Vous êtes sur la page 1sur 6

Introduction :

La pile a trouvé sa place dans notre quotidien. Son utilisation se généralise et


aujourd'hui, elle continue à faire l'objet de recherches dans les laboratoires
académiques ou industriels. Les problèmes environnementaux qu'elle soulève
tentent d'être résolus.

Les piles et accumulateurs électrochimiques sont des sources d'énergie électrique


obtenue par la transformation directe d'énergie chimique. La différence entre une
pile, un accumulateur et une batterie est la suivante: une pile n’a qu’une seule
utilisation tandis que l’accumulateur en a plusieurs. Une batterie est un assemblage
de plusieurs piles ou accumulateurs pour obtenir une plus grande réserve d’énergie
et une production d’électricité supérieur. Les batteries sont souvent confondues avec
les accumulateurs des appareils électroniques. Dans une pile, deux électrodes,
l’anode et la cathode baignent dans une substance conductrice appelée l’électrolyte.
L’anode est constituée de matériaux qui libèrent des électrons (plomb, fer, zinc,
cadmium, calcium, aluminium, magnésium, lithium) ou de l’hydrogène. La cathode
est constituée de matériaux qui fixent les électrons (soufre, halogènes ou des oxydes
métalliques). L’électrolyte est composé le plus souvent d’un sel dissout dans un
solvant stable vis-à-vis des électrodes. Les électrodes sont choisies pour leurs
propriétés permettant de solubiliser et ioniser ce sel.

La grande majorité des piles sur le marché sont les piles alcalines et salines, elles ne
contiennent plus de mercure depuis 1994. Les seules piles en contenant sont des
piles boutons mais heureusement elles sont progressivement remplacées par
d’autres produits de substitution ne contenant plus ou moins de mercure. Mais ces
piles sont devenues moins performantes, c’est pourquoi de nombreuses recherches
sont menées.
Le recyclage des piles :
Les piles et batteries dans le flux des déchets spéciaux :

Les piles et batteries électriques sont reconnues comme des sources de produits
toxiques et nécessitent un traitement particulier.
Le tonnage des cendres produites chaque année avoisine les 400 000 Tonnes en
France. Le gisement des piles est bien plus faible mais il contribue à aggraver
lourdement la toxicité de ces poussières. Le recyclage des piles est donc inévitable.
Si le recyclage des batteries au plomb et au nickel-cadmium est effectué depuis
longtemps et conduit à la valorisation du plomb, du nickel et du cadmium comme
métaux de seconde fusion, le traitement des piles est plus complexe, du fait de leur
composition et de leurs formes très variées.

Les procédés de recyclage :


Depuis 1991, les piles sont considérées en Europe comme déchets dangereux :
Tous les modèles de piles sont recyclables.
Les opérations de valorisation doivent donc tenir compte de la présence de
l'ensemble des éléments les constituant, comme les électrolytes et les électrodes. Il y
a plusieurs types de procédés de recyclage la distillation et la pyrolyse afin de traiter
les piles à forte en mercure, l’hydrométallurgie pour traiter les piles alcalines et
salines et la pyrométallurgie pour traiter les piles salines et alcalines mais aussi les
batteries de démarrage. Le traitement des piles permet de valoriser, après affinage :
le nickel, le cadmium, le zinc , le manganèse , le fer et le mercure.

Aujourd'hui, la France dispose avec 12 sites de traitement de pile d'une capacité


supérieure à la totalité des quantités annuelles de piles et accumulateurs usagés en
France. Un tiers d'entre eux traitent les batteries au plomb.
Seule une pile sur trois est recyclée dans le pays.
Deux usines seulement ont les capacités de recycler les piles usagées à une grande
quantité grâce à des fours qui font fondre les piles à 1 200 degrés pour en récupérer
les métaux lourds.
Donc deux tiers des piles et accumulateurs sont soit jetés dans la nature, avec les
effets désastreux sur l’environnement, soit jetés à la poubelle. Dans ce cas, les piles
sont incinérées, et les métaux lourds qu’elles contiennent polluent l’atmosphère et les
déchets d’incinération.

L’Europe s’est penchée sur le problème en 2006 et a imposé de nouvelles normes


pour interdire les piles contenant dont la concentration métaux lourds est trop
importante et pour imposer des normes de recyclage.
Car les piles sont facilement recyclables : à partir d’une tonne de pile, on extrait
jusqu’à 600 kg de matériaux réutilisables.
Les fabricants et distributeurs ont l’obligation de mettre en place des filières de
recyclage. On peut trouver des « batribox » dédiées à la collecte des piles un peu
partout :
 Dans les grandes surfaces
 Dans les déchetteries, on trouve des conteneurs spécifiques
 Dans les mairies

Les piles subissent un processus de recyclage mécanique puis chimique, qui


récupère les produits qui peuvent l’être.
Avec le plomb et le cadmium recyclé on forme de nouvelles piles, avec le zinc on
peut faire des gouttières, des toitures…, avec la manganèse on fait de la peinture,
avec du ferromanganèse on fait des bornes anti-stationnement, des dents de
pelleteuse…, avec de l’acier on fait des carrosseries de voitures, avec du laitier des
travaux sur les routes, de la laine de roche...

Schéma de recyclage d’une pile :

Étude de cas, une pile dangereuse : la pile à


l’oxyde de mercure :
Réaction dans la pile: du côté de l'anode en zinc métallique (Zn), des électrons sont
libérés par la réaction d'oxydation.
Zn + H O ⇒ ZnO + 2 H + 2 e
2
+ -

Du côté de la cathode l’oxyde de mercure se réduit en mercure.


HgO + 2 H + 2 e ⇒ Hg + H O
+ -
2
Les électrons circulent par le circuit électrique pour permettre la réaction
d'oxydoréduction.
Quand il n'y a plus de zinc d'un côté, ou d'oxyde de mercure de l'autre, la pile est à
plat et elle doit être recyclé.

Comme leur nom l’indique les piles au mercure contiennent jusqu’ à 30 % de


mercure, métal particulier toxique pour l’homme. C’est pourquoi elles ont été
interdites en Europe, aux États-Unis et au Canada.

Voici, d'après le site du gouvernement les risque du mercure:


Les risques: Irritations des voies respiratoires
Troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhées)
Pneumopathie diffuse avec œdème interstitiel
Stomatite (inflammations de la muqueuse buccale)
Erythème scarlatiniforme (lésion, rougeur de la peau)
Atteinte tubulaire rénale
Encéphalopathie, pouvant conduire à des convulsions et au coma

Risques chroniques (exposition prolongée)


Modifications de comportement (dépression, hyperexcitation)
Stomatite
Chute de dents en cas d’intoxication sévère
Encéphalopathie caractérisée dans un premier temps par une irritabilité, de
l’anxiété et des insomnies puis par des tremblements pouvant conduire à une ataxie
cérébelleuse.
Autres risques
Incendie : lié à l’explosion de composés tels que le fulminate mercurique sous l’effet
de la chaleur ou d’un choc
Intoxication : liée aux vapeurs et/ou aux poussières toxiques de mercure émises
lors d’un incendie

La pile au mercure est donc extrêmement dangereuse pour l’homme et pour


l’environnement

Etude de cas sur les deux piles les plus utilisés


aujourd’hui :

La principale différence entre ces deux piles est la solution : la solution ionique dans
laquelle circulent les charges varie d’une pile à l’autre.
Dans la pile saline (ou Leclanché), l’électrolyte est un composé salin avec du
chlorure d’ammonium, du zinc…Alors que dans la pile alcaline l'électrolyte est une
solution basique contenant un métal alcalin composé de lithium, sodium, potassium,
....

La solution qui est utilisée dans les piles alcalines permet aux ions de circuler plus
vite que dans celle utilisée pour les piles salines.
En effet pour un temps identique, une pile alcaline fournira plus d’électrons qu’une
pile saline et son intensité sera plus importante.

Ces piles ne vont pas être utilisées pour le même type d’appareil. Les piles salines
étant moins puissante, elles vont être utilisées pour des appareils à faible
consommation comme des horloges, des radios, des télécommandes, des lampes
torches…Alors que les piles alcalines sont plus puissante et seront utiliser pour des
appareils à faible consommation mais aussi des appareils demandant plus de
puissance comme des appareils photo, des lecteurs MP3…

D’autres types de piles et d’accumulateur :

Les piles au lithium : sont relativement chères. Elles durent 5 fois plus longtemps
que les piles alcalines (elles délivrent 3,5 Volt quand les piles alcalines n'en délivrent
que 1,5 V). Si elles font une faible consommation énergétique, elles peuvent avoir
une longue durée de vie.
Utilisation : Les piles au lithium ont divers formats

Les piles zinc-air : sont le plus souvent utilisés en format de piles boutons
Utilisation : montre, petits appareil à faible consommation d’énergie

Les piles à l’oxyde d’argent : sont des accumulateurs électriques principalement


construit à partir d’oxyde d’argent, Il existe deux formats de ces piles : des très
petites utilisés en pile bouton et des plus grandes.

Utilisation: surtout pour les montres


Lexique:

Valorisation: Transformation d'un déchet en vue d'une utilisation plus noble.

Distillation: Procédé de séparation des constituants d'un mélange par ébullition.

Pyrolyse: Décomposition chimique obtenue par chauffage.

Hydrométallurgie: traitement chimique qui permet de passer les métaux en solution

Pyrométallurgie: récupération des métaux par incinération

Sources :

http://www.viviani.org/claud/volta/31evolpl.html

https://tpepilecombustible.wordpress.com/

http://tpecasanovajr.canalblog.com/

http://perso.club-internet.fr/dspt/les_piles.htm

http://www.academie-sciences.fr/membres/in_memoriam/Volta/Volta_publi.htm