Vous êtes sur la page 1sur 5

TP Mécanique Des Fluides Ecoulement à travers un orifice

1* Introduction et but:

En général, le débit réel est inférieur à celui calculé lors de l'écoulement d'un fluide par
une ouverture comme un orifice à mince paroi ou sur un déversoir en supposant qu’il n’y a
pas de perte d’énergie et que l’ouverture est uniforme et parallèle. Cette réduction du débit
est due à la contraction de l’écoulement dans l’ouverture et en aval de l’ouverture, qui
provoque une perte d’énergie importante.
Le but de cette manipulation est d’étudier la réduction du débit et la contraction de
l’écoulement à travers un orifice à mince paroi place à la sortie d’un réservoir débitant dans
l’air.

2*Description de l'appareil et de l'expérience:

Dans cette manipulation on aura recours à :


. Appareil de l’étude :

C’est notre support d’étude expérimentale, il est composé d’un réservoir et d’une
conduite verticale de longueur réglable.

-1-
TP Mécanique Des Fluides Ecoulement à travers un orifice

Le déroulement de cette manipulation sera fait en deux étapes comme suit :


Première étape: Tout d’abord on remplit le réservoir jusqu’au tube de trop-plein puis
on règle la vanne d’alimentation pour avoir un débit régulier dans le tube de trop-plein
ensuite on mesure le débit sortant de l’orifice à l’aide du réservoir de mesure du banc
hydraulique et on prélève H0, alors on peut obtenir la valeur de Cd. Ainsi on introduit un
tube de Pitot dans la section contracte ce qui nous permet de mesurer la charge totale de
l’écoulement et par suite la détermination de Cu, puis on mesure le diamètre de la section
contracte à l’aide de la lame fixe au tube de Pitot ce qui nous permet de déterminer Cc.
Deuxième étape: on varie le débit et on prélève la hauteur correspondante après
avoir atteindre le régime permanent.

3* Etude théorique:

Pour l’écoulement d’un fluide par un orifice à mince paroi, le débit calculé est différent du
débit réel. Pour le débit calculé, on suppose qu’il n’y a pas de perte d’énergie et que
l’écoulement est uniforme ; alors que, pour le cas réel, la réduction du débit provoque une
perte importante d’énergie.
Débit réel < Débit théorique
Théorie de l’écoulement par un orifice à paroi mince :
Soit le dispositif expérimental ci-joint. On dispose d’un réservoir avec un orifice à paroi
mince et un tube pour mesurer la charge hydraulique à la sortie de l’orifice.
Les dimensions du réservoir sont très importantes devant celles de l’orifice pour pouvoir
admettre que les vitesses sont faibles (quasi nulles) ailleurs que l’orifice.
Sous l’effet de la courbure des lignes de courant, le jet se contracte au voisinage de l’orifice.
Dans tout le fluide, la pression est égale à la pression atmosphérique et cela est dû au fait
qu’à l’intérieur du jet la pression est égale à la pression atmosphérique après contraction.
Soient M et N deux points du fluide tels que :
 M est sur la surface du fluide, de vitesse VM et d’abscisse zM
 N est dans l’orifice, de vitesse VN et d’abscisse zN
La charge hydraulique est donnée par la relation suivante :
V2 P
H   z
2 g g
En l’appliquant sur les points M et N, on obtient :

VM2 PM
HM    zM
2 g g
V N2 PN
HN    zN
2 g g

-2-
TP Mécanique Des Fluides Ecoulement à travers un orifice
Les pertes de charges sont négligeables, on obtient donc l’équation de Bernoulli :
HM  HN
VM2 PM V2 P
  zM  N  N  z N
2 g g 2 g g

D’après les hypothèses précédentes, on a :


 Quelque soit le point du fluide, P est constante  PM=PN
 VM est négligeable
 H0= zM-zN
V N2 V02
H0  
2g 2g
En réalité, les pertes de charges dans l’orifice ne peuvent pas être négligées donc il existe
une charge hydraulique réelle Hc est une vitesse réelle Vc telle que :
Vc2
Hc 
2g
Soient :
C  H0  Hc
 C : la perte de charge
 Cu: le coefficient de vitesse de l’orifice
Vc Hc
Cu  
V0 H0
 Cc: le coefficient de contraction (avec a0: l'ouverture de l'orifice et ac:l'aire de la surface
contractée)
a
Cc  c
a0
 Cd: le rapport du débit réel et celui calculé
Q Vc a c
Cd  
Q 0 V0 a 0
On en déduit enfin que Cd = Cu .Cc
4* Etude expérimentale:

1ère partie: Identification des coefficients Cu, Cc et Cd :


1. Remplir le réservoir jusqu’au tube de trop plein.
2. Régler l’alimentation de façon à obtenir un léger débit dans le trop plein.
3. Mesurer le débit sortant de l’orifice par le réservoir du bac hydraulique et déterminer
chaque fois Cd en relevant Ho.
4. Mesurer la charge totale par le tube de Pitot et déterminer Cu.
5. Mesurer le diamètre dc de la section contractée par la lame du tube de Pitot et
déterminer Cc.

On a dc= 10.2 cm d’où ac= π(dc/2)2= 81.6 cm2


d0= 13 cm d’où a0= π(d0/2)2= 132.6 cm2

-3-
TP Mécanique Des Fluides Ecoulement à travers un orifice
Or Cc= ac/a0 Ainsi Cc= 0.61

Δt =46.26 s → Qm= m/Δt = 7.5/46.26 =0.16 Kg/s → Qv= 0.16 10-3 m3/s
Or Cd= Q/Q0 =Q/(a0 √2g Ho) Ainsi Cd= 0.43

On a Cu= √Hc/Ho D’où Cu= 0.99

2ème partie :
1. Réduire le débit d’alimentation par palier.
2. Mesurer le débit pour différentes hauteurs (on effectue 5 mesures)
Les mesures sont effectuées en régime permanent et donnent le tableau suivant :

Δt (s) 48.67 48.9 47.92 50.58 49.97


Qm (Kg/s) 0.154 0.153 0.156 0.148 0.150
Qv (m3/s)*10-3 0.154 0.153 0.156 0.145 0.150
Ho (mm) 388 386 385 384 383
Cd 0.416 0.415 0.423 0.402 0.408
On calcule Cd moyenne à partir de ce tableau, on obtient Cd =0.412

On trace la courbe Q = √H0

-4-
TP Mécanique Des Fluides Ecoulement à travers un orifice
On remarque que quelque soit le débit on la valeur de Cd reste presque
constante tandis que les valeurs des autres coefficients changent en fonction du
débit.

On estime les erreurs dues à l’expérience comme suit :


∆H = 1 mm.
∆ac = 0.1 mm².
∆V = 0.01 Kg/s.
Les incertitudes seraient alors :
a c
C c   C c  2.74  10 3
ac
Vc 1 H
C u   Cu  C u  43  10 3
Vc 2 H
Q
C d   C d  11  10 3
Q

-5-

Vous aimerez peut-être aussi