Vous êtes sur la page 1sur 9

1- Introduction :

Le principe de toute transmission de données est de faire circuler des informations entre un
émetteur et un récepteur en minimisant les risques de déformation du signal reçu, de façon
à assurer une fiabilité maximale du transfert de l'information. Dans le cas d’une transmission
par fibre optique, le signal est tout d'abord codé ou modulé suivant une séquence connue
qui peut être contrôlée à la réception. Ce signal est injecté dans la fibre optique par
l'intermédiaire de l'émetteur. À la sortie de la fibre, le signal est reçu sur une photodiode
puis amplifié avant d'être décodé pour être remis sous sa forme initiale. Dans cet exposé
nous allons évoquer le problème des pertes et d’atténuation dans la fibre optique, les causes
et les conséquences qui en résultent.

2. La fibre optique :

2.1. Principe:

Le principe de la transmission de la lumière à l'aide d'une fibre optique est simple: un


matériau transparent d'indice de réfraction n1, de forme cylindrique, est entouré d'un
matériau d'indice n2 avec n1 > n2 .Si la lumière pénètre dans le cœur de la fibre avec un
angle suffisamment petit, elle subit une réflexion totale à la surface qui sépare le cœur de la
gaine, et elle se propage en zigzag le long de l'axe de la fibre, suite aux réflexions
successives.

2.2. Types de fibres:

Suivant les dimensions du cœur et les valeurs des indices n1et n2, on peut classer les fibres
en deux catégories : soit
3. Pertes et atténuation dans la fibre optique :

Une perte, ou atténuation se traduit en fibre optique par la perte d’énergie lumineuse dans
la fibre. Elle est mesurée en dB/Km. Les longues portées utilisées avec les fibres optiques
influent directement sur le signal lumineux, mais ce n’est pas la seule cause d’atténuation
qui existe, en effet, l’absorption, la diffusion, les courbures et les pertes de connectiques
sont les principales causes de l’atténuation. La dispersion chromatique et la dispersion
modale sont deux phénomènes qui causent la perte du signal. la figure ci-dessous montre les
différents types d’atténuation et des pertes.

Figure.1. Les différents types de pertes

Atténuation linéique :

Lorsqu’on injecte, à l’entrée d’une fibre optique, une puissance Pe= P(0) sous forme d’une
onde électromagnétique, cette puissance décroît avec la longueur L de la fibre optique en
fonction de l'atténuation linéique α dB/km, et à la sortie, on récupère la puissance Ps = P(L).
(figure.2)
'α' dépend du matériau (plastique, silice,...) et de la longueur d'onde λ. (figure.3)

Figure.3 Figure.2

Pour la figure.3, on définit 3 fenêtres de transmission :

- Les fenêtres 1 et 2 résultent d'un compromis technico-économique entre l'atténuation


apportée par la fibre et les composants optoélectroniques utilisés en fonction des
applications.

- La fenêtre 3 correspond à l'atténuation minimale mais exige des composants


optoélectroniques très performants, elle est réservée aux applications à haut débit et
longues distances.

Perte par injection:

La fibre optique accepte les rayons compris dans le cône d'entrée limité par son ouverture
numérique et par conséquent les rayons, émis par la source lumineuse, non inclus dans ce
cône, seront perdus.

Le rapport entre la puissance lumineuse reçue par la fibre Pr et la puissance lumineuse Pe


émise par la source de lumière (diode DEL, diode Laser) s'appelle coefficient de couplage et
se note ηc.

Les pertes par injection sont définies par:

Pi(dB)= 10.Log (ηc)

3.1. Pertes par absorption :

3.1.1. L’absorption intrinsèque :

On peut observer deux types d’absorption : les absorptions dues aux vibrations de liaisons et
celles dues aux transitions électroniques.

3.1.1.1. Absorption due aux vibrations de liaisons


Ce mécanisme d'absorption correspond à l'excitation de vibrations du réseau formé parles
atomes du matériau. Ce mécanisme d'absorption n'est important que si la fréquence de
l'onde électromagnétique est voisine de la fréquence d'oscillation de la liaison entre les
atomes, soit la liaison Si-O dans la silice. A cette fréquence de vibration correspond des
longueurs d'onde entre 8 et 12 μm, soit assez loin dans l'infrarouge. Toutefois, des longueurs
d'onde plus courtes contribuent encore faiblement à l'absorption par excitation de
vibrations du réseau.

3.1.1.2. Absorption électronique :

Les niveaux d'énergie permis des électrons se trouvent dans des bandes. Les niveaux
occupés les plus élevés forment une bande, appelée bande de valence. A température
ambiante, aucun niveau inoccupé n'existe dans cette bande. La bande suivante, formée de
niveaux inoccupés, s'appelle la bande de conduction. Elle est séparée de la bande de valence
par une bande interdite de largeur Eg. Figure 4

Figure.4

L'absorption due aux transitions électroniques entre la bande de valence et la bande de


conduction n'est donc possible que pour des rayonnements électromagnétiques telles que
l'énergie des photons soit supérieure à Eg, ce qui correspond à des longueurs d'onde
inférieures à :

3.1.2. Absorption extrinsèque :

3.1.2.1. Sels de métaux de transition :


Ce mécanisme d’absorption est lié à la présence inévitable d'impuretés dans le verre. Ces
impuretés sont principalement les atomes métalliques (Fe, Cu, V, Co, Ni, Mn, et Cr) et les
ions OH- provenant de traces d'eau. Les atomes métalliques se trouvent dans le verre sous
forme d'ions dont les niveaux d'énergie électroniques sont tels que la lumière utilisée dans
les fibres (0,8 - 1,55 μm) peut facilement exciter des transitions électroniques.

3.1.2.2. Polluants organiques :

Tous les polluants organiques peuvent être responsables de l’absorption optique d’un
matériau. De ce fait, une purification poussée est nécessaire. Mais l’absorption extrinsèque
est principalement due à la présence d’eau, dont la vibration des groupements hydroxyle
entraîne une forte atténuation optique.

3.2. Atténuation optique par diffusion :

3.2.1. Diffusion intrinsèque :

Elle causée par la diffusion Rayleigh qui est la diffusion de la lumière sur les molécules du
matériau (la silice), due à des variations locales de l'indice de réfraction créées par des
changements de densité ou de composition apparus au moment de la solidification du
matériau. Cette diffusion se traduit par la propagation d’une partie de l’énergie incidente
dans toutes les directions de l’espace, ceci en tout point de la fibre. La courbe ci-dessous
traduit cette perte en fonction de la longueur d’onde.

Figure.5. Diffusion de Rayleigh

3.2.2. Diffusion extrinsèque :

Cette diffusion est provoquée par les imperfections dans la structure de la fibre. Elle ne
dépend pas de la longueur d’onde et peut être réduite au minimum en améliorant les
techniques de fabrication. Ces imperfections peuvent prendre la forme de zones
microcristallines, d’infondus, d’agrégats de toutes sortes, de bulles d’air, de poussière, d’une
pollution à l’interface entre le cœur et la gaine et/ou provenir de variations du diamètre du
cœur du guide.

La figure 6 résume l’atténuation par absorption et par diffusion.

Figure.6. Atténuation de la lumière dans une fibre optique en silice de haute qualité

3.3. Les courbures :

La courbure de la fibre, tant macroscopique (due au câblage) que microscopique (due à la


pression d'un revêtement protecteur par exemple) peut entraîner une atténuation de la
lumière. Les pertes par courbure macroscopique sont souvent négligeables en pratique, mais
les pertes par micro-courbures peuvent augmenter l'atténuation de manière significative si
on ne prend pas les précautions nécessaires lors de la fabrication et de la manutention des
câbles. Figure 7
Figure.7. Types de courbures

3 .4. Pertes de connectique :

Ces pertes sont dues à la séparation longitudinale, désalignement radial/ angulaire,


Excentricité/ellipticité des cœurs (figure 8).

Figure.8. Pertes de connectique

4. Amplification du signal :

4.1. But des amplificateurs optiques :

Le rôle des amplificateurs optiques est de permettre de prolonger les distances que l’on peut
atteindre avec un système de télécommunication. L’amplification permet donc de restituer
le signal atténué.

4.2. Réamplification du signal par voie optique :

Un amplificateur optique est constitué d’une fibre optique « particulière » que l’on va exciter
en lui fournissant de l’énergie. Cette excitation va pouvoir donner naissance à un processus
d’amplification comme cela est montré ci-dessous :
Figure.9

L e schéma de principe d’un amplificateur optique est donné dans la figure ci-dessous

Figure.10

Un amplificateur pour applications aux télécommunications est toujours composé de 3


éléments :

- La fibre amplificatrice elle-même.

-Une source d’excitation de la fibre. Cette source est typiquement un laser de puissance
élevée, émettant de la centaine de mW à quelques watt. Ces lasers sont qualifiés de laser de
pompage.

- Un multiplexeur qui permet de coupler dans la fibre le signal à amplifier ainsi que le laser
de pompe.

5. Conclusion :

Nous avons vu dans ce mini projet les différentes causes de l’atténuation du signal dans la
fibre optique. L’amplification par voie optique permet de restituer le signal d’origine à partir
d’une fibre amplificatrice et d’un laser de pompage.