Vous êtes sur la page 1sur 695

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

Hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique dans la ville de Mawlāy Idrīs

Ruggero Vimercati Sanseverino

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

Hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique dans la ville de Mawlāy Idrīs

Centre Jacques-Berque

2014

Collection Les Rééditions du CJB

http://books.openedition.org/cjb/

Au

seuil de la vie marocaine. Les coutumes et les relations sociales chez

les

Marocains, L. Brunot, 2013 (éd. originale 1950).

Collection Description du Maghreb

http://books.openedition.org/cjb/

Surnaturel et société, l’explication magique de la maladie et du malheur à Khénifra, Maroc, S. Radi, 2013.

Essai sur le système pénal marocain, M. Amzazi, 2013.

Femmes, associations et politique à Casablanca, Y. Berriane, 2013.

Médinas immuables ? Gentrification et changement dans les villes historiques marocaines (1996-2010), sous la direction d’E. Coslado, J. McGuinness et C. Miller, 2013.

La bienvenue et l’adieu : migrants juifs et musulmans au Maghreb, XV e -

XX e siècles, 3 tomes, F. Abécassis, K. Dirèche et R. Aouad (dir.), 2012.

Fils de saints contre fils d’esclaves. Les pèlerinages de la Zawya d’Imi n’Tatelt (Anti-Atlas et Maroc présaharien), S. Naji, 2011.

Le Centre Jacques-Berque (CJB) est une unité mixte du ministère des Affaires étrangères et du Centre national de la recherche scientifique. Il est installé à Rabat, au Maroc. Son activité de recherche prend la forme de programmes, de manifestations et de publications scientifiques portant sur les dynamiques sociales, économiques et politiques du Maroc et du Maghreb. Son équipe est française, marocaine et internationale.

Maktabat el-Maghreb, la collection électronique du CJB, accueillie sur le portail OpenEdition, se décline en deux sous-collections : Description du Maghreb et Les Rééditions du CJB. http://books.openedition.org/cjb/

© Centre Jacques-Berque, 2014

Centre Jacques-Berque, USR3136 35, avenue Tarik Ibn Ziyad, Rabat, Maroc www.cjb.ma

Cet ouvrage a bénéficié du soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie

Dépôt légal : juin 2014 ISBN : 979-10-92046-16-8 ISBN pour la version numérique : 979-10-92046-17-5

Ruggero Vimercati Sanseverino, Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912) : hagiographie, tradition spirituelle et héritage prophétique dans la ville de Mawlāy Idrīs, collection Description du Maghreb, 2014, [en ligne], http://books.openedition.org/

cjb/498.

Coordination éditoriale : Catherine Filippone

Table des matières

Préface

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

13

Remerciements

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

15

Notes sur la transcription et

liste des abréviations

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

17

Introduction

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

23

Première partie. La tradition hagiographique de Fès : présentation des sources

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

41

L’hagiographie dans la tradition islamique

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

44

Les principaux ouvrages consacrés aux saints de Fès

53

Conclusion : l'hagiographie, la

sainteté et

la ville

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

107

Deuxième partie. Histoire de la

sainteté à

Fès

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

119

Chapitre 1. La période formatrice de la tradition spirituelle

de Fès, des Idrissides

au jazūlisme

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

121

Les Idrissides : la bénédiction de l’ascendance prophétique et la fondation de Fès (III e /IX e siècle)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

122

Gardiens de la ville : les ascètes juristes, « piliers » de Fès (IV e /X e siècle)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

145

Fès, centre du soufisme « ghazalien » (V e -VI e /XI e -XII e siècles)

160

Abū Madyan et ses héritiers : fondation d’une voie, illumination et hiérarchie initiatique (fin VI e -début VIII e /

XII

e -XIV e siècles)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

190

Le

soufisme et la Qarawiyyīn : entre Ibn ‘Abbād et Zarrūq

(VIII e -IX e /XIV e -XV e siècles)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

225

Renouveau spirituel et émergence du chérifisme : al-Jazūlī et

ses

adeptes

 

(IX e -X e /XV e -XVI e siècles)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

258

8

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

Chapitre 2. Émancipation, maturité et crise : de la Fāsiyya aux Kattānī La naissance d’une tradition initiatique fāsie : Abū al-Maḥāsin et la zāwiya al-Fāsiyya (X e -XI e /XVI e -XVII e siècles)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

la Wazzāniyya, la Nāṣiriyya et ‘Abd al-‘Azīz al-Dabbāgh

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

297

298

Sainteté chérifienne, ordres soufis et science inspirée :

(XI e -XII e /XVII e -XVIII e siècles) La fondation des grands ordres et le renouveau du soufisme :

357

entre les influences extérieures et la réforme interne (fin XII e -XIII e /XVIII e -XIX e siècles)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

391

Légitimité idrisside, renouveau akbarien et vitalité de la tradition initiatique : le rayonnement des Kattānī et les ordres initiatiques à l’aube du Protectorat (fin XIII e -début XIV e /

XIX

e -XX e siècles)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

427

Troisième partie. Formes de la sainteté, sainteté de la ville

451

Chapitre 1. Fès et sainteté

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

453

Les

voies de la transmission : filiations et ordres initiatiques

453

Les

facettes de la sainteté : continuité et diversité des types

et des modèles spirituels

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

478

Sainteté

Sainteté

et

et

pratique initiatique connaissance

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Chapitre 2. La ville et les saints La place de Fès dans la vie des saints Les traces du saint dans la ville : les lieux et les temps de la sainteté Fès, ville sainte ?

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

506

534

555

555

568

593

Conclusion

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

609

Annexes

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

615

I.

Le plan de la ville à l'époque médiévale

617

II. Carte générale de Fès, de ses zāwiyas, sanctuaires et mosquées principales III. Tableaux des filiations spirituelles et tableaux généalogiques

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

620

623

Table des matières

9

IV. Liste des noms des principaux personnages cités dans cet ouvrage

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

629

Bibliographie

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

639

1.

Liste chronologique des sources de l'histoire de la tradition

spirituelle de Fès

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

639

2. Autres sources

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

648

études

3. arabe

Les

en

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

654

4. d'autres langues

Les

études

en

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

660

À mes maîtres et professeurs À mes parents et grands-parents À Mayssan et à Azyadé

Préface

Par Denis Gril

A-t-on songé à écrire l’histoire religieuse et spirituelle des métropoles de l’Islam ? La tâche n’est pas aisée, si l’on songe à l’ampleur et à la

complexité des sources, à la nécessité de croiser l’histoire socio-politique et celle des doctrines et des mouvements religieux et intellectuels. Cette difficulté n’a pas découragé Ruggero Vimercati Sanseverino, qui

a rendu à la ville de Fès tous les honneurs dus à son passé de capitale

politique, scientifique et spirituelle. L’abondance des sources historiques, biographiques et hagiographiques, loin de le rebuter, l’a au contraire confirmé dans la nécessité de suivre, depuis la fondation de Fès jusqu’à l’avènement du Protectorat, les développements et les transformations de la tradition de science et de sainteté qui a fait la réputation de cette ville au Maroc et dans tout le monde musulman. Il s’est attaché à montrer comment au fil des siècles la science des oulémas, transmise dans les

mosquées et les médersas, ainsi que le savoir initiatique, reçu et diffusé dans les zaouïas, ont constitué un couple inséparable aux relations tantôt harmonieuses, tantôt tumultueuses. Plutôt que suivre la périodisation de l’histoire dynastique marocaine, il propose de retracer l’évolution de ces relations par une typologie de la sainteté caractéristique de chaque époque. Il fait revivre ces hommes de Fès à partir des très nombreuses

sources primaires et secondaires qu’il donne ainsi à connaître, ce qui fait de ce travail une mine bibliographique pour tous ceux qui s’intéressent

à l’histoire du Maroc et à celle de la spiritualité en islam. Ces saints

personnages, savants, lettrés, parfois analphabètes ou ravis en Dieu, prennent une épaisseur historique et sont resitués dans la place et la fonction qu’ils ont occupées dans la ville. L’auteur nous fait entendre aussi leur voix, à commencer par celle d’Idrīs II qui, selon la tradition, a prédit par son invocation le destin de Fès, consacrée à la pieuse recherche de la science. Il nous donne aussi à lire quelques extraits de leurs enseignements

14

Fès et sainteté, de la fondation à l’avènement du Protectorat (808-1912)

transmis par voie orale et écrite. Son histoire de la sainteté pourrait servir de cadre à une histoire doctrinale du soufisme non seulement à Fès mais dans l’ensemble du Maroc. En effet, parmi les saints et maîtres spirituels dont il est ici question, certains sont nés et morts à Fès ; d’autres y sont nés et y ont été formés mais ont poursuivi ailleurs leur carrière ; d’autres encore y sont venus un temps pour étudier et suivre l’enseignement d’un maître ou pour y rencontrer leurs semblables ; d’autres, enfin, s’y sont installés définitivement, à un certain stade de leur parcours. Ce dynamisme de la ville et les réseaux qui se tissent à partir d’elle sont remarquablement soulignés. Les liens de Fès avec les autres villes et régions du Maroc ainsi qu’avec les autres parties du monde musulman pourraient, à partir de ce travail, faire l’objet d’une recherche spécifique.

En prenant le parti d’inscrire cette histoire dans la longue durée, Ruggero Vimercati Sanseverino a produit un ouvrage de référence qui rendra, et pendant longtemps, de grands services. On tirera profit des tableaux des filiations charnelles et spirituelles ainsi que des cartes qui invitent à la ziyāra. Cependant, sa contribution à l’histoire de la spiritualité va beaucoup plus loin. Il excelle à faire jaillir des sources tout ce qui fait la richesse de cette histoire. Par quelles voies intérieures ou visibles accède-t-on à l’élection divine ? Comment les saints investissent-ils la ville, dans les divers lieux où leur présence est plus particulièrement sensible, durant leur vie et après leur mort ? Comment leur souvenir et les traces architecturales de leur passage marquent-ils le temps et l’espace ? L’analyse souvent très fine de la littérature hagiographique ne va pas sans une interrogation constante sur le statut de cette écriture héritière de l’histoire sacrée. La distance que doit prendre le chercheur ne le dispense nullement de chercher à comprendre les intentions profondes des hagiographes et leur rôle dans l’élévation de Fès au rang de « ville des saints ». Telle a été la posture scientifique de l’auteur de ce livre. Elle l’a conduit à s’interroger sur ce qui justifie une telle appellation que d’autres villes de l’islam et du Maroc, Marrakech en particulier, pourraient revendiquer. Dans cette quête, la figure légendaire et historique du fondateur de Fès, venu féconder le Maroc de la semence prophétique, a joué un rôle. Elle a fait prendre conscience à Ruggero Vimercati Sanseverino que le couple science-sainteté a formé à Fès, avec la descendance charnelle et spirituelle du Prophète, un ternaire que ses saints ont reçu en héritage. On saura gré à ce jeune chercheur d’avoir ouvert les portes d’un regard nouveau sur l’histoire de la ville en islam. Rappelons enfin que, dans le Coran, la ville (madīna) est souvent le symbole du cœur.

Remerciements

C’est à M. Bernard Bourret que je dois d’avoir découvert Fès et ses saints, et c’est dans ses conseils et sa personne que j’ai trouvé l’inspiration et le courage d’entreprendre cette recherche et la mener à son terme. Qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude pour son soutien, pour les nombreuses conversations grâce auxquelles cette recherche a pu acquérir la profondeur qu’elle mérite et pour tout ce que je ne peux nommer.

Ma pensée et mon affection vont à mon épouse Mayssan, soutien inestimable à la fois moral et logistique. C’est pour moi une grande joie d’avoir pu partager avec elle cette aventure qui nous a amenés à rencontrer, pendant quatre ans, des situations inattendues. Sans ses sacrifices, sa confiance et ses encouragements, ce travail n’aurait pas été possible.

Ma gratitude s’adresse à mon père Roberto, à ma mère Ute et à ma sœur Laura, qui n’ont jamais hésité à m’apporter toute l’aide nécessaire et

à m’encourager, malgré les incertitudes, me témoignant ainsi une confiance

inébranlable. Que l’ensemble de ma belle-famille, ayant accompagné la genèse de ce travail avec intérêt et compréhension, se sente incluse dans cette intention.

M. Denis Gril, qui me fait l’honneur de m’accompagner dans mon parcours universitaire depuis maintenant onze ans, a été pour moi un Doktorvater inoubliable et un modèle qui m’a profondément marqué, tant par son dévouement et sa rigueur intellectuelle que par sa modestie et son authenticité. Qu’il trouve ici l’expression de ma reconnaissance pour les multiples formes du soutien qu’il m’a généreusement accordé.

Un merci tout particulier aux membres du jury de la thèse qui est à

l’origine de ce livre : M me Nelly Amri, M. Éric Geoffroy, M me Catherine Mayeur-Jaouen, M. Fernando R. Mediano et M. Abdelahad Sebti n’ont pas ménagé leur peine pour apporter toute leur expérience et expertise

à la finalisation de ce travail, me permettant ainsi de fournir, comme je