Vous êtes sur la page 1sur 5

Fractures des 2 os de l’avant bras

I-Definition : ce sont des fractures de l’un ou 2 os dont le trait siège 2 cm au dessous la


tubérosité bicipitale et 4 cm au dessus de l’interligne articulaire radius carpienne.
Elles compromettent la pronosupination + + +
II- Etiologies : fréquente adulte et l’enfant.
A V P + + +, A T ; A C C sport.
III- Mécanisme : direct ou indirect par flexion forcée ; due a ce chute sur la paume de la main
IV- Classifications anatomopathologiques :
Fracture de 2os (50% des cas) fracture
de cubitus plus fréquent que fracture radius avec trait simple ou complexe.
Déplacement = chevauchement ; translation, décalage + + +
V- Etude clinique et radiologique :
Circonstance de traumatisme ; douleur; importance fonctionnelle ; craquement ; déformation
avant bras, raccourcissement de membre. Impossibilité de pronosupination.
Impossibilité de pronosupination.
Bilan local= ouverture cutanée, lésions veineux.
Bilan général= lésions associés.
RX avant bras face et profile.
VI- Evolution-complication :
Consolidation en 80 jours en moyenne.
Complications immédiates : ouverture cutanée, lésion veineux (rare)
Complications secondaires : Syndrome de volkmann + + +
Complications tardives= les cal vicieux + + + pseudarthrose
VII- formes cliniques :
Fracture de l’enfant sont en bois vert ; age <8 ans .1 /3 moyen choc indirect.
Fracture de cubitus seul → s’associe Luxation Radio cubital supérieur→ Fracture –Luxation
de Montegia.
Fracture radius seul → s’associe L. Radio cubital inférieur → Fracture. L. de Galleazzi
VIII- Traitements :
→ Traitement othopedique : P.B.AB.P coude à 90° ; Poignet en extension 15° et avant bras
En pro indifférente.
→ Fracture non déplacée et enfant ‹8ans.
→ Traitement chirurgical =plaque vissée ; fixateur externe
→ Rééducation précoce et langue. .
→ Surveillance :
Clinique = coloration des doigts ; sensibilité et motricité des doigts
RX=recherche de déplacement secondaire.
Traumatismes du bassin

Définition : toute les fractures qui rampent la ceinture pelviennes : les 2 os iliaques et sacrum
reliées par 2 SIL et S P.
* zone de résistance :(T S C)
-les travées sacro cotyloïdiennes supportent le poids du corps en position debout.
→ Les travées sacro ischiatiques supportent le poids du corps en position assise.
Zone de faiblesse = signes de fracture et de disjonctions.
En arrière = linge des troncs sacres ; A. S’il ; partie post aile iliaque.
Latéralement= les cavités cotyloïdiennes.
En avant = symphyse pubienes ; les branches ilio et ischiopubienes.
II- Etiologies :
Fracture par compression antéropost, Fracture par compression latérale (choc sur le coté) ;
FR par cisaillement (choc vertical).
III- classification anatomopathologique :
A/ FR par compression :
Choc au pubis →FR des 4 branches ilio et ischiopubienes.
Choc ails iliaque → Disjonctions p si > 3 cm → disjonction sacro iliaque
Choc Epine iliaque Ant et sup= arrachement par force coutouriers et tempes de fa .
B/ FR par compression simple :
FR des broches ; FR aile iliaque ; sacrum, FR cotyle colonne et paroi post et/ou Ant et FR
transverses.
C/ FR par cisaillement = instabilité ; état de choc grave disjonctions p, FR bronches ilio et
ischiopubienes.
FR sacrum, FR partie post aile iliaque, disjonction sacro-iliaque
D/ FR parcellaire
E/ lésions associes :
→urinaires = urétrales, vésicales pas de Sandage, urinaire
Artérielles, veineuses (hémorragie retroperitonéales).
NEUROLOGIQUE (Nef sciatique, Nef. Obturateur).
Diagnostics (rectum, rectorragie).
→cutanées (plaies, gangrene du périnée).
IV- Etude clinique et radiologique
Souvent c’est un polytraumatisé+ + + état de choc).
Circonstances du traumatismes ; si le blessé a uriner ; heure de dernier repos impotence
fonctionnelle ; douleurs pelviennes ; attitude anormale du membre inférieure (FR cotyle ou
luxation) ; hématome ; ecchymose (putis ; périnée ; sacrum ….) ; les tranchers pelviens (TR ;
TV)
Bilan des lésions locales cutanées et vasculo-nerveux.
Bilan général (état de choc ; lésions associés).
RX bassin face ; ¾ .3/4 obturateurs ; T DM.
VI - EVOLUTION_COMPLICATION :
La consolidation 6semaines à 3 mois.
La mortalité est liée à L hématome retropelviens et aux lésions associées.
Les séquelles fonctionnelles : douleurs résiduelles de S iliaque ; les vicieux ; paralysies de
sciatiques ; boiterie ; lombalgie basse ; dystocie pelviennes chez la femme ; cosacthrose ;
nécrose tête complications des lésions associées.
VII _ traitement :
Anticoagulant ; antalgique ; ATB.
- TTT orthopédique = repos en décubitus dorsal ou en demi assise genou fléchi ;
suspension en hamac ; traction trans fémorale ; fixation externe.
- TTT chirurgical : vissage ; corclage ; ploque .emboliation des vaisseaux, colostomie.
- TTT des complications.

FRACTURES DE LA JAMBE

Définition :

Solution de la continuité intéressant :

 Fracture plateau tibial : fracture situe de l interligne du genou a 4 cm au


dessous de genou.
 Fracture diaphyse jambe : trait situe a 4 cm au dessous du genou et a 4 cm
au dessus de la cheville.
 Fracture de l extrimite inférieur jambe : fracture situe a 4 cm au dessous
de la cheville et l interligne de la cheville.

Etiologie :
Tout age et sont fréquents.
Accident voie public ; chutes de lieux élevés ; a sport ; a travail ;

Mécanismes :

 Direct : motocycliste ; écrasement par la round voiture ; chute d une


masse pesante.ouverture cutanée.
 Indirect : torsion brusque du membre (ski) ; par flexion le corps est
protége en avant et le pied immobilise au sol

Classification anatomopathologie :

+lésions osseuses :

 FRACTURE PLATEAU TIBIAL : FR séparation et/ou tassement


FR UNITUBEROSITAIRE ; FR bituberositaire ; FR métaphysaire
FR des épines tibiales ; FR tubérosité tibiale antérieure
 Fracture diaphyse jambe :
FR a trait simple stable : transversal oblique court.
FR a trait complexe instable : troisième fragment ; bifocale ; communitive
FR a trait simple instable : oblique long ; spiroide.
Déplacement : valgus ; varices ; chevauchement ; rotation ……….
 Fracture bimalleolaire : fracture articulaire

Fracture intertuberculaire ; fracture sus tuberculaire ; fracture sous


tuberculaire.
 Fracture pilon tibial : articulaire dont > a 25 pour cent de l articulation.
Fracture incomplète isolant un fragment du reste à l'égard de l os
Fracture incomplète : associant fracture articulaire a une fracture
métaphysaire.
Trait articulaire simple ou complexe.
Etude clinique et radiologique :
Circonstances de traumatisme ; douleur ; impotence fonctionnelle variable.
Déformation du membre en rotation externe ; ampulation apprécie
L ouverture cutané ; classification cou choix et Duparc.
Type 1 : plaie simple ; type 2 : contusion cutané ; type 3 : perte de substance
Cutané en regard du foyer de fracture.
L étude de la mobilité et sensibilité des orteils et du pied.
Appréciation de la chaleur du pied ; pouls pédieux et tibial postérieur.
Examen général : RX f+p ; RX genou f+p ; RX cheville f+p.
Evolution et complication :
Consolidation dans un délai moyen de 3 a 4 mois.
 Complications précoces :
Ouverture cutanée ; vasculo-nerveuses ; lésions associes.
 Complications secondaires :
Déplacement secondaire ; syndrome volk man ; infection ; nécrose cutané.
 Complications tardives : pseudo arthrose ; cal viceux ; troubles trophiques
de la peau ; arthrose de la cheville ou du genou
Traitement :
Anti coagulant ; antibiotique ; antalgique ; anti inflammatoire non steroidien.
 Traitement orthopédique : réduction ; plâtre cure pédieux PCP ; genou
fléchi a 15 degré ; pied 90 degré fracture stable jambe /3 mois ; fracture
bimalleolaire 45 jours.
 Traitement chirurgical : réduction+ostéosynthèse.
Fracture ouverte : parage + fixation externe.
Fracture diaphyse : plaque+ E C M
Fracture plateau tibial : plaque en L ; vissage ; broches.
Fracture bimalleolaire+plateau tibial : plaque ; vissage ; cerclage …….
 Surveillance :
Clinique radiologique général.