Vous êtes sur la page 1sur 43

Le risque d’explosion

CNE MERENI J.
Définition
Les paramètres physico-chimiques
les risques
Typologie des explosions
Qu’est-ce qu’une explosion ?

Quelle peut être son origine ?

Quelles en sont les conséquences ?


Définition d’une explosion :

Une explosion est « la transformation rapide d’un


système matériel donnant lieu à une forte émission de
gaz, accompagnée éventuellement d’une émission de
chaleur importante (INRS) »

Elle peut être pneumatique, nucléaire, chimique….

Nous traiterons essentiellement dans ce cours des explosions


chimiques, qui s’apparentent à des combustions violentes et
soudaines.
Les paramètres physico-chimiques :

Les états de la matière


Les 2 régimes d’explosion
Le domaine d’explosivité
Point éclair – point de flamme – point d’auto
inflammation – point d’ébullition – point de fusion
La densité
La stœchiométrie
Les seuils
État de la matière et changement d’état :
L’état de la matière est fonction de :
La température
La pression
Exemple de l’eau
Exemple du propane
L’explosion d’un mélange gazeux peut prendre 2
formes :

L’onde de combustion se déplace par conductibilité


DEFLAGRATION thermique, la vitesse est de l’ordre du m/s avec une
surpression modérée (4 à 10 bars)

Nécessite un mélange stœchiométrique.

La Pression et la T° varient de façon discontinue avec


DETONATION
formation d’une onde de choc se déplaçant à des
vitesses supersoniques (km/s) et la surpression peut
atteindre 20 à 30 bars
LIE :
La Limite Inférieure d’Explosivité ou
d’Inflammabilité d’un gaz ou d’une vapeur
dans l’air est la concentration maximale
en volume dans le mélange au-dessus
de laquelle il peut être enflammé

LSE :
La Limite Supérieure d’Explosivité ou
d’Inflammabilité d’un gaz ou d’une vapeur
dans l’air est la concentration maximale
en volume dans le mélange au-dessous
de laquelle il peut être enflammé
Substance LIE LSE Substance LIE LSE
Acétone 3% 13 % Hydrogène 4,1 % 74,8 %
Acétylène 2,5 % 82 % Kérosène 0,6 % 4,9 %
Ammoniac 15,5 % 27 % Méthane 5,0 % 15 %
Benzène 1,2 % 7,8 % Monoxyde de carbone 12,5 % 74,2 %
Butane 1,8 % 8,4 % Octane 1% 7%
Éthanol 3% 19 % Pentane 1,5 % 7,8 %
Éthylbenzène 1,0 % 7,1 % Propane 2,1 % 9,5 %
Éthylène 2,7 % 36 % Propylène 2,0 % 11,1 %
Diéthyléther 1,9 % 36 % Styrène 1,1 % 6,1 %
Gazole 0,6 % 6,5 % Sulfure d’hydrogène 4,3 % 46 %
Gaz naturel 5% 15 % Toluène 1,2 % 7,1 %
Heptane 1,05 % 6,7 % White-spirit 0,6 % 8%
Hexane 1,1 % 7,5 % Xylène 1,0 % 7,0 %
 L’intervalle d’explosivité (LIE-
LSE) augmente lorsque la T°
augmente

 Le point éclair est voisin de la


T°à laquelle la pression de
vapeur saturante permet
d’atteindre la LIE
Définitions :
T° à laquelle on observe l’inflammation au dessus d’un liquide en présence
POINT ECLAIR
d’une flamme pilote (l’inflammation cesse quand on retire la flamme)

T° à laquelle on observe l’inflammation au dessus d’un liquide en présence


d’une flamme pilote (l’inflammation continue quand on retire la flamme)
POINT DE FLAMME = point éclair + 2 ou )
Le feu est continuellement alimenté par des vapeurs combustibles. Le
combustible continue de brûler tout seul.

Température suffisante pour déclencher spontanément des réactions


POINT D’ AUTO d’oxydations, provoquer leur accélération et atteindre l’explosion.
INFLAMMATION Le combustible (gaz) s’enflamme tout seul sous l’effet de la température.
Ex : méthane 550 ° C

POINT Température la plus élevée que peut atteindre un corps avant de


D’EBULLITION (PE) s’évaporer. Cette température se calcule à la pression atmosphérique.
POINT DE Température à laquelle une substance passe de l’état solide à l’état liquide
FUSION (PF) sous la pression atmosphérique.
DENSITE :

La densité d’un gaz est le rapport entre la masse molaire du gaz et


la masse molaire de l’air (29 g/mol).

Substance DENSITE

hydrogène 0.069

méthane 0.55

propane 1.53

butane 2

chlore 2.46
STOECHIOMETRIE

La stœchiométrie est atteinte lorsque la répartition du combustible


et du comburant est exactement proportionnelle à celle écrite
lorsque l’on équilibre la réaction de combustion.
C’est le mélange donnant le meilleur rendement. Il permet la
détonation

Cs = coefficient stœchiométrique

Cs = nombres de mole de combustible / nombre de moles total


dans l’équation de combustion (attention, il faut prendre en compte
les molécules de N2 même si elles ne réagissent pas)
Les seuils :

FLUX
SURPRESSION
THERMIQUE
SEI (seuil des effets
3 KW/m2 50 mbar
irréversibles)

SEL (seuil des effets


5 KW/m2 140 mbar
létaux – 1% mortalité)

SELS (seuil des effets


létaux significatifs – 5% 8 KW/m2 200 mbar
mortalité)
Les risques les plus courants :

La fuite de gaz sur réseau (PGR)


Les bouteilles de gaz
Les réservoirs de gaz
les transports de GPL
Les bouteilles d’acétylène
Les engrais (ammonitrates)
Fuite de gaz sur réseau :

Cours LAFAYETTE à LYON en


février 2008.

Bilan :
1 mort (SP)
2 blessés graves et 38
blessés légers

Les effets :
Flux thermique
surpression
Effets missiles
Fuite de gaz sur réseau :

Voir ODO intervention sur réseau GAZ et PGR


Fuite de gaz sur réseau :
HP
> 25 bars (TRANSPORT) Acier
(haute pression)
MPC Acier
4 bar jusqu’à 25 bars
(moyenne pression C) PE jusqu’à 8 bar
MPB Acier
400 mbar jusqu’à 4 bars
(moyenne pression B) PE

MPA 50 jusqu’à 400 mbar


Acier - PE - Fonte
(moyenne pression A) En voie de disparition

0 à 50 mbar
BP
Alimente directement les Acier - PE – Fonte -
(Basse pression)
appareils domestiques
Fuite de gaz sur réseau :
Fuite de gaz sur réseau :

Le méthane est inodore

Mercaptan : Famille de composés organiques soufrés dégageant une


forte odeur désagréable qui persiste même dans le cas d'une faible
concentration dans l'air. Ils sont utilisés pour odoriser le gaz naturel

Tétrahydrothiophène (THT) : Odorisant de synthèse pour le gaz naturel

Le mercaptan n’est plus utilisé aujourd’hui dans le gaz naturel (méthane, CH4)
en raison de ses propriétés corrosives qui dégradent les conduites de gaz
Les bouteilles de gaz :

Chez les particuliers, le propane est généralement stocké à l’extérieur


et le butane à l’intérieur.

Conditionnement en bouteilles 6 kg / 10 kg / 13 kg / 35 kg

La couleur des bouteilles ne correspond pas au gaz et ne permet pas


de les différencier.
Les bouteilles de gaz :

Bouteille de propane
Bouteille de butane
(réservoirs véhicules GPL = mélange des 2)

Propane C3H8 Butane C4H10


Point d’ébullition -44 ° C 0° C
LIE 2,4 1,8
LSE 9,3 8,8

TENSION de
10 bars (danger) 2 bars
VAPEURS à 20° C
Les bouteilles de gaz :

Ex du BUTANE pour une mesure avec un QRAEII :


L’appareil indique une valeur de 20 % de la L.I.E
Le facteur de correction est de 2
Nous sommes en présence d’une atmosphère à : 20*2 = 40 % de la
L.I.E du BUTANE

Ex du Propane pour une mesure avec un QRAEII :


L’appareil indique une valeur de 20 % de la L.I.E
Le facteur de correction est de 1.6
Nous sommes en présence d’une atmosphère à : 20*1.6 = 32 % de la
L.I.E du PROPANE
Les réservoirs de propane extérieur :

Généralement utilisé pour le chauffage des particuliers


Peut être aérien ou enterré
Des soupapes de sécurité équipent les réservoirs
Les transports de GPL sur route :

1965 = butane ou propane


Les organes de service des réservoirs doivent être protégés par un
capot ou par tout autre dispositif équivalent
Les transports de GPL sur voie ferrée :

Les wagons transportant des gaz liquéfiés (GPL et autres) sont


repérés par une bande orange de 30 cm de largeur qui entoure le
réservoir à mi-hauteur.
Les bouteilles d’acétylène :

Voir ITOP 008 SDIS42

Formule chimique C2H2


Bouteille de couleur MARRON CLAIR
Gaz extrêmement inflammable et instable
Odeur d’ail
LIE : 2.2 %
LSE : 82 %
d≈1
Les bouteilles d’acétylène :

Il se décompose en hydrogène et en carbone sous l’effet de la pression


et de la température

Dans les bouteilles, le gaz est dissous dans un solvant : l’acétone +


matière spongieuse.

Dans ces conditions, il peut être stocké à 20 bars.


Particularité des engrais :

Voir ITOP 010 SDIS42.

Explosion de Saint-
Romain-en-jarez en 2003
(3 tonnes d’ammonitrates)
Le nitrate d’ammonium (ou ammonitrate) :

Formule chimique : NH4NO3


Comburant

Solubilité qui varie avec la T°:

1 190 g·l-1 (0 °C)


2 860 g·l-1 (40 °C)
10 240 g·l-1 (100 °C)

T°fusion = 170°C
T°ébullition = se décompose à partir de 210°C

Il se décompose sous l’effet de la chaleur en oxydants puissants.


Peut exploser en présence d’autres produits notamment les
hydrocarbures
Les différents types d’explosion :

Le BLEVE
L’UVCE
Le BOILOVER
L’explosion de poussières
Le BLEVE :

Boiling Liquid Expanding Vapor Explosion (Explosion de


vapeurs en cours d’expansion, émises par un liquide en ébullition)

De manière générale, ce type d’explosion concerne :

Les gaz inflammables liquéfiés sous pression

Les gaz d’un liquide ou mélange liquide porté à ébullition dans


une enceinte close qui suite à une décompression rapide sont le
siège d’une ébullition explosive

LE BLEVE concerne donc des produits initialement en phase


liquide
Le BLEVE :

1.surchauffe d’un liquide ou gaz liquéfié dans un réservoir clos


2.élévation importante de la pression
3.création d’une brèche (endroit fragilisé ou dépassement de résistance
mécanique)
4.Perte de conditionnement soudaine : la pression interne redescend et
provoque l’ébullition
5.dégagement à l’intérieur de très grandes quantités de vapeurs
6.Le contenant étant inadapté, il explose
Les effets du BLEVE :

Flux thermique - boule de feu


Onde de choc – surpression
Effets missiles

voir vidéo « BLEVE 1 » et « BLEVE 2 » sur SPIRAL CONNECT –


FOS NRBC – bibliothèque MULTIMEDIA
( http://formation.sdis42.fr )
L’ UVCE :

« Unconfined Vapor Cloud Explosion »


= explosion de nuage gazeux en milieu non confiné (ou semi-
confiné)

1.nuage de gaz de vapeur inflammable provoquée par une fuite


2.allumage de ce nuage sur un point chaud
3.explosion plus ou moins rapide en fonction de la concentration
en gaz
4.éventuellement propagation géographique de l’incendie

L’UVCE peut être le résultat d’une fuite de gaz sur réseau


Le BOILOVER :
explosion d ’un bac de stockage de liquides inflammables pris
dans un incendie, du fait de la vaporisation d ’une masse d ’eau
présente au fond du bac.
Les effets du BOILOVER :

•Flux thermique - boule de feu


•Violentes projections de combustible
L’ explosion de poussières :

Création d’un mélange explosif air / poussières qui est mis en contact
en milieu confiné avec l’énergie d’activation de la réaction de
combustion.

Les explosions de poussières reposent sur un facteur principal : la


division du combustible. Augmentation de la surface spécifique des
poussières (interface combustible – comburant)

1.réalisation d’un nuage stable


2.produits concernés : matières organiques (sucre, farine, charbon) ou
non (métaux, aluminium)
3.ignition du nuage formé ou atteinte température auto-inflammation
4.explosion : onde de surpression
L’ explosion de poussières :

6 conditions : hexagone de l’explosion de poussières

Pour le domaine d’explosivité : on parle de concentration minimale


explosive. S’apparente à la LIE d’un gaz mais pour les poussières
Explosion d’un silo de céréales à
BLAYE en 1997 :

11 morts
Bris de vitres jusqu’à 500 m
Projection > 100 m
28 cellules du silo sur les 44 sont
détruites
Conclusion :

LES MOYENS DE
LES EFFETS LES RISQUES
PROTECTION

Effets thermiques
Brulures, blast, Les EPI, la distance, les
surpression plaies, écrans (mobilier urbain),
traumatismes… l’ARICO…
Effets missiles