais

CHANGE d’installation, achat de fournitures.

 p/11
International :
mon enfant part étudier
à l’étranger

Maîtrise d’une langue étrangère, acquisition d’au-


tonomie, apprentissage d’une autre culture…
Les raisons qui motivent plus de 4 millions d’étudiants
dans le monde à changer de pays chaque année sont
multiples ! Votre enfant a l’opportunité de partir étu-
dier à l’étranger et vous souhaitez l’accompagner vers
ce grand changement ? Voici un petit mémento des
bonnes pratiques pour se préparer au mieux avant le
grand départ.

1. FINANCER SES ÉTUDES


Hébergement, frais de scolarité, vie quotidienne : les études à l’étranger peuvent se révéler coûteuses pour
les jeunes comme pour leurs parents. Outre le crédit étudiant, qui peut financer ses études comme son
voyage ou sa voiture, votre enfant peut bénéficier d’une aide à la mobilité internationale, proposée par l’État.
D’un montant de 400 €/mois, elle est destinée aux étudiants boursiers sur critères sociaux, pour des voyages
de 2 à 9 mois consécutifs. Votre enfant devra faire sa demande auprès du service des relations internationales
de son établissement.

À SAVOIR
Votre enfant peut aussi bénéficier des bourses d’études à l’étranger. Erasmus+ (Union européenne), Fullbright
(États-Unis) et DAAD (Allemagne) sont parmi les programmes les plus connus.

 p/12
Mais on peut citer aussi le Japon, qui propose une bourse d’études et de recherche aux niveaux master et
doctorat ; et le Canada, qui propose plusieurs bourses. Renseignez-vous également auprès de votre département,
votre région et votre commune : ces trois échelons territoriaux proposent des bourses d’études à l’étranger qui
leur sont propres.

AVEC VOUS DANS UN MONDE QUI CHANGE


En fonction de la durée du séjour de votre enfant, son conseiller bancaire pourra lui suggérer d’ouvrir un
compte sur place. Pour garder l’esprit libre, BNP Paribas propose à votre enfant une carte Visa premier gratuite
la première année, offrant la possibilité de retraits dans plus de 50 pays et de paiement en zone euro, le tout
sans frais, avec aussi la possibilité d’un virement permanent international. Prenez rendez-vous pour en parler !

2. SE PROTÉGER
Si votre enfant part dans un pays européen,
il/elle devra demander avant son départ la
carte européenne d’assurance maladie, pour
bénéficier d’une prise en charge des soins sur
place. La demande est à faire auprès de sa
caisse d’assurance maladie. S’il/elle part hors
Union européenne et qu’il/elle a moins de 20
ans, il/elle est protégé(e) par votre CPAM ; s’il/
elle a plus de 20 ans, il/elle devra s’inscrire
auprès du régime étudiant de sécurité sociale
du pays. N’oubliez pas enfin de prévenir la
mutuelle pour modifier le contrat si nécessaire !

À SAVOIR
Un rendez-vous chez le médecin généraliste
s’impose un mois avant le jour J. En effet,
si votre enfant part pour une destination
exotique, il/elle doit se faire vacciner selon
les recommandations par pays. Le praticien
pourra par ailleurs établir un certificat
d’aptitude à une pratique sportive particulière.
NB : n’oubliez pas la trousse à pharmacie !

AVEC VOUS
DANS UN MONDE QUI CHANGE
Frais de santé, rapatriement, responsabilité
civile, assurance bagage… Crystal Studies
est un pack complet d’assurance santé
spécifiquement conçu pour les étudiants à
l’étranger. En bonus, votre enfant bénéficie d’un
service de traduction et d’accompagnement
juridique en cas de besoin. La meilleure
protection à prix étudié !

 p/13
3. SE LOGER
L’une de vos principales préoccupations : vous assurer que votre enfant sera bien logé.
Le plus simple sera pour lui/elle de se renseigner auprès de la résidence universitaire du
campus où il/elle effectuera son séjour. Dans son université ou son école d’origine, l’association
des étudiants internationaux peut s’avérer une mine d’informations et de conseils en mettant
votre enfant en contact avec des étudiants déjà sur place.

Il/elle pourra également se rapprocher du CRIJ (Centre régional information jeunesse) de sa


région : des conseillers dédiés l’accompagneront dans ses démarches et mobiliseront leur
réseau.

À SAVOIR
La colocation est une solution peu onéreuse qui permettra en outre à votre enfant de se sentir
moins seul(e) à son arrivée. Une app comme Badi permet de trouver le/la colocataire idéal(e)
le temps du séjour.

AVEC VOUS Il/elle a perdu ou s’est fait


voler sa carte bleue ? Pas de

DANS panique ! Commencez par faire


opposition. Vous pouvez contacter

UN MONDE directement l’agence bancaire


de votre enfant ou bien le centre

QUI des cartes bancaires… Pour


anticiper, l’offre Sécurité assure

CHANGE les cartes de crédit ainsi que les


effets personnels (espèces, clés et
papiers officiels) dans le monde
entier.

 p/14
Préparer
la rentrée
pour chaque démarche,
une aide financière

La rentrée dans le supérieur, ça s’anticipe, et il est bon


d’avoir un œil sur l’ensemble des démarches que devra
effectuer votre enfant. Voici la to-do list des actions à
mener d’ici à septembre et des aides financières qui s’y
rapportent. Prêt ?

1. TRANSPORT, LOGEMENT, ORDINATEUR : LES AIDES !


Pour être sûr de ne rien rater, pensez que votre enfant devra se loger, se nourrir, se déplacer, se soigner, payer
ses études, ses sorties et son ordinateur. À chaque item correspond une aide à laquelle il pourra prétendre en
fonction de plusieurs critères, dont vos revenus. Sachez que ces aides peuvent être nationales ou locales : vous
devrez donc vous renseigner également auprès de votre conseil départemental, votre conseil régional, votre
agglomération et votre commune.

À SAVOIR
Aides au logement, au mérite, à la mobilité, aux projets culturels et artistiques, aides régionales et outre-mer,
etc. : il existe un grand nombre de dispositifs mis en place pour soutenir les étudiants pendant leur cursus.
Vous les retrouverez tous sur ce site dédié, à l’onglet « Vos aides financières ».

 p/15
AVEC VOUS DANS UN MONDE QUI CHANGE
Le prêt micro-portable étudiant (MIPE) permettra à votre enfant de financer son ordinateur portable. Jusqu’au
27 octobre 2018, bénéficiez d’un taux fixe de 0,99 % pour financer l’achat d’un PC ou d’un Mac de 760 € à 3000 €.
Le remboursement pourra s’effectuer sur une durée de 1 à 3 ans.

2. LE PROTÉGER
Si votre enfant devient étudiant à la rentrée
2018-2019, il reste affilié à votre régime de
protection sociale sans démarche particulière
à effectuer. Il devra juste s’acquitter d’une
contribution « vie étudiante » annuelle de 90 €.
S’il était déjà étudiant en 2017-2018 et qu’il
était inscrit à une sécurité sociale étudiante,
il restera attaché à ce système pour l’année.
Son dossier basculera automatiquement
le 31 août 2019, date à laquelle le régime
étudiant de sécurité sociale disparaîtra. Les
mutuelles étudiantes continueront à proposer
des complémentaires santé.

À SAVOIR
Votre enfant peut bénéficier d’une
complémentaire santé gratuite, la
CMU-C (couverture maladie universelle
complémentaire). Si ses ressources sont
légèrement supérieures aux conditions exigées
par la CMU-C, il peut recevoir l’ACS (aide au
paiement d’une complémentaire santé). Enfin,
sachez que toutes les universités abritent un
service de médecine préventive : votre enfant
pourra y consulter gratuitement et rencontrer
le service social.

AVEC VOUS
DANS UN MONDE QUI CHANGE
BNP Paribas Protection Santé est une
complémentaire santé qui s’adapte au budget
étudiant. Remboursement dans les 48   h,
avances de frais maîtrisés grâce au réseau de
200 000 professionnels de santé adhérents, et
une hotline disponible 6 jours sur 7.

 p/16
3. FINANCER SES ÉTUDES
Le coût des études peut varier du simple au décuple selon l’établissement où votre enfant s’inscrit à la rentrée.
Et ces frais de scolarité peuvent alourdir un budget, en fonction de vos propres ressources. Plusieurs solutions
existent.

Les boursiers sur critères sociaux représentent 38 % du total des étudiants français. Plus d’un sur trois !
En  devenant boursier, votre enfant sera exonéré des droits d’inscription universitaires, de la contribution
« vie étudiante » et aura la priorité dans l’attribution d’un logement étudiant CROUS. En fonction de son
échelon, il touchera entre 1 009 € et 6 661 €. Les critères d’attribution : vos revenus, le nombre d’enfants, et
l’éloignement de son lieu d’études. Il peut faire sa demande ici.

À SAVOIR
Votre enfant peut aussi financer ses études… par crowdfunding (financement participatif). Trois sites proposent
ce service aux étudiants : What If Community, StudentBackr et EdukLab. Votre enfant peut y présenter son
projet professionnel ou de parcours d’études afin de convaincre les internautes de lui verser de l’argent. Il devra
pour cela définir son projet et le promouvoir à travers une « story » : une histoire cohérente, séduisante et
impliquante. À réserver aux jeunes très motivés, porteurs d’un projet abouti ! NB : StudentBackr coache ses
inscrits.

AVEC VOUS L’Avance sur Bourse est une


avance, sous forme d’autorisation

DANS de découvert, pour aider les


étudiants boursiers, de 18 à 29 ans

UN MONDE inclus, à faire face aux dépenses


de la rentrée en attendant le

QUI versement de leur bourse d’étude.


Votre enfant profite d’un taux

CHANGE débiteur annuel avantageux,


allant de 0 % à 1,01 % en fonction
du montant de son prêt et il a
la possibilité de rembourser de
manière anticipée et sans frais.

 p/17
Budget
les règles d’or
pour calculer un budget...
et s’y tenir !

Un budget, ça se prépare et ça se surveille… mais on


n’a pas les mêmes réflexes à la quarantaine qu’à 18
ans ! L’autonomie tant attendue par votre enfant pas-
sera forcément par l’autonomie financière. Découvrez
comment l’accompagner dans cette nouvelle discipline
– gérer son budget, tout un art ! – tout en restant à
l’écoute de son rythme.

1. CALCULER SON BUDGET PAS À PAS


La base : le listing ! Dressez avec votre enfant la liste des dépenses prévisibles, ainsi que celle des revenus.
L’idée est bien sûr de garantir l’équilibre de la balance des gains et des dépenses : impossible de le laisser
prendre son envol s’il ne comprend pas la nécessité d’atteindre au moins l’équilibre (0 !) à la fin de chaque
mois. Le budget moyen des étudiants oscille entre 600 et 1 000 €, selon leur lieu de résidence. Selon la dernière
étude de l’Unef, les frais de loyer et de transport cumulés pour un étudiant à Paris revenaient à 1 166 € en 2017
(contre 702 € à Marseille).

À FAIRE
Proposez-lui de simuler son budget avec la calculette de l’Etudiant : cursus, bourses, matériel, santé, logement,
aides, vie quotidienne, jobs et stages… L’occasion d’effectuer un point exhaustif sur ses revenus et ses dépenses
fixes, courantes, et occasionnelles. Et surtout, un conseil : laissez-le remplir les montants lui-même !

 p/18
AVEC VOUS DANS UN MONDE QUI CHANGE
Avec la carte de paiement Visa Electron, le compte de votre enfant est interrogé avant chaque paiement. Par
ailleurs, vous pouvez déterminer avec lui/elle un plafond de paiement et un plafond de retrait. Quoi qu’il en soit,
les cartes de paiement sont des produits personnalisables : pourquoi ne pas prendre rendez-vous avec votre
conseiller pour choisir la carte la plus adaptée ?

2. LE RENDRE
AUTONOME
Parfois, il est difficile de se retenir pour
une dépense dont on ne sait plus très bien
si elle relève de l’envie ou du besoin. Et les
impulsions d’achat du week-end sont parfois
irrépressibles ! C’est pourquoi vous pouvez
conseiller à votre enfant de se fixer des limites
en retirant des sommes fixes au distributeur
et en s’engageant à ne dépenser que cette
somme sur une période fixe : 50 € par semaine
par exemple. Le paiement en espèces permet
de mieux prendre conscience de ses dépenses.

Une fois les bases acquises, il faut apprendre


les gestes qui sauvent. Le premier d’entre
eux sera de faire ses comptes régulièrement :
encouragez votre enfant à faire le point une
fois par mois directement sur son espace
bancaire personnel en ligne ou sur une app
dédiée.

À SAVOIR
L’épargne, il va falloir en parler ! Les virements
automatiques sont une aubaine, et surtout ils
permettent de lutter contre l’oubli, la flemme,
la négligence. La règle pourrait être : modeste
mais régulier. Chaque mois, encouragez votre
enfant à mettre 20 € de côté pour commencer.
S’il y parvient, il pourra monter à 35 €, etc.

 p/19
AVEC VOUS
Esprit Libre Initiative est une
offre destinée aux 18-24 ans

DANS pour le suivi et la gestion des


comptes, avec une palette

UN MONDE d’avantages personnalisables et


des paiements allégés. L’app Mes

QUI Comptes permet quant à elle de


faire en un clin d’œil un point sur

CHANGE la situation de son compte au


moyen d’une cartographie claire
et explicite. Effet immédiat !

 p/20
Premier
appartement
évitez la prise de tête

Votre enfant va quitter le nid familial… Comment ex-


plorer avec lui l’offre complexe de la location étudiante
pour l’aider au mieux à préparer son envol ? Découvrez
les différentes possibilités de logement pour étudiant,
les bons plans financement et assurances, sans oublier
le calendrier de l’année universitaire à suivre !

1. À CHACUN SON LOGEMENT


Son bac en poche, votre enfant va rejoindre une école ou une université loin de chez vous. Comme pour un
grand nombre d’étudiants, la recherche d’un domicile devient une priorité. Outre les incontournables résidences
universitaires et offres de location en ville, les modes d’hébergement, individuel ou collectif, se sont beaucoup
diversifiés ces dernières années, crise du logement oblige. Panorama ici.

– La Cité universitaire : les places dans les résidences universitaires gérées par les Crous (Centre régional des
œuvres universitaires et scolaires) sont attribuées en fonction des mêmes critères que ceux pour les bourses sur
critères sociaux. Depuis 2018, la procédure se fait en deux étapes : remplir le DSE (dossier social étudiant) entre
janvier et mai, puis remplir la liste de vœux entre février et juin ici.

 p/21
– La location ou colocation : plusieurs écoles et universités ont rejoint Studapart, une plate-forme qui recense des
locations à proximité des campus, un peu partout en France. Le site Kaps propose quant à lui des appartements en
colocation à loyer modéré en échange de bénévolat dans des quartiers dits « populaires », où logent les étudiants.

À SAVOIR
Si vous ne trouvez pas votre bonheur en location ou en cité U, pas de panique : d’autres modes d’hébergement
à petit budget sont possibles.
Dans un logement intergénérationnel, une personne âgée propose une chambre gratuite ou à faible loyer en
échange de services. Pour trouver l’association locale qui mettra votre enfant en relation avec un(e) candidat(e),
rendez-vous sur le site de la fédération COSI (Cohabitation solidaire intergénérationnelle).
Très prisés, les foyers pour jeunes travailleurs sont des résidences sociales offrant des logements meublés de
manière temporaire à des jeunes en stage, en alternance ou en premier emploi.
Une autre possibilité avec les maisons ou foyers d’étudiants : gérés par des associations souvent religieuses
et réservés aux filles, il en existe une vingtaine à Paris et une soixantaine en régions. Pour trouver une place,
rendez-vous ici.

AVEC VOUS
DANS UN MONDE QUI CHANGE
En colocation, qui s’occupe de l’assurance ?
Le minimum légal est une assurance
habitation pour les risques locatifs, qui
couvre le bâti. Pour que les meubles soient
également protégés, choisissez une assurance
multirisque. Et  ui doit souscrire ? Légalement,
une seule personne, mais il est vivement
conseillé que chaque locataire signe un
contrat : ce peut être un contrat individuel,
collectif ou au nom du propriétaire.

2. À CHACUN
SON FINANCEMENT
Votre enfant peut demander à percevoir l’aide
personnalisée au logement (APL). Cette aide
est accordée selon certaines conditions liées
au logement choisi et aux ressources (celles de
votre enfant ou les vôtres en fonction de votre
situation). Vous pouvez également demander
(en votre nom) l’allocation de logement social.
Pour faire une simulation, rendez-vous ici.

À SAVOIR
Si votre enfant suit des études en alternance,
il peut demander à bénéficier de l’aide Mobili-
jeune, pour prendre en charge une partie de
son loyer, dans la limite de 100 €.

 p/22
Enfin, l’aide Locapass est une aide de l’État, sous forme d’emprunt sans intérêt ni frais de dossier. Elle concerne
les étudiants en alternance, les boursiers, les étudiants stagiaires ou en contrat salarié au cours des six
derniers mois.

AVEC VOUS
BNP Paribas propose
Prélib’Campus , un crédit

DANS réservé aux étudiants qui permet


d’emprunter 1 000 € sans intérêt !

UN MONDE Un crédit idéal pour couvrir


le paiement de la caution,

QUI la souscription d’une assurance…


et les premiers meubles.

CHANGE

POUR UN LOGEMENT
EN CITÉ UNIVERSITAIRE
Janvier-mai : votre enfant remplit le DES.
Février-juin : il précise ses vœux.
Mi-juillet : il verse une provision équivalente à un mois de loyer. Si votre enfant arrête ses études ou
change d’académie – et seulement dans ces cas-là –, la provision peut lui être remboursée avant le
15 septembre – avant le 15 août pour les résidences conventionnées.

Pour les boursiers


30 août : les étudiants boursiers perçoivent leur premier versement.

Début septembre : c’est la rentrée. Certaines écoles et universités proposent un stage de prérentrée
la veille de la rentrée officielle. Rendez-vous sur le site de l’établissement.

 p/23
Permis de
conduire
tout se passe en ligne !

Votre enfant est bachelier et vous souhaitez lui offrir


l’indépendance en finançant son permis de conduire ?
Ce fameux rite de passage vers le monde adulte connaît
une petite révolution depuis près d’une décennie. Exit
le papier rose ! Avec la libéralisation de l’apprentissage
et la contribution du numérique, tout est mis en œuvre
pour arriver rapidement à l’épreuve du permis sans se
ruiner. Mode d’emploi.

1. LE CODE
Finies les heures à bachoter au centre d’auto-école : le numérique s’est invité dans la partie et permet aux
candidats de s’inscrire, réviser et caler leurs dates d’examen depuis leur mobile ou ordinateur. Avec les auto-
écoles en ligne, les révisions du code se font désormais à distance, depuis la maison, le train ou le campus de
la fac. Des formateurs connectés regardent la progression du candidat pendant qu’il répond aux tests blancs.
Ils sont joignables par chat ou par téléphone pour répondre aux questions et peuvent même conseiller le
candidat en fonction de ses erreurs. Enfin, une fois en confiance, le candidat pourra s’inscrire (en ligne) dans
un centre agréé par l’État, avec son numéro NEPH (Numéro d’Enregistrement Préfectoral Harmonisé), pour
obtenir sa place d’examen.

À RETENIR
Une fois inscrit (en ligne) à l’école, le candidat doit obtenir son numéro de candidat NEPH. C’est le numéro officiel
qui le suivra jusqu’à l’obtention de son permis de conduire.

 p/24
La demande se fait ici mais les écoles accompagnent les candidats dans cette démarche. Si votre enfant a déjà été
inscrit dans une autre auto-école, vous devrez demander le transfert du dossier.

2. LA CONDUITE
Bien sûr, les cours de conduite se font toujours
dans un véhicule à double commande avec un
formateur agréé ; et les examens ont toujours
lieu dans une vraie salle d’examen. Mais
dans les auto-écoles nouvelle génération,
la réservation des heures de conduite se fait…
en ligne, of course ! Le candidat peut choisir
le formateur, le lieu et l’horaire pour chaque
cours. À l’issue de la première heure de
conduite, le formateur proposera au candidat
un nombre d’heures adapté à son niveau.
C’est à cette période également que le dossier
d’inscription à l’examen devra être envoyé à
la préfecture. La loi a réduit à 2 mois le délai
d’attente entre l’envoi du dossier et l’examen,
pour les écoles en ligne. Enfin, sachez que
la conduite accompagnée et l’inscription en
candidat libre sont toujours possibles dans les
auto-écoles en ligne.

À RETENIR
Une fois l’examen passé – et réussi ! –
le candidat devra faire sa demande de permis
en ligne ici, en se munissant de son numéro
NEPH. Pour cette demande, comme à chaque
étape, il pourra se faire aider par son école de
conduite.

3. FINANCER
Oscillant entre 30 et 100 €, les tarifs des
écoles en ligne sont 5 à 10 fois moins chers
que les écoles avec pignon sur rue.

 p/25
Côté conduite, l’UFC-Que Choisir relève qu’en moyenne, le forfait de 20 heures
de conduite dans les écoles traditionnelles revient à 1 155 € (1 800 € pour
35 heures). Dans les écoles en ligne, le forfait de 20 heures revient en moyenne
à 750 €. Mais surveillez bien le coût des heures supplémentaires, nécessaires
pour être au niveau le jour de l’examen, et souvent surtaxées.

À RETENIR
Vous pouvez demander l’aide de l’État pour financer le permis de conduire de
votre enfant. Situation typique : l’absence de permis est un frein à l’embauche
pour lui parce que vous habitez dans une région où la voiture est indispensable,
mal desservie par les transports en commun. Pôle emploi peut alors prendre
en charge une partie de vos frais, jusqu’à 1 200 € maximum. Pour l’obtenir,
il faut en faire la demande avant de s’inscrire à l’auto-école, être demandeur
d’emploi depuis plus de six mois ou prouver qu’un employeur est prêt à vous
embaucher sous réserve d’être titulaire du permis. Idéal si votre enfant
s’apprête à suivre ses études en alternance.

AVEC VOUS
BNP Paribas propose le permis
à 1 € par jour, un prêt

DANS pour financer le permis ou


l’apprentissage anticipé de la

UN MONDE conduite de votre enfant (entre


15 et 25 ans). Les intérêts

QUI étant pris en charge par l’État,


le taux d’emprunt est de 0 %,

CHANGE sans frais supplémentaires.


Pour en bénéficier, vous
devez sélectionner une école
de conduite partenaire de
l’opération.

 p/26
Job étudiant,
stage
de l’aide… mais pas trop !

En accédant aux études supérieures, votre en-


fant se confronte à la vie professionnelle : job étu-
diant, alternance, stage en entreprise… Vous aime-
riez l’accompagner. En l’aidant à rédiger sa lettre
de motivation ou en sollicitant votre réseau, vous
contribuez à son envol. Mais comment trouver la
juste mesure entre soutien et prise d’autonomie ?
Des pistes ici !

1. DONNEZ DE NOUVELLES IDÉES


En 2018, les trois quarts des 16–25 ans utilisent leur téléphone portable pour rechercher un stage ou un
premier emploi*. Un tiers postule même avec son mobile quand cela est possible. Pour aider votre enfant
dans sa prospection, voici quelques suggestions d’applis dédiées très efficaces : Indeed (méta moteur d’offres
d’emploi), L’Étudiant (3 applis pour une alternance, un job ou un stage) ; CornerJob (pour trouver un job près
de chez soi) ; Heroes jobs (pour postuler sans CV dans une start-up), Le Bon Coin Emploi Cadres (pour jeunes
diplômés) mais aussi les incontournables APEC (pour des offres « spécial débutants » et des stages) et Pôle
emploi Mes offres (offres globales).

À SAVOIR
Ils sont partout en centre-ville avec leur t-shirt coloré et leur sac à dos de coursier : les livreurs cyclistes ont
le vent en poupe chez les jeunes qui cherchent à arrondir leurs fins de mois (et qui ont de bons mollets !).

 p/27
Mais qu’ils veuillent devenir livreurs, chauffeurs VTC ou travailler dans la restauration, ils ne devront pas oublier
les règles élémentaires du droit du travail. Accompagnez vos enfants en surveillant de près les conditions
proposées par l’employeur et les obligations des travailleurs.

AVEC VOUS DANS UN MONDE QUI CHANGE


BNP Paribas propose quelque 1 300 offres d’emploi en France et 4 400 dans le monde sur son site dédié.
Le moteur de recherche vous permet de trier les CDI, CDD, stages, VIE, alternance et jobs étudiant.

2. COACHEZ
Si votre enfant refuse net que vous relisiez ses
lettres de motivation, vous pouvez lui suggérer
de les faire relire par une tierce personne : un
ancien prof avec qui il/elle s’entendait bien, un
ancien employeur de stage ou de job d’été, ou
même un copain. Le regard extérieur (neuf et
sans affect) est le meilleur allié du candidat
non seulement pour corriger les fautes
d’orthographe mais aussi pour suggérer des
modifications de vocabulaire ou de structure.

À SAVOIR
Apprendre à construire son CV d’une manière
efficace est indispensable. OpenClassrooms
propose un Mooc de 2 heures qui pourra
faire de votre enfant un pro du CV sans que
vous ayez à intervenir autrement que pour
applaudir le résultat. Il a besoin d’inspiration
pour postuler dans un métier artistique,
dans le secteur de la communication et du
numérique où il est possible – voire attendu –
de jouer avec la forme du CV ? Sur Pinterest,
votre enfant trouvera des exemples de CV
dans l’air du temps. Pour les plus pressés,
Canva offre une mine de modèles de CV très
graphiques et faciles à personnaliser.

Le réseau est un atout essentiel dans la


recherche d’emploi ou de stage. À peine
diplômé, votre enfant pensera sûrement
qu’il n’en a pas. Aidez-le à recenser tous ses
contacts pro (stages, jobs d’été, petits boulots)

 p/28
scolaires (profs, maîtres de stages) et perso (associations, clubs de sport, etc.) Il/Elle y verra
plus clair et reprendra confiance ! Puis aidez-le/la à créer son profil LinkedIn, en remplissant
précisément les rubriques, en lui montrant quel genre de posts publier et comment utiliser
l’onglet Emplois.

3. AIDEZ-LE/LA À CRÉER SON ENTREPRISE !


Si votre enfant en parle depuis longtemps et que son projet lui tient à cœur, pourquoi ne pas
l’accompagner dans la création de sa boîte ? Sachez qu’un statut d’étudiant-entrepreneur lui
permettra de se lancer en gardant son statut d’étudiant. Au programme : aménagement de
l’emploi du temps, possibilité de substituer au stage le travail sur son projet, aide à la recherche
de financement, etc. Sachez également que les chambres de commerce et d’industrie (CCI)
proposent toutes des formations courtes et gratuites à la création d’entreprise.

À SAVOIR
Plusieurs aides de financement et d’accompagnement existent pour les jeunes créateurs
d’entreprise. L’ACCRE (Aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise) permet
l’exonération totale de certaines cotisations sociales ; l’ADIE propose Je Deviens Entrepreneur, un
programme certifiant d’accompagnement à la création d’entreprise (pour se former, percevoir
une aide, obtenir un microcrédit) ; Cap’Jeunes permet de se former et de percevoir une prime de
lancement de 2 000 €.

AVEC VOUS
BNP Paribas propose aux
étudiants prêts à se lancer dans

DANS la création d’entreprise de les


accompagner et de les conseiller.

UN MONDE Solution de crédit, programme de


coaching… : tout est là pour aider

QUI votre enfant à aller au bout de


son projet.

CHANGE

 p/29