Vous êtes sur la page 1sur 24

Matière :

Montage et ingénierie financière


Thème :

« Le processus d’introduction en Bourse :


Cas de BVC »

Encadré par : M.ALAMI Youssef


Réalisé par :

 BELBAKRI Sara
 CHAFI Oumaima
 SOUFI Imane

Année universitaire : 2018/2019


Sommaire

Sommaire ................................................................................................................................................ 2
INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 3
Section 1 : Introduction en bourse .......................................................................................................... 5
Chapitre 1 : le marché boursier : ......................................................................................................... 5
1-Présentation du marché boursier : .............................................................................................. 5
2- Le rôle économique de la bourse : .............................................................................................. 6
Chapitre 2 : la souscription d’une introduction en bourse ................................................................. 7
1-Définition : .................................................................................................................................... 7
2- Modalités :................................................................................................................................... 7
3 - Les avantages de l’introduction en bourse ................................................................................ 8
4- Les contraintes de l’introduction en bourse ............................................................................... 9
Section 2 : Cas de BVC ........................................................................................................................... 10
Chapitre 1 : La Bourse Des Valeurs de Casablanca :.......................................................................... 10
1. Historique : ............................................................................................................................ 10
2. Structure de marché boursier : ............................................................................................. 11
3 . Intervenants du marché : ......................................................................................................... 12
Chapitre 2 : Etapes d’introduction à la bourse de Casablanca :........................................................ 14
Chapitre 3 : Dernière introduction à la BVC : Cas Immorente Invest ................................................ 19
1 . Présentation de l’entreprise : ................................................................................................... 19
2. Principaux actionnaires au 30/06/2018 .................................................................................... 20
3. L’introduction en bourse de Casablanca : ................................................................................. 20
4. Les principales caractéristiques de l’offre : ............................................................................... 21
5. La structure de l’offre : .............................................................................................................. 22
CONCLUSION ......................................................................................................................................... 23
Bibliographie et webographie : ............................................................................................................. 24

2
INTRODUCTION
Le financement des entreprises porteuses de projets, d’emplois et de compétitivité est
devenue une question centrale qui alimente de nombreux débats en raison de l’existence d’un
environnement caractérisé par l’intensité de la concurrence internationale et par la très forte
mobilité des capitaux.
Créer des entreprises est une chose mais leur permettre de croître en est une autre.
L’une des conditions de cette croissance – qui permet de voir l’entreprise individuelle se transformer en
société ou d’assister à la mutation d’une Très Petite Entreprise (TPE) en une Petite ou Moyenne Entreprise
(PME) puis en une Entreprise de Taille Intermédiaire (ETI) – réside dans l’allocation de moyens de
financement afin que les fondateurs des entreprises puissent développer leur projet.
L’atonie de la croissance des économies matures, raréfie les sources de financement des
entreprises en phase de développement. Même si les établissements bancaires assurent ne pas
avoir restreint leurs enveloppes de crédits, il n’en demeure pas moins vrai que les conditions
d’octroi de prêts bancaires sont plus restrictives.

Les conditions des concours financiers se sont durcies tandis que les contraintes réglementaires
se sont renforcées. L’augmentation des capitaux propres se heurte quant à elle assez
rapidement à la capacité d’autofinancement nécessairement limitée de sociétés en devenir
ainsi qu’aux capacités contributives de l’entourage immédiat des animateurs de l’entreprise.
Et pourtant, il ne saurait y avoir de projet entrepreneurial sans un accompagnement financier à long
terme. Aussi, si le financement par l’émission de titres de capital demeure une piste privilégiée du
financement des entreprises, il convient d’élargir le cercle des souscripteurs potentiels.

Les spécialistes du capital-investissement peuvent offrir des solutions intéressantes aux


dirigeants de sociétés en quête de moyens financiers. Cependant, les montants investis sont
parfois insuffisants pour satisfaire les besoins de la société qui les sollicite et la durée de
l’investissement, est en principe, limitée dans le temps.
Dans ce contexte, le financement par le marché, par l’émission de titres de capital sur les
marchés financiers ou par le biais d’offres de titres de capital peut représenter un fort potentiel
exploitable pour les sociétés en recherche de capitaux. Les marchés financiers dits « actions » –
en ce sens qu’ils permettent l’émission de titres de capital (marché primaire) puis leur négociation
entre investisseurs (marché secondaire) – offrent un potentiel très intéressant.

3
Les dirigeants de sociétés ne peuvent donc pas se permettre de faire l’économie d’une réflexion sur
l’opportunité et sur les conditions d’une telle opération. D’autant que l’introduction d’une société sur
un marché financier dit « actions » peut s’effectuer par des voies relativement aisées. Ces voies
garantissent à ceux qui les empruntent de lever les fonds dont ils ont besoin dans un contexte
réglementaire qui a su s’adapter afin de ne pas constituer un obstacle insurmontable et, par
conséquent, dissuasif.

Ainsi, ces dirigeants doivent se préparer à vivre une période très chargée, et se préparer le
plus en amont possible avec l’ensemble des intervenants en installant un dialogue permanent.
Ils doivent bien choisir leurs partenaires et savoir les mettre en concurrence pour mieux les
sélectionner. Renforcer l’équipe de direction et encadrer efficacement l’organisation de
l’entreprise. Nommer un responsable interne pour le suivi de l’opération. Définir une stratégie
de communication claire auprès des salariés
(Stratégies du « tout ou rien ») et en mesurer l’impact sur leur motivation.
Bien comprendre le « book building », c’est-à-dire la construction du livre d’ordres afin de
respecter la répartition des titres. Laisser une marge de progression suffisante au titre pour
attirer les investisseurs. Toujours bien informer le Teneur de Marché de sa communication
financière. Avoir la volonté de véhiculer des messages concis, percutants et réguliers à
l’ensemble de la communauté financière, et trouver un positionnement adéquat vis-à-vis du
marché pour faciliter la vie du titre sur le long terme. Posséder la bonne information au
moment opportun. Et finalement éviter le piège d’une vision à court terme.

Le plan de ce rapport se présentera comme suit ; la première section traitera le marché


boursier. Une approche exhaustive de la question appelle de s’intéresser d’une part, à
l’exploration des enjeux économiques qui y sont attachés, et d’autre part aux modalités, aux
conditions et aux contraintes surmontées suite à la souscription d’une entité à une introduction
en Bourse.
Nous nous intéresserons ensuite au niveau de la deuxième section au cas de la bourse des valeurs de
Casablanca ; Historique, gouvernance, intervenants du marché, réglementation et étapes
d’introduction.
Et puis finalement, le cas de la dernière introduction à la bourse des valeurs de Casablanca sera
présenté.

4
Section 1 : Introduction en bourse
Chapitre 1 : le marché boursier :

1-Présentation du marché boursier :


Un marché boursier est une institution qui peut être détenue par des acteurs publics ou privés
et permet d'échanger des actifs standardisés et de fixer ainsi de manière très régulière le prix
de référence de ces actifs. Mais en général, le terme est plus spécifiquement utilisé pour
désigner les bourses de valeurs mobilières, où s'échangent des actifs financiers (actions,
obligations).
Les actions, conférèrent le droit de vote pour approuver ou non la gestion de la société, et une
vocation à recevoir des bénéfices, le dividende.
Les obligations, rapportent un intérêt fixe ou variable selon la nature de l'obligation.
Au fil du temps, les différences entre ces deux produits bien distincts se sont amenuisées. De
nouvelles valeurs mobilières sont apparues qui combinent les spécificités de l'un et de l'autre :
titres de participation, actions sans droit de vote, ou titres hybrides tels que les obligations
convertibles ou les obligations à bon de souscription d'actions.
En général, les actions, obligations, les droits et les bons de privatisation ce qu'on appelle les
produits fins.
Où il s'agisse d'actions ou d'obligations, les valeurs mobilières cotées à la bourse doivent
d'abords être émises sur le marché pour ensuite faire l'objet d'échanges entre les investisseurs.
Ces deux étapes successives correspondant aux deux composants du marché boursier : le
marché primaire et le marché secondaire.
La survie et le développement du marché boursier dépendent du bon fonctionnement de ces
deux composants.

a. Le marché primaire
Il a pour fonction de drainer des capitaux à long terme pour les entreprises et l'Etat, sous
forme d'émission d'actions ou d'obligations. Le marché primaire, c'est en quelque sorte le
marché du neuf, sur lequel sont effectuées les introductions en bourse et les augmentations de
capital des sociétés déjà cotées.

5
b. Le marché secondaire
Les valeurs qui sont déjà en circulation dans le public se négocient sur le marché
secondaire. C'est le marché « de l'occasion ».Il constitue un centre de transactions entre les
investisseurs qui souhaitent acheter des titres et ceux qui veulent en vendre, ceci revient à dire
que le marché secondaire assure la liquidité de l'épargne déjà investie.
Le volume des échanges enregistrés sur le marché secondaire fournit d'ailleurs un indicateur
de référence pour les investisseurs, dans la mesure où la liquidité du marché leurs apporte
l'assurance de pouvoir réaliser leurs capitaux

2- Le rôle économique de la bourse :


La Bourse joue le double rôle d'être à la fois un lieu de financement pour les entreprises, les
états ou les collectivités (émission d'actions ou d'obligations) mais également un lieu de
placement (investisseurs).
- Le rôle du marché primaire est d'organiser la rencontre de sociétés cherchant à financer
leur développement et des détenteurs de capitaux (on peut faire un parallèle entre le marché
primaire et le marché du neuf).
- Le marché secondaire tient plutôt le rôle du marché de l'occasion où les différents
intervenants peuvent s'échanger les titres,
La bourse assure trois fonctions essentielles :
a. Financer l'économie nationale
En collectant directement des capitaux auprès des agents économiques qui disposent d'une
capacité de financement, le marché boursier procure des ressources à long terme à l'Etat, aux
administrations publiques et aux entreprises. Ces ressources permettent aux entreprises de
financer leurs croissances, et apportent à l'Etat un renfort supplémentaire pour mener à bien
ses projets économiques et sociaux.
b. Organiser la liquidité de l'épargne
La seconde fonction de la bourse, complémentaire de la première, consiste à lutter contre le
risque d'immobilisation d'une épargne qui hésiterait à s'engager si elle n'était pas rassurée sur
sa faculté de redevenir liquide.

c. Valoriser les actifs des entreprises


En affichant un cours pour chacune des actions cotées, le marché boursier, consiste un
instrument de mesure irremplaçable pour estimer la valeur d'une entreprise ayant atteint une
certaine dimension et ayant une liquidité normale.

6
Chapitre 2 : la souscription d’une introduction en bourse

1-Définition :
L’'introduction en Bourse est la mise sur le marché d'actions d'une entreprise communément
appelée l'émetteur. Ce dernier peut s'introduire en Bourse soit par augmentation de capital et
donc émission d'actions déjà existantes.
En s'introduisant en bourse soit par augmentation de capital et donc émission d'actions
nouvelles, soit par cession d'une partie de capital et donc émission d'actions déjà existantes.
En s'introduisant en Bourse, l'émetteur met à la disposition des investisseurs, donc les
épargnants, une partie de son capital. En souscrivant, ils deviennent actionnaires et peuvent
bénéficier par conséquent des avantages suivants :
 Recevoir une partie des bénéfices, sous forme de dividendes ;
 Réaliser des plus-values sur cession de titres, en cas de hausse des cours ;
 Vendre à tout moment leurs titres sur le marché et disposer rapidement de leur argent.

2- Modalités :
• La période et la durée de l’opération
 La souscription à une introduction en bourse se fait durant la période desouscription
qui s'entend du jour d'ouverture de clôture de l'opération ;
 La période de souscription dure généralement entre 3 et 10 jours de Bourse ;
 Elle peut toutefois être clôturée par anticipation, à la demande de l'émetteur.

• Comment souscrire à une introduction en bourse


La première étape consiste à ouvrir un compte titre auprès d'un intermédiaire financier. Cet
intermédiaire peut être une banque ou une société de Bourse.
La seconde étape, à savoir la souscription, consiste à passer un ordre d'achat auprès de l'un des
membres du syndicat de placement, qui est le pool constitué de sociétés de bourse ou de
banque, chargé de la vente des titres objets de l'opération

Les souscriptions sont centralisées par la suite à la bourse de Casablanca, qui assurent, à la
date prévue dans le calendrier de l'opération, l'allocation des titres et génère les transactions.

• Combien coûte une souscription en bourse


Tout dépend du nombre de titres attribués aux souscripteurs à l'issue de l'opération.
Ainsi, la souscription coûte bien entendu :

7
 Le montant de la transaction, correspondant au nombre de titres attribués multiplié par
le cours d'introduction ;
 À ce moment sont appliquées et ajoutées, entre autre, les commissions suivantes :
 Une commission de courtage, négociable, prélevée par la société de bourse ;
 La commission de bourse, fixé à 0,1% du montant de la transaction ;
 Une TVA de 10% calculée sur le montant des commissions.

3 - Les avantages de l’introduction en bourse

L’introduction en Bourse vous procure de multiples avantages.

• Vous financez simplement et à moindre coût vos projets

Vous avez de forts besoins en capitaux, le marché boursier, source inépuisable de


financement, dispose de ressources importantes pour financer vos projets d'envergure et ce, en
toute simplicité.

Les capitaux sont levés sur le marché boursier à l'occasion de votre introduction en bourse
sans qu'aucune garantie ne vous soit demandée. Ils peuvent également continuer à l'être, à tout
moment, en fonction de vos besoins ou des opportunités de développement qui se présentent à
vous.

Vous accédez ainsi à une nouvelle source de financement qui est complémentaire à l'offre des
organismes spécialisés (banques, leasing, capital-risque) et de ce fait, vos relations avec les
banquiers s'en trouvent ainsi améliorées.

En faisant appel au marché boursier, vous diminuez vos frais financiers, vous sécurisez la
croissance de votre entreprise et vous augmentez son indépendance financière. Votre
entreprise prendra sans conteste de la hauteur.

• Vous bénéficiez d’exonérations fiscales notables

En introduisant votre société en bourse, vous profitez d'exonérations fiscales considérables.


Une réduction de l'Impôt sur les Sociétés (IS) vous est accordée pendant trois années
consécutives, à compter de l'exercice qui suit celui de votre inscription à la cote à savoir : une
réduction de 50% si vous introduisez votre entreprise en bourse par augmentation de capital
d'au moins 20% avec abandon du droit préférentiel de souscription, ainsi qu’une réduction de
25% si vous introduisiez votre entreprise en bourse par cession de titres.

• Vous obtenez un label de bonne gouvernance

L'introduction en bourse est un label de prestige, de bonne gouvernance et de citoyenneté qui


marque la consécration de votre société et la pertinence de son projet de développement. C'est
un garant de qualité, reconnu au Maroc et à l'étranger.

Votre entreprise acquiert une forte crédibilité et améliore sa valorisation financière. Ses
comptes sont certifiés, publiés et analysés. Sur le plan international, être coté en bourse
procure également une crédibilité incontestable.

8
Vos exportations ou vos implantations éventuelles à l'étranger seront facilitées.

• Vous augmentez la notoriété de votre société

L'introduction en bourse donne "un coup de projecteur" sur votre entreprise, ses produits, ses
marques, ses capacités de production et son management.

L'introduction en bourse devient alors un moyen privilégié de communication de promotion


qui offre un rapport coûts/ avantages particulièrement intéressant.

L'ensemble des opérateurs du marché (analystes financiers, journalistes, gestionnaires de


fonds) communique autour de votre entreprise et ce, à titre gracieux.

• Vous pérennisez l’avenir de votre société

L'entrée d'investisseurs minoritaires dans votre capital à travers la cotation sur les Marchés
Actions ne remet pas en cause votre indépendance et votre pouvoir décisionnel.

Si vous ne souhaitez pas ouvrir votre capital, vous pouvez lever des fonds importants à des
conditions intéressantes, par le biais d'emprunts obligataires cotés. Enfin, l'introduction en
bourse pérennise l’avenir des entreprises familiales car elle évite tout éclatement ou
dissolution suite au départ ou au décès de l'un des actionnaires majoritaires.

En effet, il est plus facile de partager des actions cotées que des actifs industriels. Le prix de
l'action est connu, incontesté et opposable aux tiers, et peut donc permettre de liquidifier le
patrimoine des actionnaires historiques, si ceux-ci souhaitent se désengager partiellement.

• Vous valoriserez et mobiliserez vos collaborateurs

Vous pouvez motiver vos collaborateurs lors de votre introduction en bourse en leur réservant
une partie des titres à des conditions avantageuses, en les faisant bénéficier des dividendes
distribués par l’entreprise et par conséquent en les impliquant davantage dans son
développement.

• Vous satisferez vos actionnaires

Introduire votre société en bourse vous permettra de satisfaire vos actionnaires en leur
assurant la liquidité de leur patrimoine avec une meilleure visibilité quant à l’évolution future
de l’entreprise et l’existence d’une valeur marchande de leurs titres incontestable opposable à
des tiers

4- Les contraintes de l’introduction en bourse


Les contraintes majeures de l’introduction en bourse des entreprises sont les suivants :

• risque de perte du contrôle total de la société,


• nécessité de divulguer ses comptes au public.

Pour cela, certaines sociétés ne veulent pas s’introduire en bourse même si elles répondent aux
exigences prévues par la loi.

9
Section 2 : Cas de BVC

Chapitre 1 : La Bourse Des Valeurs de Casablanca :

1. Historique :

La création de la Bourse de Casablanca remonte à 1929. A cette époque, elle portait le nom
d’Office de Compensation des Valeurs Mobilières.

L’importance grandissante du marché des valeurs mobilières et l’instauration du contrôle de


change, incitèrent les autorités de l’époque à améliorer et à réglementer son organisation et
son fonctionnement. En 1948, l’Office de Compensation des Valeurs Mobilières devint Office
de Cotation des Valeurs Mobilières.

Toutefois, l’organisation du marché entravait son attractivité à un moment où les épargnants


manifestaient un intérêt grandissant pour l’investissement en bourse. Pour pallier cette
carence, une réforme aété mise en place en 1967, dotant le marché financier marocain d’une
Bourse juridiquement et techniquement organisée.
A la suite de cette réforme et plus précisément en 1986, le Maroc a entamé un Programme
d’Ajustement Structurel qui s’est achevé dix ans plus tard. Ce programme a permis au
Royaume de consolider ses équilibres fondamentaux et de maîtriser le problème de sa dette et
de son inflation.
Sept ans plus tard, en 1993, une réforme majeure du marché boursier a été engagée pour
compléter et renforcer les acquis avec la promulgation de trois textes fondateurs.

En janvier 1997, l’organisation du marché boursier s’est améliorée avec la promulgation de


la loi n°34 - 96 modifiant et complétant le dahir portant loi n°1-93-211 relatif à la Bourse des
Valeurs et la mise en place en octobre 1998 du dépositaire central, MAROCLEAR, institué
par la promulgation de la loi n°35-96. Depuis cette date, la Bourse de Casablanca vit une
seconde jeunesse.

En 2000, la Société de la Bourse des Valeurs de Casablanca « SBVC » a changé de


dénomination pour devenir Bourse de Casablanca, Société Anonyme à Directoire et Conseil
de Surveillance.
En janvier 2007, la Bourse de Casablanca a procédé au relooking de son identité visuelle
dans le souci d’accompagner son changement de dimension.

10
Au niveau de l’organisation du marché, plusieurs mesures ont été instaurées, notamment :
- le démarrage du Système de Cotation Electronique, en mars 1997 ;
- Le remplacement du Marché Officiel et du Marché des Cessions Directes par le Marché
Central et le Marché de Blocs en novembre 1998;
- La délocalisation de la négociation électronique dans les locaux des sociétés de bourse, en
janvier 2001 ;
- l’application des nouveaux critères de séjour à la cote en janvier 2005 ;

En décembre 2008, création d'un comité de suivi de la Bourse de Casablanca émanant du


Conseil de Surveillance pour la refonte des statuts de l'entreprise et le passage d'unmodèle de
gouvernance duale avec Directoire et Conseil de Surveillance vers un modèle avec conseil
d'Administration et Direction Générale.
En avril 2009, passage effectif de la Bourse de Casablanca au mode gouvernance avec
Conseil d'Administration et Direction Générale.
En octobre 2010, la Bourse de Casablanca adhère à la WORLD FEDERATION OF
EXCHANGES (WFE) et devient ainsi, son 52ème membre, la 4ème bourse arabe et la 4ème
bourse africaine à en faire partie.

En janvier 2011, la Bourse de Casablanca met en place, en partenariat avec FTSE Group, une
nouvelle série d’indices qui se compose de deux indices : le FTSE CSE Morocco 15 Index et
FTSE CSE Morocco All-LIQUID INDEX.
En juillet 2011, la Bourse de Casablanca met en place une offre financière au profit des PME
pour les inciter à s’inscrire à la cote. Cette offre, valable du 1er juillet au 31 décembre 2012,
consiste à octroyer un chèque de 500 000 MAD aux entreprises qui remplissent des critères
définis.
En octobre 2011, publication dans le Bulletin officiel n° 5984 du 06 octobre 2011 de
l’amendement du Dahir portant loi n°1-93-211 relatif à la Bourse des Valeurs. Cet
amendement a visé l’actionnariat de la société gestionnaire de la Bourse des Valeurs de
Casablanca. Ainsi, Ses statuts doivent mentionner les dénominations des sociétés actionnaires
et le pourcentage du capital social détenu par chacune d’elles qui ne doit pas excéder un seuil
fixé par arrêté du ministre chargé des finances. Tout changement dans l’actionnariat de la
société gestionnaire, est soumis à l’approbation préalable du ministre chargé des finances et
que ses actions ne sont souscrites ou rachetées qu’à un prix fixé par l'AMMC

2. Structure de marché boursier :

La Bourse de Casablanca est un marché dirigé par les ordres par opposition aux marchés
dirigés par les prix. Ces ordres passent soit sur le Marché Central, soit sur celui de Blocs.
La Bourse de Casablanca est structurée autour de deux marchés, le marché central et le
marché de blocs.

Le Marché Central :

11
Le marché central joue un rôle pilote dans le fonctionnement du marché boursier dans la
mesure où le prix des actions est déterminé sur le marché central suite à la confrontation des
ordres d’achat et de vente. En effet, l’ensemble des ordres de bourse sont centralisés dans un
carnet d’ordres unique qui permet de confronter l’offre et la demande et d’établir un prix
d’équilibre.
Pour résumer, la Bourse de Casablanca est un marché centralisé dirigé par les ordres par
opposition au marché dirigé par les prix.

Le Marché de blocs :
Les ordres de taille importante émanant souvent des investisseurs institutionnels et qui
risquent d’avoir un impact significatif sur le cours transitent par le marché de blocs.
Le marché de blocs est un marché de gré à gré, où sont négociés des blocs de titres dans les
conditions de cours issues du marché central.
Les opérations sur le marché de blocs doivent respecter, sauf cas très particuliers, les
conditions suivantes :
• porter sur un nombre de titres au moins égal à la Taille Minimum de Blocs(TMB), définie
par la Bourse de Casablanca ;
• Être conclues à un cours inclus dans la fourchette des prix issue de la feuille du marché
central.

Le Règlement général de la Bourse de Casablanca :


Les règles de fonctionnement du marché central et du marché de blocs sont clairement
explicitées dans le Règlement général de la Bourse des valeurs.
De plus, le Règlement généralde la Bourse précise également les règles relatives à
l’inscription à la cote, le transfert et la radiation des valeurs mobilières, les offres publiques,
les règles relatives à la protection des investisseurs ainsi que le mode de contrôle des sociétés
de bourse par la société gestionnaire.
Le règlement général qui est actuellement en vigueur a été approuvé par arrêté du Ministre de
l’Economie et des Finances n°1268-08 du 7 juillet 2008 modifié et complété par l’arrêté du
Ministre de l’Economie et des Finances n° 1156-10 du 7 avril 2010.

3 . Intervenants du marché :

La Société gestionnaire, les sociétés de Bourse, le Conseil déontologique des valeurs


mobilières et le dépositaire central. Tels sont les intervenants qui rythment la vie du marché
boursier.

La Bourse de Casablanca
L’organisation, la gestion et le développement du marché boursier sont concédés à la Bourse
de Casablanca, société anonyme à direction générale et conseil d’administration ayant un
capital, détenu à parts égales par les différentes sociétés de Bourse de la place. La gestion du

12
marché boursier est définie par un cahier des charges et concerne principalement
l’organisation des introductions en Bourse, la gestion des séances de cotation, la diffusion des
cours et indices ainsi que l’administration d’un système de compensation et de garantie. Le
périmètre et le contenu de ses actions sont définis, sous forme de règles de marché, dans le
Règlement général de la Bourse des valeurs.

Les sociétés de Bourse


Au nombre de dix-sept, les sociétés de Bourse sont agréées par le ministre des Finances et de
la Privatisation et ont le monopole de la négociation en Bourse. Elles ont pour objet, outre la
négociation en Bourse, la garde des titres, le placement des titres émis par les personnes
morales, la gestion de portefeuille en vertu d’un mandat, et le conseil de la clientèle.

Le Conseil déontologique des valeurs mobilières – CDVM


Le CDVM est un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie
financière. En tant qu’autorité de contrôle, il a pour mission de veiller au bon fonctionnement,
à la transparence, à l’intégrité et à la pérennité du marché des valeurs mobilières. Il est
également chargé d’assurer la protection des épargnants. Le CDVM est administré par un
conseil d’administration, présidé par le ministre des Finances et de la Privatisation et composé
du ministre de la Justice, du gouverneur de Bank Al Maghreb ou de leurs représentants. Il
comprend également trois personnalités désignées par le ministre des Finances et de la
Privatisation pour leur compétence dans le domaine économique et financier.  Le
Dépositaire central –MaroclearMaroclear est une société anonyme créée en 1997 en vertu de
la loi n °35-96 afin d’assurer l’administration des titres pour le compte de ses affiliés et de
gérer le système de règlement-livraison. Ses principes de fonctionnement sont définis dans
son Règlement général. Son capital qui est de 20 millions de DH est détenu par l’Etat
marocain et Bank Al Maghrib à hauteur de 45%, des intermédiaires financiers à raison de
25%, et des institutionnels à hauteur de 30%. Ses principales missions consistent à assurer la
conservation des valeurs mobilières admises à ses opérations par inscription en compte, en
faciliter la circulation et en simplifier l’administration, mettre en pratique les procédures qui
assurent aux affiliés l’exercice des droits attachés aux titres, exercer le contrôle sur la tenue de
la comptabilité des titres des teneurs de compte, vérifier les équilibres comptables et assurer la
codification des valeurs admises à ses opérations.

13
Chapitre 2 : Etapes d’introduction à la bourse de Casablanca :

Phase I : PRÉPARATION ET CONSTITUTION DU DOSSIER


Cette première étape consiste à préparer le dossier d’introduction en bourse ou
d’émission obligataire de votre entreprise. Le préalable requis pour une introduction est
l’accord des actionnaires sur le projet d’introduction. Il s’agira pour le conseil de décider des
éléments suivants :
• Réorganisation juridique, financière, statutaire
• Aménagements patrimoniaux
• Détermination du mode d’introduction : cession ou augmentation
• Fixation de la date souhaitée
Pour mener à bien cette opération, vous devez vous entourer des compétences
nécessaires. Cela commence par le choix des conseillers qui vous accompagneront pendant
tout le processus de votre introduction sur le marché.
 L’INTERMEDIAIRE FINANCIER
Le conseiller financier et coordinateur global de l’opération - banque d’affaires - vous
assistera et vous conseillera avant et pendant l’opération : l’évaluation de votre entreprise, la
réalisation d’aménagements juridiques, comptables et fiscaux, la détermination du prix de
l’action offerte, le choix de la date de première cotation, l’élaboration de la Note
d’information.
 LES COMMISSAIRES AUX COMPTES
Les commissaires aux comptes se chargent de certifier les comptes sociaux et de vous
conseiller dans la réalisation de restructurations préalables ou modifications statutaires
nécessaires à l’opération.
 CONSEILLER JURIDIQUE
Votre conseiller juridique travaillera en étroite collaboration avec les différents conseillers
pour les accompagner dans l’appréciation de votre société. Par ailleurs, certains préalables
sont nécessaires avant une ouverture du capital tels que la restructuration du groupe, des
changements de statuts…
 AGENCE DE COMMUNICATION
Votre agence vous accompagnera dans l’élaboration de votre campagne de communication, la
réalisation et l’impression des documents, l’organisation des conférences.
A l’issue de cette première phase, vous aurez établi les documents nécessaires et
tracé le schéma conducteur de votre opération boursière.

14
Phase II : DÉPÔT ET VALIDATION DU DOSSIER

Pour franchir cette étape, vous devrez solliciter l’intervention de deux entités :

 Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières

Etant l’autorité de contrôle du marché boursier, le CDVM reçoit en premier le dossier


d’introduction en bourse de votre entreprise. Celui-ci comprend un ensemble de documents,
notamment la Note d’Information.

Le CDVM se charge de l’instruction de l’opération en vérifiant que celle-ci est conforme aux
règles en vigueur.

A la fin de cette étape, le CDVM donne son visa, après approbation de l’opération par la
Bourse de Casablanca.

Toutefois, ce visa ne cautionne aucunement l’approbation du CDVM quant à l’opportunité de


l’opération ou l’authentification des informations présentées, mais plutôt la pertinence et la
cohérence de l’information donnée par l’entreprise sur l’opération d’introduction en bourse
proposée au public.

 La Bourse de Casablanca

Il s’agit de la société gestionnaire du marché. Elle intervient, dans un premier temps, avant
l’obtention du visa du CDVM, dans le cadre de :

• l’assistance dans le choix de procédure de la première cotation ;


• l’émission de l’avis d’approbation de l’opération ;
• la fixation du calendrier définitif de l’opération.

Phase III : ORGANISATION DES SOUSCRIPTIONS

Après validation du dossier de l’opération, votre conseiller financier désignera le syndicat de


placement qui se chargera de placer les titres de votre entreprise auprès du public.

Le syndicat de placement est constitué :

 d’un chef de file à l’image d’un chef d’orchestre ;


 des sociétés de bourse et/ou banques désignées pour collecter les souscriptions.

Durant la période de souscription, les membres du syndicat de placement collectent les


bulletins de souscription.

La Bourse de Casablanca centralise les souscriptions remises par les membres du syndicat de
placement et prépare les résultats techniques qui seront rendus publics.

15
Ces résultats présentent de manière globale et détaillée l’opération, notamment le nombre de
souscripteurs par type d’ordres, par catégorie de souscripteurs, par nationalité et par région.

Phase IV : COTATION DES TITRES

Il s’agit de l’introduction effective de votre entreprise en bourse, appelée également premier


jour de cotation.

A partir de cet instant, votre société sera officiellement cotée. Elle disposera d’un « Ticker »,
diminutif de la raison sociale et d’un code valeur unique.

 Conditions d’admission à la BVC :


En fonction du compartiment qu’elle veut intégrer, l’entreprise doit répondre à un
certain nombre de critères. Elle doit ensuite, à tout moment, en respecter d’autres pour y
rester…
Depuis janvier 2005, et conformément au Dahir portant loi n° 1-93-211 relatif à la bourse de
valeurs, modifié et complété par les lois 34-96 ; 29-00 et 52-01, de nouvelles conditions
d'admission et de séjour à la bourse, ont été mise en œuvre. Une entreprise pourra être introduite en
bourse par l’émission d’actions sur l’un des trois marchés de cotation ou par l’émission d’obligations cotées.

 Sur les marchés actions :


Une société est éligible à une introduction en bourse sur l’un des trois marchés actions :

 Le marché principal : Ce marché vise essentiellement (et non exclusivement) les


grandes et moyennes entreprises de tous secteurs confondus, les sociétés
concessionnaires ou gestionnaires de services publics.
 Le marché développement :Ce marché, dont les conditions d’accès sont plus
allégées, cible en particulier les entreprises matures et de taille moyenne de tous
secteurs confondus.
 Le marché croissance :Le marché croissance cible les entreprises, même les plus
jeunes, à fort potentiel de développement, qui ont besoin de financer leur croissance.

16
Les préalables
Marché Marché Marché
Principal Développement Croissance

Entreprises de taille Entreprises en forte


Profil des entreprises Grandes entreprises
moyenne croissance

Capitaux propres minimum


50 MDH Pas de limite fixée Pas de limite fixée
en millions de DH

Chiffre d’affaires minimum en


Pas de limite fixée Plus de 50 MDH Pas de limite fixée
millions de DH

Nombre d’exercices certifiés 3 2 1

Oui
Comptes consolidés (Si l’entreprise dispose Facultatif Facultatif
de filiales)

Les conditions additionnelles


Marché Marché Marché
Principal Développement Croissance

Nombre de titres minimum à 30 000 actions


250 000 actions 100 000 actions
émettre

Montant minimum à émettre 10 MDH


75 MDH 25 MDH
en millions de DH (*)

Convention d’animation Facultative 1 année 3 années

(*) : Le montant minimum à émettre correspond à la somme qu’une entreprise


souhaite lever sur le marché boursier. Il s’agit du nombre de titres mis à la disposition du
public multiplié par le cours d’introduction retenu.
Exemple : la société A décide de diffuser auprès du public 100 000 titres au prix de
200 DH/action. Le montant à émettre sera donc de 20 000 000 Dh (100 000 x 200). La valeur
sera donc cotée sur le Marché Croissance.

N.BCommission d’admission à la cote :Lors de l’introduction d’une entreprise à


la Bourse de Casablanca, elle aura à payer (ainsi que les souscripteurs) la commission
d’admission à la cote, qui est de 0,10%.

17
Commission de séjour annuel
Tranche de capital social Au Montant H.T.
Entité concernée
31/12/N-1 (versement annuel)
Inférieur à 100 MDH Emetteur 5 000 DH

De 100 à 200 MDH Emetteur 10 000 DH

Supérieur à 200 MDH Emetteur 15 000 DH

 Sue le marché obligataire :


Sur ce marché, les critères sont les suivants :
Entité émettrice
Nombre d’exercices certifiés 2

Comptes consolidés Oui (si l’entreprise dispose de filiales)

Montant minimum à émettre en millions de DH 20 MDH

Maturité minimale (*) 2 années

(*) : La Maturité minimale correspond à la durée minimale de l’emprunt obligataire

N.BCommission d’admission à la cote :Sur le Marché Obligataire, la commission


d’admission est de 0,050‰ H.T., payable par l’émetteur et les souscripteurs. Elle est
plafonnée à 10 000 DH H.T. pour chacune des parties.
Commission de séjour annuel à la cote :Une fois l’emprunt coté, la société
émettrice doit payer une commission de séjour à la cote qui varie suivant le montant dû :

Montant restant dû au Montant H.T. Plafond par émetteur


31/12/N-1 (*)(versement annuel) H.T.
Inférieur à 100 MDH 2 500 DH 50 000 DH

De 100 à 500 MDH 7 500 DH 50 000 DH

Supérieur à 500 MDH 15 000 DH 50 000 DH

18
(*) : La TVA appliquée à la commission sur les transactions réalisées à la Bourse de Casablanca est passée de 7%
à 10% et ce, conformément à l’article 101 de la Loi des Finances n° 35-05 pour l’année 2006.

Chapitre 3 : Dernière introduction à la BVC : Cas Immorente


Invest
Immorente Invest est une société anonyme dont la gestion est confiée à CFG Capital,
filiale de CFG Bank, bénéficiant ainsi de l’expertise du management de la banque et de ses
fonctions internes en matière de contrôle interne et de gestion des risques notamment.

1 . Présentation de l’entreprise :

Créée en mai 2011 à l’initiative de CFG Bank, Immorente Invest est une société d’investissement ayant
pour objet d’acquérir ou de développer, directement ou à travers des filiales ou des participations
majoritaires ou minoritaires, des actifs immobiliers professionnels destinés à la location.

L’objectif ainsi fixé par la société est d’offrir à ses actionnaires un rendement immobilier récurrent issu des
loyers perçus. La société n’a pas vocation à être un outil de spéculation et ne se porte pas acquéreur d’actifs
immobiliers exclusivement en vue de les revendre.

Établie sur le modèle des Real Estate Investment Trusts (REIT) dans le monde, des Sociétés
d’Investissement Immobilier Cotées (SIIC) en France et des Organismes de Placement Collectif
Immobiliers (OPCI) au sens de la loi n°70-14 régissant ces derniers au Maroc, Immorente Invest
ambitionne de devenir une foncière de référence au Maroc.

Le business model de la société est ainsi fondé sur l’acquisition d’actifs immobiliers professionnels de
premier choix à usage locatif. Les loyers issus du portefeuille d’actifs sont reversés annuellement aux
actionnaires d’Immorente Invest, diminution faite des dépenses liées à l’exploitation et au financement des
actifs, ainsi qu’à la gestion de la société. La société n’a pas vocation à utiliser les cash-flows issus de la
location de ses actifs pour le financement de nouvelles opérations d’investissement; privilégiant ainsi la
vocation d’investissement de rendement pour ses actionnaires.

Raison sociale : IMMORENTE INVEST S.A

Secteur d'activité : Sociétés de placement immobilier

Statut : Société Anonyme

Siège Social : 5-7, rue Ibnou Toufail, Casablanca, Maroc

Date de constitution : 23/05/2011

Date d'introduction : 11/05/2018

Devise de cotation : MAD

Président Directeur Général : Soumaya TAZI

19
2. Principaux actionnaires au 30/06/2018
DIVERS ACTIONNAIRES : 63,7366

Diverses compagnies d : 20,2963


assurances

Mutandis Automobile SCA : 12,4518

AXA ASSURANCES MAROC : 3,0444

CFG BANK SA : 0,4709

3. L’introduction en bourse de Casablanca :


La Bourse de Casablanca à enregistrer sa première introduction de l’année 2018, par
l’entrée d’Immorente Invest. Le 11 mai, la société de placement immobilier met sur le marché
4 millions de nouvelles actions au prix unitaire de 100 dirhams, incluant la prime d’émission.
L’entreprise a réitéré sa promesse aux investisseurs d’un rendement locatif récurrent de plus
de 6%, lors de la conférence de presse, tenue le mardi 10 avril à Casablanca.
« Immorente, le loyer tranquille pour tous » : c'est le slogan choisi par Immorente Invest
S.A -dont la gestion est confiée à CFG Capital, filiale de CFG Bank- pour ses premiers pas
à la Bourse des Valeurs de Casablanca (BVC). La société sera cotée, à partir du 11 mai
2018, sous le ticket « IMO » sur le premier compartiment de la bourse.
La conférence de presse organisée par les responsables du groupe dans les locaux de la
BVC, a apporté plus de détails sur l'entrée en bourse dans un mois. L'objectif affiché de
cette introduction, entérinée par l'Autorité marocaine des marches et des capitaux (AMMC)
par voie d'augmentation de Capital de 400 millions de dirhams, est d'offrir un nouveau type
d'investissements à rendement locatif aux particuliers et institutionnels au Maroc.

• Un actif pierre-papier
L'arrivée en bourse d'Immorente Invest, qui vient d'obtenir son visa d'introduction à la
bourse de Casablanca, a crée le premier actif pierre-papier dédié à l'immobilier
professionnel locatif coté à la Bourse de Casablanca. Cette augmentation de capital via
l'IPO permettra à Immorente Invest de lever les fonds nécessaires à la réalisation de son
programme d'investissements pour atteindre environ 700 millions de dirhams d'actifs en
portefeuille à l'horizon 2020-2021.
Les fonds levés par cette introduction en bourse permettront ainsi de financer d'acquisitions
déjà identifiées et sécurisées par d'un montant de près de 295 millions de dirhams. « Nous
sommes très heureux de cette nouvelle étape qu'est l'introduction en bourse d'Immorente.
Cette opération permettra à tous d'accéder à une nouvelle classe d'actifs, un nouveau mode
d'épargne s'appuyant sur l'immobilier professionnel, un sous-jacent solide, loué à de
grandes entreprises marocaines et internationales », a déclaré Soumaya Tazi, PDG
d'Immorente Invest, lors de la conférence de presse.

20
La structure de l'opération propose une tranche dédiée afin d'associer de nouveaux
investisseurs institutionnels au noyau stable qui devrait représenter post opération 36,3% du
capital, dont 12,5% détenus par Mutandis Automobile, 3% par Axa Assurance et 0,5% par
CFG BAnk. Le flottant en bourse constituera à terme 60,9% du capital alors que 2,8%
resteront détenus par d'autres investisseurs privés.

• Un rendement historique de plus de 6%... la promesse


La société compte garantir un rendement locatif récurent à ses actionnaires. Dans son
déploiement, Immorente s'appuie sur deux piliers fondamentaux à savoir l'acquisition
d'actifs de choix, situé dans des emplacements de premiers ordre et la sélection de locataires
de qualité présentant des fondamentaux solides.
« L'entreprise mise sur une nouvelle classe d'actives pierres-papiers, où elle écarte les
risques liés à la construction et à la commercialisation dans l'immobilier. Les risques sont
essentiellement liés à la vacation d'un local (départ du locataire) que l'entreprise essaie de
minimiser par la qualité du bien, celle du locataire et la fermeté du contrat de bail. Les
risques sont pris en compte dans le business plan et l'entreprise s'attend à un rendement
brut à 6% et 7% dépassant largement celui des biens locatifs classiques dont le taux
s'établit à environ 3% », a précisé Mme Tazi, PDG d'Immorente Invest.
Jusqu'à présent, Immorente a réalisé un investissement de près de 275 millions de dirhams.
Ces investissements ont permis à la société de distribuer un rendement à ses actionnaires, de
6% en 2015, 6,3% en 2016 et 6,5% en 2017.

Chiffres clés 2017 2016 2015


Comptes consolidés Oui Non Non
Capital social 57 974 580,00 77 172 800,00 81 176 500,00
Capitaux propres 70 477 149,00 64 401 900,00 73 078 200,00
Chiffre d'Affaires 17 149 394,00 13 485 300,00 16 114 800,00
Résultat d'exploitation 4 020 287,00 1 541 600,00 6 090 100,00
Résultat net -2 112 801,00 -5 007 600,00 738 900,00
ROE (en %) -3,00 -7,78 1,01

4. Les principales caractéristiques de l’offre :


 Nature de l’opération : Introduction en Bourse par augmentation de capital
 Nombre d'actions offertes: 4 000 000
 Prix (MAD): 100,00
 Montant global de l'opération (MAD): 400 000 000
 Procédure de première cotation: Offre à Prix Ferme
 Période de souscription: Du 23 au 26 avril 2018 inclus
 Place de cotation : Bourse de Casablanca
 Date de cotation: 19 juillet 2016
 Conseiller et coordinateur global : 11 mai 2018

21
5. La structure de l’offre :
Type d’ordre I : Ce type d’ordre est réservé aux personnes physiques résidentes ou non résid
entes, de nationalité marocaine ou étrangère et aux personnes morales de droit
marocain ou étranger n’appartenant pas aux catégories d’investisseurs habilités à
souscrire aux types d’ordre II et III et
justifiant de plus d’une année d’existence à la date de la souscription.
Le nombre d’actions réservées à ce type d’ordre est de 1 000 000 actions (soit 25% du nombre
total d’actions offertes).
Type d’ordre II : réservé aux investisseurs qualifiés de droit marocain, tels que
définis par l’article III.1.21 de la circulaire de l’AMMC hors OPCVM monétaires et
obligataires court terme et aux investisseurs qualifiés de droit étranger tels que définis
par l’article III.1.21 paragraphe (d) de la circulaire de l’AMMC. Le nombre d’actions
offertes à ce type d’ordre est de 2 000 000 actions (soit 50% du nombre total
d’actions offertes).
Type d’ordre III : réservé aux investisseurs qualifiés de droit marocain suivants :
Organismes depension et de retraite institués par des textes légaux propres ou visés au chapitr
e II du titre II de la loi64-
12 portant création de l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale et so
umis au contrôle de ladite autorité ; Entreprises d’assurance et de réassurance ; CDG Le
nombre d’actions offertes à ce type d’ordre est de 1 000 000 actions (soit 25% du
nombre total d’actions offertes).

22
CONCLUSION

Depuis quelques années, les techniques bancaires sont devenues très complexes
et les contraintes du métier sont elles aussi devenues très lourdes.
Au Maroc, une introduction en Bourse constitue une étape majeure de la vie d’une
entreprise. Bien préparée et opportunément décidée, elle permet de trouver des fonds
propres, mais aussi d’acquérir notoriété et crédibilité.
Aucun des chefs d’entreprise ne peut cacher les difficultés auxquelles ils sont
confrontés durant le processus d’introduction, mais tous recommandent fortement
l’opération pour les nombreux avantages qu’elle procure : notoriété nationale et
internationale accrues, organisation opérationnelle et structure managériale renforcées,
financement de la croissance consolidé…
Certains d’entre eux vont même jusqu’à souligner la stimulation intellectuelle qu’un
tel projet suscite.
Allant jusqu’au bout de leur réflexion, ils soulignent tous le fait que l’introduction en
Bourse n’est pas une fin en soi, mais qu’elle marque une étape fondamentale pour le
développement de leur société. Une fois en Bourse, la vie de l’entreprise est rythmée
par une impérieuse nécessité de respecter les prévisions de résultats et les annonces
faites au marché, par l’obligation d’une communication régulière et transparente, par
la permanence du discours des dirigeants et par l’exigence d’une stratégie claire.

23
Bibliographie et webographie :

-Mair FERERES et Gérard RIVIERE, « L’introduction en bourse : mode d’emploi », Edition


d’Organisation, 2000
-Jonathan Berk « Finance d’entreprise », Edition 2011
-https://www.championnat-bourse.ma/sites/default/files/fiche_introduction_bourse.pdf

-http://www.casablanca-bourse.com/bourseweb/content.aspx?IdLink=6&Cat=5

-https://www.finances.gov.ma/Docs/2016/DEPP/revue%20de%20presse-
Introduction%20en%20Bourse%20marsa%20maroc.pdf

-https://www.memoireonline.com/11/07/718/m_introduction-en-bourse-casablanca-cas-de-
bvc9.html
-http://www.casablanca-bourse.com/bourseweb/Societe-Cote.aspx?codeValeur=12&cat=7
-http://www.casablanca-bourse.com/bourseweb/Documents/IMO/fr/RT_IMO_2018_fr.pdf
-http://www.casablanca-bourse.com/

24

Vous aimerez peut-être aussi