Vous êtes sur la page 1sur 3

THÈME 12   Sous toutes les coutures

Livre, p. 87-92 PRODUCTION ÉCRITE


Page 89
COMPRÉHENSION ÉCRITE
10 Proposition de corrigé :
Page 89 Certes, d’un point de vue global, on ne peut nier que
l’industrie textile contribue grandement à creuser
1 Le texte commence par « Chers vous » et il est
le fossé nord-sud lorsqu’elle produit à bas prix, en
écrit à la 2e personne du pluriel, ce qui est plutôt
exploitant les ouvriers de pays en développement.
inhabituel pour un article de journal.
Cela dit, au niveau européen, en ce qui concerne
2 Liste des adjectifs : originaux - alternatifs - co- l’apparence physique, les différences de niveau so-
quets - exubérants - voyants - sapés - fauchés. Un cial se gomment peu à peu. Observez les tenues de
« looké » est un individu qui a le courage de s’ha- 5 personnes prises au hasard dans une rue, à Paris,
biller comme bon lui semble, avec extravagance et à Barcelone ou à Londres, et tentez de deviner leur
originalité, pour ne pas passer inaperçu. profession, leur salaire… Pas facile!
La haute couture, autrefois l’apanage des élites, est
3 Les victimes de la mode selon S. Fontanel descendue des podiums des défilés ces dernières an-
portent des vêtements anonymes («  jean slim  » et nées. Ainsi, de grands créateurs de mode tels que
«  pull gris  », l. 37-38) ; elles sont timides et d’hu- Karl Lagerfeld, Stella McCartney ou Roberto Cavalli
meur maussade («  morne, timoré  », l. 37), jusqu’à se sont associés à une célèbre marque de la fast
en devenir transparente, voire à disparaître totale- fashion pour dessiner des collections accessibles à
ment (« invisibilité », « mort », l. 39-40). Leur per- tous. Les marqueurs socio-économiques du vête-
sonnalité est donc diamétralement opposée à celle ments, autrefois extrêmement clivants, s’estompent

THÈME
des lookés. donc au profit d’une homogénéisation du style.

12
Quant aux consommateurs ayant des scrupules à
4 Sous prétexte de ne pas se laisser manipuler par
acheter des vêtements fabriqués dans des condi-
la mode, certaines personnes décident de ne plus tions éthiquement discutables, ils ont aujourd’hui
la suivre, de se libérer de son joug. S. Fontanel sug- accès à de nombreux circuits de distribution alter-
gère ici que renoncer à afficher son identité à tra- natifs (friperie, sites d’achat ou de troc de vête-
vers son look n’est pas un acte de bravoure, mais ments d’occasion, vide-grenier...) pour se créer un
bien au contraire un manque de courage. style sans se ruiner.
5 S’habiller de façon exubérante n’est pas forcé-
ment un signe extérieur de richesse économique. COMPRÉHENSION ORALE
Au contraire, les lookés sont souvent «  fauchés  »,
et connaissent bien les astuces pour s’habiller à bas Page 90
prix. Pour nombre d’entre eux, l’excentricité est le 1 Qu’est-ce que la fast-fashion? Quelles sont les
seul trésor dont il dispose. conséquences de ce modèle économique? Peut-on
le changer ou l’éviter?
6 L’auteure loue volontiers le courage de s’expo-
ser aux autres tels qu’on est, qui serait selon elle 2 La fast-fashion est un modèle économique dans
une forme de beauté supérieure, mise en relief par le secteur de la mode, appliqué par de grandes
la forme restrictive « je ne vois d’autre solution, ni marques comme Zara ou H&M. Privilégiant l’image
même d’autre beauté pour un être humain que de et la publicité, ces entreprises produisent et vendent
se faire remarquer  » (l. 87-88). En revanche, elle des vêtements à bas prix, sans tenir compte des pro-
critique subtilement l’idée reçue, soulignée par blèmes écologiques et sociaux.
l’expression « bien sûr » en début de phrase (l. 89)
qui voudrait que les qualités morales d’un individu 3 Éric Delvaux admet que la fast-fashion a « dé-
aient forcément une valeur supérieure à ses qualités mocratisé la mode », car même les consommateurs
esthétiques. Il s’agit d’une norme sociale et morale issus de milieux défavorisés peuvent se permettre
(la gradation du verbe « pouvoir » au verbe « de- d’acheter des vêtements et des accessoires ten-
voir » le démontre), qui est d’une évidence terrible- dance.
ment banale et ennuyeuse (« oui on sait tout ça par
cœur », « on ne va pas revenir là-dessus », l. 90-91). 4 L’adjectif « énorme » qualifie les conséquences
environnementales désastreuses de la production
de vêtements. En marquant la prononciation de ce

49
mot, Valère Corréard souhaite souligner la dimen-
sion planétaire de la pollution engendrée par l’in- VOCABULAIRE
dustrie textile, au deuxième rang des industries les
Page 91
plus polluantes au monde.
1 a. une jupe crayon - b. un pantalon pattes d’eph’
5 Dans les pays en voie de développement, les
- c. un bustier - d. un marcel - e. un boubou
normes sanitaires ou sociales de bases ne sont
presque jamais respectées, notamment en Inde 2 Matières d’origine végétale : chanvre, dentelle,
(cas d’autisme en augmentation) ou au Bangladesh mousseline, organdi, satin, soie, toile, tulle.
(drame de l’effondrement du Rana Plaza).
Matières d’origine animale : cuir, fourrure, jersey.
6 Cette expression veut dire «  répéter avec
insistance, afin d’être bien compris  ». Ici, Valère 3 a. un ourlet : car ce n’est pas un objet qui sert
Corréard insiste sur les dégâts écologiques de la fast- à coudre. – b. une retouche  : car ce n’est pas une
fashion à l’aide de deux exemples supplémentaires partie d’un vêtement – c. le fashionista : car il ne
très parlants : une quantité d’eau équivalente à 70 participe pas à la création du vêtement.
douches serait nécessaire pour fabriquer un simple
4 a. Tourné vers le futur : innovant, moderne,
tee-shirt, et, parallèlement, 70% des vêtements de
révolutionnaire, visionnaire – b. Simple  : épuré,
nos placards ne serait pas réellement portés.
minimaliste – c. Qui dure : classique, emblématique,
7 Les consommateurs peuvent devenir des éternel, intemporel.
consomm’acteurs, et donc contrer le modèle de la
5 a. ajuster, raccourcir, une retouche – b. faire du
mode jetable, en changeant leur façon de consom-
lèche-vitrine – c. des paillettes, le strass, une tenue
mer. Il faudrait qu’ils achètent moins de vêtements
de soirée – d. raffiné, se mettre sur son 31 – e. la
de piètre qualité, et plus de produits éthiques, par
créatrice, la grande couturière, la styliste.
exemple fabriqués en France, ou dans un circuit
bio. Une autre solution proposée est l’achat de vê-
tements d’occasion, dans des lieux tels que les fripe-
ries, les dépôts-ventes (physiques ou en ligne), les
vide-dressings.

8 Les « fils et les aiguilles » se réfèrent ici à l’ac-


tivité de couture : pour lutter contre le gaspillage,
il est possible de réparer soi-même ses vêtements,
voire de les fabriquer. C’est une façon d’augmenter Page 92
leur durée de vie et d’avoir la garantie de porter
des produits éthiques. 1 1947 : b. Robe Corolle, 2. Christian Dior – 1954 :
e. Tailleur en tweed, 3. Gabrielle Chanel –1965 : d.
Mini-jupe, 1. André Courrèges – 1966 : c. Smoking
PRODUCTION ÉCRITE pour femme, 5. Yves Saint-Laurent. – 1983 : a. Mari-
Page 90 nière, 4. Jean-Paul Gaultier.

11 Proposition de corrigé : 2 1c – 2e – 3b – 4f – 5d – 6a
La nudité est-elle encore un tabou ? On voit des
3 Je suis le carré Hermès, un foulard carré.
corps dénudés s’afficher dans la rue, à la télévi-
sion, sur les réseaux sociaux, pour nous vendre du 4 a. CHÂLE - b. ÉCHARPE - c. MAILLOT - d. CHAUS-
shampoing, une voiture ou du yaourt. Cependant, SETTES.
il faut s’interroger sur les modèles de nudité qui
nous sont proposés : des corps parfaits, retouchés 5 a. Faux : « Coco » est le titre d’une chanson que
à l’aide de logiciels de traitement d’image, sans Gabrielle Chanel interprétait dans les cabarets lors-
cellulite, et sans vie, en fait. En réalité, ce qui est qu’elle était jeune. – b. Vrai  : Yves Saint-Laurent
encore interdit de nos jours, c’est de montrer nos est né à Oran en 1936, et ce n’est qu’en 1955 qu’il
corps tels qu’ils sont réellement, dans leur vérité. Le arrive à Paris pour faire ses études. – c. Faux : une
vrai scandale, c’est d’oser être soi-même et montrer salopette est un vêtement composé d’un pantalon
ses défauts, ses rides, ses cicatrices, c’est d’oser dire et d’un tablier retenu par des bretelles. – d. Vrai : la
« je suis beau tel que je suis ». Ou encore d’utiliser cravate proviendrait d’un type de foulard que por-
son corps comme porte-parole, à l’instar du groupe tait des soldats croates au XVIIe siècle.
des Fémens, ces jeunes activistes qui interviennent
dans des évènements publics en inscrivant sur leurs 6 Mon premier est MOT - Mon deuxième est
seins nus des messages féministes. DEUX - Mon tout est MAUD ou la MODE.

50
Cahier d’activités, p. 91-97
PRODUIRE
EXPOSÉ ORAL

Voir Choisissez un look, une « tribu » vestimentaire (style classique, hipster,


FICHE
MÉTHODO gothique, punk, hippie…), que vous appréciez. Composez-lui un chant
5
d’amour que vous déclamerez ensuite à haute voix, devant les autres
élèves de la classe.

Page 97

21 Proposition de corrigé pour le sujet : « Pourquoi j’aime les hippies ? »

Plan
Introduction
Partie 1. La douceur et la bienveillance
Exemples : les couleurs, les fleurs, l’engagement pour la paix
Partie 2. Une culture musicale
Exemples : la musique des années 1970, les festivals
Partie 3. Une contre-culture : anti consommation et look androgyne
Exemples : la vie de bohème, les garçons aux cheveux longs
Conclusion
Texte rédigé
Lettre à un hippie,
À toi qui n’as pas vu le temps passer, à toi qui souris sans cesse, peut-être encore sous l’emprise de mé-
langes d’herbes aromatiques délicatement roulées, à toi qui donnes au monde une couleur et une lu-
mière un peu plus douce, je dédie cette chanson d’amour et de paix... Désormais rare tournesol per-
du au milieu du champs gris urbain des costumes cravates, des jupes droites et des chemises blanches,

THÈME
tu éclaires la foule de ta naïve bienveillance, de ton aura joyeuse. Cheveux longs et désordonnés, ve-

12
lours et foulard vaporeux, tu es rare, oui, car tu témoignes d’une époque révolue, d’un ailleurs qui nous
semble aujourd’hui un rêve psychédélique... Le réveil a peut-être été brutal... On a la gueule de bois.
Donc je te remercie de porter encore tes colliers et tes bracelets de pacotille, qui cliquettent délicatement ;
leur musique heureuse rythme ta démarche, légère malgré tes pattes d’éléphant. On croirait entendre la gui-
tare grinçante d’un Jimi Hendrix électrisé, là, derrière toi, vêtu, comme toi aujourd’hui, d’une chemise rose
fuchsia aux manches évasées, un bandeau pourpre tentant tant bien que mal de contenir la masse sauvage
de ses cheveux… ah, ça pète tout ça !
En fait, le temps semble s’être arrêté ; ce temps, qui, pour toi, n’est ni de l’argent, ni une source de stress. Toi,
le vrai baba cool, tu récupères les fringues de ta mère dans un vieux carton, tu fréquentes les Puces, tu portes
des jeans déchirés parce qu’ils sont vieux, tu ignores Internet et les boutiques bobo. Toi, tu te moques des co-
des féminin/masculin: garçon ou fille, tu portes aussi bien une tunique bariolée qu’un jean moulant… et sur-
tout, tu serais prêt à te délivrer de tous les codes pour vivre nu, sous le soleil, exactement. Un vrai tournesol.
(296 mots.)

51