Vous êtes sur la page 1sur 53

Guide d’aide à l’achat relatif

aux émulseurs
Direction de la sécurité civile / Section des matériels et équipements de sécurité civile
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Remerciements

Lieutenant-colonel Bertrand DOUVILLE ;


Commandant Jérémy PIERLOT ;
Commandant Gilles GONIN ;
Commandant Roland CHOMETTE ;
Commandant Philippe BRETON ;
M. Nicolas ROBINET ;
M. Bernard PINET ;

Pour leur participation à la réalisation de ce document.

-1-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Table des matières

Remerciements ........................................................................................................................... 1

Table des matières ...................................................................................................................... 2


Table des illustrations................................................................................................................. 4

Avant propos .............................................................................................................................. 5

Analyse du besoin en émulseur pour les sapeurs-pompiers ....................................................... 6

A. Présentation : rappels et définitions liés aux émulseurs ................................................. 6

1. Définition, types d’émulseurs et autres additifs ......................................................... 6


a) Rappel sur les classes de feux. ........................................................................... 6
b) Les émulseurs et autres additifs ......................................................................... 6
c) Les familles d’émulseurs.................................................................................... 7
2. Notions élémentaires .................................................................................................. 9
a) Concentration (d’emploi) ................................................................................... 9
b) Foisonnement ..................................................................................................... 9
c) Taux d’application............................................................................................ 10
d) Application ....................................................................................................... 11
e) La viscosité....................................................................................................... 11

B. Notions réglementaires et normatives ..................................................................... 12

C. Expression du besoin : fonctions principales ............................................................... 13

1. Le cas de l’émulseur................................................................................................. 13
2. Le cas des agents mouillants et mouillants moussants............................................. 14

D. Précision et formulation du besoin............................................................................... 15

1. Questions préliminaires : approche générale du besoin. .......................................... 15


Risques à couvrir.......................................................................................................... 15
Matériel pour la mise en œuvre de l’émulseur............................................................. 16
Procédures d’utilisation en vigueur dans le département............................................. 16
2. Exigences particulières : approche détaillée du besoin............................................ 17
Exigences particulières liées aux risques à défendre ................................................... 17
Exigences particulières liées aux moyens : précisions sur le stockage. ....................... 18
Exigences environnementales ...................................................................................... 19
Exigences économiques ............................................................................................... 19

Réponse aux questions, annexes documentaires et informatives. ............................................ 20

1. Approche générale du besoin ................................................................................... 20


Risques à couvrir.......................................................................................................... 20
Matériel pour la mise en œuvre de l’émulseur............................................................. 21
Procédures d’utilisation en vigueur dans le département............................................. 23

-2-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

2. Exigences particulières pour la définition détaillée du besoin ................................. 23

Exigences particulières liées aux risques à défendre ................................................... 23


Exigences particulières liées aux moyens : précisions sur le stockage. ....................... 32
Exigences environnementales ...................................................................................... 37
Exigences économiques ............................................................................................... 39

Exemple d’analyse du besoin................................................................................................... 40

1. Le contexte ............................................................................................................... 40
2. Intérêt de l’utilisation ............................................................................................... 40
3. Matériels actuels....................................................................................................... 41
4. Enjeux....................................................................................................................... 42
5. Les attributs du besoin.............................................................................................. 42
6. Résumé du besoin..................................................................................................... 43
7. Diagramme Pieuvre.................................................................................................. 43
8. Fonctions de définitions du besoin........................................................................... 45
9. Propositions de spécifications techniques ................................................................ 47

-3-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Table des illustrations

Figure 1 : Illustration des différents types de foisonnements................................................... 10


Figure 2 : Le besoin : choix tactiques et achat. ........................................................................ 11
Figure 3 : Bidon plastique translucide 20L .............................................................................. 32
Figure 4 : Bidon plastique opaque 20L .................................................................................... 32
Figure 5 : Fûts plastiques opaque 200L ................................................................................... 33
Figure 6 : Cuves plastiques translucides 1000L....................................................................... 33
Figure 7 : Cuve plastique opaque 1000L ................................................................................. 33

-4-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Avant propos

L’objet de ce guide est d’aider l’acheteur public à élaborer un cahier des clauses techniques
particulières (CCTP) adapté à ses besoins en matière d’émulseur.

Les émulseurs présents sur le marché ont des propriétés différentes, des usages variés, des
conditions de stockage qui doivent faire l’objet d’une attention particulière et, enfin, peuvent
avoir des impacts environnementaux significatifs. Par conséquent, une définition précise du
besoin est nécessaire avant d’entamer la rédaction du CCTP. L’objet de ce guide est de
faciliter la définition fonctionnelle du produit qui précède la spécification technique du
besoin.

La première partie est rédigée sous forme de questions. La réponse à ces questions doit aider
les sapeurs-pompiers à préciser leurs attentes en matière d’émulseur et à les formaliser. La
démarche permet notamment d’identifier et de définir les prescriptions techniques des
émulseurs pour adapter le cahier des charges au contexte d’emploi opérationnel de chaque
SDIS. La liste de ces questions se veut complète sans prétendre à l’exhaustivité.

Dans une seconde partie, considérée comme une annexe documentaire et informative, des
exemples de réponses aux questions posées en première partie sont développés. Ces réponses
doivent être interprétées comme des conseils techniques. Il conviendra cependant d’être
prudent sur l’utilisation des informations présentées dans cette partie. En effet, celles-ci sont
de nature à évoluer dans le temps.

Enfin, dans une troisième et dernière partie, nous traiterons d’un exemple de définition de
besoin particulier en émulseur. Cette démarche a un objectif pédagogique, qui est celui
d’illustrer la méthode présentée tout au long du guide en rappelant la nécessité, l’utilité et les
grandes étapes de l’analyse fonctionnelle.

-5-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Analyse du besoin en émulseur pour les sapeurs-


pompiers

A. Présentation : rappels et définitions liés aux émulseurs


1. Définition, types d’émulseurs et autres additifs

a) Rappel sur les classes de feux.

Les références aux classes de feu dans ce document sont définies conformément à l’EN 2 et
telles qu’elles sont reprises dans les normes intéressant les agents émulseurs (NF EN 1568 1 à
4).

Classe A : feux mettant en jeu des combustibles solides, habituellement de nature organique,
dont la combustion génère normalement des braises ;

Classe B : feux mettant en jeu des liquides ou des solides liquéfiables ;

Classe C : feux mettant en jeu des gaz ;

Classe D : feux mettant en jeu des métaux ;

Classe F : feux mettant en jeu des constituants utilisés dans les dispositifs de cuisson (huiles et
graisses végétales et animales).

b) Les émulseurs et autres additifs

Les émulseurs et autres produits présentés ci-après, à savoir les agents mouillants et les agents
mouillants moussants entrent dans la catégorie des additifs, définis comme une solution
ajoutée à l’eau pour en améliorer l’efficacité.

L’émulseur

L’émulseur permet, par mélange avec l’eau dans des proportions adéquates, la création d’une
solution moussante. Le mélange hétérogène de cette solution avec l’air conduit à la formation
d’une mousse appelée mousse physique spécialement recommandée pour l’extinction des
feux de classe B, de surfaces horizontales d’hydrocarbures liquides et de produits polaires du
type alcools, amines, cétones. Cependant, il ne faut pas limiter l’utilisation d’émulseurs aux
feux de surface. D’autres types de feux peuvent être concernés, notamment des véhicules
transportant des matières dangereuses (TMD).

-6-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

L’extinction d’un feu par de la mousse créée au moyen de l’émulseur est le résultat de la
combinaison de trois actions simultanées :

 Suppression de l’apport d’oxygène vers le liquide en feu ;


 Arrêt des émissions de vapeurs inflammables
 Refroidissement de la surface en feu par l’action de son eau de constitution.

 La mousse peut aussi efficacement recouvrir un liquide toxique pour limiter la


production d’un nuage toxique

Les autres additifs : produits mouillants et mouillants moussants.

Un produit mouillant est un additif qui, mélangé à l’eau donne une solution mouillante. De
part ses caractéristiques physico-chimiques, elle assure une action combinée de prévention et
d’extinction en surface et en profondeur du combustible. Ce type de produit peut être utilisé
sur les incendies de la vie courante, principalement de classe A. : pour les feux de végétation,
papiers, cartons, habitations, entrepôts, ou feux de voitures et certains feux de solides
liquéfiables (Ex : pneus)

Certains produits mouillants ont des propriétés moussantes et sont alors appelés mouillants
moussants.

Les différents types d’émulseurs sont présentés ci-dessous de manière générale. Leurs
applications et usages respectifs seront développés dans la partie II, en réponse aux questions
soulevées lors de la définition du besoin qui conduit au choix le plus adapté.

c) Les familles d’émulseurs


Les différentes natures de bases moussantes

Les émulseurs protéiniques (P)

La base moussante de ces émulseurs est constituée de protéines hydrolysées. Les matières
premières principalement utilisées ont des origines diverses : poudre de cornes et sabots de
bovins, plume broyée, sang, protéine de pétrole.

Les émulseurs synthétiques (S)

La base moussante est constituée de produits de synthèse.

Les grands types d’utilisations

Les émulseurs pour feux de liquides non-miscibles à l’eau

Ce type d’émulseur est exclusivement conçu pour faire face aux feux d’hydrocarbures qui
sont des produits non miscibles à l’eau.

-7-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Les émulseurs résistant à l’alcool (AR, Alcohol Resistant) pour feux de liquides miscibles à l’eau

Ce type d’émulseur est adapté à l’extinction des feux de liquides présentant des propriétés
polaires, c'est-à-dire présentant une affinité avec l’eau contenue dans la mousse. L’utilisation
d’un émulseur non polyvalent sur ce type de feux entraînerait la destruction de la mousse et
en conséquence serait inefficace.
Certains émulseurs AR peuvent précipiter une pellicule polymère à la surface du liquide.

Caractéristiques complémentaires

Ces caractéristiques suivantes peuvent concerner aussi bien un émulseur destiné aux feux de
liquides miscibles qu’aux feux de liquides non miscibles à l’eau.

Les émulseurs fluoroprotéiniques (FP)

Ce sont des émulseurs protéiniques auxquels ont été ajoutés des agents tensio-actifs fluorés.

Les émulseurs filmogènes (AFFF : Aqueous Film-Forming Foam concentrates)

Ils ont généralement pour base des mélanges d’agents tensio-actifs hydrocarbonés et fluorés
qui ont en plus la propriété de former un film à la surface de certains liquides.

Les émulseurs filmogènes fluoroprotéiniques (FFFP : Film Forming FluoroProtein foam


concentrates)

Ce sont des émulseurs fluoroprotéiniques qui ont la propriété de former un film aqueux à la
surface de certains hydrocarbures.

CAFS ou Compressed Air Foam Systems

C’est un « système de mousse à air comprimé ». La mousse à air comprimé est une substance
qui ressemble à de la mousse à raser (CAF sèche) ou à de la crème glacée fondue (CAF
mouillée). Elle est produite en mélangeant un concentré de mousse (émulseur) avec de l'eau et
de l'air comprimé. Le système CAF produit de la mousse prête à l’emploi à la sortie du
camion.

Le mélange utilise jusqu'à quatre fois moins d'eau et six fois moins de concentré de mousse
que les systèmes d'extinction par mousse traditionnels, ce qui réduit grandement son
incidence sur l'environnement (eaux d’extinction et classe A) .

En raison de son faible poids, la CAF s'avère aussi un produit idéal pour les bâtiments de
grande hauteur, puisqu'elle requiert moins d'énergie pour l'amener jusqu'aux étages
supérieurs. Le poids restreint des conduites est aussi un avantage pour les forces
d’intervention.

La CAF est polyvalente (Classe A ou B), mais aussi très efficace de par son action triple sur
le triangle du feu.

-8-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

2. Notions élémentaires

Chaque type d’émulseur possède des propriétés et conditions d’usage différentes, liées à ses
capacités intrinsèques et ses qualités en tant qu’agent extincteur. Les notions élémentaires
présentées ci-dessous seront directement reliées à la nature du produit choisi et les conditions
dans lesquelles il est utilisé.

a) Concentration (d’emploi)

La concentration d’emploi correspond au pourcentage de produit émulseur ou mouillant


moussant à introduire dans l’eau pour obtenir la solution moussante ou mouillante.

Cette concentration est fonction du produit considéré et de son usage. Elle dépend, pour les
mouillants de l’effet recherché (mouillage seul ou mouillage et moussage) et, pour les
émulseurs, de la nature du combustible (polaire ou non). Elle ne dépend pas du foisonnement
retenu.
A titre d’exemple, un émulseur peut avoir une concentration d’emploi comprise entre 0,5% à
6% et des concentrations différentes en fonction de la miscibilité du combustible avec l’eau.
La concentration d’emploi est une préconisation du fabricant.

C’est par conséquent un paramètre essentiel à prendre en compte lors de la définition du


besoin pour connaître le volume de produit dont il faut disposer en fonction du risque à
couvrir.

b) Foisonnement

Le foisonnement correspond au rapport du volume de mousse produite sur le volume de la


solution moussante à partir de laquelle elle a été produite.

Le foisonnement ne dépend pas de la concentration en émulseur, mais des caractéristiques


intrinsèques de l’émulseur et des caractéristiques de la lance ou du générateur de mousse.
Il existe trois types de foisonnement, selon que l’on introduit plus ou moins d’air. Plus la
proportion d’air est élevée, plus le foisonnement est grand. La figure ci-après illustre les
différents types de foisonnements.
Le foisonnement est une caractéristique très difficile à contrôler sur le terrain. Selon certains
auteurs (Mats Rosander et Krister Giselsson, 1993), il est possible, de manière très simplifiée,
d’évaluer le foisonnement en mesurant, en centimètres, la hauteur de la couche de mousse
obtenue sur une surface libre.

-9-
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Figure 1 : Illustration des différents types de foisonnements

Nota : plus le foisonnement est important, plus la mousse est sèche

Exemple de calcul : 30 m3 de mousse produite à partir de 300 litres de solution moussante


nous donne un foisonnement de :

30 000/300 = 100 : moyen foisonnement.

c) Taux d’application

Le taux d’application exprime le débit de solution moussante en litres par minute déversée sur
une surface en feu en mètres carrés.

TA = débit de solution/surface en feu (L/mn/m²)

- 10 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

d) Application
Les normes définissent deux types d’application : l’application douce et l’application forte.

L’application forte consiste à projeter la mousse directement sur la surface en feu alors que
l’application douce consiste à projeter indirectement la mousse sur la surface en feu en
utilisant un support (paroi de bac par exemple).

e) La viscosité

La viscosité peut être définie comme la résistance à un écoulement uniforme et sans


turbulence se produisant dans la masse d'une matière.

Lorsque la viscosité augmente, la capacité du fluide à s'écouler diminue. Cette notion est
importante lorsqu’on considère les émulseurs, fluides qui vont être amenés à circuler dans des
conduites, des pompes, à être stockés dans des cuves. La viscosité va directement influer sur
la « facilité de circulation » du fluide mais également sur sa « facilité de rinçage ». Pour les
émulseurs, deux types de fluides sont à distinguer : les newtoniens et les pseudoplastiques.

Le schéma ci-dessous regroupe les notions décrites à ce stade et permet d’illustrer de quelle
manière elles interviennent dans la définition du besoin.

Figure 2 : Le besoin : choix tactiques et achat.

- 11 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

B. Notions réglementaires et normatives

La liste de questions suivantes éclairera l’acheteur dans sa démarche d’identification des


références réglementaires et normatives auxquelles l’émulseur est soumis. Il convient de noter
que ces références sont de nature à évoluer dans le temps.

Quelles sont les normes et certifications exigées en matière d’émulseurs ?

Quelles sont les protections et précautions particulières à prévoir lors de l’emploi ?

Doit-on exiger des documents en particulier ?

Comment faire face au vide normatif en matière de produit mouillant ?

Normes, certifications et conformités à exiger.

NF EN 1568-1 Spécifications pour les émulseurs moyen foisonnement destinés à une


application à la surface des liquides n’ayant pas d’affinité pour l’eau.

NF EN 1568-2 Spécifications pour les émulseurs haut foisonnement destinés à une


application à la surface des liquides n’ayant pas d’affinité pour l’eau.

NF EN 1568-3 Spécifications pour les émulseurs bas foisonnement destinés à une application
à la surface de liquides n’ayant pas d’affinité pour l’eau.

NF EN 1568-4 Spécifications pour les émulseurs bas foisonnement destinés à une application
à la surface des liquides ayant une affinité pour l’eau.

Certifications délivrées par les organismes certificateurs agréés ou notifiés.

Norme NF EN 13565

Protections et précautions particulières à prévoir lors de l’emploi

Les précautions principales sont celles liées à l’utilisation d’eau pour la création de la solution
moussante. Cette présence d’eau entraîne de fait l’obligation de prendre en compte le risque
électrique, la mousse où l’eau additivée s’avérant conductrices. Il convient donc d’utiliser les
émulseurs et autres additifs avec prudence en « milieu clos », après s’être assuré que les
sources électriques étaient coupées

Documents à exiger en particulier.

Il est nécessaire d’imposer au fournisseur, dans le cahier des charges, de produire le procès-
verbal d’essai complet, la fiche toxicité, et la fiche des données de sécurité. Il convient de bien
différencier conformité et certification.

- 12 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

C. Expression du besoin : fonctions principales

Comme nous l’avons vu dans la partie précédente, une distinction est faite, au sens large,
entre l’émulseur, destiné aux feux de classe B et l’agent mouillant moussant destiné aux feux
de classe A. Ainsi, même si la frontière n’est pas toujours clairement définie dans le cas d’un
agent mouillant moussant utilisé comme moussant, deux grands besoins peuvent être définis.

1. Le cas de l’émulseur

A qui rend service le produit ? Sur quoi le système agit-il ?

Feu hydrocarbures
Sapeurs-pompiers ou liquides polaires

Emulseur (+ eau + air)

Permettre l’extinction de ces feux particuliers par 3 actions combinées


 Empêcher l’apport d’oxygène vers le liquide en feu.
 Arrêter l’émission de vapeurs inflammables.
 Refroidir la surface en feu par l’action de son eau de constitution.

Dans quel but le système existe-t-il ?

- 13 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

2. Le cas des agents mouillants et mouillants moussants.

A qui rend service le produit ? Sur quoi le système agit-il ?

Feux de classe A
Sapeurs-Pompiers

Agents
mouillants/mouillants-
moussants (+ eau + air)

En tant que mouillant :

Assurer une action combinée de prévention et d’extinction en surface et


en profondeur du combustible

En mouillant moussant :

Combiner des propriétés mouillantes (ci-dessus) et moussantes (cf


émulseur)

Dans quel but le système existe-t-il ?

- 14 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

D. Précision et formulation du besoin

Cette partie est traitée en deux temps. Le premier correspond à une approche générale. Les
questions préliminaires correspondantes sont liées à la nature des risques à couvrir, au
matériel susceptible d’être utilisé et aux procédures mises en œuvre pour l’usage, le stockage
et plus généralement durant tout le cycle de vie du produit au sein du SDIS.
La seconde phase correspond à une approche plus particulière du besoin.

1. Questions préliminaires : approche générale du besoin.

Risques à couvrir

Le premier critère à prendre en compte est l’analyse des risques auxquels le SDIS doit faire
face. Ce critère permet une première définition large du besoin en émulseur. Les questions
suivantes aideront ensuite l’acheteur à définir ses exigences au regard des possibilités
d’utilisation du produit.

Quels sont les risques définis par le SDACR dont la couverture implique l’utilisation de
mouillant moussant ou d’émulseur ?

Une utilisation pour des feux de classe A est-elle prévue ?

o Utilisation pour le risque courant ? (feu de VL, d’habitation,


entrepôt..) ?
o Utilisation sur feux de forêt ?
o Utilisation pour le risque particulier (entrepôt, site à risque chimique,
incinérateurs industriels, dépôt de pneus, stockage de détritus, etc.)

De grands risques de feux de classe B sont-ils recensés sur le département en dehors


du risque courant ?

o Risques liés à des liquides non miscibles à l’eau ?


o Risques liés à des liquides miscibles à l’eau ?
o Transport de matières dangereuses (TMD) ?
o Le risque chimique est-il un enjeu important sur le département ?

Comment assurer l’approvisionnement en émulseur pour couvrir les risques sur tout
le territoire départemental ?

- 15 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Matériel pour la mise en œuvre de l’émulseur

Cette partie doit amener l’acheteur à se poser les bonnes questions pour orienter son choix
vers un produit en accord avec les moyens et matériels dont il dispose.

Quels sont les matériels dont dispose le SDIS ?

Quels sont les différents types d’appareils générateurs de mousse? Pour quel type
d’application sont-ils utilisables?

o Quels sont les systèmes de dosage et leurs capacités ? La viscosité des


produits est-elle compatible avec les moyens de dosage ?
o Quels les différents types de vecteurs ?
o Quels sont les différents types de pompes de transfert utilisés ?

Combien il y a-t-il de réserves d’émulseur dans les engins incendie? Comportent-ils


deux réserves différentes pour mouillant ou mouillant moussant et émulseur ?

Peut-on être amené à intervenir conjointement avec des moyens privés ? (Miscibilité
et compatibilité des produits et matériels) ou existe-t-il des conventions avec les
départements limitrophes ?

Quels sont les moyens et exigences du SDIS pour le stockage des produits ?

Certains accessoires sont-ils indispensables ?

Procédures d’utilisation en vigueur dans le département

En tenant compte d’un débit maximum théorique en solution moussante, comment


est assurée la continuité d’approvisionnement en émulseur (autonomie initiale sur
cuve de l’engin-pompe, délai de route et de mise en œuvre des réserves, type de
réalimentation, débit de réalimentation, régulation entre le débit de solution
moussante et le niveau de cuve) ?

De quel volume de produit doit-on disposer pour la formation ? Est-ce un produit


spécifique (non polluant, peu coûteux) ?

Quelles sont les procédures de maintenance, de suivi et de traçabilité ?

Quelles sont les procédures de rinçage des cuves (avec la possession de multiples
produits) ?

- 16 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

2. Exigences particulières : approche détaillée du besoin.

Les considérations préliminaires décrites ci-dessus ont permis de dresser un premier profil du
besoin. Il convient maintenant de préciser et de formuler les exigences particulières
auxquelles celui-ci devra répondre. Les questions suivantes doivent aider l’acheteur à réaliser
cette étape.

Exigences particulières liées aux risques à défendre

Quelle est la quantité de produit nécessaire ? Comment la définir ? Pour quel type
d’utilisation ?

Quel produit choisir en premier appel (risque courant) et quel produit retenir en
renfort (risque particulier) ?

Les règles d’emploi opérationnel font-elles références à un produit mouillant ?

Vers combien de types de produits différents se diriger ?

Quelle classe de performance est exigée ? Quel niveau de réallumage est exigé ?

Quelles propriétés intrinsèques sont exigées ?

o Temps de décantation à 25 ou 50% ;


o Sédiments ;
o Coefficient ;
o Tension superficielle ;
o Tension interfaciale.

Des produits polyvalents et multi-usages sont-ils nécessaires?

Vers quel type de foisonnement s’orienter ?

Un AFFF ou FFFP est-il exigé ?

Quelle concentration d’emploi du produit choisir ?

Le produit doit-il être utilisé à des concentrations différentes en fonction du risque


(concerne les émulseurs adaptés à tous les risques de feux de liquides) ?

Comment est déterminé le choix du taux d’application ?

Les produits sont-ils utilisables avec de l’eau de mer ou saumâtre en aspiration ?

Quelle est la durée de vie attendue dans les conditions de stockage préconisées?

Quel émulseur choisir pour faire face aux difficultés d’extinction des nouveaux
carburants (E85, E10 : hydrocarbure et alcool) ?

- 17 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Demande t-on une réactivité en cas d’urgence de la part du fournisseur ? 24/24 ? Si


oui, quelle quantité ? Pour pallier l’urgence, existe-t-il des conventions avec les
industriels ou les SDIS voisins ?

Une formation des personnels par l’industriel est-elle demandée ?

Exigences particulières liées aux moyens : précisions sur le stockage.

Quelles sont les dimensions ou les volumes des livrables ?

Quelles informations doivent être mentionnées sur les contenants ?

Quels « contenants » doivent être prévus pour le stockage?

o En cuves ou containers ?
o En fûts ?
o En bidons ?

Quel stockage doit être prévu pour acheminer de grandes quantités sur intervention ?

o En une seule cuve ?


o En plusieurs containers ?
o A l’aide d’un véhicule type FMOGP ?

Quel conditionnement choisir pour la livraison des produits?

Quelle doit être la couleur choisie pour les bidons ?

Quels sont les points clés du stockage des émulseurs ?

o Procédures de stockage ?
o Matériaux compatibles ?
o Températures (moyenne, mini, maxi) ?

Quelle est la méthode de remplissage des engins ?

Quelle stratégie de nettoyage des cuves est choisie, notamment lors du


réapprovisionnement ?

Existe-t-il des sites adaptés pour le stockage des produits ?

Des moyens de réalimentation en émulseur des dispositifs de prémélange éloignés


sont-ils prévus?

- 18 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Exigences environnementales

Quelles sont les normes environnementales à satisfaire ?

Quel est l’impact du produit sur l’environnement ?

Des écoproduits sont-ils attendus ?

Quel est l’impact du produit sur la santé humaine ?

Quelle est la politique du fournisseur en matière de réduction de l’impact du produit


sur l’environnement ?

Quelle politique choisir pour le produit en fin de vie ? Utilisation pour les
manœuvres ? Destruction ?

L’utilisation d’un produit respectueux de l’environnement différencié pour les


manœuvres est elle voulue?

Quelle est la politique du fabricant en terme de gestion de fin de vie du produit ?

Le traitement et la récupération des eaux d’extinction (exemple : gros feu de dépôt


pétrolier) sont-ils prévus ?

Exigences économiques

Quel est le coût de possession du produit ?

Est-il possible de chiffrer le coût de fin de vie du produit ? Comment ?

Quel est le coût des accessoires particuliers indispensables ?

Quelles sont les garanties du fournisseur ?

- 19 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Réponse aux questions, annexes documentaires et


informatives.

Précisions : les réponses aux questions sont données à titre indicatif. En effet ces dernières
sont évidemment susceptibles d’évoluer en fonction de l’état de l’art entre le moment où ce
document a été rédigé et celui où il est utilisé.

1. Approche générale du besoin

Risques à couvrir

L’analyse des risques à défendre va permettre une première grande définition du besoin en
émulseur, comme premier critère à prendre en compte. Les questions suivantes doivent
permettre à l’acheteur de définir ses exigences au regard des possibilités d’utilisation du
produit.

Quels sont les risques à défendre ? Prise en compte dans le Schéma départemental
d’Analyse et de Couverture des Risques (SDACR) ?

 Une utilisation pour des feux de classe A est-elle prévue ?

Cette question préalable définit un besoin de produit mouillant ou mouillant moussant pour
l’acheteur. Il lui appartient ensuite de le formuler et de le préciser.

 Utilisation pour le risque courant (feu de VL, d’habitation, entrepôt…)


 Utilisation sur feux de forêt.
 Utilisation pour le risque particulier (entrepôt, site à risque chimique,
incinérateurs industriels, dépôt de pneus, stockage de détritus, etc.)

 De risques de feux de classe B sont-ils recensés sur le département en dehors du


risque courant ?

Ces questions permettent d’éclaircir les risques présents sur le département qui pourraient
nécessiter l’utilisation d’émulseur.
Elles permettent également une première orientation vers le choix de types d’émulseurs
correspondants aux risques potentiels.

 Risques liés à des liquides non miscibles à l’eau ;


 Risques liés à des liquides miscibles à l’eau ;
 Transport de matières dangereuses (TMD) ;
 Le risque chimique est-il un enjeu important sur le département.

- 20 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

 Comment assurer l’approvisionnement en émulseur pour couvrir les risques sur tout
le territoire départemental ?

Cette question ouvre vers une première définition de la quantité en émulseur nécessaire pour
couvrir les risques. Elle permet également d’aborder la répartition des moyens en fonction de
la localisation des risques à couvrir. Il faut se poser les questions connexes de localisation des
centres de stockage des réserves d’émulseurs, de la nécessité ou non de disposer de berces,
permettant un acheminement de grands volumes sur les lieux d’un sinistre.
Cette notion implique également la prise en compte d’éventuelles conventions avec les SDIS
voisins ou tout au moins, de porter de l’intérêt à une éventuelle intervention conjointe et en
conséquence à la compatibilité des matériels et produits.

Matériel pour la mise en œuvre de l’émulseur

Cette partie doit amener l’acheteur à se poser les bonnes questions pour orienter son choix
vers un produit en accord avec les moyens et matériels dont il dispose.

 Quels sont les matériels dont dispose le SDIS ?

 Quels sont les différents types d’appareils générateurs de mousse?


Pour quel type d’application sont-ils utilisables ?

Selon la norme NF EN 13565-2, la production de mousse est censée utiliser des


proportionneurs et des générateurs de mousse évalués et soumis à essai conformément à la
norme NF EN 13565-1.

 Quels sont les systèmes de dosage et leurs capacités ? La viscosité


des produits est-elle compatible avec les moyens de dosage ?

Le rapide calcul présenté ci-dessous démontre toute la nécessité de bien considérer les
possibilités techniques des moyens de dosage :

Vérification de la compatibilité avec les systèmes de dosage :

Exemple :

Avec un système de dosage 24 l/mn et un émulseur à 6%, le débit de solution moussante est
limité à 400 l/mn
Avec un système de dosage 24 l/mn et un émulseur à 3%, le débit de solution moussante est
limité à 800 l/mn
Avec un système de dosage 24 l/mn et un émulseur à 1%, le débit de solution moussante est
limité à 2400 l/mn

Il faut adapter la concentration de l’émulseur au système de dosage en fonction du débit de


solution moussante que l’on souhaite projeter sans dépasser les limites de débit d’injection du
système de dosage. Il convient également de veiller à la viscosité

- 21 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

 Quels les différents types de vecteurs ?

Cette question doit être posée, pour assurer l’adéquation de la définition du besoin et de
l’exploitation des produits.

 Quels sont les différents types de pompes de transfert utilisés ?

Dans l’hypothèse de l’utilisation de pompes de transfert pour le remplissage des cuves ou


autre, l’utilisateur doit s’assurer de la compatibilité de ces dernière avec le produit transféré,
notamment au regard de sa viscosité (newtonien ou pseudo plastique).

 Combien il y a-t-il de réserves d’émulseur dans les engins d’incendie ?


Comportent-ils deux différentes pour mouillant ou mouillant moussant et émulseur ?

Renvoi à la norme des véhicules ou aux choix des utilisateurs. NF EN 61515

 Peut-on être amené à intervenir conjointement avec des moyens privés ? Miscibilité
et de compatibilité des produits) ou existe-t-il des conventions avec les départements
limitrophes ?

Cette question implique la prise en compte d’éventuelles conventions avec les SDIS voisins
ou tout au moins, de porter de l’intérêt à une éventuelle intervention conjointe, donc à la
compatibilité des matériels et produits. Il en va de même pour la possibilité d’une intervention
en complément de moyens industriels.

 Quels sont les moyens et exigences du SDIS pour le stockage des produits ?

Cette question est à mettre en relation avec la partie de ce guide spécifique au stockage. Il est
cependant important d’étudier ce point avant l’achat, afin de s’assurer de l’adéquation de ces
moyens avec le volume et les exigences des produits.

 Certains accessoires sont-ils indispensables ?

Ce point n’est pas à négliger dans la mesure où des économies sur l’achat d’un produit
pourraient se traduire par un surcoût dû à l’emploi d’accessoires complémentaires pour le
stockage ou l’exploitation du produit.

Exemple : Calorifugeage d’une cuve ou protection spéciale contre le soleil.

- 22 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Procédures d’utilisation en vigueur dans le département

 Quelles sont les procédures de maintenance, de suivi et de traçabilité ?

Il s’agit notamment de répondre à la question : quelles dispositions doit-on prendre pour une
rotation du stock en évitant une perte du produit en fin de vie ?

Cette rotation implique d’avoir, au préalable, mis en place des procédures de suivi et de
traçabilité des produits dès leur acquisition par le SDIS.

Nota : Il est possible de faire examiner des échantillons par les fournisseurs pour s’assurer de
leur état et par conséquent, de leur efficacité et éventuellement assurer des rotations.

 De quel volume de produit doit-on disposer pour la formation ? Est-ce un produit


spécifique (non polluant, peu coûteux) ?

Cette question rejoint la définition de la quantité d’émulseur dont le SDIS acheteur doit
disposer. La quantité nécessaire à la formation n’est pas à négliger.

 Quelles sont les procédures de rinçage des cuves (avec la possession de multiples
produits) ?

C’est très important, surtout pour les fluides pseudoplastiques qui peuvent sécher dans les
conduites.Cette question est déterminante, il en va de la durée de vie des équipements

2. Exigences particulières pour la définition détaillée du besoin

Les considérations préliminaires décrites ci-dessus ont permis de dresser un premier profil du
besoin. Il convient maintenant de préciser et de formuler les exigences particulières
auxquelles celui-ci devra répondre. Les questions suivantes doivent aider l’acheteur à réaliser
cette étape.

Exigences particulières liées aux risques à défendre

 Quelle est la quantité de produit nécessaire ? Comment la définir ? Pour quel type
d’utilisation ?

La quantité de produit nécessaire sa définition sont données par l’analyse du risque au niveau
départemental et le SDACR.

 Pour quel type d’utilisation ?

S’agissant des feux de classe A, si l’on souhaite utiliser un produit additif pour ce type de
feux, il faudra s’orienter vers un produit mouillant ou multi-usages ayant des propriétés
mouillantes.

S’agissant des feux de classe B, l’organigramme suivant résume les différents choix possibles
en fonction des différentes utilisations.

- 23 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Emulseur

Protéinique Synthétique

Standard (P) Standard (S)


NF EN 1568-3 NF EN 1568-3

+ fluor (FP) + fluor


Liquides polaires (AR)
+ tensioactifs filmogènes (FFFP) 1568-4
+ tensioactifs filmogènes (AFFF)

Moyen foisonnement EN 1568-1


Haut foisonnement EN 1568-2

Essais à l’eau de mer

- 24 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Conjointement aux possibilités d’utilisation des familles d’émulseurs, il ne faut pas oublier de
prendre en compte leurs capacités de foisonnement. En effet suivant le type de sinistre à
traiter, le foisonnement requis ne sera pas le même et tous les émulseurs n’offrent pas la
possibilité de réaliser tous types de foisonnement. Ce point est détaillé dans les questions
suivantes.

 Quel produit choisir en premier appel (risque courant) et quel produit retenir en
renfort (risque particulier) ?
 Les règles d’emploi opérationnel font-elles référence à un produit mouillant ?

 Vers combien de types de produits différents se diriger ?

La réponse à cette question dépend encore une fois essentiellement de l’analyse des risques
auxquels le département acheteur est soumis. Cela dépend également de la politique choisie
par le département, à savoir :

o Disposer d’un produit mouillant/moussant utilisé de manière générale pour la


défense du risque courant. Cette option impose de disposer à minima d’un
deuxième produit émulseur à part entière et adapté à la couverture du risque lié
aux liquides miscibles et non miscibles à l’eau.

o Ne pas utiliser de mouillant moussant, ce qui laisse la possibilité de ne disposer


que d’un seul produit émulseur.

A noter qu’il est probable que sur le marché, des produits à la fois mouillants et polyvalents
apparaîtront, leurs propriétés variant en fonction de la concentration d’emploi. Avec l’arrivée
de cette famille de produits, il serait possible de n’en posséder qu’un seul.

Note : Question importante, car plus on a de produits, plus la formation est compliquée.

 Quelle classe de performance est exigée ? Quel niveau de réallumage est exigé ?

Comme précisé précédemment, les produits mouillants ne sont pas normalisés. Cette réponse
concerne exclusivement les émulseurs.

Notons cependant que seuls les émulseurs bas foisonnement destinés à des liquides
inflammables miscibles avec l’eau et non miscibles avec l’eau obtiennent, conformément aux
parties 3 et 4 de la norme EN 1568, une classification de performance basée sur leur
propriétés d’extinction et de résistance au réallumage.
Notons également que le choix de la classe d’émulseur dépend du mode d’application choisi
(directe ou douce)

La réponse à cette question permet à l’acheteur de prendre conscience des correspondances


entre le temps, les classes d’efficacité extinctrice et le niveau de résistance à la ré
inflammation. Il convient de déterminer ensuite quelle classe et quel niveau sont requis pour
son répondre à son besoin.

- 25 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Les informations reportées ci-dessous sont reprises de la norme NF EN 1568-3 et valent pour
les émulseurs bas foisonnement pour une application à la surface des liquides n’ayant pas
d’affinité avec l’eau1.

Essai d’application
Essai d’application directe
Classe Niveau de indirecte
d’efficacité résistance à la Temps Temps Temps Temps
extinctrice réinflammation maximal minimal de maximal minimal de
d’extinction réinflammation d’extinction réinflammation
A Sans objet 3 10
B 15 3
I
C 10 3 Sans objet
D 5 3
A Sans objet 4 10
B 15 4
II
C 10 4 Sans objet
D 5 4
B 5 15
III C 5 10 Sans objet
D 5 5
NOTE 1 Il n’y a pas de résistance A à la réinflammation pour la classe III.
NOTE 2 Les classes d’efficacité d’extinction et les niveaux de résistance à la réinflammation
caractéristiques de différents types d’émulseurs figurent dans le tableau suivant.

Les informations reportées ci-dessous sont reprises de la norme NF EN 1568-4 et valent donc
pour les émulseurs bas foisonnement pour une application à la surface des liquides ayant une
affinité avec l’eau.

Classe Niveau de Temps Temps


d’efficacité résistance à la maximum minimum de
extinctrice réinflammation d’extinction réinflammation

A 3 15
I B 3 10
C 3 5
A 5 15
II B 5 10
C 5 5

1
Exemple de lecture du tableau : un émulseur sera classé I-B si en application directe il résiste à la
réinflammation durant 15 minutes et assure un temps maximal d’extinction de 3 minutes en application directe.

- 26 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Performances minimales attendues par la norme pour les différentes familles


d’émulseurs générales et communes aux différentes normes.

Classe de
Niveau de résistance
Famille performance Filmogène
à la réinflammation
d’extinction
AFFF (nonAR) I C Oui
AFFF (AR) I Aou B Oui
FFFP (non AR) I B Oui
FFFP (AR) I Aou B Oui
FP (non AR) II Aou B Non
FP (AR) II Aou B Non
P (non AR) III B Non
P (AR) III B Non
S (non AR) III C Non
S (AR) III C Non

Il est également important de noter que tous les émulseurs ne sont pas adaptés à l’eau de mer
et que la classification de performance peut être différente lorsque de l’eau douce ou de l’eau
de mer sont utilisées.

 Quelles propriétés intrinsèques sont exigées ?

On entend ici par propriétés intrinsèques, les propriétés physico-chimiques propres d’une
mousse produite à partir d’un émulseur considéré. Ces propriétés sont à distinguer des
propriétés extinctrices décrites ci-dessus.
Ces propriétés sont décrites et fournies dans les rapports d’essais détaillés des procès verbaux
d’homologation. Encore une fois, ces procès verbaux sont à demander lors de l’appel d’offre
afin de pouvoir comparer les différentes propriétés entre les produits.
Les principales propriétés intrinsèques définies dans les normes NF EN 1568 sont les
suivantes :

Temps de décantation à 25 ou 50% : temps que met 25% ou 50% de la solution moussante
d’origine à s’évacuer de la mousse produite.

Sédiments : particules insolubles dans l’émulseur

Coefficient d’étalement : valeur qui indique la capacité d’un liquide à s’étaler spontanément
sur la surface d’un autre.

Tension superficielle : tension à l’interface entre le liquide et l’air.

Tension interfaciale : tension à l’interface entre deux liquides non-miscibles.

- 27 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

 Des produits polyvalents et multi-usages sont-ils nécessaires?

La polyvalence renvoie à la capacité d’un émulseur à agir aussi bien sur des feux de liquides
miscibles que sur des feux de liquides non miscibles à l’eau.
Le terme de multi-usages renvoie quant à lui à la capacité du produit à agir en tant que
mouillant et émulseur voir en tant que mouillant et émulseur polyvalent.

Au vu de la diversité des risques courants auxquels les sapeurs-pompiers doivent faire face, le
choix d’un produit adapté à la couverture du risque lié aux liquides miscibles et non miscibles
à l’eau semble essentiel (par exemple pour lutter contre un feu de bioéthanol E10).

L’orientation vers un produit multi-usages est un choix de l’acheteur en fonction des risques
auxquels le SDIS doit faire face et des matériels dont ce dernier dispose.

 Vers quel type de foisonnement s’orienter ?

Il existe trois types de foisonnements qui ont des applications et caractéristiques différentes :

Bas foisonnement (rapport inférieur à 20) : le bas foisonnement est produit par des lances ou
des canons adaptés. Il permet de projeter la mousse relativement « lourde » à longue distance.
Ce type de foisonnement rend la mousse peu sensible aux conditions atmosphériques telles
que le vent ou la pluie. La mousse est ainsi stable et assure une couverture résistante. C’est
l’utilisation que l’on retrouve en majorité pour lutter contre les grands feux dans l’industrie
pétrolière et pétrochimique.

Moyen foisonnement (rapport compris entre 20 et 200) : la mousse produite en moyen


foisonnement peut être projetée ou déversée uniquement à de courtes distances (10 m
maximum pour un foisonnement aux alentours de 20). Cette caractéristique implique un
engagement de l’intervenant au plus proche du sinistre avec un risque supplémentaire à
prendre en compte. La mousse produite est plus « légère » donc plus sensible aux intempéries
et sa résistance à la réinflammation est moindre comparée au bas foisonnement. Ce type de
foisonnement est employé dans le cas où des quantités importantes de mousse sont
nécessaires alors que les moyens en eau sont limités. Ce foisonnement est également adapté à
la rétention des fuites ou épandages de gaz ou de produits toxiques.

Haut foisonnement (rapport supérieur à 200) : la mousse de haut foisonnement est déversée à
la sortie même de l’appareil de production. Elle est utilisée pour le remplissage de grands
volumes tels que les entrepôts ou les cales de navires. A noter que les mouillants moussants
peuvent être adapté à la formation de mousse de haut foisonnement, au même titre que les
émulseurs standard.

- 28 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Le tableau ci-dessous extrait de la norme EN 13565-2 présente des recommandations pour le


choix des différents foisonnements à utiliser en fonction du risque concerné.

Haut
Bas Moyen
Danger Foisonnement
Foisonnement Foisonnement
(intérieur)
Réservoirs de stockage de
Oui Non Non
liquides inflammables
Réservoirs/cuvettes de rétention Oui Oui Oui +GNL/GPL
Unités de production Oui Oui Oui
<1400m²
Hangars d’avions Oui Oui
uniquement
Zones de transfert de combustible Oui Oui Oui
Stockage et emballage plastique Oui Non Oui
Recyclage plastique Oui Non Non
Stockage et gestion des déchets Oui Non Non
Oui (et
Gaz naturel liquéfié Non Non
extérieur)
Stockage de pneus Oui Non Oui
Rouleaux de papier Non Non Oui
Digues maritimes Oui Oui Non
Appareils de commutation et
Oui Non Oui
transformateurs à bain d’huile
Tunnels de câbles Non Non Oui
Oui (et
GPL (gaz de pétrole liquéfié) Non Oui
extérieur)
Entrepôt – Classe A et B Oui Non Oui

On peut résumer en disant que si le feu se développe sur le sol en tant que surface libre, on
utilise plutôt le bas foisonnement. Si le feu se développe sur le sol avec des rétentions, on
utilisera plutôt le moyen foisonnement. Si le feu se développe dans un volume, on pourra
utiliser le haut foisonnement.

 Un AFFF ou FFFP est-il exigé ?

Ces références d’émulseurs mettent en valeur leurs propriétés filmogènes. Ces émulseurs
agissent en créant, en plus des propriétés classiques de la mousse, un film aqueux à la surface
de certains hydrocarbures. Ce film aqueux facilite l’extinction et stoppe l’émission de
vapeurs. Ce sont, dans les normes, ces émulseurs qui ont les qualités extinctrices et la
résistance à la réinflammation les meilleures.

 Quelle concentration d’emploi du produit choisir ?


 Le produit doit-il être utilisé à des concentrations différentes en fonction du risque
(concerne les émulseurs adaptés à tous les risques de feux de liquides) ?

La concentration d’emploi est une donnée intrinsèque à l’émulseur considéré. Elle est
préconisée par le fabricant. Pour éclairer l’acheteur sur ce point, nous allons aborder le sujet
du choix de concentration sous deux angles différents : premièrement, le cas d’un émulseur
non polyvalent qui ne présente qu’une seule concentration d’emploi puis, deuxièmement, le

- 29 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

cas d’un émulseur polyvalent qui peut avoir deux concentrations d’emploi différentes suivant
qu’il est utilisé sur un feu d’hydrocarbure ou de liquide polaire.

Emulseur pour feux de liquides non-miscibles à l’eau :

Quantité d’émulseur à acheter et donc à stocker pour créer un même volume de solution
moussante est un âramètre que la concentration va influencer.

Ex : Un premier acheteur fait le choix d’un émulseur utilisable à 3%. Pour 1000 litres de
solution moussante, il devra donc disposer de 30 litres d’émulseur, alors qu’il faudrait 60
litres à un second acheteur qui aurait fait le choix d’un produit utilisable à 6%.

Cette différence sur la quantité à acheter doit être évidemment mise en relation avec le prix
d’achat. La quantité d’émulseur dont le SDIS doit disposer, définie par l’analyse préalable des
risques à défendre permettra de choisir quelle concentration est la plus économiquement
avantageuse. Il faudra également mettre en rapport la quantité dont il faut disposer et les
capacités de stockage.

Emulseur pour feux de liquides miscibles à l’eau:

Pour ce type d’émulseur, les concentrations d’emploi sont données de la façon suivante :

Emulseur polyvalent 3*3 ou 3*6 (ces concentrations ont été choisies à titre d’exemple)
Le premier chiffre indique la concentration d’emploi si l’on se trouve en présence d’un feu
d’hydrocarbure alors que le second concerne le feu de liquides polaires.

Le choix peut donc se faire en fonction du type de risques auxquels le SDIS est confronté. Si
le feu de liquides polaires est le critère dimensionnant et que la quantité d’émulseur à acheter
doit être limitée, le choix se portera sur une concentration d’emploi moindre pour cet usage.

Il faut également prendre en considération le fait que les liquides miscibles à l’eau vont être
de plus en plus présent dans notre environnement.

Il peut être intéressant de choisir un produit qui n’a qu’une seule concentration que ce soit
pour les liquides miscibles ou non miscibles avec l’eau. En effet, disposer d’un tel émulseur
peut éviter les erreurs de manipulation avec une seule concentration d’emploi à mettre en
œuvre.

 Comment est déterminé le choix du taux d’application ?

Pour la détermination des moyens en solution moussante nécessaire à l’extinction de feux de


liquides, les taux d’application théoriques2 seront, sauf justification explicite :

5 l/m²/ min pour les hydrocarbures non additivés


7 l/m²/min pour les hydrocarbures additivés à moins de 5%
10 l/m²/min pour les produits polaires peu solubles
15 l/m²/min pour les produits polaires solubles à plus de 50% dans l’eau

2
Chiffres issus de :

- 30 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

La réponse à cette question nécessite un renvoi vers la circulaire du 6 mai 1999, relative à
l’extinction des feux de liquides inflammables-installations classées pour la protection de
l’environnement.

 Les produits sont-ils utilisables avec de l’eau de mer ou saumâtre en aspiration ?

Cette question peut être importante, en fonction du secteur à défendre. Il convient de s’assurer
que l’utilisation de l’émulseur est possible avec de l’eau saumâtre ou salée et que ce dernier
conserve ses propriétés.

 Quelle est la durée de vie attendue dans les conditions de stockage préconisées ?

Point important à mettre en relation avec l’analyse du cycle de vie et les conditions de
remplissage, de complément des cuves et les rotations de stock.

 Quel émulseur choisir pour faire face aux difficultés d’extinction des nouveaux
carburants (E85 : hydrocarbure et alcool) ?

A priori, le type de produit adapté est celui correspondant aux feux de liquides miscibles à
l’eau. Cependant, opérationnellement, des difficultés peuvent être rencontrées face à ce type
de risque. Il convient donc de bien s’assurer de la nature du combustible lors de la
reconnaissance.

 Demande t-on une réactivité en cas d’urgence de la part du fournisseur ? 24/24 ? Si


oui quelle quantité ? Pour pallier l’urgence, existe-t-il des conventions avec les
industriels ou les SDIS voisins ?

Cette question peut être soulevée lors de l’appel de la rédaction du CCTP. Il peut être
demandé au candidat de l’appel d’offre d’indiquer ses capacités à répondre dans le cas du
déclenchement d’une procédure d’urgence avec des critères tels que :

 Capacité de stock
 Conditionnement
 N° de téléphone d’assistance 24h/24 et 365 jours/an
 Capacité (volume) de livraison et délai.
 Le fournisseur devra disposer du stock nécessaire au respect des délais
d’exécution.

Les conventions avec les SDIS limitrophes peuvent être une autre solution de pallier
l’urgence.

 Une formation des personnels par l’industriel est elle demandée ?

Ce point peut également faire partie du CCTP. Une clause demandant au candidat de
dispenser à minima une journée par an de formation à la bonne utilisation de son produit peut
être inclue. En effet, le fournisseur est le plus apte à former les personnels à l’utilisation juste
et rationnelle de l’émulseur.

- 31 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Exigences particulières liées aux moyens : précisions sur le stockage.

 Quelles sont les dimensions ou volume des livrables ?

Voir partie sur les contenants.

 Quelles informations doivent être mentionnées sur les contenants ?

Les informations suivantes devront impérativement figurer sur chaque contenant :

 Nom du produit
 Caractéristiques techniques (propriétés)
 Date de fabrication
 Date limite d’utilisation
 N° de lot

 Quels « contenants » doivent être prévus pour le stockage?

 En cuves ou containers ?
 En fûts ?
 En bidons ?

Le paragraphe suivant apporte des éléments de réponse à l’ensemble des interrogations ci-
dessus.

A ce jour, les fabricants d’émulseurs disposent de plusieurs conditionnements de livraison et


de stockage de leurs produits. Il est possible de trouver :

• des bidons de 20 litres en plastique translucide/opaque

Figure 3 : Bidon plastique translucide 20L Figure 4 : Bidon plastique opaque 20L

- 32 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

• des fûts de 200 litres en plastique translucide/opaque ou en métal.

Figure 5 : Fûts plastiques opaque 200L

• des containers de 1000 litres en plastique translucide/opaque ou en métal.

Figure 6 : Containers plastiques translucides 1000L Figure 7 : Container plastique opaque 1000L

Note : Penser à ajouter des évents sur ce type de containers.

- 33 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

 Quel stockage prévoit-on pour acheminer de grandes quantités sur intervention ?

Berce : Lorsque le SDIS dispose d’un porteur, cette solution peut être envisageable pour ne
pas immobiliser de moyens roulants spécifiques. Il reste à déterminer le mode de stockage du
produit dans la berce. Deux solutions :

En citerne : cette solution présente plusieurs inconvénients liés à la quantité stockée :

 Coût important en cas d’incident ;


 Passage en fût ou en bidon pour une autre utilisation si toute la citerne
n’est pas utilisée après une intervention. Suivant l’état de vieillissement
du produit, après son analyse, il est cependant envisageable de
compléter la citerne.

En container (1000L) : Cette solution permet d’équiper une même berce de produits
différents et de s’affranchir des difficultés liées aux volumes importants contenu par
une citerne.

Engins mousse : Camion citerne et Fourgon Mousse Grande Puissance (FMOGP)


Cette solution présente l’avantage d’acheminer des « moyens en mousse » complets et/ou
divers sur les lieux d’une intervention (matériels de mise en œuvre et produits).

 Quel conditionnement choisir pour la livraison des produits?

Cette notion peut être abordée lors de la rédaction du CCTP, notamment pour faire
correspondre le conditionnement avec les possibilités de manutention de l’acheteur.
Il est également intéressant de mettre ce conditionnement en relation avec ses capacités de
stockage.

Exemple : L’acheteur peut demander le rangement des bidons sur palette « europe », cerclés
ou filmés de façon à éviter leur chute lors du rangement des palettes en hauteur.

 Quelle doit être la couleur choisie pour les bidons ?

Pour éviter certaines confusions, il peut être judicieux de spécifier une couleur pour les bidons
dans la rédaction du CCTP. La différenciation du produit par rapport aux autres liquides
employés par les centres de secours se fera par exemple par la couleur du bidon.
Si la possibilité d’une livraison d’urgence est prévue, cette couleur devra également être
respectée lors de celle-ci.

 Quels sont les points clés du stockage des émulseurs ?

 Procédures de stockage ?

1. Pour les cuves translucides, il est nécessaire d’éviter l’exposition directe des cuves au
soleil afin d’empêcher toute dégradation et perte de leurs performances.
Pour les autres cuves, il est de même fortement conseillé de ne pas les soumettre à la
chaleur solaire qui peut altérer les performances des produits.
D’une manière générale, il convient d’éviter les températures extrêmes.

- 34 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

2. Les produits émulseurs doivent préférentiellement être consommés dans l’ordre de


leur date de fabrication.

3. Les produits émulseurs doivent préférentiellement être conservés dans le mode de


conditionnement originel jusqu’à leur utilisation (rappel : en général, les «garanties»
des fabricants cessent à l’ouverture des contenants).

4. Les couvercles des modes de stockage doivent être refermés le plus hermétiquement
possible après utilisation partielle du produit émulseur.

5. Pour les utilisateurs qui utilisent un stockage intermédiaire en cuves, notamment pour
les berces, il est conseillé de ne pas faire l’appoint avec de l’émulseur « neuf » d’une
cuve où subsiste encore à l’intérieur de l’émulseur « vieilli ». Il est ainsi conseillé de
consommer complètement la cuve, de la rincer préalablement, et enfin de transvaser le
nouveau lot de produit émulseur « neuf ».

Note : il est toujours possible de faire analyser l’émulseur présent dans une cuve par les
fournisseurs. Ainsi, l’utilisateur peut s’assurer de la qualité du produit présent dans une cuve
avant de la compléter avec du produit neuf.

 Matériaux compatibles ?

A. Emulseurs protéiniques : matériaux utilisables

a) Cuve et tuyauterie

1. Stockage neuf

 L’acier ordinaire
 Les aciers inox (316 L)
 Le laiton
 La plupart des matières plastiques (P.V.C, Polyéthylène, Polyester)
 Le béton
 Tous les matériaux recouverts de peinture époxy
 Le polyéthylène à haute densité de couleur noire traité anti-U.V.
 Fibre de verre et résine polyester : s’assurer que la cuve en fibre de verre et résine
peut contenir des produits ayant des tensions superficielles de l’ordre de 17 mN/m.
Peindre la cuve extérieure pour les U.V.
 Revêtement peint sur différents supports (y compris l’acier ordinaire) :
- procéder au nettoyage minutieux de la cuve
- effectuer un sablage
- appliquer une peinture primaire
- recouvrir d’une peinture anticorrosion (si possible polyuréthane-époxy), 2 à 3
couches sont nécessaires.
 Il existe des peintures époxy sans solvant « à chaud » qui ne demandent pas de
couche primaire. Une seule couche suffit.

- 35 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

2. Stockage existant ou d’occasion (suivant l’état des cuves)

Pour l’acier et l’inox, une peinture époxy est nécessaire.

b) Robinetterie-pompe

 Le bronze
 La fonte

c) Joints

 Caoutchouc nitrile
 Téflon
 Chloroprène
 Butylcaoutchouc
 EPDM
 Viton

B. Emulseurs synthétiques et autres additifs : matériaux utilisables

a) Cuve et tuyauterie

 Les aciers inox (de préférence de type 316 L* : la passivation de l’INOX 316 à
base de molybdène lui confère une résistance à la corrosion très élevée.)
 Le laiton
 La plupart des matières plastiques (P.V.C, Polyéthylène, Polyester)
 Le béton
 Tous les matériaux recouverts de peinture epoxy
 Le polyéthylène à haute densité de couleur noire traité anti-U.V.
 Fibres de verre et résine polyester : s’assurer que la cuve en fibre de verre et résine
peut contenir des produits ayant des tensions superficielles de l’ordre de 17 mN/m.
Peindre la cuve extérieure pour les U.V.
 Revêtement peinture sur différents supports (y compris l’acier ordinaire) :
- procéder au nettoyage minutieux de la cuve
- effectuer un sablage
- appliquer une peinture primaire
- recouvrir d’une peinture anticorrosion (si possible polyuréthane-epoxy),
2 à 3 couches sont nécessaires
 Il existe des peintures Epoxy sans solvant « à chaud » qui ne demandent pas de
couche primaire. Une seule couche suffit.

b) Robinetterie-pompe

 Le bronze
 La fonte

- 36 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

c) Joints

 Téflon
 Chloroprène
 Butylcaoutchouc
 EPDM
 Viton

 Témpératures de stockage ?

Les émulseurs sont des produits très sensibles aux températures extrêmes. De mauvaises
conditions de stockage pourraient entraîner une baisse de performance des produits. Il
appartient donc à l’utilisateur de bien se conformer aux préconisations du fournisseur en
matière de températures de conservation.

 Quelle est la méthode de remplissage des engins ?

A mettre en relation avec la viscosité des produits, leur compatibilité et l’éventuelle utilisation
de pompes de transfert.

 Existe-t-il des sites adaptés pour le stockage des produits ?

Cette question renvoie à la possibilité de stocker les produits dans un environnement adapté à
leurs conditions optimales de conservation.

 Des moyens de réalimentation en émulseur des dispositifs de prémélange


éloignés sont-ils prévus?

Exigences environnementales

 Quelles sont les normes environnementales à satisfaire?

Il est nécessaire, lors de la rédaction du CCTP, de demander au fournisseur de mettre à


disposition les fiches données de sécurité (FDS) et l’évaluation de l’impact du produit sur
l’environnement et la santé.
Des exemples de ces différents documents sont présentés en annexe.

 Quel est l’impact du produit sur l’environnement ?

L’évaluation de cet impact est relativement complexe. Les exemples choisis ci-dessous ont
volontairement été choisis contradictoires pour illustrer la difficulté de l’évaluation de
l’impact environnemental des émulseurs.

En effet, il faut faire la distinction entre l’impact du produit « pur », sa nocivité et sa toxicité
intrinsèque pour l’environnement et son impact lors de l’utilisation, lié aux eaux d’extinction.
L’impact intrinsèque du produit n’est-il pas marginal par rapport à la pollution générée par les
eaux d’extinction ?

- 37 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Pour le point précis concernant l’utilisation de tensio-actifs fluorés, il est évident que ces
agents ont un impact néfaste sur l’environnement, s’ils sont considérés seuls. Cependant, leur
utilisation permet une réelle plus value dans l’extinction et un gain de temps se traduisant par
une utilisation limitée de moyens en eau, et par conséquent une diminution de la pollution
finale par les eaux d’extinction

 Des écoproduits sont-ils attendus ?

Ce type de produits commence à émerger sur le marché.

 Quel est l’impact du produit sur la santé humaine ?

Lors de la rédaction du CCTP, on peut envisager de demander aux candidats de l’appel


d’offre de fournir une fiche de renseignements concernant l'impact sur la santé humaine. Les
informations fournies devront être justifiées par un procès-verbal rédigé par un organisme
tiers.

 Quelle est la politique du fournisseur en matière de réduction de l’impact du produit


sur l’environnement ?

Cette question peut-être abordée lors de la rédaction du CCTP, en demandant par exemple aux
candidats de fournir un dossier se rapportant à le politique en terme de developpement
durable.

 Quelle politique choisir pour le produit en fin de vie ? Utilisation pour les
manœuvres ? Destruction ?

Certains industriels reprennent le produit en fin de vie. Il n’existe pas de filière de


revalorisation ce qui entraîne une destruction systématique.
Dans le cadre du roulement du produit en fin de vie, celui-ci peut être utilisé pour les
manœuvres.

 L’utilisation d’un produit respectueux de l’environnement différencié pour les


manœuvres est-elle voulue?

Il existe actuellement des produits destinés à l’entraînement et aux manœuvres. Etant donné la
faible part d’entraînements sur feux réels, les eaux d’extinction ne rentrent généralement pas
en considération dans le déroulement des manœuvres, le choix d’un produit respectueux de
l’environnement propre aux manœuvres s’avère judicieux.

Le choix d’un émulseur d’entraînement peut se faire majoritairement sur des critères
environnementaux comparés à des critères techniques ou d’efficacité.

 Quelle est la politique du fabricant en terme de gestion de fin de vie du produit ?

La fin de vie du produit ne doit pas être négligée. Il convient, dès l’achat de se poser la
question du devenir de l’émulseur non utilisé après sa date de péremption.
Rappelons que les fournisseurs ont la possibilité, à l’issue de la durée de vie initiale du
produit, de réaliser des analyses pouvant conduire à prolonger la garantie du produit.

- 38 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Il faut également savoir que certains fournisseurs proposent de reprendre les produits périmés
non utilisés, ce qui peut être valorisé lors de l’attribution du marché.

 Le traitement et la récupération des eaux d’extinction (exemple : gros feu de dépôt


pétrolier) sont-ils prévus ?

Plus le produit est efficace, plus la quantité utilisée est faible. Par conséquent, le traitement
des eaux d’extinction sera moindre et le coût global s’en trouvera valorisé.

Exigences économiques

 Quel est le coût de possession du produit ?

 Quel est le coût des accessoires particuliers indispensables ?

 Quelles sont les garanties du fournisseur ?

 Comment chiffrer le coût de fin de vie du produit ?

- 39 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Exemple d’analyse du besoin

L’analyse fonctionnelle est un outil précieux pour la définition d’un besoin particulier. La
maîtrise de cet outil est indispensable pour la définition d’un cahier des charges rigoureux qui
pourra mener à la rédaction d’un CCTP tout aussi clair et complet.
Cette partie reprend en détail les différentes étapes d’une analyse fonctionnelle cohérente,
appliquée au besoin en émulseur pour les sapeurs-pompiers.

Note : cette partie ne touche qu’aux émulseurs, le besoin en mouillant n’est pas traité.

1. Le contexte

La lutte contre les incendie fait partie des missions premières des sapeurs-pompiers. Face à
certains types de feux, l’emploi d’émulseurs est indispensable pour circonscrire le sinistre.
Les types d’utilisation d’émulseurs sont les suivants :

Feux de classe B concernant les liquides non miscibles à l’eau

Feux de classe B concernant les liquides miscibles à l’eau

Contenir la diffusion de vapeurs chimiques par formation d’un tapis de mousse

Déblais, tapis de mousse préventif

Formation à l’usage d’émulseur

2. Intérêt de l’utilisation

L’émulseur, mélangé à l’eau dans des concentrations adéquates permet d’obtenir une solution
moussante. L’adjonction d’air à cette solution permet la formation de mousse. La mousse est
ainsi un mélange hétérogène d’air et de solution moussante. La mousse agit principalement de
deux manières. Elle agit premièrement par étouffement en empêchant l’apport de comburant
vers le combustible puis deuxièmement par refroidissement, grâce à son eau de constitution.
Certains émulseurs permettent une troisième action simultanée grâce à la création d’un film
aqueux à la surface du liquide en feu : l’arrêt des émissions de vapeurs inflammables.

Les émulseurs trouvent donc leur principale application là où l’eau est peu ou pas efficace,
par exemple sur les feux de liquides inflammables ou pour noyer de grands volumes. Leur
utilisation est indispensable pour les feux de surfaces horizontales d’hydrocarbures liquides et
de produits polaires du type alcools, amines, cétones ou encore esters.

Il est également possible de faire usage des émulseurs pour créer un tapis de mousse destiné à
stopper les émissions de vapeurs de produits chimiques dans l’atmosphère suite à la
dispersion accidentelle du produit dans l’environnement.

- 40 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

3. Matériels actuels

Un grand nombre de type d’émulseurs différents est disponible sur le marché. La liste ci-
dessous présente un aperçu complet du marché.

Les différentes natures de bases moussantes

o Les émulseurs protéiniques (P) : la base moussante de ces émulseurs est constituée
de protéines hydrolysées. Il existe sur le marché des émulseurs à base protéinique
destinés uniquement à l’extinction de feux d’hydrocarbures et d’autres servant à
l’extinction combinée de feux d’hydrocarbures et de liquides polaires.

o Les émulseurs synthétiques (S) : la base moussante est constituée de tensio-actifs


hydrocarbonés. Les utilisations sont identiques à celle des émulseurs protéiniques.

Les émulseurs pour feux d’hydrocarbures pour feux de liquides non miscibles à l’eau : ce
type d’émulseur est exclusivement conçu pour faire face aux feux d’hydrocarbures qui
sont des produits non miscibles à l’eau.

Les émulseurs pour feux de liquides miscibles à l’eau ou résistant à l’alcool (AR, Alcohol
Resistant) : ce type d’émulseur est adapté à la fois à l’extinction des feux de liquides non
miscibles à l’eau tels que les hydrocarbures d’une part et d’autre part à l’extinction des
feux de liquides présentant des propriétés polaires, c'est-à-dire présentant une affinité avec
l’eau contenue dans la mousse. L’utilisation d’un émulseur non polyvalent sur ce type de
feux entraînerait la destruction de la mousse et en conséquence serait inefficace.

Certains émulseurs AR peuvent précipiter une pellicule polymère à la surface du liquide.

Les émulseurs fluoroprotéiniques (FP) : ce sont des émulseurs protéiniques auxquels ont
été ajoutés des agents tensio-actifs fluorés.

Les émulseurs filmogènes (AFFF : Aqueous Film-Forming Foam concentrates) : Ils ont
généralement pour base des mélanges d’agents tensio-actifs hydrocarbonés et fluorés qui
ont en plus la propriété de former une pellicule aqueuse à la surface de certains
hydrocarbures.

Les émulseurs filmogènes fluoroprotéiniques (FFFP : Film Forming FluoroProtein foam


concentrates) : ce sont des émulseurs fluoroprotéiniques qui ont la propriété de former un
film aqueux à la surface de certains hydrocarbures.

- 41 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

4. Enjeux

Face au nombre de produits différents disponibles sur le marché, il n’est pas toujours
aisé pour l’acheteur de définir et de préciser son besoin.
Les produits émulseurs ont des exigences de stockage relativement importantes qu’il
convient de maîtriser lors de la définition du besoin.
L’usage d’émulseurs entraîne l’émission de produits chimiques ; la préservation de
l’environnement et le développement durable sont également des notions à prendre en
compte dans le besoin.

5. Les attributs du besoin

Cette section permet de définir le besoin en quelques mots, par la recherche de ce qui le
caractérise.

Pourquoi le besoin existe-t-il ?

Permettre la lutte contre les incendies où l’eau seule est inefficace

Protéger les personnes, les biens, l’environnement

Stopper l’émission des vapeurs suite à la dispersion d’un produit chimique

Quels facteurs peuvent faire évoluer le besoin ?

Autonomie des grandes industries à risque pour l’extinction de feux éventuels.

Evolution des technologies disponibles

Evolutions normatives

Quels facteurs peuvent faire disparaître le besoin ?

Evolution de la réglementation sur les dépôts de liquides inflammables

Responsabilité des secours dans le milieu industriel

- 42 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

6. Résumé du besoin

Le questionnement du besoin met en lumière quatre dominantes.

Un besoin indispensable en émulseur pour les interventions sur des feux où l’eau est
inefficace. Sans émulseur, l’obligation de moyen des sapeurs-pompiers, les missions de lutte
contre l’incendie et de protection des biens des personnes et de l’environnement ne sauraient
être remplies.

Un besoin de qualité émerge également de ce questionnement. Il se traduit par l’orientation


vers un produit de haute qualité, contribuant par son efficacité, à la réduction du délai
d’extinction, donc à la limitation des eaux d’extinction et de l’impact environnemental.
L’abaissement du délai d’extinction permet également d’accroître la sécurité de agents, par la
diminution de leur durée d’exposition. La qualité du produit peut aussi être un gage quant à sa
durabilité et ses facilités de stockage. Un besoin d’interopérabilité est également mis en
évidence au travers de la possibilité d’interventions conjointes avec des moyens industriels ou
bien d’autres SDIS. Il convient donc de s’assurer de la compatibilité de ces moyens. Le besoin
de prise en compte de l’environnement et d’éco-responsabilité se dégage lui aussi tant en
terme de composition des produits, de leur utilisation que pour leur gestion de fin de vie.

7. Diagramme Pieuvre

Les émulseurs sont en contact avec un certain nombre d’éléments de leur environnement qui
constituent leur milieu extérieur. Les émulseurs étudiés sont placés au centre du diagramme
pieuvre entourés des éléments du milieu extérieur. On décrit ensuite les relations créées par
l’objet avec ou entre ses éléments du milieu extérieur. Une ligne reliant deux éléments du
milieu extérieur par l’intermédiaire des émulseurs définit une fonction principale qui
représente un but à atteindre pour l’objet. Une flèche reliant les émulseurs au milieu extérieur
représente une fonction contrainte qui est une exigence de conception.

- 43 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Feux
Sapeurs-pompiers d’hydrocarbures
Feux de
liquides
polaires
Eau

Vapeurs de
produits
Autres chimiques
émulseurs
Emulseur (+ eau + air)

Fabricants
Fournisseurs
Stockage

Normes
Matériels

Environnement

- 44 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

8. Fonctions de définitions du besoin

Le tableau des fonctions de définition permet de caractériser les différentes fonctions mises
en évidence par le diagramme pieuvre. Cela permet de traduire, par des exigences de
conception, le besoin réel en d’émulseur.

Dénomination de
Entités concernées Identification Critère de la fonction
la fonction
Permettre aux SP
Sapeur pompier-
l’extinction des feux Performances extinctrices
Emulseur-Feux FP1
de liquides non et niveau de réallumage
d’hydrocarbures
miscibles à l’eau
Permettre aux SP
Sapeur pompier-
l’extinction des feux Performances extinctrices
Emulseur-Feux de FP2
de liquides et niveau de réallumage
liquides polaires
miscibles à l’eau
Sapeur pompier- Permettre aux SP de
Emulseur-Vapeurs confiner des vapeurs
FP3
de produits chimiques sous un
chimiques tapis de mousse
Feux Permettre de créer
d’hydocarbures- FC1 un film à la surface
Emulseur de certains liquides
Etre compatible
Matériels- avec les matériels
FC2
Emulseurs d’intervention du
SDIS
Etre utilisable avec
Eau-Emulseur FC3 des eaux salées ou PV d’essai
saumâtres

Sapeurs-Pompiers- Préserver la santé


FC4 Preuves fournisseur
Emulseurs des SP

Accroître la sécurité
Sapeurs-Pompiers- des SP par
FC5
Emulseurs diminution de le tps
d’exposition
Fabricant- Fournir les PV des
FC6
Emulseur rapports d’essai

Fabricant- Certificat de garantie


FC7 Garantir le produit
Emulseur

- 45 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Dénomination de
Entités concernées Identification Critère de la fonction
la fonction
Assurer une
formation à
Fabricant- Le fournisseur assure une
FC8 l’utilisation,
Emulseur formation complète
l’entretien et à la
maintenance
Fournir les fiches de
données
Fabricant-
FC9 environnementales, Fiches fournies
Emulseur
techniques et de
sécurité
Proposer la mise à
Fabricant- disposition et la
FC10 Proposition faite
Emulseur livraison d’un stock
d’urgence
Etre compatible
avec les matériaux
Stockage-Emulseur FC11
de stockage dont le
SDIS dispose
Etre compatible
avec les conditions Compatible avec les
Stockage-Emulseur FC12
de stockage du températures
SDIS
Pouvoir être livré en
Stockage-Emulseur FC13
fûts et containers
Pouvoir être analysé
et éventuellement
Stockage-Emulseur FC14
garanti de nouveau
en fin de vie
Etre compatible
avec les autres
émulseurs du
marché dans le cas
Autres émulseurs-
FC15 d’une intervention Interopérabilité
Emulseur
conjointe avec des
industriels ou
d’autres acteurs du
secours
Le fournisseur fournit les
Etre miscible et informations relatives à la
Autres émulseurs-
FC16 compatible avec miscibilité et à la
Emulseur
d’autres émulseurs compatibilité des
émulseurs entre eux
Respecter les Normes (NF EN 1568-1,
Normes-Emulseur FC17
normes en vigueur 2, 3, 4 )

- 46 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Le fabriquant respecte les


normes en vigueur dans sa
Environnement- Respecter politique d'entreprise, il
FC18
Emulseur l'environnement fournit les fiches de
données
environnementales.
Respect de Le fabriquant assure une
Environnement-
FC19 l'environnement en politique de reprise du
Emulseur
fin de vie produit en fin de vie
Environnement- Respecter Produit biodégradable en
FC20
Emulseur l’environnement un temps limité
Le fournisseur est capable
Environnement- Respecter d’évaluer l’impact de son
FC21
Emulseur l’environnement produit sur l’ensemble de
son cycle de vie

9. Propositions de spécifications techniques

Lors de la rédaction du CCTP relatif à l’achat d’émulseur, il appartient au SDIS de préciser


les spécifications techniques attendues que les candidats doivent apporter. Ces spécifications
techniques sont destinées à montrer l’adaptation de la réponse du produit au besoin exprimé.

Le tableau ci-après regroupe des propositions de spécifications techniques, qui pourraient être
reprises dans un CCTP. Ces spécifications sont regroupées par thématique.

Rappel : Ce tableau est strictement informatif.

- 47 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Exigences règlementaires et de sécurité

Fonctions à respecter Spécifications techniques Commentaires

Normes :
NF EN 1568-1
Respecter les normes en vigueur (FC17) NF EN 1568-2
NF EN 1568-3
NF EN 1568-4

Le candidat fournira une fiche de


renseignements concernant l'impact sur la
santé humaine.
Préserver la santé des sapeurs-pompiers (FC4)
Les indications fournies devront être justifiées
par un rapport officiel et indépendant ou
prouvées par tout moyen.

Le candidat devra fournir les fiches techniques


Fournir les fiches de données (FC9)
et de sécurité.

Le candidat devra apporter la preuve du


Respecter l’environnement (FC18) respect des normes en vigueur et fournir les
fiches de données environnementales.

- 48 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Exigences liées à l’utilisation

Fonctions à respecter Spécifications techniques Commentaires

Permettre l’extinction des feux de liquides


non-miscibles à l’eau (FP1) Le candidat devra répondre aux performances
Permettre l’extinction de feux de liquides extinctrices et niveau de réallumage exigés par
miscibles à l’eau (FP2) l’acheteur.

Permettre de confiner des vapeurs chimiques Le candidat devra fournir un rapport d’essais
sous un tapis de mousse (FP3) complet provenant d’un organisme agréé

Le candidat devra répondre aux propriétés


exigées par l’acheteur.
Permettre de créer un film à la surface de
certains liquides (FC1)
Le candidat devra fournir un rapport d’essais
complet provenant d’un organisme agréé

Etre utilisable avec des eaux salées ou


Le candidat devra fournir un rapport d’essais
saumâtres (FC3)
complet provenant d’un organisme agréé

Pour éviter des confusions les informations


Compatibilité avec les autres émulseurs du Le candidat doit être à même d’assurer la présentes sur les contenants devront être
marché dans le cas d’une intervention compatibilité de ses produits. précises.
conjointe avec des industriels ou d’autres Pour éviter des confusions, des couleurs
acteurs du secours (FC15) correspondant à des produits donnés pourront
être définies.

- 49 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Le candidat doit fournir à l’utilisateur les


Miscibilité et compatibilité avec d’autres
informations relatives à la miscibilité et la
émulseurs (FC16)
compatibilité de ses produits.

Le candidat doit être capable d’informer


Compatibilité avec les matériels
l’acheteur sur la compatibilité des produits et
d’intervention du SDIS (FC2)
des matériels existants.

Exigences liées au stockage


Fonctions à respecter Spécifications techniques Commentaires

Le candidat doit pouvoir proposer une


Contenants (FC13)
livraison en fûts et en containers.

Le candidat doit être capable d’informer


l’acheteur sur la compatibilité des produits et
des matériels de stockage existants.
Compatibilité avec le matériel de stockage
(FC11)
Le candidat fournira les résultats de corrosion
observés sur les métaux ferreux, les métaux
jaunes et l'aluminium.

Le candidat informera l’utilisateur des


Compatibilité avec les conditions de stockage
conditions optimales de conservation du
(FC12)
produit.

- 50 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Exigences liées à l’environnement


Fonctions à respecter Spécifications techniques Commentaires

Le candidat devra apporter la preuve du


Respect de l’environnement (FC18) respect des normes en vigueur et fournir les
fiches de données environnementales.

Respect de l’environnement en fin de vie Le candidat assure une politique de reprise du


(FC19) produit en fin de vie.

Le produit doit être biodégradable en un


Respect de l’environnement (FC20)
temps limité

Le candidat doit pouvoir fournir une


évaluation de l’impact de son produit sur
Respect de l’environnement (FC21)
l’environnement sur l’ensemble de son cycle
de vie.

Exigences liées aux services associés


Fonctions à respecter Spécifications techniques Commentaires

Le candidat fournira un certificat de garantie


Garantie du produit (FC7)
du produit dans lequel il en précisera la durée
de validité.

- 51 -
Guide d’aide à l’achat relatif aux émulseurs 2010

Le candidat s'engagera à délivrer par an au


minimum une journée de formation à la bonne
Formation (FC8)
utilisation, à l’entretien et maintient en
condition opérationnelle de son produit.

Le candidat pourra mettre à disposition et


Livraison d’urgence (FC10) livrer en un temps minimum, 24h/24 et
7jours/7 une quantité définie de produit.

- 52 -