Vous êtes sur la page 1sur 24

Sommaire

1 .Introduction…………………………………………………………………………………………….2

2 .Définitions

1 .1 Changement climatique……………………………………………………………...4
1.2 Changement climatique anthropique…………………………………………..4
3 .Note d’histoire : Le petit Age de Glace de 1300 à 1850…………………………4
4 .Facteurs
4.2 Effet de serre
4 .2 .1 Effet de serre comportement………………………………………………5
4 .2. 2 Les GES………………………………………………………………………………….6
4 .2. 3 Sources d’émission du CO₂ liées aux activités de l’homme…..8
4.2.3.1 le pétrole et le charbon…………………………………………………8
4.2.3.2 les transports………………………………………………………………...9
4.2.3.3 l’industrie………………………………………………………………………9
4.2.3.4 l’agriculture……………………………………………………………………9
4.2 .3.5 l’habitat et la consommation……………………………………….10
4 .2. 4 Sources d’émission du CO₂ non liées aux activités de l’homme
4.2. 4.1 les crises volcaniques………………………………………………….10
4.2.4.2 Déplacement des continents………………………………………..11
4.2.4.3 Causes astronomiques ………………………………………………...11
5 .Conséquences
5 .1Conséquences directs………………………………………………………………………
5 .1.1Menaces sur la couche d’ozone …………………………………………….. .12
5 .1.2 Fonte des glaciers et montée des niveaux de mers………………….13
5 .1.3 Des climats plus difficiles…………………………………………...................13
5 .1.4 Progression des déserts dans le monde(Désertification)……..….14
5 .1.5 La sécheresse un mécanisme redoutable ; conséquence de la
déforestation…………………………………………………………………………………………….14

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 1
5 .1.6 Des effets sur la santé humaine…………………………………………….15
5.1.7 Quand la fonte des glaces influe sur la gravité……………………….15
5 .2 conséquences indirects……………………………………………………………….16
6 .Solutions
6 .1 Réduire les émissions……………………………………………………………………...17
6.2Protection de l’environnement par les conventions internationales,
réglementation et les sommets ………………………………………………………………18
6. 3 l’Auto-surveillance…………………………………………………………………………..19
6. 4 Le recyclage ……………………………………………………………………………………19
6 .5 les énergies renouvelables………………………………………………………………19
6. 5.1 l’énergie solaire…………………………………………………………………………19
6 .5.2 l’éolien………………………………………………………………………………………20
6.5.3 L’hydroélectricité……………………………………………………………………….20
7. Bibliographie………………………………………………………………………………………
8. Conclusion…………………………………………………………………………………..……….21

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 2
Introduction

Soumis à de nombreux stress l’environnement naturel voit ses capacités de


résistance et de régénérescence diminuer pour laisser place à un changement
climatique et plus spécifiquement la notion de réchauffement global, un thème
de préoccupation scientifique entré dans le domaine de la conscience publique
au début des années 90. Ainsi la sévérité des impacts potentiels de ce
changement, a incité plus d’un gouvernement à lancer des actions
internationales pour aborder ce problème.

Alors qu’est ce qu’un changement climatique ?

Quels sont les facteurs contribuant à ce changement environnemental ? Et


celles induites par l’homme ?

L’homme subit ou moteur de pollution ?

Quelles sont les conséquences ? Et vers quelles solutions se diriger pour


prévenir les dangers de ce changement ?

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 3
1. Définitions :

1.2 Changement climatique : Désigne l'ensemble des variations des


caractéristiques climatiques en un endroit donné, au cours du temps :
réchauffement ou refroidissement

Changement climatique, ou dérèglement climatique : correspond à


une modification durable (de la décennie au million d'années) des
paramètres statistiques (paramètres moyens, variabilité) du climat global
de la Terre ou de ses divers climats régionaux.

1.3 Changement climatique anthropique : est le fait des émissions de gaz à


de serre engendrées par les activités humaines, modifiant la composition de
l'atmosphère de la planète. À cette évolution viennent s'ajouter les variations
naturelles du climat.

3 .Note d’histoire :

Le petit Age de Glace de 1300 à 1850

La Région Atlantique Nord a connu un refroidissement qui a débuté au ХІV siècle


et a duré jusqu’au milieu du ХІХ siècle.
Ce refroidissement a pu être causé par un ralentissement significatif de la
circulation océanique* par des variations de l’activité solaire ou/et des émissions
volcaniques.
Ce changement a mené en Europe des hivers rigoureux.
Par la suite un enchainement de maigres récoltes, la famine, la maladie et la
migration.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 4
Qu’est ce qu’une Circulation Océanique ?
Les masses d’eau a proximité du Groenland sont tellement denses (à cause
de leur teneur enlevée en sel et de leur température très basse) qu’elles
plongent vers le fond des océans sous les eaux plus chaudes (moins denses),
cette plongée qui a lieu principalement en mer de Norvège forme avec les
courants chauds du surface, comme Guffstream une sorte de boucle « un
tapis roulant » marin c’est la circulation mondiale , les courants les plus
profonds sont appelés Courant Thermohalin.

4. Facteurs :

4.1 Effet de serre* Comportement :

En arrivant sur terre, le rayonnement solaire est en partie réfléchi par les
nuages, les poussières et d’autres éléments et donc renvoyé dans l’espace

.le rayonnement qui lui, traverse Qu’est ce qu’une serre ?


l’atmosphère est absorbé à la surface du
globe et converti en chaleur, une partie C’est un dispositif visant à
est renvoyée dans l’atmosphère sous la protéger ou à accélérer voir à
« forcer »le développement de
forme de rayons infrarouge.
certaines plantes.

Mais la vapeur d’eau et certains gaz atmosphérique ont la propriété de retenir


une bonne moitié des rayons pour les renvoyer sur terre, sans cela, l’intégralité
du rayonnement ‘ « réémis » par la terre repartirait dans l’atmosphère, comme
cela se passe dans une serre.

La température moyenne sur terre est d’environ 15°C sans ce processus


d’absorption elle serait de -18°C.

4.2.1 Les GES :

Les principaux gaz à effet de serre sont :

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 5
 A 55% CO₂ : principal responsable des EF. Longueur de vie estimée à 1 à 2
siècles.
 A 15% CH₄ : (Méthane) ses sources principales sont d’origine agricole,( la
culture du riz, le bétail, les décharges, dérivés de la production et de
l’utilisation des carburants fossiles).longueur de vie estimée à des
décennies.
 De 25% à 30% NO₂ (protoxyde d’azote) longueur de vie estimée à 150 ans,
Ozone, et CFC (Chlorofluorocarbones):
 NO₂ : Dérivé agricole qui se forme dans l’appareil
digestif du bétail et qui est aussi libéré lors de la
décomposition chimique des engrais.
 CFC : Gaz entièrement artificiels que l’on trouve
dans les réfrigérons, les climatisations, les solvants
et les bombes aérosols*.Longueur de vie estimée à
 HFC : Hydro-fluo-carbone, longer de vie estimée de
10 à 250 ans.

Qu’est ce que les aérosols ?


Particules solides ou liquides
et dont les propriétés
optiques entrainent
généralement une réduction
du rayonnement solaire à la
surface.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 6
Remarque : Bien que le plus grand contributeur à l’effet de serre
naturel soit la vapeur d’eau sa présence dans l’atmosphère n’est pas
directement affectée par l’activité humaine au même titre que Le CO₂ si par
exemple la vapeur d’eau va en toute probabilité augmenter sous l’effet du
réchauffement global, l’air chaud peut cependant contenir plus d’humidité sous
forme de vapeur d’eau que l’air froid. Il existe ainsi un potentiel de rétroaction
positive sur les températures de l’air mais celle-ci demeure incertaine. Mais le
Carbone explique à lui seul au moins la moitié de l’augmentation de température
sur terre depuis un siècle (…) et ne devient donc une pollution que lorsque les
activités humaines induisent plus de CO₂ (surplus) et s’accumule dans
l’atmosphère.

4 .2. 3 Sources d’émission du CO₂ liées aux activités de l’homme :

le Cycle du carbone
Grace aux rayonnements solaires, les
végétations fixent le carbone présent dans
l’air (processus de photosynthèse) le taux
de Dioxyde de Carbone baisse lorsque la
végétation est forte. Ceci dis ce cycle peut
être perturbé par la modification de sa
capacité de recyclage (une diminution de
cette végétation par la Déforestation) la
partie qui devait être absorbé (plus
importante) par les océans (dissolution
dans l’eau et absorption par le plancton) va
se condensé dans l’atmosphère.

4.2.3.1 le pétrole et le charbon :

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 7
L’homme brule du charbon et du carburant présents dans le sol depuis des
centaines de millions d’années. Charbon et pétrole sont des produits carbonés
issus de la décomposition des plantes. En consommant ces énergies fossiles
l’homme émet donc du Carbone, tous les ans les activités humaines rejettent
6,3 Milliard de tonnes de CO₂ voilà un excédent que les forêts et les océans ne
peuvent pas absorber.

Le pétrole fournit aujourd’hui 35% de l’énergie mondiale, devant le charbon


25%, le Gaz 20%, le bois 10%, nucléaire et hydroélectricité se partagent 5%

4.2.3.2 les transports :

Ils constituent désormais plus du tiers des émissions de gaz polluants et leur
part ne cesse d’augmenter, ces polluants primaires issus du pot d’échappement
des véhicules, sont constitués des principaux gaz de combustion ;

Oxydes de Carbone et Azote mais aussi près de 200 composés organiques


volatils, ainsi que des produits cancérigènes et des poussières.

Ces dernières rejets notamment par les moteurs Diesels sont très fines (parfois
inferieur à 10 Microns)

4.2.3.3 l’industrie :

Le secteur industriel a longtemps été le principal accusé de la pollution


atmosphérique elle est principalement émettrice d’oxyde de soufre (SO₂), ces
émissions ont vraisemblablement eu des effets nocifs non seulement sur les
populations riveraines mais aussi sur des zones éloignées. Ce gaz est donc
fortement réglementer.

4.2.3.4 l’agriculture :

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 8
L’Agriculture pèse un poids croissant dans la pollution de l’air. Dans les pays
développés le secteur représente entre 20 et 50% des émissions.

L’accroissement de la consommation de Viande a entrainé un fort développent


de l’élevage des ruminent (Bovins, Moutons…)…

Par la suite la digestion de ces animaux s’accompagne d’une importante


production de Méthane.

4.2 .3.5 l’habitat et la consommation :

Le secteur résidentiel représente près de 20 % des gaz à effet de serre en


Europe.

 Habitats mal isolé.


 Bâtiments mal conçus.
 Réseaux d’eau et de chauffages peu entretenus.
 La climatisation dans les meubles à bureaux qui alourdit la part des
émissions.
 L’incinération des déchets ménagers.
 La combustion des plastiques.

Des effets inattendus


Une équipe de chercheurs Canadiens a établi un lien entre les émissions des
oxydes de soufre (SO₂) des pays développés et la sécheresse qui a frappé l’Afrique
dans les années 1980.
Le SO₂ crée en effet de fines particules qui bouleversent la vapeur d’eau de se
condenser.
Les émissions des pays développés auraient été responsables d’une baisse de 20%
à 50% des précipitations sur le Sahel.

(Livre: petit atlas des risques écologiques Loic.C)

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 9
4 .2. 4 Sources d’émission du CO₂ non liées aux activités de l’homme :

4.2. 4.1 les crises volcanique :

Les émissions gazeuses des volcans ont 2 effets inverses :


les aérosols (émissions de SO2 et poussières) obscurcissent l'atmosphère,
augmentent la pluviométrie et refroidissent le climat ; dans un second temps,
les grandes quantités de gaz à effet de serre émis provoquent un effet de
serre additionnel.

4.2.3.1 Déplacement des continents :


Qu’est ce que l’Albédo ? :
C’est le pouvoir réfléchissant
Pour comprendre l'influence des déplacements d'une surface, soit le rapport de
des continents, il faut d'abord savoir que l'énergie lumineuse réfléchie à
les courants océaniques ont une influence très l'énergie lumineuse incidente.
importante sur les changements climatiques, C'est une grandeur sans
les continents n'ont en réalité pas d'influence
directe sur le climat mais ils permettent en se
déplaçant la formation ou l'arrêt des courants
marins.

Qu’est ce qu’un cycle solaire ?


C’est une période pendant 4.2.3.2 Causes astronomiques :
laquelle l'activité du Soleil varie en
reproduisant les mêmes
phénomènes que pendant la
période de même durée
précédente généralement entre 8
et 15 ans.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 10
Une théorie, celles des cycles solaires explique dimension, comparable à
les faibles variations climatologiques qui ont la réflectance, mais
lieu tous les 11 ans, cycle correspondant à celui d'application plus spécifique,
des taches solaires qui ont une périodicité de 11 utilisée notamment
en astronomie et climatologie —
ans ; lorsque le nombre de taches solaires est
ainsi qu'en géologie.
important, le Soleil émet plus d'énergie (la
Terre en reçoit donc plus) et donc un
changement de température a lieu. Ce rayonnement influe de manière
complexe sur la nébulosité et donc à la fois sur l'albédo planétaire et l'effet de
serre dû aux nuages et à la vapeur d'eau

5 .Conséquences :

5 .1Conséquences directs :

5 .1 .1Menaces sur la couche d’ozone :


Qu’est ce que l’Ozone : Depuis 1985 les scientifiques ont observé une
C’est un Gaz constitué diminution importante du taux d’Ozone, un des
de molécules à 3 constituants naturels de la haute atmosphère au
atomes d’oxygène (O₃) dessus de l’Antarctique la teneur en ozone peut
qui se forme
diminuer de 50% à la fin de l’hiver et au début du
principalement entre 20
et 30 km d’altitude par printemps, cette évolution représente un
dissociation de phénomène alarment : en effet, la couche d’Ozone
l’oxygène gazeux (O₂) filtre les rayons solaires et son appauvrissement
sous l’effet du peut entrainer une augmentation de l’intensité du
rayonnement. rayonnement ultraviolet au sol avec des
conséquences importantes sur les espèces vivants.

Pour l’homme une exposition aux ultraviolets peut provoquer des Brulures
superficielles et des conjonctivites, une exposition prolongée augmente le

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 11
risque de vieillissement de la peau et de cancers, et peut faire apparaitre des
Cataractes ou un affaiblissement des défenses immunitaires.

L’organisation mondiale de la santé OMS estime qu’une diminution de 10%


de la quantité d’Ozone dans la haute atmosphérique engendre une
augmentation de 3,5% de Carcinomes*, les formes les plus graves des
cancers de la peau.

L’Ozone, Gaz à deux effets :

L’Ozone présente deux effets, réchauffement et refroidissement selon


l’endroit où il se trouve dans l’atmosphère
 L’ozone dans la stratosphère : absorbe partiellement le rayonnement
solaire et réduit la quantité de chaleur incidente à la surface.
 L’ozone dans la troposphère : est un puissant gaz à effet de serre.

5 .1 .2 Fonte des glaciers et montée des niveaux de mers :

L’élévation du niveau des mers, principal conséquence du réchauffement


climatique, est due à la fois à la fonte partielle des glaces des régions polaires et
à l’expansion de la couche d’eau superficielle des océans qui se dilate en se
réchauffant.

Le niveau de l’Océan devrait aussi avoir des conséquences en Europe. Le niveau


de l’Océan Atlantique s’élève déjà depuis plus d’un siècle (à raison de un à deux
millimètres par an) probablement du fait de l’instabilité du continent.

5 .1 .3 Des climats plus difficiles :

Si l’on ne sait pas dans quelques mesures le réchauffement climatique va


perturber le cycle de l’eau on avance néanmoins l’idée que les épisodes des

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 12
tempêtes violentes vont se multiplier, les moyennes de température et de
précipitation ne devrait pas connaitre de grands écarts, mais on constatera des
vents plus forts, et périodes sans pluies plus longues et des précipitations plus
marquées sur des périodes de temps plus courtes.

Le vent souffle en moyenne plus fort dans l’ouest de l’Europe, du Portugal à la


mer Baltique, En Amérique Latine, on déplore une fréquence et une force accrue
des Ouragans.
En Inde, la mousson se fait plus faible à l’est sous-continent et plus forte à
l’ouest, entrainant ainsi des épisodes inhabituels de sécheresse et inondations.

5.1 .4 Progression des déserts dans le monde(Désertification) :

Dans les années 1980, on a cru que l’avancée des déserts était inéluctable. Des
chercheurs avaient même chiffré cette avancée de 5,5Km par an mais on a
montré en réalité, le désert avance ou recule selon la quantité de précipitations
tombées dans l’année, il ya donc des interactions avec les changements
climatiques, mais elles sont encore très limitées.

Il n’en reste pas moins que en 50ans 65millions d’hectares dans le Sud du
Sahara ont été transformés en désert !

(P.66 du même livre)

5 .1 .5 La sécheresse un mécanisme redoutable ; conséquence de la


déforestation :

C’est la végétation qui disparait d’abords tandis que le bois de Feu est
surexploité (déforestation) pour répondre aux nécessités d’une population plus
nombreuses.

La sécheresse a été surtout amplifiée par la bonne santé des troupeaux qui été
systématiquement vaccinés depuis 10ans, en quelques années les bois
Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015
Page 13
Les pertes de sols peuvent atteindre jusqu’à 50 tonnes par Hectare et par
an.

5 .1.6 Des effets sur la santé humaine :

Au-delà des catastrophes climatiques et de leurs conséquences économiques et


sanitaires, certaines pathologies pourraient frapper à des altitudes où elles sont
inconnues aujourd’hui.

Certains spécialistes craignent ainsi

 L’arrivée des moustiques ; vecteur de la dengue* sur le pourtour du bassin


méditerranéen.
 Le Paludisme : qui tue déjà 3000personnes par jour dans le monde
 Accroissement des maladies cardio-vasculaires et respiratoires.
 Une augmentation des calculs urinaires conséquence de la déshydratation.
 Une augmentation des cas de l’asthme liée çà une plus grande vigueur du
monde végétal, certaines plantes très allergisantes augmentent même
leur aire de répartition grâce au climat.

Dengue
Maladie infectieuse d’origine virale parfois mortelle qui
servit dans de nombreuses régions chaudes du globe.

Quand la fonte des glaces influe sur la gravité


Chargé d’étudier les variations de la gravité terrestre et la circulation océanique à
une relative faible altitude (250 km), feu le satellite Goce (Gravity field and steady-
state Ocean Circulation Explorer) s’est consacré durant quatre ans, de 2009 à 2013,
à collecter des données avec une résolution inégalée. La mission de l’Agence
spatiale européenne (Esa) a livré des mesures

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 14
Très appréciées des géologues, sismologues et océanographes qui peuvent ainsi
étudier les changements dans la croûte terrestre, le manteau supérieur ou le
niveau des océans (…), les informations reproduites dans le géoïde sont
également très précieuses pour les climatologues et les glaciologues. En effet, à
l’instar des massifs montagneux ou des grandes fosses océaniques, les
modifications de nos deux calottes glaciaires ont une influence non négligeable
sur la gravité terrestre. Et elle devient de plus en plus lisible.

Une équipe internationale et interdisciplinaire de chercheurs ont pu mettre en


évidence des variations locales liées à la diminution des glaces dues au
changement climatique. Intéressés par la dynamique qui anime les
différents bassins versants identifiés sur le grand continent blanc, Il apparaît que,
durant cette période, l’amenuisement de la couverture de glace en Antarctique
occidental a occasionné un creux significatif du champ de gravité de la région.
Pourvu d’un radar altimétrique (radioaltimètre), le satellite CryoSat ne dit pas
autre chose en révélant que depuis 2009, la vitesse à laquelle la glace a été
perdue chaque année a augmenté d'un facteur trois. Entre 2011 et 2014, le
volume global de la calotte glaciaire australe a diminué en moyenne de quelque
125 kilomètres cubes par an.

Article publié récemment en octobre 2014

5 .2 conséquences indirects :

Influence l’approvisionnement en nourriture, les conditions de vie en ville et


dans les villages, tout autant que l’accès à l’eau potable et à l’énergie c à d qu’il
va probablement réduire les chutes de pluies sur les pâturages

=>réduction de productivité de l’herbe.

=>réduction du poids moyen du bétail à 12%.

=>baisse significative des viandes.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 15
De ce fait :

 Présente une grave menace pour la stabilité économique, social, et


politique.
 Résulterait une migration de masse pour les régions les moins prospères là
où les pays n’ont pas de ressources ni les capacités nécessaire pour
s’adapter rapidement à des conditions de vie les plus rigoureuses.

6 .Solutions :
6 .1 Réduire les émissions :

Aujourd’hui la communauté scientifique regroupée au sein (GIEC) tente de


formaliser les risques induits par un réchauffement global de la température
terrestre. L’air des villes est mesuré en temps réel, et les piques de pollution
peuvent ainsi être anticipés.

Ces progrès scientifiques permettent de quantifier le risque auquel fait face


l’humanité, mais ils n’offrent pas de solution miracle en effet, le seul moyen de
sauver l’atmosphère et de réduire les émissions dues aux activités de l’homme.

GIEC
Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du
Climat, Crée en 1988 par l’organisation météorologique
mondiale (OMM), elle a pour but d’évaluer la responsabilité
humaine dans le changement climatique. Chargé de faire la
synthèse des connaissances scientifiques disponibles.

On peut réduire l’émission des GES à la mesure de ce que la


biosphère(végétation et activité océanique) peut recycler ceci conduit à pousser
pour ne pas avoir des conséquences majeures sur le climat, les activités
humaines devraient se limiter à un rejet maximal de 11Gt* CO₂/an.

*Gt : Giga tonnes de CO₂ ou milliard de tonne de CO₂.


Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015
Page 16
6.2Protection de l’environnement par les conventions internationales,
réglementations et les sommets :

 le Protocol de Montréal Premier texte par l’ensemble des nations et


constitue une étape historique signé en 1987, ce texte impose
l’interdiction de tous ces produits Chlorofluorés, principalement présent
dans les systèmes de réfrigération domestique ou industriels ; il s’agit alors
de préserver la couche d’ozone stratosphériques rongée par les émissions
de Chlore dans l’atmosphère.
 le Sommet de la terre à Rio en 1992 officialise la signature de plusieurs
textes internationaux :
 Les conventions sur le climat.
 La biodiversité et la lutte contre la désertification.

 Le Protocol de Kyoto en 1997 c’est celui qui le plus progresser, il prévoit la


réduction de Six gaz à effet de serre.
 Les Normes exp La norme de dangerosité du Nitrate est de 50mg/L d’eau.

En 2002 le sommet de la terre à Johannesburg a montré les limites de ces


grandes messes onusiennes qui n’ont débouchés sur rien de concret du
fait du blocage opéré le pays le plus riche et le plus polluant de la planète ;
les états unies.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 17
 Les normes* : Une norme
est un seuil admit par tous et
qui a une valeur juridique,
elle sert à définir la quantité
au delà de laquelle un
produit émis devient
dangereux.
.

6. 3 l’Auto-surveillance :

Une (Notion américaine), elle promu les techniques qui permettent de produire
mieux en économisant eau et énergie et en réduisant les déchets et les
émissions polluants.

6. 4 Le recyclage :

Lorsqu’on recycle on épargne les matières premières tout en réduisant la


consommation d’énergie, comme on peut distinguer des filières
De recyclage tel que la méthanisation ; qui constitue la voie la plus prometteuse
dans le traitement des déchets organiques, déposés dans de gros bassins
digesteurs qui accélèrent leur décomposition, ces décompositions produisent
du méthane qui peut être récupéré pour produire de la chaleur.

6 .5 les énergies renouvelables :

L’eau, le vent, le soleil, la chaleur terrestre peuvent être des sources d’énergie
inépuisable et non polluants, nous pouvons citer :

6. 5.1 l’énergie solaire :

Produite par des cellules photovoltaïque, des panneaux solaires ou dans les
centrales solaires.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 18
6 .5.2 l’éolien :

Par l’utilisation de la force du vent, elle est plus forte de toutes les filières de
production d’électricité loin devant l’énergie fossile et nucléaire.

6.5.3 L’hydroélectricité :

La plus ancienne mode de production d’électricité, cependant il est de plus en


plus contesté, les barrages provoquent de graves dommages sur
l’environnement et perturbation des cycles d’eau.

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 19
7. CONCLUSION

Dans Le cas du changement climatique, nous assistons à différentes


justifications de l’inaction selon les individus « Je ne suis pas au courant »,
« Rien n’est encore sure », « Je ne sais pas quoi faire », « même si on agit ça ne
changera rien »

Nous nous efforçons de diluer notre responsabilité, ou de disculper notre


conscience par tous les moyens, C’est donc une action collective qui doit être
des plus complexes qui est nécessaire pour l’environnement.

Alors si l’on souhaite inciter les individus à adopter de nouveaux


comportements plus soucieux du devenir climatique, on dispose d’outils
pratiques, par exemple, en faisant prendre un engagement public, un intérêt et
par la suite un geste qui devient récurent comme le tri des déchets.

Cette lutte contre le changement climatique est une étape essentielle et


globale qui nous conduira, à prendre en compte notre empreinte écologique sur
la planète, et à la réduire.

C’est du moins le défi qui se présente à nous et à nos descendants pour les
prochaines décennies…

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 20
8. BIBLIOGRAPHIE
Actuenvironnement.com/définition changement climatique.

Futura Sciences/Quand la fonte des glaces influe sur la gravité/octobre 2014

Jean Jancovici et Alain Grand/C’est maintenant ! 3ans pour changer le monde/répartition


des énergies mondiales.

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/des climats plus difficiles/P.17

Loic Chameau /Petit Atlas des Risques écologiques/des effets inattendus

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/Des effets sur la santé humaine/P.11

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/Effet de serre comportement/P.14

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/Fontes des glaciers et montée des
niveaux des mers/P.17

Loic Chameau /Petit Atlas des Risques écologiques/l’agriculture/P.25

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/l’auto-surveillance/

Loic Chameau /Petit Atlas des Risques écologiques/l’industrie/P.22

Loic Chameau /Petit Atlas des Risques écologiques/l’habitat et la consommation/P.24

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/le recyclage/

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/les énergies renouvelables/

Loic Chameau /Petit Atlas des Risques écologiques/les transports/P.23.

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/progression des déserts dans le
monde/P.66

Loïc Chamveau /Petit Atlas des Risques écologiques/Protection de l’environnement par les
conventions internationales, réglementations et les sommets/P.107

Martin Beniston /Changements climatiques et impacts/les gaz à effet de serre/P.71

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 21
Martin Beniston/Changements climatiques et impacts/menaces sur la couche d’ozone/
P .72

Martin Beniston/Changements climatiques et impacts/qu’est ce les aérosols/ P.73

Robert Kandel/Le devenir des hommes/qu’est qu’une serre/P.50

Robert Kandel/notes de l’auteur, rapport secret du Pentagone sur le changement


climatique/Qu’est ce qu’une circulation océanique.

Robert Kandel/Rapport Secret du Pentagone sur le changement climatique/conséquences


indirects/P.10.11.12.13

Robert Kandel/Rapport Secret du Pentagone sur le changement climatique/le petit âge de


glace/P.16-17.

Sabine Rabourdin/Changements climatiques comprendre et agir/cycle du carbone/P15 et


16

Sabine Rabourdin/Changements climatiques comprendre et agir/GIES/P.11

Wikipedia.org /définition Changement_climatique/Changement climatique anthropique.

Wikipedia.org /Changement_climatique/déplacement des continents/

Wikipedia.org /Changement_climatique/les causes astronomiques/

Wikipedia.org /Changement_climatique/les crises volcaniques/

Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015


Page 22
Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015
Page 23
Ziani Yasmine & Zirar Asma TTE 2014/2015
Page 24