Vous êtes sur la page 1sur 7

Objectif Iscae

Concours de l’Iscae

Épreuve Commune de Mathématiques (2014)

Voici l’énoncé de l’épreuve commune de Mathématiques du concours d’entrée à l’ISCAE de l’année 2014,
ainsi qu’un extrait du corrigé. L’intégralité des corrigés sera prochainement disponible dans un ouvrage
édité par eDukaty.

Comme les années précédentes, cette épreuve est un QCM de 20 questions, d’une durée de 3
heures, qui aborde quatre principaux thèmes du programme de Mathématiques des prépas ECT :
Analyse (fonctions, suites, intégrales, etc.), Matrices Récurrentes, Probabilités Discrètes, et Probabilités
Continues.

Bien qu’étant un QCM, l’équipe pédagogique d’eDukaty considère les épreuves de l’ISCAE assez
difficiles, compte tenu du fait qu’elles sont destinées à des élèves de la filière ECT et à des Bac +2.
Toutefois, comme nous ne cessons de le rappeler à nos élèves, lors d’un concours, l’objectif n’est pas
d’avoir une excellente note dans l’absolu, mais uniquement de faire relativement mieux que les autres
candidats. Et nous pensons de plus qu’un étudiant qui a travaillé consciencieusement les derniers mois
avant les concours est en mesure de traiter une grande partie des questions d’une telle épreuve.

Naturellement tout lecteur qui repérerait une erreur pourra nous contacter en nous envoyant un
email à l’adresse suivante : contact@myedukaty.com.

Bonne chance à vous tous !

L’équipe pédagogique d’eDukaty

www.edukaty.com 1/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com
Objectif Iscae

1. Pour toutZ réel y supérieur ou égal à 1 et pour tout entier n supérieur ou égal à 2, on pose :
y
ln x
Fn (y) = n
dx
1 x
La limite de Fn (y) quand y tend vers +∞ est égale à :
1 n ln 2
a. ln(n2 − 1) b. c. d. e. Autre réponse
(n − 1)2 (n2 − 1) (n − 1)2

2. Pour n ∈ N, on désigne par Sn la somme des (n + 1) premiers nombres entiers naturels impairs. Pour
tout n, Sn =

a. n2 b. (n + 1)2 c. (n + 2)2 − n2 d. 2n+1 e. Autre réponse

3. Soit X une variable aléatoire admettant pour densité la fonction f définie par :
(
0 si x 6 0
f (x) = 2
− x2
xe si x > 0
1
On pose Y = X 2
2
L’équation de la variable aléatoire Y est égale à :
e2 e−1 c. 1 2 e. Autre réponse
a. b. d.
2 e2 3
4. Un urne contient cinq boules noires et cinq boules blanches. On tire successivement et avec remise n
de ces boules dans l’urne, n étant un entier naturel supérieur ou égal à 2.
On considère les deux événements suivants :
A : « On obtient des boules des deux couleurs »
B : « On obtient au plus une boule blanche »
Les événements A et B sont indépendants si, et seulement si :

a. 2n−1 = n b. 2n = n + 1 c. 2n−1 = n + 1 d. 2n = n e. Autre réponse


 
1 2 4
5. Soit la matrice A = 1 3 9  et soit A−1 la matrice inverse de A.
1 4 16
Le deuxième vecteur-colonne de la matrice inverse A−1 est noté C2 . On a alors :
   
−4 −8 3 6
   
e. Autre réponse
a. C2 =  6  b. C2 =  6   1  3
c. C2 = −  d. C2 = − 
1 −1 2 4
0 3

6. Soient 2 dés A et B à 6 faces équiprobables. Le dé A a pour faces 2; 6; 2; 6; 2; 2, et le dé B pour faces


1; 5; 1; 5; 1; 5.
Deux joeurs J1 et J2 s’affrontent et lancent chacun un dé. Le gagnant est celui dont le dé montre la
face qui comporte le chiffre le plus grand.
Si J1 joue avec le dé A, et J2 avec le dé B, alors J1 a une probabilité de gagner égale à :
1 1 c. 1 2 e. Autre réponse
a. b. d.
3 2 3
7. Soit f la fonction réelle polynomiale définie par f (x) = 6x4 + 5x3 − 38x2 + 5x + 6. On note x1
(respectivement x2 ) la plus petite (respectivement plus grande) solution réelle de l’équation f (x) = 0,
alors x1 + x2 =

a. −3 b. −2 c. −1 d. 0 e. Autre réponse
1
Indication : On pourra songer à effectuer le changement de variable t = x + et on pourra utiliser le
x
calcul suivant : 352 = 1225
n
X (k 2 − 1)2k
8. On pose pour tout n ∈ N : Sn =
k!
k=0
lim Sn =
n→+∞

www.edukaty.com 2/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com
Objectif Iscae

a. 5e2 2 e2 − 1 d. +∞ e. Autre réponse


b. c.
5 2

9. Une urne U1 contient 3 boules rouges et 5 vertes.


Une urne U2 contient n boules rouges, 3 vertes et 2 blanches.
On tire au hasard une boule de U1 , puis on la jette dans U2 . On tire enseuite au hasard deux boules
de U2 .
Si on tire deux boules rouges de U2 , on gagne 50 dirhams.
Si on tire deux boules vertes de U2 , on gagne 20 dirhams.
Si on tire deux boules blanches de U2 , on gagne 10 dirhams.
Si on tire deux boules de couleurs différentes de U2 , on perd 20 dirhams.
Soit X la variable aléatoire « gain en dirhams à l’issue d’une telle épreuve »
L’espérance de X est
5(4n2 − 19n − 12)
a.
4(n + 5)(n + 6)
5(4n2 − 14n − 12)
b.
4(n + 5)(n + 6)
5(4n2 − 17n − 12)
c.
4(n + 5)(n + 6)
5(3n2 − 19n − 12)
d.
4(n + 5)(n + 6)
e. Autre réponse
10. La durée de fonctionnement moyenne d’un téléviseur d’une référence donné avant sa première panne
est de 10 ans. On suppose que la variable aléatoire T définissant la durée de vie de ce téléviseur (temps
écoulé entre sa mise en service et sa première panne) a pour densité de probabilité la fonction f définie
sur R par : 
 1 e− 10t si t > 0
f (t) = 10
0 sinon
La probabilité que le téléviseur n’ait pas de panne pendant 12 ans, sachant qu’il n’en a pas pendant
4 ans est :
e 1 1
a. b. c. d. e−0,8 e. Autre réponse
3 2 3

11. Pour Ztout entier naturel n, on note


Z :1
1
2 2
In = e−x (1 − x)n dx et Jn = xe−x (1 − x)n dx
0 0
Pour tout n de N, on a :
1
a. In = (1 − 2Jn+1 )
n+1
1
b. In = (2 − 3Jn+1 )
n+1
1
c. In = (3 − 4Jn+1 )
n+1
1
d. In = (4 − 5Jn+1 )
n+1
e. Autre réponse
x2
1
Z
12. Soit f la fonction réelle de la variable réelle x définie sur D = ]0 ; 1[∪]1 ; +∞[ par f (x) = dt.
x ln t
Alors f est dérivable sur D, et pour tout x ∈ D sa dérivée f ′ (x) est :
x x−1 x2 − 1 x2
a. b. c. d. e. Autre réponse
ln x ln x ln x ln x

13. Une entreprise produit des objets sur deux chaînes de montage C1 et C2 qui fonctionnent
indépendamment l’une de l’autre. Pour une chaîne donnée, les fabrications des objets sont
indépendantes. La chaîne C1 produit 60% des objets et la chaîne C2 produit 40% des objets.

www.edukaty.com 3/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com
Objectif Iscae

La probabilité qu’un objet construit par la chaîne C1 soit défectueux est 0, 1 alors que la probabilité
pour qu’un objet construit par la chaîne C2 soit défectueuse est 0, 2. On choisit au hasard un objet à la
sortie de l’entreprise. On constate que cet objet est défectueux. La probabilité de l’événement "l’objet
provient de la chaîne C1 " est égale à :

2 1 14 3 e. Autre réponse
a. b. c. d.
3 3 17 8

14. Des enfants s’entrainent à réussir des paniers de basket. Pour chacun d’eux, indépendamment les uns
des autres et des essais successifs, la probabilité de réussite d’un panier est p (p ∈ ]0 ; 1[).
Hamza est l’un de ces enfants ; soit N le nombre d’essais que va faire Hamza.
La condition nécessaire et suffisante pour que la probabilité qu’il réussisse au moins un panier soit
supérieur ou égale à 1 − α (α ∈ ]0 ; 1[), est
ln α
a. N >
ln p
ln(1 − α)
b. N >
ln p
ln α
c. N >
ln(1 − p)
ln(1 − p)
d. N >
ln α
e. Autre réponse
15. La nuit dans la savane, un lion se rend à la rivière pour boire et y reste un quart d’heure. Après de
nombreuses observations, on estime que l’instant T d’arrivée du lion se situe entre 0 heure et 2 heures.
On admet que T , exprimée en heures, est une variable aléatoire dont une densité de probabilité est la
fonction(f définie par :
0 si t ∈
/ [0 ; 2]
f (t) = où c est une constante (éventuellement à calculer).
ct(2 − t) si t ∈ [0 ; 2]
Un observateur se présente à la rivière à 0 heure 30 minutes et y reste un quart d’heure. La probabilité
qu’il aperçoive le lion est :

33 35 1 45 e. Autre réponse
a. b. c. d.
128 128 4 128
1
16. Soient f et g les fonctions numériques de la variable réelle définies sur R par f (x) = √ et
p 1 + x2
g(x) = ln(x + x2 + 1).
Pour tout réel λ strictement positif, on note A(λ) l’aire (exprimée en unité d’aire) du domaine constitué
par l’ensemble des points M (x, y) tels que :
λ 6 x 6 2λ et 0 6 y 6 f (x).
Après avoir calculé la dérivée g ′ (x), on déduit que la limite de A(λ) lorsque λ tend vers +∞ est égale
à:

a. ln 3 b. ln 2 1 ln 3 e. Autre réponse
c. d.
2 2

17. Soit X une variable aléatoire suivant la loi uniforme sur [0 ; 1].
On pose Y = X 2 .
On considère le réel a ∈ [0 ; 1] tel que P (Y 6 a) = P (Y > a).
a est égal à :

2 1 1 1 e. Autre réponse
a. b. − c. d.
2 2 4 2

18. On étudie le mouvement aléatoire d’une puce. Cette puce se déplace sur trois cases notées A, B et C.
À l’instant 0, la puce est en A.
Pour tout entier naturel n :
− Si à l’instant n la puce est en A, alors à l’instant (n + 1), elle est soit en B avec probabilité égale à
1 2
; soit en C avec une probabilité égale à .
3 3

www.edukaty.com 4/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com
Objectif Iscae

− Si à l’instant n la puce est en B, alors à l’instant (n + 1), elle est soit en C soit en A de façon
équiprobable.
− Si à l’instant n la puce est en C, alors elle y reste.
On note An (respectivement Bn , Cn ) l’événement « à l’instant n la puce est en A » (respectivement
en B, C).
On note an (respectivement bn , bn ) la probabilité de l’événement An , (respectivement en Bn , Cn ).
Alors lim cn =
n→+∞

a. 0 b. 1 c. ln 2 1 e. Autre réponse
d.
2
 
0 1 3
19. On considère la matrice carrée d’ordre 3 : A = 0 1 3
0 0 4
Soit X ∈ M31 (R) un vecteur-colonne de R3 .
On définit la matrice P avec les propriétés suivantes :
− Les termes diagonaux de P sont tous égaux à 1.
− La première colonne de P est une solution non nulle de AX = 0.
− La deuxième colonne de P est une solution non nulle de AX = X.
− La troisième colonne de P est une solution non nulle de AX = 4X.
On vérifie que P est inversible. La matrice inverse P −1 est alors égale à :
 
−1 −1 0
a.  0 1 −1
0 0 1
 
1 1 0
b. 0 −1 −1
0 0 1
 
1 −1 0
c. 0 1 −1
0 0 1
 
1 −1 0
d. 0 1 −1
0 0 −1
e. Autre réponse
20. On désigne par λ un réel strictement positif et on considère la fonction f , définie sur R, par :
2
∀ x ∈ R, f (x) = λ|x|e−λx
La fonction f peut être considérée comme densité d’une variable aléatoire X si λ est égal à :

a. 1 1 c. ln 2 3 e. Autre réponse
b. d.
2 4

www.edukaty.com 5/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com
Objectif Iscae

Extrait du corrigé

Question 1.
ln x
Dans la mesure où la fonction x 7→ n’admet pas de primitive explicitement calculable sur
xn
1
[1 ; y], il est naturel d’effectuer une intégration par parties, en dérivant ln x et en primitivant n . On
x
obtient alors :
1
u = ln x v′ = n
x
1 1 1
u′ = v=− ×
x n − 1 xn−1
Donc :  y Z y
1 ln x 1
Fn (y) = − + dx .
n − 1 xn−1 1 1 (n − 1)xn
ln y
• n−1 −→ 0 ;
y y→+∞
Z +∞
1
• De plus n
dx existe car n > 2.
1 x
Donc : Z +∞
1
lim Fn (y) = dx
y→+∞ 1 (n
 − 1)xn +∞
1 1
= −
n−1 (n − 1)xn−1 1
1
=
(n − 1)2
La bonne réponse est donc b.

Question 2.

En écrivant cette somme "à la main", on obtient :


Sn = 1 + 3 + 5 + · · · + (2n + 1).
Cette somme contient bien (n + 1) termes, car 1 = 2 × 0 + 1.
On peut donc écrire :
Xn
Sn = (2k + 1)
k=0
Xn n
X
= 2 k+ 1
k=0
 k=0

n(n + 1)
= 2 + (n + 1)
2
= (n + 1)2
Il peut être intelligent de vérifier ce résultat pour n = 1 et n = 2.
S1 = 1 + 3 = 4 = (1 + 1)2 .
S2 = 1 + 3 + 5 = 9 = (2 + 1)2 .
La bonne réponse est ainsi b.

Question 6.

Dans un tel exercice, le plus intuitif est de dresser un tableau des différents scénarios possibles,
et de dénombrer le nombre de scénarios favorables.
Au croisement d’une ligne et d’une colonne, on indique le joueur gagnant. On obtient donc : J1 a donc
24 2
une probabilité de gagner de = , soit la réponse d.
36 3

www.edukaty.com 6/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com
Objectif Iscae

❍❍ B
❍❍ 1 1 1 5 5 5
A ❍
2 J1 J1 J1 J2 J2 J2
2 J1 J1 J1 J2 J2 J2
2 J1 J1 J1 J2 J2 J2
2 J1 J1 J1 J2 J2 J2
6 J1 J1 J1 J1 J1 J1
6 J1 J1 J1 J1 J1 J1

Question 13.

La structure de l’énoncé nous amène à vouloir utiliser le théorème de Bayes.


Si on appelle C1 (resp C2 ) l’événement "l’objet provient de la chaîne C1 " (resp C2 ) et D l’événement
"l’objet est défectueux" alors nous devons calculer .
P (C1 ∩ D) P (D/C1 ) × P (C1 )
P (C1 /D) = =
P (D) P (D)
Or C1 et C2 forment un système complet d’événements, donc :
P (D) = P (D/C1 )P (C1 ) + P (D/C2 )P (C2 )
= 0, 1 × 0, 6 + 0, 2 × 0, 4
= 0, 14
0, 1 × 0, 6 3
Et donc : P (C1 /D) = = .
0, 14 7
La bonne réponse est donc e.

www.edukaty.com 7/7
Résidence Artois 43 rue de Sebou, Quartier Gauthier Casablanca
05 22 22 26 71 - 06 76 82 36 08
contact@edukaty.com