Vous êtes sur la page 1sur 1

Déclaration sur l’Iran

(Novembre 2018)

Nous sommes très inquiets de la détérioration de la situation des droits de l'homme et de la répression des femmes en Iran.
Le pays a maintenu son triste record du plus grand nombre d'exécutions au monde par le nombre d'habitant au cours de la
présidence du soi-disant « modéré » Hassan Rouhani.
Selon le rapport d’Amnesty International sur la peine de mort dans le monde, plus de la moitié de toutes les exécutions
recensées en 2017 ont eu lieu en Iran. L'Iran est aussi le principal bourreau des mineurs délinquants.
Les femmes sont souvent harcelées par la police des mœurs pour la façon dont elles s’habillent et des centaines de femmes
sont arrêtées tous les jours pour un port de voile non conforme ou « mauvais hijab ».
Depuis la fin décembre de l’année dernière, les villes iraniennes ont été le théâtre de grands soulèvements et de
manifestations anti-régime. L’atmosphère sociale est instable et les gens exigent des changements fondamentaux. Les
responsables du régime ont reconnu le rôle des "unités de résistance" de l'opposition OMPI dans l’organisation des
manifestations et des grèves à l’échelle nationale.
Incapable de faire face aux manifestants dans le pays, le régime a lancé une nouvelle vague de complot terroriste contre les
militants de l'opposition démocratique en Europe et aux États-Unis. En mars 2018, un attentat à la voiture piégée visant le
rassemblement des dissidents iraniens à Tirana à l’occasion du nouvel an persan, a été déjoué et deux hommes ont été
arrêtés par la police. Le gouvernement albanais, hôte de près de 3000 réfugiés de l’opposition iranienne ne devraient pas
autoriser les agents de Téhéran sur son territoire.
Le 1er juillet 2018, la police allemande a arrêté un diplomate iranien de l'ambassade d’Iran à Vienne et l'a inculpé
d'infractions terroristes. Il a ensuite été extradé vers la Belgique où il est placé sous procédure judiciaire, accusé d'avoir remis
un engin très explosif à un couple irano-belge qui projetaient de le faire exploser lors du rassemblement de l’ « Iran libre » à
paris, organisé par le CNRI en juin. En août 2018, deux agents iraniens ont été arrêtés par le FBI et ont été accusés
d’espionnage contre l’OMPI aux États-Unis et de préparation de complots d'assassinats.
En octobre, le gouvernement français a officiellement sanctionné le ministère iranien des renseignements et l'a accusé d'être
derrière la tentative d’attentat à la bombe qui visait le rassemblement à Paris. Les ministres français ont souligné que : « Cet
acte d’une extrême gravité envisagé sur notre territoire ne pouvait rester sans réponse ».
Le Danemark a déjoué un nouveau complot terroriste iranien sur son sol en octobre. Le silence de l’UE face aux violations
brutales des droits de l'homme en Iran et l'absence de réaction face aux graves complots terroristes en Europe est
inacceptable.
Nous devons tenir le régime iranien responsable pour ses complots terroristes et expulser de l'Europe, les agents du ministère
des renseignements du régime iranien. Nous devons aussi subordonner nos relations avec l’Iran à une amélioration des Droits
Humains et des femmes en particulier, et à l'arrêt des exécutions.
Eurodéputés signataires :
Gérard DEPREZ, Président de « Amis d’un Iran libre », Richard ASHWORTH, Petras AUŠTREVIČIUS, Georges BACH, Zigmantas
BALČYTIS, Beatriz BECERRA BASTERRECHEA, Heinz K. BECKER, Bas BELDER, Bendt BENDTSEN, Franc BOGOVIČ, Michał BONI,
José BOVÉ, Cristian Silviu BUȘOI, David CAMPBELL BANNERMAN, Nicola CAPUTO, James CARVER, David CASA, Jean-Marie
CAVADA, Ole CHRISTENSEN, Anna Maria CORAZZA BILDT, Silvia COSTA, Pál CSÁKY, Ryszard CZARNECKI, Edward CZESAK, Paolo
DE CASTRO, Esther DE LANGE, Isabella DE MONTE, Mark DEMESMAEKER, Nirj DEVA, Stefan ECK, Tanja FAJON, José Inácio
FARIA, Fredrick FEDERLEY, José Manuel FERNANDES, Christofer FJELLNER, Luke FLANAGAN, Anna Elżbieta FOTYGA, Ashley
FOX, Arne GERICKE, Lidia GERINGER DE OEDENBERG, María Teresa GIMÉNEZ BARBAT, Beata Barbara GOSIEWSKA, Igor
GRÄZIN, Jussi HALLA-AHO, Czesław HOC, Gunnar HÖKMARK, John HOWARTH, Danuta Maria HÜBNER, Carlos ITURGAIZ, Anneli
JÄÄTTEENMÄKI, Lívia JÁRÓKA, Rina Ronja KARI, Krišjānis KARIŅŠ, Tunne KELAM, Seán KELLY, Wajid KHAN, Jude KIRTON-
DARLING, Jaromír KOHLÍČEK, Bernd KÖLMEL, Ádám KÓSA, Zdzisław KRASNODĘBSKI, Eduard KUKAN, Zbigniew KUŹMIUK,
Merja KYLLÖNEN, Ryszard LEGUTKO, Bogusław LIBERADZKI, Juan Fernando LÓPEZ AGUILAR, Olle LUDVIGSSON, Monica Luisa
MACOVEI, Svetoslav Hristov MALINOV, Ramona Nicole MĂNESCU, Vladimír MAŇKA, Marian-Jean MARINESCU, Emma
MCCLARKIN, Anthea MCINTYRE, Morten MESSERSCHMIDT, Louis MICHEL, Claude MORAES, Luigi MORGANO, Jim NICHOLSON,
Ludek NIEDERMAYER, Péter NIEDERMÜLLER, Stanisław OŻÓG, Urmas PAET, Maite PAGAZAURTUNDÚA RUIZ, Rory PALMER,
Gilles PARGNEAUX, Alojz PETERLE, Marijana PETIR, Giuseppina PICIERNO, Bolesław PIECHA, Marek Mirosław PLURA, Stanislav
POLČÁK, Jiří POSPÍŠIL, Jozo RADOŠ, Frédérique RIES, Dominique RIQUET, Robert ROCHEFORT, Claude ROLIN, Petri SARVAMAA,
Jacek SARYUSZ-WOLSKI, Algirdas SAUDARGAS, Siôn SIMON, Branislav ŠKRIPEK, Csaba SÓGOR, Michaela ŠOJDROVÁ, Jordi
SOLÉ, Renate SOMMER, Bart STAES, Joachim STARBATTY, Ivan ŠTEFANEC, Jaromír ŠTĚTINA, Helga STEVENS, Patricija ŠULIN,
Pavel SVOBODA, Indrek TARAND, Pavel TELIČKA, Josep-Maria TERRICABRAS, Eleni THEOCHAROUS, Patrizia TOIA, László TŐKÉS,
Ruža TOMAŠIĆ, Romana TOMC, Evžen TOŠENOVSKÝ, Ramon TREMOSA I BALCELLS, Mihai TURCANU, Kazimierz UJAZDOWSKI,
Traian UNGUREANU, Wim VAN DE CAMP, Henna VIRKKUNEN, Anders Primdahl VISTISEN, Jarosław Leszek WAŁĘSA, Julie
WARD, Renate WEBER, Anna ZÁBORSKÁ, Jan ZAHRADIL, Boris ZALA, Francis ZAMMIT DIMECH, Joachim ZELLER, Janusz ZEMKE,
Roberts ZĪLE, Jana ŽITŇANSKÁ, Kosma ZŁOTOWSKI, Milan ZVER, Tadeusz ZWIEFKA