Vous êtes sur la page 1sur 42

ROYAUME DU MAROC

MINISTERE DE L’INTERIEUR
PROVINCE DE TAOURIRT
CONSEIL PROVINCIAL DE TAOURIRT
D.E

MARCHÉ PASSÉ PAR APPEL D’OFFRES OUVERT


SUR OFFRES DE PRIX n°…………………../2018

MARCHÉ N°…………/2018

OBJET DU MARCHÉ:

TRAVAUX D'EXTENSION DU RESEAU D'EAU A PARTIR DU


FORAGE ACHOURIYINE A LA COMMUNE DE MESTEGMEUR

- PROVINCE DE TAOURIRT-

Marché passé par appel d’offres ouvert sur offres des prix en application de l’alinéa 2
paragraphe 1 de l’article 16 et paragraphe 1 de l’article 17 et alinéa 3 paragraphe 3 de
l’article 17 du décret N° 2-12-349 du 8 joumada premier 1434 (20 mars 2013) relatif aux
Marchés publics.

EXERCICE 2018

LOT UNIQUE

1
ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DE L’INTERIEUR
PROVINCE DE TAOURIRT
CONSEIL PROVINCIAL DE TAOURIRT
D.E

MARCHÉ PASSÉ PAR APPEL D’OFFRES OUVERT


SUR OFFRES DE PRIX n°………………

OBJET DU MARCHÉ : TRAVAUX D'EXTENSION DU RESEAU D'EAU A PARTIR


DU FORAGE ACHOURIYINE
- COMMUNE DE MESTEGMER –
- PROVINCE DE TAOURIRT-

CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES


Marché passé par appel d’offres ouvert sur offre des prix en application de l’alinéa 2
paragraphe 1 de l’article 16 et paragraphe 1 de l’article 17 et l’alinéa 3 paragraphe 3 de
l’article 17 du décret n°2.12.349 du 08 Joumada premier 1434 (20 mars 2013) relatif aux
Marchés publics

ENTRE LES SOUSSIGNES :

Monsieur Le Président du conseil Provincial de Taourirt,


Ordonnateur,
D'une part :
Et:

Mr :…………………………………………… qualité ………….………..……………….….


Agissant au nom et pour le compte de ……………………………………..…….…….
Au capital social :……………………………………………………………………………..
Adresse du siège social de la société : …………………………………….……………
Adresse du domicile élu : …………………………………………………………...……….
Affiliée à la CNSS sous le n°: ………………………………………………………...………
Inscrite au registre du commerce de……………….. sous le n° ………..………….…
N° de patente : …………………………..…………….……………………………..………
Identification fiscale :…………………………………………………………………………
Titulaire du compte bancaire N°: ………………………………….…………..……..……
Ouvert à …………… ………………………………………………………………………...

2
Désigné ci après par le terme" Entrepreneur"
D’autre part
IL A ETE CONVENU ET ARRETE CE QUI SUIT :

CHAPITRE I – DISPOSITIONS GENERALES :

ARTICLE 1: OBJET ET CONSISTANCE DU MARCHÉ:

1-1 : OBJET DU MARCHÉ:

Le présent marché a pour objet :


L’extension du réseau d’eau à partir du forage Achouriyine à la commune de
Mestegmer - Province de Taourirt.

1-2 : CONSISTANCE DU PROJET :


Le projet consiste en l’alimentation en eau potable du douars Achouriyine
comporte :

I – CONDUITE :
- Fourniture transport et pose de conduite de distribution en PEHD DN
75 L = 992 ml.
- Fourniture transport et pose de conduite de distribution en PEHD DN
63 L = 2779 ml.
- Fourniture transport et pose de conduite de distribution en PEHD DN
50 L = 2043 ml.
- Réalisation des ouvrages annexes et robinetteries nécessaires.

II– BF ET BI :
- Réalisation de 01 BF y compris accessoire de branchement.
- Réalisation de 30 BI y compris accessoire de branchement.

ARTICLE 2 : MAÎTRE DE L’OUVRAGE :

Le maitre d’ouvrage du présent Marché est Monsieur Le Président du conseil


Provincial de Taourirt.

ARTICLE 3 : PIECES CONSTITUTIVES DU MARCHE ET DOCUMENTS GENERAUX:

A) - Pièces Constitutives du Marché :

Les pièces constitutives du marché sont comme suit:


1 – Acte d’engagement
2 - Le présent cahier des prescriptions spéciales (C.P.S)
3 - Le bordereau des prix détail estimatif.
4 - Le Cahier des clauses administratives générales applicable aux marchés de travaux
approuvé par le décret n°2-14-394 du 06 chaabane 1437 (13 mai 2016).

B) Pièces contractuelles postérieures à la conclusion du marché :

Les pièces contractuelles postérieures à la conclusion du marché comprennent :


- Les ordres de service ;

3
- Les avenants éventuels ;
- La décision prévue à l'article 57 du CCAGT, le cas échéant.

C) - Textes généraux et textes spéciaux :

C 1 /TEXTES GENERAUX

 Dahir n°1-15-84 du 20 Ramadan 2015 (07/07/2015) portant promulgation de la loi


n°112-14 relative aux Provinces et Préfectures ;
 Le décret n°2-09-441 du 17 Moharrem 1431 (03/01/2010) portant règlement de la
comptabilité public des collectivités locales et leurs groupements.
 Le décret royal n°330/66 du 10 Moharram 1387 (21 Avril 1967) portant règlement
général de comptabilité publique.

 le Décret n° 2-12-349 du 08 Joumada 1ère 1434 (20 Mars 2013) relatif aux marchés
publics ;
 Le Cahier des clauses administratives générales applicable aux marchés de travaux
approuvé par le décret n°2-14-394 du 06 chaabane 1437 (13 mai 2016).

 Arrêté du Chef du Gouvernement n°3-302-15 du 27 novembre 2015 fixant les règles


et les conditions de la révision des prix des marchés publics ;
 Dahir n°1.15.05 du 29 rabia II 1436 (19 Février 2015) portant promulgation de la loi n°
112-13 relative au nantissement des marchés publics ;
Les textes législatifs et réglementaires concernant l’emploi, les salaires de la main
d’œuvre particulièrement le Décret Royal n° 2.73.685 du 12 Kaâda 1393 ( 08
Décembre 1973 ) portant revalorisation du salaire minimum dans l’industrie, le
commerce, les professions libérales et l’agriculture.
La Circulaire du Ministère des Travaux Publics, de la Formation Professionnelle et de la
Formation des Cadres n° D.A.T./31/716 du 14 Février 1994 prescrivant les mesures
de sécurité dans les chantiers de Bâtiment et de Travaux Publics.
Tous les textes réglementaires rendus applicables à la date de la signature du marché.
L’entrepreneur devra s’il ne les possède, se procurer ces brochures de l’imprimerie Officielle
Rabat. Il ne pourra en aucun cas exciper de l’ignorance de ces documents pour se soustraire
aux obligations qui en découlent.

C.2 /TEXTES SPECIAUX

1 - Le Cahier des charges provisoires pour la fourniture des liants hydrauliques en date du
16 Mai 1951.
2 - Dahir 1-70-157 du 26 Joumada I 1390 du 30/7/70 relatif à la normalisation industrielle en
vue de la recherche de la qualité et de l'amélioration de la productivité rendant obligatoire
l'utilisation des produits normalisés.
3 - Règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements
recevant du public (l'arrêté du 23 Mai 1956).
4 - La circulaire Nº 6015 T.P du 1er Avril 1965 de Monsieur le Ministre des travaux publics et
des communications fixant l'application du cahier des prescriptions spéciales types.
5 - Bordereau des salaires minima.
6 - l'instruction N 4/390 S.G.G du 8 juillet 1957 prescrivant obligatoirement l'emploi des
produits ou matériaux de production marocaine.

4
7 - La circulaire 6.001 bis du 7 Août 1958 relative au transport de matériaux et marchandises
pour l'exécution des Travaux Publics (arrêté 350-67), des T.P.C. du 15 Juillet 1967 et les
règles techniques de bâtiment T.P.
8 - L'arrêté Nº 127-63 du 15 Mars 1963 du Ministère des travaux publics et communications,
portant règlement sur les conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les
distributions d'énergie.
9- Aux règlements locaux concernant l'alimentation en eau et en électricité des immeubles.
10- La circulaire Nº6011 T.P du 12 mars relative à l'application de la taxe sur le chiffre
d'affaire.
11 - Pour agglos de ciment ; P.N.M 10.01.S.016 : blocs en béton de ciment pour mûrs et
cloisons.
ARTICLE 4 : DELAI D’APPROBATION DU MARCHE:

L’entrepreneur titulaire du présent marché ne sera libre de renoncer à son entreprise que si
l’approbation de son marché ne lui est notifiée dans un délai de (75 jours) soixante quinze
jours à compter de la date de l’ouverture des plis. Les conditions de prorogation de ce délai
sont fixées par les dispositions du décret n°2.12.349 du 08 Joumada premier 1434 (20 mars
2013) relatif aux marchés publics.

ARTICLE 5 : DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR :

L'entrepreneur est tenu d'élire domicile au Maroc qu'il doit indiquer dans l'acte
d'engagement ou le faire connaître au maître d'ouvrage dans le délai de quinze (15)
jours à partir de la notification, qui lui est faite, de l'approbation de son marché en
application des dispositions de l'article 153 du décret n° 2-12-349 précité.
Faute par lui d'avoir satisfait à cette obligation, toutes les notifications qui se
rapportent au marché sont valables lorsqu'elles ont été faites au siège de l'entreprise dont
l'adresse est indiquée dans le cahier des prescriptions spéciales.
2- En cas de changement de domicile, l'entrepreneur est tenu d'en aviser le maître
d'ouvrage, par lettre recommandée avec accusé de réception, dans les quinze (15) jours
suivant la date d'intervention de ce changement.

ARTICLE 6 : DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT:

L'entrepreneur acquitte les droits de timbre dus au titre du marché conformément à la


législation en vigueur
ARTICLE 7 : CAUTIONNEMENTS
Le cautionnement provisoire est fixé à la somme de dix mille Dirhams (15 000.00 dhs),
Le cautionnement provisoire reste acquis au maitre d’ouvrage, dans les cas suivants :
- si le concurrent retire son offre pendant le délai de validité des offres prévu par le
décret n° 2-12-349 précité;
- si l'attributaire refuse de signer le marché ;
-si le titulaire refuse de recevoir l'approbation du marché qui lui est notifiée dans le
délai fixé par l'article 153 du décret n° 2-12-349 précité
-si l'entrepreneur ne constitue pas le cautionnement définitif dans le délai prévu au
paragraphe 4 de l'article 15 du CCAGT
Le cautionnement provisoire est restitué à l'entrepreneur ou la caution qui en tient lieu
est libérée après que ce dernier ait réalisé le cautionnement définitif
Le cautionnement définitif est fixé à trois pour cent (3%) du montant initial du marché
arrondi au dirham supérieur

5
Le cautionnement définitif doit être constitué dans les vingts (20) jours qui suivent la
notification de l'approbation du marché. Il reste affecté à la garantie des engagements
contractuels de l'entrepreneur jusqu'à la réception définitive des travaux
En cas de groupement, le cautionnement définitif doit être constitué dans les conditions
prévues au paragraphe C de l'article 157 du décret n° 2-12-349 précité
Le cautionnement définitif est restitué, sauf les cas d'application de l'article 79 du CCAGT,
et le paiement de la retenue de garantie est effectué, ou bien les cautions qui les remplacent
sont libérées à la suite d'une mainlevée délivrée par le maître d'ouvrage, dès la signature du
procès-verbal de la réception définitive des travaux
Les cautionnements et la retenue de garantie peuvent être remplacés par des cautions
personnelles et solidaires s'engageant avec l'entrepreneur à verser au maitre d’ouvrage,
jusqu'à concurrence des garanties stipulées au cahier des prescriptions spéciales, les
sommes dont il viendrait à être reconnu débiteur à l'occasion du marché conclu.
Les cautions personnelles et solidaires doivent être choisies parmi les établissements
agréés à cet effet conformément à la législation en vigueur.
Dans le cas où l'agrément donné auxdits établissements habilités à se porter caution
viendrait à être retiré, l'entrepreneur, sans pouvoir prétendre de ce chef à aucune indemnité,
est tenu, dans les vingts (20) jours qui suivent la notification qui lui est faite du retrait de
l'agrément et de la mise en demeure qui l'accompagne, soit de réaliser le cautionnement
définitif, soit de constituer une autre caution choisie parmi les autres établissements agréés.
Faute par lui de ce faire, il est fait d'office, sur les décomptes des sommes dues à
l'entrepreneur, une retenue égale au montant du cautionnement définitif, sans préjudice des
droits à exercer contre lui en cas d'insuffisance.

ARTICLE 8 : VALIDITE DU MARCHE - DELAI D’EXECUTION - PENALITES POUR


RETARD

Validité du Bon de command :

Le présent marché ne sera valable, définitif et exécutoire qu’après son approbation


par l’autorité compétente et notification de son approbation par Monsieur le Président
du conseil provincial de Taourirt à l’entrepreneur

Délai d’exécution :

Le délai d'exécution global contractuel est le délai prévu pour l'exécution de toutes les
prestations objet du marché. Il correspond à la période comprise entre la date de
commencement de l'exécution fixée par ordre de service et la date d'expiration du délai
prévu contractuellement
Le délai d'exécution des travaux s'applique à l'achèvement de tous les travaux prévus
incombant à l'entrepreneur, y compris, le repliement des installations de chantier et la
remise en état des terrains et des lieux.
L’entrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires en moyens humains et matériels
adaptés aux conditions de travail pour terminer les travaux du présent marché dans un
délai de Trois (04) mois
Le délai d'exécution sus visé court à partir de la date prévue par l'ordre de service
prescrivant le commencement de l'exécution des travaux
il est compté de quantième du mois de début au quantième du dernier mois. S'il
n'existe pas de quantième correspondant dans le mois où se termine ce délai, celui-ci
expire à la fin du dernier jour du mois.

6
Le délai est prolongé jusqu'à la fin du premier jour ouvrable qui suit, lorsque le
dernier jour d'un délai est un jour déclaré férié ou chômé.
Tout délai imparti par le marché au maître d'ouvrage ou à l'entrepreneur commence à
courir le lendemain du jour où s'est produit l'acte ou le fait générateur dudit délai à zéro
heure.
Pénalités pour retard:

En cas de retard dans l'exécution des travaux, il est appliqué une pénalité par jour
calendaire de retard à l'encontre de l'entrepreneur si le retard affecte le délai global du
marché,
Le montant de cette pénalité est fixée à un pour mille (l /1000) du montant du initial marché
éventuellement majoré par les montants correspondants aux travaux supplémentaires et à
l'augmentation dans la masse des travaux
En cas de retard dans l'exécution des travaux d'une tranche ou d'une partie
d'ouvrage pour laquelle un délai d'exécution partiel ou une date limite a été fixé,
Les pénalités sont encourues du simple fait de la constatation du retard par le
maître d'ouvrage qui, sans préjudice de toute autre méthode de recouvrement, déduit
d'office le montant de ces pénalités de toutes les sommes dont l'entrepreneur est redevable.
L'application de ces pénalités ne libère en rien l'entrepreneur de l'ensemble des autres
obligations et responsabilités qu'il a souscrites au titre du marché.
Dans le cas de résiliation suite à la défaillance de l'entrepreneur, les pénalités
sont appliquées jusqu'au jour de la signature de la décision de résiliation par l'autorité
compétente. Dans le cas de résiliation de plein droit, les pénalités sont appliquées jusqu'au
jour de la date d'effet de la résiliation.
Les journées de repos hebdomadaire ainsi que les jours fériés ou chômés ne sont pas
déduits pour le calcul des montants des pénalités.
Le montant des pénalités est plafonné à huit pour cent (8%) du montant initial
du marché éventuellement majoré par les montants correspondants aux travaux
supplémentaires et à l'augmentation dans la masse des travaux.
Lorsque le plafond des pénalités est atteint, l'autorité compétente est en droit de
résilier le marché dans les conditions prévues par l'article 79 du CCAGT.
ARTICLE 9 : COMMENCEMENT DE L'EXECUTION DES TRAVAUX
Le commencement des travaux intervient sur ordre de service du maître d'ouvrage
donné dans un délai maximum de trente (30) jours qui suit la date de la notification de
l'approbation du marché, sauf application des stipulations des§ 3 et 4 de l'article 13 du
CCAGT et après constitution du cautionnement définitif.
L'entrepreneur doit commencer les travaux à la date fixée par l'ordre de service du maître
d'ouvrage qui ne peut, sauf cas d'urgence, être inférieure à dix (1O) jours à compter de la
date de notification de l'ordre de service prescrivant le commencement des travaux.

L'ordre de service notifiant l'approbation du marché peut également prescrire le


commencement de l'exécution des travaux dans le respect du délai de dix (IO) jours
précité.
Lorsque l'ordre de service de commencement des travaux n'est pas notifié à
l'entrepreneur dans le délai prévu au 2'""' paragraphe du présent article, l'entrepreneur a
droit à la résiliation du marché s'il la demande sous peine de forclusion dans les trente (30)
jours qui suivent l'expiration du délai de notification de l'ordre de service de
commencement des travaux

7
ARTICLE 10 : DELAI D’APPROBATION DU MARCHE:

L’approbation du présent marché est apposée par l’autorité compétente qu’après


expiration d’un délai de quinze (15) jours à compter de la date d'achèvement des travaux
de la commission d’ouverture des plis
L'approbation du présent marché sera notifiée à l'attributaire dans un délai maximum
de soixante-quinze (75) jours à compter de la date d’ouverture des plis. Les conditions de
prorogation de ce délai sont fixées par les dispositions du décret n°2.12.349 du 08
Joumada premier 1434 (20 mars 2013) relatif aux marchés publics.
ARTICLE 11 : DOMICILE DE L’ENTREPRENEUR :

L'entrepreneur est tenu d'élire domicile au Maroc qu'il doit indiquer dans l'acte
d'engagement ou le faire connaître au maître d'ouvrage dans le délai de quinze (15)
jours à partir de la notification, qui lui est faite, de l'approbation de son marché en
application des dispositions de l'article 153 du décret n° 2-12-349 précité.
Faute par lui d'avoir satisfait à cette obligation, toutes les notifications qui se
rapportent au marché sont valables lorsqu'elles ont été faites au siège de l'entreprise dont
l'adresse est indiquée dans le cahier des prescriptions spéciales.
2- En cas de changement de domicile, l'entrepreneur est tenu d'en aviser le maître
d'ouvrage, par lettre recommandée avec accusé de réception, dans les quinze (15) jours
suivant la date d'intervention de ce changement.

ARTICLE 12 : DROITS DE TIMBRE ET D’ENREGISTREMENT:

L'entrepreneur acquitte les droits de timbre dus au titre du marché conformément à la


législation en vigueur

ARTICLE 13 : SOUS TRAITANCE :

Au titre du présent marché il est fait application le cas échéant de l’article 158 du décret n°
2-12.349 du 8 joumada I 1434 (20 Mars 2013) relatif aux marchés publics. Fixant les
conditions et les formes de passation des marchés de l’état ainsi que certaines règles
relatives à leurs gestions et à leur contrôle..

ARTICLE 14 : NANTISSEMENT-PIECES A DELIVRER A L'ENTREPRENEUR :

A) Nantissement
Dans l’éventualité d’une affectation en nantissement du marché, il est précisé que :
1 - La liquidation des sommes dues en exécution du marché sera opérée par les soins de
Monsieur le Président du conseil provincial de Taourirt.
2 - Le responsable chargé de fournir au titulaire du marché ainsi qu’aux bénéficiaires des
nantissements ou subrogations, les renseignements et états prévus au Dahir n°1.15.05 du 29
rabia II 1436 (19 Février 2015) portant promulgation de la loi n° 112-13 relative au
nantissement des marchés publics , est Monsieur le Monsieur le Président du conseil
provincial de Taourirt.
3 - Les paiements prévus au marché seront effectués par Monsieur le
percepteur de la perception de Taourirt, seul qualifié pour recevoir les significations des
créanciers du titulaire du marché.
B) Pièces à délivrer à l'entrepreneur -
Le maître d'ouvrage remet gratuitement à l'entrepreneur par ordre de service, contre
décharge, un exemplaire vérifié et certifié conforme de l'acte d'engagement, du cahier des
prescriptions spéciales et du Bordereau des prix détail estimatif, et ce dans un délai

8
maximum de cinq (5) jours ouvrables à compter de la date de notification de l'approbation
du marché.
L'entrepreneur est tenu de faire connaître au maître d'ouvrage ses observations
éventuelles sur les documents qui ont été mis à sa disposition et ce dans un délai
maximum de quinze (15) jours à compter de la date de remise de ces documents.
Passé ce délai, l'entrepreneur est réputé avoir vérifié la conformité desdits documents par
rapport à ceux qui ont servi de base à la passation du marché et qui sont conservés par le
maître d'ouvrage pour servir à la réception des travaux
En application de l'article 4 de la loi précitée n° 112-13 relative au nantissement des
marchés publics, le maître d'ouvrage délivre à l'entrepreneur, sur sa demande et contre
récépissé, un exemplaire spécial du marché portant la mention« exemplaire unique» destiné
à former titre
Les frais de timbre de l’exemplaire remis à l’entrepreneur, ainsi que les frais de l’original,
conservé par l’Administration sont à la charge de l’entrepreneur.

ARTICLE 15 : ASSURANCE ET RESPONSABILITE

Avant tout commencement des travaux, l'entrepreneur doit adresser au Maître


d'ouvrage, une ou plusieurs attestations délivrées par un ou plusieurs établissements
agréés à cet effet justifiant la souscription d'une ou de plusieurs polices d'assurances
pour couvrir les risques inhérents à l'exécution du marché et précisant leurs dates de
validité, à savoir ceux se rapportant :
a) aux véhicules automobiles et engins utilisés sur le chantier qui doivent être
assurés conformément à la législation et à la réglementation en vigueur ;
b) aux accidents de travail pouvant survenir au personnel de l'entrepreneur qui doit
être couvert par une assurance conformément à la législation et à la réglementation en
vigueur.
Le maître d'ouvrage ne peut être tenu pour responsable des dommages ou
indemnités légales à payer en cas d'accidents survenus aux ouvriers ou employés de
l'entrepreneur ou de ses sous-traitants. A ce titre, les dommages intérêts ou indemnités
contre toute réclamation, plainte, poursuite, frais, charge et dépense de toute nature,
relatifs à ces accidents sont à la charge de l'entrepreneur.
L'entrepreneur est tenu d'informer par écrit le maître d'ouvrage de tout accident
survenu sur son chantier et le consigner sur le cahier de chantier.
B) à la responsabilité civile incombant tel qu’elle est définie par le CCAGT
Lorsque l'ordre de service notifiant l'approbation du marché à l'entrepreneur prescrit
également le commencement des travaux, le démarrage ne doit avoir lieu que si
l'entrepreneur a produit les attestations d'assurances prévues au paragraphe 1 du présent
article.
L'entrepreneur est tenu de renouveler les assurances prévues au paragraphe 1 du
présent article de manière à ce que la période d'exécution des travaux soit constamment
couverte par les assurances prévues par le marché.
L'entrepreneur est tenu de présenter au maître d'ouvrage, la justification du
renouvellement des assurances prévues ci dessus.

9
Aucune modification concernant les polices d'assurance ne peut être introduite sans l'accord
préalable écrit du maître d'ouvrage
ARTICLE 16:PRESENCE DE L'ENTREPRENEUR SUR LES LIEUX DES TRAVAUX

Pendant la durée des travaux, l'entrepreneur doit être présent en permanence sur le
lieu d'exécution des travaux ou se faire représenter par un de ses collaborateurs désigné
par lui et accepté par le maître d'ouvrage.
Ce représentant doit disposer des pouvoirs nécessaires pour assurer l'exécution des
travaux objet du marché et prendre les décisions nécessaires de manière qu'aucune
opération ne puisse être retardée ou suspendue en raison de l'absence de l'entrepreneur.
A cet effet, l'entrepreneur adresse au maître d'ouvrage, avant le commencement de
l'exécution des travaux, une demande écrite en vue de l'acceptation de son représentant.
Cette demande doit contenir toutes les références concernant ce représentant et faire
connaître exactement l'étendue des pouvoirs qui lui sont conférés par l'entrepreneur au
point de vue tant de la conduite des travaux que du règlement des comptes. Cette
demande doit être consignée au registre du marché ainsi que la réponse du maître
d'ouvrage qui lui a été réservée.
Le silence du maître d'ouvrage au-delà de l'expiration de dix (10) jours après la
réception de la demande équivaut à l'acceptation du représentant proposé.
L'entrepreneur ou son représentant est tenu de répondre aux convocations qui lui
sont adressées pour se rendre soit dans les bureaux du maître d'ouvrage soit sur les lieux
des travaux, toutes les fois qu'il en est requis. Des procès verbaux écrits doivent être établis
à l'issue de chaque réunion ou de visite de chantier, effectués en présence de l'entrepreneur
ou son représentant.
Ces procès-verbaux doivent enregistrer toutes les observations formulées par les
participants aux réunions et visites et être signés par chacun d'eux. lis sont consignés dans
le cahier du chantier.

ARTICLE 17 :CHOIX DES COLLABORATEURS DE L'ENTREPRENEUR


L'entrepreneur doit prendre des collaborateurs qualifiés pour l'exécution des
travaux.
Le maître d'ouvrage a le droit d'exiger de l'entrepreneur le changement de ses
collaborateurs pour incapacité professionnelle ou défaut de probité.
L'entrepreneur demeure responsable des fraudes ou malfaçons qui seraient
commises par ses collaborateurs dans l'exécution des travaux.

ARTICLE 18 :PROTECTION DES EMPLOYES DE L'ENTREPRENEUR


L'entrepreneur ainsi que ses sous-traitants sont soumis aux obligations prévues par les lois
et règlements en vigueur régissant notamment :

 le recrutement et le paiement des ouvriers ;


 les droits sociaux, l'hygiène, la sécurité des ouvriers et la couverture des accidents
de travail ;

 la couverture médicale de son personnel ;

ARTICLE 19 : REVISION DES PRIX :

En application des dispositions de l’article 12 du décret n° 2-12.349 du 8 joumada I 1434 ( 20


Mars 2013) relatif aux marchés publics, les prix sont révisables.
10
La formule de révision des prix qui sera appliquée suivant les dispositions de la circulaire
N° 123/4013 du 23 Mars 1987 du Ministère de l’Equipement de la Formation Professionnelle
et de la Formation des Cadres est la suivante :
Conduites en Polyéthylène :
P/Po = 0,15 + 0,20 S (1+ChTp)/So (1+ChTpo) + 0,45 Pe/Peo + 0,05 Mtn/Mtno + 0,15
Mc11/Mc11o.
P, Etant les montants des travaux révisés hors taxe
Po, Etant les montants initiaux hors taxe de ces mêmes prestations
Index simples :
S : Index salaires « proportion moyenne de Manoeuvres payés au SMIG » à la date
d’exigibilité de la révision ;
S0 : Index salaires « proportion moyenne de Manoeuvres payés au SMIG » relatif à la
prestation considérée au mois de la date limite de remise des offres ;
ChTp : Index charges sociales pour marchés de travaux publics à la date d’exigibilité de la
révision ;
ChTp0 : Index charges sociales pour marchés de travaux publics » relatif à la prestation
considérée au mois de la date limite de remise des offres ;
Pe : Index pour polyéthylène à la date d’exigibilité de la révision ;
Pe0 : Index pour polyéthylène » relatif à la prestation considérée au mois de la date limite de
remise des offres ;
Mtn : index transports privés par route à la date d’exigibilité de la révision ;
Mtn0: index transports privés par route » relatif à la prestation considérée au mois de la date
limite de remise des offres ;
Mc11 : Index matériel pour travaux de canalisations à la date d’exigibilité de la révision ;
Mc110 : Index matériel pour travaux de canalisations relatif à la prestation considérée au
mois de la date limite de remise des offres ;

ARTICLE 20 : CARACTERE GENERAL DES PRIX :


1- Les prix du marché comprennent toutes les dépenses résultant de l'exécution des
travaux y compris tous les droits, impôts, taxes, frais généraux, faux frais et assurent à
l'entrepreneur une marge pour bénéfice et risques.
2- Ces prix comprennent également les dépenses et marges relatives :
- à la construction et à l'entretien des moyens d'accès et des chemins de service
nécessaires pour les parties communes du chantier ;
- à l'établissement, au fonctionnement et à l'entretien des clôtures, des dispositifs de
sécurité et installations d'hygiène intéressant les parties communes du chantier ;
- au gardiennage, à l'éclairage et au nettoyage des parties communes du chantier
ainsi qu'à leur signalisation extérieure ;
- à l'installation et à l'entretien du bureau mis à la disposition du maître d'ouvrage
si le cahier des prescriptions spéciales le prévoit.
3- Dans le cas ou le titulaire du présent marché est un groupement, les prix
afférents sont réputés comprendre outre les prix prévus aux paragraphes I et 2 du
présent article, les dépenses et marges de chaque membre du groupement y compris
éventuellement les charges qu'il peut être appelé à rembourser au mandataire ainsi que
les dépenses relatives :
- aux mesures propres à pallier d'éventuelles défaillances des autres membres du

11
groupement et les conséquences de ces défaillances ;
-et à toute autres sujétion induite par le fait du groupement

ARTICLE 21 : ATTACHEMENTS:

L'attachement est le relevé des travaux effectués par l'entrepreneur. C'est un document qui
constate l'exécution des travaux. Il sert de base à l'établissement des décomptes.
Les attachements comprennent, s'il y a lieu, pour chaque ouvrage et partie d'ouvrage
les numéros de poste du bordereau des prix-détail estimatif. Ils sont décomposés en trois
parties : travaux terminés, travaux non terminés et approvisionnements. Ils mentionnent
sommairement à titre de récapitulation les travaux terminés des attachements précédents.
Lorsque les ouvrages seront ultérieurement cachés ou inaccessibles et que les quantités
exécutées y afférentes ne seront plus susceptibles de vérifications, l'entrepreneur doit en
assurer le relevé contradictoirement avec l'agent chargé du suivi de l'exécution du marché et
le maître d'œuvre le cas échéant.
Les attachements sont établis par l'entrepreneur au fur et à mesure de l'avancement des
travaux et au moins à la fin de chaque mois au plus tard, à partir des constatations faites sur
le chantier, des éléments qualitatifs et quantitatifs relatifs aux travaux exécutés et des
approvisionnements réalisés.
Les attachements sont remis contre accusé de réception, au maître d'ouvrage , qui les
fait vérifier et signer par l'agent chargé du suivi de l'exécution du marché et par le maître
d'œuvre le cas échéant, et y apporte les rectifications qu'il juge nécessaires et ce, dans un
délai de quinze (15) jours. L'entrepreneur doit alors, dans un délai de quinze (15) jours
renvoyer les attachements rectifiés revêtus de son acceptation ou formuler par écrit ses
observations. Passé ce délai, ces attachements rectifiés sont censés être acceptés par
l'entrepreneur.
Si l'entrepreneur n'accepte pas les rectifications ou les accepte avec réserves, il est
dressé procès-verbal de carence par l'agent chargé du suivi de l'exécution du marché. Ce
procès verbal qui relate les circonstances du refus ou des réserves relevées par
l'entrepreneur est annexé aux attachements. Le décompte provisoire correspondant est
alors établi sur la base des attachements tels que validés par le maître d'ouvrage.
Toutefois, pour la partie des attachements contestée, l'entrepreneur peut faire
application de l'article 81 du CCAGT.
Le maître d'ouvrage doit faire connaître par écrit son accord à l'entrepreneur dans un
délai maximum de trente (30) jours à compter de la date de la remise des attachements ou
présenter, le cas échéant, contre accusé de réception, les attachements rectifiés. Les
rectifications demandées par le maître d'ouvrage doivent faire l'objet d'un seul envoi.
Passé ce délai, ces attachements sont réputés être acceptés par le maître d'ouvrage et
la constatation du service fait prend effet à compter du lendemain de l'expiration du délai
de trente (30) jours précité.
La date de signature des attachements par l'agent chargé du suivi de l'exécution du
marché et par le maître d'œuvre le cas échéant, vaut date de constatation du service fait,
sous réserve des stipulations du paragraphe 3 de l’article 61 du CCAGT.
Une copie des attachements dûment signés est transmise à l'entrepreneur par le maître
d'ouvrage

ARTICLE 22 :.CESSION DU MARCHE


La cession du marché est interdite sauf dans les cas de cession de la totalité ou
d'une partie du patrimoine de l'entrepreneur à l'occasion d'une fusion ou d'une
scission. Dans ces cas le marché ne peut être cédé que sur autorisation expresse de
l'autorité compétente. Sur la base de cette autorisation, un avenant doit être conclu

12
Les cessionnaires doivent satisfaire aux conditions requises des concurrents prévues à
l'article 24 du décret n° 2-12-349 précité
ARTICLE 23 : PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT
L'entrepreneur prend les mesures permettant de maîtriser les éléments susceptibles
de porter atteinte à l'environnement, notamment les déchets produits en cours
d'exécution des travaux, les émissions de poussières, les fumées, les émanations de
produits polluants, le bruit, les impacts sur la faune et sur la flore, la pollution des eaux
superficielles et souterraines, et de garantir la sécurité et la santé des personnes ainsi que
la préservation du voisinage.

ARTICLE 24 : SOINS, SECOURS AUX OUVRIERS ET EMPLOYES


L'entrepreneur est tenu d'organiser le service médical de ses chantiers
conformément aux textes en vigueur et d'assurer, à ses frais, les soins médicaux et les
fournitures pharmaceutiques aux ouvriers et employés victimes d'accidents ou de
maladies survenues du fait des travaux.
L'entrepreneur doit prendre à ses frais toutes les mesures indiquées par les services
compétents, pour assurer la salubrité de ses chantiers, y prévenir les épidémies et,
notamment, faire pratiquer des vaccinations, apporter à ses installations et campements les
modifications ordonnées à des fins d'hygiène
Lorsque l'entrepreneur ne se conforme pas aux prescriptions des ordres de service qui
lui sont notifiés pour l'application des mesures prévues par le présent article, le maître
d'ouvrage doit ordonner l'arrêt du chantier s'il considère que les mesures prises sont
insuffisantes pour assurer la sécurité en général et une bonne protection du personnel du
chantier ou des tiers en particulier. La période d'interruption qui en découle sera comprise
dans le délai contractuel et donnera lieu, le cas échéant, à l'application des pénalités pour
retard, prévues à l'article 65 du CCAGT

ARTICLE 25 :DECOUVERTES EN COURS DE TRAVAUX

En cas de découverte d'objets d'art, d'antiquité, d'histoire naturelle, de


numismatique ou tous autres objets offrant un intérêt scientifique, artistique,
archéologique ou historique de même que les objets rares ou en matière précieuse,
trouvés dans les fouilles ou lors des démolitions effectuées dans les terrains appartenant
au maître d'ouvrage, l'entrepreneur doit le signaler sur le champ au maître d'ouvrage et
en faire la déclaration aux autorités concernées de la localité où cette découverte a été
faite.
Ces découvertes sont la propriété de l'Etat.
Sans préjudice des dispositions législatives ou réglementaires en vigueur,
l'entrepreneur ne doit pas déplacer ces découvertes sans autorisation préalable du maître
d'ouvrage. Il doit mettre en lieu sûr celles qui auraient été détachées fortuitement du sol
ou des fouilles.
Si le maître d'ouvrage demande à l'entrepreneur d'extraire lesdites découvertes ou
de les conserver avec des soins particuliers ou si elles entraînent pour l'entrepreneur des
sujétions d'exécution, il a droit à être indemnisé pour le préjudice subi dûment justifié.
En cas de découverte de restes humains, l'entrepreneur informe immédiatement le
maître d'ouvrage et les autorités concernées de la localité où cette découverte a été faite.
L'entrepreneur ne doit extraire aucun objet ou matériau provenant des ruines ou
tombes, sans avoir reçu au préalable l'autorisation écrite du maître d'ouvrage.
ARTICLE 26 : MODE DE REGLEMENT :

13
Les paiements se feront sur décomptes établis mensuellement sur présentation des titres
justificatifs des travaux effectués sous forme d’attachement
Le décompte est établi en appliquant aux quantités d'ouvrages réellement exécutées
et régulièrement constatées, les prix unitaires du bordereau des prix-détail estimatif,
en tenant compte , s'il y a lieu, du montant résultant de la révision des prix.
L'entrepreneur ne peut en aucun cas, invoquer en sa faveur les us et coutumes pour les
comptages, mesurages et pesages
ARTICLE 27 : DECOMPTES PROVISOIRES
1- L'agent chargé du suivi de l'exécution du marché dresse chaque fois qu'il est
nécessaire et au moins une fois par mois, à partir des attachements, un décompte
provisoire, qu'il soumet à la vérification du maître d'œuvre , le cas échéant, et à la
signature du maître d'ouvrage indiquant la date d'acceptation des attachements telle
que prévue à l'article 61 ci-dessus et servant de base aux versements d'acomptes à
l'entrepreneur.
2- Une copie de ce décompte est communiquée à l'entrepreneur dans un délai
n'excédant pas dix (10) jours à partir de la date de sa signature par le maître d'ouvrage.
3- En attendant l'approbation du décompte définitif, le dernier décompte
provisoire établi sur la base des attachements et les éléments acceptés par le maître
d'ouvrage et l'entrepreneur, doit lui être réglé.
4- En cas d'omission ou d'erreurs sur les éléments constituant le dernier décompte
provisoire, un décompte provisoire rectificatif est établi pour tenir compte des omissions
ou des erreurs précitées.
ARTICLE 28 : DECOMPTE DEFINITIF- DECOMPTES PARTIELS DEFINITIFS -
DECOMPTE GENERAL DEFINITIF
Le décompte définitif est un document contractuel établissant le montant total résultant
de l'exécution du marché. Il récapitule en détail l'ensemble des éléments pris en compte
pour le règlement définitif du marché, à savoir la nature et les quantités d'ouvrages
exécutées dont le métré est arrêté définitivement et les prix qui leur sont appliqués ainsi
que, le cas échéant, les autres éléments pris en compte pour le règlement définitif du
marché tels que les montants résultant de la révision des prix, les indemnités accordées, les
pénalités encourues, les intérêts moratoires, les réfactions, et toute autre retenue. Il est
établi lorsque le marché ayant fait l'objet d'une seule réception provisoire des travaux.
Le décompte partiel définitif est un décompte définitif qui concerne les travaux
d'une partie d'ouvrage réceptionnée partiellement. Il est établi lorsque le maître
d'ouvrage use du droit de prendre possession de certaines parties d'ouvrages avant
l'achèvement complet des travaux, cette prise de possession est précédée d'une réception
provisoire partielle.
Le décompte général définitif est un récapitulatif des décomptes partiels définitifs.
Le décompte définitif, les décomptes partiels définitifs ainsi que le décompte
général définitif sont établis par l'agent chargé du suivi de l'exécution du marché et
signés par le maître d'ouvrage. Ils doivent comporter la signature de l'architecte et/ou de
l'ingénieur spécialisé lorsque le recours à ces derniers est requis.
L'entrepreneur est invité par le maître d'ouvrage, par un ordre de service, à venir
dans ses bureaux pour prendre connaissance, selon le cas, du décompte définitif, des
décomptes partiels définitifs ou du décompte général définitif, et à signer ceux-ci pour
acceptation. Cet ordre de service lui est notifié dans un délai maximum d'un (1) mois à
partir de la date de réception provisoire ou de la réception provisoire partielle ou de la
dernière réception provisoire partielle.
L'acceptation <lesdits décomptes par l'entrepreneur et leur approbation par
l'autorité compétente lient le maître d'ouvrage et l'entrepreneur définitivement pour
14
l'ensemble des éléments pris en compte pour le règlement définitif du marché.
Si l'entrepreneur ne défère pas à l'ordre de service prévu au paragraphe 3 du
présent article ou refuse de signer lesdits décomptes, le maître d'ouvrage dresse un procès-
verbal relatant les conditions de présentation de ces décomptes et les circonstances ayant
accompagné cette présentation et dans ce cas, aucune réclamation n'est recevable.
Si l'entrepreneur signe lesdits décomptes en faisant des réserves, il doit, par écrit,
adresser au maître d'ouvrage un mémoire de réclamation exposant en détail les motifs de
ses réserves et précisant le montant correspondant et ce dans un délai de trente (30) jours à
compter de la date de la signature du décompte définitif avec réserve. Il est alors fait
application de l'article 81 du CCAGT.
Passé ce délai, le décompte est censé être accepté par l'entrepreneur et un procès-
verbal est établi par le maître d'ouvrage à cet effet.
Si le bienfondé des réserves de l'entrepreneur est avéré par le maître d'ouvrage
ou par l'autorité compétente tel que prévu par l'article 81 ci-dessous, un décompte définitif
rectificatif est établi sur la base des montants acceptés.
Une copie desdits décomptes est communiquée à l'entrepreneur dans un délai
n'excédant pas dix (10) jours à partir de la date de sa signature par le maître d'ouvrage

ARTICLE 29 : RETARD DANS LE REGLEMENT DES SOMMES DUES


Le retard dans le règlement des sommes dues ouvre droit à l'entrepreneur à des
intérêts moratoires, à l'ajournement des travaux et à la résiliation du marché dans les
conditions ci-après.
A- Droit aux intérêts moratoires
En cas de retard dans le règlement des sommes dues à l'entrepreneur, des intérêts
moratoires lui sont payés conformément à la réglementation en vigueur.
B - Droit à l'ajournement des travaux
Lorsque le retard dans le règlement des sommes dues au titre du marché dépasse
quatre (4) mois à compter de la date de signature des attachements par l'agent chargé du
suivi de l'exécution du marché et/ou par le maître d'œuvre le cas échéant, l'entrepreneur a
droit, en plus des intérêts moratoires, à l'ajournement s'il le demande.
Dans ce cas, le maître d'ouvrage procède à la notification à l'entrepreneur d e l'ordre
de service prescrivant l'ajournement de l'exécution des travaux sollicité. Le paiement de
l'acompte en retard donne lieu à l'établissement d'un ordre de service de reprise de
l'exécution des travaux.
C - Droit à la résiliation du marché
Lorsque le retard dans le règlement des sommes dues au titre du présent marché dépasse
huit (08) mois, l'entrepreneur peut, en plus du droit aux intérêts moratoires, demander au
maître d'ouvrage de procéder à la résiliation du marché. Dans ce cas, l'autorité compétente
procède immédiatement à la résiliation du marché. sans accorder à l'entrepreneur aucune
autre indemnité.
ARTICLE 30 : DEPENSES MISES A LA CHARGE DE L'ENTREPRENEUR
Lorsqu'il est décidé, en vertu des stipulations du CCAGT, de faire exécuter des prestations
aux frais et risques de l'entrepreneur, les dépenses correspondantes sont prélevées sur les
sommes qui peuvent lui être dues et sont précomptées sur le décompte du mois de leur
réalisation. En cas de leur insuffisance, elles sont prélevées sur son cautionnement et sur la
retenue de garantie et, le cas échéant, elles sont récupérées par tout moyen de recouvrement
suite à des ordres de recette conformément à la législation en vigueur

15
ARTICLE 31 : RETENUE DE GARANTIE –DELAI DE GARANTIE :

A-Retenue de garantie :
Une retenue de garantie est prélevée sur les acomptes délivrés à l'entrepreneur et ce dans
les conditions prévues par l'article 64 du CCAGT
Le paiement des acomptes s'effectue au même rythme celui fixé pour l'établissement des
décomptes provisoires sauf retenue d’un dixième (01/10) pour garantie
La retenue de garantie cesse de croître lorsqu'elle atteint sept pour cent (7%) du montant
initial du marché augmenté, le cas échéant, des montants des avenants.
Si la retenue de garantie est remplacée par une caution personnelle et solidaire, celle-ci
peut être constituée soit par tranches successives d'un montant égal à la valeur de la retenue
de garantie de chaque décompte, soit en totalité.
B- Délai de garantie
1- Le délai de garantie est égal à la durée comprise entre la réception provisoire et la
réception définitive des travaux. Pendant le délai de garantie, l'entrepreneur est tenu à
l'obligation de parfait achèvement indépendamment des obligations qui peuvent résulter
de l'application de l'article 78 du CCAGT
Le délai de garantie est de douze (12) mois à compter de la date du procès-verbal de
la réception provisoire des travaux,
2- Au titre de cette obligation de parfait achèvement, l'entrepreneur doit, à ses frais :

a) remédier à toutes les imperfections ou malfaçons signalées par le maître


d'ouvrage ;
3- procéder, le cas échéant, aux travaux confortatifs ou modificatifs jugés
nécessaires par le maître d'ouvrage et présentés par lui au cours de la période de
garantie.
4- Le maître d'ouvrage peut adresser à l'entrepreneur, à tout moment au cours du
délai de garantie, les listes détaillées des imperfections ou malfaçons relevées, à
l'exception de celles résultant de l'usure normale, d'un abus d'usage ou de dommages
causés par des tiers.
Les dépenses correspondant aux travaux prescrits par le maître d'ouvrage ayant pour
objet de remédier aux déficiences énoncées aux a) et b) de l'alinéa I du présent article ne sont
à la charge de l'entrepreneur que si la cause de ces déficiences lui est imputable.
Les imperfections ou les malfaçons constatées par le maître d'ouvrage durant le dernier
mois du délai de garantie doivent être réparées par l'entrepreneur dans un délai fixé par
ordre de service. Toutefois, le délai fixé à cet effet ne doit pas dépasser deux mois après
l'expiration du délai de garantie.
5- Si l'entrepreneur répare les imperfections et malfaçons relevées conformément
aux clauses du marché, la ou les personnes désignées par le maître d'ouvrage, après
vérification, prononcent la réception définitive des travaux.
Si à la fin dudit délai de garantie et sous réserve de l'application de l'alinéa 2 du
paragraphe 2 du présent article, l'entrepreneur n'a pas remédié aux imperfections ou
malfaçons, il est fait application des mesures prévues par l'article 79 du CCAGT.
6- L'obligation pour l'entrepreneur de réaliser les travaux de parfait achèvement à
ses frais ne s'étend pas aux travaux nécessaires pour remédier aux effets de l'usage ou de
l'usure normale, la propreté et l'entretien courant de l'ouvrage incombent au maître
d'ouvrage.
ARTICLE 32 : ORDRES DE SERVICE

16
L'ordre de service est un document émis par le maître d'ouvrage qui a pour objet de
notifier à l'entrepreneur des décisions ou des informations concernant le marché.
Les ordres de service sont établis en deux exemplaires et notifiés par courrier porté contre
récépissé ou par lettre recommandée avec accusé de réception à l'entrepreneur. Celui-ci
renvoie dans les trois (3) jours suivants, au maître d'ouvrage l'un des deux exemplaires
après l'avoir signé et y avoir porté la date à laquelle il l'a reçu ; à défaut, l'ordre de service est
réputé être reçu à la date de sa notification.
L'entrepreneur doit se conformer aux prescriptions des ordres de service qui lui sont
notifiés.
Lorsque l'entrepreneur estime que les prescriptions d'un ordre de service dépassent les
obligations découlant de son marché ou soulèvent de sa part des réserves, il doit retourner
au maître d'ouvrage un exemplaire de l'ordre de service signé sur lequel il indique la date et
la mention manuscrite « signé avec réserve ». Il doit, ensuite, expliciter ses
réserves ou ses observations par écrit au maître d'ouvrage, sous peine de forclusion, dans
un délai de dix (10) jours à compter de la date de notification de cet ordre de service.
L'entrepreneur suspend, sous sa responsabilité, l'exécution des prescriptions de l'ordre de
service à moins que le maître d'ouvrage lui ordonne de les exécuter par un autre ordre de
service qu'il doit lui adresser dans un délai maximum de sept (7) jours à compter de la date
de réception des explications sur les dites réserves ou observations de l'entrepreneur.

ARTICLE 33 : RECEPTION PROVISOIRE :

1- Les ouvrages ne sont réceptionnés qu'après avoir subi les contrôles de conformité
des travaux avec l'ensemble des obligations du marché et, en particulier, avec les
spécifications techniques.
La réception provisoire entraîne le transfert de la propriété et des risques au profit du maître
d'ouvrage et constitue le point de départ de l'obligation de garantie contractuelle
conformément aux stipulations de l'article 75 du CCAGT.
L'entrepreneur avise, par écrit, le maître d'ouvrage de l'achèvement des travaux.
Le maître d'ouvrage désigne la ou les personnes pour procéder aux opérations
préalables à la réception provisoire, en précisant la date prévue pour ces opérations, qui
doit se situer dans un délai maximum de dix (10) jours à compter de la réception de
l'avis mentionné ci-dessus. Il convoque à cet effet l'entrepreneur.
2- Les opérations préalables à la réception sont effectuées par la ou les personnes
désignées par le maître d'ouvrage en présence de l'entrepreneur. En cas d'absence de ce
dernier, il en est fait mention au procès-verbal qui lui est notifié.
Ces opérations doivent être réalisées et porter sur :
a) la reconnaissance des ouvrages exécutés ;
b) les épreuves éventuellement prévues par le cahier des prescriptions spéciales;
c) la constatation éventuelle de l'inexécution des prestations prévues au marché ;
d) la constatation éventuelle d'imperfections ou malfaçons;
e) la constatation du repliement des installations de chantier et de la remise en état
des terrains et des lieux, sauf stipulation différente du cahier des prescriptions spéciales ;
f) les constatations relatives à l'achèvement des travaux et à l'état du bon
fonctionnement des ouvrages et des installations, le cas échéant ;
g) le cas échéant, la remise au maître d'ouvrage des plans des ouvrages conformes à
l'exécution des travaux dans les conditions précisées au cahier des prescriptions
communes ou au cahier des prescriptions spéciales.

17
3-A l'issue de ces opérations préalables, trois situations peuvent se présenter :
a) les travaux sont conformes aux prescriptions du CPS, dans ce cas, la ou les
personnes désignées à cet effet par le maître d'ouvrage, déclarent la réception provisoire
des travaux qui prend effet à compter de la date de l'avis de l'entrepreneur pour
l'achèvement des travaux. Cette réception provisoire donne lieu à l'établissement d'un
procès-verbal, signé par la ou les personnes désignées et par l'entrepreneur dont copie est
remise à ce dernier.
b) s'il apparaît que certaines prestations prévues au marché comportent des
imperfections ou malfaçons, ou nécessitent des interventions pour leur parachèvement, la
ou les personnes désignées à cet effet établissent un rapport relatant les anomalies
constatées, qu'elles signent et transmettent au maître d'ouvrage. Ce dernier notifie à
l'entrepreneur par ordre de service les anomalies constatées. Il lui fixe à cet effet un délai,
en fonction de l'importance des anomalies relevées, pour y remédier.
Après avoir remédié aux anomalies constatées dans le délai fixé, l'entrepreneur avise, par
écrit, le maître d'ouvrage pour procéder à la réception provisoire des travaux. Ce dernier
dispose d'un délai de quinze (15) jours pour effectuer, par la ou les personnes désignées, les
vérifications nécessaires constatant la levée des anomalies indiquées dans le rapport précité.
En cas de levée des anomalies, la ou les personnes désignées, déclarent la réception
provisoire des travaux qui prend effet à compter de la date du dernier avis de
l'entrepreneur.
Dans le cas contraire, le maître d'ouvrage fait application des mesures coercitives prévues
à l'article 79 du CCAGT à l'encontre de l'entrepreneur.
s'il apparaît que certaines prestations prévues au marché comportent des anomalies
mineures qui ne mettent pas en cause la fonctionnalité des ouvrages, la ou les personnes
désignées prononcent la réception provisoire des travaux et établissent un rapport, relatant
les anomalies constatées, qu'elles signent et transmettent au maître d'ouvrage qui notifie à
l'entrepreneur par ordre de service lesdites anomalies. Il lui fixe un délai n'excédant pas un
mois pour remédier à ces anomalies, sous peine de faire application des mesures coercitives
prévues à l'article 79 du CCAGT à son encontre
Le délai se rapportant aux opérations préalables à la réception provisoire prévue par le
paragraphe 2 du présent article n'est pas pris en compte pour le calcul du délai d'exécution
contractuel
A l'issue de la réception provisoire des travaux, l'entrepreneur peut être autorisé par le
maître d'ouvrage à conserver sur le site du chantier jusqu'à la fin du délai de garantie, tous
les équipements, fournitures, matériels, matériaux et ouvrages provisoires dont il a besoin
pour remplir ses obligations au cours de la période de garantie
ARTICLE 34 : RECEPTION DEFINITIVE :

La réception définitive aura lieu 12 mois après réception provisoire des travaux
La réception définitive des travaux marque la fin de l'exécution du marché et libère
l'entrepreneur de tous ses engagements vis-à-vis du maître d'ouvrage.
L'entrepreneur demande, par écrit, vingt (20) jours au plus tard avant l'expiration du
délai de garantie prévu à l'article 75 du CCAGT, au maître d'ouvrage de procéder à la
réception définitive des travaux.
Le maître d'ouvrage désigne la ou les personnes pour procéder à la réception définitive au
plus tard dans les dix (10) jours qui suivent l'expiration du délai de garantie. Il convoque à
cet effet l'entrepreneur.
La réception définitive des travaux est prononcée si l'entrepreneur :
- A rempli à la date de la réception définitive toutes ses obligations vis-à-vis du maître
d'ouvrage ;
- A justifié du paiement des indemnités dont il serait redevable en application de la loi
n° 7-81 relative à l'expropriation pour cause d'utilité publique et à l'occupation

18
temporaire promulguée par le dahir n° 1-81-254 du 11 rejeb 1402 (6 mai 1982) à
raison des dommages causés à la propriété privée par l'exécution des travaux ;
- A effectivement remis les plans de récolement des ouvrages exécutés.
La réception définitive des travaux donne lieu à l'élaboration d'un procès-verbal signé par la
ou les personnes désignées par le maître d'ouvrage, par l'entrepreneur et le cas échéant par
le maître d'œuvre. Une copie dudit procès-verbal est remise à l'entrepreneur.
Dans ce cas, le montant de la retenue de garantie et le cautionnement définitif,
éventuellement constitués, sont restitués à l'entrepreneur dans les conditions prévues à
l'article 19 du CCAGT.
Si l'entrepreneur n'a pas rempli à la date de la réception définitive des travaux les
obligations prévues par le présent article, il est fait application des mesures prévues par
l'article 79 du CCAGT
ARTICLE 35 : RESPONSABILITE DE L'ENTREPRENEUR APRES LA RECEPTION
DEFINITIVE
Après la réception définitive des travaux, l'entrepreneur est dégagé de ses obligations
contractuelles vis-à-vis du maître d'ouvrage, à l'exception des garanties particulières
mentionnées au paragraphe B de l'article 75 du CCAGT.
La date de la réception définitive de l'ouvrage, le début de la période de garantie pour
responsabilité décennale de l'entrepreneur, définie par l'article 769 du dahir du 9 ramadan
1331 (12 août 1913) formant code des obligations et contrats.

ARTICLE 36 : PROPRIETE INDUSTRIELLE OU COMMERCIALE:

Du seul fait de la signature du marché, l'entrepreneur garantit le maître d'ouvrage


contre toutes les revendications concernant les fournitures ou matériaux, procédés et
moyens utilisés pour l'exécution des travaux et émanant des titulaires de brevets
d'invention, licences d'exploitation, dessins et modèles industriels, marques de fabrique de
commerce ou de service ou les schémas de configuration (topographie) de circuit intégré. Il
appartient à l'entrepreneur le cas échéant, d'obtenir les cessions, licences d'exploitation ou
autorisations nécessaires et de supporter la charge des frais et des redevances y afférentes.
En cas d'actions dirigées contre le maître d'ouvrage par des tiers titulaires de brevets,
licences, modèles, dessins, marques de fabrique de commerce ou de service, ou des schémas
de configuration utilisés par l'entrepreneur pour l'exécution des travaux, ce dernier doit
intervenir à l'instance et est tenu d'indemniser le maître d'ouvrage de tous dommages -
intérêts prononcés à son encontre ainsi que des frais supportés par lui.
Sous réserve des droits des tiers, le maître d'ouvrage a la possibilité de réparer lui-
même ou de faire réparer les appareils brevetés utilisés ou incorporés dans les travaux, au
mieux de ses intérêts.
Sauf autorisation expresse du maître d'ouvrage, l'entrepreneur s'interdit de faire usage
à d'autres fins que celles du marché des renseignements et documents qui lui sont fournis
par le maître d'ouvrage.
ARTICLE 37 : LES AVENANTS

1- le maître d'ouvrage et l'entrepreneur peuvent conclure des avenants dans les cas
suivants :
a) pour constater des modifications dans la personne du maître d'ouvrage, la
raison sociale ou la dénomination de l'entrepreneur et la domiciliation bancaire de
l'entrepreneur;
b) pour redresser des erreurs manifestes relevées dans les documents du
marché en cours d'exécution ;

19
c) en cas de cession du marché dans les conditions prévues par l'article 27 du
CCAGT ;
d) en cas de modifications des dimensions et dispositions des ouvrages
prévues au dernier alinéa de l'article 43 du CCAGT;
e) en cas de force de majeure pour prévoir un délai supplémentaire d'exécution
dans les conditions prévues par l'article 47 du CCAGT ;
f) en cas d'ajournement partiel de l'exécution prévu au§ 10 de ('article 48 du CCAGT ;
g) pour continuer l'exécution du marché par les héritiers ou les ayants droit en cas de
décès de l'entrepreneur lorsque le marché est confié à une ou à plusieurs personnes
physiques tel que prévu à l'article 50 du CCAGT;
h) pour l'exécution des ouvrages ou travaux supplémentaires tel que prévu à l'article 55
du CCAGT
i) en cas de changement de la provenance des matériaux tel que prévu à l'article 56 du
CCAGT ;
j) pour tenir compte des délais correspondant à l'augmentation dans la masse des
travaux tel que prévu à l'article 57 du CCAGT ;
k) en cas de diminution dans la masse des travaux de plus de vingt-cinq pour cent
(25 %) dans les conditions prévues par l'article 58 du CCAGT;
/) pour réviser les conditions des marchés-cadre ou des marchés reconductibles,
conformément aux articles 6 et 7 du décret n° 2-12-349 précité;
m) pour la désignation d'un nouveau mandataire du groupement en cas de
défaillance du mandataire initial conformément à l'article 80 du CCAGT;
n) pour constater des modifications affectant le comptable assignataire ou les
conditions de règlement du marché en application des dispositions de l'article 7 de la loin°
112-13 relative au nantissement des marchés publics promulguée par le dahir n° 1-15-05 du
29 rabii I 1436 (19 février 2015).
2- Les avenants ne sont valables et définitifs qu'après leur approbation par l'autorité
compétente.
j) Le maître d'ouvrage notifie copies des avenants à l'entrepreneur par ordre de service
ARTICLE 38 : CHARGES DU MAÎTRE D’OUVRAGE :
Le maître d’ouvrage se chargera de prévenir les autorités locales et d’aplanir les difficultés
pouvant surgir du fait des populations sauf faute caractérisée de la part de l’entrepreneur
qui prendra alors à sa charge la réparation de tout dégât causé aux tiers.
Le maître d’ouvrage ou son représentant implantera les ouvrages et indiquera les
emplacements successifs à l’entrepreneur. Il prendra à sa charge les autorisations
d’occupation temporaire des terrains et de leurs accès ainsi que les éventuelles
indemnisations aux divers propriétaires

ARTICLE 39 : FORCES MAJEURES :


En cas de survenance d'un événement de force majeure, l'entrepreneur a droit à une
augmentation raisonnable des délais d'exécution qui doit faire l'objet d'un avenant. Aucune
indemnité ne peut être accordée à l'entrepreneur pour perte totale ou partielle de son
matériel, les frais d'assurance de ce matériel étant réputés compris dans les prix du marché.
L'entrepreneur qui invoque le cas de force majeure devra aussitôt après l'apparition d'un tel
cas, et dans un délai maximum de sept (7) jours, adresser au maître d'ouvrage une

20
notification par lettre recommandée établissant les éléments constitutifs de la force majeure
et ses conséquences probables sur la réalisation du marché.
Dans tous les cas, l'entrepreneur doit prendre toutes dispositions utiles pour assurer, dans
les plus brefs délais, la reprise normale de l'exécution des obligations affectées par le cas de
force majeure.
Si, par la suite de cas de force majeure, l'entrepreneur ne peut plus exécuter les prestations
telles que prévues au marché pendant une période de trente (30) jours, il doit examiner dans
les plus brefs délais avec le maître d'ouvrage les incidences contractuelles <lesdits
événements sur l'exécution du marché, les délais et les obligations respectives de chacune
des parties.
Quand une situation de force majeure persiste pendant une période de soixante (60) jours au
moins, le marché peut être résilié à l'initiative du maître d'ouvrage ou à la demande de
l'entrepreneur.
ARTICLE 40 : LIAISONS ADMINISTRATIVES ET TECHNIQUES :
Les liaisons administratives seront effectuées avec le Maître d’Ouvrage ou son
suppléant.
Les liaisons techniques seront effectuées avec le Maître d’Ouvrage qui sera assisté par
l’ingénieur de l’ABHM ou son représentant et l’agent chargé du suivi des travaux du
présent marché.

ARTICLE 41 : DIMENSIONS ET DISPOSITIONS DES OUVRAGES


L'entrepreneur ne peut, de lui-même, apporter aucun changement aux stipulations
techniques prévues par le marché.
Sur injonction du maître d'ouvrage par ordre de service et dans le délai fixé par cet
ordre, il est tenu de reconstruire les ouvrages qui ne sont pas conformes aux stipulations
contractuelles.
Toutefois, si le maître d'ouvrage reconnaît que les changements techniques faits par
l'entrepreneur ne sont pas contraires aux régies de l'art, il peut les accepter et les
dispositions suivantes sont alors appliquées pour le règlement des prestations :
 si les dimensions ou les caractéristiques des ouvrages sont supérieures à celles que
prévoit le marché, les métrés restent fondés sur les dimensions et caractéristiques
prescrites par le marché et l'entrepreneur n'a droit à aucune augmentation de prix ;
 si elles sont inférieures, les métrés sont fondés sur les dimensions constatées des
ouvrages et à défaut de prix prévus au marché, ces derniers font l'objet d'une
nouvelle détermination par avenant
ARTICLE 42 : RECLAMATIONS ET LITIGES :
A- Réclamations
Lorsqu'un différend, de quelque nature que ce soit, survient lors de l'exécution du
marché, l'entrepreneur doit établir une réclamation décrivant le différend, les incidences sur
l'exécution du marché et le cas échéant les conséquences sur le délai d'exécution et sur les
prix à laquelle il joint un mémoire de ses revendications.
La réclamation est adressée au maître d'ouvrage par lettre recommandée avec accusé de
réception.
Le maître d'ouvrage fait connaître sa réponse dans le délai de trente (30) jours à partir
de la date de réception de la réclamation de ('entrepreneur.
Si la réponse du maître d'ouvrage satisfait l'entrepreneur, le différend est réglé.
Si le maître d'ouvrage ne répond pas dans le délai sus visé ou si l'entrepreneur n'est pas
satisfait de la réponse qui lui faite, celui-ci dispose d'un délai de trente (30) jours à compter
soit de la date de la réponse du maître d'ouvrage, soit le cas échéant de la date d'expiration
du délai prévu au paragraphe I du présent article, pour faire parvenir à l'autorité
compétente, par lettre recommandée avec accusé de réception, une réclamation et un
mémoire indiquant les motifs et le cas échéant, le montant de sa réclamation.

21
L'autorité compétente dispose d'un un délai de quarante-cinq (45) jours à
partir de l'accusé de réception de la réclamation de l'entrepreneur, pour répondre à ce
dernier.
Si la réponse de l'autorité compétente satisfait l'entrepreneur, le différend est réglé.
Dans le cas contraire ou en cas de silence de l'autorité compétente, le règlement du différend
relève alors des procédures prévues par les articles 82 et 83 du CCAGT
B- Recours à la médiation ou à l'arbitrage
Dans un délai de trente (30) jours à compter soit de la date de réponse de l'autorité
compétente, soit de la date d'expiration du délai de 45 jours prévu à l'article 81 du CCAGT,
le maître d'ouvrage et l'entrepreneur peuvent, d'un commun accord, recourir soit à la
médiation, soit à l'arbitrage et ce conformément aux dispositions du chapitre VIII du titre V
du code de procédure civile approuvé par le dahir portant loi n° 1-74-447 du Il ramadan
1394 (28 septembre 1974), tel qu'abrogé et remplacé par la loi n° 08-05 promulguée par le
dahir n° 1-07-169 du 19 kaada 1428 (30 novembre 2007
C-Recours juridictionnel
Dans le délai de soixante (60) jours à compter soit de la date de la réception de la réponse
de l'autorité compétente, soit de la date d'expiration du délai de quarante (45) jours prévu à
l'article 81 du CCAGT, l'entrepreneur peut porter le litige devant la juridiction
administrative compétente.
Passé ce délai, l'entrepreneur est réputé avoir accepté la décision de l'autorité compétente
et toute réclamation se trouve éteinte.
D- litiges en cas de groupement
Lorsque le marché est passé avec un groupement d'entrepreneurs conjoint ou solidaire, le
mandataire représente chacun des membres pour l'application des stipulations des articles
81 à 83 du CCAGT jusqu'à la date de la réception définitive des travaux. Au-delà de cette
date, chaque membre du groupement poursuit les litiges qui le concernent

ARTICLE 43: RESILIATION :


Le marché peut être résilié de plein droit par l’autorité compétente, les conditions de
résiliation du présent marché seront régies par les clauses du C.C.A.G -T sus visé.
La résiliation du marché pouvait être prononcée dans toutes les autres cas du C.C.A.G.T.
ainsi pour les cas prévus au décret n°2.12.349 du 08 Joumada premier 1434 (20 mars 2013)
relatif aux marchés publics
ARTICLE 44 : MESURES COERCITIVES

1- Constatation du défaut d'exécution imputable à


l'entrepreneur :
1- L'entrepreneur est constitué en défaut d'exécution lorsqu'il ne se conforme pas :
- soit aux stipulations du marché ;
- soit aux ordres de service qui lui sont ordonnés par le maître d'ouvrage, sauf
application des stipulations du paragraphe 5 de l'article 11 du CCAGT.
Le maître d'ouvrage adresse à l'entrepreneur une lettre de mise en demeure qui lui est
notifiée par un ordre de service en lui précisant exactement les manquements relevés et le
délai dans lequel il doit remédier à ces manquements.
Ce délai, sauf si le maître d'ouvrage juge qu'il y a urgence, n'est pas inférieur à quinze (15)
jours à dater de la notification de la mise en demeure.
Passé le délai prévu ci-dessus, si l'entrepreneur n'a pas exécuté les dispositions prescrites
dans la mise en demeure, l'autorité compétente doit, au plus tard dans les trente (30) jours
qui suivent la fin du délai fixé dans la mise en demeure prononcer l'une des mesures
suivantes selon la gravité des manquements :
a) la résiliation du marché qui peut être:

22
- soit une résiliation pure et simple ;
- soit une résiliation assortie de la confiscation du cautionnement définitif et le
montant correspondant à la réparation des imperfections ou malfaçons constatées est
prélevé, au prorata, sur le montant de la retenue de garantie et le cas échéant, sur les
sommes qui peuvent être encore dues à l'entrepreneur sans préjudice des droits à
exercer contre lui par tout autre moyen de recouvrement ;
- soit une résiliation suivie de la passation d'un nouveau marché avec un autre
entrepreneur ou un groupement d'entrepreneurs aux risques et frais de
l'entrepreneur initial pour l'achèvement des travaux conformément aux dispositions
de l'article 86 du décret n° 2-12-349 relatif aux Marchés publics
- La résiliation du marché peut être suivie par l'exclusion temporaire ou définitive de
l'entrepreneur défaillant de la participation des marchés publics dans les conditions
prévues par l'article 159 du décret précité n° 2-12-349 sus visé .
L'établissement d'une régie aux frais et risques de l'entrepreneur conformément aux
dispositions de l’article 79 du CCAGT
- Dans le cas ou le titulaire du marché est un groupement solidaire ou conjoint avec un
et si le mandataire du groupement ne se conforme pas aux obligations qui lui
incombent, les dispositions de l’aricle 80 du CCAGT s’appliquent

CHAPITRE II : MODE D’EVALUATION ET DE REGLEMENT DES


FOURNITURES ET TRAVAUX

ARTICLE 1: PRINCIPE GENERAUX DU REGLEMENT


- Les ouvrages définitifs seront réglés par application aux quantités réellement
exécutées des prix du bordereau des prix sous les réserves prévues au présent C.P.S
et en particulier et qui ne peuvent être pris en compte.
Tous les prix du bordereau des prix formant détail estimatif ont un caractère absolument
forfaitaire. Ils tiennent compte de tous les frais, faux frais et bénéfices inhérents à l’exécution
des travaux et prescriptions faisant l’objet du présent C.P.S et comprenant notamment :
- Les dépenses résultantes des installations de chantier nécessaires à la bonne
exécution d’ouvrage ainsi que les frais de repliement du chantier et de remise
en état des lieux.
- Tous les frais de transport à pied d’œuvre.
- Tous les frais de main d’œuvre et frais afférents, charges sociales, indemnités
de toute nature, prime, frais de déplacement et de transport.
- Les frais de piquetage d’outillage et du matériel.
- Les frais de force motrice pour toutes les opérations incombant à
l’entrepreneur.
- L’installation provisoire de toutes natures nécessaires à l’exécution des
travaux y compris les terrassements, dragages et pompages éventuels, les
batardeaux, les échafaudages, les passerelles, le blindage, étaiement,
bétonnage, calage et coffrage de toute nature ainsi que les frais de repliement
et d’évacuation en fin de chantier avec remise en état des lieux.
- Les frais d’essais des matériaux et fournitures en usine ou sur le chantier et
des ouvrages en cours d’exécution sauf stipulation contraire du devis.
- Les frais d’assistance technique sur chantier ou d’intervention de
spécialisation appelée par l’entrepreneur pour la réalisation ou le contrôle de
certaines opérations.

23
- Les frais d’assurance, l’indemnisation des dommages causés aux tiers par
l’entrepreneur.
- Toutes les dépenses que l’entrepreneur peut avoir à engager pour satisfaire
aux mesures de police et de sécurité et en général tous frais accessoires
(éclairage, signalisation etc.).
- Les frais résultant des dégâts aux chemins, du maintien de la circulation sur
les routes et chemins des accès propriétés privées et de leur clôture de
l’écoulement des eaux pluviales et ménagères ainsi que l’évacuation ou
l’épuisement des venues d’eau souterraines.
- Les frais généraux et le bénéfice de l’entrepreneur.
Ces prix tiennent compte également de toutes les difficultés que l’entrepreneur pourrait
rencontrer pendant l’exécution des travaux et qui étaient prévisibles à la date de la
soumission, et d’une façon générale toutes les dépenses qui sont les conséquences
nécessaires et directes du travail.

ARTICLE 2 : MODE DE REGLEMENT DES TRAVAUX :


Les travaux seront réglés sur décomptes mensuels établis par application des prix unitaires
du détail estimatif du marché aux quantités réellement exécutées.

* Décompte définitif :
Dans le délai d’un mois (30 jours) à compter de la dernière réception provisoire,
l’entrepreneur adresse au maître d’ouvrage une situation récapitulative et détaillée de tous
les travaux exécutés.
ARTICLE 3: ATTACHEMENT
Il sera pris des attachements contradictoires entre le représentant de l’administration et celui
de l’entrepreneur et notamment dans les cas suivants :
a) Des travaux qui ne seront plus visibles après exécution.
b) Des ouvrages qui sur la demande ou avec l’accord écrit de l’administration ne seront
exécutes Conformément aux plans d’exécution.
Le représentant de l’administration devra être averti au moins Quarante Huit (48) Heures
avant la prise d’attachements.
Si l’entrepreneur refuse de signer des attachements ou ne les signes qu’avec réserve, il lui
sera accordé un délai de Quinze (15) jours à dater de la présentation des pièces pour
formuler par écrit ces observations.
Passé ce délai, les attachements seront censés être acceptés par lui comme s’ils étaient signés
sans aucune réserve.
Dans le cas du refus de signature ou de signature avec réserve, il sera dressé un procès-
verbal de la présentation de circonstances qui l’ont accompagné.
ARTICLE 4: ACOMPTES SUR APPROVISIONNEMENT
Il ne sera délivré à l’entrepreneur aucun acompte sur l’approvisionnement du chantier.
ARTICLE 5: ACOMPTES SUR L’INSTALLATION DU CHANTIER
L’entrepreneur ne pourra prétendre aucun acompte tant sur le gros matériel qu’il aura à
pied d’œuvre pour l’exécution de ces travaux, sur les installations réalisées pour loger son
personnel, ses ouvriers ou abriter son matériel.

24
CHAPITRE III : CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

PARTIE GENIE CIVIL


ARTICLE 1 - TERMINOLOGIE DIMENSION DES MATERIAUX
La terminologie, les dimensions et les tolérances appliquées aux matériaux, aux parties d'ouvrage et aux
ouvrages, sont celles définies par les normes marocaines conformément aux prescriptions du CPC.
ARTICLE 2 - ESSAIS DE RECETTE DES MATERIAUX
Le maître d’ouvrage prescrira les essais de recette à faire subir aux matériaux fournis par l'entrepreneur.
Ces essais seront exécutés conformément aux conditions fixées par le présent cahier ou à défaut
d'indication, par les normes marocaines conformément aux prescriptions du CPC.
Les prélèvements seront faits contradictoirement. Si l'Entrepreneur ou son représentant dûment
convoqué fait défaut, les prélèvements seront valablement faits en son absence.
Les essais sur les matériaux approvisionnés sur le chantier seront effectués par le maître d’ouvrage ou
sous son contrôle par un laboratoire de son choix. Ces essais seront à la charge de l’Entreprise. Si à la
suite de ces essais, le lot est rebuté, les essais effectués sur les matériaux fournis en remplacement, seront
à la charge de l'entrepreneur.
Dans le cas où un lot de matériaux serait rebuté, ce lot devra être enlevé sans mise en demeure préalable
par l'entrepreneur et à ses frais dans les délais qui seront prescrits par le maître d’ouvrage.
ARTICLE 3 - PROVENANCE DES MATERIAUX
D'une façon générale, la Provenance des matériaux devra être agréé le maître d’ouvrage sur proposition
de l'entrepreneur.
Les matériaux destinés à l'exécution des travaux seront d'origine marocaine, il ne sera fait appel aux
matériaux d'origine étrangère qu'en cas d'impossibilité de se les procurer sur le marché marocain.
Le tableau ci-après indique l'origine et la qualité des principaux articles.

 GROS OEUVRE

Désignation matériaux Qualité ou type Provenances

Sable d'oued ou de carrière Gros sable des sablières de la Les carrières devront être désignées par
région l’entrepreneur et agréés par la
commission de suivi
Gravettes, pierres cassées De concassage de calcaire dur Les carrières devront être désignées par
des carrières agrées, tamisé lavée l’entrepreneur et agréés par la
avant emploi commission de suivi
Tout-venant et Moellons De pierres dures des carrières Les carrières devront être désignées par
l’entrepreneur et agréés par la
25
commission de suivi
Ciment CPJ35 ou CPJ45 des usines NM 10.1.004 et NM 10.1.005
agréées
Agglos Des usines agréées Des dépôts agréés

Tuyaux de ciment hourdis Des usines agréées Des dépôts agréés


élément préfabriqués en ciment
Acier doux et à haute adhérence seront conformes aux Normes Des dépôts agréés
NM 10.1.012

 ELECTRICITE

Fils et câbles
Normes en vigueur Des câbleries

Disjoncteurs Modèle agréé par l’ONE Des usines agréées par l’ONE

Coffret en fonte distributeur De bonne qualité Des usines agréées par l’ONE
Petit appareillage (interrupteur prise
de courant) De bonne qualité Des usines agréées par l’ONE

Lustrerie De bonne qualité Des usines agréées

 PLOMBERIE

Canalisations cuivre De bonne qualité Des usines agréées

Appareil sanitaires C.E.C. ou V.B Des usines agréées

Robinetterie Chromé ou Afmeco Des usines agréées

Fonte Salubre Des usines agréées

Canalisation en PVC P.V.C de tout diamètre Des usines agréées

 PEINTURE – VITRERIE

Peinture glycérophtalique,
vinylique, huile, silicones et latex Bonne qualité Des usines agréées

Peinture antirouille Minimum de plomb Des dépôts agréés

Blanc gélatineux Bonne qualité Usines Agréées

Vitrerie Bonne qualité Des dépôts agréés

- Qualité des matériaux


Tous les matériaux entrant dans la composition des ouvrages seront de bonne qualité et exempts de
tout défaut.
L'entrepreneur devra soumettre à l'agrément de la commission de suivi dans le délai de quinze (15)
jours calendaires à dater du lendemain du jour de la notification de l'ordre de service signifiant

26
l'approbation du marché, un échantillon de chaque espèce de matériau ou fourniture qu'il se propose
d'employer, ainsi que sa provenance.
Il ne pourra mettre en œuvre ces matériaux qu'après acceptation donnée par ordre de service délivré
par le Maître d’ouvrage à l'entrepreneur
Les échantillons des matériaux seront déposés au bureau de chantier et serviront de base de vérification
pour la réception des travaux.
L'entrepreneur devra pouvoir présenter à toute réquisition des attestations et certificats prouvant
l'origine et la qualité des matériaux proposés.
Les matériaux refusés seront immédiatement évacués du chantier et les ouvrages éventuellement
commencés avec ces matériaux seront démolis et refais aux frais de l'Entreprise.
- Essais des matériaux
La commission de suivi prescrira les essais de recette à faire subir aux matériaux fournis par
l’Entrepreneur. Ces essais seront exécutés conformément aux conditions fixés par le présent cahier ou à
défaut d'indications, par les normes marocaines conformément aux prescriptions du CPC.
Les prélèvements seront faits contradictoirement ; Si l'Entrepreneur ou son représentant dûment
convoqué fait défaut, les prélèvements seront valablement faits en son absence.
Le maître d’ouvrage pourra exercer son contrôle en usine, tant sur la fabrication que sur les conditions
dans lesquelles seront assurées la conservation et l'expédition des matériaux et matériels.
Les essais en usine, sous le contrôle de maître d’ouvrage ou d'un organisme désigné par celui-ci et les es
sais sur les matériaux approvisionnés sur chantier seront effectués par le maître d’ouvrage par un
laboratoire de son choix. Ces essais seront à la charge du Maître d’ouvrage. Si, à la suite de ces essais, le
lot est rebuté, les essais effectués sur les matériaux en remplacement seront à la charge de
l'entrepreneur.
Dans le cas, où un lot de matériaux serait rebuté, ce lot devra être enlevé, sans mise en demeure
préalable par l'entrepreneur et à ses frais dans les délais qui seront prescrits par le maître d’ouvrage.
Tout essai supplémentaire demandé par le maître d’ouvrage sera à sa charge si l’essai est concluant ;
aux frais de l’entreprise dans le cas contraire.
Tout essai doit faire l’objet d’une attestation de résultat du laboratoire.
ARTICLE 4 - AGREGATS POUR MORTIER ET BETON
COMPOSITION GRANULOMETRIQUE
Les agrégats pour mortier et béton répondront aux conditions granulométriques fixées par les normes
marocaines.
1°) Sable pour mortiers et enduits
On devra avoir : d = 0,02 mm D = 1,6 mm
L’équivalent de sable sera supérieur à 75.
2°) Sable ou mélange de sable pour bétons et enduits grossiers la granulométrie est définie
Comme suit :

POURCENTAGE EN POIDS D’ELEMENTS PASSANT AU TAMIS DE

0.16 0.135 0.63 1.25 2.5 5

2 à 10 10 à 30 28 à 55 45 à 90 70 à 90 95 à 100

L'équivalent de sable sera supérieur à 75.


3°) Gravillons
On devra avoir : d = 2 mm (tamis) D = 25 mm (passoire)
Et pourcentage du refus à la passoire d + D compris entre 33 et 36.
2
4°) Eau de gâchage
L'eau de gâchage sera conforme à la norme Marocaine 10.1.008 (10.01.F009).
Il est toutefois stipulé que la granulométrie pourrait être éventuellement modifiée selon les
résultats des essais de convenance effectués à la charge de l'entrepreneur par un laboratoire

27
agrée par l’administration, de façon à obtenir les résistances définies pour les bétons ci-
après.

ARTICLE 5 - COMPOSITIONS DES MORTIERS ET BETONS

 COMPOSITION DES MORTIERS :

CHAUX GRAVETTE
DESIGNATION GRAIN
CIMENT GRASSE SABLE EMPLOI
DE RIZ
ETEINTE
8/15 15/25
250
MORTIER N°1 500 500 Dégrossi d’enduit
CM35
300 Hourdage de
MORTIER N°2 660 340
CM35 maçonnerie
400 Mortier de reprise
MORTIER N°3 500 500
CPJ35 de béton
Enduit lisse chape,
500
MORTIER N°4 1000 scellement, support
CPJ35
de revêtement
250
MORTIER N°5 150 1000 Enduit bâtard
CM35
500 Sikalite 1 dose Mortier pour Agglos
MORTIER N°6 700 300
CPJ35 par sac ciment support de façade

 COMPOSITION DES BETONS

CHAUX GRAVETTE
GRAIN
DESIGNATION CIMENT GRASSE SABLE EMPLOI
DE RIZ
ETEINTE 8/15 15/25
200
BETON N°1 450 700 300 Béton de propreté
CPJ35
250 Gros béton
BETON N°2 450 340 300 360
CPJ35 Béton cyclopéen
300 Béton banché coffré et
BETON N°3 450 300 700
CPJ45 dallage
350 Béton armé pour
BETON N°4 350 300 700
CPJ45 ossature bâtiment
Béton armé pour
400
BETON N°5 150 350 700 300 ossature ouvrages
CPJ45
d’art

Les quantités d'agrégats entrant dans la composition des bétons N°4 et N°5 sont données à titre indicatif
pour permettre à l'entrepreneur d'établir ses prix.
Elles n'ont aucune valeur contractuelle. Les quantités réelles et leur teneur en eau seront déterminées
par le laboratoire agrée après agrément des agrégats par le maître d’ouvrage.
Par contre, la nature des agrégats entrant dans la composition de ces bétons, est imposée par le tableau
ci-dessus.
ARTICLE 6 - SPECIFICATIONS CONCERNANT LES MORTIERS ET BETONS

Tous les mortiers et bétons seront fabriqués mécaniquement sauf en ce qui concerne le poids du ciment
par mètre cube, béton mis en œuvre, la composition définitive du béton résultera d'une étude effectuée
par l'Entreprise et contrôlée par un laboratoire spécialisé ayant reçu l'agrément de maître d’ouvrage.
La durée du malaxage de fabrication ne sera pas inférieure à deux minutes. La quantité d'eau introduite
dans la bétonnière sera déterminée en tenant compte de l'humidité des granulats qui sera évaluée selon
28
une méthode soumise à l'agrément de l'ingénieur. Les quantités de sable et de gravillons composant
chaque gâchée seront déterminés à l'aide de la brouette à gabarit. Le tableau des dosages indiqués à
l'article 5 ne sont pas définitif qu'après acceptation par BET. L'Entrepreneur ne pourra prétendre à
aucune indemnité en cas de modification par le maître d’ouvrage des dosages prévus. Le béton armé
sera vibré et pervibré. La granulométrie et la quantité d'eau de gâchage seront déterminées à la suite
d'une étude faite aux frais de l'Entrepreneur et dont les résultats seront soumis à l'approbation du
maître d’ouvrage.
ARTICLE 7 - RESISTANCE DES BETONS – ESSAIS
Les résistances obtenues aux essais définis ci-après, devront être au moins égales aux minima ci-dessous
:

RESISTANCE A 7 JOURS RESISTANCE A 28 JOURS


BETON
Compression Traction Compression Traction

BETON N° 1 7/10 de la 8/10 de la résistance 180 kg/cm2 18 kg/cm2


BETON N° 2 résistance à 28 jours à 28 jours

BETON N° 3 7/10 de la 8/10 de la résistance 230 kg/cm2 20,5 kg/cm2


résistance à 28 jours à 28 jours

BETON N° 4 et 5 7/10 de la 8/10 de la résistance 270 kg/cm2 22 kg/cm2


résistance à 28 jours à 28 jours

Dans le cas où les résistances du béton seraient inférieures aux résistances contractuelles ci-dessus
définies, Le BET pourra exiger de l'entrepreneur qu'il soit procédé, aux frais de ce dernier, à tous
travaux nécessaires pour que l'ouvrage présente sous-charges et les surcharges prévues, le même
coefficient de sécurité que celui qu'on aurait obtenu si la résistance du béton avait été au moins égale à
la résistance contractuelle.
Dans le cas, où de tels travaux seraient techniquement impossibles, compte tenu de la destination de
l'ouvrage, le maître d’ouvrage pourra exiger la démolition et la reconstruction de l'ouvrage aux frais de
l'entrepreneur.

Résistance à la compression
Pour un essai de résistance à la compression, on prélèvera 6 éprouvettes du béton fabriqué pour le
chantier. La résistance à la compression à 7 ou 28 jours sera la moyenne des résistances à l'écrasement
des éprouvettes. La hauteur des éprouvettes qui seront cylindriques, ne sera pas inférieure à deux fois
leur diamètre; la section des éprouvettes doit avoir 200 cm2.
Résistance à la flexion
Pour un essai de résistance à la traction par flexion, on prélèvera 3 éprouvettes parallélépipèdes de
7x7x28 cm de béton, la résistance à la traction à 7 ou 28 jours sera la moyenne de résistance à la traction
des 3 éprouvettes à 7 ou 28 jours, calculés à partir d'essais de rupture à la flexion.
Le béton des éprouvettes sera mis en place dans les moules par un serrage équivalent à celui pratiqué
sur le chantier.
Ces essais seront effectués par le laboratoire agrée par le maître d’ouvrage et aux frais de l’Entreprise.

Plasticité
L'affaissement obtenu dans les essais de plasticité sera compris entre 2,5 à 4 cm pour les bétons mis en
place par vibration et entre 5 et 7,5 cm pour les bétons mis en place par piquage.

29
ARTICLE 8 - ACIERS POUR ARMATURES
Les aciers à béton seront d'un type et d'une nuance agréés par le BET seront conformes aux
Normes NM 10.1.012
 Des barres rondes lisses en acier doux
 Des barres à haute adhérence du type, "TOR' ou similaire.
 Des treillis soudés.
Les armatures seront exemptes de pailles, fentes, criques, stries, gerçures, soufflures et
autres défauts préjudiciables à leur résistance. Leur surface ne devra pas présenter
d'aspérités susceptibles de blesser les ouvriers.

Ces essais de traction et de pliage seront effectués sur chaque lot de 5 tonnes d'acier, et dont
les conditions seront fixées par la NM 10. 1.01 3.

ARTICLE 9 - ADJUVANTS - PRODUITS POUR CURE DE BETON


Le produit pour cure de béton assurera la protection du béton frais contre la dessiccation due au soleil et
au vent. Il consistera en une couche d'enduit temporaire imperméable, teinte soumise à l'agrément du
BET.
PARTIE CONDUITE :
ARTICLE 9 : DESCRIPTION DES OUVRAGES :
L’objet du présent article est de décrire les ouvrages à réaliser. Cette description n’est pas exhaustive,
elle est complétée par les plans la définition des prix, le bordereau des prix et le détail estimatif.
Conduites :
Pour la solution administrative, les caractéristiques techniques des conduites, leurs assemblage et
raccords sont spécifiées dans les tableaux ci-après :
PEHD
Pression Pression
maximale nominale en
Type Pression d’essai en
DN Long bars
d’assemblage tranchée (PET) en bars
ml de service 1
(PN)
(PMS) en bars
CONDUITE
PEHD 992 Serrage rapide - 16 -
DN 75
CONDUITE
PEHD 2779 Serrage rapide - 16 -
DN 63
CONDUITE
PEHD 2043 Serrage rapide - 16 -
DN 50

1 : Supérieure ou égale à PMS selon le nombre de détimbrage.


Pièces spéciales et raccords :
La fourniture, le transport et la pose des pièces spéciales telles que (tés, coudes, cônes,…) seront à la
charge du soumissionnaire attributaire, en plus des pièces, il fournira tous les accessoires nécessaires à
leur mise en place (boulons en acier cadmié, joints en élastomère,…).
Les raccords en fonte doivent être exclusivement en fonte ductile.
Les raccords (manchettes et Tés) en acier doivent être galvanisés à chaud et confectionnés à partir de
tube en acier.
Robinetterie et équipements hydrauliques :
Les vannes de sectionnement éventuelles seront des robinets-vannes à opercule caoutchouc

30
Les seuls matériaux autorisés pour l’exécution des corps de vannes et des opercules sont la fonte ductile
ou l’acier, le bronze ou un métal d’une résistance à la corrosion et à l’usure équivalente pour le siège
d’étanchéité.
Les robinets vannes à opercule caoutchouc auront les caractéristiques suivantes :
- Corps fonte ductile ou acier sans gorge d’étanchéité.
- Obturateur fonte surmonté d’élastomère.
- Vis intérieure inox ou bronze.
- Commande par volant.
- Etanchéité de la vis par joints toriques remplaçable en service.
Ouvrages annexes

Regards :
Les regards des vannes de sectionnement et piquage, des vidanges et ventouses, seront exécutés suivant
les plans types annexes. Ils seront fermés par des capots en acier galvanisé à chaud bombé, ces capots
doivent être munis d’un système de verrouillage adéquat.
Les dimensions de ces ouvrages doivent tenir compte du diamètre et calage de la conduite et des
encombrements des pièces spéciales et de la robinetterie se trouvant à l’intérieur et la profondeur de la
conduite.
Butées et ancrages des conduites :
Les butées seront constituées par un massif de béton armé de classe B4 pour s’opposer à la poussée de
l’eau tendant à déboîter les joints)
Les conduites seront ancrées sur massifs en béton lorsque la pente est supérieure à 15 %. La fixation de
la conduite au support ou au massif se fera par un collier en acier galvanisé.
Les plans définissant les butées, les supports et massifs d’ancrage seront établis conformément aux
prescriptions du CPS et devront justifiés par l’entrepreneur et approuvés par le maître d’ouvrage.
ARTICLE 10 : DESCRIPTION DES TRAVAUX
Largeur et profondeur de la tranchée :
La largeur nominale de la tranchée en tout terrain sera définie comme suit :

Diamètre nominale Largeur nominale


De la conduite De la tranchée
DN < ou = 150 mm 0.60 m
150 < DN < ou = 300 DN + ( 2 x 0.25 m)
300 < DN < ou = 500 DN + ( 2 x 0.30 m)
DN > 500 DN + ( 2 x 0.40 m)

Pour le calcul des volumes des terrassements, les parois de la tranchée sont considérées verticales.
Si l’entrepreneur estime nécessaire en fonction de la nature du terrain, pour l’emplacement des niches
pour la confection des joints ou pour toute autre raison de donner une largeur supérieure à celle définie
ci-dessus ou/et un fruit au parois de la tranchée, le volume de terrassement supplémentaire sera à sa
charge.

La profondeur maximale de la tranchée ne doit pas dépasser la valeur pour laquelle la conduite ne peut
résister à la charge du remblai. Pour toute sur-profondeur dépassant 2.00 m, l’entrepreneur attributaire
doit préciser les mesures préconisées pour assurer la résistance de la conduite.
Lit de pose :
La conduite sera posée sur un lit de pose en sable de 10 cm d’épaisseur.
Remblaiement :
Le remblai de la tranchée sera réalisé conformément au CPC, ce pendant au cas où les déblais ne
peuvent pas être utilisés comme remblai, l’entrepreneur doit prévoir un apport de remblai.

31
Raccordements de la conduite aux différents ouvrages de départ et d’arrivée :
Les raccordements aux différents ouvrages (départs-arrivées) ainsi qu’aux différents piquages seront
effectués à la charge de l’entrepreneur.
Stérilisation :
Avant la réception provisoire, l’Entrepreneur aura à sa charge la stérilisation de la conduite
conformément aux prescriptions du CPC. L’eau et les produits de stérilisation seront à sa charge ainsi
que le matériel nécessaire.
Pressions caractéristiques et essais des équipements hydrauliques :
Tout accessoire hydraulique susceptible de fonctionner sous la pression des conduites aura comme
pression d’essais en tranchée d’essais et en usine, celles de la conduite de liaison avec lui. Si les
pressions caractéristiques de ces accessoires sont normalisées, on prendra la plus proche et dans le sens
de la sécurité.
L’Entrepreneur précisera le type de chaque accessoire hydraulique qu’il propose d’installer et joindre
toutes les caractéristiques techniques de ces équipements.
Essais des conduites en tranchées :
Les pressions d’essais des conduites en tranchée seront calculées de la façon suivante :
Pression d'essai en tranchée (PET) en gravitaire:
PET= 1,5PMS si PMS <10 bars
PET= PMS + 5 bars si PMS > 10 bars
Pression d'essai en tranchée (PET) en refoulement
PET= 1,5 PMS
PMS : étant la pression maximale en service pour le tronçon de la conduite essayée dont la longueur ne
doit pas dépassé les 500 ml.
Fuites ou casses non accidentelles déclenchées pendant la période de garantie :
La réparation de fuites ou casses non accidentelles déclenchées sur une conduite neuve ou accessoires
pendant la période de garantie doit être effectuée par l’entrepreneur dans les délais précisés dans le
présent CPS, le cas échéant, les pertes d’eau occasionnées par la fuite, pendant toute la période du
retard seront estimées et facturées à l’entreprise.
ARTICLE 11: PARTIE EQUIPEMENT
DESCRIPTION DES OUVRAGES :
Tous le matériel, fournitures et accessoires divers, fournis par Le prestataire seront neufs et
de première qualité, construits suivant les règles de l’art, et répondant aux derniers progrès
de la technique de manière à présenter en exploitation industrielle les meilleurs services de
sécurité et de fonctionnement. Ils seront conformes aux spécifications données par Le
prestataire, et le choix de tout l’appareillage devra être soumis à l’acceptation du maître
d’ouvrage. Le matériel ne devra présenter en cours d’exploitation aucune usure ni
échauffement anormal. Les équipements doivent être de meilleure marque existant sur le
marché.

Le fonctionnement doit être aussi silencieux que possible, et sans vibration. Le matériel doit
être protégé contre l’oxydation et l’humidité, les bobinages seront imprégnés sous vide, les
boulons et vices de fixation doivent être inoxydables ou protégés par galvanisation. Le
matériel sera établi pour pouvoir supporter sans dommage les efforts dus au
fonctionnement dans les conditions les plus défavorables.

ARTICLE 12- ESSAIS :


Avant de procéder à la réception des travaux, l’entrepreneur doit effectuer les essais
nécessaires du matériel proposé conformément aux normes en vigueur. Les frais des essais
sont à la charge de l’entrepreneur.

32
CHAPITRE IV : DEFINITION DES PRIX
1 : PIQUAGE SUR LA CONDUITE EXISTANTE

N° PRIX 1 Piquage sur la conduite existante


Ce prix à l’unité et se rapporte à tous les travaux de génie civil et équipement
pour la réalisation de regards, conformément aux plans d’exécutions approuvés par
le maître d’œuvre.
Ces prestations s’entendent la construction et la finition du regard, y compris ses
équipements, qui sont :
Piquage N°1 sur Conduite DN75 Existante y compris :
- 1 raccords à bride major 63/60
- 2 raccords à bride major 75/60
- 3 Manchettes Bridés DN 60
- 1 Robinets vannes DN 60
- 1 Joints de démontage DN 60
- 1 Té BB/TB DN 60/60
Piquage N°2 sur Conduite DN63 Existante y compris :
- 2 raccords à bride major 63/60
- 2 Manchettes Bridés DN 60
- 1 Robinets vannes DN 60
- 1 Joints de démontage DN 60
Ces travaux comprennent notamment les suggestions suivantes :
- Les sondages et l’implantation définitive des ouvrages sur le terrain,
- Les étaiements et blindages,
- La coupe de la conduite existante.

33
- L’épuisement de l’eau évacuée dans la tranché en provenance de la conduite, eau
de surface et de ruissellement autour des terrassements de l’ouvrage,
- Les dispositions nécessaires pour assurer l’étanchéité de l’ouvrage contre les
eaux, de surface, de ruissellement et de nappe,
- Le nettoyage et le compactage du fond de fouilles
- La réalisation du béton de propreté sur 10 cm d’épaisseur en béton type B4 dosé
au minimum à 250 kg/m3 de ciment CPJ 45 ou équivalent,
- La fourniture et la mise en place des coffrages soignés, en bois ou métalliques,
- La fourniture, le façonnage et la mise en place de ferraillage, conformément aux
plans d’exécutions approuvés par le maître d’œuvre,
- La préparation, le transport et la mise en place avec vibration du béton type B2
dosé au minimum à 350 kg/m3 de ciment CPJ 45 ou équivalent
- Les sujétions dues à l'emploi d'appareils vibrateurs, notamment les frais nécessités
par le renforcement des coffrages
- Le traitement des reprises de bétonnage,
- Le traitement des surfaces, présentant des dégradations ou un fini non conforme
aux indications des plans d'exécution,
- La réalisation de l’enduit au mortier de ciment,
- La fourniture et réalisation du dispositif d’aération de l’ouvrage, selon le plan
d’exécution (col de cygne en tube métallique ou châssis grillagé ou autre)
- Le grattage des salissures et bavures de mortier ou de laitance collées aux sols et
aux parements,
- Les sujétions dues aux réservations dans les bétons, pour conduites, fourreaux et
pièces métalliques diverses,
- L’exécution de la peinture de l’ouvrage et des diverses pièces métalliques, non
compris les équipements hydrauliques,
- Les frais occasionnés par les prélèvements et les essais de contrôle de qualité des
bétons et de leurs composants effectués par l’entreprise.
2- CONDUITE DE DISTRIBUTION

N° PRIX 2 : TERRASSEMENTS EN TRANCHEE ET EN PUITS POUR


CANALISATIONS:

Ce prix rémunère tous les travaux de déblais nécessaires à l'ouverture des tranchées de pose
de canalisations et de réalisation des ouvrages annexes, y compris le remblaiement, le
criblage et toutes les sujétions d'exécution, notamment :
- l’abattage des arbres et arbustes quelle que soit leur circonférence, la coupe et le
brûlage des arbres abattus et l’enlèvement des débris,
- le débroussaillage, le défrichement, le décapage au droit de l'emprise de la tranchée,
le déblaiement de l'emprise des travaux, le dessouchage et le déforestage,
- Le déblaiement de l'emprise des travaux,
- L'ouverture de fouille à l'aide de tout matériel d'excavation manuel ou mécanique,
- Les sujétions pour tranchées en terrains de pente supérieure à 15 %,
- La démolition et l'enlèvement des blocs de béton et maçonneries anciennes trouvées
dans les fouilles,
- Le soutènement, l’étaiement, et le blindage éventuel des tranchées, contre les
éboulements des terres,

34
- Les terrassements complémentaires de tranchées pour l’exécution du génie civil des
ouvrages annexes,
- Le nettoyage, le réglage, le nivellement et le compactage du fond de fouille,
- Le réglage et le dressage des parois des tranchées,
- La consolidation du sol et le drainage des eaux de surface et de ruissellement si
nécessaire,
- Le calage des canalisations,
- L’évacuation des déblais excédentaires ou inutilisables aux décharges autorisées,
- Le remblai primaire et secondaire
- les surlargeurs et surprofondeurs pour les niches nécessaires à la confection de
butées, de joints et de massifs d’ancrage,
- toutes sujétions éventuelles d’épuisement des eaux pour le rabattement de la nappe
et de pompage des eaux de la fouille,
- Les dispositifs de gardiennage, de sécurité, de signalisation et de balisage imposés
par la réglementation en vigueur,
- Les mesures nécessaires à la sécurité du personnel, du matériel et des ouvrages
existants pour les déblais exécutés à l'explosif en terrain rocheux. (étaiement,
blindage grillage de protection, et autres),
- Les sujétions afférentes à l’utilisation de l’explosif, notamment les frais engagés pour
les différentes autorisations administratives, la construction et gardiennage du dépôt
d’explosif, et toutes les dispositions dictées par la réglementation en vigueur,
- Les mesures nécessaires au maintien de la circulation des véhicules et des accès aux
propriétés riveraines.
Il s'applique au mètre cube de tranchée, et pour la section théorique donnée par la largeur
de la tranchée définie dans le CPS en fonction du diamètre DN de la conduite, et la
profondeur définie dans les plans d’exécutions.
Les prix de terrassement en tranchée et en puits pour canalisations, se rapportent selon les
indications ci-après, à deux catégories de terrains: les terrains meubles et les terrains
rocheux
Les terrains meubles couvrent tous les terrains où les déblais peuvent être exécutés
manuellement ou par le matériel courant de terrassement : pelles mécaniques, tracto-pelle,
draglines, bulldozers, excavatrices, scrapers, etc.
Les terrains rocheux comprennent tous les terrains de rochers durs qui exigent l'emploi
systématique d’engins appropriés tels que marteau piqueur, brise roche ou l'explosif.

N° PRIX 3 : LIT DE POSE EN SABLE POUR TERRAIN MEUBLE :

Ce prix s’applique au mètre cube et rémunère la fourniture, le transport et la mise en œuvre


d’un lit de pose en sable de 10 cm d’épaisseur sur terrain meuble en dessous des tuyaux,
soigneusement damé et nivelé, y compris toutes sujétions.
N° PRIX 4 : LIT DE POSE EN GRAVIERS POUR TERRAIN ROCHEUX :

Ce prix s’applique au mètre cube et rémunère la fourniture, le transport et la mise en place


de gravette pour la confection d’un lit de pose de 15 cm d’épaisseur en fond de fouille
rocheux ou en présence de nappe y compris toutes sujétions.

PRIX 5, 6, 7 : FOURNITURE, TRANSPORT ET POSE DE CONDUITE EN PEHD PN16


Ce prix s’applique au mètre linéaire de canalisation mesurée en place sur l’axe. Le linéaire
pris en compte pour le règlement des travaux sera établi sans déduction des longueurs des
pièces spéciales (coudes, tés, cônes, joints…..) ni de la robinetterie.
35
Les prix comprennent la fourniture, le transport et la pose des conduites en PEHD de DN et
PN spécifiés dans le bordereau des prix. Ils comprennent la fourniture, les frais de transport,
d'assurance, de fret, de douanes et les frais de déchargement, de stockage, de manutention,
de bardage, d'installation, de mise en fouilles, de réglage de nivellement, d'assemblage par
joints, manchons ou soudures, de pose en courbe selon le rayon de courbure permis par le
jeu des joints et toutes les opérations nécessaires à l'installation complète et convenable de la
conduite.
Ils incluent :
 La fourniture, le transport et la pose de toutes les pièces spéciales, butées, sur la
conduite projetée :
 Coudes Tout angle en fonte ductile (changements de directions et de pentes),
 Pièces de raccordement entre éléments de conduites et aux équipements
hydrauliques (bagues de joints, brides à emboîtement, brides unies, les manchons
électro- soudables,…..),
 Descente dans les fouilles.
 Les butées et ancrages de la conduite, en béton légèrement armé, au niveau des
coudes, pièces spéciales (Tés, Cône de réduction, Joint de démontage, Manchettes,
RBM, etc.) et robinetterie (ventouses, vidanges, vannes de sectionnement, etc.,). Les
butées et les ancrages seront dimensionnés par l’Entrepreneur conformément au CPS
et approuvées par le maître d’ouvrage.
 Les travaux nécessaires pour la pose de la canalisation en terrain de pente
supérieure à 15%, et comprenant la fourniture et le transport de cintre de fixation de
la conduite au massif d’ancrage et les massifs d’ancrage en béton légèrement armé.
Les massifs d’ancrage seront dimensionnés par l’Entrepreneur et approuvés par le
maître d’ouvrage.
 Les frais résultant de l’occupation temporaire des terrains en dehors de l’emprise des
travaux, des dégâts aux chemins, du maintien de la circulation sur les routes et
chemins, des accès des propriétés privées et de leur clôture, de l’écoulement des eaux
pluviales et ménagères, ainsi que l’évacuation ou l’épuisement des venues d’eaux
souterraines, lorsque le débit de pompage du groupe n’excédant pas 1 l/s, durant au
moins une heure continue sans interruption,
 Protection aux endroits de croisement d’obstacles divers tel que, réseau électrique,
téléphonique, assainissement et protection anti-racines au niveau des joints.

N° PRIX 8 : ESSAI EN TRANCHEE DES CANALISATIONS :


Tuyaux en polyéthylène :
L’essai se déroulera en trois phases :
 Appliquer une pression d’épreuve égale à la pression nominale (PN) du
tuyau et la maintenir 30 min.

 Vidanger un peu le tronçon pour ramener la pression à 3 bars, puis fermer la


vanne pour isoler le tronçon à essayer.

 Observer et noter les valeurs de la pression aux temps suivants :

Entre 0 et 10 min : 1 lecture toutes les 2 min (5mesures).


Entre 10 et 30 min : 1 lecture toutes les 5 min (4mesures).
Entre 30 et 90 min : 1 lecture toutes les 10 min (6 mesures).

Résultats des essais :


Il ne devra être constate aucune fuite suintement apparent le long des
joints ou sur la paroi des tuyaux

36
N° PRIX 9 : RINCAGE ET DESINFECTION DES CONDUITES :

Ces prix rémunèrent les travaux de rinçage et de désinfection des conduites au chlore ou ses
dérivés, ou au permanganate, en fin des travaux, après essais concluants conformément aux
prescriptions du CPS et aux recommandations du BET.
Il couvre notamment :
- La fourniture et transport des produits de stérilisation,
- La fourniture de l’eau nécessaire au rinçage et à la désinfection,
- Le rinçage des ouvrages avant introduction des désinfectants jusqu’à ce que l’eau
devienne limpide,
- La mise en charge des conduites, en introduisant les produits de traitement à une
concentration convenable et conforme aux prescriptions du CPS,
- Le maintient du contact du stérilisant avec les ouvrages, pendant 24 heures,
- la vidange des ouvrages et le rinçage à l’eau potable,
- le prélèvement d’un échantillon pour contrôle bactériologique,
- l’assistance d’un laboratoire agrée,
- Les analyses et résultats de stérilisation,
- Le rapport de désinfection établi par le laboratoire.
Ce prix s’applique au mètre linéaire de conduites rincées et désinfectées.

N° PRIX 10 : FOURNITURE, TRANSPORT ET POSE DES EQUIPEMENTS DE POINT


HAUT:

Ces prix rémunèrent, à l’unité, ou à l’ensemble, la fourniture, le transport et la pose et essais


de robinetteries (Robinets vannes) ou d’ensembles de pièces spéciales en AGC ou PVC ou
PEHD PN 16 ou FD (Té en AGC ,Manchettes à deux brides ,RBM ,Joint de démontage de
diamètres adéquats, cône de réduction) pour sectionnement et (Points hauts, points bas,
limiteur de débit, …) pour canalisations en PVC ou PEHD y compris accessoires, toutes
sujétions de raccordement à la canalisation ou entre pièces y compris, boulonnerie en acier
cadmié, joint d’étanchéité intercalaire, rondelles, protection par toile de jute bitumée pour
les parties enterrées, la protection contre la corrosion.
La nature du matériau constituant ces robinetteries ainsi que leurs caractéristiques sont
spécifiées au niveau du bordereau des prix.
 Points haut :
L'équipement des points hauts comportera :
 Pour les conduites en PVC :
o 1 Té à brides en fonte ou en AGC,
o 1 Robinet vanne à opercule en caoutchouc,
o 1 ventouse triple fonctions,
o 2 manchettes de traversée en AGC,
o 2 raccords à bride major.
Les manchettes de traversée doivent être mises en place au moment du coulage de
l’ouvrage.

N° PRIX 11 : FOURNITURE, TRANSPORT ET POSE DES EQUIPEMENTS DE POINT


BAS:

L'équipement des points bas comportera :


 Pour les conduites en PVC :
o 1 Té à brides en fonte ou en AGC,
o 1 Robinet vanne à opercule en caoutchouc,
o 1 joint de démontage,

37
o 1 clapet anti-retour,
o 2 manchettes de traversée en AGC,
o 2 raccords à bride major,
o 1 coude à patin,
o 1 manchette de traversée en AGC pour conduite d'évacuation,
o 1 raccord à bride major,
o 1 conduite d'évacuation en PVC ou PEHD,
o 1 fourreau de traversée.
Les manchettes de traversée seront mises en place au moment du coulage de l’ouvrage.

3- ROBINETTERIE
Codes Définition prix
Libellé unité
prix
Ces prix rémunère, à l’unité, ou à l’ensemble, la fourniture, le
transport et la pose de pièces spéciales et
robinetteries (RBM, Tés, Coudes, Joint de démontage,
12 Manchettes, élément Droit, robinets vannes, Cône de
13 réduction, Stabilisateurs d’écoulement, compteur, Colliers de
14 fixation, Fourreau étanche, Manomètre, Pièces en S, embase
15
support, câble de sonde de niveau y/c sondes ,robinets
16
17 vanne, Clapets, ventouse, Manomètres, Presostat , réservoir
Fourniture, hydropneumatique, Crépine, etc.…) ou d’ensembles de pièces
18
transport et
19
pose de pièces spéciales d’aspiration et de refoulement compris accessoires,
20 toutes sujétions de raccordement à la canalisation ou entre U
spéciales
21
22 pièces y compris, boulonnerie en acier cadmié, joint
et robinetterie d’étanchéité intercalaire, rondelles, protection par toile de jute
23
24 bitumée pour les parties enterrées, la confection et la
25 réalisation des massifs de butées d’ancrage y compris mise en
26
œuvre du béton légèrement armé dosé à 350 Kg/m3, la
protection contre la corrosion.
La nature du matériau constituant ces pièces spéciales ainsi
que leurs caractéristiques sont spécifiées au niveau du
bordereau des prix.

4- OUVRAGES ANNEXES

38
N° PRIX 27, 28, 29 : GENIE CIVIL DES REGARDS :

Ces prix sont unitaires et se rapportent à tous les travaux de génie civil pour la réalisation
de regards, conformément aux plans types d’exécutions approuvés par le maître d’œuvre.
Ces prestations s’entendent la construction et la finition des regards, à l’exclusion de leurs
équipements, qui sont comptés par ailleurs.
Ces travaux comprennent notamment les suggestions suivantes :
- Les sondages et l’implantation définitive des ouvrages sur le terrain,
- Les étaiements et blindages,
- L’épuisement de l’eau de surface et de ruissellement autour des terrassements de
l’ouvrage,
- Les dispositions nécessaires pour assurer l’étanchéité de l’ouvrage contre les eaux,
de surface, de ruissellement et de nappe,
- Le nettoyage et le compactage du fond de fouilles
- La réalisation du béton de propreté sur 10 cm d’épaisseur en béton type B4 dosé au
minimum à 250 kg/m3 de ciment CPJ 45 ou équivalent, et présentant à 28 jours, une
résistance nominale à la compression, d’au moins 180 bars,
- La fourniture et la mise en place des coffrages soignés, en bois ou métalliques,
- La fourniture, le façonnage et la mise en place de ferraillage, conformément aux
plans d’exécutions approuvés par le maître d’œuvre,
- La fourniture, le transport et la pose des manchettes de traversées, conformément
aux plans d’exécution,
- La fourniture et transport des agrégats agrées par le maître d’œuvre, pour la
préparation des bétons,
- La préparation, le transport et la mise en place avec vibration du béton type B2 dosé
au minimum à 350 kg/m3 de ciment CPJ 45 ou équivalent et présentant à 28 jours,
une résistance nominale à la compression, d’au moins 270 bars,
- Les adjuvants éventuellement nécessaires pour obtenir les caractéristiques prescrites
pour une mise en œuvre convenable
- Les sujétions pour la réalisation éventuelle des joints de retrait ou de dilatation,
- Les sujétions dues à l'emploi d'appareils vibrateurs, notamment les frais nécessités
par le renforcement des coffrages
- La réalisation du puisard de vidange et d’évacuation de l’eau,
- Le traitement des reprises de bétonnage,
- Le traitement des surfaces, présentant des dégradations ou un fini non conforme aux
indications des plans d'exécution,
- La réalisation de l’enduit au mortier de ciment, sur toutes les surfaces de l’ouvrage,
- La réalisation d’un enduit à base d’émulsion bitumineuse sur les parements de
l’ouvrage, qui sont en contact avec le terrain naturel,
- La fourniture et réalisation du dispositif d’aération de l’ouvrage, selon le plan
d’exécution (col de cygne Ø 60 en tube métallique ou châssis grillagé ou autre)
- Le repiquage des trous de scellement,
- La pose et scellement des échelons ou d’échelle métallique, selon le plan d’exécution,
- Le grattage des salissures et bavures de mortier ou de laitance collées aux sols et aux
parements,
- Les sujétions dues aux réservations dans les bétons, pour conduites, fourreaux et
pièces métalliques diverses,
- L’exécution de la peinture de l’ouvrage et des diverses pièces métalliques, non
compris les équipements hydrauliques,
- Les frais occasionnés par les prélèvements et les essais de contrôle de qualité des
bétons et de leurs composants effectués par l’entreprise.

39
- La réalisation des calages sous la forme d’un massif de béton armé, devront être
d’une solidarité et d’une masse suffisante pour résister à la contrainte, quelle que soit
considérable, pour les appareils de régulations.
- La réalisation de système de drainage d’eau pour les regards abritant les appareils de
régulation.

On distingue les regards suivants :


- Regards destinés à abriter les équipements hydrauliques des points hauts de hauteur
variable suivant le calage de la conduite par rapport au terrain naturel, nécessaires
au fonctionnement hydraulique des canalisations, conformément aux plans
d’exécution approuvés par le BET.
- Regards en deux compartiments destinés à abriter les équipements hydrauliques
des points bas (vidanges), de hauteur variable suivant le calage de la conduite par
rapport au terrain naturel, nécessaires au fonctionnement hydraulique des
canalisations, conformément aux plans d’exécution approuvés par le BET.
Ce prix inclut, dans le cas de regard à deux compartiments, la construction complète
du compartiment de pompage adjacent, y compris ses dallettes de couverture en
béton légèrement armé, avec œillets de levage et fer cornière de pourtour.
- Regards destinés à abriter les vannes de sectionnement. Ils doivent être
dimensionnés suivant les caractéristiques dimensionnelles des équipements à abriter
et les facilités d’accès pour l’exploitation. Ils seront réalisés suivant les plans
d’exécution approuvés par le BET.
-

N° PRIX 30: FOURNITURE, TRANSPORT ET POSE DE CAPOT REGARD :


Ce prix concerne la fourniture, transport et pose de Capot regard en acier galvanisé à chaud,
Diamètre nominal : 715 mm y compris peinture et toutes sujétions.

N° PRIX 31 : REALISATION DE TRAVERSEE DE CHAABA


Ces prix rémunèrent au mètre linéaire l’exécution de traversée des chaâbas et petits oueds,
Type : par siphon enterré en acier galvanisé à chaud et à bride, enrobage par béton de la
conduite en AGC,
Ce prix comprend :
- la fourniture, transport et pose de conduite en acier galvanisé bridé de 60 mm.
- la réalisation d’un enrobage de béton suivant plan approuvé par le M.O.
- Blocage aval de la conduite par gabion réalisé en roche calcaire dure.

5- BRANCHEMENT INDIVIDUEL
N° PRIX 32 : BRANCHEMENTS INDIVIDUELS:
Ce prix rémunère l’exécution d'un branchement particulier complet selon le guide technique
et plan type y compris la niche et tous les accessoires nécessaires à partir du collier PEC
jusqu'à la porte de niche ainsi que terrassement (l*0,8*0,4) et toutes sujétions de mise en
service.
N° PRIX 33 : BORNE FONTAINE EN BETON ARME, TYPE : A DEUX ROBINETS :
Construction d'une borne fontaine en BA à deux robinets, conformément aux prescriptions
aux plans d'exécution type ONEE - Branche Eau joint au dossier y compris le GC , faïence
sur la façade ; équipements et tuyauteries en AGC avec branchement complet 3/4'' y/c Té
à serrage rapide, robinets d'arrêt, raccord compteur, robinet de puisage, niche compteur.

N°PRIX 34 : DOSSIER DE RECOLLEMENT :

40
Fourniture des plans de recollement, tirages arrangés dans des classeurs en 3 exemplaires,
album photos; support informatique (CD-ROM) comprenant : tracé en plan, les profils en
long, plans des ouvrages, photos des différentes phases des travaux.

Page n° …… et dernière du
CPS
Marché n°……./2018
Marché passé par appel d’offres ouvert sur offres des prix en application de l’alinéa 2
paragraphe 1 de l’article 16 et paragraphe 1 de l’article 17 et alinéa 3 paragraphe 3 de
l’article 17 du décret N° 2-12-349 du 8 joumada premier 1434 (20 mars 2013) relatif aux
Marchés publics.
OBJET DU MARCHÉ: Travaux D’Extension du reseau d’eau à partir du forage
Achouriyine à la commune de Mestegmer - Province de Taourirt.
Arrêter le présent marché à la somme de :………………………..………...…….……………
…………………………………………………………………….………………………...……
Dressé par le BET : Vérifié par:

Le :………………………………………. Le :……………………………………

41
Lu et accepté par l’entrepreneur : Présenté par le président du conseil
provincial de la province de Taourirt:

Le :… ………………………….. Le : ……………………………..
Approuvé par :

Le : …………….……………….

42