Vous êtes sur la page 1sur 33

01/11/2018

La semence des métaux

L'ALCHIMIE REDECOUVERTE
ET RESTAUREE

COCKREN

Dans cette partie, je donne à mes lecteurs certains enseignements


alchimiques, ainsi que ma propre interprétation de la théorie de l'alchimie,
en vue de clarifier quelque peu le jargon apparent par lequel les alchimistes
expriment leurs pensées, et de démontrer les vérités scientifiques qui y sont
contenues, vérités aussi évidentes et compréhensibles que les théories
scientifiques de nos jours.

Au lieu de traiter la chimie, l'occultisme et la religion comme des sujets


distincts l'un de l'autre, l'alchimie a définitivement enseigné l'unité de toute
vie et manifestation. Elle a tenté je pense avec succès d'établir la corrélation
existant entre chimie, occultisme, religion, astrologie, magie et mythologie,
étant toutes une partie de l'Unique Manifestation.

Elle a voulu aussi montrer que la santé et le bien être du corps sont
nécessaires à la vraie religion tout comme la vraie religion est nécessaire à
un corps équilibré et en bonne santé. Par conséquent, l'occultisme élucidant
certains aspects non reconnus de l'homme est nécessaire aux deux. Par
vraie religion, je veux dire non l'enseignement dogmatique de quelque église
ou secte, mais la Loi de la Vie et du Vivant, et par occultisme, j'entends la
manifestation des pouvoirs travaillant à travers et avec l'Homme jusqu'à sa
perfection ultime.

Que toutes choses procèdent d'une Chose Unique par la Volonté de l'Un, et
que toutes les manifestations procèdent d'une seule, est l'axiome dont
découlent les racines de la théorie de toute science alchimique. L'hermétisme
exprime cette sentence: "comme toutes choses sont produites par l'Un par la
médiation de l'Un, toutes choses sont donc produites par cette Unique Chose
par adaptation", ou, en d'autre mots, l'Un dans la Manifestation est devenu
plusieurs. De cette semence que les alchimistes ont nommé Alkahest,
proviennent le Mercure, le Soufre et le Sel, et de nouveau, de ces trois
substances, beaucoup d'autres sont issues.

Nous devons nous rappeler que les termes utilisés par les alchimistes le sont
aussi par les modernes chimistes, et ont assez peu de rapport avec la

1
01/11/2018

signification attribuée par les alchimistes. Le Mercure des alchimistes ne


doit pas être confondu avec le mercure métallique auquel il ne ressemble ni
en structure ni en apparence, pas plus que le soufre ne possède les qualités
du Soufre des alchimistes. Pour un étudiant de l'alchimie, ces deux
substances avec leur Sel, évoquent l'idée de l'Esprit, l'Ame et le Corps. Ainsi
que le disait Paracelse : "ce ne sont pas le mercure, ni le soufre commun qui
sont la matière des métaux, mais le Mercure et le Soufre des Philosophes
sont partie intégrante des métaux parfaits dans leur propre forme".

Cela peut être simplifié en précisant quelques uns des termes alchimiques
utilisés. "L'Esprit du Mercure" également appelé la Quintessence des
Philosophes, l'Eau de Vie, l'Eau de Paradis, Azoth, Mercure des Philosophes,
a été également appelé en raison de son extrême volatilité, l'Aigle, car à
moins que le contenant ne soit parfaitement scellé, il s'échappe dans l'air et
est perdu. Comme je l'ai spécifié dans un précédent paragraphe, quand
l'Esprit du Mercure ou la semence des métaux est réparée, deux substances
en sont issues, le Mercure blanc, et le Soufre dont l'huile est le rouge doré
du Soleil, et mérite le nom de Lion rouge, le Soleil selon l'astrologie étant
dans la constellation du Lion ; ces deux le blanc et le rouge sont regardés
comme les principes mâle et femelle, le négatif et le positif, Lune la mère et
Soleil le père, ou bien Lune la reine et Soleil le roi. Cette idée de mâle et
femelle, positif et négatif est aussi vieille que le temps. Prenons, par exemple,
l'extrait d'un "texte chinois traduit par Edwards Chalmers Werner.

Mu Kung ou Tung Wang Kung le roi des immortels, fut également appelé I
Hun Ming et Yu Huang Chun, le prince Yu Huang.

Ces deux principes coopérant engendrèrent le ciel et la terre et toutes choses


de l'univers et la substance de tout ce qui existe. Les métaux ont été
reconnus comme la manifestation des influences planétaires et nommés en
conséquence:
Or est appelé le Soleil
Argent la Lune
Mercure Mercure
Etain Jupiter
Fer Mars
Cuivre Vénus
Plomb Saturne

Le métal est formé et résulte de certaines vibrations stellaires ou ondes


d'énergie, et en conséquence, convoient les caractéristiques de la planète qui
l'influence.Ainsi, l'or est la manifestation du métal parfait comme le soleil est
celle de la vie sur cette planète. L'argent de couleur blanche est la lune
l'aspect négatif du soleil. Mercure, comme la planète du même nom est
volatil, et sa surface est en constant mouvement. Le fer est solide et fort,
Mars étant la planète de l'énergie et de la force. Le cuivre est Vénus, très
proche de la couleur de l'or, Vénus étant la planète de l'amour et de la
beauté. Le plomb est Saturne, le "vérificateur", froid et connu dans les
enseignements kabalistiques comme les racines des métaux. L'étain est

2
01/11/2018

Jupiter, la planète bienfaisante de l'opulence.

Tous les métaux sont en état de constante progression. Je veux dire que l'or,
métal parfait reste en tête, le sommet de la perfection, cependant que les
autres métaux sont en passe de devenir en fait ; de l'or. Mais les alchimistes
savent de par leur art, que la nature va lentement. Les espèces dit Bacon, ne
sont pas transmutées mais plutôt la base de leur matière. C'est l'âme du
métal, leur humidité ou suc dont ils sont uniformément composés que les
alchimistes extraient par leur art et transforment en les libérant par un
ferment supérieur ou par attraction.

Les métaux ont toujours été reconnus par les alchimistes comme de vivantes
substances, respirant, chacun ayant une part de Mercure, de Soufre et de
Sel, la différence dans la consistance et les caractéristiques étant due à la
proportion de ces trois principes dans l'un ou l'autre métal.

Pour illustrer ceci, laissez-moi vous citer un texte Basile Valentin, un des
grands alchimistes du XVème siècle: par conséquent, le métal de Mars (fer) a
une portion moindre de Mercure, mais plus de Soufre et de Sel..... Le lecteur
doit savoir par conséquent la composition du cuivre et observer qu'il est
généré de plus de Soufre mais que le Mercure et le Sel sont en proportions
égales.

Parmi tous les métaux, l'or a la prééminence parce que le temps sidéral et
l'opération élémentaire ont "digéré" et affiné le Mercure dans ce métal,
jusqu'à un mûrissement parfait.

Le bon Jupiter (étain) se situe presque au milieu des métaux, n'étant ni trop
chaud ni trop froid, ni trop sec ni trop humide, n'a ni excès de Mercure, ni
de Sel, et a le moins de Soufre.

Je vous précise que Saturne est généré de peu de Soufre, de peu de Sel et de
beaucoup de Mercure grossier à un degré de peu de maturation. Ce qui fait
que ce Mercure est considéré comme l'écume qui flotte sur les eaux en
comparaison du Mercure qui est trouvé dans l'Or.

Ces citations illustrent ce que j'essayais de vous faire comprendre par mes
références aux proportions des trois substances.

Pour revenir au sujet de la Semence métaux, nous tirons du "Spéculum"


d'Arnaud de Villeneuve la citation suivante: "il est dans la nature une
certaine essence subtile qui étant découverte et amenée par l'art à la
perfection, transforme en elle-même tous les corps imparfaits qu'elle touche,
ainsi la matière première de tous les métaux et substances a quelque chose
de fixe, altéré par les diversités de place, de température, etc..... Cette
essence a toujours été reconnue par les alchimistes comme la semence des
métaux.

Pour illustrer ma compréhension au regard de la. semence des espèces, je

3
01/11/2018

cite de "Ether et Réalité" de Sir Oliver Lodge.

La matière existe non seulement dans les formes organiques des solides,
liquides et gaz, dans les formes désintégrées des électrons et protons, mais
aussi dans les molécules complexes connues comme protoplasma, lequel,
pour quelque raison que ce soit, s'est montré comme étant le véhicule de la
vie. Certaines formes de matière sont dotées ou animées par la vie. Cette
propriété d'animation est un grand mystère. Nous ne savons pas ce qu'est la
vie, nous voyons seulement ce qu'elle peut faire. Nous percevons ce qui peut
entrer en relation avec la matière, ce qui a un caractère et une identité
propre, et qui construit cette matière pour représenter son identité. La vie
peut prendre une infinité de formes et chacune est caractérisée par une
certaine configuration, La vie d'un chêne est transmise à un chêne, celle
d'un orme à un orme.

A chaque graine son propre corps. Une forme de vie prend celle d'un
bourgeon, une autre celle d'un poisson ou d'un quadrupède. Les variétés de
forme de vie sont innombrables et sont étudiées en biologie.

Considères un morceau quelconque de matière, un quelconque objet solide,


un vase, un bijou, ou une statue. Qu'est-ce qui maintient ensemble les
atomes dans ces formes particulières? Si les atomes n'étaient pas en
relation, ils se déplaceraient au hasard, comme ceux d'un gaz. Mais ils sont
en relation les uns par rapport aux autres, ... cristallisés en quelque sorte
par la force de cohésion. Dans un liquide, ils sont maintenus ensemble dans
un corps d'une dimension définie, quoique dans une forme non définie. Un
liquide a une dimension mais pas de forme, un gaz n'a rien, un solide a les
deux. La forme d'un cristal est définie. Il existe dans la plante et l'animal, un
caractère défini, moins immuable que celui du cristal, l'animal et le végétal
ont des caractères bien précis, dans les plus petits détails, qui sont transmis
de génération en génération, parfois modifiés, mais très lentement au cours
du processus de l'évolution. "

L'ESPRIT DU MERCURE

Dans le chapitre précédent, j'ai parlé des substances Mercure, Soufre et Sel
comme étant analogues à l'Esprit, Ame et Corps. Ce que j'ai essayé de vous
faire comprendre est que l'esprit du métal est l'Esprit du Mercure (une
essence volatile qui est à l'état de gaz dans l'Ether), le Soufre est l'âme du
sang et le Sel, les cendres ou corps.

De nouveau, je tire ceci de Basile Valentin, père de la chimie moderne:

"De l'Esprit ou Mercure" quoique j'ai un style particulier en écrivant, qui


semble étrange à beaucoup provoquant d'étranges pensées et fantaisies dans
leur cerveau, j'ai une raison pour agir ainsi. Je dis suffisamment que je peux
demeurer dans ma propre expérience, n'ayant pas grande estime pour
d'autres pratiques, car ceci est caché dans ma connaissance. Savoir a

4
01/11/2018

toujours la prééminence sur le coeur, et la raison sur la folie. Toutefois, je


dis maintenant que toutes choses visibles et tangibles sont faites de l'Esprit
du Mercure qui agit dans toutes les choses terrestres, toutes choses étant
sorties de cela, car tout est trouvé à l'intérieur quelles que soient les choses
que l'artiste veut réaliser. C'est le commencement de l'opération sur les
métaux, quand on a obtenu une essence spirituelle qui est pure, Air volant
ici et là sans allés. C'est un vent mouvant, qui après avoir été expulsé de sa
demeure par Vulcain, est conduit dans son CHAOS où il entre de nouveau et
se dissout de lui-même dans les Eléments d'où il est élevé et attiré par le
magnétisme des étoiles sidérales ; comme il avait été attiré précédemment
par la descente dans la matière. Mais si l'Esprit de Mercure peut être capté
et matérialise, il se résout en un corps et devient une eau pure, claire,
transparente, qui est la véritable eau spirituelle, et la première racine
mercurielle des métaux et des minéraux, spirituelle, intangible,
incombustible, sans aucun mélange d'aquosité terrestre. C'est l'eau céleste
sur laquelle beaucoup a été écrit. Par cet esprit de Mercure, tous les métaux
peuvent si c'est nécessaire, être brisés, ouverts et dissous dans leur première
matière, sans corrosif. Il rajeunit, renouvelle homme ou animal comme un
aigle. Il consume toutes choses mauvaises et mène à une très longue vie.
L'Esprit de Mercure est la maîtresse clé de ma seconde clé, sur laquelle
j'écrivis dans le commencement. Béni soit le Seigneur, soyez oints et
rafraîchis avec cette eau et que vos corps soient embaumés, qu'ils ne
puissent plus être putréfiés et sentir mauvais car 1'eau céleste est le
commencement, l'huile est le moyen qui ne peut être brûlé car il est fait de
Soufre Spirituel. Le baume du Sel est corporel, uni avec l'eau par l'huile,
dont par la suite je parlerai plus clairement quand je les mentionnerai de
nouveau.

Ce que je peux dire de cette essence, matière et forme de l'Esprit du


Mercure, c'est que cette essence est bénie, sa matière est presque spirituelle
et sa forme est terrestre, et encore cela doit être compris par un chemin
presque incompréhensible, ce sont vraiment des expressions très difficiles.
Beaucoup penseront que vous les Philosophes, vous êtes tous vains,
étranges illusions faisant surgir de merveilleuses imaginations, et il est vrai
qu'elles sont étranges, et nécessitent des être particuliers pour comprendre
ces dires. Ceci n'est pas écrit pour les paysans ni pour ceux qui n'ont
aucune connaissance de l'art, soit qu'ils n'aient jamais appris, soit qu'ils
n'en aient jamais rien pensé. J'écris seulement pour ceux qui apprennent et
qui ensuite expérimentent.

Nul besoin pour vous de savoir ce que le commencement de l'Esprit de


Mercure requiert, car en aucun cas ce la ne peut vous aider ou vous
avantager, prenez simplement note de ceci: c'est le commencement du
surnaturel hors des éléments célestes et élémentaires, accordé depuis le
commencement de la première création, afin qu'il puisse ultérieurement
entrer dans la substance terrestre. Hais parce que cela est nécessaire,
comme il vous a été déclaré, laissez le céleste à l'âme, appréhendez-le par la
foi, et laissez le sidéral solitaire car ces impressions sidérales sont invisibles
et intangibles. Les éléments ont déjà porté l'esprit parfait dans le monde par

5
01/11/2018

la "nourriture", par conséquent laissez cela pareillement seul car l'homme ne


peut faire les éléments, seul le Créateur peut le faire et demeure avec l'esprit
qui est déjà formel et informel, tangible et intangible, et qui est visiblement
présenté.

Ainsi vous avez suffisamment de cette première matière de laquelle


proviennent et grandissent tous les métaux et minéraux, et c'est une chose
unique, et une "telle matière unit elle-même avec le Soufre dans le chapitre
suivant, et entre en coagulation arec le Sel du premier chapitre. C'est un
seul corps et une médecine parfaite de tous les métaux, non seulement pour
les faire progresser dans la terre au commencement, comme dons le monde
entier, mais aussi avec l'aide du corps vaporeux pour transmuter et changer
ensemble dans le plus petit monde par augmentation. Ne laissez pas ceci
étranger à vos yeux, sachant que le Plus Haut l'a permis et la Nature l'a
entrepris.

Beaucoup ne le croiront pas l'estimant impossible et vilipenderont ces


mystères dont ils n'entendent rien. Ils peuvent rester fous et idiots jusqu'à ce
qu'une illumination survienne, ce qui ne peut se faire sans la volonté de
Dieu, mais au moment prédestiné. Mais, les hommes sages et discrets "qui
ont vraiment peiné" seront mes témoins et confirmeront la vérité. Ils croient
et soutiennent tout ce que j'écris, aussi vrai que le ciel et l'enfer ont été pré
ordonnés, et proposent comme récompense le bien et le mal aux élus et aux
réprouvés.

Je n'écris pas seulement avec mes mains, mais avec mon esprit, ma volonté
et mon coeur m'y astreignent. Ceux qui sont hautement vaniteux, illuminés,
qui cultivent l'envie, la haine, le scandale, diffament ; et persécutent ce
mystère de l'amande à l'écorce qui a son commencement hors du centre.
Mais je sais d'une façon certaine qu'il viendra un jour où certains prendront
ma défense chaleureusement après m a mort, quand je serai froid jusqu'à la
moelle et mes os desséchés. Et si Dieu le permet, ils me sortiront de la
tombe. Mais cela ne peut être. Bien que j'ai laissé mes écrits pour que leur
Foi et leur Espoir puisse avoir un sceau de Certitude et de Vérité, attester ce
qu'étaient ma dernière volonté et mon testament, faits pour le pauvre et tous
les amoureux du mystère, il ne m'incombait pas de tant écrire. Je ne
pouvais, sans préjudice pour mon âne, me réfréner, mais apporter une
lumière ou un éclair à travers les nuages, afin que le jour puisse être observé
et que la nuit des ténèbres épaisses et grises soit rejetée.

Et maintenant, comment l'Archeus opère-t-il par l'Esprit de Mercure dans la


Terre, ou les Veines de la Terre, Prenez en considération cet avis: après que
la semence spirituelle nourrie par les éléments, par l'action des étoiles,
devient en elle-même une Eau Mercurielle, tout comme le Grand Monde fut
tiré de rien, car quand l'Esprit se mouvait sur les eaux, la chaleur céleste fit
surgir une vie dans les eaux froides. Dans le Grand Monde, ce fut le pouvoir
de Dieu et l'opération de la lumière céleste, dans le petit monde, c'est
également le pouvoir de Dieu et l'opération qui oeuvre dans la terre par sa
divine et sacrée respiration. Plus que tout, le Tout Puissant donna et

6
01/11/2018

ordonna les moyens de cet accomplissement, c'une créature a obtenu le


pouvoir d'opérer parmi les autres, de les aider et les assister, pour accomplir
et promouvoir toutes les oeuvres du seigneur; et ainsi une influence permit à
la terre d'évoluer par les lumières célestes, de réchauffer et digérer ce qui
était trop froid pour la terre, en raison de son humidité pour que chaque
créature puisse avoir le monde voulu en concordance avec sa propre nature.
Ainsi une vapeur sulfureuse et subtile est tirée par le ciel étoile, non le
soufre commun, mais une vapeur pure et clarifiée distincte des autres, et qui
s'unit à la substance mercurielle. Au moyen de cette particularité et de
temps, l'humidité superflue est asséchée, et quand les propriétés de l'âme
préservent le corps, ce baume opérant dans la terre par une spirituelle et
sidérale influence, alors les métaux sont générés, en fonction du mélange
des trois principes, le corps étant ainsi formé, car il assume en lui-même la
plus grande part de ces trois substances.

Si l'esprit du Mercure est extrait et qualifié d'une matière animale, il devient


une substance animale ; s'il est extrait du végétal, sa nature est végétale.
Mais si par sa nature innée, il s'attaque au minéral, alors il devient minéral
et métal encore que chacun d'eux a ses distinctions^'les animaux, les
végétaux, les minéraux ont chacun d'eux plusieurs voies, mais il serait
ennuyeux d'écrire sur chacune d'elles.

Ceci explique en peu de mots que sans l'Esprit du Mercure qui est la seule
vraie clé, vous ne pourrez jamais faire l'Or potable non plus que la Pierre des
Philosophes. Restons sur cette conclusion: soyez silencieux, car maintenant
moi-même, je n'en dirai pas davantage, parce que le silence nous est enjoint,
à toi comme à moi, par le Sage Juge, vis-à-vis de qui n'a pas encore
"reincruded" la matière dans l'ordre correct.

Ci-dessous la citation d'Alexander von Suchten, extraite de "Blessed Casket


of Nature's Marvels" par Eénedictus Figulus:

La matière première dans l'homme et celle du Grand Monde sont une seule
et même chose. Cette matière première de la création et de l'homme est une
eau cristalline de laquelle les écrits sacrés disent:" avant que le seigneur créa
le Ciel et la Terre, l'esprit de Dieu "couvait" les eaux. Cette eau devint la
matière première des deux. Mais où resta l'esprit du Seigneur qui "couvait"
les eaux, après que les deux mondes, Ciel et Terre, et homme aient été créés
de cette même matière. Je réponds ceci: dans la matière première de
l'homme et du monde, Dieu qui est la Perfection, a désiré demeura" dans
l'homme. Ici, la question suivante peut être soulevée, comment l'homme sût-
il, puisque la matière première de l'homme et du monde est une eau
cristalline, comment l'homme POUVAIT-IL SAVOIR si l'esprit du Seigneur
était resté dans la matière première du monde ou bien dans celle de l'homme
? je réponds à cela: il savait cela par l'art de l'Eau, car l'Eau était son
instructeur. Elle lui montra comment le Monde meurt, comment l'Esprit le
quitte, comment le corps est sans l'Esprit, et l'Esprit sans corps. II vit, par la
dégénérescence du monde qu'il ne serait plus de nouveau ce qu'il avait été
avant. Ainsi, il lui devint très clair QUE Dieu ne réside pas dans ce qui est

7
01/11/2018

provisoire, dans ce qui meurt, mais dans ce qui est éternel.

LA QUINTESSENCE

L'espace, qu'il soit inter-planétaire, dans la matière, ou inter-organique, est


rempli d'un fluide subtil ou gaz que nous appelons à l'instar des anciens,
Aith. in solitaire Aether "Ether des anciens". Ce fluide ou gaz, immuable
dans sa composition, indestructible, invisible, infiltre chaque chose et toutes
matières. Métal, minéral, arbre, plante, animal, homme, tout est chargé de
cet "Ether" à des degrés divers. Toute vie sur la planète tire son origine de la
même manière. Un monde est bâti avec ce fluide, et se meut dans un océan
de ce fluide ou gaz.

"Ether" qui 'est le terme occulte de la Lumière Astrale, détermine la


constitution des corps. Dureté et douceur, solide et liquide, tout dépend de
la proportion d'éther et de matière pondérable dont ces corps sont composés.
La division et la classification arbitraire de la science physique, la totalité
des phénomènes physiques, tout cela procède de ce premier "Ether". La
science a réduit la matière à ce que nous appelons Ether, car quoique la
matière ne soit pas solide, elle est encore de la matière. Quand la plupart
d'entre nous parlent de la matière, nous sous entendons une substance
solide, mais la science a prouvé que la matière n'est pas en fait un solide,
mais purement une tension, une "contrainte" dans 1'ether. Les atomes, les
électrons et les protons qui les composent, se meuvent tous dans un océan
d'éther, donc, en accord avec cette théorie ; l'air que nous respirons, les
corps que nous habitons, tout cela doit semblablement se mouvoir dans cet
océan d'éther, l'élément dont toutes les manifestations proviennent.

Ce principe, que toutes choses proviennent d'une seule est démontrable en


physique. En biologie, les organismes multicellulaires, d'une structure
complexe, deviennent dépendants d'une seule cellule. La science postule que
toute matière est composée d'atones. Ceux-ci sont composés de protons et
d'électrons qui à leur tour sont évidemment composés d'éther. Cet éther est
le médium, le véhicule universel, une connection emplissant tout l'espace
jusqu'à ses limites extrêmes, pénétrant tous les interstices des atomes, sans
rupture de continuité, et emplit si complètement l'espace, qu'il est parfois
assimilé à l'espace lui-même et a, en fait, été comparé à l'espace absolu.

"L'ether de l'espace" selon Sir Oliver Lodge, est un thème de première


grandeur, apparemment inconnu et infini, et sa réalité dépasse la conception
présente de l'homme. C'est le lien entre tous les mondes, une substance d'un
pouvoir d'une immense grandeur. Par une sorte d'instinct, nous sentons que
cette substance est le "home" de l'existence spirituelle, le royaume
majestueux, terrifiant et divin. Elle coexiste avec l'univers physique et n'est
absente de nul espace. Elle est dans la plus lointaine étoile et dans le coeur
de chaque atome. Elle pénètre, contrôle et domine tout. Elle échappe aux
sens humains et peut seulement être envisagée par les pouvoirs de l'esprit.

8
01/11/2018

L'Ether est cependant une chose physique. Ce n'est pas une entité physique,
mais il a des propriétés définies. Ce n'est pas une "matière", pas plus que
l'hydrogène et l'oxygène ne sont de l'eau, mais c'est le véhicule de la matière
et de l'esprit.

Les occultistes ont divisé la matière visible et invisible, selon 7 principes ou


plans, et le 5ème principe ou Quinte-essence correspond à la science de
l'Ether ou espace. Si nous admettons que ce postulat est vrai, nous pouvons
commencer à voir que l'alchimie est basée sur une loi absolue. Toutes les
forces de nos scientifiques ont leur origine dans ce Principe Vital, et la vie
collective de notre système solaire est un des aspects de la vie universelle.

Une subtile forme de matière est diffuse dans l'homme durant sa vie, une
"vapeur" n'emplissant pas chaque partie de son corps physique, mais en fait
"stockée" disponible. Une matière constamment renouvelée par la chimie
vitale, telle la aspiration une fois que celle-ci a rempli son but. De cette
matière, Paracelse parle en ces termes:

"L'Archeus est une essence répartie également dans toutes les parties du
corps humain.....Le Spiritus Vitae tire son origine de l'Esprit du Monde ;
étant une émanation de ce dernier, il contient les éléments de toutes les
influences cosmiques, et est, par conséquent, la cause de l'action de toutes
les forces cosmiques dans le corps de l'homme…"

Cet Archeus est de nature magnétique et n'est pas enclos dans un corps
mais rayonne en ces corps et autour d'eaux, une sphère lumineuse.
L'Alchimie et l'Alchimie seule au cours de sa période historique et dans les
contrées dites "civilisées" a obtenu un réel élément ou une particule de la
matière homogène, le Mystérium Magnum de Paracelse. Par cette ancienne
science, l'Alchimiste petit libérer ce Principe Vital dans son laboratoire,
détruire le corps du métal sur lequel il travaille, purifier son sel, et réunir ses
principes dans une forme plus haute. Ce processus qui est après tout une
reproduction en miniature des processus opérant chaque jour autour de
nous, vient de l'intelligence des Maîtres qui ont vécu à une époque
quelconque sur la Terre.

Il est grand dommage que la science rejette toujours les anciennes idées,
comme inutiles, avant de les redécouvrir comme quelque chose de nouveau à
incorporer dans ses propres théories. Dédaigner les théories alchimiques est
tout juste aussi intelligent que de traiter les théories d'Einstein sur la
relativité d'inepties, simplement parce qu'on est incapable de comprendre
son langage. Quelques-uns de nos scientifiques ont toutefois réalisé ceci ;
car F. Hoefer, dans son "Histoire de la chimie" (Paris 1866) remarque: "les
systèmes qui se confrontent à l'intelligence demeurent basiquement
inchangés à travers les âges, bien qu'ils assument différentes formes. On
conçoit une opinion défavorable à cause d'une simple faute à la base. Nous
devons nous souvenir qu'il n'y a rien d'aussi désastreux en science que
l'arrogant dogmatisme qui méprise le passe et n'admire rien, sauf le
présent".

9
01/11/2018

Si la science essayait de comprendre la conception de l'univers enseignée par


l'occultisme au cours des âges, prenant comme point de départ
l'enseignement de la Vie Une dans sa Manifestation, ses septs plans de
conscience, ses forces infinies, et comme base de sa Philosophie, l'axiome
hermétique, "tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas", elle
trouverait un système basé sur l'éternelle vérité, au lieu de sables mouvants
de théories. La science ne trouvera jamais la vérité sur la Vie, tant qu'elle ne
comprendra pas cette affirmation.

Ce qui ne peut être atteint par ses instruments de travail, mais seulement
par le pouvoir intérieur de l'esprit.

LA QUINTESSENCE 2

Nulle vraie valeur n'est située dans le corps d'une substance, mais, par sa
vertu, et ceci est le principe de la Quintessence, laquelle réduit, disons 20
lbs d'une substance donnée en une simple once, et cette once contient
potentiellement les 20 lbs. De là, moins il y a de corps, plus grande en
proportion est sa vertu.

Paracelse a dit:

" Le Mage dans sa sagesse affirme que toutes les créatures pourraient être
ramenées à une substance unifiée, laquelle par purification et purgation
peut atteindre un si haut degré de subtilité, telle une nature divine, et des
propriétés occultes, que l'oeuvre peut donner de merveilleux résultats. Car
ils considèrent que c'est en retournant à la terre et par une suprême et
magique séparation qu'une certaine substance parfaite peut émerger,
laquelle à l'aide du temps par d'industrieuses et longues préparations, est
exaltée et surgit du rang de végétal dans le minéral, du minéral dans le
métallique, et au-dessus de la substance métallique, parfaite dans une
perpétuelle et divine quintessence, incluant en elle-même l'essence de toutes
les créatures célestes et terrestres. "

Par cette Quintessence, Paracelse parle du noyau des essences et propriétés


de toutes choses dans l'univers.

Du "Golden Casket" de Bénédictus Figulus nous extrayons:

"car les éléments et leurs composants en addition à la matière grossière sont


constitués d'une substance subtile ou humidité interne, diffuse dans toutes
les parties élémentaires, simple et entièrement incorruptible, préservant les
choses et les maintenant longtemps en vigueur, appelée l'Esprit du Monde,
procédant 'de l'Ane du Monde, sorte de vie emplissant, pénétrant toutes
choses, de sorte que des trois espèces ou créatures, intellectuelles, célestes
et corruptibles, est formée l'unique machine du monde entier. L'Esprit par
ses vertus féconde tous les sujets naturels ou artificiels, déversant en eux

10
01/11/2018

ces propriétés cachées que nous avons appelé la Quintessence.... Ceci est la
racine de la vie, la Quinte-essence créée par le Tout-Puissant pour la
préservation des 4 qualités du corps humain comme le Ciel est pour celle de
l'Univers. Par conséquent, cette Quintessence et Spirituelle Médecine, qui est
à la fois de la Nature et du Coeur du Ciel et non pas une mortelle et
corruptible qualité, est vraiment possible.

C'est la source de médecine, la préservation de la vie, la restauration de la


santé, et dans ceci le renouveau de la jeunesse perdue et une sereine santé
peut être trouvée. "

Quittant les écrits des alchimistes des 15ème et 16ème siècles pour revenir
aux scientifiques du 20ème, citons de nouveau Sir Oliver Lodge : " Ether et
Réalité":

"Apollonyus de Tyane est dit avoir demandé à un Brahmine, de quoi, d'après


eux, le Cosmos était fait ?

- de 5 éléments

- comment est-ce possible? répliqua Apollonyus, comment peut-il y avoir un


cinquième élément autre que l'eau, l'air, la terre et le feu?

- c'est l'Ether, répondit le Brahmine, que nous considérons comme l'élément


dont les dieux sont faits, car comme toute créature mortelle inhale l'air, les
natures immortelles et divines inhalent l'Ether. "

Et encore:

"Les Anciens parfois parlaient de l'Ether, comme une addition possible aux 4
éléments connus, et Sir Isaac Newton adopta ce terme pour le véhicule de
toutes choses. Ce "médium" relie les particules entre elles dans un solide ou
un liquide et le même relie les corps célestes tous ensemble, les maintient en
systèmes, nébuleuses, constellations dans la voie lactée.

Toutes particules de matière sont connectées entre elles par 1'Ether et rien
d'autre. En lui, elles se meuvent librement et elles en sont composées, nous
devons étudier cette sorte de lien entre matière et éther.

Les particules contenues dans cet Ether ne sont pas indépendantes de lui.
Elles y sont liées intimement, et il est probable qu'elles sont formées par
cette substance. Elles ne sont pas comme des grains de sable en suspension
dans l'eau, elles semblent plutôt être des cristaux formés dans une liqueur
mère....

...De façon spéculative et intuitive, nous nous sentons plus en relation


directe avec l'Ether qu'avec la matière. Comment nous pouvons agir sur la
matière est un mystère. Nous ne savons pas comment nous avons construit
nos corps et comment ils se meuvent. Mais il est clair que nous sommes

11
01/11/2018

capables de nous identifier avec nos corps, que nous sommes réellement
indépendants, que nous existons et pouvons quitter nos corps. La matière
n'est pas une part de notre être réel, ni de notre nature essentielle. C'est un
instrument que nous utilisons pendant un certain temps, puis que nous
abandonnons. Peut-être n'agissons-nous pas du tout directement sur la
matière.

Notre volonté, notre esprit, notre vie psychique agissent probablement


directement sur l'Ether et seulement^, à travers lui, indirectement sur la
matière. L'Ether est notre réel, premier et permanent instrument. C'est dans
cette relation constante que nous existons, et à travers lui, nous sommes
capables de manipuler les atomes de matière, de les faire mouvoir, de
modifier leur arrangement, de les utiliser pour exprimer nos pensées' et nos
sentiments et nous manifester aux autres entitées individuelles, qui dans le
long cours de l'évolution, ont été capables de construire et d'employer les
mêmes instruments, ingénieux, quoique imparfaits, pour la manifestation.
Par ce moyen, nous devenons conscients d'une multitude d'existences, du
royaume animal et végétal, desquels nous serions restés autrement
ignorants. Grâce à ceci, nos conceptions de l'existence ont été élargies et
étendues, les possibilités d'amitié et de compréhension accrues, et nous
atteignons la perception d'un nouveau royaume de Loi et d'Ordre. Notre
propre nature s'enrichit par l'effort et les expériences appartenant à un
nouveau et infiniment plus intéressant mode d'existence, quoique qu'il soit,
à notre point de vue, imparfait et rebelle. "

Et voici sa conclusion:

"c'est le premier instrument de l'esprit, le véhicule c!e l'âme, l'habitat de


l'Esprit. En vérité, il peut être appelé la vivante parure de Dieu. "

Cette comparaison entre les écrits des scientifiques de diverses contrées est
intéressante, et je pense que s'il y a quelques différences dans l'expression,
chacun se réfère aux mènes principes.

LA QUINTESSENCE DANS LA VIE QUOTIDIENNE

Tous n'ont pas la possibilité de contrôler les réactions en laboratoire.


J'étudie dans ce chapitre la manifestation de la Quintessence dans la vie de
chaque jour, car ce n'est pas simplement en laboratoire que ce principe vital
peut être étudié, mais à travers toutes les phases et conditions de
l'existence.

VITAMINES :

Quelle est notre nourriture ? Qu'en penser ? Les médecins ou les diététiciens
ont trouvé que pour qu'une nourriture soit digne de ce nom, elle doit
contenir une certaine essence vitale appelée vitamine. Sans cette qualité
vitale, qui est, il me semble.la quintessence ou divine énergie, un type de

12
01/11/2018

nourriture est quel qu'il soit, matière morte. Prenons comme exemple les
lointaines expéditions durant lesquelles les hommes ont subsisté avec
uniquement des aliments en boites. Elles ont démontré que bien
qu'absorbant la quantité nécessaire pour satisfaire leur faim, ils ont souffert
de malnutrition parce que leur nourriture était dépourvue de son principe
vital : la Quintessence ou vitamine. La plupart d'entre nous ont lu les récits
des souffrances des premiers navigateurs qui faisaient voile pendant des
semaines sans voir aucune terre, vivant d'aliments morts, sèches. Sur les
terres, ils pouvaient réapprovisionner leurs maigres ressources, et pendant
la durée de cette nourriture fraîche, l'équipage avait une meilleure santé et
vitalité. Mais avec l'épuisement de ces provisions fraîches, survenait la
baisse de la vitalité et tous autres malaises provoqués par une alimentation
déficiente. Les citrons furent trouvés efficaces pour combattre le scorbut et à
une certaine période les navigateurs britanniques furent surhommes "limies"
en raison du citron incorporé dans leur nourriture.

Ce problème de nourriture que nous évoquons est sûrement tin problème


très vaste. De tous côtés nous sommes assaillis de demandes sur la
nourriture convenant à un peuple, et si nous souhaitons qu'un haut
standard de santé nationale soit atteint, le problème de la nourriture de ce
peuple doit être étudié très sérieusement. Tandis que certains dépendent
pour leur subsistance (comme c'est le cas pour une grande part dans notre
civilisation de l'Ouest, en ce moment) d'aliments extrêmement raffinés,
dévitalisés, desquels toute valeur a été ôtée dans le processus de stérilisation
ou affinement, il y a peu d'espoir d'une amélioration de l'état physique, et ce
manque de vitalité dans les aliments peut être une importante raison dans le
développement de maladies telles que le cancer et paralysie infantile,
troubles du sommeil et influenza...etc... La vitamine D est maintenant
recommandée pour prévenir ces maladies, mais en fait cette question de
vitamine effleure seulement le problème, qui est d'une très grande
importance et véritablement urgent. Problème d'inclure dans cette nourriture
cette énergie vitale ou quintessence, sans laquelle une nourriture n'en est
pas une du tout.

DIGESTION:

des aliments eux-mêmes, tournons notre attention sur la digestion de la


nourriture dans le corps humain. Dans ce processus, nous trouvons une
action complexe, beaucoup plus que la physiologie a été capable de nous
montrer. Le processus d'ingérer des aliments dans l'estomac humain est
purement une forme mineure d'empoisonnement. Pour pouvoir tirer le
meilleur avantage de cette nourriture qu'il absorbe, l'être humain doit la
transmuter, qu'elle provienne du royaume animal ou végétal, en une forme
qui doit être assimilée par les cellules de son corps. Sans ce processus de
digestion, l'homme mourrait probablement empoisonné. Prenons comme
exemple l'albumine. L'albumine dans le processus de digestion se transforme
en acides aminés et devient capable d'être absorbée et assimilée par
l'organisme humain.

13
01/11/2018

Un physiologiste peut-il expliquer comment cette transformation s'opère ?

Physiologiquement, il n'est pas d'explication peur élucider ce processus, on


constate le fait.... Dans ce déroulement, existe une sorte de transmutation,
l'homme prenant une forme plus basse de' la vie pour la transmuter en une
forme plus haute. Qu'est ceci, sinon un processus alchimique. La
transmutation d'une substance inférieure en une substance supérieure
quand elle prend place dans le corps humain, est une fonction inconsciente
de l'esprit, une fonction à laquelle sa conscience n'a aucune part; dans le
processus de l'élaboration des formes, depuis l'amibe, l'esprit de l'homme a
relégué de telles fonctions dans son inconscient ou subconscient, utilisant
sa conscience objective pour débattre des problèmes extérieurs. Ainsi,
pendant que ce travail de digestion, circulation, respiration, etc.... est fait
par les plus profondes "strates" de son esprit, la conscience "consciente"
supérieure est libre de s'occuper de sa vie quotidienne et des problèmes
qu'elle pose. Combien d'entre nous réalise que ce processus de digestion est
en somme un acte de magie que l'homme moyen ne peut comprendre, mais
accepte avec contentement. Les occultistes enseignent que ce processus de
transmutation de la nourriture dans le corps humain peut être "aidé" par la
part consciente de notre esprit (ce que certaines écoles appellent auto-
suggestion).

Nous avons ainsi un exemple d'une transmutation d'une forme inférieure en


une supérieure dans l'homme, grâce au médium.

RESPIRATION:

Prenons une autre fonction du corps humain, la respiration. Que nous


disent les physiologistes du processus respiratoire ? On nous dit que la
fonction la plus importante de la respiration est d'aspirer de l'oxygène dans
nos poumons pour revivifier le sang veineux qui a perdu son oxygène dans
sa circulation, et cet oxygène doit être remplacé avant de passer de nouveau
dans les artères.

Ceci est bien entendu une fonction de la respiration, mais une autre fonction
dont les physiologistes n'ont aucune idée, et qu'il n'ont pas effleurée, est
l'absorption de l'électricité naturelle ou principe vital (Quintessence) de
l'atmosphère, duquel le corps humain tire son énergie nerveuse. Ici, de
nouveau l'inconnu alchimiste est à l'oeuvre, engagé dans l'absorption de l'air
autour de lui et dans sa transmutation en quelque chose ce supérieur pour
oeuvrer clans son propre corps.

Cette question de la respiration en entraîne une autre dans son sillage qui
est celle de l'action du coeur.

L'ACTION DU COEUR:

Le coeur est-il ainsi que le spécifie la physiologie, un instrument pour


pomper le sang à travers les vaisseaux du corps? Impossible ! Cela

14
01/11/2018

demanderait à cet organe une force infiniment plus grande pour pomper le
sang à travers les plus petits vaisseaux du corps. Le coeur est le régulateur
du flot, pas la pompe ; la circulation dans le corps est un processus
électrique, les artères étant positives et les veines négatives. Le sang veineux
étant négatif est drainé dans les poumons qui sont positifs, et là sont
rechargés par l'air à l'intérieur des poumons. Ayant reçu cette charge
positive, le sang est rejeté des poumons (toute charge positive en appelle une
autre) coule vers l'aorte, le taux de ce "flot" étant réglé par les battements du
coeur. Les artères répartissent le sang à travers le corps, donnant sa charge
au système nerveux, ce passage rend de nouveau le sang négatif, et par les
veines revient aux poumons pour être rechargé. À notre époque, où nous
connaissons l'électricité et le magnétisme, il est logique de dire que cette
action dite "mécanique" est électrique.

L'atome d'oxygène est semblable à une éponge qui convie une certaine
quantité de force éthérique ou électricité (Quintessence), chaque atome
incluant en lui-même une charge d'énergie vitale. Le corps humain est un
laboratoire chimique et les atomes d'oxygène, d'hydrogène, de nytrogène,
ainsi appelés contiennent en eux-mêmes une charge d'énergie vitale. Le yogi,
décrivant ses exercices inspiratoires, parle d'un certain principe vital
d'énergie appelé "prana" qui est en fait une autre facette de la Quintessence,
Dans son système de respiration, l'esprit est tellement centré sur l'acte de
respirer que la Quintessence de l'air est absorbée consciemment pour
revitaliser chaque parti.de son corps. Si vous prenez quelques vacances dans
les montagnes ou près de la mer, et en obtenez des résultats bénéfiques, le
réel bénéfice obtenu l'est par la Quintessence ou Energie Vitale dans l'air
que vous respirez.

L'alchimiste dans son laboratoire prend cette Quintessence ou 'Energie vitale


du Métal, parce qu'il a trouvé par son expérience qu'elle est obtenue des
métaux et des minéraux en une forme plus parfaite que la plante, les
minéraux étant la première manifestation.

LA MEDECINE DES METAUX

Dans notre traitement du corps humain, nous devons nous souvenir qu'en
sa composition il n'est pas un objet inanimé capable de se substanter avec la
sorte de traitement appliqué à un sac de sable, mais un organisme délicat
capable de sensations, conscientes et inconscientes, et qu'il doit être manié
en conséquence. La cellule vivante de ce corps est sélective au sens le plus
subtil, les cellules rejetant toute substance inapte à leur entretien, il est
donc tout aussi inepte de donner au corps humain une drogue de nature
grossière, ou un aliment vidé de son principe vital, que de vouloir foire
marcher un avion avec un fuel de qualité inférieure.

Nous avons des preuves constantes qu'à un certain moment de sa vie, le


corps de l'homme commence à se détériorer, en raison du ralentissement de
l'activité des cellules, de sorte que le processus de détérioration est plus

15
01/11/2018

rapide que celui de réparation. Cette explication est correcte car, quand un
homme vieillit, l'énergie vitale ne parcourt pas toutes les cellules de son
corps aussi rapidement et efficacement que dans la jeunesse, quand les
cellules du corps ne peuvent obtenir les éléments requis pour leur
conservation, elles deviennent de plus en plus faibles et malades.

Dans cette optique, nos idées sur les maladies causées par les bactéries
devraient être révisées. La "ainsi appelée bactérie" est le "médium" à travers
lequel l'énergie vitale est transférée à la vie de la cellule. C'est son travail, le
but pour lequel il a été crée et si pour quelque raison le flot de l'énergie est
contrarié dans son passage, la bactérie prend l'énergie de la cellule, et
immédiatement devient pathologique. Pour cette raison, la faculté l'a regardé
comme la cause de la maladie. Cependant un bactériologiste peut réaliser
combien il approche de la vérité, quand il dit que certains types de bactéries
"mangent" l'oxygène, quand elles ne peuvent l'obtenir de substances telles
que le sucre, elles le prennent dans le corps humain qu'elles débilitent. La
maladie est née.

Si nous désirons devenir un A. I race, nous devons trouver et comprendre la


préparation de ces éléments que les cellules du corps humain réclament
pour leur bon fonctionnement, car quand la vie des cellules fait défaut, le
corps défaille aussi.

L'Alchimie ainsi que l'on démontré Basile Valentin et Paracelse, n'est pas
seulement l'obtention de la Pierre Philosophale, c'est aussi la recherche et la
préparation des remèdes par lesquels on obtient la séparation de l'Ether de
l'épais, et le vrai secret de l'art spagyrique.

Actuellement, nous avons deux systèmes bien définis de médecine,


l'allopathie et l'homéopathie. Ces deux systèmes ont de nombreux remèdes,
mais ni l'un ni l'autre ne sont parfaits, car où l'allopathe réussit ses
guérisons, l'homéopathe doit admettre sa défaite, et où l'homéopathe réussit,
l'allopathe ne le peut. L'allopathie dont les méthodes sont les plus utilisées
actuellement, déclare aie les succès de l'homéopathie résident surtout dans
l'imagination des patients, mais l'homéopathe pense que ses méthodes sont
plus scientifiques, puisqu'il se sert d'un agent beaucoup plus fin, divisé et
spiritualise.

Pendant que l'allopathe se sert de ses drogues sans trituration,


l'homéopathe, lui, triture ses remèdes depuis la plus petite parcelle jusqu'à
la plus haute potentialité, même au 200ème. Quoique cette méthode soit la
meilleure des deux, elle est encore loin d'être idéale.

Les homéopathes enseignent que leur fondateur et leur instructeur fut


Hahneman, mais ceci n'est pas absolument exact, Hahneman a simplement
découvert une part du système enseigné en Alchimie depuis des centaines
d'années, je dis bien, une part, parce que l'interprétation des Alchimistes
était infiniment plus parfaite que l'homéopathie moderne.

16
01/11/2018

Au regard de cette question de puissance, je répète une fois de plus la


définition de la Quintessence. Huile raie valeur est incluse dans le corps
d'une substance, nais sa vertu en provient. Et c'est le principe de la
Quintessence qui réduit 20 lbs en une once, mais cette once dépasse de loin
en puissance les 20 lbs. Ainsi, pour trouver la Quintessence du fer, le métal
est changé on son vitriol et sels, qui sont purifiés par de nombreuses
lessivassions à l'eau distillée, et après chaque lessivassions, recristallisés. Le
sel est alors calciné jusqu'au rouge et en esprit draine d'une façon spéciale,
puis a son tour soigneusement distillé plusieurs fois, le résultat étant une
huile rouge de fer qui est la véritable essence. Quelques gouttes constituent
une dose.

L'essentiel, la première chose requise dans un agent de guérison et qu'il


contienne la Quintessence ou le principe vital du métal ou de l'herbe utilisé,
c'est la faillite de l'homéopathe s'il ne pourvoit pas sa préparation de cet
élément, ce qui entraîne la perte de la réelle valeur de ses médicaments.

L'insuccès de l'allopathie gît dans le fait que ses remèdes sont toujours
administrés dans leur forme grossière. Dans l'administration d'un métal, par
exemple, il devrait être compris que le corps de ce métal est sans valeur en
tant que remède, il ne peut guérir. C'est l'essence seule qui est curative. Trop
souvent, le "corps" est un poison et jusqu'à ce que la grosse part de ce métal
soit brisée, son administration est définitivement dangereuse. Une des plus
communes formes de poison métallique est certainement le mercure, mais
enlevez les parties dangereuses du métal, et l'essence curative est libre de
faire son travail entièrement. Le nitrate d'argent est un poison caustique,
mais enlevez la plus grosse part du métal et l'essence de l'argent est
excellente pour les maladies du cerveau. Les sels de plomb sont un poison,
et dans certains cas ils ont causé la mort, mais enlevez cette matière poison,
et l'essence restante qui est claire douce et aromatique, sera curative pour
toutes dépressions. Le cuivre quand le corps du métal est rejeté et l'essence
libérée, est d'une haute valeur pour le système nerveux et les reins. De
même l'étain pour le foie, le fer pour toutes inflammations, et la bile et l'or
peur le coeur et la circulation générale. Mais même l'or est valable pour une
médecine quand les sels de l'or ont été réduits en une huile d'or et distillés
dans un liquide d'or. Seulement l'or est alors utilisé et toléré pour le corps
humain. Les sels d'or utilisés jusqu'à maintenant ne peuvent jamais être
assimilés, car, par leur méthode actuelle de préparation, ils ne sont pas
correctement distillés et préparés.

De tous ces paragraphes, il résulte que le seul principe de guérison réside


dans la préparation correcte de la Quintessence et l'alchimie seule en a la
clé. Le grand principe du système est que le corps du métal entrave l'action
de l'essence et ces métaux qui jusque là avaient été considérés comme
poisons (mercure, antimoine, plomb, arsenic) ne sont pas des poisons et
sont capables d'une grande force curative, à condition que le processus ait
été soigneusement réalisé.

Un troisième système de médecine nue je n'ai pas mentionné, et qui n'est

17
01/11/2018

guère pratiqué dans cotte contrée, est récemment venu à mes oreilles. Je me
réfère au système colloïdal. Bien que les méthodes de préparation n'aient pas
encore été poussées asses loin, les résultats de quelques expériences
semblent indiquer que cette branche particulière de recherches, est conduite
dans des conditions correctes et peut frayer la voie vers un système de
médecine efficace.

L'institut Rockfeller, au cours de ses recherches, a démontré que le fer pris


sous cette forme est plus aisément absorbé par le corps que dans son stade
grossier, pendant que le cuivre administré paras une préparation colloïdale a
une grande puissance pour la réduction des maladies nerveuses et
névralgiques. Des expériences en laboratoire ont montré que des fleurs
retirées d'un monceau de détritus et placées dans un bol de cuivre colloïdal,
ont retrouvé leur fraîcheur.

Une preuve supplémentaire de l'efficacité du système a été donnée durant


une mauvaise épidémie de goître ; dans un état américain. Cette épidémie
fut presque entièrement Jugulée par l'addition d'une préparation colloïdale
d'iode dans l'eau potable des districts où cette affection sévissait.

Pour conduire un médicament à sa plus haute efficacité, la préparation est


d'une inestimable importance. Mais aussi longtemps que les médecins se
contenteront des préparations chimiques, je crains fort qu'aucune
amélioration dans la qualité et l'efficacité de notre élément de guérison ne
puisse être attendue.

Le médecin n'est pas chimiste, le chimiste n'a pas d'expérience clinique, et


ainsi l'art médical ost souvent inefficace, non pas que les étudiants soient
incompétents, mais le système dans lequel ils travaillent est inadéquat; nous
donnons des sommes énormes aux hôpitaux et en même temps les
emplissons de victimes de notre fol système de drogues et d'aliments. Je
répète que ce n'est pas le corps de la profession que je condamne mais
purement l'absurde système de contradictions.

Paracelse a dit:

"s'il est d'une telle importance nue l'alchimie soit comprise en médecine, la
raison en est la grande vertu latente dans les choses naturelles, qui ne
peuvent être révélées à chacun, sauf quand elles le sont pas l'Alchimie qui
ne peut être ouverte à tous.

Autrement dit, c'est comme si on voyait un arbre en hiver, sans l'identifier,


jusqu'à ce que le printemps fasse pousser les branches, puis les fleurs et les
fruits, en somme tout ce qui lui est propre. Ainsi en cette matière, il existe
une vertu latente occulte pour la plupart des hommes. Et à moins qu'un
homme apprenne et fasse ses preuves, te qui peut seulement être fait par un
alchimiste, tout comme le printemps pour les plantes, il ne lui est pas
possible de chercher et d'approfondir le sujet par une autre voie.

18
01/11/2018

Et encore,

........«.Qui niera que dans les meilleures choses un poison puisse être
caché. Tous savons tous cela.Et si ceci est vrai, je vous demande maintenant
s'il n'est pas normal que le poison soit séparé de ce qui est bon et utile, que
le bon soit gardé et le mauvais laissé. Tel devrait être le cas. S'il en est ainsi,
dites-moi comment cette séparation est effectuée dans vos dispensaires.
Avec vous, tous ces éléments demeurent mélangés. Convenez alors de votre
simplicité, si vous êtes obligés de convenir qu'un poison gît la caché, et si
l'on vous demande comment l'expulser. Vous avancez que je ne sais pas
combien de correctifs élimineront le poison, le poison ne reste-t-il pas après
comme avant? Vous vous vantez de l'avoir si bien corrigé qu'il n'est plus
dangereux. Où est-il allé? Essayes la dose correcte et vous verrez
immédiatement où il est.

L'élimination d'un poison peut être seulement faite par séparation. Si ceci
n'est pas effectué, Vous ne pourrez être sûr de votre travail« Si un sûr
fondement est nécessaire pour l'extraction du poison, l'alchimie l'offre. Mais
quand les corps sont contraires, il est absolument nécessaire que l'un d'eux
soit expulsé, afin que par cette voie, toute "contrariété" puisse être séparée
du bon. Il est nécessaire que toute chose bénéfique à l'homme soit passée
par le feu pour une seconde naissance. Ceci ne devrait-il pas être le principe
fondamental pour chaque médecin ?

J'expose ces idées parce que je crois que dans la médecine des métaux
réside un système curatif parfait. Dans les 7 Métaux, or, argent, fer, cuivre,
étain, mercure et plomb, peuvent être trouvés tous les éléments de guérison
pour toutes les disharmonies du corps humain, et quand ce système est
correctement compris et pratiqué, la multitude des remèdes peut disparaître.
Comprenez que ceci n'est pas mon système, mais un système aussi ancien
que l'homme. En vérité, il a été dit que: il n'y a rien de nouveau sous le
soleil, car la connaissance est révélée et cachée de nouveau, comme une
notion émerge et meurt. Ici un système testé à travers les âges, mais perdu
encore et encore par préjugés et ignorance. De la même façon, les nations
ont grandi puis disparu au regard de l'histoire, dans les déserts de sable ou
les profondeurs de l'océan.

A quelle fin étudions-nous l'histoire, si ce n'est pas pour apprendre cela.


Pour profiter de l'exemple de ceux qui sont partis, pour comprendre leurs
fautes, si besoin est. Notre civilisation actuelle pourrait être beaucoup plus
grande si elle voulait emprunter au passe la connaissance qui a toujours
existe, et aux hommes sages qui ont toujours été, en dépit de la persécution
et de l'opposition de leurs frères humains, et qui ont labouré pour préserver
les secrets pour la postérité.

CHAPITRE II

PRATIQUE

19
01/11/2018

En écrivant cette partie sur le travail pratique, je souhaite que mes lecteurs
comprennent que j'écris du point de vue alchimique et non du point de vue
chimie. Je réalisais pleinement en commençant ce travail que mon seul
espoir de succès était de mettre de côté, à ce moment-là, toute la
connaissance de chimie que je pouvais posséder et d’étudier les écrits
alchimiques dans un effort sincère de compréhension du langage et du
raisonnement des alchimistes, et par suite, en suivant leurs instructions pas
à pas, de prouver la praticabilité de cette science.

Le chimiste, appelé peut-être à lire ce livre, doit tout d'abord bien


comprendre ce point, et que je ne suis pas en train de concilier mes travaux
avec les préceptes de la chimie orthodoxe, mais simplement les exposer
entant qu'alchimiste.

La pratique de l'alchimie en laboratoire est loin d'être aisée, ainsi que


peuvent s'en rendre compte ceux qui à quoique moment ont étudiés la
littérature sur sujet avec grande attention ; c'est seulement par des
expériences continues et de constantes comparaisons avec les écrits
alchimiques que les résultats mentionnés on été atteints et jetant un regard
en arrière sur les années de patience, persévérance, en face des difficultés
sans nombre, des échecs auxquels se heurte celui qui veut devenir un
alchimiste, on peut se demander s'il ost sage de poursuivre. Cependant, il
semble que ces travaux n'ont pas été entièrement vains. De ces expériences,
graduellement a surgi la vision du bénéfice que l'art peut donner à l'homme,
dans son stade actuel d'imperfection, accompagné de souffrances du corps
et de l'esprit, et qui demande quelque assistance sur le chemin de la vie.

Comme je l'ai déjà dit, je crois que dans cet art réside le salut de l'homme vis
à vis des maladies et le secret de sa perfection ultime, mais inutile de
souligner que pour obtenir le plein effet des bénéfices physiques de la
recherche alchimique, l'homme doit entreprendre la transmutation de
certains éléments de base dans son état mental et émotionnel. Je ne propose
pas de discuter à l'heure actuelle de ce processus de transmutation
psychologique, mais je suis convaincu qu'à notre époque de chaos, il est
possible que de nouvelles idées, nouvelles valeurs, une nouvelle
compréhension des choses, et même quelques unes dès conceptions les
moins orthodoxes, rencontrent moins d'opposition et même une certaine
sympathie.

Depuis la complète destruction de toutes les conditions qui semblaient


permanentes et inamovibles au 19ème siècle, l'homme a été moins enclin a
rejeter les nouvelles idées pouvant lui être présentées. Pour cette raison, je
rédige mes recherches sur la vérité des âges anciens, pensant que cette
tâche m'a été dévolue, et que ce que je dis soit accepté ou non, est l'affaire de
ceux auxquels elles sont adressées.

Venez donc avec moi, par conséquent, dans mon petit laboratoire avec ses

20
01/11/2018

rangées d'alambics, crucibles, bains de sable et écoutez la description des


luttes de celui qui désire être alchimiste et des mystères qu'il cherche à
percer.

Après une étude approfondie de Basile Valentin "Le char triomphal de


l'antimoine" je décidais défaire mes premières expériences avec l'antimoine.
Je m'aperçus cependant très vite qu'un arrivant au point crucial, la clé avait
été délibérément voilée, et une dissertation ; théologique avait pris sa place.
Petit à petit, je réalisais que ce discours n'était pas sans objet, nais en fait le
moyen de voiler un indice de grande valeur. Après beaucoup de labeur un
liquide doré et parfumé fut finalement obtenu de l'antimoine, quoique ce ne
fût qu'un commencement. L'Alkahest de l'alchimiste, la matière première
demeurait encore un mystère.

Puis suivirent les processus pour le fer et le cuivre. Après la purification des
sels ou vitriols de ces métaux par calcination, et l'obtention d'un sel
provenant du métal calciné par un processus spécial suivi d'une très
soigneuse distillation et redistillation dans l'esprit du vin rectifié, l'huile de
ces métaux fut obtenue. Quelques gouttes utilisées seules ou conjointement
se révélèrent très efficaces dans les cas d'anémie, de débilité que la médecine
ordinaire à base de fer ne pouvait améliorer.

La conjonction de fer et de cuivre a fait ses preuves comme élixir d'un


caractère extrêmement stimulant et régénérateur, débarassant le corps de
toutes toxines. Je me souviens qu'après avoir pris le soir quelques gouttes,
même après une lourde journée, la perspective d'un travail mental exténuant
ne m'effrayait pus du tout. Mais l'Alkaest demeurait encore une énigme et
des expériences furent faites ultérieurement avec l'argent et le mercure. En
ce qui concerne les expériences avec l'argent, un argent très fin fut réduit
par l'acide nitrique aux sels de ce métal. Puis soigneusement lavés dans
l'eau distillée, sublimés par un procédé spécial, fut finalement obtenue une
huile blanche ayant un effet très calmant dans les cas graves de maladies
nerveuses.

En ce qui concerne le mercure, le métal ayant été réduit en ses huiles


produisit un liquide clair et cristallin ayant de grandes propriétés curatives,
sans poisons néfastes, comme dans le mercure commun.

Après ceci, je décidais d'oeuvrer sur l'or, or très fin sans aucun alliage.
Dissous dans l'aqua régia, et réduit aux sels d'or, puis lavé dans l'eau
distillée, à son tour évaporée pour rejeter ses propriétés très caustiques. A ce
point du travail, une grande difficulté surgit, car quand ces sels d'or perdent
leur acidité, lentement mais sûrement, ils tendent à retourner de nouveau à
leur forme métallique. Un élixir fut obtenu par distillation de ces
sels, quoiqu’un résidu métallique resta dans la cornue.

Ayant été si loin, je réalisais toutefois que sans l'Alkaest des Philosophes, je
ne pourrais obtenir l'huile d'or réelle, et je repris donc les écrits des
alchimistes pour obtenir la clé. Les travaux que j'avait déjà fait avaient

21
01/11/2018

considérablement éclairé ma tâche, et un jour, assis dans une profonde


concentration, la solution du problème n'apparut comme un flash et en
même temps plusieurs affirmations énigmatiques des alchimistes.

Je commençais donc une nouvelle série d'expériences avec un autre métal


dont je ne m'étais jamais servi. Ce métal après avoir été réduit en sels et
avoir subi des préparations et distillations spéciales, donna naissance au
Mercure des Philosophes, l'Aqua Benedicta, l'Eau céleste, l'Eau du Paradis,
La première manifestation obtenu dons ce triomphe fut un violent sifflement,
des jets de vapeur hors de la cornue dans le receveur comme les éclats d'un
fusil, suivis d'une violente explosion durant laquelle une odeur subtile emplit
le laboratoire et ses environs. Un ami a décrit cette odeur comme
ressemblant à de la terre humide de rosée, par un beau matin de juin, un
parfum de fleurs dans l'air, la respiration du vent à travers les collines et
l'odeur douce de la pluie sur la terre.

Nicolas Flamel cherchant et expérimentant pendant 20 ans écrivit à l'âge de


80 ans : "Finalement je trouvais ce eue je désirais, que je connus bientôt par
une odeur forte".

Cette voix du 14ème siècle, ne coïncide-t-elle pas avec ma propre description


de cette odeur particulière et subtile ? CREMER écrivit également au début
du 14ème : "quand advint ce heureux événement, la maison toute entière fut
emplie d'un parfum merveilleux et doux, et ceci fut le jour de la naissance de
cette préparation bénie".

Etant arrivé à ce point, la difficulté suivante fut de trouver le moyen de


stocker ce gaz subtil sans altérer ses propriétés. Je réussis avec un
serpentin de verre relié au receveur, tous deux avec une chaleur bien réglée,
et le gaz graduellement se condensa en une eau dorée, claire, très
inflammable et volatile. Cette eau fut alors séparée par distillation, le
résultat étant l'eau blanche mercurielle décrite par le Comte de St Germain
comme l'eau primaire de tous les métaux. Je cite le passage suivant de
l'introduction de Manly Hall’s à la Très Sainte Trinosophie, passage dans
lequel Casanova décrit l'athoeter (l'eau primaire).

"Il ne montra alors son magistrum qu'il appelle l'Athoeter. C'était un liquide
blanc contenu dans une fiole soigneusement obturée. Il me dit que ce liquide
était l'esprit universel de la nature, et que si la cire de l'obturateur était
piquée, même très légèrement, le contenu entier disparaîtrait. Je lui
demandai de me laisser faire l'expérience. II me donna la fiole et l'épingle et
je perçai moi-même la cire et tout aussitôt la fiole fût vide". Ce passage décrit
cette eau si volatile qu'elle s'évapore rapidement si elle n'est pas renfermée
soigneusement. Elle bout à une très basse température et ne mouille pas les
doigts. Cette eau mercurielle, cet athoeter de St Germain est absolument
nécessaire pour obtenir l'huile de l'or, laquelle est obtenue par l'addition des
sels d'or après que ces sels ont été lavés à l'eau distillée plusieurs fois pour
rejeter la forte acidité de l'Aqua Régla utilisée pour réduire le métal en cet
état. Quand l'eau mercurielle est ajoutée aux sels d'or, il se produit un léger

22
01/11/2018

sifflement, un accroissement de la chaleur, et l'or devient un liquide d'un


rouge profond, duquel on peut obtenir, par distillation, l'huile de l'or, un
liquide ambré d'une consistance huileuse. Cette huile qui est l'or potable des
alchimistes ne retourne jamais à sa forme métallique. Je suis en mesure de
comprendre maintenant comment certains patients ont succombé aux
poisons des sels d'or administrés par injection. Aussi longtemps que les sels
demeurent dans une solution acide, ils restent solubles, mais quand le
dissolvant perd son acidité et devient neutre ou alcalin, les sels tendent à
revenir à leur forme métallique. C'est probablement ce qui se produisit lors
de l'injection de sels d'or dans les fluides intercellulaires alcalins, et
provoquèrent dans quelques cas une issue fatale.

Ne pensez pas que les chimistes savent tout des métaux. Ainsi que le montre
le rapport du professeur Charles Gibson, "récentes recherches sur la chimie
de l'Or":

"L’allocution fut d'un haut niveau technique. Un des principaux points


abordés fut que les vues des textes courants sur la constitution des sels d'or
sont incorrects. Ils ne sont jamais de la même nature que les sels
métalliques normaux, avec une simple formule telle que AuCl ou Au Br3,
mais toujours d'une constitution complexe."

De l'eau dorée que j'ai décrite, peut être tirée cette eau blanche et une
teinture d'un rouge profond dont la couleur "s'approfondit" avec le temps. Ce
sont le mercure et le soufre décrits par les paroles alchimistes. Le soleil, le
père, la lune, la mère, les principes mâle et femelle, les mercures blanc et
rouge qui, joints, forment un liquide très ambré. Ceci est l'Or Philosophique
qui n'est pas fait à partir de l'or métallique mais à partir d'un autre métal, et
est de très loin beaucoup plus puissent que l'huile de l'or. Ce liquide
profondément ambré étincelle littéralement, reflète et intensifie les rayons de
lumière à un degré extraordinaire. Il a été décrit par beaucoup d'alchimistes,
ce qui corrobore mon travail en laboratoire. Chaque pas en avant dans mon
laboratoire a vraiment été trouvé dans l'oeuvre des disciples de l'Art
spagyrique.

Et maintenant, le but final : la Pierre des Philosophes. Ayant trouvé mes


deux principes, le mercure et le soufre, ma démarche fut de purifier le corps
mort du métal, c'est-à-dire la lie noire restée après l'extraction de l'eau
dorée. Je le calcinais jusqu'au rouge et soigneusement séparais et traitais
jusqu'au sel blanc. Les trois principes conjugués en certaines proportions
dans une fiole hermétiquement scellée sur un feu "fixe" ni trop chaud, ni
trop froid, le degré exact de la chaleur étant essentiel car la moindre faute
dans sa régulation gâterait complètement la mixture.

Par cette conjonction, la mixture prend l'allure d’une boue qui se transforme
lentement en une pâte, jusqu'à ce que surgisse une formation cristalline,
ressemblant à un corail. Les "fleurs " de cette plante sont composées de
pétales de cristal qui changent continuellement de couleur. Quand le feu est
plus soutenu, cette formation se résout en un liquide ambré qui

23
01/11/2018

graduellement devient plus épais, jusqu'à ce qu'il devienne une terre noire,
dans le fore du vaisseau. A ce point, (le signe du corbeau en littérature
alchimique), plus de ferment ou mercure est ajouté. Pour ce processus de
continuelle sublimation, un "long-nez" hermétiquement scellé est nécessaire
et on voit la vapeur s'élevant dans le "nez" du flacon et se condensant sur les
côtés. Ce processus continue jusqu'au stade de noirceur sèche. Quand
davantage de mercure est ajouté, la poudre, noire est dissoute, et il semble
que de cette conjonction, une nouvelle substance soit née, ou pour employer
le langage des anciens alchimistes, un Fils est né. Quand la couleur noire
diminue, couleur après couleur apparaissent jusqu'à ce que la mixture
devienne blanche et brillante: l'Elixir blanc. De nouveau, le feu est
graduellement poussé, et du blanc la couleur devient citrine et finalement
rouge, l’Elixir de Vie, la Pierre des Philosophes, la médecine pour hommes et
métaux. D'un certains nombres d'écrits, il apparaît que beaucoup
d'alchimistes ne pensent pas qu'il soit nécessaire de pousser l'élixir à ce
dernier stade, la couleur citrine étant parfaitement adéquate pour leur but.

II est intéressant de noter qu'une manifestation entièrement différente se


produit après la séparation des trois éléments et leur, reconjonction dans le
vase scellé d'Hermès. Par la séparation délibérée et l'unification du Mercure,
du soufre et du sel, les trois éléments apparaissent comme une
manifestation plus parfaite qu'en premier lieu.

AUREUS OU LE GOLDEN TRACTACE

Et ainsi dit Hermès : "pendant de longues années, je n'ai cesser


d*expérimenter ni épargner le labeur de l'esprit, et cette science et cet art, je
l'ai obtenue par la seule inspiration du Dieu vivant qui jugea bon de les faire
connaître à son serviteur, qui a donné aux créatures rationnelles le pouvoir
de penser et de juger juste, n'abandonnant personne et ne donnant à
personne l'occasion de désespérer. Pour moi, je n'ai jamais révélé cette
matière à quiconque, même au prix de la crainte du jugement et de la
perdition de mon âme si je cachais cela. Il est une dette que je suis désireux
d'acquitter envers le fidèle comme le Père me l'a délibérément octroyée.

Comprenez bien, O fils de la sagesse, que la connaissance des 4 éléments


des anciens philosophes n'était pas cherchée imprudemment et
corporellement, qu’ils doivent être découverts avec patience, selon leurs
causes et leurs opérations occultes. L'opération est occulte parce que rien
n'est fait si la matière n'est pas décomposée et rien n'est parfait a moins que
les couleurs soient montrées et accomplies. Sachez que la division faite avec
l'eau par les anciens philosophes, la séparation en 4 substances, une en
deux, trois en une, la troisième partie étant la couleur, le restant une
moisissure coagulée, mais les secondes et troisième eau sont les Poids de la
Sagesse.

De cette humidité ou moisissure, prenez une once et demi et du résidu rouge


qui est l'âme de l'or, un quart, c'est à dire la moitié d'une once, de

24
01/11/2018

l'Auripigment une demie once, du citrine seyre, de la même manière une


demie once : c'est à dire trois onces. Et sachez que lz vin de la sagesse est
extrait de trois, mais le vin n'est pas parfait jusqu'à ce que à la longue, 30
soit accompli.

Par conséquent, comprenez bien l'opération. La décoction diminue la


matière, nais la teinture l'augmente parce que la lune en 15 jours diminue et
dans l'autre tiers, elle augmente. C'est là le commencement et la fin. Voyez,
j'ai déclaré ce qui était caché, le travail est à la fois en vous et avec vous, ce
qui était à l'intérieur est tire et fixé, et vous ne pouvez l'avoir ni sur terre ni
sur mer.

Gardez le vif argent qui est préparé dans la "chambre" la plus intérieure
dans laquelle il est coagulé, car ceci est le Mercure qui est obtenu de la terre
résiduelle.

Vous, qui comprenez mes paroles, cherchez en elles pour le bénéfice des
bons. Je vous ai découvert toutes choses cachées concernant cette
connaissance et j'ai révélé le plus grand de tous les secrets, même la science
intellectuelle.

Saches, enfants de la Sagesse, qui enquêtez sur ce rapport, que le vautour


planant sur la montagne crie avec une forte voie: "je suis le Blanc du Noir, et
le Rouge du Blanc et la citrine (couleur topaze) du Rouge et voyez, je dis la
vérité vraie".

Et saches que le principe essentiel de l'art est le corbeau, qui est le noir de la
nuit et la transparence du jour, et vole sans ailes. De l'amertume existant
dans la gorge la teinture est extraite, le rouge surgit du corps et de son dos
provient une eau légère.

Comprenez et acceptez ce présent de Dieu qui est caché à ce monde


irréfléchi. Dans les cavernes des métaux est cachée la pierre qui est
vénérable, de couleur splendide, lui esprit sublime et une vaste mer. Voyez,
je vous ai déclaré: remercies Dieu qui vous enseigne cette connaissance, car
il récompense ceux qui sont reconnaissants.

Mettez la matière en un feu humide, poussez la à bouillir afin que sa chaleur


soit augmentée, ce qui détruira la siccité de nature incombustible, jusqu'à ce
que la racine apparaisse, puis extrayez le rouge et les parties légères, jusqu'à
ce que la troisième seule reste.

Fils de la Science ! Pour cette raison, les philosophes ont été traités
d'envieux, non parce qu'ils cachent la vérité aux hommes religieux et justes,
ou aux sages, mais aux fous ignorants et vicieux, qui n'ont ni bienveillance,
ni self-contrôle afin qu'ils ne puissent devenir puissants et perpétuer le mal.
Car les vrais philosophes sont admis par Dieu, mais les hommes mauvais ne
sont pas admis à la connaissance de la sagesse.

25
01/11/2018

Sachez que cette matière que j'appelle la Pierre est également appelée la
femme de la magnésie, ou la poule, ou le blanc crachat, ou le lait volatil,
l'huile incombustible, pour la cacher aux yeux de l'ignorant et de l'inepte,
qui n'ont rien de bon en eux, je l'ai seulement appelé pour les sages par un
nom seulement, viz, la Pierre des Philosophes.

Par conséquent, inclus et conserve en cette mer, le feu et l'oiseau du ciel, au


dernier moment de sa sortie. Mais je jette sur vous mes imprécations, Fils de
la Philosophie, à qui le grand présent de la connaissance a été donne, si l'un
de vous déprécie ou divulgue le pouvoir à l'ignorant, ou à qui que ce soit
indigne de cette connaissance.

Ceci, O fils, est la Pierre cachée de beaucoup de couleurs, qui est née et a
surgi d'une couleur. Je le sais et le cache. Par cette haute faveur, les plus
grandes maladies sont évitées, toute détresse, chagrin, mal disparaît, car elle
conduit des ténèbres à la lumière, du sauvage désert à une sécurité, et de la
pauvreté à une libre et ample fortune.

SECTION II

Mon fils, avant tout, je t'adjure de craindre Dieu, en qui est la force de ton
entreprise et le lien de quoi que ce soit que tu médites de relâcher. Quoique
tu entendes, considère cela rationnellement. Car je te préviens, ne sois pas
un fou. Réfléchis à mec instructions, médite-les et laisse ton coeur apte à les
concevoir, comme si tu étais l'auteur de ce que je viens de t'enseigner. De
toutes façon, celui qui est rationnel se ferme lui-même aux sentiers de
l'ignorance, autrement il pourrait être trompé.

Prends l'oiseau et "noie" son vol et divise et sépare ses pollutions qui restent
dans sa mort.

Mais le Fils interrogeant Hermès dit:

- Les soufres qui conviennent pour votre oeuvre sont-ils célestes ou


terrestres ?

Ce à quoi le Père répond :

- Certains sont du ciel et d'autres de la terre.

Le Fils reprend :

- Père, j'imagine le coeur dans le supérieur être le Ciel et dans l'inférieur la


Terre.

Mais Hermès répond:

- Il n'en est pas ainsi. Le masculin est vraiment le ciel du féminin et le


féminin la terre du masculin.

26
01/11/2018

Alors, le Fils demande:

- Père, lequel des deux est le plus valable, le ciel ou la terre ?

Hermès répond :

- Les deux ont besoin l'un de l'autre, car il faut un médiateur.

Mais, dit le Fils :

- Si vous disiez qu'un homme sage gouverne toute l'humanité ?

- Mais les hommes ordinaires, répond Hermès, sont meilleurs pour eux, car
chaque nature se réjouit dans la société de ses semblables et ainsi, nous
trouvons qu'il en est de même dans la vie de la Sagesse où les égaux sont
joints.

- Mais, quel est le moyen terme entre eux ?

A ceci, Hermès répond :

- Dans toute chose de la nature il y a trois en deux ( ??) le commencement, le


milieu et la fin. L'eau est d'abord nécessaire, puis l'huile de teinture, et enfin
les fécès ou terre qui restent au fond.

Mais le dragon habite dans tous et les maisons sont l'obscurité et la noirceur
qui sont en eux, et par eux, il s'élève dans l'air, à partir de son éveil qui est
leur ciel. Mais tendis que les fumées restent en eux, ils ne sont pas
immortels. Eliminez par conséquent la vapeur de l'eau et la noirceur de
l'huile de teinture et la mort des fécès par dissolution, tu posséderas une
récompense triomphant même si dans et par cela les possesseurs vivent.

Sache, alors, mon fils, que l’onguent tempéré qui est feu, est le médiateur
entre les fécès et l'eau, et est le "perscrutinator" de l'eau, car les onguents
sont appelés soufres, car entre le feu, l'huile et ce soufre, il y a une très
grande proximité, ce qui comme le feu brûle, ainsi fait le soufre.

Toutes les sciences du monde, non Fils, sont incluses dons ma sagesse
cachée et apprendre l'art consiste à découvrir et à compléter ces merveilleux
éléments cachés. Cela conduit celui qui désire être introduit à cette sagesse
cachée à se libérer lui-même de ses vices plus ou moins cachés, et à être bon
et juste, de raison saine, prêt à aider l'humanité, être d'une contenance
sereine, diligent à sauver et être lui-même un gardien patient des arcanes
secrets de la philosophie.

Et sache, que sauf si tu comprends comment mortifier et susciter la


génération, vivifier l'esprit et introduire la lumière, jusqu'à ce qu'ils luttent
l'un avec l'autre et grandissent blanc et libérés de leurs souillures,

27
01/11/2018

surgissant d'où étaient obscurité et noirceur, tu ne sais rien, ni ne peut


réunir quoi que ce soit. Mais si tu sais cela, tu seras d'une grande dignité, et
même les rois te révéreront. Ces secrets, mon Fils, te conduiront à les cacher
su vulgaire et au monde profane.

Comprend aussi que notre Pierre est de beaucoup de choses et de couleurs


variées, composées de 4 éléments qui doivent être divisés et disséqués en
pièces et ségrégation dans les veines, et en partie mortifiée par sa propre
nature, qui réside en elle-même, préserve l'eau et le feu demeurant à
l'intérieur, lequel provient des 4 éléments et de leurs eaux qui contient son
eau. Ceci n'est pas cependant, l'eau dans sa vraie forme, mais le feu ; il
contient dans, un vaisseau pur les eaux ascendantes de crainte que les
esprits s'envolent des corps. Par ce moyen, ils sont teints et fixés.

O bénie soit cette forme liquide qui dissout les éléments. Mais il nous
conduit avec cette forme aqueuse à posséder nous-mêmes une forme soufre
à mélanger à notre Acétone. Ainsi, par le pouvoir de l'eau, la composition est
dissoute, c'est la clé de la restauration ; obscurité et mort s'en vont et la
Sagesse procède à la réalisation de sa Loi.

SECTION III

Sache mon fils, que les philosophes lient leur matière avec une forte chaîne,
afin qu'elle puisse être contenue avec le feu, car les esprits dans les corps
lessivés, désirent demeurer à l'intérieur et être joints. Dans ces habitations,
ils se vitrifient eux-mêmes et habitent là, et les corps les supportent car
ensuite, ils ne peuvent plus être séparés.

Les éléments morts sont revivifiés, les corps (composés) teignent et sont
altérés, et par un processus merveilleux, ils deviennent permanents, comme
le dit le philosophe.

O, permanente forme aqueuse, créatrice des élément royaux, qui, avec ses
frères et un juste gouvernement, obtient la teinture, trouvant le repos. Notre
précieuse Pierre est tirée du fumier, et ce qui est le plus précieux est fait du
plus vile matériau parmi les plus viles. Cela nous conduit à mortifier deux
vif-argents ensemble, tous deux vénérés, l'argent vif de l'Auripigment et le vif
argent oriental de la magnésie.

O nature, O nature, la plus grande créatrice qui contient et sépare les


natures dans un principe médian. La Pierre vient avec la lumière et avec elle
est régénérée ; ensuite elle régénère et fait avancer les nuages noirs de
l'obscurité, qui est la mère de toutes choses.

Mais, quand nous marrions le Roi couronné à notre fille rouge, en un gentil
feu, sans heurts excessifs, elle doit concevoir un excellent fils et
supernaturel, dont la vie doit être nourrie avec une chaleur subtile afin qu'il
vive longtemps dans notre feu.

28
01/11/2018

Mais quand tu projetteras ce feu sur le soufre laméllé, les limites de coeurs
doivent entrer par dessus et être lavées de la même façon, et la matière
purifiée est alors extraite.

Il est alors transformé et sa teinture à l'aide du feu reste rouge, comme si


c'était de la chair. Mais notre fils, le roi engendré, prend cette teinture du
feu, et même la mort, l'obscurité et les eaux s'envolent.

Le dragon dérobe les rayons solaires qui se précipitent à travers les


crevasses et notre fils mort vit. Le Roi se projette hors du feu et rejoint son
épouse, les trésors occultes sont ouverts et le lait de la vierge est blanchi. Le
Fils déjà vivifie est devenu vu guerrier dans le feu, portant lui-même la
matière philosophique.

Approchez-vous, fils de la sagesse, et réjouissez-vous. Réjouissons-nous


maintenant ensemble, car le règne de la mort est fini et le Fils doit régner. Et
il est investi avec les vêtements rouges et la couleur rubis le revêt.

SECTION IV

Comprends alors, O fils de la Sagesse ce que la Pierre déclare : protège-moi


et je te protégerai. Accrois ma force pour que je puisse t'aider. Mon soleil et
mes rayons sont au plus profond de moi, ma propre lune aussi est ma
lumière plus grande crue toute autre lumière et mes meilleures choses sont
meilleures que toutes autres bonnes choses. Je donne librement et
récompense l'Intelligent qui avec joie, gloire, contentement et richesses se
réjouit, et ceux qui me cherchent, je leur apporte connaissance et
compréhension et possession de choses divines.

Ce que les philosophes ont caché est écrit avec 7 lettres, car Alpha et Yda
suivent deux, et Sol de même manière suit le livre. Si tu veux qu'il soit
(dominion), observe l'art et joint le fils à la fille de l'eau qui est Jupiter et un
secret caché.

Auditeur, comprends. Laissez nous user de notre raison. Considère avec


investigation aigue que je t'ai démontré dans la partie complentative,
l'entière manière que je sais être la seule chose. Mais qui comprend la
véritable recherche et cherche rationnellement cette matière ? Ce n'est pas
d'un homme ni de quoi que ce soit qui lui ressentie, ni le boeuf, ni le
bouvillon, et si une créature est jointe avec une autre d'une autre espèce, le
résultat est neutralisé.

Ainsi dit Venus : je procrée la lumière ; l'obscurité n'est pas ma nature, et si


mon métal n'est pas asséché, tous les corps me désirent car je les liquéfie et
rejette leur rouille, j'extraie même leur substance. Bien, n'est meilleur ou
plus vénérable eue moi, mon frère étant aussi conjoint.

Mais le roi, dit à son frère, témoignant de lui-même: je suis couronné et paré
d'un diadème royal. Je suis vêtu d'habits royaux et j'apporte joie et

29
01/11/2018

contentaient de coeur, car étant enchaîné, ma substance est couchée et


repose entre les bras et sur la poitrine de ma mère, et attachée à sa
substance, faisant que ce qui est invisible devienne visible et apparaître la
matière occulte. Et toutes les choses que les philosophes ont cachées sont
générées par nous. Entends donc ces mots et comprends les. Garde-les,
médite les et ne cherche rien d'autre. L'homme dons le commencement à été
généré par la nature dont la substance intérieure est chaire et de nulle autre
chose. Médite ces choses et rejette ce qui est superflu.

Ainsi dit le Philosophe : Botri est fait de citrine, qui est extraite de la racine
rouge et de rien d'autre, et si c'est citrine et rien d'autre, la Sagesse était
avec toi. Ce n'était pas obtenu par tes soins, non plus que par ton étude, s'il
était libre du rouge. Je n'ai rien circonscrit si tu as de la compréhension, il y
a peu de choses non ouvertes.

Vous fils de la sagesse, tournez alors le "breym" corps avec un très grand
feu, et il produira ce que vous désirez, avec gratitude. Et voyez, ce qui est
volatil par ce moyen ne vole pas. Et ce qui reste au-dessus du feu comme s'il
était lui-même une flamme féroce, et ce qui est dans la chaleur d'un feu
bouillant, est "cambar".

Et sache que l'Art de cette eau permanente est le cuivre et la coloration de sa


teinture et la noirceur est changée en "vrai rouge".

Je déclare qu'avec l'aide de Dieu, je n'ai dit que la vérité. Ce qui est détruit
est rénové ; et désormais la corruption est rendue manifeste dans la matière
à renouveler et l1amélioration apparaît et d'un autre côté, c'est le signal de
l'Art.

SECTION V

Mon fils, ce qui est né du corbeau est le commencement de l'Art. J'ai


obscurci la matière par circonlocution, te privant de la lumière. Cependant,
en joignant, en dissolvant, le plus proche et le plus éloigné, je l’ai nommée.
Cuis ces choses et fais les bouillir dans ce qui vient du ventre du cheval
pendant 7, 14 ou 21 jours. Alors le dragon mange ses propres ailes et se
détruit lui-même. Ceci étant fait, met sur un feu "féroce", bouche avec
diligence (mastic) et observe bien que rien de l'esprit ne puisse échapper.

Sache que les périodes de la terre sont dans l'eau, et laisse aussi longtemps
que tu pourras mettre la même chose par dessus. La matière étant mélangée
et brûlée, prends le cerveau et triture-le dans le plus fort vinaigre, jusqu'à ce
qu'il devienne obscur. Ceci fait, il vit dans la putréfaction. Laisse les nuages
noirs qui étaient en lui avant qu’il ne soit tué, être convertis en son propre
corps. Répète le processus comme je l'ai décrit ; laisse-le mourir une fois de
plus et alors il vivra.

Dans la vie et la mort nous oeuvrons avec les esprits, car comme il meurt en
enlevant les esprits, ainsi il vit à leur retour, ils revivent et se réjouissent.

30
01/11/2018

Nous sommes arrivé à cette connaissance que tu as cherchée, car elle fait
apparaître l’Affirmation. J'ai relaté les signes pleins de joie, même ce qui fixe
le corps. Mais ces choses et comment elles atteignent la connaissance de ce
secret sont données par nos ancêtres en figures et types. Elles sont mortes.
J'ai ouvert l'énigme, je t'en ai donné la clé et le livre de la connaissance est
révélé. Pour révéler les choses cachées, j'ai relié les vérités dispersées, j'ai
réuni des formes variées, j'ai même associé l'esprit. Prends cela comme le
don de Dieu.

SECTION VI

II t'appartient de remercier Dieu qui t'a libéralement octroyé une part de sa


Sagesse, qui nous délivre de la pauvreté et de la misère. Je suis tenté et
éprouvé avec la plénitude de sa substance et ses désirs probables, et
humblement Je prie Pieu que durant notre vie, nous puissions aller à lui.

Souviens toi, O fils do la science, des onguents que nous avons extraits de la
graisse, des cheveux, des os, du vert de gris qui sont indiqués dans le livre
de nos pères. Mais en ce qui concerne les onguents qui contiennent la
teinture, coagule les fugitifs et orne les soufres. Ceci nous conduit à
expliquer davantage leur disposition, à dévoiler la forme qui est cachée et
enterrée dans ces onguents, qui est vue dans la disposition mais demeure
dans son propre corps comme le feu dans les arbres et les pierres, c'est l'art
le plus subtil d'extraire sans brûler.

Sache que le ciel doit être joint immédiatement avec la terre, mais la forme
est dans le milieu de la nature, entre le ciel et la terre, qui est notre eau.
Mais l'eau tient la première place qui est issue de notre pierre. Le second est
l'or, le troisième est l'or, seulement d'un milieu plus noble que l'eau et les
fécès.

Mais dans ceci sont les fumées, la noirceur et la mort. Il nous conduit à
assécher la vapeur provenant de l'eau, rejeter la noirceur de l'onguent, la
mort des fécès et ceci par dissolution. Par ces moyens, nous atteignons la
plus haute philosophie et le secret de toutes choses cachées.

SECTION VII

Saches, O fils de la science, qu'il y a 7 corps, l'or est le premier, le plus


parfait, le Roi de tous et leur tête, que la terre ne peut corrompre ni le feu
dévaster, ni l'eau changer, car sa complexion est équilibrée et sa nature
régularisée par la chaleur, le froid et l'humidité. Rien en cela n'est superflu,
par conséquent les philosophes doivent magnifier eux-mêmes en cela, disant
que cet or par rapport aux autres corps est comme le soleil au milieu des
étoiles, plus splendide en lumière, et par le pouvoir de dieu chaque végétal et
fruits de la terre sent perfectionnés, et l'or par le même pouvoir les
substante.

31
01/11/2018

Car comme la pâte sans un ferment ne peut fermenter, ainsi lorsque tu


sublimes le corps et le purifie, séparant les impuretés, alors tu les joindras
et les mélangeras en les mettant dans le ferment confectionné, la terre et
l'eau. Ainsi le Ixir ferment agira comme le levain. Pense à cela et vois comme
le ferment dans le cas présent doit changer les premières natures en autres
choses. Oberve qu'il n'y a pas d'autre ferment que la pâte elle-même.

Observe de plus que le ferment blanchit la confection postérieusement en


retour, et soutient la teinture de crainte qu'elle s'envole. Joins les corps
intimement de façon qu'ils entrent l'un dans l'autre, et ceci est la clé des
philosophes et la fin de l'oeuvre, et par cette science les corps sont améliorés
et l'opération avec l'assistance de Dieu est consommée.

Mais s'il y a négligence et opinion fausse de la matière, l’opération peut être


manquée. Car le levain est corrompu, le lait avec la présure tourne en
fromage, et ( ???)

La couleur sûre de la matière dorée pour le rouge, et sa nature, n'est pas


douceur. Par conséquent nous les faisons et d'elles nous tirons un émail
dont nous avons déjà parlé, et avec le sceau du roi, nous avons coloré
l'argile, et ce faisant nous avons la couleur du ciel ce qui a augmenté la
chose digne d’être vue.

La pierre est l'or le plus précieux, sans tâche, tempéré, sans feu, sans air,
sans eau, ni terre qui puisse le corrompre, car il est ferment universel
rectifiant toute chose dans une composition médiane dont la complexion est
jaune et de vraie couleur citrine.

L'or de la sagesse, cuit et bien digéré, avec une eau brûlante donne IXIR car
l'or de la sagesse est plus lourd que le plomb qui dans une composition
tempérée est un ferment IXIR, mais dans notre composition intempérée est
la confusion de l'ensemble.

Comme le travail commence avec le végétal, ensuite avec l'animal, dans


l'oeuvre de poule est l'aide la plus grande et notre terre est or, de tout cela
nous extrayons « Sericum » qui est le ferment IXIR.

1- ce ne sont pas les sels d'or qui sont dissous dans le ferment ou mercure,
mais le métal. Il est en effet impossible de séparer complètement l'acide
hydrochlorhydrique des sels d'or sans que ceux-ci reprennent leur éclat
métallique. (AuC13).

2- Le métal dont il est question est le plomb, sous forme de galène calcinée
et transformée en acétate.

3- L'extraction se fait par une distillation sèche de l'acétate avec un


refroidissement énergique.

4- Après une calcination douce, des résidus noirs, ceux-ci sont à nouveau

32
01/11/2018

transformés en acétate. Tant quels vertus du plomb, teinture et essence ne


sont pas extraites, les sels blancs ne peuvent pas être obtenus.

5- L'Or Philosophique n'est pas fait à partir de l'or, mais d'un autre métal,
métal saturnien.

33

Vous aimerez peut-être aussi