Vous êtes sur la page 1sur 56

Ecole Nationale des Sciences Appliquées

de Marrakech
Université Caddy Ayyad - Marrakech
Génie Réseaux et Télécommunications
2018-2019

Rapport de Stage d’Application

4 ème Année du Cycle Ingénieur d’Etat en Réseaux et Télécommunications

Etude de la desserte par FTTH :


enjeux et axes d’amélioration

Réalisé par: Encadré par:


Siham YAHANSAL M. Moustapha ELHAFA

Soutenu le x/10/2018 devant le jury :

1 1i
REMERCIEMENTS

En tout premier lieu, mes gratitudes sont adressées à Dieu tout puissant.

Je remercie profondément M. Mustapha EL HAFA, en tant que mon encadrant


professionnel, pour son soutien et le partage de son savoir-faire durant ce projet.

Je tiens à remercier dans un premier temps, toute l’équipe Mobilinfo pour leur attitude
positive, et pour l’environnement de travail agréable

Je tiens tout particulièrement à remercier infiniment M. Mohamed BOULOUIRD, pour son


aide, ses encouragements et sa disponibilité tout au long de la durée de la recherche du stage.
J’en profite aussi pour remercier M. Noureddin IDBOUFKER pour ses conseils et pour le temps
passé à la lecture de mon rapport.

Je remercie également ma famille pour son soutien aussi moral que financier.

Enfin, je remercie toute personne ayant contribué de près ou de loin au bon déroulement
de ce projet de fin d’année

ii
Résumé
Ce travail qui se présente devant vous s’intitulant «Etude de la desserte par FTTH : enjeux et
axes d’amélioration », s’intègrera dans le cadre de ma formation en tant qu’ingénieur d’Etat en
Réseaux et Télécommunications.

Mon présent projet de fin d’année vise à effectuer une étude synthétique sur la desserte
FTTH, afin de se familiariser avec l’architecture du réseau FTTH, ainsi qu’une estimation d’une
installation optique sans oublier d’aborder le cadre réglementaire de cette dernière.

Le présent travail est élaboré en trois étapes :

 Approfondir ses connaissances sur les réseaux FTTH.


 Détailler les coûts de déploiement des réseaux FTTH.
 Décrire le cadre réglementaire marocain de la desserte FTTH.

Il s’agit de faire une étude approfondie de la FTTH, et présenter une synthèse des
informations techniques et réglementaires relatives aux réseaux FTTH dans le but de servir
d’avantage la progression et l’amélioration du domaine des télécommunications, ainsi que les
donner plusieurs et bons services.

Pour ce faire, j’ai opté pour une stratégie de recherche bien structurée, parce qu’une bonne
structure est nécessaire pour une bonne compréhension, afin d’assurer la réalisation du cahier
des charges.

Mots Clés:
¹FTTH (Fiber to the Home).
²Mutualisation .
³Fibre optique.

iii
Abstract
This work presented before you, titled "Study of the FTTH service: challenges and areas for
improvement", will be an integrated part of my Networks and Telecommunications
engineering training.

My present year-end project aims at carrying out a synthetic study on the FTTH service, in
order to become familiar with the FTTH network architecture, as well as an estimation of the
optical installation, without forgetting to approach the regulatory framework of this latest.

This work is developed in three stages:

• Learn more about FTTH networks.

• Detail the deployment costs of FTTH networks.

• Describe the Moroccan regulatory framework for FTTH service.

The main goal is to make a deepen study of the FTTH, and present a summary of the
technical information and regulations relating to the FTTH networks to serve further progress
and improvement in the field of telecommunications , as well delivering many and good
services.

To do this, I opted for a well-structured research strategy, because a good structure is


necessary for a good understanding, in order to ensure the realization of the specifications.

Keywords:

¹FTTH (Fiber to the home).

²Mutualisation.

³Optical fiber.

iv
‫ملخص‬
‫هذا العمل المعروض أمامكم‪ ,‬تحت عنوان دراسة" خدمة لٌف الى الشقق‪ :‬تحدٌات و محاور التحسٌن" ٌشكل جزءا مدعما‬
‫لمشواري الدراسً فً هندسة الشبكات المعلوماتٌة و علوم االتصال‪.‬‬

‫ٌهدف مشروعً هذا‪ ,‬لنهاٌة العام الدراسً إلى إجراء دراسة تلخٌصٌة حول خدمة ال‪ ، FTTH‬و ذلك من أجل التعرف‬
‫على بنٌة شبكة ال‪ ,FTTH‬باإلضافة إلى تخمٌن القٌمة المالٌة الالزمة لالنشاء هذه الشبكة‪ ,‬دون نسٌان التطرق الى اإلطار‬
‫التنظٌمً لهذه األخٌرة‪.‬‬

‫تم انجاز هذا العمل على ثالث مراحل‪:‬‬

‫• معرفة المزٌد عن شبكات ‪.FTTH‬‬


‫• تفاصٌل تكالٌف نشر شبكات ‪.FTTH‬‬
‫• وصف اإلطار التنظٌمً المغربً لخدمة ‪.FTTH‬‬

‫الهدف من ذلك هو إجراء دراسة معمقة للـ ‪ ، FTTH‬وتقدٌم ملخص للمعلومات التقنٌة والتنظٌمٌة المتعلقة بشبكات ‪FTTH‬‬
‫من أجل تحسٌن خدمة التقدم وتحسٌن قطاع االتصاالت و التواصل ‪ ،‬وكذلك تقدٌم الخدمات جٌدة و متعددة‪.‬‬

‫للقٌام بذلك ‪ ،‬اعتمدت على استراتٌجٌة بحث منظمة بشكل جٌد‪,‬و ذلك لكون البنٌة الجٌدة ضرورٌة لفهم جٌد ‪ ،‬من أجل‬
‫ضمان تحقٌق مواصفات دفتر التحمالت‪.‬‬

‫كلمات مفتاحية ‪:‬‬

‫لٌف الى الشقق‪¹.‬‬

‫تجمٌع‪².‬‬

‫لٌف بصري‪³‬‬

‫‪v‬‬
Liste des abreviations
A G
AES: Advanced Encryption Standard GPON: Gigabit PON

ANRT: Agence Nationale de Réglementation GEPON: Gigabit Ethernet PON


des Télécommunications
H
ATM: Asynchronous Transfer Mode
HDSL: High-bit-rate Digital Subscriber
APD: Avant-Projet Détaillé Line
APON: ATM PON
I
ADSL: Asymmetric Digital Subscriber Line

B ITU-T: International Telecommunication


Union-Telecommunication
BPON: Broadband PON
N
C
NRO: Nœud de Raccordement Optique
CPON: CDMA PON
NRA: Nœud de Raccordement
CWDM: Coarse Wavelength Division d'Abonnés
Multiplexing

O
D
ONU: Optical Network Unit
DWDM: Dense Wavelength Division
ONT: Optical Network Termination
Multiplexing
OLT: Optical Line Termination
DSLAM: Digital Subscriber Line Access
multiplexer
P
DTIO: Dispositif de Terminaison
PABX: Private Automatic Branch
Intérieur Optique
Exchange

PDH: Plesiochronous Digital Hierarchy


E P2P: Point to Point
EPON: Ethernet PON
PON: Passive optical network
ENSA: Ecole Nationale des Sciences
Appliquées PC: Point de Concentration
PBO: Point de Branchement Optique
F
PEHD: Polyéthylène Haute Densité
FAI: Un fournisseur d'accès à Internet

FTTH: Fiber To The Home Q


FTTC: Fiber To The Curb QoS: Quality of Service

vi
S
SARL: Société à Responsabilité Limitée

SDH: Synchronous Digital Hierarchy

SR: Sous Répartiteur

SC: Standard Connector

T
TDMA: Time Division Multiple Access

W
WPON: W Wavelength Division Multiplexing-Passive
Optical Network

vii
Liste des figures

Figure 1 : Diagramme de GANTT............................................................................................................. 5


Figure 2- infrastructure FTTH P2P ........................................................................................................... 7
Figure 3- infrastructure FTTH P2MP ....................................................................................................... 8
Figure 4- infrastructure FTTH GPON ....................................................................................................... 9
Figure 5- Liaison descendante dans EPON ............................................................................................ 13
Figure 6- Liaison montante dans EPON................................................................................................. 13
Figure 7-Comparaison entre EPON et GPON ........................................................................................ 14
Figure8- Comparaison entre les architectures P2P et P2MP ................................................................ 15
Figure 9- CISCO ME 4600 ONT .............................................................................................................. 16
Figure 10- HUWAWEI Echo life HG8010 ............................................................................................... 16
Figure 11- Exemple d’un PTO ................................................................................................................ 17
Figure12 - Splitter à 32 terminaisons .................................................................................................... 18
Figure 13- Optical Line Terminal OLT .................................................................................................... 19
Figure 14 – Schéma illustratif des étapes de modélisation des réseaux FTTH ..................................... 24
Figure 15 – Périmètre des coûts de déploiement................................................................................. 26
Figure 16 – Les différentes phases de l’étape 1.................................................................................... 27
Figure 17 – Schémas des architectures de déploiements possibles en amont du point de
mutualisation ........................................................................................................................................ 32
Figure 18 – Schéma illustratif de l’étape 2............................................................................................ 35
Figure 19 – Affaiblissement théorique de la liaison optique ................................................................ 38
Figure 20 – Calcul des pertes dans un connecteur ............................................................................... 38
Figure 21 – Test de continuité à l’aide d’un stylo optique.................................................................... 39
Figure 22 – Mesure des pertes totales par insertion ............................................................................ 40
Figure 23 –Exemple de calcul d’un budget optique.............................................................................. 40
Figure 23 – Contrôle à l’aide d’un réflectomètre ................................................................................. 42
Figure 24 – Les différents tests effectués dans une liaison optique ..................................................... 42

Liste des tableaux


Tableau 1 : Vitesse de transmission pour GPON.................................................................................10
Tableau 2 : Vitesse de transmission pour GPON réduite....................................................................10
Tableau 3 : Caractéristiques des deux modèles d’OLT cisco...............................................................19

viii
Table de matières
Remerciements. ...................................................................................................................................... ii
Résumé .................................................................................................................................................. iii
Abstract ................................................................................................................................................ ivii
‫ملخص‬...................................................................................................................................................... vii
Liste des abréviations............................................................................................................................ vii
Liste des figures et des tableaux .......................................................................................................... vii
Introduction générale………………………………………………………………………………………………………………………..1

Chapitre I: Entreprise D'accueil Et Contexte


General…………………..……………………………………………………………………………………..………………………………2
Introduction ............................................................................................................................................ 3
I. Présentation de l’organisme d’accueil ................................................................................................. 3
1.1. Mobilinfo..................................................................................................................................... 3
1.2. Les domaines d’intervention ...................................................................................................... 3
1.3. Structure de l’entreprise ............................................................................................................. 4
II. Contexte général ................................................................................................................................. 4
2.1. Problématique ............................................................................................................................ 4
2.2. Objectifs ...................................................................................................................................... 5
2.3. Diagramme de GANTT ................................................................................................................ 5
Conclusion ............................................................................................................................................... 5

Chapitre II: Généralités Sur Les Réseaux


Ftth….……………………………………………………………………………………………………….……………………………………..6
Introduction ............................................................................................................................................ 7
I. Les architectures FTTH ......................................................................................................................... 7
1.1. Architecture P2P ......................................................................................................................... 7
1.2. Architecture PON (P2MP) ........................................................................................................... 7
a.Définition...................................................................................................................................... 7
b.Différents types d’architecture PON ............................................................................................ 8
i.GPON ........................................................................................................................................... 8
1.Définition ................................................................................................................................... 8
2.Standardisation ......................................................................................................................... 9
3.Caractéristiques générales ........................................................................................................ 9
ii. EPON ......................................................................................................................................... 12

ix
1.Définition ................................................................................................................................. 12
2.Standardisation ....................................................................................................................... 12
3.Caractéristiques générales ...................................................................................................... 12
iii. Comparaison entre EPON et GPON .......................................................................................... 14
1.3. Comparaison entre les architectures P2P et P2MP .................................................................. 14
II. Équipements dans un réseau FTTH................................................................................................... 15
2.1. ONT (Optical Network Terminal) .............................................................................................. 15
2.2. PTO (Point de Terminaison Optique) ........................................................................................ 17
2.3. Splitter....................................................................................................................................... 17
2.4. OLT (Optical Line Terminal) ...................................................................................................... 18
Conclusion ............................................................................................................................................. 19

Chapitre III: Etude De Cas: Couts du déploiement d’un réseau FTTH et cadre
réglementaire marocain……………………………………………………………………………………………………….20
Introduction .......................................................................................................................................... 21
I-cadre juridique .................................................................................................................................... 21
1.1. Les principes de la régulation des offres de la mutualisation des infrastructures pour les
réseaux FTTH.................................................................................................................................... 21
1.2. Principes de la mutualisation et de partage ............................................................................. 22
1.3. Les modalités opérationnelles de mutualisation et de partage ............................................... 22
II. Démarche retenue et principaux choix de modélisation .................................................................. 24
2.1. Structure générale .................................................................................................................... 24
2.3. Périmètre de la modélisation ................................................................................................... 25
a. Étape 1- Tracés et dimensionnement des réseaux FTTH ....................................................... 27
Phase 1 - tracés des chemins de déploiement des réseaux FTTH………………………………………..27

Phase 2 - placement des points de mutualisation ................................................................... 28


Phase 3 : modélisation des câbles en fibre optique ................................................................ 30
Phase 4 : comptabilisation des unités d’œuvre:...................................................................... 33
III. Difficultés rencontrées sur le terrain ............................................................................................... 43
IV. Recommandations ........................................................................................................................... 43
Conclusion ............................................................................................................................................. 44
Conclusion générale…………………………………………………………………………………………………………………………45

Bibliographie……………………………………………………………………………………………………………………………………46

x
Introduction generale
Ces réseaux sont depuis de nombreuses années largement déployés par les
opérateurs, au niveau de leurs boucles de collecte régionales (boucles optiques
basées sur des technologies SDH ou CWDM), de leur cœur de réseau ou encore des
liaisons internationales (réseaux optiques DWDM).

Aujourd’hui, les réseaux optiques arrivent tout naturellement en périphérie du réseau et


jusqu’à l’abonné, où les services innovants des FAI, et les besoins grandissant en bande
passante des usagers grand public et professionnels en font un élément déterminant de
l’architecture des réseaux d’accès à Internet.

Le déploiement de ces réseaux de desserte optique, désignés par le terme générique FTTx,
constitue aujourd’hui un enjeu d’aménagement, d’attractivité et de compétitivité des
territoires. Ils représentent des investissements très importants (notamment sur la partie
terminale du réseau) dépendant des architectures qui seront mises en œuvre. Aussi, il est
fondamental que ces architectures respectent une neutralité technologique favorisant une
concurrence saine entre les fournisseurs de services et permettant d’offrir le meilleur service
aux usagers, et s’appuient sur des principes de mutualisation des infrastructures afin
d’optimiser les investissements consentis par les différents acteurs

Ce rapport présente une synthèse des informations techniques et réglementaires,


relatives aux réseaux FTTH. Après une introduction aux réseaux de fibre optique, les chapitres
suivants décrivent les principes d’une architecture FTTH et le cadre réglementaire actuel. Enfin,
un dernier chapitre présente des principales étapes d’une étude de faisabilité technico-
économique sur la desserte d’un territoire en FTTH.

1 11
CHAPITRE I

ENTREPRISE D’ACCUEIL ET
CONTEXTE GENERAL

2
Introduction
Dans la perspective d’une étude approfondie de la desserte FTTH, il convient effectivement
de présenter de manière générale le contexte de travail dans lequel a été réalisé ce projet de
fin d’année. Je vais commencer tout d’abord par un aperçu de l’environnement de stage qui
est Mobilinfo, en donnant un bref descriptif sur ses produits et ses solutions, puis j’entame la
présentation de mon projet et le planning des tâches nécessaires pour sa réalisation.

I. Présentation de l’organisme d’accueil


1.1. Mobilinfo

Mobilinfo est une société S.A.R.L basée à Casablanca, qui opère dans le secteur des
nouvelles technologies de l’information et de la communication. Elle a pour activité principale
l’étude, le conseil et l’ingénierie des solutions télécoms intégrées pour permettre à ses clients
de réaliser des infrastructures optimales en télécommunications, de meilleure qualité de
service et garantissant des économies immédiates et durables.

1.2. Les domaines d’intervention


Parmi les grands domaines d’intervention de Mobilinfo :

 La conception, le déploiement, la migration, l’audit et le maintien des infrastructures


télécoms des entreprises tout en prenant en compte que chaque situation est unique et
nécessite une solution personnalisée.

 Fourniture du matériel de télécommunications (PABX, Modems, HDSL, Routeurs, Hubs,


Switchs, câbles, etc.)

 Fourniture de matériel informatique et bureautique.

 Etude, raccordement et câblage des réseaux locaux téléphoniques et informatiques, publics


et interurbains.

 Installation et maintenance des systèmes informatiques.

 Etude, planification, installation et maintenance des réseaux informatiques.

 Installation et maintenance des équipements de télécommunications.

3
 Conception, dimensionnement, mise en œuvre et configuration des systèmes PDH, SDH, et
fibre optique dans les réseaux locaux et Backbone.

 Fourniture des appareils de mesure, des accessoires et composants des systèmes


informatiques et télécommunications ainsi que tout outillage pour techniciens.

 Fourniture, installation et maintenance des systèmes de sécurité, de surveillance, de


détection d’incendie et de contrôle d’accès …

 Fourniture, installation et maintenance des systèmes d’énergie basse et moyenne tension


alternatif et continu (Redresseurs, Batteries, onduleurs, panneaux solaires, etc.)

 Etude, conseil et formation en télécommunications et en informatique.

1.3. Structure de l’entreprise


Pour se faire, Mobilinfo dispose des ressources humaines hautement qualifiées et
structurées et des moyens techniques pour répondre adéquatement aux besoins des clients
tout en respectant les normes d’ingénierie et les délais de réalisation convenus. Son équipe de
management d’une grande expérience en télécommunications et en informatique met à
disposition des entreprises son expertise et son savoir-faire pour les assister à réaliser des
infrastructures optimales assurant une valeur ajoutée garantie.

Mobilinfo compte parmi ses clients :

-Les opérateurs télécoms

-Les administrations publiques

-les entreprises multinationales

-Les PME/PMI

II. Contexte général


2.1. Problématique
Dans un contexte où les technologies numériques prennent une place sans cesse plus
importante dans tous les secteurs économiques et dans le quotidien des citoyens, les réseaux
télécoms constituent l’ossature de cette digitalisation. Soutenir le déploiement de réseaux

4
innovants et performants, notamment par la généralisation du Très Haut Débit fixe et mobile,
devient essentiel pour favoriser le développement économique et la compétitivité des
territoires, l’accès aux services publics et l’inclusion sociale.

Dans ce cadre, Mobilinfo propose d’effectuer une étude technico-économique sur la dite
desserte en FTTH, afin de découvrir

2.2. Objectifs
Afin de répondre à la problématique ci-dessus, des objectifs sont tracés. L’objectif principal
est de faire une étude sur la desserte par fibre optique jusqu’à l’abonnée en abordant tous les
détails nécessaires, en commençant par les architectures et les équipements utilisés et arrivant
au approches de régulation retenues par l’ANRT ,ainsi qu’une stratégie qui modélise
l’estimation des coûts .

2.3. Diagramme de GANTT


Parmi les outils de planification de projets, je me suis servie du diagramme de GANTT, c’est
un outil qui permet de planifier le projet et de rendre plus simple le suivi de son avancement.
Ce diagramme permet aussi d’illustrer l’enchainement et la durée des différentes tâches.

Figure 1 : Diagramme de GANTT

III. Conclusion

Au travers de ce chapitre, j’ai fait une petite présentation l’environnement dans lequel ce projet
a été effectué, en présentant essentiellement l’organisme d’accueil. J’ai présenté, par ailleurs, une
vue sur l’ensemble du sujet ainsi que sur les diverses étapes projetées afin de mener à bien le
projet.

Le chapitre suivant portera sur les architectures des réseaux FTTH et leurs caractéristiques ainsi
que les équipements nécessaires au déploiement d’un réseau par fibre optique

5
CHAPITRE II

GENERALITES SUR LES RESEAUX


FTTH

6
Introduction
A travers ce chapitre, je vais présenter des notions de base des réseaux en fibre optique ,
en citant les types des architectures et les équipements principaux ,dans la mise en place de
ces réseaux, et leurs caractéristiques

I. Les architectures FTTH


1.1. Architecture P2P
Dans cette technologie, chaque abonné est relié au NRO par une fibre qui lui est propre,
cette solution se prête très bien à une mutualisation du réseau au niveau du NRO.

Dans un réseau P2P, la bande passante (en général 100 Mb/s ou 1 Gb/s) est dédiée à
l'utilisateur jusqu'au NRO. L'upgrade de capacité de 100 Mb/s à 1 Gb/s se fait abonné par
abonné contrairement au GPON.

L’inconvénient de cette technologie réside dans son cout d’infrastructure et de génie civil
qui demeure élevé. Il est très difficile de faire passer de gros câbles de 720 fibres dans les
fourreaux existants, et en zone peu dense cela nécessite plusieurs kilomètres de fibres.

Figure 2- infrastructure FTTH P2P

1.2. Architecture PON (P2MP)


a. Définition

PON (Passive Optical Network) est un réseau optique qui se caractérise par une
architecture P2MP qui ne contient aucun élément actif dans toute la liaison. Les équipements
utilisés dans un tel réseau sont les combineurs passifs, les splitters et les coupleurs. Ces

7
éléments sont utilisés à partir de l’unité de raccordement optique OLT vers les unités de
terminaison d'abonné (ONU/ONT).

Figure 3- infrastructure FTTH P2MP

b. Différents types d’architecture PON

Il existe plusieurs types d’architectures PON. Les plus connus sont EPON (Ethernet PON) et
le GPON (Gigabit PON). Les autres architectures sont :

 APON (ATM PON)


 BPON (Broadband PON)
 WPON (WDM PON)
 GEPON (Gigabit Ethernet PON)
 CPON (CDMA PON)

i. GPON

1. Définition

GPON, Cette technique est utilisée dans les réseaux de transmission de données et des
réseaux d'accès à Internet à très haut débit. Il désigne une architecture de réseau
métropolitain passif sur fibre optique et elle est normalisée par l'ITU-T sous les références
G.984.x. Le GPON trouve son intérêt lorsqu'il y a des flux importants et indépendants destinés
à plusieurs abonnés, tels que la diffusion TV à la demande (IPTV), la vidéo (VoD) sur IP ou
les accès à Internet à très haut débit.

8
2. Standardisation

Le standard GPON succède en 2003 / 2004 au BPON ; il permet d'atteindre des débits utiles
crêtes proches de 1 Gbit/s dans chaque sens de transmission. Pour des raisons de
performances, le comité chargé de l'élaboration du standard a décidé de ne pas assurer la
compatibilité complète avec l'ancienne norme BPON.

Un réseau GPON transporte habituellement des trames Ethernet. Mais, il est aussi
théoriquement capable de transporter des charges ATM pour la voix.

Une trame GPON dispose intrinsèquement de mécanismes fonctionnellement importants,


tels que :

 la gestion de la qualité de service (QoS) dès les couches de bas niveaux.

 le chiffrement des données utilisant l'algorithme AES permettant une confidentialité


point-à-point dans le sens descendant sans devoir recourir à des protocoles des couches
supérieures. Dans le sens montant cette confidentialité est intrinsèque à l'architecture
d'un réseau PON.

Figure 4- infrastructure FTTH GPON

3. Caractéristiques générales

Débits :

9
Les réseaux GPON permettent l'emploi de débits physiques inférieurs ou égaux à
2,4 Gbit/s2. Toutefois, dans le cas des raccordements FTTH ou FTTC avec des lignes xDSL
asymétriques, de tels débits à grande vitesse en amont peuvent ne pas être nécessaires. En
conséquence, la première version de la norme G.984.1 (mars 2003) avait défini, pour les
réseaux GPON, les sept combinaisons suivantes de vitesses de transmission :

Tableau 1 : Vitesse de transmission pour GPON

La version suivante de la norme ITU (publiée en mars 2008) a réduit le nombre de


combinaisons à deux pour limiter le nombre de variantes d'équipements (OLT et ONT) et
faciliter leur interopérabilité :

Tableau 2 : Vitesse de transmission pour GPON après réduction

La variante utilisant des fibres avec un débit de 2,4 Gbit/s en liaison descendante et
1,2 Gbit/s en liaison montante est la plus utilisée depuis le début des années 2010. La vitesse
de transmission autorisée pour un abonné est généralement inférieure à ces débits physiques.

Portée physique :

La portée physique est la distance physique maximale entre l'OLT (NRO) et les unités de
terminaison d'abonné (ONU/ONT). Dans un réseau GPON, deux options sont définies pour la
portée physique : 10 km et 20 km. La distance maximale dépend du type de la diode
laser employée dans l'unité ONU et de l'atténuation du signal optique qui est principalement
liée au nombre et aux types de splitters utilisés et au taux de division de la ligne.

10
Sécurité :

En raison de la nature multidestinataire du réseau PON, le réseau GPON impose que des
mécanismes de sécurité remplissent les obligations suivantes :

 Empêcher les utilisateurs de décoder facilement les données émises par l'OLT vers les
autres abonnés grâce à un chiffrement des données basé sur le standard AES128.
 Empêcher les autres utilisateurs de se faire passer pour d'autres unités/terminaisons
ONU/ONT ou pour d'autres utilisateurs qu'eux-mêmes.
 Permettre une mise en œuvre et une configuration facile des ONT.
Taux de division :

Fondamentalement, plus le taux de division est grand, plus cela présente d'intérêt pour les
opérateurs (diminution des coûts). Toutefois, un grand taux de division implique une
répartition du signal optique sur plusieurs fibres et la nécessité de disposer d'une puissance
plus importante pour compenser les atténuations liées au partage du signal descendant entre
plusieurs abonnés (ONU) et pour prendre en compte la portée physique. Un taux de division
élevé entraîne aussi un débit plus faible pour chaque abonné, quand plusieurs abonnés sont
actifs au même instant.

Support physique :

Les flux GPON sont transportés par des fibres optiques bidirectionnelles monomodes en
utilisant une longueur d’onde de 1 310 nm pour la liaison descendante (depuis l’abonné) et de
1 490 nm pour la liaison montante (du NRO ou du point de mutualisation vers les abonnés). Un
« splitter » passif permet de distribuer le signal issu du NRO vers plusieurs abonnés (ONU).

Codage :

Le but du codage est d'adapter la suite de bits à transmettre aux caractéristiques de la


transmission. Le codage utilisé en GPON est un code en ligne qui s’appelle NRZ.

Ce codage est à deux états : le signal se trouve dans un état (par exemple à l’état haut)
lorsque des 1 logiques sont transmis, et dans l'autre état (à l’état bas dans l'exemple) lorsque
des 0 logiques sont transmis.

11
ii. EPON

1. Définition

EPON (Ethernet Passive Optical Network) est un standard de réseau optique passif (PON)
crée par le groupe IEEE. Il permet des connexions réseau sur une infrastructure de
télécommunications. C'est un réseau «à courte distance» qui utilise des câbles à fibre optique,
des paquets Ethernet (au lieu de cellules ATM) et un seul réseau de couche 2 avec un protocole
unique pour fournir un accès Internet, un protocole de voix sur Internet et de télévision
numérique dans les zones métropolitaines, entre autres utilisations.

2. Standardisation

La technologie en question fait partie de la suite 802.3 est donc basée sur Ethernet. L’idée
derrière ce standard était de créer une couche physique optique qui soit compatible avec le
protocole Ethernet, en évitant tout changement majeur dans ce dernier.

3. Caractéristiques générales

Débit

EPON opère avec un débit de 1GBbps symétrique (Up-link et Down-link). La seconde


génération d’EPON appelé 10G-EPON possède un débit de 10Gbps en down-link et de 1-10
Gbps en Up-link.

Sécurité

La norme EPON ne spécifie pas de cryptage obligatoire concernant le flux de donnée entre
équipement optique, c’est au niveau des couches supérieures que le cryptage et la sécurité des
données s’effectue. Cela dit, les équipements commercialisés incorpore un cryptage de type
symétrique à savoir l’AES128.

Portée physique

Dans un réseau EPON, la portée physique peut atteindre 20 km.

Support physique
Codage

12
Le codage utilisé en EPON est un code en ligne qui s’appelle 8B10B. Il y a donc 1024 (210)
valeurs possibles ; seules 256 (28) valeurs sont utilisées pour coder les données. Les
combinaisons utilisées sont telles que chaque symbole de 10 bits comprend au minimum
quatre transitions d'un état logique (zéro ou un) vers l'autre, et que le flux codé ne présente
jamais plus de six fois consécutives le même état logique (zéro ou un).

Le codage 8b/10b garantit ainsi une bonne récupération du signal d'horloge en réception à
très haut débit et équilibre le nombre de zéros et de uns pour éviter la présence d'un courant
continu sur la ligne.

Pour séparer les flux montants et descendants des multiples utilisateurs pour une seule
fibre, EPON adopte deux mécanismes de multiplexage.

Figure 5- Liaison descendante dans EPON

Pour le sens descendant, les paquets de données sont diffusés vers tous les ONU.

Figure 6- Liaison montante dans EPON

Pour le sens montant, les paquets de données sont transmis sous forme de trames à
multiplexage temporal TDMA.

13
iii. Comparaison entre EPON et GPON
Les versions GPON et EPON sont les deux technologies les plus connues dans la famille des
PON. Elles sont les mêmes au niveau de l’architecture mais elles sont différentes au niveau des
protocoles et applications. Pour comparer ces deux technologies, on opte pour les critères
suivants :

Figure 7-Comparaison entre EPON et GPON

1.3. Comparaison entre les architectures P2P et P2MP


Les architectures P2P et P2MP présentent toutes les deux de grands avantages selon le
cadre de l’utilisation. Pour rendre légitime cette comparaison entre ces deux architectures,
j´opte pour certains critères qui sont mis en jeu pour ce faire y compris le débit et la sécurité.
Ces critères ainsi que d’autres sont exhibés dans la figure 8.

14
Figure8- Comparaison entre les architectures P2P et P2MP

II. Équipements dans un réseau FTTH


2.1. ONT (Optical Network Terminal)
L’ONT est un équipement qui assure l’adaptation optique/électrique et le filtrage des
données entrant sortant (dans le cas des réseaux Point à Multipoint) destiné à un client d’une
offre fibre optique. Il permet le passage d’un protocole FTTH/PON (côté fibre) et Ethernet/IP
(côté réseau privé du client) et l’encapsulation des trames Ethernet de l’utilisateur pour les
émettre sur la fibre partagée d’un réseau GPON (et réciproquement en réception).

 Différents constructeurs :

Parmi les équipementiers les plus importants dans le marché, on trouve le constructeur
chinois TELESAIL, il existe aussi HUWAEI ou CISCO, qui offrent une large gamme d’équipement
ONT.

Ci-dessous quelques équipements de ces différents constructeurs.

 CISCO ME 4600 ONT :

15
- Débit : Rx : 2.488Gbps, Tx : 1.244Gbps
- FTTH : GPON, Gigabit Ethernet
- Wi-Fi:(b,g,n ;ac)
- Couches : 1,2 et 3 du modèle OSI
- Ports : POTSx2, FE/Gex4, USBx2, Wifix1
- Services : Internet, VoIP, IP-TV
- Longueur d’onde centrale : Tx : 1260-1360, Rx : 1480-1500
- Seuil de sensibilité :-27 dBm
- Seuil de saturation : -8dBm
- Prix : 1800 Dh

Figure 9- CISCO ME 4600 ONT

 HUWAWEI Echo life HG 8010 :

- Débit : Rx : 2,488Gbps, Tx : 1,244 Gbps (Standard GPON).


- Wi-Fi :( b, g, n, ac).
- Couches : 1 et 2 du modèle OSI.
- Ports : 8 T-CONT, 32 Ports GEM.
- Longueur d’onde centrale : Tx : 1310nm, Rx : 1490nm.
- Seuil de sensibilité : -27dBm.
- Seuil de saturation : -8dBm.
- Prix : 200 Dhs.

Figure 10- HUWAWEI Echo life HG8010

16
2.2. PTO (Point de Terminaison Optique)
Le PTO est la partie terminale du réseau FTTH. Il fait partie du câblage client final et se
trouve dans la partie intermédiaire entre le réseau d’accès de l’opérateur et la partie privé du
client. Il est installé à l’intérieur du logement, c’est un boitier doté d’une prise optique à
laquelle le client devra brancher son OLT. Le PTO est aussi appelé DTIO (Dispositif de
terminaison intérieur optique) quand il est intégré dans un boitier de communication grâce aux
clips de fixation sur rails DIN, c’est le cas des nouveaux bâtiments.

Figure 11- Exemple d’un PTO

Chaque PTO comporte le numéro de référence unique de la prise optique. En cas de


changement d’opérateur ou d’arrivée d’un nouveau logement, l’opérateur aura besoin de la
référence de la ligne.

La référence est composée de chiffres et de lettres sous la forme : OO-XXXX-XXXX /C

 OO : préfixe de 2 caractères alphanumériques qui indiquent l’opérateur qui gère


l’identifiant, c’est généralement l’opérateur qui a câblé le réseau fibre optique.
 XXXX-XXXX : suffixe de 8 caractères alphanumériques. C’est un code unique qui est
donné pour identifier la prise optique.
 /C : sert à identifier sur quel connecteur de la PTO est branchée la fibre partagée.

2.3. Splitter
Le splitter est un équipement optique « passif » qui est situé entre l’OLT et les différents
ONT dans le cas d’un réseau de type GPON. Concrètement il s’agit d’un coupleur optique, c’est

17
un dispositif reliant une ou plusieurs entrées à une ou plusieurs sorties, et ceci en mélangeant
plusieurs signaux ou au contraire séparer un signal sur plusieurs sorties.

Dans le cas des réseaux GPON le splitter permet dans un premier cas de dupliquer le flux
d’information descendant dans tous ces ports vers les différents destinataires (c’est au niveau
de l’ONT que filtrage s’effectue) ou dans le cas contraire transmettre les informations des
différents abonnés dans le sens montant vers l’OLT.

Figure12 - Splitter à 32 terminaisons

Dans le standard GPON, les splitter ont une entrée pour 32 ou 64 sorties, c’est-à-dire que le
signal en entrée (down Link) sera divisé entre 32 ou 64 abonnés, cela dit la norme prévoie aussi
au niveau de la couche de liaison de données une division de 128.

2.4. OLT (Optical Line Terminal)


L’OLT est l’équipement qui se trouve en dernier dans un nœud de réseau de type PON. Il est
composé de d’un processeur, de cartes optiques, et de routeurs.

C'est l'équipement équivalent du DSLAM en ADSL, le premier équipement actif pour un


client FTTH. Il est situé dans le NRO. Il est chargé d’acheminer le flux de données montant (des
utilisateurs) et descendant (destiné aux utilisateurs).

Ces principales caractéristiques sont le nombre d’ONT aux qu’il peut gérer ainsi que la
portée de son signal.

Il possède 2 fonctions principales :

 Convertir les différents signaux lui parvenant en signaux conforme aux normes utilisé
dès les réseaux PON et par conséquent les réseaux GPON.

 Coordonner le multiplexage des signaux destinés aux différents ONT.

18
Figure 13- Optical Line Terminal OLT

Caractéristiques générales de deux modèles d’OLT de Cisco :

Tableau 3 : Caractéristiques des deux modèles d’OLT cisco

III. Conclusion
Dans ce chapitre, j’ai détaillé une sorte de synthèse technique qui regroupe les différentes
architectures utilisées dans un réseau en fibre optique ainsi que les composants constituant ce
réseau en indiquant leurs fonctionnalités.

Il est indispensable de maitriser la base de la desserte par FTTH afin de bien respecter les
modalités régulatrices de cette desserte, mais bien avant de réussir l’étude économique,
choses qui font l’objet du prochain et dernier chapitre.

19
CHAPITRE III

ETUDE DE CAS : COUTS DU


DEPLOIEMENT D’UN RESEAU
FTTH ET CADRE
REGLEMENTAIRE MAROCAIN

20
Introduction
Dans ces lignes, je vais traiter les décisions de l’ANRT qui traitent en premier lieu des
principes de la régulation des offres de gros pour l’accès aux infrastructures des réseaux FTTH,
puis je vais aborder les conditions opérationnelles ainsi que les aspects conventionnels à
respecter entre opérateurs.

Ensuite, je changerai carrément de thème pour évoquer celui financier, traitant ses objectifs
et les étapes à suivre pour, au final, estimer le coût total du déploiement.

I-cadre juridique
La loi n°24-96 susvisée a prévu dabs ses articles 8bis et 22bis des dispositions relatives
respectivement aux attributions de l’ANRT en matière de concurrence loyale dans le secteur
des télécommunications et dans le domaine de mise à disposition par les opérateurs de
télécommunications au profit des opérateurs tiers, qui demandent, leurs infrastructures de
télécommunications.

La présente décision a pour objet l’adoption des lignes directrices concernant les modalités
opérationnelles, économiques et conventionnelles du partage et de la mutualisation des
infrastructures des réseaux de fibre optique jusqu'à l’abonnée.

1.1. Les principes de la régulation des offres de la mutualisation des


infrastructures pour les réseaux FTTH

A travers ces lignes l’ANRT vise la mise en place d’un cadre de référence favorisant et
garantissant un partage et une mutualisation dans des conditions techniques et financières non
discriminatoires et assurant des conditions de concurrence loyale.

Un opérateur souhaitant commercialiser des offres FTTH dispose des choix suivants :

 Déployer un réseau FTTH de bout en bout en s’appuyant sur ses propres infrastructures
de génie civil.
 Déployer un réseau FTTH de bout en bout en s’appuyant sur les propres infrastructures
de génie civil d’un opérateur puissant, disposant déjà de la dite infrastructure.
 Déployer un réseau FTTH en se raccordant au segment terminal du réseau FTTH d’un
operateur l’ayant déjà déployé, en s’appuyant sur les infrastructures de génie civil de ce

21
dernier et, le cas échéant, sur l’utilisation des capacités en fibre optique du dit
operateur.
 Commercialiser des services FTTH aux clients finaux en utilisant de bout en bout le
réseau FTTH d’un opérateur tiers, via le recours aux offres activées de ce dernier

1.2. Principes de la mutualisation et de partage


Les remèdes et principes retenus par l’ANRT pour la mutualisation et le partage des réseaux
d’accès aux lignes FTTH se présentent comme suit :
 L’accès asymétrique aux infrastructures de génie civil

 L’accès symétrique aux offres de lien en fibre optique noire : tout operateur ayant déployé
des capacités de fibre optique sur sa boucle locale fait droit aux demandes raisonnables de
lien en fibre noire pour relier deux NRO (dans le cas où l’operateur tiers est co-localisé au
NRO), alors l’operateur concerne a l’obligation de faire une offre de partage des capacités
avec des tarifs raisonnables .

 La mutualisation symétrique de la partie terminale des réseaux FTTH : Un accès soit fourni
au segment terminal de l’infrastructure en fibre déployée par l’operateur propriétaire de ce
segment ; Ainsi tout operateur exploitant une ligne à très haut débit en fibre optique a
l’obligation de faire droit aux demandes raisonnables d’accès à la dite ligne émanant
d’opérateurs tiers.

 Les tarifs des offres de gros FTTH doivent être justifies à la demande de l’ANRT et ne doivent
rémunérer que les couts liées à l’usage dès l’infrastructure partagée.

 L’accès à ces offres fait l’objet d’un contrat privé entre les parties, qui précise les conditions
administratives, techniques et financières afférentes au dit partage.

 Le Co-investissement dans les réseaux FTTH est vivement encouragé, en cas de litige sur les
modalités de partage des couts des investissements, l’ANRT pourrait être saisie du différend

1.3. Les modalités opérationnelles de mutualisation et de partage


 Partage des infrastructures physiques de génie civil :
Pour déployer un réseau FTTH, un opérateur utilise l’infrastructure génie civil de l’opérateur
exerçant une influence significative sur le marché.
Il est tenu notamment de :

22
 Donner droit aux demandes d’accès raisonnables au génie civil souterrain et aérien
 Soumettre à l’ANRT pour validation une offre de référence pour l’accès de gros à son
génie civil comprenant notamment :

 Toutes les informations nécessaires et les règles d’ingénierie pour l’accès aux installations
de génie civil

 Les règles de désaturation pour la libération de l’espace disponible pour le déploiement de


la fibre.

 Les règles d’usage des chambres de génie civil.

 Le périmètre de l’obligation d’accès concerne :

 Les fourreaux installés sur la partie de collecte et celle du transport située entre le
répartiteur cuivre et le sous répartiteur.

 Les fourreaux installés sur la partie distribution, en aval du sous répartiteur.

 Les fourreaux installés sur la partie adduction, qui pénètrent dans le domaine privé.

 Les infrastructures de génie civil de l’opérateur SMP situées en dehors de la partie accès.

 L’accès aux appuis aériens, les poteaux et assimilés

 L’accès aux offres de liens de fibre noire :

Le lien de fibre noire a pour objectif de mettre à la disposition de l’opérateur demandeur un


lien fibre optique pour relier deux NRO, un NRO et un POP, et/ou un point de mutualisation et
un POP.

Les conditions administratives et techniques dans lesquelles le service est fourni sont
précisées dans le contrat liant les parties concernées.

Lesdites conditions concernent notamment, les points suivants :

 Les services et prestations offerts en relation avec le lien en fibre noire.


 Les informations préalables relatives à la mise à disposition du lien en fibre noire.
 Les conditions d’accès au lien en fibre noire
 Les responsabilités des parties.

23
 Les délais de réalisation contractuelles et pénalités y afférentes.

II. Démarche retenue et principaux choix de modélisation


Cette deuxième partie présente la logique générale gouvernant l’exercice de modélisation,
ses grands principes, son périmètre ainsi que le choix des données utilisées.

2.1. Structure générale


Tout modèle développé vise, pour chaque zone géographique identifiée à obtenir la
modélisation des coûts des réseaux FTTH permettant de couvrir l’ensemble des abonnés.

La modélisation est réalisée en deux étapes :

** une première étape consiste à déterminer les tracés et le dimensionnement des réseaux
FTTH nécessaires à la couverture de la zone considérée.
** une seconde étape consiste à évaluer totalement pour la zone considérée les coûts
d’investissement, en prenant en entrée les informations à propos des tracés de réseau
obtenues à l’issue de la première étape.

Figure 14 – Schéma illustratif des étapes de modélisation des réseaux FTTH

 Étape 1 : tracé et dimensionnement des réseaux FTTH :

L’étape 1 de modélisation est réalisée à partir des données caractéristiques de chaque zone
renseignée en entrée. L’étape 1 se déroule en quatre phases successives :

 Le tracé des chemins de déploiement des réseaux FTTH, cette phase consiste à identifier les
tracés des infrastructures utilisées pour le déploiement des réseaux FTTH.

24
 L’identification des points de mutualisation, cette phase consiste à placer les points de
mutualisation sur les tracés de réseaux, selon les hypothèses retenues en conformité avec le
cadre réglementaire.

 La modélisation des parcours de câbles en fibre optique : cette phase consiste à déterminer
les types de câbles déployés tout le long des tracés des réseaux FTTH (en aval du point de
mutualisation, les câbles sont dimensionnés en point-à-point jusqu’aux logements / en amont
du point de mutualisation, les câbles sont dimensionnés selon différents choix d’architecture
de réseau).

 La comptabilisation des unités d’œuvre, cette phase consiste à quantifier, pour chaque
zone, toutes les informations sur les tracés de réseau (les longueurs et types de câbles, les
longueurs de génie civil à reconstruire, les informations sur les nœuds du réseau etc.)

 Étape 2 : Évaluation des coûts :

L’étape 2 de modélisation consiste à évaluer, sur la base des résultats obtenus à l’étape 1, les
coûts totaux de déploiement pour chaque zone renseignée en entrée.

2.3. Périmètre de la modélisation


L’objectif premier du modèle est de calculer les coûts d’investissement (CAPEX) dans les
réseaux d’accès passifs en fibres optiques permettant de rendre éligible 100% des foyers et des
sites d’entreprises. Le périmètre des réseaux d’accès en fibres optiques regroupe l’ensemble
des équipements passifs entre les NRO et les PBO, situés au plus près des utilisateurs finals.

Ils peuvent être regroupés en deux grandes catégories :

- Les coûts entre le NRO et les points de mutualisation.


- Les coûts entre les points de mutualisation et les PBO.

Les coûts d’investissements liés aux déploiements entre le NRO et les points de
mutualisation comprennent le NRO, les câbles et boitiers optiques installés sur le domaine
public et, la reconstruction du génie civil afin de pouvoir déployer le réseau jusqu’au point de
mutualisation. Au NRO, les coûts liés aux têtes de câbles en fibre optique, les coûts liés à la
pénétration des câbles des réseaux d’accès dans un bâtiment et les coûts des répartiteurs
optiques utilisés pour la gestion des accès en fibres sont également comptabilisés.

En ce qui concerne les coûts liés aux PBO, on distingue :

25
 Les immeubles collectifs regroupant un certain nombre de logements, pour lesquels les PBO
sont placés à l’intérieur des parties communes. Les coûts d’investissements liés aux
déploiements jusqu’aux PBO comprennent alors l’adduction, la colonne montante et les
boîtiers installés dans les étages.

 Les pavillons et les plus petits immeubles collectifs, pour lesquels les PBO sont placés sur le
domaine public à proximité immédiate des logements. Les coûts d’investissements liés aux
déploiements jusqu’aux PBO se limitent uniquement à l’installation des boîtiers.

Dans le futur, la modélisation pourra intégrer également la possibilité de calculer les coûts
entre le point de branchement et l’utilisateur. Néanmoins, à ce stade, ces raccordements
finaux n’étant généralement réalisés que lorsque l’abonné final souscrit une offre de services
FTTH, ces coûts doivent être isolés des coûts des déploiements des réseaux. En zone très
dense, il s’agit du raccordement palier entre le point de branchement et l’appartement de
l’utilisateur final. En zone moins dense, il s’agit du lien d’adduction entre le point de
branchement et le pavillon de l’utilisateur final.

Figure 15 – Périmètre des coûts de déploiement

A titre subsidiaire, l’exercice de calcul des coûts pourra prendre en compte des coûts de
location liés à l’utilisation par les opérateurs de l’offre d’accès au génie civil de l’opérateur
historique et les coûts d’exploitation du réseau. Ajoutés aux coûts d’investissement annualisés,
ces coûts permettront une évaluation très large des coûts liés aux réseaux FTTH.

26
a. Étape 1- Tracés et dimensionnement des réseaux FTTH

Dans cette première étape d’identification des tracés et de dimensionnement, le modèle


simule la topologie de déploiement de réseaux FTTH et quantifie les unités d’œuvre
nécessaires. La simulation est réalisée avec un outil informatique topologique qui trace et
dimensionne, pour chaque zone arrière de NRA fournie en entrée du modèle, le réseau FTTH
permettant d’adresser l’ensemble des logements et sites entreprise, en fonction de différents
paramètres, en particulier la taille minimum du point de mutualisation.

Les résultats de cette première étape sont rassemblés dans un fichier unique. Pour chaque
zone arrière de NRA sont ainsi compilées les données quantitatives du réseau FTTH simulé, en
particulier les longueurs et types de câbles fibre optique. C’est à partir de ces données que sont
ensuite évalués, dans une seconde étape, les coûts de déploiement pour chaque zone arrière
de NRA.

L’étape d’identification des tracés et de dimensionnement des réseaux FTTH est réalisée
en quatre phases, présentées dans le schéma ci-dessous, et décrites successivement dans la
suite du document.

Figure 16 – Les différentes phases de l’étape 1

Phase 1 : tracés des chemins de déploiement des réseaux FTTH

L’étape 1 du modèle prend en entrée, pour chaque zone arrière de NRA, les données
suivantes :

 Les nœuds du réseau de boucle locale cuivre (NRA, SR et PC), avec pour chaque nœud la
localisation géographique et le nombre de lignes cuivre activées.

27
 Les tracés de génie civil de l’opérateur historique, avec pour chaque tronçon la longueur et
le mode de pose (fourreaux, aérien, enterré etc.) ou, à défaut, les tracés des voiries.

Dans une première phase, le modèle vise à tracer, pour chaque zone arrière de NRA, le chemin
de déploiement d’un réseau FTTH point-à-point permettant de raccorder l’ensemble des
logements et sites entreprise. Ce tracé est réalisé en deux temps, correspondant
respectivement aux segments de transport (NRA vers SR) et de distribution (SR vers PC), en
utilisant un algorithme de plus court chemin :

 Sur le segment de distribution, le modèle identifie le plus court chemin qui relie chaque PC à
son SR de rattachement en se fondant sur les tracés de génie civil de l’opérateur historique,
puis identifie, tronçon par tronçon, le nombre de lignes nécessaires.

 De la même manière, sur le segment de transport, le modèle identifie le plus court chemin
qui relie chaque SR à son NRA de rattachement, puis identifie, tronçon par tronçon, le nombre
de lignes nécessaires.

À l’issue de cette première phase de modélisation est déterminé, pour chaque tronçon du
réseau FTTH simulé, le nombre de lignes nécessaires pour desservir en point-à-point
l’ensemble des logements et des sites d’entreprise de la zone arrière du NRA considéré. C’est
sur la base de ces informations que sont ensuite placés les points de mutualisation.

Phase 2 - placement des points de mutualisation

Dans la deuxième phase de simulation de déploiement de réseau, le modèle vise à placer,


pour chaque zone arrière de NRA, les points de mutualisation, en respectant un critère de taille
minimum par point de mutualisation.

Au regard du cadre réglementaire mis en place pour la mutualisation de la partie terminale, on


distingue a priori deux types de zones :

 Les zones très denses

 Les zones moins denses, correspondant au reste du territoire. Néanmoins, au sein des zones
très denses, l’ANRT recommande d’identifier des poches de basse densité pour lesquelles les
conditions de mutualisation devraient être différenciées.

28
Dans cette optique, le modèle permet de distinguer trois types de zones de mutualisation,
pour lesquelles les algorithmes de placement des points de mutualisation, et les critères en
termes de taille minimum, sont différenciés :

 Les zones moins denses.

 Les poches de basse densité des zones très denses.

 Les poches de haute densité des zones très denses.

Cas des zones moins denses :

Le cadre réglementaire en vigueur pour la mutualisation en zones moins denses, prévoit


qu’un point de mutualisation peut être mis en place sous réserve de satisfaire les conditions
suivantes :

 Être situé sur le segment de transport de la boucle locale de l’opérateur historique.

 Pouvoir être raccordé via des infrastructures de génie civil souterraines.

 Regrouper un nombre minimum de 1 000 lignes .

Cas des poches de basse densité des zones très denses :

Pour les poches de basse densité des zones très denses, l’ANRT propose que le placement
des points de mutualisation respecte les mêmes conditions que celles en vigueur pour les
zones moins denses.

Cas des poches de haute densité des zones très denses :

Pour les poches de haute densité des zones très denses, le cadre réglementaire en vigueur
prévoit qu’un point de mutualisation peut être placé en pied d’immeuble (à l’intérieur de la
propriété privée) notamment pour les immeubles regroupant au moins 12 logements ou pour
les immeubles raccordés à un réseau d’assainissement visitable. En dehors de ces exceptions,
les points de mutualisation des zones très denses doivent se situer à l’extérieur des limites de
la propriété privée et regrouper un nombre suffisant de lignes pour qu’il ne soit pas dissuasif
sur le plan économique de les raccorder. Ces conditions supposent d’identifier au préalable les
immeubles d’habitation susceptibles d’être équipés avec un point de mutualisation.

29
Phase 3 : modélisation des câbles en fibre optique

Dans la troisième phase de simulation de déploiement de réseau, le modèle vise à évaluer,


une fois les points de mutualisation placés, le nombre et le type de câbles en fibre optique
déployés sur chaque tronçon, selon le type de génie civil, ainsi que les boîtiers d’épissurage
nécessaires.

Le modèle distingue, à cet effet, pour chaque zone arrière de NRA, d’une part, le réseau
FTTH mutualisé déployé en aval des points de mutualisation, nécessairement en point-à-point,
et, d’autre part, les réseaux FTTH déployés en amont des points de mutualisation par chaque
opérateur, en fonction de leurs choix en termes d’architecture de réseau.

En aval des points de mutualisation :

Le réseau FTTH déployé en aval d’un point de mutualisation est nécessairement en


technologie point-en-point, afin de pouvoir offrir un accès passif aux lignes et être mutualisé
indépendamment des choix technologiques des opérateurs.

Pour les zones moins denses et les poches de basse densité des zones très denses, le
modèle simule un point de mutualisation en mono-fibre, avec une ligne par logement, ce qui
suppose que le point de mutualisation assure également la fonction de point de brassage.

Pour les poches de haute densité des zones très denses, seul est simulé dans cette phase le
réseau FTTH déployé en aval des points de mutualisation extérieurs situés sur le domaine
public. En effet, pour les points de mutualisation en pied d’immeuble, seule la partie verticale
correspondant au câblage interne est mutualisée, ce qui est pris en compte à part dans le
modèle. Pour les points de mutualisation extérieurs situés sur le domaine public, il est possible
de choisir de modéliser un réseau aval soit en mono-fibre, ce qui suppose un point de brassage,
soit en quadri-fibre, ce qui permet a priori de s’affranchir d’un point de brassage.

Pour dimensionner les réseaux FTTH en aval, le modèle analyse le nombre de lignes
nécessaires sur chaque tronçon, tel qu’identifié lors de la première phase, et détermine le type
de câble en fibre optique adapté. Afin d’apporter au réseau la flexibilité nécessaire pour tenir
compte de la construction éventuelle de nouveaux logements, le modèle anticipe les besoins
futurs en prenant en compte un facteur de surdimensionnement paramétrable par l’utilisateur
(par défaut, 50% de capacités en plus par câble).

30
Des boitiers d’épissurage sont ensuite placés le long des tracés de réseaux selon les deux
principes suivants :

 Un boitier est installé à l’emplacement de chaque PC, modélisant ainsi le PBO (Point de
Branchement Optique).

 Un boitier est installé à chaque embranchement du réseau où un câble en fibre optique est
éclaté en plusieurs câbles plus petits.

En amont des points de mutualisation :

En amont des points de mutualisation, les opérateurs sont libres de choisir leur technologie
de déploiement de réseau FTTH. Le nombre et le type de réseaux FTTH déployés, pour une
zone arrière de NRA donnée, en amont des points de mutualisation dépendront donc des
stratégies de chaque opérateur.

À cette étape de la modélisation, il est proposé de simuler plusieurs types de déploiements


de réseaux FTTH en amont des points de mutualisation, afin de refléter la diversité des
stratégies de déploiement des opérateurs.

Le modèle simule ainsi pour chaque zone arrière de NRA, aussi bien en zones très denses
qu’en zones moins denses, quatre types de déploiements de réseaux FTTH en amont des points
de mutualisation, depuis le NRO :

 Un réseau dimensionné en point-à-point, visant à permettre de raccorder 100 % des lignes


de chaque point de mutualisation.

 Un réseau dimensionné en point-à-point, visant à ne raccorder qu’une portion des lignes de


chaque point de mutualisation.

 Un réseau dimensionné pour la technologie PON.

 Un réseau dimensionné pour raccorder chaque point de mutualisation avec une paire en
fibre optique.

31
Figure 17 – Schémas des architectures de déploiements possibles en amont du point de mutualisation

 Réseau dimensionné en point-à-point à 100 % :

Le même principe que celui développé pour le réseau aval s’applique dans le cas d’un
réseau amont dimensionné en point-à-point desservant 100 % des lignes des points de
mutualisation raccordés. Le modèle analyse ainsi le nombre de lignes nécessaires sur chaque
tronçon entre le NRO et les points de mutualisation et détermine le type de câble en fibre
optique adapté, en tenant compte du facteur de surdimensionnement. De la même manière,
des boitiers d’épissurage sont ensuite placés le long des tracés de réseaux, à chaque PC et à
chaque embranchement.

 Réseau dimensionné en point-à-point :

Dans le cas du raccordement de points de mutualisation mono-fibre, constituant également


des points de brassage, un opérateur point-à-point peut choisir de conserver ses équipements
actifs au NRO et de déployer un réseau amont en point-à-point, dimensionné en tenant
compte de la pénétration qu’il espère obtenir à terme, afin de réduire la taille des câbles.

 Réseau dimensionné pour la technologie PON :

Pour simuler le dimensionnement d’un réseau PON en amont des points de mutualisation,
le modèle se fonde sur la technologie GPON, qui permet de desservir jusqu’à 64 clients sur une
seule fibre depuis le NRO, via deux niveaux de coupleurs optiques (le modèle retient
l’utilisation des coupleurs 1:8, les plus couramment utilisés, permettant de passer d’une fibre à
huit fibres)

32
 En zones moins denses et dans les poches de basse densité des zones très denses, les deux
niveaux de coupleur 1:8 sont installés au niveau du point de mutualisation, ce qui permet un
taux de couplage de 1:64 pour chaque point de mutualisation, justifié par le fait que les
points de mutualisation sont d’une taille suffisante.

 dans les poches de haute densité des zones très denses, compte tenu du fait que les points
de mutualisation sont de plus petite taille, un premier niveau de coupleur 1:8 est installé au
niveau de chaque SR et un second niveau de coupleur 1:8 est installé au niveau de chaque
point de mutualisation.
Compte tenu du placement des niveaux de coupleurs, le modèle détermine alors le type de
câbles en fibre optique déployé sur chaque tronçon, et les boitiers d’épissurage nécessaires,
en tenant compte, comme pour le réseau aval, du facteur de surdimensionnement
(paramétrable par l’utilisateur).

 Réseau dimensionné avec une paire en fibre optique :

Dans le cas du raccordement de points de mutualisation mono-fibre, constituant également


des points de brassage, un opérateur peut choisir d’installer ses équipements actifs au niveau
de chaque point de mutualisation, et de déployer un réseau de collecte amont depuis le NRO
avec juste une paire en fibre optique par point de mutualisation.

Phase 4 : comptabilisation des unités d’œuvre:

La quatrième phase de simulation de déploiement de réseau consiste à comptabiliser, pour


chaque zone arrière de NRA, les unités d’œuvre correspondant aux réseaux FTTH modélisés,
depuis le NRO jusqu’aux PBO. Ces données sont alors rassemblées dans un fichier unique en
sortie de modèle.

 Unités d’œuvre correspondant aux réseaux déployés sur la partie horizontale :

Quatre types de données sont fournis pour les réseaux déployés sur la partie horizontale :

 Les longueurs des câbles en fibre optique déployés, selon le type de câble (nombre de
fibres) et le type de pose (génie civil en conduite ou aérien).

 Le nombre de boitiers d’épissurage installés, selon la taille du boîtier (nombre de fibres) et


le type de pose (génie civil en conduite ou aérien).

33
 Les longueurs de génie civil en conduite à reconstruire.

 Les points de mutualisation installés, selon leur taille (nombre de fibres) et la localisation
(au NRA, en pied d’immeuble, en extérieur).

Pour les zones moins denses et les poches de basse densité des zones très denses, ces
données sont comptabilisées de la manière suivante, par zone arrière de NRA :

 Un code unique est indiqué pour chaque point de mutualisation, et chaque SR est ainsi
rattaché à un point de mutualisation.

 Les données des réseaux FTTH en aval sont fournies pour chaque point de mutualisation.

 Les données des réseaux FTTH en amont sont fournies pour chaque zone arrière de NRA,
pour les quatre types de déploiements.

Pour les poches de haute densité des zones très denses, ces données sont comptabilisées de
la manière suivante, par zone arrière de NRA :

 Un code unique est indiqué pour chaque point de mutualisation extérieur, mais pas pour les
points de mutualisation en pied d’immeuble, afin de ne pas complexifier inutilement les
fichiers de sortie.

 Les données des réseaux FTTH en aval sont fournies pour chaque point de mutualisation
extérieur.

 Les données des réseaux FTTH en amont sont fournies pour chaque zone arrière de NRA,
pour les quatre types de déploiements.

 Unités d’œuvre correspondant au câblage des immeubles d’habitation :

Selon le principe de modélisation retenu, les réseaux FTTH modélisés s’étendent depuis les
NRO jusqu’aux PBO. Pour les maisons individuelles, les PBO sont situés sur la voie publique,
généralement en façade ou sur des poteaux.

Pour les immeubles d’habitation, en revanche, les PBO sont généralement situés dans les
parties communes, dès que l’immeuble rassemble un nombre suffisant de logements. La
modélisation des réseaux FTTH doit donc tenir compte de l’adduction et du fibrage des
colonnes montantes des immeubles d’habitation pour lesquels les PBO sont situés à l’intérieur

34
des parties communes. Cela suppose de disposer, par zone arrière de SR, de données
consolidées sur le nombre d’immeubles d’habitation en fonction de leur taille.

Comme rappelé précédemment, il n’existe pas de base de données fiable localisant les
immeubles d’habitation avec, pour chaque immeuble, le nombre de logements.

En prenant en entrée cette base ainsi établie par zone arrière de sous-répartiteur, le modèle
donne ainsi en sortie les unités d’œuvre correspondant au câblage des immeubles d’habitation,
selon le critère retenu en termes de taille minimum d’immeuble concerné.

b. Étape 2- Évaluation des coûts d’investissement des réseaux FTTH

L’évaluation des coûts des investissements dans les réseaux FTTH permet, à partir des unités
d’œuvre issues de la première étape, de paramètres et de coûts unitaires de calculer le coût
total en investissement des déploiements FTTH. Cette étape peut se concentrer dans un
tableur Excel.

Figure 18 – Schéma illustratif de l’étape 2

a- Paramètres de la modélisation:

Les paramètres de la modélisation permettent d’obtenir les différences de coûts


d’investissements dans les réseaux FTTH selon les différentes stratégies de déploiement des
opérateurs selon les différentes modalités de raccordement des logements.

 Stratégies de déploiement des opérateurs en amont du point de mutualisation:

L’évaluation des unités d’œuvre fournit en entrée quatre différentes configurations de


déploiement en amont des points de mutualisation. Le modèle de coût peut donc calculer les
coûts d’investissements pour plusieurs combinaisons de stratégies de déploiement. Les
stratégies de déploiement des opérateurs simulées dans le modèle pourront varier en fonction

35
de la zone de déploiement. La flexibilité du modèle permet de prendre en compte plusieurs
configurations.

 Dimensionnement du raccordement des immeubles et des logements :

La base des logements fournit en entrée le nombre d’immeubles, détaillé selon le nombre
de logements par immeuble. Ces données permettent de dimensionner les coûts liés à
l’adduction des immeubles et au raccordement des logements.

En zones très denses, le lien entre le point de mutualisation et le dernier boitier avant le
raccordement client est réalisé en comptant 4 fibres par logements. Le coût du branchement
de chaque logement depuis le boitier d’étage en quadri-fibre pourra être inclus en option.

En zones moins denses et dans les poches de basse densité de la zone très dense, le lien
entre le point de mutualisation et le dernier boitier avant le raccordement client est réalisé en
comptant une fibre par logement. Le coût du branchement de chaque logement depuis le
dernier boitier situé dans la rue en mono-fibre pourra être inclus en option.

b- Évaluation des coûts totaux à partir des coûts unitaires

La fiabilité des coûts unitaires est un enjeu important pour la précision des coûts totaux
calculés par la modélisation. Les coûts ci-après s’entendent comme les tarifs hors taxes
pratiqués par les sous-traitants auxquels ont à faire les opérateurs pour leurs déploiements.

 Coûts liés au déploiement horizontal des réseaux FTTH

 Coûts unitaires de construction d’infrastructures de génie civil en conduite

Pour le déploiement de sa boucle locale cuivre, l’opérateur historique a utilisé des


infrastructures de génie civil en pleine terre. Ces infrastructures ont pour caractéristique de
n’héberger le plus souvent qu’un fourreau en PEHD et d’être déployées sur de longues
distances sans utiliser des chambres intermédiaires. Ces caractéristiques rendent difficile la
réutilisation des infrastructures de génie civil en pleine terre pour le déploiement des réseaux
FTTH.

Dans les cas où les câbles en fibre optique doivent suivre des infrastructures de génie civil
en pleine terre, l’opérateur déployant le réseau peut être obligé de reconstruire des
infrastructures de génie civil permettant la pose de câbles en fibre optique. La manière la plus

36
efficace du point de vue des coûts est d’utiliser des techniques de génie civil en conduites
allégées. Egalement, un élément statistique sur la nécessité d’ajouter des capacités au réseau
est pris en compte soit en ajoutant des fourreaux, soit en renforçant les appuis aériens.

 Coûts unitaires des câbles en fibre optique et des boîtiers d’épissurage :

Les coûts liés aux câbles en fibre optique et des boîtiers d’épissurage comprennent les coûts
de matériel, de pose des câbles et des boîtiers dans le génie civil. Ils dépendent du type de
génie civil et de la capacité en fibres optiques des câbles et des boitiers.

 Coûts unitaires des points de mutualisation :

Les points de mutualisation sont placés soit à la base des immeubles en zone très dense,
soit à l’extérieur sur le domaine public. En bas des immeubles, les points de mutualisation sont
des boitiers ou des châssis installés sur les murs. À l’extérieur elles sont des armoires de rue
contenant un répartiteur optique. Les coûts unitaires comprennent les points de mutualisation
et leur pose ; ils dépendent de la taille du point de mutualisation.

 Coûts liés au déploiement vertical des réseaux FTTH :

Les coûts liés au déploiement vertical des réseaux FTTH sont l’adduction des immeubles, le
câblage de la colonne montante et, éventuellement le branchement des clients. Ces coûts font
l’objet de beaucoup de cas particuliers, cependant la modélisation doit tenir compte d’un
nombre restreint de possibilités.

 Autres coûts liés au déploiement des réseaux FTTH :

La modélisation tient compte également des coûts liés à la pénétration des câbles dans le
bâtiment du NRO et des répartiteurs optiques installés dans ce bâtiment.
En outre, la modélisation tient compte des coûts d’étude, de pilotage et de planification des
réseaux avant déploiement et de tests des fibres effectués après la pose pour s’assurer de la
qualité du déploiement.

La modélisation ne tient pas compte des coûts communs aux autres activités de l’entreprise
(coûts commerciaux, coûts liés à la commercialisation des offres de gros, coûts de siège, coûts
du personnel hors déploiement de réseau etc.).

IV - Pertes dans un réseau FTTH :

37
L’objectif de cette partie est d’expliquer la ‘recette’ d’installation qui constitue l’une des
étapes clés lors de l’installation du réseau fibré.

La phase recette a pour but de vérifier que l’installation est conforme aux spécifications
techniques. Durant cette phase on doit définir les différents contrôles à effectuer, les appareils
de mesure nécessaires, les résultats à obtenir, ainsi que leur présentation à l'intérieur du cahier
de recette.

Durant tout le processus d’installation, il faut contrôler la continuité optique, la réflectance


au niveau des connecteurs optiques, ainsi que les pertes en puissance tout au long de la fibre.

Afin d'assurer que les mesures de réflectométrie effectuées sur les segments de transport
optique et de distribution optique sont cohérentes avec les routes optiques prévues lors de la
conception de l'ingénierie du réseau (APD), l'affaiblissement linéique mesuré sera comparé
avec l'affaiblissement linéique théorique de chaque liaison optique.

Figure 19 – Affaiblissement théorique de la liaison optique

Les pertes en puissance dans un connecteur se calcul ainsi :

Figure 20 – Calcul des pertes dans un connecteur

38
 Test de continuité :

Le test de continuité sert à détecter d’éventuelles coupures, mauvaises soudure ou


connecteur défectueux à l’aide de stylo optique, qui en émettant une lumière au niveau de la
fibre permet de détecter la présence d’une coupure qui va se distinguer par de la lumière qui
sort au niveau de cette dernière.

Figure 21 – Test de continuité à l’aide d’un stylo optique

 Contrôle d’atténuation :

Ce contrôle pour but d’évaluer l’atténuation dans le réseau de fibre, si l’atténuation est très
importante le récepteur risque de ne pas détecter le signal qui lui est dédié.

 Méthode utilisée pour un tronçon de fibre :

Cette méthode utilise le principe de la photométrie. C’est une méthode dite « par insertion
», dans un premier temps, on relie une source de lumière à un récepteur qui mesure la
puissance en direct de la source (étalonnage), et dans un deuxième temps, on insert la liaison à
mesurer entre la source et le récepteur, et le récepteur calcule alors la différence entre la
puissance en direct de la source et celle à travers la liaison à valider qui correspond à

39
l'atténuation totale de celle-ci. D'autre part, le temps mis par le signal pour traverser la liaison
permet de déterminer sa longueur.

Ces mesures permettent d'apprécier, à une longueur d'onde donnée la perte globale de la
liaison optique.

Figure 22 – Mesure des pertes totales par insertion

 Exemple de calcule d’un budget optique :

Figure 23 –Exemple de calcul d’un budget optique

Cette méthode utilise un mesureur de puissance et une source et permet de mesurer les
pertes dans le tronçon optique.

Etant données les valeurs d’affaiblissement suivantes :

 Affaiblissement maxi à 1310 nm : 0,38 dB/km.

 Affaiblissement maxi à 1550 nm : 0,25 dB/km.

40
Données opérateur utilisées pour le calcul du budget et bilan optique :

 Epissure : 0,15 dB.

 Connecteur SC/UPC : 0,55 dB.

La longueur de la fibre est de 100m avec 4 épissures et 4 connecteurs SC/APC, les pertes
sont calculées ainsi :

( ) ( ) ( ) dB

Ainsi la puissance à l’émission doit être calculée de façon qu’à la réception la puissance soit
supérieure au seuil de réception du récepteur avec une certaine marge. A noter aussi dans le
calcul qu’on a ajouté une marge de 1 dB pour prévenir d’éventuelle usures ou vieillissement de
la fibre après sa pose.

 Contrôle à l’aide d’un réflectomètre :

Cette méthode vise à utiliser la réflectométrie afin de détecter les différentes coupures qui
peuvent se produire dans la fibre après sa mise en place ou encore les différentes épissures
dans la fibre.

La technique consiste à envoyer un signal lumineux à l’extrémité de la liaison à analyser, le


signal est ensuite réfléchi vers l’émetteur. Ainsi les différents épissure ou coupures
apparaissent dans l’écran, sous forme de pic d’atténuation brutale dans la courbe. Quant au
connecteur la présence d’un pic léger de puissance caractérise se dernier, cela est dut aux
pertes de réflexion dans le connecteur ou Return-Loss.

La figure ci-dessous montre un exemple de courbe d’une ligne optique :

41
Figure 23 – Contrôle à l’aide d’un réflectomètre

Figure 24 – Les différents tests effectués dans une liaison optique

La perte d’insertion maximale admissible entre le point de raccordement et le dispositif


optique terminale pour une longueur de 1320 nm est de :

 1.5 dB si la distance entre le PR et le DTIO est inférieur à 500m.

 2 dB si la distance entre le PR et le DTIO est entre 500m et 1500m.

 Elle est à définir quand cette distance est supérieure à 1500m.

Des tests doivent être effectués :

 Sur 100% des liens avec un crayon optique ce qui correspond au test de continuité.

 Par prélèvement sur 10% des liens dont le DTIO le plus proche et le DTIO le plus éloigné du
PR.

42
Les mesures doivent être natives de l'équipement de test (traçabilité native) et les mesures
doivent être réalisées :

 Conformément au niveau 2 (photomètre) du guide UTE C 15-960.

 Ou conformément au niveau 3 (réflectomètre – mesure unidirectionnelle) du même guide,


pour s'assurer de la pérennité de l'installation et mettre en évidence les contraintes aux
courbures.

III. Difficultés rencontrées sur le terrain


Malgré l’existence d’un cadre réglementaire favorable au déploiement des réseaux et
services FTTH, la réalité sur le terrain est toute autre. Les principales difficultés rencontrées par
les opérateurs de télécommunications sont notamment liées au partage du génie civil de
l’opérateur historique (les modes de facturation, le respect des délais et la saturation de
certains tronçons de génie civil), à la commercialisation des services FTTH aux clients finaux
utilisant l’infrastructure d’un opérateur tiers dans le cadre des offres activées, aux délais
d’obtention des autorisations d’occupation du domaine public ainsi qu’à l’absence
d’homogénéisation des redevances de droit de passage dans les différentes communes
marocaines.

IV. Recommandations
Ayant pris conscience du retard accumulé dans le développement du haut débit et du
manque à compenser en termes croissance économique, le PMN (Plan Maroc Numérique)
2020 accorde une importance particulière au développement d’une infrastructure numérique à
haut et à très haut débit devant desservir l’ensemble des ménages, des entreprises et des
institutions publiques et l’intégralité du territoire national .

Pour développer l’infrastructure numérique haut débit et permettre de généraliser l’accès


de la population marocaine au haut débit, le PMN 2020 vise la réalisation des actions
suivantes :

 Encourager l’investissement dans de nouvelles infrastructures et susciter


l’émergence de nouveaux opérateurs y compris ceux d’infrastructures alternatives,
les collectivités locales et les concessionnaires de services publics, pour constituer un

43
pur operateur d’infrastructures qu’il mettrait à la disposition de tous les fournisseurs
de services TIC.

 Promouvoir, via des dispositions réglementaires, les synergies entre les travaux de
génie civil (eau, électricité et transport routier) et ceux liés à l’extension du réseau
backbone en fibres optiques et du réseau cuivre.

 Encourager le co-investissement entre opérateurs pour réduire les couts.

 Développer un système régional de télécommunications à haut débit par satellite.

 Favoriser le déploiement d’infrastructures en fibres optiques en autorisant l’entrée


de nouveaux acteurs sur le marché via la création de nouveaux statuts et
l’attribution de licences. Cela concerne :

 Les fournisseurs d’accès à internet dotés de leurs propres installations qui


devraient être autorisés à desservir le client final avec leur propre réseau
d’infrastructure.

 Les statuts d’opérateur d’infrastructure à qui des licences adaptées à leur


type d’activité doivent être attribuées.

 Recourir à des mécanismes de financement public-privé pour la construction et


l’exploitation de nouvelles infrastructures de réseau en fibre optique dans des zones
rurales ou peu rentables.

Conclusion

Dans cette partie, j’ai essayé de détailler d’une part, les modalités retenues par l’ANRT
pour un usage non discriminatoire des réseaux FTTH, et d’autre part la stratégie de
modélisation financière d’un réseau en fibre optique.

44
Conclusion generale

La fibre optique a révolutionné l’univers des télécommunications. Ses propriétés physiques


lui permettent d’acheminer l’information sous forme d’ondes lumineuses, ce qui a pour effet la
capacité d’offrir un très grand débit, avec de plus comme caractéristique essentielle le fait
qu’elle présente un affaiblissement très faible en comparaison avec les fils de cuivre classiques.

Ses dernières décennies ont connu un très fort virage des opérateurs de
télécommunications vers les réseaux en fibre optique et ce de par le monde. En effet, ses
nombreux avantages ainsi que ses couts de maintien faible par rapport aux réseaux de cuivre
expliquent ce virage.

L’objectif du stage effectué au sein de l’entreprise Mobilinfo est d’étudier les réseaux à
fibre optique, communément appelés FTTH, dans leur globalité à savoir, les types de réseaux
FTTH, leurs structures, les méthodes de déploiement ainsi que leurs coûts, sans oublier le cadre
règlementaire.

Ce rapport peut être vu comme une sorte de manuel introductif aux réseaux à fibre optique
dans leurs globalités. J’y étudie dans un premier temps ce qui caractérise les réseaux à fibre
optique (PON), on s’intéresse ensuite à la comparaison des différentes technologies présentes,
j’y présente aussi les principaux équipements présents dans un réseau optique, pour enchainer
ensuite avec une étude de cas et finir avec l’aspect juridique présent pour ces réseaux.

Il est à noter pour finir que l’étude effectuée lors de ce stage s’est particulièrement
intéressée au cas du Maroc, où il faut rappeler que ce dernier, bien que précurseur au niveau
africain dans le domaine de la fibre optique, possède beaucoup de zones non desservies par la
fibre, et que ce secteur se caractérise par une grande dynamique.

45
Bibliographie
[1] ZAHND Éric AUBAY, Développement des réseaux à haut débit (Guide de mise en place des réseaux
fibre optique FTTH), Credo

[2] Claude Lahache, LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE OPTIQUE FTTH (FIBER TO THE HOME) ,2015

[3] Décision ANRT/DG/N°06/14 du portant adoption des lignes directrices relatives aux modalités
opérationnelles, tarifaires et conventionnelles de partage et de mutualisation des infrastructures de
fibre optique jusqu’à l’abonnée.

46

Vous aimerez peut-être aussi