Vous êtes sur la page 1sur 25

Marc-Louis QUESTIN

La Magie du Chaos
Anthologie
1 | Marc-Louis Questin
La radicale déconstruction

« Nous sommes venus du chaos et nous retournerons au chaos. »


Terence McKenna

La substance infiniment jouissive de la philosophie du chaos


s’origine dans une vision du monde et de l’être radicalement dépouillée
de toute scorie idéologique ou partisane. Des anciens philosophes de
la Grèce antique aux expériences contemporaines d’un occultisme
débridé, ce que l’on peut appeler la Magie du Chaos continue d’exister
contre vents et marées, fait son chemin dans les consciences et dans le
cœur des initiés.

Les paradoxes de la Magie du Chaos se rapprochent étrangement


des préceptes de Houeï-Neng, le sixième patriarche du Tch’an. La vraie
vitesse est immobile. C’est notre esprit qui bouge sans cesse. Tout n’est-
il pas que vacuité ? C’est un immense éclat de rire qui crée les mondes et
les formes. Le jeu virtuel des apparences n’est qu’un miroir allégorique.
Le désir et le rire, ces deux pôles de l’extase, transcendent la mort et
la douleur. Chaque précepte énoncé contient sa propre contradiction.
Aucun système philosophique, politique ou social, n’est véritablement
stable ni défini une fois pour toutes. Ce qui permet à la conscience de
rechercher en permanence de nouvelles pistes à explorer.
2 | La Magie du Chaos

Étudier les principes et les règles éthiques et philosophiques de la


Magie du Chaos revient à parcourir les différentes modalités du chemin
de l’éveil. Les vérités élémentaires sont à tout prendre intemporelles.
Les techniques mises en place pour dépasser/transcender l’ego se
confrontent inéluctablement avec le réel. La conscience n’est pas
seulement reliée au corps, elle est aussi tributaire de son environnement
et des implications sociales et politiques. Le praticien de la Magie du
Chaos s’intéresse de très près à la réalité économique et culturelle de son
époque. Mais l’approche très subjective qu’il a de la réalité ne ressemble
pas forcément à celle de ses contemporains. Cette radicale singularité
distingue la pensée autonome. Ce qui fait sens, dans la réalité, peut
toujours être détourné de ses fonctions initiales. Rien n’est jamais
définitif. Tout peut changer, se transformer, se métamorphoser au gré
de son désir, d’un instinct primordial de révolte, d’une soif de justice et
de vaste connaissance.

Les outils conceptuels proposés par les différents théoriciens


de la Magie du Chaos permettent ainsi à la conscience de s’investir
profondément dans un changement de paradigmes qui modifie de fond
en comble l’approche sensible des phénomènes. C’est une pratique
opérative qui nécessite beaucoup d’audace, d’intelligence et de courage.
Sans parler de l’humour, indispensable à cette démarche.

De fait, il est toujours possible d’établir un parallèle entre la philo-


sophie radicale du chaos et la pensée situationniste, le mouvement
dadaïste, voire la Beat Generation. Cependant les différences
conceptuelles et les principes de base de la Chaos Magick lui assurent
une singularité providentielle, résolument originale, qui n’a rien à
envier à tout autre mouvement de la contre-culture.

La dictature économique limite considérablement l’expression


sensorielle, artistique et sexuelle. Ce n’est qu’en pratiquant la
politique de la taupe qui creuse des galeries à l’intérieur de la terre
que l’on peut détourner et même parfois annihiler/court-circuiter
les principes stériles, les dogmes rances et mortifères que le système
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 3

a soigneusement mis en place. Les manifestations souterraines de la


conscience en voie d’éveil relativisent les préjugés de la culture dite
officielle. Chaque expérience est délectable, unique et singulière. La
destruction d’un processus engendre un flot fécondateur. Aucune
action n’est véritablement destructrice car la lumière naît du chaos,
du champ de mines de la conscience. Le plus serein des contemplatifs
demeure encore attaché à sa propre pensée. C’est le temps qui circule
dans le corps du veilleur, un temps précis et biologique, émotionnel et
viscéral. Nous ne sommes plus dans l’abstraction quand c’est le geste qui
commande et que s’exprime enfin l’instinct de la survie providentielle.

Le chaos est une masse d’énergie électrique qui pulvérise les


certitudes de la conscience discriminante. La pensée évolue en fonction
du langage. Source de joie ou de tristesse, tout instant fugitif accapare
notre esprit. Mais rien ne nous oblige à accepter un simulacre de
réalité. On peut passer sa vie entière à méditer sur le réel mais tout cela
ne change rien car tout finit par se dissoudre et retourner à l’origine.
Ce sont les cendres de la conscience qui facilitent le dépassement. Les
rituels participent de la danse essentielle. Comme dans les grottes
préhistoriques qui abritèrent les précurseurs d’un chamanisme pictural.
Le bison, l’ours ou le cerf qui sont gravés et dessinés continuent
d’exister à jamais dans le temps. Ils sont présents, réels, précis, bien
plus réels que les zombies d’une effroyable modernité qui ne propagent
que l’imposture et le mensonge organisé.

La majestueuse déesse Kâlî transcende les forces de destruction.


L’énergie courroucée est une saine protection. Les forces magiques de
la pensée et d’une intense méditation ont le pouvoir de transmuter le
tourbillon des phénomènes. La Magie du Chaos est une arme redoutable
qui accélère l’évolution de nos pensées les plus intimes. La puissance du
désir favorise le destin.

Les magiciens chaotistes font remonter leurs principes fondateurs à


la plus lointaine antiquité. Qu’il s’agisse du célèbre peintre et occultiste
Austin Osman Spare, du magicien thélémite Aleister Crowley, du
lysergique chercheur Timothy Leary ou du génial Peter Carroll,
4 | La Magie du Chaos

ces figures emblématiques de la déconstruction radicale du monde


phénoménal ont toujours insisté sur l’antériorité de leur philosophie.
La Magie du Chaos est une praxis opérative archéo-futuriste  : on y
trouve des références précises aux philosophes présocratiques, à la
magie rituelle des runes, à la légende de Gilgamesh et aux mystères
de Babylone, d’Héliopolis ou d’Eleusis. Ce passé intensément présent
se mêle audacieusement aux visions futuristes d’un certain nombre
d’artistes et de penseurs contemporains.

« À Dieu seul, justement parce qu’il est Dieu,


il est permis d’être athée. »
Giovanni Papini

La Magie du Chaos existe depuis la nuit des temps. Cette philosophie


ludique et à tout prendre opérative est sans aucun doute l’une des rares
portes de sortie permettant de s’affranchir en toute conscience du règne
inique de l’illusion, des forces de mort phénoménales.

À qui s’adresse alors ce livre ? À tous ceux qui espèrent compléter


ainsi leur connaissance de l’univers et de l’esprit, des multiples et
savoureuses contradictions de l’être humain, trop humain. L’existence
serait bien triste si elle n’était secrètement dirigée par la ronde incessante
des paradoxes insolites. Jusqu’à même parfois provoquer le vertige  !
Comme le disait si bien Céline, on ressent comme « une ambiance de
chaise électrique ». Rien ne vaut l’expérience, l’exploration au jour le
jour des mondes subtils et souterrains. Peste soit du chaos qui taraude
nos vies programmées dans l’urgence ! Regards hostiles paranoïaques
d’un monde urbain postmoderne soumis à la plus parfaite et radicale
décomposition.

De là sans doute ces mutations qui ne donnent pas encore leurs


noms. Le désordre éclectique du chaos programmé est un ordre
stellaire, organique, biologique. Ce qui se lit en filigrane entre les pages
de Finnegans Wake, le chef d’œuvre «  illisible  » et majestueusement
lyrique de James Joyce. Hermétique pour certains et terriblement
compréhensible pour d’autres.
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 5

Le jeu sensuel des perceptions ouvre un espace neurologique. Toute


authentique philosophie est une lutte biologique, un viscéral corps à
corps entre l’instinct et la jouissance, la volonté et le désir, l’humilité et
le triomphe. La philosophie amoureuse du combat se donne l’entière
liberté de choisir volontairement ce qui lui fait le plus de bien. La pensée
positive n’est pas si éloignée que cela de la Magie du Chaos. L’ordre et
le chaos sont intrinsèquement liés. L’ordre nous renvoie à l’unité, à la
mesure de toute chose, chère à Montaigne, aux humanistes. L’ordre
est aussi une illusion, le prétexte éternel à toutes sortes de dictatures
(au nom de Dieu, de la patrie, de la famille et du devoir). C’est dans ce
sens que le chaos, d’un point de vue strictement sociétal, est pour le
moins salutaire. Comme à une table de poker, il permet de redistribuer
rapidement les cartes, d’établir de nouvelles données, de modifier le
cours des choses, le destin des nations et des individus. Le futurisme
italien de Marinetti à ce propos est éclairant. Ce même futurisme,
sous l’influence du dadaïsme, a largement contribué à l’évolution de
la musique bruitiste industrielle. Pacific 231, Psychic TV, Throbbing
Gristle, Le Syndicat, Coil, Die Form et Vivenza sont en quelque sorte
les lointains héritiers du futurisme italien.

L’énergie pure de la vitesse précipite les métamorphoses innées de la


perception créatrice. L’esprit et le corps étant inséparables, le jeu sensuel
des perceptions et la matière ultrasensible sont intrinsèquement reliés.
Les frontières étriquées de l’occultisme traditionnel sont ici dépassées !
La vraie magie ne se trouve pas ailleurs qu’au cœur de la plus simple
réalité. Les mots, les couleurs, les sons et le silence ne sont rien d’autres
que magiques. L’écrivain William S. Burroughs et le peintre Brion
Gysin ont toujours mis un point d’honneur à développer ces variations
picturales et littéraires autour de cette assertion pour le moins zen et
chaotiste.

Le climat interfère sur les forces de la nuit. Méditation à la


pleine lune. Un simple koan en dit bien plus que toutes les sommes
théologiques ou philosophiques réunies. Et la photo est un koan. L’image
s’imprègne dans le cerveau. Choisissez scrupuleusement les images qui
6 | La Magie du Chaos

transpercent votre âme ! Personne, Dieu merci, ne peut jamais vivre


ou mourir à votre place. L’existence est logique, implacable et lucide.

Chaque ouvrage publié échappe ainsi à son auteur. Il est comme le


Golem de la tradition juive, à la seule différence qu’il ne s’écroule jamais
car le mot Vérité (Emeth en hébreu) ne peut jamais être effacé.

Il faut relire attentivement ce qui se joue entre les lignes, les graphis-
mes électriques de la longue solitude, le chant noir des corbeaux au-
dessus des abîmes, les mélopées de la conscience et du désir incandescent
qui balbutient sur les rivages de notre intime inconnaissance.

La dialectique du plein et du vide, dans l’optique du Tch’an ou de la


métaphysique radicale d’un Nâgârjuna, remplace l’opposition binaire de
Dieu et du Diable. Les notions périmées de la morale judéo-chrétienne
sont alors transcendées par le jeu incessant des diverses énergies. L’être
voyage dans le temps, le temps et l’espace se positionnent différemment
à l’intérieur de l’être selon la qualité et la vitesse de ses perceptions.

La déconstruction progressive de la réalité s’enracine dans une


volonté de ne plus être dupe des mécanismes de contrôle. La seule
autorité légitime reconnue par l’individu est celle de son propre esprit
qui seul décide de ce qu’il convient de faire ou de penser. L’extrême
brièveté de la vie incite à toujours plus de vigilance, de compassion et
de miséricorde. Chaque destin est unique et ne saurait se substituer aux
lois factices et arbitraires de tout système limitatif.

La perception lucide du chaos intérieur redistribue les cartes


conceptuelles susceptibles de clarifier notre sens éthique et
philosophique. La saturation progressive des informations a le mérite
de laisser la place à de nouvelles conceptions qui s’ordonnent peu à peu
dans la sphère du savoir. Cette présence inénarrable de la multiplicité
mise en œuvre par le corps et ce qui pense à travers lui détermine et
focalise l’incarnation de la conscience. Car l’extase matérielle est un fait
avéré. La matière extatique de l’extase matérielle (titre du premier et
excellent ouvrage de Jean-Marie Gustave Le Clézio) rend hommage au
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 7

chaos primordial ordonné par soi-même, à la sainte souveraineté des


pensées et des actes connectée au divin et à la source originelle.

Il ne faut pas oublier la mythologie grecque décryptée par Hésiode


dans sa Théogonie ni les travaux passionnants de Georges Contenau puis
de Ralph Abraham sur la portée fondamentale de Marduk et Tiamat
dans la cosmogonie babylonienne du Déluge. Qu’on le veuille ou non,
et ce n’est pas seulement une question de mémoire historique ou
d’héritage génétique, nous vivons toujours sous l’emprise métaphysique
et spirituelle de ces mythologies archaïques du Chaos. Lequel Chaos
ne pouvant se concevoir sans un rapport direct avec la nostalgie d’un
Age d’Or. Ce paradis perdu est-il bien loin derrière nous ou est-il au
contraire inscrit dans le futur de l’humanité ? Bien malin ou prophète
celui qui saurait répondre à cette question !

Selon Skalde Thurse, un jeune praticien, la Magie du Chaos est le


syncrétisme de toutes les traditions anciennes spirituelles et religieuses,
dépouillées de leurs oripeaux pour ne garder que la trame censément
opérante et magique afin de la comprendre dans sa nudité totale. Et
Skalde Thurse de préciser  : «  Ce syncrétisme peut dorénavant être
enveloppé par les paradigmes propres du kaote opérant, qu’ils soient
déjà existants ou personnels et totalement fictifs, afin de devenir plus
proches et plus adaptés au pratiquant, pour une meilleure charge du
rituel magique, ce que les kaotes nomment “gnose”.  » En d’autres
termes, selon cet occultiste chevronné, « être kaote, c’est démonter une
voiture pour n’en garder que le moteur et le squelette d’acier, et refaire
soi-même la carrosserie à son envie pour bien imprégner la route de
sa présence lorsqu’on va débouler en trombe, plutôt que juste faire
remarquer l’ancienne marque de la bagnole. »

La Magie du Chaos ne se distingue guère de la démonologie, n’en


déplaise aux esprits prudes et rationnels, en ce sens qu’elle convoque les
puissances de l’abîme et le jeu foisonnant des subtiles transgressions.
C’est une magie opérative qui ne laisse finalement rien au hasard. La
radicale déconstruction des systèmes arbitraires de pensée et partant
8 | La Magie du Chaos

de comportements favorise un renouveau salutaire du symbolisme


mis en œuvre. Les métamorphoses sont tout à la fois complexes et
infinies. Aucune limite n’est établie quant à l’utilisation ludique, pour
ne pas dire jouissive, des différents niveaux de permutations. L’art
de la guerre et le hasard, la divination et la haute stratégie sont ainsi
employés au service d’une vision transpersonnelle et résolument
gnostique et libertaire du monde. Les dualités conceptuelles capitulent
assez vite devant ce qui ressemble à un bouleversement définitif de
la pensée binaire aristotélicienne. Chaque paradigme est aussitôt
remplacé ou dépassé par son contraire qui lui-même disparaît au profit
d’un autre paradigme encore plus radical. Ce perpétuel chassé-croisé
des concepts, à chaque fois éprouvés par le feu du langage et la beauté
de l’intuition, précipite la transformation philosophique et spirituelle
de tous ceux qui s’impliquent dans ce choix de pensée. Le corps lui-
même y participe, ainsi que toute la gamme des émotions. Chacun,
bien entendu, s’adapte à ce nouveau climat intellectuel en fonction
de ses attentes et de ses capacités créatrices ; bien que le fait de créer
ne soit pas une fin en soi. Un pur contemplatif dans l’esprit d’Alan
Watts ou de Tchouang-Tseu a aussi son rôle à jouer dans cette lente
évolution/transformation des paradigmes. Chacun trouve midi à sa
porte pour peu qu’il soit déterminé à ne plus jamais se laisser aliéner
par un système mortifère de lois iniques et obsolètes.

Comme le dit justement Genesis P-Orridge, le génial musicien de


Throbbing Gristle et de Psychic TV, « si on définit la réalité comme
un enregistrement, alors nous avons le pouvoir de le remonter, le
réarranger, le recontextualiser et le rejouer en coupant et réassemblant
notre propre réalité, et éventuellement celle des autres ».

L’interférence de notre plus intime désir avec la structure ordinaire


de la réalité modifie sensiblement l’essence d’une situation. À l’écoute de
certaines musiques modernes de transe, la substance même de la réalité
n’est plus perçue de la même manière. L’esprit se définit toujours par
rapport à quelque chose. Si plus rien n’existe en face de notre esprit, si
les symboles et les mythes laissent place au vide, à l’infini, alors l’espace
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 9

et la pensée finissent par s’unir. Cette extase ne porte pas de nom. Elle
est fugace, insaisissable et indicible. Dans l’œuvre de Georges Bataille,
le rire et la tragédie sont intimement liés. Cette expérience ultime du
rire qui traverse la mort à la vitesse de l’éclair unifie les contraires,
réconcilie les opposés en un jeu dialectique, luciférien et dionysiaque.

Les théoriciens de la Magie du Chaos s’inspirent le plus souvent


des systèmes établis par Austin Osman Spare, qui fut un certain temps
proche d’Aleister Crowley et de Peter Carroll qui fonda l’ordre des
Illuminés de Thanateros. Le système magique de Spare (1886-1956) est
le culte de Zos-Kia. Kia est le principe fondamental de la vie, le « moi
atmosphérique » ou « soi cosmique » qui se manifeste à travers Zos, le
flux multiple des sensations qui constituent un être humain.

C’est une certaine Mrs. Paterson, une vieille femme du genre sorcière
qui avait la capacité de se changer en une belle jeune fille sensuelle,
qui aurait initié le jeune Spare à la sexualité et à la sorcellerie. Celui-
ci entra dès 1909 dans la branche crowleyenne de la Golden Dawn, à
savoir l’Astrum Argentinum. Il collabora régulièrement à la revue de
Crowley, The Equinox. Appelé sous les drapeaux pendant la Première
Guerre mondiale, Austin O. Spare s’affirme comme artiste dans les
années 1919-1921. Son succès de peintre sera hélas de courte durée.
Comme le rappelle Massimo Introvigne, « l’intense érotisme magique
qui imprègne ses toiles suscite la désapprobation de nombreux critiques
qui y voient le reflet de sa vie privée désordonnée et scandaleuse. La
parution de L’Anathème de Zos consacre la rupture définitive avec la
critique et avec l’art officiel. » Depuis cette date (1927) jusqu’à sa mort
en 1956, Austin O. Spare vivra très pauvrement, fréquentant clochards
et prostituées, en dépit d’importantes expositions de ses œuvres, dont
une mémorable à la Archer Gallery en 1947.

Les principaux écrits de Spare ne seront réédités qu’après sa mort


par le célèbre occultiste Kenneth Grant, son exécuteur testamentaire.
Spare reste connu dans les milieux thélémites (qui pratiquent la Magick
de Crowley) pour sa contribution à la magie autosexuelle. Il y aurait
10 | La Magie du Chaos

beaucoup à dire sur la technique secrète des « sceaux » utilisée par ce


magiste dans sa vision tantrique du monde.

Spare est tout de même l’auteur d’une théorie de l’inconscient qui est
à la base de son système magique. Cette théorie ne fut pas d’ailleurs sans
influencer Sigmund Freud et peut-être aussi, dans une certaine mesure,
la notion d’archétypes de Carl-Gustav Jung. Pour Austin O. Spare, la
subconscience est le résumé de toutes les expériences et sagesses de nos
incarnations antérieures sous la forme d’êtres humains, d’animaux, de
végétaux, etc. Chaque incarnation n’est rien d’autre qu’une strate dans
l’échelle infinie de l’évolution. Plus profonde est la couche explorée, plus
ancienne est la forme de vie découverte. La dernière étant « la simplicité
toute puissante ». Évoquer ces différentes existences permet, selon le
magicien, de gagner leur puissance et leurs propriétés magiques.

Mais par quel moyen faire entrer en action ces forces du


subconscient  ? Spare crut le découvrir en provoquant des moments
de vacuité psychique, moments magiques où, l’esprit se trouvant
entièrement vide de contenu, il projetait un sceau dans l’inconscient
en utilisant simplement les lettres de l’alphabet entremêlées afin de
créer une figure symbolique. Les lettres utilisées étant principalement
celles du mot définissant le désir à réaliser. Comme le signale
Christian Bouchet, « ce sceau symbolisant un désir particulier devait
être délibérément oublié, refoulé, afin de laisser le désir s’approprier
l’énergie des couches profondes de cet inconscient. »

Reprenant une idée de Crowley sur l’utilité dans la recherche


gnostique des moments de grande fatigue et des états limites, Spare
tient à préciser dans son Book of Pleasure que les moments où le sceau
peut être projeté peuvent être obtenus par « les mantras et la posture,
le vin et les femmes, le tennis, le jeu de patience ou la marche avec
concentration sur le sceau, etc. » La posture évoquée est la posture du
mort (relaxation sur le dos), connue en yoga sous le nom de savasana.
Elle serait susceptible de produire des états d’extase pure et vides de
tout contenu.
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 11

La Magie du Chaos se refuse à toute métaphysique, à toute


cosmologie et à toute vaine théorisation. La technique seule l’intéresse
étant donné que toute magie se juge uniquement à ses résultats.
Pour cette raison, l’accent est mis sur des rituels dépouillés et des
pratiques physiques intenses. « Les états altérés de conscience, précise
Peter Carroll, sont la clef permettant de libérer ses propres capacités
magiques et ces capacités peuvent être développées sans aucun système
symbolique. »

De multiples magies sont à l’œuvre ici même. Un regard suffisamment


éveillé peut d’emblée percevoir le sens caché d’une situation. « Si rien
n’est vrai, tout est permis », disait le Vieux de la Montagne, le redouté
Hassan-I-Sabbah. La liberté est à ce prix  : maîtriser les arcanes d’un
désir immanent, pouvoir s’extraire du champ social et judéo-chrétien
de la culpabilité, détecter ses alliés, mettre en forme ses rêves, l’essence
vitale de son projet. La magie est ainsi une action quotidienne. Un
dandysme de l’extase fait alors son chemin.

Seuls comptent vraiment l’instant présent et la jouissance qui s’en


dégage. Car l’existence est un plaisir qui outrepasse les lois sociales.
L’existence est un jeu qui contient l’univers, l’infinité des mondes
possibles et des dimensions parallèles de l’esprit. « II n’y a qu’un seul
péché : la souffrance. Il n’y a qu’une seule vertu : la volonté de se faire
plaisir. » (Austin Osman Spare)

Comme je l’ai expliqué dans mon livre sur La Cinquième dimension, on


peut se référer à la physique quantique ou à la sémantique générale de
Korzybski pour comprendre les structures d’un univers à n dimensions.
Les perceptions du temps et de l’espace étant toutes relatives, il est tout
à fait possible de naviguer entre les strates de la matière intemporelle.
L’énergie qui anime la volonté du magicien est un jeu autonome de
références qualitatives. Chaque initié choisit volontairement et en toute
conscience son champ d’action, de situation. Tout comme un animal
marque son territoire, le magiste éveillé imprègne chaque lieu de sa
présence d’un charisme animé par les ondes du mana. La conception
12 | La Magie du Chaos

polynésienne du mana, de manière simple et imagée, évoque aussi le


magnétisme, le pouvoir curatif des hommes de connaissance.

Plus on s’avance sur le chemin, mieux on perçoit l’insignifiance des


notions ordinaires de bien et de mal, de lumière et de ténèbres, de ciel
et d’enfer. On en revient ainsi à Nietzsche, au suprême dépassement de
soi-même, à la recherche d’une extase qui soit en prise avec le monde,
qui transcende la matière et le flux des paroles, à la fois sensorielle,
libératrice et dionysiaque. Les forces vives du paganisme et des
anciennes mythologies sont dès lors invoquées dans la ronde incessante
des sortilèges et des sabbats. Car Osiris est un dieu noir, amas de forces
chaotiques, démesurées, incontrôlables. La Magie du Chaos s’enracine
dans un passé immémorial qui dépasse de très loin la conscience trop
humaine.

Seule une pensée radicalement libertaire, qui prend appui sur les
présupposés révolutionnaires de Guy Debord, Pierre Kropotkine,
William S. Burroughs ou Hakim Bey, peut être à même de refonder le
champ social et la nature.

Le « retour des tribus » présage d’une joyeuse apocalypse qui révèle


à soi-même les potentialités cachées et refoulées de l’être. C’est encore
Dionysos, le dieu chtonien des saines valeurs, celles de la nuit et des
enfers, qui s’accouple à Lilith, Morgane, Ishtar ou Astarté, à la Shakti
incandescente, cette âme du monde féminisée. De cette fusion naît
l’androgyne, la salamandre viscéralement alchimique de la Demeure du
Chaos, le cri de rage du Black Metal, le rire lubrique de Lucifer, la poésie
initiatique qui transfigure notre conscience à la lumière des inventions
d’une pensée «  constellisante  », païenne, solaire, «  rhizomatique  »,
libératrice et futuriste.

Plus les choses sont légères, éphémères et frivoles en apparence – ce


qu’avait bien compris Andy Warhol –, et meilleures sont les chances
de vivre pleinement l’instant unique qui vient à soi, la jouissance
immédiate des parcelles du réel. Cela dit, Eros et Thanatos sont
structurellement liés. La vie n’existe que parce que la mort y a sa part.
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 13

C’est bien cela la présence apaisante de la nature sauvage. C’est bien


cela que l’on peut appeler l’imagination du sens. On en revient à
Dionysos, aux forces ludiques et sauvages, incontrôlées et libertaires,
au panthéisme initiatique des plus lointaines sociétés secrètes. Il n’y a
rien de plus post-moderne à ce compte que les mystères d’Eleusis, la
transe extatique des chamanes, l’exploration psychédélique, les messes-
concerts du Black Metal, les raves qui durent jusqu’au matin, l’esprit qui
surfe sur le net. Car plus le sens se multiplie, plus les valeurs mises en
jeu se reproduisent à l’infini dans le miroir des perceptions, à travers le
langage et les différents niveaux de compréhension et de réalité.

« Faire de sa vie une œuvre d’art, ne plus perdre sa vie à la gagner, mettre
l’accent sur le qualitatif de l’existence. »
Michel Maffesoli, Apocalypse

Cette phrase aurait pu être signée par Raoul Vaneigem, l’écrivain


belge situationniste qui se passionne depuis longtemps pour les diverses
hérésies du monde judéo-chrétien. Michel Maffesoli n’hésite pas non
plus à citer volontiers Thomas d’Aquin ou saint Augustin. Ce qui ne
veut pas dire pour autant que ce brillant sociologue soit chrétien. Au
reste, les vrais chrétiens ne sont-ils pas surtout ceux qui prêchent la
transgression, ceux qui accordent, comme le fit Goethe, au Diable, à
l’Adversaire, à Lucifer et à Satan, la part d’honneur qui lui revient ?

Il serait malséant de reprocher à ce chercheur un optimisme plus


ou moins béat quant au devenir de notre civilisation. La philosophie
bouddhiste de renoncement prend appui sur un constat purement
effroyable de l’état des choses. La pensée nihiliste du philosophe
roumain Emile Cioran s’inspire, faut-il le rappeler, du sage et logicien
indien Nâgarjûna. Elle précipite vigoureusement le laborieux processus
de décomposition phénoménologique du monde.

Le constat réaliste de Michel Maffesoli se veut quant à lui résolument


optimiste et ludique. L’emploi fort judicieux d’expressions et mots
précieux ou compliqués n’est assurément pas le fait d’un quelconque
snobisme de la pensée. Un reproche semblable fut fait jadis aux écrits
14 | La Magie du Chaos

de Lacan et des situationnistes. La préciosité est une arme de jésuite,


les poètes Luis de Gongora et Gérard Manley Hopkins en témoignent,
ainsi que l’illustre écrivain irlandais James Joyce, qui fit ses classes chez
les Jésuites.

L’influence de ce dernier sur l’écriture de son ami Samuel Beckett


est indéniable. L’auteur de L’Innommable et de Molloy se référait bien
souvent à Vico, voire à Platon et aux présocratiques. Quant au peintre
Francis Bacon, lui-même ne cessait jamais de relire les œuvres du
dramaturge grec Eschyle, son auteur favori.

La Grèce, avec ses mages et ses sophistes initiés aux Mystères,


nous a légué un héritage philosophique et spirituel conséquent. Si
les nombreuses divinités ont pris depuis d’autres visages, Dionysos
est encore là qui chevauche les dragons de la douce amertume et de
la transe dimensionnelle. L’esprit d’Éris anime les êtres. Les voix
résonnent dans le théâtre des fleurs sauvages de la pensée. Des ombres
bleues sur les parois de nos cavernes spirituelles invoquent les fées et
les lutins à venir jouer dans la clairière de nos désirs immatériels. Le
jeu du monde intensifie les forces magiques et chaotiques. Car les états
multiples de l’être nous renvoient au reflet de la pure vacuité, à la note
infinie des parcelles du néant, à cette extase incandescente qui guide le
cœur des éveillés.

Théorie du chaos par effet d’entropie, la mémoire anticipe les


actions futuristes, mêlant les sons et les couleurs dans un ballet d’images
fluctuantes, de métaphores subliminales.

« Le chaos est la loi de la nature,


la partition sur laquelle s’écrit la réalité. » 
Lydia Lunch

Magie quantique du firmament et des plus saintes célébrations, la


recherche de l’extase, d’une indicible joie divine, s’appuie en fait sur
le réel et sur le jeu des circonstances. L’être se penche au bord du vide
jusqu’aux frontières les plus lointaines de la conscience originelle.
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 15

La maîtrise de la foudre est un art essentiel. C’est ce yoga de la


conscience, diamant tantrique des privilèges de toute recherche ivre
de vide, qui germe au cœur de toute action, élimine les obstacles et les
peurs inhérentes. Chaque épreuve traversée nous libère à jamais. Le
lumineux chaos de l’être déploie ses ailes de majesté. La Voie sublime
de la Main Gauche transcende les actes et les pensées. L’énergie
employée est une source de jouvence qui harmonise le jeu du monde et
les passions intemporelles. Pouvoir ainsi stopper le monde, incorporer
en toute conscience le jeu sensuel des perceptions, savoir choisir à
volonté le masque ou la métamorphose nécessaire à sa propre réalité,
laisse l’esprit se libérer au gré des rythmes et de la danse.

L’expérience du chaos mobilise le désir et le rythme fractal des


pensées malmenées. Tourbillon de l’esprit et du corps solidaire. De
quelle intime identité l’être peut-il se glorifier ? La plus petite particule
contient l’essence de l’ADN. Concevoir l’infini peut donner le vertige.
Le sens magique évoqué autrefois par Malcolm de Chazal ordonne la
quête du Graal interne, la découverte des sanctuaires neurologiques et
mémoriels.

Le magicien du Chaos ne reste jamais longtemps en place. Les


permutations incessantes de la pensée influencent aussi le corps. La
dérive psycho-géographique élaborée par Guy Debord et les premiers
situationnistes correspond tout à fait à cette extrême curiosité qui
anime constamment les chercheurs de très bonne volonté. Ainsi,
dans un même temps, en une fraction de seconde, peut-on éprouver
un plaisir identique à l’écoute ou à la remémoration de musiques en
apparence opposées. Cette juxtaposition des goûts et des couleurs,
cette valse des concepts, des théories et des passions est le symptôme
par excellence non pas d’une simple confusion, mais bien plutôt d’une
volonté consciente et délibérée de résoudre les contraires, de dépasser
et transcender les oppositions binaires et somme toute dyslexiques de
la pensée et du comportement. C’est donc à une véritable révolution
ontologique et spirituelle que nous conduit directement la pratique
très lucide des principes fondamentaux de la Magie du Chaos.
16 | La Magie du Chaos

Bien que ces principes et ces règles ne soient jamais arbitraires, ils ont
tout de même le mérite d’exister. Chacun est libre ensuite de vouloir
ou non les appliquer.

La Magie du Chaos est à l’image du tir à l’arc japonais. L’archer zen


ne se préoccupe guère de la flèche. Le tir parfait est toujours instinctif.
Ainsi, pour prendre un exemple littéraire, un grand nombre d’auteurs
ont-ils été influencés/vampirisés par Antonin Artaud, Louis-Ferdinand
Céline ou William S. Burroughs. Il faut savoir à un moment donné se
détacher de la moindre influence, si grandiose soit-elle. Ceux qui ne
jurent que par Peter Carroll, Austin Osman Spare ou Aleister Crowley
ne peuvent aller bien loin dans leur recherche personnelle tant qu’ils
n’ont pas intégré et dépassé leur modèle. Abandonner toute influence
et ne se fier qu’à son propre désir, à son unique volonté, est la meilleure
manière d’honorer les enseignements qui nous ont été transmis. Les
« maîtres » ne désirent surtout pas qu’on les singe. Les clones et les
clowns ne les intéressent pas !

Cela étant, chacun a sa propre manière, son propre style en fait,


d’intégrer et de faire siennes les théories qui lui paraissent les plus
susceptibles de fonctionner au quotidien. Les croyances ou non-
croyances de chacun sont indéfectiblement liées à la gestion des
émotions. La psychanalyse des idéologies est une science neuve dont les
pionniers se nomment Wilhelm Reich, Felix Guattari, Gilles Deleuze,
Michel Foucault, Michel Maffesoli. Rien de ce qui est pensé n’est
jamais innocent, et le hasard n’existe pas. Mais un sens apparent peut
cacher un autre sens plus profond qui lui-même dissimule... et la réalité
n’est jamais complètement acquise car nous ne savons strictement rien
en fait des véritables motivations d’un geste ou d’une pensée, d’un
évènement, d’une situation. C’est cette absence de certitude qui nous
oblige à investir de nouveaux champs de connaissance et de mettre en
pratique de plus souples concepts.

Approcher les différentes théories de la Magie du Chaos nécessite


un esprit toujours vigilant, ouvert à toutes les possibilités, même et
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 17

surtout les plus insolites. Il n’y a pas de recette magique idéale dans ce
domaine, et l’étude approfondie de ce champ de connaissance ne garantit
nullement que votre vie aura réellement changé. Les chaoticiens ne sont
pas des vendeurs d’illusions. Ils cherchent bien au contraire à en finir
avec ce jeu de dupes qui sévit trop souvent dans le monde confiné de
l’ésotérisme. Aucun dogme n’est jamais définitif en soi. Le propre de la
philosophie – et tout bon occultiste est un philosophe-né – est de faire
constamment évoluer les concepts. La pensée n’est jamais figée, elle se
transforme en permanence. La Magie du Chaos est un jeu naturel, une
danse de l’esprit et de la réalité, un sacerdoce pour le chercheur et un
trésor pour l’intellect. Ce n’est déjà pas si mal que cela !

Si rien n’est vrai, tout est permis. Cette célèbre phrase prêtée au
légendaire Hassan-I-Sabbah, le Vieux de la Montagne, chef de la secte
des Haschichins, ressemble étrangement à un koan zen. On peut inverser
la proposition  : si tout est vrai, rien n’est permis. La logique est ici
aveuglante. Les religions monothéistes et leurs cortèges d’interdits et de
règles draconiennes laissent peu de place en effet à la liberté individuelle,
à l’esprit critique et au libre-arbitre. Mais à partir du moment où le
principe même de réalité est sensiblement remis en question, l’être
humain puise en lui-même de quoi survivre et évoluer.

Les chaoticiens ne sont pas pour autant des satanistes puisque


Satan et Lucifer sont des figures monothéistes. Encore que Lucifer
et sa compagne Lilith soient souvent invoqués dans le paganisme
wiccan et les rituels thélémites. Ils ne sont pas forcément païens non
plus. Pourquoi vouloir à tout prix classifier et étiqueter ce parcours
spirituel ? La Magie du Chaos ne rentre dans aucune des cases définies
et connues. C’est ce changement de paradigmes qui fait la force de cette
pensée.

Pour autant, à l’instar du druidisme ou de la tradition odiniste, du


bouddhisme tibétain ou du Tch’an, celui qui s’investit dans la Magie du
Chaos s’efforce de pacifier son esprit afin de le rendre plus perméable
aux sensations et aux visions qui ne manqueront pas de se trouver
18 | La Magie du Chaos

sur son chemin. Le chaoticien est un être profondément calme qui


utilise les énergies au lieu d’être utilisé par elles. Tout à la fois sorcier
et savant, artiste et anarchiste, ascète et épicurien, le praticien adepte
de la Magie du Chaos est avant tout un être profondément sensible,
doué d’une certaine médiumnité plus ou moins prophétique selon les
circonstances. Guerrier, stratège et magicien, il ne s’en laisse pas conter
par les apparences souvent trompeuses du monde phénoménal. Il utilise
son pessimisme et son sens parfois cynique des réalités comme une
arme offensive, un scalpel froid et objectif qu’il utilise pour se guérir et
clarifier les émotions. Le chaoticien n’est donc pas le moins du monde
opposé aux autres techniques et traditions qui seraient susceptibles
d’apporter de l’eau à son moulin. Il fait feu de tout bois et n’hésite pas
un seul instant à voler le feu prométhéen de la connaissance. Mais à
la différence des « professionnels » de la non-dualité et autres tristes
figures de la mouvance spiritualiste, le chaoticien (ou chaote) ne se
prend jamais au sérieux, fidèle en cela à la pensée de Nietzsche pour
qui le rire et la transe dionysiaque devaient toujours primer sur l’esprit
cul-de-plomb des doctrinaires de tout acabit.

L’humour et la dérision, l’ironie socratique et les mots d’esprit


sont légions chez les adeptes du chaos. La Magie du Chaos est une
magie de l’être, ou plutôt du «  surétant non-être  », pour reprendre
l’expression du poète roumain Ghérasim Luca. Ce rire est un défi
lancé à la mort programmée. Car ceux qui dorment ne le savent pas,
et certains réveils sont parfois brutaux. De cette conscience aigüe de la
mort telle que Bossuet ou Léon Bloy n’ont eu de cesse de le redire, le
magicien contemporain en tire la quintessence d’une vie plus ardente,
d’une pensée radicale sans cesse en mouvement. Jusqu’à ce que le rire et
l’amour réunis finissent par tuer la mort, l’apprivoiser, la transcender.
C’est donc aussi le corps qui parle, pas simplement le pur esprit. Les
chemins biologiques de la création philosophique s’expriment à travers
les gestes, les attitudes et le comportement. La philosophie est un art
martial qui peut nourrir notre existence et nous élever bien loin au-
dessus des cimes.
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 19

L’intuition mise au service de la magie est une arme redoutable


qui actionne les mécanismes cachés de l’être. Si l’univers entier est
un être pensant, on pourrait en déduire que l’être humain n’est qu’un
rayon historique de la Roue du Temps. Un processus de mutation
est en germe dans tout individu. Certains en ont simplement plus
conscience que d’autres. Même dans le cadre de la Sphère du Chaos et
de l’Etoile à huit branches, le vieil adage d’Hermès Trismégiste reste
toujours valable. Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas... Les
oppositions se rejoignent, les contraires correspondent, les dualités
sont transcendées par le jeu perpétuel de l’esprit en mouvement. Car
le corps et le monde sont intrinsèquement liés. On peut à ce propos
évoquer une théologie de la chair, une métaphysique révolutionnaire
de l’incarnation et de la transformation perpétuelle. C’est aussi cela la
Magie du Chaos, cette incroyable faculté qu’a l’esprit humain de choisir
de plein gré ses métamorphoses. C’est un théâtre de la splendeur, une
mise en abîme de nos plus secrets pouvoirs exaltés par la science, la
magie et l’amour.

C’est la pensée magique de l’éternel retour qui structure la cadence


et le rythme des pensées. L’arbitraire temporel se dissout dans le vide.
L’éternité est un défi qui favorise la démesure, la montée héroïque
des puissances de l’extase. N’en déplaise à tous ceux qui voudraient se
cantonner à une seule et unique réalité, à un sempiternel système caduc
de croyance, il existe à l’intérieur de l’être une multitude de possibilités
neurologiques et chamaniques, artistiques, spirituelles, fécondatrices
et bienveillantes.

Le rôle du hasard est déterminant. De la divination taoïste aux


expériences de Mallarmé, John Cage ou William S. Burroughs, le
hasard participe de la vie spirituelle. Il est le maître d’œuvre de la
réalité qui se transforme en permanence selon un ordre aléatoire. La
synchronicité quantique est aussi bien le fruit d’une vision idéaliste
que du progrès technologique. Le cerveau-ordinateur enregistre les
données, photographie les évènements, filme la moindre sensation.
Les pièces du puzzle ne sont jamais identiques pour chacun. Ce qui
20 | La Magie du Chaos

permet d’élaborer une infinité de sens possibles à l’intérieur d’un cadre


strict.

La plus ancienne magie remonte à la naissance. Le principe de


toute création est magique par essence. Pourquoi chercher ailleurs
ce qui se trouve ici ? La Magie du Chaos n’est rien d’autre que la vie
dans son aspect le plus ludique. Viennent se greffer l’intelligence qui
coordonne les émotions, la stratégie volontariste, le désir instinctif et
le rire intérieur. Telle est du moins la conception qui se présente à mon
esprit. Elle peut varier au fil du temps. Rien n’est jamais définitif.

Chacun est libre d’incarner sa propre philosophie du chaos. Le


mysticisme athée englobe aussi bien la pensée athéologique de Bataille
que la Magick de Crowley, les principes satanistes de LaVey, les
paramètres industriels. Dans la tradition juive imprégnée de kabbale,
Dieu s’absente de lui-même, il se résorbe en son essence, il se retire
ainsi du monde de la manifestation. L’expérience intérieure ne doit
pas succomber aux sirènes de la sémantique. Comme le disait William
S. Burroughs  : «  Abandonnez vos vieilles ordures verbales  : Dieu,
l’amour, le travail, l’argent, la famille, la patrie, la religion, etc.  » Le
terme même de « Magie du Chaos » n’est-il pas un pléonasme ? Le chaos
ne serait-il pas principiellement porteur de magie, d’énergies fluides et
sensorielles, d’instinct ludique, de création ? Dieu s’absente sans arrêt
de lui-même. Le monde n’est certainement pas ce que vous pensez
qu’il soit. Il y a cent mille réalités. Il existe autant de réalités différentes
et de niveaux de compréhension que de neurones dans le cerveau, de
grains de sable dans le désert. Ce vertige nous rend humble. On en
revient à L’Ecclésiaste, Bossuet, Pascal et Léon Bloy. Nous ne sommes
que poussière, phénomènes éphémères, absolue vacuité, vanité vaine
et dérisoire.

La Magie du Chaos est un acte alchimique qui traverse les époques,


les frontières et les modes. Ce n’est en rien une plaisanterie, bien que
l’on soit en droit de percevoir la création entière comme un immense
éclat de rire, un trait d’humour du Créateur. C’est aussi une démarche
Marc-Louis Questin - La radicale déconstruction | 21

réellement nietzschéenne, quelque peu élitiste, qui élague sans pitié les
fausses valeurs du monde moderne. Un remarquable exemple de Magie
du Chaos se trouve dans le merveilleux et terrifiant récit d’Herman
Melville, Bartleby l’écrivain, ou dans Le brave soldat Chveïk du truculent
Jaroslav Hasek. Tout dépend là encore du regard et du sens critique de
chacun.

La volonté se distancie des phénomènes de la conscience. Le sujet


qui s’observe reconstruit le désir. Atomes virtuels de la pensée qui
tourbillonnent dans le vide, projections de l’esprit au-delà du réel, du jeu
subtil des simulacres et de la danse des neurones, les désirs enregistrent
la présence du monde. Les lois structurent la sensation. L’ordre logique
de la matière affirme le jeu des évidences. Toute pensée est relative,
sujette au temps des sensations, à l’évolution historique de chacun.

Le chaos, tout comme l’ordre, est logique. En de multiples


implications (sexuelles, occultes et politiques) brillant ainsi au cœur
du doute, le chaos se divise en segments parallèles, fragments innés de
la conscience qui se divise à volonté. Notre champ conceptuel est alors
infini. La pensée ne connaît plus aucune limite, elle se voue corps et
âme à l’ivresse du désir, de l’infinie curiosité. Ouverture maximale à
tout ordre établi, au développement de la nature, à la loi harmonieuse
des saisons, aux conditions de la survie.

Chacun devient son propre maître au sens royal et absolu d’une


alchimique ascèse de l’être. Le jeu des sens est démesure, chaos virtuel,
sublime jouissance, extase tantrique et magistrale qui accentue le côté
sombre des arts magiques et transgressifs.

«  Le secret de l’éternel retour, c’est qu’il n’exprime nullement un


ordre qui s’oppose au chaos, et qui le soumette. Au contraire, il n’est
pas autre chose que le chaos, la puissance d’affirmer le chaos. » (Gilles
Deleuze)

Perception singulière du monde et de l’éthique, la Magie du Chaos


se plie aux investigations d’ordre mathématique, cosmologique et
22 | La Magie du Chaos

scientifique. La théorie des catastrophes de René Thom et les fractales


de Mandelbrot, ainsi que les plus récentes positions des astrophysiciens
concernant le big-bang et les infinies possibilités de l’antimatière
complètent les fulgurantes intuitions des visionnaires du chaos. La
politique de l’extase et du dépassement dionysiaque de soi-même prend
ici tout son sens.

Par l’utilisation fluctuante du hasard le plus imprévisible, l’artiste


ordonne le chaos, dissout les formes arbitraires et les mirages
conceptuels qui masquent l’essence de la vraie vie. Démarche proche
de celles d’un John Cage, lui-même influencé par la vision taoïste du
I-Ching, le Livre des Mutations aux 64 hexagrammes, du groupe Fluxus
et de Robert Filliou. Le hasard nous échappe et c’est une très bonne
chose. Toute divination est forcément aléatoire, partiale et subjective.
La peinture, la musique et la photographie sont des formes évidentes
de divination. La magie créatrice enregistre le monde, photographie
les états d’âme et passe au crible les sensations qui nous traversent en
permanence.

«  Je ne remets pas en question la majorité de nos connaissances


scientifiques même si je pense que les observations cosmologiques
soutiennent l’hypothèse d’un univers consistant en une hypersphère
pivotante d’une taille constante, de dimension finie et illimitée dans
l’espace et le temps. Dans cette mesure, précise Peter J. Carroll, je
n’adhère pas à l’hypothèse orthodoxe du big-bang. Cependant je ne suis
en désaccord ni avec la chimie, ni avec la biologie orthodoxe (même si
en peut penser que certaines choses, comme les champs morphiques du
biologiste Rupert Sheldrake, ont quelque peu contribué à l’évolution
de cette dernière discipline). »

Comme le fait judicieusement remarquer Phil Hine dans son


remarquable essai intitulé Chaos prêt à cuire, le déconditionnement est
rarement simple. L’un des axiomes de base de la philosophie magique
reste cependant que la moralité croît à l’intérieur de soi.
Table des matières

1 - Marc-Louis Questin
La radicale déconstruction 1

2 - Soror Deus Sekor


Les Illuminati de Thanateros 35

3 - Jaq D. Hawkins
Austin Osman Spare : père de la Chaos Magic malgré lui 53

4 - Ramsey Dukes
Spare Parts  65

5 - Jean Hautepierre
Chaos éternel et Centre immobile 97

6 - Ray Sherwin
La gnose liminale 107

7 - Paul Sanda
Chevaucher le tigre… avec Paschal Beverly Randolph 117

8 - Didier Ober
The Cat Inside 129

9 - Derek Dark
La Voie du Chaos 133

10 - Nicolas Liau
Lovecraft et Tolkien : une rencontre au sommet 145
278 | La Magie du Chaos

11 - Lucien Nosloj
Le mystère du docteur Blob,
une enquête de l’agente Sifa Culec 151

12 - Philippe Pissier (Frater Israfel)


Créez votre propre système Magicke 175

13 - Cédrick Dessian
La formule triadique 203

14 - Hakim Bey
Le Chaos 207

15 - Olivier Steing
Les Musiques du Chaos 211

16 - Hakim Bey
Communiqué spécial de la TAZ :
L’AOA annonce une purge dans le Mouvement du Chaos 221

17 - Kallisti Eris
Que tous saluent Discordia ! 225

18 - Tau Jean Huss


Déclaration du Réveil de l’Église gnostique chaote 241

19 - Hakim Bey
Mythes du Chaos 251

20 - Kévin Tritz & Jérémie Gresset


Les limites de la glose 255

21 - Marc-Louis Questin
La Magie du Chaos et Facebook 259

22 - Esther Hartwell
Les piliers du chaos 263

23 - Marc-Louis Questin
La mutation philosophale 271

Bibliographie 275