Vous êtes sur la page 1sur 2

GUIDE REDACTION D’ UNE FICHE DE LECTURE

ISCAE-V01.2007
Une fiche de lecture est d'abord un outil qui doit vous permettre de
retrouver vite une information concernant le livre référencé.
Pour être réussie, une fiche de lecture doit produire un effet
paradoxal sur son lecteur : l'inciter à lire l'ouvrage, tout en l'en
dispensant. Elle nécessite, à la fois un esprit de synthèse et une
analyse précise.

Dans cette optique, votre fiche devra comporter au moins deux volets principaux :

- Un pour les informations de base, à destination universelle : celles qui


concernent tous les lecteurs, indifféremment de leurs sources d’intérêts
personnels ou préférences.
- Un autre pour les informations à usage personnel, défini par la nature
des recherches spécifiques ou la curiosité propre à chacun.

1/ les informations de base comprennent (obligatoirement, facultativement) :

L'introduction doit contenir une présentation de l'ouvrage et de son auteur. Il


s'agit de situer l'ouvrage parmi les travaux de son auteur. S'agit-il d'une thèse
? D'un ouvrage issu de ses recherches ? Ou d'une commande d'un éditeur ?
L'auteur lui-même doit faire l'objet d'une brève présentation. S'il s'agit d'un
historien, il est indispensable de résumer son parcours et, le cas échéant, de
le situer dans une école de pensée ou dans un courant historiographique. Si
l'ouvrage a fait l'objet d'un débat, scientifique et/ou médiatique, lors de sa
sortie, il est bon de le mentionner en introduction.
De manière précise, Cette partie mettra en exergue de manière obligatoire
ou facultative :

- les références bibliographiques de l’ouvrage : AUTEUR (Prénom),


Titre. Lieu d'édition, Éditeur, date ; pagination.
- les côtes de bibliothèques : nom ou sigle de la bibliothèque, sa côte
(cette information est importante pour retrouver vite l'ouvrage)
- l'énonciation de la problématique principale de l'ouvrage.
- un résumé du livre qui peut s’inspirer de la 4ème de couverture.
- l'énonciation de la thèse principale ; elle se fera de façon concise en
deux ou trois phrases.
- l'énonciation des principaux arguments de l’auteur ; ils seront
simplement énumérés pour mémoire.
- la mise en évidence de la conduite du raisonnement qui peut
s’inspirer de la table des matières (approche chronologique ou
thématique, inductive ou déductive...)
- une note sur la portée de l’ouvrage (son intérêt en soi mais aussi
dans le cadre de l’historiographie en général, comment il se situe par
rapport à d’autres textes…)
- Dans le cadre de fiches informatisées, une image de la couverture du
livre, pour une identification visuelle.
2/ les informations critiques, à usage personnel.

Pour composer ce volet, il est recommandé au moins des rubriques sur le


modèle suivant :

- Citations : vous y placerez (avec référence à la pagination) des


passages que vous jugez significatifs de la thèse ou utiles pour votre
propre usage. Vous pouvez procéder de façon linéaire, au fil de la
lecture ou par thèmes (l’informatique aide bien, aujourd’hui, pour
cette seconde solution).

- Remarques critiques : l’interpellation de la lecture, vous rassemblez


dans cette rubrique les questions que vous vous posez, voire les
(dés)accords que vous suggère votre lecture. Vous pouvez appuyer
ces derniers par des renvois à d’autres auteurs que vous connaissez.
Des liens hypertextes pourront même être créés dans le cadre d'un
fichier informatisé.
NB : dans une fiche informatique, ces remarques peuvent être insérées
dans la fiche sous forme de "notes" (fonction insertion note de Word).

Ce dernier point permet d’ouvrir une autre rubrique :

- Les thèses contradictoires : sans rien développer, notez l’idée


contradictoire et, si possible, le nom de son auteur. Cette rubrique
devient ainsi une liste de liens ou renvois à d'autres fiches ou livres.
Cette rubrique peut se recouper avec la dernière note des
informations de bases. Faites en sorte d'éviter les doublons.
- Une conclusion personnelle : en quelques lignes, faites ressortir ce
que vous tirez de l’ouvrage, voire l’idée personnelle que vous vous
faites du sujet au terme de la lecture.

La conclusion doit mettre en perspective les principaux acquis de


l'argumentation, et dégager la portée de l'ouvrage. Renouvelle-t-il un
genre, ou la connaissance du sujet qu'il aborde ? Marque-t-il une rupture
historiographique ? S'appuie-t-il sur des sources inédites ou s'agit-il d'un
travail de seconde main ? Quelle a été sa réception par le monde
scientifique ?

- Observations : voilà une rubrique fourre-tout, bien pratique à prévoir


pour y inscrire toute information imprévue, note qui n'entre pas dans une
des cases définies antérieurement. Prévoyez toujours un emplacement à
cet effet. Par définition, le chercheur ignore ce qu'il peut trouver et doit
réserver un espace spécifique pour ranger ce qu'il n'avait pas prévu de
trouver !

Cela va sans dire (mais mieux en le disant), il est fortement déconseillé de


faire passer pour sienne (ou de s'inspirer trop librement) d'une fiche de
lecture trouvée sur internet.