Vous êtes sur la page 1sur 42

ADMINISTRATION

Patrimoine et Sécurité
Stratégie et Economie du Patrimoine
Valorisation, Développement et Stratégie

CAHIER DES CLAUSES


TECHNIQUES PARTICULIERES

Missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage et


de programmation (architecturale, technique,
énergétique et environnementale) pour le
Crématorium d’Herlies
SOMMAIRE

1. Contexte et présentation du projet ____________________________________________ 4


1.1. Enjeux de la MEL, enjeux architecturaux et QEEB _________________________________ 4
1.1.1. Contexte réglementaire, énergétique et environnemental ____________________________ 4
1.1.2. Enjeux liés à la programmation, à la qualité architecturale et d’usage __________________ 5
1.2. Présentation du site ________________________________________________________ 6
1.2.1. Description générale________________________________________________________ 6
1.2.2. Description des usages et occupation __________________________________________ 8
1.2.3. Répartition des surfaces _____________________________________________________ 8
1.3. Interlocuteurs ____________________________________________________________ 11
1.3.1. Maîtrise d’Ouvrage ________________________________________________________ 11
1.3.2. Maîtrise d’Usage __________________________________________________________ 11
1.4. Présentation du Projet _____________________________________________________ 12
1.4.1. Installation d’un troisième four de crémation ____________________________________ 12
1.4.2. Stratégie énergétique et rénovation du crématorium ______________________________ 13
1.4.3. Mise en place d’un système de récupération d’énergie fatale ________________________ 13
2. Description du marché ____________________________________________________ 14
2.1. Préprogramme, analyse des besoins, du site et état des lieux _______________________ 15
2.2. Faisabilité _______________________________________________________________ 19
2.3. Programme Architectural, Fonctionnel, Technique, Energétique et Environnemental ______ 22
2.4. Assistance à la désignation de la maîtrise d’œuvre _______________________________ 25
2.4.1. Sélection des candidatures de maîtrise d’œuvre__________________________________ 25
2.4.2. Analyse des offres et des projets de maîtrise d’œuvre en phase de désignation des
concepteurs ___________________________________________________________________ 26
2.5. Adéquation programme-projet lors des études de conception _______________________ 27
2.5.1. Niveau APS______________________________________________________________ 29
2.5.2. Niveau APD _____________________________________________________________ 30
2.5.3. Niveau PRO/DCE – volet QEEB _______________________________________________ 31
2.6. Assistance au choix des entreprises et suivi de la réalisation des travaux – volet QEEB ___ 32
2.7. Suivi et évaluation des performances énergétiques et environnementales pendant l’année de
parfait achèvement (année n+1) ____________________________________________________ 34
2.7.1. Phase de concertation avec les usagers ________________________________________ 35
2.7.2. Phase d’analyse et d’optimisation du fonctionnement du bâtiment et de ses équipements __ 35
2.7.3. Mise en place d’un suivi et d’actions d’optimisation énergétique et environnementale sur un an
_______________________________________________________________________ 36

AMO Programmation et QEEB Page 2 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
2.7.4. Prise en main du suivi énergétique et environnemental par le MOA ___________________ 36
2.8. Evaluation énergétique et environnementale de l’opération année n+2 _________________ 37
3. Méthodologie ___________________________________________________________ 37
4. Délais d’exécution des différentes missions et prestations ________________________ 39
5. Présentation des documents _______________________________________________ 39
6. Qualités impératives _____________________________________________________ 39
6.1. Qualité des rapports _______________________________________________________ 40
6.2. Qualité des méthodes de calcul ______________________________________________ 40
6.3. Qualités du Titulaire _______________________________________________________ 40
6.4. Pilotage - Assistance au projet _______________________________________________ 41
Annexes __________________________________________________________________ 42

AMO Programmation et QEEB Page 3 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
1. Contexte et présentation du projet

1.1. Enjeux de la MEL, enjeux architecturaux et QEEB

1.1.1. Contexte réglementaire, énergétique et environnemental


La maîtrise des consommations d’énergie est aujourd’hui une double nécessité :
• nécessité environnementale en raison des impacts et les consommations d’énergies fossiles sur la
biosphère (dérèglements climatiques, impact sur la santé, épuisement des ressources naturelles, etc.),
• nécessité financière en raison de l’augmentation prévisible du coût des énergies.

Dans le cadre de sa politique de lutte contre le réchauffement climatique, la France s'est engagée dans une
démarche globale de réduction de sa consommation énergétique et de ses émissions de gaz à effet de serre,
pendant interne de ses engagements souscrits au niveau international.

En 2009, des objectifs ambitieux ont été fixés dans la loi « Grenelle 1 » (et précisés par la loi « Grenelle 2 » du 12
juillet 2010) afin de réduire les consommations énergétiques :
• pour les constructions neuves, une généralisation des « Bâtiments Basse Consommation » à l’horizon
2012, et des « Bâtiments à énergie positive » d’ici 2020.
• pour les bâtiments existants, une réduction des consommations d’énergie d’au moins 38% d’ici à 2020,
en lien avec le Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE) fixant notamment l'objectif dit
des "3x20" à l'horizon 2020 (-20 % de consommation d'énergie finale, -20 % d'émissions de gaz à effet
de serre (GES), +20 % d'énergies renouvelables dans la production globale).
• la mise en place du facteur 4 en lien avec le Schéma régional d'aménagement et de développement
durable du territoire (SRADDT) qui vise à l'horizon 2050 un objectif de réduction de la consommation
d'énergie finale de 60% corrélé à une division par 4 des émissions de GES.

Les bâtiments métropolitains consomment plus de 11 000 tonnes équivalent pétrole par an. 90% est consommée
dans les équipements liés aux compétences métropolitaines (assainissement, eau, résidus urbains, transports en
commun, équipements culturels et sportifs, crématoriums). Si les bâtiments administratifs représentent seulement
10% des consommations totales, ils ont une forte valeur symbolique en termes d’exemplarité de l’institution
métropolitaine. Le chauffage est le premier poste de consommation d’énergie, suivi de l’éclairage.

Compte-tenu de ces enjeux, la Métropole Européenne de Lille (MEL) se dote depuis 2013 d’une programmation
énergétique dans le but d’atteindre et d’anticiper les objectifs énergétiques précités avec notamment la mise en
place du Plan Climat Energie Territoire (PCET). A ce titre la MEL a décidé d’intervenir sur son patrimoine bâti et
sur ses installations thermiques et de s’engager ainsi contre le changement climatique en réduisant les
consommations énergétiques et les émissions de GES du patrimoine en lien avec les objectifs du PCET à
l’horizon 2020 (-30 % de GES par rapport à 1990, -10% de consommation énergétique primaire par rapport au
scénarion tendanciel, 17% de production d’EnR dans la consommation énergétique du territoire soit une
multiplication de la production locale de 4,7 par rapport à 2007), du SRCAE, du SRADDT et de la Troisième
Révolution Industrielle (REV3, ex TRI).

De plus, outre les actions menées au niveau de la Métropole Européenne de Lille et de la région, il faut aussi
tenir compte des objectifs de la transition énergétique actuellement partagés :
• Au niveau européen, avec un nouveau « paquet énergie-climat » pour 2030 proposé par la commission
européenne en janvier 2014.
• Au niveau national avec la Loi de Transition Energétique Pour la Croissance Verte (LTEPCV) du 17 août
2015 , dont différents objectifs pour 2030 et 2050 pour la réduction des consommations et des gaz à
effet de serre et une obligation pour les collectivités territoriales de faire preuve d'exemplarité
énergétique et environnementale pour toutes les nouvelles constructions (et à chaque fois que possible

AMO Programmation et QEEB Page 4 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
à énergie positive et à haute performance environnementale) avec notamment le Décret n° 2016-1821
du 21 décembre 2016 relatif aux constructions à énergie positive et à haute performance
environnementale sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics ou des collectivités
territoriales ainis que l’Arrêté du 10 avril 2017 relatif aux constructions à énergie positive et à haute
performance environnementale sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des
collectivités territoriales.

1.1.2. Enjeux liés à la programmation, à la qualité architecturale et d’usage


L’acte de construire un équipement, d’aménager un espace public, de réhabiliter un bâtiment... ne répond pas à
une science exacte. Il se développe au contraire très souvent dans un mode prévisionnel, où l’évaluation prend
une part importante : la démarche de programmation cherche à répondre à cette réalité.

Cerner les attentes d’un maître d’ouvrage, d’un usager, évaluer des surfaces, définir le niveau de qualité du
projet, envisager sa gestion, estimer des coûts d’opération… tels sont les objectifs de la démarche qui vise à
maîtriser le projet depuis «l’intention de faire» jusqu’à sa réalisation et au delà. Cette prise en compte d’un
maximum de paramètres, le plus en amont possible, participe à garantir la qualité du projet.

D’un point de vue légal, il s’agit d’une obligation qui incombe au Maître d’Ouvrage (MOA) et qu’il ne peut
déléguer. En tant que décideur et responsable de l’opération, le MOA peut utiliser la programmation comme un
cadre qui lui permet de se structurer autour d’un chef de projet et de se faire accompagner pour s’assurer de
prendre les bonnes décisions à chaque étape.

Le rôle du programmiste est de déterminer l’organisation fonctionnelle du projet à partir de plusieurs scénarii qu’il
élabore avec l’équipe de Maîtrise d’Ouvrage.

A l’issue de cette mission, le dossier de programmation sert de référence pour la conception et le dessin du projet
lui-même. Cette seconde phase, menée par le Maître d’Oeuvre (MOE), peut être suivie par le programmiste.

La démarche de programmation fonctionne quelques soient la taille et le type d’opérations.

La Direction Patrimoine et Sécurité (DPS) en tant que MOA de la MEL se fixe un objectif de sobriété
architecturale et technique des projets immobiliers, pour une meilleure maîtrise des coûts d’investissement et de
fonctionnement. Cet objectif passe par :
• la contribution des utilisateurs, de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre pour
réinterroger/optimiser les besoins et la manière de dimensionner et de lister les locaux,
• une incitation à « sortir des standards » pour mieux maîtriser les surfaces et les volumes construits,
• la recherche systématique de solutions simples : travail sur les formes, les choix de matériaux et les
installations techniques en se souciant de l’adaptation à l’usage, de la durabilité et de la facilité de
nettoyage, d’entretien et de maintenance ultérieure,
• l’évitement de tout ce qui mène à du suréquipement,
• une alerte des « occupants-utilisateurs » et du Maître d’Ouvrage, mais aussi de la maîtrise d’oeuvre sur
les conséquences financières de leurs demandes ou de leurs propositions,
• les possibilités d’action manuelle des « habitants-utilisateurs » génératrice d’économie et d’éducation de
manière à éviter tout ce qui coûte cher à l’investissement et s’abîme rapidement, tombe en panne, pour
finir par coûter cher à moyen ou long terme,
• une démarche générale sera en « Low-tech », c’est-à-dire mettant en oeuvre des systèmes économes
et simples au sens large (en opposition au high-tech), soit des systèmes faciles à gérer et entretenir,
etc.

Les principes d’architecture écologique et bioclimatique seront au coeur de la démarche. L’orientation des
ouvertures favorisera les apports solaires, mais sans excès (dimensionnement raisonnable pour le confort d’été).

AMO Programmation et QEEB Page 5 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
La maîtrise de l’ensemble des coûts de ce projet passe par la fixation d’exigences strictes : qualitatives,
quantitatives et financières. La Maîtrise d’Ouvrage souhaite que les projets soient raisonnés et traités en « coût
global ». Le coût global est une notion qui peine à être intégrée dans la pratique des projets publics, alors qu’elle
est essentielle dans une démarche de développement durable. Elle regroupe :
• les coûts d’exploitation
• les coûts de maintenance
• les coûts des travaux liés à des modifications fonctionnelles
• le coût de pilotage de l’exploitation-maintenance
• éventuellement, le coût de fin de vie (démolition).

De plus, le Maître d’Ouvrage, au vu des priorités de la politique nationale et régionale, souhaite que les objectifs
suivants recherchés pour ce projet, soient prioritairement pris en compte dans l’opération à travers les exigences
énergétique et environnementales liées à la QEEB (Qualité Energétique et Environnementale du Bâtiment).

La qualité d’un bâtiment public est indissociable de sa qualité d’usage, elle-même intimement liée au bien être
et au confort, à la fonctionnalité, à l’accessibilité, à l’appropriation, à la sûreté et la sécurité, à la flexibilité, à
l’évolutivité. La qualité d’usage, pensée pour tous et évolutive, est une réponse aux exigences culturelles et
sociales du développement durable. Sa prise en compte dans un projet durable suppose qu’une réflexion de fond
soit menée pendant le temps de la programmation de l’opération.

Une importance particulière sera accordée à la performance énergétique du projet. Le MOA s’engage sur des
performances énergétiques basse consommation pour l’ensemble de ses projets de construction et de
rénovation. Mais des exigences plus fortes, de type passif, peuvent être visées pour ce projet. L’Assistant à
Maîtrise d’Ouvrage (AMO) devra faire des propositions en ce sens.

La définition des priorités devra être liée à la politique de Développement Durable du territoire, à la réalité du site,
au contenu du projet et à la première estimation budgétaire liée à la programmation de l'opération. Une
concertation poussée devra être engagée pour élaborer le programme énergétique et environnemental au cours
de la mission de l’AMO.

L’enjeu de cette étude est de veiller à ce que les questionnements pertinents soient posés et la faisabilité des
propositions vérifiée.

1.2. Présentation du site

1.2.1. Description générale


Le Crématorium d’Herlies, situé rue de la Croix, 59134 HERLIES est entré en activité en mars 2002 (plan de
masse du site en Annexe n°1 du CCTP).

Le site est composé de deux parties :


• La partie crématorium en R+1 de 1 522m² SHON
• La partie logement en rez-de-chaussée seulement, d’une surface SHON de 144m²

La surface SHON (Surface Hors Œuvre Nette) de l’ensemble des bâtiments est ainsi de 1 666 m².

Le Crématorium d’Herlies est un ERP de 3ème catégorie types L-V.

AMO Programmation et QEEB Page 6 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Figure 1: Crématorium d’Herlies (source : Google Maps)

Figure 2: Crématorium d'Herlies – façade avant

La partie publique du Crématorium d’Herlies est composée de :


• Un large hall d’accueil,
• Deux salles de cérémonies d’une capacité respective de 157 et 76 personnes,
• Deux salles de condoléances,
• Une salle de remise des urnes,
• Sanitaires.

AMO Programmation et QEEB Page 7 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
1.2.2. Description des usages et occupation
Le crématorium est géré, en régie, par 3 personnes à temps plein, dont l’une habite le logement de fonction situé
sur la parcelle.

Le bâtiment Crématorium est ouvert de 8h30 à 18h, du lundi au samedi, et comprend :


• En RDC : une partie publique détaillée ci-dessus et une partie privative comprenant bureaux et locaux
techniques principaux, salle des fours, salle de réunion et vestiaires,
• En R+1 : locaux techniques : VMC et filtration et local de stockage divers.

Le Crématorium d’Herlies réalise entre 2 200 et 2 350 crémations à l’année (chiffres de 2015 et 2016).

1.2.3. Répartition des surfaces


Crématorium
Zone Niveau Surface (m²) Chauffée / Rafraichie
Deux SAS d’entrée RdC 19.08 Non
Hall d’entrée RdC 147.41 Chauffé par plancher chauffant
Chauffée par plancher chauffant et CTA
Salle d’attente Grande Salle n+1 RdC 35.21
Rafraichie par VC et cassette plafonnière
Chauffée par plancher chauffant et CTA
Grande salle de cérémonie n°1 RdC 157.46
Rafraichie par cassettes plafonnières
Chauffée par plancher chauffant et CTA
Salle d’attente petite salle n°2 RdC 30.58
Rafraichie par cassette plafonnière
Chauffée par plancher chauffant et CTA
Petite salle de cérémonie n°2 RdC 74.01
Rafraichie par cassettes plafonnières
Chauffée par plancher chauffant et CTA
Remise d’urne RdC 12.54
Rafraichie par cassette plafonnière
Dépôt d’urnes RdC 14.23 Chauffé par plancher chauffant
Salle de Fours RdC 69.18 Chauffé par Aérotherme eau chaude
Introduction Cercueil RdC 39.74 Chauffé par Aérotherme eau chaude
Réception cercueils RdC 35.69 Chauffé par Aérotherme eau chaude
Chauffé par plancher chauffant et CTA
Office RdC 12.03
Rafraichi par cassette plafonnière
Circulations (SAS et dégagement) RdC 66.65 Chauffé par plancher chauffant et CTA
Chauffé par plancher chauffant et CTA
Bureau direction n°1 RdC 14.54
Rafraichi par cassette plafonnière
Chauffé par plancher chauffant et CTA
Secrétariat d’accueil n°2 RdC 18.91
Rafraichi par cassette plafonnière
Salle de réunion RdC 13.56 Chauffé par plancher chauffant et CTA
Locaux techniques (Chauff., Clim., TGBT) RdC 40.01 Non

AMO Programmation et QEEB Page 8 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Local Audiovisuel RdC 9.35 Chauffé par convecteur électrique
Locaux entretien RdC 10.18 Chauffé par convecteur électrique
Sanitaires privés RdC 15.21 Chauffé par convecteur électrique
Sanitaires publics RdC 19.75 Chauffé par convecteur électrique
Local + SAS VMC R+1 241.53 Non
Local filtration R+1 92.87 Non
Local stockage divers R+1 84.92 Non

Figure 3: Plan RdC Crématorium

AMO Programmation et QEEB Page 9 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Figure 4: Plan 1er étage Crématorium

Logement

Figure 5 : Plan RdC du logement du Crématorium

AMO Programmation et QEEB Page 10 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
1.3. Interlocuteurs

1.3.1. Maîtrise d’Ouvrage


La Maîtrise d’Ouvrage est représentée par la Direction Patrimoine et Sécurité (DPS) de la Métropole Européenne
de Lille, qui assurera le pilotage du projet en partenariat avec l’AMO ainsi que la conduite des réunions
d’échanges avec les utilisateurs pour l’expression des besoins et la conduite éventuelle des études d’opportunité
préalables.

Le Service Stratégie et Economie du Patrimoine (SEP) et son Unité Fonctionnelle (UF) Valorisation
Développement et Stratégie (VDS) assure le rôle de chef de projet ainsi que le pilotage des études de
programmation, de valorisation, de stratégie énergétique et environnementale du patrimoine. L’UF VDS est
l’interlocuteur représentant la MOA auprès du Titulaire de la présente mission.

Le Service Projets et Maintenance du Patrimoine (PMP) et son UF Projets et Maintenance (PM) est opérateur
pour le compte des directions métiers (directions utilisatrices). Il est en charge des opérations d’entretien, de
maintenance et de réhabilitation. A ce titre, il est en charge de l’entretien préventif et correctif du patrimoine ainsi
que de la conduite d’opérations de travaux.

Actuellement engagée dans une démarche de performance et d’économie d’énergie en lien avec les enjeux liés à
la Transition Energétique du Territoire et à l’exemplarité de la Collectivté, la DPS souhaite affirmer son rôle de
propriétaire à l’égard de l’utilisateur par une programmation pluriannuelle d’investissement axée sur les
nécessaires évolutions fonctionnelles et notamment une Qualité Energétique et Environnementale du Bâtiment
élevée. Afin de permettre une mise en œuvre aisée des aspects liés à la QEEB, l’UF VDS a élaboré en 2017 un
Référentiel de Qualité Energétique et Environnementale des Bâtiments visant à guider à la fois les études de
programmation ainsi que celles de conception. Ce document (détaillé en Annexe n°2 du CCTP) sera à prendre
en compte par l’AMO qui devra tout au long de sa mission, fort de son expérience sur ce projet et sur d’autres,
permettre au MOA d’amender ce référentiel afin de l’améliorer dans l’objectif de le rendre encore plus performant
et pertinent pour les autres projets de la DPS.

La Direction Patrimoine et Sécurité en tant que MOA de la MEL se fixe un objectif de sobriété architecturale et
technique des projets immobiliers, pour une meilleure maîtrise des coûts d’investissement et de fonctionnement.
Le Maître d’Ouvrage, au vu des priorités de la politique nationale et régionale, souhaite aussi que les objectifs
suivants recherchés pour ce projet, soient prioritairement pris en compte dans l’opération à travers les exigences
énergétiques et environnementales de la QEEB. D’une manière générale, ces objectifs sont :
• le confort des utilisateurs (hygrothermique, acoustique, visuel et la qualité de l’air),
• la pérennité des ouvrages et des performances des bâtiments et équipements,
• la facilité d’entretien et de maintenance,
• la maîtrise des énergies et la promotion des énergies renouvelables,
• la gestion de l’eau,
• l’intégration de la construction avec son environnement immédiat en relation harmoniseuse avec
l’environnement proche et lointain, respectueuse de l’environnement patrimonial dans lequelle elle
s’inscrit,
• le choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction, avec la prise en compte de
l’analyse du cycle de vie des matériaux de construction et le recours à des matériaux présentant un bon
éco bilan.

1.3.2. Maîtrise d’Usage


Par ailleurs, la MEL a pour mission de gérer la vie du territoire composé de 90 communes et compte près de 1,2
million d’habitants ce qui en fait la 4ème agglomération française par sa taille (61 145 hectares) après Paris, Lyon
et Marseille. En ce sens, la MEL est en charge du service public et de son amélioration dans les domaines dont

AMO Programmation et QEEB Page 11 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
elle a la compétence (notamment la culture, l’aménagement du territoire, le développement durable, l’habitat et le
logement, le sport, le tourisme, l’économe et l’emploi, les transports, la voirie, etc.).

A ces différentes compétences s’associent différents pôles et différentes directions métiers, dont notamment la
Direction Relations avec les Usagers et Citoyenneté à laquelle appartient le Service Crématoriums en charge de
la gestion des crématoriums du territoire (Herlies et Wattrelos) et qui représente la Maîtrise d’Usage (MU).

1.4. Présentation du Projet

1.4.1. Installation d’un troisième four de crémation


Le Crématorium d’Herlies est exploité depuis maintenant 15 ans. Et le Maître d’Usage pour des questions
d’utilisation des fours de crémations et des raisons liés à l’activité a besoin de faire installer un troisième four de
crémation (augmentation de l’activité de crémation ces dernières années, perspectives d’activité à moyen/long
terme et impacts en terme de maintenance ou panne d’un four sur le crématorium, etc.).

Actuellement le site possède deux fours de crémation de marque Facultatieve Technologies (modèles FT2 et
FT3) dont l’un a été installé en 2010 (FT3) et le second en remplacement d’un four en 2016 (FT2). Les deux fours
de crémation fonctionnent au gaz naturel. Le Crématorium d’Herlies est équipé d’un système de filtration des
fumées par charbon actif afin de répondre aux nouvelles normes environnementales en vigueur. Les deux fours
sont raccordés sur un système de filtration triple installé en 2008 (filtration Dantherm et chaudière Danstocker
WHRB, cf. photos en Annexe n°2 du CCTP). Ce sytème est théoriquement prévu pour l’installation d’un troisième
four et les locaux de process crémation ont été concues initialement pour intégrer (sous réserve d’adaptations
techniques) un troisième four de crémation. Cependant en raison des contraintes techniques liées aux délais
d’attente dans le process d’une crémation, le MU s’interroge sur la pertinence de l’installation d’un troisième four
sur l’installation existante ou bien sur l’intérêt de l’installation d’un troisième four totalement indépendant des deux
autres, y compris en termes de filtration et de régulation du process.

Face à cette situation l’AMO devra permettre d’éclairer le choix de la MU et du MOA sur la pertinence des deux
solutions techniques envisagées et de leur impact en termes de process de crémation pour les agents
crématistes. Il est attendu de l’AMO une très grande expertise dans ce domaine de la crémation afin de guider le
choix et les arbitrages du MU et du MOA dans les propositions de choix technologiques pertinents et pérennes
(notion de coût global pour l’exploitation/maintenance du nouveau four et du système de filtration ainsi que pour
la performance énergétique nécessaire au process de crémation). Par ailleurs, il est aussi attendu de l’AMO la
prescription, pour le MU et le MOA, la plus pertinente sur le mode de dévolution pour l’achat du four de crémation
et de la réalisation des travaux liés à l’installation de l’équipement ainsi que les travaux liés aux différents enjeux
objet du présent projet d’évolution du crématorium (opération conception classique en loi MOP, opération en
conception/réalisation, en CREM, achat public séparé des équipements (four et filtration) et des travaux ou achat
unique, etc.).

De plus, étant donné la configuration spatiale des locaux et de la taille de la salle des fours et des conditions
d’accès au système de filtration situé à l’étage ainsi qu’aux conditions actuelles de stockage des produits servant
au traitement des fumées, le MU et le MOA s’interrogent sur la nécessité d’une éventuelle adaptabilité des locaux
à l’installation d’un troisième four ou sur une extension vers l’arrière du bâtiment des locaux techniques.

L’AMO devra là aussi devra permettre d’éclairer le choix de la MU et du MOA sur la pertinence des deux
solutions techniques envisagées et de leur impact en termes de process de crémation pour les agents
crématistes (ergonomie des postes de travail, conditions de travail notamment liées à l’impact des apports
thermiques d’un troisième four sur les températures des locaux y compris en été, sécurité lié au stockage des
produits de charbon actif ainsi que des résidus ultimes liés au process de filtration, etc.) ainsi que d’impacts sur le
bâtiment existant (architecture, structure, charpente, réseaux, fluides, alimentations en énergie, gestion des
utilités et des flux, espaces verts et espaces extérieurs, etc.).

AMO Programmation et QEEB Page 12 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
De plus, le bâtiment ayant maintenant 15 ans, le MU et le MOA s’interrogent sur une éventuelle nécessité
d’adaptation des locaux permettant l’accueil des familles lors des cérémonies dans les meilleures conditions
possibles de confort tant à l’intérieur du bâtiment (salles de cérémonies, de remise des urnes, d’attente, couloirs,
etc.) qu’aux abords et à l’extérieur (dimensionnement et accessibililté des parkings). Par ailleurs, le MU et le
MOA souhaitent aussi une réflexion de l’AMO sur les impacts de l’évolution de l’activité de crémation sur la
volumétrie et la disposition des zones d’accueil des familles ainsi que sur les impacts pour les différents flux et
les circulations dans le bâtiment et sur la parcelle du Crématorium (gestion des visiteurs, des parkings, des
pompes funèbres, des utilités diverses, sité cinéraire, etc.) en lien aussi avec les éventules projets en cours ou à
venir sur les abords du site (aménagement du Parc d’Activités d’Herlies à proximité, modifications des voiries
situées alentour y compris la RN 41 et des accès au site, etc.).

1.4.2. Stratégie énergétique et rénovation du crématorium


De plus dans le cadre de sa stratégie énergétique et environnementale, la DPS fait actuellement réaliser des
audits énergétiques et GER (Gros Entretien Renouvellement) sur son patrimoine par différents bureaux d’études
et notamment sur le Crématorium d’Herlies par le bureau d’études ARTELIA. L’audit doit être fini pour le 2ème
semestre 2017 et devra être pris en compte par l’AMO dans le cadre des différentes réflexions d’évolutions
programmatiques du bâtiment à la fois pour l’amélioration de la performance énérgétique en lien avec les
différents objectifs liés aux lois Grenelle et à la loi TEPCV mais aussi pour les opérations de GER visant la
pérennité du patrimoine bâti. Le document dans sa version de travail (les deux rapports d’audit en phase c
(propistions de programme) sont indiqués à l’Annexe n°3 du CCTP).

Au terme de son étude, ARTELIA présentera des actions à mettre en œuvre sur les bâtiments étudiés pour la
rénovation thermique et gros entretien renouvellement sous forme d’une synthèse faisant apparaître les
préconisations en terme d’énergie et les actions envisagées en terme de gros entretien renouvellement pour
préserver et pérenniser le patrimoine immobilier. Le document contiendra différents scénarii précisant les actions
à mener détaillant un ensemble cohérent des actions possibles identifiées afin de situer ce projet par rapport aux
objectifs assignés à l’ensemble du patrimoine qui sont :
• réduction des consommations d’énergie et des GES ainis que développement des ENR permettant de
respecter le "3x20" à l'horizon 2020 (-20 % de consommation d'énergie finale, -20 % d'émissions de gaz
à effet de serre (GES), +20 % d'énergies renouvelables dans la production globale) en lien avec le
SRCAE,
• réduction des consommations d’énergie et des GES ainis qu’augmentation des ENR permettant de
respecter les objectifs de la loi de transion énergétique et du « paquet énergie-climat » pour 2030,
• réduction au-delà des 40% des consommations d’énergie correspondant à celle du label "bâtiments
basse consommation énergétique rénovation, BBC rénovation 2009" (exigences entrant dans le cadre
de la rénovation thermique des bâtiments existants telles que définies par l'arrêté du 29 septembre 2009
relatif au contenu et aux conditions d'attribution du label "haute performance énergétique rénovation"),
avec définition d'un niveau de cible de surperformance atteignable,
• réduction des consommations pour la mise en place du facteur 4 en lien avec le Schéma régional
d'aménagement et de développement durable du territoire (SRADDT) qui vise à l'horizon 2050 un
objectif de réduction de la consommation d'énergie finale de 60% corrélé à une division par 4 des
émissions de GES et au développement des ENR.

1.4.3. Mise en place d’un système de récupération d’énergie fatale


De plus,toujours dans le cadre de sa stratégie énergétique et environnementale liée au patrimoine, la MEL a fait
réaliser en 2015 une étude technique de la mise en place d’un système de récupération de chaleur sur les fours
de crémations du Crématorium d’Herlies. La précédente étude, réalisée par le bureau d’études BEITHA
(disponible en Annexe n°4 du CCTP), a conclu à la pertinence de la mise en œuvre d’une solution de ce type
pour la récupération de chaleur fatale en vue de chauffage et du rafraichissiment du bâtiment voir de la revente
de la chaleur en surplus via des systèmes de récupération/stockage et de groupe froid à absorption. L’AMO
devra aussi éclairer le MOA sur la possibilité d’intégrer ces solutions techniques dans le bâtiment voir de réaliser

AMO Programmation et QEEB Page 13 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
une extension des locaux techniques autorisant la mise en œuvre de ces équipements (notamment le ballon de
stockage tampon à stratification). L’AMO devra aussi étudier et quantifier les impacts de l’ajout d’un troisième
four de crémation sur le potentiel de récupération de chaleur fatale par rapport à l’étude de 2015 et ceci en
fonction du type de four de crémation à choisir en lien avec les besoins du MU (four raccordé sur la ligne de
filtration Facultatieve Technologies existante ou bien four compact indépendant avec filtration latérale, ou tout
autre technologie de crémation). L’AMO devra aussi étudier les impacts de l’ajout de ce troisième four sur le taux
de couverture en énergie fatale du bâtiment (chauffage, ECS, rafraichissement) voir du raccordement du
logement de fonction à ce système de récupération.

L’AMO devra aussi étudier les impacts de l’ajout de ce troisième four ainsi que du potentiel de
création/développement d’un réseau de chaleur auprès des parcelles à proximité suivant leur usage (ZAC, Zone
agricole de type serre, STEP de la MEL, etc.). L’AMO devra notamment travailler sur ce point en lien avec le
service du développement économique de la MEL et l’aménageur IRD en charge de la concession
d’aménagement du Parc d’Activités d’Herlies. L’AMO devra sur ce volet de la mission proposer un assistance
technique, économique, financière ainsi que juridique et administrative sur les potentialités de réalisation d’un
réseau de chaleur et sur son mode de gestion (régie, DSP, etc.) et ceci en lien avec la Direction Energie de la
MEL en charge de la gestion des réseaux de chaleur sur le territoire métropolitain.

2. Description du marché
La loi MOP (ou loi no 85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d'ouvrage publique et à ses rapports avec la
maîtrise d'œuvre privée) et notamment son article 2 rappelle les obligations du MOA parmi lesquelles il doit :
• s’assurer de l’opportunité et de la faisabilité de l’opération envisagée,
• déterminer sa localisation,
• définir le programme,
• arrêter l’enveloppe financière prévisionnelle,
• choisir le processus selon lequel l’ouvrage sera réalisé.

Le même article définit le contenu du programme, indique les possibilités de précision ainsi que la poursuite
éventuelle de son élaboration et celle de l’enveloppe financère au cours des études de maîtrise d’oeuvre.

La programmation est une démarche qui vise à réunir l’ensemble des conditions nécessaires à la réalisation d’un
projet maîtrisé et de qualité. Elle s’inscrit dans l’organisation générale qui doit être mise en place le plus en amont
possible par le Maître d’Ouvrage, pour une maîtrise de la qualité du projet qui relève de sa responsabilité.

La programmation aide le MOA à :


• clarifier, définir et préciser sa commande,
• mettre en cohérence les objectifs initiaux d’un projet et sa conception, sa réalisation et sa gestion,
• s’organiser autour du projet.

Elle applique des méthodes rigoureuses s’attachant à :


• maîtriser pleinement la question des usages pour lesquels le projet se réalise, dans le cadre de
l’ensemble des paramètres (sociaux, techniques, urbains, environnementaux, économiques,
d’exploitation, etc.) de l’opération,
• anticiper les évolutions,
• proposer des réponses programmatiques novatrices en explorant l’ensemble des pistes (ou alternatives)
possibles,
• impliquer et coordonner les différents acteurs d’une opération dans un processus continu et itératif,
depuis l’idée naissante d’un projet jusqu’à la livraison de l’ouvrage.

L’objectif essentiel de la mission du Titulaire est d’apporter au Maître d’Ouvrage l’ensemble des éléments
nécessaires à l’élaboration du projet pour s’assurer de son opportunité. Cette démarche vise à garantir la qualité
de l’opération y compris les conditions de vie et d’exploitation de la construction ou de l’aménagement à venir.

AMO Programmation et QEEB Page 14 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Vis-à-vis du MOA, l’enjeu est de définir les objectifs du projet au niveau politique, économique, social, et urbain.
Le travail du programmiste consiste à collecter, hiérarchiser, synthétiser et communiquer les données, les
contraintes, les besoins, les attentes et les exigences, etc. Il recueille les informations auprès des décideurs, des
services, des utilisateurs. Il consulte les études antérieures, les diagnostics techniques et les réglementations en
vigueur, etc.

Etant une phase pré-opérationnelle, la démarche permet en terme de concertation de discuter avec les différents
acteurs du projet et de consulter des compétences extérieures, etc.

Le volet «communication» de la démarche prend une part souvent déterminante pour valider les objectifs et faire
adhérer les différents intéressés, notamment les utilisateurs. Il peut aussi apaiser les craintes des opposants au
projet.

Vis-à-vis du Maître d’Oeuvre, l’enjeu est de lui donner l’ensemble des éléments nécessaires à l’élaboration du
projet en les hiérarchisant. Pour favoriser le travail de collaboration entre le MOA et le MOE, il s’agit de définir les
éléments du programme tout en permettant une certaine souplesse pour le choix des solutions architecturales et
d’aménagement.

En conclusion, l’important est que la programmation dresse l’état des besoins et définisse le projet de vie qui
présidera à l’édification de l’ouvrage en prenant du recul, en analysant voire en remettant en cause si nécessaire
les besoins exprimés spontanément.

Le Titulaire assiste donc le Maître d’Ouvrage pour :


• dresser un constat de la situation existante, avec une analyse par thème (usage – actuel, diagnostic
patrimonial, urbanisme, technique, énergie, environnement, respect de la réglementation / de chartes ou
labels éventuels et coûts de fonctionnement),
• recueillir les attentes des utilisateurs et assister le MOA pour déterminer ses objectifs prioritaires,
• proposer des scénarios pour atteindre les objectifs issus de l’expression des besoins (par exemple :
construction d'un bâtiment neuf, réhabilitation d'un bâtiment existant, choix d'un site, etc.) en identifiant
pour chacun les principales contraintes techniques, urbaines, administratives, réglementaires ou
économiques,
• proposer un profil énergétique et environnemental de l'opération pouvant déboucher sur l’adhésion de la
MOA à une démarche identifiée (ex : labélisation énergétique (type Effinergie BEPOS, E+C-,
PassivHaus, etc.), labélisation environnementale (type HQE, E+C-, BBCA, etc.)) s’intégrant dans la
stratégie énergétique et environnementale de l’UF VDS,
• analyser les scénarios et retenir celui qui répond le mieux aux objectifs du MOA.

A cet objet lui sera confié l’intégralité des missions dont le contenu est détaillé ci-après. Le prestataire devra
prévoir, au titre du forfait du marché, les visites de sites et réunions nécessaires à la bonne exécution de sa
mission et, a minima, celles décrites dans le présent document.

2.1. Préprogramme, analyse des besoins, du site et état des lieux


Objectifs :

Cette phase se focalise sur l’expression des besoins des usagers et constitue une première confrontation entre
contraintes et besoins. Elle permet de passer d’intentions à un projet même sommaire, de formaliser le projet
global sous tendant le projet bâtimentaire et d’analyser les conditions de réalisation du projet bâtimentaire. Aussi
cette phase doit permettre de déterminer les divers scénarios techniques et réglementaires possibles afin de
répondre à un besoin non encore précisément déterminé de la part du Maître d’Ouvrage, d’établir les diverses
enveloppes financières possibles, d’analyser les contraintes, les avantages et les inconvénients techniques et
réglementaires de chaque solution, et de lister les informations complémentaires à obtenir (lesquelles sont hors
mission) pour confirmer ou infirmer un scénario ou un autre. Cette phase comprend aussi une analyse de site à

AMO Programmation et QEEB Page 15 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
réaliser pour les projets de construction neuve ou d’extension de l’existant ainsi qu’un état des lieux en cas de
restructuration ou d’extension.

Les besoins sont exprimés la Maîtrise d’Usage en tant qu’utilisatrice de l’équipement objet de l’opération, en
termes d’objectifs et de fonctionnement. A ces besoins correspondant à la qualité d’usage du bâtiment, l’UF VDS
définit aussi les objectifs et les enjeux en termes de stratégie énergétique et environnementale du Patrimoine,
avec notamment l’enjeu lié à la récupération d’énergie fatale pour usage d’autoconsommation de chaleur voire de
revente en cas de surplus.

Le Titulaire analysera la demande au regard des références existantes pour ce type d’équipement et des activités
et effectifs envisagés. Il en vérifiera la pertinence et la cohérence. Une réunion sera organisée avec le service
des Crématoriums et le Titulaire sous contrôle du conducteur d’étude de VDS afin de préciser et valider les
besoins.

L’état des besoins (ou préfaisabilité/préprogramme théorique) mettra en évidence les principes d’organisation
fonctionnelle qui régissent l’équipement concerné ainsi que le découpage en unité fonctionnelles envisagées et
les liaisons souhaitées entre entités. Chaque entité fonctionnelle sera dimensionnée en fonction des activités,
effectifs, capacités d’accueil, mode d’organisation.

Un tableau de surface par local sera élaboré et consolidé par la comparaison des ratios obtenus au regard des
ratios pratiqués ou issus de documents génériques.

Lors de cette phase il convient notamment de :


• Clarifier et objectiver les besoins de la direction demandeuse,
• Recenser les besoins fonctionnels et techniques des différentes entités,
• Prendre en compte les exigences dimensionnelles et capacitaires définies par le MOA,
• Prendre en compte les exigences structurantes du MOA ainsi que les contraintes sur le plan technique
de l’exploitation future du bâtiment et les objectifs en termes de développement durable et notamment
de récupération d’énergie,
• Prendre en compte les éventuelles adaptations au site (gestion des flux, des accès, pollution des sols,
etc.).

Le Titulaire élaborera un préprogramme théorique qui tiendra compte des spécificités de l’opération et de la taille
de l’équipement.

Les raisonnements et l’évaluation des besoins en surfaces seront réalisés à partir du nombre de postes de
travail, ou des effectifs à accueillir. Une optimisation des surfaces sera recherchée dans un objectif de sobriété et
de maîtrise des coûts. Il est demandé l’émergence d’idées innovantes en termes de fonctionnement, d’énergie et
d’optimisation des coûts et non une simple application des besoins exprimés lors du recensement sans analyse
critique de l’organisation des activités et du process. Les propositions seront obligatoirement justifiées et
argumentées de manière claire et compréhensible par tous les intervenants de la MEL (MOA, MU, Elus, etc.).

Concernant l’analyse de site, l’objectif de cette mission est avant tout de permettre de dégager et d’analyser les
enjeux, potentialités et contraintes. L’AMO devra élaborer le dossier de site et analyser le site d’implantation en
tenant compte de ses atouts et de ses inconvénients.

Après visite du site, le titulaire vérifiera la disponibilité et la constructibilité du site :


• Disponibiltiés foncières (emprise suffisante, possibilités éventuelles de réserves foncières, etc.)
• Contraintes d’urbanisme
o Règles de constructibilité : règles morphologies, obligations d’espaces libres, limitation
éventuelles d’emprise au sol et du volume des constructions, conditions d’implantation des
bâtiments, servitudes diverses, contraintes liées à l’architecture du bâtiment existant en cas
d’extension notamment en termes de droit au respect de l’œuvre, etc.)
o Dispositions actuelles du PLU et le cas échéant, nature des modifications ou révisions à
engager,

AMO Programmation et QEEB Page 16 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
o Aménagements éventuellement imposés : espaces verts, disposition liées à la mémoire et au
site de crémation, stationnement, accès particuliers, projets prévus, contraintes liés à la
sécurité, à l’incendie et aux ICPE, etc.
• Morphologie du site (forme et dimension du terrain, topographie, orientation, etc.)
• Délai de mise à disposition du foncier, de mise en urbanisation, d’évolutions des terrains à proximité en
termes d’activité économique ou agricole, d’adaptation éventuelles, etc.
• Les aménagements du site et de ses abords :
o Adaptation du réseau viaire,
o Viabilisation du terrain,
o Dépollution éventuelle à envisager,
o Démolition de bâtiments ou d’aménagements extérieurs existants,
o Sécurisation du site.
• Les contraintes spécifiques pour la réalisation :
o Technicité particulière nécessaire à la réalisation des travaux sur un bâtiment déjà existant ou à
proximité,
o Technicité particulière liée au process de crémation/filtration et à la récupération et au stockage
de chaleur pour usages de chauffage, d’eau chaude sanitaire et de refroidissement. La MOA
attire l’attention de l’AMO sur la spécifité de ces deux contraintes en termes d’impact
dimensionnant sur la volumétrie du projet de modification du bâtiment existant. Ces deux
contraintes devront être traitées le plus en amont possible avec le futur installateur du nouveau
four, la MU, le MOA ainsi qu’avec les fabricants de sytèmes de stockage par
stratification/accumulation d’eau chaude qui sont originaires principalement de pays
germaniques (Ratiotherm, Jenni, Enersolve, etc.),
o Contraintes de phasage et de maintien de l’activité,
o Contraintes d’accès au site.

Concernant l’aspect qualité énergétique et environnementale de la mission, l’AMO réalisera une analyse
environnementale du site s'appuyant sur :
• Le recueil de données environnementales :
o Contexte réglementaire et incitatif,
o Données physiques : hydrologie, risques majeurs, accessibilité, dessertes, données de trafic,
biodiversité, etc.
o Données climatologiques fournies par le prestataire (fiches météo, rose des vents, course
annuelle du soleil avec angles d’inclinaison, irradiation globale directe en W/m², etc.),
o Pollutions : qualité de l'air, pollutions des sols, sonores (classement et cartes du bruit), etc.
• L'évaluation des nuisances du projet sur l'environnement : émissions de gaz à effet de serre, déchets,
bruit, insertion, etc.
• Les opportunités : ressources énergétiques, ensoleillement, exploration des filières locales, etc.
• Les exigences réglementaires en vigueur sur le site (PLU, périmètre classé, etc.).

A partir de la première analyse réalisée, des compléments d'études pourront être proposés au Maître d’Ouvrage
pour déterminer des objectifs plus pertinents, ainsi que tout autre élément jugé opportun pour orienter les
décisions et améliorer la prise en compte de certaines particularités et les réponses ultérieures de la Maîtrise
d'Oeuvre. L’AMO préconisera à la MOA tous les sondages, diagnostics techniques et études de sol qu’il jugera
nécessaire le plus en amont possible afin de ne pas pénaliser le planning de l’opération.

Etant donné que le projet concernet un bâtiment déjà existant devant éventuellement être restructuré ou faire
l’objet d’une extenstion, il est nécessaire que l’AMO, en plus de sa mission d’analyse de site, procède à un état
des lieux du crématorium. Pour permettre la bonne réalisation de cet état des lieux, le MOA transmettra
l’ensemble des plans des bâtiments et autres documents en sa possesion (audit énergétique et GER du site,
étude de potientalité de la récupération de chaleur des deux fours de crémation existants, inventaire des
équipements de CVC, rapports de vérification périodique, PV de Commission Sécurité Incendie, etc.).

Sur la base d’une visite, le titulaire devra indiquer et/ou vérifier au minimum l’état d’occupation des locaux,
l’organisation fonctionnelle, l’état du bâtiment et des infrastructure :

AMO Programmation et QEEB Page 17 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• La disposition des locaux,
• Le dimensionnement de tous les locaux, (avec indication des surfaces dans chaque local, hauteur sous
plafond, hauteur sous dalle, etc.),
• L’occupation réelle et son organisation,
• Les problèmes d’inadéquation fonctionnelle des locaux et/ou de dysfonctionnement constatés et
signalés en termes d’usage et de confort (thermique, acoustique, olfactif, etc.),
• La non-conformité aux réglementations en vigueur (sécurité, accessibilité, techniques, process, ICPE,
etc.),
• L’état technique sommaire par corps d’état (niveau de vestuté, dégradations constatées, etc.)

Le contenu précis de ce relevé d’information sera établi en fonction de l’étude à réaliser et des spécificités du
projet (impact majeur sur le process et sur la partie « technique » à l’arrière du bâtiment, et sur les flux et accès
du site), le MOA précisera donc, au cas par cas, la teneur précise des prestations à exécuter au début de la
mission de l’AMO. Le titulaire fera le recensement des diagnotics complémentaires à réaliser sur le bâtiment
existant et qui nécessiteraient le recours à d’autres prestataires extérieurs (investigations sur la structure, sur les
reprises de charge, diagnostic phytosanitaire, etc.). Cet aspect de la mission est directement lié au rôle de
conseil de l’AMO.

Documents fournis au prestataire :

Des documents seront fournis au prestataire au début des études :


• description brève du projet ;
• plan de situation ;
• plan de masse du site d’implantation du projet ;
• plan des différents niveaux si nécessaire ;
• liste non exhaustive des organismes et personnes à consulter.

Eléments à la charge du MOA :


• établir le besoin initial avec éventuellement des scénarios prédéfinis,
• établir les contraintes intangibles

Eléments de mission :
• présenter et analyser la problématique,
• proposer d’autres solutions alternatives si besoin et lister les avantages et les inconvénients de chaque
solution étudiée,
• recenser les effectifs de chacune des populations concernées (capacité d’accueil, effectif du personnel
par catégorie, visiteurs, etc.) avec les perspectives d’évolution éventuelles,
• évaluer les contraintes à prendre en compte pour chaque solution (sociale, urbaine, architecturale,
historique, sanitaire, fonctionnelle, technique, réglementaire, sécuritaire, environnementale, …),
• participer et animer les réunions nécessaires au recueil des besoins et effectuer des visites sur site,
• lister les diagnostics ou relevés complémentaires à établir, portant sur le terrain ou le bâti.
• établir la liste des locaux, leurs fonctions et les surfaces utiles,
• établir les principes de répartition entre les espaces ouverts au public et les espaces privatifs,
• proposer un programme fonctionnel (déclinaison des objectifs / définition des besoins fonctionnels),
• réaliser une synthèse de toutes les études et données recueillies,
• hiérarchiser les exigences,
• rédiger le préprogramme sur la base du scénario retenu en dégageant les idées directrices (lignes
directrices programmatiques),

Les livrables : éléments remis par le prestataire au MOA :


• compte-rendu des réunions et entretiens,
• rapport d’études de préfaisabilité (comprenant notamment le recueil des objectifs et l’analyse des
contraintes du Maître d’Ouvrage, l’identification des ensembles et unités fonctionnelles et leur liaisons,
le recensement des effectifs de chacune des populations concernées, le calibrage des surfaces utiles

AMO Programmation et QEEB Page 18 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
nécessaires, les hypothèses retenues et la synthèse rappelant les avantages et inconvénients des
diverses propositions, le tableau détaillé des surfaces par unité ou ensemble d’unités fonctionnelles, le
tableau de synthèse des surfaces),
• rapport d’analyse du site (y compris l’analyse énergétique et environnementale) et d’état des lieux
comprenant à minima des plans légendés avec échelle graphique et d’une note comportant les
informations sur les types d’accès, les positionnements de raccords aux réseaux, la topographie, les
constraintes PLU, les avantages/contraintes du site, etc. ainsi que le rapport d’état des lieux comportant
le répérage des bâtiments, la description architecturale du site, la description morphologique des
bâtiments et leur potentiel de reconverstion/extension, l’état des réseaux et équipements techniques y
compris de process, la synthèse des diagnostics, la synthèse de l’organisation des locaux, le schéma
des relations entre les unités fonctionnelles, le schéma des flux et des circulations, le schéma détaillé de
l’organisation fonctionnelle etc.),
• restitution de la phase lors d’une réunion de travail auprès du MOA et du MU,
• des rendus intermédiaires peuvent être sollicités par le MOA,
• fourniture sous forme dématérialisée des documents et présentation des projets.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.2. Faisabilité
Objectifs :

Cette phase doit permettre de vérifier la possibilité de construction du projet préliminaire établi par le MOA dans
un terrain donné. Elle doit permettre de valider les options de programme d’implantation et de phasage. La
faisabilité expose les fondements du projet, les objectifs à atteindre et les moyens à mettre en oeuvre. Elle doit
permettre d’arrêter les choix fondamentaux du Maître d’Ouvrage, d’identifier les conditions de la réussite de
l’opération. C’est une synthèse des études d’opportunité et de préprogramme permettant de clarifier les choix du
Maître d’Ouvrage, d’établir différents scénarii d’implantation ainsi qu’une analyse multicritères comparative de
ces scénarii, conçue comme un outil d’aide à la décision, en vue d’un arbitrage éclairé sur le projet par
l’ensemble des intervenants de la MEL.

L’AMO doit donc réaliser une étude des scénarii envisageables pour le projet. Les prestations à mener dans le
cadre de cette étude consistent :
• A vérifier la compatibilité du programme des besoins avec le potentiel du site envisagé et des bâtiments
existants, ainsi que des hypothèses de développement d’un réseau de chaleur permettant un
développement d’activité économique ou agricole à proximité du Crématorium d’Herlies,
• A élaborer des préconisations et scénarii de faisabilité fonctionnelle et technique.

Plusieurs scénarii d’implantation (au moins deux) pourront être envisagés. Ces scénarii prennent en compte :
• Les accès, dessertes et circulations,
• La disposition des activités des usagers et/ou utilisateurs du Crématorium ainsi que pour les projets de
développement économique à proximité en lien avec les aménageurs,
• Le macro zoning d’implantation des entités et activités sur le site et/ou dans le bâtiment,
• Les relations entre entitiés fonctionnelles et entre locaux,
• La définition et la quatification des locaux et surfaces projetés,
• L’exploitation et la maintenance,
• Les fluides, réseaux et les installations techniques avec à chaque fois un focus sur le process
crémation/filtration et sur la récupération de chaleur fatale, ses usages et sur le sytèmes de stockage
par stratification/accumulation d’eau chaude envisagé.

Les documents doivent permettre d’apprécier, pour chaqe scénario envisagé, les grands principes
d’aménagement, dont notamment :
• Le parti d’aménagement,

AMO Programmation et QEEB Page 19 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• L’organisation générale et la localisation des éléments de programme,
• Les principes de desserte et d’accès,
• Le phasage et le fonctionnement à chaque étape de son développement.

Pour chacun des scénarii proposé et étudié, l’AMO devra en réaliser une estimation financière ainsi qu’établir un
calendrier prévisionnel de l’opération. Concernant le volet estimatif des coûts de l’opération, le MOA souhaite que
l’AMO raisonne sur ce point en termes de coût global (conformément aux différentes évolutions réglementaires
en cours notamment celles liées au label E+C-) avec un objectif annoncé de 50 ans pour la durée de vie d’un
bâtiment. Le titulaire devra être en mesure d’apporter les éléments suivants :
• L’estimation de l’enveloppe financière prévisionnelle de l’opération (bâtiment, espaces extérieurs,
mobilier, matériel et équipements techniques liés au crématorium, etc.), tenant compte des incidences
financières liées aux adaptation du site et au phasage éventuel,
• Les exigences en matière de coûts de fonctionnement (masse salariale, exploitation et GER du
bâtiment, des systèmes de récupération et d’usage de la chaleur, consommations d’énergies, etc.).

Afin de permettre un arbitrage éclairé sur le projet par l’ensemble des intervenants de la MEL (MOA, MU, Elus),
l’AMO établi un document de synthèse rappelant les avantages et inconvénients des diverses propositions par
chapitre d’études et contenant une analyse multicritères comparative de ces scénarii. Cette analyse multiritères
comparative des différents scénarii mettant en avant les avantages et les inconvénients de chacune des
propositions constituera un outil d’aide à la décision. Elle permet au MOA d’affiner le dimensionnement du projet
et d’argumenter ses choix. Cette analyse met en évidence les écarts qui porteront sur les critères suivants :
• La répartition spatiale et la qualité fonctionnelle,
• Le respect des surfaces et leur optimisation,
• Les contraintes d’aménagement et de constructibilité,
• La performance technique et la qualité d’usage des locaux et équipements en termes de process
crémation et filtration des fumées,
• La performance technique et environnementale de la récupération de chaleur fatale et ses potentialités
d’usage (en interne au bâtiment et/ou en externe à la revente) et son aspect exemplaire lié au projet,
• L’estimation des coûts de réalisation et du coût global du projet ainsi que la justification des écarts entre
chacun des scénarii,
• L’organisation des travaux, des mesures d’accompagnement et leur coût,
• Les potentialités d’obtention de subvention visant à financer le projet (ADEME Fonds Chaleur et NTE,
FEDER, Certificats d’Economie d’Energie, partenariat technique, etc.).

Spécifité lié à la QEEB et à la définition du Système de Management de la qualité énergétique et


environnementale de l’Opération (SMO)

L’AMO explicitera :
• Les responsabilités de chaque intervenant à toutes les phases de l'opération,
• Les procédures qui devront être appliquées pour assurer le suivi et la connaissance des décisions prises
à chaque étape du projet,
• Les modes d'évaluation à chaque étape du projet.

Pour la cible énergie, le Maître d’Ouvrage sera particulièrement attentif à la rigueur apportée à la définition des
objectifs, ainsi qu’aux critères d’évaluation et aux méthodes de suivi, à chaque phase de l’opération notamment
pour tout l’aspect récupération de l’énergie fatale et sur ses potentialités de stockage et d’usage interne et/ou
externe au Crématorium.

Il en sera de même pour les données d'analyse des coûts d'exploitation et de maintenance des équipements.
Sachant qu’il est difficile d’obtenir ces informations auprès des équipes de Maîtrise d’Oeuvre, les exigences
devront porter sur les postes les plus importants (énergie, ventilation, vitrage etc.).

Un tableau de bord devra être intégré pour le suivi de la démarche QEEB. Chaque cible sera décrite de la façon
suivante :

AMO Programmation et QEEB Page 20 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• Description de la cible et du niveau d'exigence,
• Liste des critères d'évaluation et des documents demandés à chaque étape du projet :
o Au maître d’oeuvre, au stade du concours et des études de MOE et des phases suivantes;
o Aux entreprises, au stade de la réalisation et de la mise en service.

Les critères d’évaluation et leurs indicateurs devront être intégrés à l'amont du projet.

Eléments à la charge du MOA :


• fournir les plans et tous les documents disponibles concernant les existants,
• transmettre une enveloppe prévisionnelle de l’opération,
• donner les contraintes calendaires/ échéances souhaitées de réalisation.

Eléments de mission :
• étudier la faisabilité réglementaire (PLU, ERP, etc.) : présentation, analyse et problématique patrimonial
le cas échéant,
• étudier la faisabilité technique (conformité aux réglementations techniques liées à la crémation, aux
réglementations énergétiques et environnementales du bâtiment, etc.),
• réaliser le tableau de surfaces fonctionnelles résultant,
• proposer les objectifs spécifiques à privilégier en termes de performance énergétique et
environnementale,
• analyser la capacité du site selon les contraintes fonctionnelles : transposition du programme sur le
terrain,
• proposer une volumétrie architecturale possible, esquisse de plans, coupes, façades, schémas de
principe qui aident à la compréhension de la proposition, (documents graphiques à échelle adaptée) et
une animation permettant la visualisation des espaces et volumes (axonométrie par exemple),
• définir les contraintes structurantes du projet (liaisons fonctionnelles, éclairement, vues, etc.),
• élaborer des scénarii d’implantations envisageables sur la parcelle,
• présenter des références similaires au projet,
• déterminer l’enveloppe financière globale,
• déterminer le planning général prévisionnel.

Les livrables : éléments remis par le prestataire au MOA :


• compte-rendu des réunions et entretiens,
• un diagnostic urbain architectural et technique, les contraintes administratives et réglementaires,
actualisé de la phase précédente ainsi qu’un rappel des choix fondamentaux du MOA,
• le rapport d’étude de faisabilité technique, urbanistique avec plusieurs scénarii (en vérifiant la faisabilité
de ceux-ci en fonction des exigences et contraintes recensées et comprenant la méthodologie, choix du
processus de réalisation, fiche financière prévisionnelle et planning prévisionnel),
• pour chaque scénario d’implantation envisagé, le document comprendra :
o Les schémas d’implantation,
o Les principes d’accès et de circulation envisagés,
o L’adaptation des surfaces du bâtiment exitant,
o Les spécificités techniques induites par le parti adopté (organisationnel et technique),
o Un focus sur les impacts en termes de process de crémation/filtration et de récupération de la
chaleur fatale et les usages couverts (internes au bâtiment et/ou externes avec potentialité
d’usages autres de type économique ou agricol avec création de mini réseau de chaleur par
exemple),
o Les contraintes de phasage éventuelles notamment en raison des impacts du projet sur le
maintien de l’activité du site occupé,
o Une note économique précisant les limites de prestations de l’évaluation financière. Cette note
devra effectuer l’ensemble des calculs en termes de coût global en vue d’un arbitrage éclairé
sur le projet par l’ensemble des intervenants de la MEL,
• une estimation comparative des différents scénarii, permettant d’identifier les surcoûts liés à des choix
programmatiques ou stratégiques. La réflexion sera là aussi effectuée en termes de coût global et

AMO Programmation et QEEB Page 21 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
présentera les potentialités de proposer un profil énergétique et environnemental de l'opération pouvant
déboucher sur l’adhésion de la MOA à une démarche identifiée (ex : labélisation énergétique (type
Effinergie BEPOS, E+C-, PassivHaus, etc.), labélisation environnementale (type HQE, E+C-, BBCA,
etc.)) s’intégrant dans la stratégie énergétique et environnementale de l’UF VDS,
• un document de synthèse rappelant les avantages et inconvénients des diverses propositions par
chapitre d’études et contenant une analyse multicritères comparative de ces scénarii, conçue comme un
outil d’aide à la décision, en vue d’un arbitrage éclairé sur le projet par l’ensemble des intervenants de la
MEL.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.3. Programme Architectural, Fonctionnel, Technique, Energétique et


Environnemental
Objectifs :

La phase consiste à l’élaboration du Programme Architectural, Fonctionnel, Technique, Energétique et


Environnemental (PAFTEE) à partir du scénario validé par le Maître d’Ouvrage. Cette phase doit permettre, en
fonction des éléments recueillis lors de l’étude de faisabilité (analyse des charges horaires, référentiel,
orientations de la MEL, objectifs de QEEB, etc.), de déterminer de manière définitive, les objectifs quantitatifs et
qualitatifs ainsi que les performances des équipements et du bâti afin de permettre au MOE de concevoir un
projet de qualité et garantir à la MOA une réponse adaptée aux besoins exprimés. Le document remis à ce stade
comprend plusieurs cahiers spécifiques suivant les thèmes traités et détaillés dans le PAFTEE. L’AMO devra
cependant concevoir un programme unique et cohérent traduisant les besoins et enjeux du MOA.

Eléments à la charge du MOA :


• si le prestataire a établi une faisabilité, le MOA a la charge de la valider,
• fixer les surfaces et natures de locaux à construire ou rénover,
• fixer les performances qualitatives et/ou les objectifs techniques à atteindre,
• arrêter le coût du projet,
• fixer le calendrier prévisionnel général jusqu’à la livraison finale.

Eléments de mission :
• recueillir de manière exhaustive les besoins et les informations
o rencontrer les divers acteurs de l’opération (MOA, MU, utilisateurs, élus, etc.) et établir les
relevés de décisions afférents,
o rendre compte au Comité de Pilotage,
o rassembler et ordonner les informations :
nature et philosophie de l’opération : nom, type, principaux objectifs, superficie,
capacité d’accueil des locaux,
genèse de l’opération : historique, contexte, présentation des différents accès,
servitudes diverses, etc,
• consolider les orientations définies dans l’étude de faisabiltié et les arbitrages de la MOA,
• formaliser l’ensemble des données, exigences et contraintes relatives à l’opération afin de founir aux
concepteurs tous les éléments nécessaires à la bonne compréhension des usages futurs de
l’équipement,
• élaborer le programme fonctionnel définitif :
o présenter l’opération en synthétisant l’analyse des étapes précédentes enrichies du rappel des
contraintes réglementaires et de la description des usages de l’équipement,
o décrire avec précision les activités accueillies,
o définir les besoins dans une approche qualitative et quantitative,
o élaborer les schémas de relations entre les entités et entre les espaces de chaque entité,

AMO Programmation et QEEB Page 22 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
o élaborer les schémas de principe illustrant le fonctionnement général de l’équipement avec
zoom sur des fonctions spécifiques (process crémation / filtration, process récupération de
l’énergie fatale et ses usages internes et/ou externes au bâtiment du crématorium, etc.). Ces
schémas doivent faciliter la compréhension du concepteur sans interférer sur son travail de
création,
o élaborer les tableaux de surfaces généraux et fonction par fonction (régroupés par entité
fonctionnelle),
o élaborer les fiches espaces : chaque local fait l’objet d’une fiche descriptive indiquant sa nature,
le pôle fonctionnel auquel il appartient, ses relations privilégiées, l’activité qui s’y déroule et les
exigences techniques particulières le concernant (surcharge, hauteur sous plafond, éclairage,
prises de courant faible et fort, fluides spécifiques, types de revêtement sol et mur, etc.),
• élaborer le programme technique détaillé de l’opération :
o donner les grandes lignes des exigences techniques, énergétiques et environnementales
retenues pour l’opération,
o donner les exigences en termes de maintenance et d’exploitation,
o donner les exigences opérationnelles du projet (délais, impact des phases de travaux en site
occupé, etc.),
o élaborer l’inventaire détaillé des objectifs et des performances à atteindre (y compris pour les
aspects énergétiques et environnementaux), organisé selon une décomposition par lots
techniques, classiques aux opérations de construction et spécifiques aux lots techniques liés
au process de crémation/filtration et à la récupération d’énergie fatale. Ces éléments
reprendront les exigences générales du bâtiment et les exigences spécifiques du MOA,
o élaborer les spécifications techniques générales : il donne les contraintes techniques à prendre
en compte pour l’ensemble des bâtiments (contraintes de sécurité, acoustique, thermique,
prescriptions particulières à certains lots techniques notamment les aspects liés au process de
crémation et de filtration, ainsi que ceux liés à la récupération, au stockage et la distribution de
chaleur, contraintes réglementaires, contraintes d’exploitation et de maintien de l’activité,
accessibilité, etc.). Il précise les attentes en matière d’entretien et de fonctionnement du
bâtiment modifié par le projet ainsi que les installations techniques (crémation, process,
récupération de chaleur, etc.),
o définir les cibles prioritaires liées à la QEEB (cibles HQE, et/ou autre charte/label énergétique et
environnemental) en lien avec le SMO,
o Identifier et organiser le suivi des points à risque de l’opération,
• établir l’estimation financière du projet, avec prise en compte de la notion de coût global,
• établir le calendrier général prévisionnel,
• proposer un phasage des travaux intégrant le maintien en fonctionnement de l’activité et des éventuels
impacts des travaux sur l’activité,
• préparer le suivi du respect du programme tout au long de l’opération.

Les livrables : éléments remis par le prestataire au MOA :


• compte-rendu des réunions et entretiens,
• le programme général (qui traduit l’analyse architecturale, fonctionnelle, technique, énergétique et
environnementale de la définition des activités et des besoins qui en découlent) qui comprend
notamment :
o une présentation de l’opération et de son contexte,
o une présentation des objectifs du MOA,
o une présentation des attentes architecturales, paysagères et urbaines,
o une présentation des utilisateurs et de leurs besoins et attentes,
o une présentation du site et un état des lieux des bâtiments existants,
o une présentation des espaces et de leur organisation, illustrée par un (ou des) schéma(s)
fonctionnel(s),
o une présentation détaillée des activités avec tableau des surfaces utiles, hors œuvre brutes et
nettes
o une présentation de l’estimation du coût de l’opération au niveau programmation en détaillant la
trame utilisée lors des phases précédentes. L’estimation sera présentée sous quatre formes :

AMO Programmation et QEEB Page 23 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
coût des travaux (HT),
coût des équipements liés au process de crémation/filtration (HT),
coût d’opération (travaux et équipements) Toutes Dépenses Confondues (TDC),
coût global (afin d’anticiper les contraintes de fonctionnement, d’exploitation et de
maintenance),
• le programme détaillé (fixant l’ensemble des exigences techniques ,énergétiques et environnementales),
o fiche technique par local ou espace comprenant :
performances techniques générales attendues,
exigences de flexibilité des espaces (extérieurs et intérieurs),
exigences d’habitabilité (dimensionnelles et structurelles),
exigences de confort ou de traitement d’ambiance avec notamment :
• confort visuel et lumineux (perception, éclairage naturel, etc.),
• confort acoustique (isolation, correction),
• confort hygrothermique (d’hiver et d’été),
• confort de qualité de l’air et olfactif,
exigences d’irrigation par réseaux (électricité, fluides, etc.),
contraintes et surcharges d’exploitation,
exigences de pérennité et d’exploitation du bâtiment :
• durabilité des matériaux,
• nettoyage, maintenance, conduite des installations,
exigences de sécurité des personnes et des biens,
exigences en matière de supervision, comptage et monitoring du bâtiment et des
installations,
exigences en matière d’opérations d’exploitation et de maintenance et de niveau de
performance,
exigences en matière de qualité énergétique et environnementale,
o fiches détaillées par nature d’exigence techniques particulières liées au process de
crémation/filtration et à la récupération/stockage d’énergie fatale ainsi qu’à l’éventuel mini
réseau de chaleur prévu,
o note explicative des performances techniques exigées,
o présentation et description des équipements prévus notamment ceux liés au process et à la
récupération/stockage d’énergie fatale,
• fourniture sous forme dématérialisée des documents et présentations des projets,
• trame outil d’aide au suivi du respect du programme tout au long de l’opération (principaux axes
programmatiques à suivre, modalités de suivi).

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

Spécificité liée à la définition des objectifs de qualité environnementale et du profil de l’opération

A l'issue de cette partie d'études, le Titulaire devra élaborer le programme de qualité environnementale de
l'opération. L’AMO devra :
• La mise au point du profil environnemental de l’opération,
• La transcription des exigences énergétique et environnementales du dossier de site et de la QEEB dans
le PAFTEE en tenant compte des incidences sur l’ensemble des exigences techniques et fonctionnelles,
de manière à produire un document unique, cohérent et précis,
• L’évaluation de l’impact des exigences environnementales portées au programme sur l’organisation des
équipes de maîtrise d’oeuvre appelées à concourir,
• La vérification de la complétude du programme en terme de contraintes et d’exigences
environnementales contrôlables (indicateurs, outils de mesure des objectifs).

Il devra vérifier la cohérence des choix environnementaux avec l'enveloppe budgétaire de l'opération et les
orientations de la MEL. Pour la cible énergie, l'impact financier d'un objectif "basse énergie" voire plus important
(BEPOS, E+C-, PassivHaus, etc.), devra être évalué, à l'investissement mais aussi dans une logique de coût

AMO Programmation et QEEB Page 24 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
global. L’AMO devra aussi pour la cible environnementale estimer l’impact financier d’un objectif « biosourcé »
suivant une ACV du projet afin de minimiser les impacts environnementaux du projet sur une durée estimée du
bâtiment à 50 ans.

Le Titulaire présentera les résultats de son analyse, qui permettront de retenir de façon consensuelle, les thèmes
qui seront inscrits au PAFTEE.

Cette phase d'analyse et de hiérarchisation s'achèvera par la présentation du programme environnemental de


l’opération aux différents acteurs du projet. Une fiche synthétique, facilement communicable, devra être élaborée
pour présenter les principales orientations retenues (cibles Approfondies) en lien avec le SMO.

2.4. Assistance à la désignation de la maîtrise d’œuvre

2.4.1. Sélection des candidatures de maîtrise d’œuvre


Objectifs :

Il s’agit ici de pouvoir disposer d’une assistance de la part de l’AMO dans la désignation des concepteurs. L’AMO
relira les pièces administratives et techniques (RC, CCAP, CCTP, AE, etc.) élaborées par le MOA et en vérifiera
la cohérence avec le PAFTEE.

Le Titulaire assiste le Maître d’Ouvrage pour définir les modalités de sélection de la Maîtrise d’Oeuvre (concours
en loi MOP, CREM, MOE interne MEL, etc.). A partir de la trame fournie par le Maître d’Ouvrage, il élaborera une
grille d'analyse permettant d'effectuer une hiérarchisation thématique puis globale des projets qui seront
proposés. Cette grille d'analyse sera élaborée à partir du PAFTEE.

L’autre objectif de cette phase est :


• La participation à la commission d’ouverture des plis et de sélection des candidatures,
• L’analyse approfondie des candidatures (références, compétences, moyens, etc.), pour chacune des
compétences attendues, au regard des critères de sélection définis, avec mise en évidence des forces,
faiblesses et imprécisions de celles-ci puis rédaction d’un rapport global avec proposition de classement
des candidatures de maîtrise d’œuvre.

Pour les rapports d’analyse et de présentation au jury, l’AMO utilise les documents types de la MEL
(enregistrements des candidatures sur les grilles d’analyse administrative, de compétences et références des
équipes, et de synthèse des notations, jointes au dossier de consultation) et il analyse les candidatures de
concepteurs obligatoirement dans les locaux du Maître d’Ouvrage.

Eléments à la charge du MOA :


• Les documents relatifs à l’opération,
• Les picèes administratives et techniques en cours d’élaboration,
• Le dossier de consultation des concepteurs,
• Les candidatures de maîtrise d’œuvre.

Livrables :
• Observations sur les pièces administratives et techniques du DCC,
• Rapport d’analyse des candidatures,
• Note de synthèse de la procédure avec fiches pour chacun des candidats,
• Compte-rendu des réunions avec le MOA.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

AMO Programmation et QEEB Page 25 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
2.4.2. Analyse des offres et des projets de maîtrise d’œuvre en phase de
désignation des concepteurs
Objectifs :

Il s’agit ici de pouvoir disposer d’une analyse des différentes propositions en phase de désignation des
concepteurs (concours en loi MOP, CREM, MOE interne MEL, etc.) au regard du programme de l’opération sur la
base des critères définis dans le cadre du programme et du règlement de la consultation, et à partir de la trame
fournie par le MOA.

Eléments de mission :
• Participer aux réponses aux candidats concernant le programme
• Analyser de manière approfondie les différents projets remis au regard du respect du programme avec
remise d’un rapport d’analyse des offres mettant en évidence les performances architecturales,
fonctionnelles, techniques, énergétiques et environnementales de celles-ci.. Pour se faire, il sera
demandé la mise au point d’une grille d’analyse permettant d’analyser et de comparer les différents
projets aux regards des principaux éléments du programme. (Cette grille fera l’objet d’un dialogue entre
le prestataire et le chef de projet de la MEL).
o Analyse qualitative,
o Analyse quantitative,
o Analyse architecturale, urbanistique, fonctionnelle, technique, énergétique et environnementale,
o Analyse économique (investissement, coûts d’exploitation et de maintenance, coût global),
o Analyse du délai de réalisation.
• Rédiger une synthèse globale et complète de tous les projets sur les éléments relatifs au programme
ainsi que permettant une comparaison des offres afin de pouvoir en mesurer les écarts. Ce rapport
devra clairement faire apparaître les points forts et faibles de chaque offre (amendable ou non), et une
proposition de classement en fonction des critères pondérés du RC.
• Participer aux réunions de la commission technique
• Assister le MOA pour la présentation du rapport d’analyse à la commission chargée de retenir l’offre de
maîtrise d’œuvre
• Elaborer en lien avec le MOA les courriers informant les candidats non retenus, et le cas échéant
élaborer des projets de réponse aux demandes écrites des candidats.

Spécificité liée au volet QEEB de la mission :

L’AMO devra effectuer une analyse particulièrement poussée sur les choix d’énergie et de confort thermique et
visuel proposés par les candidats en fonction des objectifs fixés au PAFTEE, en apportant des éléments sur les
aspects suivants :
• Engagement sur les performances thermiques et énergétiques,
• Caractéristiques de l'enveloppe du bâtiment (premières données sur le coefficient Ubat, niveau
d’étanchéité à l’air du bâti,etc.),
• Inertie, masse thermique et captation solaire,
• Risque de surchauffe et inconfort, aptitude du bâtiment à réduire les besoins de rafraîchissement,
• Mode de chauffage et de ventilation, niveau de qualité de l’air intérieur attendu,
• Respect de la démarche en « Low-tech », c’est-à-dire mettant en oeuvre des systèmes économes et
simples au sens large, soit des systèmes faciles à gérer et entretenir, etc.
• Respect des principes d’architecture écologique et bioclimatique à savoir notamment, l’orientation des
ouvertures favorisant les apports solaires mais sans excès, etc.,
• Production d'eau chaude performante,
• Aptitude du bâtiment à réduire les besoins d'éclairage artificiel et notamment vérification du calcul
simplifié FLJ pour certains locaux spécifiques,
• Usages spécifiques de l'électricité,
• Energies renouvelables.

AMO Programmation et QEEB Page 26 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Un rapport d'analyse détaillé par projet et cible et un rapport d'analyse synthétique par projet reprenant les points
forts, points faibles, points difficilement optimisables devront être rédigés par le Titulaire. Le rapport final devra
être présenté au Jury de désingation des concepteurs après sensibilisation des membres du jury aux exigences
QEEB retenues dans le cadre de l’opération. Le Titulaire aura le souci de produire un rapport synthétique d’aide
à la décision, clair et rapidement lisible.

Livrables :
• Rapport d’analyse détaillée des offres reçues, conformément aux critères du Règlement de Consultation
et à la procédure définie ci-avant,
• Synthèse comparative des offres reçues et documents de présentation pour le jury,
• Compte-rendu des réunions de commissions techniques
• Réponses aux candidats,
• Proposition de grille d’analyse (définition des éléments structurants du programme),
• Le dossier d’analyse est remis en 1 exemplaire ainsi qu’un exemplaire dématérialisé complet.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.5. Adéquation programme-projet lors des études de conception


Objectifs :

L’objectif, comme lors de la phase de désignation des concepteurs, est ici de disposer d’outils pour tracer les
évolutions du programme proposées dans les différents documents du Maître d’Oeuvre, en analyser les causes
et proposer les différents scénarii envisageables (évolution programme, demande à la MOE de reprise, etc.) lors
de chacune des différentes phases de conception (APS, APD, PRO).

Le chef de projet de VDS mettra en oeuvre des réunions de travail avec les services concernés de la MEL (MU et
MOA (dont le service PMP) et avec le MOE auquel l’AMO participera en présentant les résultats de son travail (a
priori au moins 2 réunions par phase de conception).

L’AMO participera également à une réunion de travail avec le chef de projet à réception des documents du MOE
pour cadrer son travail d’analyse. Une réunion finale sera organisée pour présenter une synthèse des différentes
évolutions du programme.

Eléments de mission :
• A chaque phase de conception (APS, APD et PRO), proposer des analyses du projet (plans architecte /
plans BET / autres documents) au regard du programme en s’attachant principalement aux décalages
entre le projet du MOE et le programme,
• Ces analyses porteront sur les éléments programmatiques (architecturaux, fonctionnels, techniques,
énergétiques et environnementaux) mais également, à partir de l’APD, d’une évaluation de l’atteinte des
différents objectifs de QEEB fixés au programme (performances techniques, énergétiques,
environnementales),
• participer aux réunions chef de projet – MU / MOA – MOE pour y présenter les éléments d’analyse
relative au programme pour chacune des phases de conception,
• tenir à jour des documents de synthèse permettant de suivre, tracer les évolutions du projet par rapport
au programme,
• Sur les principales évolutions du projet par rapport au programme, établir une fiche analytique
présentant le décalage, ses origines et comparant les différentes décisions possibles pour le MOA.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport complet d’analyse au regard du programme pour chaque rendu du MOE (APS, APD, PRO),
• Fiches analyses pour les principales évolutions du programme,
• Notes de préparation des réunions avec le MU, le MOA et le MOE,

AMO Programmation et QEEB Page 27 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• Document de synthèse final faisant apparaître les choix effectués et validés par le MOA au cours des
phases APS, APD et PRO, rappelant les avantages et inconvénients de chacun et leurs conséquences
probables en termes technique ou financier,
• 1 support papier et 1 support dématérialisé reproductible.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

Spécificité liée au volet QEEB de la mission :

L’AMO interviendra chaque phase de conception (APS, APD, PRO-DCE). Le prestataire, au minimum deux
réunions avec la Maîtrise d’Oeuvre.

A l’issue de la phase 2, une réunion d'information sera organisée avec l’équipe lauréate du concours de MOE
pour :
• rappeler les objectifs du MOA en matière de Qualité Energétique et Environnementale,
• expliciter le système de management de l’opération et le tableau de bord (grille d’analyse intégrant
critères, indicateurs, etc.) qui sera appliqué à chaque phase d’étude pour évaluer la QEEB du projet,
• préciser la liste des documents attendus à chaque phase,
• arrêter les domaines de compétences et de responsabilités de chacun,
• définir les modalités d’échange d’information entre le MOE et l'AMO et de concertation avec l’ensemble
des partenaires de l’opération (MOA, MU, conseils techniques, etc.).

Le prestataire travaille avec l’équipe de Maîtrise d’Oeuvre lauréate lors des études de conception du projet (APS,
APD et PRO) : mise au point du projet, réunions de travail, mise au point d’une méthode d’analyse de documents
du MOE d’oeuvre pour vérifier le respect des cibles et le niveau de réalisation des exigences de QEEB (HQE ou
tout autre label abordé et validé lors des phases de programmation), en cohérence avec le respect du PAFTEE,
dont notamment tout le volet spécifiquement lié à la mise en œuvre de la récupération de l’énergie, du
dimenssionnement du stockage de cette énergie et de la gestion de ses usages (internes au bâtiment et/ou la
revente des éventuels surplus via un réseau de chaleur).

L’AMO vérifie la simulation thermique dynamique du projet réalisée par le concepteur aux différents stades de
conception suivant l’avancement des études du MOE (APS, APD, PRO), l’analyse en fonction des objectifs fixés
au PAFTEE (grille de données renseignée et hypothèses à fournir par le MOE pour que l’AMO puisse procéder
aux vérifications) et oriente le MOE pour que le projet réponde aux exigences énergétiques et environnementales
contractuelles et réglementaires en accord avec le MOA.

Le Titulaire doit, pour les différents cibles de QEEB, à partir d’une analyse détaillée et multicritères du projet, au
fur et à mesure des études de conception, apporter des propositions d’améliorations avec des éléments chiffrés
et argumentés amenant le Maître d’Ouvrage à décider des investissements et des éventuelles études spécifiques
complémentaires à intégrer au projet.

Etant donné l’importance à accorder dans les constructions modernes au sujet de l’étanchéité à l’air afin
d’éliminer toutes les fuites d’air parasites au travers de l’enveloppe, il est important que la réflexion dès les
phases de commande et de conception du projet. En effet, l’expérience des bâtiments récents montre que la
responsabilité est partagée à parts égales entre maîtrised’ouvrage, maîtrise d’œuvre et entreprises. Cela signifie
un temps minimal et identifié d’études à ne pas négliger afin de traiter les différentes étapes présentées ci-
dessous. Dès que l’équipe de maîtrise d’oeuvre est retenue, l’AMO devra aider la MOA à porter un regard de
manière transversale et itérative sur l’étanchéité à l’air dès le début des études de conception et à chacune des
différentes phases. Les différentes étapes de travail seront notamment :
• Définir le volume chauffé et étanche à l’air,
• Identifier les liaisons complexes selon les modes constructifs,
• Focaliser sur les paramètres influents (choix et pose) des menuiseries,
• Représenter le cheminement des fluides.

AMO Programmation et QEEB Page 28 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Lors des différentes phases des études de conception, l’AMO au titre du volet « Commissionement » de la
mission liées à la QEEB devra assister le MOA pour la mise au point des futurs paramètres de fonctionnement
des équipements. Celle-ci sera réalisée avec le MOA, le MOE et le MU (horaires de fonctionnement de la
ventilation, du chauffage, du rafraîchissement, etc., températures de consignes en occupation, températures de
consignes en inoccupation, etc.). Ces paramètres seront établis en phase conception et seront affinés lors des
différentes phases (APS, APD, PRO). Ils seront mise à jour en phase chantier et communiqués aux entreprises
avant la livraison. Il sera également précisé les moyens humains et modalités de suivi : qui gèrera quoi dans le
bâtiment, à quel moment les personnes qui doivent être associées, etc. L’AMO au titre de la mission fournira un
rapport présentant les paramètres de fonctionnement des équipements (exigences en matière de supervision,
comptage et monitoring du bâtiment et des installations) et qui sera mis à jour à chacune des phases.

En phase APD, concernant le confort visuel, le Facteur du Jour est calculé par le MOE pour chaque local, en
fonction des valeurs fixées au PAFTEE. Les calculs de Facteur du Jour sont vérifiés et contrôlés en fonction des
objectifs définis pour la cible « confort visuel » dans le programme architectural, fonctionnel, technique,
énergétique et environnemental (cette demande devra être précisée dans le Dossier de Consultation des
Concepteurs qui sont amenés à concourir).

Dans le cadre du SMO, l’AMO réalise des comptes rendus successifs d’analyse, des actions correctives et de
validation d’étape à chacune des phases de conception dans le cadre de la vérification du respect des exigences
QEEB.

Les hypothèses de calcul sont explicitées et fournies à l’AMO par le MOE pour chacun des éléments traités lors
des différentes phases de études de conception (calculs thermiques, énergétiques, gestion de l’étanchéité à l’air,
ACV, etc.) conformément aux éléments du PAFTEE et du marché de Maîtrise d’œuvre, tel que prévu en phase
programmation par l’AMO et le MOA.

Les différents coûts (équipements, travaux, et coût global (comprenant ceux d’investissement, de fonctionnement
et d’exploitation et de maintenance)) annoncés en phase concours, doivent être confirmés par le MOE à chacune
des phases des études de conception afin que l’AMO puisse en effectuer une analyse en coût global
(investissement, fonctionnement, maintenance) de l’impact économique des choix techniques sur l’organisation,
l’exploitation et la maintenance de l’ouvrage projeté ainsi qu’une analyse de l’impact environnemental pour les
différentes propositions techniques qui peuvent être présentées par la Maîtrise d’Oeuvre. L’AMO identifie les
surcoûts et sous-coûts engendrés par la démarche QEEB qui sont caractérisés et chiffrés en coût global pour
chacune des phases de conception.

A chacune des différentes étapes des études de conception, l’AMO établira un rapport d’analyse. A l’issue de
l’ensemble des études de conception l’AMO établira aussi un rapport d’analyse faisant figurer l’ensemble des
éléments de la phase 2.5.

2.5.1. Niveau APS


Lors de cette phase l’AMO devra permettre à la Maitrise d’Ouvrage de suivre l’adéquation programme – projet
sous les différents angles du PAFTEE (insertion dans le site, angle fonctionnel, gestion des surfaces,
propositions techniques pertinentes, traitement des cibles énergétiques et environnementales, etc.). L’AMO doit
participer activement à la concertation avec le MOE, la MU et le MOA de manière à favoriser l’émergence de
pistes d’amélioration du projet. Ainsi la phase APS devra permettre, lorsque plusieurs solutions sont possibles
pour atteindre les objectifs du programme, de les explorer sommairement et de les confronter, afin de faciliter les
choix du MOA.

Eléments à la charge du MOA :


• PAFTEE et fiches par local, issus de l’éventuelle dernière mise à jour du programme,
• Dossier du projet du lauréat validé (niveau Esquisse en cas de concours sur Esquisse)
• Rapport d’analyse du concours dans sa version définitive,
• Dossier APS du MOE.

AMO Programmation et QEEB Page 29 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Eléments de mission :
• Participer aux réunions de travail avec le MOA, le MU et le MOE,
• Analyser le dossier APS sous les différents angles prévus au PAFTEE de l’opération (insertion dans le
site, angle fonctionnel, gestion des surfaces, propositions techniques pertinentes, traitement des cibles
énergétiques et environnementales, respect des exigences en matière de supervision, comptage et
monitoring du bâtiment et des installations, etc.),
• Examiner la cohérence du dossier (pièces graphiques et écrites),
• Rédiger un rapport d’analyse du dossier APS du MOE en indiquant les points à améliorer et en les
hiérarchisant en accord avec la MOA,
• Présenter le rapport d’analyse lors d’une réunion avec le MOA, le MU et le MOE,
• Recenser les éléments du programme modifiés dans le cadre de l’évolution du projet en listant par
thème prévu au PAFTEE,
• Approfondir ou préciser certains points du programme, si nécessaire, à la demande du MOE et/ou du
MOA.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport d’analyse du dossier APS avec un volet spécifique QEEB,
• Mise à jour du programme et des fiches par local.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.5.2. Niveau APD


Lors de cette phase l’AMO devra permettre à la Maitrise d’Ouvrage de suivre l’adéquation programme – projet
sous les différents angles du PAFTEE (insertion dans le site, angle fonctionnel, gestion des surfaces,
propositions techniques pertinentes, traitement des cibles énergétiques et environnementales, etc.). L’AMO doit
participer activement à la concertation avec le MOE, la MU et le MOA de manière à favoriser l’émergence de
pistes d’amélioration du projet. Ainsi la phase APD devra permettre de préciser et d’arrêter les choix
environnementaux étudiés en phase APS et de fixer les principaux choix techniques. Cette phase est
fondamentale pour le projet et l’AMO doit être particulièrement attentif à la cohérence de l’ensemble des
éléments fournis par la MOE.

Eléments à la charge du MOA :


• PAFTEE et fiches par local, issus de l’éventuelle dernière mise à jour du programme,
• Dossier APD du MOE.

Eléments de mission :
• Participer aux réunions de travail avec le MOA, le MU et le MOE,
• Analyser le dossier APD sous les différents angles prévus au PAFTEE de l’opération
• Examiner la cohérence du dossier (pièces graphiques et écrites),
• Vérifier la prise en compte par le MOE des remarques formulées en phase APS,
• Rédiger un rapport d’analyse du dossier APD du MOE en indiquant les points à améliorer et en les
hiérarchisant en accord avec la MOA. Cette analyse devra permettre :
o d’optimiser les choix techniques en prenant en compte leur incidence financière (maîtrise des
coûts d’investissement et de fonctionnement), avec l’appui d’un économiste intégré à sa propre
équipe,
o d’arrêter le choix des procédés et systèmes produits,
o de vérifier les aspects sensibles du projet :
insertion dans le site (gestion des accès et des conditions d’accueil),
angle fonctionnel et gestion des surfaces pour le MU,
propositions techniques pertinentes et traitement des cibles énergétiques et
environnementales,

AMO Programmation et QEEB Page 30 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
qualité de l’éclairage naturel des espaces, sur la base des facteurs de lumière du jour
fournis par le MOE.
performances énergétiques du projet, sur la base des simulations thermodynamiques
réalisées par le MOE, et du calcul réglementaire. La performance de l’enveloppe
devra être vérifiée et une optimisation recherchée, De même une attention toute
particulière devra être portée sur la mise en œuvre du système lié au process de
crémation/filtration ainsi qu’au système de récupération et de stockage de l’énergie
fatale, notamment pour son dimensionnement précis et son insertion dans le bâtiment
(existant ou faisant l’objet d’une extension),
respect des exigences en matière de supervision, comptage et monitoring du bâtiment
et des installations,
coût global du projet, en ce qui concerne les postes fluides, énergie et maintenance,
avec l’appui d’un économiste intégré à sa propre équipe.
• Présenter le rapport d’analyse lors d’une réunion avec le MOA, le MU et le MOE,
• Recenser les éléments du programme modifiés dans le cadre de l’évolution du projet en listant par
thème prévu au PAFTEE,
• Approfondir ou préciser certains points du programme, si nécessaire, à la demande du MOE et/ou du
MOA.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport d’analyse du dossier APD avec un volet spécifique QEEB,
• Mise à jour du programme et des fiches par local.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.5.3. Niveau PRO/DCE – volet QEEB


La phase PRO aura pour objet d’approfondir les choix environnementaux, énergétiques et techniques arrêtés en
phase APD sur le volet de la QEEB en lien avec les différents objectifs fixés au PAFTEE et suivant les
précédentes phases des études de conception par la Maîtrise d’Oeuvre.

A cette phase, l’AMO effectuera une analyse de la QEEB du dossier PRO, en vue notamment :
• de vérifier que les objectifs de QEEB sont atteints et de valider les justificatifs apportés par le MOE (note
de calculs thermiques notamment, charte de chantier à faibles nuisances etc.),
• de vérifier que les options techniques et choix de prestations arrêtées au stade de l’APD sont bien
intégrés au projet,
• de s’assurer de la lisibilité des prescriptions environnementales,
• de vérifier que les éléments du dossier PRO sont en cohérence avec les préconisations effectuées en
amont lors des audits et audits préalables et qui auront été confortées lors des phases de
programmation, notamment en termes d’objectifs de performance énergétique sur le process et sur le
bâtiment.

Une attention particulière devra être apportée à la constitution du DCE, élément fondamental de la réalisation de
la démarche sur la Qualité Energétique et Environnementale.

Le prestataire veillera à la prise en compte effective des objectifs de QEEB dans les pièces écrites élaborées par
le MOE ; il procédera à la relecture des cahiers des charges destinés aux entreprises, pièces techniques du
dossier PRO (CCC, CCTP des différents corps d’état, charte de chantier à faibles nuisances et à faible impact
environnemental, ensemble des annexes techniques, définition des rôles en phase chantier, prise en compte
avec suivi et coordination des lots techniques lors des travaux pour le suivi de l’étanchéité à l’air, etc.), pièces
administratives (RC, AE, CCAP) du projet de marché afin de s’assurer que tous les éléments de Qualité
Energétique et Environnementale de l’opération ont bien été intégrés et sont cohérents avec les documents en
vigueur à la MEL.

AMO Programmation et QEEB Page 31 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Il donnera une appréciation sur la cohérence d’ensemble du DCE et fera des propositions pour améliorer la
rédaction des Cahiers des Clauses Techniques Particulières. Il veillera à l’intégration des points clés liés à
l’énergie et notamment ceux particulièrement liés au process de crémation/filtration et à ceux de
récupération/stockage d’énergie fatale dans les marchés des entreprises.

Afin d’anticiper la future mise en fonctionnement des équipements et des installations, l’AMO devra procéder à la
relecture des CCTP et DPGF afin de s’assurer que tous les éléments de commissionnement ont bien été
intégrés, en particulier :
• les protocoles d’essais et mesures à réception : mesures d’éclairement, de débits, étalonnage des
sondes, vérification des compteurs, etc.,
• le dispositif de comptage nécessaire au suivi et à l’évaluation du bâtiment en lien avec le système de
supervision déjà existant.

Eléments à la charge du MOA :


• PAFTEE et fiches par local, issus de l’éventuelle dernière mise à jour du programme,
• Dossier PRO du MOE.

Eléments de mission :
• Participer aux réunions de travail avec le MOA, le MU et le MOE,
• Analyser le dossier PRO sous les différents angles liés à la QEEB prévus au PAFTEE de l’opération
• Examiner la cohérence du dossier (pièces graphiques et écrites),
• Vérifier la prise en compte par le MOE des remarques formulées en phase APD,
• Rédiger un rapport d’analyse du dossier PRO du MOE en indiquant les points à améliorer et en les
hiérarchisant en accord avec la MOA.
• Présenter le rapport d’analyse lors d’une réunion avec le MOA, le MU et le MOE,
• Recenser les éléments du programme modifiés dans le cadre de l’évolution du projet en listant par
thème prévu au PAFTEE,
• Approfondir ou préciser certains points du programme, si nécessaire, à la demande du MOE et/ou du
MOA.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport d’analyse du dossier PRO pour le volet spécifique QEEB,
• Rapport présentant les protocoles d’essai et de mesures à réception, le dispositif de comptage et de
suivi énergétique,
• Mise à jour du programme et des fiches par local.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.6. Assistance au choix des entreprises et suivi de la réalisation des


travaux – volet QEEB
Mise en concurrence des entreprises

Dans le cadre de procédure de passation des marchés de travaux, l'AMO participe à l’analyse des offres et à la
vérification du respect des clauses de QEEB :
• dans le cadre de l’analyse des candidatures : évaluation des capacités des entreprises
soumissionnaires à réaliser l’opération compte tenu des cahiers des charges (méthodes, références,
certifications, formations etc. notamment au regard des objectifs de basse consommation), de leurs
capacités structurelles (moyens humains et de réalisation), sociale (gestion des sous-traitants,
engagement sociétal, etc.), et culturelle (insertion, structuration de la formation, tutorat, etc.), mise en
place des procédures pour l’agrément des entreprises et des produits (échantillons) ayant un lien avec
la QEEB.

AMO Programmation et QEEB Page 32 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• dans le cadre de l’analyse de l’offre économique et technique des entreprises réalisée par la MOE,
l’AMO vérifiera la qualité énergétique et environnementale des propositions techniques et de leur
pertinence économique en terme de coût global, ainsi que la performance des produits en réponses aux
exigences environnementales portées au cahier des charges techniques particulières et production d’un
rapport à présenter en Commission d’Appels d’Offres.

Suivi de la réalisation des travaux

En phase réalisation, l'AMO intervient en appui, pour :


• la préparation du chantier,
• la vérification de la bonne application de la charte et de la bonne mise en oeuvre du traitement de la
QEEB.

Préparation du chantier

Dans le cadre de la préparation du chantier, le prestataire participera à la réunion d'information de l’ensemble des
entreprises, en collaboration avec le MOE, pour rappeler les objectifs du MOA en matière de Qualité
Environnementale et préciser la liste des justificatifs attendus au titre de la QEEB, ainsi que les modalités de leur
validation.

Suivi de la réalisation du chantier à faible impact environnemental et du traitement de la QEEB

En phase de réalisation, le prestataire :


• vérifie que la charte de chantier à faible impact environnemental est appliquée et que les performances
liées au traitement de la QEEB sont maintenues en cours de chantier, tout particulièrement sur les
systèmes constructifs et les installations techniques qui ont une conséquence directe sur la cible
« gestion de l’énergie ».
• examine les justificatifs attestant de la performance technique et environnementale des différents
composants,
• apporte son concours à la validation des choix de prestations, notamment en cas de proposition de
modification par le MOE, évaluation des effets environnementaux induits et restitution au MOA par
rapport aux objectifs énergétiques et environnementaux imposés,
• assure le suivi énergétique et environnemental de l’opération en en effectuant une visite mensuelle du
chantier avec compte rendu de visite transmis au MOA et à tous les partenaires concernés (MOE, OPC,
entreprises, etc.),
• veille au respect des cibles et rédige des rapports trimestriels qui sont synthétisés dans un rapport final
de fin de chantier mettant en exergue les points forts et les points faibles,
• aide à l’organisation du chantier visant à faire respecter les exigences environnementales liées à la
réalisation d’un chantier (mise en place de procédures, suggestions quant à l’organisation pour les
contrôles qualité, la propreté, le tri des déchets, etc.).

Assistance à la réception des travaux

Dans le cadre des opérations préalables à la réception du bâtiment, l’AMO est chargé de vérifier et d’analyser les
aspects de qualité énergétique et environnementale, notamment en ce qui concerne :
• les garanties de QEEB concernant les composants mis en oeuvre (procès-verbaux, certificats de
conformités, marquages CE, eco-labels, etc.),
• le fonctionnement et le réglage des installations techniques et climatiques, par rapport aux enjeux de la
basse consommation,
• la vérification des essais,
• le respect des exigences en matière de supervision, comptage et monitoring du bâtiment et des
installations en vue de la mise en œuvre des installations et du futur commissionnement des différents
équipements contribuant à la performance énergétique du projet. A cette fin, l’AMO organise une
réunion à la livraison avec les entreprises, le MOE, le MU, le MOA (PMP et SEP) et son exploitant afin

AMO Programmation et QEEB Page 33 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
d’assurer la passation des installations et des paramétrages. A ce stade de la mission, l’AMO intervient
sur plusieurs plans :
o il effectue un suivi et vérifiera la mise en oeuvre de l’instrumentation nécessaire au suivi,
o il s’assure de la bonne mise au point des installations techniques et que pour chaque
installation les informations suivantes aient bien été établies : programme horaires,
températures, réglages des vitesses, débits, équilibrages (hydrauliques, aérauliques, etc.),
cohérence des réglages avec le pilotage par le système de supervision, etc. L’AMO vérifie que
ces éléments (y compris les actions d’entretien/maintenance à prévoir) sont bien intégrés dans
le DOE et inscrit au DEM (Dossier Entretien Maintenance) à destination du responsable de la
maintenance .
• l’assistance au MOA pour la réception du bâtiment en ce qui concerne les éléments QEEB du marché
de travaux et évaluation comparative (provisoire ou définitive) des performances de l’ouvrage réalisé et
de sa mise en oeuvre au regard des exigences initiales QEEB figurant dans le programme.

Préalablement à la mise en service, une réunion à destination des utilisateurs et des usagers (à la fois la MU et le
service PMP du MOA) sera organisée en collaboration avec la MOE, pour les informer des spécificités de
l’équipement et veiller à ce que son usage et son exploitation pérennise la démarche de qualité énergétique et
environnementale.

Par ailleurs, le Titulaire effectue les éléments de mission suivant :


• synthèse des caractéristiques énergétiques et environnementales de l’ouvrage fini afin de préparer la
mise en exploitation du bâtiment et la gestion du process de crémation/filtration,
• analyse des points forts et des points faibles de la construction qui servira de références pour les projets
futurs. Au stade de la mise en service de l’ouvrage rédaction d’un rapport d’analyse provisoire et
proposition d’actions correctives pour atteindre les objectifs,
• aide à la définition des éléments constitutifs et pertinents pour la constitution du Dossier des Ouvrages
Exécutés (DOE) et du Dossier des Interventions Ultérieures sur l’Ouvrage (DIUO) dans une perspective
environnementale et de maintenance,
• production d’un carnet d’information pour les usagers et gestionnaires, concernant les thèmes QEEB
pour un bon usage des installations (intégration d’un guide des bonnes pratiques) ; ce carnet de vie sera
mis au point par l’AMO quant à son contenu et sa présentation, avec l’aide du MOE, de ses BET et des
entreprises pour toutes les données à fournir,
• production d’un rapport présentant une notice technique au MOA et aux utilisateurs/gestionnaires
détaillant les paramètres d’utilisation et d’exploitation des équipements techniques (crémation, filtration,
récupération, sotckage énergie, chauffage, ECS, rafraîchissement, ventilation, éclairage, etc.),
• aide à la rédaction des contrats de maintenance et production d’un plan de gestion en cohérence avec
les objectifs environnementaux ; production d’un carnet d’entretien, de maintenance et d’exploitation de
l’ouvrage par l’AMO quant à son contenu et sa présentation, avec l’aide du maître d’oeuvre, des BET et
des entreprises pour toutes les données à fournir (l’AMO collecte les données nécessaires et les met en
forme).

2.7. Suivi et évaluation des performances énergétiques et


environnementales pendant l’année de parfait achèvement (année n+1)
Au cours de l’année de garantie de parfait achèvement, l’AMO procéde à une évaluation des performances
énergétiques et environnementales du bâtiment mis en service (à l’aide d’entretiens avec les usagers et
gestionnaires, et à l’aide d’outils de mesure et de contrôle), au regard des critères de QEEB du MOA et rédigera
un rapport complet présentant le niveau d’atteinte des objectifs, ainsi que les mesures correctives à apporter
éventuellement.

Lors de cette phase de mise en exploitation avec suivi et évaluation des installations, l’AMO doit réaliser les
phases suivantes :
• Concertation avec les usagers,

AMO Programmation et QEEB Page 34 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• Analyse du fonctionnement du bâtiment et de ses équipements,
• Mise en place d’un suivi énergétique et environnemental sur une année,
• Aide à la prise en main du suivi énergétique et environnemental par le MOA.

2.7.1. Phase de concertation avec les usagers


Le Titulaire assiste le Maître d’Ouvrage dans la concertation avec les usagers (à la fois le MU et le service PMP
du MOA et son exploitant) pour réaliser les missions suivantes :
• Informer sur les équipements mis en place pour l’exploitation et la maintenance technique,
• Informer sur les équiperments mis en place afin de garantir un bon usage par le MU (utilisation des
locaux, des systèmes de régulation, etc.),
• Présenter les bonnes pratiques,
• Définir la méthodologie de remontée par le MU et le MOA des dysfonctionnements et inconforts
éventuellement constatés pour permettre un retour d’expérience efficace,
• Présenter les résultats obtenus après la première année de suivi.

2.7.2. Phase d’analyse et d’optimisation du fonctionnement du bâtiment et


de ses équipements
Cette première phase est courte et inclue obligatoirement plusieurs mois de saison de chauffe et de
rafraîchissement (6 mois maximum au total). L’objectif est d’apprécier l’état de fonctionnement du bâtiment et de
ses équipements techniques, et de procéder à des améliorations afin de traiter les dysfonctionnements constatés
(travaux, finalisation de la mise au point/réglages).

Cette étape sera basée sur de la mesure et de l’observation, et permettra d’optimiser leurs fonctionnements
(réglages, etc..) en proposant des solutions aux dysfonctionnements identifiés. L’AMO propose une méthodolgie
de mesure et d’acquisition de données adaptée au bâtiment et ses équipements contribuant à la performance
énergétique et environnementale du projet en lien direct avec le respect des exigences en matière de
supervision, comptage et monitoring du bâtiment et des installations définies lorsdes phases précédentes. On
peut citer notamment : les données météo, le confort hiver/été/mi-saison, la qualité des ambiances, l’état de
fonctionnement des installations techniques (process, récupération, stockage, chauffage, rafraîchissement, ECS,
éclairage, etc.), les autres usages spécifiques de l’électricité (bureautique, etc.). Une liste des éléments
dysfonctionnant sera établie, en précisant la nature du défaut constaté et l’ensemble des solutions proposées
(travaux éventuels à réaliser, réglages à effectuer, interventions à réaliser par les entreprises et gérées par le
MOE au titre de la Garantie de Parfait Achèvement (GPA)). Pour exemple, lors de cette phase les éléments
suivants seront par exemple vérifiés : loi d’eau, utilisation des systèmes de crémation/filtration et des sytèmes de
récupération de chaleur fatale, utilisation des systèmes permettant de stocker et d’utiliser la chaleur fatale (pour
le chauffage, l’ECS, le rafraichissement, etc.), gestion de l’intermittence, puissance et fonctionnement des
pompes (asservissement, etc.), débit de ventilations, étanchéité et équilibrage du réseau de ventilation,
programmation de la ventilation, réglages des systèmes d’éclairage, etc. Cette liste n’est pas exhaustive, et devra
être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

A l’issue de cette période, une réunion sera organisée avec le MOA et son exploitant, le MU, le MOE et les
entreprises afin de présenter dans les détails l’ensemble des éléments constatés ainsi que les solutions
proposées pour mise en oeuvre. L’optimisation énergétique et environnementale des équipements et du bâtiment
sera présentée sous forme de tableaux opérationnels (quoi, qui, quand, comment).

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport d’analyse du fonctionnement des équipements, liste des dysfonctionnements et actions
correctives, incluant la mise à jour des réglages des équipements techniques.

AMO Programmation et QEEB Page 35 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.7.3. Mise en place d’un suivi et d’actions d’optimisation énergétique et


environnementale sur un an
Cette phase porte sur le recueil et l’analyse de données (mesures, essais complémentaires et enquêtes) sur une
année d’exploitation. Il s’agit de :
• d’établir le bilan énergétique par usage (en distinguant les usages réglementés de ceux qui ne le sont
pas). Les consommations établies en régime stabilisé du bâtiment avec des réglages calés et optimisés
pourront permettre d’établir des valeurs cibles en exploitation (contrat d’intéressement, etc. ),
• d’établir le bilan des équipements liés au process ainsi qu’à celui de récupération de la chaleur fatale et
de son stockage avant usage,
• de caractériser les principaux paramètres ayant une influence sur les consommations et sur le confort :
ambiances thermiques du bâtiment, données météo, paramètres d’occupation et d’usage,
• d’analyser le fonctionnement des équipements tel que vu à l’issue de la précédente phase,
• d’analyser le fonctionnement et les usages par le MU et par le service PMP et son exploitant, réaliser un
rappel de présentation des bonnes pratiques si besoin suivant l’analyse effectuée,
• de parfaire l’optimisation énergétique et environnementale du fonctionnement du bâtiment et de ses
équipements.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport de bilan annuel énergétique et environnemental du projet avec analyse du fonctionnement des
équipements, des consommations énergétiques incluant une éventuelle mise à jour des réglages et de
nouvelles actions d’optimisation des équipements techniques.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

2.7.4. Prise en main du suivi énergétique et environnemental par le MOA


Cette phase correspond l’assitance du MOA pour une prise en main de l’installation de comptage afin de pouvoir
réaliser lui-même le suivi énergétique de l’opération.

Les comptages et matériel d’acquisition de données (automate) utilisés pendant la phase précédente serviront au
MOA (ou par délégation à son exploitant ou autre acteur). La solution informatique de traitement de données,
correspondant à la solution logicielle de supervision existante et mise à jour lors des travaux devra permettre à
partir des comptages d’afficher les résultats énergétiques et environnementaux, les principaux paramètres
influant, les alertes en cas de dysfonctionnement ou dérives.

La mission du Titulaire sera d’assister le MOA dans les missions suivantes :


• Définition des besoins du MOA : indicateurs à suivre, bilans énergétiques et environnementaux à
réaliser,
• Mise en oeuvre et le bon fonctionnement de toute la chaine (mesure, acquisition, traitement par la
solution logicielle),
• Prise en main du suivi énergétique par la formation éventuelle.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport décrivant le suivi énergétique et environnemental proposé au MOA.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

AMO Programmation et QEEB Page 36 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Nota : les phases de mise en place du suivi énergétique et environnemental et de prise en main du suivi
énergétique et environnemental par le MOA peuvent être menées en parallèle.

2.8. Evaluation énergétique et environnementale de l’opération année n+2


L’AMO procéde à une évaluation de l’opération deux ans après réception de l’ouvrage. Il réalise des mesures sur
la qualité énergétique et environnementale et produit un bilan de fonctionnement de l’ouvrage avec des
propositions d’axes d’amélioration :
• analyse des consommations de fluides (énergie et eau),
• calcul de la rentabilité et du taux de couverture par les différents systèmes de récupération et de
stockage d’énergie fatale mis en place dans le cadre du projet et des travaux,
• contrôle des installations thermiques,
• mesures éventuelles de température (été, hivers, mi-saison),
• analyse des dysfonctionnements et incidents relevés par le MOA et le MU au bout de deux ans,
• organisation des mesures et contrôles en relation avec le MOA et le MU, compris élaboration des
cahiers des charges des prestataires qui interviendront pour les effectuer si celles-ci doivent être sous-
traitées par le MOA,
• enquête auprès des gestionnaires et des usagers par rapport aux objectifs de la QEEB, en particulier
sur les questions de confort et d’entretien / maintenance,
• définition des actions correctives et évaluation des résultats attendus.

A l’issue de ce travail de recueil de données et d’enquête, l’AMO rédige un rapport complet présentant le niveau
d’atteinte des objectifs, ainsi que les mesures correctives à apporter éventuellement.

L’objectif de cette phase est donc d’obtenir par l’AMO une vérification des objectifs de départ à l’issue de la
garantie de bon fonctionnement. Il s’agit de réaliser :
• l’évaluation des performances environnementales du bâtiment mis en service (à l’aide d’entretiens avec
les usagers et gestionnaires, et à l’aide d’outils de mesure et de contrôle),
• le bilan des performances QEEB par rapport aux objectifs fixés au PAFTEE et la vérification des
performances d’exploitation sur lesquelles l’équipe de Maîtrise d’Oeuvre s’est engagée lors des études
de conception (à effectuer lors des deux années de garantie de bon fonctionnement au moins,
comportant au moins une saison de chauffage complète),
• la vérification des coûts économiques induits par l’entretien et la maintenance à l’achèvement du délai
de garantie de bon fonctionnement, soit deux années complètes,
• la rédaction d’un rapport définitif d’évaluation des performances énergétiques et environnementales de
l’ouvrage à l’échéance de la garantie de bon fonctionnement.

Livrables :
• Compte-rendu des réunions et entretiens,
• Rapport définitif d’évaluation des performances énergétiques et environnementales de l’ouvrage à
l’échéance.

Cette liste n’est pas exhaustive, et devra être adaptée au cours de l’étude à la spécificité de l’opération.

3. Méthodologie
Différents usagers peuvent être concernés par chaque projet ce qui nécessite une organisation spécifique. Cette
diversité des équipes métier entraîne une diversité des besoins et des priorités à prendre en compte lors de la
programmation.

A l’intérieur de chaque phase, les différentes étapes seront alimentées par un dialogue étroit avec le MOA et/ou
les représentants qu’il désignera.

AMO Programmation et QEEB Page 37 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
La méthodologie souhaitée par le MOA est la suivante :
• diagnostic de l’existant en relation avec les services techniques (Services SEP et PMP du MOA),
• entretien avec les utilisateurs concernés (MU) et proposés par le Maître d’Ouvrage,
• création d’un groupe technique de conduite de l’opération avec la participation du programmiste pour
s’assurer du respect du programme ou le faire évoluer selon les données collectées.

A l’occasion de la réunion de lancement, un référent MOA (UF VDS) sera désigné comme interlocuteur privilégié
et pourra orienter le Titulaire vers différents interlocuteurs si nécessaire.

Concernant le lancement de l’étude, le Titulaire participera à une première réunion d’information avec le Maître
d’Ouvrage à l’occasion de laquelle lui seront présentés et précisés les points suivants :
• objectifs liés à la réalisation de l’opération,
• définition des procédures de travail et organisation de l’équipe de MOA et de MU,
• prise de rendez-vous pour les entrevues nécessaires au recueil des besoins et au diagnostic du
bâtiment,
• choix du rythme, des personnes à convier, du lieu, de l’ordre du jour des réunions de travail,
• établissement des convocations et relevés de décisions de réunion.

Concernant le traitement de l’information, le programmiste aura pour tâche :


• de lister les données d’entrée qu’il juge nécessaire,
• d’arrêter les principes de recueil des informations (entrevues, enquêtes, questionnaires) et la liste de
toutes les investigations nécessaires (diagnostic, sondages, relevés, etc.),
• de préparer les supports de recueil des informations et le cahier des charges des investigations ou
études complémentaires à commander par le MOA,
• de rechercher les documents et bibliographies existants qui ont un intérêt pour le projet,
• d’organiser les visites nécessaires du site.

La recherche de l’information se fera auprès de toutes les personnes concernées par la nature ou la destination
de l’opération.

L’AMO s’engage à participer à toutes les réunions nécessaires à la bonne réalisation de la mission telle qu’elle
décrite au présent CCTP pour chacune des différentes phases.

Durant toute la durée du projet, le prestataire retenu devra systématiquement :


• Assister aux réunions, et notamment :
o Y participer de façon dynamique
o Analyser les propos tenus
o Etre force de proposition
o Alerter le pouvoir adjudicateur sur les tenants et aboutissants des solutions proposées
• Restituer les réflexions dégagées au cours de la mission,
• Faire les comptes-rendus de l’ensemble des réunions,
• Récapituler les solutions retenues au cours de la mission,
• En analyser les avantages et les inconvénients.

Au fur et à mesure du déroulement de la mission, le pouvoir adjudicateur sera tenu au courant de l’avancement
des travaux par rapport au planning prévu, des modifications ainsi que des éventuelles difficultés rencontrées.

L’assistant devra prévoir des réunions en quantités suffisantes pour présenter les rapports et synthèses par
phase auprès :
• du service Stratégie et Economie du Patrimoine (MOA) et du Service Crématoriums (MU),
• de la Direction Patrimoine et Sécurité, et de la Direction représentant la Maîtrise d’Usage du projet
(Direction Relations avec les Usagers et Citoyenneté) comme défini au §1.3 du CCTP,
• des élus de la MEL concernés par le projet.

AMO Programmation et QEEB Page 38 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
4. Délais d’exécution des différentes missions et prestations
Les délais d’exécution des différentes phase de la mission sont ceux qui sont détaillés dans le cadre de réponse
contractuel, document annexé au contrat du Titulaire.

Comme indiqué au CCAP du marché, chaque phase de la mission fera l’objet d’un Ordre de Service (OS) de
démarrage et de réception établi par le MOA et sera signé par l’AMO. La date prise en compte pour le retard est
celle de la remise du document au représentant du MOA fixée à l’OS pour chacune des phases de la mission
décrite au CCTP.

En cas de retard dans la remise des documents ou avis, le Titulaire subit une pénalité journalière (cf. CCAP). Les
pénalités sont appliquées sans mise en demeure, sur simple constat du retard.

Les rendus du prestataire doivent respecter la charte graphique de la MEL fournie au Titulaire au démarrage de
la présente mission.

Si les documents ne sont pas conformes à la charte graphique, la mission ne sera pas validée par le MOA et les
fichiers renvoyés au prestataire qui aura 7 jours calendaires pour les rectifier, gratuitement, à compter de la
réception de la demande du MOA. A partir de cette date butoir, signalée par écrit, l’AMO devra remettre les
documents respectant la charte graphique, au risque de se voir appliquer des pénalités.

Les délais sont appréciés en tenant compte de la mise à disposition effectives des entrants :
• lorsque le Titulaire a besoin d'un document essentiel de la part d'un autre intervenant de l'opération,
mais que ce dernier ne le lui remet pas dans les délais prévus par son propre marché ;
• lorsque le Titulaire a besoin d'un avis ou d'un document essentiel de la part du MOA, mais que ce
dernier ne le lui remet pas dans un délai suffisant pour que le délai prévu au présent article soit
respecté.

5. Présentation des documents


La présentation des informations fournies par le prestataire sera progressive, schématique et visuelle autant que
possible pour permettre de rester centrée sur l’essentiel. Par ailleurs les informations contenues dans les
documents ne doivent pas être contradictoires ou créer le doute mais répondre au mieux aux demandes du
MOA.

Les documents sont remis au MOA en 1 exemplaire papier et 1 support dématérialisé reproductible (CD, clé
USB, transmission électronique par courriel pour les documents <20Mo) :
• – pour les pièces écrites format DOC et XLS
• – pour les pièces graphiques : format DWG, PDF et PPT (notamment pour les présentations)

Les documents graphiques s’ils présentent des plans devront répondre à la charte graphique de la MEL qui sera
fournie lors du lancement du marché et suivant les formats imposés par le MOA (DWG, etc.).

6. Qualités impératives
Afin que le pouvoir adjudicateur bénéficie d'un regard d'expert extérieur à l'établissement, la mission d'étude
devra être réalisée par un intervenant ayant l'indépendance, la compétence nécessaire et les références
attestant de cette compétence.

De plus, dans un souci de qualité, le prestataire s’attachera à respecter les règles suivantes :
• suivre une démarche rigoureuse explicitée et justifiée dans ses rapports d'études, et faite de points
d’étape réguliers avec le pouvoir adjudicateur,

AMO Programmation et QEEB Page 39 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• être exhaustif dans ses recommandations et fournir toutes les informations objectives nécessaires au
pouvoir adjudicateur pour décider des suites à donner,
• ne pas intervenir dans un établissement vis-à-vis duquel il ne présenterait pas toute garantie
d’objectivité, notamment sur des installations conçues, réalisées ou gérées pour l’essentiel par lui-
même,
• n’adjoindre aucune démarche commerciale concernant des biens ou services (ayant un lien avec les
recommandations) au cours de son intervention.

Cette étude doit réunir des qualités indispensables : rigueur du raisonnement et des calculs, exhaustivité des
analyses et des propositions et indépendance vis à vis de considérations commerciales, qu'il s'agisse de
marques d'équipements, d'exploitants d'installations, de sociétés de service en efficacité énergétique, de
fournisseurs d'énergie, etc.

Par ailleurs il est demandé au Titulaire :


• de faire preuve d'imagination pour des solutions opportunes, nouvelles, d'avoir un esprit critique, de ne
pas se censurer, de ne rien préjuger sur l’évolution de la réglementation, des techniques et des
pratiques ; les problèmes et les solutions (exprimées en terme de performance ou gain) doivent être
liées,
• de proposer des techniques fiables et durables économiquement avec justifications argumentées des
pistes d’amélioration, des propositions, des gains énergétiques.

6.1. Qualité des rapports


Les rapports du Titulaire devront :
• Etre clairs et lisibles : la forme est importante, elle facilite la décision et incite aux travaux,
• Donner l'avis d'un spécialiste, un conseil d'individu à individu par quelqu'un qui a passé du temps sur
place, qui a rencontré les personnes chargées de l'entretien ou de la gestion des bâtiments et des
utilisateurs,
• Fournir des informations suffisantes pour la réalisation des décisions préconisées ou la mise en œuvre
d'études supplémentaires nécessaires avant travaux,
• Comporter des annexes techniques suffisamment complètes (pour vérifier un métré par exemple),
• Proposer des solutions compatibles avec les possibilités financières du pouvoir adjudicateur,
• Etre remis en mains propres et commenté.

6.2. Qualité des méthodes de calcul


Ces méthodes et outils doivent :
• Etre explicites : on donnera impérativement les références des méthodes, les détails des étapes et des
hypothèses de calcul,
• Etre cohérentes et adaptés : il est illusoire de traiter tel ou tel point avec force détail, et d’utiliser des
éléments forfaitisés par ailleurs,
• Utiliser des grandeurs physiques : coefficients et ratios peuvent constituer des points de repère utiles
mais ne peuvent remplacer mesures et calculs,
• Offrir la rigueur et la souplesse nécessaires pour permettre d’effectuer une comparaison des
consommations dites réelles (celles facturées ou mesurées); avec les consommations calculées et pour
la simulation des combinaisons d'améliorations possibles,
• Etre automatisées : le traitement informatique des données recueillies est plus fiable, plus rapide et plus
souple.

6.3. Qualités du Titulaire


Les meilleures méthodes et outils ne sont rien sans le discernement du Titulaire de la mission qui doit avoir :

AMO Programmation et QEEB Page 40 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
• Une bonne connaissance technique et pratique,
• La compétence et l'esprit critique pour proposer des améliorations opportunes, évoquer les
financements et les mécanismes administratifs de prise de décision, etc.,
• Un bon contact humain, car les données à recueillir sont à la fois qualitatives et quantitatives et cela
requière de la psychologie pour ne pas faire naître de conflit avec les interlocuteurs,
• Des qualités d’initiative et d’autonomie,
• Enfin, une rigoureuse et indispensable indépendance de toute considération commerciale.

6.4. Pilotage - Assistance au projet


Cette mission, dont les éléments décrits ci-après sont à intégrer dans le cadre des différentes phases, consiste
en une assistance administrative, de transfert de savoir-faire, à la gestion des acteurs (de l’assistant
administrative financier et technique à la personne publique, des exploitants, etc.) et à l’élaboration d’un plan
stratégique de communication permettant de valoriser l’action réalisées dans le cadre du projet auprès des élus,
des citoyens et des structures pouvant founir des subventions (ADEME, FEDER, etc.).

Le Titulaire qui sera chargé d’accompagner la MEL dans la réalisation de cette opération sera désigné, dans
l’exercice de sa mission « AMO ».

L’AMO, après avoir formalisé une procédure opérationnelle interne en identifiant les étapes et les jalons qui
baliseront la procédure et en déterminant des interfaces entre les différentes missions d’assistance (gestion de
projet, coordination du travail des différents acteurs, détermination du planning des réunions communes et
animation de ces réunions, etc.), accomplira notamment :
• Une assistance générale pour le management du projet :
o Reporting auprès de la MEL (compte-rendu de réunions et rédactions de rapports
intermédiaires sollicités par la personne publique),
o Assistance dans les relations avec les acteurs internes de la MEL (Direction Générale, Pôle
Administration, Service Développement Durable et Transition Energétique, Maîtres d’Usage,
Elus, etc.) et externes (sociétés d’entretien et de maintenance, entreprises, etc.),
o Suivi du planning préalablement rédigé et actualisation de ce document en fonction des
avances et/ou retards accumulés.
• Une assistance pour la gestion de l’assistant administrative, financier et technique à la personne
publique :
o Suivi des dates de rendu des différents livrables,
o Rédaction de synthèse de ces documents comportant un avis sur les positions à adopter par la
personne publique,
o Pilotage et évolution du projet (modalités de pilotage, compte-rendu d’activités, validation, etc.).

Nota : le soumissionnaire peut proposer une organisation qui intègre des systèmes de communications innovants
et qui peuvent contribuer à améliorer l’efficacité de l’organisation du projet ainsi qu’une réduction sensible des
coûts tels que les frais de déplacement. Par exemple, des moyens de téléconférence et d’échange de fichiers par
extranet collaboratif peuvent être proposés par le soumissionnaire pour la durée du marché. Ces moyens et leur
intégration fonctionnelle dans l’organisation du projet doivent être précisés dans la note méthodologique. Les
moyens précités seront à la charge du soumissionnaire.

Obligations du Titulaire :
• réaliser l’ensemble des missions et des prestations dans le respect de la proposition méthodologique,
• assurer la coordination et le bon déroulement de la mission, en étroite collaboration avec la MEL,
• proposer toutes recommandations utiles dans la réalisation de la mission et toutes propositions d’aide à
la décision,
• informer la MEL de tout problème susceptible d’intervenir au cours de la réalisation de la mission.

AMO Programmation et QEEB Page 41 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017
Annexes

Annexe 1 : Plan de masse du site

Annexe 2 : Référentiel Qualité Energétique et Environnementale des Bâtiments –


UF VDS (indice 1 au 16 janvier 2017)

Annexe 3 : Photos de l’existant (systèmes de crémation et de filtration, chaufferie)

Annexe 4 : Audit énergétique et GER – ARTELIA (étude en cours, rapports Phase


Xc, version au 7 avril 2017)

Annexe 5 : Etude technique de la mise en place d’un système de récupération de


chaleur sur les fours de crémation du Crématorium d’Herlies – BEITHA (version
finale au 24 juillet 2015)

AMO Programmation et QEEB Page 42 sur 42


UF Valorisation Développement et Stratégie/MA/Version au 10/04/2017