Vous êtes sur la page 1sur 5

Pompe à chaleur

But de la manipulation :
Il s’agit de déterminer le coefficient de performance COP de la pompe à
chaleur et d’observer son évolution en fonction des conditions d’utilisation.

Première expérience
On fixe le débit d’eau du condenseur à m c = 30 Kg/h ainsi que celui de
l'évaporateur à me = 70 Kg /h. Cependant la vanne de détendeur de réfrigérant
est réglée de telle sorte que l’on obtient un débit maximale mr= 19 kg/h.
On attend après que le système atteigne l’équilibre thermique, on obtient
les résultats suivants.

Pression absolue dans


Durée d’une révolution du Pression absolue dans le
l’évaporateur Pe ( kN/m2)
disque du compteur S condenseur Pc (kN/m2)

47 251 1176
Températures du circuit réfrigérant (R12) Température ambiante
T1 (°C) T2 (°C) T3 (°C) T4 (°C) Ta (°C)
-3 49 47.5 3 14
Température du circuit eau
Température de l’eau Température de l’eau à la Température de l’eau à la
d’alimentation Ts (°C) sortie de l’évaporateur T(°C) sortie du condenseur Tc (°C)
13 7.5 46

1
 Vérification du premier principe

Un bilan thermique sur le condenseur on aura


Qc = m . Cp . (Tc - Ts)
AN : Qc = 1151.0125 W

Un bilan thermique sur le l’évaporateur on aura


Qe = m . Cp . (Te – Ts)
AN : Qe = - 447.615 W

La puissance électrique Wel fournie au compresseur :


On a (166.67 / 3600) tour/s 1 kW
La durée d’une révolution du disque relevée étant de 47 s

47 s 1 tour
1s 1 / 47 tour / s

=>la puissance électrique fournie au compresseur Wel = 467.32 W.

Or le rendement du compresseur est η = 45 % =>


Wel * η = 469.55 * 0.45 = 210.3 W

Le premier principe de la thermodynamique appliqué à ce système on


obtient :
Wel + Qe + Qc = 0
210.3 - 447.615 +1151.0125= 913.69W
=> On remarque que le premier principe n’est pas totalement vérifié. C’est du

généralement par une quantité de chaleur perdu au niveau des conduites mal

isolées ainsi que l’état de système qui a un grand rôle dans l’augmentation des

pertes.

2
 Analyse des performances de la pompe à chaleur
Traçage de la courbe :
On a adopté les hypothèses suivantes :
 P2 = P3 : Pas de variation de pression dans le condenseur.
 h3 = h 4 : la détente est isentropique
On peut alors tracer le diagramme (T,S)

=> On comparant les deux courbes théoriques et expérimentale,on peut


remarquer qu’ il y a une surchauffe dont le rôle est d’assurer le passage
du vapeur sèche dans le compresseur
A partir du diagramme T S, on a relevé les enthalpies de chaque point :

points
1 2 3 4
Enthalpies(kJ/kg) 186 209 76 76

L’effet frigorifique, calorifique et la puissance du compresseur :

 Effet calorifique Q1 : Q1 = h2 – h3
AN : Q1= 133 kJ / kg

 Effet frigorifique Q2 : Q2 = h1 – h4
AN : Q2 = 110kJ / kg

 Puissance électrique du compresseur : W = Q1 – Q2


AN : W = 23kJ / kg
 Les coefficients de performances :

3
 COP théorique = (h2 – h3) / (h2 – h1)
AN : COP théorique = 5.78
 COP Carnot = Tc / (Tc – Te)
AN : COP Carnot = 1.19

 COP G = Puissance calorifique reçue par l’eau du condenseur /


Puissance électrique.
AN : COP G = 2.45

=> COP théorique > COP Général.> COPCarnot


En réalité cette résultat est prévu puisque le ne prend pas en
considération les différentes pertes du système (conditions
idéales)
Deuxième expérience
Cette expérience consiste à réaliser les cinq cycle suivant :

 Cycle n°1 : mc = 110 kg / h ; me = 30 kg / h.


 Cycle n°2 : mc = 90 kg / h ; me = 30 kg / h.
 Cycle n°3 : mc = 80 kg / h ; me = 30 kg / h.
 Cycle n°4 : mc = 60 kg / h ; me = 30 kg / h
 Cycle n°5 : mc = 40 kg / h ; me = 30 kg / h

On a relevé une température de Ta = 14 °C

mc (Kg/h) Tc (°C) S (sec) Tc-Ta (°C) Qmax (W) Wel (W) COPG
Cycle 1 110 23 60 9 1149.5 356 3.23
Cycle 2 100 24 60.45 10 1161.1 357 3.24
Cycle 3 90 25 60.55 11 1149.5 356.7 3.22
Cycle 4 80 26 61 12 1114.6 354 3.14
Cycle 5 60 28 61.47 14 975.3 351.3 2.77

Qmax = mc . Cp . (Tc - Ta).


COPG = Qmax / Wel

Traçage des courbes :


D’après le tableau ci-dessus, on peut tracer les courbes Qmax =f(Tc - Ta) et
Wel =f(Tc - Ta) aussi COPG = f(Tc - Ta) (voir courbe)

4
Interprétation :
 On remarque que Qmax diminue lorsque (Tc - Ta) augmente ;
Or on a Ta est constante => Tc augmente, la quantité
de chaleur transféré à l’extérieur diminue. Donc il est
intéressant de minimiser Tc afin d’augmenter Qmax.
 La puissance électrique diminue avec la variation de
la température.
 Il y a un maximum de fonctionnement de la pompe à
chaleur.
 L’augmentation de COP en fonction de la variation de
la température, se fait progressivement jusqu’au une
valeur maximale de l’ordre de 3.26.