Vous êtes sur la page 1sur 11

LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 1

L ’A 10
L’A10
eenn rroute
oute vvers
ers
uunn cchantier
hantier
ttitanesque
itanesque
Textes : Anaïs Rambaud ; photos : Guillaume Souvant/VINCI Autoroutes, Antoine Legond/VINCI Autoroutes, Éric Malot, Christelle Gaujard, Jean-Louis Gorce ; mise en page : Magali Saint-Genès
Cahier de la République du Centre n°22826 du jeudi 8 novembre 2018, ne peut être vendu séparément
2 JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE

Élargissement de l’A 10
ENTRETIEN ■ Avec Margaux Allix, directrice adjointe maîtrise d’ouvrage chez VINCI Autoroutes

Un chantier colossal pendant sept ans

“ Ce chantier
est, de loin,
le plus significatif
que l’A 10 ait
connu à hauteur
d’Orléans

RÉALISATION. Le cœur du chantier concerne l’élargissement de l’A 10 qui passera de deux fois trois voies à deux fois quatre voies. INFOGRAPHIE VINCI AUTOROUTES

L’élargissement de l’A 10 est un chantier colossal qui va pants ont souhaité que la jectifs principaux. Ceux ■ Des travaux d’une telle challenge car nous allons
s’étaler sur sept ans. Plusieurs années de préparation ont capacité soit augmentée qui habitent à proximité ampleur ont-ils déjà été me- le conduire tout en main­
été nécessaires. Margaux Allix, directrice adjointe maîtrise
d’ouvrage chez VINCI Autoroutes, revient sur cet aspect et pour atteindre 70 places. de cet équipement routier nés sur cette partie de tenant la circulation. Nous
explique les enjeux d’un tel projet. Ils ont également pu choi­ a v a i e n t j u s q u’ a l o r s, à l’A 10 ? Entre 1988 et 1990, ne pouvions pas couper
sir son implantation, par­ quelques mètres d’eux, on était passé de deux à l’autoroute, c’est d’ailleurs
■ Pourquoi un tel chantier res. Ainsi, nous avons lan­ mi les options que nous une autoroute qui date de trois voies sur cette por­ p o u r ç a q u’ i l va d u re r
intervient-il maintenant ? cé la mise en place du avions suggérées. 1973, avec des normes de tion d’autoroute. Le chan­ sept ans.
Était-il prévu et souhaité de- chantier : instructions, l’époque. L’élargissement tier avait duré plus de Autre point complexe :
puis longtemps par VINCI concertation, enquête pu­ ■ Pour qui ces travaux sont-
permet de revoir toutes deux ans mais il n’était
Autoroutes ? Ce chantier cette portion se trouve en
blique… Jusqu’à ce que le ils bénéfiques ? Ces travaux ces normes et les mettre pas aussi important que
était effectivement atten­ zone urbaine, comprenant
préfet du Loiret déclare ce sont bénéfiques pour les aux standards environne­ celui que l’on s’apprête à
du. Il doit permettre de nombreux réseaux,
projet d’utilité publique, usagers au quotidien, mentaux actuels, que ce mener. C’est, de loin, le
d’améliorer notablement aussi bien routiers que
en juillet dernier et donne qu’ils fassent du covoitu­ soit concernant l’acousti­ chantier le plus significatif
la fluidité sur 16 kilomè­ piétons, cyclables ou en­
le feu vert pour le lance­ rage ou non, qu’ils se ser­ que ou la gestion de l’eau. que l’A 10 ait connu à hau­
tres, entre les bifurcations core ferrés. Il a fallu faire
ment des travaux. vent de l’autoroute ou Avec ce nouvel aménage­ teur d’Orléans. Il s’étale
de l’A 71 et de l’A 19. Le des compromis, tout en li­
trafic est actuellement non. Côté économique, ment, par exemple, on sur une durée de sept ans,
■ En quoi ces travaux répon- mitant les contraintes
dense. Sur ce tronçon, c’est utile pour faire fructi­ s’engage à ce que chaque et emploiera 250 agents,
dent-ils à des enjeux de pour les usagers, en mini­
nous enregistrons environ, fier les entreprises. goutte d’eau qui tombe en moyenne, par an. Il
nouvelle mobilité ? Une misant la gêne et en privi­
chaque jour, le passage de Le confort des riverains sur l’autoroute soit récu­ coûte 222 millions d’euros
m e i l l e u re f l u i d i t é s u r légiant la sécurité.
64.000 véhicules, avec des est aussi l’un de nos ob­ pérée. et est financé à 100 % par
l’autoroute contribue à ré­
pointes à 100.000 certains VINCI Autoroutes. Ces tra­ ■ La concertation avec les
pondre aux nouvelles mo­
week­ends chargés. vaux ne seront pas amor­ riverains et les acteurs du
La sécurité est aussi bilités. Sur un axe impor­
tant comme celui­ci, avec tis par le prix du péage territoire est-elle essentielle
l’une de nos motivations,
la proximité des entrepri­ mais par l’allongement de pour un chantier d’une telle
les bifurcations avec l’A 71
ses du Pôle 45, par exem­ la durée de concession : ampleur ? Tout à fait. Il est
et l’A 19 sont des zones à
risques pour les usagers. ple, les travaux permet­ nous sommes engagés essentiel de travailler avec
tent, de fait, de avec l’État jusqu’en 2034, tous les acteurs du terri­
développer économique­ soit deux ans et demi de toire : associations, entre­
L’élargissement plus que prévu afin de fi­ prises agricoles, acteurs
ment le secteur. Beaucoup
de l’A 10 doit d’entreprises attendent nancer cet investissement. économiques, élus, rive­
permettre de d’ailleurs cette améliora­ ■ Ces travaux présentent-ils rains, etc.
fluidifier le trafic tion. un risque pour VINCI Auto- Si l’enquête publique est,
D’autre part, la construc­ routes ? L’État nous a con­ elle, une phase obligatoire,
sur 16 kilomètres on a souhaité, en amont,
tion d’un parking de co­ fié, grâce à la concession,
voiturage permet aussi la réalisation de ce chan­ ajouter des ateliers afin
d’accompagner ces nou­ tier avec tous les risques d’associer les riverains et
Ces travaux interviennent velles mobilités. C’est une qu’il comporte, à la fois de co­construire avec eux
dans le cadre du Plan de ce chantier. Cette concer­
mesure supplémentaire techniques et financiers.
relance autoroutier, signé « Notre priorité, c’est la sécurité. tation a été pour nous une
que l’on a souhaitée ap­ Notre priorité, c’est la sé­
en avril 2015, confirmant
porter à notre plan initial. À la fois pour les usagers curité. Notre responsabili­ réussite. Nous n’imagi­
l’accord entre l’État et les
Les usagers étaient favora­ et pour les ouvriers qui œuvrent té est entière, à la fois nons pas, dorénavant, ne
sociétés concessionnaires
d’autoroutes de mener des bles à ce type d’aménage­ au quotidien sur le chantier » pour les usagers et pour pas associer tous ces ac­
chantiers de grande enver­ ment. Lorsque nous MARGAUX ALLIX. Directrice adjointe maîtrise d’ouvrage les ouvriers qui œuvrent teurs à la réalisation d’un
gure afin d’améliorer les l’avons présenté lors de la chez VINCI Autoroutes. au quotidien sur le chan­ chantier comme celui­
infrastructures autoroutiè­ concertation, les partici­ tier. Ce dernier est un réel là. ■
LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 3

Élargissement de l’A 10

Les chiffres clefs du chantier

ans de travaux ponts concernés, dont


8 ponts supérieurs reconstruits
5 passages inférieurs à élargir
1 passage inférieur refait à neuf
spécialement pour la Retrève
voies de chaque côté
A 10 2 passages piétons réaménagés

Sougy
A 19 bifurcations réaménagées

Huêtre Chevilly

Gidy
parking
Cercottes de 70 places
de covoiturage

Saran
Ormes

kilomètres de travaux
St-Jean-
de-la-
Ingré Ruelle
Orléans
A 10
La Chapelle-

3
St-Pryvé-
St-Mesmin St-Mesmin
millions d’euros investis dont dédiés
objectifs A 71
à un nouvel aménagement
pour la Retrève
 Améliorer la fluidité
 Renforcer la sécurité
 Accompagner les nouvelles mobilités
 Améliorer le cadre de vie des riverains
 Préserver l’environnement

communes traversées par cette portion de l’A 10

personnes territoires
en moyenne (la métropole orléanaise
par an et la Beauce loirétaine)
sur le chantier
Source : VINCI Autoroutes.
Infographie : Claire Martin.
LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE
4 JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE

Élargissement de l’A 10
COOPÉRATION ■ Des ateliers d’échanges avec les riverains et les élus ont été menés en amont du projet

Impliquer le plus grand nombre


Une concertation avec les riverains a été menée, il y a
quelques mois, afin de préparer au mieux les aménage-
ments pour le chantier. Deux ateliers ont été mis en place à
l’initiative de VINCI Autoroutes : l’un autour des protections
acoustiques, l’autre au sujet des ponts et des souterrains.

«Q uand on fait un
chantier auto­
routier comme
celui­là, deux phases sont
obligatoires : les études
Plusieurs thématiques
ont été abordées à l’occa­
sion de réunions publi­
ques ou ateliers d’échan­
g e s : l’ a c o u s t i q u e, l e s
préalables et l’enquête ponts et souterrains, ainsi
publique. » Stéphane Ha­ que, par exemple, le par­
brard, chef de projet chez king de covoiturage…
VINCI Autoroutes, et son Au total, 700 contribu­
équipe de la direction de tions ont été apportées au
la construction, ont opté projet, dont 20 % concer­
pour une phase intermé­ nant des mesures pour li­
diaire de concertation pu­ miter le br uit, et 10 %
blique, afin de déterminer, concernant les ponts et les
en réflexion et en accord souterrains. « C’est la pre­
avec les acteurs du terri­ mière fois que l’on va jus­
t o i re, c e r t a i n s p o i n t s que­là », souligne Stépha­
d’aménagements prévus à ne Habrard. « Auparavant,
l’occasion du chantier. on prenait les idées du
territoire et on tentait de
les intégrer comme on
Proposer, pouvait à notre projet ini­
tial. Maintenant, c’est plus
modifier concret et abouti. Il y a
puis soumettre des allers­retours, on re­
à nouveau travaille des points qui ont
été soumis lors des ate­
liers. Il y a des votes, par­
fois. La concertation a
« Cela permettait de co­ vraiment permis d’aller RÉFLEXION. À Gidy, Saran ou encore Cercottes, les habitants se sont mis autour de la table pour définir, ensemble, les solutions les
plus loin dans la réalisa­ plus profitables pour le territoire.
construire avec les rive­
rains, associations, entre­ tion du projet. »
prises, élus et usagers, un Parmi les sujets soulevés VINCI Autoroutes, la pau­ qu’alors, peu engageants coup interpellé les rive­ trève afin d’éviter de nou­
projet cohérent », poursuit lors de la concertation et se d’écrans en béton et en pour la population locale. rains, à savoir la gestion velles crues, ou encore les
le chef de projet. qui ont été adoptés par bois, en continuité, le long de l’eau, la pollution at­ emprises foncières néces­
Répondre aux mosphér ique, le projet saires à l’élargissement ou
de la portion concernée
questionnements prévu pour la rivière la Re­ aux aménagements. ■
de l’autoroute A 10, l’amé­
■ L’avis d’Annick, habitante d’Ingré nagement de pistes cycla­
« Nous avons notam­
ment discuté avec les gens
« Voilà maintenant plus de quarante ans que j’habite dans
ma maison près de l’autoroute. Au fil des années, on s’est
bles sur quatre voir ies
identifiées, le nombre de
de la position des ponts ■ L’avis de Thierry, artisan à Gidy
que nous allons recons­ « En tant qu’artisan sur la commune de Gidy, j’ai reçu un
habitué au bruit. J’ai participé aux ateliers, j’ai notamment places sur le parking de truire. C’est eux qui ont courrier de VINCI, il y a quelques mois, pour m’informer des
défendu le fait qu’il nous fallait un cheminement piétonnier covoiturage ainsi que sa choisi de les placer au travaux qui allaient être réalisés et la gêne que ça pouvait
sur les ponts mais aussi une piste cyclable qui nous localisation, mais aussi le nord ou au sud de ceux occasionner. Nous, à Gidy, ce qui nous préoccupe le plus,
permette de rejoindre le bourg d’Ingré autrement qu’en
réaménagement de cer­ existants », se remémore
voiture. Ces idées ont été sélectionnées et les c’est ce qu’ils ont prévu pour la Retrève, afin qu’on ne
tains passages inférieurs Stéphane Habrard.
aménagements vont être réalisés, je suis ravie ! » revive pas une crue comme celle de 2016. »
piétons qui étaient, jus­ D’autres sujets ont beau­

è LE PROJET VU PAR DES MAIRES DE L’ORLÉANAIS


La concertation a été menée dans les sept communes traversées par la portion de l’A10, identifiée pour les travaux, à savoir Gidy, Saran,
La Chapelle-Saint-Mesmin, Cercottes, Ingré, Sougy et Chevilly. Riverains, entreprises et élus ont particulièrement pris part à l’écriture du
projet. Les maires font le bilan de cette concertation et s’expriment au sujet du chantier à venir.

MARYVONNE HAUTIN CHRISTIAN DUMAS MARTIAL SAVOURÉ-LEJEUNE BENOIT PERDEREAU NICOLAS BONNEAU
maire de Saran maire d’Ingré maire de Cercottes maire de Gidy maire de La Chapelle-Saint-Mesmin
Nous avons eu un très bon contact C’est, pour moi, la mauvaise réponse Il y a deux ans, notre commune a On a eu beaucoup de réunions de Mon rôle est de m’assurer que les
avec VINCI. Lors de la concertation, à une bonne question. Je souhaitais subi de plein fouet les inondations. concertation en ce qui concerne nuisances ne seront pas plus impor-
que la portion de l’A 10 orléanaise C’est à ce moment-là que l’on a l’élargissement et l’emprise sur nos tantes avec ce nouvel aménagement.
les habitants ont répondu présents et
commencé à nous parler de terrains, l’impact pour les Dans le projet initial, des emplace-
ont été écoutés. Ils ont notamment soit déviée et coupe à travers
l’élargissement et de ce qui pouvait agriculteurs. Cinq ponts seront ments appartenant à la commune
permis d’ajouter au projet de VINCI champs entre Artenay et Meung-sur-
être fait pour canaliser la rivière la démolis et reconstruits. On est lucide étaient convoités par VINCI. J’ai fait
une piste cyclable et piétonne sur le Loire.
Retrève en cas de crue. Un dialogue sur le trafic, qui ira en augmentant, voter un avis favorable par l’équipe
pont de Gidy. Par ailleurs, nous Notre commune subit des nuisances ouvert s’est installé avec VINCI. donc les habitants ont été également municipale pour ce chantier d’élargis-
sommes de plus en plus pollués par importantes. Dans le cadre du L’aménagement d’un ouvrage sous attentifs aux mesures concernant le sement, sous réserve que ces empla-
les camions du Pôle 45 qui chantier, qui va être long et l’autoroute est prévu afin de faire revêtement acoustique. Ce que l’on cements nous soient restitués. Ça
souhaitent rejoindre l’A 10, c’est éprouvant, VINCI prend des terrains à passer la rivière. Quant aux attend plus spécialement à Gidy, c’est n’enlève rien à ma vigilance quant
pourquoi nous défendons l’idée d’un l’entrée de la ville, une parcelle sur nuisances, la commune ne subit pas davantage l’échangeur qui permettra aux répercussions des travaux. Je fais
nouvel échangeur depuis de laquelle des commerces et des particulièrement le bruit généré par de desservir le Pôle. Ce sera très en sorte que les moyens nécessaires
nombreuses années. entreprises étaient prévus. l’autoroute, cela dépend de la météo. intéressant pour le territoire local. soient mis en œuvre par VINCI.
LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 5

Élargissement de l’A 10
ÉCONOMIE ■ Un projet comme celui de l’élargissement de l’A 10 a des conséquences positives localement

Un chantier créateur d’emplois


Les entreprises du Pôle 45
en première ligne
Situées le long de l’A 10 au nord d’Orléans, les grandes
entreprises telles qu’Amazon, Deret, les Laboratoires
Servier ou encore d’autres sièges sociaux, notamment
liés au secteur de la cosmétique, profitent directement
de leur proximité avec l’axe autoroutier pour le transit
de marchandises. Comment abordent-elles cet élargis-
sement ? Quelles sont les conséquences directes pour
leur activité ?

Patrice Martin, directeur


des Laboratoires Servier Gidy
« Nous avons élaboré ce
chantier main dans la
main avec VINCI Autorou-
tes puisque notre entre-
prise cède des éléments
fonciers, des terrains si-
tués au nord ou au sud
de notre site.
C’est un très beau pro­
jet qui a pour objectif
d’améliorer la fluidité de
la circulation et de réno­
TRANSIT DE MARCHANDISES. De nombreux poids lourds transitent toute la journée entre la métropole orléanaise et le reste de la ver les infrastructures.
DIRIGEANT.
France, via l’A 10. Cela comprend la réfec­
Patrice Martin.
tion de pont venant de
Saran, qui enregistre
Une partie des postes pro- développement économi­ pourront profiter de ces besoin d’un emploi », in­ quotidiennement de
posés par VINCI Autoroutes, concerne l’échangeur de
que local et non pas le postes, afin de se réinsérer troduit Benoit Richard, plus en plus de passages Gidy, qui nous permettra
afin de réaliser le chantier, freiner », insiste Stéphane dans le monde du travail, chargé de mission clauses de poids lourds. Nous d’accéder à la zone d’ac­
sera très favorable locale- Habrard, chef de projet à sans pour autant être spé­ avons, également, une tivités sans trop de dif­
ment pour l’emploi, notam- sociales à la Maison de
VINCI Autoroutes. cialisé dans le BTP ou l’emploi d’Orléans. « Avec grande attente en ce qui ficultés. » ■
ment pour les personnes en
situation de retour à l’em- L’emploi, lui, sera généré autres métiers du chantier. VINCI Autoroutes et le

Sylvain Charbonneau,
ploi. à grande échelle : 250 pos­ chantier d’élargissement
tes seront créés, en Treize postes créés en

M
faveur de l’insertion de l’A 10, nous prévoyons
ener un tel chan­
tier, c’est promettre
moyenne, chaque année.
Les diverses entreprises La Maison de l’emploi
de générer, au minimum,
20.000 heures réservées
gérant de Flo Palettes
de booster l’écono­ qui seront sélectionnées d’Orléans a accompagné
aux personnes en situa­ « Notre groupement de 95 % des marchandises
mie locale. pour œuvrer sur le chan­ VINCI Autoroutes dans ces sont transportées par la
tion de retour à l’emploi, transporteurs est un hub
« On sait que le trafic va tier devront respecter la démarches. « Depuis 2005 route. Or, ce chantier
ce qui revient à créer trei­ de transit. Plusieurs trans-
augmenter, que le Pôle 45 clause sociale, stipulée environ, on préconise de peut favoriser le métier
ze emplois à temps plein porteurs se retrouvent
va s’agrandir, que la zone dans les appels d’offres de réser ver un nombre d e s t ra n s p o r t e u r s e t
donc ici.
va devenir de plus en plus V I N C I Au t o r o u t e s. E n d’heures proportionnelles sur la durée du chantier, donc favoriser le déve­
de 1.500 heures environ Une meilleure fluidité
dynamique. L’infrastructu­ d’autres termes, des pu­ à l’activité pour les per­ loppement économique.
du trafic sur l’A 10 ne Par ailleurs, le Pôle 45
re doit accompagner le blics éloignés de l’emploi sonnes qui ont vraiment chacun. » ■
pourra qu’être bénéfique est engorgé, notamment
à notre activité, Orléans aux heures de pointe.

Objectif : former du personnel motivé étant un point de passa­


ge difficile pour tous, au
carrefour de trois auto­
Une déviation permet­
trait d’accéder aux en­
trepr ises plus facile­
La Maison de l’emploi est dats en interne pour le ro u t e s. Au j o u rd’ h u i , ment. » ■
une structure qui est appa- chantier.
rue en France dans le cadre
de la loi de programmation
« La force des entreprises
du territoire local, c’est Patrick Maillet, directeur
pour la cohésion sociale.
Aujourd’hui, l’Hexagone
aussi d’avoir des person­
nes formées. Cela favorise de Deret transporteurs
compte 185 entités du directement leur dévelop­
pement », poursuit Benoit « Orléans est, à l’heure
genre, qui ont pour mis­ actuelle, un nœud auto-
sion d’épauler les parte­ Richard. Les savoir­faire
ainsi acquis sont profita­ routier. La fréquentation
naires économiques lo­ varie en fonction des dé-
c a u x d a n s l e bles à l’entreprise comme
à l’employé. parts en vacances et
développement de leur fi­ des heures de pointe.
lière, la gestion des em­ Miser sur la formation C’est un point délicat
plois et des compétences et la motivation pour nos camions, entre
ou encore la mise en place « Les deux­tiers des per­ les bifurcations A 71 et
du dispositif de la clause COLLABORATION. La Maison de l’emploi a épaulé VINCI Auto-
routes, notamment pour les appels d’offres. sonnes positionnées sur A 19. Parallèlement, l’ac­
sociale dans les marchés des clauses sociales sont tivité économique du
publics. toujours en emploi six Pôle 45 est croissante. Il
« On avait déjà travaillé s’adressait à des deman­ suite, on accompagne aus­ mois après, et la moitié y avait une nécessité évi­
avec VINCI Autoroutes­ deurs d’emploi longue du­ si ce prestataire dans la ré­ d’entre elles sont encore là dente de passer de trois
Cofiroute, pour le projet DIRIGEANT.
rée, bénéficiaires du RSS daction des contrats et un an après. » Une preuve à q u a t re v o i e s. V I N ­
de l’aire de Meung­sur­ Patrick Maillet.
ou du RSA, à des tra­ pour le choix des publics, que l’enjeu, pour les en­ CI Autoroutes nous a
Loire, sur l’insertion de la treprises, est de taille. Au­ consultés sur le foncier,
vailleurs handicapés, à des que l’on a souvent repérés
clause sociale dans les ap­ delà de l’inser tion, ce puisqu’une partie de v e s u r n o t re a c t i v i t é
pels d’offres », indique jeunes en situation de dé­ en amont. »
qu’elles recherchent, c’est l’élargissement est pré­ professionnelle : les ca­
Benoit Richard, chargé de crochage scolaire… On a Ces travailleurs sont par­ avant tout des personnes vue en bordure de nos mions passeront moins
mission clauses sociales à proposé, ensemble, un ca­ fois issus d’agences d’inté­ « motivées », souligne terrains. Le nouvel amé­ de temps sur la route et
l a Ma i s o n d e l’ e m p l o i hier des charges qui a été rim spécialisées dans l’in­ Benoit Richard, « plus que nagement aura une con­ nous pourrons y gagner
d’Orléans. « On les a aidés soumis au prestataire et sertion, qui ont, au des personnes quali­ séquence directe positi­ économiquement. » ■
à rédiger un marché qui qui a été retenu. Par la préalable, formé les candi­ fiées ». ■
6 JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 7

Élargissement de l’A 10
21 août 2015 Enquête préalable 9 juillet 2017 Novembre 2018 Fin des ouvrages d’art A6
Pithiviers
Décret du à la déclaration Déclaration Démarrage des travaux :
A 10 PARIS

A 10
A 19
plan de relance d’utilité publique d’utilité publique
autoroutier du projet par le
 installation de la bretelle provisoire Tours-Vierzon
 début des élargissements des passages inférieurs Montargis Sougy
préfet du Loiret.  début de la construction des nouveaux ponts Orléans

A 19

10
A
Janvier 2019 Début de

A7
Gien
Début de la l’élargissement

1
construction et des aménagements

A
d’un pont de passage annexes D6

77

D 2020
de voies SNCF (tels que les bassins
(un chantier délicat et les écrans Adaptation de la bifurcation A10 / A19
qui durera 2 ans acoustiques
à lui tout seul) par exemple) Aménagement d’1 voie supplémentaire L’échangeur nord sera réaménagé avec 1 voie supplémentaire.
1 voie de chaque côté de l’A10 sera ajoutée et s’étendra sur 16 kilomètres
(entre Chevilly et La Chapelle-Saint-Mesmin). Château
de Chevilly
Chevilly
Huêtre
2015 20 16 201 7 201 8 2 019 2 02 0 2 02 1 2 02 2 2 02 3 2 0 2 4 2 0 2 5 Projet d’aménagement de l’A10 au nord d’Orléans VC 12

Limites de Communes

7
VC
Études, échhanges et concerrtations
Pont au-dessus de l’A10 (passage supérieur)
avvec le territoire.
Pont au-dessous de l’A10 (passage inférieur)

Passage inférieur piétons

Bassin hydraulique

D 2020
Octobre - novembre 2018 Automne 2019 Fin 2019 Fin présumée des travaux
Défrichements, nettoyage Début des travaux Mise en service Beaurepaire Malvoviers
des abords de l’autoroute du nouvel échangeur A10 / A71 du parking de
covoiturage

VC 1
1 Projet d’un nouvel échangeur à Gidy
 Cet équipement au nord d’Orléans, positionné à Gidy, doit
Gidy la Retrève Cercottes permettre de desservir plus facilement le Pôle 45. « Il ne s’agit pas du
D 102 même projet ni du même financement, même si les échéances peuvent
Aménagement de la Retrève coïncider avec le chantier d’élargissement », selon Stéphane Habrard.
Réaménagement de la bifurcation A10 / A71
 Un nouveau pont sera créé permettant aux usagers de rester à droite Travaux d’aménagement des voies Aire de services Aire de services
pour prendre l’A10, en arrivant de l’A71 sur la bifurcation d'Orléans - Saran d'Orléans - Gidy
(actuellement, il faut traverser les voies en quelques mètres).

D 70
 Des axes, nommés « collectrices » permettront de « distinguer les flux Séparateur de voies

2
afin de laisser le choix à l’automobiliste entre le local et le transit »,
selon Stéphane Habrard, chef de projet chez Vinci Autoroutes. Ponts réaménagés

Pont créé

D 2020
Terre-plein central

A 10 A 10 ZAC du Champ Rouge


Actuellement PARIS À venir PARIS
VC 10
Rue de Cham
poigny
Rue de Cham
poigny Saran
D2
Ormes Pôle 45 Orléans nord
70
1

Parc de loisirs
Construction d’un parking de covoiturage
 Il sera construit après la sortie Orléans nord,
juste après la barrière de péage en venant de l’A10.

VC 1
D2
les Muids  Il sera accessible depuis la D 270 ou la rue des Sables-de-Sary, à Saran.

2
15  70 places.
7 VC 4

20
D5
e n t ielle
Montabuzard le Grand Orme
A 10 A 10

g
Tan
TOURS TOURS VC
17
Ingré VC 16
D2
157

ferré es fer rées St-Jean-


Voies Voies
Rue des Bas Ch
amps Rue des Bas Ch
amps Champoigny VC 8 la Bigottière de-la-
amps amps
Rue des Haut
s Ch
Rue des Haut
s Ch
Montpatour Ruelle
Darvoy

ORLÉANS ORLÉANS A 10 552


D2
Orléans

VC 5
TOURS Orléans centre 0 500 m 1 km
VC 9
la Loire
A 71 A 71
La Chapelle- 152 St-Pryvé-
VIERZON VIERZON
St-Mesmin
D2
A 71
St-Mesmin
t-Mesmin Source : VINCI Autoroutes.
Conception, réalisation, cartographie : Komenvoir.
VIERZON Infographie : Claire Martin.
LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE
8 JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE

Élargissement de l’A 10
COMMUNICATION ■ Faire remonter les informations, du chantier aux usagers, c’est aussi la mission de VINCI

« Notre volonté, c’est de prévenir »


Afin de simplifier le quoti- mations les plus précises
dien des usagers pendant qui soient concernant les
les travaux, VINCI Autorou- travaux », explique Karine
tes met en place un bulletin Ficat. « Notre volonté,
d’information hebdoma-
daire et invite chacun à con- RESTEZ CONNECTÉS PENDANT LE CHANTIER ! c’est de prévenir. »
sulter régulièrement l’appli-
cation Ulys. Avant de partir,
consulter Ulys

Q VINCI Autoroutes vous informe des conditions de circulation


ui dit sept ans de Pour ceux qui préfèrent
travaux, dit quelques vérifier le matin, avant de
perturbations du et de l’avancement du chantier. prendre la route, l’applica­
trafic. VINCI Autoroutes tion Ulys fournit toutes les
en est bien conscient. informations nécessaires à
Pour les usagers, réguliers l’instant présent : trafic,
La Chargée d’info chantier L’application ULYS
ou non, de l’A 10 et de la enseignes présentes sur
répond à vos questions « compagnon de voyage » digital les aires d’autoroute, les
portion orléanaise concer­
née par les travaux, VIN­
du lundi au vendredi de 9h à 17h pour connaître l’information bouchons, les alertes mé­
CI Autoroutes va mettre au 02 46 91 07 45 trafic en temps réel téo… « Ensuite, quand on
en place un bulletin d’in­ est au volant, pour plus de
formation hebdomadaire. Mon Bulletin Circulation Le fil Twitter sécurité, rien ne remplace
Ce dernier donnera les recevez par SMS ou Email, les flashes infos du
@A10Trafic 107.7 », précise Karine Fi­
prévisions trafic de la se­ vos conditions de circulation
maine à venir. En plus de cat. L’application Ulys per­
pour la semaine à venir met aussi aux abonnés Té­
l’application Ulys et de ra­
dio VINCI Autoroutes, les lépéage de gérer leur
automobilistes seront
Le site web du chantier Radio VINCI Autoroutes compte depuis un espace
donc parés à affronter www.a10-nord-orleans.fr avec vous sur la route personnel. « Cette interfa­
toutes perturbations éven­ ce est récente. Elle est née
tuelles ! en juin 2018 et sera ame­
née à devenir de plus en
plus performante dans les
« Que DISPOSITIFS. Plusieurs solutions sont proposées aux usagers afin de rester les mieux informés possible. INFOGRAPHIE VINCI AUTOROUTES mois qui viennent », pour­
suit Karine Ficat.
l’automobiliste
ressent. Et l’A 10 aux souhaitent. Un simple clic tion de l’avancée des tra­ que le chantier se déroule Pour les curieux, rive­
puisse s’organiser abords d’Orléans est un sur le site Internet (*) suf­ vaux », indique Karine Fi­ comme nous l’avions an­ rains ou usagers, qui sou­
en fonction sujet qui va particulière­ fit pour en faire la deman­ cat, responsable noncé dans le bulletin. Pas haiteraient découvrir l’en­
ment intéresser en ces d’imprévu sur la route ! » vers du décor, des visites
des prévisions » de. marketing et communica­
seront organisées réguliè­
temps de travaux ! tion sur le réseau Cofirou­ Chaque bulletin est per­
Chaque vendredi, le bul­ Prévoir son trajet en t e. « L e b u t , c’ e s t q u e sonnalisé en fonction de rement pour connaître da­
letin d’information se glis­ fonction du bulletin l’automobiliste puisse son trajet quotidien ou de vantage l’enjeu de ces tra­
C’est comme recevoir se dans les messageries « Dès le mercredi, nous s’organiser en fonction ses itinéraires habituels. vaux et les métiers qui
une gazette hebdomadai­ électroniques et les télé­ travaillons avec l’équipe des prévisions et de son « C’est absolument essen­ œuvrent au quotidien sur
re, donnant des nouvelles phones portables via les chantier pour prévoir la emploi du temps. Ensuite, tiel que celui qui emprun­ le chantier. ■
des sujets qui nous inté­ SMS, pour tous ceux qui le semaine à venir en fonc­ nous assurons l’usager te l’autoroute ait les infor­ (*) www.a10­nord­orleans.fr

INTERVIEW ■ Amandine Louis, chargée d’information chantier, a un rôle capital dans la perception du chantier

Une interlocutrice privilégiée pour les usagers et les riverains


■ Quel est votre rôle au simples informations. Je tre sur les communes li­ ■ Votre mission va-t-elle
quotidien ? Mon objectif ra p p e l l e ra i d è s q u e j e mitrophes de l’autoroute évoluer au fil du chantier ?
est de faire le lien entre prendrai connaissance du et du chantier. Il s’agit des L’objectif, c’est que je
VINCI Autoroutes et le ter­ message. communes dans lesquel­ puisse être présente, à
ritoire. Je suis l’interlocu­ les la concertation a eu l’écoute et pro­active pen­
■ Qui peut vous solliciter et dant toutes les phases du
teur direct des riverains et lieu quelques mois plus
des usagers en ce qui con­ pourquoi ? Les usagers de chantier. Mes missions
l’A 10 qui seront directe­ t ô t . Ap r è s , n o u s n o u s
cerne les travaux. Basée pourront être amenées à
ment impactés par les tra­ adapterons en fonction évoluer si besoin, pour
dans les locaux de VIN­
vaux pour tout ce qui est des demandes, au fur et à mieux anticiper les ques­
CI Autoroutes à Saran,
j’organiserai plusieurs ren­ de l’ordre de l’information mesure. Les dates et ho­ tions et les réactions des
contres directement dans ou du signalement. raires des premières per­ gens.
les mairies et les quartiers Les riverains aussi peu­ manences seront commu­
■ La présence d’une person-
de communes de l’Orléa­ vent me contacter pour niquées prochainement.
ne comme vous sur un chan-
nais. f a i re p a r t d’ u n e g ê n e, tier est-elle systématique
■ Comment allez-vous résou-
comme de nuisances so­ chez VINCI Autoroutes ? Elle
■ Peut-on vous rencontrer nores ou de trafic dans dre les problèmes ? Nous
lors de permanences ? Oui, allons faire très régulière­ ne l’était mais c’est la vo­
leur secteur d’habitation, lonté de VINCI de déve­
il y aura bien sûr des ou simplement pour avoir ment des réunions d’équi­
temps d’échanges organi­ lopper cette mission sur
une information sur la na­ pe auxquelles je participe­
sés soit en mairie soit lors les prochains chantiers
ture des travaux. Je serai rai. Je pourrai alors afin de conserver ce lien
de permanences ponctuel­ présente afin de limiter la partager avec le chef de
les durant les travaux. privilégié avec le territoire.
gêne. L’idée c’est de traiter c h a n t i e r, l e m a î t r e C’est un vrai travail de
Mais on peut me contac­ le message de l’usager ou d’œuvre ou les entreprises communication et c’est
ter également via un nu­ du riverain et de faire re­ sur place, les questions une conviction de VIN­
méro vert (*), pendant les monter l’information afin que j’aurai collectées. Sur CI Autoroutes : plus on in­
horaires d’ouverture ou que tout se passe pour le un chantier aussi impor­ forme les gens, mieux se
bien en me laissant un mieux. tant que celui­ci, mon mé­ déroule le chantier. ■
message vocal sur ce
tier, c’est aussi de trouver (*) Vous pouvez contacter Amandine
même numéro. Chacun MÉDIATION. Amandine Louis sera joignable grâce à un numéro ■ Allez-vous vous déplacer
Louis, chargée d’information chantier,
pourra me faire part de vert. sur le territoire ? Oui, il y les personnes adéquates au numéro vert suivant :
ses revendications ou de aura des temps de rencon­ pour me répondre. 02.46.91.07.45.
LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 9

Élargissement de l’A 10
SÉCURITÉ ■ La direction de l’exploitation chez VINCI Autoroutes doit s’assurer du bon déroulement des travaux

Exploiter et construire en même temps


Construire et démolir des
ponts, mais aussi faire en
sorte que les entreprises
Attention, chantier en cours
soient actives sur le chan- L’une des étapes qui dé- pas perturber le chan­
tier... Le tout, en mainte- butera dans quelques se- tier. « Que les usagers lè­
nant la circulation. C’est un maines consistera à cons- vent le pied à cet en­
challenge pour la direction truire les piliers centraux droit­là est impératif
de l’exploitation de des nouveaux ponts. Le pour la sur vie de nos
VINCI Autoroutes. chantier s’installera donc agents, qui garantissent

I
au niveau du terre-plein eux­mêmes la sécurité
l n’était pas question, des entrepr ises sur le
central, au milieu des
pour VINCI Autoroutes, chantier. Si nous consta­
voies.
de couper l’autoroute tons que la vitesse n’est
A 10 pendant plusieurs « Les trois voies seront pas réduite de manière
mois voire plusieurs an­ maintenues mais elles significative, il n’est pas
nées. La décision a été pri­ seront réduites en lar­ exclu que nous prenions
se sans trop de difficultés geur », indique Cyrille la décision d’installer,
au sein du concessionnai­ Melchior. Plus d’un kilo­ avec la préfecture, des
re et exploitant d’autorou­ mètre avant le chantier, radars chantiers », ren­
tes. Il faut mener ce chan­ l’automobiliste prendra chérit Céline Bartherote.
tier sous exploitation, en connaissance de l’appro­ Chaque construction de
tentant de minimiser au che d’un dévoiement pilier s’étalera sur six se­
maximum la gêne pour les des voies et devra rédui­ maines. Cet ouvrage de­
usagers. C’est pour cette re sa vitesse de manière vrait durer, au total un
r a i s o n q u’ i l d u r e r a . . . conséquente pour ne an et demi. ■
Sept ans.
d’agents de maîtrise, qui plus souvent possible »,
Poser les balises sont chargés de surveiller, assure Cyrille Melchior,
en continu, les axes auto­ coordinateur sécurité sur
pour la sécurité routiers, depuis le centre le chantier. « Il faut res­
de tous d’exploitation. pecter les contraintes de
chacun. Nous sommes ca­
ORGANISATION. VINCI Autoroutes coordonne les agents d’exploitation afin de modifier les flux de
Pouvoir assurer pables de donner des pré­
circulation en fonction des étapes du chantier.
le prévu et l’imprévu
visions de trafic aux usa­
Chaque phase des tra­ « Les hommes en jaune gers, car la maîtrise
vaux a été prévue minu­ ont pour mission de posi­
d’ouvrage a organisé son
tieusement. Une orches­ mettre des nouveaux pan­ sauf quelques exceptions, « Ainsi que nos partenai­ tionner le balisage, parfois
chantier de manière très
tration impressionnante, neaux, faire le fauchage au certaines nuits, notam­ res, pompiers, gendarmes de traverser les voies. C’est
toute la complexité d’avoir précise, presque heure par
du côté de la direction de bord d’une autoroute – et ment pour détruire les et dépanneurs, afin qu’ils
un chantier sous exploita­ heure. Mais nous donnons
l’exploitation de VIN­ puis il y a les chantiers ponts. » puissent agir de manière
CI Autoroutes, qui s’ap­ tion. Il faut que les usa­ toujours la priorité à l’ur­
plus rares, comme créer La direction de l’exploi­ la plus efficace sur l’auto­
prête à coordonner l’un des ouvrages d’art, refaire route », poursuit la chef de gers soient vigilants pour gence. »
tation a pour mission de
des chantiers les plus l’hydraulique d’une auto­ mettre tout en œuvre afin distr ict. Cette dernière qu’il n’y ait pas de dra­ Pour Céline Bartherote,
audacieux mais aussi des route », explique Céline de protéger à la fois les coordonnera, sur le ter­ me », indique Céline Bar­ l’enjeu, tout comme le ris­
plus risqués pour les Bartherote, chef d’exploi­ entreprises qui sont sur le rain, vingt­six agents rou­ therote. que, est grand. « On ne l’a
« hommes en jaune ». tation sur le district du chantier, les usagers et le tiers, appelés plus com­ « On tentera de mainte­ jamais fait. Il faudra
« Il y a des chantiers cou­ chantier. « L’autoroute res­ personnel de VINCI Auto­ munément « les hommes nir trois voies de circula­ s’adapter, être agile et
rants – refaire des enrobés, tera ouverte aux usagers routes. en jaune » et une dizaine tion de chaque côté le réactif. » ■

Risque zéro avec la sécurité ■ LE SAVIEZ-VOUS ?


C’est la politique de VINCI Autorou- mes dans les entreprises assurer
tes : la démarche « Sécurité 100 % les formations ». Parmi les règles
chantier » implique tous les à respecter : ne pas téléphoner
ouvriers et agents dans une res- sur le chantier, ne pas franchir les
ponsabilité irréprochable et une sé- voies de circulation ou encore at­
rie de règles à respecter. tacher sa ceinture sur les engins...


« Les ouvriers n’ont pas forcé­
ment l’habitude de travailler sur Beaucoup de contrôles
moins d’erreurs Les hommes en
des chantiers autoroutiers », ex­
plique Thierry Maillé, directeur Sur place, VINCI Autoroutes ef­
fectue des contrôles au quotidien
jaune sont toujours
d’opération maîtrise d’ouvrage à
VINCI Autoroutes. « C’est une or­ afin de s’assurer que tout est en deux. Celui qui
règle. Un coordinateur sécurité et
ganisation globale afin d’éviter
que nos compagnons se bles­ protection de la santé a pour mis­ traverse les voies
sion de faire remonter les points
sent. »
qui n’iraient pas, en travaillant di­ pour installer une
Un protocole minutieux rectement avec le maître d’ouvra­
Ces règles de sécur ité sont ge. « On peut aussi organiser des balise ou enlever
énoncées dès les phases contrac­
tuelles avec les entreprises. Puis,
inspections sécurité, ou encore
mandater des contrôles exté­ un obstacle est
sous la surveillance

,,
avant de démarrer le chantier, le rieurs. À la moindre anomalie, on
maître d’œuvre et les entreprises peut décider d’arrêter le chantier
se réunissent afin d’exécuter le
« Point d’arrêt sécurité ». « On vé­
le temps que des mesures soient
prises », poursuit Thierry Maillé.
de l’homme
rifie que tout ce qui a été listé
comme choses à faire en prépara­
« On favorise évidemment la pré­
vention. Les entreprises peuvent
sentinelle
tion du chantier a bien été réali­
sé », indique Thierr y Maillé.
rédiger, elles aussi, une fiche évé­
nement sécurité dès qu’elles ont
Céline Bartherote, chef
« Avant de faire travailler les
d’exploitation du chantier.
détecté un risque potentiel du
ouvriers, on a également une for­ point de vue de la sécurité. Une
mation, nommée Apte VA, à dis­ communication constante est es­
penser à toute personne qui ren­ sentielle afin d’organiser, au
tre sur un chantier VINCI mieux et sans embûche, un chan­
Autoroutes. Dans ce cadre, on a tier de grande ampleur comme
des formateurs qui vont eux­mê­ celui­là. » ■
10 JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE

Élargissement de l’A 10
CARRIÈRES ■ Sur le chantier, plusieurs professions sont mobilisées afin de réaliser les aménagements prévus

L’A10, carrefour des métiers


Ils sont nombreux à se suc-
céder sur le terrain et vien- è QUESTION À
nent souvent d’horizons di-
vers. Explication des princi- STÉPHANE
paux métiers. HABRARD

C
chef de projet chez
oordinateurs VINCI,
compagnons, maître VINCI Autoroutes
d’œuvre, hommes en
jaune… tous les profils se Pourquoi
croisent et œuvrent dans appelle-t-on
un seul et même but : me­ les ouvriers
ner à bien ces travaux et du chantier des
faire de l’autoroute A 10 « compagnons » ?
un axe pratique, moderne « C’est un terme qui
et aux normes. vient du Moyen Âge. Les

1
Le coordinateur sécurité compagnons étaient
et protection santé. Il va assimilés à ceux qui
faire en sorte d’être le bâtissaient des
référent pour les entrepri­ cathédrales. Proche de
ses en matière de sécurité. l’artisanat, le métier se
Il coordonne les équipes, transmettait de
les observe et fait remon­ génération en
ter à VINCI Autoroutes la génération, il fallait
moindre défaillance en
l’apprendre sur le
terme de sécur ité. « Sa
terrain. C’est un terme
présence est réglementai­
aujourd’hui repris sur les
re », souligne Stéphane
Habrard, chef de projet chantiers pour désigner
chez VINCI Autoroutes. les ouvriers, toutes
« Sur ce chantier, nous COMPÉTENCES. Si leur mission reste commune, soit élargir l’A 10, beaucoup de compagnons interviendront à tour de rôle, chacun spécialités
avons engagé un précep­ spécialiste dans son domaine. CRÉDITS GUILLAUME SOUVANT/VINCI AUTOROUTES confondues. »
teur sécurité en plus du

3 4
coordinateur. » en amont concernant les Le terrassier. Il est ce­ teuses, crée des platefor­ « Contrairement aux spé­ L’ouvragiste. C'est un

2
Le coordinateur envi- mesures environnementa­ lui qui manipule la ter­ mes, des bassins… « Ils métier issu du secteur
ronnement. Il travaille cialistes de la chaussée, du bâtiment, il travaille le
de concert avec l’éco­ les. Il contrôle également re, celui qui va œuvrer à sont, en général, plutôt à
ceux qui font la voirie au béton. C’est lui qui cons­
logue référent. Il vérifie si ces mesures sont bien l’élargissement, notam­ côté de l’autoroute », pré­ truit les ouvrages d’art
que tout soit bien respecté appliquées sur le chantier. ment. Il conduit des pelle­ cise Stéphane Habrard. quotidien. » dans les chantiers. ■

■ Quelles seront les entreprises du chantier ?


Plusieurs étapes vont rythmer le chantier de Tous ces opérateurs seront basés à Ormes et
Maître d’ouvrage ou d’œuvre ?
l’A 10. Ces étapes génèrent différents appels feront appel à des entreprises locales en NE PAS CONFONDRE ■ Dans le cas de
d’offres, remportés par des entreprises soutien. l’élargissement de l’A 10, le maître
distinctes selon les spécialités de chacune. « L’appel d’offres pour l’aménagement du d’ouvrage, c’est VINCI Autoroutes.
« Nous faisons des appels d’offres européens nouvel échangeur de l’A 71 est en cours et C’est le donneur d’ordre, le
qui mettent en avant la sécurité, le confort celui pour l’élargissement en tant que tel sera financeur et l’exploitant. Il est
des usagers et notre fonctionnement bientôt mis en route », précise Stéphane responsable vis­à­vis de l’État et
général », explique Stéphane Habrard. « Il Habrard. « On attend, pour cette étape endosse toute cette responsabilité
faut que les entreprises partagent nos points importante, de grosses entreprises, une pour mener à bien ce chantier. Le
technicité importante. Il faudra à la fois maître d’œuvre, lui, c’est
de vue et nos manières de faire. » connaître le terrain et avoir l’expérience de
Colas a, d’ores et déjà, été choisi pour assurer l’architecte, le garant technique,
gros chantiers. » Le dernier appel d’offres
la construction du parking de covoiturage. sera dédié au paysage, ultime étape de la l’ingénieur, à qui le maître
Quant à la construction des ponts, qui transformation. « Nous choisirons sans doute d’ouvrage a donné un cahier des
constituera la première partie du chantier, les une entreprise locale », poursuit Stéphane charges précis afin de concevoir son
travaux reviennent à Bouygues travaux. Habrard. projet.

« Faire un chantier comme si c’était la première fois »


Pierre-Gaspard Delaporte, Il réceptionne les ouvra­ entre 1988 et 1990, la créa­ vaux », une équipe perma­ dards de qualité auxquels
de la société Egis Villes et ges, confie une garantie tion d’une troisième voie nente qui m’aide au quoti­ les exploitants peuvent
transports, est le maître par la suite. Le maître de chaque côté. Mais pour dien sur le chantier. s’attendre.
d’œuvre du chantier. d’œuvre a une relation la quatrième voie, ils sont ■ En quoi cet ouvrage est-il L’innovation, c’est aussi
■ Quelle est votre mission, avec les coordinateurs du trop petits. Il existe innovant ? dans la façon de concevoir
sur un chantier comme celui- chantier, notamment pour d’autres solutions pour L’autoroute est un pro­ avec des maquettes, tou­
ci ? Le maître d’œuvre est l’aspect environnemental créer une quatrième voie duit qui existe depuis jours plus performantes,
celui qui a l’intelligence et la sécurité. Il représente en gardant les ponts exis­ longtemps sur le plan en 3D, ce qui nous permet
du projet, celui qui l’ima­ aussi, de fait, la maîtrise tants mais cela coûte tout fonctionnel. Depuis des de voir à quoi le chantier
gine, le matérialise. Il fait d’ouvrage, soit l’entreprise aussi cher que de recons­ années, les gens ont les va ressembler avant de
des plans et les transmet à qui commande ces tra­ truire en mieux et en neuf. mêmes besoins, les mê­ commencer. ■
ceux qui vaux. ■ Avez-vous déjà réalisé un mes attentes envers ce


exécutent. ■ En quoi ce chantier est-il chantier d’une telle am- type d’axe routier. Pour la
■ INFO PLUS
L’expé­ Ensuite,
après la
complexe ? C’est en effet
un écosystème complexe
pleur ?
Un chantier, c’est tou­
construction de l’autorou­
te, en revanche, on em­
rience est conception,
il doit con­
car il y a beaucoup de
voies routières, de voies
jours quelque chose que
l’on fait comme si c’était
ploie des matér iaux un
peu plus innovants qu’il y
Egis Villes et transports.
C’est un groupe d’ingénie-
essentielle tinuer à vé­
rifier que
ferroviaires aux abords,
qui traversent l’autoroute.
la première fois. L’expé­
rience compte beaucoup
a quelques années. On fait
des enrobés qui polluent
rie, spécialiste des conces-
sions d’autoroute. La socié-
dans ce type les compa­ En 1973, quand l’autorou­ car ça nous aide à gérer moins, on insère mieux les té conçoit des
gnons du te a été construite, les des situations délicates. ouvrages dans l’environ­ infrastructures, de la phase
de chantier chantier ponts enjambant l’A 10 On a des exper ts dans nement. Notre ambition de conseil à la réalisation
font ce qu’il étaient suffisamment lar­ tous les domaines, en plus première, c’est d’être en du projet.
avait prévu. ges pour entreprendre, de la « division des tra­ conformité avec les stan­
LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 11

Élargissement de l’A 10
INNOVATION ■ VINCI Autoroutes place la sauvegarde de l’environnement au cœur de la démarche

Des défis environnementaux majeurs


E n quarante ans, les normes environnementales ont été réinventées. L’autoroute
A 10, construite en 1973, mérite d’être redessinée en répondant aux préoccupa­
tions actuelles telles que la préservation de l’environnement, le calme, la préven­
tion des crues. « Au­delà d’avoir un projet d’élargissement de l’autoroute, nous sou­
haitons surtout transformer notre autoroute en une route moderne », souligne
Guillaume Lapierre, directeur régional Île­de­France chez VINCI Autoroutes. « Tout
est revu, balayé, comme si nous nous apprêtions à faire une autoroute neuve. » Plu­
sieurs thèmes ont été identifiés afin de revoir les standards environnementaux et faire
de cette portion orléanaise de l’A 10 une autoroute agréable, sécurisée et respectueuse
de la biodiversité. ■

Sèverine Facchin est réfé- compétences nécessaires passées. C’est un gain de ■ Est-ce qu’on peut imaginer
rent environnement chez pour réaliser tous ses pro­ temps et c’est très fiable aujourd’hui que les mots
VINCI Autoroutes. Elle expli- jets. L’environnement fait pour nous. « autoroute » et « environ-
que comment la protection partie de ces compéten­ Ensuite, lorsque le chan­ nement » soient pleinement
de la faune et de la flore ces. tier commence, on fait associés ? Oui, d’autant
est prise en compte dans confiance aux ouvriers qui plus que l’autoroute per­
un tel chantier. ■ Parlez-nous de la politi-
ont suivi une formation met souvent de recréer
que environnementale chez des milieux qui ont dispa­
■ Comment peut-on définir environnement au préala­
VINCI Autoroutes. Nous ap­ ru. Nous avons de multi­
votre rôle chez VINCI Auto- ble, de la même façon
pliquons systématique­ ples exemples de paysages
routes ? Je suis référent en­ qu’ils ont suivi une forma­
ment la démarche « ERC : qu’on a vus renaître car ils
vironnement pour la di­ tion sécurité. Il faut qu’ils
éviter réduire compen­ ont été entretenus. Notre
rection de la construction, soient conscients des en­
ser ». C’est notre doctrine métier, c’est de construire
c’est­à­dire que je sou­ jeux environnementaux
nationale que l’on appli­ une autoroute tout en res­
tiens et j’harmonise les afin de limiter au maxi­
que sur tous nos chan­ SÈVERINE FACCHIN. Elle est référent environnement chez VINCI pectant la biodiversité.
projets de construction en mum leur impact. Ça pas­
tiers. Quand on peut évi­ Autouroutes. L’entretien que l’on porte
matière d’environnement. se par le tri des déchets, la
ter l’impact, on le fait, à notre autoroute est bé­
Je ne suis pas présente au qualité de l’air, ou encore
quotidien sur les chantiers sinon on le réduit. Et dans néfique pour les terrains
■ Comment procédez-vous des prospections faune­ le respect de la faune et la
mais je travaille avec mes le cas où on ne peut pas environnants. De même,
concrètement sur le terrain flore pendant un an afin flore.
équipes en amont pour réduire, si on a des im­ quand on s’attaque au
afin de protéger au maxi- d’observer toutes les sai­
faire des audits sur le ter­ pacts résiduels, on com­ ■ Quelles sont les espèces paysage, dernière étape
mum les espèces ? Avant le sons en étant attentifs aux
ritoire, recenser les espè­ pense. Par exemple, si on caractéristiques du territoire des gros chantiers comme
début d’un chantier, on habitats des espèces. Nous
ces, trouver des solutions ne peut pas décaler le commence les études très qui sont sorties du lot quand celui de l’A 10, on a pour
chantier qui se déroule faisons appel à des spécia­ vous avez réalisé l’inventai- h a b i t u d e d e f a i re d e s
en faveur de la biodiversi­ en amont. Pour ce chan­
té. sur l’espace où une plante listes et aussi à la techno­ re ? Une trentaine d’espè­ plantations de graines lo­
tier sur l’A 10, nous avons
se développe, on va re­ logie afin de réaliser un ces ont été repérées grâce cales, issues de plantes qui
Selon notre politique en­ mené nos premières étu­
vironnementale, VINCI, en créer ce type de milieu des en 2011­2012. Mais le inventaire le plus exhaustif à notre inventaire. On étaient là, à l’origine du
tant qu’acteur du territoi­ ailleurs, un peu plus loin, dossier n’a été déposé possible. Par exemple, il peut citer notamment les terrain. Et nous avons
re, est un aménageur res­ afin que la plante puisse à qu’en 2015, nous avons nous suffit aujourd’hui chiroptères (les chauves­ même employé quelqu’un
ponsable. VINCI reste nouveau se développer. donc refait une campagne d’analyser un échantillon souris), le papillon azuré pour récolter ces graines.
maître d’ouvrage et, com­ Cette démarche signifie en 2015­2016 pour vérifier de l’eau d’une mare pour des cytises ou encore, Ça fait marcher la filière
me le fait un chef d’or­ que l’on s’adapte à chaque que nos résultats étaient s a v o i r, g r â c e à l’ A D N , pour les plantes, la Doro­ locale et ça crée de l’em­
chestre, il s’entoure des fois. identiques. Nous faisons quelles espèces y sont nic à feuilles de plantain. ploi ! ■

LES QUATRE ENJEUX PRINCIPAUX


LIMITER bruit avaient déjà été posés en fonc- mieux », précise le directeur régional.
tion des habitations, en 1990, lorsque « Et là où il n’y en avait pas, on va en
LE BRUIT l’on avait élargi de deux à trois voies construire ». Ces protections phoniques
de chaque côté », indique Guillaume innovantes réduisent fortement les nui-
La protection acoustique est au cœur Lapierre. « Depuis, de nouvelles mai- sances et ont déjà fait leurs preuves
du propos de VINCI Autoroutes. Elle a sons ont fait leur apparition, le trafic a sur d’autres portions d’autoroutes ap-
été l’un des fils rouges de la concerta- augmenté et les normes ont, elles aus- partenant à VINCI Autoroutes.
tion menée en début d’année 2016 si, évolué ». Les murs anti-bruit vont Le bruit est également généré par la
avec des riverains. « Des murs anti- donc être démolis et reconstruits, « en vitesse des véhicules qui s’élancent sur
la chaussée. « On va réduire la vitesse
et la passer de 130 à 110 km/h entre
Saran et Ingré », explique Guillaume
Lapierre. Un enrobé va, lui aussi, être
posé sur la chaussée et faire office de
couche acoustique permettant d’absor-
ber le bruit quand il est provoqué par
le passage des véhicules à grande vi-
tesse. « En Île-de-France, nous avons
déjà déployé ce genre d’enrobé, mais
depuis, la technologie a encore fait des MILIEUX. Sur la portion orléanaise de l’A 10, il n’est pas rare pour les automobilistes de croiser
progrès. Quand il sera posé sur l’A10 à quelques espèces sauvages.
proximité d’Orléans, il sera à son stade
le plus innovant », ajoute le directeur
régional Île-de-France de VINCI Auto- l’acquisition de terrains afin d’accueillir accompagne ce mouvement en instal- faisait dans les années 1970 », assure
routes. les chauves-souris et favoriser la pré- lant des bornes de recharge lentes sur Guillaume Lapierre. Il y a quelque
sence d’orchidées. « Toute cette ingé- le parking de covoiturage », explique temps, VINCI Autoroutes a découvert
nierie écologique n’est pas visible le directeur régional. « Elles sont desti- l’existence de la Retrève, une rivière
PERMETTRE quand on voit un chantier comme ce- nées aux véhicules qui sont déposés le souterraine qui passe au niveau de
LA CONTINUITÉ ÉCOLOGIQUE lui-là », regrette le directeur régional matin et repris le soir, et qui station- l’autoroute. « C’est à cause de cette ri-
Île-de-France de VINCI Autoroutes. nent toute la journée sur le parking. » vière qu’il s’est passé ce qu’il s’est pas-
Faire en sorte que les espèces animales Pour des recharges rapides, rendez- sé en 2016 », insiste le directeur régio-
et les plantes trouvent leur compte, el- vous dans les aires de service. Qui a dit
DIMINUER nal. « On a donc modifié la traversée
les aussi, aux abords de l’autoroute, est qu’un véhicule électrique ne pouvait de l’autoroute par la Retrève, afin
l’une des priorités de VINCI autoroutes. LES ÉMISSIONS DE CO2 pas traverser la France via les autorou- qu’elle puisse passer en dessous de la
Alors comment procéder à ce sauveta- tes ?
ge écologique ? La création du parking de covoiturage route, grâce à un tunnel et non plus au
« La démarche générale, chez VINCI, représente un enjeu important pour dessus, comme lors de la crue ». De
on la traduit ainsi : éviter, réduire, com- VINCI Autoroutes. « Il y a une attente RÉDUIRE plus, VINCI Autoroutes prévoit d’acheter
penser. Puisque l’A10 est déjà là, on va sociétale pour les nouvelles mobilités », LE RISQUE DE CRUES un champ à proximité de la rivière,
tenter de compenser en prévoyant des déclare Guillaume Lapierre. « Il faut les « de le décaisser de deux mètres afin
refuges, des talus ou encore des bas- accompagner et accepter que les gens Chacun se souvient des conséquences d’en faire une parcelle inondable de
sins à proximité de l’autoroute, à desti- ne consomment plus la mobilité com- dramatiques des inondations avec, no- temps en temps, permettant ainsi d’ab-
nation des espèces », explique Guillau- me avant ». tamment, des dizaines de véhicules sorber un grand volume d’eau si né-
me Lapierre. Après avoir effectué un Limiter le nombre de véhicules circulant bloqués sur l’autoroute en 2016. Avant cessaire », poursuit Guillaume Lapierre.
inventaire précis de la trentaine d’es- « à vide » sur l’autoroute, c’est un cet incident, VINCI Autoroutes avait « L’amélioration de la gestion de l’eau
pèces cohabitant avec l’A 10, VIN- grand pas pour lutter contre la pollu- déjà comme projet de créer de nou- a été une grande étape de conception
RIVERAINS. Parmi les nuisances à proximité de l’autoroute, CI Autoroutes a pris l’initiative, au sein tion. À ça, s’ajoute la présence crois- veaux bassins avec un système de fil- du chantier. Si une nouvelle crue devait
celles liées au bruit sont les plus fréquemment citées. du projet, de proposer la création de sante de véhicules électriques emprun- tration. « Les bassins d’assainissement arriver, l’autoroute ne serait pas cou-
mares pour les amphibiens, de faire tant les axes autoroutiers. « Là aussi on n’ont plus rien à voir avec ce que l’on pée pendant dix jours ». ■
XII JEUDI 8 NOVEMBRE 2018 LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE

Simplifiez-vous la route
avec l’application Ulys

Ulys, votre nouveau compagnon de voyage


Informations sur les conditions de circulation en temps réel,
personnalisation d’itinéraires, télépéage, récompenses…
Avec l’application Ulys, découvrez un ensemble de services et d’offres
pensés pour vous faciliter la route.

Pour en profiter
téléchargez l’application Ulys
ou rendez-vous sur ulys.com
533128