Vous êtes sur la page 1sur 14

LA FONCTION STOCK

ET LES ELEMENTS DE COUTS ASSOCIES

A.Benchekroun

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 1 A.Benchekroun


INTRODUCTION

La prévision des approvisionnements représente l’estimation des achats en quantités et


en valeurs, a partir de l’objectif défini :

- soit par le budget des ventes lorsque l’entreprise effectue la revente en l’état ;
- soit par le budget de production lorsque l’entreprise effectue la transformation. Cette
notion de transformation est générale , que ce soit une entreprise industrielle qui utilise des
matières premières et/ou produits semi-finis pour produire des produits semi-finis ou finis , ou
une entreprise de services qui utilise des fournitures et du consommable pour « produire » des
services.

Le programme des approvisionnements retenu et établi en fonction de la demande doit


être optimal : c’est à dire qu’il utilise au mieux l’ensemble des moyens de l’entreprise et
satisfait au moindre coût les besoins des utilisateurs.

Le rôle de fonction d’approvisionnement peut être définie comme l’obligation de


fournir matières premières, comprenant produits finis, fournitures et consommables en qualité
et quantité suffisantes, au moment voulu et au coût le plus bas possible. Mais constituer et
conserver un stock engendre des coûts dont la minimisation doit être un objectif important de
cette fonction.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 2 A.Benchekroun


1) FONCTION STOCK :

Un stock peut être comparé à un réservoir : le flux d’entrée dans le réservoir est
constitué par la livraison des commandes de réapprovisionnement passées par l’entreprise, le
flux de sortie par la demande des utilisateurs.

Flux d’entrée: livraison des flux de sortie : demande


commandes de ⇒ stock ⇒
des utilisateurs
réapprovisionnement

Le gestionnaire doit régler le flux d’entrée de façon à satisfaire au mieux la demande en


tenant compte de deux paramètres : le délai de réapprovisionnement et la nature de la
demande.

Le délai de réapprovisionnement est l’intervalle de temps qui sépare l’instant où


l’entreprise décide de passer la commande de l’instant où cette dernière lui sera livrée. Ce
délai peut être :

- constant ;
- variable et déterministe ;
- aléatoire.
La demande de la part des utilisateurs peut , elle aussi, être :

- constante dans le temps ;


- aléatoire, le processus la régissant étant indépendant des temps ;
- aléatoire, le processus la régissant variant avec le temps.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 3 A.Benchekroun


La nature aléatoire de la demande rend possible la rupture de stock. Quand une
demande arrive durant la période de rupture de stock, il y a deux possibilités :
- soit la demande est perdue ;
- soit la demande est reportée.

L’évolution des stocks est caractérisée par la relation suivante :


Stock initial + Entrées - Sorties ≥ 0 ⇒ pour éviter les ruptures.

D’une manière plus rigoureuse, c’est l’expression {stock initial + entrées - demande}
qui doit être positive sur chaque « période de temps » pour éviter les ruptures.

La gestion des stocks est un élément important de l’entreprise dans la mesure où elle
induit des coûts importants. Elle nous amène à distinguer :

- le coût d’approvisionnement ;
- les différents niveaux de stock ;
- la cadence d’approvisionnement.

2) LES COUTS DE GESTION D’UN STOCK :

2a ) Coût d’acquisition et coût de passation des commandes :

Le premier service intervenant dans la fonction « approvisionnement » est le « service


des Achats » qui recherche les fournisseurs et passe les commandes. A ce service correspond
généralement un responsable , et donc un budget correspondant au centre « achats » pour
lequel l’unité d’oeuvre peut être « le nombre des commandes passées ».
Les charges « directes » affectées à ce service correspondent au prix d’achat des
articles.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 4 A.Benchekroun


Les charges « indirectes » affectées à ce service correspondent aux dépenses
occasionnées par la passation des commandes. Ces charges peuvent être scindées en deux :
celles qui dépendent de la quantité commandée (frais de transports, une partie des frais de
réception et de contrôle des articles), et celles qui sont indépendantes de la quantité
commandée (dépenses d’imprimés et de papiers, les frais postaux et téléphoniques, etc...). le
montant de ces charges indirectes s’appelle coût de « passation » ou de « lancement » des
commandes.
Ce coût est généralement supposé proportionnel au nombre des commandes.

Le coût d’acquisition correspond à l’ensemble des charges de ce service, donc on peut


écrire:
coût d’acquisition = coût d’achat + coût de passation.

Cette notion de coût d’acquisition est relative : nous l’avons définie relativement au
"service des achats" et donc en amont de la production. Elle peut aussi se définir en aval de la
production, par exemple relativement à un service « distribution » de l’entreprise ; dans ce cas
on aurait :
coût d’acquisition = coût de production + coût de lancement (relativement à la
distribution, dans ce cas on préfère parler de coût de revient).
Ainsi, par exemple pour une entreprise industrielle qui effectue des fabrications par
séries, à chaque lancement de fabrication d’une série va correspondre un coût fixe de mise en
marche d’une ou plusieurs chaînes de production : ce coût correspond au coût de
« lancement » ou de « passation ».

Donc, dans tous les cas, on peut écrire :

Coût d’acquisition ={coût d’achat ou de production + coût de passation ou de lancement


}

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 5 A.Benchekroun


2 b ) coût de possession du stock :

Un autre service important intervient dans la fonction « approvisionnement », il s’agit


du service du « magasin » qui assure la gestion physique des stocks (entrées, sorties,
entretien...)

A ce service correspond aussi un budget (centre « magasin ») pou lequel l’unité


d’oeuvre, peut être "la valeur moyenne du stock". Les charges « directes » imputées à ce
service correspondent aux :

- coût du financement , c’est le coût financier de l’immobilisation des capitaux dans le stock ;
- coût de la dépréciation , ce coût quand il existe représente la perte de valeur des stocks.

Les charges « indirectes » imputées à ce service correspondent à :

- des charges d’entrepôts tels que primes d’assurances, impôts, frais de location, frais
d’entretien, frais d’éclairage, frais de gardiennage, etc...;
- des charges salariales des magasiniers ;
- des dotations aux amortissements d’immobilisations directement affectées au service ;
- une partie des charges de services fonctionnels ( ce sera essentiellement des salaires et des
amortissements).

L’ensemble de ces charges « indirectes » est souvent appelé coût du magasinage. Et le


montant des charges du centre « Magasin » (directes et indirectes) est appelé coût de
possession du stock. Autrement dit on peut écrire :

coût de possession du stock = coût de financement du stock + coût de


dépréciation du stock + coût du magasinage du stock.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 6 A.Benchekroun


Souvent, on fait des hypothèses simplificatrices sur ce coût de possession. On suppose
que :

- le coût de possession d’une unité est proportionnel à la valeur de l’article stocké ;


- le coût de possession est proportionnel à la durée de stockage de cette unité.

Il arrive qu’on l’exprime pour un article et pour une période (coût unitaire de
possession par unité de temps). Mais il arrive souvent qu’on l’exprime en pourcentage
(taux de possession).

2 c) Coût de rupture, coût de stockage, coût d’approvisionnement :

Le coût de rupture est souvent difficile à estimer : il représente le manque à gagner dû à


l’arrêt de la fabrication, aux ventes manquées.

Le coût de stockage regroupe :

- le coût de passation des commandes ;


- et le coût de possession du stock.

Coût de stockage = coût de passation ou de lancement des commandes + coût de possession des
stocks.

Le coût d’approvisionnement reprend l’ensemble des coûts de gestion des stocks :


- coût d’achats ou de production ;
- coût de rupture ;
- coût de stockage.
Coût d’approvisionnement =
coût d’achat ou de production + coût de stockage + coût de rupture.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 7 A.Benchekroun


3 ) LES DIFFERENTS NIVEAUX DE STOCKS :

L’évolution du stock dans le temps est fonction de la consommation (la demande) et de


l’approvisionnement.
Soit St le niveau du stock à la date t.
Le graphique de (t, St) est une courbe en dents de scies:

Stock St Q4
Q3

Q1 Q2

Stock de
sécurité

0 t' 1 t1 t' 2 t2 t' 3 t3 t' 4 t4 Temps


Rupture de Stock
EVOLUTION DU STOCK EN FONCTION DU TEMPS

Les commandes Q1, Q2, ..., QN sont passées respectivement aux dates t’1, t’2,...,t’N et
n’arrivent respectivement qu’aux dates t1, t2, ....tN. Les délais de réapprovisionnement sont :
τ1 = t1 - t’1, τ2 = t2 - t’2,..... τN = tN - t’N.

La période de révision est la période de temps T qui s’écoule entre deux décisions de
commandes. C’est généralement une variable aléatoire qui prend les valeurs de t’2 - t’1 , ...,
t’3 -t’2, t’N - t’N-1.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 8 A.Benchekroun


Toute gestion de stocks doit se référer à une période et tous les coûts dont nous avons
parlé plus haut doivent se référer à cette période.
La période de gestion choisie est souvent l’année, mais on peut prendre pour des
raisons de commodité (évaluation de la demande par exemple), des périodes plus courtes
(semestre, trimestre).
Le nombre N de commandes à faire sur la période de gestion , s’appelle la cadence
.

3 a) Le stock moyen :

Le stock moyen correspond à la moyenne des niveaux de stocks observés sur une
période. Si ces niveaux sont L1, L2, ..., Ln , le stock moyen est ( L1 + L2 + ....+ Ln)/n. En vertu
des propriétés de la moyenne, le stock moyen est aussi la moyenne des stocks moyens de
période de révision.

Ainsi pour une évolution de stocks représentée par la figure suivante :

Stocks

Q3

Q4
Q1 Q2

Temps

Stock moyen = 1/8 (Q1 + 0 + Q2 + 0 + Q3 + 0 +Q4 + 0)


= 1/8 (Q1 + Q2 + Q3 +Q4 )
= ¼ [(Q1 + 0)/2 + (Q2 + 0)/2 + (Q3 + 0)/2 +(Q4 + 0)/2]
= moyenne des stocks moyens de période de révision.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 9 A.Benchekroun


3 b ) Les différents stocks :

Stocks

Stock d'alerte A
Stock de sécurité

Stock minimum
ou critique
Date de rupture

0 Temps

Délai de sécurité Délai de réapprovisionnement

* stock maximum : c’est le plafond à ne pas dépasser pour éviter le "sur - stockage".
* stock minimum : il représente la consommation pendant le délai de réapprovisionnement.
* stock de sécurité : c’est le supplément de stock qui permet de faire face à une accélération
de la demande ou à un retard de livraison sans prélèvement sur le stock minimum.
* stock d’alerte : c’est la niveau de stock qui déclenche la commande. Donc d’après ces
définitions, on a la relation :

Stock d’alerte = stock minimum + stock de sécurité

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 10 A.Benchekroun


4 ) ELEMENTS DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE PERMETTANT DE DETERMINER
LES COUTS DE POSSESSION ET DE PASSATION:

Ceci n’est possible que lorsqu'il est possible d'établir deux budgets : le budget du
centre « achats » et celui du centre « Magasin ».

Prenons l’exemple suivant : la société CORAX consomme chaque année des matières
qui donnent lieu à 1 200 commandes et un stock moyen de 4 000 000 DH.

Les charges (indirectes) correspondant aux services sont estimées sur les bases ci-après :

Eléments Achats Magasins


charges fixes :
- salaires 160.000 120.000
- Amortissements 5.000 60.000
- Assurance ------ 100.000
S/Total : 165.000 280.000
Charges variables :
- salaires ------ 120.000
- frais de port 80.000 -----
- frais de PTT 15.000 -----
- fournitures diverses 4.000 8.000
S/Total : 99.000 128.000
Total : 264.000 408.000
Nature des unités Nombre de commandes 100 DH de stock
d’oeuvres
Nombre d’ U.O 1.200 40.000
Coût de l’ U.O 220 DH 10,20%
dont : Coût variable 82,50 3,20%
Coût fixe 137,50 7,00%

Le coût de possession des stocks pour une activité « Normale » de l’entreprise est de
408.000 DH majorée du coût financier de l’immobilisation des capitaux dans le stock .
Supposons que ce coût financier représente 10% de la valeur du stock.
Le coût de possession du stock s’élève donc à:

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 11 A.Benchekroun


408.000 + 10% x 4.000.000 = 408.000 + 400.000 = 808.000 DH
Pour une activité quelconque correspondante à un stock moyen V (évalué en
valeur)
coût de possession = (3,20 % + 10%) V + 280.000
= 13,20% V + 280.000

Le coût de passation des commandes pour une activité « Normale » de l’entreprise est de
264 000 DH.
Pour une activité quelconque correspondant à un nombre N de commandes , le coût de
passation des commandes serait de 82,50 x N + 165.000.

La distinction entre charges fixes et charges variables est faite par rapport à la nature de
l’unité d’oeuvre.

Ainsi, si l’activité prévue correspond à 1.400 commandes pour un stock moyen de


3.000.000 DH , on peut calculer les coûts de passation et de possession relativement à cette
activité.

Coût de passation = 82,50 x 1.400 + 165.000


= 280.500 DH.

Coût de possession de magasinage


= 3,20% x 3.000.000 + 280.000
= 376.000 DH

Coût de possession = 376.000 + 10 % x 3.000.000


= 676 000 DH
Pour une activité « normale » le coût de stockage de l’entreprise est de
264.000 + 808.000 = 1.072.000 DH.

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 12 A.Benchekroun


Pour l’activité prévue où on a augmenté le nombre de commandes ( de 200) , et donc le
coût de passation (de 16.500 DH), on a naturellement diminué le stock moyen (de
1 000 000 DH) puisqu’on va faire plus de commandes , et donc le coût de possession ( de
132.000 DH). Donc , ici il y a une amélioration du coût de stockage de 132000 - 16500 =
115.500 DH. D’ailleurs le coût de stockage pour l’activité prévue est de :
280.500 + 676 000 = 956.500 DH.
(+16.500) (-132.000) (-115.500)
On peut facilement construire un budget flexible correspondant à l’activité prévue.

Budget flexible

Eléments Achats Magasins


charges fixes :
- salaires 160.000 120.000
-Amortissements 5.000 60.000
- Assurance ------ 100.000
S/Total : 165.000 280.000
Charges variables :
- salaires ------ 90.000
- frais de port 93.337 -----
- frais de PTT 17.500 -----
- fournitures diverses 4.663 6.000
S/Total : 115.500 96.000
Total : 280.500 376.000
Coût de l’U.O ≅ 200,36 ≅ 12,53%
dont : Coût variable 82,50 3,20%
Coût fixe 117,86 9,33%

Sur cet exemple, on voit clairement que le coût de stockage dépend de deux
paramètres : la cadence d’approvisionnement N et la valeur du stock moyen V qui dépend elle
même des différents niveaux d’approvisionnements Q1, Q2,....QN et différents niveaux de la
demande D1, D2,...DN sur les N périodes d’approvisionnement.

Donc
Coût de stockage = fonction de (N, V)
= f(N, Q1, Q2,...QN, D1, D2,......DN)

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 13 A.Benchekroun


Il est évident que toute entreprise « rationnelle » va adopter une politique telle que N et
V varient en sens contraire. Autrement dit , à un niveau de la demande déterminée, plus la
cadence d’approvisionnement N est grande et donc les frais de lancement plus élevés , et plus
les niveaux d’approvisionnements Q1, Q2,...., QN sont faibles , et donc les frais de possession
beaucoup moins importants. En terme de coût, cela signifie que les frais de lancement et les
charges de possession varient en sens contraire.

Donc, dans le coût de stockage il existe deux facteurs additifs qui varient en sens
contraire. Le problème qui se pose est donc de déterminer une cadence optimale N* , les dates
des commandes t’1*, t’2*,.......,t’N* , et les niveaux d’approvisionnements Q1*, Q2*,.....,QN*, de
manière à ce que le coût total d’approvisionnement soit le plus faible possible (il faut aussi tenir
compte du coût d’achat ou de production suivant le cas , car les coûts unitaires correspondants
peuvent varier suivant la quantité commandée).

Eléments sur l'Optimisation des Approvisionnements 14 A.Benchekroun