Vous êtes sur la page 1sur 169

REMERCIEMENTS

Une agréable occasion m'est offerte pour exprimer ma reconnaissance auprès de toutes les
personnes dont l’intervention a favorisé l’aboutissement de ce travail.

Je remercie vivement les membres du LAGIS : Marie-Hélène BEKAERT, François CABESTAING,


Claudine LECOCQ et Gaël PICARD. Leur accueil, leur disponibilité ainsi que l'ensemble des
conseils prodigués durant ce stage m'ont permis d'évoluer de manière cohérente et intéressante tout
au long de ce travail.

Je remercie cordialement Gérard UZAN pour sa disponibilité, ses précieux conseils et le regard
expert qu'il a porté sur mon projet. Les lectures et les réflexions vers lesquelles il m'a amenée m'ont
donné une vision plus globale de la situation à étudier.

Je remercie l'ensemble des chercheurs que j'ai eu l'occasion de contacter pour la réalisation de ce
projet et qui m'ont consacré un peu de leur temps... Que ce soit dans le domaine des interfaces
cerveau ordinateur ou, plus généralement, des aides technologiques palliatives, j'ai été accueillie
avec beaucoup d'intérêt.

Je saisis également l'occasion pour remercier notre responsable de formation, Jaime LOPEZ
KRAHE, pour sa disponibilité, ses conseils et ses encouragements tout au long de ces 2 années. Je
suis aussi reconnaissante envers l'ensemble des intervenants du Master « Technologies et
Handicap » pour la qualité de leurs enseignements.
Je tiens à remercier l'ensemble de l'équipe de rééducation et les médecins du service de Médecine
Physique et Réadaptation du CHRU de Lille pour leurs encouragements et l'intérêt porté à cette
formation.
Pour finir, je remercie les membres de ma famille qui ont consacré du temps à la lecture de ce
rapport, ainsi que mon mari et ma fille pour leur soutien et leur patience tout au long de ces 2 ans de
retour à la vie étudiante...

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 1/169
L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 2/169
Sommaire
Introduction..........................................................................................................................................7
Partie 1 :................................................................................................................................................9
Introduction aux interfaces cerveau-ordinateur....................................................................................9
I. Généralités sur les BMI..............................................................................................................10
II. Quelques bases et notions d'histoire..........................................................................................11
A) Electroencéphalographie et neurobiologie...........................................................................11
B) Informatique.........................................................................................................................12
C) Traitement du signal.............................................................................................................12
D) Handicap et aides technologiques........................................................................................13
E) Interfaces cerveau-machine..................................................................................................14
III. A qui sont destinées les BMI....................................................................................................15
A) La sclérose latérale amyotrophique (SLA)..........................................................................16
B) Le locked-in syndrome (LIS)...............................................................................................16
C) Les lésions hautes de la moelle épinière..............................................................................17
IV. Comment fonctionnent ces interfaces ?...................................................................................17
A) Recueil des signaux.............................................................................................................17
B) Traitement............................................................................................................................19
C) Le dispositif de commande..................................................................................................20
V. Les applications actuelles..........................................................................................................21
A) La communication...............................................................................................................21
B) Le contrôle de l'environnement............................................................................................21
C) La manipulation d'un fauteuil roulant électrique.................................................................21
D) L'utilisation d'une neuroprothèse.........................................................................................21
E) La rééducation......................................................................................................................21
VI. Le devenir des BMI.................................................................................................................22
Partie 2 :..............................................................................................................................................23
Modalités de l'intervention et démarche de travail.............................................................................23
I. Contexte de l'intervention...........................................................................................................24
A) Contexte de la demande.......................................................................................................24
B) Origine de la demande.........................................................................................................25
C) Partenaires du projet.............................................................................................................25
II. Demande technique de conception............................................................................................25
A) Problèmes rencontrés...........................................................................................................25
B) Enjeux..................................................................................................................................26
C) Utilisations « futures ».........................................................................................................26
D) Destinataires du projet.........................................................................................................26
E) Cadre général........................................................................................................................27
F) Contexte juridique................................................................................................................27
G) Budget..................................................................................................................................28
III. Objectifs de l'intervention........................................................................................................28
IV. Déroulement de l'intervention..................................................................................................29
A) Recueil de données préalables (problème, finalité).............................................................29
B) Élaboration et formulation du diagnostic.............................................................................29
C) Proposition de solutions.......................................................................................................29
D) Actions de transformation....................................................................................................30
Partie 3 :..............................................................................................................................................31
Données bibliographiques..................................................................................................................31
I. Etude de l'existant.......................................................................................................................32

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 3/169
A) Le type de système BMI utilisé...........................................................................................32
B) Les applications envisagées.................................................................................................32
C) Les sujets expérimentaux.....................................................................................................32
D) Les méthodes.......................................................................................................................33
E) Le matériel utilisé.................................................................................................................34
F) L'environnement et l'agencement des expérimentations......................................................36
G) Les contraintes.....................................................................................................................37
II. Identification des recommandations pour la création d'une salle dédiée aux BMI...................38
A) Dans le domaine des BMI et de l'EEG................................................................................38
B) Ergonomie............................................................................................................................40
C) Accessibilité.........................................................................................................................41
Partie 4 :..............................................................................................................................................45
Recueil de situations concrètes et état des lieux.................................................................................45
I. Recueil d'expériences au sujet des expérimentations BMI.........................................................46
A) État des lieux des environnements d'expérimentations dans les plus célèbres laboratoires
BMI...........................................................................................................................................46
B) Analyse de photographies de salles d'expérimentations......................................................48
C) Recueil d'expériences vécues au LAGIS.............................................................................49
II. Analyse de la situation d'expérimentation actuelle au LAGIS..................................................49
A) Le protocole expérimental...................................................................................................50
B) La situation de l'expérimentation.........................................................................................50
C) Les dispositions techniques..................................................................................................51
D) Les communications............................................................................................................52
E) Le sujet.................................................................................................................................52
F) L'expérimentateur.................................................................................................................53
III. Diagnostics concernant la future salle d'expérimentation BMI...............................................55
A) L'accès et la circulation........................................................................................................55
B) Les ambiances......................................................................................................................61
Partie 5 :..............................................................................................................................................69
Diversités, variabilités et dynamiques évolutives..............................................................................69
I. L'évolution future des BCI.........................................................................................................70
A) L'amélioration du contrôle et des méthodes d'entraînement................................................70
B) Les performances de traitement...........................................................................................70
C) La reconnaissance de la nécessité des BMI.........................................................................71
D) La reconnaissance de l'interdisciplinarité............................................................................71
E) L'harmonisation de la recherche...........................................................................................71
F) L'identification d'applications fonctionnelles et la réflexion sur l'ergonomie du système...71
II. La diversité des sujets ..............................................................................................................72
A) Le niveau d'autonomie et les caractéristiques individuelles................................................72
B) Le stress ...............................................................................................................................81
C) L'acceptation de l'aide technologique palliative...................................................................82
D) Le comportement du sujet et sa motivation.........................................................................83
III. Les expérimentateurs...............................................................................................................85
A) La maîtrise des systèmes BMI et les capacités d'adaptation................................................85
B) Le regard et l'attitude face à la personne handicapée...........................................................86
C) Les capacités physiques de l'expérimentateur......................................................................87
Partie 6 :..............................................................................................................................................89
Formulation des objectifs de la future salle BMI...............................................................................89
I. Concernant l'environnement de la salle BMI.............................................................................91
A) Aspect légal..........................................................................................................................91

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 4/169
B) Environnement général........................................................................................................91
C) Sécurité.................................................................................................................................91
II. Concernant la salle BMI............................................................................................................91
A) Aspect légal..........................................................................................................................91
B) Environnement général........................................................................................................91
C) Ambiances de l'espace d'expérimentation............................................................................92
D) Agencement de l'espace et choix matériel...........................................................................92
E) Interactions...........................................................................................................................92
F) Respect de la personne.........................................................................................................92
G) Sécurité................................................................................................................................93
III. Concernant le protocole et les recommandations d'usage.......................................................93
A) Participation du sujet (et de son entourage) et respect de la personne ................................93
B) Comportement......................................................................................................................93
C) Déroulement général des manipulations..............................................................................93
D) Adaptabilité..........................................................................................................................94
E) Gestion du matériel..............................................................................................................94
F) Gestion des risques...............................................................................................................94
Partie 7:...............................................................................................................................................95
Propositions et recommandations.......................................................................................................95
I. Aménagement de l'environnement de la salle BMI....................................................................96
A) Accès au bâtiment................................................................................................................96
B) Déplacements à l'intérieur du bâtiment..............................................................................101
II. Aménagement de la salle BMI................................................................................................106
A) Accessibilité et potentiel de la salle...................................................................................107
B) Ambiances..........................................................................................................................109
C) Matériel nécessaire.............................................................................................................123
D) Agencement et organisation de la salle..............................................................................140
III. Recommandations pour le protocole expérimental...............................................................146
A) Préparation de l'expérimentation.......................................................................................146
B) Dispositions protectrices....................................................................................................148
C) Gestion dans le temps........................................................................................................149
D) Gestion dans l'espace.........................................................................................................151
E) Gestion du matériel............................................................................................................153
F) Gestion de l'environnement................................................................................................154
G) Consignes et messages donnés..........................................................................................154
H) Reproductibilité et adaptabilité..........................................................................................155
I) Surveillance.........................................................................................................................156
J) Gestion des erreurs et volonté d'abandon............................................................................157
IV. Autres recommandations d'usage...........................................................................................157
A) Gestion humaine................................................................................................................157
B) Gestion du matériel............................................................................................................160
C) Compétences......................................................................................................................160
D) « Penser accessibilité »......................................................................................................161
E) Évaluer...............................................................................................................................161
Conclusion........................................................................................................................................163
BIBLIOGRAPHIE...........................................................................................................................165
ANNEXES.......................................................................................................................................169

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 5/169
L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 6/169
Introduction

Les interfaces cerveau-ordinateur ont pour but de permettre à des personnes très lourdement
handicapées d'acquérir une certaine autonomie dans leur vie quotidienne. Les recherches
applicatives actuelles s'intéressent à la possibilité de communiquer, de commander un fauteuil
roulant ou de contrôler l'environnement. Elles envisagent également de pouvoir pallier à certains
déficits moteurs grâce au contrôle d'une neuroprothèse ou en apportant de nouvelles solutions
thérapeutiques.

En 2005, le Laboratoire d'Automatique, Génie Informatique et Signal (LAGIS) a commencé


à s'intéresser à ce nouveau domaine, en lien avec l'IRRH (Institut de Recherche Régional sur le
Handicap) du Nord-Pas-De-Calais. Spécialisé dans le traitement et la classification des signaux,
quelques expérimentations ont ainsi été réalisées.
Cependant, devant les difficultés rencontrées par les différents protagonistes des expérimentations,
les chercheurs du LAGIS ont rapidement compris la nécessité de porter une attention particulière à
la notion d'interface entre l'homme et l'environnement. La prise en compte des facteurs humains lors
des recherches est devenu un réel besoin, d'une part pour optimiser les expérimentations, d'autre
part, pour adapter la technologie aux futurs utilisateurs.

Les compétences du LAGIS étant essentiellement « techniques », il leur était difficile d'aborder
l'aspect humain et la notion d'interface de manière complète et efficace. En effet, la mise en place
d'un environnement matériel et humain, pour l'amélioration du recueil des signaux, mais également
pour le bien-être du sujet et de l'expérimentateur, demande de multiples compétences dans les
domaines des technologies, du handicap et de l'ergonomie.

Les connaissances et savoir-faire acquis au cours de deux années de « Master Technologie et


Handicap », ainsi que ma profession d'ergothérapeute, m'ont permis d'apporter un regard global et
de proposer des solutions en terme d'aménagement et de protocole pour les futures expérimentations
des interfaces cerveau-ordinateur au LAGIS.
Mes compétences personnelles ont dû être complétées par des connaissances dans le domaine des
interfaces cerveau-machine. Elles ont également été confrontées à la demande du laboratoire ainsi
qu'aux besoins réels des différents utilisateurs finaux de la future salle d'expérimentation.

Ce rapport est l'occasion de présenter l'ensemble de ma démarche au cours de ce stage. Il


constitue également un document exhaustif qui permettra au LAGIS, s'il le souhaite, de mettre en
œuvre l'ensemble de mes propositions par la suite. Il est composé de plusieurs parties,
indispensables à la compréhension de l'intégralité de ce projet, et posant les bases de l'ensemble des
recommandations.

Mon travail a d'abord consisté en une analyse précise de la demande et à une meilleure
compréhension du cadre de l'intervention. Un état des lieux de l'existant ainsi qu'une étude de la
situation actuelle ont ensuite été réalisés. Puis l'évaluation de l'environnement de la future salle m'a
permis d'identifier le contexte, le potentiel mais aussi les inconvénients du lieu choisi. Enfin, les
objectifs et des propositions précises ont ainsi pu être émis en terme d'aménagement, de protocole et
de recommandations d'usage.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 7/169
L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 8/169
Partie 1 :

Introduction aux interfaces cerveau-ordinateur

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 9/169
Malgré un développement plus abondant ces dernières années, les interfaces cerveau-
ordinateur sont une technologie encore peu connue et à l'origine de nombreuses idées reçues,
notamment celle qui consiste à dire que ces interfaces permettent de lire dans les pensées.
Avant de présenter l'ensemble du projet, il convient donc d'introduire les interfaces cerveau-
machine afin d'en comprendre les grands principes, les enjeux ainsi que leur cadre d'utilisation,
actuel et futur.

I. Généralités sur les BMI

Les interfaces cerveau-machine, ou brain-machine interfaces (BMI) ou brain-computer


interfaces (BCI), sont des systèmes basés sur l'activité bioélectrique du cerveau humain. Mettant en
liaison directe le cerveau et l'ordinateur (ou la machine), elles visent à contourner les canaux
standards de communication tels que les muscles et les nerfs périphériques. Les signaux recueillis
sur le scalp ou directement sur le cortex, permettent alors de contrôler des dispositifs
technologiques : aides à la communication, neuroprothèses, contrôles d'environnement, fauteuils
roulants électriques. Les BMI s'adressent donc essentiellement à des personnes totalement
paralysées, suite à une maladie dégénérative ou un accident, mais également à des individus
présentant des désordres moteurs ou une fatigabilité importante, les empêchant d'avoir un contrôle
efficace de leurs actions.
Cette technologie émergente a une étendue pluridisciplinaire, faisant intervenir des connaissances
dans différents domaines comme la neurobiologie, la psychologie, l'ingénierie, les mathématiques,
l'informatique...
Les interfaces cerveau-machine sont composées de plusieurs entités permettant l'acquisition, le
traitement, la classification des signaux puis leur traduction en commandes (document 1-1)

Document 1-1 : Fonctionnement d'une interface cerveau-ordinateur

Les interfaces cerveau-ordinateur sont composées de plusieurs entités permettant l'acquisition, le traitement, la
classification des signaux et leur traduction en commande. Elles permettent alors d'actionner des dispositifs tels qu'un
fauteuil roulant électrique, un ordinateur ou une prothèse électrique.

On peut distinguer les systèmes BMI selon leur niveau d'invasivité :

A ce jour, les systèmes non-invasifs existants sont basés sur deux techniques d'investigation de
neuroimagerie : l'électroencéphalogramme (EEG) qui enregistre les potentiels électriques sur le cuir

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 10/169
chevelu et le magnétoencéphalogramme (MEG) qui recueille le champ magnétique à la surface du
crâne. Le MEG est rapide à mettre en place, mais les contraintes sont importantes en terme
d'encombrement du matériel, de conditions environnementales nécessaires (extrême sensibilité de
l'appareil) et de coût. L'EEG, lui, présente l'inconvénient d'être plus long à installer. Cependant, le
matériel employé est généralement peu encombrant, éventuellement portatif, relativement peu
coûteux et les conditions requises lors des enregistrements sont moins difficiles à mettre en œuvre.

Les systèmes invasifs sont constitués d'électrodes implantées, soit à la surface du cortex,
l'électrocorticogramme (EcoG), soit directement dans le cerveau. Ils enregistrent l'activité électrique
de neurones spécifiques ou d'une zone neuronale. Ces dispositifs sont encore peu utilisés chez
l'humain car leur efficacité par rapport aux techniques non-invasives n'a pas encore été démontrée
en terme de rapidité et de fiabilité. D'autre part, il existe encore quelques problèmes liés à la
cicatrisation ou à des rejets du matériel. C'est pourquoi, pour le moment, cette méthode est surtout
employée chez les primates.

Dans la suite de notre travail, nous nous intéresserons en priorité aux BMI non-invasives, basées sur
les signaux EEG.

II. Quelques bases et notions d'histoire

Ces 15 dernières années, les recherches sur les BMI ont beaucoup évolué. Elles ont été
possibles grâce à une meilleure compréhension du fonctionnement cérébral, au développement de
l'informatique (notamment l'augmentation de la puissance des ordinateurs et la diminution des
coûts), à l'évolution des techniques de traitement du signal mais aussi grâce à une meilleure
reconnaissance des besoins liés au handicap et la mise en évidence du potentiel des personnes
handicapées (Wolpaw 2002). Il nous paraît donc important de rappeler ici les découvertes
essentielles, ayant permis d'aboutir aux systèmes BMI d'aujourd'hui.

A) Electroencéphalographie et neurobiologie
L'électroneurophysiologie débute au XVIIIème siècle, lorsque Galvani (1737-1798)
démontre qu'une stimulation électrique peut induire une contraction musculaire. Grâce à l'évolution
de la physique et son application progressive au corps humain, Berger (1873-1941),
neuropsychiatre, met en évidence l'électroencéphalogramme en 1929.
Sont alors identifiées les principales fluctuations du potentiel électrique cérébral, mesurées par
l'EEG :
• les ondes delta (inférieures à 3,5 Hz) : surtout chez les enfants en bas âge, elles se
manifestent lors d'un sommeil profond et correspondent à la capacité de l'homme à se laisser
aller, avec diminution de la conscience du monde physique
• les ondes thêta (de 4 à 7 Hz) : se trouvent le plus souvent chez les enfants ou les jeunes
adultes. Elles correspondent à un état de somnolence ou d'hypnose, ou à des activités de
mémorisation, rêverie, méditation.
• les ondes alpha (de 8 à 13 Hz) : apparaissent lorsque le sujet est calme, avec les yeux
fermés. C'est le principal rythme de détente chez l'adulte.
• les ondes bêta (supérieures à 13 Hz) : surgissent lors d'une activité intense de concentration
(prise de décision, résolution d'un problème, traitement d'informations...), ou en situation
d'anxiété.
• le rythme mu ou « rythme en arceau » correspond à des courts trains de fréquence entre 7 et

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 11/169
11 Hz, avec une amplitude d'environ 50 microVolt, dans les régions centrales ou centro-
partiétales du scalp. Il est bloqué ou diminué par un mouvement volontaire controlatéral,
par stimulation tactile ou par l'imagination du mouvement.

En 1950, Penfield (1891-1976), neurochirurgien canadien, et Rasmussen (1910-2002), neurologue


américain, cartographient la répartition des zones motrices et sensitives à la surface du cortex
(document 1-2)

Document 1-2 : L'Homonculus (http://fr.wikipedia.org)


Bleu : cortex sensitif
Rouge : cortex moteur

L'homonculus moteur ou homonculus de Penfield indique l'organisation de la commande motrice des différents
muscles du corps au niveau du cerveau (coupe frontale). L'homonculus sensitif ou somesthésique représente les aires
corticales de la sensibilité.
La surface occupée par les membres sur le schéma est proportionnelle à son étendue fonctionnelle. Ainsi, la main
occupe, par exemple, une place beaucoup plus importante que l'ensemble du membre inférieur.

En 1958, Kamiya (né en 1925), professeur en psychologie de l'université de Chicago, entraîne un


sujet à émettre des ondes alpha et est ainsi le premier à mettre en évidence la capacité de l'homme à
contrôler volontairement ses propres ondes cérébrales, grâce au neurofeedback.

B) Informatique
L'origine de l'informatique est issue de la volonté de développer des calculateurs de plus en
plus autonomes et puissants. Babbage (1791-1871), mathématicien britannique, est considéré
comme l'un des précurseurs de l'informatique grâce à la programmation des machines mécaniques à
calculer en 1833. De 1948 à nos jours, les systèmes vont évoluer, permettant ainsi l'émergence des
ordinateurs actuels. En 1990, Internet, dont le concept date des années 1950, se popularise avec la
création du World Wide Web.

De plus en plus puissants, de plus en plus petits et portables, mais aussi de moins en moins chers,
les ordinateurs sont maintenant accessibles à une grande partie de la population. Outils familiaux et
multimédia, ils favorisent la communication à travers le monde entier. Selon une enquête française
de l'INSEE1 de 2005, « un ménage sur deux possède un microordinateur, un sur trois a accès à
Internet ».

C) Traitement du signal
Le traitement du signal est une discipline qui s'intéresse aux techniques de traitement,

1 Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 12/169
d'analyse et d'interprétation des signaux. Elle se base sur les grands principes de la théorie de
l'information, mais également sur le traitement statistique des données et autres théories
mathématiques.
L'histoire du traitement du signal peut être rapportée à celle de la théorie de l'information qui
concerne les systèmes de communication et d'information. Claude Shannon (1916-2001), ingénieur
électricien et mathématicien américain, donne le point de départ à cette discipline en 1948 avec son
article intitulé « A Mathematical Theory of Communication ».

D) Handicap et aides technologiques


Auparavant simple modèle médical, la définition du handicap par l'Organisation Mondiale
de la Santé (OMS) a progressivement évolué vers un modèle social : la Classification Internationale
du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé (CIF, OMS, 2001). On parle alors d'une nouvelle
approche « biopsychosociale ». (document 1-3)

Document 1-3 : La classification Internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé


(CIF), 2001

La CIF aborde le handicap sous une nouvelle approche qualifiée de « biopsychosociale ».On ne parle plus de
handicap, mais de « situation handicapante » induite par un ensemble de facteurs personnels et environnementaux.
L'homme n'est plus uniquement définit par sa déficience : il est caractérisé par son corps ainsi que ses activités et sa
participation.

Alors que le handicap a longtemps été considéré comme un état de fait permanent, il est
maintenant reconnu comme la conséquence de plusieurs facteurs engendrant une baisse
d'autonomie. Ils sont humains, matériels, environnementaux et peuvent donc être l'objet de
modifications et d'adaptations afin d'améliorer le confort de vie des personnes « en situation
handicapante ».
Parallèlement à cette nouvelle définition, la « loi n°2005-102 du 11 Février 2005 pour l'égalité des
droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » a apporté un
nouveau regard sur la handicap en France. En effet, l'obligation de tout mettre en œuvre pour
intégrer la personne en situation de handicap a incité la plupart des entreprises, établissements
scolaires, espaces de loisirs, transports en commun à comprendre et à prendre en compte ces
« personnes différentes ».

L'accès à l'autonomie est donc devenu un droit inaliénable et les aides techniques et technologiques

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 13/169
se sont ainsi développées. La mise en place de financements des dispositifs de palliation du
handicap, par l'intermédiaire des Prestations de Compensation du Handicap (PCH) proposées par
les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH), a contribué à cette avancée.
Dans cette logique et depuis plusieurs années, la recherche dans le domaine du handicap et des
nouvelles technologies est en plein essor.

E) Interfaces cerveau-machine
C'est en 1973 que Vidal, chercheur en sciences informatiques à l'Université de Californie
(Los Angeles) évoque pour la première fois le concept d' « interface cerveau-ordinateur ». A partir
de ce moment, les découvertes vont s'enchaîner.
En 1988, Farwell et Donchin développent une interface cerveau-ordinateur basée sur les potentiels
évoqués. En 1990, Keirn classifie les tâches mentales à partir de l'EEG. Un an plus tard, Wolpaw
rend possible le contrôle, dans une dimension, d'un curseur. Puis des techniques invasives se
développent chez l'humain avec Kennedy qui implante la première électrode en 1998. En 2004, c'est
la société Cyberkinetics qui implante une matrice dans le cortex moteur.
Des expérimentations sur les patients atteints de Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA ou ALS)
débutent en 2000, avec Kübler. En 2006, Wolpaw entreprend une expérimentation de longue durée
sur plusieurs patients, hors du milieu médical.

En 2005, plus de 100 équipes se sont rendues au « Workshop BCI'05 », congrès international sur les
interfaces cerveau-ordinateur, or dix ans auparavant (en 1994), seules 6 équipes dans le monde
étaient identifiées dans le domaine. En France, plus de quarante chercheurs, issus de 15 laboratoires
différents, se sont regroupés en 2006, à l'occasion de la première rencontre nationale sur les BMI.

Les plus grandes équipes de recherche à l'origine du mouvement sont :


• Le « Laboratory of nervous system disorders »2, aux Etats-Unis
• L' « Institute of medical psychology and behavioral neurobiology »3, en Allemagne
• Le « Laboratory of Brain-Computer Interfaces »4 en Autriche
• L' « Intelligent Data Analysis group »5 en Allemagne également.

Les « grands noms » des BCI (non invasives) sont :

Jonathan R. Wolpaw
✗Laboratory of Nervous System Disorders, New York State Department of Health, New York,
USA
✗State University of New York, Albany, New York, USA

Niels Birbaumer
✗Institute of Medical Psychology and Behavioral Neurobiology, University of Tuebingen,
Tuebingen, Germany
✗Department of Psychophysiology, University of Padova, Padova, Italy

Gert Pfurtscheller
✗Department of Medical Informatics, Institute of Biomedical Engineering, Technical University
of Graz, Graz, Austria

2 Wadsworth Center, Albany, NY, USA, http://www.bciresearch.org/


3 University of Tüebingen, Germany, http://www.mp.uni-tuebingen.de/
4 Graz University of Technology, Austria, http://bci.tugraz.at/
5 Fraunhofer FIRST, Berlin, Germany, http://ida.first.fraunhofer.de/homepages/ida/

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 14/169
Des collaborations entre les différentes équipes et chercheurs sont en place depuis de nombreuses
années, facilitant l'évolution et l'harmonisation des recherches. Le meilleur exemple de ces
coopérations est la création du logiciel BCI2000, plateforme visant à standardiser les méthodes
d'analyse (Schalk 2004).

Les différents domaines nécessaires à l'amélioration des BMI sont encore en pleine évolution. Cela
laisse présager d'un riche avenir...

III. A qui sont destinées les BMI

Les BMI se sont développées dans le but de donner une certaine autonomie à la personne
ayant perdu les facultés de communiquer, de se déplacer, de contrôler son environnement... Dans ce
contexte, les utilisateurs immédiats sont donc les sujets totalement paralysés, extrêmement
fatigables ou ayant des désordres moteurs importants. Lorsque les traitements médicamenteux,
chirurgicaux et la rééducation ne permettent pas de restituer la fonction et qu'aucun autre moyen
palliatif ne peut être mis en place (commande par contacteur, par la voix, par le mouvement des
yeux...), les BMI s'avèrent être la seule réponse adaptée.
On peut imaginer que ces interfaces deviendront également utiles, par la suite, dans le cadre
d'aphasies, d'apraxies, de troubles autistiques (Wolpaw et al. 2002)

Il existe un second domaine d'utilisation des BMI qui est celui des jeux vidéos. Les destinataires
sont donc l'ensemble des personnes intéressées par ce loisir. Ce domaine ne sera pas abordé dans
notre travail.

Il existe encore peu d'études cliniques valables avec des personnes handicapées, notamment
avec celles présentant des troubles neurologiques, et encore moins d'études réalisées dans la vie
courante. Cela semble surtout dû à des difficultés d'ordre méthodologique. Birbaumer et al. (2008)
insiste sur le fait qu'il est tout à fait possible de restaurer une fonction chez des patients atteints de
troubles neurologiques, mais cela demande de plus amples expérimentations.
Depuis 2006, les premières expérimentations d'une nouvelle interface BMI sur plusieurs patients, en
dehors du milieu clinique, sont en cours, supervisées par les chercheurs du Wadsworth Center. Mais
cela reste encore marginal.
Quelques études se sont intéressées à l'efficacité des BMI chez des personnes ayant une incapacité
motrice, en comparaison à l'homme sain. Les résultats divergent et mettent en évidence le besoin de
multiplier les expérimentations dans cette voie pour mieux comprendre les difficultés réelles : on
retrouve de moins bonnes performances chez les sujets handicapés (Wolpaw et al. 2002, Kauhanen
et al. 2007), ou alors une réussite plus importante chez ces sujets (Wolpaw et al. 2004). Dans ce
dernier cas, l'auteur suggère une motivation plus importante ou une plus grande plasticité cérébrale
chez ces individus.
Wolpaw et al. (2002) précise que les personnes handicapées sont sujettes à plus de variations que
l'homme sain, à travers les heures, les jours, les semaines..., notamment en ce qui concerne la
stabilité des signaux ainsi que la capacité à acquérir et à maintenir le contrôle de leurs
caractéristiques.

Malgré toutes ces affirmations recueillies au cours de mes lectures, peu d'études parlent
finalement des caractéristiques spécifiques des êtres humains auxquels s'adressent les BMI. Seul
Dobkin (2007) aborde, avec quelques précisions non négligeables, le problème des personnes
destinataires des BMI. Il évoque notamment les difficultés associées à la paralysie : sonde gastrique,

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 15/169
trachéotomie, sonde vésicale, ventilation assistée, fatigue. Il examine également les problèmes
éthiques et humains qui peuvent se poser dans ces conditions : la vulnérabilité des personnes, la
difficulté du recueil de consentement, l'espoir et la motivation suscités par les BCI et vécus
différemment par le patient et sa famille. Ces facteurs, souvent considérés comme influant sur les
expérimentations BMI, sont pourtant rarement examinés. Cela s'explique probablement par le fait
que nombre de ces chercheurs ne sont pas encore familiarisés au domaine du handicap.
Nous avons décidé, ici, de décrire brièvement les 3 principales pathologies motrices qui ont
fait l'objet d'applications des BMI (Birbaumer et al 2008) : la sclérose latérale amyotrophique, le
locked-in syndrome et les lésions hautes de la moelle épinière.

A) La sclérose latérale amyotrophique (SLA)


La SLA ou maladie de Charcot est une pathologie évolutive, dégénérative qui associe une
atteinte du système nerveux central et du système nerveux périphérique. Sa cause est inconnue et
son incidence est de 2 à 4 pour 100 000 par an en France. Les premiers troubles apparaissent le plus
souvent à la cinquantaine, mais la SLA peut également toucher des sujets jeunes. La durée de vie
des personnes malades est d'environ 4-5 ans en général, mais peut aller au-delà de 10 ans dans
certains cas.

Au niveau fonctionnel, la maladie débute avec des difficultés de manipulation ou des gênes à la
marche (cannes anglaises).
Les problèmes de déambulation augmentent ensuite avec l'utilisation d'un fauteuil roulant manuel,
puis électrique (à cause de la fatigue, puis de la paralysie).
Au niveau des membres supérieurs, la personne va utiliser des aides techniques adaptées,
permettant de diminuer sa fatigue et de pallier aux déficits moteurs. A un stade avancé de
l'évolution, la paralysie devient complète avec une impossibilité de manipuler le fauteuil roulant
électrique seul (besoin d'une commande tierce personne), de manger seul, de parler, ou même de
communiquer : les mimiques et le contrôle correct des yeux disparaissent.
A cela s'ajoute un épuisement.
La sensibilité est préservée, provoquant des sensations d'inconfort, avec impossibilité d'y remédier
de manière autonome.
La perte d'autonomie est rapide et totale : aucune aide technique « courante » n'est utilisable dans la
dernière phase de la maladie de Charcot, même si la personne possède encore toutes ses facultés
intellectuelles. Une ventilation assistée, une sonde gastrique, une sonde vésicale sont souvent mis en
place pour pallier à l'affaiblissement des fonctions vitales.

B) Le locked-in syndrome (LIS)


Le LIS ou syndrome d'enfermement, comme son nom l'indique, est une atteinte qui
provoque un emprisonnement complet du patient dans son propre corps, de manière brutale. Il est
dû à une atteinte du tronc cérébral d'origine vasculaire ou traumatique.
Généralement, la personne est totalement paralysée, au niveau de son corps et de sa face, à
l'exception des paupières et des mouvements des yeux. Il conserve toutes ses facultés intellectuelles
et est pleinement conscient du monde qui l'entoure et de sa propre situation. Il ressent encore le
toucher ou la douleur, mais est incapable de changer de position en cas de sensation désagréable.
Le tableau clinique est semblable à la phase avancée de la maladie de Charcot évoquée
précédemment.
Certaines personnes récupèrent quelques mouvements, leur permettant d'augmenter leur autonomie
quotidienne grâce à des technologies palliatives adaptées : minijoystick pour manipuler le fauteuil
roulant électrique, contacteurs très sensibles pour l'utilisation de l'ordinateur, etc
Le locked-in syndrome, en lui-même, ne provoque pas la mort de la personne. Mais certaines

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 16/169
complications peuvent mettre en jeu le pronostic vital.

C) Les lésions hautes de la moelle épinière


La moelle épinière est l'ensemble des nerfs contenus dans la colonne vertébrale. Elle est
constituée des neurones descendants ou moteurs, qui relayent les informations nerveuses du cerveau
vers les neurones moteurs, qui vont ensuite permettre la contraction des muscles ; et des neurones
ascendants ou sensitifs, chargés de transporter les informations sensitives de la périphérie de corps
vers le cerveau. Les lésions de la moelle peuvent avoir différentes origines (traumatiques (accident
de la voie publique par exemple), vasculaires (infarctus), tumorales...) entrainant des compressions
totales ou partielles, des ruptures... Toutes provoquent des paralysies ou parésies (paralysies
partielles) et/ou des troubles de la sensibilité dans les territoires de la lésion ainsi que dans les
territoires sous-jacents.

On distingue les paraplégies, lésions basses (sous la première vertèbre dorsale) de la moelle
épinière, que l'on peut notamment schématiser par une paralysie des membres inférieurs, avec perte
totale de la sensibilité, des lésions hautes (au dessus de la première vertèbre dorsale), appelées
tétraplégies, concernant l'ensemble des 4 membres. On parle de tétraparésie ou paraparésie lorsque
l'atteinte est incomplète.
Dans le cadre d'une rupture complète de moelle, aucune récupération n'est envisageable malgré la
rééducation. Par ailleurs, on trouve généralement des troubles associés tels que des problèmes
vésicosphinctériens. Lorsque la lésion est très haute (au dessus de la troisième vertèbre cervicale), le
tableau clinique ressemble à celui du locked-in syndrome présenté précédemment.

Décrire les pathologies concernées par les BMI permet de mieux appréhender les situations
et imaginer les utilisations possibles. Dans les 3 pathologies présentées ci-dessus, les capacités
cognitives sont préservées.
Pour conclure sur ce point, il est essentiel d'insister sur le fait que, malgré des similitudes cliniques,
chaque individu est différent, tant dans ses atteintes corporelles que dans les répercussions
fonctionnelles, cognitives et/ou psychologiques de la pathologie. D'ailleurs, les chercheurs évoquent
souvent l'aspect cognitif, émotionnel et la motivation du patient comme facteurs influant sur les
performances réelles du système BMI.

IV. Comment fonctionnent ces interfaces ?

La plupart des BMI qui existent aujourd'hui peuvent être décomposées en 3 grandes parties
qui permettent : le recueil du signal, le traitement de celui-ci et, enfin, sa traduction en commande.

A) Recueil des signaux


Cette partie nous concerne directement pour notre étude. C'est la raison pour laquelle
l'abordons de manière détaillée.

Dans le cadre de notre travail, les signaux EEG sont recueillis à l'aide d'électrodes positionnées sur
le scalp. Il s'agit d' « électrodes cupules » qui ont la forme d'un petit disque en argent de 5 mm de
diamètre. Afin d'obtenir des mesures correctes, l'impédance de contact est diminuée en appliquant
une pâte conductrice entre le crâne et chaque électrode. Auparavant, on aura pris soin d'écarter les

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 17/169
cheveux et de décaper légèrement le cuir chevelu pour avoir un contact direct sur la peau.
Le positionnement des électrodes se fait selon le système 10-20 qui est une nomenclature
internationale utilisée en EEG clinique (document 1-4). Un bonnet donne les repères pour chaque
électrode et permet également de maintenir un bon contact avec le crâne, grâce à un harnais sur la
poitrine auquel il est rattaché. La symétrie des électrodes doit être parfaite et il est donc nécessaire
de vérifier qu'elles sont équidistantes d'avant en arrière et de gauche à droite.
Chacune des électrodes est branchée à un amplificateur de signaux, qui est lui même en lien avec un
ordinateur qui enregistre les données.

Document 1-4 : Le système 10-20

Le placement des électrodes correspond à la nomenclature internationale « système 10/20 ». Chaque électrode a un
nom précis, avec un chiffre pair à droite, impair à gauche ou « Z » sur la ligne médiane.

Différents types de signaux peuvent être utilisés dans les interfaces cerveau-ordinateur. Ils peuvent
être classés selon le paradigme utilisé par les systèmes BMI : on parle alors d'interfaces synchrones
ou asynchrones.

Les BMI synchrones fonctionnent à partir de la réaction du cerveau (de l'utilisateur) à des
stimulations : les signaux recueillis sont des potentiels liés à des événements, appelés « potentiels
évoqués » qui ne nécessitent aucun apprentissage. On distingue :

1/ Les potentiels évoqués par un événement (ERPs) : réponses du cerveau à des stimuli extérieurs.
Selon la tâche mentale engendrée, le temps de latence est plus ou moins long.
◦les ERPs cognitifs de type P300 : pics positifs qui apparaissent 300 ms après un
stimulus aléatoire (non routinier) auditif, visuel ou somatosensoriel et qui sont en lien
avec une activité cognitive (par exemple, compter le nombre d'apparition des stimuli)
◦les potentiels évoqués visuels (VEPs) : légères modifications du signal cérébral en
réponse à un stimulus visuel
◦les potentiels évoqués auditifs (AEPs) : légères modifications du signal cérébral en
réponse à un stimulus auditif
◦les potentiels évoqués somato-sensoriels (SSEPs) : générés en réponse à une sensation
corporelle

2/ Les potentiels évoqués visuels stationnaires / de bas niveau (SSVEPs) : apparaissent dans le
cortex visuel primaire et se différencient des VEPs par le taux de répétitions des stimuli visuels (5-6
Hz ou plus). Leur amplitude peut être contrôlée grâce à un apprentissage par bio-feedback.

Les BMI asynchrones sont basées sur l'utilisateur en tant que maître du processus. Le signal
EEG enregistré est un potentiel basé sur le contrôle volontaire de l'activité cérébrale, nécessitant une

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 18/169
phase d'entraînement préalable, facilitée par un bio-feedback. On distingue :

1/ Les modulations des potentiels corticaux lents (SCPs) : lents changements de potentiels, non dûs
au mouvement, générés par l'utilisateur et qui durent de 300ms à plusieurs secondes. Il est possible
d'apprendre à contrôler les variations négatives ou positives des SCPs.

2/ Les changements dans les rythmes cérébraux de la région sensorimotrice : lors de l'exécution, de
la planification ou de l'imagination d'un mouvement volontaire, il existe un affaiblissement des
rythmes mu et bêta du côté controlatéral (opposé au mouvement) et une amplification du côté
ipsilatéral (côté du mouvement). Un entraînement permet de contrôler les variations de ces signaux.
3/ Les tâches cognitives (Cts) : changements dans le signal cérébral lors de tâches mentales non
motrices. La zone cérébrale spécifique mise en jeu est identifiée lors de la période d'apprentissage.

4/ Les potentiels de préparation du mouvement (Movement-related potentials ou MRPs) : potentiels


basse fréquence qui débutent 1 à 1,5 secondes avant le mouvement;

5/ Les autres activités de préparation des mouvements (other movement-related activities ou


OMRAs) : combinaison de phénomènes neurologiques spécifiques et non spécifiques;

Les signaux utilisés dans les systèmes BMI peuvent également être des « phénomènes
neurologiques multiples » (Mns) qui sont une combinaison de 2 ou plusieurs des phénomènes
évoqués ici.

Chaque phénomène décrit ci-dessus a des caractéristiques spatio-temporelle uniques. Il est donc
ensuite nécessaire de les analyser pour pouvoir les utiliser en tant que commande d'un dispositif.

Pendant la période d'enregistrement, des perturbateurs appelés « artéfacts » peuvent bruiter


les signaux . Il s'agit de potentiels qui contaminent les signaux cérébraux et ont souvent une origine
non cérébrale. Ils dépendent du système BMI utilisé (par exemple, un VEP devient un artéfact dans
la cadre d'une BMI basée sur les MRP) et peuvent alors provoquer des erreurs dans le dispositif.

Les artéfacts peuvent être attribués à des sources non-physiologiques, c'est à dire extérieures au
corps humain : un champ électro-magnétique (téléphone portable, WIFI), un changement
d''impédance d'une électrode... Ils sont évitables par des boucliers ou des filtres spécifiques.
Ils peuvent également être physiologiques, dûs à la variété des mouvements corporels : artéfacts
électrocardiographiques (battements du cœur), respiration, mouvements ou clignement des yeux
(électro-oculogramme ou EOG), mouvements du corps, de la tête, de la face, de la mâchoire, de la
langue (électromyogramme ou EMG), réponses cutanées comme la transpiration.
Les artéfacts physiologiques sont plus difficiles à traiter que les non physiologiques. Les contrôler
pendant l'acquisition du signal n'est pas évident. C'est pourquoi, lors de la phase de recueil du
signal, on porte une attention particulière aux ordres donnés et à l'environnement de test.
L'observation du sujet, et notamment de ses mouvements, peut permettre d'identifier l'origine de
certains bruits dans le signal recueilli et éventuellement de rejeter les essais qui ont été perturbés de
manière trop importante. Il est ensuite indispensable de traiter le bruit résiduel.

B) Traitement
Le traitement des signaux fait intervenir plusieurs étapes ayant pour but l'analyse précise des
caractéristiques afin d'être en mesure de les exploiter de la manière la plus efficace possible :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 19/169
1. Prétraitement
La phase de prétraitement des signaux EEG est primordiale car les performances des BMI
dépendent en grande partie du ratio signal/bruit. Elle permet d'améliorer ces signaux par des
méthodes de réduction des artéfacts et des méthodes avancées de traitement des signaux. Le
prétraitement se fait par des filtrages spatiaux et temporels plus ou moins sophistiqués.
Notons ici que les méthodes invasives donnent un meilleur ratio signal/bruit.

2. Extraction des caractéristiques


L'extraction des caractéristiques se fait par des algorithmes plus ou moins complexes qui
permettent d'identifier les spécificités des signaux recueillis.

3. Classification des signaux


La classification est une partie essentielle du système, mais son efficacité dépend de la
qualité de l'extraction des caractéristiques. Comme son nom l'indique, elle a pour but de distinguer
et ranger les signaux en fonction de leurs spécificités. Pour cela, il est important que le classifieur se
mette à jour en fonction des nouvelles données recueillies au fur et à mesure.
Les systèmes de classifieurs nécessitent souvent une période d'entraînement permettant de mettre en
place les spécificités du sujet, puis une session de test lors de laquelle le classifieur est utilisé en
simultané et produit un feed-back.
Il faut savoir qu'un feed-back correct est important pour le renforcement des signaux mais peut
introduire des bruits dans le signal, en tant que nouveau stimulus.

On peut distinguer les systèmes en ligne et hors ligne :


• Les systèmes « hors ligne » correspondent aux applications dont le traitement se fait dans
un second temps, de manière non simultanée. Par exemple, ils peuvent être utilisés lors de
l'entrainement : les signaux sont ainsi analysés de manière indépendante dans le but
d'extraire les caractéristiques du sujet de manière très adaptée et complète. Les systèmes
hors ligne ne sont pas fonctionnels dans cet état pour l'utilisateur final : aucun feedback, pas
d'application en temps réel
• Les systèmes « en ligne » permettent un traitement des signaux de manière simultanée et
rendent alors possible la présence d'un feed-back synchronisé. Ces systèmes sont conçus
pour des applications fonctionnelles et utilisables directement. Cela demande une certaine
rapidité de traitement mais également des capacités d'adaptation du système afin qu'il soit
réellement efficace.

C) Le dispositif de commande
Il reçoit les signaux de contrôle et les utilise (traduction) pour actionner le dispositif, en
renvoyant un feedback visuel, auditif ou haptique.
L'algorithme de traduction permet de transformer les signaux en commande correspondant aux
intentions de l'utilisateur. Un algorithme doit s'adapter aux caractéristiques d'un nouvel utilisateur, il
doit pouvoir s'ajuster en direct pour diminuer l'impact des variations spontanées et il doit s'adapter
aux capacités d'évolution du cerveau au fur et à mesure de son utilisation. L'adaptation mutuelle
utilisateur/système et système/utilisateur est fondamentale pour tous les BMI. Cependant, elle est
plus difficile dans les applications en situation réelle que dans les laboratoires car, dans ce dernier
cas, l'intention de l'utilisateur est défini par un protocole de recherche.
Le dispositif de sortie est généralement un écran d'ordinateur avec des cibles, lettres ou icônes
constituant un feed-back qui permet de vérifier la production de l'intention.
Les applications pratiques des BMI dépendent de la vitesse et de l'exactitude. Pour le moment, elles
permettent : un contrôle basique de l'environnement, une possibilité de répondre oui/non, l'écriture

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 20/169
de mots, l'utilisation du matériel comme un fauteuil roulant, le fonctionnement d'une simple orthèse
ou neuroprothèse.

V. Les applications actuelles

Les systèmes BMI d'aujourd'hui proposent plusieurs types d'applications, permettant ainsi de
pallier à différents handicaps : handicap de communication, handicap de déplacement, handicap de
manipulation...

A) La communication
Il s'agit de l'application le plus développée actuellement. De nombreuses interfaces ont été
créés par les différents laboratoires : damier, clavier virtuel fixe ou clavier dynamique... Certains
systèmes sont spécifiques à un signal donné (synchrone ou asynchrone).
Les applications les plus connues (Pfurtscheller et al. 2006, Lecocq et al. 2008) sont :
• le P300 Speller (Nijboer 2008)
• l'interface Thought-Translation Device (TTD) (Birbaumer)
• le Wadworth BCI (Wolpaw)
• l'interface Graz-BCI (Pfurtscheller)
• l'interface Hex-O-Spell
• le Dasher-BCI.
Ces systèmes fonctionnent par défilement des lettres ou grâce au déplacement d'un curseur dans une
ou plusieurs dimensions.
Les performances de ces applications sont d'environ 25bits/min soit 2 mots/minute.

B) Le contrôle de l'environnement
Actuellement, le contrôle d'environnement est possible grâce aux BMI. Cela se fait par
l'intermédiaire d'un clavier virtuel sur ordinateur, dont chaque touche correspond à une ou plusieurs
fonctions. Le fonctionnement est similaire à celui mis en place lors de la communication. Les
signaux utilisés sont variés, selon le type de clavier employé.

C) La manipulation d'un fauteuil roulant électrique


Plusieurs équipes travaillent sur la manipulation du fauteuil roulant électrique grâce aux
ondes cérébrales. Les systèmes existants impliquent l'utilisation de signaux synchrones ou
asynchrones selon les techniques employées. On peut évoquer les recherches de Tanaka et coll.,
Rebsamen et coll. et Millan et coll. (Lecocq et al. 2008)

D) L'utilisation d'une neuroprothèse


Quelques chercheurs ont étudié la possibilité d'actionner une prothèse électrique directement
au moyen de signaux cérébraux. De manière synchrone ou asynchrone, ils permettent ainsi
d'effectuer, la plupart du temps, des mouvements de flexion/extension du poignet. Ces mouvements
sont soit proportionnels, soit obéissants à la loi du tout ou rien (Pfurtscheller et al. 2004 , Müller-
Putz et al. 2005, Buch et al. 2008, Müller-Putz et al. 2008)

E) La rééducation
L'émergence de cette dernière application est très récente. Il s'agit d'utiliser le neurofeedback

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 21/169
comme moyen thérapeutique afin de permettre au patient de visualiser les signaux émis et
d'améliorer ainsi le contrôle volontaire de son propre fonctionnement cérébral. Le but est par
exemple de stimuler la récupération d'une fonction motrice.
Des systèmes de biofeedback EEG sont déjà commercialisés pour améliorer la relaxation des
personnes épileptiques notamment. Cependant, dans le domaine de la rééducation fonctionnelle, peu
d'études permettent encore de juger de son efficacité réelle comparativement à d'autres techniques
thérapeutiques (Dobkin 2007, Van Langhenhove et al. 2008).

Aucune des applications présentées ici n'est commercialisée pour le moment. En effet, les
performances des systèmes BMI sont encore très faibles et de nombreux points doivent encore être
améliorés.

VI. Le devenir des BMI

Les BMI sont en plein essor depuis quelques années. Cependant, ce domaine reste
actuellement à l'état de recherche et ne permet pas encore une utilisation efficace dans la vie
courante. Il existe donc de nombreux challenges à remporter afin que les BMI aient une véritable
chance de trouver leur place dans la vie réelle.

En effet, pour le moment, de nombreuses difficultés sont identifiables (Moore 2003) :


• le taux de transfert des informations est encore trop lent
• le taux d'erreur est important et augmente en présence d'un handicap
• la fatigue inhérente à l'utilisation du système n'est pas négligeable
• la prise de médicaments et la fatigue, souvent présentes chez les personnes handicapées,
engendrent des perturbations lors de l'utilisation des dispositifs BMI
• la mise en place et l'utilisation du dispositif (allumer, éteindre...) ne peut pas se faire de
manière autonome
• les performances du système dépendent de la charge mentale du sujet, et de l'environnement
dans lequel il se trouve (simple ou complexe)

Selon Wolpaw (2002), les BMI permettent des contrôles assez basiques. Si les systèmes ont déjà
bien évolué depuis 2002, les problématiques restent pourtant identiques. D'après lui, l'avenir des
BMI ne sera assuré qu'à condition de faire évoluer les points suivant :
• l'identification des signaux que les utilisateurs contrôlent le mieux
• le développement de méthodes d'entraînement efficaces pour augmenter le contrôle des
signaux
• la mise en place de meilleurs algorithmes pour traduire les signaux en commandes
• l'identification et l'élimination des artéfacts
• la reconnaissance et l'acceptation, au sein de la communauté des chercheurs, qu'il s'agit d'un
problème interdisciplinaire
• l'adoption de procédures d'évaluation précises et objectives des BMI
• l'identification d'applications BMI fonctionnelles pour l'utilisateur
• la reconnaissance de la nécessité des BMI par le grand public
• l'attention envers ce qui peut affecter l'acceptation de l'utilisateur tels que la facilité
d'utilisation, l'aspect cosmétique, l'utilité...

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 22/169
Partie 2 :

Modalités de l'intervention et démarche de travail

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 23/169
Lors de la réalisation de mon stage, il m'a été demandé d'intervenir afin de proposer des
aménagements et quelques règles relatives au protocole concernant les futures expérimentations
BMI au sein du laboratoire LAGIS.

I. Contexte de l'intervention

A) Contexte de la demande

1. Le laboratoire
Le LAGIS est un laboratoire de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique
(CNRS), rattaché au département Sciences et Technologies de l'Information et de l'Ingénierie
(ST2I). Les tutelles locales sont l'Ecole Centrale de Lille et l'Université des Sciences et
Technologies de Lille (USTL).
En 2005, suite à un travail en lien avec le Wadsworth Center (Albany, NY, USA), l'équipe « Vision
et Image », spécialisée en traitement du signal, a décidé de s'intéresser particulièrement aux BMI
dans le cadre de leurs recherches.
L'équipe est composée de 3 chercheurs – maîtres de conférences : François Cabestaing, Marie-
Hélène Bekaert, Claudine Lecocq, et d'un doctorant : Gaël Picard de Muller.

2. Les collaborations
Dans le cadre de la recherche sur les BMI, de nombreux projets collaboratifs ont été
proposés avec d'autres équipes, mais les financements n'ont pas été obtenus.
Une publication sur les utilisations thérapeutiques des BMI (Van Langhenhove 2008) a fait l'objet
d'un travail collaboratif avec le Professeur N'Gyen, neurochirurgien et chef de clinique
neurochirurgicale au CHRU de Nantes.
Actuellement, plusieurs contacts locaux ont d'ors et déjà permis à l'équipe d'avoir une approche
pluridisciplinaire ou d'envisager de futures collaborations : Professeur Derambure (CHRU de Lille,
Neurochirurgie), Professeur Thevenon (CHRU de Lille, Rééducation et réadaptation fonctionnelle),
association ALIS (Locked-in Syndrome). Des projets avec l'INRIA6 sont par ailleurs en réflexion.

3. Les travaux réalisés


Depuis 2005, les études ont été essentiellement réalisées sur des sujets sains, avec des
systèmes de BMI non invasifs basés sur l'EEG. Le principal domaine des BMI ciblé au LAGIS est
celui de la communication palliative. Des recherches basées sur les potentiels évoqués de type P300
ont fait l'objet de nombreuses publications jusqu'à maintenant. Depuis plusieurs mois, ce sont les
modifications des rythmes cérébraux (mu et bêta) lors du mouvement qui sont étudiées afin de
permettre la communication de personnes ayant un handicap très invalidant. Les objectifs
concernent le traitement des signaux et leur classification.
Le domaine de l'utilisation thérapeutique des interfaces cerveau-ordinateur a également été exploré,
en lien avec le professeur N'Gyen, neurochirurgien au CHU de Nantes.

6 Institut National de Recherche en Informatique et Automatique

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 24/169
B) Origine de la demande
L'idée d'aménager une salle d'expérimentation dédiée exclusivement aux interfaces cerveau-
machine est née en fin d'année 2008 (Septembre – Octobre). Elle émane d'une difficulté de prises de
mesures lors des manipulations BMI. En approfondissant la question, les membres du laboratoire
ont rapidement identifié d'autres aléas venant se greffer au problème de récupération du signal :
confort, durée des tests, concentration, relaxation. Le projet d'aménager un espace spécifique est
alors apparu comme une réponse à cette situation globale et complexe.
Pour le moment, les expérimentations se déroulent dans des espaces non dédiés et les sujets
expérimentaux sont généralement des membres du laboratoire. La volonté et la nécessité de réaliser
des tests sur un plus grand nombre de sujets, notamment handicapés, obligent également à réfléchir
au déroulement des manipulations, à l'agencement de l'espace et à l'accessibilité de l'environnement.

C) Partenaires du projet
Les principaux partenaires du projet sont l'ensemble des membres de l'équipe BMI du
LAGIS : ils sont à la fois demandeurs et destinataires du projet. Ils ont une expérience dans
l'utilisation de la future salle. Ils ont une vision très générale mais aussi des demandes très ciblées
en rapport avec des situations vécues ou observées. Leur pratique et leurs connaissances pointues
dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur sont un précieux atout pour notre travail.
De nombreux chercheurs, expérimentateurs et sujets, sont également sollicités pour alimenter notre
recherche et pour permettre une meilleure compréhension de la situation.
Les futurs partenaires du projet ne sont pas encore formellement identifiés mais il convient
de les évoquer car il est important d'avoir une vision globale du projet à plus long terme. Il s'agit
donc surtout des financeurs du projet et des entreprises ou personnes qui réaliseront les travaux.
On peut également imaginer, par la suite, l'implication d'autres acteurs, contribuant au soutien de
notre projet : la cellule handicap de l'université de Lille 1, des associations de personnes
handicapées, les médias, etc...

II. Demande technique de conception

A) Problèmes rencontrés
Les difficultés rencontrées, et exprimées, lors des expérimentations actuelles concernent
deux aspects :

1/ Le problème de prises de mesures lors des expérimentations :


• Le casque EEG et les électrodes ne sont pas toujours placés correctement. Les signaux
récupérés sont alors incorrects ou de mauvaise qualité
• De nombreux artéfacts, ou bruits, sont présents lors des enregistrements : liés à
l'environnement (bruit, luminosité trop élevée) ou à la personne (manque de relaxation, de
concentration...)
Ces perturbations de signaux empêchent de mettre en place des systèmes en ligne efficaces,
renvoyant un feedback conforme. C'est la raison principale pour laquelle il a été, jusqu'alors,
impossible à l'équipe du LAGIS d'envisager ce type de fonctionnement. Seuls les systèmes hors
ligne permettent d'analyser correctement les signaux.
Face à ce problème, il est important de mettre en place un cadre de mesure et un protocole plus

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 25/169
adaptés.

2/ Le problème du bien-être du sujet d'expérimentation :


La plupart des sujets sollicités jusqu'alors sont des membres « sains » du laboratoire. Malgré leur
tolérance aux contraintes imposées, de part une volonté d'aider leurs collègues, ils expriment
cependant spontanément quelques gênes lors des tests : inconfort dans la position assise prolongée,
durée du test relativement longue, mauvaises conditions pour se relaxer... Ces contraintes sont non
seulement désagréables pour la personne, mais, en plus, elles influent sur la prise de mesure
évoquée précédemment. Cela est d'autant plus vrai pour les systèmes BMI basés sur le mouvement
et qui nécessitent une détente et une concentration importantes.

Cela met également en évidence le besoin de définir un contexte approprié à


l'expérimentation, mais aussi au sujet d'expérimentation. Il ne faut pas oublier l'expérimentateur qui
est également soumis à quelques contraintes, comme nous le verrons ultérieurement.

B) Enjeux
En plus de la volonté d'améliorer le déroulement des expérimentations, autant sur le plan
technique que sur le plan humain, il existe un autre enjeu, tout aussi important pour le LAGIS : il
s'agit de créer une plateforme expérimentale de référence, reconnue au niveau régional ou, au
moins, dans la métropole Lilloise. Cette plateforme pourrait alors accueillir d'autres équipes ayant la
volonté de travailler en relation avec le domaine des interfaces cerveau-ordinateur : jeux vidéos,
domotique... Cette volonté a d'ors et déjà été exprimée par différents partenaires.
Le LAGIS désire que cette salle d'expérimentation devienne une vitrine du laboratoire : pour se
faire connaître et reconnaître en tant que laboratoire BMI, innovant, et également, à l'heure où la
recherche est en difficulté, pour attirer les étudiants dans un domaine nouveau et à la pointe.

C) Utilisations « futures »
Actuellement, les expérimentations prévues dans le laboratoire visent la communication
palliative au moyen d'une interface cerveau-ordinateur non invasive, basée sur les signaux EEG liés
au mouvement.
Il existe un cadre d'action fixe, défini par les chercheurs du LAGIS ou imposé par le contexte du
laboratoire. Les caractéristiques sont les suivantes :
• BMI non invasives
• BMI basées sur les signaux EEG
• Domaine de la communication palliative
• Spécialisés dans le traitement et la classification des signaux
Le but premier de cette salle sera d'améliorer les dispositifs BMI et non de travailler spécifiquement
sur la compensation du handicap.
De plus, il est difficile pour l'équipe de prédire la suite des expérimentations qui seront réalisées
dans le laboratoire. Donc l'adaptabilité maximale de la salle BMI est un impératif pour répondre aux
évolutions futures.

D) Destinataires du projet
La salle d'expérimentation dédiée aux BMI sera une salle destinée exclusivement aux
chercheurs du laboratoire (un seul ou plusieurs lors d'une même séance). Les principaux

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 26/169
expérimentateurs seront donc les chercheurs ou doctorants dans le domaine des BMI.
Les sujets d'expérimentation pourront être des sujets sains, légèrement handicapés ou sévèrement
handicapés : LIS, SLA, myopathie, tétraplégie... Aucune personne en situation à risque ne
participera aux études au sein de cette salle étant donné le cadre non clinique de la salle. Aucune
limite d'âge n'a été établie pour le moment.
Des accompagnateurs pourront également être présents lors des expérimentations.

E) Cadre général
La salle dédiée aux BMI se trouve au troisième étage du bâtiment P2 de l'USTL. Cette
université publique accueille environ 37 000 étudiants et emploie plus de 1300 enseignants-
chercheurs. Le bâtiment P2 est un immeuble des années 70, de 3 étages, qui se trouve au milieu
d'un campus de 110 hectares, au sud de Lille.
Actuellement, les expérimentations BMI se font soit dans une salle de réunion, soit dans une salle
de TP destinée aux étudiants. Cet environnement est choisi surtout pour sa situation au calme (peu
de passage) et l'espace disponible.

F) Contexte juridique
Un point essentiel est à évoquer concernant le contexte juridique des expérimentations :
s'agissant de manipulations sur l'homme, au moyen d'un matériel considéré comme biomédical, il
est important de faire préciser, par un service juridique compétent en la matière, le cadre des tests.
En effet, les limites des expérimentations BMI ne sont pas clairement identifiées dans les textes. De
nombreux laboratoires BMI réalisent donc leurs expérimentations sans accréditation particulière.
L'unité INSERM U821, a, elle, fait l'objet d'un agrément CCPPRB (Comité Consultatif de
Protection des Personnes dans la Recherche Biomédicale) dans le cadre de la loi Huriet-Sérusclat 7
(1988, modifiée en 1994) pour ses expérimentations BMI.
Les expérimentations sur l'homme sont encadrées par de nombreux textes qui sont apparus suite aux
atrocités de la seconde guerre mondiale. Il existe notamment un guide européen d'éthique médicale
(Paris, 6 Janvier 1987) qui préconise, dans le cadre de toute expérimentation sur l'homme, « de
soumettre les protocoles expérimentaux à une commission d'éthique indépendante ». En France,
c'est la loi Huriet-Sérusclat qui évoque les expérimentations humaines et repose sur 5 notions
importantes :
– La nécessité de protection des personnes dans la recherche biomédicale
– La définition du promoteur et de l'investigateur
– La différence entre les recherches avec ou sans bénéfice individuel direct
– L'obligation du consentement libre et éclairé
– Le devoir de consulter les CCPPRB
Par ailleurs, il est nécessaire, pour l'investigateur, de souscrire une assurance « responsabilité
civile ».
Il est nécessaire que les locaux soient agréés par la DRASS car il est impératif de vérifier si les
installations (matérielles et techniques) sont adaptées à la recherche et compatibles avec la sécurité
des personnes.
7 Loi Hurier-Serusclat, n°88-1138 du 20 décembre 1988 relative à la protection des personnes se prêtant à la
recherche biomédicale, modifiées le 25 Juillet 1994

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 27/169
De cette manière, de nombreuses conditions sont vérifiées : le bâtiment doit être aux normes, une
armoire de sécurité, avec dispositifs de secours (oxygène, défibrillateur, etc), doit être présente, une
procédure d'urgence bien définie doit être établie...

Le cadre des expérimentations doit donc être étudié avant tout aménagement de la salle, afin
de s'assurer que des expérimentations seront réellement réalisables au sein de l'Université Lille 1.
Ce point est déterminant pour le LAGIS, mais ne remet pas en cause la totalité de mon travail qui
pourrait alors être transposé à un autre lieu, les besoins restant identiques.

G) Budget
Le budget pour la réalisation de la salle n'a pas encore été défini. Le financement nécessaire
sera recherché suite aux propositions faites à l'issu de ce travail et les financeurs potentiels ne seront
pas les mêmes selon l'ampleur du budget. Notre projet ne présente donc aucune restriction
budgétaire pour le moment, cependant le rapport coût/avantage doit être étudié afin que les choix
réalisés soient argumentés et cohérents.

III. Objectifs de l'intervention

Notre travail va donc s'attacher à proposer des aménagements et des recommandations quant
aux protocoles futurs. La formulation des besoins en terme d'objectifs à atteindre, permet de donner
les bases préliminaires de notre action :
• Créer des conditions environnementales et matérielles répondant aux contraintes des
expérimentations BMI pour permettre le bon déroulement des enregistrements
• Permettre l'ajustement et l'évolution de l'environnement en fonction des recherches du
laboratoire
• Concevoir une salle confortable, en terme d'ambiance et de mobilier, afin de favoriser le
bien-être et la concentration du sujet, mais aussi de l'expérimentateur
• Rendre la salle accessible à tous, en prenant en compte les normes, recommandations et
besoins spécifiques des personnes à mobilité réduite
• Proposer un agencement de l'espace permettant un travail efficace et en toute sécurité pour
l'expérimentateur et pour le sujet
• Conseiller des moyens de communication et d'interface facilitant les interactions
sujet/expérimentateur, mais aussi homme/matériel
• Suggérer un aménagement agréable et moderne de la salle BMI
• Mettre en avant la salle BMI afin de rendre plus visible le LAGIS
• Proposer une organisation temporelle propice au bon déroulement des séances, autant pour
le sujet que pour l'expérimentateur
• Évoquer des compétences et des connaissances à intégrer au sein du LAGIS pour faciliter
les expérimentations futures et améliorer le contact humain lors des séances à venir

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 28/169
IV. Déroulement de l'intervention

Afin de répondre aux besoins réels de la future salle BMI, les objectifs évoqués
précédemment doivent être validés, complétés ou corrigés grâce à une étude précise de la situation.
Des objectifs détaillés ainsi que des propositions concrètes vont ainsi pouvoir être formulés.
Mon intervention s'est ainsi déroulée en 6 étapes distinctes :

A) Recueil de données préalables (problème, finalité)


L'objectif de la phase de recueil des données a pour but de :
• Faire une étude de l'existant afin de fixer les bases de notre travail
• Identifier les problèmes posés et les besoins en terme de conditions expérimentales à
respecter

Les moyens qui ont été utilisés pendant cette phase sont essentiellement :
• une revue de l'état de l'art dans les domaines des BMI, des EEG, de l'ergonomie et de
l'accessibilité afin de connaître et maîtriser les différents domaines d'intervention ainsi que
d'orienter correctement la suite de notre travail.
• des questions ouvertes à plusieurs chercheurs BMI à travers le monde, permettant de
recueillir des informations de manière assez expansive.
• une observation de salles d'expérimentation préexistantes
• le recueil de verbalisations spontanées et guidées, permettant d'orienter notre analyse
d'activité

Cette phase a été l'occasion de fixer les champs et les limites du projet. Elle a également mis en
évidence de nombreuses pistes supplémentaires à explorer pour mener à bien notre analyse.

B) Élaboration et formulation du diagnostic


L'élaboration du diagnostic se base sur une vérification des hypothèses et sur la détermination des
arguments permettant de prendre les meilleures décisions possibles.
Les moyens essentiels sont :
• une observation systématique de plusieurs situations d'expérimentation. Une grille
d'observation précise et des verbalisations par questions ouvertes permettent une analyse de
ces situations observées.
• des diagnostics précis concernant l'environnement et l'accessibilité actuels de la future salle
BMI
Afin d'apporter des recommandations concrètes quant à l'agencement de la salle dédiée au
expérimentations BMI, quelques outils comme la réalisation de graphes d'observation des
événements et des photos mettent en évidence les problèmes rencontrés.
Un diagnostic global est alors formulé.

C) Proposition de solutions
Le diagnostic formulé précédemment permettra ainsi de réaliser des propositions précises en
terme d'environnement général, d'aménagement, d'organisation et de conduites à tenir. Dans ce
projet, il s'agit pour nous de réaliser un cahier des charges détaillé pour la mise en œuvre future des
solutions proposées.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 29/169
D) Actions de transformation
Les actions de transformation ne pourront être réalisées qu'après obtention d'un budget
suffisant. De même, elles ne seront envisageables qu'après avoir effectué les démarches juridiques
nécessaires à la mise en place d'expérimentations sur l'homme.
Bien entendu, cette phase n'a pas été possible lors de ce stage.

Une fois mises en place, les transformations devront être évaluées pour procéder, si nécessaire, à
des améliorations.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 30/169
Partie 3 :

Données bibliographiques

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 31/169
I. Etude de l'existant

Pour cette phase de recueil des données bibliographiques, notre démarche de prospection a
eu pour but de repérer l'ensemble des éléments descriptifs relatifs à l'aménagement des salles
d'expérimentation BMI et aux méthodes employées. Ces données ont pu être recueillies dans des
publications dans le domaine des BMI.

De manière générale, nous avons rapidement observé que la question du cadre et de


l'environnement de l'expérimentation est rarement abordée.
Aucune article ne parle en détail d'éventuelles perturbations des expérimentations. Lorsque les
performances de test sont insuffisantes, que le ratio signal-bruit est trop élevé ou que le sujet est
rapidement fatigable ou déconcentré, peu évoquent les conditions expérimentales, que ce soit en
terme de perturbations internes aux sujets, de matériel utilisé ou d'environnement.
D'ailleurs, Fatourechi et al (2007), dans une revue de littérature s'intéressant particulièrement à la
prise en compte des artéfacts, mettent en évidence le fait que la plupart des publications ne précise
pas s'ils considèrent les artéfacts dans leur analyse. Ils insistent alors sur l'importance de faire plus
attention à cet aspect et d'expliquer les méthodes employées pour traiter ces artéfacts.

Par contre, quelques informations issues de nos lectures sont intéressantes pour mieux appréhender
les problèmes rencontrés et pour fixer le cadre du projet.

Annexe 1 : Étude bibliographique - État des lieux des expérimentations BMI

A) Le type de système BMI utilisé


De manière plus ou moins détaillée, la plupart des études précisent si le système est invasif
ou non, la technique employée (EEG, MEG, EcoG....), et le type de signaux recueillis (synchrones
ou asynchrones). Il est parfois précisé si le traitement a lieu en ligne ou hors ligne et le nombre de
canaux utilisés dans la cadre des EEG.
Ces données sont importantes pour avoir une idée claire de la situation des tests. La précision du
fonctionnement en ligne ou hors ligne est un renseignement primordial. En effet, les signaux traités
en ligne nécessitent d'être de la meilleure qualité possible afin d'obtenir un système performant avec
un feed-back fiable.

B) Les applications envisagées


L'ensemble des études décrit les applications mises en place : des feed-backs de différents
types, la communication palliative, le contrôle d'une prothèse ou d'un exosquelette, le déplacement
d'un curseur, des utilisations thérapeutiques, le développement de logiciels adaptés...
Les différentes applications correspondront, à terme, à différents contextes d'utilisation qu'il est
nécessaire de prendre en compte rapidement : domicile, milieu hospitalier, loisirs, milieu
professionnel, etc

C) Les sujets expérimentaux


Ils sont soit handicapés, soit non handicapés. En 2008, Birbaumer précisait encore que les
expérimentations sur les patients neurologiques étaient rares. Une revue de littérature plus
approfondie sur la question des sujets expérimentaux employés dans les recherches BMI permettrait

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 32/169
d'avoir un état des lieux complet et de connaître précisément le rapport sujets handicapés/non
handicapés dans les expérimentations BMI.

La plupart des études font participer une population limitée de sujets (moins de 13 sujets) (Guger
2003) et, bien souvent, il existe une exclusion de certains participants lorsque l'expérimentation ne
se déroule pas comme prévu : présence de bruit, difficulté à recueillir les signaux (Nijboer 2008).

Les systèmes BMI employés sont souvent spécialement optimisés pour un « type » de sujet : soit
sain, soit handicapé. Néanmoins, quelques études font intervenir conjointement des participants
handicapés et non handicapés (Cincotti 2007, Wolpaw 2004), ou avec différentes atteintes
cérébrales (Buch 2008). Outre la différence de sexe, la présence d'un handicap et le niveau d'atteinte
sont les seules caractéristiques « humaines » qui semblent faire l'objet de variations dans ces
recherches.

Sur le total de mes lectures concernant les expérimentations BCI, on retrouve 18 sujets sains et 26
sujets handicapés. Cela paraît en contradiction avec le manque d'expérimentations sur les personnes
malades que nous venons d'évoquer. Cependant, ma recherche bibliographique a été relativement
restreinte et ciblée et n'est donc pas révélatrice de la situation réelle. En effet, constatant le peu de
détails concernant les situations de test dans certains articles, j'ai rapidement observé que les
meilleures descriptions se trouvaient dans des recherches s'adressant directement aux personnes
handicapées. Cela explique la proportion élevée de cette population dans ma bibliographie.
D'autre part, mes lectures sur les BMI concernent des données récentes : la plupart des études ont
été réalisées en 2007-2008 car je me suis essentiellement intéressée à l'évolution récente des BMI,
dans le domaine du handicap.

D) Les méthodes
Les études évoquent essentiellement 2 aspects : l'organisation de l'expérimentation
(protocole) ainsi que les conseils ou ordres donnés.

1. Organisation des expérimentations


Les expérimentations BMI peuvent toutes être découpées en 2 grandes phases : une phase
d'entraînement ou apprentissage, puis une phase d'utilisation
.
La première phase a surtout pour but de se familiariser avec le dispositif et de maîtriser
correctement les signaux. Elle est généralement guidée, par des ordres ou en réponse à des stimuli.
Elle est rarement libre. Elle s'organise par sessions (entre 4 et 10), constituées de plusieurs essais
(de 3 à 40). Il existe toujours une période réfractaire entre 2 essais (de 2 à 8 secondes). La durée
maximale est d'une heure. Elle peut être renouvelée plusieurs fois par semaine si nécessaire.

La seconde phase peut être totalement libre et illimitée dans le temps. Par contre, lorsqu'elle est
dirigée, on retrouve l'organisation en sessions et essais, avec des périodes réfractaires entre chaque
signal envoyé. Dans tous les cas, des temps de pause sont prévus (d'une minute au minimum) et les
sessions ne dépassent pas 1 à 2 heures par jour.
Certaines expérimentations ont lieu sur une seule journée, et même pendant une durée très limitée
(30 minutes). D'autres s'étalent au delà de 40 semaines...

La prise en compte de la charge mentale et du niveau attentionnel du sujet est parfois présente de
manière à rendre le test plus efficace : on retrouve la technique de la double tâche qui consiste à
introduire une seconde tâche (ici, un autre stimulus) parallèlement à la tâche principale. A faible

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 33/169
dose, elle contribue au maintien de la vigilance. A forte dose, par contre, elle engendre une fatigue
importante et est utilisée pour tester les capacités attentionnelles d'un patient.

Un neurofeedback est généralement employé, sous différentes formes : visuel, auditif ou tactile.
Une observation constante du sujet est nécessaire pour identifier toute perturbation possible des
signaux, due notamment à un mouvement.

De nombreuses études adaptent leur protocole (fréquence et durée des séances) en fonction de la
fatigue et des performances du sujet. Cette adaptabilité est surtout évoquée lors d'expérimentations
sur les personnes handicapées.

2. Conseils et ordres donnés


Les éléments importants et qui reviennent de manière récurrente lors des expérimentations
sont :
• La concentration et la relaxation sont indispensables
• Aucun mouvement étranger ne doit être réalisé pendant toute la durée de l'enregistrement (il
s'agit d'une technique d'évitement des artéfacts)
• Il est précisé si le sujet doit avoir les yeux ouverts ou fermés
• Pour les BMI basées sur l'imagination du mouvement, il est nécessaire de choisir l'imagerie
mentale la plus efficace, et donc de tester, de manière cadrée, différentes possibilités
• Il est important de respecter les temps de pause imposés car ils sont nécessaires à
l'enregistrement de signaux corrects
• Parfois, il est demandé au sujet de compter mentalement, soit pour respecter une période
réfractaire, soit parce que cette tâche mentale est indispensable pour le recueil des signaux
(P300)

E) Le matériel utilisé
Le dispositif mis en place n'est pas toujours décrit. Il est, dans ce cas, difficile de visualiser
la manière dont peuvent se dérouler les expérimentations. Chacune d'elles dépend d'ailleurs du
système BMI utilisé et de l'application envisagée.

Les descriptions concernent plusieurs entités du dispositif :

1. Le système qui capte les signaux


Il s'agit généralement d'un système EEG, constitué d'un bonnet permettant la mise en place
de 32 à 64 électrodes au maximum. Ces dernières sont reliées à un amplificateur de signaux qui
renvoie les données amplifiées au système d'enregistrement et de traitement.

2. Le système d'enregistrement et de traitement


Il s'agit le plus souvent d'un PC couplé à un écran de contrôle, fonctionnant sur secteur ou
sur batterie. L'ordinateur peut être portable ou non. Peu de précisions sont données sur ses
caractéristiques. Nous savons uniquement que les machines utilisées doivent être suffisamment
puissantes pour réaliser les traitements en temps réel. Le logiciel le plus employé est BCI2000, qui
fonctionne sous le système d'exploitation Windows 2000/XP.

3. Le système de feed-back
Le feed-back est le plus souvent visuel, grâce à un deuxième écran branché au PC. Des haut-
parleurs ou casques sont également utilisés pour permettre un feed-back sonore. C'est le cas

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 34/169
notamment lorsque les stimuli visuels risquent de perturber l'expérimentation, ou en complément
des feed-back visuels. Des feed-backs vibrotactiles, maintenus à l'aide d'un T-shirt élastique, sont
également possibles, seuls ou en relation avec des informations visuelles.

4. Le système de contrôle du sujet


Lors des expérimentations, il est nécessaire de vérifier le respect des ordres donnés,
notamment en ce qui concerne l'immobilité du sujet. Pour cela, divers dispositifs peuvent être mis
en place : un système EMG (électromyogramme) qui capte des signaux correspondant à la
contraction des muscles ; un système vidéo, éventuellement couplé à un capteur de mouvements,
qui permet de visualiser les moindres mouvements ou mimiques du sujet.

5. Les système de communication

a) Communication humaine
La communication verbale expérimentateur-sujet se fait soit de manière directe, avant ou
pendant l'expérimentation, soit de manière indirecte, par l'intermédiaire d'un système d'interphone
lorsque le sujet est isolé dans une pièce. La communication visuelle est possible directement, grâce
à une vitre entre les espaces ou grâce à une caméra.

b) Communication machine
La communication entre les différents éléments matériels du dispositif se fait grâce à des
câbles adaptés (parfois blindés pour éviter les ondes électromagnétiques) ou à des systèmes sans fil.
La communication par bluetooth entre l'ordinateur et les éléments de feed-back est la seule qui ait
été décrite au fil de mes lectures (Cincotti 2007).

6. Les autres dispositifs spécifiques


Selon les applications, certains éléments sont décrits de manière plus précise. C'est le cas
notamment des systèmes de commande de neuroprothèse ou d'orthèse pour lesquels sont précisés
leur positionnement (sur une table ou sur le bras du sujet) et éventuellement la marque de la
prothèse : Freehand System (Müller-Putz 2005), Ottobock (Müller-Putz 2008)
Dans le cas des expérimentations BMI basées sur le MEG, des boucliers spécifiques (contre les
bruits électromagnétiques) sont mis en place. Aucune expérimentation basée sur les EEG indique
que des boucliers sont utilisés.

7. Le mobilier
Cet aspect apparaît comme un détail dans l'ensemble des articles.
Le seul élément mis en valeur est l'assise. En effet, « le sujet est assis confortablement dans un
fauteuil » est la seule précision apportée par bon nombre de chercheurs. En réalité, lorsque des
compléments d'informations sont donnés, on se rend compte qu'il peut s'agir : d'une simple chaise
standard ou d'un fauteuil de bureau, d'un fauteuil réglable permettant une position semi-assise, ou
du fauteuil roulant de la personne handicapée. Dans chacun des cas, aucun critère de « confort »
n'est apporté. La notion de stabilité de l'assise est parfois évoquée.

Même si nous déduisons de nos lectures que des tables sont utilisées, il nous a été impossible de
trouver des informations quant à leur adaptabilité.

Le matériel relatif à l'expérimentateur n'est absolument pas mentionné.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 35/169
F) L'environnement et l'agencement des expérimentations
L'importance de l'environnement de test n'est pas soulignée de manière explicite. Cependant,
de nombreux articles apportent quelques précisions sur les conditions qui ont été mises en place lors
des expérimentations. On peut distinguer : le lieu choisi, l'ambiance, l'agencement de l'espace et
l'environnement humain.

1. Le lieu choisi
La plupart de mes lectures se concluent en précisant qu'il serait indispensable de réaliser les
expérimentations en dehors du milieu clinique. Même si la précision n'est pas toujours donnée, on
suppose donc qu'elles sont généralement faites dans le cadre des laboratoires ou à proximité. Ces
derniers se trouvent souvent dans des milieux hospitaliers ou dans des lieux de recherche
scientifique non médicalisés.
Le lieu choisi dépend généralement des sujets de l'étude :
Lorsque les sujets sont sains, les descriptions de l'environnement sont moindres et évoquent
uniquement un lieu calme. Aucun indice ne laisse entrevoir s'il s'agit d'une pièce isolée, dédiée,
ayant des caractéristiques quelconques ou ayant été choisie pour telle ou telle raison.
Les études sur les personnes handicapées sont plus précises. Elles se font souvent en milieu
hospitalier, soit dans une salle dédiée aux EEG et/ou uniquement aux BMI, soit dans la chambre du
patient. Il arrive qu'elles soient réalisées en dehors de l'hôpital, au sein d'autres laboratoires. Dans ce
cas, comme pour les sujets sains, la seule précision donnée est qu'il s'agit d'une pièce calme.
Des systèmes BMI dans les lieux de vie réelle sont évoqués (Moore 2003) ou expérimentés
(Wolpaw, Wadsworth Center) . Cependant, cela reste exceptionnel.

2. L'ambiance

a) Ambiance sonore
L'ambiance est souvent qualifiée de « calme ». Il est rarement précisé si le bruit ambiant est
contrôlé ou non (chambre sourde) et si le silence est imposé ou non durant la manipulation. Aucun
seuil toléré ou tolérable n'est fixé.
Bien que les bruits ambiants soient considérés comme perturbateurs pour le signal EEG, aucune
indication n'est donnée sur le bruit provoqué par d'autres personnes ou par le matériel employé.

b) Ambiance lumineuse
C'est la caractéristique la plus évoquée : la lumière doit être diminuée lors de l'expérimentation. De
la même manière, aucun seuil de luminosité n'est indiqué.

c) Ambiance thermique
Aucun article ne précise cet aspect de l'environnement de test.

d) Ambiance électromagnétique
Il s'agit d'un élément important des expérimentations.
Dans le cadre des système BMI basés sur la MEG, il est nécessaire de mettre en place des boucliers
électriques et magnétiques (cage de Faraday) et de choisir l'ensemble du matériel afin qu'il ne soit
pas générateur d'ondes électromagnétiques.
Dans le cadre des systèmes basés sur l'EEG, aucun article de parle d'isolement électromagnétique. Il
s'agit surtout de contrôler le matériel environnant pour diminuer au maximum la création
d'interférences : éteindre la lumière, la télévision, le fauteuil roulant ou le lit électrique. (Kauhanen

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 36/169
2007)

3. L'agencement de l'espace
La plupart du temps, il semble que l'espace soit organisé ainsi : un espace d'expérimentation
dans lequel se trouve le sujet et un espace d'observation dans lequel se trouve l'expérimentateur. Ces
2 espaces se présentent sous la forme de 2 pièces distinctes, ou une seule pièce. Aucun
renseignement sur la proximité des 2 espaces n'a été trouvé au fil des lectures. De plus, aucune
indication sur l'agencement du mobilier n'est donnée.

Le seul détail évoqué est celui de la distance du sujet par rapport à l'écran. Elle varie de 50 cm à
1,50 cm entre l'écran ou l'unité de stimulation et les yeux du sujet.

4. L'environnement humain
Seule une étude précise que 1 à 3 personnes sont présentes dans la chambre du patient lors
de l'expérimentation (Kauhanen 2007). Dans les autres articles, il est impossible de connaître le
nombre d'expérimentateurs, et si le sujet est accompagné ou non. D'autre part, comme je viens de
l'évoquer ci-dessus, rares sont les publications qui précisent l'isolation ou non de la personne.

G) Les contraintes
Le bilan de mes lectures m'amènerait à croire qu'il existe peu de contraintes lors des
expérimentations BMI et que tout se passe toujours dans des conditions idéales !
L'expérimentateur semble n'avoir aucune difficulté à procéder à ses expérimentations, si ce n'est
pour placer correctement le bonnet d'électrodes au milieu du crâne.
Le sujet, lui, semble avoir pour seule contrainte la fatigue. C'est pour cela que les séances durent
généralement de 30 minutes à 1 ou 2 heures maximum

Ma recherche bibliographique dans le domaine des BMI a mis en évidence le fait qu'une
réflexion sur les conditions d'expérimentation ne semble pas faire partie intégrante de la recherche
dans ce domaine. Pourtant, lorsque l'on parle de pluridisciplinarité des BMI, cela devrait inclure la
prise en compte de l'aspect humain, oublié de nombre d'études. Cela ne signifie pas que cet espace
de réflexion ne soit pas pris en compte lors des recherches dans le domaine des BMI, mais plutôt
qu'il semble s'agir d'une évidence que l'on finit par ignorer.
Ce manque est probablement dû à l'avancée encore lente des BMI qui, pour le moment, se
développent surtout en terme de recueil et d'optimisation dans le traitement et la classification des
signaux. C'est encore le fonctionnement de base de cette interface homme-machine qui est à l'étude.
Mais il est important d'avoir conscience, dès maintenant, de la nécessité d'inclure les influences de
l'environnement dans les bases du système.
En effet, l'identification des contraintes environnementales, humaines et matérielles est nécessaire
pour l'avenir des BMI : comment envisager de réaliser un système robuste hors du milieu
expérimental si ce dernier ne prend pas en compte et n'évalue pas son fonctionnement face aux
différentes variables de l'environnement qui risquent de s'imposer à lui ? Il s'agit là d'une réflexion
de fond et essentielle pour l'évolution des BMI. Comme tout produit destiné à l'homme, et qui plus
est à l'homme handicapé, il est nécessaire, voire indispensable, de réfléchir à la manière de rendre
l'outil adapté aux conditions futures d'utilisation, sans attendre du sujet qu'il s'y adapte en s'installant
dans un milieu proche de l'expérimental. Afin de satisfaire l'utilisateur, un matériel doit être
confronté à différentes conditions d'utilisation et être amélioré en terme d'utilisabilité et de fiabilité.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 37/169
Khomiakoff (2009) évoque cet aspect de manière très explicite lorsqu'il s'intéresse à
l'acceptation des aides techniques robotisées par les personnes handicapées. Il souligne que de très
nombreuses aides technologiques existent, mais très peu d'entre elles sont réellement utilisées ou
commercialisées. Malgré l'apparente utilité de tous ces systèmes très pointus, ils ne répondent
pourtant pas assez aux besoins et aux conditions d'utilisation des personnes concernées. Cela est
généralement dû à la non inclusion de la personne handicapée lors de la conception de tels produits.

II. Identification des recommandations pour la création d'une


salle dédiée aux BMI

A) Dans le domaine des BMI et de l'EEG


Il n'existe aucune publication argumentant les conditions idéales à respecter dans le domaine
des BMI. En effet, ces conditions dépendent probablement du type d'étude réalisé (traitement,
classification du signal, neurophysiologie, etc), des lieux expérimentaux et des sujets : il est donc
difficile, voire impossible d'en faire des généralités.
Il semble que la définition de ces besoins ne soit pas, actuellement, un sujet de réflexion important.
Les quelques besoins que j'ai pu relever dans le domaine des BMI, et exprimer dans la
bibliographie, se confondent avec les données de l'état des lieux sur les conditions expérimentales.
Certains laboratoires optent pour une salle BMI totalement protégée et contrôlée, d'autres
choisissent la solution du « lieu naturel » correspondant aux situations de vie courante. Bien
souvent, dans ce dernier cas, l'environnement doit tout de même respecter les critères de calme et de
faible luminosité. Il s'agit de solutions opposées pour lesquelles les laboratoires optent comme une
évidence, sans apporter d'arguments détaillés sur leur choix.

La plupart des publications rappellent qu'il existe un besoin fondamental de prendre en


compte l'évolution des BMI ainsi que d'ouvrir les recherches à une population importante,
comprenant notamment de nombreuses personnes handicapées.

Pour compléter la liste des besoins plus ou moins clairement exprimés dans le domaine des
BMI, mes lectures sur les techniques d'électroencéphalographie m'ont permis de recueillir quelques
données plus précises sur certaines conditions à respecter pour recueillir les meilleurs signaux
possibles. Je ne reviendrai que sur les points qui me semblent compléter les aspects évoqués
précédemment dans la bibliographie des BMI.

1. Les méthodes
Lors des enregistrements EEG, il est précisé que les séquences de test ne doivent pas
excéder 10 à 12 minutes car, au-delà, des mouvements de tête et une fatigue oculaire a tendance à
apparaître et risquent de diminuer la qualité des données (Ducorps 2005). Des temps de pause sont
donc nécessaires au delà de cette période.

2. Le matériel utilisé
L'assise idéale est un fauteuil, type fauteuil de dentiste, qui permet au sujet d'être semi-
allongé, les jambes allongées perpendiculairement à l'axe du corps et la tête en appui sur un appui-
tête. Des accoudoirs aident au maintien des avant-bras et un petit rouleau de mousse peut soulager
la nuque pendant l'expérience.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 38/169
Le matériel utilisé dans les expérimentations BMI doivent répondre à certaines conditions
environnementales et d'utilisation dont il est indispensable de prendre connaissance. C'est la lecture
des modes d'emploi qui nous permettent d'obtenir ces informations.
Outre le matériel à usage courant (ordinateur, écran), des éléments spécifiques sont utilisés et leurs
conditions d'utilisation doivent être connues :

• L'amplificateur de signaux
L'humidité relative pour son stockage et son utilisation doit être entre 25% et 95%. Il faut, par
ailleurs, attendre que la condensation ait disparu avant usage. Il doit être stocké à une température
entre -20°C et 60°C et son utilisation doit se faire en dessous de 40°C. Evidemment, il ne faut
absolument pas l'utiliser dans une pièce explosive.
Si d'autres appareils médicaux (défibrillateur, pace-maker ou autres stimulateurs électriques) ou à
haute fréquence fonctionnent en parallèle, son utilisation est proscrite.
Ce matériel respecte les règles de sécurité et les directives des produits médicaux (93/42/EWG)

• La pâte conductrice
Elle ne doit être utilisée que sur une peau intacte, sans plaie. Elle ne doit pas non plus être appliquée
sur la surface cutanée rendue fragile ou très sensible à cause d'un traitement médicamenteux
particulier.
Sa conservation doit se faire entre 18 et 25°C. Il existe une date limite d'utilisation qu'il faut
respecter.
Ce produit a subi des tests de non agressivité chimique et un contrôle qualité

• Le logiciel BCI2000
BCI2000 a été développé en C++, avec Borland C++ Builder. Il fonctionne alors sur le système
d'environnement Windows 2000/XP

3. L'environnement des expérimentations

a) Ambiance sonore
La pièce est nécessairement calme, « à l'abri du bruit ». Aucun document ne fait état de la mise en
place d'une pièce sourde.

b) Ambiance lumineuse
Dans le cas des EEG, le sujet a souvent les yeux fermés lors des expérimentations. Même dans ces
conditions, la lumière est tamisée pour aider le sujet à se détendre et éviter de créer des
perturbations

c) Ambiance thermique
Vespignani (2003) précise que la température ambiante doit être constante et située aux environs de
19-20°C

d) Ambiance électromagnétique
Lors des tests, il est préférable d'éviter d'apporter des appareils électromagnétiques dans la pièce
(téléphones portables...). Le réseau électrique doit, de préférence, être isolé électriquement.

De manière générale, l'élément le plus important lors des enregistrements d'EEG est la
nécessité de maintenir un environnement constant d'un test à l'autre : il doit pouvoir être reproduit à

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 39/169
l'identique.

B) Ergonomie
Lors de l'utilisation d'un système homme-machine, quel qu'il soit, se poser la question de
l'ergonomie est indispensable.
D'après l'International Ergonomics Association8, l’ergonomie est :
• « la discipline scientifique qui s’occupe de la compréhension des interactions entre les
hommes et les autres éléments d’un système »
• « la profession qui applique les théories, les principes, les données, et les méthodes pour
concevoir dans le but d’optimiser le bien-être des hommes et la performance du système
dans son ensemble »

Dès le début de mon travail, le versant ergonomique m'a paru indispensable et essentiel. C'est
d'ailleurs pour répondre aux besoins en terme d'ergonomie et d'accessibilité que la demande
d'aménagement de la salle d'expérimentation m'a été faite.

Cette démarche ergonomique a dû s'appuyer sur des éléments de bibliographie. Cependant, d'une
part, aucune de mes lectures n'a abordé le problème de l'ergonomie dans les BMI. D'autre part, peu
de bibliographie concernant l'ergonomie des salles d'expérimentation au sens large existe. Cela est
probablement dû au fait que chaque situation est différente et spécifique et qu'il convient d'avoir une
démarche ergonomique adaptée à chaque cas plutôt que de généraliser en proposant un
aménagement « standard » qui risque de ne plus être adapté.
Dans cette partie « identification des besoins », mon but a donc été de rechercher des indices pour
orienter ma démarche d'analyse des besoins et de la situation.
Daniellou (2007) explique que dans les situations expérimentales, il est important de mettre en
place un scénario ainsi qu'un contexte bien défini, l'intérêt étant alors d'analyser certaines
caractéristiques de l'activité des utilisateurs tout en permettant une certaine variabilité en fonction
de l'évolution future du système.

Concernant notre démarche d'analyse, il convient d'évoquer quelques concepts qui interviennent
lors de l'analyse d'une situation (Rabardel 1998):
• La notion de « travail » correspond à l'activité de l'homme. On considère alors que le sujet
se définit dans son rapport à la production, à soi-même et aux autres hommes. Il faut ainsi
identifier les déterminants de chaque partie, les conditions de travail et les effets provoqués
de part et d'autre.
• L'individu possède des caractéristiques propres qu'il est important de connaître : sexe, âge,
métier, expérience acquise, caractéristiques anthropométriques, origine socioculturelle,
capacités physiques, fonctions...
• Les « effets du travail » font partie intégrante de la situation car il existe toujours un écart
entre le travail prescrit (celui que l'on attend) et le travail réel / effectif (celui que l'on obtient
effectivement). On parle de « tâche » : c'est le résultat que l'on attend de l'individu. La tâche
n'est pas toujours explicite, mais elle dépend des conditions d'exécution imposées.
L' « activité », elle, est ensuite la réponse mise en œuvre pour réaliser la tâche.
• L' « analyse du travail » regroupe l'analyse des tâches et l'analyse des activités. Elle prend
également en compte l'environnement du travail et les caractéristiques propres de la
personne et de la situation de travail.

8 http://www.iea.cc/

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 40/169
Kapitaniak (1994) propose de caractériser une situation de travail par :
• le repos qui permet une dépense d'énergie minimale, sans contrainte articulaire ou
musculaire
• le travail, en prenant en compte les effets et la fatigue en fonction du temps, de la durée, des
répétitions, de la précision
• les gestes, déterminés par leur efficacité. La notion d'apprentissage doit être précisée car
l'entraînement permet souvent d'améliorer l'adaptation du geste et l'endurance. Les gestes
peuvent être simples ou complexes.
• les postures comprennent les attitudes et les positions. L'intensité des contraintes imposées
par une posture est fonction de la force nécessaire pour la maintenir, des tensions de
structures, des capacités des fonctions cardiaques et respiratoires, de la localisation des
compressions, des pressions vasculaires et interstitielles (circulation de retour). Les besoins
de prévention sont différents selon la position utilisée, le temps de maintien et la fréquence
de son utilisation.
• la charge mentale qui s'évalue en terme de contraintes ou d'astreintes intellectuelles et
émotives et de fatigue due à l'activité intellectuelle. La capacité de vigilance est également
prise en compte
• l'ambiance de travail : thermique, acoustique et lumineuse. Elle peut être à l'origine d'une
fatigue précoce.

Chaque acteur de la situation est pris en compte dans une situation de travail. Il ne s'agit donc pas
de se préoccuper exclusivement du sujet, mais également de l'expérimentateur. L'analyse prend
aussi en compte les interactions entre les individus ainsi qu'entre les individus et leur
environnement.

Les données bibliographiques recueillies mettent surtout en évidence la nécessité de créer un


environnement d'expérimentation stable, contrôlé et neutre, évitant ainsi les gênes inutiles, la
fatigue prématurée, et des conditions perturbatrices du travail. Les notions de confort et de
prévention sont permanentes dans la démarche de l'ergonome.

La position de Daniellou (2007) est de considérer l'ergonomie comme une pratique qui favorise les
débats, les démarches de conception, les décisions grâce à la prise en compte de la complexité des
situations. La situation d'expérimentation est complexe et il est donc primordial de cerner
l'ensemble des besoins, puis de faire des choix concernant le contexte des manipulations futures.

C) Accessibilité
Les BMI s'adressent essentiellement aux personnes lourdement handicapées. Il est donc
indispensable de créer un environnement accessible.

De la même manière que pour l'ergonomie, aucun article dans le domaine des BMI n'évoque
l'accessibilité des lieux. Aucun élément bibliographique concernant spécifiquement l'accessibilité
des salles d'expérimentations n'est disponible. Cependant, de nombreuses normes et préconisations
existent afin de créer des espaces adaptés.

Rendre accessible un lieu nécessite de prendre en compte tous les types de handicap. Même si, dans
le cadre des expérimentations BMI, les handicaps des sujets sont ciblés (handicap physique légers
ou lourd)(Grosbois 2003, Goutte 2007) :

• Les troubles de mobilité obligent la personne à déambuler à l'aide de différents moyens :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 41/169
corrections ou aides à la marche (cannes, déambulateurs, orthèses), fauteuils roulants
(manuels ou électriques) ou autres (scooters, déambulateur à panier, poussette, etc). Pour
chaque type d'aide, il existe des mesures minimales à respecter lors de la déambulation :
pour les dégagements ou les franchissements. Concernant le fauteuil roulant électrique,
l'inconvénient est essentiellement son poids, son transport et son rayon de braquage plus
important. Il est utile de proposer rapidement un itinéraire court et accessible à emprunter.
Des possibilités de repos, des rampes, des places adaptées vont permettre à ces personnes de
faciliter l'accès. Les informations doivent être immédiates et efficaces, d'autant plus que les
troubles physiques peuvent être accompagnés de troubles de la communication

• Les troubles de préhension nécessitent de prendre en compte les zones de préhension de la


personne ainsi que de connaître la hauteur de ses yeux. Les mouvements peuvent être plus
ou moins amples selon chaque individu.

• Les sourds perçoivent l'environnement par les bruits, l'espace visualisé, le côté affectif et le
temps qui passe. Ils utilisent des codes de communication (signes visuels compréhensibles,
des repérages explicites), et notamment la langue des signes. Les malentendants sont
perturbés par les bruits parasites de l'environnement. Les troubles de l'audition, corrigés ou
non, impliquent donc de rechercher un éclairage de qualité, de vérifier les caractéristiques
acoustiques des locaux (éviter la réverbération des sons) et de doubler l'information sonore
par une information visuelle simple et claire.

• Les aveugles perçoivent l'environnement par l'ouïe, le sens des masses, l'odorat et le toucher.
La représentation mentale de l'environnement est alors une synthèse multisensorielle de
toutes les informations recueillies. Les malvoyants s'appuient sur l'univers visuel (s'il est
accentué) ainsi que sur des repères fiables et redondants. Les troubles visuels imposent donc
de mettre en place des marquages visuels (couleurs), tactiles (textures...) ou kinesthésiques
aux endroits naturellement balayés par les sens, des dispositifs sonores, repérages tactiles et
mains courantes, et assurer la sécurité des déplacements. Il faut également éviter
l'encombrement des espaces

• Les difficultés intellectuelles peuvent être dues à des problèmes de compréhension,


d'adaptation, de contrôle de l'affectivité, de repérage dans l'espace et le temps, des troubles
de mémoire, ou des difficultés d'apprentissage. Les clés sont donc la mise en place
d'informations visuelles ou sonores simplifiées, l''association texte/image, l'utilisation
d'images « réalistes » (ou photos) Ces personnes sont souvent en situation difficile face à
l'uniformité de certains lieux. Les espaces-fonctions doivent donc être repérés simplement,
grâce à des couleurs, lumières, bruits...

• Les personnes de petite taille, ou autres personnes ayant une morphologie atypique, ont
besoin d'avoir des repères dans leur propre champ visuel, mais également d'avoir certains
éléments à attraper à leur portée

L'application des réglementations en matière d'accessibilité requiert leur confrontation avec les
usages afin d'avoir une réelle adaptation.
De plus, l'accessibilisation d'un site doit poser une réflexion globale, incluant les différents types de
handicap et les différents profils d'utilisateurs afin que le résultat soit une conception universelle :
« Rendre les bâtiments accessibles aux personnes ayant des incapacités, c'est la conception adaptée
aux personnes handicapées. Rendre les bâtiments plus sûrs et plus confortables pour tous les

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 42/169
usagers, y compris les personnes ayant des incapacités, c'est la conception universelle. »9

Concernant les postes de travail, de nombreuses normes existent (encombrement, aires de


déambulation, hauteur des plans de travail, etc). Pourtant, il est tout de même nécessaire de réaliser
une étude ergonomique prenant en compte la tâche à accomplir et les possibilités fonctionnelles de
la personne.

9 S. Goldsmith (Universal Design Architectural Press, 2000)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 43/169
L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 44/169
Partie 4 :

Recueil de situations concrètes et état des lieux

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 45/169
I. Recueil d'expériences au sujet des expérimentations BMI

Notre recherche bibliographique a mis en évidence quelques éléments qu'il nous semblait
nécessaire de vérifier et de mieux comprendre pour réaliser ce projet d'aménagement d'une salle
dédiée aux BMI. Ainsi, notre constat a été que :
• Les lieux d'expérimentation choisis obéissent souvent à ce que l'on pourrait apparenter à la
loi du « tout ou rien » : soit il s'agit d'une salle expérimentale de type EEG dans lequel
l'environnement est maîtrisé et totalement « aseptisé », soit il s'agit d'une salle au calme,
mais dans un environnement classique afin de recréer les conditions réelles d'utilisation
future.
• Devant ces différences, le choix des lieux paraît pourtant une évidence pour chacun.
Néanmoins, il n'existe que peu d'argument, d'un côté comme de l'autre, permettant de faire
un choix entre l'une ou l'autre des solutions. Chacun propose une vision cohérente,
acceptable, mais aucune étude précise ne permet d'identifier la meilleure solution, ni même,
et c'est bien là tout le problème, de prouver qu'un lieu répond réellement aux besoins des
expérimentations BMI.
Ce recueil d'expériences a donc eu pour but de vérifier l'ensemble des constats faits lors de
nos lectures, mais également de tenter de recueillir des arguments complémentaires, démontrant un
approfondissement du sujet...

A) État des lieux des environnements d'expérimentations dans les


plus célèbres laboratoires BMI
Afin d'obtenir des précisions concernant les situations expérimentales évoquées dans la
plupart des articles cités précédemment, nous avons posé les deux questions ouvertes suivantes à
plusieurs laboratoires de renommée mondiale :
« De quelle manière votre espace d'expérimentation a-t-il été mis en place (type d'environnement,
agencement de l'espace, posture du sujet, matériel utilisé...) ? »
« Pouvez-vous nous décrire succinctement l'analyse qui vous a permis d'aménager correctement cet
espace, ou les critères que vous avez pris en considération pour l'installation?»

Les chercheurs suivants ont répondus à ces questions :


• Jonathan Wolpaw : Laboratory of nervous system disorders (Wadsworth Center, Albany, NY,
USA)
• Niels Birbaumer : Institute of medical psychology and behavioral neurobiology (University
ot Tüebingen, Germany)
• Janis J. Daly : Cognitive and Motor Learning Laboratory (Cleveland, Ohio, USA)
• Robert Leeb : Laboratory of Brain-Computer Interfaces (Institute for Knowledge Discovery,
Graz University of Technology, Austria)
• Fabien Lotte : IRISA / INRIA (Rennes, France)
• Olivier Bertrand : INSERM U821, Dynamique cérébrale et cognition (Bron, France)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 46/169
Chacun a apporté une réponse très spécifique à sa propre situation, parfois complétée par des
articles décrivant quelques éléments du cadre d'expérimentation.
Les éléments recueillis nous ont tout d'abord permis de faire plusieurs constats :
• Une partie des laboratoires ne possède aucun lieu dédié ou spécifiquement adapté aux
expérimentations BMI : on retrouve nettement ce « tout ou rien » évoqué en introduction de
cette partie
• A l'image des articles, les descriptions obtenues concernent notamment le matériel utilisé.
Peu de chercheurs évoquent l'organisation de l'espace, l'ambiance et la configuration de la
pièce. Aucun ne parle d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap.
• Aucun laboratoire ne semble avoir réalisé d'étude préalable à l'agencement d'une salle BMI.
Les salles réellement dédiées sont décrites comme « standards » pour les examens EEG ou
pour l'étude du comportement humain.
Les éléments exprimés sont très proches de ceux décrits dans la bibliographie de notre travail :
Le lieu choisi est souvent une pièce isolée et calme. Elle n'est pas nécessairement dédiée aux
expérimentations BMI. Parfois, ces dernières se déroulent même directement dans le bureau des
chercheurs. Un des espaces dédiés comprend 2 pièces distinctes : une pour le sujet et une pour le, ou
les, expérimentateur(s). Cela correspond à une installation EEG standard.
Le matériel utilisé peut être :
• un seul ou deux PC : l'un pour l'acquisition des signaux, l'autre pour leur traitement
• un écran devant le sujet
• un siège : soit il s'agit d'un siège de bureau standard, soit un fauteuil « confortable et
inclinable ».
• la salle d'expérimentation séparée en 2 pièces distinctes possède un dispositif de
communication audio et vidéo.
• dans le cas où le sujet est placé face au mur, un miroir est positionné devant le sujet pour
faciliter son observation
Concernant l'ambiance, l'ensemble des chercheurs insiste sur les notions de bruit et de
perturbations électriques :
• l'espace est toujours choisi au calme. Il est même isolé acoustiquement dans l'un des cas.
• les interférences électriques sont diminuées. Deux laboratoires ont mis en place une cage de
faraday ou des boucliers spécifiques. Cependant, l'un d'eux précise qu'il obtient les mêmes
résultats avec ou sans ce dispositif.
Outre les différences de lieux choisis et l'isolement ou non des protagonistes de l'expérimentation,
l'espace du sujet n'est pas disposé de la même manière. Il peut être orienté face à l'ensemble de la
pièce, avec l'expérimentateur derrière lui. Il peut être placé vers le mur, avec un dispositif de
contrôle tels que des miroirs, des caméras, avec ou sans vitres de séparation.
La surface des lieux n'est pas précisée, à l'exception de la salle séparée en 2 parties : l'espace
« sujet » fait 4 m², l'espace « expérimentateur » est plus spacieux.

Ces questions posées aux différents chercheurs à travers le monde ont permis de recueillir
des discours libres. Cette liberté d'expression a pour but de mettre en évidence la manière réelle

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 47/169
d'aborder le sujet pour chacun. On remarque alors que les descriptions sont souvent assez
succinctes, avec tout de même quelques détails importants. Comme nous l'avions déjà constaté dans
notre étude bibliographique, peu de réponses obtenues évoquent une approche globale et complète
de la question posée : certaines solutions sont mises en place sans réflexion préalable. Une réponse,
souvent donnée, illustre bien ce « principe d'évidence » : « Il suffit de se mettre dans une pièce au
calme, avec une lumière tamisée ».

Afin d'aller plus loin dans notre démarche de prospection, nous avons eu l'occasion d'aller
visiter les locaux du laboratoire Dynamique cérébrale et cognition (INSERM U821), à Bron (69).
Cette visite nous a permis d'observer l'ensemble des éléments mis en place pour réaliser des études
orientées essentiellement vers la neurophysiologie.
Pour les expérimentations BMI, cette unité dispose d'une salle spécifiquement adaptée pour le
sujet : insonorisée, isolée électriquement. Elle est cependant peu utilisée pour ce type de
manipulations, les chercheurs ayant la volonté de mettre le sujet en situation « proche de la réalité ».
Ainsi, les expérimentations BMI sont généralement effectuées dans la salle de préparation et
d'observation des expérimentateurs. Les conditions sont, ainsi, moins contrôlées. Malgré tout,
soulignons que le réseau électrique est isolé, que l'ambiance est très calme et le silence est imposé.
La lumière naturelle est légèrement tamisée.

Annexe 2 : Compte-rendu de la visite de l'Unité 821 de l'INSERM – Mercredi 8 Juillet 2009

B) Analyse de photographies de salles d'expérimentations


Différentes photographies prises lors d'expérimentations EEG ou dans le domaine spécifique
des BMI nous permettent de mettre en évidence les différentes situations et leur environnement.

Annexe 3 : Analyse photographique - État des lieux des salles d'expérimentations BMI et EEG

Les lieux des expérimentations sont généralement des salles dédiées, au sein de centres
hospitaliers ou de laboratoires universitaires. Les premiers sont surtout destinés aux diagnostics et
évaluations fonctionnelles; les seconds, à la recherche dans les domaines de l'exploration du
fonctionnement du cerveau ou des BMI.

On remarque une grande variabilité selon les salles observées.


La décoration est parfois totalement absente. Les lieux ont des surfaces variables, mais sont
généralement divisés en 2 espaces distincts, de manière isolée ou non : l'un pour le sujet, l'autre
pour l'expérimentateur.
Le matériel nécessaire aux tests a tendance à prendre beaucoup de place, voir à encombrer l'espace.

A propos de l'accessibilité, on observe que la plupart des salles (ce que l'on en voit) permet un accès
en fauteuil roulant. D'autres, cependant, ont des espaces trop réduits, ou une grande marche à
l'entrée de la salle d'expérimentation par exemple...

De manière générale, il semble que certaines pièces soient le fruit d'une vraie réflexion, tant
sur le côté fonctionnel que sur l'aspect agréable et confortable de la manipulation à réaliser. D'autres
sont utilisées sans aucun agencement particulier, aucune décoration et donnant l'impression que le
matériel est employé sans grande réflexion préalable.

Cette analyse succincte nous incite à prendre conscience de la nécessité de créer un espace
simple, fonctionnel et accessible, sérieux et égayé par quelques éléments de décoration (peinture,

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 48/169
éléments au mur, etc) afin d'éviter l'aspect lugubre de certaines salles dédiées.

C) Recueil d'expériences vécues au LAGIS


Afin de connaître, de manière plus objective, le réel vécu des sujets et des expérimentateurs
lors des expérimentations au LAGIS, nous avons proposé un questionnaire à l'ensemble des
personnes y ayant participé depuis 2005. Sept ont répondu, soit la moitié. 57 % des réponses
correspondent aux sujets d'expérimentation, 43% aux expérimentateurs. Il s'agit essentiellement
d'hommes (86 %) et la moyenne d'âge est de 31 ans (de 23 à 45 ans).
D'un point de vue statistique, les résultats de ce questionnaire ont peu de valeur étant donné le faible
intervalle de confiance (seulement 50% de réponses). Cependant, il peut être utile de résumer ici
quelques éléments recueillis qui permettent d'alimenter notre réflexion.

Annexe 4 : Résultats des questionnaires relatifs aux expérimentations BMI au LAGIS

Tous ont travaillé ou travaillent encore au LAGIS. Aucun sujet ne présente de handicap, mais 50%
d'entre eux portent des lunettes. L'un des expérimentateurs a un handicap non physique pour lequel
« aucun aménagement n'est possible ».
L'étude porte sur des expérimentations qui ont eu lieu entre 2007 et aujourd'hui. Les plus récentes
sont basées sur le mouvement, les autres utilisaient le P300. 30% a réellement utilisé une
application de communication palliative. Les autres expérimentations ont consisté uniquement en un
recueil de données.
Les réponses se recoupent avec les constatations faites par les demandeurs : il n'existe pas de lieu
dédié (bureau ou salle de réunion) et le mobilier utilisé est un mobilier classique de bureau. Les
ambiances lumineuses, sonores et thermiques sont généralement « neutres », mais certaines
perturbations peuvent apparaître de manière aléatoire, notamment au niveau du bruit. Les conditions
ne sont pas reproduites à l'identique entre les séances.
Les 2 espaces sujet/expérimentateurs sont confondus (aucune séparation) et placés l'un à côté de
l'autre. D'après les expérimentateurs, il existe toujours des rejets de certaines parties des
enregistrements, à cause d'un manque de concentration (cause interne) ou du bruit (cause externe).
Parfois, il s'agit d'erreurs dans l'exécution des consignes.
De manière générale, le ressenti des sujets et des expérimentateurs est semblable. L'environnement
n'est ni agréable, ni désagréable. « Neutre » ou « moyen » sont les caractéristiques les plus données
concernant le vécu et la concentration. La fatigue apparaît souvent au bout de 20 à 30 minutes. Elle
se caractérise par une baisse de l'attention, une certaine lassitude, une fatigue musculaire et oculaire.

La majorité des personnes interrogées considère que la situation d'expérimentation pourrait être
améliorée.

II. Analyse de la situation d'expérimentation actuelle au LAGIS

Analyser une situation réelle d'expérimentation permet de confronter la théorie à la réalité


des situations. Cela permet également de compléter et orienter la formulation des besoins et des
futurs choix à réaliser.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 49/169
Cette analyse s'est déroulée au moyen d'une observation ciblée et de questions ouvertes. Les critères
d'observation ainsi que l'interrogatoire émanent d'une première observation globale ainsi que des
données issues de la bibliographie.
L'analyse d'activité a eu lieu le 13 Mars 2009, en présence de Mme L (sujet) et Mr G
(expérimentateur). D'autres expérimentations ont pu être observées ensuite, l'analyse donnant des
résultats semblables à ceux présentés ici. (document 4-1)

L'analyse des tâches concerne l'utilisateur, mais également l'expérimentateur. Nous allons en
résumer ici les principaux aspects.

Annexe 5 : Analyse d'activité détaillée - Étude d'une expérimentation BMI au LAGIS, le 13


Mars 2009

A) Le protocole expérimental
Le protocole expérimental est entièrement décrit sur le document de demande de
consentement, remis au sujet au début de l'expérimentation. Le but de l'expérimentation est de
récolter les signaux EEG dûs aux mouvements (rythme mu), au niveau de zones préalablement
définies (zone sensorimotrice correspondant aux mouvements de l'index) afin d'en extraire les
caractéristiques.

Annexes 6 et 7 : Protocole (6) et Formulaire de consentement (7) des expérimentations BMI -


Utilisés lors de l'expérimentation du 13 Mars 2009 au LAGIS)

Le test se déroule en plusieurs étapes : l'installation du matériel EEG, la réalisation de mouvements


de manière disjointe, la réalisation de séquences de mouvements répétés au niveau de l'index droit
(yeux fermés), la réalisation de séquences de mouvements répétés au niveau de l'index gauche
(yeux fermés) et, enfin, l'enlèvement du matériel et le lavage des cheveux. Chaque séquence de
mouvements est précédée d'une phase de fermeture des yeux et de relaxation. Une pause est
proposée après chacune de ces périodes.

Cette expérimentation a duré 1h45 au total. 45 minutes ont été consacrées à l'installation du
dispositif EEG, au paramétrage de l'ordinateur, aux explications du protocole et à la signature du
consentement. Les enregistrements EEG lors des mouvements ont duré 40 minutes environ. Les 20
dernières minutes ont permis de conclure, nettoyer et ranger le matériel ainsi que laver les cheveux
du sujet.

B) La situation de l'expérimentation
L'expérimentation se déroule dans une salle de TP destinée aux étudiants en informatique,
située au 3ème étage du bâtiment P2 de l'Université Lille 1.
La salle attribuée aux expérimentations BMI n'a jamais été utilisée pour les manipulations, entre
autre à cause du froid (17°C en moyenne) et d'une insuffisance de mobilier. Le 13 mars, s'ajoutait
une odeur désagréable de cigarette.
En ce qui concerne la localisation, la salle de TP utilisée ce jour se trouve presque en face de la salle
destinée aux BMI.
L'accès au bâtiment et à la salle est étudié en détail dans la partie 4 III de ce rapport.
(document 4-2).

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 50/169
Document 4-2 : Plan de la salle de TP utilisée lors de l'expérimentation du 13 Mars 200910

Zone d'expérimentation BMI Zone de matériel BMI


Liaisons entre le matériel BMI Branchement sur le secteur

La zone d'expérimentation se trouve au fond d'une pièce de 37 m² environ. 3 tables sont disposées en U et 2 chaises
sont utilisées : l'une au centre pour le sujet, la seconde à l'extérieur et orientée vers la zone expérimentale pour
l'expérimentateur. Le matériel BMI est positionné à l'arrière du sujet, sur la table située dans son dos (électrodes,
support papier pour le placement 10-20, amplificateur, pâte conductrice et cotons tige) ainsi que sur la table de droite,
où se trouve l'expérimentateur (ordinateur portable qui fonctionne sur batterie, stylos et papier). L'amplificateur est
branché sur l'une des prises de courant de la salle.

La zone de travail représente une aire de 9 m² environ. Malgré la surface disponible dans la salle, la
circulation autour de cette zone est obstruée par le tableau ainsi que par quelques chaises.

C) Les dispositions techniques


Le matériel BMI utilisé lors du test est :

• l'amplificateur de biosignaux g.USBamp 16 voies de la marque Guger Technologies


(g.tec), qui peut fonctionner en étant branché au secteur, ou de manière autonome, par
batterie. Cet appareil répond à la norme EN60601, relative à la sécurité électrique pour les
équipements médicaux (isolement du patient par rapport au réseau électrique). Il s'agit d'un
matériel qui a été conçu pour être résistant aux ondes électromagnétiques classiques de
l'environnement.
• des électrodes (12) pour EEG (à visser sur le bonnet) ainsi que des électrodes pour EMG (à
coller sur la peau). Ce matériel est très fragile.

10 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 51/169
• le bonnet g.EEGcap de marque Guger Technologies , permettant le placement 10/20 des
électrodes. Il est couplé à une sangle thoracique de maintien, élastique, qui assure la stabilité
et le contact du casque EEG sur la tête.
• un ordinateur portable Dell Latitude D820 BURNER dont les caractéristiques sont : un
processeur Intel Core Duo T2400 à une fréquence 1.83 GHz, écran 15.4" TFT (Thin Film
Transistor). Sa taille est de 36.1 cm x 26.3 cm x 3.5 cm et il pèse 2.8 kg. Cet ordinateur
possède des haut-parleurs stéréo et une antenne LAN sans fil (WiFi norme 802.11b/g ). Il est
équipé du système d'exploitation Windows XP professionnel. Il est utilisé pour le traitement
rapide des signaux et peut être branché au secteur ou fonctionner sur batterie.
• Le logiciel utilisé, BCI2000 (Schalk 2004) permet d'avoir un environnement plus ou moins
paramétrable selon que l'on travaille en mode superviseur ou en mode utilisateur.
• La pâte conductrice à base de pierre ponce de marque Pactronic. Elle s'applique à l'aide des
cotons tige, entre la peau du crâne et les électrodes. Elle sèche relativement rapidement et il
est donc nécessaire de refermer le pot constamment et de ne pas excéder une heure de test
environ (au delà, la conduction a tendance à se détériorer)
• des feuilles et des crayons pour prendre des notes pendant l'expérience

D) Les communications
Les communications entre sujet et expérimentateur sont claires et concises (« reposez-
vous », « détendez-vous », « stop »...). Elle sont essentiellement verbales étant donné que le sujet a
les yeux fermés pendant une grande partie de l'expérimentation.
En début et fin de séance, des documents sont donnés au sujet. Ces documents nécessitent leur
lecture et une communication écrite (demande de consentement, bilan de séance...)

E) Le sujet
Le sujet, Mme L, est une femme de 47 ans. Il s'agit d'un sujet dit « sain ».

1. Positions et gestes
La plus grande partie de l'expérimentation se fait en position assise, à 90°, sur une chaise de
cours standard (97% des tâches). Dans cette position, l'immobilité est imposée dans presque 90% de
ses activités. Les seuls mouvements autorisés restent de très faible amplitude.

2. Tâches réalisées
Le sujet effectue 21 tâches différentes au cours de l'expérimentation. Elles sont réalisées une
seule fois ou répétées au cours du temps et diffèrent par leur nature : relaxation, concentration,
précision, cognitives ou repos.
Sur une séance de 45 minutes, le sujet a une période d'inactivité totale de plus de 30 minutes.
La difficulté des tâches à réaliser est limitée pour Mme L. Des capacités de concentration, de
compréhension et de mémorisation sont nécessaires. Il n'existe aucune charge mentale excessive. La
relaxation du sujet est le point clé de la manipulation. Afin d'éviter une fatigue trop importante, des
moments de pauses sont répétés entre chaque séquence.

3. Contraintes
Le sujet a dû faire face à plusieurs situations problématiques pendant l'expérimentation :
• La recherche de salle, le déplacement du matériel et l'agencement de l'espace ont augmenté
la durée totale d'expérimentation.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 52/169
• Le matériel utilisé n'a pas toujours fonctionné correctement ce qui a également imposé un
délai d'expérimentation plus long durant lequel Mme L a été contrainte de patienter.
• L'environnement sonore a été plusieurs fois perturbé. A chaque fois, l'enregistrement a dû
être arrêté puis recommencé.

Ces 3 problèmes ont perturbé l'expérimentation, en plus d'autres contraintes relatives à


l'expérimentation en elle-même :
• Des contraintes de temps : imposées notamment par la durée « disproportionnée » de
l'installation du matériel EEG, ainsi que par les aléas évoqués précédemment.
• Des contraintes physiques et physiologiques : la posture assise prolongée, sur un mobilier
non adapté, non adaptable et sans aucun soutien, ont des conséquences sur le sujet

Il n'existe aucune contrainte d'espace pour Mme L. Aucune surcharge mentale ni contrainte émotive
ne sont présentes. Le dispositif ne représente aucun danger et aucune sensation d'insécurité n'est
exprimée par le sujet.

4. Effets
Les contraintes peuvent avoir, ou non, des effets sur l'homme. On parle alors
d' « astreinte » :
• L'astreinte physique et/ou sensorielle est l'effet le plus verbalisé en fin de séance :
Une gêne au niveau des membres inférieurs (compression veineuse), un inconfort au niveau
lombaire, des douleurs dans la nuque, des sensations désagréables et des froideurs dans les
extrémités des doigts.
Au niveau visuel, Mme L trouve l'environnement désagréable.
Mme L n'exprime aucune fatigue physique en fin de séance.
• L'astreinte mentale : l'inactivité et le manque de stimulation pendant toute la phase de
préparation est source d'ennui et de fatigue mentale (bâillements, signes d'impatience). Dès
le début des enregistrements, ces signes disparaissent. Aucune surcharge mentale n'est
présente.

5. Gestion des erreurs et volonté d'abandon


Mme L a été invitée à signaler oralement toute erreur éventuelle. Cependant, toutes les
consignes ont été respectées pendant l'ensemble du test. A aucun moment le sujet n'a désiré
abandonner le test.

F) L'expérimentateur
L'expérimentateur, G., est un homme de 23 ans qui porte des lunettes (myope et astigmate).
Il est doctorant dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur depuis Octobre 2008. Les
expérimentations se déroulent dans le cadre de sa thèse qui a pour objet : la « classification de
signaux EEG décrivant l’activité motrice dans une BMI asynchrone faiblement invasive ».

1. Positions et gestes
La phase de préparation a essentiellement lieu debout, légèrement penché vers l'avant et
parfois en torsion. La phase d'enregistrement se fait assis, sur une chaise de cours standard et face à
une table classique.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 53/169
2. Tâches réalisées
L'activité de G. est composée de 29 tâches relativement variées. Elles peuvent être : de
précision, cognitive, d'observation et de concentration, ainsi que de manutention en début et fin
d'expérimentation. La difficulté de ces tâches est relativement élevée car elles nécessitent une bonne
maîtrise du matériel utilisé, du protocole, ainsi que la capacité de s'adapter et d'observer les erreurs
possibles.
Plus de 80% des actions de G sont imposées par le protocole. Aucun temps de repos n'est prévu
pour l'expérimentateur : il est donc sollicité en continu et sa vigilance doit être constante.

3. Contraintes
G. a rencontré les mêmes problèmes que ceux évoqués précédemment pour Mme L.
Il a également été soumis a des contraintes spécifiques :
• Contraintes de temps : il n'existe aucune réelle contrainte de temps. Ceci constitue pourtant
un problème car c'est probablement la raison pour laquelle l'expérimentation dure si
longtemps.
• Contrainte d'espace : L'espace utilisé est important, mais quelques obstacles imposent
néanmoins à G. des postures contraignantes et un trébuchement.
• Contrainte physique et physiologique : de nombreuses positions, en torsion et penché vers
l'avant, sont nécessaires.
• La charge mentale est relativement élevée (gestion du matériel, du sujet, observation,
vérification du bon fonctionnement, vigilance aux aléas environnementaux...). La gestion
libre du temps lui permet de la diminuer selon ses besoins.

4. Effets
G. n'exprime aucune astreinte physique, mentale ou psychologique à l'issue de la séance
d'expérimentation. Aucun signe visible ne met en évidence d'éventuels effets.

5. Gestion des erreurs et volonté d'abandon


Aucune erreur n'a été commise durant ce test. G. a su s'adapter à chaque aléa matériel ou
environnemental auquel il a été confronté : il n'a donc pas eu besoin d'abandonner sa manipulation.

Cette analyse met donc en évidence quelques notions évoquées précédemment : les
problèmes d'inconfort, les éléments non contrôlés de l'environnement, les contraintes techniques et
l'agencement de l'espace. Elle permet également d'évoquer la question de la gestion du temps et des
tâches entre les différentes phases du protocole.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 54/169
Photo 1 Photo 2 Photo 3

Document 4-1 : Photos d'une expérimentation au LAGIS, le 16 Juin 2009

Les photos ont été prises le 16 Juin 2009, au cours d'une des expérimentations basées sur le mouvement, effectuée
dans la future salle BMI.

La photo 1 met en évidence la position debout, penchée en avant, de l'expérimentateur lors de la mise en place des
électrodes. Il s'agit d'une posture prolongée et donc contraignante.

La photo 2 montre la précision de la tâche, lorsque l'expérimentateur doit dégager les cheveux du sujet, à chaque
futur emplacement des électrodes. Là aussi, on remarque la position penchée en avant, avec des contraintes
notamment au niveau dorsal et cervical.

La photo 3 permet de voir les positionnements du sujet et de l'expérimentateur lors de la phase de configuration. Le
sujet est assis sur une chaise standard. Sa tête est légèrement penchée en arrière à cause de la faible longueur des
câbles d'électrodes. Il n'existe aucun appui-tête ou accoudoirs. L'expérimentateur est également assis sur une chaise
traditionnelle. On remarque qu'il travaille sur un ordinateur portable dont l'écran est positionné bien en dessous de la
ligne du regard.
Le sujet et l'expérimentateur sont orientés face aux fenêtres et reçoivent donc la lumière naturelle de manière directe.

L'analyse de l'activité de l'expérimentateur me semble primordiale car, outre la question du


bien-être sur son poste de travail, son confort physique et mental influera nécessairement sur son
comportement et sur sa manière de gérer l'expérimentation. Les interactions constantes entre les 2
protagonistes, importantes lors des expérimentations BMI, ne peuvent être abordées qu'en ayant une
vision des 2 acteurs concernés.

III. Diagnostics concernant la future salle d'expérimentation


BMI

Afin de faire des propositions adaptées, il est nécessaire de réaliser des diagnostics
concernant la future salle dédiée aux expérimentations BMI. Un état des lieux de l'environnement
est indispensable pour que les bases de notre travail soient correctes.

A) L'accès et la circulation
L'accès des personnes n'ayant aucune difficulté motrice ou sensorielle n'est pas un problème
dans un campus universitaire qui accueille déjà plus de 18 000 étudiants chaque jour. Cependant, de
nombreux aménagements s'avèrent être un réel obstacle pour les personnes à mobilité réduite. Il est
important de les identifier afin de proposer des solutions adaptées.

Un diagnostic détaillé de l'accessibilité du trajet et des locaux a été effectué. Nous avons choisi de
présenter ici les contraintes les plus importantes ainsi que les éléments révélateurs de la situation
actuelle au sein de la Cité Scientifique de Villeneuve d'Ascq. Les détails de notre analyse se

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 55/169
trouvent en annexe.

Annexe 8 : Étude de l'accessibilité du bâtiment P2 pour les personnes à mobilité réduite

Annexe 9 : Étude de l'accessibilité de la future salle BCI pour les personnes à mobilité réduite

1. A l'extérieur
Nous avons fait le choix d'étudier 2 trajets en priorité : le trajet métro-bâtiment P2 et le trajet
parking-bâtiment P2. En effet, nous avons supposé que les personnes en situation de handicap sont
susceptibles d'utiliser préférentiellement ces 2 moyens de transport : métro et voiture (document 4-
3)

P2

Document 4-3 : Trajet d'accès au bâtiment P2

Trajet métro-bâtiment P2 Trajet parking-bâtiment P2

Les personnes à mobilité réduite peuvent se rendre au bâtiment P2 essentiellement par le métro ou en voiture. Le
trajet métro-bâtiment P2 fait environ 400 m de distance. Le trajet parking-bâtiment P2 se limite à 60 m environ.
L'accès en fauteuil roulant ne peut se faire que par l'entrée Ouest qui est la plus accessible. C'est également de ce
côté du bâtiment que se trouve l'ascenseur.

a) Trajet métro-bâtiment P2

L'accessibilité du métro Lillois


Sur l'ensemble des 2 lignes de la ville, le métro lillois est accessible en fauteuil roulant. En
effet, chacune des stations possède un ascenseur permettant à une personne en fauteuil et un
accompagnant d'y entrer. Les revêtements de sol sont adaptés à la manipulation des fauteuils
roulants et les espaces de déambulation et de giration sont suffisants pour permettre un accès pour
tous.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 56/169
La société de transport lilloise, Transpole11, met régulièrement à jour son site internet afin d'y
indiquer les ascenseurs indisponibles. Afin de pallier à ces problèmes, il propose toujours une
alternative pour les trajet des personnes à mobilité réduite. De plus, des agents sont généralement
présents à proximité de ces points critiques afin d'orienter et, parfois, de manutentionner, les
personnes qui en auraient besoin.
De la même manière, près des deux tiers des bus sont aménagés pour permettre la montée et la
descente des fauteuils roulants. Cependant, les lignes arrivant à la cité scientifique ne sont pas
toutes adaptées. Les informations du site internet permettent de préparer correctement son trajet au
préalable. (document 4-4)

La signalisation
Il n'existe qu'un seul plan du campus à la sortie du métro. Il n'est pas accessible aux
personnes ayant des difficultés de manipulation du fauteuil. Sur le reste du trajet, peu d'indications
sont présentes. Le risque d'erreurs et, ainsi, de fatigue inutile, est donc important.
Aucun panneau de signalisation n'indique le cheminement adapté spécifiquement aux personnes à
mobilité réduite.

La circulation
En règle générale, les cheminements sont suffisamment larges. Le revêtement est de
l'asphalte. Il semble que certains principes d'accessibilité aient été mis en œuvre, comme des
bateaux, des pentes ou plans inclinés, etc. Cependant, quelques obstacles sont présents :
• des bateaux absents, obligeant la personne à faire demi-tour en fin de trottoir
• des pentes et devers trop importants
• une absence de paliers de repos lorsque les pentes dépassent 10 mètres
• des obstacles à la roue tels que des grilles d'égout, ou des trous dans le sol
La circulation en fauteuil roulant est possible pour les personnes les plus habiles et non fatigables.
D'autres auront besoin de l'aide d'une tierce personne.
Pour les personnes à pied, il n'existe aucune zone de repos, ni de main courante, sur un trajet
d'environ 400 mètres de distance.

L'accès au bâtiment P2
Le bâtiment P2 n'est accessible en fauteuil roulant que du côté Ouest. La personne qui arrive
du métro (côté Est) doit donc contourner une partie du bâtiment pour y accéder. Par ailleurs, l'accès
Ouest n'est pas optimal.
La porte d'entrée, suffisamment large, est très lourde et s'ouvre vers l'extérieur. Le digicode est peu
accessible et ne permet pas une entrée directe dans le bâtiment.

11 http://www.transpole.fr

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 57/169
Photo 1
Photo 1 Photo 2

Photo 3 Photo 4

Document 4-4 : Photos du cheminement entre le métro et le bâtiment P2 de l'Université Lille 1

Photo 1
Certains trottoirs ne possèdent aucun bateau au niveau des passages pour piétons et au niveau des carrefours

Photo 2
Les cheminements piétonniers sont suffisamment larges et praticables. Ils sont longs et peu de zones de repos
existent (bancs, muret...)

Photo 3
La porte d'entrée Ouest du bâtiment P2 est la plus accessible. L'entrée se fait par une porte large et lourde. Un
digicode est placé à 90 cm de hauteur. Son orientation et le manque de contraste ne permettent pas une bonne
visibilité des touches.

Photo 4
L'entrée Est n'est pas accessible. Le plan incliné destiné aux personnes à mobilité réduite possède une pente et un
devers trop importants. La végétation diminue la largeur du passage et gêne l'utilisation de la main courante.

b)Trajet parking-bâtiment P2

L'accessibilité du parking
La personne à mobilité réduite peut se rendre sur le lieu des expérimentations grâce à une
véhicule individuel. Il peut s'agir d'un transport adapté « service handipole » proposé par Transpole
et géré par la société TLV. Le véhicule s'avancera au plus près de l'entrée, ou au niveau du parking
adapté pour les PMR.

Le parking de 4 places entièrement dédié aux PMR n'est pas mis en évidence. En plus de certains
soucis d'accès à ses places, le principal problème est leur occupation par des voitures non
autorisées.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 58/169
La signalisation
Sur ce trajet, la signalisation vers le bâtiment ou les places de parking adaptées est peu
fréquente.

2. A l'intérieur
L'accessibilité intérieure, de la porte d'entrée jusqu'à la future salle d'expérimentation, a été
analysée. Devant les nombreux points à améliorer, nous avons choisi d'en résumer les principaux
aspects. (documents 4-5 et 4-6)
Le bâtiment P2 date des années 70 et n'a pas été conçu, au départ, pour les personnes à mobilité
réduite

Document 4-5 : Plan d'accès à la future salle BMI du LAGIS

Trajet pour accéder à la salle BMI

La future salle BMI se trouve au 3ème étage du bâtiment P2. Les personnes à mobilité réduite peuvent se rendre dans
la salle BMI en empruntant les escaliers ou l'ascenseur. Il est ensuite nécessaire de parcourir environ 50 m de couloir
pour atteindre l'entrée.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 59/169

P2
La signalisation
Il n'existe qu'un seul panneau, dans la cage d'escalier du hall d'entrée, indiquant la direction à suivre
pour se rendre au LAGIS. Il n'en existe aucun au niveau de l'ascenseur.
L'ensemble des informations qui se trouvent dans les couloirs se trouvent à plus de 1,50 m, voire
1,70 m, de hauteur. Elles sont présentes uniquement sur les portes concernées et ne sont donc pas
visibles de loin.

La circulation verticale
La future salle BCI se trouve au 3ème étage. Ce dernier est accessible soit pas les escaliers, soit par
l'ascenseur.

Escaliers
Les escaliers sont très larges et possèdent 2 rampes, à hauteur standard. Il existe des paliers de repos
réguliers. La majorité des éclairages artificiels (néons) ne fonctionne plus, mais de grandes baies
vitrées permettent d'apporter une luminosité suffisante en plein jour.

Ascenseur
L'ascenseur est accessible par une porte coupe-feu double battant très lourde. Il s'agit d'un ancien
monte-charge qui a été réaménagé en ascenseur adapté. L'intérieur répond ainsi aux normes en
vigueur. Cependant, la structure du monte-charge a été conservée et il est donc nécessaire de faire
coulisser une lourde porte en bois avant d'avoir accès à la zone réellement adaptée. D'autre part, les
panneaux (de sécurité et d'indication des étages) sont situés à plus de 1,50 m de hauteur.

La circulation horizontale
La déambulation dans le hall d'entrée et les couloirs est facilitée par une largeur suffisante et un
dégagement de l'espace.
Plusieurs portes coupe feu à double-battant, sans frein et très lourdes, sont un réel obstacle pour une
personne à mobilité réduite. Le couloir est relativement long et aucune main courante ne permet de
supporter les personne ayant des troubles de la marche.
L'éclairage est exclusivement artificiel (néons), par minuteur. Il n'existe que 2 interrupteurs entre
chaque porte coupe-feu (tous les 40 mètres environ).

Les WC
Il existe 2 WC, à chaque extrémité du couloir, qui ne sont pas accessibles en fauteuil roulant.

La future salle d'expérimentation


L'accès à la salle se fait par une porte de 80 cm de large. Elle possède une surface de 21 m² environ.
Il n'existe aucun encombrement et, pour le moment, les espaces de giration sont suffisants. Les
zones d'atteintes (poignées, interrupteurs...) sont situées entre 100 et 120 cm de hauteur, à
l'exception des prises qui sont au sol. Il existe 3 grandes fenêtres qui rendent la pièce très
lumineuse. 2 néons assurent un éclairage artificiel si nécessaire.

La sécurité
L'ascenseur est inutilisable en cas d'incendie. Le couloir est cependant protégé par des portes coupe-
feu de manière régulière.
L'armoire d'urgence (extincteur, trousse à pharmacie...), située dans le couloir, n'est pas accessible :
poignée à tourner, éléments placés trop en profondeur, au sol ou en hauteur... Les indications de
sécurité sont hautes pour être lisibles par une personne assise.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 60/169
Il existe un téléphone dans le couloir qui n'est ni indiqué de loin, ni atteignable par une PMR.
Dans les escaliers, on peut constater que les panneaux censés indiquer la sortie orientent la personne
dans le sens opposé.
Le manque de luminosité dans certaines parties de l'espace, ainsi que la difficulté d'atteinte des
interrupteurs augmentent les risques de chute et le sentiment d'insécurité.

Photo 1 Photo 2 Photo 3 Photo 4

Document 4-6 : Photos du cheminement dans le bâtiment P2, vers la future salle BMI

Photo 1
L'ascenseur est un ancien monte-charge accessible par une grande et lourde porte en bois, qui coulisse manuellement
vers la droite.

Photo 2
Le couloir est totalement uniforme. Aucune indication de lieu ou de direction n'est présente. Les seuls renseignements
sont donnés directement sur les portes, entre 160 et 170 cm de hauteur.

Photo 3
Un panneau indiquant les laboratoires et leur étage est présent dans le hall. Il est situé à plus de
193 cm de hauteur et la taille des lettres ne dépasse pas 12 mm : les informations ne sont donc pas suffisamment
visibles.

Photo 4
Dans les couloirs, il n'existe que 2 interrupteurs, à 1,20 m de hauteur. Ils ne sont pas mis en évidence.

De manière générale, on peut dire que l'accessibilité intérieure et extérieure sont à améliorer.
On peut constater que des efforts ont été faits pour rendre les cheminements praticables et pour
diminuer les obstacles (plans inclinés, etc). On remarque aussi la mise en place de systèmes
relativement bien conçus lorsque l'on observe la situation point par point. Cependant, il existe une
absence totale de réflexion globale, des incohérences et la mise en place d'aménagements
inutilisables dans la réalité (par exemple : un plan incliné étroit et qui possède un devers trop
important). D'autre part, nous pouvons insister également sur le manque d'entretien qui crée
également des situations de handicap : la végétation encombre les passages ou cache les panneaux,
les néons sont hors service...

Ainsi, actuellement, la personne en fauteuil roulant ne peut se rendre seule jusque dans la salle
BMI. D'autre part, toutes les personnes, handicapées ou non, susceptibles de se rendre au LAGIS,
risquent de réaliser des déplacements inutiles par manque d'indications.

B) Les ambiances
L'ensemble des mesures se sont déroulées dans la future dalle dédiée aux BMI et parfois aux
alentours. Elles ont eu pour but de faire un état des lieux précis de l'ambiance de la pièce afin d'en
identifier les avantages et les points à améliorer ou contrôler. Nous allons présenter ici uniquement

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 61/169
les résultats obtenus : les informations détaillées relatives aux prises de mesures se trouvent en
annexe.

Annexe 10 : Diagnostics détaillés des ambiances - Dans la future salle d'expérimentation BMI
du LAGIS

1. Ambiance thermique

Températures moyennes
intérieures et extérieures
30

25

20
Température moyenne ex-
Température (°C)

térieure
15
Température moyenne in-
térieure
10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Jours

Figure 1

Températures intérieures
30

25

20 Température min intérieur


Température (°C)

(°C)
Température max intérieur
15 (°C)
Norme ISO 7730 minimale
Norme ISO 7730 minimale
10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Jours

Figure 2

Document 4-7 : Résultats des mesures de température dans la future salle dédiée aux BMI – du 25
Mai au 8 Juin 2009

(Figure 1) Les mesures des températures intérieures et extérieures pendant plusieurs jours mettent en évidence une
fluctuation similaire, probablement due à une mauvaise isolation. La température intérieure est généralement plus
élevée qu'à l'extérieur.
(Figure 2) Les températures maximales et minimales, à l'intérieur, varient au cours du temps et ne respectent pas
toujours la norme ISO 7730 relative à l'ambiance thermique dans les lieux de travail. Cette norme indique la
température minimale (20°C) et la température maximale (26°C) à respecter dans les bureaux, en été. On constate
des écarts importants, sur une même journée, entre les températures hautes et basses, allant jusque 5,8°C.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 62/169
Les documents 4-7 et 4-8 mettent en évidence le manque d'isolation thermique de la salle : les
variations de l'environnement extérieur influent fortement sur l'ambiance intérieure, en provoquant
des fluctuations visibles de la température et de l'humidité.
Dans les 2 cas, on observe une difficulté à maintenir une ambiance thermique de travail telle qu'elle
est décrite dans la norme ISO 7730.

Humidité relative (%HR)


Dans la future salle BMI
70

60
Humidité relativ e (%HR)

Humidité intérieure (matin)


50
(%HR)
Humidité intérieure (soir)
40 (%HR)
Norme ISO 7730 humidité
30 minimale
Norme ISO 7730 humidité
20 maximale

10

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Jours

Document 4-8 : Résultats des mesures d'humidité dans la future salle dédiée aux BMI – du 25 Mai
au 8 Juin 2009

Les mesures d'humidité relative dans la future salle BCI mettent en évidence une fluctuation importante, dépendante
de la météorologie extérieure. Le taux varie peu entre le début et la fin de la journée. On remarque que l'humidité est
parfois moins importante que celle données par la norme ISO 7730, relative à l'ambiance des lieux de travail. Cette
norme préconise une humidité relative comprise entre 45% et 60%HR.

2. Ambiance lumineuse

Les résultats, dont les valeurs moyennes sont présentées dans le document 4-9, sont très
variables selon le lieu dans lequel les mesures sont prises.
Ici, l'éclairement extérieur est de presque 8000 lx en moyenne lorsque l'on s'oriente vers l'extérieur,
et de l'ordre de 1300 lx lorsque l'on regarde vers la porte.
Certaines parties du bâtiment sont trop faiblement éclairées : à cause d'un manque d'éclairage
naturel couplé à un éclairage artificiel insuffisant ou hors d'usage. C'est le cas du palier (27 lx en
moyenne), des couloirs ( 5 lx sans éclairage, 56 lx avec les néons allumés) et de l'ascenseur (79lx en
moyenne)
La future salle dédiée aux BMI possède de grands points d'entrée de luminosité naturelle grâce aux
3 fenêtres qui constituent la moitié haute du mur de façade. Ainsi, l'éclairement varie en fonction
des conditions météorologiques : de 2541 à 3890 lx (3200 lx en moyenne) si l'on regarde vers les
fenêtres, de 330 à 609 lx (483 lx en moyenne) si l'on regarde dans la direction opposée. Ces valeurs
varient peu si l'on ajoute l'éclairage artificiel (2 néons) : en moyenne 3272 lx côté fenêtre et 494 lx
côté porte.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 63/169
Mesure de luminosité (lux)
Future salle BMI

14000

12000
18/05/09
10000 14h
19/05/2009
11h30
20/05/09
16h
8000 25/05/2009
9h
Luminosité (lx)

26/05/2009
10h30
6000 Référence
Extérieur
Référence
Intérieure
(valeur haute)
4000

2000

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Lieux

Document 4-9 : Résultats des mesures de luminosité dans la future salle dédiée aux BMI – du 18
au 26 Mai 2009

Les mesures d'éclairement ont été réalisées dans 11 situations différentes, selon différents moments de la journée et
différentes conditions météorologiques : couvert, nuageux, ensoleillé.
Elles sont comparées à la valeur de référence de la luminosité extérieure (5000 lx) habituellement utilisée lors des
analyses ergonomiques et avec la valeur de référence de la luminosité des lieux de travail préconisée (300-400 lx)
(Terrier 1999)

Les repères ont été :


- A l'extérieur, devant la porte d'entrée ouest du bâtiment P2 : la sonde orientée vers l'extérieur (1) et la sonde orientée
vers la porte (2)
- Dans les escaliers : sur le palier d'entrée du bâtiment, sonde orientée dans le sens de déplacement (3) et sur le
premier palier de l'escalier, sonde orientée dans le sens de déplacement (4)
- Dans l'ascenseur : porte fermée, sonde orientée vers l'intérieur (5)
- Dans le couloir d'accès à la future salle BCI (3ème étage) : sonde orientée vers la salle, lumières éteintes (6) puis
lumières allumées (7)
- Dans la future salle BCI : sonde orientée vers les fenêtres, lumières éteintes (8) puis lumières allumées (9), et sonde
orientée vers la porte, lumières éteintes (10) puis lumières allumées (11)

En résumé, les éclairages naturels, sont très efficaces. Dans les pièces vitrées, les ouvertures
sont très larges et dégagées, ce qui assure une luminosité importante, voire même parfois trop
intense. A l'opposé, les éclairages artificiels en place, lorsqu'ils sont en état de fonctionner, sont trop
faibles (et même inefficaces parfois) et ne sont pas suffisamment adaptés aux besoins de
déplacements ou de repérage visuel.

3. Ambiance sonore

Pour mieux comprendre les résultats obtenus, le document 4-10 donne les repères concernant
l'aspect nocif des différents niveaux de bruit.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 64/169
Document 4-10 : L'échelle du bruit

L'échelle du bruit donne des repères concernant la nocivité des niveaux sonores, en décibel (dB). Quelques exemples
permettent de situer cette échelle dans un contexte de vie quotidienne.
On considère qu'un son de 30 à 60 dB provoque des réactions psychiques. De 60 à 90 dB, des réactions somatiques
viennent s'ajouter.

Le document 4-11 résume les résultats des mesures dans la future salle dédiée aux BMI.
Le niveau sonore ambiant peut être qualifié de calme (33 dB en moyenne). La plupart des bruits
sont plutôt légers : ils sont généralement rares et durent quelques secondes, voir quelques minutes.
Quelques bruits intérieurs se distinguent, sans excéder un niveau de gêne important : l'alarme d'une
salle voisine, le claquement des portes coupe-feu. Malgré cette absence de gêne, au sens ergonomie,
il s'agit de bruits perturbants lors des expérimentations. En effet, de par leur apparition brutale et
d'intensité bien supérieure au bruit ambiant (jusqu'à 30 dB), il sont à l'origine de potentiels évoqués
auditifs et donc d'artéfacts dans le signal enregistré. De plus, les bruits de portes sont relativement
fréquents.
Le moindre son intérieur atteint rapidement un niveau de gêne important : déplacement de chaise,
ouverture de la porte...
L'annonce radio, exceptionnelle, atteint presque 67 dB : il s'agit du son le plus gênant susceptible
d'apparaître.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 65/169
Mesure de l'environnement sonore (en dB)
Future salle BCI
90
80
70
60
50
40 Environnement
Sonore
30 (salle BMI)
Calme
20 Bruit léger
10 Bruit gênant

Int – discussion BCI

Int – dispositif BCI


Ext – chariot

Int – toussotement
Ext – pluie
Ext – moto
Ext – discussion
Int – porte coupe-feu
Int – téléphone

Int – discussion
Int – alarme

Int – chaise
Int – marche

Int – porte

Int – annonce micro


Son environnant

Int – atelier
Int – pas

Int – discussion bis

Document 4-11 : Résultats des mesures de l'environnement sonore dans la future salle dédiée aux
BMI – le 12 Mai 2009

Les mesures ont été réalisées en continu, pendant une période de 4 heures. Ce graphique représente les amplitudes
moyennes recueillies selon les différentes sources de bruit observées :

1/ Bruit ambiant (conditions les plus calmes possibles)


2/ Événements extérieurs : utilisation d'un chariot par le personnel technique (extérieur), pluie sur les vitres, moto dans
le parking, étudiants qui parlent
3/ Événements intérieurs : portes coupe-feu qui claquent, téléphone qui sonne dans la pièce à côté, personnes qui
marchent dans le couloir, personnes qui parlent dans le couloir , alarme d'une salle voisine, personne qui parle dans le
bureau voisin
4/ Événements provoqués pour les mesures : utilisation d'outils dans l'atelier (en face de la salle BMI), déplacement
d'une chaise dans la salle BMI, personne qui marche dans la salle BMI, personne qui tousse dans la salle BMI,
discussion normale dans la pièce BMI, ouverture / fermeture de la porte de la salle BMI, matériel BMI en
fonctionnement (surtout ordinateur portable), annonce micro

Les mesures obtenues sont comparées aux différents niveaux de bruit : calme (moins de 40 dB), léger (entre 40 et 60
dB), gênant (entre 60 et 80 dB), nocif (plus de 80 dB).

4. Ambiance électromagnétique

Afin de resituer les valeurs obtenues, nous les avons comparées à 2 valeurs de références :

• La directive 93/42/EWG concerne les appareils domestiques et médicaux. Elle implique,


entre autres, le respect de la norme d'immunité (seuil limite de perturbation du matériel) qui
doit normalement être de 3V/m pour tout appareil biomédical.
• Un rapport du Comité Scientifique sur les Champs ElectroMagnétiques, le CSIF-CEM, met
en avant les « effets sur le cerveau » des ondes électromagnétiques, notamment dans le cadre
des GSM. Il préconise de ne pas dépasser le seuil de 0,6V/m afin d'éviter toute influence sur
les capacités physiques (fatigue, maux de tête), sur le système immunitaire et le cerveau.
D'autres études mettent en évidence l'effet des champs électromagnétiques (haute fréquence
notamment) sur les ondes cérébrales : modifications de la bande alpha après exposition à un
téléphone portable (Hinrikus H. et al. 2001), augmentation de la densité spectrale des ondes
alpha et diminution de la préparation des potentiels corticaux lents (Kramarenko et al.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 66/169
2003), effets de l'utilisation du téléphone portable sur les potentiels liés à l'événement (N100
et P300) (Hamblin et al. 2006). Plusieurs chercheurs observent, par ailleurs, que les effets
d'un téléphone portable sur les signaux cérébraux diminuent progressivement puis
disparaîssent seulement au bout de 15-20 minutes.

Ces études, sujets à controverses, notamment en ce qui concerne les seuils à l'origine des effets à
court, moyen et long terme, doivent cependant nous inciter à rester vigilants afin de ne pas créer de
perturbations des signaux enregistrés

Mesures du champ électromagnétique


Future salle BMI
3,5

2,5
Champ électromagnétique
2 Dans la future salle BMI
Amplitude (V/m)

Test d'immunité
Dispositifs médicaux
1,5 Limite d'influence
Sur le cerveau humain

0,5

0
Bande FM
Basse fréquence Hautes fréquences
Bandes de Fréquence

Document 4-12 : Résultats des mesures des champs électromagnétiques dans la future salle
dédiée aux BMI – le 5 Mai 2009

Les mesures ont été réalisées dans les différentes bandes de fréquence, grâce à 3 antennes : boucle magnétique,
antenne biconique et en cornet. L'amplitude est exprimée en Volt par mètre (V/m).
Les mesures effectuées au sein de la future salle BMI sont comparées à 2 valeurs de référence :
3 V/m est la valeur limite que peut supporter tout dispositif médical (directive 93/42/EWG); 0,6 V/m est une valeur limite
donnée par le rapport CSIF-CEM concernant les effets des ondes sur le corps humain, et notamment le cerveau
humain.
L'ensemble des résultats donne des amplitudes sous les seuils de référence, à l'exception du téléphone portable qui
émet des ondes de plus de 0,6 V/m

Le document 4-12 montre que les amplitudes mesurées ne dépassent pas 0,80 V/m qui correspond à
l'utilisation d'un téléphone portable à 1 mètre. Le WIFI, utilisé dans le laboratoire représente une
amplitude de 0,1 V/m au maximum. Les radios locales (lilloises), en basse fréquence, ont une
amplitude de 0,36 V/m au maximum.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 67/169
Document 4-13 : Expérimentation BMI, basée sur le mouvement, dans la chambre anéchoïque du
laboratoire de Radiopropagation et Electronique de l'Université Lille 1 – le 16 Juin 2009

Une expérimentation a été réalisée dans un espace clos, à l'abri de toute onde électromagnétique afin de comparer les
signaux recueillis avec ceux obtenus dans un environnement classique. Une mesure d'émission a également été
effectuée, avec un résultat de l'ordre de 0,3 µV/m.

La norme d'émission pour les appareils domestiques ou médicaux est de 30 dBµV/m à 10


mètres, soit 40 dBµV/m à 3 mètres. Chacun des éléments du dispositif respecte cette norme.
Cependant, une mesure d'émission réalisée dans une chambre anéchoïque12 du laboratoire de
RadioPropagation et Electronique a mis en évidence une émission électromagnétique de l'ensemble
du dispositif (à 147 MHz) de l'ordre de 49,7 dBµV/m, soit 0,0003 V/m (document 4-13). Cette
amplitude est au delà de la norme et est très probablement due aux câbles des électrodes et câbles
USB utilisés pour relier chaque élément entre eux. Cependant, les résultats obtenus restent très
faibles et ne devraient avoir aucune conséquence sur la matériel et sur les signaux recueillis.

12 Cage de Faraday absorbant l'ensemble des ondes électromagnétiques. Elle permet d'éviter la réverbération sur les
parois et, ainsi, de mesurer le champ électromagnétique réellement émis par un appareil.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 68/169
Partie 5 :

Diversités, variabilités et dynamiques évolutives

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 69/169
Afin que les propositions soient adaptées aux expérimentations à court, moyen et long
terme, il est nécessaire de réfléchir aux variabilités et aux évolutions possibles au sein des
expérimentations BMI. Nos propositions reposent sur des bases concrètes et connues, que sont les
situations passées et actuelles, mais elles doivent impérativement être réfléchies de manière plus
globale et se tourner vers l'avenir pour répondre aux réels besoins futurs.
Ces derniers ne sont pas connus. Cela requiert donc l'imagination de scénarios ou de cadres
éventuels, relatifs aux protocoles, mais aussi aux sujets ou expérimentateurs sollicités.

Nous nous intéresserons donc notamment aux situations de test futures ainsi qu'aux variabilités des
sujets et des expérimentateurs potentiels, en mettant en évidence différents aspects, non exhaustifs,
susceptibles de faire varier les besoins, en terme d'aménagement de locaux ou en terme de protocole
expérimental.
L'évolution des interfaces cerveau-ordinateur concerne les changements techniques, mais également
les diversités humaines.

I. L'évolution future des BCI

Envisager la situation expérimentale future demande de connaître l'évolution future des


BMI. Il est difficile de prédire leur avenir et les directions qui seront suivies. Ainsi, nous nous
sommes reposés sur les progrès évoqués par Wolpaw (2002), nécessaires pour l'avenir des BMI,
afin d'imaginer des scénarios de demain...

A) L'amélioration du contrôle et des méthodes d'entraînement


L'identification des signaux que l'utilisateur maîtrise le mieux et le développement de
méthodes d'entraînement devraient permettre d'augmenter le contrôle du système. Dans le cadre des
signaux synchrones, une phase d'apprentissage est nécessaire afin de comprendre et intégrer le
fonctionnement du dispositif, mais également de repérer le meilleur signal qui peut être émis.
On peut envisager que le système deviendra de plus en plus adaptable dans les interactions
homme/machine. Ainsi, la phase d'apprentissage sera raccourcie grâce à ces systèmes plus
performants et le choix du signal le plus efficace sera réalisé plus rapidement.
On peut également imaginer que, dans une démarche pluridisciplinaire, les BMI prendront en
compte les progrès de la psychologie de l'éducation et des apprentissages pour rendre cette phase
plus performante.

B) Les performances de traitement


La mise en place de meilleurs algorithmes pour traduire les signaux en commande ainsi que
l'identification et l'élimination des artéfacts concernent autant la phase d'entraînement que la phase
d'utilisation réelle du système BMI.
L'optimisation des algorithmes permettra d'améliorer l'analyse des signaux recueillis, mais aussi de
mieux prendre en charge l'ensemble des perturbations internes ou externes à l'individu : cette
amélioration passe donc par la possibilité de mettre les sujets dans différentes conditions
psychologiques, mentales, physiques et environnementales.
Plus les algorithmes seront perfectionnés, plus les délais de communication pourront être réduits, ce
qui modifiera les conditions d'utilisation des BMI : communication instantanée avec une réelle
possibilité de conversation par exemple.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 70/169
C) La reconnaissance de la nécessité des BMI
Les BMI sont encore mal connus et n'ont pas encore pris leur place dans le domaine des
aides techniques proposées aux personnes handicapées. Actuellement en cours de développement,
ils n'apportent qu'une utilisabilité très limitée ce qui ne favorise pas cette reconnaissance au sein du
grand public.
Une plus grande robustesse et efficacité du dispositif, sa simplification (notamment dans sa mise en
place, mais aussi dans ses branchements et le nombre d'éléments nécessaires), ainsi qu'une réflexion
importante sur les interfaces visuelles proposées devraient permettre aux BMI de mieux s'intégrer
dans le monde du handicap.

D) La reconnaissance de l'interdisciplinarité
Il est nécessaire que les recherches BMI soit réellement menées en tant que problème
interdisciplinaire. On peut imaginer que les futures expérimentations BMI, même si elles restent
dans le cadre du traitement et de la classification des signaux au LAGIS, abordent la situation de
manière plus globale : par exemple, en prenant en compte les aspects ergonomiques de la situation
et leurs effets sur les signaux recueillis, les perturbations extérieures de la vie courante, les
spécificités liées au handicap, l'optimisation des moyens de communication palliative...

E) L'harmonisation de la recherche
L'adoption de procédures d'évaluation précises et objectives visent à harmoniser l'ensemble
de la recherche dans le domaine des BMI. Cela permet également de diriger les études vers une
ligne directrice commune. La mise en place du logiciel BCI2000 en est la meilleure illustration.
En tant que système destiné, à terme, à être utilisé par des personnes dans leur environnement, des
procédures d'évaluation se développeront nécessairement en terme d'ergonomie (fonctionnalité,
utilisabilité, confort...). Il est donc important de prévoir une adaptabilité des protocoles et des
situations expérimentales...

F) L'identification d'applications fonctionnelles et la réflexion sur


l'ergonomie du système
Il s'agit d'adapter les systèmes BMI aux besoins réels de l'utilisateur dès leur conception.
Actuellement, de nombreuses applications existent. Mais très peu d'entre elles ont fait l'objet d'une
conception basée sur l'homme. Il s'agit souvent d'outils très techniques, et ne répondant pas toujours
aux besoins qui pourraient être exprimés par les usagers finaux du dispositif. C'est ainsi que de
nombreuses aides techniques ne voient jamais le jour en dehors des laboratoires.
Pour l'avenir des BMI, il sera nécessaire de faire tester les systèmes aux personnes directement
concernées afin d'identifier les applications véritablement utilisables et les faire évoluer pour
obtenir un produit fini en accord avec les besoins de la population concernée. Cela signifie : plus
d'expérimentations, avec des personnes handicapées, mais également plus d'évaluations, de recueils
du ressenti, de critiques...
Les applications futures devraient donc être pensées et évaluées dans l'idée de créer des dispositifs
fonctionnels et accessibles, même s'il est difficile de produire un système adapté pour tous.

L'ergonomie du système peut affecter l'acceptation de l'utilisateur : facilité d'utilisation,


cosmétique, utilité... Un système sera accepté s'il répond aux besoins, mais aussi aux critères

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 71/169
personnels de mode, de design, d'esthétisme... Chaque aide technique demande une acceptation
psychologique de la part de la personne handicapée (Khomiakoff 2009)
Le produit final devra alors être pensé, comme toute interface homme-machine, selon les critères de
Bastien et Scapin (1993) qui sont des critères ergonomiques essentiels établis d’après les documents
de référence en recherche académique : le guidage, la charge de travail, le contrôle explicite,
l'adaptabilité, la gestion des erreurs, l'homogénéité et la cohérence, la signifiance des codes et
dénominations, la compatibilité. Les systèmes BMI doivent encore évoluer sur ces différents
aspects. S'agissant d'un domaine pluridisciplinaire, aucun travail sur les BMI ne pourra occulter
cette discipline.

Pour toutes ces raisons, la salle d'expérimentation dédiée aux BCI devra laisser une grande liberté
d'actions.

II. La diversité des sujets

Les sujets (ou « opérateurs ») de la future salle BMI auront tous des variabilités
individuelles qu'il est difficile de préciser à l'heure actuelle.

Nous pouvons néanmoins distinguer quelques particularités qu'il nous semble important d'identifier
pour mieux aborder l'aspect humain des expérimentations :
• le niveau d'autonomie et les caractéristiques individuelles du sujet
• son stress et ses capacités de relaxation
• son niveau d'acceptation du système BMI
• le comportement et la motivation du sujet
• son aptitude à abandonner l'expérimentation

A) Le niveau d'autonomie et les caractéristiques individuelles


Le sujet pourra être valide ou non valide, souvent désigné respectivement comme « sujet
sain » ou « sujet handicapé ».

1. Le sujet « sain »
Malgré un degré d'autonomie que l'on pourrait qualifier de « normal », il existe de fortes
variabilités individuelles au sein même de la population des dits « valides ». Il existe de nombreux
repères et normes correspondant à la personne non handicapée qu'il est important de connaître afin
de s'y adapter.
Avant cela, rappelons qu'un handicap est la conséquence d'un environnement ou d'une ambiance
inadaptée aux capacités de la personne. Ainsi un sujet valide peut lui-même se trouver dans une
« situation handicapante » selon ses capacités réelles et l'environnement dans lequel il se situe.
Voici quelques exemples, relativement basiques, qui permettent d'expliciter la notion de « situation
handicapante » pour le sujet sain dans le cadre de l'expérimentation :
• Une personne timide peut avoir des difficultés à se concentrer et à mémoriser les consignes
si elle se sent observée constamment
• Une personne non entraînée aux tâches cognitives peut être embarrassée pour se représenter

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 72/169
mentalement des mouvements ou mémoriser l'ensemble des consignes. Sa gestion mentale
(auditive, visuelle...) aura également des conséquences sur cette capacité.
• Une personne avec une morphologie atypique peut avoir une tension excessive à cause d'un
mobilier inapproprié, engendrant des douleurs musculaires. Parfois même, la seule crainte
de l'apparition d'une douleur peut perturber la personne.
Ces quelques exemples ont pour but d'insister sur le fait que, malgré l'autonomie importante des
personnes saines, elles ne sont pas à l'abri d'une difficulté lors de l'expérimentation BMI.
Aussi, afin d'adapter l'environnement au mieux, selon les besoins de chacun, nous rappelons ici
quelques normes et caractéristiques générales concernant l'individu sain et les critères qui s'y
rapportent en terme de confort et d'efficacité.

a) Modèles anthropométriques de la population masculine et féminine (norme


NF X35-002)
Les modèles anthropométriques utilisés comme référence pour la conception d'un poste de
travail correspondent aux mensurations d'un adulte, « non pathologique », français. Il s'agit de la
silhouette de l'homme (ou de la femme) moyen. Ces modèles ne correspondent à aucun individu
réel car personne ne peut être strictement moyen pour chacune des mensurations13.
Le document 5-1 donne quelques repères chez l'homme et la femme. Ces mesures mettent en
évidence la nécessité de mettre en place des systèmes adaptables au niveau de l'assise et de la table
afin de permettre à chacun d'être positionné de la manière la plus correcte possible.

Ta ille Dista nce cre ux poplité / sol


Ha ute ur cuisse / sol
Suje t (m m ) (m m ) (m m )
Fe m m e pe tite 1510 (+ 30) 420 460
Hom m e pe tit / fe m m e m oye nne
1590 (+ 30) 440 490
Hom m e m oye n / fe m m e gra nde1700 (+ 30) 480 530

Document 5-1 : Quelques repères issu des modèles anthropométriques français (AFNOR, Norme
NF X35-002)
Les modèles correspondent à un adulte non pathologique, français, chaussé et non vêtus.
Il est nécessaire d'ajouter 3 cm si le sujet porte des talons.

On considère que l'œil d'un individu assis est situé à 1,20 m de hauteur par rapport au sol.

Les zones d'atteintes (ou de préhension) sont définies selon leur degré de difficulté et de
nocivité (document 5-2). Les moins néfastes sont à privilégier lors des manipulations courantes ou
pour un positionnement dans la durée. Plus les zones sont contraignantes, plus leur durée et leur
répétition doivent être réduites.

13 Banque internationale de Données Ergonomiques : Système de bases de données en Anthropométrie et Ergonomie


(ERGODATA), http://www.ergodata-laa.com/FR/accueil.htm

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 73/169
Document 5-2 : Les zones d'atteintes

Zone sans risque : en regard des épines iliaques antérosupérieures quand le coude est à 90°
Zone d'activité prioritaire : entre les épaules et le haut des cuisses (trochantères)
Zones limites : entre le dessus du crâne et les épaules et entre les trochantères et les genoux
Zone à éviter : haut dessus de la tête et en dessous des genoux

Les zones d'atteintes sont définies selon leur niveau de nocivité. Elles permettent d'optimiser l'agencement de l'espace
en fonction du type de tache à réaliser et de sa fréquence.

b)Encombrement , dimension des espaces de travail en bureau (norme NF


X35-102)
L'encombrement du mobilier utilisé par une personne saine ayant une activité de bureau, est
évalué à 2 m² environ. Afin d'évaluer la surface utile d'un espace de travail, il convient de
considérer l'ensemble des déplacements, des croisements de personnes et des communications
effectués lors du travail réel.

c) Champ de vision (norme NF X35-101)


Dans le plan sagittal, comme dans le plan horizontal, le champ de vision de référence
distingue 2 zones : « bonne » et « acceptable ». Ces différentes zones indiquent le balayage du
regard ainsi que l'inclinaison possible d'un support de présentation (document 5-3).

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 74/169
Schéma 1 : Plan sagittal

Schéma 2 : Plan horizontal

Document 5-3 : Le champ de vision du sujet sain d'après la norme NF X35-101

Schéma 1
Dans le plan sagittal, la « bonne » zone est située dans un angle de 30° par rapport à l'axe du regard, si le support est
incliné de 0 à 30° au maximum en direction des yeux. 25° au dessus et en dessous de cette première zone balaient les
2 zones acceptables, le dispositif visualisé pouvant être incliné de 0 à 25° en direction des yeux.
Schéma 2
Le plan horizontal se décompose également en 2 zones. Les 50° du centre (25° de chaque côté de la ligne centrale du
regard) sont dans la « bonne » zone. 25° à droite et à gauche de cette zone constitue des zones acceptables. Le
support peut alors être incliné jusque 50° en direction du regard.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 75/169
d) Ergonomie visuelle et repères d'éclairage (norme NF X35-103)
L'homme sain (tout comme l'homme handicapé) peut être sujet à une fatigue visuelle, due à
une hypersollicitation des muscles des yeux à cause des réflexes d'accommodation, des variations
du diamètre pupillaire et des mouvements des globes oculaires (Godnig 1991). Il est utile de
souligner que les performances visuelles peuvent s'altérer plus rapidement avec l'âge ainsi que dans
des conditions particulières, nocives et prolongées. Certaines normes ont donc été définies
concernant l'éclairage moyen d'une pièce et l'orientation par rapport aux points lumineux naturels et
artificiels.

e) Ambiances de travail (norme NF ISO7730)


Cette norme définit des températures, taux d'humidité et niveaux sonores ambiants apportant
le meilleur confort possible pour les personnes saines. Il est utile de prendre en considération les
spécificités humaines ainsi que l'environnement (météorologie...).
La tenue vestimentaire du sujet est à prendre en compte lors des expérimentations car il s'agit d'un
élément important permettant la régulation thermique du sujet. Selon le degré d'isolation
vestimentaire, le sujet est susceptible d'avoir trop chaud, ou trop froid. On considère qu'il existe un
confort thermique lorsqu'il est en situation neutre (document 5-4)

Isolation thermique Température d'équilibre


Type de vêtement
(en clo) Activité °C
Tenue d'été : short et torse nu 0,4 Repos + 27°C
Équipement polaire léger 3 Marche lente - 25°C
Équipement polaire lourd 4 Repos - 6°C
Duvet polaire 8 Sommeil -28°C

Document 5-4 : Exemples d'isolation vestimentaire (http://fr.wikipedia.org)

L'unité de mesure de l'isolation thermique d'un vêtement est le clo (de cloths en anglais).
1 clo = 0,155 K.m²/W (K : Kelvin, m² : mètre carré, W : watt)
Selon le degré d'isolation et l'activité réalisée, il existe une température d'équilibre qui est fonction de la chaleur
produite par le métabolisme de la personne (environ 60 W/m² au repos, 120 W/m² pour une marche lente, 180 W/m²
pour une marche rapide).

Concernant l'ambiance sonore, le document 4-10 présenté dans la partie précédente donne
des repères sur l'aspect nocif des différents niveaux de bruit.

2. Le sujet «handicapé»
Définir un profil type du sujet « handicapé » est impossible étant donné la diversité des
atteintes possibles et leurs conséquences (« situations handicapantes »), dépendantes de l'individu et
de son environnement.
Outre les variabilités individuelles et la disparité des contraintes environnementales que l'on vient
d'évoquer et qui constituent des facteurs handicapants, les déficits sont très divers : handicaps
auditifs, visuels, moteurs, cognitifs, mais également handicaps psychiatriques ou mentaux...

Le LAGIS cible une certaine population de personnes handicapées, considérant qu'il ne


possède pas les compétences adéquates pour accueillir des individus nécessitant des adaptations
trop spécifiques. Sans constituer un modèle type, nous pouvons cependant imaginer des
caractéristiques possibles de futurs sujets handicapés qui se rendraient dans la salle expérimentale :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 76/169
• handicap moteur, léger ou plus lourd, engendrant des troubles de la déambulation (fauteuil
roulant manuel ou électrique) et / ou des troubles de la manipulation
• des troubles de la communication pourront être présents : si c'est le cas, une aide à la
communication ou une personne accompagnatrice sera disponible afin de constituer une aide
lors des interactions, et pour s'assurer de la compréhension du sujet.
• aucune personne avec des risques vitaux ne sera incluse.
• ces personnes ne présenteront aucun handicap cognitif ou sensoriel majeur.

Un aspect important doit être également évoqué pour les expérimentations BMI. Certaines
personnes handicapées sont très facilement mobilisables : articulations souples, poids des membres
réduits à cause de l'atrophie musculaire, peu de sensations douloureuses... D'autres, par contre, ne
seront pas ou peu mobilisables à cause d'articulations enraidies et douloureuses, d'une masse
adipeuse excessive engendrant un poids des membres important, d'une hypersensibilité ou
hyperalgie au toucher... Il sera alors primordial de s'intéresser à ces différents profils avant même le
début de l'expérimentation. En effet, cela rend nécessaire la préparation correcte de la séance.
Parfois, le LAGIS pourrait même être dans l'obligation de refuser un sujet à cause du milieu non
adapté médicalement ou en ce qui concerne les compétences relatives au handicap.

Pour donner tout de même quelques repères, nous présentons ici différentes normes qui ont
été définies dans le cadre des handicaps moteurs notamment.

a) Zones d'atteinte d'une personne en fauteuil roulant

Grosbois (2003) propose un modèle anthropométrique des personnes assises en fauteuil


roulant (document 5-5), se basant sur la norme Afnor X 35-002 présentée précédemment. Il définit
les mensurations du corps, les limites d'atteinte et les zones de préhension. Cependant, il n'est pas
rare de retrouver des affaissements et déformations liés à l'atrophie musculaire ou au manque de
tonus par exemple. De plus, ce modèle considère une personne paraplégique, c'est-à-dire n'ayant
aucune atteinte de la motricité des membres supérieurs.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 77/169
Document 5-5 : Modèle anthropométrique des personnes en fauteuil roulant (Grosbois, 2003)

Ce modèle donne les repères concernant les mensurations du corps, les limites d'atteinte et les zones de préhension
des hommes et des femmes en fauteuil roulant. Il considère les individus n'ayant aucun déficit des membres
supérieurs.

Les zones d'atteinte (document 5-6) dépendent de l'encombrement du fauteuil roulant car l'individu
est gêné, en frontal, par ses jambes repliées. Elles dépendent également de la nature du handicap de
la personne : atteinte des membres supérieurs, inférieurs, déformations des extrémités, etc.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 78/169
Atteinte Geste Aménagement
Verticale haute Limite du toucher
Rangements approximatifs
Oblique + 60° Limite haute de préhension
Poignée de tirage
Oblique + 30° Rangement manipulation
Préhension
Horizontale Table de travail
Commode
Oblique - 30° Tiroir bas
Oblique – 60° Limite basse de préhension Tiroir bas
Verticale basse Limite du toucher

Document 5-6 : Les zones d'atteinte de la personne paraplégique (Grosbois, 2003)

Ce tableau définit les zones d'atteinte d'une personne paraplégique (sans atteinte motrice des membres supérieurs). A
ces zones sont associés des repères de gestes et d'aménagements possibles.

b) Encombrement et aires de déplacement


L'encombrement est une donnée essentielle à prendre en compte lorsque l'on aborde
l'aménagement des lieux pour une personne handicapée. En effet, il est utile de considérer les
dispositifs d'aide aux déplacements qu'elle utilise, et qui requièrent souvent un espace plus
important. D'autre part, l'affaiblissement physique de la plupart de ces personnes nécessite d'adapter
au mieux l'environnement pour éviter les obstacles et, ainsi, le surplus de fatigue.

La circulaire N° 82-81 du 4 Octobre 1982 (urbanisme et logement) relative à l'accessibilité et


l'adaptabilité des logements aux personnes handicapées dans les bâtiments d'habitation définit les
problèmes dimensionnels des semi-ambulants et des handicapés en fauteuil roulant

Annexe 11 : Problèmes dimensionnels des semi-ambulants et des handicapés en fauteuil


roulant - circulaire N° 82-81 du 4 Octobre 1982

• L'encombrement d'une personne avec une canne simple est de 70 cm de large, il est de 90
cm de large pour une personne qui se déplace à l'aide de 2 cannes anglaises.
• L'encombrement standard d'un fauteuil roulant manuel « universel » occupé est de 75 cm de
large et 120 cm de longueur. On considère que les genoux de la personne sont situés entre 60
et 65 cm de hauteur, et ses pieds à 22 cm de hauteur. Un fois plié, le fauteuil a un
encombrement de 30 cm x 80 cm : il est important de prévoir un espace de stockage
éventuel si le sujet préfère se positionner sur le fauteuil d'expérimentation pendant la séance.
• L'encombrement d'un fauteuil roulant électrique à commande électronique, occupé, est
d'environ 110 – 120 cm de long et 55-65 cm de large.

L'ensemble de ces mesures reste des points de repères, qui peuvent évidemment varier selon la
morphologie de la personne, mais également selon les autres aides techniques ou matériels
embarqués (ventilation assistée, corset, etc).
Cette même circulaire donne les normes à respecter pour les déplacements en fauteuil roulant
manuel.

c) Champ de vision
Le champ de vision d'une personne paraplégique, en fauteuil roulant, est identique à
l'homme sain dans le plan horizontal.
Par contre, sur le plan sagittal, il est évidemment plus bas : la ligne des yeux est au minimum à 121
cm et peut aller jusqu'à 133 cm. La circulaire N° 82-81 propose ces repères : la ligne des yeux est
située à 125 cm de hauteur. La zone visuelle est de 30° au dessus de cette ligne et de 40° en dessous.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 79/169
Les individus qui perdent le tonus ou le contrôle moteur du tronc et de la nuque (avec
immobilisation par un appui-tête), qui ont un enraidissement et une attitude visieuse d'une partie du
corps, ou qui ont perdu la mobilité oculaire ont leur champ de vision très réduit, parfois même
limité à la simple ligne des yeux qui n'est d'ailleurs par toujours orientée à l'horizontal. Ces
situations sont celles que nous risquons de rencontrer lors des expérimentations BMI. Ainsi, chaque
stimulus visuel ou chaque matériel constituant un feedback visuel doit pouvoir être ajustable en
hauteur et dans toutes les directions pour répondre aux besoins de chacun.

d) Ergonomie visuelle et repères d'éclairage


La fatigue visuelle est également le lot des personnes handicapées qui sont même parfois
plus sensibles que les sujets sains. En effet, il peut exister une asthénie généralisée, des troubles du
contrôle occulomoteur très coûteux en énergie, des assèchements des muqueuses ou, à l'inverse, une
augmentation excessive de l'humidification des yeux... Face au stress visuel classique d'un écran
d'ordinateur, ces facteurs peuvent devenir des contraintes non négligeables qui limiteront l'activité
des sujets sur écran de visualisation.
Les effets du stress visuel face à un écran d'ordinateur, évoqués par Godnig (1991), sont
susceptibles d'apparaître d'autant plus rapidement chez ces sujets « fragiles ». Il évoque les
symptômes directs et indirects du stress visuel : les symptômes directs sont une fatigue des yeux,
des maux de tête, une difficulté de fixation, une diplopie dans la vision de près, des modifications
dans la perception des couleurs. Indirectement, cela peut affecter la concentration, la
compréhension, entraîner des troubles ou douleurs musculosquelettiques, une fatigue physique et
une diminution des performances de travail. Ces troubles liés à la posture sont dûs au fait que le
corps compense la fatigue visuelle par des mouvements, notamment de la tête. Les douleurs sont
alors surtout localisées au niveau de la nuque, de la tête, des épaules, mains, poignets et dos.
Les éclairages préconisés sont identiques aux personnes saines si la personne n'a pas
d'atteinte visuelle. Il convient cependant d'adapter l'intensité en fonction du confort exprimé par
chacun.

e) Ambiances de travail
Il est délicat de définir avec précision les ambiances de travail idéales pour les personnes
handicapées motrices. Nous pouvons simplement dire que la norme NF ISO7730 s'applique ici. Les
variantes dépendront ensuite des pathologies.

Température
En ce qui concerne l'ambiance thermique, le froid associé à l'immobilité peut faire apparaître
des sensations désagréables à cause du phénomène de Reynaud, trouble de la circulation sanguine
des extrémités, qui apparaît parfois secondairement à une pathologie neurologique ou rhumatismale
notamment. Dans le cadre de pathologies telles que la myopathie, les conditions thermiques ont
tendance à influer sur les performances physiques et ont des conséquences sur la sensation de bien-
être : c'est, par exemple, la raison pour laquelle ces personnes mettent en place des chauffe-mains
autour du joystick de leur fauteuil. D'autres personnes handicapées auront peu de sensations et ne
seront en rien gênées par cet aspect.

Humidité
L'humidité de la pièce et des plans de travail est définie par le confort du sujet et les
contraintes du matériel employé : dispositif BMI mais aussi dispositif du sujet. Dans le cadre d'un
handicap moteur, il est important de prendre en compte les risques d'humidification excessive du
matériel à cause d'un bavage (hypotonie bucco-maxilo-faciale) ou de désordres de la transpiration,

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 80/169
sur le crâne notamment. A l'inverse, certains individus ont une sécheresse excessive de la peau, avec
une tendance à la desquamation à l'origine de croûtes ou de plaies... Ces conditions peuvent
empêcher le bon fonctionnement du test.

Bruit
L'ambiance sonore peut poser quelques problèmes. En effet, il ne faut pas négliger le bruit
d'éventuels dispositifs de suppléance présents sur un fauteuil roulant électrique par exemple
(pompe, ventilation...).
Notons ici que la compréhension d'une parole ne passe pas uniquement par le verbal. En effet, le
récepteur d'un message écoute mais est également très attentif au mouvement des lèvres, aux
mimiques ou à tout autre signe de communication non verbale qui sont autant d'indices qui
permettent de mieux comprendre le sens et les intentions de l'expérimentateur. L'ensemble de ces
éléments visuels est parfois plus difficile à percevoir pour une personne qui ne peut se déplacer
facilement et/ou qui aurait un champ de vision réduit. Si la communication non verbale est hors de
portée, il sera ainsi nécessaire de hausser la voix, parallèlement à la diminution des bruits de fond.
La vigilance sur ce point est d'autant plus importante que le sujet handicapé ne sera pas toujours en
mesure de reformuler ce qu'il a compris.

Lumière
L'ambiance lumineuse pour les personnes handicapées a déjà été évoquée plus haut
(ergonomie visuelle). La focalisation de la lumière sur la tâche à effectuer facilite souvent la
concentration sur celle-ci.

Au final, en ce qui concerne les personnes handicapées, un aspect apparaît comme


fondamental : tout doit être adaptable... Le LAGIS ne possédant pas les compétences spécifiques
dans le domaine du handicap, il ne sera donc amené qu'à adapter certaines parties des protocoles ou
certains éléments du matériel ou des aménagements. Néanmoins, connaître l'ensemble des
spécificités possibles va permettre d'identifier les points de vigilance, et également de fixer des
limites quant aux personnes handicapées qui seront effectivement incluses dans les
expérimentations de cette salle dédiée.

N'oublions pas que des personnes ayant une autonomie réduite peuvent être accompagnées
par une tierce personne. Celle-ci peut simplement être présente pour rassurer le sujet handicapé, ou
bien suppléer certaines fonctions : communication, déplacement, etc. Cet accompagnement ne peut
être évité. Il peut être d'une grande aide, mais aussi parfois gênant. Il faudra donc prévoir sa
présence, son encombrement, ses déplacements éventuels... Notons d'ailleurs qu'il est tout à fait
possible que la personne accompagnatrice soit elle-même handicapée.

B) Le stress
La question du stress nous semble importante à évoquer, notamment dans le cadre
d'expérimentations qui requièrent un maximum de relaxation. En effet, les effets du stress sont
susceptibles de venir perturber le bon déroulement de la séance si l'expérimentateur n'est pas attentif
à cet aspect.

Le stress peut avoir des effets bénéfiques et stimulants, surtout s'il dure peu. Il devient néfaste
lorsqu'il se prolonge ou lorsqu'il est très important. Ce stress apparaît généralement lorsque
l'individu est obligé de surpasser ses capacités physiques, mentales ou psychologiques. Dans le
cadre des BMI, le sujet se trouve face à un système totalement nouveau et son niveau de stress va

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 81/169
dépendre de la vison qu'il en a et de la manière d'aborder l'expérimentation.

Les symptômes du stress peuvent être physiques : hypertension, problèmes cardiaques, insomnies,
sensations de fatigue permanente, migraines, éruptions cutanées, troubles digestifs, ulcères, manque
d'appétit, boulimie, crampes, sensations de nausées; difficultés à respirer, sécheresse de la bouche...
Ils peuvent apparaître immédiatement ou à distance de l'événement stressant, de manière plus ou
moins chronique.

Il existe également des symptômes émotionnels : irritabilité, angoisse aigüe, dépression, absence
de libido, perte du sens de l'humour, incapacité à se concentrer sur une tâche simple,
hyperémotivité, agressivité, désintérêt, difficultés de concentration, de mémorisation et de prise de
décision, tristesse, culpabilité, fatigue, apathie, sentiment d'impuissance et d'échec, perte de
confiance en soi, auto dépréciation. Ces symptômes sont surtout présents lorsque le stress est
continu ou chronique.
Le niveau de stress est mesurable par le rythme cardiaque qui s'accélère et la tension musculaire qui
augmente. Cependant, les modifications du comportement sont généralement le meilleur indice
pour identifier le stress.

Selon Léger (2002), les personnes ayant une limitation physique sont plus sujettes à développer des
troubles anxieux : 11, 9 % contre 6% chez un individu «valide ». Plus que le type d'atteinte, c'est
surtout le degré d'acceptation qui définirait le niveau d'anxiété, engendrant ainsi une plus faible
tolérance à l'incertitude.

Dans le cadre des expérimentations BMI, la concentration et la relaxation sont des conditions
essentielles à obtenir du sujet. Le stress doit donc être diminué au maximum, pour ne pas perturber
le recueil des signaux et/ou le respect des consignes.

C) L'acceptation de l'aide technologique palliative


Nous venons d'évoquer l'acceptation de la limitation physique comme facteur d'anxiété.
L'acceptation du système BMI est également susceptible d'influer sur les expérimentations car elle
déterminera la motivation ou non du sujet, et l'intérêt qu'il va lui porter.

Khomiakoff (2009) s'intéresse à l'acceptation des aides techniques robotisées par la personne en
situation de handicap moteur. Sa réflexion part de la constatation que, malgré les progrès constants
dans le domaine des aides technologiques, peu d'entre elles sont réellement commercialisées ou
utilisées par les personnes concernées. En effet, ces systèmes homme-machine, qui devraient être
conçus en prenant en compte la dimension technique et la dimension humaine impliquent encore
trop peu les personnes handicapées afin de connaître leurs besoins et leurs attentes. Or,
l'acceptation, et donc l'utilisation effective de ces aides techniques, dépendent de facteurs
personnels, notamment psychologiques qu'il est important de comprendre.

La notion de « processus d'adaptation au handicap » que l'on pourrait également appeler « travail
de deuil » est un élément clé dans cette acceptation du matériel palliatif. En effet, le sujet en
situation de handicap passe par différentes étapes afin de surmonter la perte d'une capacité
physique. Cet aspect psychologique, et subjectif, est une des variables les plus importantes à
prendre en compte lorsque l'on s'adresse à une personne handicapée. Il dépend de ses expériences
passées, de sa personnalité, de ses perceptions... Les différences individuelles permettent à chaque
personne d'évoluer à son propre rythme.
Ce processus d'adaptation peut être décomposé en 3 phases que l'on retrouve de manière récurrente
dans la démarche d'acceptation de ce nouvel état :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 82/169
• Le choc, qui implique généralement des mécanismes de défense psychologique, des
stratégies d'évitement ou de déni. La personne est incapable d'affronter la réalité à ce
moment précis.
• La désorganisation, pendant laquelle la personne prend progressivement conscience des
changements. C'est une étape de grande souffrance physique et psychique. Les sentiments
d'impuissance et de frustration sont omniprésents et il existe une grande déstabilisation
psychologique, notamment en ce qui concerne l'image de soi.
• La réorganisation est la phase d'acceptation de la perte. La personne se redéfinit à partir des
nouveaux paramètres : elle se détache doucement de son état ultérieur pour se tourner vers
l'avenir et avancer. C'est dans cette période que, dans une recherche de ré autonomisation, le
sujet est plus à même d'accepter les aides qui lui sont proposées.

Khomiakoff précise que l'acceptation ou le refus d'une telle aide technologique est bien plus
complexe qu'un simple lien de cause à effet. Il est important de situer chaque personne dans son
contexte personnel d'évolution de la maladie et de travail de deuil afin de mieux comprendre les
motivations, les enjeux personnels, les souhaits et les attentes que la personne a du système BMI...
Cela aide également à mieux aborder les déceptions éventuelles.

Être attentif au processus d'adaptation au handicap et à l'acceptation de l'aide technique est


donc important pour mieux aborder les expérimentations, s'adapter au sujet et en comprendre la
réussite ou l'échec. Cette attention toute particulière est aussi primordiale pour faire évoluer les
critères des concepteurs des BMI. Chaque attente, chaque besoin formulé, ainsi que chaque critique
positive ou négative doivent permettre aux chercheurs de se reposer la question de la dimension
humaine de la conception du dispositif.

D) Le comportement du sujet et sa motivation


Le comportement du sujet handicapé lors de la séance d'expérimentation est fortement lié à
son niveau d'acceptation (et au processus d'acceptation du handicap) ainsi qu'à ses attentes, son
vécu préalable et son caractère.

Zak (2008) nous donne quelques repères sur les 4 comportements « types » que l'on retrouve
généralement en rééducation ou en réadaptation. Bien que le contexte soit ici légèrement différent,
la proposition d'une nouvelle aide technique dans le cadre des expérimentations BMI est très proche
d'une situation de réadaptation. Ces descriptions, dont les traits sont forcés, sont ainsi d'excellents
repères pour mieux aborder les attitudes que les sujets pourraient avoir dans la réalité :

• Le sujet de « type A »
Il est hyperactif et très tendu. Soucieux de se donner constamment les moyens de réussir, il est prêt
à tout pour arriver au but fixé. Cependant, la tension et la pression qu'il se met lui-même sont telles
qu'il a beaucoup de mal à se détendre.

• Le sujet de « type B »
Il se laisse prendre en charge, est docile et apprécie le maternage. Il effectuera les ordres donnés,
sans ardeur, en mobilisant le juste minimum pour y arriver. Il n'est pas réceptif aux explications
scientifiques et ne cherche pas à connaître le fonctionnement.

• Le sujet de « type C »
Communément appelé le « cerveau », c'est souvent un intellectuel qui a besoin de comprendre son
état et l'ensemble des éléments qu'on lui propose. Chaque nouveauté doit être comprise avant d'être

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 83/169
acceptée. Cela engendre un manque de confiance et une inquiétude excessive en cas de changement
ou d'incompréhension. Pour lui, le silence provoque une tension.

• Le sujet de « type D »
Il est le patient « multi-soin ». C'est un habitué des tous les grands spécialistes. Son handicap, c'est
sa vie. Il connait tout sur sa maladie, sur le vocabulaire précis à utiliser, sur les dispositifs qui lui
sont proposés. Il ne manque pas de donner l'ensemble des explications et a tendance à parler de
manière ininterrompue.

Ces descriptions sont évidemment caricaturales et il est rare de retrouver ces tableaux précis. Mais
avoir conscience de chacun de ces portraits permet de mieux appréhender le sujet afin d'avoir une
attitude adaptée aux besoins de chacun, dès le début de la séance.
Elles permettent également, ici, d'insister sur l'aspect humain d'une expérimentation de l'interface
homme-machine. Même si le protocole est prédéfini, une stratégie comportementale est à mettre en
place pour que l'expérimentation soit réellement efficace.

Des comportements du même ordre peuvent, bien sûr, être présents chez les sujets « valides ». Ils
dépendront des motivations, du caractère et du vécu de chacun.

Pour comprendre la motivation d'un sujet, quel qu'il soit, il peut être utile de rappeler ici la
théorie de la motivation selon Abraham Maslow (A Theory of Human Motivation, 1943), appelée la
pyramide de Maslow. Il s'agit d'un modèle hiérarchique basé sur le principe que la recherche de la
satisfaction des besoins pousse l'homme à agir (document 5-7)

Accomplissement
Offensif

Estime

Reconnaissance sociale
Motivation
Défensif

Sécurité

Besoins physiologiques

Document 5-7 : La pyramide de Maslow

Abraham Maslow propose une théorie de la motivation hiérarchique. Les comportements des individus sont guidés par
la satisfaction de ses besoins : besoins physiologiques, sécurité, reconnaissance sociale, estime de soi et
accomplissement. La barrière de la motivation est atteinte lorsqu'il existe un sentiment de sécurité physique et
psychologique.

• Les besoins physiologiques sont les plus élémentaires : boire, manger, dormir. Il s'agit de
pouvoir maintenir l'équilibre biologique du corps humain.
• La sécurité est le sentiment éprouvé lorsque l'on est assuré du lendemain, autant au niveau
physique qu'au niveau psychologique : gagner sa vie, avoir un logement, avoir une sécurité
affective, se sentir en confiance dans une situation...
• La reconnaissance et l'appartenance sociale sont le besoin de sentir que l'on fait partie

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 84/169
intégrante d'un groupe. La recherche de communication et d'expression est importante. Elle
permet également de définir son identité propre.
• Le besoin d'estime est la nécessité d'être respecté des autres, mais aussi de se respecter soi-
même et de respecter les autres.
• Le besoin d'accomplissement est celui qui pousse à atteindre les objectifs que l'on s'est
fixés, à s'impliquer dans des tâches et à avoir des activités désintéressées dans le seul but de
participer, modestement, à l'amélioration du monde.

On considère que la barrière de la motivation se situe à la frontière entre la sécurité et la notion


d'appartenance à un groupe. Ainsi, si les besoins primaires et la sécurité ne sont pas satisfaits, la
personne a tendance à se positionner dans une démarche défensive, qui va à l'encontre de la
motivation. Si ces 2 paliers sont atteints, elle passera à un comportement plus offensif, motivé, et
qui augmentera à chaque passage de couche. Selon la situation de chacun (vécu, personnalité...), les
marches sont plus ou moins faciles à gravir. Une perturbation dans la satisfaction de l'un des besoins
peut très rapidement faire redescendre la personne dans une situation défensive. Ce modèle,
présenté par couche, peut parfois être beaucoup plus complexe dans la réalité.

Dans le cas des expérimentations, l'utilisation de la pyramide de Maslow permet de mettre en


évidence le besoin de mise en confiance et de sécurité de la personne. Cet enjeu est important si l'on
désire que la motivation soit présente : le moindre sentiment d'insécurité peut perturber la
coopération du sujet (surtout de celle dite « fragile »). D'autre part, ce modèle rappelle la nécessité
d'avoir satisfait ses besoins physiologiques de base avant l'expérimentation. Il insiste également sur
l'importance de mettre en valeur la personne avant, pendant et/ou après la séance.

III. Les expérimentateurs

Les expérimentateurs, qui seront nécessairement des membres du LAGIS, sont également
susceptibles de présenter des caractéristiques différentes. Nous avons mis en valeur 4 points qui
nous paraissaient importants à aborder ici : leur maîtrise des systèmes BMI et les capacités
d'adaptation, leur attitude face à une personne handicapée, leurs capacités physiques.

A) La maîtrise des systèmes BMI et les capacités d'adaptation


Selon ses expériences préalables dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur,
l'expérimentateur aura une plus ou moins grande maîtrise du dispositif à installer et du protocole.
De cette donnée peut dépendre la qualité de la séance.

Un expérimentateur qui maîtrise le système à mettre en place va réaliser cette étape de manière
presque automatique, sans charge mentale excessive. Il sera alors plus apte à gérer la dimension
humaine de l'expérimentation (discuter, rassurer...) et à rester vigilant aux erreurs ou autres variables
qui pourront apparaître. Devant un tel contrôle de la situation, le sujet aura un meilleur sentiment de
sécurité.
Un expérimentateur tâtonnant, et peu sûr de lui, ne mettra pas le sujet en confiance, ce qui risque
d'influer sur sa motivation (Pyramide de Maslow). D'autre part, la charge mentale que demandera
l'installation du matériel ne lui permettra pas d'être attentif à l'ensemble des données importantes du
test. Même si des dispositifs de surveillance sont mis en place, cela n'enlève pas la nécessité de
communiquer et de s'intéresser à ce qui se passe chez le sujet.

Pour résumer, on peut ainsi considérer que la maîtrise du matériel et du protocole permet :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 85/169
• d'être plus sûr de soi et donc généralement de diminuer son propre stress
• de rassurer le sujet et de lui inspirer confiance, engendrant ainsi un comportement offensif
• d'être en mesure de réaliser d'autres tâches, surtout humaines, de manière simultanée
(observation, communication...)
• d'être en mesure d'adapter le protocole en fonction des difficultés de la personne, par la
connaissance des marges de liberté de la manipulation

La maîtrise d'un dispositif s'acquiert essentiellement par l'entraînement et l'expérience.

B) Le regard et l'attitude face à la personne handicapée

« Le comportement est un miroir dans lequel chacun montre son image » (Goethe, 1988)

Détourner le regard, utiliser des termes maladroits, sur-assister la personne handicapée... Il


s'agit là de réactions auxquelles les personnes handicapées sont malheureusement confrontées
régulièrement. Or ce sont des comportements que les personnes non handicapées ont du mal à
changer, même lorsqu'ils en ont conscience.

Dans un domaine d'expérimentation qui touche l'être humain et qui nécessite une bonne
compréhension des consignes, une relaxation et concentration importantes et parfois beaucoup de
patience, la relation humaine peut devenir un facteur de réussite ou d'échec. En effet, la coopération
de la personne, notamment de la personne « fragilisée », n'est pas totalement indépendante de
l'environnement humain et social.
D'après Bertrand et al. (2001), les incapacités physiques affectent les relations
interpersonnelles. Pour que l'expérimentateur soit à l'aise dans cette relation, et qu'il facilite ainsi
l'expérimentation, il paraît important d'appréhender les principales raisons des attitudes que l'on
rencontre face aux personnes handicapées. Décrire les déterminants de ces comportements peut
permettre à chacun de comprendre le travail à faire sur soi afin d'évoluer dans la relation.

Esses et al. (1993) s'intéressent aux déterminants des attitudes envers les personnes handicapées. Ils
proposent un modèle « multicomportemental » dont les 4 composants sont :
• les stéréotypes : il s'agit des caractéristiques spécifiques attribuées, dans l'esprit des gens, à
chaque handicap
• les croyances symboliques : il s'agit d'une sorte de conviction que telle ou telle déficience
va dans le sens ou non des valeurs et des normes
• les émotions : il s'agit d'une donnée personnelle, correspondant à ce que ressent la personne
face au handicap. Elles dépendent d'un vécu, d'une histoire personnelle, d'une éducation, etc
• l'attribution du contrôle : certaines maladies sont considérées comme étant « sous le
contrôle individuel ». Cette pensée est, par exemple, attribuée aux dépressions...
L'attitude de chacun dépend de l'ensemble de ces critères. Elle diffère généralement selon le type de
déficience et est plus défavorable lorsque l'attribution du contrôle est important.
Si l'on désire modifier un comportement préjudiciable, il est ainsi important d'avoir une approche
« hétérogène ».

Daruwalla et Darcy (2004) proposent, eux aussi, un cadre théorique pour comprendre les attitudes
personnelles et sociétales face aux personnes handicapées. Ils observent que le public parle
généralement de manière positive des personnes handicapées, mais que la tendance générale reste le
rejet. D'après eux, la formation des attitudes peut être expliquée par 4 théories :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 86/169
• La théorie du comportement : le comportement des personnes est considéré comme une
réponse à des stimuli environnementaux (incitations, obtention de primes, amendes...).
• La théorie de la cohérence : elle se rapporte à la nécessité pour les personnes de conserver
des relations interpersonnelles cohérentes en rapport avec leurs croyances, leurs sentiments,
leurs actions. La notion de « dissonance cognitive » correspond à l'inconfort psychologique
qui pousse les personnes non handicapées à éviter les situations ou à réduire les interactions
pour diminuer ce malaise. Ce sentiment désagréable est largement influencé par l'esprit des
sociétés dans lesquelles nous vivons. Il peut être diminué par de plus grandes connaissances
dans le domaine du handicap, afin de modifier les prises de positions actuelles.
• La théorie de l'intégration d'informations : elle part du principe que les attitudes
dépendent de la connaissance du sujet et de ses croyances face au handicap. Il est alors
possible d'induire un changement en informant les sujets.
• La théorie fonctionnaliste regroupe 4 fonctions distinctes. La « fonction de connaissance »
permet à la personne d'avoir un cadre de référence pour mieux comprendre le monde et les
événements. La « fonction d'ajustement social » qui permet de s'identifier ou obtenir
l'approuvement d'un groupe de référence. La « fonction de la valeur expressive » permet à la
personne d'exprimer son avis, ses propres valeurs : elle s'affirme et, en même temps,
s'assimile aux valeurs et attitudes des groupes. La « fonction ego défensive » pousse à
externaliser ses problèmes personnels non réglés.

Finalement, les attitudes, qu'elles soient positives ou négatives, sont souvent le résultat de
stéréotypes et ont souvent peu de rapport avec l'importance du handicap. De plus, ces visions sont
souvent généralisées à toutes les personnes handicapées. Or, ce sont ces généralités qui mènent à
une déshumanisation et des comportement inappropriés.

Les 2 modèles décrits ici mettent en évidence la complexité de la formation des


comportements. Mais cela n'empêche pas les changements des attitudes négatives. D'après
Daruwalla, les changements personnels sont surtout efficaces et pérennes lorsqu'il existe un
contact régulier avec des personnes en situation de handicap : un simple complément d'informations
ne suffit pas. « Promouvoir le contact est le meilleur des renforcements des attitudes positives »

Avoir un regard positif sur la personne handicapée est primordiale pour l'expérimentateur. Cela peut
prendre du temps et évoluer avec les expériences vécues au contact des sujets. Le but est de reléguer
progressivement l'image du handicap au second plan pour laisser la priorité à l'image de la personne
elle-même.
Toute relation est unique et adaptée.

C) Les capacités physiques de l'expérimentateur


En Janvier 2007, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche a recensé 210
personnes handicapées enseignant dans les établissements de l'enseignement supérieur, soit 0,3%
des effectifs globaux. Parmi eux, 63,3% sont des enseignants-chercheurs, dont la moitié dans des
domaines scientifiques14.

Le laboratoire LAGIS pourrait ainsi être amené à accueillir un chercheur ou doctorant handicapé
dans ses locaux. La prise en compte de cette possibilité doit faire partie intégrante de la conception
de la future salle dédiée au BCI.

14 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 87/169
La définition de l'ensemble des variabilités individuelles, autant sur le plan physique qu'en
ce qui concerne les connaissances, les compétences, le comportement et l'aspect psychologique, est
essentielle pour définir l'ensemble des impératifs de la future salle BMI.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 88/169
Partie 6 :

Formulation des objectifs de la future salle BMI

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 89/169
Les objectifs de l'aménagement de la future salle BMI ainsi que les recommandations
relatives au protocole reposent sur un besoin exprimé par le LAGIS, qui est celui d'améliorer
l'interface homme-machine dans le contexte des BMI.

Ayant les compétences techniques sur l'ensemble du dispositif matériel, ils se sont rendus compte de
la nécessité de réfléchir à l'aspect humain, ainsi qu'aux interactions existantes au sein des interfaces
cerveau-ordinateur. Considérer le sujet (« l'homme ») comme partie intégrante du système BMI,
sans lequel il ne peut fonctionner, est donc à la base de cette demande d'intervention. Il peut s'agir
d'une évidence dans le cadre des interfaces cerveau-ordinateur. Pourtant, on s'aperçoit d'une
focalisation bien plus importante sur le versant « machine » que sur le versant humain. Il s'agit ainsi
d'une démarche encore peu abordée dans ce contexte spécifique. Nous avons pu constater, dans
notre analyse, qu'il s'agit d'un sujet complexe, demandant le croisement de données relatives aux
BMI, à l'ergonomie et à l'accessibilité. Quelques aspects essentiels de la psychologie humaine ne
peuvent, par ailleurs, être oubliés...

Notre démarche d'analyse a mis en évidence les réels besoins de la salle BMI afin de créer
un environnement d'expérimentation en accord avec la situation actuelle et future.

Outre la nécessité de recueillir des signaux corrects et d'assurer le confort des sujets, notre
recherche a pointé un autre aspect très important pour l'utilisation future de la salle : la possibilité de
contrôler l'environnement. Cette notion intègre l'ambiance, mais également le mobilier ou
l'agencement. Cette question de l'environnement a déjà une place importante dans le domaine des
BMI : c'est pour cette raison que les lieux choisis sont soit totalement hermétiques aux perturbateurs
environnementaux, soit totalement ouverts. Mais force est de constater que, dans chacune de ces
situations, le contrôle de l'environnement est presque impossible : soit l'environnement est
totalement figé, soit il est trop aléatoire.
A l'avenir, optimiser les capacités du système BMI (traitement et classification des signaux, choix
du matériel, etc) face aux différents perturbateurs paraît essentiel, notamment en terme d'utilisabilité
de l'interface homme-machine. C'est pourquoi, créer un espace qui permette de contrôler n'importe
lequel des éléments de l'environnement permettrait de mieux identifier des perturbations et, ainsi, de
les intégrer au système.
L'ergonomie d'une interface homme-machine consiste en l'adaptation de la technique à l'individu et
non l'inverse. Il est donc inconcevable, par exemple, de développer les futurs systèmes BMI dans un
environnement « calme et tamisé », puis d'imposer aux utilisateurs de recréer ces conditions chez
eux. Pour une utilisation du produit fini, peu de contraintes devront s'imposer à la personne, ou
même à son environnement humain et matériel.

Suite à notre analyse préalable, nous avons donc été en mesure de formuler les buts
généraux, puis les objectifs spécifiques permettant d'y répondre.

Buts :
Assurer une prise de mesure correcte
Assurer le confort et le bien-être des sujets
Permettre l'adaptabilité des conditions expérimentales
Devenir une « vitrine » du laboratoire

Mots clés :
Accessibilité, Confort, Neutralité, Adaptabilité, Evolutivité, Respect, Sécurité

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 90/169
I. Concernant l'environnement de la salle BMI

Notre analyse a surtout mis en évidence un manque d'accessibilité pour se rendre jusqu'à la
salle d'expérimentation. Cela peut engendrer une perte de temps, une fatigue excessive et
éventuellement un stress supplémentaire.
Les objectifs à atteindre sont décomposés en plusieurs entités distinctes :

A) Aspect légal
• L'environnement de la salle doit respecter l'ensemble des normes et réglementations
relatives aux cheminements extérieurs et aux établissements recevant du public.

B) Environnement général
• Les expérimentateurs, les sujets et les éventuels accompagnateurs doivent pouvoir se rendre
sans encombre et sans fatigue excessive jusqu'à la salle d'expérimentation.
• Les personnes extérieures doivent trouver des repères réguliers et fiables concernant la
direction à suivre. La future salle BMI doit être visible
• Les sujets doivent entrer dans un lieu accueillant, afin de ne pas être sujet à un stress
excessif ou à des réticences quant à l'expérimentation à venir

C) Sécurité
• Les sujets et les accompagnateurs doivent être et se sentir en sécurité

II. Concernant la salle BMI

Notre analyse préalable de la future salle a mis en évidence des ambiances instables, du
matériel inapproprié et quelques difficultés d'agencement de l'espace. L'environnement est peu
convivial et non adapté aux tâches à réaliser. L'ensemble des objectifs suivants s'appliquent de
manière différente : soit uniquement pour l'espace « expérimentateur », soit uniquement pour
l'espace « expérimentation », soit pour les 2 lieux (la précision est donnée pour chaque objectif)

A) Aspect légal
• La pièce doit respecter l'ensemble des normes et réglementations relatives aux
établissements recevant du public (expérimentateur + expérimentation)

B) Environnement général
• La salle doit pouvoir accueillir convenablement l'ensemble des personnes participantes ainsi
que les accompagnateurs éventuels : accessibilité, hospitalité (expérimentateur +
expérimentation)
• La décoration et l'ambiance du lieu doivent être rassurantes afin de ne pas engendrer de
stress excessif ou de réticence (expérimentateur + expérimentation)
• Le lieu doit permettre un contrôle complet de l'environnement : d'un milieu expérimental
entièrement contrôlé et neutre à une situation proche de la vie courante en passant par le
contrôle de l'ensemble des perturbateurs éventuels (expérimentation)
• Les espaces destinés aux expérimentateurs et au sujet doivent être séparés et bien identifiés.
Chaque partie est adaptée aux besoins de chaque acteur (expérimentateur + expérimentation)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 91/169
• L'aménagement prévu doit permettre des expérimentations sur une population importante et
hétérogène (expérimentateur + expérimentation)
• L'agencement de l'espace et les ambiances doivent être reproductibles à l'identique d'une
séance à une autre (expérimentation)

C) Ambiances de l'espace d'expérimentation


• L'ambiance thermique doit être adaptable : elle doit pouvoir être neutre, mais aussi ajustable
selon les vêtements du sujet, ses préférences personnelles, ainsi que la nature de
l'expérimentation
• L'ambiance lumineuse doit être adaptable : elle doit répondre aux normes relatives aux
espaces de travail, mais aussi être ajustable selon les préférences du sujet et la nature de
l'expérimentation. Les couleurs choisies doivent être agréables et relativement neutres
• Le niveau sonore ambiant doit être faible. L'ambiance sonore doit être maîtrisée afin de
contrôler l'ensemble des perturbateurs internes et externes (notamment les bruits brefs et
aléatoires)
• L'environnement électromagnétique doit être contrôlé afin de limiter les perturbations des
signaux EEG recueillis

D) Agencement de l'espace et choix matériel


• L'agencement de l'espace en terme de mobilier et de matériel, doit être optimisé, sécurisé et
adaptable aux besoins de chaque expérimentation, de chaque expérimentateur et de chaque
sujet (expérimentateur + expérimentation)
• Les déplacements doivent être optimums, directs et sans risque (expérimentateur +
expérimentation)
• Le mobilier doit répondre aux besoins de confort, de bien-être et de prévention (ergonomie)
ainsi qu'aux besoins de recueil de signaux corrects (expérimentateur + expérimentation)
• Le mobilier doit être stable, mais également embarquable en cas de besoin (expérimentateur
+ expérimentation)
• L'espace prévu doit pouvoir accueillir du nouveau matériel en cas de besoin. Le matériel
inutile ou obsolète doit pouvoir être stocké ou jeté (expérimentateur + expérimentation)

E) Interactions
• Les communications (visuelles, auditives, tactiles...) entre les personnes doivent être
opérationnelles et ne pas perturber le déroulement des manipulations. Elles peuvent se faire
de manière directe et/ou indirecte (expérimentateur + expérimentation)
• La communication entre les différents éléments matériels doit être fonctionnelle et ne
perturber ni le confort, ni la sécurité, ni les enregistrements (expérimentateur +
expérimentation)
• L'observation et le contrôle (visuels et physiologiques) des sujets doivent être efficaces,
synchronisés aux enregistrements et ne pas perturber le déroulement des expérimentations
(expérimentateur + expérimentation). Les dispositifs mis en place doivent également assurer
la sécurité des sujets dans la salle BMI
• Les feed-back doivent être fiables, perceptibles et adaptés (visuels, auditifs et/ou tactiles)
(expérimentation)

F) Respect de la personne
• L'intimité de la personne lors de l'expérimentation doit être respectée

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 92/169
• Le sujet doit pouvoir quitter l'expérimentation à tout moment (expérimentateur +
expérimentation)
• Les notions d'hygiène et l'intégrité corporelle doivent être respectées (expérimentateur +
expérimentation)

G) Sécurité
• La sécurité du matériel (appartenant aux expérimentateurs ou aux sujets) doit être assurée
(expérimentateur + expérimentation)
• La sécurité des personnes doit être assurée (expérimentateur + expérimentation)

III. Concernant le protocole et les recommandations d'usage

Il s'agit de recommandations relatives aux observations faites durant l'ensemble de mon


analyse. Cette liste n'est pas exhaustive mais a pour but d'inciter les futurs utilisateurs de la salle
BMI à rester attentif au déroulement des expérimentations

A) Participation du sujet (et de son entourage) et respect de la


personne
• Le sujet et son éventuel accompagnateur doivent être accueillis de manière convenable
• Le sujet doit recevoir des informations relatives à l'expérimentation, adaptées à ses capacités
de compréhension et à ses demandes
• La compréhension du sujet doit toujours être vérifiée
• Le sujet doit donner lui-même son consentement pour la réalisation de l'expérimentation : le
recueil du consentement doit donc être adapté
• Les accompagnateurs doivent être inclus de manière appropriée lors des expérimentations
• Les participants doivent rester anonymes
• Le découpage du protocole en parties distinctes doit permettre au sujet d'abandonner à tout
moment, sans altérer la totalité des résultats recueillis.

B) Comportement
• L'expérimentateur doit s'adapter aux contraintes relatives à chaque pathologie
• L'expérimentateur doit adapter son comportement à chaque sujet et à son entourage
• L'expérimentateur doit contribuer à réduire au maximum le stress du sujet, notamment faire
preuve d'assurance lors de ses manipulations

C) Déroulement général des manipulations


• Le nombre d'observateurs ne doit pas gêner le bon déroulement de la séance et doit être
accepté par le sujet
• La séance d'expérimentation doit tenir compte de la fatigue et des capacités réelles du sujet :
les temps de pause doivent être efficaces
• Le protocole expérimental doit être optimisé selon un cadre temporel et spatial,
parallèlement à l'objectif de recherche (optimisation des tâches)
• Les protocoles mis en place doivent être particulièrement attentifs à l'équilibre des périodes
actives / inactives
• La charge mentale pour le sujet et pour l'expérimentateur doit être mesurée au préalable

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 93/169
• Le protocole doit être testé avant sa mise en application réelle.
• Chaque séance d'expérimentation doit faire l'objet d'un bilan sur son déroulement et sur le
ressenti du sujet

D) Adaptabilité
• Les spécificités du sujet et de son environnement doivent être prises en compte et précisées
lors des expérimentations, autant pour l'aspect humain que pour adapter l'environnement
matériel et logiciel
• Le déroulement de l'expérimentation doit être en partie adaptable sans conséquence
importante sur les résultats
• Les interfaces et feed-back utilisés doivent être adaptés selon les capacités et les besoins de
chacun.

E) Gestion du matériel
• Le matériel utilisé doit être entretenu régulièrement. Les éléments techniques « critiques »,
indispensables au expérimentations doivent être, si possible, doublés
• Lorsque des éléments sont très fragiles, anciens ou jetables, un stock suffisant doit être
disponible
• Chaque difficulté matérielle doit être répertoriée et corrigée rapidement. Il doit exister une
solution alternative aux problèmes les plus courants et/ou les plus perturbants pour
l'expérimentation

F) Gestion des risques


• La définition des critères d'exclusion doit permettre d'éviter toute expérimentation inutile ou
risquée
• La mise en place de procédures d'urgence est indispensable
• La gestion des événements indésirables est nécessaire
• Une assurance et une protection juridique doivent être envisagées

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 94/169
Partie 7:

Propositions et recommandations

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 95/169
Les propositions concrètes proposées ici sont le résultat de l'ensemble de notre analyse
préalable et des objectifs présentés auparavant. Constituant un cahier des charges complet, dans le
but de faciliter la concrétisation future du projet, cette partie est la plus conséquente et la plus
détaillée de notre travail.

Avec les chercheurs du LAGIS, et devant l'ampleur de cet ouvrage, nous avons dû délimiter un
cadre qui concerne essentiellement les sujets d'expérimentations : il s'agit donc ici de personnes non
handicapées et de personnes à mobilité réduite, sans aucun autre déficit majeur.

Afin de rendre le laboratoire réellement « accessible à tous », il conviendrait, par la suite, d'y
inclure l'ensemble des handicaps. Cependant, malgré l'adoption de cette restriction, nous constatons
que de nombreuses règles applicables aux personnes à mobilité réduite rendent également service à
d'autres publics en difficulté. Nous avons, par ailleurs, choisi de proposer des solutions qui ne
devraient pas entraver l'utilisation de l'environnement par d'autres types de handicap. Nous sommes
également restés attentifs afin de garantir des possibilités de mise en place d'autres solutions
complémentaires par la suite (solutions pour aveugles et malvoyants notamment).

I. Aménagement de l'environnement de la salle BMI


L'aménagement de l'environnement de la salle est indispensable afin de permettre aux sujets
et à leur entourage de se rendre sans encombre sur le lieu d'expérimentation. Il nous paraissait donc
essentiel d'évoquer les problèmes les plus important rencontrés, ainsi que les solutions possibles.

A) Accès au bâtiment
La principale action à mener aux alentours du bâtiment P2 serait l'aménagement d'un circuit
réglementaire, totalement adapté aux personnes en fauteuil roulant et dont les déplacements seraient
aidés par des repères appropriés.

1. La signalisation

Problème : panneaux
L'absence de panneaux, ou leur difficulté d'accès, empêche d'anticiper les déplacements à réaliser.
Par ailleurs, le cheminement accessible aux personnes à mobilité réduite n'est pas indiqué.

Solutions
Des panneaux directionnels doivent être présents dès la sortie de la station de métro et à chaque
carrefour. Ils doivent indiquer la direction du bâtiment P2 (et des autres bâtiments), en précisant si
le trajet est adapté aux personnes handicapées. Si ce n'est pas le cas, une alternative doit être
proposée. Celle-ci doit rester cohérente, avec un trajet le plus direct possible. D'autres panneaux
d'informations sont utiles pour signaler les différents lieux importants : accueil ou information,
sécurité, danger, etc.
Dans l'idéal, les informations données doivent être placées à une hauteur située entre 90 et 130 cm
pour les plans ou panneaux détaillés par exemple, afin de permettre aux PMR de visualiser
correctement les informations.
Une partie des caractéristiques de la signalisation routière est reprise dans la norme XP P98-550-1
(AFNOR, Mai 2008) relative à la « signalisation routière verticale - Portiques, potences et hauts

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 96/169
mats ». Nous allons cependant rappeler quelques principes d'accessibilité de la signalisation :
• Elle doit être cohérente et continue (placée aux endroits stratégiques du cheminement).
• Elle doit être sommaire et compréhensible par tous. Ainsi, des pictogrammes standards
doivent être utilisés en complément du texte, ou pour indiquer certains éléments se trouvant
sur le trajet (document 6-1)

Adapté aux PMR Ascenseur Parking WC

Infirmerie Extincteur Restaurant

Document 6-1 : Quelques exemples de pictogrammes standards d'information

Les pictogrammes standards sont une aide à la compréhension. Ils sont simples, évocateurs et identiques dans la
plupart des pays, ce qui facilite l'orientation et la recherche d'information.

• Elle doit être lisible : la police doit être simple, unie, sans empâtement (sans serif). Le
support doit être mat. Les caractères doivent être contrastés avec le fond. La taille doit être
adaptée à la distance de lecture des informations (document 6-2).

Dista nce oe il / signe (a u-de là ) 0 500 800 1250 2000 3150 5000
Dista nce oe il / signe (jusqu'à inclus) 500 800 1250 2000 3150 5000 8000
Ha ute ur du signe 3 3,5 4,5 6 9 14 23
La rge ur du signe 2 à 3 2 à 3,5 2,5 à 4,5 3,5 à 6 5 à 9 8 à 14 12 à 23
La rge ur du tra it (foncé sur clair) 0,3 0,35 0,45 0,6 0,9 1,4 2,3
La rge ur du tra it (foncé sur clair) 0,25 0,3 0,4 0,5 0,75 1,2 2

Document 6-2 : Dimensions minimales en millimètres des signes en fonction de la distance de


l'œil au signe (AFNOR, Norme NF E 04-505)

Pour être lisibles dans les meilleures conditions possibles, les chiffres, lettres, index doivent satisfaire les données
précisées dans ce tableau. Les dimensions sont données en millimètres.
Les types d'affichages (panneaux lumineux, affiches...) et leur éclairage doivent être pris en compte parallèlement à
ces données.

• Les couleurs de fond utilisées doivent être pertinentes : blanc pour l'orientation, bleu pour
des informations générales, vert pour la sécurité, jaune pour le danger, rouge pour
l'urgence...

2. La circulation
Le cheminement doit répondre aux normes en vigueur à propos de l'accessibilité des lieux
recevant du public. De nombreuses dispositions sont prévues : plusieurs décrets, arrêtés, circulaires
permettent de donner les précisions indispensables pour la mise en application des lois. D'après le
décret N°94-86 du 26 Janvier 1994, « le cheminement praticable doit être le cheminement usuel, ou
l'un des cheminements usuels. En cas de dénivellation importante, il doit conduire le plus
directement possible à l'entrée principale ou à une des entrées principales, et aux aménagements à

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 97/169
desservir ».
Dans le cadre de l'accès au bâtiment P2, le trajet à rendre accessible est choisi en fonction des
multiples contraintes imposées. En effet, la position de l'ascenseur dans le bâtiment impose à la
PMR d'entrer du côté Ouest du bâtiment, même s'il s'agit du trajet le plus long.

Problème : cheminements
Les cheminements ne sont pas praticables sur l'ensemble du trajet. Les revêtements de sol
présentent quelques obstacles.

Solutions
• Éliminer l'ensemble des obstacles : creux ou saillie. « Les trous ou fentes dans le sol (grilles,
etc) doivent avoir un diamètre ou une largeur inférieurs à 2 cm » (Arrêtés du 31 mai 1994 et
du 31 août 1999)
• Créer des bateaux au niveau de chaque passage pour piéton, ou en fin de trottoir. La pente
des bateaux doit être inférieure à 5%, voire 12% exceptionnellement. « La hauteur
maximale des ressauts à bords arrondis ou munis de chanfreins est de 2 cm ; toutefois, leur
hauteur peut atteindre 4 cm lorsqu'ils sont aménagés en chanfrein à 1 pour 3 » (Arrêtés du
31 mai 1994 et du 31 août 1999).
• Limiter et régulariser les pentes : « Lorsqu'une pente ne peut être évitée pour franchir une
dénivellation, elle doit être inférieure à 5%. Lorsqu'elle dépasse 4%, un palier de repos est
nécessaire tous les 10 m. En cas d'impossibilité technique d'utiliser des pentes inférieures à
5%, les pentes suivantes sont tolérées exceptionnellement : 8% sur une longueur inférieure
à 2 m; 12% sur une longueur inférieure à 0,50 m. » (Arrrêté du 31 mai 1994)
• Prévoir des paliers de repos réguliers dans les pentes ainsi que devant l'entrée du bâtiment.
Devant la porte Ouest du bâtiment P2, la longueur du palier doit être d'au moins 1,40 m,
hors débattement de porte. Un abri à ce niveau, permettant de protéger de la pluie, assurera à
la personne un confort lors de l'ensemble de ses manipulations.

Problème : places de parking


Les places de parking ne sont pas suffisamment identifiables et présentent des obstacles pour une
PMR

Solutions
• « Un emplacement de stationnement est réputé aménagé pour les personnes handicapées
lorsqu'il est relié par un cheminement praticable à l'entrée de l'installation » (Code de la
construction et de l'habitation). Soit la marche actuelle doit être remplacée par un plan
incliné sur la totalité du trottoir du parking, soit il est nécessaire de créer un nouveau
cheminement, sur le côté ou à l'arrière des places, pour permettre aux personnes en fauteuil
roulant d'atteindre ou de quitter cette zone facilement.
• Les places doivent être correctement identifiées sur des panneaux (indication de la direction
à partir de la route principale, panneaux informatifs au niveau des places...), mais aussi au
sol (peinture et pictogramme conventionnels).
• Proposer un plan de l'ensemble des places de parking PMR au sein de la cité scientifique

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 98/169
permet d'apporter une alternative au manque de places et permet d'anticiper le lieu dans
lequel doit se rendre le sujet.

Problème : digicode
Le digicode est peu visible et peut être difficile à atteindre (trop proche de la porte et placé
latéralement). Les touches ne sont pas facilement identifiables. Son utilisation nécessite un code.

Solutions
• Le digicode et/ou tout autre bouton de commande doivent être placés face à l'utilisateur, à
plus de 40 cm des coins de murs, sur la façade de l'immeuble, sur la porte, ou sur un support
indépendant... Par ailleurs, le boîtier actuel devrait être remplacé par un produit accessible :
utilisation de couleurs contrastées, écriture lisible, relief, taille suffisante des touches,
sensibilité raisonnable des boutons, feed-back tactile, visuel et/ou auditif de l'appui...
Il persiste cependant le problème de la possibilité d'entrer dans le bâtiment. En effet, dans le cas
présent, soit le bouton « porte » doit être réactivé (entrée directe), soit il est nécessaire de fournir un
code d'entrée aux sujets. L'une et l'autre de ces solutions posent le problème de la sécurité du
bâtiment.
• Une autre solution pourrait alors être envisagée : la mise en place d'un interphone audio
et/ou vidéo spécifique à cette salle d'expérimentation, identifié comme tel, relié au
secrétariat ou à l'un des bureaux des chercheurs BMI. Il existe des interphones sans fil
(ondes radio) et portatifs, permettant de recevoir les appels quel que soit le lieu où l'on se
trouve (portée parfois supérieure à 500 mètres). Comme nous venons de l'évoquer pour le
digicode, le choix du boîtier devra répondre aux besoins d'accès pour le sujet. Les
performances sonores devront par ailleurs être suffisantes pour une bonne communication
entre les interlocuteurs. Cette solution aurait plusieurs avantages :
➢ Permettre au sujet d'identifier de manière évidente sa destination, sans erreur
possible
➢ Faciliter l'utilisation : un seul bouton d'appel est présent sur le boîtier destiné aux
visiteurs
➢ Avertir l'expérimentateur : cet aspect est non négligeable devant les problèmes
d'accessibilité actuellement présents dans le bâtiment (ascenseur et portes coupe feu
notamment). Ainsi, le chercheur pourrait aller chercher lui-même le sujet et
l'accompagner jusque dans la salle d'expérimentation. Cela permettrait de franchir
plus facilement les obstacles, de rassurer le sujet et ne pas lui imposer de contraintes
supplémentaires. De plus, il s'agirait d'un excellent moyen pour accueillir la personne
et commencer à créer une relation « informelle » avec elle.
➢ Mettre en évidence la salle BMI pour les personnes extérieures au laboratoire,
mais également l'ensemble des personnes qui transitent par cette porte.

Problème : porte d'entrée


La porte d'entrée est très lourde.

Solutions
La solution de l'interphone permettrait de résoudre ce problème, comme évoqué précédemment. En

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 99/169
cas d'utilisation du digicode actuel, l'idéal serait d'automatiser l'ouverture de la porte. Cependant, il
devra alors se situer à distance de la porte pour que cette dernière puisse s'ouvrir sans obstacle.

3. La sécurité et la facilitation

Problème : déambulation
La déambulation n'est pas toujours suffisamment sécurisée en terme de visibilité notamment. Le
trajet à emprunter ne prend pas en compte la fatigue éventuelle des PMR.

Solutions
• La mise en place de points d'éclairage de manière constante et régulière sur l'ensemble du
trajet pour éviter les chutes et permettre d'anticiper les déplacements
• La mise en place de panneaux directionnels suffisamment visibles de loin, ainsi que des
panneaux d'information concernant les aides et les dispositifs de sécurité présents à
proximité
• La mise en place de zones de repos régulières : paliers de repos dans les pentes, bancs à
proximité des cheminements les plus longs...
• La mise en place d'aides à la déambulation telles que des mains courantes (surtout dans les
zones où les dénivellations sont importantes ou lorsque le cheminement est long), résistantes
et non conductrices de températures extrêmes (éviter l'aluminium par exemple)
• La création de zones protégées pour les piétons lorsqu'il n'existe aucun trottoir : ces zones
sont généralement distinguées par des bandes jaunes au sol, elles peuvent également être
protégées par des poteaux.

4. Le respect de la personne et de son bien-être


Le respect de la personne passe tout d'abord par la mise en œuvre d'un ensemble de solutions
facilitant sa venue, en terme d'accessibilité, mais également en terme d'environnement général :
disponibilité des places de parking, indications claires et précises sur la direction à suivre, etc.

Il s'agit donc d'anticiper certaines situations afin de respecter au mieux la personne et lui assurer un
accueil correct :

Problème : parking
Les places de parking réservées aux PMR sont parfois occupées par des personnes qui n'en
possèdent pas l'autorisation

Solutions
• Le renforcement des contrôles relatifs au respect des règles permettrait d'éviter l'occupation
abusive des espaces réservés.
• Il pourrait être de judicieux de créer une place réservée exclusivement au LAGIS (pour la
salle d'expérimentation). Cette place devrait respecter les normes d'accessibilité et pourrait
être occupée par le sujet, qu'il soit handicapé ou non. Le problème de l'occupation abusive
sera néanmoins toujours présent.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 100/169
Problème : confort extérieur
Les intempéries sont fréquentes dans le nord de la France et certains lieux d'attente ne sont pas
protégés

Solutions
• Indiquer au préalable le chemin le plus couvert
• Positionner des préaux au niveau des plans de la cité scientifique, ainsi qu'au dessus des
zones d'attente, pour permettre de s'y arrêter dans de bonnes conditions.

Problème : entretien de la végétation


Malgré le respect des normes d'accessibilité de certains passages, ces derniers sont occultés par de
la végétation mal entretenue

Solution
La sensation de bien-être et la sérénité passent également par un environnement calme et soigné.
Ainsi, la décoration de l'environnement, l'entretien de la végétation, la propreté des lieux, la facilité
de recherche d'informations sont des éléments qui auront de l'importance pour la personne qui se
rendra au LAGIS. L'entretien de l'environnement doit être effectif et, surtout, prendre en compte en
priorité les besoins de la personne à mobilité réduite.

B) Déplacements à l'intérieur du bâtiment

1. La signalisation

Problème : panneaux
Il existe peu de panneaux directionnels ou d'informations. Lorsqu'ils sont présents, ils sont placés de
manière inappropriée et les indications ne sont pas suffisamment visibles et lisibles.

Solutions

• Dans un bâtiment accueillant du public les principales informations doivent être situées
entre 1 m et 1,60 m du sol. Elles doivent être succinctes, claires et précises. La taille des
caractère doit être adaptée. Les panneaux indicatifs ou directionnels doivent être placés de
manière régulière dans l'ensemble du bâtiment : un rappel à chaque lieu clé, ou « carrefour »
doit être prévu, par exemple : les paliers d'escalier, l'ascenseur, les couloirs.
• Dans les couloirs, qui sont très longs et uniformes, le meilleur moyen d'identifier les
différentes salles (bureaux, WC, salles de cours...) ainsi que les dispositifs utiles (armoire de
sécurité, téléphone...) est de mettre en place des panneaux en drapeaux, sur lesquels se
trouvent les informations écrites et/ou sous forme de pictogrammes. (document 6-3) Situés à
environ 2 m de hauteur, la taille des caractères et des images devra alors être suffisante.
• Les codes couleurs définis au départ doivent être utilisés de manière identique sur
l'ensemble du trajet. L'utilisation d'un contraste suffisant entre le fond et la forme est
primordiale. L'ensemble des recommandations évoquées dans la partie I.A).1, relatives à la
signalétique, s'appliquent ici
• De multiples points lumineux doivent être utilisés de manière globale et/ou localisée :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 101/169
l'éclairage général permet de repérer les panneaux, les lieux; l'éclairage localisé permet de
mettre en évidence un élément important et de lire les informations spécifiques du panneau.

Figure 1 Figure 2

Document 6-3 : Exemples de signalétique intérieure

L'utilisation de panneaux en drapeau contribue au repérage, à distance, des éléments importants se trouvant dans le
couloir. Ils permettent d'indiquer une direction à suivre (figure 1), mais aussi de localiser précisément un lieu (figure 2).

2. La circulation
Les cheminements sont suffisamment spacieux et non encombrés. Cependant, plusieurs obstacles
empêchent la circulation des PMR.

Problème : portes coupe-feu


Les portes coupe-feu, placées à chaque extrémité et au centre des couloirs, sont lourdes et difficiles
à manipuler

Solution
Le plus simple serait de mettre en place un système de ventouses électromagnétiques en boitier,
assurant ainsi une ouverture constante des portes, sauf en cas d'incendie. L'avantage est certain pour
la déambulation. Cependant, ces systèmes doivent être entretenus de manière régulière afin que les
portes coupe-feu soient réellement efficaces en cas de danger.

Problème : ascenseur
La porte manuelle et coulissante de l'ascenseur empêche un accès correct. Les informations sont
difficilement visibles pour une personne en fauteuil roulant. Il n'existe aucune zone de repos. Le
dispositif est couramment utilisé (et presque uniquement) comme monte-charge et des éléments de
ménage y sont parfois stockés temporairement.

Solution
• Il s'agirait tout d'abord de placer les informations importantes à un niveau moins élevé
comme nous l'avons évoqué précédemment : entre 90 et 130 cm de hauteur pour les

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 102/169
informations détaillées, entre 1m et 1m60 pour la signalétique générale.
• Il serait nécessaire d'enlever l'actuelle porte de monte-charge et de la remplacer par une
porte automatique, classiquement mise en place lors de l'installation d'un ascenseur. Cette
solution devra alors être adoptée à tous les étages. En effet, actuellement, si la porte d'un des
étages n'est pas correctement fermée, alors l'ascenseur reste bloqué.
• La mise en place d'une main courante ainsi qu'un siège repliable permettrait de favoriser le
repos d'une personne ayant des difficultés à la marche
• L'encombrement de l'ascenseur doit être nul. Il est important d'avertir l'ensemble du
personnel de cette « nouvelle » utilisation.

Problème : toilettes
Les WC sont inaccessibles pour une personne en fauteuil roulant.

Solutions
• « L'espace d'accès prévu pour le cabinet d'aisance aménagé pour les personnes
handicapées a pour dimensions minimales, hors tout obstacle et hors débattement de porte :
0,80 m x 1,30 m. La hauteur de la cuvette est située entre 0,46 m et 0,5 mètre. La commande
de la chasse d'eau doit pouvoir être atteinte par une personne handicapée et être facile à
manœuvrer par une personne ayant des difficultés de préhension » (Arrêté du 31 mai 1994).
Ainsi, la surface d'un WC public adapté est de 160 cm x 170 cm. La barre d'appui doit
comporter une partie horizontale située à côté de la cuvette entre 0,70 m et 0,80 m de
hauteur. Le lavabo doit être évidé et situé à 85 cm du sol au maximum, 0,70 m pour le bord
inférieur. La robinetterie est de préférence à palette et le miroir repose sur le plan du lavabo.
(Grosbois 2003)
• Ici, l'espace WC doit donc être totalement réagencé afin d'obtenir des surfaces et une
organisation adaptées à l'utilisation future. Malheureusement, une gaine technique située au
centre de l'espace rend impossible la mise en application des recommandations idéales
concernant l'accessibilité des WC. Malgré tout, nous avons tout de même pu proposer une
solution réalisable, répondant aux scénarios d'utilisation les plus fréquents : les transferts
latéraux ou perpendiculaires. Cette proposition serait satisfaisante dans la plupart des
situations, mais ne permettrait pas de répondre à des situations atypiques. Seule la création
d'un tout nouvel espace WC ailleurs, ou la diminution de la gaine technique, permettrait de
créer un espace totalement accessible. (document 6-4)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 103/169
Figure 1 Figure 2

Document 6-4 : Plans des WC du laboratoire LAGIS15

La figure 1 correspond au plan actuel des toilettes situés à proximité de la future salle d'expérimentation dédiée au
BMI. Ils sont séparés en 2 espaces distincts homme/femme. Les passages sont étroits, les surface sont insuffisantes
et aucune aire de giration de permet de manipuler correctement un fauteuil roulant manuel ou électrique
La figure 2 est une proposition pour la création de toilettes accessibles. Il s'agit tout d'abord de créer une seule pièce
de 16 m² environ. La gaine technique, placée au centre, est une contrainte que l'on ne peut éviter. Afin d'obtenir une
surface suffisante pour le passage du fauteuil roulant, il s'agit alors de ne créer qu'un seul espace WC, mixte. Nous
obtenons également une surface libre pour mettre en place un point d'eau. Cet espace est suffisant pour prévoir le
nettoyage des cheveux grâce à un lave-tête amovible. Les 2 pièces ainsi créées possèdent toutes les 2 une aire de
giration suffisante de 150 cm de diamètre.

• Le nouvel agencement des WC, situés à quelques mètres de la salle BMI, permettrait alors
de répondre à une contrainte présente lors de l'expérimentation : la nécessité de se laver les
cheveux suite à la mise en place de la pâte ou du gel conducteur des électrodes. Ainsi, un
lave-tête amovible pourrait être utilisé près du point d'eau.

3. La sécurité et la facilitation
La sécurité des personnes, et leur bien-être, au sein du bâtiment doivent être améliorés.

Problème : éclairage
Certains cheminements intérieurs ne sont pas suffisamment éclairés, engendrant un risque de chute
et une difficulté d'orientation.

Solutions
• Les risques de chutes seraient diminués par l'amélioration de l'éclairage artificiel :
l'augmentation de la puissance des éclairages dans les couloirs et l'entretien régulier des
néons sont indispensables.
• Par ailleurs, les interrupteurs doivent être mis en évidence par un panneau ou par tout autre
élément visuel. L'idéal serait également de multiplier le nombre d'interrupteurs pour éviter
toute déambulation dans la pénombre.

15 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 104/169
Problème : dispositifs de sécurité
Les dispositifs de sécurité ne sont pas toujours bien visibles et difficilement accessibles. Les
informations données sont parfois erronées.

Solutions
• Les panneaux directionnels, indiquant la sortie, doivent être placés dans le bon sens
• Les numéros d'urgence doivent être lisibles (taille, couleur et police des caractères) et placés
à hauteur des yeux
• Le téléphone doit se trouver à moins de 120 cm de hauteur et directement accessible (non
encastré). De la même manière, les extincteurs doivent être placés dans une zone de
préhension facilitée (entre 70 et 120 cm), et atteignables sans obstacle. Les alarmes doivent
également être situées dans une zone similaire.

Problème : sortie de secours


La sécurité de la personne en fauteuil roulant n'a pas été prévue en cas d'incendie.

Solutions
Les gaines d'ascenseur doivent être isolées pour permettre l'utilisation de l'ascenseur en cas
d'incendie. Dans le cas contraire, les portes coupe-feu doivent constituer un sas de protection ou un
refuge efficace en attendant les secours (Arrêté du 25 juin 1980). Dans cette zone de refuge, il est
nécessaire de mettre à disposition un moyen accessibles de communication avec l'extérieur.

Problème : fatigue
Les couloirs sont très longs et peuvent être à l'origine d'une fatigue importante en cas de difficultés
de déambulation.

Solutions
• La mise en place d'une signalétique visible, permettant l'anticipation et évitant les détours
inutiles
• La mise en place d'une main courante, à texture agréable et facilement lavable, le long du
couloir peut constituer un soulagement lors de la marche. Dans ce cas, elle n'est
positionnable que d'un seul côté (à l'opposé des armoires) et ne peut être continue, à cause
des multiples portes de bureau.
• Plusieurs points de repos peuvent être prévus. Il peut s'agir de chaises : il faut alors rester
vigilant à l'encombrement de l'espace et aux risques de chute. Il peut également s'agir d'un
(ou plusieurs) strapontin(s). L'inconvénient est qu'il est fixé et ne s'adapte donc pas à la
distance de fatigue de la personne, ni à sa taille (hauteur d'assise). Pour minimiser ces
problèmes, il est nécessaire d'en multiplier la présence, et de les positionner à la hauteur la
plus « normale » possible, soit entre 47 et 50 cm de hauteur. L'avantage d'un tel dispositif est
qu'il est non encombrant.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 105/169
4. Le respect de la personne et de son bien-être

Problème : ambiance
Les locaux sont anciens et délabrés à certains endroits. L'ambiance est lugubre et peu accueillante,
notamment dans les couloirs.

Solutions
• Le rafraichissement des murs par l'application d'une nouvelle couche de peinture de couleur
claire rendra les couloirs plus accueillants. Le document 6-5 donne quelques repères sur les
associations et les effets psychologiques des couleurs. Le choix des couleurs, pastel, doit
être fait en fonction de ses effets sur l'homme, mais également dans le but de favoriser la
visualisation de l'ensemble des informations environnantes en favorisant ainsi les contrastes.

Association Association Effet


Couleur
Affective Objective Psychologique
Chaud
Amour Feu
ROUGE Dynamique
Meurtre Sang
Énervant
Feu Ardent
Incandescence
ORANGE Orange Stimulant
Chaleur
Coucher de soleil Brillant
Gai
JAUNE Gaieté Lumière solaire Spirituel
Dynamique
Calme
Repos
Mauvaise Nature Fraîcheur
VERT
Influence Verdure Pacifique
Équilibrant
Néfaste
Clair
Frais
Léger
Espace Ciel
BLEU Transparent
Voyage Eau
Atmosphérique
Clame
Aimée
Communion
Sobre
BLANC Mariage Fleurs
Clair
Clarté
Ténèbres Nuit
NOIR Tristesse
Mystères Mort

Document 6-5 : Associations et effets psychologiques des couleurs (ED 40, INRS, 2002)

La couleur joue un rôle dans la perception et le traitement de l'information visuelle. Elle peut également avoir des effets
sur la performance et la satisfaction des personnes.
Les couleurs évoquent des émotions, des sensations, des associations. Cependant, ces effets dépendent de
différences individuelles et culturelles.

• L'amélioration de l'éclairage artificiel


• La mise en place d'éventuels éléments décoratifs sur les murs (tableaux, affiches) ou au
niveau des points lumineux par exemple. Cependant, ces éléments doivent rester sobres,
discrets et en quantité raisonnable pour éviter toute surcharge visuelle.

II. Aménagement de la salle BMI

La salle BMI est le principal objet de notre travail. Nous tenterons ici de proposer un
aménagement répondant le mieux aux recommandations ou préconisations recueillies, soit dans les

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 106/169
diverses publications, soit grâce aux verbalisations des sujets ou expérimentateurs.

La salle d'expérimentation « idéale » n'existe pas car, d'une part, il n'existe aucune référence en la
matière, et d'autre part, son agencement est fonction de nombreux facteurs variant selon les
situations. A l'image de l'adaptation d'un poste de travail, l'aménagement d'une salle
d'expérimentation découle d'analyses préalables, mais aussi des choix effectués entre les diverses
réponses possibles.

Nous tenterons ici d'expliciter les différentes solutions envisagées et d'argumenter les choix qui ont
d'ors et déjà été réalisés. De nombreuses décisions devront encore être prises à l'issue de notre
travail : il s'agit alors pour nous de donner un avis éclairé sur les différents problèmes évoqués. La
concrétisation de ce travail reviendra aux demandeurs et dépendra du budget et des autorisations
administratives obtenues au préalable.

A) Accessibilité et potentiel de la salle


La future salle d'expérimentation envisagée au départ était une salle de 21 m² environ. La
porte d'entrée de cette salle est large de 80 cm et est placée au centre du mur intérieur. Elle possède
des proportions de 4/5.
La première étape de notre réflexion a été de vérifier la pertinence du choix de la salle. En effet, les
demandeurs ont immédiatement émis l'idée de créer 2 espaces distincts : l'un destiné au sujet, pour
les expérimentations, et l'autre destiné aux expérimentateurs, pour l'analyse et le traitement des
données.
Nous considérons que :
• Côté expérimentation, il faut prévoir :
◦ un espace de « travail » pour le sujet
◦ un espace de travail, plus petit, pour l'expérimentateur
◦ un espace de déambulation qui soit adapté pour les passages en fauteuil roulant
• Côté analyse (ou expérimentateur), il est nécessaire de retrouver :
◦ un espace de travail pour 1, voire 2, expérimentateur(s)
◦ un espace de travail, plus petit, pour le sujet
◦ un espace d'attente pour un accompagnant ainsi que pour d'éventuels observateurs
◦ un espace de déambulation qui soit adapté pour les passages en fauteuil roulant
D'après la norme NF X35-102 relative aux surfaces des espaces de travail (document 6-6), une
pièce de 21 m² correspond à la surface minimale souhaitable pour le travail sur bureau de 3
personnes non handicapées. Or, dans notre cas, au moins une personne sur les 3 est susceptible
d'être en fauteuil roulant : ce qui demandera non seulement un espace de bureau plus important,
mais aussi, et surtout, une aire de giration totalement libérée pour pouvoir réaliser un demi-tour.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 107/169
Surface utile minimale
Nombre de personnes (m²)
1 9
2 12
3 21
4 32

Document 6-6 : Surfaces minimales souhaitables pour des espaces de travail de type bureau
(AFNOR, Norme NF X35-102)

Afin de permettre la disposition du matériel nécessaire et les déplacements, il est souhaitable de prévoir des surfaces
de locaux adaptées. On considère que l'encombrement du mobilier est d'environ 2 m² par personne.

Par ailleurs, la salle devant être divisée en 2, cela diminue d'autant plus les possibilités de
déambulation et de positionnement d'un bureau. Comme le montre le document 6-7, les
aménagements possibles sont limités et empêchent de créer des conditions idéales pour le bien-être
des différents protagonistes des expérimentations.

Document 6-7 : Plan et illustration 3D des possibilités d'aménagement de la future salle BMI
envisagée en début du projet16

Le bureau envisagé au départ pour les expérimentations BMI possède une surface totale de 21 m². Divisé en 2
parties : expérimentation et traitement, les surfaces sont alors insuffisantes pour contenir l'ensemble du matériel et des
individus nécessaires aux expérimentations. Par ailleurs, l'agencement de la salle est alors contrainte par ses faibles
volumes, engendrant des aberrations ergonomiques et empêchant la mise en place d'un environnement convivial.

16 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 108/169
Ainsi, nous nous sommes orientés vers le choix d'une salle plus grande, disponible dans le
bâtiment : il s'agit de la pièce mitoyenne à celle envisagée au départ (document 6-8). Elle est
constituée de 2 bureaux communicants par une porte de 78 cm de large. L'un des 2 espaces a une
surface de 21 m² et possède des caractéristiques identiques à la salle précédente. L'autre pièce fait
14 m² environ.

Document 6-8 : Plan actuel et vide de la future salle BMI choisie après étude de son potentiel17

La future salle BMI choisie est finalement constituée de 2 bureaux placés côte à côte. L'un possède une surface de 21
m², l'autre de 14 m² environ. Les portes ont une largeur d'ouverture entre 78 et 80 cm. Les caractéristiques de ces 2
pièces sont très proches de la salle envisagée au départ. La pièce de 21 m² est d'ailleurs identique au bureau évoqué
précédemment.

Le seul problème d'accès qui se pose est celui de la largeur des portes. En effet, l'ouverture de 80
cm est réglementaire. Cependant la largeur recommandée est plutôt de 90 cm afin de répondre aux
dimensions des fauteuils roulants électriques ou des personnes qui ont une morphologie plus
imposante. Élargir chacune des portes de la future salle BCI de 10 cm assurerait donc un accès
universel lors des expérimentations.

B) Ambiances
Avant le choix et l'installation du matériel, il est nécessaire de concevoir les 2 salles en terme
d'ambiance de travail. Il s'agit du choix des environnements lumineux, sonores, thermiques et
électromagnétiques de chacun des espaces.

1. L'espace dédié aux expérimentateurs

a) Utilisations prévues
Cette zone sera utilisée différemment par les divers protagonistes des expérimentations :
• les expérimentateurs auront essentiellement un travail de bureau et de nombreux
déplacements, notamment vers l'espace dédié aux sujets
• les sujets ne feront que transiter par cette salle afin d'atteindre l'espace qui leur est dédié. Ils
effectueront cependant une halte pour enlever leur manteau, ranger leurs objets personnels,

17 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 109/169
se mettre à l'aise. Ils y recevront également quelques informations sur le déroulement
général des manipulations
• les accompagnants auront peu de déplacements à effectuer. Ils patienteront dans une partie
de la pièce durant l'ensemble de la séance : l'observation et la lecture sont considérées
comme leurs activités principales.

b) Aménagements proposés
Les aménagements envisagés doivent répondre aux besoins d'utilisation de chacun. L'organisation
spatiale et les espaces de circulation seront abordés dans une partie ultérieure.
Les aménagements proposés concernent la nouvelle salle identifiée pour les expérimentations
futures. Or, les diagnostics avaient été réalisés en début de projet et donc dans la pièce qui avait
préalablement été choisie. Notre démarche est cependant similaire étant donné que les
caractéristiques de cette seconde salle sont identiques à la première. Les seules différences sont :
• la communication avec une seconde salle qui servira de pièce pour les expérimentations
• son emplacement légèrement plus à l'est (elle se trouve à 5 mètres de la première salle)

Ambiance lumineuse et couleurs


Les couleurs et l'ambiance lumineuse à mettre en place sont essentiellement basées sur les normes
relatives au travail dans des bureaux et sur écran de visualisation.

Couleurs
Concernant la décoration de la pièce, la fiche ED40 de l'INRS (2002), relative à « la couleur
dans le lieux de travail » donne des repères de couleurs d'ambiance dans les petits locaux. Ils
préconisent l'utilisation de :
• teintes très claires pour le plafond (facteur de réflexion > 70%)
• teintes claires pour les murs (facteur de réflexion entre 30 et 70 %)
• teintes plus sombres pour le sol (facteur de réflexion entre 20 et 40 %)
Rappelons que la couleur résulte de la réflexion de la lumière sur les objets. On parle alors de
facteur de réflexion qui est le rapport entre le flux lumineux réfléchi et le flux reçu.
Ce montage favorise la diffusion de la lumière (naturelle et artificielle). Elle donne une plus grande
impression de sécurité et favorise le confort visuel.
Cependant, le rendu réel dépendra de l'éclairage artificiel : en fonction de sa température de
couleur (éviter les températures supérieures à 5300 kelvins, qui correspondent à une apparence
colorée froide) et de son indice de rendu des couleurs (IRC) pour lequel il est conseillé d'être
supérieur à 80 (acceptable entre 60 et 80). L'éclairage naturel est également important à prendre en
compte, surtout l'effet du soleil. En effet, s'il existe un éclairement direct du soleil, il est nécessaire
de choisir des indices de réflexion de couleurs moins élevés et des produits mats. Le rendu dépendra
donc également des revêtements ou des matériaux choisis ainsi que du mobilier mis en place :
brillant, mat, coloré ou non...
Pour le choix des teintes et pour une décoration actuelle, plusieurs couleurs peuvent être associées.
Cependant, il est utile d'utiliser une palette de couleur réduite. Pour éviter la fatigue visuelle, il est
préférable d'éviter les contrastes importants, à l'exception de la nécessité d'identifier certains
éléments utiles de sécurité par exemple. A l'inverse, l'uniformité des teintes n'est pas non plus à

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 110/169
privilégier. L'idéal est donc de jouer sur l'opposition des couleurs entre les différents éléments de
la pièce (structure, mobilier et éléments décoratifs éventuels). L'espace bureau étant un lieu
d'accueil et un lieu de travail « temporaire » (uniquement lors des expérimentations), il existe une
liberté relative pour la décoration de cette pièce.
Le document 6-9 donne quelques exemples de choix de couleurs. Les 3 solutions évoquées mettent
en avant des démarches différentes. Le choix final doit correspondre aux réels objectifs de la salle :
• un lieu de travail
• un espace d'attente et de détente
• un lieu moderne et accueillant
Ainsi, malgré les extravagances possibles pour rendre ce lieu « actuel », il semble plus pertinent de
choisir des couleurs sobres et susceptibles d'être appréciées par tous. La modernité du lieu, apportée
par un discrète touche d'originalité, pourra plutôt être renforcée par le choix du mobilier et des
éléments décoratifs.

Rappelons, pour finir, qu'il est important de respecter les normes en terme de couleurs en ce qui
concerne l'identification des éléments de sécurité d'une pièce : rouge pour interdire, jaune pour
signaler des risques (obstacles, incendie, etc) et vert pour mettre en évidence une situation de
sécurité (portes de secours, premiers secours...). De nouvelles couleurs contrastées peuvent être
choisies pour aider à identifier d'autres éléments : interrupteur, sortie, etc. Les règles de couleurs,
fixées au départ, devront alors toujours être suivies.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 111/169
Illustration 1

Illustration 2

Illustration 3

Document 6-9 : Proposition de couleurs pour la future salle BCI 18

Illustration 1
Sol : marron foncé, revêtement de type linoléum mat.
Murs : beige clair, revêtement de type peinture matte.
Plafond : blanc, de type faux-plafond (en plaque ou continu), mat
Avantages : sobriété, tranquillité, adaptabilité du mobilier
Inconvénients : classique, uniforme

Illustration 2
Sol : ébène, revêtement de type linoléum mat imitation parquet
Murs : gris clair, gris foncé et vert anis, revêtement de type peinture matte.
Plafond : blanc, de type faux-plafond (en plaque ou continu), mat
Avantages :actuel, identification de zones distinctes
Inconvénients : contrasté, couleurs susceptibles de ne pas plaire à tout le monde, peut être oppressant, risque de
devenir désuet, peu d'adaptabilité du mobilier

Illustration 3
Sol : ébène, revêtement de type linoléum mat imitation parquet
Murs : gris clair et gris-vert pastel, revêtement de type peinture matte.
Plafond : blanc, de type faux-plafond (en plaque ou continu), mat
Avantages : moderne, simple, relaxant, adaptabilité du mobilier
Inconvénients : le choix des couleur doit convenir au maximum de personnes

Les revêtements choisis doivent être facilement lavables. La facilité d'entretien et la pérennité sont des critères de
choix importants.

18 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 112/169
Éclairages
Il est important de distinguer l'éclairage naturel de l'éclairage artificiel.
L'éclairage naturel est très présent dans la future salle BMI. Il est latéral et apporte une intensité
lumineuse supérieure aux normes relatives aux espaces de travail qui est de l'ordre de 300 à 400 lx
en l'absence de lumière artificielle.
Ainsi, il est nécessaire pouvoir contrôler ce flux lumineux dans l'ensemble de la pièce par des stores
à lames ou autres dispositifs mobiles. Il existe 2 possibilités pour leur mise en place : à l'intérieur
ou à l'extérieur. La première assure une bonne protection lumineuse, mais n'a aucun effet
thermique. La seconde permet de limiter les conséquences thermiques de l'ensoleillement direct.
Comme nous le verrons à propos des ambiances thermiques, malgré la faible surface
d'ensoleillement direct de la salle, la seconde solution serait préférable.
Notons que l'utilisation d'écrans de visualisation est perturbée par des éclairements trop importants
mais aussi d'éventuels reflets. La mise en place de stores ajustables et indépendants permet de gérer
efficacement et de manière personnalisée cet aspect.
Il peut être utile de souligner ici une dernière notion concernant les ouvertures. Il s'agit de la vue
sur l'extérieur. Les locaux de travail doivent normalement permettre une vision sur l'extérieur
grâce à des fenêtres à 1 m de hauteur maximum, ce qui n'est pas le cas ici. L'agrandissement des
ouvertures serait ainsi idéal.

L'éclairage artificiel doit être uniforme et adapté à la tâche réalisée. Le diagnostic lumineux met
en évidence la grande efficacité de l'éclairage naturel en plein jour. Cependant, par temps maussade
ou en hiver, les fluctuations lumineuses nécessiteront l'utilisation d'un éclairage artificiel adapté.
Afin de s'assurer de la mise en place d'un éclairage suffisant, il est important de préciser les activités
visuelles qui seront réalisées :
• visualisation d'écran
• lecture et prise de notes au bureau
• lecture de revues ou d'articles dans la zone d'attente
• visualisation d'affiches sur les murs
• déplacements
Ces diverses tâches ne nécessitent pas les même niveaux d'éclairement. L'INRS préconise d'avoir un
éclairement de l'ordre de 300 lx pour les tâches ne nécessitant pas de perception de détails, et de
l'ordre de 500 à 1000 lux pour les tâches pour lesquelles la perception des détails est nécessaire.
Ici, les tâches générales sont les déplacements, la visualisation sur écran (les préconisations sont de
300 à 500 lx pour les écrans à fond clair et de 200 à 300 lx pour les écrans à fond sombre), la
visualisation de grandes affiches. Les activités de détails sont la lecture et l'écriture pour lesquelles
il est conseillé de mettre en place un éclairement de 500 lx.
Ainsi, pour s'adapter à ces 2 catégories de tâches, il est nécessaire de mettre en place 2 types
d'éclairage différents : un éclairage général et des points d'éclairage locaux, sur les lieux
nécessitant une meilleure visibilité. Ces points lumineux spécifiques doivent, de préférence, être
ajustables selon les besoins de l'utilisateur : intensité, orientation...
Par ailleurs, il faut éviter l'éblouissement direct ou indirect, dû à une intensité lumineuse
disproportionnée ou à la réflexion sur des éléments environnants. Pour cela, la principale règle à
respecter est de ne placer aucune source lumineuse dans un angle de 30° au dessus de la ligne

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 113/169
horizontal de l'œil.
Afin d'éviter les zones d'ombre et les effets de masque, il est préférable d'augmenter le nombre de
points lumineux et de diminuer les intensités de chacun, plutôt que l'inverse : l'uniformité doit être
respectée. L'indice de rendu des couleurs doit être supérieur ou égal à 80 dans l'idéal.
L'entretien et la maintenance des éclairages sont des points clés de la qualité d'éclairement. Il
s'agit donc de critères supplémentaires dans le choix du système à mettre en place.
Nous proposons ici quelques solutions :
• L'éclairage général serait, de préférence, un éclairage suspendu, direct. La solution la plus
classique est l'utilisation de lampes fluorescentes tubulaires (néons). Le rapport
coût/efficacité est bon et la durée de vie est généralement importante (plus de 5000 heures).
La température de couleur est bonne, mais pas optimale. Il s'agit d'une solution adaptée
lorsque le plafond est à moins de 4,5 mètres de hauteur. Au nombre de 2 pour une pièce de
21 m², l'intensité lumineuse émise par ces néons doit être d'environ 300 lx.
Cependant, comme nous le verrons ultérieurement, il existe un pic d'émission
électromagnétique à l'allumage et à la fermeture de ce type d'appareil à cause de la mise en
route de l'électronique intégrée au système.
• L'éclairage local serait plutôt un éclairage posé de type lampe de bureau ou lampadaire afin
de permettre un meilleur ajustement selon l'agencement de l'espace (qui sera modifiable) et
les besoins ou préférences de chacun. Un luminaire équipé d'un bras articulé, permettant
les réglages verticaux et horizontaux, est envisagé. Les ampoules fluorescentes compactes
sont idéales pour éviter un dégagement de chaleur excessif. D'autre part, elles sont adaptées
en terme de consommation d'énergie. Les lampes à incandescence halogène peuvent être
envisagées comme éclairage indirect car elles apportent alors un bon confort visuel et une
ambiance agréable et chaleureuse. Cependant, les inconvénients liés au dégagement de
chaleur (risques de brûlures), à la forte consommation électrique, à la faible durée de vie et à
une basse température de couleur ne peuvent être oubliés. Il s'agit néanmoins du type
d'éclairage conseillé pour des postes de travail en contact avec le public (Fiche ED85,
INRS,1999), à condition d'y être très vigilant.
Ainsi, nous proposons de mettre en place une lampe de bureau, avec ampoule fluorescente,
réglable dans les 3 dimensions, à proximité des ordinateurs afin de faciliter la lecture ou
l'écriture des expérimentateurs en éclairant uniquement la zone ciblée, ainsi qu'une lampe
halogène orientée vers le plafond (indirect) au niveau de l'espace d'attente afin d'apporter
l'éclairement nécessaire, tout en délimitant cet espace.

Ambiance thermique
L'ambiance thermique d'un local est déterminée par la température de l'air, l'humidité de
l'air et la vitesse de l'air (Norme ISO 7726-1985)
Notre diagnostic préalable de la pièce a mis en évidence de fortes fluctuations de température dans
cette salle, autant à la hausse qu'à la baisse. Ainsi, la norme ISO 7730 relative à l'ambiance
thermique dans les lieux de travail n'est pas respectée.
Afin d'atteindre une ambiance thermique constante, comprise entre 21 et 23°C dans l'idéal et une
humidité relative comprise entre 45 et 60% HR, des dispositifs peuvent être mis en place :
• Le doublage des vitres assurerait une meilleure isolation thermique. En effet, un double
vitrage classique réduit la déperdition de chaleur de 40%. Certains, plus spécifiques,

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 114/169
permettent un gain allant jusqu'à 50%. Par ailleurs, un double vitrage possède des
caractéristiques particulières concernant : son facteur solaire (FS) qui correspond à la
quantité d'énergie due au soleil qui pénètre par la fenêtre, la transmission lumineuse (TL)
qui est relative au pourcentage de lumière qui traverse la fenêtre : plus elle est élevée, plus
l'isolation thermique est bonne également.
Cette solution est donc nécessaire, notamment en hiver, afin d'éviter une diminution
importante de la température.
• La mise en place de volets ou stores extérieurs afin d'occulter l'arrivée du soleil dans la
pièce et éviter ainsi une forte augmentation de température
• L'utilisation d'un dispositif de chauffage thermostatique, permettant de réguler la
température en hiver, et selon les sensations de confort de chacun. La commande doit être
facilement accessible et son encombrement moindre. La température « neutre » est de 21°C.
Le chauffage actuel n'est plus suffisamment efficace. De plus, en tant que dispositif
centralisé, il est dépendant du reste du bâtiment. L'idéal serait donc de mettre en place un
radiateur électrique indépendant, ayant une puissance suffisante pour chauffer la pièce de 60
m³, soit environ 2000W à 2300W.
• La mise en place d'une ventilation : soit uniquement grâce à l'ouverture des fenêtres, soit par
l'utilisation d'une ventilation mécanique contrôlée (VMC), éventuellement actionnable par
un bouton de commande. Ce dispositif doit être non bruyant et sa vitesse de fonctionnement
ajustable. Le renouvellement de l'air doit être de 25 m³ par heure et par personne. La vitesse
de l'air doit être inférieure à 0,15 ms en hiver et 0,25 ms en été.
• La mise en place d'une climatisation pourrait remplacer les 2 propositions précédentes. En
effet, le principe est de contrôler les conditions climatiques d'un local : température,
humidité, etc pour répondre au bien-être des personnes. Ainsi, elle s'adapte au niveau
d'humidité et de pollution ambiante en permettant l'extraction, le renouvellement,
l'humidification ou la déshumidification de l'air. Elle ajuste la température en fonction des
saisons, et gère la teneur en poussière de la pièce. Une climatisation est paramétrable et
assure un maintien des conditions intérieures. Cependant, il est nécessaire de s'assurer que
les réglages sont adaptés au confort réel des individus. Par ailleurs, ce dispositif doit être
non bruyant.
• Des plantes en pot peuvent être disposées dans la pièce car elles constituent un excellent
moyen de régulation du taux d'humidité.
D'autre part, il est nécessaire de rester vigilant à toute source de chaleur à l'intérieur de la pièce,
notamment les ordinateurs. Afin de réguler la température des appareils électriques, des systèmes de
ventilation sont utilisés (intégrés ou non). Il faut alors éviter qu'ils soient bruyants, mais aussi rester
vigilants aux courants d'air engendrés par les machines équipées de ventilateurs.

Ambiance sonore

Ambiance générale
S'agissant d'un espace de travail, cette salle devra être un lieu calme. Or, nous avons
constaté, lors de notre diagnostic, que le niveau sonore ambiant est déjà faible. Quelques bruits
peuvent apparaître de manière aléatoire, mais sans gêne importante pour les expérimentateurs. Les
événements ayant un niveau sonore élevé sont l'alarme de la salle de cours ainsi que l'utilisation de
l'annonce-micro. Etant donné leur rôle de sécurité ou d'avertissement, ces bruits sont utiles et ne
peuvent, ni ne doivent, être diminués complètement.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 115/169
Les claquements des portes coupe-feu ont un niveau sonore élevé et se reproduisent à de multiples
reprises. Comme nous en avions émis l'idée à propos de l'accessibilité des locaux, la meilleure
solution est d'utiliser des systèmes de ventouses électromagnétiques pour maintenir constamment
ces portes ouvertes.
Les double-vitrages ne sont pas nécessairement de bons isolants acoustiques. En effet, seules les
fenêtres avec des verres d'épaisseurs différentes sont efficaces pour se protéger du bruit car elles
permettent d'éviter le phénomène de mise en résonance. Les performances d'isolation peuvent alors
aller de 30 à 40 dB. Cependant, le rendement dépend également de la qualité de la maçonnerie.
D'autre part, une excellent double-vitrage acoustique ne sera pas efficace si l'isolation phonique du
reste du mur est médiocre.

Autres sources de bruit


Différentes sources de bruit peuvent apparaître à l'intérieur d'un local. Afin de créer un
espace agréable, il est nécessaire de les limiter mais également de limiter la réverbération du bruit.
Limitation des sources de bruit intérieures:
Lors du choix de chaque élément du mobilier, la question du niveau sonore engendré devra être
abordée. L'idéal est de choisir du matériel qui émet un bruit inférieur ou identique au niveau
ambiant afin qu'il soit peu perceptible (30-35 dB environ).
Il peut être utile de rappeler que les niveaux sonores ne s’ajoutent pas, mais suivent une échelle
logarithmique. Ainsi, lorsque l'on additionne 2 sources sonores de niveaux X(dB) et Y(dB), on
obtient un niveau sonore répondant à cette relation :

Ainsi, par exemple, 2 sources de bruit émettant chacune 60 dB produiront un bruit de 63 dB.
Plus le niveau sonore sera élevé par rapport à l'environnement de la pièce, plus la gêne sera
importante. Selon la norme NF X 35-121 relative au travail sur écran de visualisation et clavier,
l'ambiance sonore doit être inférieure à 55 dB dans un bureau et il est nécessaire d'éliminer le
maximum de bruits latents (sifflements d'ordinateurs notamment) en les isolant.
Pensons également au bruit émis par les éléments mobiles. La gêne occasionnée dépendra de la
tolérance de chaque personne, mais aussi de la durée ou de la fréquence d'apparition des bruits. En
voici quelques exemples : le crissement des pieds en métal d'une chaise au sol, le grincement d'un
siège de bureau mal entretenu, le claquement des touches usées d'un clavier d'ordinateur...
L'ensemble de ces bruits peuvent nuire au bien-être des utilisateurs de la salle.

Limitation de la réverbération du bruit :


D'un point de vue légal, les normes préconisent de mettre en place des dispositifs qui empêchent la
réverbération du bruit lorsque les nuisances sonores sont supérieures à 85 dB (Arrêté du 30 août
1990 relatif à la correction acoustique des locaux de travail, JO du 27 septembre 1990). Elles ne
concernent donc pas la salle dédiée aux expérimentations.
D'autre part, dans la future salle BMI, nous observons peu de résonance des sons. Ainsi, seuls
quelques éléments suffisent :
• La mise en place de matériaux absorbants sur les plafonds, les murs et le sol. Les faux-

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 116/169
plafonds actuels assurent déjà une absorption suffisante des sons et aucune résonance n'est
perceptible. La mise en place d'une cloison isolante sur le mur mitoyen à la salle
d'expérimentation éviterait, par contre, la propagation des sons vers cette seconde pièce et
pourrait donc être utile. Le meilleur absorbant au niveau du sol est la moquette. Cependant,
pour des raisons de déambulation et d'hygiène, cette solution ne peut être envisagée.
• La mise en place de mobilier réparti sur l'ensemble de la pièce contribuerait à diminuer la
réverbération. La présence d'individus modifie également cet effet.

Afin d'éviter au maximum les perturbations sonores venant de l'extérieur (notamment du bureau des
techniciens situé en face), un système d'indicateur visuel pourrait être mis en place au niveau de la
porte d'entrée de la salle pour indiquer une expérimentation en cours et obtenir le silence : panneau
informatif, avertissement lumineux...

Ambiance électromagnétique
Le matériel utilisé dans cette salle ne doit pas subir de perturbation électromagnétique
excessive afin d'assurer un fonctionnement correct du dispositif BMI.
Notre diagnostic a mis en évidence un champ électromagnétique limité en comparaison de la limite
d'immunité des appareils utilisés (3 V/m).
Par mesure de précaution, nous avons cependant identifié plusieurs points d'attention à prendre en
compte lors des expérimentations :
• Les perturbations du réseau local sont à éviter au maximum : l'ensemble du dispositif BMI
devra donc pouvoir fonctionner sur batterie pendant toute la durée de l'expérimentation
(autonomie de 2h minimum)
• Les ondes émises par le téléphone portable sont importantes. On préfèrera donc l'éteindre
pendant l'expérience
• L'utilisation du WIFI ou de tout autre moyen de communication sans fil est génératrice
d'ondes électromagnétiques non négligeables, mais les perturbations éventuelles ne sont pas
identifiables dans notre analyse. Les ondes engendrées n'atteignent pas les seuils d'immunité
auxquels répond l'ensemble du matériel utilisé.
• L'allumage ou la fermeture des tubes fluorescents provoquent des pics de champs. Ainsi, il
est préférable d'éviter de modifier ces éclairages pendant la durée de recueil des signaux,
même si, ici aussi, les seuils limites ne sont pas atteints.
Il serait intéressant d'étudier l'effet réel de ces perturbateurs potentiels dans le cadre de l'utilisation
des BMI.

2. L'espace dédié aux expérimentations

a) Utilisations prévues
La salle d'expérimentation proprement dite va être utilisée essentiellement par le sujet, mais
pas uniquement :
• Le sujet est le principal utilisateur de cette salle. Il va se positionner sur la zone
expérimentale puis réaliser les tâches requises pour le recueil des signaux et la
communication palliative. Il s'agit donc de déplacements puis d'un travail sur écran de

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 117/169
visualisation ou non
• L'expérimentateur va utiliser la salle de manière temporaire. Il va réaliser des déplacements,
positionner le sujet, mettre en place les électrodes et le matériel nécessaire, donner des
explications et communiquer avec le sujet. Il s'agit donc d'activités globales ou très précises.
• L'accompagnateur va, exceptionnellement, pouvoir être présent dans cette pièce durant la
manipulation. Dans ce cas, il va se déplacer puis patienter, assis dans une zone prédéfinie,
sans aucune autre activité et en silence.

b) Aménagements proposés
A l'exception d'une surface moins importante, les caractéristiques de cet espace sont très
proches de celles de la salle précédente. Il n'y a que 2 fenêtres. Elle communique par une simple
porte, avec l'espace expérimentateur.

Ambiance lumineuse et couleurs


L'ambiance lumineuse doit permettre de réaliser les expérimentations dans les conditions
idéales ou dans des conditions choisies et contrôlées. Elle doit également favoriser le bien-être des
sujets et leur relaxation.

Couleurs
Comme nous l'avons évoqué précédemment, les couleurs ont une dimension psychologique
qu'il est important de prendre en compte si l'on désire que le sujet se sente bien. Par ailleurs, elles
peuvent avoir un effet bénéfique sur la capacité de relaxation d'une personne si elles sont sobres et
apaisantes. Les couleurs pastels sont donc à préférer. Le vert, le bleu ou le blanc ont un effet
reposant, contrairement à d'autres couleurs qui sont plus dynamisantes. Comme pour la salle des
expérimentateurs, un léger jeu de couleurs peut être adopté, tout en conservant une uniformité.
Cette recherche d'uniformité est nécessaire dans l'ensemble de la pièce afin d'éviter toute fatigue
visuelle ou tout intérêt visuel trop important sur l'un ou l'autre des éléments de l'environnement,
susceptible de devenir perturbateur.

Éclairages
L'éclairage de cet espace doit répondre à diverses contraintes. Rappelons ici les besoins de
cette salle :
1. Optimiser le recueil des signaux et éviter toute perturbation visuelle (artéfacts)
2. Permettre de modifier l'éclairage selon l'objectif des expérimentations futures
3. Favoriser la concentration, la relaxation et le bien-être et donc diminuer le stress
4. Faciliter la préparation de l'expérimentation
5. Assurer la sécurité des personnes

1) Le premier objectif requiert un éclairage contrôlé, tamisé et uniforme. Il doit être reproductible
d'une expérimentation à l'autre et sera donc artificiel.
2) Le second objectif suppose la possibilité de pouvoir régler l'intensité lumineuse de la pièce, mais
aussi de jouer sur l'uniformité de celle-ci. Il doit être reproductible ou non. Il s'agit donc d'un
éclairage artificiel, mais aussi, éventuellement, naturel.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 118/169
3) Le troisième objectif préfèrera l'utilisation d'un éclairage naturel. En effet, ce type d'éclairage
favorise la bonne humeur et préserve en partie de la fatigue visuelle, ce qui diminue fortement le
stress. Par ailleurs, il permet de diminuer la sensation d'oppression qui peut être ressentie dans un
espace confiné.
4) Le quatrième objectif demande de disposer d'un éclairage localisé et suffisant lors des tâches
précises.
5) Le cinquième objectif réclame la mise en place d'un éclairage général suffisant pour assurer la
sécurité des personnes, surtout lors des déplacements. Il suppose également de rendre visible les
éléments nécessaires pour orienter le sujet en cas de besoin : interrupteur de lumière, porte de sortie,
dispositif de sécurité incendie, etc

Heureusement, chacune de ces contraintes ne doit pas obligatoirement être mise en œuvre au même
moment. Chaque type d'éclairage peut donc être pensé séparément, mais toujours dans une cohésion
d'ensemble :
• La gestion du stress est surtout importante à l'arrivée de la personne : la première impression
qu'elle aura de la pièce sera déterminante pour la suite des expérimentations. Une fois
rassurée, le fait d'occulter la lumière naturelle sera moins conséquente. Par ailleurs, la
gestion du stress et la relaxation peuvent être faites par d'autres moyens que nous
évoquerons ultérieurement.
• Les déplacements n'auront lieu qu'en début et en fin de séance pour le sujet et son
accompagnateur éventuel. L'expérimentateur, lui, se déplacera pendant toute la phase de
préparation
• La lumière tamisée est surtout nécessaire lors du recueil des signaux. Cette période sera
exclusive : aucune autre tâche ne sera réalisée simultanément dans la pièce. Lors de la phase
de préparation, les yeux du sujet ne devront pas être sollicités à outrance, mais il est
cependant possible de lui imposer des luminosités plus importantes et moins uniformes
• Les tâches précises concernent uniquement la phase de préparation. Elle n'apparaîtront
jamais durant un enregistrement.
• A tout moment, les interrupteurs ou autres dispositifs de sécurité doivent être visibles.
Voici donc les propositions qui en découlent :
L'éclairage naturel doit pouvoir être totalement contrôlé. Les fenêtres doivent pouvoir être
libérées, mais aussi occultées totalement, ne laissant passer aucune lumière du jour. L'utilisation de
stores ou rideaux est utile pour permettre les situations intermédiaires. Mais l'occultation totale des
fenêtres sera plus efficace grâce à la mise en place d'une cloison amovible qui pourra également être
utile pour l'ambiance sonore comme nous l'évoquerons par la suite.

L'éclairage artificiel doit être global et localisé :


• L'éclairage global doit permettre la création d'une luminosité uniforme de 300 lux environ
pour les déplacements ou pour la mise en place générale du matériel. Elle doit pouvoir être
diminuée et ajustée ensuite aux besoins des recueils de données. Elle dépendra alors de la
tâche accomplie : si le sujet doit fermer les yeux, la lumière pourra être très faible pour
éviter toute sollicitation; si le sujet doit regarder un écran, la lumière ambiante dépendra de
la sensation de confort de chacun ainsi que de l'intensité et du contraste de l'écran. Cela
permettra ainsi de favoriser le confort de lecture et éviter tout éblouissement. La solution des

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 119/169
tubes fluorescents est correcte pour un éclairage global. Afin de permettre une variation de
la lumière, il est intéressant de les coupler à un appareil de variation d'intensité de la
lumière qui s'adapte à tout type de source : incandescente, fluorescente, halogène... En plus
des néons, il existe alors un risque d'augmentation de l'émission d'ondes électromagnétiques
qu'il ne faudra pas négliger.

• L'éclairage localisé concerne surtout l'expérimentateur. En effet, la mise en place des


électrodes nécessite une précision importante. Pour cela, une lampe sur pied ou fixée sur
une tablette roulante, amovible et orientable, est utile pour faciliter cette activité et éviter
d'augmenter la luminosité générale de la pièce. Elle doit alors éclairer suffisamment (500 lx)
et ne doit pas engendrer de chaleur excessive. Elle doit pouvoir être positionnée au dessus
du crâne du sujet.

Aucun éclairage n'est prévu pour l'accompagnant qui doit se faire le plus discret possible et qui
n'aura aucune activité. Mais, par mesure de sécurité, il sera utile qu'il se trouve à proximité d'un
interrupteur.
Pour les tâches réalisées par le sujet, il est possible de prévoir une lampe de bureau d'appoint s'il a
une préférence pour ce mode d'éclairage.
Concernant l'ergonomie et l'amélioration de la visualisation à l'écran, il existe des systèmes de
rétroéclairage par LED de certains écrans LCD : il s'agit de l'adaptation des couleurs autour de
l'écran, en fonction de celles qui apparaissent sur le moniteur. Cette nouvelle technologie permet
d'optimiser les contrastes et la qualité des images, notamment dans des environnements peu
éclairés. Cependant, nous n'avons retrouvé aucune donnée précise sur les bénéfices ergonomiques
d'un tel système, qui pourrait, par ailleurs, être source de perturbation pour une personne qui n'en a
pas l'habitude (tendance à focaliser son attention sur un accessoire nouveau pour elle).
En ce qui concerne les dispositifs de sécurité, un rétroéclairage est à prévoir afin de les mettre en
évidence dans la pénombre.

Ambiance thermique
L'ambiance thermique recherchée est identique à celle de la salle précédente. Il s'agit, en
effet, de créer une ambiance neutre, autant en ce qui concerne la température que l'humidité. Ainsi,
les propositions faites auparavant concernent également cette salle. Par contre, le volume à chauffer
est ici de 40 m³, ce qui demanderait un radiateur d'une puissance de 1000 à 1300 Watt environ.
La gestion de l'humidité est nécessaire pour le confort mais également pour le stockage et
l'utilisation du matériel dans de bonnes conditions.
La température devra être agréable pour la personne. Ainsi, il faudra l'adapter à ses vêtements, à sa
sensation de confort et à l'effort demandé (la température corporelle est dépendante de la dépense
énergétique). Elle pourra également être augmentée ou diminuée selon le thème de l'étude réalisée.

Ambiance sonore

Ambiance générale
Contrairement à la salle précédente, les perturbations sonores, doivent, ici, être évitées au
maximum. En effet, plus que la recherche du confort, il est également primordial d'éviter
l'apparition d'artéfacts. Ceux-ci peuvent être dûs à l'apparition de potentiels évoqués auditifs,

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 120/169
mais aussi à la focalisation de l'attention sur le bruit.
Néanmoins, afin d'envisager des expérimentations futures, plus proches de la réalité (avec des bruits
aléatoires, ponctuels ou lancinants), il est important de prévoir la possibilité d'inclure ces
perturbations (de manière contrôlée ou non) dans l'environnement de test.
Dans notre situation, les bruits sont des bruits aériens ainsi que des bruits d'impact : les premiers
se propagent dans l'air à travers les murs et les cloisons, les seconds provoquent la vibration de
toute la structure. Le deuxième cas est plus difficile à résoudre. Cependant, il concerne surtout les
portes coupe-feu pour lesquelles une solution a d'ors et déjà été proposée.
La pièce va donc devoir être isolée de ces bruits aériens, notamment par la mise en place de
matériaux isolants qui absorberont le bruit et permettront ainsi, par la même occasion, sa
réverbération. Lors de notre diagnostic nous avons pu distinguer des sources de bruits allant jusqu'à
67 dB. L'idéal étant d'obtenir une ambiance calme de moins de 30 dB, l'isolation de la pièce devra
alors avoir une performance de 40 dB environ (67 - 30 = 37 dB).

Il existe 3 solutions pour isoler un mur préexistant : les plaques à coller sur le mur, les
cloisons sur rail ou les contre-cloisons maçonnées. Les performances acoustiques dépendent surtout
du type de matériau et de son épaisseur. Le problème principal ici est que le mur de façade possède
des fenêtres et 2 portes sont présentes sur d'autres murs. Isoler correctement une pièce demande de
rendre chacun de ces éléments suffisamment absorbants.
Comme nous l'avions évoqué à propos de la luminosité, la mise en place d'une cloison coulissante
ou extensible (accordéon ou plane), constituant une isolation thermique, lumineuse et phonique du
mur de façade est envisagée. Cette solution a été évoquée devant la nécessité de conserver l'utilité
des fenêtres (pour la lumière et la sécurité notamment), tout en ayant la possibilité de créer un
espace totalement contrôlé et contrôlable.
Le système extensible a l'avantage d'être plus compact et permet une ouverture/fermeture aisée et
rapide, ce qui n'est pas le cas des cloisons coulissantes. Alors qu'il était auparavant très inesthétique,
il existe maintenant la possibilité de choisir des coloris ou des imitations de texture différents.
Pouvant être disposé en un seul ou 2 vantaux, son utilisation pourra être facilitée.
Pour la cloison mitoyenne et pour celle du couloir, une porte suffisamment isolante devra
remplacer la porte actuelle : toute la difficulté sera de réaliser une maçonnerie appropriée
(étanchéité, isolation...). Éventuellement, la solution de la cloison coulissante pourrait être aussi
adoptée pour le mur du couloir : il s'agit d'une source de bruit non négligeable et incontrôlable.
L'isolation doit donc y être réellement efficace.
Quelle(s) que soi(en)t la ou les solutions adoptée(s), il est préférable que les travaux relatifs à et
aspect soient effectués par des spécialistes de l'isolation.

Autres sources de bruit


N'oublions pas que les sources sonores peuvent être internes à la salle comme nous l'avions
abordé précédemment. Les mesures seront donc les mêmes. Par ailleurs, les personnes présentes
dans l'espace expérimentateur devront être le plus discret possible pendant les enregistrements.
L'ensemble des sons utilisés comme feed-back auditifs ou pour communiquer devront être proches
du niveau sonore d'une communication classique soit environ 60 dB si l'ambiance est calme.
Évidemment, cette intensité devra être ajustée (et donc ajustable) en fonction de la tolérance
auditive et des capacités auditives du sujet ainsi que des besoins expérimentaux. Ces sources
sonores devront nécessairement être prises en compte lors de l'analyse des données.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 121/169
Ambiance électromagnétique
Cette pièce est utilisée pour le recueil des signaux cérébraux. Il faut donc porter une
attention toute particulière au champ électromagnétique ambiant, afin d'éviter toute perturbation du
matériel sensible (les électrodes par exemple), mais aussi toute perturbation des ondes cérébrales.
Nous nous sommes posés la question de la mise en place d'une cage de Faraday. L'avantage serait
d'éviter toute perturbation électromagnétique. Cependant, il existe de nombreux inconvénients :
• Chaque dispositif électrique utilisé à l'intérieur devra lui-même être isolé (lampes, écran,
prises électriques, etc) afin de permettre une réelle efficacité
• Aucune fenêtre ne pourra être envisagée, la porte devra être totalement étanche
• Après quelques visites de cage de Faraday, la sensation ressentie par différents individus
peut aller d'une indifférence à une sensation d'oppression...
Devant cette liste de désagréments, complétée par notre recherche sur sa mise en place effective
dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur, nous nous sommes rendus compte que peu de
laboratoires BMI en possèdent. Par ailleurs, un des laboratoires interrogés nous a informé qu'il ne
constatait aucune différence avec ou sans cette protection.
Afin de prendre une décision appropriée, nous avons donc réalisé la même expérimentation dans la
salle BMI et dans une chambre anéchoïque. L'analyse des résultats est difficile et mériterait une
recherche plus approfondie. Cependant, à première vue, les enregistrements ne posent aucun
problème ni d'un côté, ni de l'autre.
Nous avons donc choisi de ne pas mettre en place de dispositif de ce type. En cas de besoin, nous
nous sommes cependant assurés de la possibilité de réaliser des expérimentations BMI au sein du
laboratoire de RadioPropagation et Électronique ultérieurement.
Face à l'absence de bouclier électromagnétique, il convient par contre d'être vigilant à toute source
de perturbation électromagnétique éventuelle :
• Aucun téléphone portable ne doit rester allumer dans cette pièce.
Kramarenko et al. (2003) observe qu'une fois le téléphone éteint, l'activité à ondes lentes
provoquée par un téléphone portable diminue progressivement puis disparaît seulement au
bout de 15-20 minutes. Ne connaissant pas encore avec certitude les effets de cet appareil, et
par mesure de précaution, il serait donc utile de disposer d'un délai de « repos » avant
l'enregistrement des signaux. Le temps nécessaire à la préparation de l'expérimentation
constitue un espace de temps raisonnable.
• L'ensemble des autres recommandations concernant la première salle est à suivre ici
La plupart des laboratoires protège leur réseau électrique de toute interférence. Le meilleur moyen
est de l'isoler du reste du réseau de bâtiment. Devant la complexité de cette solution, il a plutôt été
décidé de faire fonctionner l'ensemble du matériel BMI de manière autonome, sur batterie.
L'effet des lumières, et notamment du variateur, est à évaluer. Les ondes électromagnétiques émises
ne devraient cependant pas être suffisantes pour perturber les données enregistrées.

Il est important de remarquer qu'il existe de nombreux systèmes d'EEG portables qui
communiquent grâce à des technologies sans fil (WIFI, bluetooth...). D'autre part, de nombreux
réseaux WIFI sont maintenant installés dans les hôpitaux, dans lesquels se trouvent des salles
d'examen EEG, EMG. La seule précaution exprimée dans ce cas est que la borne se trouve à plus de
3 mètres du sujet. Les fabricants de matériel EEG n'émettent d'ailleurs aucune restriction, à

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 122/169
l'exception des perturbations du réseau local (50 Hz).

Pour l'ensemble de ces préconisations, il sera important d'étudier et de vérifier précisément


la conformité du matériel et son utilisation correcte. Certains travaux devront être réalisés par des
spécialistes pour assurer une efficacité optimale (isolation phonique par exemple). Les éléments qui
ont une durée de vie limitée, telles que les lampes par exemple, devront absolument être vérifiés et
entretenus régulièrement. La présence d'une réserve de fournitures évitera le blocage des
expérimentations en cas de dysfonctionnement éventuel.

C) Matériel nécessaire
Afin de proposer du matériel adapté à cette nouvelle salle d'expérimentation BMI, nous
avons tenté de répondre aux besoins actuels, tout en envisageant une adaptabilité de l'ensemble du
dispositif : en terme d'utilisation humaine, mais également matérielle ou protocolaire.
Les choix réalisés se sont basés sur notre analyse préalable et essaient de donner les meilleures
réponses possibles.

1. Le dispositif BMI
Le dispositif BMI utilisé actuellement est identique à celui décrit dans notre analyse de la
situation d'expérimentation de la partie 4 II.
Pour les futures expérimentations, une réflexion est actuellement en cours pour modifier quelques
éléments du dispositif. Il est prévu :
• Le changement du casque et des électrodes : il s'agira probablement d'électrodes actives,
permettant de vérifier leur impédance sans ordinateur à proximité (les électrodes deviennent
vertes lorsque l'impédance est correcte)
• L'utilisation d'un gel à la place de la pâte conductrice pour faciliter la préparation de
l'expérimentation et le confort du sujet : la mise en place se fait grâce à une seringue, sans
nécessité d'écarter les cheveux ni de décaper le cuir chevelu au préalable. Contrairement à la
pâte, l'assèchement du gel est moindre et permet ainsi de réaliser des expérimentations plus
longues avec une efficacité durable.
• La mise sur batterie de l'ensemble du dispositif : ordinateurs, amplificateur et écran.
• Le changement de logiciel BMI : le projet est d'utiliser le logiciel Open VIBE. Il s'agit d'un
logiciel créé par des chercheurs de l'INRIA et de l'INSERM. A l'image du logiciel BCI2000,
il s'agit d'un logiciel libre qui permet d'harmoniser les recherches dans les différents
domaines des interfaces cerveau-ordinateur : traitement du signal, classification,
optimisation des applications telles que la communication palliative, etc. Les applications
proposées concernent la communication palliative, mais aussi la réalité virtuelle et les jeux
vidéos.

Les éléments se trouveront soit dans la salle expérimentateur, soit dans la salle expérimentation :
Salle expérimentateur :
 le ou les ordinateur(s) pour le traitement et la classification des signaux, l'enregistrement des
données, l'application de communication palliative…

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 123/169
 des écrans de contrôle pour chacun de ces ordinateurs
Salle expérimentation :
 l'écran de stimulation uniquement
 le casque et les électrodes
 les électrodes EMG (électromyographie) et EOG (électrooculographie)
 le gel conducteur
 l'amplificateur de signaux
 le modèle du système 10-20 pour aider à la mise en place des électrodes

2. Le mobilier
On peut distinguer les éléments du mobilier selon les utilisateurs auxquels ils sont destinés.

a) Le mobilier destiné à l'expérimentateur


L'expérimentateur est considéré comme un individu sain ou éventuellement avec un
handicap peu invalidant (lui permettant de gérer la manipulation de manière autonome). Il possède
ainsi de bonne capacités de mobilisation. Il réalise des tâches relativement diversifiées pendant
toute la période de test et effectue des changements réguliers de position.

Salle « expérimentateur »

Bureau
L'expérimentateur surveille les enregistrements des signaux ainsi que le sujet grâce à des
écrans de visualisation placés sur un bureau. Ce dernier doit donc être suffisamment large pour
permettre le mise en place de 3 écrans : 2 pour le dispositif BMI, 1 pour la surveillance vidéo. Ces 3
écrans ne doivent pas être trop éloignés les uns des autres afin d'éviter tout excès de sollicitation des
yeux, du cou et du tronc (mouvements de torsion).
Une partie du plan de travail doit être facilement accessible pour les tâches de lecture ou d'écriture.
Les fournitures de bureau principalement utilisées doivent pouvoir être positionnées à proximité de
l'expérimentateur. A titre indicatif, un écran LCD classique utilise une surface d'environ 50-55 cm
de large et 20-25 cm de profondeur : un espace libre est donc généralement présent devant le
moniteur.
On préconise d'utiliser des plans de travail ajustables entre 65 et 74 cm de hauteur, avec une
profondeur entre 80 et 90 cm. L'espace suffisant disponible sous le plan de travail doit être
supérieur à 55 cm de profondeur au niveau des genoux, à 70 cm au niveau des pieds. L'épaisseur du
plan de travail ne doit pas excéder 50 mm (Norme AFNOR NF X 35-104) (document 6-10)

Nous proposons le choix d'un bureau en L, favorisant la mise en place des écrans à proximité les
uns des autres. Quelques parties destinées au rangement peuvent être présentes, comme des blocs
de tiroirs : pour le stockage du papier, des crayons, de la documentation, des modes d'emploi, etc.
Leur emplacement ne doit gêner ni l'accès au bureau ni le déplacement du siège.
Un bureau avec fond plein est plus esthétique car il permet de cacher les câbles. Mais surtout, il
constitue une isolation sonore et thermique satisfaisante, par exemple, pour les ventilateurs des

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 124/169
unités centrales.
Son encombrement doit être inférieur ou égal à 180 cm x 180 cm pour être ajusté à l'espace de
travail et aux besoins de déplacements que nous évoquerons par la suite.

Illustration 1

REPERES POUR LE BUREAU


Hauteur d'assise 42 – 52 cm
FAUTEUIL Profondeur d'assise 40 – 42 cm
Hauteur de dossier 45 – 55 cm
Hauteur 65 – 74 cm
PLAN DE TRAVAIL Profondeur 80 – 110 cm
Ecart avec l'assise 20 - 26 cm
Largeur > 40 cm
REPOSE PIEDS Hauteur 4 – 15 cm
Inclinaison 0 – 15°

Illustration 2

Document 6-10 : Dimensions de base des éléments d'un bureau (INRS19)

L'illustration 1 rappelle les réglages minimaux à avoir sur un siège de bureau dit ergonomique. L'illustration 2 donne
également quelques repères concernant les dimensions idéales des fauteuil, plan de travail et repose-pied. Le respect
de ces mesures permet de mettre en place un poste de travail adapté et adaptable.

Siège
Dans le cas présent, le siège utilisé par l'expérimentateur est destiné à un travail de bureau,
devant un écran de visualisation.
Pour assurer un confort optimal en position assise, le siège utilisé doit être confortable, respecter
les courbures lombaires et permettre de varier facilement les postures au cours des tâches. Il faut
rechercher d'une part la mobilité, d'autre part la stabilité. Les appuis doivent être fermes. Le type
de revêtement utilisé doit empêcher une transpiration excessive.
Idéalement, la profondeur d'assise doit être ajustable entre 38 et 44 cm, et la hauteur d'assise entre
42 et 55cm. Le dossier, réglable en inclinaison, peut réaliser une course de 8 cm environ
(translation) et proposer un appui lombaire correct, voire adaptable (mousse à mémoire de forme ou
viscoélastique par exemple). Ces ajustements doivent être simples et ne nécessiter aucun effort
important.
Il est possible de choisir un siège avec accoudoirs. Cela apportera du confort et un meilleur
maintien lors des tâches immobiles d'observation. Cependant, ils risquent de gêner l'accès au bureau
lors de l'utilisation d'un clavier ou pour écrire, ainsi que les nombreuses rotations du siège lors du
contrôle des écrans.
Un piétinement à roulettes à 5 branches est indispensable pour faciliter les déplacements tout en
19 http://www.inrs.fr/htm/le_travail_sur_ecran.html

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 125/169
assurant une certaine stabilité. Les roulettes doivent être choisies en fonction de la nature du
revêtement de sol.
Les pieds de l'expérimentateur doivent être posés au sol pour assurer son équilibre. En cas
d'impossibilité, un repose-pied antidérapant et adhérant au sol doit être mis en place.

Le nombre de fauteuils à prévoir dépendra du nombre d'expérimentateurs qui interviendront


lors des expérimentations.

Lampes
Nous ne reviendrons pas en détail sur cet aspect qui a été abordé dans la partie précédente.

Rangements
L'expérimentateur a besoin d'espaces de rangement : pour le dispositif BMI, pour les
documents ou dossiers de travail ainsi que pour l'ensemble des stocks de matériel.
Une grande armoire, organisée en fonction des besoins (tiroirs, casiers), est donc indispensable.
Elle doit être suffisamment grande pour stocker l'ensemble du matériel actuel et futur, mais ne pas
trop encombrer l'espace. Ainsi, dans l'idéal, elle ne doit pas excéder 2 mètres de long et 50 cm de
profondeur.
L'ensemble des rangements doit être sécurisé par une clé ou un code. En effet, le matériel utilisé est
onéreux. Les dossiers, quant à eux, contiennent des données personnelles (même s'ils sont
anonymes), dont la perte serait gênante pour le déroulement des recherches. Pour la même raison, il
est utile d'envisager des armoires anti-feu.
L'encombrement des ouvertures peut gêner les déplacements. C'est pourquoi, les portes
coulissantes ou les armoires de type « rideaux » sont préférées. Les ouvertures de type accordéon
sont également envisageables.
Ce mobilier devra être simple d'accès et d'utilisation : éviter les systèmes d'ouverture trop
complexes, les recoins difficilement accessibles dans l'armoire, etc.

Salle « expérimentation »

Siège
Dans cette salle, l'expérimentateur va essentiellement réaliser des déplacements, ainsi que
des stations debout prolongées, penchées vers l'avant, pour la mise en place du matériel. Cette
position est très nocive pour le dos. Par ailleurs, une station debout est peu propice à la réalisation
de tâches précises (ici placement des électrodes).
Ainsi, nous préconisons l'utilisation de la position assis-debout. Elle permet d'éviter les
inconvénients de la station assise (diminution de l'amplitude des mouvements et de la zone de
travail disponible, gêne de la circulation sanguine...) ou debout (source de troubles circulatoires, de
douleurs lombaires...). Elle conserve cependant les avantages de ces 2 positions : diminue la fatigue
et les contraintes physiologiques, stabilise la position, favorise les travaux de précision et de
concentration, permet une liberté de mouvements et un champ de vision élargi... Dans cette
position, le dos (et particulièrement la région lombaire) est protégé grâce à la rétroversion du bassin
et, par conséquent, la diminution de la courbure lombaire. Cependant, comme n'importe quelle autre
position, elle devient bien sûr contraignante à la longue et nécessite un changement de position si
la durée d'utilisation augmente.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 126/169
Nous proposons ainsi l'utilisation d'un siège, avec ou sans dossier, ayant une hauteur d'assise
réglable de 50 cm à 75 cm environ. Sa stabilité doit être assurée et les systèmes à bascule sont donc
à éviter : on préfèrera les roulettes (5 branches). L'inclinaison de l'assise et le réglage du dossier
sont un plus mais ne sont pas indispensables. Ce siège doit être relativement léger pour faciliter son
déplacement d'une zone de rangement à une zone d'utilisation effective. Le système d'ajustement
doit être simple. Le revêtement de l'assise doit être non glissant pour améliorer la stabilité.
Dans l'idéal, afin d'éviter tout contrainte excessive, l'expérimentateur pourra alors venir se
positionner de manière à ce que la tête du sujet se trouve au niveau de sa propre zone d'activité
prioritaire (revoir document 5-2)

Rangements
Dans cette pièce, il est nécessaire de disposer d'un mobilier de rangement permettant de
stocker le matériel BMI utilisé côté sujet. Nous conseillons la mise en place d'un élément de type
« chariot-armoire » faisant également office de station de travail si nécessaire. Il faudra prévoir à
l'intérieur, par exemple :
• Une tête de mannequin pour servir de support au casque
• Un « peigne » pour suspendre les électrodes et leurs câbles et éviter ainsi les nœuds
• Un casier pour les documents tel le modèle du système 10-20
Le matériel BMI étant fragile et onéreux, il conviendra de le placer dans une armoire fermée (éviter
la poussière) à clé et protégée du feu.
L'avantage d'un mobilier mobile est la possibilité de le déplacer d'une salle à l'autre en cas de besoin
(au moment du nettoyage par exemple). Par ailleurs, la présence d'une « paillasse » au dessus du
chariot permettra d'y positionner quelques éléments utiles à la préparation :
• le modèle du système 10-20 pour placer correctement les électrodes
• l'ordinateur portable pour la vérification de l'impédance des électrodes (avec le système
actuel) et le paramétrage du dispositif avant enregistrement
• une lampe orientable pour éclairer correctement le crâne du sujet lors de la mise en place des
électrodes

Éclairage
L'éclairage local doit pouvoir être positionné au-dessus du crâne du sujet comme nous
l'avons évoqué précédemment.

b) Le mobilier destiné au sujet d'expérimentation

Salle « expérimentateur»
Cette pièce permet d'accueillir le sujet, de lui donner quelques explications et de lui faire
signer le consentement. Il transite ensuite vers la seconde pièce qui lui est destinée de manière plus
spécifique.

Siège
Le siège proposé au sujet va être utilisé sur un délai relativement court : le temps de recevoir
les explications de l'expérimentation, poser quelques questions et signer le consentement. Il doit

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 127/169
donc être confortable, mais ne doit pas nécessairement être très ajustable.
Il peut donc s'agir d'une chaise plus classique, répondant aux normes d'ergonomie, avec une assise
de 50 cm de hauteur environ . Elle sera fixe et légère pour en faciliter le déplacement. La largeur et
la profondeur devront être suffisantes pour s'adapter aux personnes en surcharge pondérale. Ainsi,
le poids d'utilisateur supporté doit être d'au moins 120 kg.
Des patins antibruit permettront d'éviter toute source sonore désagréable et assureront, par la même
occasion, la stabilité du siège.
Des accoudoirs faciliteraient les transferts assis-debout. Cependant, le but étant de pouvoir
s'approcher au plus près du bureau pour signer, cela serait inapproprié. En cas de problème de
changement de position, une aide humaine ou un appui sur le bureau aideront à réaliser cette tâche.

Plan de travail
Afin de signer le consentement, et pour recevoir les explications, il est utile de prévoir un
plan de travail spécifique, adapté aux caractéristiques des sujets.
L'utilisation du bureau comme plan de travail est possible mais ne sera pas adaptée aux personnes
en fauteuil roulant qui ont souvent besoin d'une hauteur plus importante.
Ainsi, il peut être utile de mettre en place une table, peu encombrante et réglable en hauteur, à
proximité du bureau. Pour une personne « marchante », la hauteur sera réglée de manière standard.
Pour une personne en fauteuil roulant, la table pourra être positionnée en fonction du confort et des
besoins. Pour augmenter les possibilités pour chacun, cette table devra être à roulettes, avec frein,
pour éviter tout déplacement inutile et fatiguant.
Le produit correspondant à ces critères est une « table de lit » : il s'agit d'une tablette à un seul pied,
réglable en hauteur et en inclinaison, généralement par vérin pneumatique. L'empâtement au sol est
réduit, ce qui permet notamment de s'approcher au plus près de la personne en fauteuil roulant
notamment. La surface du plan est réduite (environ 40 cm x 60 cm) mais est suffisante pour le
recueil d'une simple signature et pour la lecture. Il s'agit du système utilisé dans les hôpitaux.
Le principal inconvénient de ce type de mobilier est parfois son manque de stabilité. Il sera donc
nécessaire de le tester avant toute décision finale. Par contre, facilement transportable, il présente
l'avantage de pouvoir servir de support lors de l'expérimentation (ordinateur, document, etc).

Rangement
Il est essentiel de pouvoir ranger, de manière appropriée et sécurisée, les biens dont le sujet
va se libérer avant d'entrer dans la salle d'expérimentation. Il s'agit de son manteau, de son sac à
main, de son téléphone portable... Aucun objet inutilement encombrant ou susceptible de perturber
l'expérimentation ne doit être gardé par le sujet. Seul les aides au déplacement ou d'autres
dispositifs de palliation du handicap sont conservés dans la seconde pièce.
La sécurité des éléments est indispensable pour que la personne soit rassurée lorsqu'elle se rend
dans la seconde salle. Ainsi, nous conseillons de choisir une petite armoire, étroite et peu
encombrante, avec une zone de penderie, ainsi qu'un casier et, éventuellement, un ou plusieurs
tiroirs. Cette armoire doit pouvoir être fermée à clé. Son utilisation doit être simple. La faible
profondeur de l'armoire facilitera l'accès. Un mobilier de type « vestiaire » répond aux besoins.

Il est possible de prévoir ce même élément pour l'expérimentateur ou l'accompagnant : il évitera


l'encombrement de l'espace, d'un point de vue esthétique et fonctionnel.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 128/169
Salle « expérimentation»

Siège
Le confort est la la priorité ici. Les expérimentations vont essentiellement être réalisées en
position assise, voire semi-assise. Les critères essentiels à respecter sont :
• Un excellent maintien, pour éviter tout mouvement corporel durant les enregistrements,
ainsi que pour favoriser la sensation de sécurité
• Une adaptation optimale aux caractéristiques physiques du sujet afin que la posture
adoptée soit supportable pendant toute la durée de l'expérimentation
• Des réglages simples et modifiables facilement, lorsque le sujet est assis
• Des transferts assis-debout simplifiés
• La stabilité du fauteuil pendant le test devant, cependant, laisser la place à une grande
mobilité le reste du temps pour faciliter l'organisation de l'espace.

Dans l'idéal, nous préconisons donc de vérifier ces aspects :


➢ Revêtement non glissant, agréable, respirant et nettoyable facilement.
➢ Accoudoirs réglables en hauteur, en écartement et en profondeur
➢ Assise réglable en largeur (possible grâce à l'ajustement des accoudoirs) et profondeur (possible
grâce à l'ajustement du dossier)
➢ Dossier réglable en profondeur, inclinable, avec maintien lombaire adaptable (par réglages de
l'épaisseur et de la hauteur ou grâce à une mousse à mémoire de forme)
➢ Soutien au niveau des pieds : possibilité d'un repose pied réglable en hauteur
➢ Inclinaison possible de l'ensemble du siège (assise + dossier) avec réglage de l'angle thoraco
-fémoral : en arrière pour une position semi assise, en avant pour faciliter les transferts assis-debout
➢ Roulettes et frein : 5 branches ou 4 pieds
➢ Appui-tête réglable en profondeur et en hauteur. Il ne doit pas gêner le positionnement du casque
et des électrodes
➢ Réglages par vérins pneumatiques manuels ou électriques dont les manettes doivent être
facilement accessibles au sujet et à l'expérimentateur
➢ Le siège doit supporter un poids minimum de 120 kg

Plusieurs choix de fauteuil s'offrent à nous. Nous allons en décrire brièvement les avantages et
inconvénients :

Le fauteuil de repos ou de relaxation :


Il s'agit classiquement du fauteuil mis en place dans les chambres d'hôpitaux pour permettre aux
patients de s'y installer confortablement, parfois pendant plusieurs heures. Il peut également s'agir
des fauteuils destinés à la relaxation de personnes âgées à domicile.
Les avantages sont surtout le confort général, le revêtement adapté, les possibilités de changement

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 129/169
rapide et simple de positions (parfois électrisé), la mobilité et la stabilité, la sûreté, le maintien
corporel, la présence fréquente de repose-pieds, la facilitation des transferts.
Les inconvénients sont surtout l'encombrement, la difficulté de manipulation dans l'espace et,
surtout, le manque d'adaptation pour les personnes ayant des mesures anthropométriques différentes
de la « norme ». Le dossier haut, pour permettre l'appui de la tête, peut gêner le maintien du bonnet
et des électrodes.
Ces fauteuils demandent une bonne maîtrise des différents réglages en fonction des morphologies,
afin de s'assurer du maintien correct du corps. Il n'est pas rare, dans les hôpitaux, de retrouver des
personnes ayant glissé de leur fauteuil à cause d'un mauvais positionnement initial, et d'une grande
difficulté à s'y mouvoir.
Finalement, on peut dire qu'il s'agit d'un excellent fauteuil pour se relaxer, mais qui n'est pas
toujours bien adapté en terme d'ergonomie et de facilitation des mouvements.

Le fauteuil de dentiste :
Il s'agit d'un fauteuil évoqué par certains laboratoires qui ont mis en place des salles
d'expérimentation dédiées. Il possède des caractéristiques identiques au fauteuil de repos mais
permet, en plus, une adaptation de la hauteur afin de permettre au sujet de s'y assoir plus facilement.
L'appui-tête, qui est souvent dissocié du reste du dossier, donne une possibilité de placer le support
de manière plus appropriée.
Son encombrement très important et son manque complet de mobilité sont des arguments
défavorables à son utilisation dans notre future salle BMI.

Le fauteuil de bureau « ergonomique » :


Cette solution est la plus souvent évoquée par les laboratoires BMI. Quelques fauteuils de bureau
permettent effectivement une grande partie des réglages recherchés, notamment en ce qui concerne
l'adaptation du siège à la morphologie du sujet : assise, dossier, accoudoirs... La possibilité de
monter ou descendre l'assise favorise les transferts et l'appui au sol. La tête est généralement libérée
du dossier, permettant l'ajout d'un appui-tête plus adapté. Sa mobilité importante facilite son
utilisation dans l'ensemble de la pièce.
Cependant, la mobilité prime souvent sur la stabilité et le faible empâtement contribue à la sensation
de risque de basculement. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'inclinaison du siège en arrière est
souvent limitée. Peu de modèles avec frein existent. S'agissant d'un fauteuil de travail, sa structure
(mousse, revêtement, volumes, maintien...) n'a pas été pensée de manière à y rester totalement
immobile : le bien-être sur une longue durée d'inactivité est correct mais non optimal.
Contrairement aux fauteuils précédents, il s'agit souvent d'un matériel très fonctionnel, mais peu
propice à une relaxation générale.

En ce qui concerne les expérimentations au LAGIS, la relaxation est une nécessité et c'est
l'objectif principal qui a été formulé par les chercheurs du laboratoire.
En partant du principe qu'un sujet sain ou un sujet légèrement handicapé se positionnera dans le
fauteuil, et qu'un sujet en fauteuil roulant restera dans son propre matériel, nous opterions plutôt
pour un fauteuil de type « relaxation ».

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 130/169
Cependant, nous pouvons identifier une situation particulière qui est celle d'un paraplégique actif : il
se déplace généralement dans un fauteuil roulant manuel ultra-léger et compact ,qui n'est pas
propice au repos total du sujet. Le dossier est bas, l'angle pelvi-trochantérien (entre le tronc et les
cuisses) est réduit, la protection anti-escarre du coussin d'assise impose des push-up toutes les 5
minutes... Ainsi, il serait donc judicieux de choisir un modèle de fauteuil susceptible de favoriser les
transferts autonomes assis-assis d'un paraplégique.
Le choix du fauteuil de repos de type « hôpital » me semble donc plus approprié dans le cadre des
expérimentations du LAGIS. Bien que moins esthétique, il s'adaptera plus facilement aux divers
besoins. Par ailleurs, le revêtement de ce type de mobilier est entièrement conçu pour favoriser
l'hygiène et la stabilité contrairement à d'autres systèmes de relaxation qui sont glissants (cuir) ou en
tissu. Le confort devra être vérifié par des tests préalables.
Un appui tête spécifique étant difficile à mettre en place, nous conseillons de prévoir un oreiller,
suffisamment mou, afin de poser la tête de manière confortable et répartir les pressions
correctement. Cette méthode est utilisée lors des examens EEG qui se déroulent en position
allongée.

Support d'écran
Au sein de la salle d'expérimentation, le sujet sera généralement placé face à un écran
d'ordinateur. Celui-ci devra être positionnable selon les besoins du sujet et de l'expérimentation.
Il existe 2 solutions possibles : l'utilisation d'un bureau ou l'utilisation d'un bras articulé sur pied. Le
choix doit être fait en regard des avantages et inconvénients de chacun et selon les objectifs
recherchés :
• Le bureau préconisé devra être réglable en hauteur, de 65 et 74 cm au moins. Comme
évoqué précédemment, le passage pour les jambes devra être dégagé, avec une profondeur
suffisante. L'empâtement devra être suffisamment large pour l'accès du fauteuil roulant
manuel ou électrique, soit 80 cm au minimum. Le plan de travail pourra être légèrement
inclinable vers l'avant.
Les avantages sont essentiellement : le non dépaysement des sujets face à un élément utilisé
classiquement, à domicile, un comblement de l'espace autour du sujet, une possibilité de
support pour d'autres éléments (lampe, documents, etc), une facilité de reproduction de la
situation, une meilleure gestion des câbles.
Les inconvénients sont : la limitation des possibilités d'adaptation face à des besoins plus
atypiques (par exemple, un enraidissement de la nuque en extension qui nécessiterait de
positionne l'écran au dessus du sujet et penché vers l'avant), un encombrement inutile de
l'espace pour la giration du fauteuil
• Le bras articulé sur pied devrait répondre à diverses contraintes : une possibilité
d'ajustement dans les 3 dimensions de l'espace, avec des hauteurs minimales et maximales
les plus importantes possibles, et un ajustement de plus de 50 cm, une bonne mobilité du
pied avec des freins efficaces.
Les avantages sont : une excellente adaptabilité du système, un encombrement minimum, un
dispositif moderne.
Les inconvénients sont surtout la difficulté de reproduction d'une situation ainsi que le
perturbation engendrée par l'utilisation d'un nouveau système. D'autre part, l'impossibilité de
positionner des éléments complémentaires (lumière, etc) utiles à l'expérimentation peut
devenir gênante.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 131/169
• Une troisième solution est alors envisageable, tentant de conserver le meilleur des deux
situations précédentes. Il s'agit d'utiliser un bureau ayant les caractéristiques évoquées ci-
dessus, couplé à un bras articulé possédant une fixation de bureau. Ce bras, ajustable dans
les 3 dimensions permet d'apporter la touche d'adaptabilité et de modernité absente
jusqu'alors. Attention cependant à la compatibilité entre l'écran et le support choisi...
Dans la plupart des cas, cette solution sera idéale. L'avantage d'un bras articulé à plusieurs
branches est la reproductibilité de chaque angle d'une séance à l'autre. Par ailleurs, si le sujet
est placé en position semi-allongée lors de certaines expérimentations, le positionnement de
l'écran est simplifié.
En cas de situation très complexe, dans laquelle le bureau serait une gêne, le support d'écran
pourrait être fixé sur d'autres éléments (la tablette de la salle « expérimentateur » par
exemple)
Notons qu'il existe des « bureaux ergonomiques » très étudiés dans ce sens et à la pointe. Citons,
pour exemple, l'Ergopod500 de la société Officeorganix20 qui permet d'adapter le poste de travail
pour travailler dans n'importe quelle position. Cependant, son utilisation risque d'être
impressionnante pour le sujet... Et le coût n'est pas négligeable !

Rangement
Le rangement des aides à la marche à proximité du siège est une nécessité pour les raisons
suivantes :
• accueillir convenablement le sujet en lui montrant que la salle lui est destinée
• éviter un encombrement ou une gêne de la circulation
• éviter une chute du matériel ou d'autres perturbations durant l'expérimentation
• pouvoir s'en séparer puis le reprendre de manière autonome
Concernant les cannes (simples ou anglaises), l'idéal est de positionner un porte parapluie à
proximité du fauteuil. Il existe des porte-cannes spécifiques, mais leur utilisation n'est pas toujours
universelle : l'utilisation d'un système simple, compréhensible par tous et adapté à n'importe quelle
canne est souvent la meilleure solution.
Pour les aides à la déambulation plus encombrantes (déambulateur et fauteuil roulant par exemple),
il conviendra de définir au préalable une zone de stockage suffisante, en dehors des aires de
circulation et d'utilisation de la salle.

c) Le mobilier destiné à l'accompagnateur


Une tierce personne est susceptible d'accompagner le sujet lors de l'expérimentation. Il peut
s'agir du conjoint, d'un autre parent, d'un ami, d'un soignant... Cette personne doit être accueillie
dans les meilleures conditions possibles car elle devra patienter pendant toute la durée du test, sans
en gêner le déroulement. Outre les occupations que l'on pourra prévoir pour elle, il faut
préalablement penser à son installation.

Zone d'attente
Dans la salle « expérimentateur », cet espace va contenir du mobilier relativement simple.
Nous proposons :

20 http://www.officeorganix.com/

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 132/169
• 1 (ou 2) chaise(s) ou fauteuil(s) de salle d'attente, stable(s), ayant des mesures standards et
un revêtement agréable. Ils ne doivent pas être trop durs et doivent permettre une légère
adaptation morphologique grâce, par exemple, à des systèmes de suspensions.
• Un table basse peu encombrante et évidée pour y recevoir des éléments de lecture (environ
40 cm x 40 cm par exemple)
• Un porte-manteau ainsi qu'un porte parapluie pour permettre à la personne de déposer ses
objets les plus encombrants.

Par défaut, il n'est pas prévu que l'accompagnant soit présent dans la salle
« d'expérimentation ». Cependant, en cas de risque quelconque ou d'anxiété importante, sa présence
pourrait être envisagée. Dans ce cas, il devra prendre place de la manière la plus discrète possible.
Aucune activité ne sera autorisée et le silence absolu sera imposé. Pour cela, nous préconisons de
prévoir une chaise (ou un fauteuil avec accoudoirs) confortable pour qu'il puisse s'y assoir et rester
immobile pendant les enregistrements. Cette chaise doit être stable et non bruyante : il faudra donc
être vigilant aux grincements des pieds et du siège.

Pour le choix définitif de l'ensemble du mobilier proposé ici, il sera primordial de vérifier
leur adaptabilité, mais également de les voir et de les tester avant l'achat, si possible dans les
conditions réelles d'utilisation. Au moment de l'achat, il faudra impérativement vérifier la garantie et
prendre connaissance du délai de retour ou d'échange si le matériel s'avère inadapté. Suite à
l'acquisition, il sera indispensable d'entretenir le mobilier correctement et être vigilant à la moindre
gêne : grincement, claquement, instabilité, perte de mobilité, etc. Non seulement la fonctionnalité
sera préservée, mais il s'agit également de montrer au sujet qu'il se trouve dans un lieu sûr où tout
est correctement entretenu.

3. Les moyens de communication


Les moyens de communication concernent plusieurs aspects : la communication humaine
proprement dite, et la communication homme-machine.

a) La communication humaine
Nous aborderons ici la communication entre l'expérimentateur et le sujet : directe (avant et
après l'enregistrement) et indirecte (pendant l'enregistrement).

Communication directe
Il s'agit de contact direct entre le sujet et l'expérimentateur. Un échange possède toujours des
caractéristiques verbales et non verbales.
En ce qui concerne l'aspect verbal, la compréhension de messages simples, à voix normale et à une
distance d'un mètre n'est possible que si le bruit ambiant est inférieur ou égal à 70 dB (Fiche
pratique de sécurité ED 79, INRS, 2007), ce qui sera le cas ici. Une ambiance calme étant
recherchée dans les 2 salles, la communication verbale ne devrait poser aucun problème, à
condition, pour l'expérimentateur, d'adapter le volume de sa voix aux capacités auditives du sujet.
En ce qui concerne l'aspect non verbal, il s'agit essentiellement de l'attitude corporelle et des
expressions de visage. Cette communication ne sera possible que si l'agencement de l'espace permet
un face à face entre les 2 interlocuteurs.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 133/169
Le sujet pourra présenter un handicap de communication, que ce soit d'origine motrice
(dysarthrie, paralysie du visage, aphonie...), sensorielle (malentendant, sourd, muet...) ou à cause
d'une atteinte cognitive ou des aires cérébrales du langage (aphasie, difficultés de
compréhension...). Dans ce cas, la communication sera possible de différentes manières :
• Verbalement, mais de manière difficilement compréhensible, nécessitant un environnement
très calme et une bonne observation du visage du sujet afin de compléter les informations
auditives avec les informations visuelles du mouvement des lèvres par exemple
• Écrite, grâce à un simple papier crayon, ou un ordinateur par exemple. Le moyen utilisé
appartiendra au sujet ou devra être mis en place par l'expérimentateur.
• Grâce à une aide à la communication plus ou moins technologique : utilisation d'un clavier
et d'une synthèse vocale, mise en place d'un alphabet et d'un moyen de pointage, possibilité
du « oui / non »... L'expérimentateur devra alors adapter son mode de communication à celui
du sujet.
A l'exception du papier – crayon, il est difficile pour l'expérimentateur de proposer un moyen de
communication alternatif à un sujet handicapé qu'il ne connaît pas et dont il ne maîtrise pas le
potentiel. Seul un professionnel médical ou paramédical compétent est en mesure de le faire. C'est
pourquoi la présence d'un accompagnant peut aider à la communication avec l'individu.

D'autres supports de communication vont pouvoir être utilisés durant l'ensemble de la séance : le
support écrit, la vidéo... Il conviendra de vérifier que ces supports sont effectivement accessibles
pour le sujet. En parallèle, au moins une variante de chaque support devra être proposée.

Communication indirecte
Il s'agit de la communication qui sera mise en place durant les enregistrements. Pendant
cette période, le sujet et l'expérimentateur seront chacun dans une pièce différente, mais avec la
nécessité de s'envoyer des messages.
Les moyens mis en place devront permettre d'entendre, de parler et éventuellement de voir son
interlocuteur.

Le matériel destiné à l'expérimentateur


L'expérimentateur va devoir :
• donner des ordres au sujet
• entendre les messages donnés par le sujet
• surveiller les mouvements et autres données physiologiques relatives au sujet, ainsi que les
signes d'alerte en cas de problème
Ainsi, le matériel nécessaire sera :
• La mise en place d'un microphone unidirectionnel, simple d'utilisation, permettant un
contrôle rapide des fonctions ON/OFF. Un système de type « annonce micro » sera préféré
afin d'éviter d'envoyer des messages non désirés au sujet : l'activation n'est que momentanée.
L'indication sonore de l'activation du micro est un élément complémentaire pour s'assurer de
l'état du système à tout moment. Le niveau sonore du message envoyé doit être modifiable
par l'expérimentateur, en fonction de ce qu'exprime le sujet.
Sa disposition sur un pied flexible est nécessaire pour l'adaptation à la position de l'émetteur

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 134/169
du message et pour éviter d'encombrer inutilement les mains
• L'utilisation d'un ou de 2 haut-parleurs, permettant de recevoir les messages du sujet, mais
également pour s'assurer de l'absence de bruits indésirables durant les enregistrements. De la
même manière, la mise en fonctionnement du matériel devra être indiquée visuellement pour
s'assurer que l'écoute du sujet s'effectue en continu. Il s'agit d'un élément de sécurité.
Le volume d'écoute devra être réglable par l'expérimentateur.
L'idéal serait qu'un enregistrement sonore soit effectué parallèlement aux enregistrements
des signaux cérébraux afin de mieux analyser les résultats en cas de perturbation auditive.
Pour les deux premiers points abordés ici, un système d'interphone de bonne qualité peut
répondre aux besoins.
• L'utilisation d'un système de vidéo-surveillance permettra de s'assurer de l'immobilité du
sujet, mais également de son bien-être et de sa sécurité. Les expérimentations s'effectuant
dans la pénombre, un système infra-rouge sera nécessaire.
Une ou plusieurs caméras peuvent être utilisées selon le niveau de détail désiré : une seule
caméra sera utilisée de manière globale, pour une observation d'ensemble. Elle devra alors
être positionnée face au sujet afin de permettre une visualisation correcte du visage et de
l'ensemble du corps. Elle devra être orientable, par l'expérimentateur, qui pourra également
cadrer et zoomer sur les éléments qu'il désire observer. L'utilisation de plusieurs caméras
permet de se focaliser sur l'aspect général ainsi que sur des détails (le visage par exemple...).
Il semble néanmoins qu'une seule caméra de bonne qualité soit suffisante.
Un écran de contrôle, dédié au visionnage de la vidéo, devra être placé sur le bureau, à
proximité de l'expérimentateur. L'écran devra être suffisamment grand pour visualiser
d'éventuels mouvements.
Ici aussi, l'idéal serait qu'un enregistrement vidéo soit effectué parallèlement aux
enregistrements des signaux cérébraux afin d'être en mesure d'expliquer correctement
l'apparition d'artéfacts.
Il existe des systèmes d' « EEG vidéo », qui assurent un surveillance durant des
enregistrements de longue durée. Ce sont généralement des dispositifs utilisés lors des
études du sommeil, et donc adaptés pour capturer les images dans la pénombre.
• En cas de problème chez le sujet ou de désir de suspendre la séance, l'expérimentateur doit
être prévenu. Le moyen sera verbal dans la situation la plus courante.
Pour une personne présentant une paralysie importante et de faibles capacités de
communication, le message verbal ne sera pas toujours efficace et la volonté d'abandon par
toujours visible. Du côté de l'expérimentateur, il peut donc être utile de mettre en place un
signal visuel ou sonore qui prévient d'un problème de l'autre côté de la porte.
• Pour s'assurer de l'absence de mouvement et de la limitation du stress, il est fréquent, lors
des expérimentations BMI, de mettre en place un électromyogramme (EMG) et un
électrocardiogramme (ECG) durant les enregistrements. Les électrodes, placés sur les
membres et à proximité du cœur du sujet, peuvent être pris en charge avec l'amplificateur de
signaux déjà en place dans le dispositif BMI, ce qui permet un enregistrement synchronisé
de ces données.

Le matériel destiné au sujet


Côté sujet, les moyens de communication doivent être pensés de manière à ne pas perturber

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 135/169
la concentration et la relaxation. Il nous semble donc important d'éviter toute sollicitation inutile.
Ainsi, pour le sujet, le matériel se limitera à :
• La mise en place d'un microphone permettant de recueillir les bruits ambiants ainsi que la
voix du sujet. Sa sensibilité devra donc être importante.
• La disposition de 2 haut-parleurs permettant au sujet d'entendre convenablement les ordres
et messages de l'expérimentateur. La qualité d'écoute devra donc être la meilleure possible.
• La mise en place d'un système d'alarme non verbal. La solution la plus simple et utilisable
par le plus grand nombre est celle d'une bouton-poussoir (type sonnette d'alarme d'hôpital)
situé à proximité du sujet. Dans le cas d'une personne en situation handicapante, ce système
devra être positionné là où réside le meilleur potentiel moteur.
En cas de difficulté à signaler verbalement, visuellement ou tactilement une volonté
d'abandon, il sera nécessaire qu'une tierce personne soit présente avec le sujet pendant
l'ensemble de l'expérimentation.

b) La communication homme-machine (autre que le dispositif BMI)


La communication entre l'homme et la machine est relativement classique :
• visuelle grâce à l'écran de visualisation : dans le sens machine vers sujet/expérimentateur
• tactile grâce à des boutons ou au clavier : dans le sens expérimentateur vers machine
• elle pourra être audio en ce qui concerne le feed-back de la machine vers le sujet et
l'expérimentateur
Le matériel proposé actuellement est adapté aux communications homme-machine du moment. En
effet, nous avons opté pour une simplicité de communication au sein de la salle BMI. A chaque
futur changement de matériel, il sera nécessaire de réfléchir au mode de communication désiré et/ou
approprié aux utilisateurs et aux expérimentations.

4. Autres
Il existe plusieurs autres éléments à mettre en place dans la future salle dédiée aux BMI :

Hygiène
Suite au retrait des électrodes et du casque EEG, il est important de prévoir un lieu pratique
pour se laver les cheveux après le test. Un lieu d'eau est alors indispensable. Il servira également à
nettoyer le casque et les électrodes après chaque expérimentation.
Nous avons évoqué auparavant la nécessité d'avoir un contrôle correct de l'humidité dans les pièces
de la salle BMI. La présence d'un point d'eau n'est donc pas favorable à l'ambiance recherchée ici.
Cependant, des toilettes sont mitoyennes de la salle d'expérimentation : comme il est nécessaire de
les rendre accessibles, nous les aménagerons pour rendre possible le lavage et le séchage des
cheveux. Pour cela, nous envisageons, en complément du lavabo, l'acquisition :
• d'un lave-tête sur roulettes : réglable en hauteur et inclinable, il permet un positionnement
correct sous le crâne. L'appui devra être confortable. Il sera branché au lavabo qui assurera
alors l'arrivée et l'évacuation de l'eau
• d'un sèche cheveux traditionnel
Au cours d'une séance, l'expérimentateur sera en contact avec de nombreux éléments :

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 136/169
clavier d'ordinateur, mobiliers divers... Le contact avec le sujet, et notamment avec sa peau lors de
la mise des électrodes, demande de porter une attention toute particulière à l'hygiène des mains.
Cela est d'autant plus important pour des sujets fragilisés. D'autre part, ces sujets peuvent
transmettent de nombreux germes, plus ou moins résistants. Il est donc indispensable de disposer
d'un produit efficace afin de se laver les mains avant et après le contact avec le sujet. La meilleure
solution est l'utilisation d'une solution hydro alcoolique (SHA). Il s'agit d'un antiseptique cutané
utilisé dans les hôpitaux pour assurer une hygiène des soins. L'avantage de ce produit est son
efficacité, sa praticité et sa rapidité d'utilisation : il suffit de positionner un goutte dans le creux de
la main et de réaliser des frictions. Aucune eau n'est nécessaire. Cela n'enlève cependant pas la
nécessité de se laver les mains à l'eau et au savon en début et fin d'expérimentation pour les nettoyer
et les rendre propres.
L'utilisation du SHA se fait sur des mains sèches et non souillées. Aucune plaie cutanée ne doit être
présente. Une procédure précise de lavage est recommandée :
• Faire couler environ 3 ml de solution hydro-alcoolique dans le creux de la main
• Frictionner les 2 mains jusqu'à ce qu'elles soient sèches :
Paume contre paume
Paume de la main droite sur le dos de la main gauche et vice-versa
Paume contre paume, doigts entrelacés
Dos des doigts contre la paume opposée avec les doigts emboîtés
Friction circulaire du pouce droit dans la paume gauche et vice-versa.
Pulpe des doigts de la main droite dans la paume gauche et vice-versa
Tranche cubitale droite et inversement
Poignet droit puis poignet gauche
Cela peut durer plusieurs secondes.
Plusieurs flacons doivent alors être disposés : l'un dans la salle expérimentateur, près du bureau et
l'autre dans la salle d'expérimentation, à proximité du fauteuil. Un stock doit être prévu pour ne pas
tomber à court...

Le matériel avec lequel le sujet sera en contact devra également être nettoyé régulièrement
afin de ne pas transmettre de germes entre les sujets, mais également pour que le dispositif soit
toujours présentable aux visiteurs. Ainsi, avant et après chaque expérimentation, il sera utile (voire
indispensable avec des personnes fragiles : fuites urinaires, bavages, etc) de nettoyer le fauteuil avec
un produit désinfectant à pulvériser.

Systèmes électriques
L'ensemble de l'installation électrique doit être prévu de manière appropriée, selon les
besoins. Comme nous l'avions indiqué lorsque nous évoquions l'ambiance électromagnétique, l'idéal
est de mettre en place un réseau électrique totalement indépendant afin de permettre le branchement
de l'ensemble du matériel électrique sans craindre de perturbations dans le système.
Si cela n'est pas réalisable, il convient de faire fonctionner l'ensemble du dispositif BMI de manière
autonome pendant la durée de l'expérience. Mais attention, cela suppose que l'ensemble du matériel
relié à ce dispositif ne vienne pas non plus le perturber : le dispositif de contrôle audio et vidéo doit
donc également fonctionner de manière autonome, à moins qu'il ne communique avec les
dispositifs BMI par des technologies dans fil. Dans ce cas, les ondes électromagnétiques engendrées
par une communication sans fil pourraient être aussi gênantes que les perturbations du réseau lui-
même.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 137/169
Il a donc été décidé que les éléments communiqueront entre eux exclusivement en mode filaire. Les
risques de perturbations électromagnétiques existent également en mode filaire, notamment si l'on
regroupe les câbles afin d'éviter l'encombrement. Ainsi, il sera nécessaire de prévoir un blindage de
ces câbles pour éviter les interférences avec le système BMI.
Au moment de la création de la salle, il sera indispensable de prévoir, au plus près des lieux
d'utilisation :
• une prise téléphone près du bureau de l'expérimentateur
• quelques prises réseau (RJ45) dans les deux salles
• suffisamment de prises électriques pour chaque élément matériel, durant l'expérimentation,
mais aussi pour la recharge. Penser aux éléments annexes : imprimante, lampes, etc
• un interrupteur à côté de chaque porte
Concernant le câblage, la longueur des fils devra être suffisante pour permettre de longer les murs et
éviter tout encombrement (prévoir environ 11 mètres entre le bureau du sujet et le bureau de
l'expérimentateur). La mise en place de moulures pour cacher les circuits électriques est conseillée,
afin d'améliorer l'esthétisme de la salle.

Signalisation, documentation
La salle doit être identifiable de l'extérieur. Mais la signalisation et des repères sont également utiles
à l'intérieur :
• Chacune des 2 salles dédiées aux BCI doit posséder un panneau indiquant sa nature :
« salle d'expérimentation » et « salle d'analyse ». Cela permet aux visiteurs de comprendre
immédiatement l'organisation de l'espace et de prendre des repères précis. Des informations
concernant ce qui est interdit dans la zone d'expérimentation peuvent également être
fournies. Cela concerne surtout l'interdiction du téléphone ou des appareils photos pendant
les enregistrements ainsi que la nécessité du silence... Des panneaux pictographiques
pourront donner ces indications précises (Document 6-11)

Document 6-11 : Proposition de panneaux à apposer sur la porte de la salle d'expérimentation

Les panneaux placés sur la porte permettent de donner les informations qui seront ensuite données verbalement au
sujet. Ils permettent d'insister sur ces impératifs :
- aucun téléphone portable ne doit être utilisé dans la salle
- aucun appareil photo ne doit être utilisé durant les enregistrements
- le silence doit être respecté dans la salle

• Un panneau de présentation du LAGIS (affiché sur l'un des murs), et plus spécifiquement
de l'équipe qui s'intéresse aux BMI, peut donner d'autres repères et mettre en confiance. Le
laboratoire doit être mis en évidence : pas seulement pour l'aspect publicitaire, mais
également pour suggérer une pensée positive au sujet. De la même manière, un document ou
un panneau relatif aux expérimentations BMI à travers le monde, par exemple, aura un effet
similaire.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 138/169
Pour mieux comprendre l'impact de tels éléments, rappelons ici la pyramide de Maslow : le
sentiment de reconnaissance et d'appartenance sociale à un groupe ou à une communauté
accroît la motivation d'une personne.
• Si le sujet s'avère être un « intellectuel », qu'il est intéressé par les interfaces cerveau-
ordinateur ou qu'il désire simplement emporter un « souvenir » de cette expérimentation, il
sera probablement très satisfait d'avoir, à sa disposition, quelques articles publiés par le
laboratoire qu'il pourra lire sur place ou emporter chez lui. L'accompagnateur trouvera, lui,
une occupation lors de son attente.
• Quelques revues diverses et variées pourront être proposées sur la table de la zone d'attente
afin de permettre à l'accompagnant de patienter un long moment, sans gêner
l'expérimentation. Sa « prise en charge » est nécessaire pour éviter qu'il vienne perturber le
bon fonctionnement du test. Pour cela, il faut penser à :
➢ lui donner suffisamment de lecture, plus ou moins « intellectuelle »
➢ lui donner des choses à regarder : l'idéal est qu'il puisse, de sa place, voir les
signaux recueillis à l'écran ou la vidéo de l'expérimentation.
➢ En cas d'ennui, l'accompagnant peut sortir de la pièce. Il ne pourra cependant
revenir qu'une fois les enregistrements terminés. Le solliciter peut être une
manière d'éviter la lassitude, par exemple, on peut lui demander de contrôler
l'immobilité du sujet.
En cas d'expérimentations reproduites régulièrement avec un même sujet, il ne faut pas oublier que
l'accompagnant doit, tout comme le sujet, avoir le désir de revenir... d'où l'importance de ne pas
omettre de s'en occuper correctement...

Décoration et autres éléments subsidiaires


Les éléments décoratifs sont indispensables pour que le sujet se sente accueilli et en
sécurité. Chaque mobilier ou élément « utile » doit être choisi également en fonction de son design
et de son esthétique :
En plus du mobilier, nous avions évoqué la possibilité de mettre des plantes dans les 2 salles. Une
seule par pièce est suffisante. Il s'agit d'équilibrer l'environnement thermique et de le rendre
chaleureux, non pas d'en faire un espace déstructuré. La végétation choisie devra être actuelle et
dans le style du reste de la pièce. Pour le choix final, la fréquence d'arrosage et d'entretien devra être
prise en compte, son encombrement également.
D'autres éléments de décoration annexe peuvent être disposés, à condition de ne pas être
encombrants, trop nombreux et avoir tout de même un rapport (de près ou de loin) avec les
recherches en cours

Certains éléments, utiles pour l'accueil et le bien-être des individus, seraient bienvenus :
• Prévoir, par exemple, une cafetière et des tasses. Proposer aux visiteurs un moment
convivial après l'expérimentation est l'occasion de faire un bilan et de s'assurer que tout s'est
passé correctement (attention à ne pas proposer le café avant l'expérimentation...)
• Prévoir une bouteille d'eau et des verres à disposition avant, pendant et après
l'expérimentation en cas de besoin.
• Prévoir éventuellement quelques biscuits à grignoter. Comme le rappelle la pyramide de

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 139/169
Maslow, la motivation est présente à condition que les besoins physiologiques soient
satisfaits : la soif, la faim et les besoins vésico-sphinctériens.

Sécurité
La salle dédiée aux BMI va contenir de nombreux éléments indispensables et onéreux. Il
serait malheureux que le dispositif expérimental soit subtilisé. Pour cela, il me semble qu'une
serrure anti intrusion et la mise en place d'une alarme à code soient un minimum à mettre en place.
Une simple armoire fermée à clé n'est pas suffisamment dissuasive pour des voleurs décidés.

Par ailleurs, une armoire de secours, composée d'un kit de premiers secours, est nécessaire.
Cependant, rappelons ici qu'aucun défibrillateur ne peut être utilisé lorsque l'EEG est posé sur le
sujet. Le contenu d'une telle armoire est réglementée par la DRASS, afin d'obtenir l'autorisation de
réaliser des expérimentations sur l'humain.

D) Agencement et organisation de la salle

1. Agencement de l'espace et implantation du mobilier

L'agencement de la salle doit prendre en compte les utilisations des pièces. La circulation, la
communication, l'implantation ergonomique des postes de travail, la sécurité doivent être pris en
compte pour la localisation des éléments.
Ainsi, pour implanter correctement des bureaux mais également l'ensemble du matériel, plusieurs
analyses peuvent être faites :

• Cibler la zone susceptible de recevoir directement le soleil : pour cela, il suffit de tracer
une ligne est-ouest pour mettre en évidence la partie la plus éclairée. Bien que des stores
permettent d'occulter la lumière, il est préférable d'éviter cet espace. Par ailleurs, l'écran doit
être placé perpendiculairement aux fenêtres et l'utilisateur ne doit pas être face ou dos aux
baies vitrées. Il doit y avoir au moins 1,50 m entre l'écran et le plan de la fenêtre la plus
proche. (document 6-12, figure 1)

• Repérer les éclairages artificiels : le bureau doit être placé dans une zone lumineuse
homogène, et donc entre 2 points d'éclairage et non directement sous l'emplacement de la
lumière. Il est utile d'éviter les zones d'ombre. L'opérateur ne doit pas avoir de source
lumineuse directe à moins de 30° de l'axe des yeux. Il faut également éviter les reflets et
réverbérations sur l'écran (document 6-12, figure 2)

• Vérifier l'orientation possible des bureaux : il est préférable d'éviter de positionner un


bureau face au mur. En effet, cet agencement ne permet pas à l'opérateur d'avoir un repos
visuel correct : son champ de vision, restreint, n'apporte aucune variabilité dans la vision de
loin/de près. L'inverse est également déconseillé (dos au mur) car les sources lumineuses
sont alors limitées. Dans notre situation, le poste de travail de l'expérimentateur peut
respecter cette règle. Cependant, pour le sujet, les contraintes de concentration sur l'écran
nécessitent de limiter les perturbations visuelles lors d'une expérimentation. Ainsi, le choix a
été fait de positionner le sujet face au mur. Connaissant les contraintes, il sera conseillé au
sujet de regarder le reste de la pièce pendant ses temps de pause. Notons tout de même que
la fatigue visuelle sera limitée car la durée d'enregistrement réel ira de quelques minutes à

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 140/169
une heure maximum. D'autre part, le sujet sera éloigné du bureau de 1 m environ, selon la
taille de l'écran.

Figure 1

Figure 2

Document 6-12 : Analyse de l'éclairage pour l'agencement de la future salle BMI21

Figure 1
Zone susceptible de recevoir un éclairage direct du soleil
Cette zone dépend de l'orientation de la pièce. L'ensoleillement de la salle et la quantité de lumière apportée
dépendent de la surface des fenêtres. Des stores permettent de contrôler la luminosité ambiante, mais il est préférable
d'éviter cet espace lors de l'implantation d'un bureau.
Zone d'éclairage artificiel de type tubes fluorescents
Les points d'éclairage artificiel doivent apporter une luminosité homogène. L'idéal est de placer les écrans entre 2
néons afin d'éviter tout éblouissement.

Figure 2
Les zones de travail doivent se situer dans une zone d'éclairage homogène.

• Analyser l'ensemble des communications nécessaires à l'expérimentation. En


communication directe, aucun obstacle ne doit apparaître entre les interlocuteurs. En
communication indirecte, rien ne doit empêcher l'utilisation du moyen de communication
choisi (document 6-13)

• Prévoir les déplacements de chaque individu. Les largeurs de passage doivent être
suffisantes, notamment pour les passages des fauteuils roulants (80 cm de large au moins).
Des aires de giration de 150 cm de diamètre doivent être prévus dans chaque salle, ou
chaque zone utilisée. Étudier la circulation permet de mettre en évidence les lieux de
passage fréquents et les « zones critiques » qui devront accueillir plusieurs personnes en
même temps. Ici, on distingue surtout 2 zones : une première zone devant le bureau de
21 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 141/169
l'expérimentateur pour l'accueil et une seconde zone autour du bureau d'expérimentation.
(document 6-13)

Document 6-13 : Analyse des communications et des déplacements dans la future salle BMI22

Lieu le plus utilisé par l'expérimentateur


Orientation des messages émis / reçus par l'expérimentateur
Déplacements réalisés de manière courante par l'expérimentateur

Lieu le plus utilisé par le sujet


Orientation des messages émis / reçus par le sujet
Déplacements réalisés de manière courante par le sujet

Aire de giration d'un fauteuil roulant manuel (150 cm de diamètre)

Lieu le plus utilisé par l'accompagnateur


Orientation des messages émis / reçus par l'accompagnateur
Déplacements réalisés de manière courante par l'accompagnateur

La communication directe ou indirecte ne doit être confrontée à aucun obstacle.


Les déplacements des différents individus doivent se faire sans encombre, et les espaces de circulation doivent être
suffisants

• Les sorties de secours (portes ici) doivent être dégagées et accessibles directement.

• Même si le réseau électrique pourra être adapté par la suite, il convient de repérer les blocs
de prises préexistants afin de placer les dispositifs électriques au plus près

• Chaque élément de mur vide est susceptible d'accueillir des rangements (mobilier ou
stockage des aides à la déambulation) afin de laisser le maximum d'espace libre. Ils devront
être placés à proximité du lieu d'utilisation : par exemple, les armoires de rangements se
placent derrière le bureau, les vestiaires à proximité de l'entrée...

• La mobilité du matériel doit être prévue : aucun mobilier fixe ne doit encombrer les
déplacements potentiels des éléments mobiles. (document 6-14)

22 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 142/169
Document 6-14 : Analyse de la mobilité du matériel dans la future salle BMI23

Cloison extensible d'isolation phonique


Tabouret assis-debout pour l'expérimentateur
Rangement à roulettes de type chariot armoire
Fauteuil de repos pour le sujet
Siège de bureau pour l'expérimentateur
Tablette à roulettes pour le sujet

Le matériel doit être manipulable facilement et utilisable sur l'ensemble de l'espace nécessaire aux tâches pour
lesquelles il est destiné.

Afin de favoriser le bien-être du visiteur, il s'agit également d'être attentif aux facteurs de
stress qui peuvent être présents et de mettre en place des solutions pour que la personne arrive
sereine jusque dans la salle d'expérimentation. Il existe de nombreux moyens pour diminuer le
stress d'une situation : optimiser l'espace, diminuer les bruits et autres nuisances, utiliser
suffisamment de lumière naturelle (bonne humeur, préservation des yeux), éviter le désordre
(enlever l'inutile, rangements corrects, organiser...), régler la température du local de manière
agréable (avec des plantes en pot qui régulent le taux d'humidité par exemple), utiliser des
équipements perfectionnés et appropriés (chaises réglables, matériel non défectueux...), embellir
l'environnement (couleurs, plantes ou fleurs). Ainsi, l'agencement correct de l'espace, en plus de
répondre aux besoins ergonomiques classiques, doit être favorable à la détente du sujet. L'entretien
du lieu et la conservation de l'agencement initial sont donc indispensables au bien-être de
l'ensemble des intervenants.

2. Organisation des éléments de travail

Afin de travailler de manière efficace et confortable, il ne suffit pas de positionner


correctement le mobilier dans un environnement favorable. Il est également indispensable que
chaque espace de travail s'organise, lui-même, de manière fonctionnelle et ergonomique. Cela
concerne notamment les bureaux et les rangements.
Nous allons décrire ici quelques notions élémentaires d'agencement de ces éléments. Elles se basent
sur les impératifs de praticité, mais surtout sur des contraintes de prévention et de bien-être.

23 Plan réalisé avec le logiciel Architecte Studio (Micro Application, 2002)

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 143/169
a) Le bureau
Une mauvaise installation du matériel sur un bureau peut provoquer des contraintes, surtout
au niveau des régions lombaire et cervicale, mais aussi au niveau des poignets et des doigts. On
parle de troubles musculosquelettiques (TMS). Le maintien correct du dos est indispensable, grâce à
un siège adapté. Mais ses avantages peuvent disparaître si l'environnement n'est pas pensé de
manière adéquate.

Le plan de travail
Le plan de travail est toujours situé face à soi. La hauteur de ce plan dépend du type
d’activités réalisées. En général, on prend comme repère global la taille de la personne. Il s'agit, en
réalité, de la référence correspondant à un travail sur ordinateur ou à la lecture d'un document.
Si la personne écrit, le point de repère est la hauteur à laquelle se trouve le coude quand on met la
main sur l’épaule controlatérale. Bien évidemment, cette hauteur est relative à chacun et s’adapte
généralement grâce à un réglage de la hauteur du siège.

Il est important d’avoir un plan de travail sur lequel les possibilités d’organisation restent
fonctionnelles : ni trop étroit, ni trop profond…
(Document 6-15)

Figure 1

Figure 2 Figure 3

Document 6-15 : Repères relatifs à l'installation devant un écran de visualisation (Microsoft Healthy
Computing Guide)

Figure 1
L'opérateur se place face au clavier. Ce dernier est à une hauteur telle que la pulpe des doigts est en contact avec le
clavier quand les coudes sont fléchis à 90°.

Figure 2
L'écran doit être compris dans un angle de 0 à 20° par rapport à l'horizontale des yeux

Figure 3
Les éléments utilisés fréquemment sont placés dans la zone directement balayée par l'avant-bras.
Les éléments un peu moins utilisés sont positionnés dans un espace balayé par l'ensemble du membre supérieur
Les éléments très peu utilisés peuvent être rangés à distance plus importante

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 144/169
La disposition du matériel
Il est important de bien organiser les différents éléments sur son plan de travail afin de
diminuer les contraintes gestuelles. Cette organisation dépend surtout du mode d’utilisation du
matériel, de son encombrement ainsi que de sa fréquence d’utilisation.

Concernant l’ordinateur :

• Le clavier : il doit être situé face à l’utilisateur, à une hauteur telle que la pulpe des doigts est
en contact avec le clavier quand les coudes sont fléchis à 90° environ (épaules détendues). Il
est situé sur l’aire que balayent l’avant-bras et la main de la personne lorsque le coude reste
près du corps (à condition d'être assise convenablement).

• L’écran : L'écran doit être compris dans un angle de 0 à 20° par rapport à l'horizontale des
yeux (30° maximum). Relativement encombrant, il est généralement placé au fond du plan
de travail, sans rangement derrière car ceux-ci seraient inaccessibles.
Lors d'un travail sur ordinateur et lorsque l’affichage est alphanumérique, la distance
optimale entre l’œil et l’écran dépend de la taille des caractères affichés.
Lorsque l'affichage est iconographique (vidéo, photos, dessins..), la distance œil-écran doit
être égale à 4,5 fois la diagonale de lécran.

• La souris : située dans la même aire que le clavier, elle se trouve à droite ou à gauche de
celui-ci.

• L’unité centrale et les périphériques : selon leur fréquence d’utilisation, il est possible de les
installer sous le bureau, sur le bureau, ou dans une seconde zone à proximité. Les
périphériques les plus fréquemment utilisés doivent être placés à une distance accessible sur
le plan de travail : c’est-à-dire dans une aire correspondant à celle que peut balayer
l’ensemble du membre supérieur utilisé, sans effectuer de mouvement extrême.

Les autres accessoires nécessaires pour travailler sont placés plus ou moins loin de
l’utilisateur selon leur fréquence d’utilisation.
Par exemple, le pot à crayons ou le micro pourront être à la même distance que le clavier. Le
téléphone, s’il est peu utilisé, sera éloigné.

b) Les rangements
La manière d'agencer les armoires doit se baser sur la connaissance des zones d'atteinte :
zone sans risque, zone d'activité prioritaire, zone limite et zone à éviter.
Plus un élément sera utilisé fréquemment, plus il devra se rapprocher de la zone sans risque. S'il
existe des risques liés à la fragilité ou à un poids important, il pourra également être stocké à
proximité de cet espace. Le but est d'éviter les contraintes supplémentaires pour l'expérimentateur.
Un tel agencement permettra non seulement d'éviter l'apparition de douleur ou de fatigue au cours
de l'expérimentation, mais aussi de lui assurer un gain de temps non négligeable.

L'ensemble des conseils d'aménagement proposés ici devront faire l'objet d'un bilan lorsque
les installations seront en place. Un questionnaire d'évaluation doit donc être proposé pour
permettre aux utilisateurs de juger, pour les uns, leurs nouvelles conditions de travail et, pour les
autres, les nouvelles conditions de test.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 145/169
III. Recommandations pour le protocole expérimental

Pour chaque expérimentation, un protocole doit être mis en place. Il est défini par
l'expérimentateur, en fonction de l'étude à réaliser et des résultats qu'il désire obtenir. Il permet
également une reproductibilité et une constance d'une expérimentation à l'autre : il s'agit d'une
condition importante pour pouvoir comparer des résultats entre eux. Ainsi, l'ensemble du protocole
doit être écrit, validé et respecté par l'ensemble des expérimentateurs de l'étude.

Nous n'allons pas aborder, ici, l'aspect technique du protocole : celui-ci ne peut être défini que par
l'expérimentateur. Cependant, quelques recommandations peuvent être faites pour que les futurs
protocoles répondent aux besoins d'efficacité, de reproductibilité, de confort et de bien-être. Pour
cela, il est nécessaire de prendre en compte le nouvel environnement proposé dans ce travail, ses
variations possibles, mais également les caractéristiques de chaque individu.

A) Préparation de l'expérimentation
Les futurs protocoles s'adresseront à des sujets sains ou à des sujets handicapés. Dès lors
qu'un sujet en situation de handicap sera sollicité, la préparation de l'expérimentation sera
primordiale. En effet, de nombreux problèmes sont susceptibles de se poser, mais aussi, quelques
précautions vont devoir être prises.
Préparer l'expérimentation avec le futur sujet a pour but de réduire la durée de la séance prévue,
mais également de ne pas faire perdre de temps aux deux parties.
Cette phase préalable peut avoir plusieurs objectifs :

1. La présentation de l'expérimentation
Présenter les expérimentations et le contexte de celles-ci. Le protocole expérimental réalisé
le jour de l'expérimentation pourra être décrit dans un livret de présentation afin que le sujet prenne
connaissance des tâches à effectuer, qu'il les accepte et qu'il les comprenne, au moins en partie.
Ainsi, la phase de présentation et d'explication le jour de l'expérimentation pourra uniquement
consister en un rappel des étapes et le recueil du consentement.
Il est important de rappeler que les expérimentations se basent sur l'EEG, qui est une technique non
invasive et sans risque. Les modalités de la séance, sa durée, le matériel utilisé sont des éléments
que le sujet doit connaître.

2. Les critères d'exclusion


Évoquer les contre-indications des expérimentations BMI : il s'agit des limites posées par le
matériel BMI, mais aussi des limites de l'environnement du test. L'expérimentateur peut également
décider d'exclure tel ou tel profil qui ne répondraient pas aux exigences de l'étude.
Voici quelques exemples d'informations à donner, aux sujets sains ou handicapés, avant de faire
déplacer le sujet dans les locaux du LAGIS :
• Au niveau médical
Il est impossible d'utiliser le dispositif si la personne possède un pace-maker ou tout autre
stimulateur électrique.
Certains traitements médicamenteux peuvent perturber le recueil des signaux cérébraux : dans ce

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 146/169
cas, il est important que le médecin traitant du sujet donne un avis favorable pour la réalisation de
l'expérimentation.
Une personne épileptique doit le signaler impérativement à l'expérimentateur. En effet, les
stimulations par flash sont, par exemple, contre-indiquées.
Aucune électrode ne peut être posée sur une peau fragile ou abimée (plaie, desquamation...)
Un questionnaire de type oui/non, réalisé par un médecin, permettra de vérifier rapidement
l'inclusion ou l'exclusion des sujets potentiels
• Au niveau de l'accessibilité
Nos installations peuvent actuellement accueillir certaines personnes à mobilité réduite, dans la
mesure où la largeur du fauteuil roulant est inférieure à 80 cm. Les locaux ne sont pas encore rendus
totalement accessibles. Ainsi, pour le moment, aucun WC adapté n'est présent dans le bâtiment.
Il existe des parkings adaptés. Le trajet du métro vers le bâtiment P2 est praticable mais pas toujours
bien accessible. En attendant que le cheminement soit plus adapté, nous conseillons aux personnes
choisissant ce mode de transport, de venir accompagnées.
D'après la législation, les expérimentations humaines doivent être réalisées dans des bâtiments aux
normes et donc accessibles aux personnes handicapées. Les problèmes évoqués précédemment
devraient donc être résolus le jour où la salle sera accréditée.
• Contact
Si le sujet présente des besoins particuliers, s'il existe des précautions le concernant ou s'il veut tout
simplement en savoir plus avant de venir, il doit pouvoir contacter l'expérimentateur qui doit donc
lui laisser ses coordonnées.

3. La préparation du sujet
Il s'agit de donner les informations permettant au sujet de se préparer correctement à
l'expérimentation :
• Aucun produit ne doit être mis dans les cheveux avant la manipulation : gel, laque...
• Afin que les électrodes captent correctement les signaux, un gel sera placé entre le crâne et
les électrodes. Nous proposons aux sujets d'apporter leur shampoing pour se laver les
cheveux en fin de séance, s'ils le désirent.
• Nous préconisons aux sujets de manger et de boire correctement avant la séance. Il est
également important qu'ils soient reposés. Il est préférable d'éviter le café ou tout autre
excitant avant le rendez-vous.
• Les enregistrements requièrent une immobilité totale et une relaxation maximale du sujet.
S'il possède des installations particulières pour assurer son confort, il est invité à les
apporter. Par exemple, il peut s'agir d'une minerve ou d'un oreiller spécial pour les personnes
ayant des cervicalgies, d'un appui-tête sur un fauteuil roulant, d'un accoudoir particulier pour
un hémiplégique...
• La tenue conseillée est celle dans laquelle le sujet se sent à l'aise. Aucune contrainte ne doit
gêner le sujet : habits trop serrés, bretelles qui tombent, etc. Éviter les tenues trop légères ou
trop chaudes.
• Si le sujet présente un handicap de communication, il est préférable qu'il emmène avec lui le
moyen qui lui permette d'y pallier, même partiellement : alphabet particulier, aide technique,

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 147/169
tierce personne... En effet, les expérimentateurs ont besoin de communiquer avec lui pour
s'assurer de sa compréhension et de son consentement.

Toute cette démarche de préparation de l'expérimentation est possible par plusieurs moyens :
– La mise en place d'un « livret d'accueil », donnant les explications relatives à
l'expérimentation. Il peut être agrémenté de photos (salle d'expérimentation, casque EEG...)
et d'un plan d'accès afin de permettre aux sujets de se préparer de manière optimale à la
séance, autant sur le plan physique que mental.
– La création d'une « fiche sujet », confidentielle, regroupant le questionnaire initial
(permettant l'exclusion si nécessaire) ainsi que d'autres parties qui concerneront
l'expérimentation en elle-même ainsi que la suite. Ce questionnaire pourra être rempli lors
d'un contact préalable (téléphone, email), avec le sujet ou sa famille en cas de besoin. Il
devra être signé le jour de l'expérimentation pour valider les informations.
– La mise à disposition d'un site internet, qui reprendrait l'ensemble des informations du
livret d'accueil, ainsi que d'autres informations complémentaires. Nous pourrions y proposer
des vidéos d'expérimentations, des publications du laboratoire, des pages spécifiques qui
abordent les difficultés qui pourraient se poser aux personnes handicapées... Un tel site
permet de rassurer le sujet en apportant des réponses. Cela décharge alors l'expérimentateur
dans la phase explicative et la gestion du stress le jour de la séance.
Il existe également d'autres avantages : il peut constituer la vitrine, en ligne, du laboratoire
car il s'agit d'un moyen de communication efficace et actuel. Mais il pourrait aussi permettre
de proposer des stages aux étudiants ou de recruter des sujets supplémentaires en cas de
besoin.
Un tel site devra, évidemment, être accessible aux personnes handicapées, selon les
recommandations du WAI24 lancé par le W3C25.

Les documents proposés sont libres dans leur forme, leur organisation et leur contenu.
Cependant, quelques informations importantes sont obligatoires dans le cadre des recherches. Ces
éléments obligatoires doivent faire l'objet d'une vérification et de conseils par un service juridique
compétent en la matière.

B) Dispositions protectrices

1. Informations données
Le jour de l'expérimentation, des informations doivent impérativement être présentées au
sujet avant même la préparation. Grâce au « livret d'accueil », le sujet aura déjà été averti de
l'ensemble de ces renseignements. Cependant, il est indispensable de s'assurer de leur
compréhension. Il s'agit surtout de :
• Les objectifs de la recherche, la méthodologie et la durée.
• La présence ou l'absence de bénéfices attendus pour le sujet : il est important de préciser s'il
s'agit d'expérimentations visant directement à améliorer ses conditions de vie ou non.
24 World Accessibility Initiative, http://www.w3.org/WAI/
25 World Wide Web Consortium, http://www.w3.org

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 148/169
Actuellement, les recherches au LAGIS n'ont pas un but palliatif. Il s'agit uniquement de
participer à l'amélioration de la technologie BMI.
• Les contraintes et les risques prévisibles. Il s'agit ici d'évoquer, par exemple, l'aspect
esthétique et l'hygiène du casque, la fatigue possible, l'immobilité, l'isolement...
• Le droit de cesser à tout moment l'essai ou même de retirer son consentement s'il le désire.
Suite à ces explications, le consentement doit être signé. Trois exemplaires originaux sont utiles :
pour le sujet, pour l'expérimentateur et pour l'investigateur principal de l'étude. Il est utile que
l'expérimentateur possède une liste, à cocher, des informations données : cela permet d'éviter tout
oubli de sa part, mais également de « prouver » que le sujet a bien reçu toutes les explications
prévues.

2. Informations recueillies
La partie médicale de la « fiche sujet » doit également être complétée et validée par le sujet.
Ce document peut également contenir des questions supplémentaires concernant les caractéristiques
du sujet, utiles à l'étude et/ou susceptibles d'expliquer certains résultats : âge, sexe, handicap ou
autre caractéristique physique (lunettes, surpoids, etc), difficultés de compréhension, stress excessif,
défaut de coopération ou de motivation...
Durant l'expérimentation, une partie de cette fiche peut être réservée à la description d'événements
particuliers ou à l'observation de difficultés.
En fin de séance, il s'agit d'y faire un bilan concernant son confort durant la séance, son niveau de
fatigue, les contraintes éventuellement vécues.
Il s'agit d'un document précieux, qui permet le suivi correct du sujet lors de l'expérimentation. Le
but est d'y trouver des explications utilisables au moment de l'analyse des signaux, mais également
de vérifier le déroulement des séances afin de pouvoir les améliorer en cas de besoin. Son
importance est capitale pour protéger les expérimentateurs et le laboratoire en cas de problème ou
de plainte de la part du sujet.

C) Gestion dans le temps


L'organisation du protocole dans le temps est un des éléments essentiels. Rappelons que les
conclusions de notre analyse d'activité et des questionnaires mettent en évidence des longueurs dans
le protocole actuel, provoquant une lassitude et une fatigue au bout de 20 à 30 minutes.
Il existe donc plusieurs notions à prendre en compte pour organiser de manière optimale
l'expérimentation dans le temps. Elles émanent de notre étude bibliographique dans les domaines
des BMI, des EEG et de l'ergonomie. Elles trouvent également leur source dans les expériences et
les verbalisations des protagonistes :
– La séance doit être prévue dans une période qui convient le mieux au sujet car il doit être
en forme et serein durant l'expérimentation. Ainsi, il est préférable de ne pas la lui imposer.
Cette nécessité concerne surtout les personnes handicapées : horaires de soins, disponibilité
du transport adapté et/ou d'une tierce personne, prises de médicaments, etc.
Pour l'expérimentateur, il est préférable de prévoir un délai supplémentaire suite à la séance.
Cela lui permettra de ne pas être gêné en cas de retard ou de difficulté durant
l'expérimentation (stress du sujet, demande d'explications, etc)
– Dans l'idéal, une séance ne doit pas excéder 1h30. Les explications données de manière

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 149/169
anticipée permettent de gagner du temps.
– Chaque séquence de recueil de signaux ne doit pas excéder 10 à 12 minutes. Au-delà de ce
délai, un temps de pause de quelques minutes est nécessaire.
– Les pauses peuvent être libres ou organisées. Même si elles sont libres, un délai minimum
doit être atteint (2 minutes). Quelques conseils peuvent être donnés pour aider le sujet à
rendre sa pause plus efficace : regarder dans une direction différente de celle de l'écran, faire
quelques mouvements légers de la tête, des membres supérieurs et inférieurs,
éventuellement exprimer son ressenti.
– La charge mentale doit être gérée au mieux. Il s'agit de trouver un juste équilibre entre une
surcharge mentale et une absence de sollicitation du sujet. Plus une tâche sera contraignante,
moins elle pourra être associée à d'autres. A l'inverse, si une tâche a tendance à sous-
solliciter le sujet, il convient de l'associer à d'autres activités afin de préserver un minimum
d'activation.
– Afin d'aboutir à une organisation temporelle cohérente, pour le sujet et l'expérimentateur, il
convient de confronter la durée de chaque phase à son importance réelle lors de la
manipulation. Nous pouvons distinguer, ici, 6 phases :
 l'accueil : c'est une étape relativement courte qui va de pair avec la suivante. Il s'agit
d'un moment de courtoisie, mais également le premier instant de mise en confiance.
 la présentation : cette phase est très importante pour les 2 protagonistes car elle
permet de s'assurer de la faisabilité de la suite de l'expérimentation. Il convient de lui
consacrer un temps relativement extensible, en fonction du stress et des capacités de
compréhension de la personne. La suite n'est envisageable que si le sujet accepte les
conditions, qu'il est prêt et détendu.
 la préparation : elle est surtout utile pour l'expérimentateur et lui demande quelques
précautions. Le sujet n'est pas directement concerné par cette phase.
 l'enregistrement (éventuellement avec un entrainement préalable) : c'est le centre de
l'expérimentation. Il s'agit de la phase qui requiert le plus de relaxation et de
concentration. C'est également celle qui est la plus cadrée et la plus contraignante.
Elle est très sollicitante, autant pour le sujet que pour l'expérimentateur
 le démontage du dispositif : cette étape est nécessaire mais n'a aucune influence sur
l'efficacité de l'expérimentation. Elle concerne l'expérimentateur qui doit « remettre
le sujet dans le même état qu'à son arrivée »...
 le bilan : il s'agit d'un moment important pour le sujet qui a généralement besoin
d'avoir un retour sur ce qui vient de se passer. L'expérimentateur se sert de cette
étape pour connaître les difficultés ressenties et les aspects à améliorer. Le bilan est
un temps de communication indispensable.
 la conclusion : cette phase permet de mettre un terme à la séance. Elle dure peu de
temps et il s'agit plutôt d'une période de politesse et d'expression de reconnaissance
pour la participation du sujet. Elle peut être mise en parallèle avec la phase d'accueil
qui met le sujet à l'aise et, ici, lui donnera envie de revenir.
En fonction de l'ensemble de ces critères, nous proposons ici une organisation « temporelle » du
protocole :
1. Accueil (5 minutes environ) : Accueil et visite des locaux. Avant de débuter l'étape suivant,
il s'assure que le sujet a bien mangé, qu'il n'a pas soif et qu'il ne doit pas aller aux toilettes

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 150/169
2. Présentation (10 minutes environ, variable) : Installation au bureau, explications et
vérification de la compréhension. A aucun moment le sujet doit sentir les contraintes de
temps. La présentation doit surtout reprendre les grandes phases. A l'issue de cette étape, le
sujet signe le consentement, puis la fiche sujet est complétée ensemble.
3. Préparation (20 minutes au maximum) : L'expérimentateur installe le matériel pendant que
le sujet patiente. Il peut alors être pertinent d'envisager une occupation utile pour le sujet :
lecture, placer un miroir pour voir le déroulement de la préparation, visionnage d'un film
explicatif. La vidéo est un bon moyen pour s'assurer une nouvelle fois de la compréhension.
Par ailleurs, elle peut rassurer le sujet en lui démontrant qu'il n'y aura rien d'insurmontable à
réaliser.
4. Enregistrement (30 - 45 minutes au maximum) : Cette phase dépend de l'étude réalisée. Elle
sera donc programmée par l'expérimentateur, en prenant en compte les contraintes évoquées
précédemment.
5. Démontage du dispositif (10 minutes) : Démontage du casque et des électrodes et nettoyage
des cheveux du sujet. Les électrodes peuvent n'être nettoyées qu'en fin de séance, lorsque le
sujet est parti.
6. Bilan (5 – 10 minutes) : Retour au calme, verbalisation dirigée et libre.
7. Conclusion (5 minutes) : Conclure la séance d'expérimentation, c'est conclure la période
d'interaction vécue précédemment. Ainsi, la conclusion doit être positive et tout problème
doit être résolu avant de terminer. Accompagner le sujet jusqu'à la porte du bâtiment permet
de le faire de manière progressive et de s'assurer qu'il ne reste aucun doute en suspens.

D) Gestion dans l'espace

Même si cet aspect n'est pas nécessairement détaillé dans le protocole expérimental proposé
au sujet, il convient de réfléchir au préalable à l'organisation de l'expérimentation dans l'espace.
Cela permet d'optimiser chaque tâche et ainsi gagner en temps et en charge de travail. Mais cette
gestion entre également dans la volonté de reproduction à l'identique d'une séance à l'autre en
apportant une constance quel que soit l'expérimentateur ou le sujet. Un autre aspect peut être pris en
compte dans le protocole : il s'agit d'estimer les contraintes imposées par l'espace et ainsi les pauses
à prévoir pour éviter une fatigue excessive.
La gestion dans l'espace doit définir les lieux, ainsi que les espaces de déambulation et d'activité.
Pour cela, nous pouvons reprendre chacune des étapes évoquées précédemment :

1. Accueil : Il se déroule à l'entrée du bâtiment (porte ouest) ou directement à l'entrée de la


salle. Il existe ensuite un déplacement vers la destination finale qui est le bureau de
l'expérimentateur.
Les déplacements ayant lieu sur plusieurs dizaines de mètres, il est important de considérer
l'état physique du sujet à son arrivée avant d'entreprendre tout autre déplacement ou toute
tâche de détente.
L'accompagnateur éventuel est accueilli de la même manière. Il lui est ensuite proposé de
s'installer sur l'un des fauteuils de l'espace d'attente. Il y restera pendant l'ensemble de la
séance.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 151/169
2. Présentation : Elle se déroule au niveau du bureau de l'expérimentateur. L'expérimentateur
est de préférence assis face au sujet ou à côté de lui. Ce positionnement au même niveau
que son interlocuteur est important pour favoriser la communication : il permet de capter
l'ensemble des signaux verbaux et non verbaux du sujet, de s'assurer de sa compréhension.
La même hauteur évite un sentiment dominant-dominé qui pourrait être facteur de stress.

La distance de communication entre l'expérimentateur et le sujet est un élément essentiel


pour créer une relation rassurante. HALL (1971) donne les repères en fonction de l'objectif
et du niveau d'intimité ou d'engagement recherché (document 6-16) . Ainsi, l'idéal est que
l'expérimentateur se positionne à environ 1,20 m du sujet. Dans tous les cas, il ne doit pas
être à moins de 75 cm et à plus de 3,50 m.
De la même manière, à chaque acte de communication, ces distances devront être respectées
lors de l'ensemble de l'expérimentation.

Document 6-16 : Les distances entre individus26

Les distances entre les êtres humains déterminent les réactions des individus. Dans notre culture occidentale, il existe
des normes implicites concernant ces distances. Elles sont généralement adoptées de manière naturelle, en fonction
des sentiments réciproques, du sens donné à la perception (toucher, vue...) et de l'emprise physique ressentie. De
cette distance va dépendra l'intensité de la voix lors de la tâche de communication.

3. Préparation : La préparation a lieu dans la salle d'expérimentation. Le sujet est assis sur un
fauteuil de repos, face à l'écran de visualisation. L'expérimentateur sera assis sur un tabouret
haut, à l'arrière du sujet, surplombant sa tête. Tout au long de cette étape, ses il effectuera
des déplacements autour du sujet, couplés au déplacement du mobilier.
La distance expérimentateur/sujet est ici réduite, avec un contact physique. Il convient alors
d'adapter le discours (distance verbale) pour limiter la sensation d'intrusion dans l'intimité de
la personne : sujets impersonnels ou techniques concernant les manipulations par exemple
4. Enregistrement : Le sujet reste assis dans le fauteuil de repos. L'expérimentateur, quant à lui,
retourne à son bureau, devant ses écrans de visualisation. Il effectue peu de déplacements :
uniquement pour se positionner face à l'un ou l'autre des écrans utilisés.
5. Démontage du dispositif : Il se passe dans la salle d'expérimentation, puis dans la salle d'eau
(WC aménagés) pour le lavage des cheveux
Concernant les distances de communication, notons qu'une personne ayant des incapacités
physiques possède parfois des repères différents de ceux évoqués précédemment : l'habitude
d'être prise en charge physiquement pour les soins, modifie la perception de son corps et des

26 HALL (E), La dimension cachée, Seuil, Collection Point Essais, Paris, 1971

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 152/169
sensations physiques... C'est pour cette raison que le nettoyage des cheveux doit être
uniquement proposée et non imposée.
6. Bilan : Le bilan doit se faire de manière paisible car cette période doit être favorable à
l'expression du ressenti. Cela peut donc se faire à proximité du bureau de l'expérimentateur,
comme lors de la présentation. Il est également possible de choisir de s'assoir dans l'espace
d'attente : il s'agit d'un lieu convivial, moins formel et qui permet par ailleurs d'inclure
l'accompagnateur s'il est présent. Le lieu dépendra notamment des capacités physiques du
sujet et peut être adapté.
7. Conclusion : Elle se fait au moment de raccompagner le sujet vers la sortie. Il s'agit d'un
déplacement semblable au moment de l'accueil.

Document 6-17 : Exemple de gestion du temps et de l'espace lors des expérimentations BCI au
LAGIS

Chaque étape du protocole peut être caractérisée par son emplacement et sa durée. 7 étapes sont proposées ici :
Accueil (1), Présentation (2), Préparation (3), Enregistrement (4), Démontage du dispositif (5), Bilan (6), Conclusion
(7).

Le document 6-17 permet de déterminer et visualiser les lieux correspondant à chacune des phases.
L'intérêt d'un tel outil est notamment l'anticipation pour la gestion du matériel (possibilité de
positionner à l'avance les éléments à l'endroit désigné) ainsi que la vérification de la présence d'un
équilibre entre les différentes étapes et l'absence de déplacements ou autres contraintes inutiles.

E) Gestion du matériel
Le protocole constitue la base de l'organisation de l'expérimentation. Pour que cette dernière
soit efficace et optimisée, il est nécessaire de définir, au préalable, chaque élément matériel
nécessaire selon les étapes du protocole. Il s'agit essentiellement d'évoquer le matériel « mobile »,
autre que le mobilier ou les ordinateurs qui seront déjà en place. Pour exemple, nous pouvons
reprendre l'organisation en 7 étapes évoquées précédemment :
1. Accueil : Aucun matériel particulier n'est nécessaire. Les vestiaires doivent êtres
disponibles.
2. Présentation : Un livret d'accueil, la « fiche sujet », 3 feuilles de consentements, un crayon

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 153/169
pour les signer, du papier dans le cas où les questions du sujet nécessiteraient, par exemple,
la réalisation de schémas
3. Préparation : Les électrodes (en prévoir 1 ou 2 de plus que le nombre prévu dans
l'expérimentation), le casque, le document décrivant le système 10-20, le gel ou pâte
conductrice, les coton-tiges selon le système utilisé, la tablette à roulettes pour poser
l'amplificateur, éventuellement l'ordinateur portable
4. Enregistrement : Un papier et un crayon pour l'expérimentateur
5. Démontage du dispositif : Une tablette pour poser le matériel démonté, du shampoing, une
serviette de toilette, le lave-tête et un sèche-cheveu
6. Bilan : Papier et crayon ainsi que la « fiche sujet »
7. Conclusion : Aucun matériel particulier n'est nécessaire

F) Gestion de l'environnement
L'environnement choisi sera fonction de l'étude en cours. Il est cependant utile de définir au
préalable les conditions environnementales recherchées, ne serait-ce que pour s'assurer que
l'expérimentation se déroule dans des conditions correctes.
Voici quelques exemples d'éléments à contrôler :
1. Accueil : Éclairage artificiel des couloirs
2. Présentation : Éclairage général correct (naturel ou artificiel) et, éventuellement, éclairage
directionnel pour lire les documents.
3. Préparation : Lumière directe, orientée vers la tête du sujet, pour l'expérimentateur.
Luminosité ambiante ajustée à l'activité du sujet : lecture de revues, visionnage de film.
A l'issue de cette préparation, il faut s'assurer que le sujet est dans de bonnes conditions :
vérifier la température ambiante, la luminosité (à définir selon l'expérimentation prévue),
fermer la cloison amovible et prévenir de l'expérimentation en cours pour éviter les bruits.
S'assurer qu'aucun téléphone portable n'est présent dans la salle d'expérimentation.
4. Enregistrement : Lumière tamisée, neutre et calme pour le sujet (en général). Pour
l'expérimentateur : pièce calme, neutre, avec une luminosité suffisante pour un travail sur
écran de visualisation et de prise de notes (éclairage général et ciblé).
5. Démontage du dispositif : L'éclairage peut être plus intense pour faciliter le travail de
l'expérimentateur, mais aussi pour replacer le sujet dans son environnement (le ramener
doucement à la réalité...). L'environnement peut être plus bruyant, mais doit rester agréable
6. Bilan : Calme. Ambiance détendue et non de travail : éviter l'éclairage direct par exemple.
7. Conclusion : Trajets suffisamment éclairés

G) Consignes et messages donnés


La manière dont sont émis les messages est déterminante pour le bon déroulement des
expérimentations : les termes employés, la clarté et la simplicité des phrases, l'intensité de la voix...
A cela s'ajoute la manière de se comporter au moment de l'émission des consignes.
Nous avons préalablement évoqué le problème des distances de communication : l'intensité de la
voix dépend surtout de l'éloignement entre les 2 interlocuteurs.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 154/169
Nous allons nous intéresser ici aux termes employés dans les consignes. En effet, il est utile de
porter une attention toute particulière aux mots et à la manière de les utiliser. Ces consignes font
partie intégrante de la reproductibilité de l'expérimentation, c'est pourquoi elles doivent être écrites
au préalable.
Voici quelques principes :
• Les mots utilisés doivent être compréhensibles par tous. Lorsque des termes scientifiques
sont utilisés, il est nécessaire de les expliquer.
• Les phrases doivent être courtes. Les ordres doivent êtres simples. Ils doivent évoquer
clairement l'organisation dans le temps : « ensuite », « avant », « après », « en premier »,
« en deuxième »... et dans l'espace : «près du bureau », « sur l'écran », « derrière vous »...
Des termes trop vagues risquent d'instaurer un doute ou même un stress chez le sujet.
• Un signal de départ d'une action doit être organisé afin d'éviter toute erreur. Nous
conseillons ce modèle, souvent utilisé dans le milieu médical :
▪ Rappeler succinctement l'action à réaliser. Même si l'ensemble des consignes a déjà
été donné au préalable, il convient de les redonner au fur et à mesure de
l'expérimentation.
« LORSQUE JE VOUS DIRAI « C'est parti » VOUS DEVREZ ... »
▪ Prévenir le sujet que l'exercice va débuter. Il s'agit de requérir toute sa vigilance :
« ATTENTION »
▪ S'assurer que les ressources du sujet sont réellement disponibles. Le terme employé
doit l'inciter à préparer son action. A ce moment, il s'agit d'une ultime vérification et
il est encore temps de retarder le départ s'il existe une difficulté :
« PRET ? »
▪ Donner le départ de l'action, qui correspond également au départ de
l'enregistrement des signaux. Ce point de départ doit être significatif et compris sans
aucun doute par le sujet. Il doit être court pour améliorer la synchronisation :
« C'EST PARTI » ou « ALLEZ-Y »
Il est préférable d'éviter de marquer le départ par des suites telles que « 1...2...3 » car
il existe souvent un doute sur le départ réel.
Ces 4 étapes sont primordiales car elles garantissent une meilleure synchronisation
sujet/expérimentateur et évitent des erreurs dans les actions. Elles apportent également un
cadre strict au sujet, évitant ainsi que le moindre doute persiste lorsque le sujet débute son
action.
Toutes ces précautions sont d'autant plus importantes qu'il n'existe pas de communication directe
entre sujet et expérimentateur.
Par ailleurs, les erreurs dans le respect des consignes sont difficiles à observer dans le cadre des
interfaces cerveau-ordinateur : les sujets sont immobiles et les actions sont mentales. Il est donc
préférable de les anticiper de cette manière.

H) Reproductibilité et adaptabilité

Pour pouvoir étudier et comparer l'ensemble des résultats obtenus, il est indispensable

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 155/169
d'avoir une constance dans les expérimentations. Celle-ci est possible grâce à la définition très
précise et détaillée du protocole en terme d'organisation temporelle, spatiale, environnementale,
matérielle. La définition des consignes permet de donner des messages identiques à chacun et
augmente donc les chances d'obtenir des résultats comparables.
La reproductibilité est essentielle, mais ne concerne pas l'ensemble de la séance expérimentale. En
effet, certaines étapes doivent être fortement encadrées, d'autres devront, au contraire, s'adapter au
sujet. Une étude « sur l'homme » doit nécessairement prendre en compte les variabilités
individuelles, sans pour autant perturber la rigueur expérimentale.
Pour chaque protocole, il nous semble donc important de lister l'ensemble du déroulement d'une
séance et d'en définir le niveau de contrainte ou de liberté, en fonction des objectifs recherchés et
de l'incidence sur les signaux recueillis.
Par exemple, les consignes de la phase d'enregistrement des signaux sont nécessairement guidées.
Mais, selon le sujet (handicapé ou non handicapé), il peut déjà exister quelques différences dans les
explications. Les phases de pause peuvent être adaptables si le but est de recueillir des signaux de
manière la plus optimale possible. Par contre, elles seront contraintes si l'objectif est, par exemple,
d'évaluer l'efficacité des pauses en fonction de leur durée...
La définition des « zones de liberté » et des « zones de contraintes » est donc importante pour, d'une
part, s'assurer de la reproductibilité de l'expérimentation », et d'autre part, éviter une surcharge de
contrainte pour le sujet qui aura des besoins parfois très spécifiques, notamment dans le domaine du
handicap.

I) Surveillance

1. Surveillance du sujet
La surveillance du sujet lors de l'expérimentation doit se faire pour deux raisons
essentielles :
• Elle va apporter des éléments de réponse concernant les résultats obtenus (artéfacts, non
respect des consignes, etc)
• Elle assure la sécurité du sujet pendant la séance
Elle concerne donc surtout la phase d'enregistrement, lorsque le sujet est seul dans la salle
d'expérimentation. Comme nous l'avons vu précédemment, elle se fait grâce à des systèmes de
vidéo-surveillance, d'enregistrements audio et de recueil des données physiologiques.
Lors de la définition du protocole, il est important de préciser les phases qui nécessitent ou non une
surveillance, ainsi que de lister l'ensemble des points d'attention.

2. Surveillance de l'environnement
La surveillance concerne aussi l'environnement : les conditions environnementales et les
ambiances peuvent perturber ou faciliter le déroulement de l'expérimentation. Par ailleurs, la
reproductibilité d'une manipulation peut passer par un reproduction à l'identique de l'ambiance
lumineuse, thermique, sonore et/ou électromagnétique.
Ainsi, il peut être utile de réfléchir aux contraintes environnementales à imposer et donc à vérifier
au cours du test.
L'ensemble des éléments surveillés doit être noté dans la « fiche sujet ».

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 156/169
J) Gestion des erreurs et volonté d'abandon

1. Gestion des erreurs


La gestion des erreurs est en grande partie prise en compte grâce à la surveillance et à la
possibilité constante de communication entre l'expérimentateur et le sujet. Par ailleurs, le bilan est
souvent l'occasion de reformuler les difficultés et les erreurs qui sont apparues.

Comme les erreurs ne peuvent pas toujours être exprimées instantanément, elles sont parfois
oubliées par le sujet. Il serait alors intéressant de lister les erreurs possibles, de la manière la plus
exhaustive possible. Ainsi, il sera plus facile au sujet de s'en souvenir. Mettre en place un
« questionnaire d'apparition des erreurs » dans la « fiche sujet » permettrait d'explorer de manière
presque objective l'ensemble des problèmes potentiels. Cependant, il faut alors être très vigilant à ne
pas influencer les propos du sujet.

2. Volonté d'abandon
Tout sujet peut décider de quitter l'expérimentation à tout moment et pour n'importe quelle
raison. Pour cela, il est important de donner réellement cette possibilité. L'évoquer est déjà une
première manière de donner cette liberté de choix. Il faut ensuite permettre d'alerter
l'expérimentateur.

Il est indispensable de prendre en compte la possibilité d'abandon car non seulement le sujet d'une
expérimentation conserve la liberté de sa participation ou non, mais aussi, surtout dans le cas des
personnes ayant une limitation physique, la fatigue engendrée, ou même le stress, peuvent être mal
vécus par ces personnes. Cette possibilité, peut, à elle seule, procurer un sentiment de sécurité au
sujet.

Afin de faciliter cet abandon et ne pas rendre les résultats totalement inutilisables, il pourrait être
utile de poser des jalons au cours du protocole, pour mettre en évidence les étapes progressivement
franchies. Il s'agirait de mettre en place des sous-objectifs pour obtenir des résultats exploitables,
malgré leur caractère incomplet. Ces sous-objectifs vont également faciliter la phase de bilan et de
conclusion qui sera nécessaire, même en cas d'abandon. Aussi, chacun des jalons peut être
l'occasion pour l'expérimentateur de vérifier si le sujet est en mesure de continuer ou non : nous
retrouvons alors la notion d'adaptabilité de l'expérimentation.

Annexe 12 : Proposition de supports pour la préparation des futurs protocoles au LAGIS

IV. Autres recommandations d'usage

A) Gestion humaine
En terme de gestion humaine, il existe une multitude de précautions à prendre, de notions à
aborder. Nous avons décidé, ici, d'évoquer 3 aspects qui sont apparus lors de notre analyse des
situations et nos recherches concernant la relation avec la personne.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 157/169
1. Respect de la personne
La notion de respect implique un sentiment de considération et d'égard envers le sujet.

Au niveau humain, le comportement bienveillant d'un expérimentateur détendu, attentif au


bien-être et à la compréhension du sujet est important. Il est essentiel de mesurer chaque propos et
de cadrer suffisamment l'expérimentation de manière à ce que le sujet se sente rassuré. Néanmoins,
il faut rester vigilant à l'accumulation des contraintes imposées au sujet, afin qu'elles ne
deviennent pas oppressantes. Malgré ces points de vigilance, chaque expérimentateur doit réagir
selon ses propres capacités et sa propre sensibilité, en fonction de la personne qui se trouve face à
lui. Il ne faut pas que cette attention particulière portée au stress devienne elle-même un nouveau
facteur de stress pour l'expérimentateur... et par conséquent pour le sujet.

Le respect des différences et des particularités de chacun est au centre de toute relation
humaine saine. Au sein des expérimentations, la prise en compte des besoins et des difficultés est
primordiale : c'est pour cette raison que nous devons réfléchir à l'adaptabilité de la séance et au
respect des habitudes de vie.

Pour mieux respecter la personne, il est nécessaire d'éviter toute idée reçue. Concernant les
personnes handicapées, il en existe de nombreuses. Qu'elle soit à tendance positive ou négative, une
idée reçue est généralement à l'origine d'une discrimination (elle-même positive ou négative). Or,
comme le souligne une pétition de l'APF intitulée « Handicap : Ensemble visons juste ! 0%
discrimination » (Octobre 2006), les personnes handicapées ne sont ni des sur-hommes, ni des sous-
hommes, mais juste des personnes aussi différentes et ordinaires que les autres personnes...

2. Comportement
Concernant le comportement à adopter, il convient toujours d'être et de rester naturel. Mais,
comme nous l'avons évoqué lorsque nous avons abordé le thème des variabilités individuelles, notre
vécu et notre image du handicap ont nécessairement une influence sur notre façon d'être et d'agir.
Une réflexion sur soi et, surtout, l'expérience, permettront d'améliorer notre manière de faire.

La pétition de l'APF, évoquée plus haut, liste 10 idées reçues sur le handicap, qu'il faut combattre
pour changer le comportement des gens :
• « Ça fait pitié de voir des personnes en situation de handicap
• Si la science progressait plus vite, il y aurait moins de handicap
• Les personnes en situation de handicap n’ont pas de vie sexuelle
• Être en couple avec une personne en situation de handicap nécessite du courage
• Les personnes en situation de handicap ne peuvent pas vivre seules
• Les personnes en situation de handicap sont plutôt des gens assistés
• Les personnes en situation de handicap ne sont pas épanouies dans leur vie sociale
• Les personnes en situation de handicap sont renfermées sur elles-mêmes
• Les personnes en situation de handicap sont inaptes au travail
• Les personnes en situation de handicap sont des gens exemplaires et hors du commun »

L'expérimentateur peut tout de même se trouver face à des sujets parfois difficiles à gérer, qu'ils
soient handicapés ou non : agressivité verbale, excès de verbalisation, stress important...
Parallèlement au protocole à mettre en pratique, la gestion humaine restera un élément
indispensable au bon fonctionnement de l'expérimentation. Bien que restant très caricatural, voici
quelques repères de l'attitude idéale à adopter face à des comportements parfois très différents. Ces

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 158/169
descriptions permettent à l'expérimentateur de se positionner lui-même en analysant ses propres
réactions. Elles se basent sur les 4 profils types décrits par Zak (2008) et présentés dans la partie
5(II.D) :
• Le sujet de « type A » : hyperactif et tendu
Afin d'éviter toute pression excessive sur lui-même, il est important de redéfinir le contexte de
l'expérimentation et de lui énoncer clairement les objectifs, éventuellement en donnant quelques
explications du fonctionnement. Il doit prendre conscience des nécessités réelles de la relaxation
lors du test. Afin de satisfaire son envie d'action, il est utile de lui donner l'impression de faire
quelque chose en évitant les longues périodes d'attente et en rythmant correctement la séance.

• Le sujet de « type B » : en attente de maternage


L'attitude à adopter est de l'encourager, le stimuler et le dynamiser constamment. Il faut le soutenir
et l'accompagner dans chaque effort fourni.

• Le sujet de « type C » : le « cerveau »


La première chose à faire est d'expliquer de manière concise, mais précise, le fonctionnement du
système (schémas, etc). Il est important de rester ferme afin d'éviter le manque de confiance et des
questionnements interminables. Il sera important de l'inciter à se centrer sur lui-même et son propre
corps au lieu de se focaliser sur les techniques. Le but premier est d'établir un lien de confiance : il
faut donc être sûr de soi face à ce type de sujet.

• Le sujet de « type D » : « multi-soin »


Le but est de ramener le sujet à lui-même et à la situation actuelle. Face à l'excès de verbalisation, il
est nécessaire de lui donner un cadre clair et de rester neutre, voire distant, face à ce qu'il pourrait
dire (controverse, critique...)

Dès les premiers moments de la rencontre, il est important que l'expérimentateur puisse
cerner le profil du sujet, même s'il n'existe aucune personne susceptible de rentrer totalement dans
l'un ou l'autre des portraits précédents. Le comportement adopté sera alors adapté, sans pour autant
modifier le protocole préétabli.
Il est important d'établir une confiance réciproque par la prise en compte des besoins du sujet.
C'est une manière de faire sentir que sa propre demande a été prise en compte. Il s'agit du meilleur
moyen d'obtenir la coopération de la personne et donc de mener à bien l'expérimentation.

3. Accompagnement
La personne sera autorisée à être accompagnée de 1 ou 2 tierces personnes maximum. Le
choix d'un accompagnateur peut être basé sur la volonté de ne pas être seul face à une situation
inconnue. Il peut, parfois, émaner d'un réel besoin d'aide humaine, permettant de pallier certaines
difficultés quotidiennes. Dans ce dernier cas, l'implication de l'accompagnant pourra être
primordiale lors de la séance : pour communiquer, pour diminuer le stress, pour surveiller l'état du
sujet. Ainsi, dès le début, il est utile d'observer le rôle de l'accompagnant. Cela nous permettra de
savoir s'il s'agit d'un élément à exploiter, ou, au contraire, à éviter lors de l'expérimentation.

Attention : nous ne pouvons pas imposer aux personnes lourdement handicapées de venir
accompagnées : certaines se trouvent dans une pauvreté sociale importante, d'autres ont des
problèmes familiaux, d'autres encore ne voudront pas l'imposer à leur entourage. Ainsi,
l'expérimentateur doit être capable d'assurer cette aide tout au long de l'expérimentation. Dans ce
cas, il peut être utile d'envisager 2 expérimentateurs, dont l'un s'occupe exclusivement de la relation

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 159/169
avec le sujet.

Pour terminer sur l'accompagnement, notons qu'une personne ayant un handicap important peut
également disposer d'un chien d'assistance pour personnes handicapées.

B) Gestion du matériel
La gestion du matériel est un élément clé du bon déroulement des expérimentations BMI.
Comme nous l'avons observé lors de nos analyses de l'existant, le dispositif BMI est constitué de
produits parfois relativement fragiles, avec une durée de vie limitée et/ou ayant des contraintes de
stockage spécifiques.
Lorsque nous évoquons la gestion du matériel, nous pensons donc notamment à :
• La mise à disposition d'une réserve des éléments consommables ou fragiles : électrodes,
gel ou pâte conductrice, cotons-tiges, produit désinfectant, autres produits d'hygiène (savon,
shampoing), papier, crayons, « fiches sujet », fiches de consentement, « livrets d'accueil »...
Il s'agit également d'une réserve d'ampoules.
• Le respect de conditions de rangement et la sécurisation du dispositif : la mise sous clé
des armoires, la fermeture correcte des pots ou bouteilles, la fermeture des éléments
électriques, notamment ceux fonctionnant sur batterie...
• L'entretien régulier du matériel : le mobilier, les dispositifs d'ambiance (radiateurs,
ampoules, etc), etc. Cela comprend également la recharge régulière des batteries

Une « fiche d'entretien du matériel » peut être mise en place afin d'y signaler tout problème
matériel dans la salle. Cela permet non seulement de le solutionner rapidement, mais aussi et surtout
d'avoir la possibilité d'observer les fréquences de pannes, les éléments les plus fragiles, les quantités
de matériel à mettre à disposition... Il s'agirait alors d'un document utile lors de prises de décision
relatives aux achats futurs.

C) Compétences
Lors des expérimentations, les expérimentateurs vont devoir utiliser de nombreuses
compétences, dont la plupart vont s'acquérir grâce à l'expérience. Il s'agit notamment de la maîtrise
du dispositif BMI et de la gestion de la relation humaine.
Quelques compétences, notamment en ce qui concerne le monde du handicap, nécessiteraient des
collaborations avec des professionnels dans des domaines particuliers. Nous évoquons ici quelques
professionnels avec lesquels il serait intéressant de travailler pour faciliter la prise en compte des
facteurs humains lors des expérimentations :
• Les ergonomes sont des spécialistes du travail et de la conception des environnements et de
produits en fonction des facteurs humains. Leur regard continu sur ce projet, et sur les BMI
en général, permettrait de concevoir des environnements et des dispositifs performants,
efficaces et en accord avec les besoins des utilisateurs finaux
• Les médecins, généralistes ou spécialistes, maîtrisent parfaitement le corps humain et leurs
pathologies. Ce sont eux qui définissent les indications et contre-indications concernant les
aides techniques ou technologiques mises en place (notamment pour les demandes de
financement). De par leurs connaissances, il peuvent identifier des risques potentiels lors de
la mise en place d'un dispositif BMI. L'exemple de la personne épileptique est le meilleur.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 160/169
En effet, un dispositif BMI, non invasif, ne présente aucun risque... sauf pour certains cas
particuliers...
• Les ergothérapeutes sont des experts dans le domaine de l'autonomie des personnes
handicapées. Ce sont eux qui proposent les solutions palliatives, en accord avec le médecin,
et en fonction des capacités mais aussi des difficultés du sujet. Dans le cadre d'un handicap,
il existe souvent une nécessité d'adaptation du matériel pour le rendre spécifiquement
accessible à la personne. Ce professionnel possède les connaissances médicales et
techniques qui permettent de faire ce lien et optimiser le système homme-machine dans le
contexte du handicap.

D'autre part, les personnes handicapées, auxquelles est destiné le dispositif BMI, seront les seules
à pouvoir exprimer leurs besoins réels, ainsi qu'évaluer les avantages et inconvénients d'une telle
aide à la communication. C'est pourquoi le rapprochement avec des associations de personnes en
situation de handicap moteur comme ALIS (association des locked in syndromes), l'APF
(association des paralysés de France), etc... permettra non seulement de trouver des personnes
ressources, mais également de faire connaître cette nouvelle aide technologique afin de l'intégrer
progressivement dans le monde du handicap.

D) « Penser accessibilité »
Avant de terminer nos recommandations, revenons sur l'une des grandes notions utilisées
dans ce travail : l'accessibilité.
Il est indispensable, au cours des expérimentations, de « penser accessibilité ». Que ce soit pour les
personnes saines, mais surtout pour les personnes handicapées, il est indispensable d'avoir toujours
à l'esprit que tout ce que l'on propose doit être accessible, physiquement et intellectuellement.
L'expérimentateur doit s'assurer que son protocole, ses discours, ses documents sont tous adaptés. Il
impossible de partir du principe que la personne s'adaptera à ce qu'on lui propose. Avant toute
décision définitive, il est donc primordial, de confronter les choix au « handicap » : le meilleur
moyen est de le soumettre à une personne handicapée au préalable.
Chaque individu étant unique, il est difficile d'avoir une solution idéale. Mais, à l'image de ce
travail, il faut surtout imaginer le ou les scénario(s) possible(s) et tenter d'y répondre au mieux, tout
en laissant la possibilité de mettre en place des solutions alternatives.
« Penser accessibilité » n'est pas naturel lorsque l'on n'a jamais été confronté au monde du handicap.
Il s'agit d'une réflexion qui va de pair avec l'expérience... Mais il s'agit aussi d'un état d'esprit et
d'une ouverture qu'un chercheur dans le domaine des BMI est obligé d'avoir. D'ailleurs, cette
ouverture est déjà présente de par la direction choisie dans ces recherches...
C'est pour cette raison que nous évoquions la mise en place d'un site web accessible : outre l'utilité
pour les sujets handicapés, il s'agit d'un exemple de mise en œuvre de cette conscience du handicap
comme faisant « désormais » partie intégrante de notre société.

E) Évaluer
Tout projet et toute démarche en lien avec l'homme doivent s'adapter à celui-ci. La diversité
individuelle et les variations des caractéristiques de l'être humain au cours de temps exigent donc
une évaluation constante de la cohérence des solutions mises en œuvre.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 161/169
Ainsi, il sera nécessaire d'évaluer, de manière régulière, la pertinence des aménagements proposés
lorsque ceux-ci seront effectivement en place.

Annexe 13 : Grille d'évaluation de la nouvelle salle d'expérimentation BMI - Destinée aux


sujets expérimentaux

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 162/169
Conclusion

L'ensemble de ce rapport a mis en évidence la complexité et la nécessité d'une approche


globale afin de placer les facteurs humains au centre de la réflexion. La multiplicité des
compétences nécessaires est probablement la raison pour laquelle peu de laboratoires ont entrepris
une réelle démarche de conception « centrée sur l'homme ». Les interfaces cerveau-ordinateur sont
un domaine encore très souvent présenté exclusivement sur son versant technique.
La notion d'interface est au cœur du fonctionnement du dispositif BMI et un tel système ne peut
fonctionner sans répondre aux besoins de l'utilisateur final.
Les BMI sont des systèmes dont l'utilisation à domicile, dans la vie courante, est le but ultime.
Ainsi, notre choix de réalisation d'une salle d'expérimentation contrôlée, avec un environnement
ajustable, permettrait de tester la robustesse du système homme-machine, et de l'améliorer en
fonction des besoins.

La démarche du LAGIS démontre une certaine lucidité face à l'insuffisance de l'humain, et


notamment de la personne handicapée, dans ses propres recherches sur les BMI. Par ailleurs, ils se
sont aperçus qu'il était inutile, et inapproprié, de demander à un sujet de s'adapter au système. Au
contraire : la prise en compte de l'individu, en amont des expérimentations, doit imposer à cette
technologie de s'ajuster à l'homme et ses attentes.
Les propositions faites dans ce rapport abordent des notions spécifiques à la future salle BMI du
LAGIS, mais tentent également de répondre à certains besoins expérimentaux communs à
l'ensemble des recherches dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur. Outre les solutions
techniques qui sont apportées, il m'a paru essentiel d'insister sur les comportements et les
interactions entre les sujets et les expérimentateurs. En effet, mon expérience professionnelle, en
rééducation et réadaptation, m'a fait prendre conscience qu'une relation humaine adaptée est parfois
suffisante pour inciter une personne à déployer le maximum de ses capacités.

La future salle BMI devrait être mise en place une fois que les démarches administratives,
juridiques et budgétaires auront abouti. Les recommandations faites ici se sont basées sur des
données relatives à la situation actuelle, bien que nous ayons tenté d'anticiper les futures évolutions
possibles. Ainsi, lors de la concrétisation de ce projet, il sera primordial de confronter l'ensemble de
ce travail à la situation existante pour s'assurer de la continuité de son adéquation. Par ailleurs, la
salle d'expérimentation ne peut être pensée comme un lieu figé : elle devra évoluer en fonction des
nouvelles avancées des interfaces cerveau-ordinateurs. Elle devra également être améliorée au cours
du temps afin de répondre aux éventuelles difficultés émergentes. Le travail pluridisciplinaire et la
collaboration avec des personnes ressources dans les différents domaines abordés dans ce rapport
seront un excellent moyen de conserver un lieu d'expérimentation adapté et à la pointe. Le
laboratoire BMI du LAGIS pourrait alors devenir un lieu de référence et contribuerait ainsi à
l'intégration des interfaces cerveau-ordinateur dans l'esprit du grand public.

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 163/169
L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 164/169
BIBLIOGRAPHIE

BMI, EEG, neurophysiologie

CINCOTTI 2007 : Cincotti F, Kauhanen L., Aloise F., Palomäki T., Caporusso N., Jylänki P., Mattia D., Babiloni F.,
Vanacker G., Nuttin M., Marciani MG., and Millán J., « Vibrotactile Feedback in the context of Mu-rhythm Based BCI »,
29th Annual International Conference of the IEEE Engineering in Medicine and Biology Society, Lyon, France, Août 2007

KAUHANEN 2007 : Kauhanen L., Jylänki P., Lehtonen J., Rantanen P., Alaranta H.and Sams M., EEG-Based Brain-
Computer Interface for Tetraplegics, Hindawi Publishing Corporation Computational Intelligence and Neuroscience,
Volume 2007, Article ID 23864, Hindawi Publishing Corp, USA, Août 2007

DERAMBURE 1999 : Derambure P., Defebvre L., Bourriez J.L., Cassim R. Guieu J.D., Désynchronisation et
synchronisation liées à l'événement. Etude de la réactivité des rythmes életcrocorticaux en relation avec la planification
et l'exécution du mouvement volontaire, Neurophysiologie Clinique, Volume 29, numéro 1, Elsevier, Paris, France, février
1999

FATOURECHI 2007 : Fatourechi M., Bashashati A., Ward R., Birch G., EMG and EOG artifacts in brain computer
interface systems: A survey, Clinical Neurophysiology, Volume 118, Issue 3, Elsevier Science, Irlande, mars 2007

VESPIGNANI 2003 : Vespignani H., L'EEG, De la technique à la clinique, John Libbey Eurotext Edition, Paris, 2003

WOLPAW 2002 : Wolpaw J., Birbaumer N., McFarlanda D., Pfurtschellere G., Vaughan T., Brain–computer interfaces for
communication and control, Clinical Neurophysiology, Volume 113, Issue 6, Elsevier Science, Irlande, juin 2002

MULLER-PUTZ 2005 : Müller-Putz G., Scherer R., Pfurtscheller G., Rupp R., EEG-based neuroprosthesis control: A
step towards clinical practice, Neuroscience letters, vol. 382, no1-2, Elvesier Irlande, juillet 2005

BIRBAUMER 2008 : Birbaumer N., Murguialday A.R, Cohen L., Brain-computer interface in paralysis, Current Opinion in
Neurology, vol. 21, no6, Lippincott Williams and Wilkins, USA, 2008

BUCH 2008 : Buch E., Weber C., Cohen L., Braun C., Dimyan M., Ard T., Mellinger J., Caria A., Soekadar S., Fourkas
A., Birbaumer N., Think to Move : a Neuromagnetic Brain-Computer Interface (BCI) System for Chronic Stroke,
Stroke, vol. 39, no3, Lippincott Williams & Wilkins, USA, mars 2008

WOLPAW 2004 : Wolpaw J., McFarland D., Control of a two-dimensional movement signal by a noninvasive brain–
computer interface in humans, Proceedings of the National Academy of Science, vol. 101, Issue 51, USA, novembre
2004

MOORE 2003 : Moore M., Real-World Applications for Brain–Computer Interface Technology, IEEE Transactions on
Neural Systems and Rehabilitation Engineering, vol. 11, N°2, IEEE Engineering in Medicine and Biology Society, New
York, USA, juin 2003

MULLER-PUTZ 2008 : Müller-Putz G., Pfurtscheller G., Control of an Electrical Prosthesis With an SSVEP-Based BCI,
IEEE Transactions on Biomedical Engineering, vol. 55, N° 1, IEEE, New York, USA, janvier 2008

PFURTSCHELLER 2004 : Pfurtscheller G., Müller-Putz G., Pfurtscheller J., Rupp R., EEG-Based Asynchronous BCI
Controls Functional Electrical Stimulation in a Tetraplegic Patient, EURASIP Journal on Applied Signal Processing,
Volume 2005, Issue 19, janvier 2004

DUCORPS 2005 : Ducorps A., « Conception pratique d'un protocole expérimental en MEG/EEG », Journées Inter
Régionales de Formation à la NeuroImagerie (JIRFNI), Lyon, 2005

VION-DURY 2008 : Vion-Dury J., Blanquet F., Pratique de l'EEG, Elsevier Masson, Paris, 2008

SCHALK 2004 : Schalk G., McFarland D., Hinterberger T., Birbaumer N., Wolpaw J., « BCI2000 : A General-Purpose
Brain-Computer Interface (BCI) System », IEEE Transactions on Biomedical Engineering, vol. 51, N°6, IEEE, New York,
USA, juin 2004

NIEDERMEYER 2004 : Niedermeyer E., Lopes da Silva F., « Electroencephanlography : Basic Principles, Clinical
Applications, and Related Fields » (chapitre 6), 5th edition, Lippincott Williams et Wilkins, 2004

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 165/169
PFURTSCHELLER 2006 : Pfurtscheller G., Graimann B., Neuper C., « EEG-based brain-computer interface system »,
Wiley Encyclopedia of Biomedical Engineering, John Wiley & Sons, 2006

KRAMARENKO 2003 : Kramarenko A-V., Tan U., « Effects of high-frequancy electromagnetic fields on human EEG : a
brain mapping study », International journal of neuroscience, vol. 113, N°7, Taylor & Francis, London, R-U, juillet 2003

CABESTAING 2008 : Cabestaing F., « Les interfaces cerveau-ordinateur », Applications Médicales de l'Informatique :
Nouvelles Approches (AMINA'2008), Monastir, Tunisie, novembre 2008

CAMBIER 2000 : Cambier J., Masson M., Dehen H., « Neurologie», 10ème édition, Abrégés, Masson, 2000

CABESTAING 2007 : Cabestaing F., Rakotomamonjy A., « Introduction aux interfaces cerveau-machine», Actes du
21eme Colloque sur le Traitement du Signal et des Images (GRETSI'07), Troyes, France, 2007

LECOCQ 2008 : Lecocq C., Cabestaing F., « Les interfaces cerveau-machine pour la palliation du handicap moteur
sévère», HANDICAP:08, conférence HANDICAP'2008, Paris, 2008

DOBKIN 2007 : Dobkin B., « Brain-computer interface technology as a tool to augment plasticity and outcomes for
neurological rehabilitation», Journal of physiology, vol. 579, no3, Blackwell, Oxford, R-U, 2007

VAN LANGHENHOVE 2007 : Van Langhenhove A., Bekaert M-H., Cabestaing F., « Vers une BCI utilisable en dehors du
milieu clinique», Conférence ASSISTH:2007, CEPADUES-EDITIONS, Toulouse, 2007

NIJBOER 2008 : Nijboer F., Sellers E.W., Mellinger J., Jordan M.A., Matuz T., Furdea A., Halder S., Mochty U.,
Krusienski D.J., Vaughan T.M., Wolpaw J.R., Birbaumer N., Kübler A., « A P300-based brain-computer interface for
people with amyotrophic lateral sclerosis», Clinical neurophysiology, vol. 119, no8, Elsevier Science, 2008

VAN LANGHENHOVE 2008 : Van Langhenhove A., Bekaert M-H., N'Guyen J-P., « Utilisations thérapeutiques des
interfaces cerveau-ordinateur», HANDICAP:08, conférence HANDICAP'2008, Paris, 2008

GUGER 2003 : Guger C., Edlinger G., Harkam W., Niedermayer I., Pfurtscheller G., « How many people are able to
operate an EEG-based brain-computer interface (BCI)», IEEE Transactions on Neural Systems and Rehabilitation
Engineering, vol. 11, N°2, IEEE Engineering in Medicine and Biology Society, New York, USA, juin 2003

Ergonomie, handicap, psychologie

BERTRAND 1998 : Bertrand L., « L’aménagement du poste de travail à écran de visualisation », fiche technique 13,
Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail (APSAM), Montréal, 1998

CAN 2007 : Can E., Durand B., Valadié M., Vandevyver B., Pomian J-L., « Conception et aménagement des postes de
travail », INRS, fiche pratique de sécurité ED 79, Paris, 2007

VANDEVYVER 2007 : Vandevyver B., Pomian J-L., « L'aménagement des bureaux : principales données
ergonomiques », INRS, fiche pratique de sécurité ED 23, Paris, 2007

PENINOU 1994 : Peninou G., Monod H., Kapitaniak B., « Prévention et ergonomie », Dossier de kinésithérapie N°13,
éditions Masson, Paris, 1994

VANDEVYVER 2004 : Vandevyver B., Pomian J-L., « La couleur dans les lieux de travail », INRS, fiche pratique de
sécurité ED 40, Paris, 2004

TERRIER 1999 : Terrier C., Vandevyver B., « L'éclairage naturel », INRS, fiche pratique de sécurité ED 82, Paris, 1999

VANDEVYVER 1999 : Vandevyver B., « Éclairage artificiel au poste de travail », INRS, fiche pratique de sécurité ED 85,
Paris, 1999

CAIL 2004 : Cail F., « Méthode d'implantation de postes avec écran de visualisation en secteur tertiaire », INRS, fiche
pratique de sécurité ED 51, Paris, 2004

POMIAN 2008 : Pomian J-L., Grosmann J-L., Chabrier R., Lemperiere M., L'huillier J-C., Franckhauser Y., Zana J-P.,
« Prévention des risques liés aux positions de travail statiques », INRS, fiche pratique de sécurité ED 131, Paris, 2008

RABARDEL 1998 : Rabardel P., « Ergonomie: concepts et méthodes », Octares Édition, Toulouse, 1998

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 166/169
DIBARTOLO 1997 : Dibartolo P., Brown T., Barlow D., « Effects of anxiety on attentional allocation and task
performance : an information processing analysis », Behaviour research and therapy, Vol. 11, N°12, Grande-Bretagne,
1997

DANIELLOU 2007 : Daniellou F., « Des fonctions de la simulation des situations de travail en ergonomie », @ctivités,
Vol. 4, N°2, Paris, 2007

HOEHN-SARIC 2000 : Hoehn-Saric R., McLeod D., « Anxiety and arousal : physiological changes and their
perception », Journal of Affective Disorders 61, USA, 2000

HOEHN-SARIC 2006 : Hoehn-Saric R., « Anxiety and somatization », International Congress Series 1287, USA, 2006

METZ 1991 : Metz M. et al, « Ergonomie », Recueil de normes françaises – 3ème édition, AFNOR, Paris, 1991

GROSBOIS 2003 : Grosbois L-P., « Handicap et construction », 6ème édition, Éditions Le Moniteur, Paris, 2003

GOUTTE 2007 : Goutte C., Sahmi N., « Concevoir des espaces accessibles à tous », 3ème édition, CSTB, Marne-La-
Vallée, octobre 2007

SERVAN-SCHREIBER 2007 : Servan-Schreiber D., « Le stress », CSP de Strasbourg, 2007

HINDLE 1998 : Hindle T., « Vaincre le stress », L'entreprise, Édition Mango pratique, septembre 1998

GODNIG 1991 : Godnig E., Hacunda J., « Computers and Visual Stress – Staying healthy », Abacus, USA, 1991

LACAU 2006 : Lacau J-M., « Comment mieux prendre en compte la spécificité de la personne handicapée mentale dite
« sévèrement dépendante » pour que l'examen EEG se passe humainement et techniquement de façon optimale»,
Réseau-Lucioles, Lyon, octobre 2006

MOULLEC 2005 : Moullec G., Ninot G., Delignières D., Varray A., « L'instabilité du soi physique chez le malade
chronique : approche exploratoire», EDP Sciences, 2005

MONTEL 2008 : Montel S., Bungener C., « Les troubles anxiodépressifs dans la maladie de Parkinson : une revue de
littérature», Annales Médico Psychologiques 166, 2008

KHOMIAKOFF 2009 : Khomiakoff R., Czternatsy G., Vandromme L., « L'acceptation des aides techniques robotisées
par la personne en situation de handicap moteur : une approche psychologique», Journal de la réadaptation médicale,
Elvesier Masson, Paris, 2009

LEGER 2002 : Léger E., Ladouceur R., Freeston M.H., « Anxiété et limitation physique : une relation complexe»,
L'encéphale, Volume 28 N°3, juin 2002

BERTRAND 2001 : Bertrand L., Morier S., Boisvert J-M, Mottard Y., « Anxiété sociale et incapacité physique», Revue
Francophone de Clinique Comportementale et Cognitive, 6(2), 2001

ESSES 1993 : Esses V., Beaufroy S., Philipp F., « Determinants of attitudes toward people with disabilities», Annual
meetig of the American Psychological Association, Toronto, Canada, 1993

Mc LELLAN 1997 : Mc Lellan L., « Cadre pour l'analyse qualitative et quantitative des données sur le vieillissement des
personnes handicapées», Partie 10, Publication du Conseil de l'Europe, 1997

DARUWALLA 2005 : Daruwalla P., Darcy. S., « Personal and societal attitudes to disability», Annals of Tourism
Research, Vol. 32, Elvesier, 2005

ZAK 2008 : Zak A., « De l'attitude thérapeutique du kinésithérapeute face aux réalités intérieures du patient»,
Kinésithérapie, la revue, Vol. 8 N°84, décembre 2008

KLEIN 2000 : Klein R., « Normes de compatibilité électromagnétique (CEM)», Cahiers de notes documentaires –
Hygiène et sécurité du travail, N° 181, INRS, 2000

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 167/169
L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 168/169
ANNEXES

L'intégration des facteurs humains lors des expérimentations d'interfaces cerveau-ordinateur 169/169