Vous êtes sur la page 1sur 29

DEPARTEMENT DU LOIRET

COMMUNE DE COUDRAY

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

TRAVAUX D’EAU POTABLE : RENFORCEMENT DU RESEAU D’EAU POTABLE


RUE DU VIEUX PUITS – RUE DE LA ROCHE BAUDET

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

SEAF Ingénieurs conseils


84 RUE DU BEUVRON – CENTRE EXCELL – ZAC DES AULNAIES – 45160 OLIVET
TEL : 02.38.59.86.44. - FAX : 02.38.59.87.15
WWW.SEAFCONSEILS.COM

OCTOBRE 2013
C.C.T.P.

SOMMAIRE
Article 1. Indications générales et descriptions des ouvrages ................. 4
1.1. Objet des travaux et du présent cahier ............................................................................. 4
1.2. Liste des annexes techniques ........................................................................................... 4
1.3. Consistance des travaux ................................................................................................... 5
1.4. Description des ouvrages ................................................................................................. 6
1.4.1. Généralités sur le projet ...................................................................................... 6
1.4.2. Réseau eau potable .............................................................................................. 6
1.5. Connaissance des lieux .................................................................................................... 7
1.6. Sujétions particulieres : roche, eau .................................................................................. 8
1.7. Etudes et organisation des travaux - Conditions de service ............................................. 9
1.7.1. Études d’exécution .............................................................................................. 9
1.7.2. Conception et réalisation des ouvrages ............................................................... 9
1.7.3. Programme d'exécution ..................................................................................... 10
1.7.4. Piquetage ........................................................................................................... 10
1.7.5. Contact avec les gestionnaires des différents réseaux ...................................... 10
Article 2. Spécifications relatives aux produits et aux matériaux ........... 12
2.1. Dispositions générales .................................................................................................... 12
2.1.1. Provenance et origine des matériaux ................................................................. 12
2.1.2. Qualité des matériaux et produits ...................................................................... 12
2.1.3. Acceptation et réception des matériaux ............................................................ 12
2.2. Sable pour lit de pose et enrobage des canalisations ..................................................... 13
2.3. Tout-venant de carrière .................................................................................................. 13
2.4. Granulats pour grave calcaire non traitée G.N.T. 0/31,5 ............................................... 13
2.5. Liants hydrocarbonés ..................................................................................................... 13
2.6. Couches de roulement .................................................................................................... 13
2.6.1. Béton bitumineux .............................................................................................. 13
2.7. Bordures de trottoirs et caniveaux.................................................................................. 14
2.8. Matériaux pour mise à niveau des accotements ............................................................. 14
2.9. Mortier et béton .............................................................................................................. 14
2.9.1. Agrégats ............................................................................................................ 14
2.9.2. Sable .................................................................................................................. 14
2.9.3. Gravillons .......................................................................................................... 14
2.9.4. Ciment ............................................................................................................... 14
2.9.5. Aciers pour béton armé ..................................................................................... 15
2.10. Marquage des produits préfabriqués .............................................................................. 15
2.11. Canalisations et ouvrages d’eau potable ........................................................................ 16
2.11.1. Tuyau en P.V.C. rigide ...................................................................................... 16
2.11.2. Tuyau en polyéthylène haute densité ................................................................ 16
2.11.3. Appareils de robinetterie, fontainerie ............................................................... 17

Article 3. Mode d’exécution des travaux et prescriptions diverses ........ 18


3.1. Programme d'exécution .................................................................................................. 18
3.2. Installation de chantier ................................................................................................... 19
3.3. Responsable de chantier et nivellement ......................................................................... 19
3.4. Piquetage des conduites ou câbles enterrés .................................................................... 19
3.5. Circulation sur les voies publiques ................................................................................ 20
3.6. Signalisation de police de la circulation ........................................................................ 20
3.7. Contrôles après tavaux ................................................................................................... 20

2
C.C.T.P.

3.7.1. Essais et contrôles relatifs à la pose des canalisations en tranchée .................. 20


3.7.2. Réseau d’eau potable : mise en pression et analyse .......................................... 21
3.8. Structures des chaussées – Marquages au sol ................................................................ 21
3.9. Fouilles et remblais des tranchées .................................................................................. 22
3.9.1. Exécution des fouilles – Blindages – Venues d’eau ......................................... 22
3.9.2. Drainage sous conduite - Consolidation du fond de fouille .............................. 22
3.9.3. Pose des canalisations ....................................................................................... 23
3.9.4. Mise en œuvre des remblais des tranchées – Planches d’essai ......................... 23
3.9.5. Coupe de tranchée type ..................................................................................... 24
3.9.6. Responsabilité de l’Entrepreneur ...................................................................... 25
3.10. Mise en œuvre de la grave calcaire ................................................................................ 25
3.11. Mise en œuvre de la grave bitume EME 0/20 ................................................................ 25
3.12. Enrobés à chaud ............................................................................................................. 26
3.13. Réfection provisoire ....................................................................................................... 27
3.14. Plan de récolement ......................................................................................................... 28
3.15. Nettoyage des réseaux .................................................................................................... 28
3.16. Enlèvement du matériel et des matériaux sans emploi .................................................. 28
3.17. Exécution simultanée de travaux étrangers à l'Entreprise .............................................. 28
3.18. Tenue des chantiers ........................................................................................................ 28
3.19. Ecoulement des eaux ...................................................................................................... 29

3
C.C.T.P.

ARTICLE 1. INDICATIONS GENERALES ET DESCRIPTIONS DES


OUVRAGES

1.1. OBJET DES TRAVAUX ET DU PRESENT CAHIER

Les travaux sont exécutés pour le compte de la commune de Coudray, Maître d’Ouvrage des travaux. Le
Maître d'Œuvre retenu par le Maître d’Ouvrage est la Société SEAF Ingénieurs-Conseils, 84 rue du Beuvron
– 45 160 Olivet.

Les travaux englobent toutes les opérations situées en domaine public et nécessaires au renforcement du
réseau d’eau potable d’une partie de la rue du Vieux Puits et de la rue de la Roche Baudet.

Ils correspondent à :
La pose de 240 mètres de canalisations en PVC bi-orienté diamètre 110 mm,
La reprise de 9 branchements eau potable repris sur la nouvelle canalisation en domaine public
avec pose de citerneaux incongelables avec compteur en domaine public,
La pose d’un poteau incendie DN 100,

Les dispositions du présent cahier s’appliquent à la mise en place des canalisations d’eau potable, des
reprises des branchements d’eau potable en domaine public, des poses de citerneaux avec compteurs
et la pose des équipements et organes hydrauliques associés.

Les travaux font l’objet d’une tranche ferme.

1.2. LISTE DES ANNEXES TECHNIQUES

Les conditions techniques particulières d'exécution des travaux qui font l'objet du présent C.C.T.P. sont
établies dans le cadre des fascicules du C.C.T.G., et en particulier :

fascicule 65 : exécution des ouvrages de génie civil de faible importance en béton armé ;
fascicule n°71 du C.C.T.G. : conduites d’adduction et de distribution d’eau ;

Tous les fascicules du C.C.T.G. concernés par les travaux figurant au marché sont réputés être respectés.

4
C.C.T.P.

1.3. CONSISTANCE DES TRAVAUX

Les ouvrages à réaliser sont définis par les divers documents, plans, profils en long, coupes, dessins types ou
plan de détails d’ouvrages figurant dans le dossier de consultation.
L’énumération des travaux est descriptive et nullement limitative. L’entrepreneur s’engage à livrer
l’ensemble des installations en parfait état pour le montant porté au détail estimatif qui doit comprendre
toutes les sujétions nécessaires à la bonne conception et au bon fonctionnement.

L’entrepreneur assurera de manière générale la fourniture, le transport, la pose, la mise en œuvre des
matériaux et matériels nécessaires à la construction des ouvrages projetés, objet du présent marché. Tous les
ouvrages et raccordements provisoires nécessaires à la réalisation des travaux font partie de la prestation de
l’entrepreneur.

Les travaux consistent en :


la fourniture et la pose de canalisations eau potable permettant de renforcer le réseau de la rue du
Vieux Puits et de la rue Roche Baudet ;
la reprise des branchements eau potable sur la nouvelle canalisation en domaine public ;
la fourniture et la pose d’un poteau incendie ;
la fourniture et la pose de 9 citerneaux incongelables et de compteurs en domaine public ;
la fourniture et la pose des pièces de raccordement et organes hydrauliques ;
la mises hors service de la canalisation eau potable existante et la dépose des têtes de bouches à clef
mise hors service.

Les travaux intègrent :


l’installation du chantier et l'établissement d'un plan hygiène et sécurité ;
l'information préalable des concessionnaires des réseaux et l’exécution des sondages nécessaires à la
recherche de ces réseaux préalablement à l’implantation des ouvrages ;
les démarches pour l’obtention des arrêtés de circulation et la mise en place des déviations,
les DICT,
la signalisation du chantier, des déviations et mesures particulières de gestion de la circulation et le
maintien des accès aux riverains ;
la préparation du terrain, la démolition des corps de chaussée, trottoirs et caniveaux ;
l'exécution des fouilles y compris tout étaiement, blindage et assèchement ;
le transport au lieu de dépôt des matériaux en excédent ou impropres aux remblais, et l'apport de
matériaux de remplacement ;
La fourniture et pose des canalisations, colliers de prise en charge, citerneaux, compteurs et autres
pièces de robinetteries des réseaux ;
Les remblais de tranchées et les réfections ;
les examens, les essais et les épreuves dus par l’Entreprise en préalable à la réception ;
le repliement des installations de chantier et la remise en état des lieux ;
la fourniture des plans et dossiers de récolement cotés des ouvrages réalisés.

5
C.C.T.P.

1.4. DESCRIPTION DES OUVRAGES

1.4.1. GENERALITES SUR LE PROJET

Les travaux englobent toutes les opérations situées en domaine public et nécessaires au renforcement du
réseau d’eau potable d’une partie de la rue du Vieux Puits et de la rue de la Roche Baudet.

Les travaux englobent toutes les opérations situées en domaine public.

Les travaux consistent en :


la fourniture et la pose de canalisations eau potable permettant de renforcer le réseau de la rue du
Vieux Puits et de la rue Roche Baudet ;
la reprise des branchements eau potable sur la nouvelle canalisation en domaine public ;
la fourniture et la pose d’un poteau incendie ;
la fourniture et la pose de 9 citerneaux incongelables et de compteurs en domaine public ;
la fourniture et la pose des pièces de raccordement et organes hydrauliques ;
la mise hors service de la canalisation eau potable existante et la dépose des têtes de bouches à clefs
mise hors service.

Le tracé des canalisations, leur nature et les emplacements des citerneaux sont définis sur les plans fournis
dans le dossier de consultation des entreprises.

1.4.2. RESEAU EAU POTABLE

Renforcement du réseau d’eau potable rue du Vieux Puits – rue de la Roche Baudet :

Les travaux consistent à renforcer le réseau d’eau potable de la rue du Vieux Puits sur son extrémité sud et
de la rue de la Roche Baudet sur sa partie Est et d’effectuer un maillage avec le réseau de la rue de l’Echelle.
Un poteau incendie sera mis en place à l’intersection rue Roche Baudet – rue de l’Echelle afin d’étendre la
couverture incendie sur les secteurs urbanisés de la rue de l’Echelle actuellement non couverts par la
défense incendie.

Le renforcement s’effectuera par la mise en place d’une canalisation de diamètre 110 mm (canalisation PVC
bi-orienté 103.5/110 PN16 bars) sur un linéaire d’environ 240 mètres.

La canalisation sera raccordée à l’Ouest au niveau de la place de la Garenne sur la canalisation en PVC
103.5/110 mm posée en 2011 sur la partie Nord de la rue des Vieux Puits.
La canalisation sera raccordée à l’Est sur la canalisation en fonte 60 mm de la rue de l’Echelle.
La canalisation fonte DN 60 mm existante de la rue de la Roche Baudet sera abandonnée.
Les branchements des particuliers en domaine public seront repris et raccordés sur la nouvelle canalisation
(9 unités) par mise en place de canalisations PEHD, avec mise en place de citerneaux avec compteurs.

L’ensemble des branchements seront en PEHD 19/25 mm (8 unités), excepté le branchement du n°12 de la
rue Roche Baudet qui sera en 32/40 mm pour assurer la desserte d’une ferme (1 unité).

Les têtes de bouches à clefs des vannes, branchements et purges mis hors service seront déposées, les tubes
allonges seront retirés ou comblés.

6
C.C.T.P.

1.5. CONNAISSANCE DES LIEUX

L’Entrepreneur est réputé avoir, préalablement à la remise de l’offre :


pris connaissance de tous les plans et documents utiles à la réalisation de travaux ;
apprécié exactement toutes les conditions d’exécution des ouvrages et s’être totalement rendu
compte de leur importance et de leur particularité ;
procédé à une visite détaillée du terrain et pris parfaite connaissance de toutes les conditions
physiques et de toutes les sujétions relatives aux lieux des travaux, aux accès et aux abords, à la
topographie et à la nature des terrains (couches superficielles, venues d’eau…) à l’exécution des
travaux à pied d’œuvre, ainsi qu’à l’organisation et au fonctionnement du chantier (moyens de
communication et de transports…).

7
C.C.T.P.

1.6. SUJETIONS PARTICULIERES : ROCHE, EAU

Un extrait de la carte géologique du secteur est présenté ci-dessous. Sur le secteur de la rue du Vieux Puits et la rue de la Roche Baudet, les terrains correspondent au calcaire de Pithiviers (formation m1a2).

Renforcement et
bouclage du réseau

Carte : géologie du secteur

8
C.C.T.P.

L’entrepreneur devra mettre en œuvre tous les moyens techniques nécessaires et engager à sa charge, si
il le juge nécessaire, les études géotechniques complémentaires relatives au tracé des conduites et
ouvrages. Dans ce cas, ces études seront intégrées dans le marché de travaux.

Les pompages et le travail en terrain rocheux, s’ils s’avèrent nécessaires, seront à la charge de
l’entrepreneur.

1.7. ETUDES ET ORGANISATION DES TRAVAUX - CONDITIONS DE SERVICE

1.7.1. ÉTUDES D’EXECUTION

L'Entrepreneur est tenu d'effectuer toutes les études d’exécution qui lui apparaîtront nécessaires.

Tous les documents d’exécution soumis au visa ou à l’approbation du maître d’œuvre devront être remis au
moins 30 jours avant la date prévue pour l’exécution des travaux. L’approbation du maître d’œuvre ou les
remarques et réserves seront données par le maître d’œuvre dans un délai de 15 jours après la remise des
pièces. L’entrepreneur aura un délai de une semaine à compter de la réception des observations pour
renvoyer les documents complétés ou corrigés. Le maître d’œuvre examinera les documents corrigés dans un
délai de 1 semaine.

L'Entrepreneur doit soumettre au Maître d’Œuvre un programme d'exécution tenant compte des délais
prévus au marché.

1.7.2. CONCEPTION ET REALISATION DES OUVRAGES

La conception et la réalisation des ouvrages, le choix des matériaux et des produits, ainsi que les modalités
de mise en œuvre tiennent compte de la nature de l'effluent indiqué ci-dessous et éventuellement de la
température, des pressions ou dépressions intérieures occasionnelles, des charges ou surcharges s’exerçant
sur les ouvrages, des conditions géotechniques et hydrogéologiques et des éventuelles conditions spéciales
propres au site.

9
C.C.T.P.

1.7.3. PROGRAMME D'EXECUTION

L'Entrepreneur doit soumettre au Maître d’Œuvre un programme d'exécution tenant compte des délais
prévus au marché.

1.7.4. PIQUETAGE

Domaine public :

Avant l'ouverture des fouilles, il est procédé contradictoirement par les soins des Entrepreneurs, en présence
du Maître d’Œuvre, au piquetage des ouvrages. Des piquets numérotés sont rattachés en plan et en altitude à
des repères fixes. L’Entrepreneur est tenu de veiller à la conservation des piquets et de les remplacer aux cas
où ils viendraient à disparaître.

Après exécution du piquetage général, l’entrepreneur effectuera le nivellement définitif.

1.7.5. CONTACT AVEC LES GESTIONNAIRES DES DIFFERENTS RESEAUX

Sans préjudice des obligations qui lui incombent en vertu de l'article 27.3 du C.C.A.G. et l'article 7.2 du
C.C.A.P. pour le piquetage spécial des canalisations, câbles ou ouvrages souterrains, l'Entrepreneur prendra
toutes dispositions utiles pour qu'aucun dommage ne soit causé aux canalisations ou conduites de toute sorte
susceptibles d'être rencontrées dans les fouilles.

A cet effet, il se mettra en rapport, avant tout commencement des travaux, avec les services et les
administrations dont dépendent les réseaux susceptibles de se trouver dans les emprises des ouvrages et
provoquera, s'il y a lieu, l'exécution des relevés contradictoires visés à l'article 27.3 du C.C.A.G. Il adressera
aux différents services concernés ses Demandes d’Intention de Commencer les Travaux (D.I.C.T.).

Conformément au décret n° 2011-1241 du 5 octobre 2011 relatif à l’exécution de travaux à proximité de


certains ouvrages souterrains, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution, une déclaration de
projet de travaux a été effectuée par le maître d’œuvre. La déclaration d’intention de commencement de
travaux de l’entrepreneur reprendra donc, dans le volet relatif à la déclaration de projet de travaux,
exactement les mêmes informations que celles portées dans la déclaration de projet de travaux à laquelle elle
se rapporte. Elle comporte l’indication aussi précise que possible de la localisation et du périmètre de
l’emprise des travaux et de la nature des travaux et techniques opératoires prévus.
Pour chacun des ouvrages souterrains en service identifiés, l’entrepreneur procède à ses frais à un marquage
ou un piquetage au sol permettant, pendant toute la durée du chantier, de signaler le tracé de l’ouvrage et, le
cas échéant, la localisation des points singuliers, tels que les affleurants, les changements de direction et les
organes volumineux ou présentant une sensibilité particulière. Ces opérations sont identifiées de manière
explicite dans le marché ou la commande. Le marquage ou piquetage est obligatoire pour tout élément
souterrain situé dans l’emprise ou à moins de 2 mètres, en projection horizontale, de l’emprise des travaux,
et susceptible, compte tenu de sa profondeur, d’être endommagé par les travaux, sauf dans les zones non
directement concernées par les travaux et celles où il est techniquement impossible, telles que les bâtiments
laissés en place ou les cours d’eau. Il est effectué en tenant compte de l’incertitude de la localisation de
l’ouvrage concerné.
Lorsque le nombre des ouvrages souterrains présents ou la forte proximité entre eux est susceptible de nuire
à la lisibilité du marquage ou piquetage individuel des ouvrages, par exemple dans les centres urbains

10
C.C.T.P.

denses, ou lorsque le projet entre dans le champ dérogatoire du III de l’article R. 554-23, celui-ci peut être
remplacé par un marquage ou piquetage de la partie de l’emprise des travaux dans laquelle des ouvrages
souterrains sont présents et justifient l’emploi de techniques adaptées à la proximité d’ouvrages souterrains.
Lorsqu’un exploitant d’ouvrage souterrain ne fournit pas les plans de l’ouvrage qu’il exploite lors de la
réponse à la déclaration d’intention de commencement de travaux, le marquage ou piquetage initial est établi
par ses soins et à ses frais.

L’entrepreneur est tenu d’aviser l’exploitant de l’ouvrage dans les plus brefs délais en cas de dégradation,
même superficielle, d’un ouvrage en service, de déplacement accidentel de plus de 10 cm d’un ouvrage
souterrain en service flexible, ou de toute autre anomalie. Cette obligation peut être satisfaite par
l’établissement d’un constat contradictoire entre l’exécutant des travaux et l’exploitant de l’ouvrage
concerné par le sinistre ou l’anomalie.

L’entrepreneur ne subira pas de préjudice en cas de retard dans l’engagement des travaux dû à l’absence de
réponse d’un exploitant à une relance fondée ou en cas d’arrêt de travaux justifié par une des situations
décrites dans l’article R 554-28 du décret n° 2011-1241 du 5 octobre 2011.

Le marquage ou piquetage est maintenu en bon état tout au long du chantier par chacun des
exécutants des travaux au fur et à mesure de leurs interventions respectives.
Un exemplaire du récépissé de la déclaration d’intention de commencement de travaux est conservé sur le
chantier pendant toute la durée de celui-ci.
Concernant les lignes électriques, pour l’exécution des travaux, l’entrepreneur sera tenu de se conformer aux
mesures particulières de sécurité prescrites par la réglementation en vigueur dans les chantiers de bâtiments
et des travaux publics.
Notamment, lorsque l’exécution des travaux sera susceptible de nécessiter l’approche des ouvriers ou des
engins à moins de 3 m de conducteurs ou de supports de lignes de distribution ou de transport d’énergie
électrique, l’entrepreneur devra, avant de commencer les travaux et après s’être concerté avec l’exploitant de
la ligne électrique, prendre les mesures nécessaires pour sauvegarder la sécurité des ouvriers pendant les
travaux.

11
C.C.T.P.

ARTICLE 2. SPECIFICATIONS RELATIVES AUX PRODUITS ET AUX


MATERIAUX

2.1. DISPOSITIONS GENERALES

2.1.1. PROVENANCE ET ORIGINE DES MATERIAUX

Les provenances, les qualités, les caractéristiques, les types, dimensions et masses, les modalités d'essais, de
marquage, de contrôle et de réception des matériaux et matériels doivent être conformes aux normes
françaises homologuées ou réglementaires en vigueur au moment de la signature du marché. L'Entrepreneur
est censé connaître ces normes.

L’utilisation de tous les matériaux et fournitures est soumise à l’acceptation préalable du maître d’œuvre. En
particulier, la provenance et les spécifications de tous les matériaux et fournitures employés sont soumises à
cet accord ; les conditions d’utilisation des déblais en remblais également.

L'Entreprise sera tenue de justifier la provenance des matériaux au moyen de lettre de voitures signées par le
fournisseur, ou à défaut, toute autre preuve authentique. Leur réception a lieu à pied d’œuvre. Dans le cas de
refus de matériaux ou de fournitures, ceux-ci sont transportés en-dehors du chantier par l’entrepreneur et à
ses frais.

2.1.2. QUALITE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Les dispositions du fascicule 23 du C.C.T.G. « fournitures et granulats employés à la construction et à


l’entretien des chaussées » sont applicables.

Des contrôles peuvent être réalisés au cours du chantier. S’il s’avère que les matériaux mis en œuvre ne
présentent pas les caractéristiques annoncées avant leur utilisation, l’Entrepreneur devra à ses frais
remplacer les matériaux concernés.

2.1.3. ACCEPTATION ET RECEPTION DES MATERIAUX

Les éléments à soumettre à l'acceptation du Maître d’Œuvre en exécution des clauses du marché devront être
présentés par l'Entrepreneur en temps voulu pour ne pas retarder la préparation du chantier et l'exécution des
travaux. Le Maître d’Œuvre pourra exiger la remise de plusieurs échantillons des essais. La fourniture de
tous les échantillons est à la charge de l'Entrepreneur.

Avant leur emploi, tous les matériaux inclus dans le présent marché seront représentés au Maître d’Œuvre
sur le chantier ou en usine pour vérification et/ou acceptation provisoire. Les matériaux soumis à essais ne
pourront être utilisés qu'autant que les résultats des essais auront permis de les accepter ; l'Entrepreneur
devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour qu'un laps de temps suffisant à la durée des essais soit
compris entre l'approvisionnement d'un matériau et sa mise en œuvre.

12
C.C.T.P.

2.2. SABLE POUR LIT DE POSE ET ENROBAGE DES CANALISATIONS

Le lit de pose des canalisations sera réalisé en sable provenant de carrières ballastières ; ce sable devra
pouvoir passer sur le tamis AFNOR à maille carrée de 2 mm de côté et présenter un équivalent de sable
supérieur à 60 %. Le lit de pose pourra aussi être réalisé en gravillons de granulométrie 5/15 suivant la
nature du sol (venues d’eau…).

2.3. TOUT-VENANT DE CARRIERE

Les matériaux seront exempts de toutes impuretés et non argileux. Le lieu de provenance, les
caractéristiques granulométriques et la composition seront soumis au visa du maître d’œuvre.

2.4. GRANULATS POUR GRAVE CALCAIRE NON TRAITEE G.N.T. 0/31,5

La grave calcaire non traitée 0/31,5 proviendra du criblage, lavage et concassage de bancs de calcaire dur
extrait de carrières ; aucun élément ne doit avoir une dimension supérieure à 50 mm. La qualité des
matériaux devra être attestée par une étude récente réalisée par un laboratoire agréé. Les granulats sont
fournis par l'Entreprise et sont conformes à la norme en vigueur.

Les lieux de stockage des granulats sont soumis à approbation du Maître d’Œuvre.

2.5. LIANTS HYDROCARBONES

Les liants hydrocarbonés sont des bitumes purs 35/50 conformes aux spécifications des normes en vigueur.
Les liants destinés aux couches d’imprégnation sont une émulsion diluée de bitume de type cationique à
rupture rapide à 69 % de bitume pur. Les liants destinés aux enduits seront des émulsions de bitume dont le
pH sera inférieur à 4 et comportant 65 à 70 % de bitume.

La formulation des liants spéciaux sera fournie par l’Entrepreneur qui devra remettre l’extrait de l’avis
technique chaussée, ou une fiche de spécification et d’utilisation des liants qu’il propose d’utiliser.
L’Entrepreneur doit fournir une fiche technique de spécification et d’utilisation des dopes et adjuvants
spéciaux pour matériaux enrobés qu’il propose.

2.6. COUCHES DE ROULEMENT

2.6.1. BETON BITUMINEUX

Le béton bitumineux semi-grenu sera employé en couche de roulement avec les épaisseurs suivantes :
 0.06 m sur chaussée (BBSG 0/10 de classe 3) de route départementale et sur voie communale,
 0.05 m sur trottoir (BBSG 0/6) sur trottoir.

Il sera conforme à la norme NF P 98130.


Les liants hydrocarbonés seront des bitumes de classe 35/50.
Les granulats devront être conformes aux spécifications de la norme NF EN 13 242 et XP P 18 545.

13
C.C.T.P.

Les caractéristiques des granulats et des fines d’apport sont conformes aux spécifications de la norme en
vigueur.

2.7. BORDURES DE TROTTOIRS ET CANIVEAUX

Les qualités minimales de ces matériaux sont définies par le fascicule 31 du C.C.T.G. travaux.

2.8. MATERIAUX POUR MISE A NIVEAU DES ACCOTEMENTS


Les accotements seront remblayés à l'aide de matériaux nobles, sables calcaires 0/5 ou graves calcaires
0/31,5 provenant de carrières proposées par l’Entrepreneur et acceptées par le maître d’œuvre. Les déblais
impropres seront évacués aux frais de l’Entreprise.

2.9. MORTIER ET BETON


2.9.1. AGREGATS
Les agrégats (sables et graviers) employés pour la confection du béton seront du sable et du gravillon de
rivière bien lavés. Ils ne devront pas contenir aucune impureté pouvant nuire aux propriétés essentielles du
béton (résistance, imperméabilité…) tels que marnes, argiles susceptibles d’altérer les armatures.

Les agrégats peuvent être arrondis ou anguleux, mais l’emploi de sable ou de gravier, contenant de fortes
proportions de grains plats (plaquettes ou aiguilles) de grains trop polis est interdit. La granulométrie dans
l’emploi sera conformes aux normes de l’AFNOR.

2.9.2. SABLE
Le sable sera exempt de toutes matières terreuses ou marneuses. Il sera bien crissant à la main et ne s’y
attachera pas. Il sera lavé avant l’arrivée au chantier. Le sable fin sera conforme à la norme « Sable fin » de
l’AFNOR. Il devra passer en tous sens à l’anneau de 5 mm. Le sable dit « farine » ne sera pas admis.

2.9.3. GRAVILLONS
Les graviers destinés à la confection du béton seront choisis parmi les matériaux les plus durs. Les
matériaux gélifs, ainsi que les galets les plus tendres et friables seront rejetés de même que le sable. Ils
seront exempts de terre et lavés avant l’arrivée au chantier.

Le gravier destiné à la confection des planchers, poutres, poteaux et voiles devra pouvoir passer en tous sens
dans l’anneau de 15 mm sans passer à l’anneau de 10 mm.

2.9.4. CIMENT
Le ciment employé pour la confection du béton sera de CPJ 45. L’emploi du ciment éventé ou encore chaud
est interdit. Il sera stocké sur le chantier dans des locaux secs et planchéifiés ou en silo dans le cas du béton
fabriqué sur le chantier à l’aide de ciment en vrac.

14
C.C.T.P.

Le stockage sera continuellement en quantité suffisante pour ne pas entraver la marche du chantier dans le
cas de suspension éventuelle des livraisons par les fabricants.

2.9.5. ACIERS POUR BETON ARME


Leurs caractéristiques seront conformes aux règles béton armé de la dernière édition en vigueur
Les armatures devront être exemptes de pailles, criques, gerçures, stries ou soufflures. Elles devront être
parfaitement propres, sans aucune trace de rouille, graisse ou peinture.

2.10. MARQUAGE DES PRODUITS PREFABRIQUES


En application de la norme, les produits préfabriqués (tuyaux, raccords et pièces diverses), doivent
comporter un marquage indélébile où figurent les indications suivantes :
date de fabrication,
identification du fabriquant, de l’usine, norme de référence et organisme certificateur,
pour les tuyaux, la classe de résistance, la classe de rigidité ou la série à laquelle ils appartiennent,
s’il en existe plusieurs pour l’élément considéré,
pour les produits à base de ciment, la date à partir de laquelle ils peuvent être utilisés,
pour les produits normalisés, leur marquage est décrit de manière exhaustive, soit dans les normes
de produits correspondantes, soit dans les certifications associées.

15
C.C.T.P.

2.11. CANALISATIONS ET OUVRAGES D’EAU POTABLE

Les canalisations seront posées sous un grillage avertisseur de couleur bleue possédant une âme métallique
détectable. Les canalisations proposées seront de classe de pression PN 16 bars. Les tuyaux et raccords
répondront aux prescriptions du fascicule 71 du CCTG.

2.11.1. TUYAU EN P.V.C. RIGIDE


Les dimensions et qualités des tuyaux doivent être conformes à la norme en vigueur et de qualité
alimentaire. L’emboîture est du type normalisé à bague d’étanchéité en élastomère. Les pièces spécialisées,
tés, coudes, cônes de réduction, …sont conformes aux normes en vigueur. Les pièces de raccord seront
obligatoirement en fonte et conformes à la norme NF A 48.830 ou similaire.
Les assemblages sont réalisés par emboîtures à bague d’étanchéité en élastomère ou par bride.
Les canalisations principales seront en PVC bi-orienté.

2.11.2. TUYAU EN POLYETHYLENE HAUTE DENSITE

Sont seuls admis les tuyaux revêtus de façon indéniable de la marque de qualité des dites fabrications
conformément aux dispositions en vigueur. Les pièces de raccords auront une bonne tenue à la corrosion.
Elles sont du type préconisé par le fabriquant des tuyaux qui doit donner pour ces pièces les mêmes
garanties que ses tuyaux. Les assemblages par filetage et les raccordements par collets battus sont interdits.

16
C.C.T.P.

2.11.3. APPAREILS DE ROBINETTERIE, FONTAINERIE

Robinets vannes
Les robinets vannes sont de type à opercule caoutchouc et ont à pleine ouverture une section d’écoulement
de l’eau égale à celle des canalisations. La vis de manœuvre est en bronze manœuvrable sous bouche à clé.
Ils sont, pour leur raccordement avec les canalisations et pièces de fontainerie, munis d’emboîtures prévues
pour bague de joint en élastomère. Ils doivent être conformes aux normes qui fixent leurs dimensions.

Robinet de prise d’arrêt


Pour branchements et vidanges, ils seront en fonte et en bronze à clé droite.

Bouches à clé à tête réglable


Les bouches à clé seront :
des têtes rondes pour les robinets de départ des abonnés ;
des têtes hexagonales pour les des vannes de sectionnement.
Ces têtes devront peser au moins 10 kg, auront un diamètre intérieur de 100 mm et un tampon circulaire de
15 cm de diamètre. Elles seront d’un type qui devra permettre avec facilité leur remise au niveau du sol
ultérieurement, sans être obliger de réaliser des travaux de terrassements ou de reprises de revêtement.

Tubes allonges
Ces tubes seront en matière plastique PVC et auront un diamètre intérieur d’au moins 80 mm et une
longueur de 750 mm au minimum.

Compteurs
Dans un souci d’homogénéité la pose de citerneaux et de compteurs identiques à ceux posés récemment par
la commune sera privilégiée.

Ce seront des compteurs volumétriques de classe C posés sous regards incongelables.


Leurs caractéristiques seront les suivantes : compteur volumétrique – classe C – PN16 bars DN 15 mm,
cadran orientable avec essui-glace, équipable d’un capteur HRI pour relève radio. Qn = 1.5 m3/h LG = 110.

Citerneaux incongelables
Dans un souci d’homogénéité la pose de citerneaux et de compteurs identiques à ceux posés récemment par
la commune sera privilégiée.

Les citerneaux seront de marque MAEC, de type AQUAX 110P ou similaire. Les citerneaux doivent
comporter à l’intérieur un robinet avant compteur, un robinet après compteur avec clapet anti-retour et une
purge. Les têtes de citerneaux doivent avoir une classe de résistance adaptée à leur implantation (A15 ou
B125).

17
C.C.T.P.

ARTICLE 3. MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX ET


PRESCRIPTIONS DIVERSES

3.1. PROGRAMME D'EXECUTION

Il doit être prévu une période de préparation, en plus du délai d'exécution.

Il est procédé, au cours de cette période, aux opérations suivantes :

Par les soins du Maître d’œuvre :


Ordonnancement des opérations administratives et financières ;
Visa des documents remis par l’Entrepreneur ;
Mise au point du circuit de diffusion des documents ;

Par les soins de l’Opérateur économique :


Etablissement du planning prévisionnel d’exécution et présentation au visa du Maître d’œuvre du
programme des études d’exécution, dans le délai de 20 jours à compter du début de cette période ;
Etablissement et présentation au visa du Maître d’œuvre du programme d’exécution des travaux
dans le délai de 20 jours à compter du début de cette période. Il est accompagné du projet
d’installation de chantier et des ouvrages provisoires ainsi que d’une notice précisant les
dispositions projetées susceptibles d’avoir des conséquences sur le dimensionnement des
ouvrages ;
Etablissement et présentation au visa du Maître d’œuvre du Plan Assurance Qualité (PAQ) dans un
délai de 30 jours à compter du début de la période de préparation ;
Etablissement des constats d’huissiers pour tous les ouvrages publics et/ou privés susceptibles
d’être touchés pendant les travaux avant la fin de la période de préparation ;
Etablissement et remise au Maître d’œuvre des plans d’exécution et spécifications à l’usage du
chantier nécessaires pour le début des travaux ;
Etablissement des DICT, une copie de celles-ci sera transmise au Maître d’oeuvre 20 jours avant la
fin de la période de préparation ;
Etablissement du Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S.) prévu par la
section 5 du décret n° 94-1159 du 26 décembre 1994 après inspection commune organisée par le
coordonnateur S.P.S. Les P.P.S.P.S. sont fournis au coordonnateur S.P.S. 20 jours à compter du
début de la période de préparation.

Les travaux ne peuvent pas commencer avant l’obtention du visa du Maître d’œuvre et du coordonnateur
SPS pour les documents le concernant.
Cette obligation est applicable à chaque entrepreneur (co-traitants et sous-traitants).

18
C.C.T.P.

3.2. INSTALLATION DE CHANTIER

L’Entrepreneur est tenu de mettre à la disposition de son personnel des sanitaires et une salle de réfectoire
pendant la durée des travaux.

3.3. RESPONSABLE DE CHANTIER ET NIVELLEMENT

L'Entrepreneur est tenu de maintenir en permanence sur le chantier un représentant qualifié, chargé sous sa
responsabilité de la direction des travaux et des contrôles de mise en œuvre. Le Maître d’Œuvre se réserve la
possibilité de demander le changement des responsables du chantier à sa convenance.

L’Entrepreneur devra toujours avoir sur le chantier le matériel et les instruments de mesure et de
nivellement nécessaires au tracé des ouvrages et à leur vérification. L'Entrepreneur devra mettre à la
disposition du chantier, chaque fois qu'il sera nécessaire, un opérateur capable de procéder à toutes les
opérations de piquetage, implantation ou contrôle, tant altimétrique que planimétrique. Cet opérateur devra
être muni de tout l'appareillage nécessaire.

Nonobstant les vérifications qui pourront être effectuées au cours des travaux par le Maître d’Œuvre,
l'Entrepreneur conservera la responsabilité complète des erreurs faites par lui, tant en plan, qu'en altitude,
dans l'implantation et le piquetage de tous les ouvrages, et il aura à subir éventuellement toutes les
conséquences de ses erreurs.

3.4. PIQUETAGE DES CONDUITES OU CABLES ENTERRES

Le repérage des différents ouvrages existants est à la charge de l’Entrepreneur après information recueillie
auprès des services concessionnaires des différents réseaux (cf. paragraphe « Contact avec les gestionnaires
des différents réseaux » page 10) ; il devra les informer du commencement des travaux.

L’Entrepreneur sera responsable de la bonne conservation des piquets, bornes et repères quels qu’ils soient,
implantés dans l’emprise du chantier.

19
C.C.T.P.

3.5. CIRCULATION SUR LES VOIES PUBLIQUES


Les travaux devront causer le minimum de gêne à la circulation sur les voies publiques intéressées par le
chantier. L’Entrepreneur effectuera, si nécessaire, et à sa charge, les nettoyages et ébouages relatifs au
passage de ses engins.

3.6. SIGNALISATION DE POLICE DE LA CIRCULATION


L'Entrepreneur devra soumettre à l'acceptation du Maître d’Œuvre, les moyens en personnel, véhicules et
matériels de signalisation qu'il compte utiliser. La signalisation des chantiers devra être conforme à la
réglementation en vigueur et aux schémas imposés à l’Entrepreneur ou proposés par lui et accepté par le
Maître d’Ouvrage et par le gestionnaire de la voirie.

Dans le cas où la circulation serait mise en sens unique alterné, celle-ci sera réglée manuellement par deux
agents reliés entre eux par radio. Toutefois, le gestionnaire de la voirie se réserve le droit d'imposer une
commande par feux tricolores. Dans ce cas, les feux devront être fournis, installés et manœuvrés par
l'Entrepreneur.

3.7. CONTROLES APRES TAVAUX

3.7.1. ESSAIS ET CONTROLES RELATIFS A LA POSE DES CANALISATIONS EN TRANCHEE


Ils seront réalisés conformément au C.C.T.G. fascicules n°70 et 71.

 Contrôles relatifs à la pose des canalisations en tranchée :


aux frais de l'Entrepreneur :
essais préliminaires au contrôle des fournitures et de fabrication.
contrôle d'exécution des travaux et de mise en oeuvre des matériaux sur des planches d’essai. A titre
indicatif, les degrés de compactage de tranchée à atteindre sont :
Q4 pour les assises et remblais de protection des canalisations ;
Q3 pour les remblais situés à une distance ≤ 0,60m de la surface de chaussée ;
Q2 pour les remblais constituant « la couche de roulement » des chaussées et sur 30 cm
minimum ;
« à l’identique de l’existant » pour les talus, cultures ou zones hors chaussées.
cas généraux non spécifiés au C.C.T.P., avec conformité à la norme NF P98-331.
les tests de compactage suivants : au moins 5 points sur la tranchée de la canalisation principale et 3
sur les tranchées de branchements. Les tests de compactage devront être réalisés par une entreprise
accréditée COFRAC indépendante de l’entreprise titulaire du marché de travaux. Pour ces essais de
compactage les outils de mesures devront être conformes aux exigences de l’une des deux normes
suivantes : XP P 94-063 ou XP P 94 105.

Le Maître d’Ouvrage se réserve le droit de faire procéder à des vérifications de compactage


supplémentaires. Si les résultats de ces essais ne sont pas satisfaisants, ils seront à la charge de
l'Entrepreneur, qui sera en outre tenu de remédier à ses frais aux désordres constatés. Une nouvelle épreuve
sera effectuée après réparation, aux frais de l'Entrepreneur jusqu’à l’obtention de résultats conformes.

20
C.C.T.P.

3.7.2. RESEAU D’EAU POTABLE : MISE EN PRESSION ET ANALYSE

 Mise en pression et analyse sur le réseau d’eau potable

A la fin des travaux, l’Entrepreneur réalisera à ses frais et en présence du Maître d’Ouvrage et du
gestionnaire du réseau la mise en pression des tronçons de canalisations d’eau potable. La valeur de mise en
pression sera au maximum celle de la pression nominale la plus faible des pièces utilisées ; elle sera
déterminée en accord avec le gestionnaire du réseau. La décroissance de pression mesurée sur une demi-
heure doit être conforme à la norme en vigueur.

Par ailleurs, l’Entrepreneur inclut dans sa prestation deux analyses de la qualité de l’eau distribuée par le
nouveau réseau avant sa mise en service. Ces analyses comporteront au moins la mesure des paramètres
suivants : bactéries aérobies revivifiables à 22°C, bactéries aérobies revivifiables à 36°C, coliformes totaux
par 100 mL, escherichia coli par 100 mL, streptocoques fécaux par 100 mL, conductivité à 25°C, pH,
température de mesure, ammonium, nitrites, oxydabilité au KMNO4. En cas de résultats non-conformes
l’Entrepreneur prendra à sa charge les désinfections et analyses complémentaires jusqu’à l’obtention de
résultats conformes.

Ces prestations sont inclues au poste n°101 du Bordereau des Prix Unitaires.

3.8. STRUCTURES DES CHAUSSEES – MARQUAGES AU SOL


Dans le cas de travaux sur voirie existante, la structure de chaussée à mettre en œuvre sera définie par le
gestionnaire de la voirie dans la permission de voirie ou la DICT afférente aux travaux.

Tous les marquages au sol figurant sur la chaussée doivent être refait à l’identique après travaux.

21
C.C.T.P.

3.9. FOUILLES ET REMBLAIS DES TRANCHEES

3.9.1. EXECUTION DES FOUILLES – BLINDAGES – VENUES D’EAU


La profondeur normale des tranchées au fil d’eau est fixée à 1.10 m au minimum. Les terrassements à
prendre en compte résultent des calculs des volumes théoriques des tranchées, d’après les plans annexés
au présent dossier, c’est-à-dire sans tenir compte du foisonnement.

Concernant le profil en long des canalisations, l’article 37.3.7 du fascicule 71 du Cahier des Clauses
Techniques Générales sera à respecter : « Sauf cas particulier, le fond de fouille est réglé avec une pente
longitudinale d’au moins 4 pour mille, ce qui permet une montée de l’air en chaque point haut ». Toutefois,
par dérogation aux commentaires de l’article 37.3.7 du fascicule 71 du CCTG, les pentes suivantes seront
à respecter : pente ascendante minimum de 2 pour mille et pente descendante minimum de 4 pour
mille.

Les tranchées sur chaussée existante seront réalisées après découpage des couches liées. Les dimensions des
tranchées sont définies par dérogation au C.C.T.G., comme suit :
Profondeur inférieure à 1.30 m : largeur = D (diamètre intérieur) + 0.60 m ;

L’Entrepreneur est tenu de blinder les bords des tranchées à partir du moment où celle-ci a une
profondeur supérieure à 1,30 m. Le retrait du blindage devra être exécuté au fur et à mesure du
compactage des couches successives de remblai, le retrait s’effectuant avant le compactage. Dans le cas de
présence d’eau, l’Entrepreneur inclut à sa prestation la mise en œuvre de pompes de refoulement pour
assainir la tranchée et rabattre le niveau de la nappe le cas échéant.

Le compactage du fond de la tranchée n’est pas indispensable, sauf en cas de décompactage du sol en place
lors du creusement. En outre, le fond de tranchée doit être débarrassé de tout bloc de nature à endommager
les tuyaux.

Tout élément démontable rencontré (bordure de trottoir, caniveau,…) actuellement en place et susceptible
d’être réutilisé sera soigneusement déposé. A cet effet, l’Entrepreneur sera tenu de prendre toutes les
précautions nécessaires pour éviter les détériorations quelles qu’elles soient, toute avarie de son fait
entraînant, à ses frais, un remplacement à l’identique en éléments neufs. La mise en dépôt provisoire des
éléments récupérés sera faite sur place ou à proximité immédiate en vue de leur réemploi. Ceux qui se
révèleraient inutilisables seront évacués à la décharge de l’Entrepreneur.

3.9.2. DRAINAGE SOUS CONDUITE - CONSOLIDATION DU FOND DE FOUILLE

Lorsqu'il y a lieu de consolider les terrains et les lits de pose des canalisations et ouvrages en raison de
l'instabilité des sols aquifères et des risques d'affouillement par les eaux incluses , ou lorsque le fond de
fouille est instable, l'Entrepreneur propose des dispositions à adopter.

22
C.C.T.P.

3.9.3. POSE DES CANALISATIONS

Le lit de pose de toutes les canalisations (eaux usées, eau potable) est constitué d’une épaisseur de 10 cm de
sable ou de grave drainante 5/20mm. Les canalisations seront posées conformément aux règles en vigueur,
notamment en ce qui concerne les règles d’inter-distances en croisement et en ligne (norme NF P 98-332).

Dans les sections où le ruissellement est à craindre en fond de fouille, le matériau employé au dressage du
fond de fouille sera le gravier. Les canalisations (hors eaux pluviales) seront ensuite recouvertes d’une
couche de sable ou de grave drainante 5/20 mm sur 15 cm ou jusqu’au grillage avertisseur situé 20 cm au
dessus de la génératrice supérieure.

Le lit de pose et la couche d’enrobage de sable seront éventuellement compactés hydrauliquement ; si un


engin de compactage est utilisé, il ne devra en aucun cas mettre en péril les canalisations posées. Un grillage
avertisseur de couleur normalisé sera mis en place au dessus de chaque réseau posé.

3.9.4. MISE EN ŒUVRE DES REMBLAIS DES TRANCHEES

L’épaisseur des couches, les modalités de compactage et le matériel utilisé seront tels que l’objectif de
densification désiré soit atteint sans porter préjudice aux canalisations mises en place. En cas de dégradation
de ces dernières, l’Entreprise reprendra les travaux à sa charge sans qu’aucun supplément de coût ne puisse
incomber au Maître d’Ouvrage.

23
C.C.T.P.

3.9.5. COUPE DE TRANCHEE TYPE

Les constitutions de remblai des tranchées devront suivre scrupuleusement les détails ci-dessous, selon le
type de voies concernées. Toute modification aura dû au préalable requérir l’accord du Maître d’œuvre. Si
tel n’était pas le cas, le Maître d’œuvre se réserve le droit de demander à l’opérateur économique de
reprendre les travaux réalisés pour les rendre conformes aux coupes ci-dessous, sans qu’aucune
compensation financière ne puisse être réclamée.

 Sous chaussée actuelle des voies communales (rue du Vieux Puits et rue de la Roche Baudet)

Hauteur Coupe
Nature du remblai
(m) tranchée
Couche de roulement : BB (ép 6 cm) 0/10 0.06
Fond de forme calcaire 0/31.5 0.50

grave calcaire 0/31.5 variable

Lit de pose et enrobage en sable (variable au dessous variable


du tuyau + 0.20 m au-dessus de la génératrice du
tuyau)

 Sous chaussée actuelle des voies départementales (rue de l’Echelle)

Hauteur Coupe
Nature du remblai
(m) tranchée
Couche de roulement : BB (ép 6 cm) 0/10 0.06
Grave bitume EME 0/14 0.20

grave calcaire 0/31.5 variable

Lit de pose et enrobage en sable (variable au dessous variable


du tuyau + 0.20 m au-dessus de la génératrice du
tuyau)

 Sous espace vert

Hauteur Coupe
Nature du remblai
(m) tranchée
Terre végétale 0.20
grave 0/31.5 variable

Lit de pose et enrobage en sable (variable au dessous variable


du tuyau + 0.20 m au-dessus de la génératrice du
tuyau)

Concernant les trottoirs, les réfections de surfaces seront refaites à l’identique de l’existant.

24
C.C.T.P.

3.9.6. RESPONSABILITE DE L’ENTREPRENEUR

L’Entrepreneur sera responsable de tous les éboulements qui pourraient survenir.


L’entrepreneur procédera à tous les étaiements et blindages nécessaires, même jointifs. L’entrepreneur devra
mettre en œuvre tous les moyens permettant d’éviter la décompression des sols lors des travaux de
terrassement. L’entrepreneur sera tenu de fournir au maître d’œuvre toute justification des blindages, de leur
étaiement et de la stabilité des parois des fouilles. Les blindages seront mis en place par havage lors de
l’exécution des fouilles

L’Entrepreneur sera responsable de tous les dommages que pourraient éprouver les maisons riveraines, les
ouvrages d’art, ouvrages souterrains publics ou privés, les canalisations de toutes sortes, des détériorations
survenant au revêtement du sol et des accidents qui pourraient arriver sur la voie publique, quel qu’en soit le
motif, même occasionnés par des écoulements d’eau provenant d’ouvrages souterrains dont il a assuré
l’écoulement ou par la présence de conduite d’eau à l’intérieur ou près des fouilles.

3.10. MISE EN ŒUVRE DE LA GRAVE CALCAIRE

Les compositions sont déterminées par l'Entrepreneur qui fournit, conformément au C.C.T.G., une étude de
formulation conduite selon les dispositions de la norme en vigueur. L'Entrepreneur doit fournir une
composition par matériau et l'étude doit dater de moins de 5 ans.

L’épaisseur des couches, les modalités de compactage et le matériel utilisé seront tels que l’objectif de
densification désiré soit atteint sans porter préjudice aux canalisations posées.

3.11. MISE EN ŒUVRE DE LA GRAVE BITUME EME 0/20

La mise en œuvre devra être exécutée avec des moyens ou méthodes harmonisés avec l’importance des
travaux et s’adapter à la complexité du site, aux contraintes d’accès, de trafic et de phasage.

La mise en œuvre de la grave est interdite lorsque la température est inférieure à plus CINQ (+5) degrés
Celsius ou par temps de forte pluie.

En cas d’orage survenant en cours de la mise en œuvre, la grave répandue et non compactée sera remplacée.
L’Entrepreneur évacuera, à ses frais, les matériaux répandus.

Si besoin est, par temps chaud et sec notamment, la plate-forme support de chaussée sera humidifiée. A cet
effet, l’Entrepreneur devra avoir en permanence sur le chantier, une citerne à eau mobile munie d’une rampe
fine.

L’atelier de compactage est défini au Plan d’Assurance Qualité.


Les modalités adoptées doivent permettre une cure efficace et une bonne liaison avec la couche de
roulement. A cet effet, une couche d'accrochage sera mise en œuvre avant réalisation de la couche de
roulement.
Il y aura également la mise en place d’un dispositif anti-remontée de fissures soumis à agrément du maître
d’œuvre.

25
C.C.T.P.

La tolérance d’altitude de la surface finie / projet sera de +/-1cm.

3.12. ENROBES A CHAUD

Une couche d'accrochage à l'émulsion de bitume pur est appliquée sur la chaussée avant mise en œuvre de la
couche de roulement. Elle est répandue mécaniquement. En cas de transport des enrobés, il se fera par
camions calorifugés et bâchés. Avant le chargement, les bennes devront être nettoyées de tous corps
étrangers et de reliquats de produits refroidis.

Le répandage sera exécuté en respectant scrupuleusement les températures de répandage préconisées. Lors
du répandage sous la pluie ou sur chaussée mouillée, l'Entrepreneur doit prévenir le Maître d’Œuvre qui
décidera de la suite à donner. Le répandage des bétons bitumineux et graves bitumes est arrêté dès que la
température extérieure est inférieure à 5°C.

Les raccordements définitifs à la voirie existante sont réalisés par engravures biaises par rapport à l'axe
longitudinal de la chaussée. Ces dernières sont dimensionnées de façon qu'il n'y ait pas de changement
brusque dans le profil en long de la chaussée. Les raccordements aux voiries latérales et affluentes sont
également réalisés par engravure.

Des joints de coutures à l’émulsion sablée seront réalisés sur toutes les tranchées.

Contrôle de l’épaisseur

Le contrôle de l'épaisseur doit s'effectuer par quantité moyenne par unité de surface pour chaque journée de
travail. La quantité moyenne de matériaux mis en œuvre par unité de surface ne doit pas différer de plus de 5
% de la quantité prescrite. Les tolérances d'épaisseur sont les suivantes :
-/+ 3 cm en couche de base
-/+ 1 cm en couche de roulement

Contrôle de nivellement

Le guidage en nivellement est effectué par rapport à des repères indépendants de la chaussée. Les tolérances
admises sont alors les suivantes :

Les points sont vérifiés par l’Entrepreneur dans le cadre de son contrôle intérieur, par profil en travers tous
les 25 mètres.
Les résultats de ce contrôle sont systématiquement fournis au Maître d’œuvre immédiatement après le
contrôle.
Si les tolérances sont respectées pour 95 % des points contrôlés, le réglage est réputé convenir.

26
C.C.T.P.

Profils

Le contrôle s'effectue à la règle de 3 mètres.


Les tolérances pour les écarts constatés par rapport aux pentes prescrites sont les suivantes :
-/+ 1 cm/m pour 95% des mesures en couche de base
-/+ 0,5 cm/m pour 100% des mesures en couche de roulement

Le flache maximal par rapport à la règle de 3 m mesurée sur une couche doit rester en tout point inférieure
aux seuils de tolérance suivants :
- profil en long : 1,5 cm couche de base
0,3 cm couche de roulement
- profil en travers: 2 cm couche de base
0,3 cm couche de roulement

Les mesures sont faites par l’Entrepreneur dans le cadre du contrôle intérieur, par profils tous les 25 m.

Les résultats de ce contrôle sont systématiquement fournis au Maître d’œuvre immédiatement après le
contrôle.

3.13. REFECTION PROVISOIRE

La réfection provisoire des chaussées, trottoirs et accotements, doit assurer, dans le plus bref délai, un
rétablissement convenable de la viabilité, et l’Opérateur économique est tenu de maintenir, à la demande
éventuelle des services de voirie, une signalisation appropriée.
Elle sera exécutée dans les conditions définies à l’article V.11 du fascicule n°70 avec des matériaux
d’apport, dans la mesure où l’opérateur économique ne peut assurer la réfection de voirie définitive
rapidement.
La responsabilité et l’entretien de ces réfections sont à la charge de l’Opérateur économique jusqu’à la
réfection définitive de la chaussée.

Faute par l’opérateur économique d’assurer convenablement la réfection et l’entretien des travaux
provisoires dont il s’agit, et notamment les réparations consécutives aux tassements des tranchées et des
abords de celles-ci, même en dehors des traversées, il y est pourvu d’office et à ses frais, risques et périls,
par les soins du Maître de l’ouvrage ou des services de voirie intéressés et, sauf en cas d’urgence ou de péril,
après une mise en demeure résultant d’un ordre de service émanant du Maître d’œuvre.

27
C.C.T.P.

3.14. PLAN DE RECOLEMENT

Au plus tard le jour de la réception, l'Entrepreneur devra remettre au Maître d’Ouvrage les plans de tous les
ouvrages enterrés, en particulier des réseaux eau potable. Ce dossier de récolement comportera un carnet de
vannage des branchements abonnés refaits lors de ces travaux. Ces plans seront remis en trois exemplaires
papier ; un fichier d’extension « dxf » ou « dwg » sera également remis au Maître d’Ouvrage sur CD-Rom
ou sur disquette.

L'établissement de ces plans revient à l'Entreprise. Afin de les réaliser, un fond de plan informatisé
d’extension « dxf » ou « dwg » pourra être remis à l’Entrepreneur sur simple demande de sa part.

3.15. NETTOYAGE DES RESEAUX

Sans objet.

3.16. ENLEVEMENT DU MATERIEL ET DES MATERIAUX SANS EMPLOI

Les installations de chantier, le matériel et les matériaux en excédent, devront être enlevés dans un délai d'un
mois à compter de la réception des travaux.

L'Entrepreneur subira, s'il est constaté que les lieux ne sont pas libérés à la date prescrite et sans limitation
du montant, une pénalité particulière de 150 € (cent cinquante euros) par jour calendaire de retard.

3.17. EXECUTION SIMULTANEE DE TRAVAUX ETRANGERS A L'ENTREPRISE

L'Entrepreneur ne pourra en outre élever aucune réclamation en raison de la gêne et des sujétions que lui
causerait la présence aux abords ou dans l'emprise du chantier, de chantiers organisés pour des travaux
autres que ceux faisant l'objet de la présente Entreprise.

L'Entrepreneur fera son affaire de toutes les démarches à effectuer, de tous les frais à engager, pour obtenir
une entente avec les autres Entrepreneurs intéressés lui permettant de faciliter l'exécution de ses propres
travaux.
Il existe notamment un projet d’enfouissement des réseaux électriques sur le bourg de Coudray au niveau de
la rue de la Roche Baudet et de la place de la Garenne.

3.18. TENUE DES CHANTIERS

L'intérieur des chantiers sera maintenu en tout temps en parfait état de propreté. En particulier, les aires de
stockage seront aménagées de façon à éviter dans leur voisinage immédiat toute surface boueuse et, d'une
manière générale, toute cause de souillure.

28
C.C.T.P.

3.19. ECOULEMENT DES EAUX

L'Entrepreneur devra, sous sa responsabilité et à ses frais, organiser ses chantiers de manière à les
débarrasser des eaux de toute nature (eaux pluviales, eaux d'infiltration). Il devra totalement protéger les
fouilles contre les eaux de surface au moyen de rigoles, bourrelets, buses ou tout autre dispositif, établir et
entretenir les rigoles et drains qui amèneront aux puisards les eaux de surface, creuser, entretenir et combler
en fin de travaux les puisards nécessaires dont l'emplacement devra être accepté par le Maître d’Œuvre sinon
imposé par lui en cas de négligence ou d'imprévoyance de l'Entrepreneur.

L'Entrepreneur ne pourra élever aucune réclamation, ni prétendre à aucune indemnité en raison de la gêne ou
de l'interruption de travail ou des pertes de matériaux ou tous autres ouvrages qui pourraient résulter des
arrivées d'eaux consécutives aux phénomènes atmosphériques.

Dressé par le Maître d’Œuvre, le 3 octobre 2013.

Lu et approuvé,
L'Entrepreneur

29