Vous êtes sur la page 1sur 31

Ce cours de sismique d’exploration et sismologie synthétise les prises de notes et leur

complément bibliographique effectué au cours de l’année universitaire 2017-2018.Il contient


surement de nombreuses erreurs tant orthographiques que cognitives.
Le but de cours n’est pas de concevoir un cours de référence en sismique d’exploration et
sismologie, mais de fournir un support dans le but de faciliter le suivi du cours de j’assure en
licence et master au sein du Département de Géophysique.
Vous pouvez me contacter par E-mail à mon adresse électronique

djeddimabrouk@yahoo.com

Si vous utilisez des données de ce cours, vous devez citer la référence en bibliographie comme
suit :

DJEDDI Mabrouk : Equation de propagation des ondes sismiques. Département de


Géophysique, Génie parasismique et phénomènes aléatoires de la Faculté des Hydrocarbures
et de Chimie .Université M’Hamed Bougara de Boumerdes. Algérie. 11/2018.

1
Introduction
Caractéristiques des ondes
Ondes mécaniques
-Ondes acoustiques
-Ondes sismiques
-Ondes ultrasonores
-Ondes infrasonores
Ondes électromagnétiques
-Equations de Maxwell gauss
-Equation de propagation des ondes électromagnétiques
-Application de l’électromagnétisme en géophysique
Ondes de gravite
Ondes Rossby et de Kelvin
Ondes gravitationnelles
Contraintes dans un materiau elastique
-Tenseur de contraintes
Deformation des matériaux
-Tenseur de déformations
Loi de Hooke
-Loi de comportement élastique
Propagation des ondes élastiques dans un milieu solide
-Introduction
Description mathématique d’une onde sismique
Notion de force
- Forces de volume
-Equation du mouvement
Décomposition de Helmholtz
-Analyse de l’équation d’onde
-Application des ondes élastiques en géophysique
Annexe
Bibliographie

2
INTRODUCTION

Ce chapitre vise à donner une vision générale sur les ondes élastiques dans un milieu
homogène et isotrope afin d’arriver au cœur du cours : Equation de propagation des ondes
sismiques.
Les propriétés générales des ondes sont supposées connues et nous ne rappellerons que celles
qui sont fondamentales. La génération des ondes nécessite une source qui peut être un corps
perturbé localement par rapport à son état d’équilibre. La perturbation représente une
variation locale d’un paramètre caractérisant l’état physique du milieu tels que la
température, le champ magnétique, la pression, le champ électrique etc. Une onde correspond
donc à la propagation d’une perturbation à partir de la source en fonction du temps, dans
différentes directions spatiales du milieu, sans que les composants du milieu ne subissent un
mouvement d’ensemble. . Elle est entièrement décrite par une grandeur scalaire comme la
pression ou par une grandeur vectorielle comme le déplacement particulaire. Dans ce dernier
cas, l'onde est alors une onde élastique (support matériel).
Avant toute perturbation (agitation) locale d’un milieu, les particules composant celui-ci sont
dans une position d’équilibre. Quand la perturbation (onde) passe dans le milieu, elle déplace
temporairement les particules composant le milieu. Celles-ci reviendront à leurs positions
d’équilibre après le passage de l’onde. L’onde se propageant dans le milieu matériel est donc
une transmission de la perturbation de proche en proche du milieu par rapport à sa position
d’équilibre. Il y a donc une transmission par l’onde d’une énergie sans transport de la matière.

CARACTERISTIQUES DES ONDES

La propagation d'ondes est un phénomène naturel dont les applications sont multiples. Toute
onde est caractérisée par sa dimensionnalité (transversale ou longitudinale), sa vitesse à
laquelle elle se propage, la grandeur physique oscillante au passage de l’onde, sa direction de
propagation, sa forme (plane, sphérique etc.), conservation de la forme (dispersion si cette
forme n’est pas conservée).

On distingue deux grandes catégories d’ondes selon leur nature physique. Les ondes
mécaniques et les ondes électromagnétiques.

ONDES MECANIQUES

Toutes les ondes mécaniques ou élastiques détiennent les mêmes propriétés générales. Il faut
perturber le milieu matériel pour produire ces ondes Elles nécessitent donc un support
matériel et elles ne peuvent exister exclusivement que dans tous les milieux matériels,
solides, liquides ou gazeux, mais pas dans le vide contrairement aux ondes
électromagnétiques qui ne nécessitent pas de support matériel.

Les ondes mécaniques (vibrations mécaniques) sont constituées par (Fig.1) :

3
1- ONDES ACOUSTIQUES

Les ondes acoustiques (ou ondes sonores dans les fluides) sont des ondes élastiques qui se
propagent dans les fluides (gaz ou liquides).Ce sont des vibrations longitudinales des
particules de matière (échelle mesoscopique) de faible amplitude du milieu matériel fluide
dans lequel elles se propagent. Dans l’air, la vitesse de propagation du son est de 340 m/s dans
les conditions courantes de température et de pression. Dans l’eau, elle est de l’ordre de 1500
m/s. La propagation des ondes acoustiques s’accompagne d’une modification de pression et de
masse volumique se propageant de proche en proche.

2- ONDES SISMIQUES

Les ondes sismiques sont des ondes élastiques qui sont des cas particuliers des ondes
acoustiques. C’est en 1889 qu’elles furent enregistrées pour la première fois en Allemagne
(Potsdam) suite à un séisme qui s’est produit au Japon. Ce fut une date historique qui marqua
la séismologie moderne ou l’homme devient capable d’enregistrer des séismes lointains dont
il ne perçoit pas l’effet direct.

Il y a principalement 2 types d‛ondes :

Dans les solides les perturbations génèrent deux types d’ondes appelées ondes de volume,

- Une onde longitudinale 𝑷 (changement de volume, dilatation/ compression).


- Une onde transversale 𝐬 (cisaillement, pas de variation de volume mais changement de
forme).

Les ondes sismiques sont très largement utilisées en prospection pétrolière, pour l’imagerie
du sous-sol et en sismologie pour explorer les grandes profondeurs de la terre.
La sismique réflexion permet à partir des ondes sismiques réfléchies de localiser des
discontinuités et de mesurer la vitesse de propagation des ondes dans les milieux
géologiques traversés ce qui permet d’explorer la structure du sous-sol.
Grâce aux études de sismique réfraction, il a été possible de connaitre la profondeur de la
discontinuité de Mohorovicic sous les océans et sous les continents .De même, il a été possible
grâce à l’étude des vitesses des ondes 𝐏 de différencier avec une certaine précision la croute
continentale de la croute océanique et le manteau supérieur.

ONDES DE SURFACE

Les ondes de surface apparaissent de l‛interférence des ondes de volume et sont moins
rapides. Les ondes de surface les plus utilisées en géophysique sont les ondes de Rayleigh et de
Love. On distingue également les ondes de Scholte (se propageant le long d'une interface
solide-fluide) et les ondes de Stoneley (se propageant à l'interface solide-solide). Les vitesses
de propagation de ces deux types d’ondes sont différentes de celles des ondes P et 𝑺.

4
3- ONDES ULTRASONORES

Les ondes ultrasonores sont des ondes mécaniques qui nécessitent un milieu matériel
élastique et déformable pour se propager mais de fréquence supérieure à la plus haute
fréquence audible pour un homme (f >20 000 Hz.). Les ondes ultrasonores (peu audibles pour
l’homme) se propagent dans la matière inerte et vivante, et elles peuvent transporter des
densités d'énergie importantes.

La discipline de l'acoustique ultrasonore trouve des applications nombreuses et variées dans


des domaines où elle a eu des résultats très significatifs. Son premier domaine d'application
historique a été l'acoustique sous-marine. Les ondes ultrasonores furent appliquées dès
1918 par Langevin pour mesurer la profondeur et détecter la présence d’icebergs avec les
sonars. Ces derniers sont utilisés dans de nombreux secteurs pour la détection des sous-
marins, mines, détection des bancs de poisson, en navigation, en hydrographie (cartographie
des fonds sous-marins) et bien d’autres.
Les ultrasons sont appliqués non seulement en acoustique sous-marine (Sonar, Sonar
Doppler- Sound Navigation And Ranging) mais aussi par de nombreux animaux tels que les
dauphins et les chauves-souris. Elles sont utilisées dans la médecine à partir de 1970 (Wild et
Reid) pour le diagnostic médical (échographie, débitmètre Doppler) et le traitement de
différentes affections. L’échographie pour explorer les organes internes mous ou remplis de
liquide et dont le principe résulte directement de celui du principe de sonar.
Les ondes ultrasoniques trouvent également des applications dans le contrôle non
destructif des matériaux (détections des défauts) et tout particulièrement dans le contrôle de
la sécurité des installations nucléaires, des avions. La caractérisation les bétons afin
d’évaluer la résistance éventuelle d’un ouvrage et bien d’autres.
Les chauves-souris utilisent aussi les ondes ultrasoniques fondées sur le principe de
télémétrie et qui consiste à émettre des ondes ultrasoniques et à les capter après réflexion
de la cible pour localiser une proie. C’est le principe de l’écholocalisation. En météorologie,
elles sont utilisées dans le Sodar et le Sodar Doppler.

Fig.1 Domaines du spectre des ondes acoustiques.

5
4- ONDES INFRASONORES

Les ondes infrasonores sont des ondes sonores élastiques dont les fréquences se situent en
dessous du domaine audible et elles sont inaudibles. Elles peuvent se propager sur de
grandes distances et traverser plus aisément les obstacles que les sons et les ultrasons .En
raison du caractère de leurs très basses fréquences comprises entre 0 et 15-20 Hz (grandes
longueurs d’onde) elles se caractérisent par un pouvoir séparateur assez faible. La vitesse de
propagation des infrasons dans l’air ( 330m/s) et l’eau( 1430 m/s)est proche de celles des
ondes sonores .

Les origines générant les ondes infrasonores sont nombreuses et variées, qu’elles soient
naturelles ou artificielles. Les tremblements de terre, les vagues de la mer, les cyclones, les
trombes, les tornades, le tonnerre et les éclairs, les avalanches, les éruptions volcaniques, les
cascades et les chutes d’eau, les explosions nucléaires et le vent génèrent des ondes
ultrasoniques dont le niveau est fréquemment élevé.

Dans la quasi-totalité des équipements industriels qui génèrent des bruits audibles
produisent également des ondes ultrasoniques. Les broyeurs, compresseurs, ventilateurs,
centrifugeuses, pompes, laminoirs, malaxeurs de béton, turbines à gaz, vibrateurs voitures,
camions, avions, hélicoptères, bateaux, trains, groupes électrogènes, aérogénérateurs
(éoliennes), moteurs d’avion à réaction etc. sont des sources de bruits qui comportent des
composantes infra soniques

Des mammifères, comme les baleines, les pinnipèdes, les éléphants, les casoars et les girafes
utilisent les infrasons pour communiquer à grandes distances. Des oiseaux migrateurs tels
que les pigeons perçoivent des infrasons dans la gamme de fréquence comprise dans la
bande entre 0,1 - 20 Hz

Les ultrasons à fortes puissances peuvent provoquer des effets destructeurs aussi bien
mécaniques que physiologiques et constituer des gènes physiologiques pour l’être humain.

5- ONDES ELECTROMAGNETIQUES

Les ondes électromagnétiques correspondent à la propagation des variations locales


conjointes des champs électrique et magnétique et elles ne nécessitent pas de support
matériel fig. 2. Elles se propagent parfaitement dans le vide (à une vitesse de 299 792 458
m/s) et dans quelques matériaux. La figure 3 représente leur classification selon la gamme de
fréquences. Les ondes radio, micro-ondes, Infra- rouge, lumière visible, les rayons X sont des
ondes électromagnétiques.
La base de l’électromagnétisme repose sur quatre équations et la force de Lorentz. Ces
équations appelées équations de Maxwell fournissent des relations entre les variations des
grandeurs électromagnétiques ( ⃗𝑩⃗ , ⃗𝑬 ) en tout point 𝑴 ( 𝒙 , 𝒚 , 𝒛) de l'espace.

Ces équations, sous leur forme locale, ont pour expressions :

6
Équations de Maxwell Gauss

Le théorème de Gauss donne


𝟏
∯𝑠 ⃗⃗⃗
𝑬 𝑑𝒔⃗ = ∭𝑉 𝝆 𝑑𝑉
𝜺𝒐
Le théorème d’Ostogradsky donne :
∯𝑠 ⃗⃗⃗
𝑬 𝑑⃗𝒔 ⃗⃗ 𝑑𝑉
= ∭𝑉 𝒅𝒊𝒗𝑬
𝟏
D’où ⃗⃗ 𝑑𝑉
∭𝑉 𝝆 𝑑𝑉 = ∭𝑉 𝒅𝒊𝒗𝑬 soit :
𝜺𝒐

𝝆
⃗⃗ =
𝒅𝒊𝒗𝑬
𝜺𝒐

Cette Relation montre le lien entre le champ et source (charges 𝒒) c’est -a -dire que ce sont les
charges electriques qui génerent le champ électrique 𝑬⃗⃗ .

Équation de Maxwell. (Flux magnétique)

⃗⃗ = 𝟎
𝒅𝒊𝒗𝑩

Cette équation montre qu’il n’existe pas de charge magnétique, car :

∯ ⃗⃗⃗
𝑩 𝑑⃗𝒔 = 𝟎
𝑠

Équation de Maxwell –Faraday

⃗⃗
𝝏𝑩
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗𝑬
𝐫𝐨𝐭 ⃗ = −
𝝏𝒕
Cette Équation appelée équation de Maxwell − Faraday décrit le phénomène d’induction c’est dire
que tout champ magnétique variable donne naissance à un champ électrique appelé champ
électromoteur.

⃗ 𝒅𝒍 = − 𝒅Ø
∮𝒄 ⃗𝑬 𝒅𝒕

⃗⃗ 𝒅𝒔
Ø = ∬𝒔 𝑩 ⃗

Ø : Flux du champ électrique

Équation de Maxwell Ampère


⃗ = 𝝁𝒐 𝒋 + 𝝁𝒐 . 𝜺𝒐 𝝏𝑬
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗𝑩
𝐫𝐨𝐭
𝝏𝒕

7
Cette équation montre la manière dont un courant électrique dépendant du temps donne
naissance à un champ magnétique.

Force de Lorentz

⃗ = 𝒒( 𝑬
𝑭 ⃗⃗ + 𝒗 ⃗⃗ ) = Force de Lorentz = Force électrique + Force magnétique
⃗ 𝑿𝑩

EQUATION DE PROPAGATION DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES

La dérivation temporelle de l’équation de Maxwell- Ampère


𝝏𝑬
⃗⃗ = 𝝁𝒐 𝒋 +𝝁𝒐 . 𝜺𝒐
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑩
𝐫𝐨𝐭
𝝏𝒕

Donne

⃗⃗
𝝏𝑩 𝝏𝟐 𝑬

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐫𝐨𝐭 = 𝝁𝒐 . 𝜺𝒐 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭
= − 𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑬 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( 𝒅𝒊𝒗𝑬
⃗⃗ ) = − [𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗⃗ ) − ∆ 𝑬
⃗⃗ ]
𝝏𝒕 𝝏𝒕𝟐

𝝏𝟐 𝑬

𝝁𝒐 . 𝜺𝒐 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗𝑬
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭
= − 𝐫𝐨𝐭 ⃗ ) = ∆ ⃗𝑬

𝝏𝒕𝟐

Etant donné qu’en l’absence de charge électrique la divergence du champ électrique est nulle
(selon l’équation de Maxwell Gauss), d’où l’équation de propagation du champ électrique

𝜕2 𝐸⃗
𝜇𝑜 . 𝜀𝑜 − ∆ 𝐸⃗ = 0
𝜕𝑡 2

Cette équation définit l’évolution (propagation) du champ électrique . Elle est appelée
équation de D’Alembert.

∆ : Le laplacien
𝝏𝟐 𝝏𝟐 𝝏𝟐
∆ = 𝛁𝟐 = + +
𝝏𝒙𝟐 𝝏𝒚𝟐 𝝏𝒛𝟐

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 ( 𝒅𝒊𝒗𝑬 ⃗⃗ ) = 𝟎

8
Les grandes figures de l’électromagnétisme

𝐵⃗ ∶ Induction magnétique
𝐸⃗ : Excitation électrique
𝝁𝟎 : Perméabilité magnétique du vide. 𝝁𝟎 = 𝟒. 𝝅. 𝟏𝟎−𝟕 N. 𝑨−𝟐
𝟏
𝜺𝟎 : Permittivité électrique du vide avec 9. 𝟏𝟎𝟗
𝟒.𝝅.𝜺𝟎
𝟏
𝑪𝟐 =
𝝁𝟎 . 𝜺𝟎

Fig. 2 propagation du champ électromagnétique

Les ondes électromagnétiques sont mesurées à l’aide d’antennes : Celles-ci permettent de


mesurer directement l’amplitude du champ électromagnétique.
L’électromagnétisme est largement utilisé dans la vie courante de tous les jours. Il englobe
des domaines d'investigations immenses: l'électricité, les ondes électromagnétiques (de la
lumière, radio, micro-ondes, rayons X et gamma; la prospection géophysique etc.).Les ondes
électromagnétiques sont utilisées en radio communications, en radar, en positionnement etc.

9
Fig.3. Domaines du spectre électromagnétique

APPLICATION DE l’ELECTROMAGNETISME EN GEOPHYSIQUE

La géophysique utilise l’interaction d’un champ électromagnétique incident généré


artificiellement ou naturellement en surface et la réponse des matériaux du sous-sol à cette
interaction afin de caractériser leurs propriétés géo-électriques. Lorsque la source
électromagnétique est naturelle (due en grande partie aux courants électriques circulants
dans l’ionosphère ) , on parle de Magnétotellurique (méthode passive ) à l’inverse de la
prospection électromagnétique qui utilise les sources artificielles (utilisant des sources
actives ou contrôlées telles que les stations radio, les boucles de courant etc.).

L’interaction du champ électromagnétique incident (primaire) donne naissance à un champ


secondaire crée par le matériau et que l’on peut mesurer à l’aide de capteurs sensibles au
champ électrique et au champ magnétique. Il est alors possible de caractériser les propriétés
géo-électriques (résistivité ou permittivité) du sous-sol.fig.4

Selon que l’on utilise les basses ou les hautes fréquences, l’interaction des ondes
électromagnétiques avec la matière permet de distinguer deux modes d’analyse des données
électromagnétiques enregistrées.

- Premier cas : Lors de l’utilisation des sources électromagnétiques de hautes fréquences, la


matière composant le sous-sol n’a pas le temps de réagir à l’excitation, c’est les cas où on
est sensible à la permittivité électrique (c’est l’exemple du principe du géo-radar)

- Deuxième cas : Lorsqu’on utilise des sources de basses fréquences et ou le temps


d’excitation électrique est plus long que le temps de relaxation de la matière (onde
diffuse) , on est alors sensible à la conductivité électrique apparente (ou son inverse la
résistivité) des matériaux composants le sous-sol.

10
Fig4. Principe de la prospection électromagnétique et principe de mesure

Les applications de la prospection par les ondes électromagnétiques sont nombreuses et


variées .Elles sont utilisées en exploration minière, à l’environnement (cartographie des
contaminants), génie civil, en hydrogéologie pour la recherche des eaux souterraines, la
détection des matériaux métalliques enfouis etc.

ONDES DE GRAVITE

Une onde de gravité est une onde mécanique affectant un fluide soumis à des contraintes
externes ou internes. Les ondes de gravité les plus connues sont les vagues à la surface de la
mer. Les océans et les mers subissent des perturbations à caractère ondulatoire lorsqu’ils sont
soumis à des contraintes externes ou internes .Les contraintes les plus observées en milieu
marin générant ces ondes de gravité sont dues aux divers chocs, le vent, les séismes(
tsunami), l’attraction des planètes comme la lune et soleil et bien d’autres . Les vagues, la
houle sont classées parmi les ondes de gravité externes.

ONDES ROSSBY ET DE KELVIN

Les ondes océaniques et atmosphériques les plus connues sont les ondes de Rossby (ondes
planétaires) et les ondes de Kelvin. Les ondes océaniques de Rossby constituent la principale
réponse de l’océan aux perturbations de grandes échelles. Elles sont produites par les
variations de vent ou encore par des tourbillons .Quant à l’onde de Kelvin, c’est une onde de
gravité océanique de taille particulière assez élevée.

11
ONDES GRAVITATIONNELLES

Ces ondes prédites en 1916 par Albert Einstein sont dues à la propagation des déformations
espace-temps produites par des corps massifs sous certaines conditions et qui se propagent à
la vitesse de la lumière. En effet, d’après la théorie de la relativité générale la matière en
mouvement accéléré va de ce fait générer un front de courbure qui va se mouvoir à une vitesse
proche de celle de la vitesse de la lumière. En déformant l’espace-temps, elles génèrent un
champ gravitationnel agissant sur tous les corps, on dit que ce sont des ondes de courbures.
Elles ont pour effet de contracter l’espace dans une direction perpendiculaire à leur direction
de propagation et à le croître dans l’autre direction. Les fluctuations du champ gravitationnel
se propagent dans l’espace-temps à la vitesse de la lumière sous la forme d’ondes
gravitationnelles ?

CONTRAINTES DANS UN MATERIAU ELASTIQUE

Dans le volume élementaire ,déformé sous l’effet des forces exterieures, apparaissent des
contraintes appelées également tensions mécaniques , qui, incitent à le ramener à sa position
initiale . Ces contraintes se transmettent de proche en proche grâce aux forces de liaison
entre les atomes composant le materiau . On dit que le materiau est élastique lorsqu’il se
déforme sous l’action d’une contrainte et qu’il revient à sa position initiale lorsque cette
contrainte cesse d’agir.

TENSEUR DE CONTRAINTES

Si on considère 𝒙 , 𝒚 et 𝒛 les trois directions de l’espace de vecteurs unitaires 𝒊, ⃗𝒋 et 𝐤 , on


définit les contraintes en un point donné en considérant un volume élémentaire
parallélépipédique de dimension 𝒙 , 𝒅𝒚 et 𝒅𝒛 ( fig 5 ).

Les contraintes selon la direction 𝒙 sont la contrainte normale 𝝈𝒙𝒙 et les contraintes
tangentielles sont 𝝈𝒙𝒚 et 𝝈𝒙𝒛 . Ce sont des forces élémentaires par unité de surface s’exerçant
sur les faces du volume élémentaire normales à l’axe 𝒙.
Le même raisonnement est valable pour les deux autres directions y et z. On obtient
respectivement.

𝝈𝒚𝒚 , 𝝈𝒚𝒙 et 𝝈𝒚𝒛

𝝈𝒛𝒛 , 𝝈𝒛𝒙 et 𝝈𝒛𝒚

En coordonnées cartesiennes la contrainte 𝝈 s’exprime matriciellement par 9 composantes (


matrice 3x3 symétrique) dont :

3 composantes normales : 𝝈𝒙𝒙 𝝈𝒚𝒚 𝒆𝒕 𝝈𝒛𝒛


6 composantes de cisaillement : 𝝉𝒚𝒙 , 𝝉𝒙𝒚 , 𝝉𝒙𝒛 𝝉𝒛𝒙 , 𝝉𝒛𝒚 𝒆𝒕 𝝉𝒚𝒛

Le tenseur de contraite est :


12
𝝈𝒙𝒙 𝝉𝒙𝒚 𝝉𝒙𝒛
𝝈𝒊𝒋 = ( 𝝉𝒚𝒙 𝝈𝒚𝒚 𝝉𝒚𝒛 )
𝝉𝒛𝒙 𝝉𝒛𝒚 𝝈𝒛𝒛

les composantes situées sur la diagonale sont appelées contraintes normales


𝝈𝒙𝒙 , 𝝈𝒚𝒚 𝒆𝒕 𝝈𝒛𝒛 .Elles agissent sur la surface normale à la direction dans laquelle la
contrainte agit.

Les 6 élements du tenseur de contrainte ( 𝝉𝒚𝒙 , 𝝉𝒙𝒚 , 𝝉𝒙𝒛 , 𝝉𝒛𝒙 , 𝝉𝒛𝒚 𝒆𝒕 𝝉𝒚𝒛 ) situés hors de la
diagonale sont appellés les contraintes de cisaillement (composantes tangentielles).Elles
agissent parallèllement aux faces dans lesquelles elles s’appliquent.

Le tenseur de contrainte est symétrique (𝝉𝒚𝒙 = 𝝉𝒙𝒚 = 𝝉𝒛𝒙 = 𝝉𝒙𝒛 𝝉𝒛𝒚 = 𝝉𝒚𝒛 ) pour
satisfaire l’équilibre des moments exercés sur le volume élémentaire.

DEFORMATION DES MATERIAUX

TENSEUR DE DEFORMATIONS

Le cube élémentaire de la figure 5 sous l’action des contraintes 𝝈𝒊𝒋 subit des déformations
𝜺𝒊𝒋 . L’expression sous forme matricielle des déformations 𝒖, 𝒗, 𝒘 en trois dimensions
(𝒙, 𝒚 , 𝒛) est :

𝝏𝒖 𝝏𝒖 𝝏𝒖
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛
𝒅𝒖 𝝏𝒗 𝝏𝒗 𝝏𝒗
𝒅𝒙
( 𝒅𝒗 ) = 𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛
. (𝒅𝒚).
𝒅𝒘 𝝏𝒘 𝝏𝒘 𝝏𝒘 𝒅𝒛
( 𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛)

Soit :

𝝐𝒙𝒙 𝝐𝒙𝒚 𝝐𝒙𝒛


𝝐𝒊𝒋 = (𝝐𝒚𝒙 𝝐𝒚𝒚 𝝐𝒚𝒛 )
𝝐𝒛𝒙 𝝐𝒛𝒚 𝝐𝒛𝒛

Les composantes 𝝐𝒙𝒙 , 𝝐𝒚𝒚, 𝝐𝒛𝒛 représentent les allongements.

Les composantes 𝝐𝒚𝒙 , 𝝐𝒙𝒚 , 𝝐𝒙𝒛 𝝐𝒛𝒙 , 𝝐𝒛𝒚 𝒆𝒕 𝝐𝒚𝒛 : représentent les glissements (déformations
de cisaillement).

13
𝝏𝒋
La matrice qui rassemble les déformations avec 𝒋 = 𝒖, 𝒗; 𝒘 et 𝒊 = 𝒙 , 𝒚, 𝒛 forme le
𝝏𝒊
tenseur des déformations.

Les principales propriétés du tenseur des déformations sont :

- tenseur d’ordre 2 .C’est donc une matrice 3x3 de 9 composantes

- symetrie : 𝝐𝒊𝒋 = 𝝐𝒋𝒊 .Il ya de ce fait 6 composantes indépendantes

- Diagonalisable

- La trace du tenseur des déformations est invariante par changement de base. Elle est
égale à la somme de ses termes diagonaux ( 𝝐𝒙𝒙 + 𝝐𝒚𝒚 + 𝝐𝒛𝒛 )

- Tout point 𝐌 (𝐱, 𝐲, 𝐳) d’un solide sous l’action d’une contrainte subit un déplacement
⃗𝑼
⃗ de composantes 𝒖 , 𝒗 et 𝒘.

On definit les déformations dans un milieu materiel à partir des déplacements 𝒖𝒊 par :

𝟏 𝝏𝒖𝒊 𝝏𝒖𝒋 𝝏𝒖𝒌 𝝏𝒖𝒌


𝝐𝒊𝒋 = ( + + )
𝟐 𝝏𝒙𝒋 𝝏𝒙𝒊 𝝏𝒙𝒊 𝝏𝒙𝒋

Dans le cadre des petits déplacements et des petites déformations, les termes de second
d’ordre peuvent être négligés , laissant place au tenseur des déformations linéairisées. Les
composantes du tenseur des déformations sont ainsi formulées en fonction des composantes
du champ de déplacement par l‘expression :

𝟏 𝝏𝒖𝒊 𝝏𝒖𝒋
𝝐𝒊𝒋 = ( + )
𝟐 𝝏𝒙𝒋 𝝏𝒙𝒊

C’est cette relation qu’on utilise pour la propagation des ondes sismiques étant donné que les
déformations sont suffisamment faibles .

Les expressions des déformations pour les termes de compression sont :

𝝏𝒖
𝝐𝒙𝒙 =
𝝏𝒙

𝝏𝒗
𝝐𝒚𝒚 =
𝝏𝒚

𝝏𝒘
𝝐𝒛𝒛 =
𝝏𝒛
Les expressions des déformations pour les termes de cisaillement sont respectivement :

14
𝟏 𝛛𝐰 𝛛𝐯
𝛜𝐲𝐳 = 𝛜𝐳𝐲 = ( + )
𝟐 𝛛𝐲 𝛛𝐳

𝟏 𝛛𝐮 𝛛𝐯
𝛜𝐲𝐱 = 𝛜𝐱𝐲 = ( + )
𝟐 𝛛𝐲 𝛛𝐱

𝟏 𝛛𝐰 𝛛𝐮
𝛜𝐱𝐳 = 𝛜𝐳𝐱 = ( + )
𝟐 𝛛𝐱 𝛛𝐳

Fig.5. Cube élémentaire soumis à des contraintes

LOI DE HOOKE

LOI DE COMPORTEMENT ELASTIQUE

La déformation subie par un corps homogène, isotrope et parfaitement élastique est


proportionnelle à la force ou à la contrainte appliquée. Cette relation entre contraintes et
déformations a été énoncée en 1678 et porte le nom de la loi de Hooke (Astronome et
Mathématicien Britannique). Cette loi de comportement élastique réversible est valable tant
que les sollicitations subies par les matériaux restent assez faibles.

15
La loi de Hooke pour un milieu élastique isotrope et homogène s’écrit alors :

𝝈𝒊,𝒋 = 𝝀. 𝜽. 𝜹𝒊,𝒋 + 𝟐. 𝝁. 𝜺𝒊,𝒋 = ⃗⃗ . 𝜹𝒊,𝒋 + 𝟐. 𝝁. 𝜺𝒊,𝒋 = 𝝀. (𝒅𝒊𝒗𝑼


𝝀. 𝛁. 𝑼 ⃗⃗ ). 𝜹𝒊,𝒋 + 𝟐. 𝝁. 𝜺𝒊,𝒋

Le vecteur ⃗𝑼
⃗ désigne le déplacement du point 𝑴.
𝜹𝒊,𝒋 : Symbole de Kronecker est tel que
𝜹𝒊,𝒋 = 𝟏 , si 𝒊 = 𝒋 et 𝜹𝒊,𝒋 = 𝟎 si 𝒊 ≠ 𝒋

𝝀 et 𝝁 sont les coefficients de Lamé strictement positifs qui quantifient (caractérisant le


comportement) l’élasticité du matériau.

𝝏𝒖 𝝏𝒗 𝝏𝒘
𝜽= + + ⃗⃗ = 𝛁. ⃗𝑼
= 𝒅𝒊𝒗.𝑼 ⃗ 𝜽 : étant appelée dilatation volumique
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛

Il en résulte que La divergence du déplacement 𝛁. ⃗𝑼


⃗ est proportionnelle à la compressibilité
du matériau.
Les développements de l’équation de Hooke donne 𝟔 relations linéaires parmi les contraintes
et les déplacements qui sont :
𝛛𝐮
𝛔𝐱𝐱 = 𝛌𝛉 + 𝟐𝛍 ⃗⃗ + 𝟐𝛍. 𝜺𝒙𝒙 = 𝛌𝛉
= 𝛌 𝒅𝒊𝒗.𝑼 + 𝟐𝛍. 𝜺𝒙𝒙
𝛛𝐱

𝛛𝐯
𝛔𝐲𝐲 = 𝛌𝛉 + 𝟐𝛍 ⃗⃗ + 𝟐𝛍. 𝜺𝒚𝒚 = 𝛌𝛉
= 𝛌 𝒅𝒊𝒗.𝑼 + 𝟐𝛍. 𝜺𝒚𝒚
𝛛𝐲
𝛛𝐰
𝛔𝐳𝐳 = 𝛌𝛉 + 𝟐𝛍 ⃗⃗ + 𝟐𝛍. 𝜺𝒛𝒛 = 𝛌𝛉
= 𝛌 𝒅𝒊𝒗.𝑼 + 𝟐𝛍. 𝜺𝒛𝒛
𝛛𝐳
𝛛𝐯 𝛛𝐮
𝛔𝐱𝐲 = 𝛍 ( + ) = 𝟐𝛍. 𝜺𝒙𝒚
𝛛𝐱 𝛛𝐲
𝛛𝐰 𝛛𝐯
𝛔𝐲𝐳 = 𝛍 ( + ) = 𝟐𝛍. 𝜺𝒚𝒛
𝛛𝐲 𝛛𝐳
𝛛𝐮 𝛛𝐰
𝛔𝐳𝐱 = 𝛍 ( + ) = 𝟐𝛍. 𝜺𝒛𝒙
𝛛𝐳 𝛛𝐱

PROPAGATION DES ONDES ELASTIQUES DANS UN MILIEU SOLIDE

INTRODUCTION

Tout matériau est soumis à des forces de volume et à des forces de surface. Généralement, le
passage de l’onde sismique dans le matériau se traduit par de brèves vibrations d’amplitude
extrêmement faible par rapport à la taille du volume du corps, Dans ces conditions, on peut
considérer que le matériau se comporte de façon élastique, on considère alors que l’effet des
forces volumiques est négligeable et en se plaçant en champ lointain de la source sismique ,
on néglige l’effet de la gravité.

16
Description mathématique d’une onde sismique

NOTION DE FORCE

La force est une quantité vectorielle qui s’applique en un point. Elle se definit par une amplitude
et une direction.

Les forces peuvent être de deux types :

− Les forces de volume


− Les forces de surface

FORCES DE VOLUME

Les forces de volume (force à distance) agissent sur tout le volume du matériau. Les forces de la
pesanteur, la force (poussée) d’Archimède et la force électrostatique sont les exemples les plus
évidents des forces de volume. Ces forces peuvent agir à distance voire à très grande distance
pour certaines au travers de l’ensemble d’un matériau et elles dépendent de la densité
massique du matériau .Elles peuvent résulter des interactions à longue portée comme c’est le
cas des forces gravitationnelle et électromagnétique .En géodynamique, les forces volumiques
se réduisent au poids causé par l’attraction de la pesanteur sur une masse (densité x volume).

FORCES DE SURFACE

Les forces de surface (force de contact) agissent sur les surfaces limitant le volume du matériau
autrement dit elles agissent au contact entre les éléments de volume. Elles correspondent aux
interactions inter particules à très courte portée et elles sont responsables de la cohésion de
la matière. L’exemple le plus avéré des forces de surface en sciences de la terre est la force qui
agit sur l’interface des deux lithosphères océanique et continentale .En effet, la surface entre
ces deux lithosphères est soumise à deux forces.

− Une force de surface horizontale résultant de la convergence des deux lithosphériques


− Une force de surface verticale induite par les forces de volume.

Rappel : La force, comme la contrainte, est une grandeur vectorielle. Elle a pour unité de
mesure dans le système SI le Pascal (𝑷𝒂 = 𝑵/ 𝒎𝟐 = 𝒌𝒈 /𝒎. s2)

Les ondes sismiques se propagent dans tous les milieux aussi bien dans les milieux
homogènes que dans les milieux hétérogènes. L’inconnue du problème est le champ de
déplacements ⃗𝑼 ⃗ dans un matériau solide. L’équation d’onde est une équation généralement
complexe que l’on ne pas résoudre facilement .Elle décrit à la fois le transport d’une variation
de volume (onde de compression – dilatation 𝑷) et de petites rotations (ondes de
cisaillement 𝑺). Le sous-sol répond avec beaucoup moins de résistance aux compressions –
dilatations qu’aux rotations, c’est la raison pour laquelle les ondes 𝑷 se propagent avec une
vitesse plus grande que les ondes 𝑺.

17
EQUATION DU MOUVEMENT

Considérons un volume infinitésimal 𝒅𝑽 d’un solide de masse volumique 𝝆 délimité par la


surface 𝒅𝒔. Ce milieu est soumis à des forces de volume 𝑭𝒊 , ainsi qu’à des forces surfaciques
décrites par le tenseur des contraintes 𝝈𝒊,𝒋 .Dans un système de coordonnées cartésiennes à
trois dimensions (𝒙, 𝒚 𝒛), la composante de la force élémentaire s’exerçant sur une surface
𝒅𝒔 de normale unitaire 𝒏⃗ a pour expression (relation de Cauchy).

𝒅𝑭𝒔 = 𝝈𝒊,𝒋 . 𝒏𝒋 . 𝒅𝑺

En présence des forces extérieures, appliquons le principe fondamental de la dynamique à un


volume macroscopique 𝑽 délimité par la surface 𝑺 .Nous égalisons le produit de la masse
volumique par l’accélération avec la somme des forces, et notons par 𝒗
⃗ le champ de vitesse au
sein de ce solide. La loi de Newton pour un milieu de volume 𝑽 et de densité de masse
𝝆(𝒌𝒈/𝒎𝟑 ) délimité par une surface 𝑺 est formulée par l’expression :

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 = ∫𝒔 𝒅𝑭𝒔 . 𝐝𝐒 + ∫𝑽 𝒅𝑭𝒊 . 𝒅𝑽 (a)
𝝏𝒕𝟐

𝒅𝒗𝒊 𝝏𝟐 𝑼𝒊
∫𝑽 𝝆 𝒅𝒕
𝒅𝑽 = 𝝆
𝝏𝒕𝟐
= ∫𝒔 𝝈𝒊,𝒋 . 𝒏𝒋 . 𝐝𝐒 + ∫𝑽 𝒅𝑭𝒊 . 𝒅𝑽

𝒅𝑭𝒔 = 𝝈𝒊,𝒋 . 𝒏𝒋

𝒅𝑭𝒔 : La force de surface par unité de surface

𝒅𝑽 : Volume élémentaire

𝐝𝐒 : L’aire de sa frontière

𝝈𝒊,𝒋 : Tenseur de contraintes

𝒏𝒋 : Vecteur unitaire perpendiculaire à l’élément de surface , 𝐝𝐒 est orienté vers l’extérieur


au volume 𝐝𝐕

L’application du théorème de Gauss à la relation (a) donne :

𝝏𝝈𝒊,𝒋 𝝏𝟐 𝑼𝒊
∫𝑽 (𝒅𝑭𝒊 + ) . 𝒅𝑽 = ∫𝑽 𝝆 𝝏𝒕𝟐
. 𝒅𝑽
𝝏𝒙𝒋

18
𝝏𝟐 𝑼𝒊 𝝏𝝈𝒊,𝒋
𝝆 = 𝒅𝑭𝒊 +
𝝏𝒕𝟐 𝝏𝒙𝒊

En négligeant les effets des forces de volume et en se plaçant en champ lointain on a ;

𝝏𝟐 𝑼𝒊 𝝏𝝈𝒊,𝒋
𝝆 = = 𝝈𝒊,𝒋,𝒋
𝝏𝒕𝟐 𝝏𝒋

⃗⃗
Le terme de gauche représente les trois composantes 𝒖, 𝒗 𝒆𝒕 𝒘 du champ de déplacement 𝑼
tandis que le terme de droite les contraintes.

En considérant le milieu élastique isotrope homogène et en substituant dans la loi de Hooke


la dilatation volumique 𝜽 et les composantes du tenseur des déformations 𝝐𝒊𝒋 formulées
precedemment en fonction des composantes du champ de déplacement.
𝝏𝒖 𝝏𝒗 𝝏𝒘
𝜽= + + ⃗⃗ = 𝛁. 𝑼
= 𝒅𝒊𝒗.𝑼 ⃗⃗
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛

et

𝟏 𝝏𝒖𝒊 𝝏𝒖𝒋
𝝐𝒊𝒋 = ( + )
𝟐 𝝏𝒙𝒋 𝝏𝒙𝒊

La loi de Hooke

𝝈𝒊,𝒋 = 𝝀. 𝜽. 𝜹𝒊,𝒋 + 𝟐. 𝝁. 𝜺𝒊,𝒋 = 𝝀. 𝜺𝒌,𝒌 . 𝜹𝒊,𝒋 + 𝟐. 𝝁. 𝜺𝒊,𝒋

Aura pour expression :

𝝏𝑼𝒌 𝟏 𝝏𝒖𝒊 𝝏𝒖𝒋


𝝈𝒊,𝒋 = 𝝀. . 𝜹𝒊,𝒋 + 𝟐𝝁 . 〔 ( + )〕
𝝏𝒙𝒌 𝟐 𝝏𝒙𝒋 𝝏𝒙𝒊

On peut écrire donc :

𝝈𝒊,𝒋,𝒋 = 𝝏𝒋 〔𝝀𝝏𝒌 𝑼𝒌 𝜹𝒊,𝒋 + 𝝁(𝝏𝒊 𝑼𝒋 + 𝝏𝒋 𝑼𝒊 )〕 = 𝝏𝒊 (𝝀𝝏𝒌 𝑼𝒌 ) + (𝝏𝒊 𝑼𝒋 + 𝝏𝒋 𝑼𝒊 )𝝏𝒋 𝝁 +

𝝁𝝏𝒋 (𝝏𝒊 𝑼𝒋 + 𝝏𝒋 𝑼𝒊 ) = 𝝀𝝏𝒊 𝝏𝒌 𝑼𝒌 + (𝝏𝒌 𝑼𝒌 ) 𝝏𝒊 𝝀 +(𝝏𝒊 𝑼𝒋 + 𝝏𝒋 𝑼𝒊 ) 𝝏𝒋 𝝁 + 𝝁 (𝝏𝒋 𝝏𝒊 𝑼𝒋 + 𝝏𝒋 𝑼𝒊 )

On obtient finalement.

𝝏𝟐 𝑼𝒊 𝑻
𝝆 ⃗ (𝛁
= ( 𝝀 + 𝝁 )𝛁 ⃗ . ⃗𝑼
⃗ ) +𝝁𝛁 𝟐 ⃗𝑼
⃗ + (𝛁
⃗ 𝝀) ⃗𝛁. ⃗𝑼
⃗ + [ 𝛁𝑼
⃗⃗ + (𝛁𝑼
⃗⃗ ) 〕 ⃗𝛁𝝁 (𝒃)
𝝏𝒕𝟐

Lorsque le milieu est isotrope et homogène, les coefficients de Lamé 𝝀, 𝝁 quantifiant


𝝏𝝀 𝝏𝝁
l’élasticité du matériau et la masse volumique 𝝆 sont constants c’est-à-dire = = 𝟎
𝝏𝒙𝒊 𝝏𝒙𝒊

19
𝝁(𝑵/𝒎𝟐 ) : Exprime une résistance au cisaillement
𝝀 (𝑵/𝒎𝟐 : Paramètre qui n’a pas une interprétation physique simple

L’équation (𝒃) est trop compliquée pour être résolue analytiquement. En négligeant les
gradients des paramètres de Lamé : l’équation d’ondes se simplifie et aura pour expression
(en notation vectorielle) :

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 ⃗ (𝛁
= ( 𝝀 + 𝝁 )𝛁 ⃗ . ⃗𝑼
⃗ ) + 𝝁. 𝛁 𝟐 ⃗𝑼
⃗ = ( 𝝀 + 𝝁 )𝛁
⃗ (𝛁
⃗ . ⃗𝑼
⃗ ) +𝝁. ∆𝑼
⃗⃗
𝝏𝒕𝟐

Sachant que le laplacien d’un vecteur se décompose selon la relation suivante.

𝛁 𝟐 ⃗𝑼
⃗ =𝛁
⃗ (𝛁
⃗ . ⃗𝑼
⃗ )−𝛁
⃗ 𝑿𝛁 ⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗ 𝑿 ⃗𝑼 𝐠𝐫𝐚𝐝 ( 𝒅𝒊𝒗𝑼 ⃗⃗ ) − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐫𝐨𝐭 (𝐫𝐨𝐭⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗𝑼
⃗ )

La substitution de cette identité vectorielle donne

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 ⃗ (𝛁
= ( 𝝀 + 𝝁 )𝛁 ⃗ .𝑼
⃗⃗ ) +𝝁𝛁 𝟐 𝑼
⃗⃗ = ( 𝝀 + 𝝁 )𝛁
⃗ (𝛁
⃗ .𝑼
⃗⃗ ) +𝝁∆𝑼
⃗⃗
𝝏𝒕𝟐

⃗ (𝛁
= ( 𝝀 + 𝝁 )𝛁 ⃗ . ⃗𝑼
⃗ ) + 𝝁 〔( ⃗𝛁(𝛁
⃗ . ⃗𝑼
⃗ )− 𝛁
⃗ 𝑿𝛁
⃗ 𝑿 ⃗𝑼
⃗ )〕 = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝛁
⃗ (𝛁
⃗ . ⃗𝑼
⃗ )−

⃗ 𝑿( 𝛁
𝝁𝛁 ⃗ 𝑿𝑼 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( 𝒅𝒊𝒗𝑼
⃗⃗ ) = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗⃗ ) + 𝝁𝐫𝐨𝐭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗ )
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑼

Soit

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝒅𝒊𝒗𝑼
= (𝝀 + 𝟐𝝁)𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗⃗ ) + 𝝁. 𝐫𝐨𝐭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗ ) (𝑪)
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑼
𝝏𝒕𝟐

L’équation (C) est l’équation de propagation des ondes sismiques en milieu homogène,
isotrope et élastique.

⃗⃗ : Étant le déplacement du point 𝑴 au passage de l’onde élastique .Ceci dit si 𝑴 est un point
𝑼
du matériau au repos, après déformation, il devient 𝑴’ . Le déplacement ⃗𝑼
⃗ (𝑴) = 𝑴 𝑴’

Cette équation gouverne la propagation libre des ondes sismiques dans le milieu homogène,
isotrope et élastique ne renfermant pas de forces extérieures. Sa résolution consiste à
déterminer le champ de déplacement ⃗𝑼⃗ ( 𝒖, , 𝒗 , 𝒘 ) du point 𝐌 au passage de l’onde en faisant
appel à la décomposition de Helmholtz.

DECOMPOSITION DE HELMHOLTZ

La décomposition de Helmholtz est un outil mathématique de découplage (repérer


séparément) qui fait apparaitre les ondes de compression et de cisaillement.

20
En effet, selon le théorème de Helmholtz si en chaque point de l’espace, nous connaissons la
𝒅𝒊𝒗𝑼⃗⃗ et le ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐫𝐨𝐭 ⃗𝑼⃗ du champ de déplacement ⃗⃗⃗𝑼 , alors ce champ ⃗𝑼 ⃗ est lui-même
complétement déterminé.
Elle permet donc de décomposer un champ de vecteurs ⃗𝑼
⃗ ( 𝒖, 𝒗, 𝒘 ) en la somme du gradient
d’un potentiel scalaire 𝝓 et du rotationnel d’un potentiel vecteur ⃗⃗⃗⃗
𝜳 = ( 𝜳𝟏 , 𝜳𝟐 𝜳𝟑 ) sous la
forme :

⃗ = ⃗𝑼 = 𝑼𝐩 + 𝑼𝐒 = 𝛁
𝐔 ⃗𝛟 + 𝛁 ⃗⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗ 𝐱 ⃗𝚿 𝐫𝐨𝐭 ⃗𝚿
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝛟 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗

Avec 𝑼𝐩 = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝛟 et ⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝚿
𝑼𝐒 = 𝐫𝐨𝐭

𝛟 : Est appelé potentiel de dilatation (potentiel scalaire)

⃗𝚿
⃗⃗ : Est appelé un potentiel de distorsion (potentiel vecteur, de coordonnées 𝜳𝟏 , 𝜳𝟐 , 𝜳𝟑 )
𝝓 et 𝜳 sont appelés des potentiels de Helmholtz
x : Désigne le produit vectoriel

On a ainsi, grâce à la décomposition de Helmholtz on obtient 4 composantes indépendantes


(𝝓, 𝜳𝟏 , 𝜳𝟐 𝜳𝟑 ) au lieu de trois initiales ( 𝒖, , 𝒗 , 𝒘 )

On a donc :

𝛛𝛟 𝛛𝚿𝟑 𝛛𝚿𝟐
𝐮 = + +
𝛛𝐱 𝛛𝐲 𝛛𝐳

𝛛𝛟 𝛛𝚿𝟏 𝛛𝚿𝟑
𝐯 = + +
𝛛𝐲 𝛛𝐳 𝛛𝐱

𝛛𝛟 𝛛𝚿𝟐 𝛛𝚿𝟏
𝐰= + −
𝛛𝐳 𝛛𝐱 𝛛𝐲

ANALYSE DE L’EQUATION D’ONDE

L’équation d’onde décrit un déplacement associé à la fois de deux types d’ondes. La présence
des termes vectoriels dans l’équation d’onde (C) permet de considérer deux types de
solutions, celle à divergence nulle et celle à rotationnel nul.

21
PREMIER CAS

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝒅𝒊𝒗𝑼
= (𝝀 + 𝟐𝝁)𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗⃗ ) + 𝝁. 𝐫𝐨𝐭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗ )
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑼
𝝏𝒕𝟐

Compte tenu des relations :

𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐠𝐫𝐚𝐝 = 0 et 𝒅𝒊𝒗(𝐫𝐨𝐭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 0

⃗⃗ = 0
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑼
On suppose 𝐫𝐨𝐭

– Multiplions les deux membres de l’équation d’onde par la divergence, on obtient :

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝜌 ( 𝒅𝒊𝒗𝑼 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( 𝒅𝒊𝒗𝑼
⃗⃗ ) = 〔( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗⃗ ) + 𝝁𝐫𝐨𝐭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗ )〕 ( 𝒅𝒊𝒗𝑼
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑼 ⃗⃗ ) =
𝝏𝒕𝟐

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( 𝒅𝒊𝒗𝑼
〔( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗⃗ )〕( 𝒅𝒊𝒗𝑼
⃗⃗ ) = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝛁𝟐 ( 𝒅𝒊𝒗𝑼
⃗⃗ )

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝜌 ⃗ .𝑼
(𝛁 ⃗⃗ ) = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝛁 𝟐 ( 𝛁
⃗ .𝑼
⃗⃗ )
𝝏𝒕𝟐

Car la divergence d’un rotationnel est nulle.

∆ ⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗.𝐔 𝐠𝐫𝐚𝐝 𝒅𝒊𝒗𝑼 ⃗⃗ −𝐫𝐨𝐭 𝐫𝐨𝐭 ⃗𝑼
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗

Le terme 𝒅𝒊𝒗𝑼 ⃗⃗ dans l’équation montre le transport d’une variation de volume, il en découle
qu’une telle solution représente une équation scalaire des ondes se propageant avec une
vitesse 𝑽𝒑 .

SECOND CAS

⃗⃗ = 𝟎
On suppose 𝒅𝒊𝒗𝑼

Multiplions les deux membres de l’équation d’onde par le rotationnel

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝜌
𝝏𝒕𝟐
( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) = 〔( 𝝀 + 𝟐. 𝝁 )𝛁
⃗ (𝛁
⃗ . ⃗𝑼
⃗ ) + 𝝁. 𝛁
⃗ 𝑿( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ )〕( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗)=

𝝁.⃗⃗⃗⃗𝛁 𝑿( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ )〕( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) = 𝝁. 𝛁
⃗ 𝑿 ⃗𝛁 𝑿 ( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) = 𝝁. 𝛁 𝟐 ( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗)

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝜌 ⃗ 𝑿𝑼
(𝛁 ⃗⃗ ) = 𝝁. 𝛁 𝟐 ( 𝛁
⃗ 𝑿𝑼
⃗⃗ )
𝝏𝒕 𝟐

Car le gradient d’un rotationnel est nul

22
SECONDE APPROCHE

Théorème de Lamé : si les forces volumiques sont négligées (supprimées) alors il existe un
potentiel scalaire 𝝓 et un potentiel vecteur ⃗𝜳
⃗⃗ tel que :

⃗𝑼
⃗ = 𝛁
⃗𝝓 + 𝛁 ⃗⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗ 𝐱 ⃗𝜳 𝐫𝐨𝐭 ⃗𝜳
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝝓 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗

① Multiplication par divergence

En prenant la divergence et en compte tenu de la relation ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 𝟎


: 𝒅𝒊𝒗(𝐫𝐨𝐭
on a :

⃗ . ⃗𝑼
𝛁 ⃗ =𝛁
⃗ .(𝛁
⃗𝝓 + 𝛁
⃗ 𝐱 ⃗𝜳
⃗⃗ ) = 𝛁
⃗. 𝛁
⃗ 𝝓 = 𝛁𝟐 𝝓

② Multiplication par rotationnel

En prenant le rotationnel et en compte tenu de la relation ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗


𝐫𝐨𝐭 𝐠𝐫𝐚𝐝 ) = 𝟎
On obtient :

⃗ 𝐱 ⃗𝑼
𝛁 ⃗ =𝛁
⃗ 𝐱 ⃗𝛁 𝐱 ⃗𝜳
⃗⃗ = − 𝛁 𝟐 ⃗𝜳
⃗⃗ + 𝛁
⃗ ( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝜳
⃗⃗ ) = −𝛁 𝟐 ⃗𝜳
⃗⃗

⃗⃗ du point 𝑴 du matériau renferme deux associations :


Le déplacement 𝑼

- Le terme 𝛁⃗ 𝝓 révèle que les particules du milieu traversé par l’onde subissent des
petites compressions/ dilatation. Ce type de déformation se caractérise par un
changement de volume. Il exprime les ondes longitudinale ou ondes 𝑷 (changement de
volume sans changement de forme) car elles arrivent les premières et se propagent
dans tous les milieux .Il en découle qu’une telle solution représente une solution de
l’équation scalaire des ondes avec une vitesse 𝑽𝒑 .
- ⃗ 𝐱 ⃗𝜳
Le terme de déplacement 𝛁 ⃗⃗ a une divergence nulle, il est la solution de l’équation
vectorielle des ondes avec une vitesse 𝑽𝒔 et par conséquent tout déplacement ne
comporte pas de changement de volume mais un changement de forme du milieu lors du
passage de l’onde 𝑺.

Le remplacement du déplacement ⃗𝑼
⃗ par la notion de potentiel dans les équations

23
𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 ⃗ .𝑼
(𝛁 ⃗⃗ ) = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝛁𝟐 ( 𝛁
⃗ .𝑼
⃗⃗ ) (B)
𝝏𝒕𝟐

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆
𝝏𝒕𝟐
( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) = 𝝁𝛁 𝟐 ( ⃗𝛁 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) (C)

On obtient

𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆 (𝛁𝟐 𝝓 ) = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )𝛁𝟐 (𝛁 𝟐 𝝓)
𝝏𝒕𝟐

Il en résulte que la divergence du déplacement est proportionnelle à la compressibilité des


matériaux.
⃗ . ⃗𝑼
𝛁 ⃗ = 𝛁 𝟐 𝝓 ou 𝝓 est lié à la compression. Il y a absence de changement de volume lorsque
𝝓 reste constant et tout changement de 𝝓 indiquerait des changements de volume.

De même on peut écrire dans le second cas.


𝝏𝟐 𝑼𝒊
𝝆
𝝏𝒕𝟐
( ⃗𝛁. ⃗𝑼
⃗ ) = 𝝁𝛁 𝟐 ( ⃗𝛁. ⃗𝑼
⃗)

𝝏𝟐 𝑼𝒊 𝟐
𝝆 (𝛁 ⃗𝜳
⃗⃗ ) = 𝝁𝛁 𝟐 (𝛁 𝟐 ⃗𝜳
⃗⃗ )
𝝏𝒕𝟐

Ces deux équations peuvent s’écrire sous la forme :

𝝏𝟐 𝑮
𝛁𝟐 ( − 𝑽𝟐 𝛁 𝟐 𝐆 ) = 𝟎
𝝏𝒕𝟐
La solution la plus simple de cette équation est :

𝝏𝟐 𝑮
− 𝑽𝟐 𝛁 𝟐 𝐆 = 𝟎
𝝏𝒕𝟐

Ou G indique tour à tour 𝝓 ou ⃗𝜳


⃗⃗
⃗⃗⃗ sont respectivement
Les équations de propagation des ondes découplées pour 𝝓 𝒆𝒕 𝜳

𝝏𝟐 𝝓
= 𝑽𝟐𝒑 𝛁 𝟐 𝝓 avec 𝑽𝟐𝒑 = ( 𝝀 + 𝟐𝝁 )/ 𝝆
𝝏𝒕𝟐

Et

𝝏𝟐 𝜳
= 𝑽𝟐𝒔 𝛁 𝟐 𝜳 avec 𝑽𝟐𝒔 = 𝝁/ 𝝆
𝝏𝒕𝟐

24
Il s’en suit que l’équation d’onde décrit un déplacement associé à la fois de deux types
d’ondes qui se propagent de façon indépendante dans un milieu non borné fig.6, on
distingue :

- Une onde longitudinale P se propageant avec une vitesse 𝑽𝒑 .Les ondes 𝑷 imposent un
mouvement dirigé dans le sens de propagation et se déplacent avec une vitesse.

𝝀+𝟐𝝁
𝑽𝒑 = √
𝝆

- Une onde transversale 𝑺 se propageant avec une vitesse 𝑽𝒔 .Les ondes 𝑺 imposent un
mouvement des particules du milieu normal à la direction de propagation .Leur vitesse
est :

𝝁
𝑽𝒔 = √
𝝆

La vitesse de propagation 𝑽𝒑 est toujours plus grande que 𝑽𝒔 , car le coefficient de Poisson
𝝈 est −𝟏 ≤ 𝝈 ≤ 𝟎 , 𝟓.

Les deux paramètres 𝝀 et 𝝁 sont appelés coefficient de Lamé et 𝝆 la masse volumique .Ils
sont suffisant pour décrire complétement la propagation des ondes dans un matériau
élastique, linéaire homogène et isotrope.

25
Fig.6 .Equation d’onde en milieu élastique homogène et isotrope

APPLICATION DES ONDES ELASTIQUES EN GEOPHYSIQUE

Les ondes élastiques (ondes sismiques) sont largement utilisées dans l’industrie pétrolière
pour la prospection des hydrocarbures par les méthodes sismiques .On provoque sur le
terrain des agitations du sous-sol à l’aide des sources explosives ou implosives. Des géophones
(traces sismiques) placés le long d’une ligne en surface enregistrent les amplitudes en
fonction du temps l‘arrivée des ondes réfléchies. La mise côte à côte de l’ensemble des traces

26
sismiques d’un tir constitue une section sismique. Le traitement adéquat de l’ensemble des
sections sismiques permet de faire une interprétation le plus souvent structurale afin de
retrouver la distribution spatiale des réflecteurs sismiques dans le but de les attribuer à des
interfaces géologique.

ANNEXE

L’operateur Nabla
𝝏 𝝏 𝝏
L’operateur Nabla ⃗𝛁 est un vecteur de coordonnées ( , , ) il est utilisé pour décrire
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛
les dérivées premières.
𝝏
𝝏𝒙
𝝏 𝝏 𝝏 𝝏
⃗ =
𝛁 𝐢 + 𝐣 + 𝐤 =
𝝏𝒙 𝝏𝒙 𝝏𝒙 𝝏𝒚
𝝏
(𝝏𝒛 )
GRADIENT

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝑷 = ⃗𝛁⃗ 𝑷 (𝑷 est un scalaire) ,
Le gradient s'applique à un champ de scalaires (pression, température, densité etc.) et il
donne un champ vectoriel.

Divergence
La divergence (Fig.7) s’applique à un champ de vecteurs et elle donne un champ scalaire
⃗⃗ = 𝛁
𝒅𝒊𝒗 𝑼 ⃗⃗ . 𝑼
⃗⃗

Fig.7 propriétés de la divergence

27
La divergence permet de mesurer le défaut de conservation de volume associé à un champ de
vecteurs

ROTATIONNEL

⃗⃗ = 𝛁
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑼
𝐫𝐨𝐭 ⃗ x𝑼
⃗⃗
Le rotationnel s’applique à un champ de vecteurs et il donne un champ de vecteurs.
𝐫𝐨𝐭 ⃗𝑼
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗ = ⃗𝟎 on dit que le champ est irrotationnel cela signifie qu’il n’ y a ni source ni puits
à proximité.

Lorsque 𝐫𝐨𝐭 ⃗𝑼
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗ ≠ ⃗𝟎 on dit que le champ est tourbillonnant ou tournoyant .Le champ
magnétique 𝑩 ⃗⃗ , la densité de courant volumique⃗𝑱, , la déformation 𝑼 ⃗⃗ , les vitesses 𝑽
⃗ , le champ
⃗ ,la force de Coulomb ⃗𝑭 , le champ gravitationnel ⃗𝑮
électrique ⃗𝑬 ⃗ , la force de gravitation ⃗𝑭 sont
des champs de vecteurs.
Le rotationnel permet de caractériser localement la manière dont les lignes de champs
tournent fig.8

Fig8 propriétés du rotationnel

LAPLACIEN
Le Laplacien noté ∆ = ⃗𝛁 𝟐 peut s'appliquer à un champ de scalaires ou vectoriel et il fournit un
champ du même type.

∆𝐔⃗⃗ = ⃗𝛁 ⃗𝟐𝐔 ⃗⃗ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗


𝐠𝐫𝐚𝐝 𝒅𝒊𝒗𝑼 ⃗⃗ −𝐫𝐨𝐭 𝐫𝐨𝐭 ⃗𝑼
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗ pour un champ de vecteurs
∆𝑷 =𝛁 ⃗⃗ 𝟐 𝑷 = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝒅𝒊𝒗 (𝐠𝐫𝐚𝐝⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ P) pour un champ de scalaire
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = ∆ = Laplacien
𝒅𝒊𝒗(𝐠𝐫𝐚𝐝
𝒅𝒊𝒗(𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 𝟎
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝐫𝐨𝐭
𝐫𝐨𝐭 𝐠𝐫𝐚𝐝 (𝒅𝒊𝒗) − ∆ = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 (𝒅𝒊𝒗) − 𝛁 𝟐

⃗⃗ = 0 cela signifie qu’il n’y a ni source ni puits à proximité


∆𝐔

28
Exemples

- Équation de Laplace ∆ 𝑽 = 𝟎 ( pour le potentiel en électricité) indique l’absence de


charges dans le volume à proximité.

𝝆
- Equation de Poisson ∆ 𝑽 = − 𝜺 montre bien la présence de charge dans le volume à
𝟎
⃗ = − 𝝁𝟎 𝐣 , Équation de
proximité, Équation de Poisson pour le potentiel vecteur ∆ 𝐀
Poisson pour le potentiel gravitationnel 𝝋 = 𝟒𝝅. 𝑮 . 𝝆

Quelques Relation entre les différents opérateurs en coordonnées cartésiennes utilisées dans
le texte. (En coordonnées cartésiennes)

𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐠𝐫𝐚𝐝 = 𝟎 et 𝒅𝒊𝒗(𝐫𝐨𝐭
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 𝟎

𝝏𝑽 𝝏𝑽 𝝏𝑽
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑽 =
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝐢 + 𝐣⃗ + ⃗⃗⃗
𝐤
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛

𝝏𝑨𝒙 𝝏𝑨𝒚 𝝏𝑨𝒛


𝒅𝒊𝒗 ⃗⃗⃗𝐀 = + +
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛

𝝏𝑨 𝝏𝑨𝒚 𝝏𝑨𝒙 𝝏𝑨𝒛 𝝏𝑨𝒚 𝝏𝑨𝒙


𝐫𝐨𝐭 ⃗⃗⃗𝐀 = ( 𝒛 −
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) 𝐢 +( − ) 𝐣⃗ +( − ) ⃗⃗⃗
𝐤
𝝏𝒚 𝝏𝒛 𝝏𝒛 𝝏𝒙 𝝏𝒙 𝝏𝒚

𝝏𝟐 𝑽 𝝏𝟐 𝑽 𝝏𝟐 𝑽
⃗ 𝟐𝑽=
∆𝑽= 𝛁 + 𝟐 + 𝟐
𝝏𝒙𝟐 𝝏𝒚 𝝏𝒛

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 ( 𝑽. 𝑴) = 𝑽 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝑴 +𝑴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝑽 ⃗ ( 𝑽. 𝑴) = 𝑽. 𝛁
𝛁 ⃗ 𝑴 + 𝑴. 𝛁
⃗ 𝑽

𝒅𝒊𝒗 (𝑽. ⃗𝑼
⃗ ) = 𝑽 𝒅𝒊𝒗 ⃗𝑼 ⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗ + ⃗𝑼 𝐠𝐫𝐚𝐝 𝑽 ⃗ . (𝑽. ⃗𝑼
𝛁 ⃗ ) = 𝑽. 𝛁
⃗ ⃗𝑼
⃗ +𝑼.
⃗⃗⃗ 𝛁
⃗𝑽

𝒅𝒊𝒗 ( ⃗𝑨
⃗ 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) = ⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗𝑨
𝑼. 𝐫𝐨𝐭 ⃗ −𝑨
⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
. 𝐫𝐨𝐭 ⃗𝑼 ⃗ ⃗ . ( ⃗𝑨
𝛁 ⃗ 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) = ⃗⃗⃗
𝑼. 𝛁⃗ X𝑨
⃗⃗ − ⃗𝑨
⃗.𝛁
⃗ X𝑼
⃗⃗

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑽.⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐫𝐨𝐭 𝐫𝐨𝐭 𝑨 ⃗⃗ x ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗ − 𝑨 𝐠𝐫𝐚𝐝 𝑽 ⃗ 𝑿 ( 𝑽. 𝑨
𝛁 ⃗⃗ ) = 𝑽( 𝛁
⃗ 𝑿𝑨
⃗⃗ ) − 𝑨
⃗⃗ 𝐗⃗⃗⃗𝛁𝐕

29
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑽) = ∆𝑽
𝒅𝒊𝒗 ( 𝐠𝐫𝐚𝐝 ⃗ . (𝛁
𝛁 ⃗ 𝑽)=𝛁
⃗ 𝟐 𝑽 = ∆𝑽

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐫𝐨𝐭 𝐠𝐫𝐚𝐝 𝑽 = 𝟎 ⃗ 𝑿 ⃗𝛁 𝑽 = 𝟎
𝛁

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐫𝐨𝐭 (𝐫𝐨𝐭 ⃗ ) = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗𝑨 𝐠𝐫𝐚𝐝 . 𝒅𝒊𝒗 ⃗𝑨⃗ − ∆ ⃗𝑨
⃗ ⃗ 𝑿 (𝛁
𝛁 ⃗ 𝑿 ⃗𝑨
⃗ ) = ⃗ (𝛁
𝛁 ⃗ . ⃗𝑨
⃗ ) − ∆𝑨
⃗⃗

⃗⃗ ) = 𝟎
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑨
𝒅𝒊𝒗 (𝐫𝐨𝐭 ⃗ . (𝛁
𝛁 ⃗ 𝑿 𝑨
⃗⃗ ) = 𝟎

( ⃗𝑨
⃗ 𝑿 ⃗𝑼
⃗ ) ⃗𝑩
⃗ = ( ⃗𝑩
⃗ 𝑿 ⃗𝑨
⃗ ) ⃗𝑼
⃗ = ( ⃗𝑼
⃗ 𝑿 ⃗𝑩
⃗ )𝑨
⃗⃗ Propriété du produit mixte

⃗⃗ 𝑿 (𝑩
𝑨 ⃗⃗ 𝑿 𝑼
⃗⃗ ) = 𝑩
⃗⃗ (𝑨
⃗⃗ . 𝑼
⃗⃗ ) − 𝑼
⃗⃗ (𝑨
⃗⃗ . 𝑩
⃗⃗ ) Double produit vectoriel

Remarque 𝑉, 𝑀 sont des grandeurs scalaires,


⃗𝑨
⃗ , ⃗𝑩
⃗ , ⃗𝑼
⃗ sont des grandeurs vectorielles

30
BIBLIOGRAPHIE

[1] A. Angot.1957.Complement de Mathématiques, éditions de la revue d’otique Paris


[2] A. Zarembowitch, , "Les ultrasons", Que sais-je? n°21, Presses Universitaire de France, (2003)
[3] CARA, M., Géophysique. Dunod, 1989.
[4] D.Royer and E.Dieulesaint. 1989. Mesures optiques des déplacements d’amplitudes de 10−4 à 102
angströms. Application aux ondes élastiques .Revue Phys.Appl, 24 : 833-846
[5] D.Royer and E.Dieulesaint. 1996 .Ondes élastiques dans les solides, tome 1 : propagation libre et
guide Masson, Paris
[6] F.F.Graff .1991.Wave motion in elastic solids. Courier Dover Publication
[7] I.A.Viktorov. Rayleigh ad Lamb waves .1967: Physical theory and applications. Plenum Press, New
York.
[8] Isabelle Riou. Vers la détection d’ondes gravitationnelles par interférométrie atomique en cavité :
nouvelles géométries optiques et premier dispositif. Autre [cond-mat.other]. Université de Bordeaux,
2017. Français. <NNT : 2017BORD0579>. <tel-01543364
[9] J. Perdijon, "Le contrôle non destructif par ultrasons", Traité des Nouvelles Technologies, Série
Mécanique, Hermès, (1993)
[10] J.W.S Rayleigh, Lord 1885.On waves propagated along the plane surface of an elastic solid
.Proc.London Math.soc., 17(1): 4-11
[11] K.Aki.P.Richards.2002.Quantitative Seismology–2ndedition.University Science Books. California.
[12] K. Baddari and Djeddi .Mk. 07- 2009. Physique de la terre .Office des publications universitaires
(Alger)
[13] LARROQUE, C. et J. VIRIEUX, PHYSIQUE DE LA TERRE SOLIDE. Observations et théories. Gordon
and Breach Science Publishers, 2001.
[14] M.A. Plonus, 1978 .Applied Electromagnetics, mc Graw Hill
[15] MERCIER, J. et VERGELY, P., TECTONIQUE. Dunod, 1992
[16] M.Lavergne.1986 .Méthodes sismiques .Editions
[17] MONTAGNIER, J.-P., SISMOLOGIE. La musique de la Terre. Hachette, 1997
[18] Pierre-Gilles. Ondes élastiques dans les solides. Tome I. Propagation libre et guidée. Edition
MASSON.1996
[19] Sheriff, R. E. and Geldart, L. P. (1995). Exploration Seismology. Cambridge University Press, 2nd
Edition

Novembre 2018

31