Vous êtes sur la page 1sur 7

Janvier 2013

© MS Louzir
Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited
www.deloitte.tn

Tax alert
Régime des avances et des retenues à la
source sur les transactions en Tunisie

Au cours de ces dernières années, les retenues à la source ont connu un développement tel
qu'on peut considérer qu'elles s'imposent, désormais, comme étant une des techniques
principales du système fiscal tunisien.
En effet, « cette technique, introduite depuis plus d'un demi-siècle en Tunisie, a tellement fait la
preuve de son efficacité financière pour l'état qu'il sera impossible d'imaginer la structure du
système fiscal tunisien sans retenue à la source ».
Par conséquent, en matière de retenue à la source, toute défaillance ou erreur entraîne la mise
de ladite retenue à la charge de l'entreprise, c'est pourquoi, l'auditeur doit accorder une
attention particulière au champ d'application, aux taux appliqués, ainsi qu'à l'assiette de la
retenue à la source.
Le présent Tax alert traite les différents types de retenues à la source imposables sur les
transactions tunisiennes. Il présente au paragraphe (I) le champ d’application en faisant
distinction entre les personnes soumises, d’une part, et les rémunérations passibles à la
retenue à la source, d’autre part. Quant au paragraphe (II), il traite en détail de l’assiette et des
différents taux de la retenue à la source.

1
I. Champ d’application de la retenue à la source
1. Les personnes soumises à la retenue à la source
1.1. Obligation générale
Les contribuables soumis à une obligation générale de retenir à la source sur les sommes qu’ils
versent pour leur propre compte et les sommes qu’ils versent pour le compte d’autrui sont :
• Les personnes morales : sociétés privées de capitaux et de personnes, sociétés publiques,
associations, groupements,…
• Les personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime réel
• L’Etat et les collectivités locales.

1.2. Obligation limitée


Les contribuables soumis à une obligation limitée de retenir à la source aux sommes versées
au titre des salaires et rémunérations en contrepartie d’un travail occasionnel ou accidentel en
dehors de l’activité principale du bénéficiaire sont les personnes physiques soumises au régime
du forfait d’impôt BIC ou à un des régimes du forfait d’assiette (BNC, foncier, agricole,…).

1.3. Obligation ponctuelle


Les opérations ponctuelles qui peuvent être soumises à une obligation ponctuelle de retenir à la
source au titre des sommes versées :
• Pour l’acquisition d’actions ou de parts sociales de sociétés en Tunisie auprès d’une
personne non-résidente en Tunisie soumise à l’impôt sur la plus-value mobilière,
• En ce qui concerne les droits proportionnels d’enregistrement des jugements lors du
recouvrement des jugements enregistrés au minima de perception par la partie non condamné
aux dépens.

2. Les types de rémunérations passibles de la RS


La détermination du régime applicable à une rémunération en matière de retenue à la source
est fonction de quatre éléments, à savoir :
• L'affectation de l'opération qui doit être qualifiée de constitutive des activités principales ou
de revenus accessoires pour le bénéficiaire,
• La nature de l'opération au regard des dispositions légales à la retenue à la source,
• Le statut fiscal de la rémunération entre les mains du bénéficiaire qui doit être passible de
l'impôt sur le revenu ou de l'impôt sur les sociétés.
• Le rattachement de l’opération d’acquisition à une activité professionnelle ou au contraire à
la vie ou le patrimoine privé.
Néanmoins, les rémunérations bénéficiant d’une exonération fiscale entre les mains du
bénéficiaire prévue par les dispositions des avantages fiscaux ou bien par le droit commun,
sont dispensées des retenues à la source.
La doctrine administrative crée une condition supplémentaire pour dispenser celui qui paie la
rémunération de procéder à la retenue à la source à savoir la production par le bénéficiaire du
revenu exonéré d’une attestation de dispense de retenue à la source.

La direction générale du contrôle fiscal précise dans de nombreuses prises de position


adressées aux contribuables que les revenus ou bénéfices revenant aux personnes
physiques ou morales, au titre de leurs prestations aux sociétés totalement
exportatrices, aux sociétés de commerce international totalement exportatrices, aux
sociétés établies dans les parcs d'activités économiques et aux organismes financiers

2
travaillant essentiellement avec les non-résidents, ne sont pas soumis à la retenue à la
source au titre de l'impôt sur le revenu ou l'impôt sur les sociétés, et ce, quel que soit le
statut du prestataire (totalement ou partiellement exportateur). Pour ce faire, les
bénéficiaires de revenus exonérés de l'IR ou de l'IS doivent se faire délivrer une
attestation de dispense de retenue à la source au titre desdites opérations.

II. Assiette et taux


1. Assiette de la retenue à la source
L'assiette des retenues à la source est constituée par le montant payé toutes taxes comprises.
Toutefois, les sommes n'ayant pas le caractère de rémunération ne font pas partie de l'assiette
passible de la retenue à la source. C'est notamment le cas des débours, c'est-à-dire des
sommes payées pour le compte des clients, tels que :
• Les droits d'enregistrement réclamés par les notaires ;
• Les droits de plaidoirie réclamés par les avocats ;
• Les droits de douane réclamés par les transitaires.
 Selon la doctrine administrative, les frais de déplacement engagés par un huissier
notaire ne sont pas considérés comme des débours et ne sont donc pas exclus de la
base de la retenue à la source.

2. Taux de la retenue à la source


2.1. En matière d’impôt sur la plus-value immobilière
Les acquisitions des terrains à bâtir situés dans les plans d’aménagements urbains, dans les
périmètres d’intervention foncières et dans les périmètres de réserves foncières ainsi que les
immeubles, parts sociales des sociétés immobilières et des fonds de commerce sont soumises
à une retenue à la source au taux de 2,5% du prix de cession déclaré dans l’acte au titre de la
plus-value immobilière.
Cette retenue à la source est due par l'Etat, les collectivités locales, les personnes morales et
les personnes physiques soumises à l'impôt sur le revenu selon le régime réel ainsi que celles
ayant des bénéfices non commerciaux soumises au régime du forfait d’assiette.
 Les sommes retenues à la source sont déductibles de l'impôt sur le revenu dû, au
titre de la plus-value immobilière

2.2. En matière des honoraires, rémunérations et loyers


L’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés font l’objet d’une retenue à la source au taux de
15% au titre des honoraires, commissions, courtages, loyers et rémunérations des activités non
commerciales quelle qu'en soit l'appellation payés par l'Etat, les collectivités locales, les
personnes morales, les personnes physiques soumises à l'impôt sur le revenu selon le régime
réel ainsi que les BNC soumis au régime du forfait d’assiette.
Ce taux est réduit à :
• 5% au titre des honoraires et au titre des loyers d’hôtels lorsque ces honoraires ou loyers
sont servis aux personnes morales soumises à l’impôt sur les sociétés, aux groupements et aux
personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime réel.
• 2,5% au titre des honoraires en contrepartie d'études payés aux bureaux d’études soumis à
l’impôt sur les sociétés ou exerçant dans le cadre de groupements et aux personnes physiques
soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime réel justifiant qu’au moins 50% de leur chiffre
d’affaires hors taxe sur la valeur ajoutée au titre de l’exercice précédant celui au cours duquel
les honoraires ont été payés proviennent de l’exportation.

3
2.3. En matière de revenus de capitaux mobiliers
Les revenus de capitaux mobiliers "à l'exception des intérêts des dépôts et des titres en devises
et en dinars convertibles" et au titre des jetons de présence accordés aux membres du conseil
d'administration ou du conseil de surveillance des sociétés anonymes et des sociétés en
commandite par actions, sont soumis à une retenue à la source au taux de 20%.

2.4. Retenue à la source de 1,5%


La retenue à la source au taux de 1,5% est applicable au taux :
• des montants égaux ou supérieurs à 1.000 D y compris la taxe sur la valeur ajoutée payés
par l'Etat, les collectivités locales et les établissements et entreprises publics au titre de leurs
acquisitions de marchandises, matériel, équipements et de services.
• des montants égaux ou supérieurs à 2.000 dinars y compris la taxe sur la valeur ajoutée
payés par les personnes morales et les personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu
selon le régime réel au titre de leurs acquisitions de marchandises, de matériel,
d'équipements et de services.

2.5. En matière de rémunérations servis aux non-résidents


Sont soumis au taux de 15% au titre des sommes versées aux non-résidents :
• les rémunérations et revenus servis aux non domiciliés ni établis et non réalisés dans le cadre
d'un établissement situé en Tunisie à l’exception des revenus de capitaux mobiliers et des
intérêts des prêts payés aux établissements bancaires non établis en Tunisie,
• le prix de cession des immeubles sis en Tunisie ou des droits y relatifs ou de droits sociaux
dans les sociétés civiles immobilières et non rattachés à des établissements situés en Tunisie,
payé par l'Etat, les collectivités locales, les sociétés ou les personnes physiques soumises à
l'impôt sur le revenu selon le régime réel.
Toutefois, sont soumis à une retenue à la source au taux de 5% au tire des intérêts des prêts
payés aux établissements bancaires non établis en Tunisie ou du prix de cession des actions,
des parts sociales ou des parts des fonds.
Ce taux est fixé à 2,5% du prix de cession des actions ou des parts sociales ou des parts des
fonds, et ce pour les opérations de cession intervenant à partir du 1er janvier 2011.
Ces retenues sont libératoires de l’impôt pour les non résidents.

2.6. En matière de chantiers de construction, montage et surveillance


Les personnes physiques et les personnes morales non résidentes qui réalisent en Tunisie des
travaux de construction, des opérations de montage ou des activités de surveillance s’y
rattachant pour une période qui ne dépassent pas six mois sont soumis à l’impôt sur le revenu
ou à l’impôt sur les sociétés au titre des sommes leur revenant dans ce cadre par voie de
retenue à la source libératoire.
Toues fois les personnes concernées peuvent opter pour le paiement de l’impôt sur le revenu
ou de l’impôt sur les sociétés sur la base des revenus ou bénéfices nets réalisés au titres des
activités susvisées et qui sont déterminés dans les conditions du code de l’IRPP et de l’IS.

2.7. Retenue à la source et conventions fiscales de non double imposition


Dans le cas où il y a une convention de non double imposition conclues par la Tunisie, le taux
de la retenue à la source à opérer est :
• Celui prévu par la convention de non double imposition,

4
• Celui du droit commun dans les cas ou la convention ne prévoit pas un taux spécifique ou si
elle prévoit un taux supérieur à celui du droit commun.
Toute fois, dans le cas où la retenue à la source n’a pas été effectuée totalement ou
partiellement, les taux conventionnels ne s’appliquent pas, et dans ce cas il est fait application
du taux du droit commun majoré selon la formule de prise en charge.

2.8. Reversement et Restitution de la retenue à la source


Les retenues opérées à quelque titre que ce soit sont reversées à la recette des finances
concernée dans les 15 premiers jours du mois suivant celui au cours duquel la retenue est
effectuée pour les personnes physiques et durant les 28 premiers jours de ce même mois pour
les personnes morales.
L’administration fiscale a l’obligation de restituer les crédits d’impôts résultant de la retenue à la
source, les acomptes provisionnels et des avances sur la base d’un demande écrite et motivée
introduite par le contribuable à déposer auprès des services de l’administration fiscale contre
récépissé, et ce, sous certaines conditions, dans un délais maximum de 3 ans à compter de la
date à partir de laquelle l’impôt est devenu restituable.
 Un crédit d’impôt dont la restitution n’est pas demandée dans les délais limites,
n’est pas restituable tout en demeurant reportable

2.9. En matière d’impôt indirect


Outre la retenue à la source en matière d’impôt direct au titre des acquisitions de marchandises,
de produits, d’équipements, biens immeubles et fonds de commerce, payés par l’Etat, les
collectivités locales, les entreprises et les établissements publics, dont leurs montants sont
égaux ou supérieurs à 1.000 dinars (y compris la TVA), il est obligatoire de pratiquer une
retenue à la source en matière de TVA au taux de 50% du montant de la TVA.
En revanche, la retenue à la source au titre de la TVA doit être opérée au taux de 100% au titre
des montants payés aux personnes non-résidentes n’ayant pas d’établissements en Tunisie.
Cette retenue est aussi libératoire mais les personnes concernées peuvent s’ils le veulent,
obtenir un matricule fiscal pour les seuls besoins de la TVA et déduire la TVA qui a grevé leurs
acquisitions.

2.10. En matière d’avance sur impôt


Cette avance sur impôt est due au taux de 1%, par voie de retenue à la source, par les
personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime forfaitaire dans la
catégorie des bénéfices industriels et commerciaux ou sur la base d’une assiette forfaitaire
dans la catégorie des bénéfices des professions non commerciales, et ce au titre de leurs
acquisitions nécessaires à l’exploitation auprès des entreprises de production industrielle et les
entreprises exerçant l’activité de commerce de gros.
Ladite avance est calculée sur le montant figurant sur la facture toutes taxes comprises.
L’avance n’est pas due sur les ventes de produits soumis au régime de l’homologation
administrative des prix.
 Cette avance est soumise aux mêmes dispositions fiscales applicables en matière
de retenue à la source et elle est déductible de l’impôt sur le revenu.

5
Malgré que la technique de la retenue à la source favorise la transparence et le contrôle
fiscal, et par conséquent, une meilleure équité fiscale, certains écrits ont critiqué cette
technique pour les raisons suivantes :
• Le système de retenue à la source génère des crédits d’impôt, ce qui amène les
entreprises à s’endetter moyennant intérêt pour financer le trésor sans intérêt ;
• Lorsque la retenue à la source se traduit par un crédit d’impôt, elle pèse lourdement
sur la trésorerie des entreprises d’autant que les procédures de restitution sont
pénalisantes ;
• La technique de la retenue à la source entraîne un transfert de la charge des impôts
personnels vers les entreprises et alourdit les charges de fonctionnement des
entreprises ;
• Le recouvrement par la retenue à la source, en tant que perception anticipée, relève le
taux effectif de l’impôt de 1% à 2% selon la tranche d’imposition et introduit une
rupture de l’égalité entre les contribuables dont les revenus sont passibles de la
retenue à la source par rapport aux contribuables qui disposent des revenus non
passibles de la retenue à la source.

2.11. Avance de 10% sur les produits de consommations importés

Cette avance est due par toute personne soumise à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les
sociétés au titre des produits importés pour la mise à la consommation y compris les opérateurs
économiques bénéficiaires d’agrément de magasin de vente sous douane (free-shop).
Ladite avance est liquidée au taux de 10% sur la base de la valeur en douane des produits,
majorée de l’ensemble des impôts, droit et taxes y afférents.
 Cette avance est soumise aux mêmes dispositions fiscales applicables en matière
de retenue à la source et elle est déductible de l’impôt sur le revenu.

6
Mohamed LOUZIR
Managing Partner
M.S Louzir Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited
Tél : + 216 29 11 23 01
E-mail : mlouzir@deloitte.tn

Sonia LOUZIR
Tax Partner
M.S Louzir Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited
Tél : + 216 29 11 23 02
E-mail : slouzir@deloitte.tn

Mongi Djellouli
Senior Tax Consultant
M.S Louzir Member of Deloitte Touche Tohmatsu Limited
Tél : + 216 29 11 23 47
E-mail : mdjellouli@deloitte.tn

Avis aux lecteurs : Ce Tax Alert ne représente qu’un simple œuvre de recherche, et les éléments qui y sont
présentés sont de nature générale. Par conséquent, nous recommandons aux lecteurs de ne pas prendre les
analyses et les conclusions contenues dans cette recherche comme un conseil ou un acte d’assistance.
Ce travail de recherche peut ne pas couvrir l’exhaustivité du régime des retenues à la source prévu par la
législation Tunisienne.
Le contenu de la présente publication fait l’objet, par conséquent d’une clause de non responsabilité des auteurs
et de la firme, en cas de mauvaise interprétation ou d’une mauvaise application, dans la pratique, des principes et
des conclusions qui y sont exposés.