Vous êtes sur la page 1sur 1

Dimanche 1 mars 2015 L'ACTU / Histoires d'actu 13

D’hier à aujourd’hui Le chiffre


Sur l’acte de décès d’André Lecroq ne figure pas la mention Mort pour Entre 1914 et 1919, le 39 régiment d’in-
la France, sa veuve ne touche pas de pension. En 1921, la ligue des Droits fanterie de Rouen paie un très lourd tri-
de l’Homme demande la révision de son procès, mais la requête est re- but au conflit. En tout, 3 500 soldats vont
jetée par la cour d’Appel de Caen en 1922. tomber sous les balles et les couleurs du
Il faudra attendre le 11 novembre 2002, à l’initiative de Bruno Gar- régiment rouennais, chiffre qui corres-
raud, un médecin passionné par l’histoire de la Première guerre mondiale pond à l’effectif total du régiment. « Il a
pour que la municipalité de Blangy-sur-Bresle dévoile une plaque com- été reconstitué six ou sept fois pendant la
mémorant la mémoire du soldat André Lecrocq sur le monument aux guerre » souligne Bruno Nion, qui s’est
morts de la commune. attaqué à un travail de titan, celui de
Ainsi, il rejoint les soixante-neuf autres blangeois tombés pendant le con- dresser la liste exhaustive des 3 500 sol-
flit. dats du 39 RI tombés pour la France.
La plaque sur le monument aux morts de Blangy

Le fusillé qui inspira Dorgelès


Roman. Fusillé pour
l’exemple en 1915, le Pendant ce temps là
soldat Albert Lecroq a servi Avec l’entrée en guerre de l’Empire Ot-
toman zux côtés de l’Allemagne fin 1914
de modèle à Roland le détroit de Constantinople menace
Dorgelès, pour l’un des d’être fermé, coupant ainsi une ligne de
ravitaillement pour la Russie. Des navi-
chapitres de son livre Les res demarine française appareillent des
croix de bois. L’écrivain ports de Marseille et Toulon pour rejoin-
dre la Royal Navy en Méditerranée.
servait dans le même Cap sur le Détroit des Dardanelles.
régiment, le 39 R.I. Le 19 février 1915, au matin, 12 navires
de guerre arrivent devant le détroit et ou-

L
e 18 mai 1915, le soldat de deuxième vrent le feu à grande distance contre les
classe André Lecroq, originaire de 4 forts de l’entrée. Deux forts sont écra-
Blangy-sur-Bresle, est traduit devant sés par les tirs anglais et français.
le conseil de Guerre pour « abandon de Mais les tergiversations alliées laissent le
poste face à l’ennemi ». Condamné à mort, temps aux Turcs de se renforcer. Le dé-
il est exécuté dans l’après-midi et tombe barquement allié a finalement lieu sur
sous les balles de ses camarades de combat. l’île de Gallipoli le 20 avril. Le front se
Fusillé pour l’exemple, comme trois autres fige le 28 avril. Jusqu’à fin mai, les con-
soldats du 39e R.I en 1914 et 1915, dont la tre-attaques turques feront près de
base est à Rouen et dont le recrutement est 20.000 victimes chez les Alliés.
essentiellement normand. De nouvelles troupes alliées sont débar-
« Le craquement tragique d’une salve. Un autre quées pendant l’été, sans plus de résul-
coup de feu : le coup de grâce. C’était fini » écrit tats. Les troupes sont rembarqués pen-
Roland Dorgelès dans le chapitre IX de son dant l’hiver. Winston Churchill, premier
livre, Les Croix de bois, sorti en 1919. Car Lord de l’Amirauté, à l’origine du désas-
l’écrivain, originaire d’Amiens et lui-même tre, assume et démissionne.
mobilisé au 39e régiment d’infanterie, a Roland Dorgelès, en 1915 dans le secteur du Luxembourg collection Micheline Dupray
vécu comme d’autres camarades d’infor-
tune l’exécution de soldat Lecroq. « Jamais, au Bois de la mine » souligne Bruno Nion, ligne. En février 1915, il est stationné près de gnes sont parsemés de taches bleues et rouges. »
même aux pires heures, on n’a senti la Mort pré- auteur d’un livre sur le 39 R.I pendant la Reims, au lieu-dit de la ferme du Luxem- Bien avant les mutineries de 1917, trois sol-
sente comme aujourd’hui. On la devine, on la Grande guerre et qui relate tous ses événe- bourg, sur la nationale 44. Le 16 février, il est dats du 39e seront passés par les armes.
flaire, comme un chien qui va hurler. C’est un sol- ments. Le 11 mai, vers 20 h, André Lecroq envoyé à l’assaut du bois du même nom, Avant le soldat Lecroq au printemps 1915,
dat, ce tas bleu ? Il doit être encore chaud. ». abandonne ses armes et sa tranchée, hébé- tenu par les Allemands. « C’est l’époque de un soldat originaire de Formerie est fusillé
L’aumônier du régiment écrit à sa veuve, té. Il croise son chef de bataillon, une plainte l’offensive à outrance, » résume Bruno Nion, en septembre 1914 pour abandon de poste.
« J’ai vu pleurer les officiers et les gendarmes ». est déposée, Lecroq est arrêté. Pourtant, ses « sur les 1 000 soldats que comptait le régiment le Quelque temps plus tard, en 1915, c’est un
supérieurs tentent de la défendre, soulignent 15 février, 425 soldats ont été tués ou portés dispa- soldat de Barentin qui est fusillé. Le dernier
TROIS JOURS que le régiment a subi trois jours de bom- rus au soir du 16 février ». « Cette journée a influé du 39e RI avant la fin de la guerre.
bardements, « le soldat Lecroq a été victime sur mes méninges, » écrit le caporal Schnell-
DE BOMBARDEMENTS d’un moment d’aberration, » souligne le sous- bach, originaire de Dieppe, dans une lettre OLIVIER CASSIAU
lieutenant Coffin. Aujourd’hui, on parlerait à ses parents, « j’en suis encore effrayé, jamais je  Un régiment normand dans la Grande guerre, par
Comment en est-on arrivé là ? Depuis une dans la langue de Shakespeare d’un shell- n’ai vu une chose pareille. Il n’y a pas de mots pour Bruno Nion, éditions Ysec, 28 €.
semaine, les combats sont très violents, les shoked, un choc traumatique dû aux bom- restituer ce carnage. Et maintenant, plus que ja-  Bruno Nion prépare deux ouvrages, il recherche des
bombardements incessants. bardements. mais, je n’ai espoir d’en revenir. Sauvez-nous donc documents sur le 39 RI en 1939-1940, et sur le 239
« L’attaque a été déclenchée par les Allemands Depuis des mois, le 39 R.I est en première de cet enfer… Les champs qui séparent les deux li- R.I. bruno.nion@free.fr ou 02 35 63 40 44.

Tranchée de Redon, hiver 1915, le caporal Schenllbach observe les Le général Mangin observe les
tranchées ennemies collection André Schnellbach positions coll Charles Gibon Guilhem la fameuse ferme du Luxembourg, position du 39 e RI coll S..Morin