Vous êtes sur la page 1sur 63

Matériaux pour l’ingénieur

30 séances : cours et petites classes alternés

Equipe enseignante : • Y. Bienvenu (Centre des Matériaux)


• N. Billon (CEMEF)
• M. Blétry (Centre des Matériaux)
• E. Busso (Centre des Matériaux)
• S. Cantournet (Centre des Matériaux)
• A.-F. Gourgues (Centre des Matériaux)
• J.-M. Haudin (CEMEF)
• L. Nazé (Centre des Matériaux)

Coordinateurs : A.-F. Gourgues anne-francoise.gourgues@ensmp.fr

J.-M. Haudin jean-marc.haudin@ensmp.fr


Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Matériaux et (nouvelles) technologies

Derrière les innovations technologiques


.... se trouvent souvent les matériaux !

Propriétés gouvernées par des phénomènes


physiques
chimiques communs à la plupart des matériaux
mécaniques

Etudier, comprendre et maîtriser ces phénomènes

conception
base de intégrant les matériaux
innovation
2
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Exemple : le Panthéon : un ouvrage révolutionnaire... en ruine ?

Une hauteur et une minceur de parois exceptionnelles


grâce à un nouveau procédé : la pierre renforcée de barres de fer

C. Blasi, E. Coïsson, I. Iori, Engineering Fracture Mechanics 75 (2008) 379–388


3
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Exemple : le Panthéon : un ouvrage révolutionnaire... en ruine ?

Sous l’effet des chargements mécaniques... et du temps : effondrement !

- Ingénierie de pointe de l’époque : permiers essais de compression


systématiques sur la pierre
- On ignorait l’existence du... fluage (déformation lente dans le temps)
C. Blasi, E. Coïsson, I. Iori, Engineering Fracture Mechanics 75 (2008) 379–388 4
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Objectifs du cours « Matériaux pour l’ingénieur »

Quel matériau pour quel produit ?

Pourquoi ?
compréhension mise en œuvre

des relations entre (micro)structure

maîtrise propriétés d’usage


Comment ?

5
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Organisation du cours

Introduction et élaboration 4 séances


comment synthétise-t-on les matériaux ?
qu’y a-t-il dedans ?

Mise en forme et propriétés 13 séances


comment fabrique-t-on les matériaux ?
pour quel usage et quelles performances ?

Tenue en service et ingénierie des matériaux 13 séances


maîtriser la structure et les propriétés des matériaux
déterminer la durée de vie et la fiabilité du produit
choisir et maîtriser le « bon » matériau
6
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Première séance : Structure de la matière à l’état condensé

Les « briques » constitutives des matériaux et les différentes échelles


du nm au cm : 7 ordres de grandeur !
atomes
liaisons
empilements atomiques
solution solide
assemblages de grains et de phases

Défauts : omniprésents et essentiels !


« 0D », 1D, 2D, 3D : nature et effets

Les grandes familles de matériaux et leurs propriétés génériques


7
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Atomes (1/6)

métaux (75% des éléments) halogènes


métalloïdes
autres gaz rares
8
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Atomes (2/6) : Température de fusion


alcalino-terreux :
650 à 1277°C C : 3727°C
métaux de transition :
-38 à 3410°C

métaux alcalins :
29 à 180°C

La température de fusion indique la « force » des liaisons


source : www.webelements.com 9
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Atomes (3/6) : Rayon atomique

H : 37 pm rayon atomique
He : 53 pm

rayon
atomique Rn : 140 pm

Cs : 262 pm

source : www.webelements.com 10
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Atomes (4/6) : Rayon ionique (en pm)


Rayon ionique ≠ rayon atomique !!!

source : www.sc.maricopa.edu 11
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Atomes (5/6) : Electronégativité


Attraction vis-à-vis des électrons partagés ou gagnés (mesure : Pauling)

Fe : 1,8 F:4
Li : 1
Cl : 3
K : 0,8

source : www.webelements.com 12
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Atomes (6/6) : Synthèse

rayon atomique, caractère métallique


rayon ionique, électronégativité, énergie d’ionisation

Tfusion (mét. transition)


rayon atomique
rayon ionique

électronégativité
(sauf mét. transition)
Tfusion (autres)

13
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Liaisons (1/6) : Nature des liaisons

Liaisons chimiques :
liaison covalente (deux non-métaux) mixité possible
liaison ionique (un métal et un non métal) (iono-covalente)
liaison métallique (deux métaux)

Liaisons physiques :
liaison hydrogène
liaison de Van der Waals

Quelques propriétés régies par les liaisons :


mécaniques (rigidité, déformabilité...)
thermiques (Tfusion, dilatation thermique...)
propriétés de transport (charges, matière, chaleur)
14
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Liaisons (2/6) : Liaison covalente

Mise en commun d’un ou de plusieurs électrons pour remplir la couche externe


éléments d’électronégativités similaires

Géométrie liée à celle des orbitales


liaison dirigée faible compacité
anisotropie

Liaison forte matériaux durs, rigides

Source : www.chem.monash.edu.au

15
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Liaisons (3/6) : Liaison ionique

Transfert d’un électron de valence et attraction électrostatique entre les ions


éléments d’électronégativités très différentes

Exemples : halogène + alcalin : NaCl, LiF


certains oxydes : Al2O3, MgO

Liaison forte matériaux durs, rigides

Liaison non dirigée


compacité maximale compatible avec
rayons ioniques respectifs Source : www.chem.monash.edu.au
neutralité électrique locale
16
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Liaisons (4/6) : Liaison métallique

Atomes facilement ionisables : électrons de valence faiblement liés au noyau


mise en commun collective d’électron(s) de valence
« mer » d’ions positifs + nuage d’électrons délocalisés

Liaison entre deux éléments métalliques

Métaux normaux (Al, alcalins...) : liaison assez faible

Métaux de transition : composante covalente


(effet des sous-couches incomplètes)
liaison plus forte : atomes plus proches, densité
Source :
Liaison non dirigée compacité maximale www.chem.monash.edu.au

17
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Liaisons (5/6) : Autres liaisons

Liaison hydrogène H
oscillations d’un proton entre deux anions très électronégatifs O O
liaison faible
exemples : eau, polymères organiques, ciments R R’

Liaison de Van der Waals


attraction électrostatique entre doublets électrons-noyau
pas de recouvrement des nuages électroniques
liaison faible, non dirigée
exemples : polymères, argiles, feuillets de graphite

18
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Liaisons (6/6) : Récapitulation

type de liaison covalente ionique métallique hydrogène Van der Waals


enthalpie Si 450 LiF 849 Na : 108 (sublimation à (sublimation
d’atomisation C (diamant) : NaCl 640 Al : 330 Tfusion) àTfusion)
(kJ/mol) 717 MgO 1000 Fe : 414 H2O : 51 Ar : 7.5 O2 : 7.5
CaF2 1548 W : 849 NH3 : 35 CO2 : 25 CH4 : 18
liaison dirigée oui non non non non
conductivité faible (matériaux basse élevée basse (isolants)
électrique purs), augmente (électronique) à
en cas de dopage basse
température
haute (ionique) à
température
élevée
densité faible élevée compacité élevée
(compacité)
propriétés dureté, fragilité dureté, fragilité déformabilité, faible faible résistance, forte
mécaniques plasticité résistance compressibilité
température de élevée élevée faible à élevée faible très faible
fusion (°C)

19
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (1/8) : Ordre à courte distance

« Courte » ou « longue » distance : par rapport aux distances interatomiques

Gaz Matière condensée (liquide, solide)


W.D. Kingery, H.K. Bowen, D.R. Uhlmann, Introduction to Ceramics, 1976, p. 26

Coordinence : nombre de premiers voisins


rayons ioniques respectifs
Exemple : solides ioniques : en fonction de
charges des cations et des anions
20
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (2/8) : Ordre à longue distance

Pas d’ordre à longue distance liquides, verres


Ordre à longue distance cristaux

cristal de silice verre de silice verre de silicate

Y-M. Chang, D.P. Birnie III, W.D. Kingery,


http://ecal-admin.mme.tcd.ie/MSEInteractive
Physical Ceramics, 1997, pp. 83 et 89 21
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (3/8) : Transition vitreuse et cristallisation

Refroidissement à partir de l’état gazeux ou liquide


Vapeur
Liquide

ra pide
Volume

Ref .

de
Liquide

ui
surfondu

Volume
Li
Verre
le nt
al Ref.
Crist
T T

cristallisation : transition isotherme avec dégagement de chaleur


transition vitreuse : sans dégagement de chaleur Y-M. Chiang et coll.,
Physical Ceramics, 1997, p. 81
Le verre a les propriétés d’un solide
mais la structure du liquide qu’il était à T≥Tg 22
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (4/8) : Cristaux

périodique en 3D
Disposition des atomes : réseau cristallin
ordre à longue distance

Invariance par translation selon un vecteur du réseau

nœud du réseau

On place généralement l’origine sur un atome


un atome sur chaque nœud du réseau

Il peut avoir des atomes ailleurs que sur les nœuds du réseau
mais toujours de manière périodique
23
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (5/8) : Cristaux et symétries

Isométries laissant le réseau globalement invariant


doivent être compatibles avec la périodicité

Combinaisons d’une rotation + translation ou inversion (symétrie centrale)


2π 2π 2π 2π 2π
seuls angles de rotation possibles : , , , ,
6 4 3 2 1

Les axes de rotation passent par un même point


32 groupes ponctuels
dont 21 ne possèdent pas de centre de symétrie
exemple : matériaux piézoélectriques

24
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (6/8) : Réseaux de Bravais

c
α
b
β γ
a

25
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (7/8) : Métaux

compacité
Liaison métallique non dirigée élevés
degré de symétrie
Structure de la plupart des métaux purs (normaux ou de transition) :

cubique à faces centrées cubique centrée hexagonale compacte


(CFC) (CC) (HC)
compacité 0,74 compacité 0,68 compacité 0,74
Al, Ni, Cu, Au, Ag, Pt, Pb... Li, Na, K, Nb, Mo, Ta... Mg, Zn...

Parfois plusieurs structures possibles (polymorphisme) : Fe, Zr, Co, Ti... 26


Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Empilements d’atomes (8/8) : Solides ioniques

Structure partiellement régie par le nombre de coordinence (premiers voisins)


empilement quasi-compact d’anions (oxygène, soufre...)
les cations se placent périodiquement dans les interstices disponibles

CFC : NaCl, LiF, ZnS (blende), Na2O, BaTiO3...

HC : ZnS (würtzite), Al2O3, Fe2O3, Cr2O3...

W.D. Kingery, H.K. Bowen, D.R. Uhlmann, Introduction to Ceramics, 1976, p. 63 27


Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Solution solide (1/3) : Position des solutés dans le réseau cristallin

Soluté en insertion Soluté en substitution


(interstitiel) (substitutionnel)

« petit » élément
dans les métaux courants :
C, H, N, O

28
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Solution solide (2/3) : Sites interstitiels dans le réseau cristallin

Exemples : structures CC et CFC


Sites tétraédriques (coordinence 4) Sites octaédriques (coordinence 6)

CC
2 mailles

RO = 0,150 Rat
RT = 0,288 Rat

CFC RO = 0,414 Rat

RT = 0,225 Rat Seul H est tétraédrique dans les métaux courants 29


Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Solution solide (3/3) : Ordre à courte, à longue distance

La position des atomes de soluté suit-elle une distribution périodique ?

OUI NON

solution solide ordonnée solution solide désordonnée

Transitions ordre-désordre : Ni-Cr, Ti-Al...

30
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (1/7) : Grains

1 grain = 1 cristal + 1 orientation Alliage Ni-20Cr

Vue en coupe

G. Calvarin-Amiri, thèse de doctorat, Orsay 1998

H. Gleiter, Acta Mater. 48 (2000), p. 3


Rupture le long
des interfaces
entre grains
20 µm
cliché Centre des Matériaux 31
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (2/7) : Texture

Distribution de l’orientation des grains anisotropie des propriétés


Texture cristallographique : distribution statistique de l’orientation des grains
Exemple : détermination quantitative sur du nickel

400 µm

source : http://www.edax.com 32
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (3/7) : Texture

Distribution de l’orientation des grains anisotropie des propriétés


texture cristallographique : orientation cristalline
texture morphologique : anisotropie de forme

Exemple : alliage de cuivre (CFC)


direction de fabrication
de la barre

Cartographie B. Guéraud 33
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (4/7) : Phases

composition chimique

Une phase : structure cristallographique (si la phase est cristalline)


orientation cristalline (si la phase est cristalline)

Les phases peuvent être à l’équilibre (thermodynamique) ou hors équilibre

verre biphasé
(microscopie électronique en transmission)

Y.M. Chiang, W.D. Kingery,


Journal of the American Ceramics Society
50 nm
vol. 66 (1983) pp. C171-C172
34
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (5/7) : Phases formées in situ

Maîtrise de ces assemblages : cf. TD sur les traitements thermiques

Plaquettes Al2Cu Monocristal biphasé à base nickel


dans un alliage Al-4%Cu pour aubes de turbine aéronautiques

F. Barlat, J. Liu, 1998 F. Gallerneau, thèse de doctorat,


ENSMP 1995 35
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (6/7) : Phases formées ex situ (« composites »)

une matrice (polymère, métallique, céramique)


Matériaux composites :
des renforts : fibres (verre, carbone, polymères...)
particules
Adhésion des renforts à la matrice ???

Exemple : composite pour anneau de disque de turboréacteur

Fibres SiC (âme W)

Matrice : alliage de titane


(Ti6242)

S. Hertz-Clémens, thèse de doctorat,


ENSMP, 2002
36
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Assemblage de cristaux (7/7) : Matériaux multi-échelles

Exemple : acier inoxydable moulé pour tuyauteries


Echelle macroscopique : Echelle microscopique : Echelle nanoscopique :
gros grains « de fonderie » deux phases percolantes la ferrite vieillie
est biphasée

phases
au
chrome

20 mm
10 nm
1 mm
D. Blavette et coll.,
V. Calonne, thèse de doctorat, ENSMP, 2001 NATO, 2002
37
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts : classification

Une structure n’est parfaite que sur des volumes très faibles

Toute structure comporte des défauts

Classification par types de défaut

ponctuels (0D)

linéaires (1D)
surfaciques (2D)
volumiques (3D)

38
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts ponctuels (1/2) : Caractéristiques

d’après
www.ocw.mit.edu

Types de défauts : lacune, auto-interstitiel (rare), soluté en insertion ou en substitution


Solides ioniques : préserver la neutralité électrique locale 2 défauts associés
39
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts ponctuels (2/2) : Effets

Impact des défauts ponctuels sur les propriétés des matériaux

Propriétés liées aux phénomènes de transport


matière : diffusion grâce aux lacunes (cf. cours 3)
en particulier : propriétés mécaniques et stabilité chimique
à haute température (> 0,3 Tf)
charges électriques : conduction dans les solides ioniques

Exemple : régulation de l’injection dans les moteurs automobiles par sonde λ


indice d’octane 87 : il faut 14,7 fois plus d’air que de carburant
pour minimiser les rejets nocifs
zircone ZrO2 cubique stabilisée, riche en lacunes d’oxygène
conductivité par ions oxygène
= f(gradient de Po2 entre l’air extérieur et l’air sortant du moteur) 40
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts linéaires (1/6) : Définition des dislocations

Distorsion locale d’un réseau cristallin parfait


Existence postulée dès 1934 (Orowan, Polanyi, Taylor, Burgers)
Observation dans les années 1950 (microscopie électronique)

dislocations dans un
alliage de titane

cliché : Centre des


Matériaux
1 µm
41
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts linéaires (2/6) : Dislocation coin

Frontière d’un demi-plan « supplémentaire » Circuit fermé


avec la dislocation
Définition du défaut : vecteur de Burgers b
défaut de fermeture d’un circuit initialement fermé
vecteur du réseau parfait
b ⊥ dislocation coin

Défaut de fermeture
du même circuit
dans le réseau parfait
b

source : www.mae.buffalo.edu 42
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts linéaires (3/6) : Dislocations en 3D

cas extrêmes :
vis (b // dislocation)
coin (b ⊥ dislocation)

cas intermédiaires :
mixtes vis + coin

b
b ⊥ dislocation :
dislocation coin
b // dislocation :
dislocation vis

43
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts linéaires (4/6) : Energie d’une dislocation

b
Energie par unité de longueur : µ b²
µ : module de cisaillement d
b : norme du vecteur de Burgers

Les dislocations les plus probables sont celles de plus faible b


« directions denses »

Déplacement des dislocations : dans les plans les plus éloignés les uns des autres
« plans denses »
44
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts linéaires (5/6) : Systèmes de glissement

Exemple : structure CFC

plans denses : {111}


x + y + z = constante
x - y + z = constante
etc...
(⊥ aux grandes diagonales du cube)

www.msm.cam.ac.uk/phase-trans
directions denses : <110>
(d’un nœud au centre d’une face voisine)

Structure CC : b = <111> (d’un nœud au centre du cube)

45
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts linéaires (6/6) : Effets

Impact des défauts linéaires sur les propriétés des matériaux

Déformabilité
le déplacement des dislocations conditionne la plasticité
déformation irréversible, indépendante du temps,
peu endommageante en général

exemple : mise en forme des métaux et alliages métalliques


emboutissage de tôles pour l’automobile...

Phénomènes de transport
diffusion plus facile le long des dislocations que dans le réseau
à éviter à tout prix dans les semi-conducteurs purs (micro-électronique)
(font chuter leur résistivité électrique)
46
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (1/8) : Définition

Types les plus courants de défauts surfaciques :

surfaces libres

interfaces entre phases

joints de grains = interfaces entre grains

fautes d’empilement

...

47
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (2/8) : Surfaces libres


Perturbation du voisinage des atomes de surface
perte de certains premiers et seconds voisins

Energie importante
adsorption facile d’espèces chimiques ou de particules (poussières)
exemple : salles « blanches » en micro-électronique

L’énergie de surface d’un cristal dépend de l’orientation du cristal sous-jacent


gouverne la réactivité de la surface (oxydation, etc...)
principe de la révélation des grains par attaque chimique

Alliage 600
(cliché Centre des Matériaux)
microscopie optique
après attaque oxydante

48
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (3/8) : Interfaces interphase

La structure de l’interface dépend de la structure et de la cristallographie des phases

cohérente (distorsions élastiques)


incohérente
(forte énergie)

semi-cohérente (dislocations d’accommodation) 49


Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (4/8) : Joints de grains

Joints plus ou moins cohérents (coïncidence)


Joints de macle : symétrie par rapport au plan de joint,
avec coïncidence parfaite dans ce plan

H. Gleiter, Acta Mater. 48 (2000), p. 3 Alliage 600 (base nickel)


cliché : Centre des Matériaux
50
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (5/8) : « Nanograins » ?

10 nm
Grains « micro » : Grains « nano » :
volume de joints ≈ 0 volume de joints jusqu’à 10%

« bi-matériau »
51
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (6/8) : Fautes d’empilement

Empilement des plans denses

Exemple : CFC
B

faute
d’empilement

Changement local de structure


cf. transformations de phase
(Fe, superalliages base Ni...) 52
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (7/8) : Energie d’interface

Exemple : métaux et alliages métalliques

Métal ou alliage Surface libre Joints de grains Joints de Joints de Fautes


macle macle d'empilement
(T = Tfusion) incohérents cohérents
Al 1080 (660°C) 324 (450°C) 100 200
Ag 1136 (961°C) 375 (950°C) 126 8 25
Au 1400 (1063°C) 378 (1000°C) 15 30 à 50
Cu 1710 (1083°C) 615 (925°C) 498 23 40 à 55
Acier inox. 304 2088 (1421°C) 835 (T= ?) 209 7 à 19 15
W 2634 (3410°C) 1080 (2000°C)

En termes d’énergie :

surface libre > joints incohérents > fautes d’empilement > joints cohérents

53
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts surfaciques (8/8) : Effets

Impact des défauts surfaciques sur les propriétés des matériaux


Propriétés régies par les surfaces libres et les interfaces

lieux de diffusion rapide (conductivité, déformation à chaud, précipitation...)

énergie élevée réactivité chimique élevée, fragilité possible


fissuration, corrosion

résistance à la déformation plastique (obstacle au mouvement des dislocations)

dureté
durée de vie sous sollicitations mécaniques cycliques...
54
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts volumiques (1/2) : Caractéristiques

Cavités : porosités (céramiques, métallurgie des poudres)


retassures (défauts de fonderie)...
500 µm

Inclusions de matière étrangère au matériau


poussières de creusets
oxydes lors de l’élaboration d’un métal liquide...

Phases non désirées


impuretés chimiques insolubles dans le matériau (Fe dans Al...)
phases apparues en service (vieillissement)...

Phases au fer dans un alliage d’aluminium


10 µm (Asserin-Lebert et coll., 2002)
55
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts volumiques (2/2) : Effets

Impact des défauts volumiques sur les propriétés des matériaux

perte de rigidité
briques réfractaires : accommodation de la dilatation thermique
et des déformations imposées par le mortier

points faibles mécaniquement (concentrent les contraintes)


rupture des matériaux très déformables

sensibilité à la corrosion par piqûre


(couplage galvanique avec le reste du matériau)

56
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Défauts : Synthèse

Leur existence requiert une certaine énergie


probabilité d’existence, fréquence, concentration (lacunes)...

Ils gouvernent
les propriétés mécaniques (dureté, déformabilité, rupture)
les propriétés de transport (diffusion)
... et bien d’autres encore !

Ils interagissent entre eux


exemple : interaction entre les dislocations et les autres défauts
cf. cours sur le durcissement des matériaux métalliques

57
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Les grandes familles de matériaux (1/4)

Matériaux représentants types de liaisons

Organiques polymères, covalentes


élastomères H / Van der Waals

Métalliques métaux et alliages métallique

Céramiques grande diffusion : ciments, covalente, ionique,


briques, bétons, porcelaines iono-covalente
techniques : oxydes,
carbures, nitrures

Composites matrice + renfort(s) ceux des constituants


interfaces
58
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Les grandes familles de matériaux (2/4)

Famille de matériaux Métaux Polymères et élastomères Céramiques et verres


Densité élevée faible faible
Rigidité (module d’Young) élevée faible élevée
Coefficient de dilatation moyen élevé faible
thermique
Dureté élevée faible à élevée (fibres) élevée
Ductilité (déformation à élevée (plasticité) élevée sauf à l’état vitreux faible et aléatoire
rupture)
Conductivité électrique, élevée faible (isolants) électrique : faible
thermique thermique : élevée
Résistance à faible en général élevée élevée
l’environnement
(corrosion)
Température max. élevée faible (toujours < 200°C) très élevée
d’utilisation
Mise en forme facile (déformation) très facile (moulage) difficile (frittage)

59
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Les grandes familles de matériaux (3/4)

céramiques métaux et alliages


100

composites
10 à fibres
polymères
Module d'Young (GPa)

1
bois

cuir
0.1

liège
0.01 mousses
métalliques
mousses
1e-003
organiques

0.1 1 10 100
Déformation maximale (ductilité) (%) 60
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Les grandes familles de matériaux (4/4)


1027
polymères
verres,
mousses métalliques
oxydes

mousses
brique
organiques
bois pierre

carbures
liège
cuir
composites
métaux et alliages
1
0,01 15 61
Introduction Structure Défauts Grandes familles de matériaux

Conclusions

« Briques élémentaires » de la structure des matériaux


multi-échelles : du nm au cm soit au moins 7 ordres de grandeur !

La suite du cours abordera l’agencement de ces différentes « briques »

Défauts : régissent les propriétés des matériaux « réels »

Cristallographie : fondamentale pour comprendre


les mécanismes de déformation
les changements de phase
l’anisotropie des propriétés
PC (séance 2) : quelques éléments indispensables en sciences des matériaux
62
63