Vous êtes sur la page 1sur 5

L'AUTOPRISE EN CHARGE FINANCIÈRE :CLÉ DE BIEN-ÊTRE DU PERSONNEL SALARIÉ

1.OBJET DE L'ÉCONOMIE :UNE ANALYSE QUI A PORTÉE ÉPISTÉMOLOGIQUE


À en croire une tradition qui remonte aux premiers économistes, l'économie a pour objet
l'étude de la production, de la consommation, de l'échange et de la répartition de biens
économiques.
Cette reformulation qui a l'avantage d'être simple voile la vrai finalité de l'économie
:celle de tenter une conciliation entre les ressources que possède un homme et les
finalités pour lesquelles ces ressources sont mobilisées.
Dans cette lutte millénaire que l'homme livre aux ressources non clémentes et aux
besoins insatiables, l'économie apparaît comme une arme qui,sans faire gagner la
guerre fait au moins gagner la bataille.
Les économistes de tous âges ont essayé de perfectionner cette arme. Ils ont
échafaudé de théories de toutes sortes rivalisant d'audace et d'originalité. Aujourd'hui
encore certains travaux font date (le capital au 21e siecle de thomas picttey...)
tandisque d'autres tombent dans l'oubli.
Quoiqu'il en soit ,les grandes questions comme celles relatives au bien-être du
personnel salarié auxquelles les grandes figures de l'économie (telle que karl Marx) ont
esquissé de répondre demeurent posées.
Thomas picttey cité ci-haut affirme que les inégalités dans la répartition de revenus ont
atteint leur âge d'or en ce 21e siècle. Force est d'admettre qu'au-delà de concessions
que le capitalisme a concenties au profit des économies mixtes (économies hybrides
entre capitalisme et communisme) les visions marxistes (quelques peu apocalyptiques)
de la chuttte de la bourgeoisie qu'il prône dans son manifeste communiste (1948) sont
encore à venir.
Cependant dans l'analyse du problème du bien-être d'un salarié le viseur ne doit pas
seulement être orienté dans l'angle de relations :patron-ouvriers. Il pourrait bien aussi
s'orienter dans l'angle: ouvrier-gestion de son salaire.
Cela est ce que se propose de faire cette dissertation :analyser la question du bien-être
du personnel salarié en maintenant le cap sur une perspective habituellement
négligée,celle de la gestion de son salaire.
Pour trouver une connexion avec la réalité nous feront atterir nos analyses sur le cas du
personnel du complexe scolaire Budikadidi.
2.LONGT TERME VS COURT TERME: UN ARBITRAGE QUI A LE SECRET DE LA GESTION
D'un point de vue temporel, la gestion ne peut être appréhendée que sous deux
approches :
 Une gestion à long terme marquee par le problème d'investissement,
 Une gestion à court terme marquee par les problèmes de trésorerie.
 Gérer à long terme c'est savoir renoncer à un revenu dans le présent pour un
revenu futur supérieur.
Il m'a été rapporté qu'au C.S.Bu tout projet de développement qu'ils décrochent les
membres du personnel préfèrent se partager les liquidités que d'investir pour gagner
davantage; la plupart reçoivent leur salaire mensuel et le consomment du jour au

1
lendemain en guettant une occasion des acomptes; les quelques rares qui s'engagent
pour de ristournes n'ont pour seul projet en vue que de financer les dépenses de
maternité de leur épouses...une telle attitude Est scandaleuse pour de personnes ayant
une responsabilité vis-à-vis du futur. La situation est comparable à celle d'un pêcheur
qui abandonne ses outils de pêche en espérant s'en procurer d'autres avec le revenu
issu de son butin. La vie apparait comme un perpétuel recommencement. On a beau
s'esquinter par de decenies de dur labeur hélas on est toujours au point de départ.
 Gérer à court terme c'est maîtriser sa trésorerie. L'argent est l'oxygène de la vie
économique. De ses flux dépend la survie. Maîtriser sa trésorerie c'est
comprendre qu'on a besoin de plus de rentrés que de sorties. Avant d'engager
une dépense réfléchissez à la lumière de ces questions: cet article que je veux
acheter est ce que c'est simplement parce que j'ai un peu d'économie de poche?
J'en ai vraiment besoin à l'instant? Ça ne pourrait pas attendre? Vu les
échéances de la paie suis-je certain de pouvoir me le permettre? est ce que
j'achète par coup de tête? Suis-je souvent à l'emprise de la publicité et d'autres
actions marketing? Remarquez que la morale n'a jamais présenté la publicité
sous un jour séduisant. Le lobbying anti-pub aux USA par exemple lutte contre
cette pratique qui amène les clients à acheter sans rationalité puisqu'éblouis par
l'excellence légendaire de produits qu'on leur présente.
Encore demandez-vous: voulez-vous au-delà d'être la cible de telles ruses vous y
voir piégé victime de votre propre naïveté?
3.QUE FAUT-IL ACHETER: QUIZ OU ÉNIGMES?
Les biens qu'acquiert une personne et qui sont intégrés dans son patrimoine ne
peuvent être que deux ordres:
 Les actifs
 Les passifs
Je vous épargne de la leçon de confusion à la quelle vous serez confrontés si je donne
la différence entre ces deux termes puisée dans les cours élémentaires de gestion.
Pour sa part, Robert Kiyosaki entrepreneur dans le domaine de l'immobilier propose
dans leur gros volume "père riche père pauvre" (1997) avec Sharon Lechter une
différence entre ces deux termes qui ne prête pas le flanc à la confusion. Il postule que :
 "Un actif est un bien qui fait entrer l'argent dans ma poche";
 "Un passif est un bien qui fait sortir l'argent de ma poche".
Il est donc rationnel d'acquérir les actifs puisqu'ils font "entrée l'argent dans ma poche".
En m'entretenant avec quelques membres du personnel au c.S.Bu ,je n'ai pas manqué
d'être épaté par l'ingéniosité financière dont ils font montre.
L'un d'entre eux insvesti son salaire dans le prêt à intérêt. De cette façon le salaire net
produit des intérêts qui sont prêtés à leur tour pour engendrer les interets en même
temps que le capital qui les a engendré. on comprend qu'avec cette technique notre
collègue place le salaire d'un mois pour que celui-ci produise une valeur égale à 70% de
son salaire annuel.
L'autre distribue à crédit des articles. Il le vend à de prix presqu'egaux à ceux du marché.
Cette action marketing ne rend pas indifférents les clients potentiels. La coulée à flot de
ces articles lui permet d'avoir un programme de réapprovisionnement rythmé. À ces
conditions il est certain de ne pas subir de pertes.

2
L'autre encore utilise la spéculation de maïs comme un support d'épargne,une analyse
en terme de temps laisserai croire qu'il escompte un gain misérable,pourtant ce maigre
bénéfice reparti sur les mois de l'année lui confère un revenu mensuel supérieur a celui
qui ne vit que de son seul salaire.
L'adhésion massive à forever living products est une autre preuve qu'au c.s.Bu les
membres du personnel saisissent la nécessité d'acquérir les actifs (biens générateur de
recettes) que les passifs (biens générateurs des depenses).Mais ils ne serait pas
mauvais qu'ils s'investissent davantage dans les biens mobiliers et immobiliers :
 Acquisition de terrain;
 Construction de bâtiments à affecter à de baux commerciaux ou civils;
 Acquisition de motos,bus pour le transport public;
 Matériels informatiques pour les services informatiques;
 Appareils électroniques pour salle de jeux vidéo,cinéma...
 Congélateurs,moulins,...
Si toutefois la valeur commerciale de ces biens ne permet pas de les acquérir en
s'assurant une trésorerie relaxée pour la survie,la question de la gestion à long terme
peut pousser à prendre les initiatives d'accompagnement en terme de ristourne. En
constituant une coopérative où chaque mois les membres du groupe accompagnent sur
base d'une garantis l'un d'entre eux et cela à tour de rôle.
4.RUPTURE AVEC LE CERCLE VICIEUX
Quand un travailleur a du mal à couvrir ses dépenses mensuelles avec le salaire de la
même période, il maudit son employeur de tous les maux.
Un peu d'humour ne ferait pas de mal �� :à vrai dire aucun patron ne vient tirer le
travailleur pour l'entraîner au travail à la montée de l'aurore �� pourquoi maudire
quelqu'un d'autre pour une souffrance à laquelle on a souscrit volontier? � n'est ce pas
injuste? certains diront non d'autres diront oui.
Quoiqu'il en soit ,quand on y regarde de prêt la vie d'un salarié semble graviter autour de
deux emotions :
 La peur de manquer l'argent: cette peur l'a poussé à aller chercher l'emploi.
 L'envie de dépenser l'argent: une fois le salaire encaissé, la tentation à la
dépense atteint son point culminant.
Parcequ'on aura reparti le salaire entre les emplois qui le dévorent, on sera amener à
réclamer une augmentation du salaire pour ensuite le dépenser. C'est un cercle vicieux
qu'on appelle :la foire de l'empoigne.
Et donc si le salaire semble maigrir face aux factures à payer la solution d'augmentation
du salaire n'est pas efficace parce que toujours forgée à la limite des emotions (la peur
et l'envie). voilà pourquoi on vera toujours un economiste s'inviter dans la circonstance
pour donner une leçon de l'équation quantitative de la monnaie. Loin de moi l'intention
de vous noyer dans les details d'ordre technique, j'aimerai plutôt invalider
l'augementation du salaire comme palliatif. D'un point de vu financier plus on a l'argent
plus on le dépense; plus on le dépense plus on en manque,et cela nous amène à
réclamer des augmentations encore et encore.
Sans oublier que chaque fois que le revenu professionnel accroît on avance d'un pas
dans la tranches des impôts adhoc. Procedons d'un cas de figure: pour un salaire de
base de 30000fc l'impôt est de 900fc mais pour un salaire de 150000fc l'impôt est de

3
15000fc. Cela sans compter l'accroissement de la quote part ouvrière à l'Inss, de la
redevance adhoc à l'INPP, et des autres proportions de cotisations syndicales et
sociales et même de l'impôt sur la dépense qui est proportionnel au volume de
dépenses.
5. RAISON D'ÊTRE DE CETTE DISSERTATION
Cette dissertation n'essaie nullement de prendre parti pour "les tares de sociétés
capitalistes". Elle part du constat que nous sommes plus que jamais dans l'engrenage
infini du capitalisme sauvage qui nous dévore et nous broie.
Le système fiscal, le droit du travail, le droit de la sécurité sociale, les flambées
intempestives de cours de change,...tout semble bien ajusté pour asphyxier le salarié
dans un manège où soumission lui est obligé.
Toutefois bravour exige: que dans cette scène de tragédie humaine les travailleurs
passent de l'épisode des pleurnichages serviles vers celui d'une autoprise en charge
financière efficace. Cela n'est possible que par le moyen de la maîtrise de l'ABC du
domaine financier dont les points sommairement développés ci-dessus constituent le
jalon.
L'heure est grave dans ce monde où la loi de la jungle s'installe. La messe des injustices
sociales est en son comble. Le salut des victimes de telles injustices ne procède guère
des pleurnichages à implorer la bienveillance de leur bourreaux. La gestion de son
revenu aussi maigre soit-il est la seule arme du moins l'arme efficace connue pour
renverser la vapeur et contrer cette "descente aux enfers".

Mutombo Katamba Anderson


__________________________________

6. BIBLIOGRAPHIE
1. Thomas picttey," le capital au XXIe siecle" éditions de seuil France 2013
2. R. Kiyosaki et Sharon lechter, "père riche père pauvre" éditions :un monde différent
USA 2000
3. "Gérer la trésorerie " in "les six clés d'une gestion financière reussie" 2016 groupe le
sage
4. Ntumba Muena Muanza, guide de la direction,de la formation et de la discipline au
complexe scolaire budikadidi (inédit)
5. Jean-Marie F.Mboko D'jamina "code général des impôts" P.U.K 2007 Kinshasa
7. TEMOIGNAGES
1. M UKENGELA MUNDADI :CAISSIERE AU C. S BUDIKADIDI

2. M BOMBO KAPANGISHA :ASSISTANTE COMPTABLE DE SECONDE CLASSE AU C.S . BUDIKADIDI

3.NDAYE KALONGA : SURVEILLANT AU C.S BUDIKADIDI

4
5