Vous êtes sur la page 1sur 3

Droit cours 1

Introduction a la notion de marché


1. Historique de la notion
Le marché n’est pas synonyme d’échange, un marché instaure une notion de règle qui
s’établit sur le long terme. Notion a associé à la notion de capitalisme. Mais peut aussi se
développer séparément du capitalisme : communisme.

A. Le marché a t’il toujours existé ?

Le troc
Dès le néolithique cette notion s’est mise en place via le troc (qui vient du grec : des
coquillages), il n’y pas de notion monétaire et plus particulièrement pécuniaire.

L’échange sans valeur marchande


Les guildes (= ou corporation) Notion de don

L’émergence du marché
Barbare : hors de la cité. Racisme envers ces commerçants

B. Les grandes évolutions de la perception du marché

Vision négative

La bible : mauvaise vision du commerce

Autre religion : l’usure pour la religion musulmane, qui est contre la cupidité

Utopie : emmené par les grecs

Critiques
 Vil et déshonorent :
o Ce n’est pas l’aristocratie qui s’occupe du commerce (mauvaise vision de
celui-ci). Création de la bourgeoisie et enrichissement des ses derniers.
 Ouverture d’esprit
o Marco polo
 Conflit sociétale
o Entre l’enrichissement des commerçants étrangers et des commerçants
sédentarisé dans leurs villes

Une vision compréhensive


Mises-en place d’une vision honorable du commerce
L’honorabilité :

Veermer qui peint et change l’image du commerçant en quelqu’un de travailleur et


d’appliqué dans son travail. Il possède la maitrise de techniques professionnelles
particulières (un apprentissage est nécessaire pour réussir). Création de la banque par les
italiens, et par ce biais des premières lettres de changes.

L’utilité :

Les dirigeants s’enrichissent et le peuple gagne en niveau de vie, des emploies se créent.

Le progrès :

La récession
 Uniquement dans l’intérêt de l’état qui s’enrichie sur le dos de peuple :
o Ce qui entraine la naissance du droit a la consommation, afin d’imposer a
l’état certaine règles. (1978 : premières lois a la consommation)
o Toujours l’opposition en un consommateur et un professionnel.
o Il existe aujourd’hui la notion du non-professionnel ; un professionnel
mais qui ne contracte pas dans son domaine d’activité.
o Pour le professionnel il existe une présomption de culpabilité, c’est le
commerçant qui doit se défendre et prouver sa bonne foi.
 Intérêt de l’individu :
o Qui entraine le droit de la concurrence (ex : concurrence libre et loyale :
pas de monopole)

La marchandisation du monde
Droit des contrats.

2. Définition
A. définition du marché
Vient du latin merx : marchandise. A combiner avec la notion d’accord ; c’est un endroit
ou on échange des marchandises d’accord en accord. (pas de prestation de services).

B. différentes définitions

Le marché réglementé
C’est un lieu d’échange sur lequel les négociations obéissent à un certain nombre de
règles dont le respect est contrôlé par un régulateur.
 Conditions d’accès au marché et d’admission à la cotation.
 Organisation des transactions (règles qui gèrent la suspension des négociations)
 Modalités d’enregistrement et de publicité (rendre public dans le
BulletinOfficielDAnnoncesCivilesCommerciales) des négociations
 L’entreprise de marché qui va organiser ce dernier et qui va fixer des règles
(AMF : autorité des marchés financier)
o Apporte des liquidités (maximisation des chances que la prestation soit
exécutée).
o L’égalité quand a l’accès aux informations via les publications et
enregistrements.
o La sécurité procurée par les chambres de compensation (organisme qui
fait le tampon entre l’acheteur et le vendeur, garantie que les acheteurs
sont livrés et les vendeurs payés)

Le marché de gré-à-gré
Il existe une relation directe entre l’acheteur et le vendeur, créé a leurs propres
initiatives ou via un intermédiaire qui sera une banque ou un courtier.
 L’insécurité, et problèmes possibles de livraison en cas de faillite d’une des
parties

C. La régulation
La première entité a régulé sont les autorités publics (l’état, ex le CSA). L’autorégulation
se rapproche d’une utopie. Les personnes sont laissées en état d’autonomie sur le
marché mais avec la possibilité d’avoir recours a un régulateur étatique.
Les entreprises sont censées exécuter leurs actions de bonne foi : tout mettre en œuvre
pour exécuter convenablement ses actions ainsi que pour le parti opposé.