Vous êtes sur la page 1sur 152

ETUDE COMPARATIVE DE L’EUROCODE 8 ET L’ASCE 7-10 

POUR UN BATIMENT DE 37 ETAGES 


MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES SPECIALITE GENIE CIVIL 
ENCADRANTS : 

- JUIN 2017 - 
TUTEUR INSA: MR BERTRAND GUYVARC’H TUTEUR ENTREPRISE: MR FRANCK ROBERT 
AUTEURE : JULIE ROCHEL E 
TUDIANTE EN 

EME ANNEE DE 

ENIE 

IVIL 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Sommaire 
Remerciements 
........................................................................................................................................................................................................ 4 
Résumé 
...............................................................................................................................................................................................................
......... 5 
Introduction 
.............................................................................................................................................................................................................. 

1. Présentation de l’entreprise 
........................................................................................................................................................................... 7 
1.1. BuroHappold hier et aujourd’hui 
........................................................................................................................................................ 7 
1.2. Valeurs et stratégie de l’entreprise 
.................................................................................................................................................... 8 
1.3. Secteurs d’activités et spécialités 
....................................................................................................................................................... 8 
1.4. L’équipe structure de Londres 
............................................................................................................................................................. 9 
1.5. Problématique et objectifs de ce projet ....................................................................................................................................... 
10 
2. Présentation du projet : La tour des Cèdres 
........................................................................................................................................ 11 
2.1. Les acteurs 
................................................................................................................................................................................................. 11 
2.2. La particularité des façades 
................................................................................................................................................................ 11 
2.3. Occupations et géométrie 
.................................................................................................................................................................. 12 
2.4. Structure porteuse 
................................................................................................................................................................................. 13 
2.5. Enjeux du projet 
...................................................................................................................................................................................... 13 
3. Le dimensionnement sismique 
................................................................................................................................................................. 14 
3.1. Quelques notions 
................................................................................................................................................................................... 14 
3.2. Le dimensionnement de capacité ................................................................................................................................................... 
15 
3.2.1. Principes 
............................................................................................................................................................................................ 15 
3.2.2. La notion de ductilité 
................................................................................................................................................................... 16 
3.2.3. Le comportement non linéaire des structures .................................................................................................................. 17 
3.3. Les codes sismiques européens et américains .......................................................................................................................... 17 
4. Elaboration des spectres de calcul 
.......................................................................................................................................................... 18 
4.1. Utilisation de la SIA 
261....................................................................................................................................................................... 18 
4.2. Classe de sol 
............................................................................................................................................................................................. 18 
4.3. Critères de régularité de la structure ............................................................................................................................................. 
19 
4.4. Limite entre poteau et mur 
................................................................................................................................................................ 20 
4.5. Spectre de 
calcul..................................................................................................................................................................................... 21 
4.5.1. Détermination du coefficient de comportement ............................................................................................................. 21 
4.5.2. Spectre de calcul à l’Eurocode 8 ............................................................................................................................................. 
22 
4.5.3. Spectre de calcul à l’ASCE 
.......................................................................................................................................................... 24 
4.6. Comparaison des deux spectres élastiques ................................................................................................................................ 
26 
4.7. Conclusion de la partie 
........................................................................................................................................................................ 27 
5. Analyse et modélisation 
............................................................................................................................................................................... 28 
5.1. Critiques des analyses 
.......................................................................................................................................................................... 28 
5.2. Choix de l’analyse 
................................................................................................................................................................................... 28 
5.3. Calcul des masses sismiques 
............................................................................................................................................................. 29 
5.3.1. A l’Eurocode 8 
................................................................................................................................................................................. 29 
5.3.2. A l’ASCE 
............................................................................................................................................................................................. 30 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
5.4. L’interaction sol-structure 
................................................................................................................................................................... 32 
5.5. Rigidité du diaphragme 
....................................................................................................................................................................... 32 
5.6. Méthode d’analyse linéaire élastique ............................................................................................................................................ 
32 
5.6.1. L’analyse modale spectrale........................................................................................................................................................ 
32 
5.6.2. Le modèle ETABS 
........................................................................................................................................................................... 33 
5.6.3. Calcul des rigidités effectives ................................................................................................................................................... 
33 
5.6.4. Résultats pour l’Eurocode 8 ...................................................................................................................................................... 
35 
5.6.5. Résultats pour l’ASCE 
................................................................................................................................................................... 36 
5.6.6. Validation des résultats ............................................................................................................................................................... 
37 
5.7. Conclusion de la partie 
........................................................................................................................................................................ 38 
6. Analyse sismique 
............................................................................................................................................................................................. 39 
6.1. L’analyse modale spectrale 
................................................................................................................................................................ 39 
6.2. Méthode des forces latérales 
............................................................................................................................................................ 39 
6.3. Calcul de la période propre 
............................................................................................................................................................... 40 
6.4. Efforts tranchants à la base 
................................................................................................................................................................ 40 
6.5. Comparaison des méthodes 
.............................................................................................................................................................. 41 
6.6. Mise à l’échelle des résultats de l’effort tranchant à la base ............................................................................................... 42 
6.7. Conclusion de la partie 
........................................................................................................................................................................ 43 
7. Paramètres des dimensionnements 
........................................................................................................................................................ 44 
7.1. Choix de la catégorie d’importance ............................................................................................................................................... 
44 
7.2 Catégorie de dimensionnement de l’ASCE .................................................................................................................................. 
44 
7.3. Torsion accidentelle 
.............................................................................................................................................................................. 45 
7.4. Combinaisons des actions sismiques............................................................................................................................................. 
45 
7.4.1. Les combinaisons 
.......................................................................................................................................................................... 45 
7.4.2. Analyse des combinaisons ......................................................................................................................................................... 
46 
7.4.3. Combinaison des composantes sismiques horizontales .............................................................................................. 46 
7.5. Déplacements relatifs entre étages ................................................................................................................................................ 
47 
7.6. Les effets P-Δ 
........................................................................................................................................................................................... 47 
7.7. Exigences relatives aux matériaux 
................................................................................................................................................... 48 
7.8. Domaine d’application des dimensionnements sismiques .................................................................................................. 49 
7.9. Conclusion de la partie 
........................................................................................................................................................................ 50 
8. Dimensionnements 
........................................................................................................................................................................................ 51 
8.1. Dimensionnements non sismiques ................................................................................................................................................. 
51 
8.1.1. Coefficients de réduction ........................................................................................................................................................... 
51 
8.1.2. Dimensionnement à la flexion pure ...................................................................................................................................... 52 
8.1.3. Dimensionnements aux efforts tranchants ......................................................................................................................... 53 
8.2. Dimensionnements sismiques 
.......................................................................................................................................................... 54 
8.2.1. Divergence des deux codes sur le dimensionnement sismique ................................................................................ 54 
8.2.2. Zone critique et longueur critique ......................................................................................................................................... 54 
8.2.3. Emplacement des rotules plastiques..................................................................................................................................... 55 
8.2.4. La ductilité en courbure .............................................................................................................................................................. 
55 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
8.2.5. Tableau récapitulatif comparatif des dimensionnements sismiques ....................................................................... 55 
8.2.6. Dimensionnement des poutres faibles................................................................................................................................. 60 
8.2.3. Dimensionnement des poteaux faibles ................................................................................................................................ 62 
8.2.4. Dimensionnement des poteaux forts.................................................................................................................................... 62 
8.2.5. Dimensionnement des murs ductiles.................................................................................................................................... 64 
8.3. Comparaison sur des exemples pratiques ................................................................................................................................... 
65 
8.3.1. Efforts de calculs 
............................................................................................................................................................................ 65 
8.3.2. Identification des éléments dimensionnés .............................................................................................................................. 
65 
8.3.2. Dimensionnements finaux ......................................................................................................................................................... 
66 
8.4. Conclusion de la partie 
........................................................................................................................................................................ 68 
9. Synthèse des comparaisons 
....................................................................................................................................................................... 69 
9.1. Points de divergence principaux 
...................................................................................................................................................... 69 
9.2. Tableau de synthèse 
............................................................................................................................................................................. 70 
10. Compétences acquises 
............................................................................................................................................................................... 72 
Conclusion 
.............................................................................................................................................................................................................. 
74 
Notations des Eurocodes 
................................................................................................................................................................................. 75 
Notations de l’ASCE 7-10 et l’ACI 318-08 
................................................................................................................................................. 77 
Liste des figures 
.................................................................................................................................................................................................... 78 
Liste des tableaux 
................................................................................................................................................................................................ 79 
Bibliographie 
.......................................................................................................................................................................................................... 80 
Annexes 
...............................................................................................................................................................................................................
..... 81 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Remerciements 
J’adresse mes remerciements aux personnes qui ont contribuées l’élaboration de ce mémoire de fin d’études. 
Je tiens à remercier mon tuteur de l’INSA de Strasbourg, Mr Bertrand GUYVARC’H, pour m’avoir guidé dans mon projet et 
pour son temps lors des lectures de mes rapports. 
Mon tuteur de BuroHappold, Mr Franck ROBERT, directeur structure, pour m’avoir soutenu et donné l’opportunité de faire ce 
projet au sein de l’entreprise. 
Je  remercie  aussi  Mr  Alfredo  GONZALEZ  et  Mr  Alessandro  SCODEGGIO,  tous  deux  ingénieurs  structures  spécialisés  en 
conception  parasismique,  pour  avoir  pris  le  temps  de  répondre  à  mes  nombreuses  questions,  pour  m’avoir  guidé et éclairé dans 
mes recherches. 
Et enfin j’adresse mes remerciements au département structure de BuroHappold pour m’avoir accueillie au sein de leur groupe. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Résumé 
BuroHappold, entreprise anglaise internationale, utilise des codes de conception du monde entier. Des questions ont alors été 
soulevées par les ingénieurs quant aux points de divergence et convergence entre les codes de conception sismique européens et 
américains. Ce Projet de Fin d’Etudes est donc axé sur l’étude comparative de l’Eurocode 8 et l’ASCE 7-10 selon les hypothèses, 
méthodes et les règles de dimensionnement. Dans le but d’avoir aussi une comparaison concrète, un projet support, la tour des 
Cèdres à Lausanne, a été étudié et dimensionné selon les deux codes. Les différentes étapes de la conception ont été analysées 
individuellement c’est-à-dire : l’élaboration du spectre de réponse, la modélisation, l’étude dynamique, l’analyse sismique et le 
dimensionnement des poutres, poteaux et murs selon les deux codes. A travers cette étude, il a pu être mis en exergue que les 
objectifs des deux codes étaient similaires mais que des méthodes divergentes et des nuances étaient présentes. Ce mémoire a 
permis d’établir une comparaison complète d’une situation de conception avec mise en lumière des points de divergence, de 
convergence et des points forts rencontrés. 
Mots clés: 
Conception parasismique, comparaison, EUROCODES, ASCE 7-10, béton armé 

Abstract 
As  an  internationally  operating  company,  BuroHappold  employs  different  design  codes  from  all  around  the  world.  Questions 
have  been  raised  by engineers about the differences and similarities between European and American seismic design codes. Thus 
this  final  year  project  comprises  a  comparative  study  of  Eurocode 8 and ASCE 7-10 according to their hypotheses, methods and 
design  procedures.  With  the  aim  of  addressing  this  in  a  practical  sense,  the  “La  Tour  des Cedres” project in Lausanne has been 
studied  and  designed  with  both  codes.  The  different  stages  of  seismic  design  have  been  analysed  individually: the definition of 
the design spectrum, the model, the dynamic analysis, the seismic analysis and the design of beams, shear walls and columns. 
The study has shown that both codes follow same objectives but these are sometimes executed using different methods. This 
thesis provides a complete comparison highlighting the major differences, similarities and strengths. 
Keywords : 
Seismic design, comparison, EUROCODES, ASCE 7-10, reinforced concrete 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Introduction 
Le  dimensionnement  sismique  met en place une démarche théorique lourde afin de prévoir les sollicitations probables que pourra 
endurer  la  structure  au  courant  de  son  utilisation.  C’est  un  dimensionnement  qui  est  principalement  issu  de  l’étude  des 
endommagements  des  structures  après  des  tremblements  de  terre.  La  conception  parasismique  est  complexe  et  différente  des 
autres  types  de  conception.  En  effet elle repose sur une étude dynamique où le comportement de la structure joue un rôle majeur. 
Elle  est  contrintuitive  aussi  car  elle  admet  une  tolérance  plus  larges  des  dommages  et  favorise  même  les  déformations  dans 
certains cas. 
Ce  rapport  a  pour  objectif  de  présenter  mon  Projet  de  Fin  d’Etudes  qui  finalise  ma  formation  d’ingénieure  en  Génie  Civil  à 
l’INSA  de  Strasbourg.  Du  30/01/2017  au  16/06/2017,  soit  durant  20  semaines,  j’ai  pu  intégrer  l’équipe  structure  et  plus 
particulièrement l’équipe spécialisée en conception parasismique de BuroHappold. Mon choix a été de choisir un sujet en relation 
avec la conception parasismique afin de la maitriser et de comprendre les raisonnements fondateurs. 
BuroHappold  étant  une  entreprise  internationale,  ses  ingénieurs  structures  se  doivent  de  maitriser  les  codes  de  conception  de 
plusieurs  pays  au  quotidien.  Des  différences  entre  certains  codes  ont  pu  être  notées  par  les  ingénieurs  à  travers  cette  pratique. 
Ainsi  le  directeur  structure,  Mr  Franck  Robert,  et  l’ingénieur  associé  spécialisé  en  parasismique,  Mr  Alfredo  Gonzalez, ont fait 
part de leur intérêt d’étudier les convergences et divergences présentes entre les codes parasismiques européens et américains. 
Afin d’établir en parallèle une comparaison plus concrète, un projet de conception parasismique, la Tour des Cèdres de Lausanne 
en Suisse, a été choisi pour être le support de l’étude. Cette tour de 37 étages possède une ductilité moyenne et rentre donc 
pleinement dans ce type dimensionnement. Le sujet retenu pour ce projet est donc : 
Etude comparative de l’Eurocode 8 et l’ASCE 7-10 pour un bâtiment de 37 étages 
Ce mémoire tentera de mettre en évidence les points forts de chaque code ainsi que les divergences et convergences rencontrées 
dans l’étude. 
Dans  le  but  d’obtenir  une  comparaison  complète,  les  différentes  étapes  du  dimensionnement  sismique  seront  traitées  et 
comparées  une  par  une.  Dans  un  premier  temps,  la  présentation  de  BuroHappold  et  les  attentes  de  cette  étude  seront  vues.  Le 
projet  de  la  Tour  des  Cèdres  et  une  explication  des  bases  de  la  conception  parasismique  seront  ensuite  abordés  afin  de  donner 
toutes  les  informations  nécessaires  à  la  compréhension  des  autres  parties.  Par  la  suite,  l’étude  comparative  sera  pleinement 
abordée  à  travers  l’élaboration  du  spectre  de  réponse  pour  la  structure,  son  analyse  dynamique  et  sismique  via  le  logiciel  de 
modélisation  3D  ETABS,  et  enfin  les  paramètres  et  étapes  des  dimensionnements.  Il  a  été  choisi  d’analyser  les 
dimensionnements  de  poutres,  poteaux  et  murs  qui  constituent  les  éléments  résistants  directement  aux  charges  sismiques. Dans 
les dernières parties, une synthèse de l’étude comparative ainsi qu’un retour sur les compétences acquises seront effectués. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

1. Présentation de l’entreprise 
Le chapitre présent a pour but de présenter l’entreprise d’accueil et son fonctionnement ainsi que la problématique et les objectifs 
de ce mémoire. 

1.1. BuroHappold hier et aujourd’hui 


BuroHappold  fut  fondé  en  1976  par  Edmond  Happold  à  Bath  lorsqu’il  quitta  Ove  Arup  and  Partners  pour  prendre  un  poste  de 
professeur  d’architecture  et d’ingénierie à l’université de Bath. Aujourd’hui BuroHappold est un bureau d’études techniques basé 
à  Bath  fournissant  des  services  d’ingénierie,  de  conception,  planification,  management  de  projet  et  conseils  pour  bâtiments, 
infrastructures  et  l’environnement.  Il  compte  1  800  employés,  50  associés  et  3  filiales.  Avec  les  années,  l’entreprise  a  su 
implanter  de  nombreux  bureaux  à  l’international  tout  en  diversifiant  ses  spécialités.  Le déroulement de ce projet de fin d’études 
s’est effectué dans la cellule Structure. 
FIG. 1.1 : Chronologie de l’entreprise avec son implantation internationale, ses services et secteurs d’activités [1] 
Avec une présence dans 23 pays, BuroHappold possède un chiffre d’affaires de 160.9 millions de livres sterling pour 2015-2016 
dont la majorité provient de ses activités à l’étranger. 
FIG. 1.2 : Chiffre d’affaires par région en 2015-16 [1] 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

1.2. Valeurs et stratégie de l’entreprise 


BuroHappold met un point d’honneur à fournir des solutions durables et innovantes dans le respect de la société et de la 
communauté. Les impacts de leurs projets sur l’environnement, la société et l’économie sont donc mûrement réfléchis analysés. 
Les équipes Structures et Génie Civil prennent souvent part à des projets ambitieux et créatifs, ce qui fait, entre autres, la 
renommée de BuroHappold aujourd’hui. L’entreprise encourage d’ailleurs les défis et innovations à travers des remises de prix 
sur certains projets et des présentations mensuelles de travaux par des employés pour d’autres employés. Une des stratégies de 
BuroHappold est de s’engager à délivrer les projets plus rapidement tout en garantissant un travail de qualité moyennant un coût 
plus élevé sur ses services. BuroHappold joue donc sur sa réputation prestigieuse et ses services de qualité pour gagner des 
projets. 

1.3. Secteurs d’activités et spécialités 


BuroHappold  est  un  bureau  d’études  polyvalent  avec  des  ingénieurs  et  techniciens  qualifiés  dans  plusieurs  domaines.  Ainsi  en 
travaillant  dans  les  secteurs  des  commerces,  de  la  culture,  de  l’éducation, des sciences, des sports et loisirs et du développement 
urbain, BuroHappold a développé de nombreuses spécialités dans son entreprise. 
FIG. 1.3 : Spécialités de BuroHappold aujourd’hui [1] 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

1.4. L’équipe structure de Londres 


Ce projet de fin d’étude a été basé à Londres. Le bureau de Londres fait partie du regroupement des bureaux du Royaume-Uni 
comme le montre l’organigramme ci-dessous. 
FIG. 1.4 : Organigramme de l’organisation des bureaux BuroHappold au Royaume-Uni [1] 
Le bureau londonien est divisé en deux secteurs : bâtiment et urbanisme. Le secteur bâtiment est ensuite divisé en plusieurs 
départements. 
Le  bureau londonien a notamment été à l’origine de projets comme le toit du British Museum, l’infrastructure du parc Olympique 
de  2012  et  la  tente  transparente  de  Khan Shatyr. Elle agit donc autant internationalement que localement et profite de sa location 
stratégique pour être proche de grands cabinets d’architectes. 
L’équipe  dans  laquelle  ce  projet  de  fin  d’études  est  effectué  fait  partie  du  département  «  structures  »  et  s’occupe  des 
dimensionnements  de  bâtiments.  Le  directeur  à  la tête du groupe Structures est Mr Franck Robert. Chaque équipe d’un projet est 
ensuite  hiérarchisée  en  ingénieurs  dits  associate,  senior,  normal  ou  diplômé.  Cette  hiérarchisation  se  fait  en  fonction  des 
responsabilités du poste et de l’expérience de l’employé. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Franck ROBERT Directeur Structure 

Alfredo GONZALEZ 
Associate 

Alessandro SCODEGGIO 
Julie ROCHEL 
Ingenieur structure 
Stagiaire structure 
FIG. 1.5 : Organigramme de l’équipe du projet de la Tour des Cèdres 

1.5. Problématique et objectifs de ce projet 


Afin de remplir pleinement les exigences de ce sujet de mémoire, les objectifs de l’entreprise et personnels sont développés 
ci-dessous. 
Objectifs de l’entreprise : 
• Déterminer quels sont les points faibles et points forts de l’Eurocode 8 et l’ASCE 7-10 
• Comparer les différentes méthodes utilisées 
• Déterminer les différences au niveau des dimensionnements finaux des éléments structuraux 
Objectifs personnels : 
• Acquérir la maitrise de dimensionnement sismique à l’EC8 et ASCE 7-10 
• Réaliser une analyse dynamique et sismique avec l’utilisation de logiciels de modélisation de structure (ici ETABS) 
• Comprendre les enjeux du dimensionnement sismique et les réflexions derrière les méthodes utilisées 
• Mettre en pratique les connaissances acquises durant mon cursus ingénieur 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
10 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

2. Présentation du projet : La tour des Cèdres 


Dans cette partie sera présenté le projet support, la Tour des Cèdres, avec quelques données importantes pour la compréhension 
de la structure et les enjeux de celle-ci. 

2.1. Les acteurs 


FIG. 2.1 : Modèle architecte du projet [17] 
L’architecte urbaniste italien Stefano Boeri a remporté le concours organisé par la ville de Lausanne en Suisse pour le nouveau 
quartier des Cèdres à Chavannes-près-Renens. En effet lors de l’élaboration de projets de territoire importants, la loi suisse 
impose aux collectivités publiques une mise en concurrence sous la forme de concours. L’idée de Boeri a été de créer une forêt 
verticale de plus de 121 mètres de haut nommée « La Tour des Cèdres », la tour sera alors la première du monde couverte par des 
arbres toujours verts. Ce projet s’inscrit dans la continuité des œuvres de Boeri puisqu’il est aussi à l’origine de la tour végétale 
nommée « Bosco verticale » de Milan. Le but d’une telle structure étant d’absorber le dioxyde de carbone et de produire de 
l’oxygène pour améliorer la qualité de l’air dans la ville. Les maîtres d’ouvrage Bernard Nicod et Avni Orllati investiront 200 
millions de francs suisses, soit environ 185 millions d’euros pour ce projet. Les autres acteurs du projet sont : 
- Studio Gatti : agronomiste paysagiste - BuroHappold : bureau d’ingénieurs civils-CVSE - Weinmann –Energies SA : bureau 
d’ingénieurs CVS-MCR-PBAT minergie - ISI –Ingénierie et Sécurité Incendie : Sécurité incendie CVSE : Chauffage – 
Ventilation – Sanitaire – Electricité CVS : Chauffage – Ventilation – Sanitaire MCR : Mesure – Commande - Régulation PBAT : 
Physique du bâtiment 

2.2. La particularité des façades 


Stefano  Boeri  a  dessiné  des  façades  structurées en terrasses et loges avec au total 3000 m2 d’arbustes et 80 arbres implantés. Les 
balcons végétalisés, ou loges, viendront ensuite s’encastrer à la structure principale. Ceux-ci seront préfabriqués, constitué d’acier 
galvanisé  léger  recouvert  de  fins  panneaux  en béton fibré. Cette solution permet de réduire le poids par rapport à un complément 
béton,  minimise  les  travaux  en  hauteur,  assure  un  gain  de  temps  sur  le  chantier  et  permet  de  rendre  le  bâtiment  modulable. En 
effet,  une  difficulté  du  projet  consiste  à  ce  que  l’architecte  n’ait  toujours  pas  les  plans  définitifs  de  la  localisation  des  balcons. 
Ainsi la structure doit être d’abord dimensionnée en ne sachant pas où seront exactement posés les différents balcons. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
11 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
FIG. 2.2 : Eléments constituants les loges [17] 
Cette  structure  possède  beaucoup  de  porte-à-faux  selon  l’objectif  de  l’architecte  de  cacher  la  structure  verticale.  Ainsi  pour 
chaque étage, la dalle sera en porte-à-faux sur 1.2m ou 2.0m et viendront en plus se greffer les loges à ces porte-à-faux. 

2.3. Occupations et géométrie 


Les occupations présentes aux différents étages seront : bureaux, restaurant, appartements, salle de sport, local technique, hôtel et 
espace publique. Données géométriques du projet : 
- Nombre d’étages : 36 + 1 terrasse en toiture + 1 parking au sous-sol - Structure identique sur toute la hauteur - Hauteur sous 
plafond : 2.90m sauf pour le Rez-de-chaussée 5.70m - Dalle de 300mm - Hauteur totale 121.2m - Le périmètre extérieur du 
bâtiment sans balcons est de 52mx15.5m - Nombre de balcons : 104 - Balcons de profondeur 3.0m et de longueur 4 m,8 m ou 12 
m selon le choix de l’architecte - 4 ascenseurs et 2 escaliers par étage - Surface par étage : 806 m2 - Surface totale : 30628 m2 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
12 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

2.4. Structure porteuse 


La  structure  se  compose d’un squelette en béton armé excentré et de poteaux. Le béton sera de haute performance C70/85 afin de 
limiter au maximum les dimensions des éléments verticaux et apporter la surface utile et lumière voulues par l’architecte. 
FIG. 2.3 : Eléments structuraux 
Les éléments en bleu sont les poteaux, en jaunes sont les poutres et en noirs les murs. La structure initiale voulue par l’architecte 
étant sujette à une torsion trop importante due à son excentricité, les ingénieurs ont donc testé plusieurs modèles afin d’aboutir à 
une structure plus résistante. Le noyau central composé de murs permet de reprendre les efforts dans la direction x-x alors que les 
colonnes reprendront les sollicitations dans la direction y-y. Les dalles ne participent pas au contreventement, elles sont 
considérées comme des éléments secondaires de contreventement. Le projet étant en étude de faisabilité, les fondations n’ont pas 
encore été dimensionnées. Les ingénieurs structures suggèrent des fondations profondes de type pieux avec des longrines. Afin 
d’optimiser le dimensionnement, la largeur b des poutres et poteaux diminuera avec la hauteur comme ci- dessous : 
- étages 0-9 : b = 600mm - étages 10-19 : b = 500mm - étages 20-29 : b = 400mm - étages 30-37 : b = 300mm 

2.5. Enjeux du projet 


L’enjeu principal de ce projet est de minimiser la géométrie de la structure verticale porteuse. En effet la volonté de l’architecte 
est d’avoir une structure élancée où les éléments porteurs ne se voient pas. C’est pourquoi le choix de la ductilité moyenne a été 
fait. De cette manière la structure dissipera de l’énergie et les sollicitations sismiques de calcul seront moindres. Ainsi la 
difficulté principale de l’équipe structure a été de faire accepter le modèle de la structure à l’architecte. Au jour du rendu de ce 
rapport, ce dernier n’avait toujours pas donné son accord, ce qui a ralenti considérablement l’avancée des dimensionnements du 
projet. Un autre enjeu sera les attaches des loges à la structure principale. Les balcons de largeur 8.0m et 16.0m pourront se 
greffer directement aux murs et poteaux d’après la géométrie choisie alors que les balcons de 12m reposeront nécessairement sur 
la dalle. Un mécanisme de transfert des charges devra donc être trouvé à ce motif. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
13 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

3. Le dimensionnement sismique 
L’Eurocode 8 et l’ASCE 7 développent les mêmes objectifs pour le dimensionnement sismique : 
- La limitation des dommages - La protection des personnes - La continuité opérationnelle des bâtiments d’importance vitale pour 
la protection civile 
Les  deux  codes  utilisent  donc  ces  principes  tout  au  long  de  leur  utilisation.  La  conception  parasismique  a  amené  à  un nouveau 
type  de  dimensionnement,  le  dimensionnement  de  capacité,  qui  résulte  d’une  analyse  des  comportements  et  propriétés  des 
matériaux. 

3.1. Quelques notions 


La construction en zone sismique demande un effort supplémentaire du point de vue de la conception et de la qualité de 
construction. Lors de sollicitations sismiques, les structures se comportent comme des oscillateurs avec des modes propres 
d’oscillations qui dépendent de leur rigidité. La maitrise des accélérations en réponse à celles du sol passe donc par l’éviction de 
ces modes propres susceptibles de faire entrer la structure en résonance. Ainsi le dimensionnement sismique peut être vu comme 
l’art d’équilibrer la capacité sismique d’une structure face à des sollicitations imprécises voire inattendues. La notion économique 
est aussi très importante car la construction en zone sismique implique un certain coût. A cause de ce coût, il est impossible de 
réduire la vulnérabilité sismique au minimum, cela repousserait tout investissement. De plus ce choix ne serait pas forcément 
justifié puisqu’il pourrait amener à dimensionner pour un cas de charges qui ne se présenterait jamais. Un autre enjeu est donc de 
trouver un compromis entre la résistance sismique de la structure et le niveau de dommages acceptés. Les premiers concepts de 
dimensionnements sismiques ont été développés grâce à l’analyse de catastrophes telles que le séisme de San Francisco en 1906 
ou celui de Messine en 1908. A travers ces études, l’importance du caractère dynamique et de l’énergie de dissipation ont été 
soulevées. 
L’effort sismique engendré sur une structure va dépendre de : 
- la nature du sol, celle-ci peut jouer un rôle amplificateur ou amortisseur de l’onde sismique ; - la zone sismique ; - la structure : 
la ductilité et la géométrie vont amener à des comportements différents ; - la classification du bâtiment ; 
De plus lorsqu’une structure est sollicitée par action sismique, plusieurs énergies se développent au sein de celle- ci : 
• L’énergie cinétique Lorsqu’une structure subit des oscillations, il y a apparition d’énergie cinétique. Cette énergie 
représente le travail de déformations de la structure. Si ces dernières ne peuvent être absorbées, elles peuvent mener à la rupture. 
L’effondrement d’une structure lors d’un séisme est d’ailleurs dû à un problème de déformabilité plutôt qu’à un manque de 
résistance des matériaux. 
• L’énergie potentielle L’énergie potentielle pousse à ramener la structure à sa position d’origine lorsqu’il y a déformations. 
Ainsi une partie de l’énergie est stockée lors de déformations élastiques. Les déformations étant réversibles, cette énergie sera 
restituée en énergie cinétique à chaque cycle d’oscillations pour ramener la structure à sa position d’équilibre. 
• L’énergie dissipée L’effet des déformations élastiques amènent à une dissipation d’énergie par chaleur. Cette capacité de 
réduire l’amplitude des oscillations par dissipation sous forme de chaleur caractérise l’amortissement. Ce paramètre propre à 
chaque structure est exprimé par le coefficient ξ, qui est un pourcentage de l’amortissement critique. Le stockage d’énergie est 
présent dans le domaine des déformations élastiques via l’énergie potentielle. Cependant l’apparition du domaine post-élastique 
amène une dissipation d’énergie beaucoup plus importante. En effet la 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
14 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
capacité de dissipation dépend du coefficient d’amortissement et de la présence d’amortisseurs mais aussi de l’aptitude à 
développer des déformations plastiques. L’optimisation de la capacité d’absorption peut donc passer par un endommagement 
maitrisé de la structure et une minimisation de l’action sismique sur celle-ci. Ce concept est utilisé lors du dimensionnement en 
capacité développé en 3.2. Un bâtiment parasismique doit donc règlementairement résister aux forces statiques équivalentes 
calculées pour l’action sismique maximale du séisme. Mais une mauvaise conception peut tout de même aboutir à une rupture par 
accumulation des contraintes. Ainsi la dissipation d’énergie est aussi intégrée dans les principes de dimensionnement. 

3.2. Le dimensionnement de capacité 


3.2.1. Principes 
L’Eurocode 8 et l’ASCE utilise le même concept de dimensionnement : le dimensionnement dit de capacité. Le comportement de 
la structure préconisé est celui dissipatif et ductile. Les ruptures fragiles et les mécanismes instables sont donc à éviter. 
L'approche du dimensionnement en capacité prévoit à l'avance les modes de déformations susceptibles d'aboutir à des ruptures 
ductiles et favorables à un comportement sismique adapté. L’objectif de cette méthode et de prévoir un maximum de rotules 
plastiques, soit un degré hyperstaticité élevé, et d’éviter les mécanismes instables. On parle alors de « zones critiques » pour ces 
régions dans lesquelles peuvent se produire les ruptures et donc les rotules plastiques. Pour qu’un tel comportement soit possible 
il faut néanmoins que les rotules puissent subir des rotations importantes sans endommagement substantiel afin que la résistance 
et la capacité à dissiper de la structure ne diminuent pas. Grâce à cette méthode, les modes d'apparitions des ruptures sont 
hiérarchisées afin que celles fragiles n’apparaissent pas avant les modes ductiles. De cette manière, le comportement ductile est 
maintenu et une perte brutale de résistance est évité. Certains mécanismes de rupture doivent absolument être évités comme 
l'apparition des rotules plastiques dans les poteaux (conception poteau fort-poutre faible entre les étages à privilégier) ou la 
plastification des fondations. Pour ce qui est des structures à voiles faiblement armés de grandes dimensions, les zones critiques 
sont plus difficiles à localiser. Néanmoins la connaissance des 3 modes de rupture principaux (par fissuration diagonale, par 
flexion ou par glissement) permet de reconnaître une fissuration répartie sur la hauteur du mur et par rotation de corps rigide. Ce 
qui amène à une justification des armatures longitudinales. Les structures à voiles ductiles sont analogues au fonctionnement 
d'une poutre verticale encastrée au pied. Cela implique qu'une rotule plastique en pied peut se développer. Afin de permettre la 
formation des rotules plastiques dans les zones critiques, un ferraillage adapté est nécessaire pour permettre la rotation plastique 
des sections et éviter la rupture fragile. Cette capacité de rotation plastique dépend du coefficient de comportement et, par 
conséquent, de la ductilité de la structure. Ainsi les incursions dans le domaine post élastique tout en maintenant la résistance et 
un comportement stable sont atteints en adoptant des règles de vérifications plus contraignantes que dans les situations sans 
séisme et en appliquant des dispositions constructives particulières. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
15 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

3.2.2. La notion de ductilité 


La  ductilité  définie  la  capacité  d’un matériau à plastifier sans perte de résistance. Une structure ductile est capable d’acquérir des 
déformations plastiques dans de nombreuses zones et donc d’absorber une certaine quantité d’énergie, c’est la dissipation. 
FIG. 3.1 : Energie dissipée par la rupture d’un élément en acier sous chargement statique 
La ductilité favorise donc l’apparition de zones critiques et possède une influence positive sur l’économie du projet car une 
structure plus ductile pourra subir le même déplacement qu’une structure qui répondrait entièrement de façon élastique mais avec 
une section moindre. Le choix de la classe de ductilité est régi par les sollicitations, les contraintes géométriques et de matériaux 
et les dispositions constructives. En effet, une classe de ductilité plus élevée va amener à des forces sismiques de calcul moindres 
et donc une baisse des quantités nécessaires de béton. Néanmoins elle amène aussi à de nouvelles exigences sur la densité 
d'armatures transversales, la qualité des matériaux et le suivi de chantier. C'est donc à l'auteur du projet de choisir quel cas il 
préfère privilégier en fonction des circonstances économiques et techniques. Les deux codes conseillent la ductilité limitée DCL 
pour l’Eurocode, ou ordinaire pour l’ASCE seulement dans les cas de faible sismicité. Pour ce projet une ductilité moyenne 
(appelée « DCM » pour l’Eurocode et « intermédiaire » pour l’ASCE) a été choisie avec un acier de classe B. Les deux codes 
traduisent la capacité de dissipation à travers des coefficients dit de comportement pour l’Eurocode ou de modification pour 
l’ASCE. 
FIG. 3.2 : Courbe de poussée progressive d’ossatures de même période T jusqu’au déplacement de projet Sde(T), André Plumier 
[3] 
Le seul mécanisme local ductile en béton armé est la flexion plastique. C’est pour cela que la dissipation d’énergie se fera à 
travers la conception de rotules plastiques. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
16 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

3.2.3. Le comportement non linéaire des structures 


Le  comportement  non  linéaire  des  structures provient d’une non linéarité matérielle. En effet plusieurs paramètres comme la non 
linéarité  physique  des  matériaux,  le  comportement  du  béton  fissuré,  l’interaction  entre  le  béton  et  l’acier  et  l’effet  de 
l’écrouissage  sur  ces  matériaux  influencent  le  comportement.  Les  codes  parasismiques  proposent  d’étendre  le  modèle 
mathématique  utilisé  pour  l’analyse  élastique  afin  de  prendre  en  compte  la  résistance  des  matériaux  et  leur  comportement 
post-élastique.  Le  coefficient  de  comportement  prend  aussi  en  compte  ce  comportement non linéaire dans les analyses linéaires. 
Les  modèles  de  comportement  doivent  donc  étudier  la  fissuration  du  béton  l’abaissement  de  la  rigidité  et  la  dissipation  de 
l’énergie. Sous séisme sévère, le modèle d’hystérésis force-déplacement de Takeda avec dégradation de la rigidité est à utiliser. 
FIG. 3.3 : Boucles d’hystérésis mesurées sur un voile en béton armé [7] 
Les  boucles  d’hystérésis  traduisent  la  dissipation  d’énergie  sous  des  lois  de  chargement-déchargement  avec  dégradation.  Ainsi 
sous sollicitations fortes, il est nécessaire de réaliser une analyse non linéaire puisque le comportement de la structure ne reste pas 
dans le domaine linéaire. Le coefficient d’amortissement et, par relation, la ductilité influencent le comportement non linéaire. 

3.3. Les codes sismiques européens et américains 


Les  Eurocodes  sont  un  projet  d’harmonisation  de  la  conception  des  structures  européennes  et  constituent  aujourd’hui  un 
ensemble  de  58  normes  européennes sur les dimensionnements. La rédaction des Eurocodes a été confiée au Comité européen de 
Normalisation CEN. L’Eurocode 8 définie toutes les procédures et mesures constructives à réaliser pour la conception sismique. 
Les codes américains disposent de deux codes pour la construction sismique: l’ASCE 7, pour l’analyse sismique et les 
vérifications à effectuer, et l’ACI 318 pour toutes les mesures et dispositions sismiques. L’ASCE 7-10 est l’édition de l’ASCE 7 
pour 2010 et l’ACI 318-08-M est l’édition de l’ACI 318-2008 avec les unités du système international. Toutes les éditions de ces 
codes sont disponibles, ainsi il n’est pas rare de rencontrer des bâtiments dimensionnés pour des éditions différentes, aucune 
édition particulière n’étant obligatoire. Ici la troisième édition de l’ASCE 7-10 a été utilisée, elle développe les méthodes les plus 
récentes. Ce code a été développé par la société américaine des ingénieurs en génie civil (American Society of Civil Engineers). 
L’ACI quant à lui est l’institut américain du béton (American Concrete Institute). Le choix de l’ACI 318-08M s’est fait car seule 
édition disponible en unités du système international (d’où l’index « M » dans le titre de ce code) chez BuroHappold. Néanmoins 
des comparaisons avec l’ACI 318-14 de l’édition 2014 ont été faites pour les dispositions constructives sismiques afin d’utiliser 
les données les plus récentes. Seules quelques paramètres ont été rajoutés entre les deux éditions. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
17 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

4. Elaboration des spectres de calcul 


Les  deux  codes  élaborent  des  spectres  de  réponse  afin  de  réaliser  l’analyse  sismique d’un bâtiment. Ces spectres sont calculés à 
partir  de  la  moyenne  de  plusieurs spectres de réponse sismique de la région considérée. Ils correspondent à des accélérogrammes 
de  séismes  et  leur  moyenne  permet  de  limiter  les  incertitudes  sur  l’accélérogramme  des  futurs  tremblements  de  terre.  Afin  de 
prendre  en  compte  le  comportement  ductile  de  la  structure,  un  coefficient  de  comportement  est  déterminé  afin  de  réduire  les 
sollicitations sismiques. 
L’analyse sismique à l’Eurocode 8 se trouve en Annexe 1. Les paragraphes suivants reprennent les notions clés, hypothèses, 
méthodes et choix faits pour aboutir à cette note de calcul. 

4.1. Utilisation de la SIA 261 


La  Suisse  utilise  les  Swisscodes,  qui  sont  à  la  fois  conformes  à  la  pratique  nationale  et  compatibles  avec  les  Eurocodes.  Les 
Eurocodes  peuvent  être  appliqués  en  Suisse  si  le  concepteur  et  le  maître  d’ouvrage  le  souhaitent.  Le  code  suisse  SIA  261 
permettra donc de déterminer les paramètres nationaux et les méthodes utilisées seront celles des Eurocodes. 
FIG. 4.1 : Carte de zonage sismique de la région de Lausanne [11] 
Avec 
Une période de retour de 475 années est prise d’après les recommandations de l’Eurocode 8. Le zonage sismique est basé sur une 
approche probabiliste du niveau d’accélération susceptible d’être atteint dans un lieu donné sur une période de retour de 475 ans. 
En effet cette approche estime qu’un certain niveau d’accélération a une probabilité de 10% d’être dépassé au moins une fois en 
50 ans. L’ASCE utilise une période de retour de 2500 ans avec une probabilité de 10% d’être dépassé en 50 ans pour les 
paramètres en accélération. Les codes américains sont donc plus sécuritaires. Dans la cas étudié, Lausanne se trouvant dans le 
domaine Z1, l’accélération maximale de référence sera donc: 

gR 
= 0,6 m/s2 

4.2. Classe de sol 


Les  différentes  couches  du  sol  sont  déterminantes  car  elles  agissent  directement  sur  la  propagation  des  ondes  sismiques  et  du 
mouvement  du  sol.  Les couches molles conduisent à une amplification des effets sismiques par rapport aux sols de types rocheux 
et donc à un spectre de réponse augmenté en accélération et en période. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
18 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Description Classe 


,30 

SPT 

u de sol 
ASCE m/s coups/30cm kPa Roche dure A 1520 - - Roche B 760-1520 - - Sol très dense et roche tendre C 360-760 >50 >96 Sol 
rigide D 180-360 15-50 50-96 Sol argileux mou E <180 <15 <50 Eurocode 8 Rocher A >800 - - Dépôts raides caractérisés par 
une augmentation progressive des propriétés mécaniques avec la profondeur 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
B 360-800 >50 >250 
Dépôts profonds de sables de densité moyenne, de gravier ou d'argile moyennement raide 
C 180-360 15-50 70-250 
Dépôts de sol sans cohésion de densité faible à moyenne D <180 <15 <70 
TAB. 4.1 : Tableau de comparaison des classes de sol selon l’Eurocode 8 et l’ASCE 
D’après  ce  tableau,  on  remarque  que  l’ASCE  distingue  2  types  de sol rocheux alors que l’Eurocode n’en démarque qu’un. Il y a 
un  raisonnement  commun  entre  les  2  codes  pour  différencier les classes de sol. Seules les valeurs des résistances au cisaillement 
du sol non drainé c 

se différencient significativement entre les 2 codes. La Tour de Cèdres 
reposera sur un sol de classe D selon l’Eurocode 8 et un sol de type E selon l’ASCE. Ces valeurs ont été données par 
BuroHappold en hypothèse car aucune analyse géotechnique n’a été effectuée à ce jour. 

4.3. Critères de régularité de la structure 


L’uniformité, la simplicité et la symétrie font partie des principes de base de la conception sismique. Les structures irrégulières 
possèdent un mauvais comportement aux séismes puisque les dommages et zone de dissipation ne sont pas distribuées 
uniformément dans les éléments structuraux verticaux, cela pouvant conduire à des ruptures dans des zones ciblées. Les 
comportements inélastiques vont donc être concentrés dans les irrégularités. De plus, celles-ci complexifient voire empêchent une 
prédiction réaliste de la distribution des charges durant l’analyse élastique et impliquent donc des erreurs et dimensionnements 
inadéquats. Les critères de régularité sont significatifs pour déterminer le comportement structural et permettent donc de définir 
le coefficient de comportement q pour l’Eurocode 8 et R pour l’ASCE. Dans le cas étudié, la structure n’est pas symétrique par 
rapport à 2 directions orthogonales (article 4.2.3.2 (2)), ainsi le critère de régularité en plan n’est pas vérifié à l’Eurocode. 
L’ASCE définie des irrégularités de torsion (tableau 12.3.1) lorsque le déplacement entre étage aux extrémités du bâtiment est 
1.2 fois supérieur aux déplacements entre étages moyens. Grâce au modèle ETABS (développé plus loin), on trouve un rapport 
des déplacements entre étage maximaux sur les déplacements moyens supérieur à 1.4, il s’agit donc d’une irrégularité de type 1b 
soit « irrégularité en torsion extrême ». La structure n’est alors pas régulière en plan. Ces irrégularités de torsion sont dues à la 
non-symétrie du bâtiment, néanmoins l’ASCE propose une limite à la prise en compte de cette non-symétrie alors que l’Eurocode 
imposera l’irrégularité horizontale à l’appréciation de l’ingénieur. 
19 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
FIG. 4.2 : Eléments structuraux 
Pour  ce  qui  est  de  la  régularité  en  élévation,  l’architecte  n’a  pas  fait  son  choix  à  ce  jour  pour  la  hauteur  du  rez-de-  chaussée. 
Celle-ci  pourrait  être  de  6.00m  d’après  une  idée  émise  par  l’architecte.  Tous  les  autres  étages  auront une hauteur de 3.20m. Il a 
donc  été  choisi  de  prendre  une  hauteur  régulière  sauf  pour  le  rez-de-chaussée  où  h  =  6.00m.  Le  modèle  valide  une  perte  de 
rigidité  de  15%  entre  l’étage  du rez-de-chaussée et le 1er. L’ASCE définit l’irrégularité verticale si la perte de rigidité entre deux 
étages  est  supérieure  à  30%  ou  moins  de  80%  de  la  rigidité  moyenne  des  trois  étages  au-dessus  vaut  moins de 80% de celle de 
l’étage  considéré.  Après  vérification  avec  le  modèle  ETABS,  ce  dernier  critère  est  rempli,  la structure est donc aussi irrégulière 
en  élévation.  L’Eurocode  définie  juste  une  «  baisse  »  de  la  rigidité  pour  valider le critère sans limite numérique. Le système est 
donc irrégulier en élévation. 
Ce type de structure irrégulière et soumise à la torsion n’est pas conseillé car la géométrie va augmenter les sollicitations et 
dommages lors d’un séisme. Le coefficient de comportement q est réduit de 20% afin de prendre un compte ce désavantage 
géométrique. A l’inverse, l’ASCE ne considère pas les irrégularités dans la détermination de son coefficient de modification R. 

4.4. Limite entre poteau et mur 


La limite entre poteau et mur est géométrique. Chaque code établit une limite du rapport de la longueur transversale sur la largeur 
du mur. Cette limite est de 4 pour l’Eurocode et de 3 pour l’ACI 318. 
Géométrie l 

/b 

Définition à l’Eurocode Définition à l’ACI 318 2200x300 7,3 
Mur Mur 2200x400 5,5 Mur Mur 2200x500 4,4 Mur Mur 2200x600 3,7 Poteau Mur 2000x300 6,7 Mur Mur 2000x400 5 Mur 
Mur 2000x500 4 Poteau Mur 2000x600 3,3 Poteau Mur 
TAB. 4.2 : Définitions des éléments verticaux 
Ainsi  tous  les  éléments  verticaux  seront  des  murs pour l’ACI alors que 3 géométries sont tout de même classées comme poteaux 
à  l’Eurocode.  Il  est  préférable  d’avoir  le  même  type  de  structure  sur  toute  la  hauteur du bâtiment. Ainsi on considèrera tous ces 
éléments en murs. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
20 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

4.5. Spectre de calcul 


4.5.1. Détermination du coefficient de comportement 
L’Eurocode  8  et  l’ASCE  prennent  tous  deux  en  compte  un  coefficient  de  comportement  appelé  q  pour  l’Eurocode  et  appelé 
coefficient  de  modification  de  la  réponse  R  pour l’ASCE. Ces coefficients visent à déterminer l’impact du type de structure et sa 
ductilité sur le comportement final de la structure. 
Catégorie Classe de ductilité 
ASCE 7 Eurocode 8 Structures peu dissipatives 
Ordinaire O Ductilité faible DCL Structures moyennement dissipatives Intermédiaire I Ductilité moyenne DCM Structures 
hautement dissipatives Spéciale S Ductilité haute DCH 
TAB. 4.3: Equivalence des classes de ductilité entre l’Eurocode 8 et l’ASCE 7 
Valeur à l’Eurocode : 
Pour l’Eurocode, le type de structure dans le cas étudié est un système de murs majoritairement couplés dans les deux directions. 
Le calcul de q 

se fait alors par q 

= 3.0 
α α 


. La valeur de 
α α 


ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
est directement donnée dans l’Eurocode 8 pour ce type 
de structure soit 
α α 


α = 1.20 
pour les systèmes fait égale à la moyenne de 1.0 et 1.2, soit 
α 

de murs couplés. Comme le bâtiment est irrégulier en plan, 
α 


est en 
α 

= 1.10 . Finalement q = q 

∗ k 

= 3.0 ∗ 1.10 ∗ 1.0 = 3.6 La structure étant irrégulière en élévation, le 
coefficient q est réduit de 20%, soit : 
q = 0.8 ∗ 3.6 q = 2.64 
La valeur de q tient bien compte du mauvais comportement sismique d’une structure asymétrique puisqu’il a été réduit de 20% à 
cause de l’irrégularité verticale et 
α 
u α 

a été aussi réduit à cause des irrégularités en plan. Dans 
l’Eurocode 8 le coefficient de comportement q va réduire le spectre élastique S 

(T) lors de la définition du spectre de 
calcul S 

(T) . 
Valeur à l’ASCE: 
L’ASCE ne permet d’avoir des murs à ductilité intermédiaire. On prendra donc les valeurs moyennes des coefficients pour les 
ductilités basses et hautes. 
NL : not limited (pas de limitation), NP : not permitted (non permis) 
TAB. 4.4 : Choix du système structural à l’ASCE 
On trouve le coefficient de comportement R = 4.5. 
21 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
L’irrégularité de la structure n’est pas prise en compte dans ce coefficient, R dépend seulement de la ductilité et du type de 
contreventement. Les valeurs de R données dans le tableau de l’ASCE sont basées sur des analyses de la performance de certains 
matériaux et systèmes structuraux lors de précédents séismes. L’écart entre les deux coefficients est important, supérieur à un 
facteur 1.5. 
Plus  le  coefficient  de  comportement  est  grand,  plus  la  structure  est  dissipative. Le facteur q ou R permettent alors de prendre en 
compte  la  capacité  de  déformation  plastique  de  la  structure en effectuant seulement son analyse élastique. De même, ils tiennent 
compte du comportement non linéaire de la structure. 

4.5.2. Spectre de calcul à l’Eurocode 8 


4.5.2.1. Spectre de réponse élastique horizontal 
La  recherche  des  forces  sismiques  équivalentes  qu’endure la structure passe par une représentation des actions sismiques. Le but 
de  la  représentation  des  actions  sismiques est de contourner la nécessité d’une analyse sismique du site pour chaque projet. Ainsi 
à  l’aide  de  la  carte  de  zonage  du  pays  et  de  ses  paramètres, un spectre de réponse peut être établi via l’application des méthodes 
de  l’Eurocode  8.  Le  spectre  de  réponse  élastique  est  le  point  de  départ  de  cette  étude  permettant  d’estimer  la  réponse  en 
accélération  d’un  bâtiment  au  séisme.  Il  dépend  du  type  de  sol  et  est  calculé  pour  un  amortissement  de  5%  défini  par  défaut  à 
l’Eurocode  8. Le spectre de réponse développé dans le domaine élastique permet ensuite d’établir le spectre de dimensionnement, 
appelé aussi spectre réduit, qui tiendra compte du comportement élasto-plastique grâce au facteur de comportement q. 
TAB. 4.5 : Valeurs des paramètres décrivant les spectres de réponse élastique de type 2 [8] 
On note que plus le sol est « mou », plus la réponse maximale sera importante (hors le cas de la classe de sol E). 
FIG. 4.3 : Spectres de réponse élastique de type 2 pour les classes de sol A à E avec 5% d’amortissement [8] 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
22 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Une accélération de pointe a 
gR 
à un endroit donné peut être à l’origine de 2 types de séismes : le cas d’un séisme fort dont 
l’épicentre serait éloigné et le cas d’un séisme plus faible mais dont l’épicentre serait proche. La géologie proche et lointaine 
affectant le séisme subi par la structure, les spectres de réponse de ces 2 types de séismes seront différents car les ondes 
propagées de loin ou de près provoquent des effets différents. Les spectres de type 1 désignent les séismes lointains de magnitude 
Ms ≥ 5.5 alors que ceux de type 2 considèrent les magnitudes Ms < 5.5. L’élaboration du spectre prend donc en compte 
l’amortissement de la structure, la nature du sol et la distance épicentrale. Cependant elle ne tient pas compte de l’interaction 
sol-structure, la structure étant considérée comme parfaitement encastrée dans un sol infiniment rigide. 

4.5.2.2. Spectre de calcul 


Le spectre de calcul permet de connaître la réponse de la structure sous sollicitation sismique. 
0.30 
0.25 
0.20 
0.15 
0.10 
0.05 
0.00 
0.00 0.50 1.00 1.50 2.00 2.50 3.00 3.50 4.00 4.50 
FIG. 4.4 : Spectre de réponse élastique horizontal pour q=2.64 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 



Période T [s] 
Se EC8 
Sd EC8 avec q=2.64 
23 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
On remarque que l’influence du coefficient q est importante pour les périodes faibles. Une détermination rigoureuse du 
coefficient de comportement est nécessaire, surtout lorsque les périodes propres de la structure sont faibles. Note pour le spectre 
de réponse élastique vertical : La valeur de l’accélération de référence verticale a 
vg 
= 0.06g n’étant pas supérieure à 0.25g, la composante verticale de 
l’action sismique ne sera donc pas prise en compte (article 4.3.5.2). 

4.5.3. Spectre de calcul à l’ASCE 


4.5.3.1. Paramètres pour l’ASCE 
Les  codes  ASCE  travaillent  avec  des  cartes  de  zonage  des  territoires  américains  établies  par  le  centre  d’étude  géologique 
américain  (USGS)  pour  déterminer  les  zones  sismiques  et  les  coefficients  nécessaires à l’analyse. L’ASCE ne travaille pas avec 
l’accélération de pointe du sol a 

mais avec deux autres paramètres suffisants à définir le spectre de 
réponse. Il détermine une accélération de référence pour les périodes courtes à 0.2s, S 

, et une autre pour 
les périodes longues à 1.0s, S 

. Il a été conclu que 0.2 secondes étaient raisonnablement représentants des plus petites 
périodes effectives dans le dimensionnement des structures selon l’ASCE. 
Des coefficients du comportement du sol F 

, amplification ou atténuation due aux effets du sol pour les périodes courtes, et 


,  amplification  ou  atténuation  due  aux  effets  du  sol  pour  les  périodes  longues,  affectent  les  valeurs  des 
accélérations  de  calcul  pour  obtenir  un  spectre  de  calcul  «  ajusté  »  à  la  classe  de  sol.  On  note  que les coefficients des sols durs 
(type rocheux) vont diminuer les effets sismiques alors que les sols mous vont les amplifier. 
TAB. 4.6 et 4.7 : Valeurs des coefficients Fa et Fv en fonction de la classe de sol 
Il  est  à  noter  qu’aucun  coefficient de comportement n’est pris en compte dans l’élaboration du spectre. Il dépend donc seulement 
des  données  géographiques  :  la zone sismique et le type de sol. Les valeurs des paramètres de référence pour les périodes courtes 
et  longues  prennent  cependant  en  compte  le  cas  des  bâtiments  de  fréquences  basses,  donc les bâtiments de faibles hauteurs, des 
bâtiments de fréquences hautes qui sont caractérisés par une hauteur plus importante. 
Paramètres utilisés : 


: Paramètre d’accélération « cible de risque » de la réponse spectrale pour les périodes courtes obtenu par abaque 


: Paramètre d’accélération « cible de risque » de la réponse spectrale pour une période de 1.0s obtenu par abaque 

MS 
: Paramètre d’accélération de la réponse spectrale pour les périodes courtes ajusté aux effets du type de sol 

MS 
= F 

.S 


M1 
: Paramètre d’accélération de la réponse spectrale pour une période de 1.0s ajusté aux effets du type de sol 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
24 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
.S 


DS 
: Paramètre d’accélération du spectre de réponse de calcul pour les périodes courtes 

DS 

2 3 

MS 

D1 
: Paramètre d’accélération du spectre de réponse de calcul pour une période de 1.0s 

D1 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
2 3 

M1 
L’ASCE ne détermine pas de spectre élastique en fonction de la classe de sol mais un spectre maximal avec les valeurs S 


et S 

qui sont ensuite directement réduites par les coefficients du comportement du sol et par le coefficient 2/3. 

4.5.3.2. Méthode choisie pour l’élaboration du spectre 


Afin de pouvoir paramétrer le spectre de calcul, il a d’abord été pensé de chercher une ville aux Etats-Unis avec la même 
accélération de pointe du sol a 

.  Cependant  cette  méthode  n’était  pas  assez  précise  et revenait à définir le spectre sur 
une  seule  variable.  De  plus,  l’emplacement  géographique  et  la  présence  de  faille sont pris en compte dans les cartes de l’ASCE. 
Même avec une accélération de référence similaire, la distance à l’épicentre pouvait être mal paramétrée. Ce que prend en compte 
l’Eurocode 8 dans le choix du type de spectre est directement donné par les cartes de l’ASCE dans les paramètres S 


Pour  comparer  les  dimensionnements,  il  est  plus  intéressant  d’utiliser  le  même  spectre  de réponse du bâtiment afin de partir sur 
les  mêmes  données  initiales.  De  plus,  l’utilisation  de  deux  spectres  différents  pour  un  même  site  serait  absurde.  La  méthode 
choisie a donc été de « copier » les données du spectre de réponse élastique de l’Eurocode 8 dans le spectre de l’ASCE. 
Les accélérations de référence à 0.2s et 1.0s sont donc directement lues sur le spectre élastique de l’Eurocode, soient S 
Ds 
et S 

= 0.27g et S 
D1 
= 0.08g. Les formules suivantes créent ensuite le spectre. 

4.5.3.3. Spectre de calcul à l’ASCE 


FIG. 4.5 : Spectre de calcul [21] 
Pour T < T 




= S 
DS 
(0.4 + 
0.6T T 



M1 
= F 

25 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Pour T 

= S 
DS Pour T 

< T ≤ T 






T D1 
Pour T > T 






D1 T2 


Avec : 


= 0.2 
S S 
D1 
DS 



D1 S 
DS 


ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

: Période de transition des périodes longues obtenu par les cartes de l’USGS. Cette valeur est basée sur le séisme d’amplitude 
maximum pouvant produire d’important mouvements du sol dans la région considérée. 
L’élaboration  de  ce  spectre  utilise  une  méthode  similaire  à  celle  de  l’Eurocode  8,  les  formules  entre  les  deux  codes  pour 
l’élaboration  du  spectre  se  ressemble  d’ailleurs.  La  courbe  est  composée  de  quatre  courbes  différentes  selon  la  période.  Il est à 
noter  qu’aucun  coefficient  de  comportement  n’est  pris  en  compte  ici.  La  géométrie  de  la  structure  n’a  aucune  influence  sur  le 
spectre de calcul à l’ASCE contrairement à celui de l’Eurocode 8. 

4.6. Comparaison des deux spectres élastiques 


L’ASCE n’utilisant pas le coefficient de comportement dans son spectre de calcul, il a été choisi de le comparer au spectre de 
réponse élastique de l’Eurocode 8. 
0.3 
0.25 
0.2 
0.15 
0.1 
0.05 

0 1 2 3 4 5 6 7 8 
FIG. 4.6 : Comparaison des spectres de calcul de l’Eurocode 8(Se) et l’ASCE (Sa) 
Comme  la  méthode d’élaboration du spectre de l’ASCE a été de « copié » celui de l’Eurocode, il est normal que les deux courbes 
soient  les  mêmes  sur  les  périodes  courtes.  Néanmoins  les  courbes  divergent  pour  les  périodes  longues.  Il  est  à  noter  que 
l’Eurocode considère les périodes longues à partir de T > T 

= 1.2s, à partir de cette période 
limite, la courbe décroitra suivant 
T2 1 
. C’est d’ailleurs un des points de critique de l’Eurocode, celui-ci a 
tendance à sous peser les effets des périodes longues. On observe bien cette négligence avec l’écart entre les deux 









≤ T ≤ T 





T [s] 
Sa 
Se EC8 
26 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
courbes entre les périodes de 1.2s à 5s. L’ASCE utilise une limite des périodes longues plus élevée. Il a été choisi de prendre T 

= 6.0s, qui est une limite de période longue commune dans l’ASCE. Le courbe à l’ASCE décroit donc plus 
rapidement à partir de 6 secondes contrairement à 1.2 secondes pour l’Eurocode. 
Ce point de divergence sur la prise en compte des périodes mi- longues entre l’Eurocode et l’ASCE est reconnu. Ainsi on 
décidera de ne pas modifier les spectres pour qu’ils soient identiques. 

4.7. Conclusion de la partie 


Points clés de l’étape : 
L’élaboration  du  spectre  de  réponse  demande  une  connaissance  des  données  du  sol et sismiques du site. Ensuite, en fonction du 
type  de  structure,  un  coefficient  de  comportement  est  appliqué.  Ce  coefficient  va  prendre en compte la réponse de la structure à 
un séisme en fonction de sa géométrie et de la ductilité choisie. 
La  conception  sismique  demande  donc  une  étroite  collaboration  entre  les ingénieurs et architectes qui peut s’avérer compliquée. 
En  effet  la  géométrie  de  la  structure  amène  à  la  détermination  de  paramètres  importants  et  peut  permettre de réduire l’effet des 
sollicitations  sismiques.  Lors  de  ce  projet,  la  géométrie  proposée  par  les  ingénieurs  n’a  toujours  pas  été  validée par l’architecte 
après 4 mois. Cette collaboration est donc délicate. 
Comparaison des codes : 
• Les classes de sol sont sensiblement les mêmes excepté que l’ASCE différence deux classes de sol pour les types rocheux. 
• Les deux codes définissent trois classes de ductilité. 
•  Le  coefficient  R  ne  tient  pas  compte  de  l’irrégularité  de  la  structure  contrairement  à  q.  De  plus q est directement intégré dans 
l’élaboration du spectre de calcul alors que R interviendra après l’analyse sismique, directement sur les résultats. 
• L’écart entre les deux coefficients de comportement est important : celui de l’ASCE est plus élevé. 
•  L’ASCE  utilise  deux  paramètres  de  la  zone  sismique  :  il  différencie  les  périodes  courtes  des  autres  alors  que  l’Eurocode  8 
utilise  le  même  paramètre  pour  toutes  les  périodes.  Cependant  L’Eurocode  8  prend  en compte la distance à l’épicentre à travers 
les  types  de  spectre  ce  qui  revient  à  considérer  d’autres  paramètres  pour  l’élaboration  du  spectre.  Ainsi  même  si  les  méthodes 
sont différentes, elles convergent vers le même objectif. 
• La méthode utilisée pour élaborer le spectre de calcul est sensiblement la même avec l’utilisation de quatre courbes. Il en résulte 
que la forme du spectre est la même dans les deux codes. 
• Les deux codes divergent sur l’interprétation des périodes longues. L’Eurocode 8 risque de sous-estimer certaines périodes 
considérées comme longues (T > Td) car sa limite T 

est relativement faible. A l’inverse l’ASCE 
considère des périodes longues beaucoup plus élevées. 
•  L’Eurocode  8  détermine  un  spectre  vertical  dans  le  cas  où  l’accélération  de  référence  verticale  est  supérieure  à  0.25g.  A 
l’inverse  l’ASCE  ne  détermine  aucun  spectre  vertical  dans  aucun  cas,  la  composante  verticale  de  l’action  sera  une  fraction des 
charges permanentes (voir les combinaisons sismiques en 7.4.). 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
27 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

5. Analyse et modélisation 
L’analyse est une partie cruciale de la conception puisqu’elle amène à la période fondamentale de la structure. Cette partie repose 
donc sur le choix de l’analyse, sa mise en œuvre et ses résultats. 

5.1. Critiques des analyses 


Les  analyses  les  plus  courantes  sont  l’analyse  modale  spectrale  et la méthode des forces latérales. Ces deux méthodes possèdent 
des  avantages  et  inconvénients.  La  méthode  des  forces  latérale  va  considérer  que  toute  la  masse  sismique participe à la période 
fondamentale.  Les  participations  des  autres  périodes  ne  sont  pas  prises  en  compte.  Ainsi  dans  le  cas  de  périodes  longues  où  la 
masse  participative  du  premier  mode  n’est  pas  proche  de  100%  de  la  masse  sismique,  la  méthode  des  forces  latérales  peut 
sous-peser les effets des autres modes. 
L’analyse modale va prendre en compte la participation de tous les modes mais cette analyse dépend fortement des hypothèses du 
modèle  et  surtout  de  ses  rigidités.  Un  système  sur-flexible  peut  donc  amener  à  des résultats incorrects. De même, en combinant 
les  résultats  de  tous  les  modes,  l’analyse  modale  va  «  enlever  »  le  signe  de  ces  résultats  et  donc  perdre  une  partie  de 
l’information. 
De  ce  fait  la  méthode  des  forces  latérales  est  la  méthode  dite  de  base  pour  l’analyse  sismique.  Cependant  lorsque  la  structure 
admet  beaucoup  d’irrégularités,  l’analyse  modale  est  privilégiée. Les deux codes indiquent quel type d’analyse utiliser dans quel 
cas. 

5.2. Choix de l’analyse 


En  raison  des  irrégularités  du  bâtiment,  l’Eurocode  8  préconise  l’analyse  modale  spectrale,  méthode  de  référence  pour 
l’Eurocode.  Cette  étude  élastique  linéaire est effectuée sans chargement externe et prend en compte la masse sismique, la rigidité 
et l’amortissement de la structure. 
TAB. 5.1 : Conséquences de la régularité de la structure sur l’analyse et le calcul sismique selon l’Eurocode 8 [8] 
L’ASCE définit la méthode d’analyse à choisir selon la catégorie de dimensionnement, le système structural, les propriétés 
dynamiques et la géométrie. Les résultats sont obtenus dans le tableau suivant : 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
28 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
TAB. 5.2 : Méthodes d’analyse permises par l’ASCE selon les caractéristiques du projet [21] 
Dans cette étude, l’ASCE autorise la méthode des forces latérales équivalentes, l’analyse modale et l’analyse chronologique pour 
tous les bâtiments de catégorie de dimensionnement sismique B (voir en 7.2). Cette catégorie définit les projets à risque sismique 
faible. A l’inverse, dès qu’une structure présente des irrégularités importantes, l’Eurocode imposera une analyse modale et 
spatiale pour toutes les structures. L’ASCE demande aussi une analyse spatiale si la structure présente une irrégularité en plan du 
type non-symétrie. La méthode d’analyse par les forces latérales équivalentes est en fait indispensable pour la suite des calculs à 
l’ASCE, il est donc normal qu’elle soit recommandée. Afin de pouvoir comparer les résultats, une analyse modale sera effectuée. 
Elle sera faite via le logiciel ETABS. Le choix d’ETABS s’est fait car il est performant et recommandé pour les analyses 
sismiques, permet de créer des courbes enveloppes et simplifie la création de modèle 3D. 

5.3. Calcul des masses sismiques 


5.3.1. A l’Eurocode 8 
Toutes  les  masses  probablement  présentes  dans  la  structure  lors  d’un  séisme  doivent  être  calculées.  Cette  valeur  de  la  masse 
totale,  appelée  «  masse sismique » doit être la valeur la plus probable et non une valeur surestimée. En effet, si la masse sismique 
est  surestimée,  cela  peut  amener  à  des  périodes  T  plus  grandes  et  donc  un  effort  tranchant  à  la  base  éventuellement  plus  petit. 
Ainsi cette masse sismique se calcule avec : 
∑G 
k,j 
+ ∑Ψ 
E,i 
.Q 
k,i Ψ 
Ei 
= φ.Ψ 
2i On considère seulement la fraction Ψ 
E,i 
.Q 
k,i 
pour les actions variables qui représente la fraction dont la présence est la plus 
probable au moment du séisme. De plus, le coefficient de combinaison Ψ 
E,i 
prend en compte le caractère réduit 
de la participation de certaines masses sur le mouvement de la structure à cause de leur liaison non rigide avec celle-ci. A l’aide 
du tableau 4.2 de l’Eurocode 8, on trouve φ = 0.8 pour les étages à occupation corrélée et pour ceux à φ = 0.5 occupation 
indépendante. Le tableau A1.1 de l’Eurocode 1 donne : 
- Pour les étages publiques et restaurant : Ψ 
2i 
= 0.6 - Pour les étages occupés par des bureaux, l’hôtel ou des appartements privés : Ψ 
2i 
= 0.3 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
29 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Ainsi pour les étages publiques Ψ 
Ei 
= 0.5 ∗ 0.6 = 0.3, pour les autres Ψ 
Ei 
= 0.8 ∗ 0.3 = 0.24. Les valeurs des masses 
sismiques calculées par étage se trouvent dans le tableau 5.3. La masse sismique totale vaut 39 983 tonnes. 

5.3.2. A l’ASCE 
Les codes américains utilisent d’autres notations pour les charges. Les charges D, ou « dead loads », sont les charges 
permanentes et les charges L, ou « live loads », sont les charges d’occupations. 
L’ASCE détermine la masse sismique dans l’article 12.7.2 comme suit : 
W = 1.0L + 0.25L 
zone de stockage 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
+ 1.0L 
equipements permanents 
+ 0.2S 
Seules  les  charges d’exploitation des zones de stockage de type industriel et les équipements permanents, de type industriel aussi, 
sont  pris  en  compte  dans  le  calcul  de  la  masse  sismique.  Le  bâtiment  ne  possède  pas  de  zones  de  stockages  et  seul  l’étage 
technique  possède  des  équipements  permanents  importants.  On  supposera  que  90%  de  la  charge  d’exploitation  de  l’étage 
technique est due à ces équipements. Les charges de neiges q 

=  0.9kN/m2  étant 
inferieures  1.44kN/m2,  la  masse  de  la  neige  peut être négligée (Art.12.7.2(4)). Les charges de neige ont été calculées en Annexe 
2. 
La masse totale sismique vaut donc : 
W = ∑1.0G + +0.9∑Q(technique) = 38 115 tonnes 
Soit une perte de 5% de la masse modale par rapport à celle trouvée dans l’Eurocode 8. 
L’ASCE  est  beaucoup  plus  restrictif  sur  la  prise  en  compte  des  masses  sismiques.  Les  masses  sismiques  dues  aux  charges 
d’exploitation  sont  surtout  industrielles  ou  dues  à  la  neige  alors  que  l’Eurocode  8  tient  compte  de  tous  les  cas  d’occupations. 
Cependant l’Eurocode ne distingue pas le cas des équipements permanents. 
30 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Etage Hauteur 
Hauteur 
Occupation Masses 
Masse d'étage 
globale 
sismiques 
sismique EC8 
ASCE 


ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
[m] z [m] m 

[T] m 

[T] 37 3.2 121.2 Terrace 1003 884 36 3.2 118 Technique 974 1426 35 3.2 114.8 Résidentielle 1051 995 34 3.2 111.6 
Résidentielle 1051 995 33 3.2 108.4 Résidentielle 1051 995 32 3.2 105.2 Résidentielle 1051 995 31 3.2 102 Résidentielle 1051 
995 30 3.2 98.8 Résidentielle 1051 995 29 3.2 95.6 Résidentielle 1051 995 28 3.2 92.4 Résidentielle 1051 995 27 3.2 89.2 
Résidentielle 1051 995 26 3.2 86 Résidentielle 1051 995 25 3.2 82.8 Résidentielle 1051 995 24 3.2 79.6 Résidentielle 1051 995 
23 3.2 76.4 Résidentielle 1051 995 22 3.2 73.2 Résidentielle 1051 995 21 3.2 70 Résidentielle 1051 995 20 3.2 66.8 Résidentielle 
1051 995 19 3.2 63.6 Résidentielle 1051 995 18 3.2 60.4 Résidentielle 1051 995 17 3.2 57.2 Résidentielle 1051 995 16 3.2 54 
Résidentielle 1051 995 15 3.2 50.8 Résidentielle 1051 995 14 3.2 47.6 Résidentielle 1051 995 13 3.2 44.4 Résidentielle 1051 995 
12 3.2 41.2 Résidentielle 1051 995 11 3.2 38 Résidentielle 1051 995 10 3.2 34.8 Résidentielle 1051 995 9 3.2 31.6 Résidentielle 
1051 995 8 3.2 28.4 Bureaux 1070 995 7 3.2 25.2 Bureaux 1070 995 6 3.2 22 Bureaux 1070 995 5 3.2 18.8 Public 1114 995 4 3.2 
15.6 Hôtel 1051 995 3 3.2 12.4 Hôtel 1051 995 2 3.2 9.2 Hôtel 1051 995 1 3.2 6 Hôtel 1051 995 0 6.0 0 Public 1114 995 
Somme: 39983 38115 
TAB. 5.3 : Propriétés de chaque étage 
31 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

5.4. L’interaction sol-structure 


L’interaction  sol-structure  est  développée  dans les deux codes sismiques. Elle permet de prendre en compte l’effet de la structure 
sur  le  comportement  du  sol  et  inversement.  Ce  projet  étant  en  phase  d’étude  faisabilité,  aucune  étude  géotechnique  n’a  été 
réalisée  à  ce  jour.  L’interaction sol-structure n’est pas obligatoire pour la suite des calculs dans les deux codes, ainsi en l’absence 
de résultats on ne prendra pas en compte ces effets. 

5.5. Rigidité du diaphragme 


Les  diaphragmes  sont  les  structures  horizontales  d’un  bâtiment  permettant  de  transférer  les  charges  aux  structures  verticales. Il 
est  nécessaire  de  savoir  si  les  dalles  sont des diaphragmes rigides ou flexibles. Les deux codes possèdent tous deux des manières 
différentes de le déterminer. L’article 12.3.1.2 de l’ASCE et 5.10(1) de l’Eurocode 8 donne les conditions suivantes : 
Eurocode 8 ASCE 
• Dalle en béton armé 
• Armée dans les deux directions horizontales 
• Epaisseur de dalle >70mm 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
• Dalle en béton armé 
• 

d l 

Longueur Largeur 
≤ 3.0 
• Aucune irrégularité horizontale 
TAB. 5.4 : Conditions du diaphragme rigide 
Les conditions à l’Eurocode sont remplies facilement. Ici 


d l 


15.5 52 
= 3.35 > 3.0 
Les conditions de régularité et de la géométrie du diaphragme à l’ASCE ne sont pas remplies. Cependant, dans la définition 
d’irrégularité en torsion, qui est le cas présent, l’ASCE spécifie que cette irrégularité est prise en compte seulement dans le cas 
des diaphragmes rigides ou semi-rigides. Ainsi si le diaphragme est considéré au départ comme flexible, il remplit cette condition 
de la rigidité. Mais s’il est considéré au départ comme rigide, l’irrégularité en torsion doit être appliquée. Afin d’obtenir des 
sollicitations similaires et d’avoir les mêmes hypothèses de départ pour la comparaison des dimensionnements, les diaphragmes 
seront considérés comme rigides dans les deux codes. 
On  remarque  que  les  critères  de  détermination  de  la  rigidité  sont  assez  différents.  Dans  les  deux  cas,  la  dalle doit être en béton 
armé,  mais  les  deux  codes divergent ensuite. L’ASCE va considérer la géométrie plane du plancher alors que l’Eurocode prendra 
en compte le système d’armature et l’épaisseur. 
Les  dalles  ont  donc  d’abord  été  modélisées  comme  des  «  coques  » avec des rigidités hors du plan quasi nulles afin de conserver 
le  comportement  rigide.  Cependant,  cette  modélisation  amenait  à  des  résultats  incohérents  avec  des  diagrammes  des  efforts 
tranchants  et  des  moments  fléchissant  «  saccadés  »  selon  la  précision  du maillage. Il a alors été essayé d’utiliser la modélisation 
en  «  membrane  »,  qui  possède  initialement  seulement  des  rigidités  dans  le  plan.  Cette  seconde  méthode  amena  à  des  résultats 
cohérents et elle a donc été choisie par la suite. 

5.6. Méthode d’analyse linéaire élastique 


5.6.1. L’analyse modale spectrale 
Afin  de considérer tous les modes de vibrations contribuant significativement à la réponse globale, la somme des masses modales 
effectives  doit  atteindre  au  moins  90%.  Cette  condition  est  demandée  par  les  deux  codes.  Elle  est  atteinte  pour  n=12  modes 
d’après les données d’ETABS. La masse modale effective correspond à la masse 
32 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
participant à la réponse structurale d’un mode donné. La somme des masses effectives de tous les modes de vibrations est égale à 
la masse totale de la structure. Les deux codes distinguent les éléments sismiques primaires, qui vont participer à la résistance de 
la structure aux sollicitations sismiques, aux éléments sismiques secondaires, qui sont structuraux mais ne participent pas à la 
résistance aux séismes. Ici les éléments sismiques primaires sont les poutres, murs et poteaux. Les éléments sismiques 
secondaires sont donc les balcons et dalles. Il n’y a pas d’élément non structural. 

5.6.2. Le modèle ETABS 


FIG. 5.1 et 5.2 : Modèle 3D sous ETABS 
Hypothèses de modélisation : 
- Tous les étages ont la même hauteur h = 3.20m sauf le rez-de-chaussée dont h = 6.00m. - Dalles de 300mm modélisées comme 
des diaphragmes rigides. - Les dalles étant des éléments sismiques secondaires, elles seront modélisées avec une rigidité quasi nul 
pour l’effort tranchant et la flexion afin que leur participation ne soit pas prise en compte dans l’analyse sismique. Leur rôle est 
de transmettre les charges directement aux poteaux. - Les murs seront modélisés en « Spandrel » et « Piers », soit respectivement 
en poutres et poteaux afin d’obtenir les forces résultantes aux extrémités (et non les contraintes comme le ferait une « coque »). - 
Le niveau sous-terrain ne sera pas modélisé : on considère que la structure est encastrée dans un sol rigide 
qui transmet les sollicitations directement à la structure. - Un porte à faux continu autour de la structure de 3.00m modélisera 
les balcons, le calcul des charges 
équivalentes sur ce porte-à-faux se trouve en Annexe 3. - Des poutres factices relieront le porte-à-faux aux colonnes afin de 
prendre en compte son effet sur ces 
dernières. - Béton C70/85. - Acier ASTM A706 grade 420 (le choix de l’acier est expliqué en 7.7). - Dans un premier temps 
les effets du second ordre sont négligés. Une vérification de la prise en compte 
de ces effets sera faite par la suite. 

5.6.3. Calcul des rigidités effectives 


Sous  sollicitations  sismiques,  il  est  particulièrement  important  que  les  distributions  des  forces  soient  basées  sur  des  valeurs 
réalistes  des  rigidités  prenant  en  compte  le  comportement  des  éléments  structuraux.  Le  modèle  du  bâtiment  doit  représenter de 
manière  adéquate  la  distribution  de  rigidité  afin  que  les  déformations  et  forces  d’inertie  soient  représentées  correctement.  Les 
deux codes demandent de prendre en compte les effets de la 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
33 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
fissuration du béton, de la non-linéarité des matériaux et du fluage à travers une réduction de la rigidité propre des éléments 
considérés. La rigidité d’un élément n’étant pas uniforme et constante sur toute sa longueur, des valeurs moyennes sont prises. 
Les deux codes permettent d’utiliser une réduction de 50% dans tous les éléments si la structure est contreventée à défaut d’avoir 
une méthode plus précise. 
Moment d'inertie 
Elément ASCE EUROCODE 8 
Poteau 0.5Ig 0.5Ig 
Mur 0.5Ig 0.5Ig 
Poutres 0.5Ig 0.5Ig 
TAB. 5.5 : Coefficients de modification des moments d’inertie 
Cependant cette simplification semble excessive. En effet les éléments soumis à des efforts normaux importants développeront 
moins de fissures que les éléments soumis à des moments importants. La distinction des catégories d’éléments (poteaux, poutres 
et murs) reste importante. Afin que la comparaison des dimensionnements soit la plus rigoureuse possible, l’utilisation des 
mêmes réductions de rigidités pour les deux codes est adoptée. Paulay et Priestley recommandent dans leur livre « Seismic design 
of reinforced concrete and masonry buildings » [15] des valeurs moyennes de rigidités effectives basées sur des résultats 
expérimentaux. 
Type d’élément Rigidité effective Poutres rectangulaires 0.40I 
g Poutres en T et L 0.35I 
g Poteaux avec N > 0.5.f 
ck 
.A 

0.80I 

Poteaux avec N = 0.2f 
ck 
.A 

0.60I 
g Poteaux avec N = −0.05f 
ck 
.A 

0.40I 

Murs 



yk 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
N f 
ck 
) ).I 

TAB. 5.6 : Méthode de Paulay and Priestley pour le calcul des rigidités effectives 
En approximation, on prendra donc 0.70I 


.A 

pour  les  murs.  La 
rigidité  réelle  des  éléments  permet  d’obtenir  des  résultats  plus  proche  de  la  réalité. De plus des rigidités faussées amènent à une 
mauvaise répartition des forces dans la structure et donc au risque de sur-dimensionner et sous- dimensionner certains éléments. 
Les  sollicitations  de  torsion  étant  dues  à  l’hyperstaticité  de  la  structure,  elles  peuvent  être  négligées  dans  le  dimensionnement. 
Une  rigidité  quasi  nulle  à  la  torsion  des  éléments  porteurs  sera  imposée  dans  le  modèle  afin  que  ces  sollicitations  soient 
redistribuées. 
pour les poteaux qui subiront de la compression et 0.60I 

34 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

5.6.4. Résultats pour l’Eurocode 8 


Mode Période 
Fréquence f Pulsation 

j T 
propre ω2 

i [s] [Hz] [rad2/sec2] 
UX UY RZ Somme 
UX 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
Somme UY 1 5.25 0.191 1.4 0% 64% 37% 0% 64% - 2 3.74 0.267 2.8 30% 0% 0% 30% 64% 71% 3 2.74 0.365 5.3 41% 0% 0% 
71% 64% 73% 4 1.06 0.946 35.3 5% 0% 0% 76% 64% 39% 5 0.99 1.007 40.0 0% 20% 25% 76% 83% 94% 6 0.78 1.276 64.2 
9% 0% 0% 85% 83% 79% 7 0.5 1.998 157.6 1% 0% 0% 87% 83% 64% 8 0.39 2.587 264.2 0% 7% 13% 87% 90% 77% 9 0.38 
2.656 278.4 4% 0% 0% 91% 90% 97% 10 0.30 3.391 454.1 1% 0% 0% 91% 90% 78% 11 0.22 4.467 787.9 2% 0% 0% 94% 
90% 76% 12 0.21 4.696 870.5 0% 3% 8% 94% 94% 95% 
TAB. 5.7 : Résultats de l’analyse modale sous ETABS pour l’Eurocode 8 
La somme des masses modales effectives atteint bien au moins 90%. On remarque que les modes 1,2,3 et 5 contribuent 
significativement à la réponse globale en impliquant plus de 10% de la masse sismique. Chaque mode influence différemment le 
comportement de la structure. Ainsi un certain mode peut amener à des déplacements selon l’axe X, selon l’axe Y, de la torsion 
ou des combinaisons de ceux-ci. On note que le mode 1 est le mode principal selon Y et le mode 3 est le principal selon X. Il n’y 
a aucune masse participative en Z, c’est pourquoi elle n’est pas représentée. La période fondamentale T 

= 5.85s est une période longue et nous indique que la structure est flexible. C’est-à- dire qu’elle 
sera moins sollicitée en terme de forces mais qu’elle développera des effets du second ordre P-Δ et des déformations plus 
importants. Les réponses maximales de chaque mode ne peuvent physiquement se produire en même temps. Des combinaisons 
de ces modes doivent donc être réalisées pour connaitre le comportement global de la structure. En fonction de l’indépendance 
des modes entre eux, la combinaison pourra être une SRSS (racine carrée des sommes des carrés des réponses) ou une CQC 
(Combinaison Quadratique Complete). L’Eurocode 8 établit que 2 modes de vibration i et j peuvent être considérés comme 
indépendants si : 
T j 
≤ 0.9Ti Les modes 5 et 12 ne remplissent pas cette condition, ainsi la 
valeur maximale de l’effet d’une action sismique peut ensuite être calculée avec la formule de la combinaison quadratique 
complete dite CQC : 
n R = √∑ρ 
i i,j 


,j.R 

.R 

les réponses maximales des modes i et j ρ 

,R 
j ,j le coefficient de corrélation entre les modes i et j (0 ≤ ρ 

,j ≤ 1.0) 
ω 

,ω 

les pulsations propres des modes i et j (ω = 
2π T 

ξ l’amortissement visqueux 
Masses participatives 
35 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

5.6.5. Résultats pour l’ASCE 


Mode Période 

ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
Fréquence 
Pulsation 
Masses participatives F 
propre ω2 
Différence sur les [s] [Hz] [rad2/ 
fréquences sec2] 
UX UY RZ Somme 
Somme UX 
UY 1 5.14 0.195 1.5 0% 64% 
0% 0% 64% 2% 2 3.65 0.274 3.0 31% 0% 41% 31% 64% 71% 3% 3 2.68 0.373 5.5 40% 0% 32% 71% 64% 73% 2% 4 1.03 0.97 
37.1 5% 0% 9% 76% 64% 38% 3% 5 0.97 1.027 41.7 0% 20% 0% 76% 83% 94% 2% 6 0.77 1.301 66.8 9% 0% 4% 85% 83% 
79% 2% 7 0.49 2.049 165.7 2% 0% 4% 87% 83% 63% 3% 8 0.38 2.635 274.2 0% 7% 0% 87% 90% 78% 2% 9 0.37 2.706 289.0 
4% 0% 1% 91% 90% 98% 2% 10 0.29 3.473 476.2 1% 0% 2% 91% 90% 78% 2% 11 0.22 4.548 816.4 2% 0% 1% 94% 90% 
76% 2% 12 0.21 4.778 901.1 0% 3% 0% 94% 94% 95% - 
TAB. 5.8 : Résultats de l’analyse modale à l’ASCE et comparaison sur la fréquence avec l’Eurocode 8 
On note que les masses participatives des deux codes sont sensiblement les mêmes au pourcent près. De même les fréquences 
sont très rapprochées avec une différence maximale de 3%. 
Ainsi  l’utilisation  des  deux  codes  mènent  relativement  aux  mêmes  résultats  pour  une analyse modale. Seule la détermination de 
la  masse  sismique  va  influencer  les  résultats  d’une analyse modale. Dans le cas présent, la majorité de la masse sismique est due 
aux charges permanentes, cela peut expliquer ces résultats rapprochés. 
De même, les résultats ne sont pas indépendants ici, une combinaison quadratique complète est nécessaire. 
Il est normal de trouver des résultats rapprochés puisque les spectres de réponse sont relativement similaires et les mêmes 
rigidités effectives ont été prises. Seules les masses sismiques diffèrent ici mais elles ont un écart de 5% 

j T 

36 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

5.6.6. Validation des résultats 


Une  deuxième  analyse  modale  avec  un modèle brochette a été réalisée via Robot Structural Analysis (RSA) afin de comparer les 
ordres  de  grandeurs  du  premier  mode.  Cette  comparaison  avec  un  modèle  simplifié  permet  de  valider  l’ordre  de  grandeur  des 
résultats précédents. On obtient les résultats suivants pour une comparaison avec l’Eurocode 8 : 
Mode Période T 
(RSA) 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
Période T 
Fréquence f 
Fréquence f 
Ecart sur la (ETABS) 
(RSA) 
(ETABS) 
fréquence avec [s] [s] [Hz] [Hz] l’Eurocode 1 7.79 5.25 
0.13 0.191 47% 2 5.84 3.74 0.17 0.267 57% 3 1.24 2.74 0.77 0.365 53% 4 0.93 1.06 1 0.946 5% 5 0.44 0.99 2.05 1.007 51% 6 
0.33 0.78 2.55 1.276 50% 7 0.23 0.5 3.74 1.998 47% 8 0.17 0.39 4.49 2.587 42% 9 0.14 0.38 5.74 2.656 54% 10 0.13 0.30 6.64 
3.391 49% 11 0.1 0.22 7.77 4.467 43% 12 0.09 0.21 8.42 4.696 44% 
TAB. 5.9 : Comparaison des résultats entre le modèle ETABS et le modèle brochette 
Il  est  normal  de  trouver  des  divergences  entre  les  résultats  puisque le modèle brochette est un modèle simplifié qui ne prend pas 
en compte toutes les particularités de la structure. Un autre tableau comparatif est fait pour étudier les autres résultats du mode 1. 
Modèle RSA ETABS 
T [s] 7.79 5.25 Direction Y Y Masse participative 60% 64% 
f [Hz] 0.13 0.191 
TAB. 5.10 : Comparaison des résultats pour le mode 1 
On  note  que  les  résultats  coïncident  dans  les  2  études:  l’ordre  de  grandeur  de  la  fréquence  et  des  masses  participatives sont les 
mêmes  pour  le  premier  mode.  De  plus  les  2  modes  sont  des  modes  de  translation  selon  la  direction  Y. Cette analyse permet de 
valider le modèle ETABS et ses résultats. 
37 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

5.7. Conclusion de la partie 


Points clés de l’étape: 
En  fonction  de  la  géométrie de la structure (Eurocode) ou de son importance et du site sismique (ASCE), une analyse dynamique 
doit  être  choisie.  Les  deux  analyses  les  plus  courantes  sont  la  méthode  des  forces  latérales  et l’analyse modale. Elles possèdent 
toutes deux des avantages et inconvénients. 
En plus, une masse sismique qui prend compte des masses probables présentes lors d’un tremblement de terre est calculée. 
Enfin, l’analyse modale demande une grande rigueur dans l’élaboration du modèle et de ses hypothèses. Une comparaison avec 
un modèle brochette permet de valider les résultats. 
Comparaison des codes : 
•  Le  calcul  des  masses  sismiques  est  différent  entre  les  deux  codes.  L’ASCE  va  prendre  en  compte  toutes  les  charges 
permanentes  et  les  charges  d’exploitation  surtout  industrielles  avec  un  coefficient  de  réduction  ou  non.  L’Eurocode  8  tiendra 
compte  des  charges  permanentes  et  de  toutes  les  charges  d’exploitation  via  un  coefficient  de  réduction  propre  au  type 
d’exploitation. 
•  Les  résultats  des  analyses  modales  selon  les  deux  codes  sont  cohérents  et  une  erreur  maximale  de  5%  entre  les résultats est à 
noter.  L’analyse  modale  dépendant  des  calculs  des  masses  modales,  les  résultats  différents  sur  les  masses  sismiques  ici  n’ont 
donc  pas  eu  de  grande influence. Les deux analyses sismiques amènent à considérer une structure très flexible de par la valeur de 
la période fondamentale élevée. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
38 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

6. Analyse sismique 
Apres récupération des résultats modaux, les forces sismiques peuvent être calculées. Seulement, l’ACI développe une méthode à 
part où ces résultats sont mis à l’échelle par une analyse des forces latérales. 

6.1. L’analyse modale spectrale 


L’analyse modale spectrale implante le spectre de calcul dans l’analyse modale afin d’en déduire les forces agissantes sur la 
structures. 
FIG. 6.1 : Concept de l’analyse modale spectrale 
Les forces sismiques ont donc été directement trouvées par le logiciel ETABS. 

6.2. Méthode des forces latérales 


Une analyse par la méthode des forces latérales sera aussi réalisée pour comparer les résultats des deux types d’analyse permis 
par l’ASCE mais aussi car ces résultats sont indispensables pour la suite de l’utilisation de ce code. La méthode des forces 
latérales est donc une étape obligatoire de l’analyse sismique de l’ASCE. En effet l’analyse modale ne prend pas en compte le 
signe des résultats, elle donnera des résultats combinés sans leur signe contrairement à la méthode des forces latérales qui utilise 
des résultats signés. La motivation principale de l’analyse modale est de déterminer l’effet de la distribution des masses et 
rigidités sur la réponse élastique de la structure, les signes ou le moment où se produit l’accélération maximale sont perdus dans 
la combinaison. Ainsi l’ASCE demande une « mise à l’échelle » si la divergence est entre l’analyse modale et la méthode par 
forces 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
39 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
latérales est significative, c’est-à-dire si la perte des signes dans la combinaison modale a entrainé des modifications trop 
importantes sur les résultats finaux. 

6.3. Calcul de la période propre 


La période propre de la structure a été calculée via: 


= C 


n x 
f = 
T 1 
Avec h 

, la hauteur du bâtiment, et C 

, un paramètre dépendant du type de structure donné dans le tableau 12.8- 2. Les deux 
codes développent la même démarche pour la méthode des forces latérales, ainsi : 
Type de structure Eurocode 8 ASCE 


x C 

x Portiques en aciers 
0.085 0.75 0.0724 0.8 Portiques en béton 0.075 0.75 0.0466 0.9 Triangulation excentrées en acier 0.075 0.75 0.0731 0.75 Autres 
structures 0.05 0.75 0.0488 0.75 
TAB. 6.1 : Comparaison des coefficients de la formule de la période propre 
Eurocode 8 ASCE Coefficient C 

0.085 0.0466 Coefficient x 0.75 0.9 Hauteur totale H 
[m] 118.4 118.4 Période propre T [s] 3.05 3.42 Fréquence propre f [Hz] 0.328 0.292 
TAB. 6.2 : Comparaison des résultats de la méthode des forces latérales 
L’ASCE choisit les coefficients x en fonction du type de la structure alors que l’Eurocode utilise x = 0.75 par défaut. Les valeurs 
du coefficient C 

sont  sensiblement  plus  élevées  dans  l’Eurocode.  On  trouve  un  écart de 11% entre les deux codes 
et l’ordre de grandeur des résultats est le même. Les différences entre les deux méthodes ne sont donc pas importantes. 
Il y a un écart de 33% avec la fréquence fondamentale trouvée par l’analyse modale ETABS pour l’ASCE et de 42% pour 
l’Eurocode. Cela reste conséquent. L’importance des modes autres que celui fondamental est donc vérifié. 

6.4. Efforts tranchants à la base 


Les efforts tranchants à la base V 

sont les forces latérales se développant à la base du bâtiment lors de sollicitations sismiques. 
EUROCODE 8 ASCE 
X Y X Y Valeur du modèle ETABS 5961 7765 3557 4084 kN Méthode des 
forces latérales 4693 4487 4442 4442 kN 
TAB. 6.3 : Comparaison des valeurs des efforts tranchants à la base selon les méthodes 
Le  coefficient  de  comportement  R  étant  beaucoup  plus  important  que  celui  de  l’Eurocode  q,  il  est  donc  normal  de  trouver  des 
résultats  différents.  La  question  de  prendre  le  même  coefficient  de  comportement  pour  les  deux s’est posée afin de ne pas avoir 
de résultats trop divergents. Seulement, les valeurs des coefficients de comportement R 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
40 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
et  q  sont  en  accord  et  «  calibrés  »  avec  leurs  codes  respectifs.  D’autres  coefficients pour le dimensionnement vont entrer en jeu 
par  la  suite  et  peuvent  rééquilibrer  les  écarts  de  résultats.  Ainsi  il  est  préférable  de  suivre  strictement  la  procédure  de  chaque 
code. 
Les  valeurs  plus  élevées  de  l’Eurocode  peuvent  être  en  relation  avec  la combinaisons SRSS des réponses du spectre dans toutes 
les  directions  horizontales.  En  effet  cette  combinaison  va  analyser  tous  les  cas de chargements latéraux possibles et en faire une 
combinaison  SRSS,  c’est  donc  le  cas  le  plus  défavorable  alors  que  l’ASCE  applique  indépendamment  le  chargement  sismique 
dans la direction X puis Y, jamais simultanément (les explications se trouvent en 7.4.3). 
La méthode des forces latérales des deux codes amène à un résultat relativement similaire, ce qui était déjà le cas pour le calcul 
de la période fondamentale. 

6.5. Comparaison des méthodes 


Pour  la  comparaison  des  deux  analyses  à  l’Eurocode,  il  est  normal  d’obtenir  un  effort tranchant à la base inferieur à la méthode 
des  forces  latérales.  En  effet,  la  période  propre  étant  longue  et  la  masse  participante  du  premier  mode  étant  d’environ  60%,  la 
méthode  des  forces  latérale  va  négliger toutes les participations des modes supérieures qui comprennent tout de même 40% de la 
masse  sismique.  Ces  modes  supérieures  ayant  des  périodes  plus  faibles,  les  forces  sismiques  seront  plus  élevées  que  celles  du 
premier mode comme le montre la figure ci-dessous. 
FIG. 6.2 : Comparaison des méthodes sur la réponse sismique pour l’Eurocode 8 
Dans  cette  figure,  il  a  été  représenté  les  périodes  des  5  premiers  modes  (en  grises),  qui  sont  les  modes  les  plus  importants 
(mobilisant plus de 10% de la masse sismique totale, sauf pour le mode 4) et la période T issue du calcul de la méthode des forces 
latérales  (en  rouge).  Ainsi  on  peut  noter  que  les modes 3,4 et 5 vont augmenter la force sismique résultante de l’analyse modale. 
La méthode des forces latérales va donc prendre uniquement en compte le mode 1, soit les sollicitations les plus basses ici. Le fait 
que la période propre calculée à la méthode des forces latérales soit sur le palier minimum du spectre amène à ce type de résultat. 
Pour l’ASCE, les résultats à l’analyse modale sont plus bas. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
ASCE 
41 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
FIG. 6.3 : Comparaison des méthodes sur la réponse sismique pour l’ASCE 7 
Dans  ce  cas,  la  période  propre  (en  verte)  de  la  deuxième  méthode  n’est  pas  sur  le  palier  minimal,  ainsi  avec 100% de la masse 
sismique totale y participant, l’effort tranchant résultant à la base peut être supérieur à celui de la combinaison modale. 
Ainsi  pour  les  périodes  longues,  la  méthode  des  forces  latérale  peut  sous-peser  la  valeur  de  l’effort  tranchant  à  la  base. 
Cependant,  pour  les  périodes  mi-  longues  (ce  qui  est  le  cas  ici pour l’ASCE seulement), elle peut être plus conservatrice qu’une 
analyse modale. On observe ici que la divergence des spectres de réponse a une influence. 

6.6. Mise à l’échelle des résultats de l’effort tranchant à la base 


Si la période fondamentale T est supérieure à C 



dans une direction donnée, C 



devra être utilisée au lieu de la 
période T dans cette direction. 
Ici on a : T = 5.14s < C 



= 1.7 ∗ 3.42 = 5.82s, aucune modification n’est donc nécessaire. 
Si la réponse combinée de l’effort tranchant à la base V 

calculé 
avec la méthode des forces latérales, soit, V 

ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
vaut moins de 85% de l’effort tranchant à la base V 
b = 4442kN vu précédemment, les forces devront être 
multipliées par 0.85V V 


0.85V 

= 0.85 ∗ 4442 = 3776kN 
Dans le cas étudié, l’effort tranchant à la base selon la direction X est inférieur à cette valeur. Une mise à l’échelle est donc 
nécessaire ici. 
Direction V(ELF) 0.85V(ELF) V(ETABS) Facteur d’échelle 
X 4442 3776 3557 1.06 
Y 4442 3776 4084 - 
TAB. 6.4 : Facteur d’échelle de l’ASCE 
Cette mise à l’échelle permet d’éviter des erreurs dues à un modèle trop flexible. On remarque que la rigidité ou l’hypothèse des 
diaphragmes ne rentrent pas dans l’équation de la méthode des forces latérales. Au fur et à mesure 
42 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
de  la  modélisation,  il  a  été  noté  que  les  modifications  de  la  rigidité  ou  du  comportement  des  diaphragmes  amenaient  des 
changements  aux  résultats  de  l’analyse  modale.  Les  influences  de  ces  rigidités,  qui  sont  parfois  difficiles  à  établir,  sont  donc 
contrôlées par cette mise à l’échelle. 
Apres mise à l’échelle, on trouve bien V 
b,x 
= 3777kN l’effort tranchant à la base en x. 
L’Eurocode ne développe aucune méthode similaire à celle-ci. 

6.7. Conclusion de la partie 


Points clés de l’étape : 
L’analyse  sismique  permet  de  déterminer  les  sollicitations  subies  par  la  structure.  L’établissement  du  spectre réponse doit donc 
être  rigoureuse  car  il  amène  directement  à  ces  forces.  Cette  analyse  peut  se  faire  par  la  méthode  des  forces  latérales  ou  une 
analyse modale spectrale. 
Comparaison des codes : 
•  L’Eurocode  8  interdit  une  analyse  par  méthode des forces latérales pour un bâtiment aussi irrégulier alors que l’ASCE laisse le 
choix.  Après  comparaison  des  résultats des deux méthodes pour l’ASCE, les résultats divergent significativement notamment car 
le mode fondamental n’utilise que 60% de la masse sismique. Donc 40% de la masses participe pour des périodes moins élevées. 
•  La  méthode  par  forces  latérales  fait  pleinement  partie  de  l’analyse  sismique  à  l’ASCE  car  elle prend en compte les signes des 
sollicitations  contrairement  à l’analyse modale. Une « mise à l’échelle » est demandée si les résultats des deux analyses divergent 
de  manière  significative.  A l’inverse, l’Eurocode 8 refuse l’utilisation de cette méthode si la structure présente des irrégularités et 
n’effectue jamais de mise à l’échelle. 
• La divergence des codes sur l’élaboration des spectres pour les périodes longues s’est fait ressentir dans les résultats de la 
méthode des forces latérales. 
• Après mise à l’échelle des résultats à l’ASCE, les divergences des résultats de l’analyse modale spectrale pour les deux codes 
sont amoindries mais toujours significatives. 
Code EUROCODE 8 ASCE 7-10 Ecart 
Effort tranchant a la base en X, V 
b,x 
5961 kN 3557 kN 40 % 
Effort tranchant a la base en Y, V 
b,y 
7765 kN 4084 kN 47 % 
TAB. 6.5 : Comparaison efforts tranchants à la base finaux 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
43 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

7. Paramètres des dimensionnements 


Une fois les sollicitations données, les étapes du dimensionnement peuvent commencer. Cette partie concerne surtout la 
comparaison des hypothèses et paramètres de dimensionnement propres aux deux codes. 

7.1. Choix de la catégorie d’importance 


Les  deux  codes  différencient  les  structures  selon  leur  catégorie  d’importance  (Eurocode)  ou  de  risque  (ASCE).  Ces  catégories 
dépendent  de  l’occupation  du  bâtiment  et  de  l’impact  de  sa  rupture  sur  les  vies humaines. Ici le projet est une catégorie II selon 
les deux codes. 
Catégorie d'importance ou de risque 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
EUROCODE 8 ASCE 7 
I Bâtiment d'importance mineure pour la 
sécurité des personnes 
Bâtiment représentant un risque mineur à la sécurité des personnes II Bâtiment courant n'appartenant pas aux 
autres catégories 
Tous les bâtiments ne rentrant pas dans les autres catégories III Bâtiment dont la résistance aux séismes 
est importante compte tenu des conséquences d'un effondrement 
Bâtiment dont la rupture pourrait poser un risque conséquent pour la vie humaine, l'économie ou une grande perturbation du 
quotidien des civils ou contenant des substances explosives ou toxiques IV Bâtiment dont l'intégrité est d'importance vitale pour 
la protection civile 
Bâtiment désignés comme "essentiels”, contenant des quantités conséquentes de substances très toxiques, dont la rupture pourrait 
mener à un grand risque pour la communauté 
TAB. 7.1 : Comparaison des catégorie d’importance ou de risque 
Les deux codes donnent un facteur d’importance pour chaque type de catégorie variant de 0.8 à 1.4 pour l’Eurocode et de 1 à 1.5 
pour l’ASCE. Ici ce coefficient vaut 1.0 dans les deux cas. 

7.2 Catégorie de dimensionnement de l’ASCE 


L’ASCE  détermine  le  type  de  dimensionnement  à  utiliser,  appelé  catégorie  de  dimensionnement  sismique.  Ces  catégories  de 
dimensionnements dépendent de la catégorie de risque du bâtiment ainsi que de sa zone sismique et du type de sol. Les catégories 
de  dimensionnement  sont  classées  de  A  à  F,  des  dimensionnements  et  procédures  les  plus  simples  aux  plus  complexes, 
minutieuses  et  coûteuses.  En général, les catégories A à C sont données pour les structures communes ou le risque sismique n’est 
pas  élevé  alors  que  les  catégories  D  à  F  seront  utilisées  pour  les  structures  avec  un  haut  risque  sismique  et  des  effets  du  sol 
importants.  La  présence  de  ces  catégories  permet  d’identifier  les  limitations  de  la  hauteur  du  bâtiment,  le  type  d’analyse  des 
forces  latérales,  la  prise  en  compte  des  irrégularités,  les  systèmes  structuraux  permis  et  le  dimensionnement  des  éléments 
structuraux et non-structuraux. 
TAB. 7.2 et 7.3 : Choix de la catégorie de dimensionnement pour l’ASCE [21] 
Dans le cas présent, le dimensionnement à effectuer est de type B et il n’y a aucune limitation de la hauteur. 
44 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
L’ASCE  détermine  d’autres  facteurs  modifiant  les  réponses  de  la  structure  à  partir  de  la  catégorie  de  dimensionnement.  Un 
facteur  de  redondance  ρ  est  définie  pour  amplifier  les  forces  sismiques  horizontales  pour  les  structures  sans  redondance  et  de 
faible  hyperstaticité  afin  d’éviter  une  rupture.  Le  coefficient  ρ  dépend  du  nombre  d’éléments  verticaux  résistants  aux  forces 
latérales,  de  la  surface  des  étages  et  de  la  distribution des forces latérales aux éléments structuraux. Ici, ce facteur vaut 1.0 car la 
catégorie  de  dimensionnement  sismique  est  B  (Art.12.3.4.1).  Ce  facteur  affecte les charges sismiques par la suite en réduisant le 
coefficient R. 

7.3. Torsion accidentelle 


L’ASCE  impose  une  excentricité  accidentelle  de  5%  pour  les  diaphragmes  rigides.  L’ASCE  définit  aussi  une  autre  torsion 
accidentelle  due  aux  irrégularités  du  bâtiment.  Cependant  cette  autre  torsion  accidentelle  ne  s’applique  pas  à  la  catégorie  de 
dimensionnement B. 
En ce qui concerne l’Eurocode 8, il définit une excentricité accidentelle de 10% pour une structure irrégulière en élévation. 

7.4. Combinaisons des actions sismiques 


7.4.1. Les combinaisons 
Un  élément  soumis  à  des  sollicitations  sismiques  doit  aussi  pouvoir  résister  aux  cas  de  charges  en  et  hors  situation  sismique. 
Ainsi  deux  types  de  combinaisons  sont  à  réaliser  pour  dimensionner  un  bâtiment  sismique.  Les  coefficients  de  charges  en 
situation  sismique  ont  été  établis  afin  d’approximer  au  mieux  les  charges  exactes  au  moment  d’une  situation  sismique,  une 
surcharge ou sous charge pouvant fausser les résultats dynamiques. 
EUROCODE 8 ASCE 7 
Combinaison gravitaire 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
1.2D + 1.6L 
1.4D 
Combinaison sismique 
1.35∑G 
kj 
+ 1.50∑Q 
ki 
∑Gkj + A 
Ed 
+ ∑Ψ 
2i 
.Q 
ki 
(1.2 + 0.2S 
DS 
)D + 1.0ρ.Q 

+ 0.5L + 0.2S 
(0.9 − 0.2S 
DS 
)D + 1.0ρ.Q 

Paramètres • G 
kj 
: Charge permanente j 
• D : Charges permanentes 
• Q 
ki 
: Charge d’exploitation i 
• L : Charges d’exploitation 
• A 
Ed 
: Effets des forces sismiques 
• Q 

: Effets des forces sismiques 
• Ψ 
2i 
: Coefficient de réduction 
horizontales 
• Pour les étages publiques et restaurant : Ψ 
2i 

• ρ : Facteur de redondance 0.6 
• S 
DS 
• Pour les étages occupés par des bureaux, l’hôtel ou des appartements privés : Ψ 
2i 
: Paramètre d’accélération du spectre de réponse de calcul pour les périodes courtes 
TAB. 7.4 : Comparaison des combinaisons de charges 
Combinaisons avec le coefficient de « sur-résistance » Ω 

= 0.3 

D’autres combinaisons sont utilisées pour dimensionner les éléments où aucun comportement ductile n’est souhaité afin 
d’empêcher les ruptures fragiles. Ces sections sont donc renforcées par le biais du coefficient Ω 

valant 
dans le cas étudié 2,5 et appelé coefficient de sur-résistance. 


+ 0.5L + 0.2S 


= (1.2 + 0.2S 
DS 
)D + 1.0Ω 

.Q 

= (0.9 − 0.2S 
DS 
)D + 1.0Ω 

.Q 

45 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

7.4.2. Analyse des combinaisons 


Le terme 0.2S 
DS 
.D  correspond  aux  sollicitations  sismiques  verticales.  Contrairement  à  l’Eurocode  8  qui  définit  un  spectre  de 
réponse  vertical  que  dans  les  zones  de  sismicité  élevée,  l’ASCE  considère  les  charges  verticales  dans  un  plus grand nombre de 
cas. Il y a exception seulement si S 
DS 
≤ 0.125. Ici S 
DS 
vaut  0.205,  les  sollicitations  verticales  sont 
donc  retenues.  A  noter  qu’aucun  coefficient  de  modification  du  type  coefficient  de  comportement  n’est  appliqué  aux  charges 
sismiques verticales. 

7.4.3. Combinaison des composantes sismiques horizontales 


Une  action  sismique  se  traduit  par  des  sollicitations  horizontales  dans  deux  directions  perpendiculaires.  Néanmoins  il  est 
physiquement  impossible  d’avoir  le  maximum  de  la  réponse  sismique  dans  les  deux  directions.  Des  combinaisons  des  actions 
horizontales sont donc à réaliser. 
Pour  les  catégories  de  dimensionnement  sismique  B,  l’ASCE  demande  que  les  forces  sismiques  soient  appliquées  dans  la 
direction  qui  produira  les  effets  les  plus  préjudiciables.  Les  forces  sismiques  horizontales  seront  donc  appliquées  de  manière 
indépendante  dans  les  2  directions  orthogonales  et  les  effets  d’interaction  orthogonale  seront  négligés.  Les  combinaisons  à 
prendre en compte sont donc : 
(1.2 + 0.2S 
DS 
)D + 1.0ρ.Q 
E,X 
+ 0.5L + 0.2S (1.2 + 0.2S 
DS 
)D − 1.0ρ.Q 
E,X 
+ 0.5L + 0.2S (1.2 + 0.2S 
DS 
)D + 1.0ρ.Q 
E,Y 
+ 0.5L + 0.2S (1.2 + 0.2S 
DS 
)D − 1.0ρ.Q 
E,Y 
+ 0.5L + 0.2S 
Les  éléments  seront  ensuite  dimensionnés  selon  le  cas  le  plus défavorable. La catégorie de dimensionnement B reconnait que ce 
type  dimensionnement  sera  gouverné  par  les  forces  non  sismiques  et  donc que la structure ne sera pas sensible aux chargements 
orthogonaux indépendamment de toute irrégularité horizontale. 
Pour l’Eurocode, les sollicitations horizontales doivent être aussi combinées. Dans cette étude, il a été choisi d’utiliser les courbes 
enveloppes  des  résultats  au  chargement  du  spectre  de  réponse  puis  une  combinaison  SRSS  des  forces  horizontales,  qui  est  la 
racine  carrée  de  la somme carrée des réponses dues à chaque composante horizontale. Cela permet d’avoir les valeurs maximales 
de  chaque  effet  de  l’action  sur  la structure due aux deux composantes horizontales de l’action sismique. La combinaison SRSS a 
été choisie car elle est conseillée dans le manuel d’utilisation d’ETABS pour le cas étudié. 
Dans  les  deux  codes,  une  des  méthodes  de  combinaison  des  composantes  horizontales  consiste  à  appliquer  100%  des  forces 
sismiques  dans  une  direction  et  30%  de  ces  forces  dans  une  autre  direction  orthogonale.  Différents cas doivent être étudiés afin 
d’obtenir  la  situation  la  plus  défavorable  pour  la  structure.  L’Eurocode  conseille  cette  méthode  si  une  autre  procédure,  par 
exemple  la  combinaisons  SRSS,  n’est  pas  utilisée.  L’ASCE  utilise  cette  méthode  seulement  pour  les  bâtiments  irréguliers  de 
catégories de dimensionnement D, E et F. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
46 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

7.5. Déplacements relatifs entre étages 


Le déplacement relatif entre étage est calculé comme-suit : 
EUROCODE 8 ASCE 7 
Formule d 

= q.d 

= 2,64d 

δ 

ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 


δ 
xe I 

5δ 
1.0 
xe 
= 5δ 
xe 
Paramètres • q : coefficient de 
comportement 
• d 



• C 

: coefficient d’amplification des déformations ici valant 5 d’après le tableau 12.2-1. Ce coefficient 
: déplacement relatif déterminé par analyse élastique 
ajuste les déplacements latéraux en fonction du type de structure et de sa ductilité. Le coefficient R n’intervenant pas ici. C 

prend en compte qu’une déformation plastique sera plus importante qu’une déformation élastique. 
• δ 
xe 
: déplacement relatif déterminé par analyse élastique 
• I 

: coefficient d’importance valant 1.0 
TAB. 7.5 : Comparaison des méthodes de calcul du déplacement relatif entre étage 
On remarque que les deux codes utilisent une méthode similaire avec l’utilisation de coefficient pour modifier le résultat 
élastique. Limitations des dommages : 
EUROCODE 8 ASCE 7 Limite d 

= 0.020 ∗ 3.2 = 0.064 
Paramètres • d 

.υ ≤ 0.010h 
Δ ≤ 0.020h 
sx 
dr ≤ 0.010 ∗ 
3.2 0.5 
= 0.064 
: déplacement de calcul entre étage 
• Δ : Déplacement entre étage 
• υ : coefficient de réduction pour prendre en compte 
• h 
sx une plus petite période de retour de l’action sismique. 
L’Eurocode 8 donne υ = 0.5 pour les catégorie d’importance II 
• h : hauteur d’étage 
: Hauteur d’étage 
TAB. 7.6 : Comparaison de la limitation des dommages 
La condition est vérifiée pour tous les étages à l’Eurocode 8 et à l’ASCE (voir dans les annexes). Les deux codes imposent la 
même limitation des déplacements relatifs entre étage. 

7.6. Les effets P-Δ 


Les  effets  P-Δ  sont  les  effets  du  second  ordre.  En  effet  si  la  structure subit un déplacement latéral Δ dû aux charges extérieures, 
les  charges  gravitaires  P  vont  aussi  se  déplacer  et  donc  vont  produire  des  nouveaux  moments  P.Δ  dans  la  structure.  Cette 
augmentation  des  moments s’appelle l’effet P − Δ et il peut être négligé sous certaines conditions. Le coefficient de sensibilité θ 
compare  la  réponse  du  premier  ordre  produit  par  une  force  latérale  avec  celle  du  second  ordre  produit  par  le  déplacement  des 
forces gravitaires. Ce coefficient permet d’évaluer l’influence des effets P − Δ sur la structure. De même un maximum θ 
max 
est défini afin d’empêcher toute instabilité due aux 
déformations résiduelles post-sismiques. 
47 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
EUROCODE 8 ASCE 7 
Condition de négligence des effets P − Δ 
θ = 


tot 
tot 
.d .h 

≤ 0.10 θ = 

x P 
.h x 
.Δ.I 
sx 
.C e 

≤ 0.10 
Maximum θ 
max 
= 0.3 
θ 
max 
0.5 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
0.5 β.C 

4.5 
= 0.1176 ≤ 0.25 
β = 1.0 
Paramètres • θ : coefficient de sensibilité 
• P 
tot 


• θ : coefficient de stabilité : charge gravitaire totale due à 
• V 

: Effort tranchant à l’étage considéré tous les étages au-dessus de celui 
• P 
x considéré, y compris celui-ci 
• d 

: Charge totale verticale à l’étage considéré : déplacement relatif entre étage 
• Δ : Déplacement relatif à l’étage 
• V 
tot 
: effort tranchant sismique de 
considéré l’étage considéré 
• h 
sx 
• H : hauteur de niveau entre étage 
: Hauteur de l’étage 
• β : Ratio de la résistance à l’effort tranchant requis et de la capacité de résistance réelle au cisaillement de la structure 
TAB. 7.7 : Comparaison des limitations des effets P − Δ 
Les résultats aux deux analyses (voir dans les annexes 4 et 5) vérifient ces conditions, les effets du second ordre seront donc 
négligés. 
NOTE  pour  l’ASCE  :  Le coefficient des charges permanentes D dans la combinaison sismique peut être réduit à 1 pour l’analyse 
des effets P − Δ. De plus la composition verticale du séisme n’a pas besoin d’être prise en compte pour la vérification de θ 
max 
. On se rapproche alors de la combinaison de l’Eurocode 8. 

7.7. Exigences relatives aux matériaux 


EUROCODE 8 ACI 318 DCL DCM DCH SDC A,B SDC>C Type de béton 
- Min C16/20 Min C20/25 - f 
cmin 
= 21MPa 
Type d'acier - Classe B ou C C - ASTM A706 et ASTM 
A615 400 − 600Mpa 300 − 420 MPa 
TAB. 7.8 : Comparaison des exigences sur les matériaux 
Comme la catégorie de dimensionnement B ne pose aucune condition sur les matériaux, il a été choisi de comparer les catégories 
et classes de ductilité supérieures. Les deux codes aboutissent aux mêmes restrictions. Dans ce projet, du béton C70/85 est utilisé, 
il remplit donc les critères. Les codes américains n’utilisent pas d’acier B500 par méconnaissance (absence de résultats de tests 
en laboratoire), certaines formules sont d’ailleurs inapplicables pour un acier B500. Afin de faciliter l’utilisation de ces codes et 
comme l’Eurocode recommande des aciers entre 400 et 600 MPa, un acier de grade 420, soit f 

= 420MPa, est 
choisi. L’ACI 318 recommande deux types d’acier en zone sismique : l’ASTM A706 ou l’ASTM A615. La classe ductilité de 
l’ASTM A706 équivaut à une classe C alors que l’ASTM A615 est une classe A. On choisira donc l’acier ASTM A706 afin de 
garder le comportement ductile de l’acier. L’Eurocode 8 précise qu’à l’exception des cadres, étriers et épingles, seules des barres 
nervurées doivent être utilisées dans les zones critiques. 
48 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

7.8. Domaine d’application des dimensionnements sismiques 


Chaque  code  impose  des  dispositions  constructives  sismiques  en  fonction  de  la  ductilité  choisie  ou  de  la  classe  de 
dimensionnement.  Ces  mesures  propres  à  chaque  code vont engendrer des divergences sur le domaine d’application des mesures 
sismiques. 
Eléments Catégorie de dimensionnement 
A B C D,E,F Analyse sismique N O O O Matériaux N N N O Ossature N O O O Murs structuraux et poutres de couplage N N N 
O Murs préfabriqués N N O O Diaphragmes N N N O Fondations N N N O Eléments secondaires N N N O Ancrages N N O O O 
=oui, N=non 
TAB. 7.9 : Présence de recommandations au dimensionnement sismique en fonction des classes de 
dimensionnement pour l’ACI 318 
Dans  ce  tableau  on  observe  que  les  catégories  de  dimensionnement  B  doivent  suivre  un  dimensionnement  sismique  seulement 
pour  les  ossatures  (type  poteau  et  poutre)  et  dans  l’analyse  sismique.  Cette  catégorie  de  dimensionnement  est  donc  faiblement 
impactée par les dispositions sismiques. 
L’Eurocode 8 est gouverné par les classes de ductilité alors que l’ASCE utilisent les catégories de dimensionnement qui ne 
dépendent pas seulement de la ductilité. 
Critères de dimensionnement 
ACI 318 Eurocode 8 OMRF IMRF SMRF DCL DCM DCH 
Dimensionnement en capacité 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
Poteau fort-Poutre faible N N O N O O Effort tranchant de capacité pour les poteaux N O O N O O Effort tranchant de capacité 
pour les poutres N O O N O O 
Renforcement (Armatures) 
Poteau N O O N O O Poutre N O O N O O Mur N N O N O O Ancrage spécial requis 
Nœud intermédiaire N N O N O O Nœud en rive N N O N O O Effort tranchant dans les nœuds N N N N N O 
Coefficient de comportement 0-3 3-5 5-8 ≤ 1.5 0-4 >4 MRF : Moment Frame System : système de 
contreventement O : Ordinary : Ordinaire (ductilité faible) I : Intermediate : Intermédiaire (ductilité moyenne) S : Special : 
Spécial (ductilité haute) 
TAB. 7.10 : Comparaison des dimensionnements sismiques en fonction des ductilités 
49 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

7.9. Conclusion de la partie 


Points clés de l’étape 
Cette  étape  rend compte des combinaisons à prendre en compte pour l’étude et de la torsion accidentelle qui ne peut être négligée 
dans  certains  cas.  Une  attention  particulière  est  portée  sur  les  déplacements  de  la  structure.  Ces  vérifications  permettent  de 
contrôler les dommages. De même une analyse des effets du second ordre permet de négliger ces derniers le cas échéant. 
Comparaison des codes : 
•  L’ASCE  établit  des  catégories  de  dimensionnement  qui  permettent  de  guider  le  lecteur  dans  les  étapes  à  réaliser pour chaque 
cas  particulier  de  dimensionnement.  Dans  le  cas  de  la  catégorie  B,  beaucoup  de  simplifications  sont  apportées  : aucune torsion 
accidentelle  due  à  l’irrégularité  ou  l’analyse  modale  non  nécessaire  par  exemple.  Cela  est  dû  au  fait  que  ce  type  de 
dimensionnement ne sera pas gouverné par les sollicitations sismiques. 
Ainsi  pour  les  projets  en  zone  de  faible  sismicité,  les  analyses  sont  radicalement  simplifiées,  peu  importe  la  géométrie  ce  qui 
n’est  pas  le  cas  de  l’Eurocode 8. L’Eurocode obligera une étude rigoureuse prenant en compte toutes les irrégularités même pour 
ce genre de dimensionnement. 
• Au niveau des coefficients, les sollicitations sismiques à l’ASCE seront définies avec 120% des charges permanentes alors que 
l’Eurocode en prendra seulement 100%. 
• Les sollicitations sismiques horizontales sont doublées pour les dimensionnements des éléments non ductiles. 
• L’ASCE définit les sollicitations verticales sismiques à partir d’un pourcentage 0.2S 
DS 
des  charges  permanentes, 
aucun  spectre  n’est  défini  et  aucun  coefficient  ne  s’applique  au  spectre.  Contrairement  à  l’Eurocode,  les  effets  verticaux  sont 
considérés dans un plus grand nombre de cas, par exemple dans celui étudié. 
• Le comité de l’ASCE a décidé de ne pas établir un spectre vertical indépendant , ni d’utiliser la combinaison orthogonal 
100%-30% des forces sismiques car l’approche 0.2S 
DS 
a été jugée adéquate. Cette approche simplifie donc les 
sollicitations verticales alors que l’Eurocode utilise une méthode plus rigoureuse. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
50 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8. Dimensionnements 
Ce  chapitre  développe  les  théories  et  explications  des  dimensionnements  de  chaque  code  ainsi  que  leur  comparaison.  Les 
dimensionnements des poutres 73 et B8 et d’un mur sismique sont donnés dans les annexes 8 à 16. 
Le  dimensionnement  sismique  se  doit  d’éviter  les  mécanismes  de  ruine  indésirables  de  type  : ruine par effort tranchant, rupture 
des  nœuds  poteaux-poutres  et  rupture  fragile  d’ancrage.  Ainsi  certaines  zones  seront  lieu  de  renforcement  ou  de  dissipation 
d’énergie. 

8.1. Dimensionnements non sismiques 


Le  dimensionnement  sismique  demandant  un  dimensionnement  aux  charges  statiques  et  aux  charges  dynamiques,  il  est  donc 
nécessaire  d’étudier  les  deux  cas  pour  les  deux  codes.  En  effet  les  Eurocodes  développent  le  dimensionnement  aux  charges 
gravitaires  dans  l’Eurocode  2  et  aux  charges  sismiques  dans  l’Eurocode  8,  ces  deux  codes  sont  donc à utiliser. Pour l’ACI 318, 
tous  les  types  de  dimensionnement  sont  dans  ce  seul  code  mais  à des chapitres différents. Certains éléments ou « zones » seront 
dimensionnées  aux  charges  statiques  tandis  que  d’autres  le  seront  aux  charges  dynamiques  -  le  dimensionnement  de  capacité 
étant à l’origine de ces différentiations. 

8.1.1. Coefficients de réduction 


Les deux codes utilisent des coefficients de réduction pour calculer la résistance des sections de la structure. Ces coefficients sont 
une mesure de sécurité supplémentaire sur la résistance effective des matériaux. Ces valeurs sont déterminées par tests en 
laboratoire. Ils sont directement appliqués aux donnés d’entrées pour l’Eurocode c’est-à-dire qu’ils affectent les données des 
matériaux en divisant Υ 

= 1.5 pour le béton et Υ 

= 1.15 pour l’acier . L’ACI va utiliser un seul coefficient, nommé φ, au 
niveau des donnés de sorties c’est-à-dire sur la résistance déjà calculée de la section. Par exemple, la valeur de l’effort tranchant 
résistant vaut V = φV 

ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
.  Les  calculs  se  font  aux 
valeurs  «  nominales  »  (appelées  «  caractéristiques  »  sous  l’Eurocode)  d’où  l’index  «  n  »  dans  le  calcul  des  résistances.  Ce 
coefficient  ne dépend pas des matériaux mais de la sollicitation étudiée et du type d’armatures pour les moments fléchissants. Les 
armatures en spirales ne seront pas utilisées ici donc on prendra les valeurs de φ pour les autres types d’armatures. 
Sollicitations Valeur de φ Effort tranchant 0.75 Moment fléchissant avec traction contrôlée 0.90 Moment 
fléchissant avec compression contrôlée 0.65 Moment fléchissant dans la zone de transition 
0.65 + 0.25. 
0.005 − − ε 
ty ε 
ty TAB. 8.1 : Valeurs du coefficient de 
réduction φ en fonction des sollicitations 
Les différentes notions classant les sollicitations de moment fléchissant sont expliquées dans le chapitre 8.1.2 sur le 
dimensionnement à la flexion pure. On remarque que pour la flexion : 
1 Υ 

ε 

1 1.15 
= 0.87 ≅ 0.9 = φ 
traction contrôlée 
1 Υ 



1.5 1 
= 0.67 ≅ 0.65 = φ 
compression controlée 
Ainsi  il  semblerait  qu’il  y ait une corrélation entre les deux méthodes: lorsque la rupture est due aux aciers (traction contrôlée), il 
semble  que  l’ACI  utilise  le  coefficient  de  réduction  de  l’acier  pour  toute  la  section.  Lorsque  la  rupture  sera  due  au  béton,  le 
coefficient de réduction sera alors celui du béton. L’Eurocode prendra le coefficient propre à 
51 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
chaque matériau dans tous les cas de rupture. Des divergences sur les résultats entre les deux codes sont donc possibles, 
cependant le raisonnement est le même – il est simplifié à l’ACI en fonction du matériau à l’origine de la rupture. Pour le 
coefficient à l’effort tranchant, on remarque que : 
φ = 0.75 ≅ 
0.9 + 2 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
0.65 
= 0.78 
Ce cas semble prendre en compte une moyenne des coefficients de réduction de chaque matériau, les efforts tranchants sollicitant 
à la fois le béton et les armatures transversales. 

8.1.2. Dimensionnement à la flexion pure 


Les  deux  codes  utilisent  les  mêmes  hypothèses  et principes pour le dimensionnement à la flexion simple. Deux états limites sont 
possibles  lors  de sollicitations de flexion : la rupture des aciers par allongement, qui est une rupture ductile, et la rupture du béton 
en compression qui est une rupture fragile. 
L’Eurocode 2 utilise la règle des pivots A,B et C où le pivot A désigne la limite en traction de l’aciers, B la limite en compression 
du béton et C la limite en compression pure de la section. 
L’ACI  318-08  va  développer  le  même  type  de  raisonnement  avec  une  région  où  la  traction  est  dite  «  contrôlée  »  («  tension 
controlled  »),  qui  définit  la  limite  à  la  traction  des  aciers,  une  limite de « compression contrôlée » (« compression controlled »), 
qui sera la limite en compression de la section et une zone de transition entre les deux. 
FIG. 8.1 : Valeurs des coefficients de réduction selon les pivots à l’ACI 318 [24] 
Les hypothèses pour la détermination du moment résistant dans les deux codes sont : 
- les sections planent restent planes - les armatures subissent les mêmes déformations relatives que le béton adjacent - la 
résistance en traction du béton est négligée - les contraintes du béton se déduisent du diagramme rectangle équivalent - les 
contraintes dans les aciers se déduisent du diagramme contrainte-déformation de l’acier 
FIG. 8.2 et 8.3 : Méthode des pivots selon l’ACI à droite [24] et l’Eurocode à gauche [8] 
Ces hypothèses et raisonnements permettent d’établir le dimensionnement à la flexion pure. Cependant les limites de 
déformations ne sont pas les mêmes pour les deux codes comme le montre le tableau suivant. 
52 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
EUROCODE 2 ACI 318-08 
Limite de déformation du béton en compression 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
= 3.0% 
Limite de déformation de l’acier en traction 
ε 
cu2 
= 2.7% ε 
cu 
= 5.0% 
Diagramme à palier horizontal 
Diagramme simplifié rectangle des contraintes de compression du béton 
= 5.0% 
ε 

ε 
ud 
ε 
uk 
= 0.9ε 
uk 
= 4.5% 
Diagramme à palier incliné ou horizontal 

cu 
= η.f 
cd 
= η.α 
cc 

f Υ 
ck 

= 0.9 ∗ 1 ∗ 
1.5 70 

cu 
= 0.85.f c 
′ = 0.85 ∗ 70 = 59.5 MPa 
= 42 MPa 
Fraction de la hauteur comprimée : 
Fraction de la hauteur comprimée : 
λ = 0.75 
β 

= 0.65 
TAB. 8.2 : Comparaison des limites de déformation 
L’ACI 318-08 ne permet pas d’utiliser un diagramme contrainte-déformation à palier incliné pour l’acier, ce dernier a donc été 
utilisé seulement pour l’Eurocode. 
FIG. 8.4 : Diagramme simplifié des contraintes de compression dans le béton [8] 
Un diagramme des contraintes de compression rectangulaire est utilisé pour les deux méthodes. Le dimensionnement à la flexion 
selon les deux codes est donc sensiblement le même. 

8.1.3. Dimensionnements aux efforts tranchants 


Les  deux  codes  utilisent  les  mêmes  principes  et  formules  pour  le  dimensionnement  aux  efforts  tranchants.  La  résistance  de  la 
section  est  divisée  en  une  résistance  propre  du  béton  et une résistance propre des aciers. L’Eurocode développe la résistance des 
bielles, ce que n’utilise pas l’ACI 318-08. 
53 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
EUROCODE 2 ACI 318-08 
Résistance du béton 
Résistance des aciers 
Résistance des bielles 
Résistance du béton 
Résistance des aciers 
Résistance des bielles 
TAB. 8.3 : Comparaison des résistances à l’effort tranchant 
Avec α l’inclinaison des cadres et θ l’inclinaison des bielles. Les autres notations sont trouvées dans la liste des notations en fin 
de ce rapport. Les bielles sont des zones de béton comprimé généralement oblique par rapport aux deux directions principales. 
On  remarque  que  l’Eurocode  donne  des  coefficients  à  calculer  alors  que  l’ACI  318  donne  directement  des valeurs numériques, 
cela  est dû au fait que les Eurocodes possèdent des annexes nationales. Ces coefficients peuvent donc changer entre les pays alors 
que l’ACI dimensionne en tenant compte uniquement des données américaines. 
Le  but  principal  étant  de  comparer  les  dimensionnements  sismiques,  une  comparaison  plus  approfondie  des  dimensionnements 
aux efforts tranchants ne sera pas faite ici. Seule la comparaison des dimensionnements finaux sera faite. 

8.2. Dimensionnements sismiques 


8.2.1. Divergence des deux codes sur le dimensionnement sismique 
L’ACI  ne  laisse  pas  la  possibilité  de  dimensionner  un  mur  sismique  à la ductilité intermédiaire. Pourtant la ductilité ordinaire et 
spéciale  sont  permises.  Le  code  ne  développe  aucun  raisonnement  pour expliquer ce choix. Ainsi afin d’avoir tout de même une 
comparaison des dimensionnements, les règles de conception des murs pour la ductilité spéciale ont été analysées. 

8.2.2. Zone critique et longueur critique 


Les  deux  codes  développent  la  notion  de  «  zone  critique  »  et  «  longueur  critique  ».  Les  zones  critiques  sont  les  régions  de 
sollicitations  maximales  pour  un  élément  sismique  primaire  où  l’apparition de rotules plastiques peut se produire. La « longueur 
critique » est la longueur de cette zone de dissipation d’énergie. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 














1 V 
Rd,c 
= C 
Rd,c 
. k 100 

. f 
ck 


. d 

Rd,c 
V c 
= 0.17 f 

. d 

Rd,c 
≤ 
min 
. b 

. d 

Rd,s 


sw s 
. . f 
ywd 
. ( ) V s 

A s 

.d.f 
yt 

Rd,max 

cw 
. b 

. . 



cd + 
1 = C 
Rd,c 
. k 100 

. f 
ck 
+ k 
1 cp 


. d 

Rd,c 
≤ ( 
min 
+k 


cp 
)b 

. d 
V c 
= 0.17(1 + 
14A N 


) f 

′ . b 

. d 
V s 

Rd,max 

Rd,s 


sw s 
. . f 
ywd 
. ( ) 

A s 

. d. f 
yt 
. sin + c s 

cw 
. b 

. . 



cd + 
. sin + c s 
′ . b 

54 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8.2.3. Emplacement des rotules plastiques 


Afin  d’utiliser  le  dimensionnement  de  capacité,  il  est  nécessaire  de  définir  les  zones  critiques  où  se  développeront  les  rotules 
plastiques.  Les  poutres  et  murs  sont  tous  bi-encastrés  afin  d’avoir  une  structure  hyperstatique capable de développer des rotules 
plastiques. Les comportements à éviter sont : 
- la plastification des fondations - la rupture des nœuds poteaux-poutres - la concentration des rotules des poteaux sur un niveau 
Ainsi les zones critiques se développeront aux encastrements des poutres et à la base des murs sismiques comme le montre le 
schéma simplifié ci-dessous. 
FIG. 8.5 : Schéma de l’emplacement des rotules plastiques [15] 
Les éléments sont dimensionnés localement en tenant compte des règles de calculs de l'Eurocode 2 ou de l’ACI 318 et des 
dispositions constructives de l'Eurocode 8 ou du chapitre sismique de l’ACI 318. 

8.2.4. La ductilité en courbure 


Afin d’assurer une ductilité globale dans la structure, les zones critiques doivent posséder une capacité de rotation plastique. 
Cette capacité est traduite via le coefficient de courbure μ 
φ 
dans  l’Eurocode  8. Ce coefficient est défini comme 
le  rapport  entre  la  courbure  atteinte  lorsque  le  moment  fléchissant  vaut  85%  de  sa  valeur  résistante  pendant  la  phase  de 
décroissance post-pic et la courbure de la limite d’élasticité. 
μ 
φ 
= 2q 

− 1 p ur T 

≥ T 

μ 
φ 
= 1 + 
2(q 

T − 1 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
1)T 

p ur T 

< T 

Dans les éléments sismiques primaires avec des armatures longitudinales en acier de classe B, le coefficient de ductilité en 
courbure doit être multiplié par 1.5 dans les zones critiques. Cette augmentation est logique puisque les zones critiques doivent 
être plus ductiles. L’ACI ne développe aucune notion similaire. 

8.2.5. Tableau récapitulatif comparatif des dimensionnements sismiques 


Dans  ce  tableau  sont  décrites  les  formules  et  données  des  paramètres  nécessaires  au  dimensionnement  sismique  pour  les  deux 
codes.  Des  explications  plus  approfondies  de  certaines  notions  sont  développées  dans  les  paragraphes  suivants.  Le  cas  de 
dimensionnement  des  murs  à  ductilité  intermédiaire  n’est  pas établi dans l’ACI, ainsi une comparaison sera faite avec les murs à 
ductilité « spéciale ». 
A  travers  ces  comparaisons,  il  a été noté que le dimensionnement sismique à l’ACI pour la ductilité intermédiaire était très faible 
et  ne  permettait  pas  de  faire  de  comparaison  rigoureuse  pour  certaines  mesures.  La  question  s’est  posée  si  ces  divergences 
pouvaient  être  dues  à  une  mauvaise  équivalence  entre  les  classes  de  ductilités.  Afin  de  vérifier  ce  doute,  lorsque  qu’aucune 
équivalence  n’a  été  trouvée  avec  l’Eurocode  8,  les  mesures  pour  la ductilité supérieure, « spéciale » ont été notées. Ces mesures 
pour la ductilité spéciale sont en gris clair. 
55 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Les  cases  en  gris  foncées  sont  celles  au  aucune  équivalence  n’a  pu  être  trouvée  dans  les  chapitres  relevants  de  la  conception 
parasismique.  Les  paramètres  généraux  sont  parfois  donc  utilisés  dans  ces  cas.  Cependant  il  ne  peut  y  avoir  aucune  mesure 
particulière  si  le  cas  général  est  déjà  assez  restrictif.  L’inéquivalente  la  plus  importante  repose  sur  le  coefficient  de  ductilité en 
courbure,  l’ACI  n’en  définit  aucun.  De  plus,  l’ACI  ne  limite  pas  les  contraintes  dues  aux  efforts  normaux  pour  les  poteaux  et 
murs. 
L’observation général est que les codes suivent des démarches similaires tout au long du processus de dimensionnement 
parasismique. Cependant des nuances sont à noter sur les valeurs de certains renforcements. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
56 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
locale Ductilité Poutres ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
57 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Poteaux 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
58 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 



.3 
.4 












é 

















ic 




.5 




















lc 


is 












is 


V u 
V E 

≤ 



.1 


′ 



















é 

is 


















é 

é 



V n 
,m 




f c 

f y 



llic 
it 





le 













é 


it 
lim 
it 

υ 



.4 
















lw 


.0 




















if 
ié 






é 



















lé 


is 








lc 













la 






































le 







é 

é 




,m 
























é 

é 







le 














ic 










s v 
,m 




é 

é 


le 












in 
im 







ie 




















é 

é 


≥ 

.0 



≥ 

.0 


le 












in 
im 







ie 






ic 










é 

é 











le 













iz 








im 









é 

é 


,m 



Murs 
le 




it 











































≥ 


l w 
≥ 


− 

.1 

≥ 









.5 

.2 
l c 
l w 

l c 
l w 
b w 









in 
im 


c 2 



≤ 










≤ 





















im 




























l c 3 
c 3 


,1 




.3 
b c 





io 


in 
im 

le 

'a 












ic 

le 

ρ 

in 


.5 





− 











,m 


b c 
f c 
f y 


f c 
f y 







≤ 















la 






it 
iq 



l w 
l w 

l w 
w 6 


V u 








iv 


é 






io 

à 
l' 
é 

la 









é 



ε 




.0 











le 






ê 




é 




é 








é 

é 





≥ 














b w 
le 



is 












im 





α 
≥ 


μ 







− 

.0 










é 



iq 





im 



φ 
υ d 

ε s 

,d 
b c 

≥ 

.1 







α 


.0 







.5 



− 












q 0 








lit 
é 










à 
la 











59 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8.2.6. Dimensionnement des poutres faibles 


8.2.6.1. Principe 
Les  poutres  faibles  sont  dimensionnées  selon  plusieurs  combinaisons.  On  découpe  la  poutre  sismique  en  deux  zone  :  la  zone 
critique  et  la  région  hors  zone  critique.  Les  sollicitations  en  moments  fléchissant  sont  prises  à  partir  du  cas  de  charge  le  plus 
défavorable.  En  règle  général,  ce  cas  correspond  aux  sollicitations  ELU.  Ensuite,  le  moment  résistant de la section est calculé à 
partir  des sections d’aciers dimensionnées. Cette valeur correspond au moment amenant à l’apparition d’une rotule plastique dans 
la section : les armatures longitudinales vont commencer à plastifier à partir de cette valeur. 
Les armatures transversales vont ensuite être dimensionnées aux appuis à partir de ces moments d’extrémité M 
i,d (i = 
1,2  désignant  les  extrémités  1  et  2)  sur  la  longueur  critique  en  se basant sur l’équilibre de la poutre sous l’effet de la charge G + 
Ψ 

.Q (Eurocode) ou 1.2D + 0.5L + 0.2S(ACI). Cette méthode est développée dans le point suivant. 
L’ACI 318 borne déjà les valeurs de ces moments résistants comme le montre la figure ci-dessous : 
FIG. 8.6 : Répartition minimale des moments résistants à l’ACI 318, Luis E. Garcia 
Ces  relations  entre les moments positifs et négatifs aux extrémités rejoignent le principe de l’Eurocode 8 d’avoir ρ ≥ 0.5ρ, avec 
ρ  le  pourcentage  d’aciers  comprimés  et  ρ  le  pourcentage  d’aciers  tendus.  Les  zones  critiques  doivent posséder des armatures 
longitudinales en intrados et extrados. 

8.2.6.2. Calcul des efforts tranchants 


FIG. 8.7 : Renforcement transversal des zones critiques [8] 
En  ce  qui  concerne  les  armatures  transversales,  la  rupture  par  effort  tranchant  est  à  éviter. Ainsi en dimensionnement sismique, 
les  armatures  transversales  seront  densifiées  au  niveau  des  appuis  sur  la  longueur  critique  afin  de  contrer  les  effets  du 
cisaillement  alterné.  Les  armatures  longitudinales  vont donc entrer en plasticité alors que les armatures transversales resteront en 
régime  élastique.  Afin  de déterminer l’effort tranchant de calcul, on considère que les deux extrémités de la poutre ont développé 
des  rotules  plastiques.  Les  efforts  tranchants  sont  donc  calculés d’après l’équilibre de la poutre sous le chargement statique de la 
combinaison  sismique  avec  les  moments  de  rotules  plastiques  aux  extrémités.  Ces  moments  plastiques  sont  calculés  d’après  le 
moment résistant de la section. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
60 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
FIG. 8.8 : Dimensionnement en capacité pour l’effort tranchant dans les poutres pour l’Eurocode [8] 
Calcul des moments résistants : 
Une méthode de calcul issue de l’ouvrage de FARDIS ([19]) se trouve en annexe 7. 
Pour l’ACI 318 : M 

= M 
n,i 
Pour l’Eurocode 8 : M 
i,d 
= γ 
Rd 
.M 
Rb,i 
. (1, 
M M 
) avec γ 
Rd 
= 1.0 
Hors d’après la condition de la ductilité locale (poutre faible-poteau fort vu en 8.8), on a M 
Rc 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

D’où 
≥ 1.3 M 
Rb M M 
≥ 1.3 > 1 
Ainsi M 
i,d 
= M 
Rb,i 
et on retrouve la même formule qu’ à l’ACI 318. 
On  observe  que  les  deux  codes  utilisent  dans  ces  calculs  les  valeurs  brutes  des  matériaux,  c’est-à-dire,  non  réduites  par  des 
coefficients  de  sécurité  du  type  Υ  ou  φ.  L’idée  est  de  déterminer  le  moment  résistant  maximal que peut développer la section 
afin  de  dimensionner  en  conséquence.  Ce  choix  va  donc  dans  le  sens  de  la  sécurité  car  avec  ces  valeurs  brutes,  les  moments 
résistants seront plus importants. 
L’Eurocode  utilise  uniquement  ce  calcul  aux  moments  résistants  pour  déterminer  l’effort  tranchant alors que l’ACI 318 prendra 
le  maximum  entre  cette  valeur  dues  aux  moments  résistants  et  celle  développée  sous  combinaison  sismique  mais  avec  les 
sollicitations sismiques doublées c’est-à-dire sous (1.20 + 0.2S 
DS 
)D  +  0.5L  +  2E  +  0.2S. 
Cependant  à  travers  les  calculs  réalisés,  il  a  été  observé  que  l’effort  tranchant  issus de l’apparition des rotules plastiques était le 
plus défavorable. Les deux méthodes convergent donc au même résultat ici. 
Ainsi  les  zones  critiques  utilisent  un  dimensionnement  particulier  d‘après  le  principe  poteau  fort-poutre  faible.  Les  sections 
critiques  seront  renforcées  par  des  armatures  transversales  de  confinement.  Ces  dernières  créeront  une  zone  de  frettage  et 
préserveront  la  capacité  portante  plastique  au  cours  des  cycles  de  déplacements  des  sollicitations  sismiques.  De  plus,  elles 
empêcheront le béton de développer un comportement fragile. 
Note  :  les  poutres  de  couplage  dont  le  rapport  l/h>3  peuvent  être  dimensionnées  comme  des  poutres  et  non  des  linteaux  à 
l’Eurocode.  Pour  l’ACI,  la  limite  est  de  4  pour  ln/h.  C’est  le  cas  des  poutres  B7 et B8, elles ont donc été dimensionnées en tant 
que poutre. 
61 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8.2.3. Dimensionnement des poteaux faibles 


Les  poteaux  sismiques  faibles  doivent  aussi  utiliser  le dimensionnement en capacité pour l’effort tranchant sur le même principe 
que  vu  précédemment.  Dans  ce  cas,  l’équilibre  du poteau se fait sous l’effet des moments d’extrémité seulement sans les valeurs 
des charges statiques de la combinaison sismique. 
FIG. 8.9 : Valeurs du dimensionnement en capacité pour l’effort tranchant dans les poteaux pour l’Eurocode [8] 
Calcul des moments résistants : 
Pour l’ACI 318 : M 

= M 
n,i 
Pour l’Eurocode 8 : M 
i,d 
= γ 
Rd 
.M 
Rc,i 
. (1, 
M M 
) avec γ 
Rd 
= 1.1 
Hors d’après la condition de la ductilité locale (poutre faible-poteau fort vu en 8.8), on a M 
Rc 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

D’où 
≥ 1.3 M 
Rb M M 
≤ 
1. 1 
= 0.76 < 1 
Afin de simplifier les calculs et en allant dans le sens de la sécurité, on obtient M 
i,d 
. L’ACI ne donne aucun 
coefficient de sur résistance pour ce calcul mais il utilise les combinaisons sismiques avec le facteur de sur-résistance Ω 

= 1.1M 
Rc,i 

8.2.4. Dimensionnement des poteaux forts 


Le  but  principal  du  dimensionnement  des  poteaux  forts  est  d’empêcher  la  formation  de  rotules  plastiques  aux  extrémités  des 
étages  (sauf  pour  le rez-de-chaussée et le dernier étage). Ainsi au niveau de la zone critique, le poteau va être renforcé afin que la 
rotule plastique se développe dans la poutre et qu’aucune rupture fragile ne se produise dans le poteau. 
62 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8.2.4.1. A l’Eurocode 
FIG. 8.10 : Moments résistants d’extrémité des poutres et poteaux pour le dimensionnement de capacité [19] 
Ce surdimensionnement se traduit par une condition de ductilité locale lors de l’équilibre des moments résistants au nœud d’un 
poteau: 
∑M 
Rc 
≥ 1.3∑M 
Rb 

Rc 
: Somme des valeurs de calculs de résistance à la flexion des poteaux connectés au nœud M 
Rb 
: Somme des valeurs de calcul des résistances à la flexion des poutres connectées au nœud 
De par cette formule, le poteau sera au moins 1.3 fois plus résistant que les poutres adjacentes. 

8.2.4.2. A l’ACI 318 


L’ACI 318 utilise une combinaison différente utilisant le facteur de sur-résistance Ω 

comme vu précédemment dans le 
chapitre 7.4 des combinaisons sismiques. 


= (1.2 + 0.2S 
DS 
)D + 1.0Ω 

.Q 

+ 0.5L + 0.2S 
Aucune condition de ductilité locale sur les moments résistants du nœud n’est à appliquer pour la ductilité moyenne comme vu 
pour l’Eurocode. Néanmoins il en existe une pour la ductilité haute. Les sollicitations sismiques seront donc Ω 

= 2.5 fois plus importante dans le dimensionnement des poteaux. Cependant, le 
manque de vérification de la sur-résistance du poteau face à la poutre n’est pas sécuritaire. 
Les  deux  codes  n’utilisent  pas  la  même  méthode  mais  converge  vers  le  même  objectif  :  surdimensionner  les  poteaux  afin 
d’empêcher  toute  rupture  fragile  avant  la  plastification  des  poutres.  Cependant la question se pose si le surdimensionnement des 
poteaux à l’ACI 318 est suffisant. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
63 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8.2.5. Dimensionnement des murs ductiles 


8.2.5.1. Longueur critique et largeur de rive 
FIG. 8.11 : Eléments de rives des murs ductiles [8] 
Le développement de rotules plastique à la base amène à de fortes sollicitation de moment fléchissant. Les éléments de rives qui 
seront tendus ou comprimés doivent donc être renforcés. Les deux codes développent bien une longueur critique et une largeur de 
rive. L’ACI utilise une limite de l’axe neutre pour déterminer si un renforcement des rives est nécessaire alors que l’Eurocode 8 
renforce ces zones dans tous les cas. 

8.2.5.2. Sollicitations de calcul 


L’établissement des sollicitations de calcul est un gros point de divergence entre les deux codes. L’ACI n’utilise aucune méthode 
spéciale et prendra uniquement les sollicitations maximales des combinaisons. L’Eurocode 8 utilise un surdimensionnement dont 
le raisonnement se base sur le fait que les sollicitations de l’analyse peuvent être dépassées lors de l’apparition d’une rotule 
plastique. Il utilise donc une courbe des moments modifiée pour les murs élancés afin de prendre en compte la mauvaise 
répartition des moments fléchissant sur la hauteur du mur et augmente les efforts tranchants sollicitant par un facteur de 1.5. 
FIG. 8.12 : Courbe des moments modifiée de l’Eurocode 8 [8] 
On peut donc penser que le dimensionnement aux codes américains est moins sécuritaire, cependant il n’y a aucune preuve des 
évènements sismiques passés que la pratique américaine est déficiente. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
64 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Une rotule doit se développée en pied de mur et un confinement du béton dans les parties de la section les plus sollicitées en 
compression est donc nécessaire. Des « zones de rive » constituent ces parties extrêmes comme des membrures destinées à 
prendre l'essentiel du moment en flexion. Les sollicitation d’effort tranchant sont trouvées par dimensionnement capacitif. 
L’Eurocode établit une méthode pour calculer les moments de flexion réels dus aux incertitudes sur leur distribution sur la 
hauteur. Cette méthode utilise une enveloppe du diagramme des moments fléchissant. 

8.3. Comparaison sur des exemples pratiques 


8.3.1. Efforts de calculs 
Elément EUROCODE 8 ASCE 7-10 
Poutre B7 étages 1-10 M 
Ed,min 
= −352.4 kN.m 

Ed,min 
= −320.6 kN.m 

Ed,max 
= 120 kN.m 

Ed,max 
= 112 kN.m 

Ed,max 
= 531.5 kN (issu du 

Ed,max 
= 600.7 kN (issu du dimensionnement de capacité) 
dimensionnement de capacité) 
Base du mur P2/P4 M 
Ed,max 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
= 8455 kN.m 

Ed,max 
= 4251 kN.m 

Ed,max 
= 1.5 ∗ 354 = 531 kN 

Ed,max 
= 234 kN 

Ed 
= 16 428 kN 

Ed 
= 16 663 kN 
TAB. 8.4 : Comparaison des efforts de calculs 
Les  sollicitations  pour  les  poutres  sont  relativement  similaires.  Ces  sollicitations  sont  issues  de  la  combinaison  gravitaire  et  du 
dimensionnement de capacité qui est développé de manière semblable dans les deux codes. Ces valeurs sont donc cohérentes. 
En  ce  qui  concerne  les  sollicitations  des  murs,  celles-ci  sont  issues  des  combinaisons  sismiques.  On  retrouve  l’écart  dû  au 
coefficient  de  comportement  sur  les  efforts  tranchants  et  les  moments  fléchissant.  De  plus,  l’Eurocode  majore  les  efforts 
tranchants par un facteur 1.5 contrairement à l’ACI. Les valeurs sont aussi cohérentes ici d’après les observations précédentes. 

8.3.2. Identification des éléments dimensionnés 


FIG. 8.13 : Emplacement des éléments dimensionnés 
65 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

8.3.2. Dimensionnements finaux 


Les notes de calcul des dimensionnements se trouvent dans les annexes 8 à 16. 

8.3.2.1. Dimensionnement de la poutre B7 


FIG. 8.13 : Coupe des dimensionnements sismiques de la poutre B7 à l’Eurocode 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
66 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
FIG. 8.14 : Coupe des dimensionnements sismiques de la poutre B7 à l’ACI 
On  remarque  que  la  zone  critique  de  l’ACI  est  deux  fois  plus  longue  que  celle  de  l’Eurocode.  Cela  est  plus  sécuritaire.  Les 
différences  d’espacement  entre  les  cadres  d’armatures  transversales  peuvent  être  en  partie  expliquées  par  les  différences  de 
sollicitations calculées par le dimensionnement de capacité. 
L’ACI  impose deux barres continues aux coins de chaque face sur toute la longueur des poutres. L’Eurocode émet juste une règle 
aux  appuis sur une section minimale d’aciers comprimés. Cependant des armatures de montage pour les cadres et épingles ont été 
ajoutées  à  l’Eurocode.  Le  dimensionnement  des  aciers  longitudinaux  n’est  donc  pas  significativement  divergent  entre  les  deux 
codes. 

8.3.2.2. Dimensionnement des murs P2/P4 


FIG. 8.15 : Coupe du mur dimensionné à l’Eurocode 8 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
67 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
FIG. 8.16 : Coupe du mur dimensionné à L’ACI 
Le  point  le  plus  important  à  noter  ici  est  la  condition  de  zones  de  rive  proposée  par  l’ACI.  En  fonction  de  la  position  de  l’axe 
neutre pour les sollicitations sismiques, les zones de rives peuvent être négligées. Cette simplification est impossible à l’Eurocode 
:  toutes  les  bases  de  murs  sismiques  à  ductilité  moyenne  ou  élevée  requièrent  un  dimensionnement  spécial  des  zones  de  rives. 
Ainsi  dans  le  cas  étudié,  les  zones  de  rive  ne  sont  pas  dimensionnées  à  l’ACI  et les pourcentages minimaux d’armatures ont pu 
être diminués à cause de la valeur faible de l’effort tranchant. L’ACI simplifie donc les procédures en fonction des sollicitations. 
Au  minimum  des  barres  de  diamètre  25mm  (HA25)  ont  été  choisies  pour  les  armatures  horizontales  et  verticales  au  vu 
l’épaisseur et la hauteur du mur et afin d’apporter un espacement maximal. Cela permet notamment de faciliter la mise en œuvre. 

8.4. Conclusion de la partie 


Points clés de l’étape 
Le  dimensionnement  sismique demande de choisir l’emplacement des zones de dissipation lieux des rotules plastiques. Elles sont 
appelées  zones  critiques.  Afin  de  garantir  la  stabilité  de  la  structure,  ces zones doivent se développer aux extrémités des poutres 
et  en  base  des  poteaux  et  murs  résistants.  Des  zones  sont  donc  à  renforcer  pour  éviter  toute  rupture  fragile  et  des  mesures 
spéciales  sont  établies  pour  augmenter  la  capacité  ductile  d’une section sur une certaine longueur appelée longueur critique. Des 
mesures différentes sont donc appliquées en fonction du comportement souhaité de l’élément. 
Comparaison des codes 
• Les deux codes utilisent des démarches similaires pour le dimensionnement à la flexion et aux efforts tranchants. 
• La longueur critique des poutres à l’ACI est deux fois plus importante que celle à l’Eurocode. Cela peut être dû à une 
sur-résistance allant dans le sens de la sécurité pour les codes américains. 
• Les deux codes renforcent les poteaux forts mais l’Eurocode utilisera le dimensionnement de capacité alors que l’ACI prendra 
une combinaison majorant les sollicitations sismiques. 
•  Les  sollicitations  des  murs  sismiques  sont  majorées  à  la  base pour l’Eurocode alors que l’ACI n’émet aucune modification. Ils 
ne  sont  donc  pas  renforcés  pour  subir  un  effort  tranchant  sismique  plus  important.  L’ACI  repose  donc  sur  les  données  de 
l’analyse sismique alors que l’Eurocode préfère être plus sécuritaire et prévoir que ces données peuvent être dépassées. 
• La condition des zones de rive à l’ACI n’est pas développée à l’Eurocode. Cette condition permet de négliger les zones de rive 
en fonction de la position de l’axe neutre. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
68 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

9. Synthèse des comparaisons 


L’observation générale est que les deux codes utilisent le plus souvent les mêmes hypothèses et objectifs mais la méthode utilisée 
peut être différente. Néanmoins il existe de gros points de divergence qui seront analysés ici. 

9.1. Points de divergence principaux 


Des classes de ductilités non équivalentes amenant à des dimensionnements divergents 
Les  divergences  sur  le dimensionnement de capacité entre les deux codes pour la ductilité « moyenne » et « intermédiaire » et les 
convergences  repérées  entre  la  ductilité  moyenne  de  l’Eurocode  et  «  spéciale  »  de  l’ASCE  m’ont  poussée  à  re-questionner 
l’équivalence des classes de ductilités entre les deux codes. 
Finalement  après  recherches,  il n’y a pas de correspondance exacte entre les ductilités « intermédiaire » de l’ASCE et « moyenne 
»  de  l’Eurocode  8.  Si  une équivalence devait être faite, les ductilités moyennes et élevées de l’Eurocode serait des sous-divisions 
de  la  ductilité  «  spéciale  »  de  l’ACI.  La  ductilité  intermédiaire  amène  donc  à  une  structure  très  faiblement  dissipative  et  non 
étudiée  à  l’Eurocode,  ce  qui  explique  pourquoi  les  différences  sur  le  dimensionnement  de  capacité  sont  importantes.  L’ASCE 
distingue  donc  les  cas  de  structures  non  dissipatives,  faiblement  dissipatives  et  dissipatives  alors que l’Eurocode distinguera les 
structures  non  dissipatives,  moyennement  dissipatives  et  hautement  dissipatives.  Ainsi  la  démarche  de  classer  les  ductilités  est 
similaire mais les résultats ne le sont pas. 
La  comparaison  des  dimensionnements  effectuée ici n’est donc pas parfaitement réaliste car les données de départ sur la ductilité 
ne  sont  pas  équivalentes.  Les  valeurs  notées  pour  la  ductilité  spéciale  montrent  une  convergence  des  dimensionnements  et 
renforcent  cette  réflexion.  Une  étude  comparative  sur  un  projet  à  ductilité  «  haute  »  /  «  spéciale  »  aurait  été  plus  rigoureuse. 
Néanmoins cette étude a permis de mettre en valeur cette divergence de limites entres les cas de ductilités des deux codes. 
Des coefficients de comportement divergents 
Une  des  grandes  différences  entre l’ASCE et l’Eurocode 8 repose sur le choix du coefficient de comportement. On a observé que 
ce  facteur  était  largement  supérieur  à  l’ASCE  (R  =  4.5  et  q = 2.64). Or les combinaisons sismiques sont surtout utilisées pour le 
dimensionnement  des  éléments  verticaux – les poutres utilisant le dimensionnement de capacité aux extrémités et la combinaison 
la  plus  défavorable  étant  celle  des  forces  statiques.  La  mise  à  l’échelle  à  l’aide  de  la  méthode des forces latérales a permis de « 
rehausser  »  les  valeurs des sollicitations sismiques. Avec le facteur d’échelle de 1.06 dans la direction x, on obtient une réduction 
des sollicitations de 
1.06 R 
1.06 4.5 
= 4.2. Ce 
coefficient reste toujours inférieur au coefficient de comportement q = 2.64 de l’Eurocode. 
Un objectif commun mais une méthode différente pour le dimensionnement des poteaux forts 
L’ASCE utilise un coefficient de sur-résistance Ω 

ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 

pour les combinaisons sismiques des éléments verticaux « forts ». 
Ainsi les sollicitations sismiques élastiques seront réellement réduites de 
Ω 


4.5 2.5 
= 1.8 < q = 2.64. . Avec 
la mise à l’échelle des résultats d’un facteur de 1.06 dans la direction x, on obtient 

R 1.06Ω 


1.06∗2.5 4.5 
= 1.70. Ainsi les 
sollicitations seront plus élevées à la fin de ces procédures. Cependant l’Eurocode utilise le dimensionnement de capacité pour les 
poteaux  forts  qui  est  en  fonction  du  moment  résistant  développé par les poutres adjacentes. Ces méthodes divergentes sont donc 
difficilement comparables. 
Des simplifications plus importantes à l’ACI et une démarche plus rigoureuse à l’Eurocode 
Certaines  simplifications  sont  dues  à  l’utilisation d’une catégorie de dimensionnement sismique faible mais on observe aussi que 
les  codes  américains  ont  tendance  à  simplifier  certaines  règles  lorsque  les  sollicitations  sont  en  dessous  d’un  certain minimum. 
L’Eurocode  semble  plus  rigoureux  car  il  utilise  une  démarche  principale  appliquée  à  tous  les cas. Ce code est aussi parfois plus 
complexe dans ses démarches comme pour le dimensionnement des 
69 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
zones de rive des bases des murs. L’Eurocode développe des raisonnements très scientifiques alors que l’ACI va s’appuyer sur 
les cas pratiques et des données d’étude de structures existantes. 
La ductilité intermédiaire inexistante pour les murs à l’ACI 
Les  murs  résistants  à  l’ACI  peuvent  être  dimensionnés  selon  la  ductilité  ordinaire  et  spéciale  uniquement.  Pourtant  si  les  deux 
extrêmes  sont  permis,  la  ductilité  moyenne  devrait  être  possible.  Hors  il  n’existe  aucun  chapitre  sur  le  dimensionnement  de  ce 
type. Aucune explication n’a été trouvée à ce sujet. 

9.2. Tableau de synthèse 


Ce  tableau  retrace  les  comparaisons  générales  des  deux  codes  à partir des observations précédentes de ce rapport. Il a été décidé 
de  mettre  en  valeur  trois  critères  :  les  points  forts,  les  points  faibles  et  les  points  allant  dans  le  sens  de  la  sécurité.  La  sécurité 
n’impliquant  pas  forcément  un  dimensionnement  plus judicieux, il y a des risques de surdimensionnement, ces points n’ont donc 
pas été classés en point fort ou faible. 
En vert : les démarches qui sont avantageuses par rapport à l’autre code En rouge : les démarches qui sont désavantageuses par 
rapport à l’autre code En bleu : les démarches qui sont plus sécuritaire par rapport à l’autre code 
Etape ASCE 7-10/ACI 318-08 EUROCODES 2 ET 8 
Irrégularités Méthode plus précise : valeurs 
numériques limites pour différencier les cas. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
Appréciation de l’ingénieur pour le choix de certains cas : aucune limite numérique n’est donnée. 
Ductilité Intermédiaire Moyenne 
Ductilités non équivalentes. 
Coefficient de comportement 
R = 4.5 
q = 2.64 
Coefficient plus important mais réduit par les coefficients des combinaisons sismiques dans certains cas. 
Ne prend pas en compte les irrégularités de la structure. 
Réduction du coefficient en cas d’irrégularités. 
Spectre de réponse Démarche identique. 
Prend en compte les effets des périodes longues. 
Néglige les effets des périodes longues. 
Spectre de réponse vertical Négligé pour S 
DS 
< 0.25g. Négligé dans l’étude. 
Spectre de réponse vertical en fonction d’une fraction des charges permanentes. 
< 0.125g. 
Négligé pour a 
g Pris en compte dans l’étude. 
Elaboration d’un spectre vertical indépendant en fonction de la zone sismique. 
Calcul des masses sismiques Les masses dues au poids propres et 
aux charges industrielles sont prises en compte moyennant un facteur de réduction. 
Toutes les charges (permanentes et d’exploitation) sont prises en compte moyennant un facteur de réduction propre à chaque 
catégorie. 
Analyse sismique Méthode des forces latérales 
prédominante. 
Utilise l’analyse modale dès que les irrégularités deviennent importantes . 
70 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
Mise à l’échelle de l’analyse modale à partir des résultats à la méthode des forces latérales. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
Pas de mise à l’échelle des résultats de l’analyse modale. 
Limitations des dommages Démarche identique. 
Combinaison des forces sismiques horizontales 
Majoritairement en fonction de la 
En fonction des irrégularités. catégorie de dimensionnement. 
Simplifications Beaucoup de simplifications lorsque la 
catégorie de dimensionnement sismique est basse et négligence des irrégularités. 
Peu de simplifications, conception plus complète et rigoureuse voire complexe. 
Murs – Choix de la ductilité Ne laisse pas la possibilité d’avoir une 
ductilité moyenne pour les murs sismiques. 
Conception détaillée et rigoureuse selon le choix de la ductilité. 
Murs - Sollicitations Utilisation des données des 
combinaisons brutes. 
Aucune limitation de l’effort normal. 
Augmentation des sollicitations en moments fléchissant et en effort tranchants. 
Limitation de l’effort normal. 
Murs - Zone de rive Utilise une condition sur la position de 
l’axe neutre pour la mise en place de zone de rive. 
Dimensionnement des zones de rives dans tous les cas. 
Poteaux forts Combinaison avec facteur de sur 
résistance . 
Dimensionnement de capacité avec la condition de ductilité locale. 
Poteaux faibles Démarche identique. 
Poutres faibles Démarche identique. 
Zone critique plus importante. 
Démarche identique. 
TAB. 9.1 : Synthèse des comparaisons 
Dans  ce  tableau,  on  remarque  que  l’Eurocode  est  plus  sécuritaire.  Cela  peut  s’expliquer  en  partie  par  ses  démarches  plus 
rigoureuses  et  scientifiques  alors  que  l’ACI  utilisera  des  simplifications  plus  aisément.  Ces  simplifications  peuvent  être  dues  à 
des observations de cas pratiques. 
Il  semblerait  que  le  dimensionnement  de  capacité  soit  moins présent à l’ACI. Ce type de dimensionnement n’est pas utilisé pour 
le renforcement des poteaux. Aucune vérification du système poutre faible-poteau fort n’est effectuée, ce qui n’est pas sécuritaire. 
Les  points  forts  de  l’ASCE  par  rapport  à  l’Eurocode  sont  la  meilleure  prise  en  compte  des  effets  des  périodes  longues  dans  le 
spectre de réponse et la mise à l’échelle de l’analyse sismique afin de réduire les erreurs qu’elle peut apporter. 
Les points forts de l’Eurocode sont l’élaboration d’un spectre de réponse vertical avec une méthode similaire à celle du spectre de 
réponse horizontal et la conception détaillée et rigoureuse de ces éléments en fonction de la ductilité choisie. 
Chaque code possède des points forts et faibles mais globalement les méthodes et hypothèses sont similaires. Cela est en parti dû 
au fait que les objectifs des deux codes sont exactement les mêmes. 
71 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

10. Compétences acquises 


A travers ce projet de fin d’études en entreprise, j’ai pu acquérir des compétences professionnelles et personnelles en fonction des 
tâches que j’ai dues mener à bien. 
• La modélisation 
Tout  d’abord,  ce  stage m’a permis de maitriser le logiciel ETABS et de réaliser une analyse dynamique à partir d’un modèle 
3D.  La modélisation a joué un rôle fondamental dans cette étude car les calculs à la main étaient complexes au vu de la géométrie 
de  la  structure.  Ainsi  j’ai  été  sensible aux choix du type d’éléments choisis lors d’une modélisation et à ses propriétés comme les 
rigidités.  J’ai  pu  comprendre  que  la  géométrie  n’était  pas  le seul point important dans une modélisation – le but étant aussi de se 
rapprocher  du  comportement  réel  des  éléments.  La  modélisation  fut  donc  une  grosse  partie  dans le déroulement de ce stage et a 
demandé beaucoup de temps et de rigueur. Le moindre oubli s’est révélé parfois déterminant pour la suite. 
En  parallèle,  j’ai  aussi  travaillé  sur  un autre projet de BuroHappold : la restructuration de la Battersea Power Station de Londres. 
J’ai  pu  réaliser  un  modèle  Robot  Structural  Analysis  de  toute  la  partie  ouest  de la structure et d’autres modélisations de dalles à 
l’aide  du  logiciel  SAFE  à  partir  de  plans  ingénieurs.  SAFE  utilise  la  même  interface  qu’ETABS,  ainsi  l’utilisation  de ces deux 
logiciels  m’a  aidé  pour  les  deux projets et m’a permis d’avoir une bonne maitrise de ces derniers dans différents domaines. C’est 
surtout  à  travers  de  ces  activités  parallèles  que  je  me  suis  rendue  compte  de  l’importance  de  la  rigueur  et  des  nombreuses 
vérifications à effectuer lors de la modélisation d’une structure complexe. 
• La maitrise des codes 
J’ai  développé  des  connaissances  sur  la  maitrise  des  calculs  aux  Eurocodes  0,1,2  et  8  ainsi  qu’à  l’ASCE  7-10  et  l’ACI 
318-08.  Le  dimensionnement  sismique  s’appuyant  à  la  fois  sur  le  dimensionnement  aux  charges  gravitaires  et  aux  charges 
dynamiques,  la  maitrise  du  dimensionnement  statique  a  donc  aussi  été  requise.  J’ai  donc  pu  me  développer  sur  ces  plusieurs 
tableaux  et  apprendre  de  nouvelles  méthodes  de  conception  comme  le  diagramme  d’interaction  M-N  pour  le  dimensionnement 
des  poteaux  et  des  murs.  De  plus  j’ai  pu  mener  à bien, apprendre et comprendre l’analyse dynamique et sismique de la Tour des 
Cèdres. 
• Les concepts et points clés du dimensionnement parasismique 
La  comparaison  de  ces  codes  a  nécessité  de  comprendre les raisons des divergences ou convergences et par conséquent, les 
objectifs  et  raisonnements  derrière  les  dimensionnements.  Ainsi  je  me  suis  rendue  compte  des  enjeux  du  dimensionnement 
sismique  à  travers  les  notions  d’analyse  dynamique,  de  comportement  des  matériaux  de  dimensionnement  de  capacité  et  de 
ductilité.  J’ai  noté  qu’il  était  important  de  comprendre  le  comportement  d’une  structure  et  des  matériaux  afin  d’appliquer  ces 
dimensionnements.  De  plus  certains  points  clés  comme  la  bonne  détermination  du  type  de  structure,  des  irrégularités  et  du 
coefficient de comportement sont indispensables à la recevabilité des résultats. 
Une  difficulté  du  dimensionnement  sismique  est  que  les  deux  codes  ne  développent  pas  de  méthode  précise pour le calcul 
des  moments  résistants.  Le  calcul  pour  les  poutres  est  assez  simple,  néanmoins  il  est  beaucoup  plus  complexe  pour  les murs et 
poteaux.  La  méthode  de  FARDIS  m’a  semblé  être  la  plus  complète  et  rigoureuse  de  mes  recherches.  Le  dimensionnement  de 
capacité  n’est pas encore pleinement acquis dans les bureaux d’études et on trouve peu d’informations pour les étapes complexes. 
Cela m’a donc demandé un travail de recherche, une sélection de l’information, et un apprentissage de la méthode choisie. 
• Les compétences personnelles 
De  plus,  ce  projet m’a permis de gagner en autonomie et en organisation du fait que j’ai dû me former seule au dimensionnement 
sismique  sans  avoir  suivi  de  cours  sur  ce  type  de  dimensionnement  au  préalable.  C’est  pourquoi  j’ai  utilisé  beaucoup  de 
références  documentaires  afin  de  comprendre  au  mieux  les  méthodes,  parfois  peu  claires,  des  codes sismiques. Le projet à mon 
arrivée  n’étant  qu’en  étude  faisabilité,  certaines  données  étaient  manquantes  et  j’ai  dû  prendre  des  hypothèses  et  décisions  à 
certains moments. Ce projet ne m’a donc pas seulement demandé 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
72 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 
de  comparer  deux  codes,  mais  aussi  d’établir  des  dimensionnements  réalistes  et  de  prendre  des  décisions.  J’ai  découvert  les 
étapes  et  difficultés  de  l’étude  faisabilité.  Le  fait  que  le  projet  ait  été  ralenti  par  les  décisions  de  l’architecte  a  eu  pour 
conséquence que j’étais en déphasage avec l’équipe structure où je travaillais. J’ai dû commencer les dimensionnements alors que 
l’équipe avait encore pour objectif l’obtention d’un accord sur le choix final de la structure porteuse. 
La  maitrise  de  l’anglais  technique,  et surtout des nuances de ses propos par rapport au français, a été un enjeu pour la bonne 
compréhension  et  utilisation  des  codes  américains.  Ainsi  l’endurance  et  la  persévérance  dans  cet  apprentissage  m’ont  été 
nécessaires.  De  plus,  en  ayant  des  activités  parallèles  sur  le  chantier  Battersea,  j’ai  dû  m’organiser  et  définir  un  plan  clair  et 
efficace afin de réaliser les taches nécessaires à ce mémoire dans le temps imparti. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
73 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Conclusion 
Ce rapport a eu pour objectif de présenter l’étude comparative de l’Eurocode 8 et de l’ASCE 7-10 réalisée lors de ce Projet de Fin 
d’Etudes.  A  travers  ce  mémoire,  on  a  pu  voir  que  les  objectifs  des  deux  codes sont les mêmes et qu’en général, les méthodes et 
hypothèses sont similaires mais des points de divergence sont tout de même à noter. 
La  comparaison et mise en relation des deux codes se sont révélées parfois plus complexes car les codes n’utilisent pas forcément 
les  mêmes  paramètres.  Il  a  donc fallu trouver des compromis, comme dans l’élaboration du spectre de réponse à l’ASCE, afin de 
garder  un  socle  commun  pour  les  dimensionnements.  En  effet  un  des  enjeux  a  été  de  comparer  les dimensionnements sans que 
ceux-ci  soient  affectés  par  d’autres  méthodes  précédentes.  Un  esprit  critique  a  dû  être  adopté  afin  de  garder  une  comparaison 
objective  et  de  comprendre  l’origine  des  différences.  L’appui  du  projet  support  de  la  Tour  des  Cèdres  a  permis  d’établir  les 
analyses  sur  des  données  concrètes  et  de  rendre  une  étude  pratique  au  sujet.  De  plus,  il  a  permis  d’identifier  des  points  clés  et 
divergences des codes que les formules théoriques n’auraient pu rendre. 
Ainsi  les  points  importants  de  discordes  sont  sur  les  limites  de classes de ductilité, les valeurs des coefficients de comportement 
et  les  cas  de  simplifications.  L’Eurocode  est  en  règle  générale  plus  sécuritaire  car  il  applique  une  démarche plus scientifique et 
rigoureuse.  L’ASCE,  quant  à  lui, va permettre des simplifications importantes en fonction de la catégorie de dimensionnement et 
des  sollicitations  étudiées.  Ce  dernier  semble  reposer  en  partie  sur  des  données  pratiques  des  études  de  bâtiments  existants 
puisqu’aucun  raisonnement  similaire  n’est  développé  dans les Eurocodes. Le point faible majeur de l’Eurocode est sa négligence 
des  effets  des  périodes  longues  et celui de l’ASCE est l’impossibilité d’utiliser une ductilité intermédiaire pour les murs en béton 
armé coulés en place et l’élaboration d’un spectre vertical représenté uniquement par une portion des charges gravitaires. 
Une  étude  pour  la  ductilité  élevée  aurait  été  plus  judicieuse  car  elle  aurait  permis  de  comparer  les  dimensionnements  à 
comportement  équivalent.  Il  est  important  d’étudier  et  de  comprendre  les  limites  définies  par les codes. En effet ici la notion de 
structure  moyennement  dissipative  n’est  pas  la  même  et  est  en  partie  la  cause  des  différences  observées  lors  de  cette 
comparaison. 
A  travers  cette  étude,  il  a  pu  être  mis  en  exergue  les  points  de  convergence  et  de  divergence  entre  les  codes  américains  et 
européens.  Les  points  forts  de  chaque  code  et  une  comparaison  sur  des  dimensionnements  précis  ont  aussi  été  réalisés.  Les 
objectifs de l’entreprise ont bien été remplis. 
Quant  à  mes  objectifs  personnels,  j’ai  acquéri  des  connaissances  théoriques  et  techniques  nécessaires  à  la  conception 
parasismique.  L’étude  de  chaque  étape  m’a  permis  d’identifier  les  points  clés  et  attentions  particulières  à  apporter  lors  d’une 
conception sismique. 
L’aboutissement  de  cette  étude  comparative  serait  de  réaliser  une  analyse  Push  Over  afin  de  comparer  la  structure  finale 
entièrement  dimensionnée.  Cette  analyse  était  prévue  au  départ  de  l’étude  mais  par  manque  de  temps,  elle  n’a  pu  être réalisée. 
L’analyse  push  over  est  une procédure statique non linéaire qui permet de faire subir des charges latérales à une structure suivant 
un  modèle  prédéfini  et  en  augmentant  l’intensité  de  ces  charges  jusqu’à  l’apparition  des  modes  de  ruine.  Cette  méthode  vise  à 
déterminer  le  comportement  réel  d’une  structure  et  d’évaluer  les  sollicitations  et  déplacements  qui  ne  peuvent  être  obtenus  par 
une  analyse  élastique.  Avec  cette  méthode,  la  performance  structurale  est  vérifiée.  De  plus,  elle  valide  le  dimensionnement  de 
capacité  et  assure  que  les  hypothèses  sur  la  séquence  de  formation  des  rotules  plastiques sont conformes au comportement réel. 
Cette  analyse  permettrait  de  connaitre  les  capacités  de  la  structure  et  donc  de  comparer  le  dimensionnement  global  du point de 
vue de la résistance. 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
74 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Notations des Eurocodes 


Minuscules 

gR 
accélération maximale de référence au niveau d’un sol de classe A [g] a 

accélération de calcul au niveau d’un sol de classe A [g] b largeur [mm] b largeur de la table de compression [mm] b 

largeur du noyau confiné par rapport à l’axe des armatures de confinement [mm] b 

largeur de l’âme pour un section en T ou du mur [mm] c 

résistance au cisaillement du sol non drainé d position effective des aciers de traction par rapport à la fibre la plus 
comprimée [mm] d déplacement [mm] d′ position effective des aciers de compression par rapport à la fibre la plus comprimée 
[mm] d 

valeur de calcul du déplacement relatif entre étages [mm] f 
cd 
contrainte de calcul du béton [MPa] f 
ck 
contrainte caractéristique de compression du béton sur cylindre à 28 jours [MPa] f 
ctm 
contrainte moyenne de résistance en traction du béton [MPa] f 
yd 
contrainte de calcul de l’acier [MPa] f 
yk 
contrainte caractéristique de résistance en traction de l’acier [MPa] f s 
contrainte dans l’acier [MPa] g accélération de pesanteur prise à 9.81 m/s2 h hauteur totale de la section béton [mm] h 

hauteur brute de la section transversale d’un poteau [mm] h 
cr 
hauteur de la zone de rive des murs [mm] h 

hauteur libre du mur, hauteur entre étages [mm] h 

hauteur totale du mur [mm] h hauteur de la table de compression pour une section en T [mm] l 

longueur de la zone de rive dans les murs [mm] l 
cr 
longueur de la zone critique [mm] l 
cl 
longueur libre de l’élément [mm] m 

masse d’un niveau i [T] s espacement entre les armatures [mm] x 

axe neutre de la section [mm] bras de levier des forces internes [mm] 
Majuscules 

Ek 
valeur de l’action sismique [kN] A 

aire de section droite du béton [mm2] A 

section des aciers [mm2] A 
sc 
section des aciers comprimés [mm2] A 
sl 
section des aciers longitudinaux [mm2] A 
st 
section des aciers tendus [mm2] A 
sw 
section des aciers transversaux [mm2] E 

module de compression du béton [MPa] E 

valeur de calcul des effets de l’action sismique [kN.m2] E 

module de l’acier [MPa] F 

effort tranchant à la base du bâtiment [kN] G action permanente [kN.m2] M 
Ed 
moment fléchissant de calcul au centre de gravité de la section [kN.m] M 
Ed 
moment fléchissant de calcul au centre de gravité de la section [kN.m] M 
Rb 
valeur de calcul de la résistance à la flexion d’une poutre section [kN.m] M 
Rc 
valeur de calcul de la résistance à la flexion d’un poteau section [kN.m] N 
Ed 
effort normal de calcul au centre de gravité de la section [kN] N 
SPT 
nombre de coups par essai de pénétration normalisé Q action variable [kN.m2] S 

spectre de calcul pour l’analyse élastique [g] S 

spectre horizontal de réponse élastique [g] 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
75 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 


période fondamentale de vibration du bâtiment V 
Ed 
effort tranchant de calcul au centre de gravité de la section [kN] V 
Rd,C 
effort tranchant résistant dû au béton [kN] V 
Rd,s 
effort tranchant résistant dû aux aciers transversaux [kN] V 
Rd,max 
effort tranchant maximal de calcul pouvant être repris par l’élément avant écrasement des bielles de compression [kN] 
Grec ancien 
α coefficient d’efficacité du confinement α angle entre les armatures d’effort tranchant et la fibre moyenne de l’élément ρ 
pourcentage d’aciers dans la section μ 
φ 
coefficient de ductilité en courbure λ facteur définissant la hauteur effective de la zone de compression η coefficient 
de correction d’amortissement Δ déplacement Υ 

coefficient partiel de béton Υ 

catégorie d’importance Υ 

coefficient partiel de l’acier ε 

déformation du béton ε 
st 
déformation des aciers tendus ε 
sc 
déformation des aciers comprimés ε 
uk 
déformation maximale caractéristique de l’acier ε 
ud 
déformation maximale de calcul de l’acier ε 
yd 
limite de calcul de déformation élastique de l’acier ξ pourcentage d’amortissement visqueux Ψ 

,i coefficient de combinaison pour la valeur quasi-permanente d’une action variable i Ψ 

,i coefficient de combinaison pour une action variable i, à utiliser pour les effets de l’action sismique de 
calcul θ angle entre la bielle de compression et la fibre moyenne de l’élément υ effort normal réduit [MPa] υ 
s, 0 
valeur moyenne de la vitesse de propagation des ondes S dans la couche supérieure de 30m de sol ω 

rapport mécanique des armatures verticales d’âme ω 
wd 
rapport mécanique en volume des armatures de confinement 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
76 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Notations de l’ASCE 7-10 et l’ACI 318-08 


Seules les notations différentes de celles des Eurocodes ont été notées. 
Minuscules 
c distance à l’axe neutre depuis la fibre la plus comprimée [mm] c 

enrobage du béton f c 
′ contrainte caractéristique de compression du béton sur cylindre à 28 jours [MPa] f 

contrainte de calcul de l’acier [MPa] f 
yt 
contrainte de calcul des aciers transversaux [MPa] f s 
contrainte caractéristique de résistance en traction de l’acier [MPa] h 

hauteur de la zone de rive des murs [mm] l 

longueur de la zone critique [mm] l 

longueur libre de l’élément [mm] s 

espacement entre les armatures de confinement dans la zone critique [mm] 
Majuscules A 

section de béton [mm2] A 

section des aciers transversaux [mm2] D charges permanentes [kN.m2] E effets de l’action sismique [kN.m2] L charges 
d’exploitation [kN.m2] M 

moment résistant caractéristique [kN.m] M 

moment fléchissant de calcul [kN.m] P 

effort normal résistant caractéristique [kN] P 

effort normal de calcul [kN] S charges de neiges [kN.m2] S 

spectre horizontal de réponse élastique [g] V c 
effort tranchant résistant dû au béton [kN] V 

effort tranchant résistant caractéristique [kN] V s 
effort tranchant résistant dû aux aciers transversaux [kN] V 

effort tranchant de calcul [kN] 
Grec ancien 
α angle entre l’orientation des aciers et la fibre moyenne de l’élément ε 

déformation de l’acier ε 
ty 
limite élastique de la déformation de l’acier λ coefficient de modification pour le béton φ coefficient de réduction ρ 

ratio des armatures longitudinales/verticales ρ 

ratio des armatures transversales/horizontales ρ 

ratio volumétrique des armatures transversales 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
77 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Liste des figures 


FIG.  1.1  :  Chronologie  de  l’entreprise  avec  son  implantation  internationale,  ses  services  et  secteurs  d’activités [1] . 7 FIG. 1.2 : 
Chiffre  d’affaires  par  région  en 2015-16 [1] ............................................................................................................................ 7 FIG. 
1.3  :  Spécialités  de  BuroHappold  aujourd’hui [1] ............................................................................................................................ 8 
FIG.  1.4  :  Organigramme  de  l’organisation  des  bureaux  BuroHappold au Royaume-Uni [1] ............................................... 9 FIG. 
1.5  :  Organigramme  de  l’équipe  du  projet  de  la  Tour des Cèdres ........................................................................................ 10 FIG. 
2.1  :  Modèle  architecte  du  projet  [17]  ................................................................................................................................................ 
11  FIG.  2.2  :  Eléments  constituants  les  loges  [17] 
.........................................................................................................................................  12  FIG.  2.3  :  Eléments  structuraux 
.......................................................................................................................................................................  13  FIG.  3.1  :  Energie 
dissipée  par  la  rupture  d’un  élément  en  acier  sous  chargement  statique  ...............................................  16  FIG.  3.2  :  Courbe  de 
poussée  progressive  d’ossatures  de  même  période  T  jusqu’au  déplacement  de  projet  Sde(T),  André  Plumier  [3] 
.................................................................................................................................................................................................  16  FIG. 
3.3  :  Boucles  d’hystérésis  mesurées  sur  un  voile en béton armé [7] ..................................................................................... 17 FIG. 
4.1  :  Carte de zonage sismique de la région de Lausanne [11] ............................................................................................... 18 FIG. 
4.2  :  Eléments  structuraux 
....................................................................................................................................................................... 20 FIG. 4.3 : Spectres de 
réponse  élastique  de  type  2  pour  les  classes  de  sol  A  à  E  avec  5%  d’amortissement  [8]  .........  22  FIG.  4.4  :  Spectre de réponse 
élastique  horizontal  pour  q=2.64......................................................................................................  23  FIG.  4.5  :  Spectre  de  calcul 
[21]  ......................................................................................................................................................................  25  FIG.  4.6  : 
Comparaison  des  spectres  de  calcul de l’Eurocode 8(Se) et l’ASCE (Sa) ................................................................... 26 FIG. 5.1 et 
5.2  :  Modèle  3D  sous  ETABS  ......................................................................................................................................................  33 
FIG.  6.1  :  Concept  de  l’analyse  modale  spectrale 
...................................................................................................................................  39  FIG. 6.2 : Comparaison des méthodes sur la 
réponse  sismique  pour  l’Eurocode  8  .................................................................  41  FIG.  6.3  :  Comparaison  des  méthodes  sur  la 
réponse  sismique  pour  l’ASCE  7  ..........................................................................  42  FIG.  8.1  :  Valeurs  des  coefficients  de 
réduction  selon  les  pivots  à  l’ACI  318  [24]  .....................................................................  52  FIG.  8.2  et  8.3  :  Méthode  des  pivots 
selon  l’ACI  à  droite  [24]  et  l’Eurocode  à  gauche  [8]  ....................................................  52  FIG.  8.4  :  Diagramme  simplifié  des 
contraintes  de  compression  dans  le  béton  [8]  .................................................................  53  FIG.  8.5  :  Schéma  de  l’emplacement 
des  rotules  plastiques  [15] ..................................................................................................... 55 FIG. 8.6 : Répartition minimale des 
moments  résistants  à  l’ACI  318,  Luis  E.  Garcia ................................................................. 60 FIG. 8.7 : Renforcement transversal 
des  zones  critiques  [8]  ...............................................................................................................  60  FIG.  8.8  :  Dimensionnement  en 
capacité  pour  l’effort  tranchant  dans  les  poutres  pour  l’Eurocode  [8]  ......................... 61 FIG. 8.9 : Valeurs du dimensionnement 
en  capacité  pour  l’effort  tranchant  dans  les  poteaux  pour  l’Eurocode  [8]  .  62  FIG.  8.10  :  Moments  résistants  d’extrémité  des 
poutres  et  poteaux  pour  le  dimensionnement  de  capacité  [19]  .....  63  FIG.  8.11  :  Eléments  de  rives  des  murs  ductiles  [8] 
................................................................................................................................  64  FIG.  8.12  :  Courbe des moments modifiée de 
l’Eurocode  8  [8]  ........................................................................................................  64  FIG.  8.13  :  Emplacement  des  éléments 
dimensionnés  .........................................................................................................................  65  FIG.  8.13  :  Coupe  des 
dimensionnements  sismiques  de  la  poutre  B7  à  l’Eurocode  ................................................................  66  FIG.  8.14  :  Coupe  des 
dimensionnements  sismiques  de  la  poutre  B7  à  l’ACI  ............................................................................  67  FIG.  8.15  :  Coupe  du 
mur  dimensionné  à  l’Eurocode  8  ........................................................................................................................  67  FIG.  8.16  : 
Coupe du mur dimensionné à L’ACI ....................................................................................................................................... 68 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
78 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Liste des tableaux 


TAB. 4.1 : Tableau de comparaison des classes de sol selon l’Eurocode 8 et l’ASCE .............................................................. 19 
TAB. 4.2 : Définitions des éléments verticaux 
.......................................................................................................................................... 20 TAB. 4.3: Equivalence des classes de 
ductilité entre l’Eurocode 8 et l’ASCE 7 ........................................................................... 21 TAB. 4.4 : Choix du système 
structural à l’ASCE ...................................................................................................................................... 21 TAB. 4.5 : Valeurs 
des paramètres décrivant les spectres de réponse élastique de type 2 [8] ............................................ 22 TAB. 4.6 et 4.7 : Valeurs 
des coefficients Fa et Fv en fonction de la classe de sol .................................................................... 24 TAB. 5.1 : Conséquences 
de la régularité de la structure sur l’analyse et le calcul sismique selon l’Eurocode 8 [8] . 28 TAB. 5.2 : Méthodes d’analyse 
permises par l’ASCE selon les caractéristiques du projet [21] ............................................ 29 TAB. 5.3 : Propriétés de chaque 
étage ........................................................................................................................................................ 31 TAB. 5.4 : Conditions 
du diaphragme rigide ............................................................................................................................................ 32 TAB. 5.5 : 
Coefficients de modification des moments d’inertie ........................................................................................................ 34 TAB. 
5.6 : Méthode de Paulay and Priestley pour le calcul des rigidités effectives ................................................................. 34 TAB. 5.7 
: Résultats de l’analyse modale sous ETABS pour l’Eurocode 8 ..................................................................................... 35 TAB. 
5.8 : Résultats de l’analyse modale à l’ASCE et comparaison sur la fréquence avec l’Eurocode 8 ......................... 36 TAB. 5.9 : 
Comparaison des résultats entre le modèle ETABS et le modèle brochette .......................................................... 37 TAB. 5.10 : 
Comparaison des résultats pour le mode 1 ....................................................................................................................... 37 TAB. 
6.1 : Comparaison des coefficients de la formule de la période propre ............................................................................ 40 TAB. 
6.2 : Comparaison des résultats de la méthode des forces latérales .................................................................................. 40 TAB. 
6.3 : Comparaison des valeurs des efforts tranchants à la base selon les méthodes ................................................... 40 TAB. 6.4 : 
Facteur d’échelle de l’ASCE ......................................................................................................................................................... 42 
TAB. 6.5 : Comparaison efforts tranchants à la base finaux ............................................................................................................... 
43 TAB. 7.1 : Comparaison des catégorie d’importance ou de risque ................................................................................................. 
44 TAB. 7.2 et 7.3 : Choix de la catégorie de dimensionnement pour l’ASCE [21] ......................................................................... 
44 TAB. 7.4 : Comparaison des combinaisons de 
charges........................................................................................................................ 45 TAB. 7.5 : Comparaison des méthodes de 
calcul du déplacement relatif entre étage ........................................................... 47 TAB. 7.6 : Comparaison de la limitation des 
dommages .................................................................................................................... 47 TAB. 7.7 : Comparaison des limitations 
des effets P-Δ ......................................................................................................................... 48 TAB. 7.8 : Comparaison des 
exigences sur les matériaux ................................................................................................................... 48 TAB. 7.9 : Présence de 
recommandations au dimensionnement sismique en fonction des classes de dimensionnement pour l’ACI 318 
................................................................................................................................................................. 49 TAB. 7.10 : 
Comparaison des dimensionnements sismiques en fonction des ductilités ....................................................... 49 TAB. 8.1 : 
Valeurs du coefficient de réduction φ en fonction des sollicitations ........................................................................ 51 TAB. 8.2 : 
Comparaison des limites de déformation ............................................................................................................................. 53 TAB. 
8.3 : Comparaison des résistances à l’effort tranchant .............................................................................................................. 54 
TAB. 8.4 : Comparaison des efforts de calculs 
......................................................................................................................................... 65 TAB. 9.1 : Synthèse des comparaisons 
........................................................................................................................................................ 71 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
79 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Bibliographie 
[1] Site officiel de BuroHappold: http://www.burohappold.com/annual-review-2015-16/ 
[2] Plumier, A. (2011). Conception parasismique dans le contexte de l’Eurocode 8. Repéré à l’URL Repéré 
http://hdl.handle.net/2268/61649 
[3] Plumier, A. (2014). Séisme et bâtiments – Conception et normes parasismiques. Techniques de l’ingénieur, Réf C3291 V1 
[4] Bisch, P. (2002). Construction parasismiques – Eurocode 8. Techniques de l’ingénieur, Réf C3292 V1 
[5] Gieu, S. (2012). Ductilité des structures en béton armé (Mémoire, Conservatoire national des Arts et Métiers). 
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00985264 
[6] Elghazouli, A. Y. (2009). Seismic design of buildings to Eurocode 8. Etats Unis et Canada : Spon Press 
[7] Chazallon, C. (2016). Cours de lois de comportement. Recueil inédit, INSA Strasbourg 
[8] EN 1998-1 Eurocode 8, Calcul des structures pour leur résistance au séisme, Partie 1 (2005) 
[9] EN 1992-1-2 Eurocode 2, Calcul des structures en béton, Partie 1-2 (2005) 
[10] EN 1991-1-6 Eurocode 1, Actions sur les structures, Partie 1-6 (2005) 
[11] SIA 261 Actions sur les structures porteuses (2014) 
[12]  Une  forêt  verticale  de  117  mètres  pour  la  tour  de  Chavannes-près-Renens  (2015,  3  novembre). RTS info. Repéré à l’URL: 
https://www.rts.ch/info/regions/vaud/7223494-une-foret-verticale-de-117-metres-pour-la-tour-de- chavannes-pres-renens.html 
[13]  AIT  BELKACEM,  M.  (2010).  Implication  de  projet  RPOA  sur  la  conception  sismique  des  ponts  en  Algérie.  Repéré  à 
l’URL:  http://www.memoireonline.com/03/12/5472/m_Implication-du-projet-RPOA-sur-la-conception-sismique- 
des-ponts-en-Algerie-22.html 
[14] http://www.freelem.com/eurocode/eurocode8/ 
[15] Paulay T.,Priestley M.J.N (1992). Seismic design of reinforced concrete and masonry buildings, Canada: John Wiley & 
Sons,Inc. 
[16] http://www.sia.ch/fr/services/sia-norm/collection-des-normes/normes-internationales/ 
[17] http://lescedres.chavannes.ch/ 
[18] Bisch, P. Eurocode 8 : retour d’expérience et perspectives, 9ème Colloque National AFPS, Marne la vallée. Repéré à l’URL: 
www.afps-seisme.org/content/download/30240/647583/file/1_Bisch.pdf 
[19] Fardis, M. (2009) Seismic design, assessment and retrofitting of concrete buildings, London: Springer 
[20] https://earthquake.usgs.gov 
[21] ASCE (2010). ASCE 7-10, Minimum Loads for Structures. 
[22] ACI (2008). ACI 318-08M, Building code requirements for structural concrete and commentary. 
[23] Dr Ir Boeraeve, P. (2007). Cours de béton armé, 13 : Colonnes, Institut Gramme, Belgique. Repéré à l’URL: 
http://www.gramme.be/unite9/beton/Documents/PPT_colonnes.pdf 
[24] ACI 318-14, Building code requirements for structural concrete (2014) 
[25] Booth, E, Key, D. (2006), Earthquake design practice for buildings. Deuxième édition, Londres: Thomas Telford Publishing 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
80 
 
Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 

Annexes 
Annexe 1: Note de calcul à l’Eurocode 8 
Annexe 2: calcul de la charge de neige d’après la SIA 261 
Annexe 3: Note de calcul des charges équivalentes des loges 
Annexe 4: Vérification des déplacements entre étage et des effets du second ordre – Eurocode 8 
Annexe 5 : Vérification des déplacements entre étage et des effets du second ordre – ASCE 
Annexe 6 : Calcul des enrobages 
Annexe 7 : Calcul des moments résistants des poutres en béton armé 
Annexe 8 : Dimensionnement des armatures longitudinales des poutres – Eurocode 2 
Annexe 9 : Dimensionnement des armatures transversales des poutres – Eurocode 2 
Annexe 10 : Dimensionnement de capacité des poutres – Eurocode 8 
Annexe 11 : Dimensionnement des armatures des poutres - ACI 
Annexe 12 : Dimensionnement de capacité des poutres – ACI 
Annexe 13 : Résultats du dimensionnement de capacité des armatures transversales 
Annexe 14 : Dimensionnement de la base d’un mur sismique – ACI 
Annexe 15 : Dimensionnement des armatures horizontales du mur – Eurocode 
Annexe 16 : Dimensionnement de la base d’un mur ductile – Eurocode 
ROCHEL JULIE | INSA STRASBOURG | SPECIALITE GENIE CIVIL | JUIN 2017 
81