Vous êtes sur la page 1sur 1

Samedi 28 Juillet 2018

www.laprovence.com Aubagne 3
ANIMATION ATHLÉTISME

Stage d’échecs à la médiathèque Match d’épreuves combinées


Coup du berger, doubler les tours, gambit, fourchette, pion isolé, La ville accueille aujourd’hui et demain, au stade de Lattre-de-Tassi-
échec double, roi dépouillé, échec et mat… La médiathèque propose gny, un match international d’épreuves combinées. Au programme : dé-
un stage d’échecs pour néophytes ou amateurs. Animé par un cathlon pour les hommes, heptathlon pour les femmes, puis des
membre du Cercle d’échecs aubagnais, il se tient du mardi 31 juillet épreuves de lancers de poids, des 100 mètres, du saut en longueur…
au vendredi 3 août de 10 h à midi pour les enfants de 6 à 14 ans et le Pour ce meeting, 96 sportifs européens vont s’affronter, venus d’Es-
vendredi 3 août pour les adultes, de 16 h 30 à 18 h 30. Tous les ni- pagne, d’Italie, de République tchèque, de Suisse, d’Ukraine, et bien
veaux sont acceptés, que ce soit pour une initiation ou un perfection- sûr de l’Hexagone. 56 juniors et espoirs promettent de réaliser de
nement. L’inscription se fait - gratuitement - auprès de la média- belles performances, d’autant que cette génération d’athlètes se re-
thèque. / PHOTO DR trouvera peut-être aux JO 2024 organisés en France.
➔ u 04 42 18 19 90 ou mediatheque.aubagne.fr. ➔ Samedi : épreuves à partir de 9 h 30, cérémonie et défilé des nations à 14 h 30. / PHOTO DR

La ferme des Jonquiers Des parfums dédiés


TENDANCE

et ses 50 légumes bio à Marcel Pagnol


En 2015, à l’occasion des
120 ans de Marcel Pagnol, le
rius et Fanny, pour lui et pour
elle. Marius est constitué de la-
Olivier et Hauria Pourtal cultivent des terres passionnément depuis 25 ans parfumeur Lothantique a déci- vande, bergamote et bois sec
dé de créer une gamme de fra- tandis que Fanny mélange
NOTRE SÉRIE grances dédiée aux senteurs de rose, prune et santal. Il y a trois
la Provence et des collines. Les mois, Manon des sources, aux
Tout au long de l’été, la rédaction différentes collections sont senteurs de coquelicot, est ve-
locale part à la rencontre des pro- composées d’eaux de toilette, nue compléter la collection.
ducteurs locaux, maraîchers, api- de lait pour le corps, de crèmes "Ces produits sont très appré-
culteurs, éleveurs… mais aussi de bougies, de par- ciés car ils sont accessibles en
fums d’ambiance ou de brumes termes de prix et ce sont des jolis
d’oreillers. Le parfumeur, basé cadeaux qui peuvent plaire à

D errière le magasin Sato-


riz, sur la route de Géme-
nos, Hauria Portal rentre
dans sa demeure pour prendre
ses lunettes violettes. Autour
à Peyruis, a décidé de nommer
les collections aux noms des dif-
férents personnages des
œuvres de Marcel Pagnol.
La première s’intitule
beaucoup de monde", explique
Marie-Gaël Bardon. Les diffé-
rentes créations sont égale-
ment disponibles en coffret ca-
deau. La boutique dispose d’un
d’une table en bois, à l’ombre, Jean-de-Florette et est compo- espace dédié à Pagnol. On y
elle explique d’entrée de jeu ce sée de plantes que l’on retrouve trouve ses livres - disponibles
qu’est cet espace agricole : dans les collines comme le ge- même dans leur ancien format
"C’est le site des Jonquiers. Il a névrier, la ciste ou le lentisque. - les affiches de l’illustrateur Du-
été acheté par l’association Le parfum est mixte et connaît bouti, connu pour l’illustration
Terre de liens et nous y sommes un grand succès l’été car "il est de La Partie de cartes, des bio-
installés depuis 2014." très rafraîchissant", selon Ma- graphies ou encore des BD. Elle
D’origine algérienne et ayant rie-Gaël Bardon, propriétaire travaille également avec le pe-
vécu dans la région lyonnaise, de la boutique Créations du tit-fils de l’auteur, Nicolas Pa-
l’agricultrice n’était pas réelle- sud à Aubagne. Elle est l’une gnol, qui lui a ouvert un com-
ment destinée à s’occuper des des principales distributrices merce à Marseille. Ils ont l’habi-
légumes ici. "J’ai fait des études de cette marque. Son com- tude de collaborer afin de pro-
de biochimie. Mais après j’ai merce, basé au centre de la poser un large choix de pro-
fait un bac agricole et je suis res- ville, est spécialisé dans l’artisa- duits.
nat d’art et dans les cadeaux Marie-Gaël, qui cherche tou-
souvenirs d’Aubagne et de Pro- jours à proposer de nouveaux
"Ail, asperges, vence.
C’est donc naturellement
produits dans le but de satis-
faire au maximum ses clients,
betteraves, blettes… que la collaboration s’est faite proposera très bientôt à la
C’est un maraîchage entre Marie-Gaël et Lothan-
tique. Elle a tout de suite consta-
vente le pastis aubagnais Janot,
la liqueur Garlaban et bien sûr,
très diversifié." Olivier et Hauria Pourtal cultivent à la ferme des Jonquiers une cinquantaine de légumes bio pour une té que ces produits s’inscri- dans la continuité de Pagnol, le
centaine de variétés. Une agriculture responsable qui les passionne depuis 25 ans. / PHOTOS T. V.-D. vaient parfaitement dans la pastis Raimu.
continuité de ce qu’elle pro- Lorine SARKISSIAN
té dans ce milieu." Au même avait touché un héritage et a in- gumes cultivés, on y trouve aus- sionnés qui approchent de la pose dans sa boutique. Depuis,
moment, une poule caquette. vesti 60 000 ¤. Il ne les a toujours si des patates douces et du céle- soixantaine, accompagnés par elle reçoit régulièrement les der- Boutique Créations du sud.
"Elle vient me chercher pour pas retirés", s’étonne encore ri-rave. "deux employés, un apprenti et nières nouveautés de senteurs. 3, avenue Loulou-Delfieu
que je lui ouvre, mais je ne sais Hauria. Tandis que la femme ramène un saisonnier, et cela se passe En 2016, la marque a sorti Ma- u 04 86 18 33 42.
pas d’où elle sort." Les deux néoruraux ont opté la poule dans sa cage, l’homme bien. On a peut-être une année
Son mari Olivier arrive. alors pour une culture bio. "La au teint hâlé décrit leur sys- un peu plus difficile, mais on
T-shirt jaune et cheveux frisés question ne s’est pas posée. On tème de vente. "On passe par le n’a ni inondation, ni restriction.
poivre et sel, l’ancien cuisinier était peu ou prou les premiers à Dans d’autres régions, ce serait
sert sucre et café. "On aimait la en faire dans le coin", dans les plus difficile." Mais le secteur
culture des légumes, alors on a
voulu lier ça à notre travail.
années 1990. Les avantages
étaient nombreux. "C’était un
"Les arbres reste concurrentiel et le
nombre de producteurs bio aug-
Nous cultivions pour nous, puis marché à prendre, et c’est plus permettent de créer mente dans la région. "On va de-
nous avons eu des parcelles en
location précaire, mais c’étaient
simple pour des gens qui dé-
marrent. Cela demande moins
des microclimats." voir faire une légère restructura-
tion pour rééquilibrer les mo-
beaucoup de contraintes." de surface, moins de matériel, et OLIVIER POURTAL ments de creux durant l’année",
En avril 2014, le couple et ses on peut vendre au bout de concède Olivier.
trois enfants s’installent ici, quatre mois", explique Olivier. Pour atteindre leurs terres, il
grâce à un montage foncier et fi- Ils tentent de lister dans marché d’Aubagne, par Satoriz faut emprunter en voiture un
nancier quelque peu complexe. l’ordre alphabétique la cinquan- qui achète nos produits, et par le petit sentier cahoteux. Hauria
"À la base, le magasin Alinéa de- taine de légumes qu’ils pro- réseau Amap (Association pour récupère alors quelques to-
vait y faire un parking. Le ter- duisent. "Ail, asperges, bette- le maintien d’une culture pay- mates d’un diamètre inattendu
rain a été mis en vente et la Safer raves, blettes, carottes, toutes sanne, Ndlr). Avec eux et nos lé- sous les serres. "Ce sont des to-
(Sociétés d’aménagement fon- sortes de choux… puis poi- gumes diversifiés - environ 100 mates à l’ancienne, des Brandy-
cier et d’établissement rural, reaux, salades. C’est un maraî- variétés - on peut créer diffé- wine."Un tracteur et des tuyaux On trouve dans la boutique aussi bien des parfums, que des
Ndlr) a signalé qu’il était en chage très diversifié, on est des rents paniers." Cette exploita- d’arrosage traînent sur un sol livres dans leur ancien format. / PHOTO L.S.
zone agricole, détaille Olivier. généralistes." Parmi les 50 lé- tion est gérée par les deux pas- qui s’assèche. Deux cabanons
La ville d’Aubagne et l’associa- en brique à l’abandon, de la la-
tion Terre de liens souhaitaient vande, des haies d’arbres frui- NOTEZ-LE
alors sauver ces terres. La com- tiers complètent le paysage.
munauté d’agglomération nous "Nous faisons des cultures inter- Exposition de peinture. Jusqu’au 30 juillet, de 9 h à 12 h 30 et
a aidés. Finalement on a été calaires. Ces arbres permettent de 14 h à 19 h, à la boutique galerie Créations du sud, 3, avenue
choisi au travers d’un appel à de les séparer et de créer des mi-
Loulou-Delfieu, se tient une exposition de peintures des vain-
projet. Ils ont eu confiance en croclimats." Une astuce qui per-
notre expérience." met de protéger la croissance queurs du concours Pa(r)trimoine 2017.
Après la location de parcelles des fruits et légumes. Ils
séparées, ce sont quatre hec- doivent encore attendre pour The Nature of Love. Jusqu’au samedi 1 er
septembre, ouvert
tares sur un même îlot qu’ils oc- pouvoir proposer abricots et ce- du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, au centre d’art
cupent maintenant. Même s’ils rises. des Pénitents noirs, exposition - arts numériques The Nature of
cultivent encore sur certains ter- Olivier aime consommer les Love de Charles Sandison. Visite guidée le samedi à 15 h. Entrée
rains, "comme celui à Beaudi- artichauts, "qu’on cultivera libre. ➔ Contact au u 04 42 18 17 62. / PHOTO DR
nard. C’est notre tout premier, tant que ça va physiquement".
on l’a eu il y a 25 ans", se remé- Fin de la visite, et des chatons
morent-ils. noir et blanc d’à peine trois
Le bail "de carrière" duquel mois surgissent des pousses
ils disposent a été concrétisé d’asperges. "Ce sont nos chas-
grâce à une collecte de fonds en- seurs de rats, ce sont de petits
treprise par Terre de liens sous sauvages", plaisante-t-il. Une
la forme de parts à acquérir. faune et une flore belle et bio
Des particuliers ont investi qu’entretiendront, toujours
alors pour permettre au projet avec passion, Hauria et Olivier.
de devenir réalité. En tout : Ils récoltent autant de courges et de choux l’hiver que de belles Thomas
360 000 ¤ récoltés. "Un homme tomates Brandywine (photo) l’été. VERBRUGGHE-DELCHAMBRE