Vous êtes sur la page 1sur 13

Lycée St-Eloi, 9 Avenue Jules Isaac 13626 Aix en Provence

 04 42 23 44 99  04 42 21 63 63

Nom : _ _ _ _ _ _ _ _ _

Date : _ _ _ _ _ _ _ _ _

Sciences de l’Ingénieur

Support de cours

Terminale S – S.I

Transmission de l’information.

 Identifier les supports de communication


 Analyser les formats et les flux d’information
Transmission de l’Information.

1 INTRODUCTION

Chaine d’Information

Acquérir les Traiter les Communiquer les Infos.


informations. informations. informations.
Consignes
M.O.E

Ordres

Chaine d’Energie
Agir
Alimenter
Distribuer l’ Convertir l’ Transmettre l’ sur la
Energie Energie Energie
Energie M.O

M.O.S

1.1 Signaux et canaux de transmission

Les systèmes communiquent entre eux au moyen de signaux. Un signal est porteur d’une
grandeur physique variable contenant l’information à transmettre entre une source et
son récepteur. Cette grandeur peut être électrique, optique, acoustique, ou vibratoire…

Terminale S - page 2 - S.I


Transmission de l’Information.

Un signal quelconque peut être décomposé en une somme de signaux sinusoïdaux.

Le signal occupe donc une plage de


fréquence comprise entre la fréquence du
fondamental et celle du dernier
harmonique.

Le canal de transmission est le support physique qui va permettre d’acheminer


l’information. Il existe une très grande variété de supports :

 Une ‘ligne’ électrique. Elle véhicule un courant électrique.


 L’air permet de propager les sons.
 Une fibre nerveuse.
 Le vide transmet la lumière, et les ondes radioélectriques.

Note : Nous n’aborderons ici que le cas des transmissions basées sur des signaux
électriques.

Un canal de transmission se comporte


comme un filtre qui atténue plus ou moins
le signal en fonction de sa fréquence. La
bande passante du canal se situe dans la
zone la moins atténuée.

Terminale S - page 3 - S.I


Transmission de l’Information.

1.2 Transmissions en « bande de base » et modulation

1.2.1 Transmission en bande de base

Lorsque le spectre du signal à


transmettre se situe dans la
bande passante du canal de
transmission, celui-ci peut
directement acheminer le signal.
On appelle cela une transmission
en « bande de base ».

1.2.2 Modulation du signal

Il est fréquent que le spectre du


signal à transmettre soit situé
en dessous de la bande passante
du canal.

On effectue, dans ce cas, une opération appelée « modulation » qui a pour but de décaler
le spectre du signal pour le rendre compatible avec le canal de transmission.

Note : Ce cours n’abordera que la transmission de signaux en bande de base.

Terminale S - page 4 - S.I


Transmission de l’Information.

2 TRANSMISSION DE L’INFORMATION NUMERIQUE

2.1 Introduction

Les systèmes actuels de traitement de l’information reposent très largement sur les
technologies numériques. Lorsque plusieurs systèmes sont amenés à communiquer, ils
doivent échanger des « données » numériques, à des débits et sur des distances très
variables.

Exemples :

 A l’intérieur d’une automobile, les différents calculateurs (freinage, injection,


etc.) doivent pouvoir communiquer. Le volume d’information échangé est
relativement faible, et la distance à parcourir n’excède pas quelques mètres. Le
débit maximal est de 1 Mb/s

 Un téléphone portable doit échanger des informations avec l’antenne relais la


plus proche, le débit est de 24,7 kb/s, la distance parcourue peut aller de
quelques mètres à quelques kilomètres.

 La sonde spatiale «Voyager 1 » transmet toujours des informations alors qu’elle


se trouve à 18 121 295 000 km de la terre. Le débit est de 1,4 kb/s.

2.2 L’information numérique

La plus petite unité d’information numérique est le Bit (Binary Digit), un bit ne peut
prendre que deux valeurs, appelées généralement ‘0’ et’1’, ou encore ‘Vrai’ ou ‘Faux’. Ces
deux états peuvent être représentés par des grandeurs électriques, par exemple une
tension.

La transmission d’une information numérique composée de plusieurs bits va entrainer


l’apparition d’un signal électrique variable.

Exemple : On souhaite transmettre la valeur hexadécimale (AA)16


(AA)16 = (10101010)2

Terminale S - page 5 - S.I


Transmission de l’Information.

Calculer la fréquence du signal lorsque l’on transmet le message en 1ms ? Refaire le


calcul pour une durée de transmission de 10μs.

____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________

Conclusion :

____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________

Exercice : Le téléchargement d’un fichier de 3MiB a duré 3 minutes et 45s. Quel était
le débit de la transmission ?

____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________
____________________________________________

3 DIFFERENTS TYPES DE LIAISONS NUMERIQUES

La communication entre deux machines numériques peut-être réalisée par différentes


techniques :

Terminale S - page 6 - S.I


Transmission de l’Information.

Deux grandes familles de liaisons numériques :

3.1 Liaison parallèle

Dans le mode parallèle, on transmet la totalité du mot binaire sur autant de fils qu’il y a
de bits pour constituer ce mot (généralement 8, ou 16).

Ce mode de transmission est très rapide, mais nécessite un grand nombre de liaisons,
c’est pourquoi il est très rarement utilisé sur de longues distances. On le rencontre, par
exemple, dans les ordinateurs pour relier la carte mère aux différentes cartes filles
(carte vidéo, carte réseau, etc.).

L’exemple ci-dessous illustre la liaison entre un microcontrôleur et un afficheur LCD.

LCD1
LM016L

Lignes de contrôle
U1
VDD
VSS

VEE

RW

13 15
RS

D0
D1
D2
D3
D4
D5
D6
D7

OSC1/CLKI RC0/T1OSO/T1CKI
E

1 16
MCLR/VPP RC1/T1OSI/CCP2A

Les lignes de donnés servent


17
RC2/CCP1
1
2
3

4
5
6

7
8
9
10
11
12
13
14

2 18
RA0/AN0 RC3/SCK/SCL
3 23
RA1/AN1 RC4/SDI/SDA

à l’échange d’informations
4 24
RA2/AN2/VREF- RC5/SDO
5 25
RA3/AN3/VREF+ RC6/TX/CK
6 26
RA4/T0CKI RC7/RX/DT

entre le microcontrôleur et
7
RA5/AN4/SS/LVDIN
14 19
RA6/OSC2/CLKO RD0/PSP0
20
RD1/PSP1

l’afficheur.
33 21
RB0/INT0 RD2/PSP2
34 22
RB1/INT1 RD3/PSP3
35 27
RB2/INT2 RD4/PSP4
36 28
RB3/CCP2B RD5/PSP5
37 29
RB4 RD6/PSP6
38 30
RB5/PGM RD7/PSP7
39
RB6/PGC
40 8
RB7/PGD RE0/RD/AN5
9
RE1/WR/AN6
10
RE2/CS/AN7
PIC18F452
Lignes de données

La ligne E permet de synchroniser les échanges :

 Lorsque E=1, l’information présentée sur le bus par le microcontrôleur est


mémorisée par l’afficheur.
 Lorsque E=0, l’afficheur ignore l’information présente sur le bus, le
microcontrôleur peut écrire une nouvelle donnée.

Terminale S - page 7 - S.I


Transmission de l’Information.

Les caractères sont codés en ASCII (table ci-dessous).

000 (nul) 016 (dle) 032 sp 048 0 064 @ 080 P 096 ` 112 p
001 (soh) 017 (dc1) 033 ! 049 1 065 A 081 Q 097 a 113 q
002 (stx) 018 (dc2) 034 " 050 2 066 B 082 R 098 b 114 r
003 (etx) 019 (dc3) 035 # 051 3 067 C 083 S 099 c 115 s
004 (eot) 020 ¶(dc4) 036 $ 052 4 068 D 084 T 100 d 116 t
005 (enq) 021 §(nak) 037 % 053 5 069 E 085 U 101 e 117 u
006 (ack) 022 (syn) 038 & 054 6 070 F 086 V 102 f 118 v
007 (bel) 023 (etb) 039 ' 055 7 071 G 087 W 103 g 119 w
008 (bs) 024 (can) 040 ( 056 8 072 H 088 X 104 h 120 x
009 (tab) 025 (em) 041 ) 057 9 073 I 089 Y 105 i 121 y
010 (lf) 026 (eof) 042 * 058 : 074 J 090 Z 106 j 122 z
011 (vt) 027 (esc) 043 + 059 ; 075 K 091 [ 107 k 123 {
012 (np) 028 (fs) 044 , 060 < 076 L 092 \ 108 l 124 |
013 (cr) 029 (gs) 045 - 061 = 077 M 093 ] 109 m 125 }
014 (so) 030 (rs) 046 . 062 > 078 N 094 ^ 110 n 126 ~
015 ¤(si) 031 (us) 047 / 063 ? 079 O 095 _ 111 o 127

Exemple : On veut afficher « St-ELOI » :

Caractère Code ASCII Code ASCII


en décimal en binaire
S

t
-
E
L
O
I

Terminale S - page 8 - S.I


Transmission de l’Information.

Chronogrammes :

3.2 Liaison série

Lors d’une liaison série, les bits du mot à transmettre ne sont plus envoyés
simultanément sur plusieurs lignes différentes, mais les uns après les autres sur une
même ligne.

L’opération qui consiste à transformer une donnée présente sur un bus parallèle en une
donnée série s’appelle sérialisation.

Terminale S - page 9 - S.I


Transmission de l’Information.

La donnée sérialisée peut être transmise dans l’ordre LSB en premier, il s’agit alors
d’une transmission en mode Little Endian. Dans le cas contraire il s’agit d’une
transmission en mode Big Endian.

Exemple : Transmission du caractère ‘E’ (code ASCII (69)10 = (01000101)2) :

 Mode Little Endian :

 Mode Big Endian :

Il existe deux grandes familles de liaisons séries : les liaisons synchrones, et les liaisons
asynchrones.

Terminale S - page 10 - S.I


Transmission de l’Information.

3.2.1 Liaison série synchrone

Ce type de liaison utilise une ligne pour le signal à transmettre et une autre ligne
(appelée horloge) pour synchroniser les échanges.

 Lorsque le signal d’horloge est actif, le récepteur lit la donnée présentée par
l’émetteur.

 Lorsque le signal d’horloge est inactif, le récepteur ne lit plus la donnée, et


l’émetteur peut placer une nouvelle donné sur la ligne.

3.2.2 Liaison série asynchrone (type RS232)

Dans une liaison série asynchrone, l’horloge n’est pas transmise. L’émetteur et le
récepteur possèdent tous les deux leurs propres horloges, qui doivent être de même
fréquence. Afin que l’horloge du récepteur puisse se synchroniser sur celle de
l’émetteur, chaque octet transmit est encadré par un bit de START et un bit de STOP.

Constitution d’une trame :

 La transmission est effectuée en mode Little Endian

 Les données sont précédées d’un bit de START toujours à 0

 Les données sont suivies d’un bit de STOP toujours à 1

Terminale S - page 11 - S.I


Transmission de l’Information.

Constitution d’une trame avec bit de parité :

Il s’agit d’un mécanisme destiné à détecter une éventuelle erreur de transmission.

On dit qu’un mot est PAIR lorsque le nombre total de bits à 1 qui le composent est pair ;
par exemple le mot 11010111 est pair, et le mot 11010011 est impair.

Dans le protocole de liaison on peut convenir de ne transmettre que des mots pairs ou
impairs. Par exemple, si le protocole prévoit un contrôle de parité pair, et que le mot
envoyé contient naturellement un nombre impair de bits, le bit de parité est positionné à
un afin de rendre pair le nombre total de bit.

En cas d’erreur de transmission, (si un bit change d’état), la parité n’est plus respectée,
ce qui permet au récepteur de détecter l’erreur.

Exercice : Représenter la trame « SI » en utilisant la parité paire.

4 LIAISON POINT A POINT

Une liaison point à point est une liaison établie entre deux et seulement deux machines.
Il existe trois types de liaisons point à point.

Terminale S - page 12 - S.I


Transmission de l’Information.

4.1 Liaison simplex

Avec ce type de liaison, la communication entre les deux machines ne peut avoir lieu que
dans un seul sens.

4.2 Liaison half duplex

Avec ce type de liaison, la communication entre les deux machines peut avoir lieu dans
les deux sens, mais pas simultanément.

4.3 Liaison full duplex

Avec ce type de liaison, la communication entre les deux machines peut avoir lieu dans
les deux sens simultanément.

Terminale S - page 13 - S.I