Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 4 : Le contrôle par Ressuage

4-1 Généralités sur le contrôle par ressuage


1. Situation do ressuage par rapport aux autres méthodes de CND :
Par opposition aux autres méthodes de contrôle non destructif, le ressuage peut être
considéré comme une méthode «globale» pour tous les défauts debouchants en surface, quelle
que soit la nature du matériau. A partir du moment ou les conditions opératoires sont satisfaites,
on n' a pas besoin de connaître a priori I' orientation du défaut pour le détecter et un seu1 essai
peut suffire. Comme par ailleurs ce sont les discontinuités debouchantes qui peuvent nuire le
plus lors de l'utilisation de la pièce, on voit tout de suite le grand intérêt que peut présenter cette
méthode : elle est d'ailleurs fréquemment utilisée en tant que méthode de lever de doute pour
confirmer ou infirmer la présence de défauts debouchants mis en évidence par une autre
technique.
2. Description simplifiée de la méthode :
L' essai de ressuage a pour but de révéler la présence de défauts debouchants a la surface
d'une pièce. Ces discontinuités ne peuvent généralement pas être décelées par un simple
examen visuel.
L' essai de ressuage peut être résumé en quatre phases, décrites en figure 1 :

3. Propriétés physico-chimiques mises en jeu :

- 28 -
Le phénomène de ressuage résulte principalement de phénomène de capillarite dont une
application est la loi de Jurin qui précise les conditions de remontée d'un liquide dans un tube.
Lorsqu'on plonge un tube de verre de faible diamètre intérieur ( tube capillaire) dans une cuve
large contenant un liquide mouillant, on constate, comme indique figure 2, que le liquide s'élève
dans le tube au-dessus du niveau intérieur à la cuve.

La loi de Jurin précise que la hauteur d'ascension h varie en raison inverse du rayon
intérieur r du tube. En d'autres termes plus l'interstice est petit mieux se fait la remontée de
liquide.
il est également important de noter que cette hauteur d'ascension est également fonction de la
tension superficielle A du liquide. Or ce paramètre peut varier dans des proportions importantes
en fonction de la propreté des surfaces et du caractère plus ou moins mouillant du liquide.
En résumé la pénétration au remontée du liquide dans l'interstice se féra d’autant mieux
que :
-l' interstice est faible en dimension,
-la tension superficielle du liquide est élevée.
-l’état de surface et la propreté a l’intérieur de l’interstice sont bon.
-le liquide est mouillant.
-la masse volumique du liquide est petite.
-la viscosité faible.
II faut noter aussi que le modèle de la loi de Jurin présenté ci-dessus n'explique pas
totalement le mécanisme de ressuage: ce modèle ne prend pas compte, en particulier, le facteur
temps étroitement lie au phénomène de diffusion et d'adsorption physique.
4.2. Mise en oeuvre de la méthode :
4.2.1- Différents types de produits utilises :
a- pénétrants :
II existe trois familles principales de pénétrants :
 Les pénétrants colorés, qui sont généralement de coloration rouge/violette, pour
lesquels l'observation se fait en lumière blanche,
☞ Plus grande portabilité (n'exige pas d'espace sombre et de lumière ultraviolette).

- 29 -
☞ Peu sensible aux défauts contaminé,
☞ Bonne sensibilité aux petits défauts, mais les indications sont moins visibles que dans le
cas de pénétrants fluorescents.
 Les pénétrants fluorescents qui nécessitent un examen en lumière ultraviolette, en
ambiance sombre,
 Pénétrant fluorescent pré-émulsionné:
☞ Bonne visibilité,
☞ Rinçage facile,
☞ Durée de pénétration courte,
☞ Bien pour surface rugueuse,

☞ Bien pour filetage, rainures, etc,

☞ Bon sur un large éventail de défauts,

☞ Ne permet pas la détection de défauts larges et peu profonds (rayures).

 Pénétrant fluorescent a post-émulsion :


☞ Bonne visibilité,

☞ Grande sensibilité,

☞ Bon pour défauts larges et peu profonds,

☞ Nécessite une opération supplémentaire (application d'un émulsifiant), mais


le lavage a I' eau est facile après émulsion
☞ Temps de pénétration court,
☞ difficulté de rinçage dans une partie filetée, rainures, trou borgne, etc...
 Les pénétrants mixtes qui peuvent être indifféremment examines en lumière
blanche ou U.V
Parallèlement, dans chaque famille, on peut rencontrer trois cas possibles d'utilisation:
 Les pénétrants est pré-émulsifié (pré-émulsionne) auquel cas il est directement rinçable
à l'eau.
 Les pénétrants est à post-émulsification (post-émulsion) auquel cas l' excès de pénétrant
pour être éliminé, doit être soumis a l'action d'un émulsifiant intermédiaire,
 Les pénétrants est éliminable à l'aide d'un solvant approprié.
b Emulsifiants :
L 'émulsifiant n'est utilisé que dans le cas d'un produit pénétrant a post-émulsification

- 30 -
pour l'enlèvement de l'excès de pénétrant en surface de la pièce: l'émulsifiant, appliqué sur la
surface de la pièce, diffuse dans le pénétrant pour former une émulsion rinçable à l'eau.
Deux types d'émulsifiants peuvent être utilisés :
 Les émulsifiants lipophiles ( ou lipophiliques) utilisés a l'état pur, solubles dans le
pénétrant,

 Les émulsifiants hydrophiles ( ou hydrophiliques) utilisés en solution dans l'eau,


mais peu solubles dans le pénétrant: leur action, localisée en surface, se caractérise par une
modification de la mouillabilité du pénétrant qui se déplace plus facilement sous l'action
mécanique de l'eau.
c-Révélateurs :
I1 existe essentiellement deux types de révélateurs, pouvant être utilisés avec les diverses
familles de pénétrants et d'émulsifiants : .
 Les révélateurs secs se présentant sous forme de poudre : ce type est utilisable
seulement avec les pénétrants fluorescents, et :
 Pour surfaces rugueuses,
 Pour pièces de forme complexe : filetage, rainure, trou,
 Pour pièces de grande dimension,
 Les révélateurs humides constitues d'une poudre en suspension ou en solution dans
un liquide. Sous cette forme deux types"de révélateurs peuvent être rencontres :
 Le liquide support est un produit organique volatil : ce type de révélateur est
universel et peut s'employer indifféremment avec les pénétrants colorés ou
fluorescents"
 Le liquide support est de l' eau et on affaire a un révélateur humide du type
aqueux : ce type de révélateur conduisant à des manques de reproductibilité sur
le plan technique tend a disparaître. Ce type de révélateur est utilisable pour :
☞ Surface polie et lisse.
☞ Grand nombre de petites pièces.
☞ Quand on cherche des discontinuités larges et peu profondes.

4.3 Technique opératoire :


a. Préparation des surfaces à contrôler :
Les contaminations de surface son! nombreuses et variées, elles dépendent des conditions
d'élaboration, d;usinage, de stockage ou d'utilisation des pièces.

- 31 -
La technique de nettoyage a mettre en oeuvre doit être choisie en fonction de la nature de la
contamination:
 Peintures et vernis,
 Oxydation, produits de corrosion,
 Graisses, huiles. lubrifiants d'usinage,
 Résidus de combustion.
Les pièces dont la surface est revêtue de dépôts solides tels que: oxydes, calamine. résidus
de combustion" résultant le plus souvent des conditions d'utilisation; doivent être nettoyées par
des procédés suffisamment efficaces pour éliminer tous les produits contaminant de la surface
et de l'intérieur des défauts debouchants.
 Traitements mécaniques
 Traitements chimiques
 Traitements électrochimiques
 Nettoyage par ultrasons
 Nettoyage par les solvants organiques
 Dégraissage par les détergents
b- Application du pénétrant
L 'application du pénétrant liquide sur les pièces préalablement nettoyées est pratiquée:
- Par immersion,
- Par pulvérisation,
- A la brosse,
- Par aspersion.
La durée de contact entre la surface de la pièce et le pénétrant dépend :
 De la nature du liquide d'imprégnation utilisé,
 De la sensibilité du contrôle,
 De la température de la pièce.
En générale, l'ordre de grandeur de la durée pratiquée est la suivante :
 10 à 15 minutes de pénétration proprement dite,
 5 à 10 minutes d'égouttage dans le cas d'une application par immersion. .
c- Elimination de I'excès de pénétrant en surface des pièces :
Suivant la nature du liquide pénétrant la technique d'élimination sera différente, nous
distinguons trois types de produits :
 Pénétrants lavables par un solvant spécial,
 Pénétrants pré-émulsionnés directement lavables a l'eau,

- 32 -
 Pénétrants à post-émulsion lavables à l'eau après application d'un émulsifiant.
d- Vérification de I'opération de rinçage :
Il est important de vérifier après rinçage à l'eau, l'absence de pénétrant en surface. Deux
cas peuvent se présenter suivant la nature du pénétrant :
1. La vérification se fait en lumière blanche (naturelle ou artificielle) dans le cas d'un
" pénétrant coloré,
2. La vérification se fait en lumière ultraviolette le cas d'un pénétrant fluorescent
Si après vérification, une coloration anormale subsiste, on renouvelle l'opération de
rinçage à l' eau. Dans certain cas on peut être amener à recommencer complètement la
Procédure. Dans les anomalies constatées peuvent provenir d' une mauvaise préparation de
.surface de la pièce.
e- Séchage :
L' opération de séchage est effectuée de trois manières possibles :
 Par exposition des pièces a l'air chaud (ne dépasse pas 80 °C) d'une étuve pour éviter la
décomposition des produits utilises,
 Par soufflage a l' air comprimé sec et déshuilé à une pression inférieure a 200 kPa afin
d'éviter de chasser le pénétrant des défauts,
 Au chiffon sec\ propre et non pelucheux.
La durée de l'opération doit être la plus courte possible afin d'éviter le séchage du
pénétrant à l'intérieur des défauts.
f- Application du révélateur :
L'opération de révélation favorise la remontée du pénétrant le long du défaut, jusqu'en
surface extérieure : c'est le phénomène de ressuage proprement dit. En fonction de la nature des
produits, on applique l'une des procédures suivantes :
 Pour les révélateurs secs l'application se fait par :
 Pulvérisation mécanique a l'aide d'un pistolet a l'air comprime,
 Création d'un brouillard de poudre dans une cabine étanche aménagée a
cet effet,
 Pulvérisation électrostatique,
 Pour les révélateurs liquides l'application se fait par :
 Immersion (quelques secondes),
 Pulvérisation mécanique ou électrostatique (pour les non aqueux).
D'une manière générale la durée d'application du révélateur n'est pas critique sauf lorsque
l' on procède par immersion dans le cas du révélateur liquide.

- 33 -
g- Observation des indications de défauts :
Il est intéressant d'observer des J'application du révélateur et a intervalles de te réguliers
de manière a suivre l'évolution des indications, se sécuriser sur la présence du et estimer son
importance.
L'observation est pratiquée en lumière naturelle ou artificielle d'une intensité au égal~ a
350 lux pour les pénétrants colorés, et une densité énergétique de 8 Wm-2 mini ( 15 W m-2 est
souhaitable) en lumière ultraviolette pour les pénétrants fluorescents.
II.2.8. Nettoyage final :
Un nettoyage final est préconisé pour certains matériau (alliages d'aluminium. alliage de
magnésium) pour lesquels la présence des produits utilisés peut entraîner des corrosions par
piqûres.
La procédure de nettoyage final adoptée est généralement la même que celle pratiquée au
stade initial pour la préparation de surface.
4.4- Choix des produits en fonction des exigences :
Le choix d’une procédure pour le contrôle par ressuage d’une pièce est essentiellement
fonction de deux natures de paramètres :
 Des paramètres liés a la pièce elle-même a contrôler, tels que :
 L'état de surface: rugosité et coloration…
 La nature de l'alliage : acier ordinaire ou inoxydable, alliage léger titane
 Le type de procède de fabrication : coulé, forgé, laminé, soudé.
 La température de la pièce.
 La nature des défauts recherches (fins ou grossiers),
 Le nombre des pièces a contrôler.
Le tableau ci-dessous précise les solutions généralement adoptées en fonction des types
de pièce a contrôlées :
Type de pièce Type de pénétrant
Pièces usinées très sollicitées : aubes de turbines, Pénétrant fluorescent à post-émulsion avec
compresseurs, disques émulsifiant hydrophile
Pièce de sécurité coulées ou forgées : roues, blocs Pénétrant fluorescent pré-émulsionné ou à
cylindres, culasses, tubes d’échangeurs post-émulsion avec émulsifiant lipophile
Ensembles ou sous-ensembles mécano-soudés, ou Pénétrant coloré pré-émulsionné
pièces de fonderie

 Des paramètres liés à la nature des produits, tel que :


 La mouillabilité,

- 34 -
 La lavabilité,
 Le type de révélateur
Le classement en sensibilité généralement adopte est présenté dans le tableau ci-
dessous:
Type de pénétrant Sensibilité
Pénétrant colore pré-émulsionne Faible sensibilité
Pénétrant fluorescent pré-émulsionné Sensibilité moyenne
Pénétrant a post-émulsion avec émulsifiant Haute sensibilité
lipophile
Pénétrant a post-émulsion avec émulsifiant Très haute sensibilité
hydrophile

4.5- Informations nécessaires pour le contrôle d'une pièce :


a. Conditions de préparation de la pièce :
 Le nettoyage : nature du produit utilise et conditions d'application,
 L'enlèvement de la protection s’il y a lieu,
 La nature de l' attaque chimique a exécuter si les pièces ont subi un traitement
mécanique particulier (sablage)
b- Nature des produits de ressuage a utiliser :
 Pénétrant: type, constructeur, conditionnement,
 Emulsifiant : type, constructeur, conditionnement,
 Révélateur : type, constructeur, conditionnement. -
c- Conditions d'application du pénétrant :
 Application en immersion ou en pulvérisation,
 Temps d'application et d'égouttage,
 Recommandations particulières.
d- Conditions d'enlèvement de I'excès de pénétrant en surface de la pièce :
 Rinçage à l'eau ou emploi d'un émulsifiant,
 Recommandations particulières pour le temps d'exposition dans le cas de
l'utilisation d'un émulsifiant,
e- vérification du lavage des pièces :
 Les conditions d' examen en lumière blanche ou ultraviolette.
f- Conditions de séchage des pièces :
 Séchage a l' air ambiant, à l'air comprimé ou en étuve,

- 35 -
 Temps de séchage,
 Température de séchage a ne pas dépasser,
g- Conditions d’application du révélateur :
 Pulvérisation en bombe ou par nuage de poudre
 Recommandations particulières sur l’épaisseur du film à appliquer à la surface dans
le cas d’un révélateur liquide,
 Temps d'exposition,
k. Conditions d'examen des images et l'interprétation des résultats :
 Nature de l’ examen : à l’œil nu, à la loupe,
 Grossissement utilisé dans le cas de la loupe.
 Nature du rayonnement : lumière blanche ou lumière ultraviolette (longueur d'onde
et intensité donnée ).
 Critères d’admissibilité des indications et défauts :
 Longueur minimale prise en considération.
 Nombre d’indications isolées acceptables par unité de surface.
 Nombre d’indications groupées acceptables par unité de surface.
La chronologie des différentes opérations et les principales recommandations peuvent
être regroupées sous forme d’une gamme condensée rappelant a l'opérateur toutes les
informations nécessaires pour la mise en œuvre.

- 36 -
- 37 -