Vous êtes sur la page 1sur 16

Numéro spécial jeunes talents , Châtellerault 10 novembre 2018

Adieu la compétition L' organisatrice du festival de la jeunesse


bonjour le plaisir
Nous avons rencontré la coordinatrice "enfance jeunesse" de Châtel-
Jeunes Talents est passé de compétition
lerault, Zoé Bonnet, pour vous faire connaitre les coulisses du festi-
à simple rencontre pour le plaisir. Mais
val de la jeunesse .
pourquoi cela ? Qui a pris cette déci-
sion ? Qu’en pensent les talents ? Jules oé Bonnet a
Coutant, Noa Garino, Batiste Abascal, K été mission-
-azuri et Catherine Bélier répondent à née pour imagi-
ses questions. ner des actions
citoyennes pour
Tout un changement
Jeunes talents existe depuis déjà 8 ans. les jeunes de
Avant, il s’agissait d’une compétition mais, Châtellerault.
cette année, pour la première fois, les Ses partenaires :
jeunes se retrouvent pour partager leur le " 4", le centre
passion artistique sur scène, devant leurs de loisirs des
proches et amis mais surtout devant un Renardières,
public. celui de la Plaine
Cette décision fut politique. Le but est de d'Ozon, des Mi-
permettre à toutes les disciplines de partici- nimes et de Châ-

©K’enkon attend
per car, comme le dit Catherine Bélier : teauneuf. Pour
«Comment juger si un danseur est meilleur organiser, ils ont
qu’un chanteur ou qu’un magicien meilleur réuni des profes-
qu’un circus ». De plus, la compétition peut sionnels, des
faire fuir certains talents sous la pression citoyens, des
du jury. Un matériel professionnel est mis à jeunes, ont fait 3 groupes. Pour savoir ce que les jeunes veulent dans leur
disposition, et des personnes spécialisées vie, pour organiser un événement, pour lancer des Assisses de la jeunesse.
dans le domaine sont présents afin d’ac- Elle a commencé à travailler à un recueil de la parole des jeunes en faisant
compagner les talents dans cette expé-
un collectif de jeunes entre 12 et 25 ans, pour améliorer la ville de Châtel-
rience unique.
lerault.
Et qu’en pensent les talents !
L’avis des artistes est très partagé, même Les intervenants
au sein des groupes .
Depuis le mois de juin, Zoé Bonnet a contacté plusieurs intervenants dis-
Côté artistes, Jules Coutand et Batiste
ponibles (les associations, une compagnie de théâtre, des comédiens, des
Abascal plaident le plaisir avant la compéti-
animateurs...). Ils interviennent dans les collèges et les lycées de Châtelle-
tion. Ils disent préférer le « fun » au stress
qui a déjà fait fuir un talent. D’autres, par rault pour ce festival. Zoé est partie sur le thème de "vivre ensemble" et
contre, comme Noa Garino, possèdent un sur plusieurs thématiques : le bien être, l'estime de soi, la discrimination,
esprit de compétition et trouvent dom- l'égalité fille et garçon, la solidarité, la fraternité, la religion, le racisme, les
mage d’abandonner cette idée, car il n’y a réseaux sociaux, les cultures, les migrations, la laïcité, la citoyenneté...
plus d’enjeux et de rivalité. Pour finir, des Il y a aussi une présentation de repas culturel : chaque participant doit
artistes comme K-azuri n’ont aucune préfé- présenter son repas culturel pour le faire découvrir aux autres et ça dé-
rence n’ayant jamais connu « Jeunes Ta- bouche sur un pique-nique. De 13h à 17h, le jour de fin du festival, il y a
lents » sous forme de compétition.
des ateliers où tout le monde peut s'inscrire et ça se poursuit par l'édition
Maëla Bergonnier (Ancienne de la classe jour- 2018 de Jeunes Talents. Une bonne façon d'apprendre à se connaitre au-
naliste et participante à Jeunes Talents). tour d'un plein de jeunes exprimant leur talent.
Esther et Jasmine
dire l'intérêt et le plaisir que toute l'équipe a ressentis tout
K'eskon Attend ne pouvait rater ça ! Présent depuis le dé- au long de cette semaine d'animations et d'événements
but de l'histoire de Jeunes Talents, le journal du Collège consacrés à la jeunesse, toute son admiration aussi pour
Descartes tenait à être là pour une huitième édition (quand les jeunes qui n'ont pas hésité à monter sur scène, souvent
même!) qui est en même temps une première. Huit édi- pour la première fois, pour s'engager vers les autres. Il y a
tions pour dire que la jeunesse a du talent, et une nouvelle eu des rencontres, celle de Fred, l’attrapeur de rêves ca-
formule pour faire de la place à tout le monde, pas seule- pable d'écrire, de mettre en scène, d'apprendre un spec-
ment aux musiciens et sans esprit de compétition, c'est tacle en 4 h à partir des propositions de ses spectateurs ;
tentant ! Quand, en plus, le spectacle est proposé en point celle de ces soi-disant scientifiques venus prendre au piège
d'orgue d'une nouveauté, le Festival de la Jeunesse, on ne toute une salle ; ou encore, pour n'en citer que quelques-
peut résister. L'édition que vous tenez entre les mains veut uns, celle de ces débrouillards sympas qui fouillent dans
nos smartphones... Et il y a eu des moments, ces ateliers du
samedi autour du graf, de la libre expression qui mêlaient
« tout-jeunes » et « plus âgés » ; cette scène qui alternait
groupes et « tout seuls », musique et cirque, magie et
danse...
K'eskon attend a donc été là pour que, dès la fin du week-
©K’enkon attend

end, vous puissiez prolonger le souvenir encore frais de ces


instants, et pourquoi pas le garder jusqu'à la 9ème édition.
Bonne lecture !
La rédaction

Pierre Rekia, plus connu sous le pseudo de "toukboy", fait des vidéos, des montages
et des photos sur l'application "Tik Tok". Il est présent à Jeunes Talents.

'origine de son pseudo vient au fur et à mesure du


de son surnom "Touk". temps. Ses vidéos sont
Quand il s'est inscrit sur face- basées sur tous styles de
book, il n'y avait pas de musiques, humour, rap...
"toukboy" et donc il a pris ce
Comment il est arrivé à
nom.
Jeunes Talents
En plus de faire des vidéos, sur Tik
Cette application est pour
Tok, il est inscrit au Conservatoire ©K’enkon attend
lui un bon passe-temps.
en Chant. Ce qui l'a lancé sur Tik
"Si vous vous ennuyez,
Tok est une pub qu'il a vue sur Ins-
allez dessus", dit-il. Cette
tagram : "j'ai vu des gars, des
année, il se présente à
meufs, des trucs puis ça m'a donné
Jeunes Talents en tant qu'artiste ter et danser et puis réaliser énor-
envie". Ce qui l'a redirigé sur l'appli-
vidéaste grâce à son animatrice de mément de choses. Même si l'appli-
cation. Il a toujours aimé faire des
quartier qui l'a lancé dans l'évène- cation ne lui permet pas de gagner
vidéos et danser. Il partage ses vi-
ment Jeunes Talents. Au début, il sa vie, il aimerait tout de même
déos sur les réseaux sociaux Insta-
ne voulait pas puisque pour lui ce gagner un peu d'argent. Autrement,
gram, Facebook et Snapchat et bien
n'était pas trop un talent. il travaille dans les bars pour tout ce
évidemment Tik Tok. Il fait cela tout
qui est évènementiel, soirée, mu-
seul. Il est tout de même plutôt Vu que maintenant, Jeunes Talents
sique etc. "Je suis plus quelqu'un de
connu avec "3771 fans et 28,3k est ouvert à tous, son animatrice lui
la night que de la journée," nous dit
cœurs". Cela fait à peu près 4 ans a proposé de faire un montage avec
-il.
qu'il est lancé sur l'application et ses vidéos et de se présenter.
Solene, Stella,Farah
son nombre d'abonnés a augmenté Il a plein d'espoirs. Il voudrait chan-
Jeunesse

Les Petits Débrouillards, pas si petits, mais vraiment débrouillards. Parmi eux,
Antoine Zabern en pleine activité. Mais avant tout, à quoi sert ce groupe qui a
choisi ce drôle de nom, Les Petits Débrouillards ?

ordinaires de rencontrer les Antoine avait préparé des grandes


gens dans la « vraie » vie. fiches avec ce que les applications
nous demandent d’accepter dès
Au cours de l’activité le départ. Comme par exemple,
certaines demandent d’accéder à
Au début de l’activité, An- vos sms, à vos enregistrements
toine parle de audio, à vos photos, de modifier
« confidentialité ». La ques- les paramètres audio, etc. Il y a
tion posée est que si quel- obligation de les accepter pour
©K’enkon attend

qu’un tape un nom sur inter- pouvoir télécharger cette applica-


net, que voit-il de la per- tion.
sonne parmi toutes les in- Les élèves avaient déjà eu une
formations sur les réseaux partie de l’activité auparavant, qui
sociaux ou le reste de la leur avait permis de comprendre
eurs but est de faire expéri- toile ? Pour ce faire, un test un peu l’idée qu’il y a derrière
menter des « choses », de simple : un élève a tapé son nom. l’application. Antoine le répète
les comprendre et d’en dé- A l’écran s’est affiché un club de volontiers : « Si c’est gratuit, c’est
battre. Deux coordinateurs foot dont l’élève fait partie. Puis, toi le produit. » Ce qui signifie que
animent l’association, Antoine Antoine parle de l’option qu’on si une application est gratuite, les
Zabern et Aurélien Exposito. Sur peut ajouter dans les paramètres créateurs trouvent toujours le
l’activité, au moment de l’atelier du réseau pour éviter que de moyen de gagner de l’argent ail-
au collège Descartes, le sujet telles infos soient disponibles leurs. La bonne humeur était très
était : « Qu’est- ce qu’un réseau pour tout le monde, pour être en présente. C’était un bon moment,
social ? ». Leur but premier n’est « privé ». Ensuite Antoine fait très intéressant. Merci les petits
pas d’avertir les jeunes sur ça. compter les applications qui sont débrouillards !
Mais avant tout de parler des dans le téléphone des élèves pré-
Marie Puchaud et Emma Bes-
différences qui existent entre les sents. Certains en ont énormé-
nault--Jolly
réseaux sociaux et les moyens ment, mais la plupart de ces appli-
cations étaient déjà là au début.

Dans la ville de Châtellerault, il y a l'Ange- rent, ils ont de la nourriture, des bois-
larde, dans l'Angelarde, il y a des salles sons et tout ce qu'il faut pour être bien.
dans ces salles, il y a une loge, et dans Ils ont leurs propres toilettes et même
cette loge ... des douches, des vêtements à leur dis-
position, une table repassage, un frigo,
Cette loge est mixte même si certaines
et un accès direct au plateau... Ces fu-
personnes auraient préféré qu'elle soit
turs artistes sont traités comme des
©K’enkon attend

non-mixte. Elle assez grande, avec beau-


rois!
coup de miroirs et de lumières qui reflè-
tent les "merveilleux" visages des ar- Loubna et Louisa
tistes. A part ça, les artistes s'y restau-
Jeunesse

Agnès Roi et Sonia Poupinot font partie d'une associations bénévole, qui
s'appelle le CIDFF, nous parlent des relations filles/garçons, rencontre...

Qu'est ce que le Elles sont chargées de projet, elles Deux ateliers ont eu lieu au
CIDFF ? travaillent en partie sur l'égalité collège Descartes. Entre filles
Le CIDFF, plus hommes/femmes, avec des interven- et garçons.
précisément tions scolaires. Et à coté, elles font Le premier atelier consistait à
le Centre aussi de l'accompagnement individuel écrire sur un post-it jaune les
d'Informa- pour les femmes, notamment quand clichés entendus sur les filles
tion sur les elles veulent travailler : elles les aident et sur un post-it rose, les cli-
Droits des dans leurs recherches d'emplois, pour chés entendus sur les garçons.
Femmes et tout ce qui est lié à l'orientation de Les préjugés les plus entendus
des Fa- l'insertion professionnelle. Elles ont sur les filles sont qu'elles pren-
milles, est une une mission de l'égalité femme/ nent 2h pour se préparer,
association béné- homme au sein de l'association. Elles qu'elles ne pensent qu'à l'ar-
vole qui est un sont financées par l'Etat, au service gent ou encore qu'elles ne
peu partout dans "droits des femmes", et elles ont donc font que du shopping... Les
la Vienne : Poi- des missions de sensibilisation sur des préjugés les plus entendus sur
tiers, Châtelle- thèmes tels que lutter contre les cli- les garçons sont qu'ils sont
rault, Loudun, etc. chés sur les femmes et sur les machos, qu'ils sont pervers ou
©K’enkon attend

Il y a une directrice, hommes. encore qu'ils ne pensent qu'au


deux informatrices Les clichés les plus courants touchent foot...
juridiques, une à la vie quotidienne. Par exemple lors-
Le deuxième atelier était un
conseillère d'em- qu'une femme se met en jupe, elle est
débat mouvant. On devait se
ploi pour les souvent jugée, dans le sens où les gens
positionner au milieu de la
femmes, et d'autres encore. pensent qu'elle veut "se montrer". Et
salle avec à droite, un côté
Un point d'écoute psychologique a lieu un garçon sera aussi jugé s' il aime le
"pas d'accord" et à gauche, un
à Buxerolles (Lundi/ Numéros au cas où : rose , joue avec des pou-
côté "d'accord". Sonia disait
Vendredi) et à Châtelle- pées... Il sera insulté,
116 006 = pour les victimes une phrase ( ex: un garçon
rault (mardi/jeudi), sur traité de gay, fillette,
d'harcèlement jaloux a le droit d'interdire à
rendez-vous. La mission : mauviette et plein
3919 = pour lvictimes de d'autres insultes. Donc sa chérie de porter une jupe
défendre les droits des
violence conjugale courte ? ), et à partir de cette
femmes partout et tout pour que ça s'arrête, il
phrase on devait se mettre
le temps ! ne faut pas mettre les
soit du coté "d'accord" ou "pas
Qui sont Agnès et Sonia ? filles dans une case et les garçons dans
d'accord". L'occasion d'un vrai
une autre, le meilleur moyen d'éviter
Agnès et Sonia sont, elles, toutes les débat, enflammé et utile...
le conflit. Merci à Agnès et Sonia.
deux salariées et travaillent depuis 25
Loubna et Louisa
ans pour Agnès, et 10 ans pour Sonia.

Cette année, tout le monde est convié en même temps, à 10h. Jeunes Talents commence ...

Il y a du retard. La présentation devait commencer à 10h, Horiot. Benjamin et Aïssa vont vous emmener dans les
mais ce retard permet aux personnes de faire connais- loges." On nous emmène dans les coulisses où les anima-
sance. Certains se filment, d'autres mangent, d'autres teurs nous présentent le programme :"Dans un premier
visitent, d'autres encore discutent... C'est un moment temps, les installations, ensuite, la classe journaliste, puis,
détente". la balance de 12h à 16h20, les interview radio et, enfin, à
Ça commence enfin ! 20h, les concerts”. La journée peut (enfin) commencer !

Nous entrons dans la salle à 10h20. L'organisatrice prend Suzanne Guitton


la parole: "Chers artistes, bonjour à tous. Je suis Dorothée
Jeunesse

C’est le métier de Tangui et Laïs et ils le partagent avec toutes les personnes
de tous les âges. Rencontre et petite visite au cœur d’un de leurs ateliers.

aïs a étudié dans un lycée Tangui nous


avec option «théâtre» raconte qu’il est
puis elle a fait une forma- parti au Came-
tion de marionnettiste. roun à Yaoundé
Depuis, elle fait pas mal d’ate- pour des études
liers marionnettes, de théâtre, et comme c’est
de lecture, avec des enfants, en Afrique, la qua-
des adolescents, des per- si-totalité des
sonnes âgées, des handica- élèves sont noirs
pés). Tangui a fait des études de peau. Il s’est
de littérature à l’université de retrouvé le seul

©K’enkon attend
Poitiers et depuis 2008, il est blanc parmi eux et
devenu lecteur professionnel, il s’est mis à la
pour une association « Le place des noirs
Plac’art» . Il travaille avec des quand ils viennent
dans un pays
personnes de tout vait pas à parler de ses lec- étranger. La plu-
âge. Son activité est tures : les autres n’avaient pas part sont victimes
lecteur mais aussi lu les livres qu’ il lisait. Il se de discrimination.
formateur de profes- retrouvait très seul. Il dit: « En rentrant en
C’est leur objectif : faire en sorte que
sionnels c’est juste qu’on prend rare- France, il a trouvé
les jeunes parlent avec d’autres pour
(bibliothécaires, en- ment le temps de se lire des cette expérience
créer des points communs. «Je trouve
seignants, libraires, livres les uns les autres» . intéressante : elle
que l’adolescence, le collège, c’est une
éducateurs) pour Tangui se pose la question : ‘’ lui a permis à
période pleine de questions. Là, on
qu’ils apprennent à Quel est le meilleur moyen, le mettre la diffé-
n’est pas dans le cadre d’un enseigne-
lire à haute voix de- chemin le plus court pour juste- rence à sa vraie
ment où le prof parle et les élèves
vant un public. Tan- ment qu’on partage, qu’on cons- place. Laïs nous
écoutent », explique Laïs. « Les idées
gui explique qu’il a truise une culture commune?». raconte alors
viennent des élèves, on leur donne un
fait ses études en Voici sa réponse : «C’est se lire qu’elle était en
coup de main». C’est ainsi qu’ils ont
littérature : un ‘’ mas- les livres vraiment à haute voix. Belgique dans un
conçu leur atelier : sur deux journées,
ter recherche ‘’pour Il faut savoir que la lecture silen- café à travailler.
pour aborder trois thèmes ( LAÏCI-
lequel il a passé 5 ans cieuse est très moderne. Elle est Une dame qui
TÉ,RELIGION,RACISME) avec des
à l’université. apparue au XV et XVIème siècle. parlait assez fort
jeunes de troisième. Le premier jour,
Il explique qu’il lisait Avant, tout le monde lisait à lui a glacé le sang.
les élèves sont mis en groupes au ha-
énormément, puis haute voix pour plein de raisons La dame disait des
sard et chaque groupe se voit attribuer
quand il rentrait chez différentes, et du coup, les propos racistes
un thème et une tâche : Le groupe RE-
lui, et qu’il invitait textes circulaient beaucoup à sur les étrangers.
LIGION devait mettre en place un grand
des amis, il ne trou- l’oral. Depuis, ça ne passe que Laïs en a eu marre
débat. Le groupe RACISME devait con-
par l’écrit, on et elle a demandé
cevoir un débat mouvant. Le groupe
entend de à la dame de par-
LAÏCITÉ partait sur un quiz.
moins en ler moins fort. La
Les élèves étaient très ambitieux et ont
moins les dame lui a répon-
bien travaillé avec Tangui et Lais. Le
textes à du : «dès qu’on
lendemain, les élèves ont donc pu ani-
l’oral. C’est dit la vérité, ça
mer eux-mêmes les débats et le
pour ça que choque !». Laïs
quiz .Chacun a donné son opinion et
j’ai eu l’ide voulait lui expli-
s’est exprimé à sa manière. A la fin,
de devenir quer mais la dame
chacun pouvait proposer une «pépite-
un lecteur était complète-
cadeau» pour aller plus loin. Un extrait
professionnel ment butée, du
de la déclaration des droits de
». coup Laïs lui a dit :
l’homme, la lecture d’un discours de
«mais vous avez
Martin Luther King, une lecture d’un
©K’enkon attend

Alice et raison.» la dame


extrait de roman... On pouvait partir
Farah s’est sentie com-
avec des informations nouvelles, et des
prise, a payé son
bons souvenirs qu’on pourra raconter à
café et est partie.
tout le monde.
Jeunesse

Fred Billy est directeur, et comédien de la compagnie « Ça Va Sans Dire ». Sa compagnie se charge de
recueillir les récits de personnes et ensuite les retransmet en spectacle. Un travail de journaliste avant
de faire le travail de comédien. Il nous a permis d’en savoir plus sur lui et sa troupe de théâtre.

collège. Son public est composé Il a commencé par des rêves réalisés
des auteurs eux-mêmes ravis de très connus : « Le petit Neil Armstong
retrouver ce qu’ils ont dit. rêve. Il rêve de mettre un pas sur la
Leurs rêves, il y en a des spéciaux : lune. Le petit Kylian rêve d’être cham-
que le sol soit en chamallow pour pion du monde de football. Le 15 juil-
ne pas se faire mal ; voler tel un let 2018 il a réalisé son rêve, comme
oiseau ; avoir un chat ninja ; avoir Martin, qui rêve l’égalité entre les
©K’enkon attend

un clone pour louper des cours ; noirs et blancs en criant « I HAVE A


être un super-héros… Il y en a DREAM ». Barack, 11 ans, rêve d’être
aussi des réalistes : commencer le premier président noir des États-
tout le temps à 10h ; être cham- Unis. Ses amis ne croyaient pas en son
pionne du monde, attaquante à rêve pensant que c’était impossible.
u début, des rires de filles. On l’Équipe De France ; devenir coiffeuse Un président noir, et en plus des États-
vient d’annoncer sur scène en Italie ; être riche ; rencontrer des Unis ! N’importe quoi ! »
leur rêve. Elles échangent, un chanteurs, et bien d’autres… Il raconte : « Pour réaliser quelque
peu gênées, puis ça va mieux. Cette représentation, ce spectacle sur chose il faut d’abord le rêver ». C’est
Elles précisent ce qui est dit. Fred en- les rêves, c’était pour le festival, une ce que l’on retiendra, pour continuer à
chaîne, raconte, évoque. Des rêves, il façon de travailler la jeunesse à partir rêver plus avant...
en a récolté pendant deux jours au de ce qu’elle veut pour l’avenir. Joaquim, Baptiste
©K’enkon attend

Guillaume Chouteau le professeur, Arthy Gibault et Olivier Papu-


chon ses élèves, nous ont piégés au sein d'une pièce de théâtre.
Récit d'un atelier du festival un peu surprenant.

grâce à Guillaume qui faisait s'est plutôt spécialisé sur le métier de


des spectacles dans des mai- clown.
sons de quartier. Il a rencon-
Leurs attentes
tré un animateur qui voulait
monter une pièce de Pour cette activité, leurs attentes sont
ranche D'avis est un spectacle de théâtre. Guillaume était comédien, lui de faire parler les jeunes entrent eux, de
théâtre interactif, qui est basé et ses copains ont alors répondu positi- débattre sur des sujets importants, pour
sur des débats et des prises de vement à la demande de l'animateur. Le qu’ils puissent se faire une pensée du
positions. Les acteurs se font spectacle est porté par la structure du monde tout seuls. Il ne font aucune ca-
passer pour des psycho- CEMEA qui fait de l'éducation, qui s'oc- tégorie, même les plus grands peuvent
comportementalistes puis, à la fin, ils cupe du BAFA, BMP, animateur... Trance participer, ils veulent enlever la hiérar-
font comprendre en dansant que ce ne d'Avis existe depuis près de 15 ans. chie.
sont pas des psycho- Ils portent un regard plein d'intérêt sur
Leurs parcours...
comportementalistes. Ils vont improvi- les spectateurs : "vous êtes des citoyens
ser des petites scènes qui durent entre 5 Ils ont commencé le métier par hasard, en construction", disent-ils. En faisant ce
et 10 minutes, et ils posent alors une Guillaume et Arthy ont presque le même
spectacle, ils pensent nous faire grandir.
question pour ouvrir un débat sur des parcours. Arthy a rejoint très vite Guil- Cette activité va évoluer grâce aux dis-
tranches de vie (c'est pour cela que ça laume quand son spectacle a commen-
cussions entre ceux qui ont vu le spec-
s'appelle comme ça, jeu de mots !) Les cé, ca fait 18 ans qu'ils font le métier. Ils tacle ou les professeurs qui vont en par-
participants doivent se positionner d'un ont commencé le théâtre en tant ler à leurs élèves. Pour leur spectacle,
coté ou d'un autre en fonction de leurs qu'amateurs, au collège (club théâtre, Arthy aimerait qu'il n'existe plus car ils
réponses si elles sont positives ou néga- foyer rural) et au fur et à mesure, ils sont veulent que les jeunes n'aient plus be-
tives. devenus professionnels. Ils sont tous les soin d'eux.
trois comédiens et improvisateurs.
Cette formule de spectacle a commencé Quant à Olivier, le 3ème compère, lui Maëlys et Emilie
Jeunes Talents

Cumbersome est un groupe fraîchement crée. Ce sont


trois jeunes : Benjamin Charrier, Léonard Szakow et
Eliot Remblier. Ils ont commencé leur aventure en
Durant cette année 2018, plein de change- février 2018. Grâce à « Jeunes Talents », ils espèrent
ments ont été effectués pour l'événement grimper en popularité et faire évoluer leur groupe.
"Jeunes Talents". Rencontre avec Doro- Rencontre.
thée Horiot, directrice du "4" qui explique
les changements en détails. ourd, c’est ce que veut dire Cum-
bersome et, en effet, ils nous ont
a décision a été prise de changer la for- prouvé que le rock alternatif, c’est
mule en 2018 et donc de réaliser vrai- du lourd. Pour Léonard et Eliot , ils
ment un "Festival des Talents". La notion ont découvert cette passion grâce à
de tremplin disparaît : il n'y a ni prix, ni leur parents ; pour Benjamin, il utili-
compétition car il est plus difficile de départa- sait la musique pour décompresser
ger les différents talents dans différentes disci- durant son adolescence. Leur style :
plines. Auparavant, il n'y avait que des groupes le rock alternatif, mais ils décrivent
musicaux qui sortaient du studio du 4 mais leur musique comme de

©K’enkon attend
aussi des groupes habitant la ville de Poitiers « l’énervement nuancé ». Leur nom
et qui voulaient se produire sur une vraie de groupe Cumbersome est venu à
scène. l’arrivée d’Eliot et ce nom est signe
d’un nouveau départ. Ils ont tous les
Le Festival a donc été ouvert à plusieurs disci-
trois commencé à apprendre la mu-
plines, et on a oublié l'idée de les faire concou-
sique avec des cours mais deux d’entre eux ont préféré continuer à
rir. Pour avoir côte à côte quelqu'un qui fait du
apprendre tout seuls. Pour eux, leur succès, ils le doivent à une super
cirque, quelqu'un qui fait de la musique ou
cohésion d’équipe et une très bonne amitié. Depuis leur début ils ont
même de la danse. Le choix a donc été de faire
enregistré 6 morceaux.
ce que l'on appelle un "Festival" où tous les
talents se produisent et où il n'y a aucune no-
tion de compétition.
La décision de changement a été prise par les
élus politiques après une longue réflexion, ce
qui les a amenés à décider que ce ne soit plus
un "tremplin". "Si l'on a décidé de l'ouvrir à
plusieurs disciplines c'est parce que, à Châtel-
lerault, il n'y a pas que des musiciens". Des
magiciens, des circasiens, des magiciens, tous
sont donc désormais les bienvenus à l'Ange- ©K’enkon attend

larde. Pour
©K’enkon attend

un événe-
ment qui est
organisé par
le 4, avec Jeunes talents
comme par- D’habitude ils se produisent dans des bars ou sur internet. Pour eux,
tenaires le Jeunes Talents est un moyen de se faire connaître et de se produire
CRD, l'école professionnellement sur la scène musicale locale. En enregistrant et
du cirque et en répétant leurs morceaux au « 4 », ils ont rencontré des gens qui
pleins leur ont proposé de participer à Jeunes Talents. Leur but est de faire
d'autres... de plus en plus de dates, de plus en plus de d’enregistrements et de
Stella continuer leur aventure. Pour réussir, ils comptent sur la coiffure
Ovsepian d’Eliot qui arbore un magnifique palmier sur le sommet de la tête :
et Maxine leur porte bonheur pour leur porter chance.
Gillard
Yoni Rivault et Rémi Joly
Jeunes Talents

Autodidactes pour la plupart, les


membres de Overall associent leurs
talents pour créer une musique multi
-générationnelle, en s’inspirant de
groupes comme Coldplay ou Phénix,
ils arrivent à créer des musiques
«pop rock planant»

verall représente les univers


ainsi que les influence de
chaque musicien du groupe .
Pour l’apprentissage de la mu-
sique, ce groupe est un mélange

©K’enkon attend
d’autodidactes et de produits du con-
servatoire. Ils ont diffusé sur des plate-
formes de streaming telles que spotify
ou encore deezer leur musique et ils se
sont aussi produits dans des festivals. Pour se faire un décalé. Le fait que leur entourage les aient accompa-
nom, ils ont gagné des «tremplins». gnés a contribué à leur succès, notamment le fait que
leur famille les ait aidés financièrement. Et grâce à des
La réussite ?
dons sur internet, ils ont pu enregistrer leur premier EP .
D’après eux, ce qui fait la réussite de leur groupe, c’est Leur but serait de devenir professionnels dans le milieu.
le sérieux qu’il mettent dans leur travail tout en restant
Joly Rémi et Rivault Yoni
©K’enkon attend
©K’enkon attend
Jeunes talents

Quels artistes! Ils


n'ont pas de nom fixe
mais sont très talen-
tueux: Rosemary Le-
veque, Jeanne Peré,
Tahir Bouhassoun,
Jules Coutand, Noa
Garino, Baptiste
Abascal, Ambika
Cenni et Louise Le-
reun racontent l'his-
toire de leur groupe.

tant en manque d'inspiration a changé. sept ans et Baptiste a commencé la


pour le nom de leur groupe, musique il y a quatre ans en faisant de
Leurs histoires personnelles
suite à leurs plaisanteries, ils la batterie.
ont donc décidé de choisir "les Jeanne utilise une guitare électrique,
Dans leur groupe il y a différents âges,
sans nom fixe". Une manière de lais- Baptiste, une guitare basse. Quant à
la tranche d’âge s'étale de 14 ans à 17
ser l'avenir ouvert. Leur groupe existe Tahir, il s'occupe des claviers, Noa est
ans. Ils disent qu'ils sont assez proches
depuis le début de l'année mais avant, à la batterie et Jules fait de la trom-
et que ce n'etait pas compliqué de
il y avait d'autres personnes qui cons- pette. Il y a ensuite trois chanteuses,
s'intégrer au début de la création de
tituaient le groupe. Et puis, il y a eu les Rosemary, Ambika et Louise. Les trois
ce groupe.
changements de lycées : certains sont chanteuses chantent depuis leur trois
partis, d'autres sont arrivés. Le groupe ans. Tahir fait du chant depuis ses Manon Bonneau

Esther, Ambre et Enzo ont formé un trio. Ils ont entre 16 et 17 ans et se sont
rencontrés au lycée. Ils présentent un spectacle de cirque mélangé à du menta-
lisme sous le nom de REBH (Réaliste En Bonne Humeur), ouvrez bien vos yeux.

qu'Enzo est capable de transmission avec leur compagnie " J'en ai trop dans
mentale. mon assiette". L'Idée de cette compa-
©K’enkon attend

Ce que Jeunes talents leur apporte gnie est de regrouper les passions de
chacun en duo ou en trio. Jeunes Ta-
Jeunes Talents, pour eux, leur permet lents est une occasion de plus.
de monter sur scène, de partager avec
d'autres gens et de voir aussi d'autres Kim Robin
L’Alliance des deux jeunes artistes. Pour Enzo, c'est une
Pour ce spectacle, le groupe a mélangé occasion de plus pour passer sur
le cirque et le mentalisme, le cirque scène. Même si ce n’est pas simple : ils
pour Ambre et Esther, qui font partie se sont entrainés sur une scène circu-
de l'école nationale de cirque de Châ- laire et se sont aperçus que la scène de
tellerault, et le mentalisme pour Enzo l'Angelarde était plus petite et rectan-
qui en est spécialiste. Dans le spec- gulaire.
©K’enkon attend

tacle, ils font du vélo avec des rollers Leur avenir


tout en faisant des tours de menta- Ils souhaitent continuer dans cette
lisme, c'est-à-dire en faisant croire voie pour pouvoir créer des projets
Jeunes talents

Maëla Bergonnier, se présente avec des chansons françaises à


jeunes talents sous les conseils d’un surveillant. Beaucoup inspirée
par Balavoine, Aznavour, Brel, et Céline Dion.
Elle est passionnée de musique depuis toujours, pour leurs textes, et Céline Dion pour sa voix. Il
et à l’anniversaire de mariage de ses arrières y a une chanson qu’elle apprécie énormément
grands parents, elle a chanté avec le groupe de c’est « j’irai où tu iras » de Goldman et Céline
son oncle. Depuis, elle n’a jamais arrêté de Dion. C’est la première chanson qu’elle a inter-
chanter. Ça fait deux ans qu’elle fait des cours prétée avec son groupe devant un vrai public.
de chant et l’été, elle chante dans un groupe. Au
Sur scène, au dernier concert qu’elle a fait, il y a
début, elle ne voulait pas s’inscrire mais a écou-
eu un problème de décalage avec le guitariste
té les encouragements de Jude, surveillant au
mais personne n’a rien entendu. Elle est telle-
collège Descartes, qui lui a dit : « Apparemment
ment stressée que quand elle chante, elle re-
tu chantes bien, faut que tu t’inscrive à jeunes
garde seulement son amie, pour s’imaginer en
talents ». Ca faisait longtemps qu’on lui en par-
train de chanter seulement avec elle, pour évi-
lait, donc elle s’est lancée.
ter de se rajouter du stress.
Elle chante beaucoup de variété française, parce Avant elle ne voulait pas aller dans un métier en
qu’elle aime les chansons à texte. « Pour moi rapport avec la musique, parce qu’elle pensait
une chanson, faut qu’elle fasse passer un mes- ne plus avoir de vie privée mais maintenant elle
sage ». En ce moment, elle essaie de chanter ne se voit pas faire un métier sans qu’il y ait de
beaucoup de chanson anglaise comme Queen. musique, elle pense s’ennuyer .
Il y a quatre chanteurs qu’elle adore, Balavoine Marie Puchaud
étant son chanteur préféré, Aznavour et Brel
©K’enkon attend

The Kame, c'est un chanteur et une chanteuse très talenteux, avec des
influences très variées. Rencontre avec eux...

arie Gibault et Ketho King (The « On ne se dit pas rappeur,


Kame pour leur nom de scène) ni chanteur, on fait de la
sont 2 chanteurs qui se sont musique globale » confient-
inscrits à Jeunes Talents pour se ils. " Leur musique regroupe
faire connaître. Ketho a commencé la mu- la soul, le jazz, le funk, le
sique très jeune grâce à son oncle. Par la rap, du hip-hop et un mé-
suite, il est venu vivre à Châtellerault et ils lange de cultures. Ils ont de
ont vraiment fait connaissance avec Marie. la chance de rencontrer
Ils ont alors commencé la musique en- d'autres artistes qui leur
semble. Marie a toujours aimé le théâtre, permettent de s’enrichir
©K’enkon attend

l’interprétation et la musique ; lui, Ketho,


Leur accomplissement
aime l'art, la créativité, le dessin, fait des
bd et bien sûr, il aime le théâtre. ils sont Ketho, lui, a déjà réalisé
très perfectionnistes, ils lâchent pas trois albums. Il en a vendu
l'affaire. Ketho a rencontré Marie pendant 11 000 exemplaires . Actuel-
qu'il tournait un clip lement en projet pour réaliser une musique ensemble, ils
aimerait se faire un peu plus connaître. Ils aimeraient faire
Leur histoire
plus de scène et vivre de leur passion. "Que l'on soit recon-
The Kame est un état d'esprit et c’est aussi pour dire que nu un minimum dans la région » ambitionnent-ils.
c'est de la kame musique (de la musique spirituelle). Ils ne se
Maelys et Emilie
donnent pas d'identité, ils ne se mettent pas dans des cases.
Jeunes Talents

Le métier de José Bourdon, c’est la vidéo. Du-


Des tableaux abstraits à la mode Pollock, mais à sa rant Jeunes Talents, il a pour rôle de coordon-
façon. Alexane Robin, participe à Jeunes Talents en ner toute la partie technique pour le 4 et surtout
montrant ses œuvres les plus impressionnantes. Les de gérer toute la partie « vidéo et diffusion ». La
couleurs primaires sont les couleurs qu’elle utilise avec majorité des jeunes qui viennent en tant qu'ar-
ses mains comme outil. tistes à l'événement sont âgés de 15 à 35 ans.

lexane Robin, jeune artiste de 20 ans, en deuxième an- osé travaille au 4


née de BTS Design de Produits à la Souterraine, est une et c'est le 4 qui a
peintre de talent qui représente des tableaux abstraits lancé l’événement
avec ses mains pour seuls outils. Parfois, elle prend des Jeunes Talents
pinceaux en mains pour mélanger quelques couleurs entre elles, depuis maintenant
même si elle préfère garder les couleurs initiales telles les cou- presque 8 ans. Comme ils
leurs primaires qu’elle trouve vives et éclatantes. Elle expose au- ont lancé cet événement,

©K’enkon attend
jourd’hui une quinzaine de toiles et avoue que celles-ci sont beau- c'est normal que lui et son
coup inspirées des œuvres de Jackson Pollock et JonOne, graffeur équipe y travaillent. Ce
et artiste peintre américain. Alexane essaye de retranscrire des que cela lui apporte le
émotions à travers ses tableaux ainsi que des états d’esprits parti- plus, c'est de pouvoir ai-
culiers en fonction de ce qu’elle ressent lorsqu’elle peint. Mais der et puis former des
elle préfère laisser le choix aux spectateurs de penser ce qu’ils jeunes aux techniques de la prise de vue et de la
veulent et de ressentir quelques autres émotions. réalisation. Au niveau de l'organisation, il faut
Sa technique presque un an pour prendre les contacts, faire les
Ses toiles sont souvent en aplat (on ne voit pas le fond), et rem- réservations, pour négocier les tarifs, faire les devis.
plies de couleurs vives comme le rouge et le jaune qui reviennent Il faut également organiser toute la partie technique
assez régulièrement. Ses peintures sont travaillées avec son et surtout, former une équipe. Il dit ne pas pouvoir
corps, ses mains plus particulièrement, et ça se voit puisque faire ça tout seul donc heureusement que l'équipe
qu’elle projette la peinture avec la méthode de dripping. du 4 composée d'une dizaine de personnes.
Point de vue La vidéo
De mon point de vue, ses tableaux, qui sont magnifiques, me font
Le but de la vidéo est de pouvoir restituer l'image
par rapport aux artistes. José fait une formation ex-
press aux jeunes : en une après-midi, José les forme
à la vidéo pour qu'ils deviennent soit des cadreurs
soit des réalisateurs. Les participants à cette forma-
©K’enkon attend

tion viennent généralement du lycée Berthelot. Au


début de l'année, le 4 s'adresse à la classe multimé-
dia de Berthelot : ils demandent à ceux qui sont inté-
ressés pour faire du cadrage et généralement il y en
a toujours cinq ou six. L'équipe du 4 les prend volon-
tiers. Cela se déroule tous les ans. Deux heures
ressentir de la tristesse et de la colère, surtout les tableaux repré- avant le début du spectacle, les jeunes de la classe
sentant la projection de peinture partant dans tous les sens, avec multimédia viennent pour apprendre les techniques
une couleur bien plus distincte que l’arrière-plan de l’œuvre. de caméra qu'on appelle des mobylettes. Ils appren-
D’autres font ressentir de la joie avec les couleurs vives et dyna- nent à faire du cadre, de la mise au point. Ils sont
miques dans le mouvement. Parfois dans certains chefs-d’œuvre, sous un casque avec un micro et sous les ordres d'un
on arrive à se retranscrire dans notre histoire à nous rien qu’avec réalisateur qui va leur dire par exemple : "je veux
les gestes projetant la couleur, ses pensées et ses émotions, et que tu me fasses un gros plan de telle personne" ou
son talent. Avec les siennes, on arrive parfaitement à faire ça. « je veux que tu me fasses un cadrage de telle per-
Elles sont très impressionnantes et très belles. Une de mes préfé- sonne". Cette formation peut permettre aux jeunes
rée, est une œuvre avec des couleurs que j’aime : le bleu, le de découvrir ces métiers et cela peut éventuelle-
jaune, le rouge. Celles-ci partent en se chevauchant, et partant du ment plus tard après le bac, leur donner l’envie de
côté gauche. On dirait l’écume des vagues de la mer, comme faire des écoles dans l’audiovisuel. Et il y en a qui le
dans mes souvenirs quand je pars en vacances avec ma famille. font.
Comme quoi, certains travaux peuvent nous rappeler notre his-
toire. Marie Puchaud et Emma Besnault--Jolly Stella, Eva, Maxine (Des anciennes)
Jeunes talents

Léna, Félicia, Emelyne, Anne-Sophie et Adeline, ce sont les danseuses


de l'ASC de Naintré. Elles ont entre 15 et 24 ans, voici leur parcours.
©K’enkon attend

part des difficultés qu'elles peuvent seur. C'est avec plaisir qu'elles font
rencontrer pour pouvoir voir leurs passer, parfois, la danse avant leurs
amis et leurs familles. Dans l'année, familles, et les amies. Elles mettent
elles réalisent plusieurs spectacles tels environ un mois à apprendre une cho-
'est à 3 ans que leurs parents que les spectacles de fin d'année, les régraphie. C'est leur professeur qui a
les inscrivirent dans les cours concours chorégraphiques ou musi- pris la décision de les inscrire à Jeunes
de danse de Naintré et depuis caux. Pour certains événements, elles talents. Elles ne comptent absolument
ce jour, elles sont passionnées doivent se déplacer ensemble pendant pas en faire leur métier car pour ces
par ce loisir. N'étant pas très bavardes, plusieurs jours pour faire des grands cinq filles, c'est une passion et non un
c'est la danse qui leur a permis de s'ex- spectacles comme à Cognac en Cha- métier, mais elles comptent bien conti-
primer. Pour elles, c'est un très bon rente-Maritime, qui fait partie de leurs nuer à en faire.
moyen de pouvoir faire comprendre ce meilleurs souvenirs. Kélia
qu'elles ressentent sans avoir à pren- Modèles pour les plus jeunes
dre la parole, uniquement avec le
Leurs spectacles se sont toujours bien
corps. A travers leur chorégraphie elles
déroulés, ils n'ont jamais eu de pro-
décident de faire passer de nombreux
blèmes, jamais de chutes (elles tou-
messages très forts comme les difficul-
chent du bois). Pour elles, leur modèle,
tés liées au handicap, la peur ou en-
c'est leur professeur, Ingrid. Sinon, ce
core le rejet des autres. "Parfois, c'est
sont ces cinq filles qui sont les modèles
très compliqué de faire passer un mes-
des plus jeunes filles et garçons faisant
sage ou des émotions au public", di-
de la danse. Elles ont chacune leurs
sent-elles.
qualités et leurs défauts, mais c'est ce

©K’enkon attend
Pour pouvoir créer cela, elles consa- qui fait la force de leur groupe. "Elles
crent en moyenne entre trois et sept évoluent différemment mais grandis-
heures par semaine. Elles nous ont fait sent avec la danse" nous dit la profes-
©K’enkon attend
Jeunes Talents

Des élèves du
conservatoire se
sont réunis pour
créer un groupe
de musique à
base de reprises
de chansons, ils
ont décidé de
s’inscrire aux
Jeunes Talents.
Rencontre.

es «Wacky
©K’enkon attend

Speakers»
sont un
groupe de
jeunes lycéens et
collégiens très farfelus d’où leur mation actuelle autour de trois Sur scène, le groupe reprend essen-
nom qui signifie les « enceintes chanteuses : Florine Brouard, Char- tiellement de la pop mais pas que.
farfelues ». Ils racontent d’où est lyne Feneant et Capucine Lebaut. Les 3 jeunes demoiselles qui chan-
venue l’idée : « C’est un petit hom- Les musiciens sont Gabriel Portrau tent ont réussi à emporter le public
mage à notre prof, qui est tombée à la basse, Rosemary Lévêque au avec leurs chansons notamment
enceinte en début d’année. En an- piano et Zoé Gasnier à la batterie. celle des Queen, « Don’t stop me
glais, enceinte se dit « prégnant » now ». Le public les a suivis et le
Ils disent que leur groupe, précisé-
mais du coup, on a choisi de pren- groupe a réussi leur prestation, ils
ment leur formation, n’est pas
dre les enceintes de musique et pourront, espèrent-ils, continuer à
stable dans le sens où des per-
donc les wacky, c’est farfelus parce faire des représentations avec cette
sonnes du groupe arrivent et
qu’on est farfelu! » Ouais ! formation. Ils ont dit attendre un «
d’autres partent…
max de FUN » et ils l’ont eu !
Ils ont déjà fait plusieurs représen-
Sur scène
tation au conservatoire avec la for- Ulysse Polvet
©K’enkon attend

©K’enkon attend
Jeunes Talents

Il a commencé la magie simplement en regar-


dant des vidéos sur "Youtube" et, en tombant
par hasard sur une chaîne qui faisait des vidéos
de magie expliquées, c'est comme ça que ça a
commencé.

ça comme un loisir. Une passion mais pas un métier


Un nom, une scène Il fait de l'illusion avec des cartes
mais considère ça comme un loisir,
Il a choisi ce nom
ça lui fait plaisir de voir que les gens
pour pouvoir avoir
sont heureux quand ils voient de la
une audience sur les magie. Il nous raconte une anecdote:
réseaux et quand il a " On s'était tous mis autour d'une
créé ses réseaux, il table j'ai fait mes tours et à la fin y'a
trouvait cela accro- un monsieur qui est venu me voir et
©K’enkon attend

cheur et ce nom il m'a dit " A bah tiens, je te donne 1


n'était pas utilisé. Il euro. J’aime bien ce que tu fais !"
n'a jamais fait de donc je lui ai dit " Bah merci, faut
scène, c'est la pre- pas". Après, il a fait passer une es-
pèce de chapeau autour de la table,
mière fois qu'il se
et tous les gens ont mis des petites
érémy Blondeau aussi connu représente en public. Il a choisi
pièces. « Au final, j'ai ramassé une
sous le nom de "Magic Ama- Jeunes Talents parce qu'il trouvait
dizaine d'euros". Pourtant il ne vou-
teur", est cartographe (magie ça intéressant de se donner un chal- drait pas continuer dans ce domaine
avec des cartes). Il pratique lenge. Il en a entendu parler à la mais dans l'animation en centre de
et perfectionne son art depuis 6 ans, maison familiale d'Ingrandes où il a loisir.
il a aujourd'hui 16 ans. Il n'a pas spé-
eu les papiers et toutes les informa-
cialement de parcours, il considère Tylane
tions pour faire la démarche.

Une jeune rappeuse s’est déplacée aujourd’hui à Jeunes Talents pour chanter
sur scène. Elle n’était pas prévue dans le programme de départ mais elle est là
pour représenter le Rap. Rencontre (brève).

lémence est une rappeuse de 20 sieurs concerts (qu’elle ne précise pas) et


ans. Elle a commencé à rapper il y a les mauvais souvenirs sont quand elle dé-
8 ans et aimerait beaucoup en faire butait dans le rap et qu’elle n’était pas très
son métier. Pour elle, le rap lui sert douée. Sa passion est venue suite aux
à exprimer ses sentiments et à transmettre coups durs qu’elle a pu rencontrer dans sa
ce qu’elle ressent aux gens qui l’entourent. vie. Clémence est une femme très mysté-
Dire sa vision des choses, quoi ! Quand on rieuse, qui n’a pas voulu s’exprimer plus.
lui demande ce qu’elle aime dans le rap, On comprend vite que si on veut en savoir
c’est simple, elle dit « Tout » ! davantage, il faut aller la voir sur scène…
©K’enkon attend

Elle s’est déjà produite à plusieurs reprises Le festival aura permis ça.
sur scène. Les meilleurs souvenirs qu’elle a Salomé Poupeau
gardés sont quand elle se rendait à plu-
Jeunes Talents

Julie Morillon a 29 ans, elle fait de l'art culinaire


mais elle n'en fait pas son métier. Nous l'avons ren-
contrée pour en savoir plus. Visite au milieu de
tableaux à "goûter" des yeux.

ou des chemins de tables, des toiles. Ce qu'elle pré-


sente aujourd'hui, ce sont des toiles à base de peinture
et de nourriture, la composition naissant des aliments
utilisés. C'est à dévorer... des yeux.
Du succès ?
Julie Morillon a déjà fait des expositions dans les mar-
©K’enkon attend

chés... Il y a eu beaucoup de retours positifs, c'est ce


qu'il lui permet de continuer et d'être motivée. Qu’est-
ce qui l'a encouragée pour faire jeunes talents ? C'est
grâce à la fiche jeunes talents que Julie Morillon a parti-
Un art partagé cipé pour faire découvrir sa passion. Comme ça, elle
peut être connue pour en faire un métier ou au moins
Depuis que Julie est petite, elle s'est toujours intéressée
être juste connue à Châtellerault.
aux arts plastiques. Elle s'est sentie mieux dans cet uni-
vers et elle a choisi de ne pas laisser tomber. Elle a com- Le jour du festival, Julie Morillon a fait une grosse er-
mencé son parcours en allant dans une école d'arts reur sur une toile mais elle s'est rattrapée en une demi
plastiques, puis elle a continué en allant dans une école -heure avant d’arriver à l'Angelarde. Prête pour rencon-
d’arts appliqués et d’histoire de l'art. Ensuite, elle a fait trer son public...
un parcours professionnel, elle faisait de la boulangerie Esther et Jasmine
et des sculptures en chocolat. Elle a réalisé ses œuvres
©K’enkon attend
Collège René Descartes
98,bd Blossac
86100 Châtellerault
Imprimé par le « 4 » de
Châtellerault ,à 300
exemplaires pour le
festival de la Jeunesse
et Jeunes Talents
10 novembre 2018
Directeurs de publica-
tion : J. Arfeuillère
et S. Lenhard
Jeunes Talents

La classe journalisme est invitée tous les ans à Jeunes


Talents et, cette année, pour sa première édition, au
Les radios des lycées Berthelot et Branly se sont dé- festival de la jeunesse. Objectif : faire en direct, le
placées à Jeunes Talents toute la journée. Ils ont pas- temps de l'événement, un journal. Celui que vous
sé cette journée à interviewer les jeunes talents venus avez entre les mains. On vous raconte tout !
se présenter. J’ai pu rencontrer Valentin Solera 17 ans
et Amaury Gerred 16 ans, deux terminales du lycée
Berthelot qui font partie de la radio.
A Berthelot, ils sont une dizaine avec les techniciens. Ils
animent la radio « Blablateur » le mercredi à 14h. A Branly,
ils sont 6-7 à animer la radio « Les actuas lycées ».

©K’enkon attend
Ils ont choisi la radio en club car au début, tous voulaient
devenir journalistes mais maintenant il n’y a que Valentin
qui veut le devenir. Amory et Valentin trouvent que ça leur
apporte de l’expérience. Ils aiment bien parler, raconter ce
qu’ils savent de leur passion. La radio a aussi servi à Valen-
tin pour se débarrasser de sa timidité. La classe journalisme du collège Descartes est accueillie
à l'Angelarde dans une petite salle de rédaction qui est
Les radios ne viennent pas forcément tous les ans à Jeunes
normalement un couloir. On nous dit que ça s'appelle
Talents, plus tous les deux ans. Ils font aussi le week-end
« La Bergerie ». Dans cette salle, il y a des ordinateurs
« Sans différences » à Saint Cyr au mois de mai. Ils étaient
en réseau, une imprimante. Le but ? Saisir au fur et à
sur place l’année dernière et y seront cette année.
mesure les articles sur les intervenants que nous avons
rencontrés dans notre collège tout au long de la se-
maine et ceux qui sont sur place en ce samedi matin.
Un excellent accueil : on a reçu des bouteilles d'eau, des
©K’enkon attend

t-shirts et des bonbons, un badge. Des conditions de


pro ! Nous avons aussi rencontré des anciens de notre
magazine, qui ont vécu les éditions précédentes. Et
puisque nous sommes dans un couloir, on voit beau-
coup passer d'artistes qui viennent participer au festi-
Comment se passe la journée Jeunes Talents pour les ra-
val de la jeunesse.
dios ?
Mais au fait qu'est-ce que la classe journalisme ?
Les radios sont arrivées samedi matin à 9h. Elles se sont
La classe journalisme a pour fonction de faire un jour-
installées dans le hall de l’Angelarde. Une fois que tout a
nal intitulé « Keskon attend ?». Tout au long de l'année,
été installé les journalistes ont préparé leurs questions puis
six numéros font leur apparition. C'est une option qui
à 13h la radio a commencé à émettre jusqu’à 16h. De 17h à
n'est pas obligatoire et on ne peut choisir cette option
un peu plus de 21h, la radio est en live, pendant que tous
qu'à partir de la 3eme. Cette année, nous sommes vingt
les talents passent.
-sept élèves à écrire ce journal qui est distribué a toute
Mission de tous ces jeunes journalistes ? Interviewer les la ville de Châtellerault, dans les bibliothèques, les CDI,
jeunes talents et les faire découvrir. L’émission est diffusée dans les collèges, le secteur culturel, le secteur jeunes.
sur Facebook, et la radio locale 99,7 ( dans un périmètre
entre 10 et 25km) ou sur le site de la radio arc-en-ciel. Ancienne élève de la classe journalisme
Anaëlle
Maëla a quinze ans. C'est une ancienne élève de la
classe journalisme. Elle nous explique qu'elle avait choi-
Journalistes : Jasmine Ahmed Moustafa, Farah Belarbi, Em- si cette option car elle aimait beaucoup écrire du fan-
ma Besnault Jolly, Manon Bonneau, Emilie Brard, Hugo Bru- tastique puis elle a voulu écrire qu'elle que chose de
neau, Thylane Cornuau, Joaquim Da Graca, Maëlys Delaunay, plus concret, plus réaliste. Elle s'est donc dit que la
Loubna Derouiche, Rémi Joly, Baptiste Lac, Alice Milotic, Es- classe journalisme était une bonne occasion. Ses souve-
ther N’Na Assoughe, Louisa Noiret, Ulysse Polvet, Salomé nirs les plus forts ? C'est quand elle faisait des sorties :
Poupeau, Marie Puchaud, Solène Raffoux, Yoni Rivault, Kim elle nous explique que la classe ne s'aimait pas trop
mais que grâce aux sorties, ça rapprochait les élèves. La
Robin , Anaëlle Sivault, Kélia Touzalin. Avec aussi : Maëla
classe journalisme lui a permis de travailler son argu-
Bergonnier, Eva Labille, Stella Ovsepian, Maxine Gillard et
mentation et la parole en public.
Suzanne Guitton. Farah, Alice et Solène

Centres d'intérêt liés