Vous êtes sur la page 1sur 8

8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

Solution du devoir 1

Le devoir peut être fait seul ou en équipe de deux. Vous devez justifier chacune de vos
réponses et présenter vos calculs. La démarche ainsi que l’utilisation correcte de la notation
mathématique seront évaluées. Lors de la remise de votre devoir, vous devez agrafer vos
feuilles avec ces deux pages en premier en identifiant bien votre nom, sinon vous aurez une
pénalité de 10%.
1. Dites si les paires de droite suivantes sont sécantes, perpendiculaires, parallèles ou confon-
dues :
(a) (3 points) 4x − 6y + 3 = 0 et y = 2x + 5 ;

Solution: Il suffit d’écrire les droites sous la forme y = mx + b pour identifier


les pentes. Pour la première droite, on a

4x − 6y + 3 = 0 ⇔ 6y = 4x + 3
2x 1
⇔ y= +
3 2
et pous la seconde, on a déjà la bonne forme. On voit tout de suite que les droites
ne sont ni parallèles ni confondues, car elles n’ont pas la même pente. Elles ne
sont pas perpendiculaires, car 2/3 · 2 = 4/3 6= −1. Elles sont donc sécantes.

(b) (3 points) x + 2y = 2 et 4y − 2x = 5 ;

Solution: L’équation de la première droite se réécrit comme suit :

x + 2y = 2 ⇔ 2y = −x + 2
x
⇔ y =− +1
2
alors que la seconde devient

4y − 2x = 5 ⇔ 4y = 2x + 5
x 5
⇔ y= +
2 4
Encore ici, il s’agit de droites sécantes non perpendiculaires puisque 1/2 ·
−1/2 = −1/4 6= −1.

(c) (3 points) y = −2x + 5 et x − 2y − 8 = 0.

Solution: La première droite est déjà sous la bonne forme. La seconde devient

x − 2y − 8 = 0 ⇔ 2y = x − 8

1/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

x
⇔ y= −4
2
Il s’agit de droites sécantes perpendiculaires puisque −2 · 1/2 = −1.

2. Résolvez les inégalités suivantes :


(a) (3 points) |2x − 3| − 2/5 ≤ 0 ;

Solution: L’inéquation se réécrit |2x − 3| ≤ 2/5. Calculons d’abord les valeurs


de x pour lesquelles on a |2x − 3| = 2/5.
Dans un premier temps, supposons que 2x−3 ≥ 0. Alors |2x−3| = 2x−3 = 2/5,
qui devient 2x = 17/5 et donc x = 17/10.
Dans un second temps, on suppose que 2x−3 < 0. Alors |2x−3| = 3−2x = 2/5,
qui se réécrit 2x = 13/5, de sorte que x = 13/10.
Notons que x = 0 n’est pas une solution, car |2 · 0 − 3| − 2/5 = 3 − 2/5 > 0. Par
conséquent, l’ensemble solution est l’intervalle
 
13 17
, .
10 10

(b) (3 points) x3 + 3x < 4x2 .

Solution: L’inégalité se transforme en x3 − 4x2 + 3x < 0. Aussi,

x3 − 4x2 + 3x = x(x2 − 4x + 3) = x(x − 3)(x − 1),

ce qui entraı̂ne que x(x − 3)(x − 1) < 0. On doit donc étudier le signe de la
fonction f (x) = x3 − 4x2 + 3x sur les intervalles ] − ∞, 0[, ]0, 1[, ]1, 3[ et ]3, +∞[.
L’étude est résumée par le tableau suivant :

−∞ − 0 1 3 ∞
x − − 0 + + + + + +
x−3 − − − − − − 0 + +
x−1 − − − − 0 + + + +
x(x − 1)(x − 3) − − 0 + 0 − 0 + +

On en conclut que l’ensemble solution est

] − ∞, 0[∪]1, 3[.

3. (a) (3 points) Tracez la courbe f (x) = | tan(x)| sur le domaine [−2π, 4π].

2/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

Solution: Le graphique ressemble à celui-ci :


20

15

10

−5 5 10

(b) (3 points) Donnez toutes les solutions de l’équation f (x) = 1 pour x ∈ R. Re-
marque : Il y en a une infinité.

Solution: On cherche les solutions de l’équation f (x) = | tan(x)| = 1. Ceci se


réécrit
sin(x)
cos(x) = 1

et donc | sin(x)| = | cos(x)|. Les solutions dans l’intervalle [0, 2π] sont x = π/4,
x = 3π/4, x = 5π/4 et x = 7π/4. L’ensemble solution est donc
 

k est un entier impair .
4

4. Donnez le domaine de définition de chacune des fonctions suivantes. Justifiez brièvement.



x
 si x < 0 ;
(a) (2 points) f (x) = sin(x) si x ∈ [1, 2] ;

 2
x − 2x − 1 si x > 4.

Solution: Il suffit de regarder pour quelles valeurs de x la fonction f peut être


évaluée. Il s’agit d’une fonction définie par partie dont le domaine est

−]∞, 0[ ∪ [1, 2] ∪ ]4, +∞[.

x+3
(b) (2 points) f (x) = ;
(x − 3)(x + 3)

3/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

Solution: Il faut s’assurer de ne pas diviser par zéro. Il faut donc avoir x 6= 3
et x 6= −3 et donc le domaine de définition est R \ {−3, 3}.

ln(t)
(c) (2 points) f (t) = √ √ ;
1−t+ 1+t
Solution: Le domaine de définition de ln est R∗+ . Aussi, les deux racines du
dénominateur entraı̂nent que 1 − t ≥ 0 et 1 + t ≥ 0, ce qui se réécrit en t ≤ 1
et t ≥ −1. Finalement, on doit s’assurer que le dénominateur ne s’annule pas,
c’est-à-dire qu’on doit retirer les valeurs de t telles que
√ √
1 − t + 1 + t = 0. (1)

Cette équation se transforme comme suit :


√ √ √ √
1−t+ 1+t=0 ⇔ 1−t=− 1+t
⇒ 1−t=1+t
⇒ 2t = 0
⇒ t = 0.

Or, t = 0 n’est pas une solution de l’équation (1). En tenant compte de toutes
les contraintes décrites ci-haut, on conclut que le domaine de définition de cette
fonction est ]0, 1].
1
(d) (2 points) f (x) = .
sin(x) + cos(x)
Solution: Le domaine de définition des fonctions sin et cos est R, donc la seule
contrainte est que le dénominateur ne s’annule pas. On doit résoudre l’équation

sin(x) + cos(x) = 0.

Pour résoudre cette équation, il faut utiliser l’identité trigonométrique



sin(x) + cos(x) = 2 sin(x + π/4).

Par conséquent, x doit vérifier



2 sin(x + π/4) = 0,

c’est-à-dire sin(x + π/4) = 0. Les solutions sont donc de la forme x + π/4 = kπ,
où k est un entier, ce qui se simplifie en x = 4k−1
4
π. L’ensemble solution est
 
(4k − 1)π
k∈Z .
4

4/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

5. Soient
f (x) = sin(2x − 3), g(x) = |x + 1| et h(x) = 4 ln(x) − 1.
Calculez les fonctions suivantes et donnez pour chacune d’elles le domaine de définition :
(a) (2 points) f ◦ g ;

Solution: On obtient

(f ◦ g)(x) = f (g(x))
= f (|x + 1|)
= sin(2|x + 1| − 3)

Le domaine de définition est R, car les fonctions valeur absolue et sinus ont R
comme domaine de définition.

(b) (2 points) g ◦ f ;

Solution: On a

(g ◦ f )(x) = g(f (x))


= f (sin(2x − 3))
= | sin(2x − 3) + 1|

Dans ce cas aussi, le domaine de définition est R.

(c) (2 points) f −1 ;

Solution: Posons y = sin(2x − 3). Alors

y = sin(2x − 3) ⇒ arcsin(y) = 2x − 3
⇒ arcsin(y) + 3 = 2x
arcsin(y) + 3
⇒ x= ,
2
de sorte que f −1 (x) = (arcsin(x) + 3)/2. Le domaine de définition de arcsin est
[−1, 1], ce qui entraı̂ne que le domaine de définition de f −1 est aussi [−1, 1].

(d) (2 points) h−1 .

Solution: Posons y = 4 ln(x) − 1 et essayons d’isoler x. On obtient

y = 4 ln(x) − 1 ⇒ y + 1 = 4 ln(x)
y+1
⇒ = ln(x)
4

5/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

y+1
⇒ x=e 4 .

On en déduit que h−1 (x) = e(x+1)/4 . Son domaine de définition est R puisqu’il
s’agit d’une fonction exponentielle.

6. La population d’un village croı̂t selon la fonction

P (t) = P0 (1.04)t ,

où t est mesuré en année et P0 est la population initiale (c’est-à-dire le nombre d’habitants
quand t = 0).
(a) (3 points) Calculez la valeur de P0 en sachant qu’il y avait 14 802 habitants après
10 années.

Solution: Le fait qu’il y a 14 802 habitants après 10 années se traduit par

14 802 = P0 (1.04)1 0.

On trouve alors
14 802
P0 = ≈ 10 000.
(1.04)1 0

(b) (3 points) Après combien d’années la population aura-t-elle dépassé 20 000 habi-
tants ? Remarque : Les années sont des nombres entiers.

Solution: On cherche la valeur de t telle que

20 000 = 10 000(1.04)t .

Cette équation se réécrit comme suit :

20 000 = 10 000(1.04)t ⇒ 2 = (1.04)t


⇒ ln(2) = ln[(1.04)t ]
⇒ ln(2) = t ln(1.04)
ln(2)
⇒ t=
ln(1.04)

et donc t ≈ 17.67. Par conséquent, à partir de la 18e année, la population aura


dépassé 20 000 habitants.

7. Considérez l’ellipse et l’hyperbole d’équations respectives

49(x − 2)2 + 36(y + 2)2 = 1764 et x2 − 4(y + 2)2 = 4.

6/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

(a) (3 points) Dessinez dans un même graphique ces deux coniques. Utilisez des cou-
leurs différentes.

Solution: L’équation de l’ellipse se réécrit

(x − 2)2 (y + 2)2
+ = 1.
36 49
Il s’agit donc d’une ellipse de centre (2, −2) de rayon horizontal 6 et de rayon
vertical 7. L’équation de l’hyperbole se transforme en

x2 (y + 2)2
− = 1.
4 1
C’est une hyperbole avec branches à gauche et à droite de centre (0, −2) et de
paramètres a = 2 et b = 1. On obtient donc le graphique suivant :
6

2
(7.21; 1.47)

−10 −8 −6 −4 −2 2 4 6 8 10
(−3.83; −0.36)
−2

−4
(−3.83; −3.64)
−6
(7.21; −5.47)
−8

−10
Les quatre points d’intersection calculés en (b) sont également illustrés.

(b) (4 points) Calculez les coordonnées de tous les points d’intersection des deux courbes.
Identifiez ces points sur le graphique illustré en (a). Indice : Isolez l’expression
(y + 2)2 dans chacune des égalités.

Solution: On remarque que (y + 2)2 apparaı̂t dans les deux équations, alors il

7/8
8GMA102 — Calcul intégral et différentiel Hiver 2012

semble stratégique de les isoler. D’une part,

(x − 2)2 (y + 2)2
49(x − 2)2 + 36(y + 2)2 = 1764 ⇔ + =1
36 49
(y + 2)2 (x − 2)2
⇔ =1−
49 36
49(x − 2)2
⇔ (y + 2)2 = 49 −
36
D’autre part,

x2 − 4(y + 2)2 = 4 ⇔ −4(y + 2)2 = 4 − x2


2 x2
⇔ (y + 2) = −1 +
4
On obtient alors
49(x − 2)2 x2
49 − = −1 + ⇔ 1764 − 49(x − 2)2 = −36 + 9x2
36 4
⇔ 1800 − 49x2 + 196x − 196 = 9x2
⇔ 58x2 − 196x − 1604 = 0

Les racines sont


p √
196 + (−196)2 − 4 · 58 · (−1604) 49 − 3 2851
x= = ≈ −3.83
2 · 58 29
et p √
196 − (−196)2 − 4 · 58 · (−1604) 49 + 3 2851
x= = ≈ 7.21.
2 · 58 29
Chacune de ces deux solutions donnent deux valeurs possibles pour y. En effet,
notons que r
2
x x2
(y + 2)2 = −1 + ⇔ y = ± −1 + −2
4 4
et donc les quatre points d’intersection sont

(−3.83; −0.36), (−3.83; −3.64), (7.21; 1.47) et (7.21; −5.47).

8/8