Vous êtes sur la page 1sur 48

Rsurecom

la mandations
conception, lecalcul,
l'exécution et lecontrôle
desfondationsd'éoliennes
Membres du groupe de travail
« Fondations d'éoliennes »
Président
Berthelot Patrick Bureau Veritas
Secrétaires
Glandy Michel Soletanche-Bachy-Pieux
Lamadon Thierry Bureau Veritas
Membres rédacteurs
Aguado Pascal Apave
Carpinteiro Luis Socotec
Dano Christophe École Centrale Nantes
Durand Daniel Bureau Veritas
Durand Frédéric Fugro
Gauthey J-Robert Spie Fondations
Jandel Éric Fondasol
Lambert Serge Keller
Martin Alexander CTE
Plomteux Cyril Ménard
Thorel Luc LCPC
Ont également participé à la rédaction
Antoinet Éric Antéa
Bersch Matias CTE
Bourne Gilles Alios
Bretelle Sylvie Cathie-Associates
De Muynck Pascale EDF-EN
Denois Thierry EDF-EN
Le Kouby Alain LCPC
Liausu Philippe Ménard
Mazaré Bruno Egis
Pal Olivier Eiffage
Reboul Michaël Terrasol
Ont été consultés
Marburger Nordex
Niedermowwe Nills Enercon
Puech Alain SOLCYP
Remillon Vincent Repower
Schacknies Meik Enercon

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
3
N° 138-139
1eret 2etrimestres 2012
Notations et unités
Notationslatines

\ Sectiondroitedel'inclusionoudelacolonne [m2]
Asw Airedelasectiondesarmaturesd'efforttranchant [m2]
B Largeurdelafondation« comprimantlesol» [m]
c =2/n/ 2/Kpv/ 2Kph1lo3
C' Cohésioneffective [Pa]
Cmax Coefficienttenantcomptedelaconsistancequ'il estnécessairededonneraubéton
d d=1- nc/(l +nc)
dX Diamètredesgrainssolidesàx%depassant [m]
d1 Longueurdumécanismederupture [m]
d2 Longueurdumécanismederupture [m]
e Excentrementdelachargeverticale=M/V [m]
E Moduled'Young(pourdesdéformationscomprisesentre10-3et10-4) [Pa]
Ec Modulesphérique(Ménard) [Pa]
Ed Moduledéviatorique(Ménard) [Pa]
Eeq Modulededéformationéquivalent [Pa]
Em
x
a Moduled'Youngpourunedéformationdel'ordrede10-6 [Pa]
Eoed Moduleœdométrique [Pa]
Eyst Moduled'Youngpourunedéformationdel'ordrede10-2 [Pa]
EM Module conventionnel déterminé lorsde l'essai pressiométriqueMénardnormalisé [Pa]

4
Em
E
Eqq Moyenneharmonique desEM [Pa]
EVl Essai de plaque : module de premier chargement [Pa]
EV2 Essai de plaque : module de deuxième chargement [Pa]

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
Ey Moduled'Youngdumatériaudel'élémentrigide [Pa]
fc* Valeurcaractéristiquedelarésistanceconventionnelledubétonoucoulis [Pa]
fcd Contraintedecalculencompressiondel'inclusion [Pa]
fcj Résistanceàlacompressiondumatériaudel'élémentrigide [Pa]
fck Résistancecaractéristiqueencompressiondubétonmesuréesurcylindresà28jours [Pa]
fck(t) Résistancecaractéristiqueencompressiondubétonmesuréesurcylindresautempst [Pa]
fck* Résistancecaractéristiqueàlacompressiondubétonducoulisoumortierd'uneinclusion [Pa]
fc, Résistanceentractiondirectedubéton [Pa]
ffctd Résistancedecalculentractiondubéton [Pa]
ffctk0.05 Fractileà5%delarésistancecaractéristiqueentractiondubéton [Pa]
fctm Valeurmoyennedelarésistanceentractiondirectedubéton [Pa]
f Résistancedecalculencisaillementetcompressiondubéton [Pa]
f•yvvcl Résistancedecalculdel'acier fe/ys)àl'ELU
fs Frottementlatéralunitairelocal (aupénétromètrestatique) [Pa]
fe Limiteélastiquedumatériaudanslecasd'inclusionsmétalliques [Pa]
Feau Forceverticaledesoulèvementexercéparl'eausurlemassif [N]
FzouV Forceverticaledecompressionexercéesurlemassif [N]
F
FzELU Compression [N]
Fzmin Chargeverticaleminimaledecompressiontransmiseausol parlasemelle [N]
 ou0 Accélérationdelapesanteurterrestre [m/s2]
G Moduledecisaillement(pourdesdéformationscomprisesentre10-3et10-4) [Pa]
Gcoldyn Moduledecisaillementà10-4danslescolonnesballastées [Pa]
Geq Moduledecisaillementéquivalentdusystèmesol-colonnepourlesplagesdedéformationsde10_3à10-4 [Pa]
Gmax Moduledecisaillementà10-6dedistorsion [Pa]
G,dyneq Moduledecisaillementdynamiqueéquivalent [Pa]
Gsoldyn Moduledecisaillementà10-4danslesol autourdescolonnesballastées [Pa]
h Profondeurd'encastrementdumassif [m]
h1 Enfoncementminidelasemelle [m]
h1 Longueurdumécanismederupture [m]
h2 Enfoncementmaxidelasemelle [m]
h2 Longueurdumécanismederupture [m]
hi Efforttranchantentêtedecolonnefictivesituéedanslematelasaudroitdel'inclusion [N]
hr Épaisseurdematelasminimale [m]
hs Effortdecisaillementreprisensousfacedesemelleparlematelas [m]
H Forcehorizontaleexercéesurlemassif [N]
HELU Forcehorizontaleexercéesurlemassifàl'ELU [N]
Hmat Épaisseurdumatelas [m]
i' Facteursdecorrectionpourunefondationsuperficielle
i Facteurderéductiondeportancepourlacombinaisond'unechargeinclinéeetd'unepente

5
I Inertiedelasemelle [m4]
I Inertied'unpieu [m4]
I Inertiedel'inclusionrigide [m4]

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N° 138-139
1eret2etrimestres2012
J n 22/8 [m2]
k1 Coefficientfonctiondelaméthodedeforage H
k2 Coefficientfonctiondel'élancement [-]
k3 Coefficientfonctiondutyped'ouvrage H
kc Coefficientdeportance -][
kP Coefficientdeportance [-]
kv Raideurverticale [N/m2/m ]
Kph Raideurhorizontaledel'inclusionoudupieuentête [N/m]
Kpv Raideurverticaledel'inclusionoudupieu [N/m]
KyKz Raideurhorizontaleminimaleimposéedumassifselonlesaxesxx,yyetzz [N/m]
Kh Coefficientderéactiondelafondation [N/m]
Ks Raideurdusol [N/m]
Kv Raideurverticaledusol [N/m]
Kvs RaideurverticalestatiqueKvs=q/w [N/m]
K Raideurenrotation [Nm/rad]
KC
T RaideurenrotationàCT(CourtTerme) [Nm/rad]
V L
T RaideurenrotationàLT(LongTerme) [Nm/rad]
KNS Raideurenrotationquandlemassifn'estpassoulevé [Nm/rad]
K'd
n
y Raideurenrotationàpetitedéformation(de10-5à10-3) [Nm/rad]
L Longueurd'unefondation(inclusion, pieuoucolonneballastée) [m]
lo Longueurdetransfert [m]
M Momentderenversementappliquésurlemassif [Nm]
Mi Momentmaxi entêtedepieu [Nm]
M' =Mxy- n.Mi [Nm]
MELU Momentàl'ELU [Nm]
M Momentderenversement [Nm]
m' =(n- l)/n -][
n Porosité [-]
n Facteurd'amélioration= aappl
ppl sol
n NombredecolonnessouslasurfacederéférenceSref [-]
n Nombred'inclusionsoudepieux H
Nc Termedecohésion H
Nq Termedeprofondeur H
Pf Pressiondefluage [Pa]
P, Pressionlimitepressiométrique [Pa]
p]* Pressionlimitepressiométriquenette [Pa]
P,ci Pressionlimitedecalculplci=pli*[(1+1)2] [Pa]
Pie Pressionlimiteéquivalente [Pa]
ple Pressionlimitenetteéquivalente [Pa]

6
pli Pressionlimitemesuréedelatranche« i» [Pa]
p)m ax Pressionlimitemaximalemesurée [Pa]
p|min Pressionlimiteminimalemesurée [Pa]

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2ertrimestres2012
q Kvs=q/w [Pa]
q'o =' x xz [Pa]
q1 Contrainteensous-facedumatelas(audroitdel'inclusion) [Pa]
q2 Contrainteensous-facedumatelas(audroitdusol) [Pa]
qa Contraintedanslescolonnesballastées [Pa]
q'app Contraintereprisemoyenneparlesol surlamaille [Pa]
qc Résistancedepointe(ourésistancedecône) [Pa]
qce Résistancedepointe(ourésistancedecône) équivalente [Pa]
qcci Résistancedepointedecalculdelacouchei [Pa]
qci Résistancedepointedelacouchei [Pa]
qcEq Moyenneharmoniquedeqc [Pa]
qcm Résistancedepointemoyenne [Pa]
qcol Contraintedanslescolonnes [Pa]
qd Résistancedepointeaupénétromètredynamique [Pa]
qm at Contrainteadmissibledanslematelasentêted'inclusion [Pa]
qp Portancedusol souslasemelle [Pa]
qp Contraintetransmiseàl'inclusionparlematelas [Pa]
qP;l Résistanceunitairedepointedesinclusions [Pa]
qr Contrainteverticalederuptureqrd'unecolonneisolée [Pa]
qreetqrp Cf. définitions§5.4dansles« RecommandationscolonnesballastéesduCFMS(RFGn°136,2011)» [Pa]
qref Contraintemaxiappliquéesurlesol [Pa]
qrefLs ContraintedecalculELS [Pa]
qrefELU ContraintedecalculELU [Pa]
qs Frottementlatéralunitairelimite [Pa]
qs Contraintesouslasemelle [Pa]
qs Contraintetransmiseausol compressibleparlematelas [Pa]
qS;l Contraintederupturesouslasemelle [Pa]
qsol Portanceglobale(casdescolonnesballastées) [Pa]
Qcol Valeurdelasollicitationmaximaledanslacolonneballastée [N]
Qi Valeurdesollicitationdelacolonnefictivesituéedanslematelasaudroitd'uneinclusion [N]
Qm ax Chargeverticalemaximumdecompressionparélémentrigidevertical induiteparlemoment [N]
derenversement
Qp Chargeverticaleparinclusionsouschargementcentré [N]
Qsem Chargeencompressionreprisparlesol ensousfacedesemelle [N]
r Rayondumassifcirculairedemêmesectionquelemassifd'éolienne [m]
r* Rayondumassifcirculairedemêmesectionquelasurfaceentièrementcomprimée
Rb Portanceenpointedel'inclusion [N]
Rf Rapportdefrottement H
Rs Portanceenfrottementdel'inclusion [N]
s, Espacementdesspires [m]

7
s Tassement [m]
S Sectionpleined'unpieu [m2]
Scol Sectioncompriméedelacolonne [m2]

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
scomp Surfaceréellementcompriméesouslasemelle [m2]
sd Sectiondroitedeladallette [m2]
ssem Surfacetotaledelasemelle [m2]
Sm
maailillee Surfaced'unemaille [m2]
sr Degrédesaturation H
Sref Surfacecompriméedelalunule [m2]
T(z) Frottementmobilisable [N]
V Cf. J/vetvaut2/2 [m]
Vi Efforttranchantmaximumdansuneinclusionrigide [N]
VP Vitessedesondesdecompression(ditesprimaires) [m/s]
VRd,s Efforttranchantadmissibleàl'ELUdupieuoudel'IRenfonctiondel'aciermisenplace [N]
V
x
a
m
rd Efforttranchantadmissibleàl'ELUdupieuoudel'IRenfonctiondelarésistancedubéton [N]
vs Vitessedesondesdecisaillement(ditessecondaires) [m /s]
wc Tassementsphérique [m]
Wd Tassementdéviatorique [m]
w Tassementtotal souschargecentrée [m]
w Teneureneau H
wr(z) Tassementrelatif [m]
ws(0) Enfoncementdelasemelle [m]
y' Rotationdel'inclusionoudelasemelle rd
y Enfoncementmaximaldelasemelle [m]
(z) Profondeur, variabledesfonctionsw(z), t(z) [m]
Z Brasdelevier [m]

Notationsgrecques
a Coefficientrhéologique(Fascicule62,Ménard, =EM /E) H
a Inclinaisondescerces
cw Coefficientdel'EC2
1 =Eoed/qc' H
2 = H
i Comprisentre0et1,5
a Tauxderecouvrement(oudecouverture) d'unsolrenforcéparinclusionsrigides, égal aurapport
del'airecouverteparlestêtesd'inclusionsetl'airetotaledelasurfacetraitée
acc Coefficientquidépenddelaprésenceounond'unearmature
cp, Coefficientdel'EC2dépendantdelaprésenceounond'armature
P Tauxd'incorporationdurenforcementparcolonnesballastées, égal aurapportdel'airecouverte
parlestêtesdecolonnesetTairetotaledelasurfacetraitée=Acol/Sm aile
H
P Coefficientréducteurappliquéàlaraideurenrotationenfonctiondupourcentagedesurfacecomprimée [-]

8 P, Coefficientréducteurappliquéàlaraideurenrotationenfonctiondupourcentagedesurface H
compriméeK/ KNS
s Angledefrottemententrelasemelleetlesol [rad]

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
8 Déformationlinéique( l/l,) déplacementdanslesensdel'élément1) %
0 Diamètreéquivalentdumassif [m]
01 Diamètredel'inclusion, dupieuoudelacolonneballastée [m]
2 Diamètreducercleoùsontsituéeslesinclusionslesplusexcentrées [m]
 Anglederotationdel'éolienneautourd'unaxehorizontal [rad]
' Angledefrottementeffectif [°]
c Angledefrottementd'unecolonneballastée [°]
eq, Angledefrottementéquivalent [°]
 'r Angledefrottementrésiduel [°]
s Angledefrottementdusol [°]
 Distorsionoudéformationangulaire(2  ou2dt/l,dt=déplacementdanslesensperpendiculaire), %
(ànepasconfondreaveclescoefficientsdesécurité)
b Coefficientdesécuritésurlapointedel'inclusion -][
c Coefficientpartiel surlematériaudel'inclusion
m at Coefficientdesécuritésurlarupturedumatelasaupoinçonnement
atelasOUm H
s Coefficientdesécuritésurlefrottementdel'inclusion [-]
sf Coefficientdesécuritésurlefrottementsemelle/sol H
sol Coefficientdesécuritésurlaportancedusol souslasemelle H
 Coefficientdesécuritésurl'angledefrottement
V ' CoefficientdePoisson H
VE q CoefficientdePoissonéquivalentdusol renforcéparcolonnesballastéesouparinclusionsrigides H
lim
c Résistancelimitedecalculencompression [Pa]
col Contrainteverticaleencompressiondanslacolonneballastée [Pa]
cp Contraintemoyennedecompressiondansl'inclusion [Pa]
i Contraintedecompressiondanslacolonnefictivesurmontantl'inclusionoulacolonne [Pa]
 'm at Résistanceaupoinçonnement [Pa]
m ax Contraintemaximaledusol souslasemelle [Pa]
am m Contrainteminimaledusol souslasemelle [Pa]
amoy Fz/Ssem [Pa]
s Contrainteverticaleencompressionhorsemprisedel'inclusionoudelacolonne [Pa]
 Angledediffusiondesbielles
cp Contraintedecisaillement [Pa]
IR Contraintedecisaillementdanslacolonnefictivesurmontantl'inclusionoulacolonne [Pa]
Contraintedecisaillementhorsemprisedel'inclusionoudelacolonne [Pa]

9
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Acronymes
Acc Accidentel
AGAP Assurance qualitédesprestations de services enGéophysiqueAppliquées
ANR Agence Nationale delaRecherche
ASIRI Améliorationdes Solspar InclusionsRigides (Projet national) (www.irex-asiri.fr)
CB Colonne Ballastée
CBR CalifornianBearingRatio
CCH Code delaConstructionet de l'Habitation
CT CourtTerme
DLC Casde charges pourlaconception(DesignLoadCase, Norme NFEN61-400)
DR Demande deRenseignements
DTU DocumentTechniqueUnifié
ELS Etat Limite deService
ELU Etat LimiteUltime
ERP EtablissementRecevant duPublic
F Fondamental
IR InclusionRigide
LT LongTerme
MASW Multichannel Analysis of SurfaceWave
NS NonSoulevé
OPM OptimumProctor Modifié
PLU PlanLocal d'Urbanisme
PPR PlandePréventiondesRisques
PSV Profil SismiqueVertical
[Q] Sondage/essai fournissant uneinformationqualitative. A n'envisager qu'encomplément d'autres
essais(cf. USG« Recommandations surlesinvestigationsminimales »)
QP Quasi Permanent
R Rare
[R] Sondage/essai particulièrement bienadapté. A envisager enpriorité(cf. USG« Recommandations
surlesinvestigations minimales»)
SOLCYP Sollicitations CYcliques desPieux(Projet national etANR) www.pnsolcyp.org
ZIG Zone d'influence Géotechnique

10
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
Contexte Lerotor
Onrappelleque, conformémentàl'avant-proposna­ Le rotor est composé d'unensemble de pales et de
tional del'Eurocode7partie 1etdu§A.P.l (1), pendant l'arbre primaire. Le rotor est relié àl'arbre secondaire
« lapériode detransitionnécessaire àl'achèvement de de la nacelle par le moyeu. C'est l'élément qui reçoit
cet ensemble de normes européennes..., les membres directement l'énergie duvent.
duCEN ont l'autorisation de maintenir leurs propres
normes nationales adoptées antérieurement ».
Par ailleurs, suivant l'Eurocode 7 (NF EN 1997-1,
2005, section2« Bases ducalcul géotechnique » § 2.1 Lanacelle
(21)), les éoliennes « ouvrages très grands ouinhabi­ La nacelle est l'ensemble situé ausommet de l'éo­
tuels » appartiennent à la catégorie géotechnique 3 lienne qui abrite l'installationde générationde l'éner­
« qui devraient normalement faire appel àdesdisposi­ gie électrique et sespériphériques (génératrice, multi­
tions ourègles alternativesàcelles de cettenorme». plicateurdevitesse, frein, refroidisseurs...).
Ces recommandations concernent le dimension­
nement et le contrôle des fondations d'éoliennes et
peuvent s'inscrire danslecadre de ces dispositions ou
règles alternatives. Lemâtoutour
Les actions menées pour la conception, le calcul, Le mât est lapartie supportant lanacelle etlerotor.
l'exécution et le contrôle des fondations d'éoliennes, Il les place à une hauteur suffisante pour obtenir les
s'appuient en premier lieu sur les règles envigueur, meilleures conditions de vent et pour assurer le mou­
et des dispositions complémentaires ont été incluses vement libre des pales. Ondistingue les mâts hauba­
dansleprésenttextepourtenir comptedes spécificités nés, lesmâtsentreillis(pourdepetiteséoliennes) etles
particulières decetype d'ouvrage. mâts tubulaires. Seul le cas des éoliennes àmât tubu­
Cesrecommandationsferont l'objet demisesàjour laireesttraitédansce document.
enfonctiondesretours d'expérience, celacomptetenu L'ensemble formé dumât et dusystème de fonda­
des progrès attendus dans la connaissance des solli­ tion est communément désigné par structure de sup­
citations réelles du sol (par le biais de l'instrumenta­ port.
tion d'éoliennes), du comportement des fondations
sous sollicitations cycliques (avancement du projet
SOLCYP), de lamise enapplication des Eurocodes et
duprojet ASIRI surlesInclusionsrigides.

Introduction

Définitionset typesd’éoliennes
Leséoliennes, dispositifspermettantdetransformer
l'énergie duvent enénergiemécanique, sontgénérale­
ment classées endifférentes catégories. Ce classement
s'effectue principalement enfonction de leur hauteur,
deleurlieud'implantationet dudiamètre deleurrotor
liéàlapuissance produite.

Éoliennesessentiellement terrestredeplusde12m Schémadeprinciped'uneéolienne.


Cesrecommandations s'appliquent auxéoliennes à
axehorizontal, àconfigurationamont (palessituéesdu
côtédelatour exposéeauvent) ouaval, implantéessur Lesystèmedefondation
le domaine terrestre (éoliennes on-shore). Elles s'ap­
pliquent aux éoliennes à destination industrielle dont Le système defondationcomprendenpartie supé­
l'axe de rotationdurotor est situé àplus de 12mau- rieure le socle qui assure la liaison avec le mât et les
dessus de laplate-forme. Enrevanche, l'utilisationde éléments de fondations transmettant les charges au
cesrecommandationsnesejustifiepaspourlavérifica­ sol. Dans ce document, les éléments defondations en­
tiondes éoliennes domestiques demoins de 12m. visagés sont les suivants :
Les termes « éolienne », utilisé préférentiellement, -fondations superficielles (embase-poids; cf. §5.2) ;
« aérogénérateur » ou« turbineàvent » désignent une - fondations superficielles sur sol renforcé par des co­ 11
machine constituéedes éléments suivants : lonnesballastées (cf. §5.3) ;
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
- fondations superficielles sur sol renforcé par des in­
clusionsrigides (cf. §5.4) ; Éoliennesrepliableshaubanées
-fondations profondes detypepieux(cf. §5.5) ;
- fondations « mixtes » oufondations cccomposites » Les éoliennes repliables haubanées visent àlimiter
(cf. §5.6). les dégâts sur lastructure encas de tempêtes, d'oura­
gans oude tornades. Onles trouve plus particulière­
ment dans les zones fortement touchées par ces phé­
nomènes climatiques (Antilles, La Réunion...). Elles
Éolienneoffshore devront fairel'objet d'études spécifiques.
Leséoliennes offshoredoiventfairel'objet d'études
spécifiques pour tenir compte des efforts particuliers
agissant sur lastructure (houle, chocs de navires, gla­ Parcs, fermes, groupes, champs...
ce...) et des conditions géotechniques spécifiques au
milieumarin. Elles n'entrent pas dans le cadre de ces On désigne indifféremment par ccchamp éolien »
recommandations. oucccentrale éolienne » ouencore ccferme éolienne »
un ou plusieurs ensemble(s) d'éoliennes concentrées
géographiquement et appartenant au même maître
d'ouvrage oufournisseurd'électricité.
Éoliennesdemoinsde12m Onréservera lanotion de ccparc éolien» àlades­
Leséoliennesdemoinsde12mnerentrentpasdans criptiondel'ensembledesccchampsd'éoliennes» dans
le cadre desrecommandations données dans cedocu­ unerégiondonnée.
ment. Eneffet, cetype d'éoliennes n'obéit pasauxmê­ Au sens des présentes recommandations, ondési­
mesformalitésvis-à-visducodedel'urbanisme, même gne par ccgroupe d'éoliennes » unensemble d'éolien­
si l'obtentiond'unpermisdeconstruireetlerespect de nes construites dans une zone homogène dupoint de
certainesdispositions ouloissontdevigueur. vue géologique et géotechnique (nature dusol, strati­
Ceséoliennessont, pourlamajoritédescas, àusage graphie, propriétés mécaniques...).
domestique. Compte tenu de leurs dimensions, elles
s'apparentent plus àdes dispositifs comme les lampa­
daires, lescandélabres, lespanneaux...

12 FIG. 2

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Schémadeprincipedesdifférentstypesdefondation.
1.2 2|
Domained’application Référentiel
decesrecommandations Laliste complète destexteset normes citésdansce
Cedocuments'adresseexclusivementauxéoliennes texte est enannexeF.
terrestre de plus de 12m, de taille moyenne (diamètre
durotor compris entre 12et 60m) oudites « géantes »
(diamètres de rotor supérieursà60m).
Cedocument ne s'appliquepasdirectement :
- auxéoliennes offshore;
Cadreréglementaire
- auxéolienneshaubanées. Depuisle 1eroctobre 2008, l'article R111-38ducode
Pour les éoliennes situées en zone sismique, une de la Construction et de l'Habitation (CCH) est com­
étude particulière doit être menée pour tenir compte plétépar unsixièmepoint relatifaucontrôletechnique
de cerisque. Ce document netraitepas de cette situa­ d'éoliennes dont lahauteur dumât et de lanacelle au-
tion. dessusdusol est supérieure à12m.
Ces ouvrages s'inscrivent donc dansle cadre de la
loi n° 78-12du4janvier 1978, relative àlaresponsa­
1.3 bilité et àl'assurance dans le domaine de laconstruc­
tion modifiée par laloi n° 2008-735du28juillet 2008
Définitionsd’intérêt général dite « loi Spinetta», et applicable surtout leterritoire
français.
Commentaire : Ouvrages soumis obligatoirement
au contrôle technique prévu àl'article L111-23 du
Donnéesdusite CCH.
Les données du site sont les données environne­
mentales, sismiques (nontraitées dans ce document),
sur le sol et le réseau électrique pour le site de l'éo­
lienne. Les données duvent doivent être les statisti­ Lesprincipesdelaloi Spinetta
ques d'échantillons sur 10 minutes, sauf indication Laloi Spinettacomportetroistitres dont lesprinci­
contraire. pesfondamentauxsont :

2.1.1.1
Conditionsd’environnement TitreI :présomptionderesponsabilité
Les conditions d'environnement que sont le vent, « décennale» pourtoutconstructeur
l'altitude, latempérature, l'humidité... peuvent affecter d'unouvrage
lecomportement del'éolienne. Estréputé constructeur d'unouvrage :
- tout architecte, entrepreneur, technicien ou autre
personne liée aumaître del'ouvrage par uncontrat de
Conditionsextérieures louage d'ouvrage ;
- toute personne qui vend, après achèvement, un
Ce sont les facteurs affectant le fonctionnement ouvrage qu'elle aconstruit oufait construire;
d'une éolienne que sont les conditions d'environ­ - toute personne qui, bien qu'agissant en qualité de
nement (température, neige, glace...) mais aussi les mandatairedupropriétairedel'ouvrage, accomplitune
conditions d'état duréseauélectrique. Les conditions missionassimilableàcelle d'unlocateurd'ouvrage.
devent constituent lefacteur extérieur principal dont
il doit être tenucompte dans l'intégrité structurale.
Les propriétés du sol revêtent une importance si­ TitreII :contrôletechniquedanslaréalisation
gnificative dans la conception des fondations de l'éo­ desouvrages
lienne.
Le contrôleur technique intervient àla demande
dumaître de l'ouvrage et donne sonavis àce dernier
surlesproblèmes d'ordretechnique « danslecadredu
Contraintesd’environnement contrat qui lelie àcelui-ci ».
Au sens des présentes recommandations, les Cet avis porte notamment sur les problèmes qui
contraintes d'environnement résultent de laprise en concernent la solidité de l'ouvrage et la sécurité des
compte des plans de prévention des risques naturels personnes. Il formule àchaque stadede l'opérationun
(PPR, annexés aux plans locaux d'urbanisme PLU), examen critique sur les documents qui lui sont trans­
tels que définis par l'article L562-1 du code de l'En­ mis et il s'assure que les vérifications techniques qui
incombent auxconstructeurs se déroulent de manière

13
vironnement et dont les objectifs sont de réduire la
vulnérabilitédespersonneset desbiens. Lesrisquesà satisfaisante.
évaluer comprennent; lerisqued'inondation, lesséis­ Le contrôle technique est rendu obligatoire pour
mes (nontraités dans ce document), les mouvements certaines constructions, suivant l'article Rlll-38 du
deterrain, les incendies deforêt, les avalanches... CCHet l'article 2dudécret n° 2007-1327 du 11sep-

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
tembre 2007, dont les éoliennes « dont lahauteur du Les propriétés du sol sur un site proposé doivent
mât et de lanacelle au-dessus dusol est supérieure à être évaluées dans le cadre d'une étude géotechnique,
12mètres». ense référant auxnormes et règlements de construc­
tionlocauxdisponibles.

TitresIII etIV:del'assuranceobligatoire
destravauxdebâtimentetl'assurance Normedecalculsdesfondations
destravauxdeconstruction Lesfondations classiquement retenues sontdetype
Toute personne physique oumorale, dont la res­ superficiel ouprofond. Untraitement ouunrenforce­
ponsabilité « décennale » peut êtreengagée surlefon­ ment dusol defondationsepratique également.
dement de laprésomptionétablie par les articles 1792 Les règles de calcul des fondations dépendent de
et suivants ducode civil, doit être couverte par une leurnature (superficielle ouprofonde). Les documents
assurance. de référence enFrance sont actuellement :
Toute personne physique oumorale qui, agissant - lefascicule 62TitreV(MELT, 1993) ;
en qualité de propriétaire de l'ouvrage, fait réaliser - lescahiers deschargesparticuliersvalidés;
des « travaux de construction», doit souscrire avant - les « Recommandations sur la conception, le calcul,
l'ouverture duchantier une assurance garantissant, l'exécutionet le contrôle des colonnes ballastées sous
endehors de toute recherche des responsabilités, le bâtimentsetsousouvragessensiblesautassement» di­
paiement de latotalité destravauxde réparationde la
totalité desdommages. 2011»;
tes « Recommandations colonnes ballastées duCFMS,
- la note d'information technique de O. Combarieu,
« Calcul d'une fondation mixte semelle-pieux sous
2 .2 chargeverticalecentrée ».
Référentiel normatif Commentaire : Le document d'applicationnationale
del'Eurocode0(NFEN1990-1/NA)propose unclas­
sement encatégoriesdeduréed'utilisationdeprojet
(10, 25, 50et 100ans) et encatégoriesgéotechniques
engendrant 3famillesdebasedejustification :
NormeNFEN61400-1 (juin2006) - expérience et reconnaissance géotechnique quali­
LanormeeuropéenneNFEN61400-1, 2005présente tative;
lesexigencesdeconceptiondeséoliennes, notamment - reconnaissancegéotechniqueet calculs;
celles liées auxcas de charges. Elle n'est pas destinée - reconnaissance géotechnique et calculs approfon­
àfixer des exigences pour les éoliennes installées en dis.
pleine mer, enparticulier pour lastructure de support Lesfondations des éoliennes entrent généralement
(éléments d'uneéoliennecomprenant lemât et lesfon­ danslatroisièmecatégorie.
dationsausensdu§3.49decettenorme).
Ledimensionnement desfondationsd'uneéolienne
doit permettre :
- dereprendredeseffortsverticauxethorizontaux, sta­ NormeNFP03100(septembre95)
tiquesoutransitoiresdusàl'éolienneelle-même, àson L'activité de contrôle technique de la construction
fonctionnement, auxconditions deventset éventuelle­ est exercée enconformité avec lanorme française NF
ment auxséismes (nontraitédanscedocument) ; P03100relative au« Critères générauxpour lacontri­
- de n'engendrer que des tassements totaux et tasse­ butionducontrôle technique àlapréventiondes aléas
ments différentiels compatibles avec le bonfonction­ techniques dansledomainede laconstruction».
nement del'éolienne. Lanotionde contrôle technique implique l'existen­
La durée de vie prévue à la conception pour les ced'unobjet àcontrôler et d'unréférentiel parrapport
classes I àIII d'éoliennes (c'est-à-dire pour des vents auquel s'exerce cecontrôle.
ordinaires ensiteterrestre) doit être aumoins égale à Le référentiel est constitué par les dispositions
20ans(§6.2NFEN61400-1). techniques concernées par la mission de contrôle et
Les éoliennes font l'objet d'une directive « Machi­ figurant dans les documents relatifs audomaine de la
ne ». Elles sont assujetties à la directive européenne construction:
correspondante et soumises aumarquage CE. La no­ - lesnormesfrançaises;
tiondemachineestextensiveets'étendaumâtdel'éo­ - les documentstechniquesunifiés (DTU) ;
lienne. - lesrègles ouRecommandations professionnelles.

NormeNFP94-500(décembre2006)

14
Le dimensionnement de lafondation s'appuie sur
une investigation géotechnique adaptée, une bonne
connaissancedeseffortsetuneestimationcorrectedes
contraintes et des tassements, qui doivent faire l'objet
desmissionsd'ingénieriegéotechniquetellesquedéfi­
niesdanslanormeNFP94-500.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
3 - situationconceptuelle n° 2(productiond'électricité +
survenance delapanne) ;
Casdechargeet sollicitations • cas decharge 2.1, 2.2et2.3 DLCRare
decalcul • cas de charge2.4 Fatigue
- situationconceptuellen° 5(arrêt d'urgence) ;
• casdecharge5.1 DLCRare
3.1 - situationconceptuelle n° 6(immobilisation[arrêt ou
ralenti]) ;
Introduction • cas de charge6.1et 6.3 DLCRare
Les cas de charges élémentaires sont donnés • cas de charge 6.2 DLCAcc
par le constructeur. Ils reprennent certaines situa­ • cas decharge6.4 Fatigue
tions conceptuelles classées dans la norme NF EN - situationconceptuelle n° 7(immobilisationet condi­
61400(production électrique, production d'électricité tions depanne) ;
plussurvenance de lapanne, immobilisation...). • casdecharge 7.1 DLCAcc
Ces différents cas de charges sont calculés sur la Commentaires:Acestade, et enattentedesconclu­
based'uneduréedevieescomptéedelamachine(pm: sions duprojet national SOLCYP, les cas de charge
20anssoit environ175000heures). « fatigue » ne sont pas àprendre en compte pour
le dimensionnement dusystème defondationvis-à-
visdusol. Ilsinterviennentpour lavérification dela
3.2 | structureet dubétonarmédumassif.
Analysedescasdecharge Lesconstructeursrajoutentparfoisuncas« DLC1.0»
considérécomme unDLCQP.
Les documentsàprendre enconsidérationsont : Les constructeurs doivent donner les cas les plus
- lanormeNFEN61-400; défavorables pour chacun des cas de charge DLCqp,
- etencomplément lescahiersdeschargesparticuliers DLCRare, DLCAccet « fatigue».
des constructeurs.
Les différents cas de charges doivent êtretransmis
nonpondérés. Coefficientsdepondération
3.3 | Hors casdefatigue, pour définirlessollicitationsde
calcul auxELSet ELU, il faut appliquer lescoefficients
Déterminationdescasdechargeutilisables depondérationdutableauI.
Commentaires: Onrappellequele torseurramenéà
vis-à-visdesfondations labasedelafondationestcomposédeFzl'effortverti­
Le tableau2de l'article 7.4(pages34et35) delaNF cal decompression, Hefforthorizontal etMmoment
EN61-400présente 22cas de charge, qui intègrent ou derenversement. Cetorseur doitprendre encompte
nonlepoids dumassif. laprésenceoul'absenced'eau; lapressionrésultante
del'eauestprise encompte si leniveaudelanappe
Commentaire : D'autres cas de charge doivent être estau-dessusdel'araseinférieuredumassif.
pris en compte en complément s'ils sont relatifs à On doit prendre en compte le facteur partiel desé­
l'intégritéstructuraledanslaconception d'éoliennes curité qui génère lasituation de calcul laplus défa­
spécifiques (haubanées, repliables...), mais ne font vorable.

.a
paspartie decesRecommandations.
Il y alieu de définir pour chacundes cas les pon­
dérationsàappliquerpourdéterminerlessollicitations
auxétatslimitesultimes(ELU) et deservice (ELS).
Vérificationdescritères
dedimensionnement
Sollicitationsdecalcul auxELU/ELS
Pourcentagedesurfacecomprimée
encasdefondationssuperficielles
Casdechargedéterminantvis-à-visdesfondations Il s'agit de semelles considérées comme infiniment
Cescasdechargesdoivent êtreclassésparréféren­ rigides, généralement circulaires.
ce auxsollicitations de calcul habituelles : Ondoitvérifierquelespourcentagesdesurfacecom­
- ELSquasi permanent (QP) etELSrare (R) ; primée (Scom p/Ssem
) sont aumoinsceuxdutableauII.
- ELUfondamental (F) etELUaccidentel (Acc).
Pourledimensionnement desfondations, lescasde
charge élémentaires (DesignLoad Case : DLC) pris en

15
considérationsont les suivants : Critèredeportance
- situationconceptuellen° 1(productionélectrique) ; Les contraintesdecalcul dusol permettent dejusti­
• casde charge 1.1,1.3,1.4et 1.5 DLCRare fierlafondationauxétatslimitesdeservice(ELS) etaux
• casde charge 1.2 Fatigue étatslimitesultimes(ELU).

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Facteurspartielsdepondérationsursollicitations.

Cas de charge
DLCop ELUFond 1,0ou1,35 1,8 1,8 1,125x1,05
ELSperm 1,0 1,0 1,0 1,0
DLCRare ELUF ond
Fond 1,0ou1,35 1,5 1,5 1,125x1,05
ELSR
are 1,0 1,0 1,0 1,0
dlcA
cc ELUA c 0,9ou1,1 1,1 1,1 1,0

TABLEAUII Pourcentagedesurfacecompriméeaprèspondération.

Cas de charge M
DLCQp ELUFond
Fond 1,0ou1,35 1,125x1,05 1,8 50(**)
ELSp
rnperm
e 1,0 1,0 1,0 100
DLCRare ELUFond
Fond 1,0ou1,35 1,125x1,05 1,5 50(**)
FTSRare 1,0 1,0 1,0 75
dlcA
cc ELUAcc 0,9ou1,1 1,0 1,1 50(**)
Lefacteurpartiel àprendreencompteestcelui quigénèrelasituationlaplusdéfavorable.
(**)Cettevaleurestramenéeà30%danslestypesdesol suivants(cf. classification§4.6.5.4).

Pourcentagedesurfacecomprimée
TABLEAUIII
aprèspondération;compléments
poursolsraides.
%Scomp/Ssent
Craies B++C 30
Marno, marno-calcaires A++B 30
Roches A++B 30

- les sollicitations de calcul auxELUdéduites des cas


de charge DLCQp' DLCRareet DLCAcc(après pondéra­
tion) permettent de déterminer lacontrainte de calcul
q refELUfondamental ausens duFascicule 62-Titre
V, MELT, 1993) ;
- lessollicitationsdecalcul auxELSdéduitesdescasde
chargeDLCQPetDLCRare(sanspondération) permettent FIG. 3 Corrélations entre excentricité, %de
de déterminer la contrainte de calcul qrefELS(ELS res­ surfacecompriméeScomp/Ssemetcontrainte
pectivement quasi permanent et rareausensduFasci­ maximale.
cule62-TitreV, MELT, 1993).
Cesvaleurs sont àcomparer auxvaleurs limites de
résistances du sol établies dans le cadre d'une étude
géotechnique.
Ondoit attirer l'attentionsur le rôle majeur dupa­
ramètre « %de surface comprimée », qui, comme le Conformément aux règles en usage, on doit véri­
montre lafigure 3pour des semelles circulaires, peut fier la contrainte de référence de calcul par rapport
majorer la contrainte maximale à 8fois la contrainte à la contrainte admissible aux ELS et aux ELU ; cet­
obtenue souslamême charge verticale supposée cen­ te contrainte de référence qref vaut, en fonction des
tréequandcepourcentagevaut30%. contraintes minimum m inet maximum m axsous lase­
Commentaire : La « surface comprimée Scom p», uti­ melle :
lisée ultérieurement etproposée danslafigure n° 6,

16
estcelleobtenueennégligeantlespartiessoulevées. qrefef=(3
qr =(3. .m
axmax +m+min
in))/4avecmmin 0
in (1))
(1
Lasurface deréférence Sref est une « surface fictive Cette contrainte de référence peut aussi se calcu­
de compression » utilisée dans les vérifications de ler pour une surface rectangulaire selonl'approche de
portanceglobale. Cesdeuxsurfacessont définiesen Meyerhof, et pour une surface circulaire selon le mo­
annexeB. dèle dela« lunule» (cf. Annexe B).

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
3.5.4
Modèlegénéral Critèrederotationàlongterme(LT)
A l'ELU, lacontrainte de référence peut être calcu­ Leconstructeurfournit généralementunevaleurde
lée comme suit : critèrederotationlimite(enmm/m)àl'ELS. Cettevaleur
 m0y = FzELU/Ssem; (2) nedoitjamais êtredépasséedurant lavie del'ouvrage.
Elle prend en compte les déformations permanentes
2=m ax /m
oy sousl'effet devent normal (il pourraêtreretenulesva­
(cf. courbe entrait pleindelafigure 3) ; (3) leurs issues de lacombinaisonDLCQPavec des carac­
e = M elu/Fzelu (4) téristiques « longterme»), maisaussi deseffets « court
terme » correspondants à des vents plus importants
qref=3- 2- m oy/4Si m in=0 (5) issusdescas de chargeDLCrareouDLCAcc(calculés sur
Exempletiré delafiguren° 5:e/ =0,35>1/8 labase descaractéristiques « courtterme »).
%surface comprimée :30%Sref On désigne par coefficient de raideur en rotation
2=m ax/mov =8, et min =0 (exprimé en MNm/rad ou un multiple) le rapport du
qref=3- 2.moy/4=6 m oy (6) moment de rotationMxyappliqué àlafondationsur la
rotation(pde celle-ci.
 =Mx/K (9)
K (enMNm/rad) avec
Modèledela« lunule» coefficient de raideur enrotation « àlong ter­
pourunesurfacecirculaire me» évaluépour DLCQP:
La contrainte de référence peut être aussi calculée - calculé àpartir des formules habituelles de laméca­
à partir de la méthode dite de la « lunule » telle que nique des sols(laboratoire, essaispressiométriques ou
définieenannexe B. pénétrométriques) ;
- la surface de référence Sref est la zone hachurée KCTcoefficient de raideur en rotation « à court
de lafigure enannexeB(lunule :limitée par deuxarcs terme » nonpondéré évalué pour DLCrare- DLCQP(ou
de cercles symétriques par rapport à un axe situé à pour DLCAcc- DLCqpenconformité avec le cahier des
e=MelU /Fzeluducentre del'éolienne). charges duconstructeur) :
- q ref=FzELU/Sref (7)
- calculéàpartirdesformules degéodynamiqueet des
Commentaire :Dansle casd'unefondationcirculai­ modulesde cisaillement G(cf. §4.6.3.2) ;
re, lesdeuxcalculsdeqrefconduisent àdesrésultats - calculéàpartir demodèles analytiquesnumériques;
trèsproches. - ou, àdéfaut, calculé àpartir desvaleurs LTdelamé­
canique des sols dansle domaine des déformations de
Il convient devérifier que le système defondations l'ordre de 10-2et enmultipliant cettevaleur par2.
choisi est compatible aveclacontraintemaximale.

Critèrederaideur enrotationK ddyyn


n
Vérificationauglissement
Ondoitvérifier àl'ELU:
HELU< Fzmin · tan /s (8) Raideurenrotation
Commentaire:8estl'angledefrottemententrelase­
melle et lesol qu'on assimileàl'angle defrottement Lesconstructeursimposentunevaleurminimalede
 ' dusol, sest uncoefficient de sécurité valant 1,2 la raideur enrotation àpetite déformation (de 10-5à
sous combinaisons fondamentales et 1,1sous com­ ÎO-3) « Kdyn» pour éviter lesphénomènes de couplage
binaisons accidentelles et Fzm inest le minimum de aveclespartiesmécaniques de lamachine.
compression transmisausol par lasemelle. Pour les Cette valeur est àprendre encompte soustous les
éléments defondation coulés enplaceil faut utiliser casenfonctionnement de lamachine :
l'angle àl'état critique dumatériau. La norme sou­ - DLCqp;
tènements fait observer en complément que  ' est - et certainsDLCRareenconformité aveclescahiersdes
souventsupérieur à 'critjquePourlesélémentspréfa­ charges des constructeurs (cas des situations concep­
briqués, c'est2/3del'angleàl'état critique. tuellesn° 1et n° 2de lanormeNFEN61400).
Lavaleurde ' àprendreencompteestétabliedans Les calculs de la raideur en rotation nécessitent de
lecadre d'une étudegéotechnique. connaîtrepour unmassif defondation:
Engénéral, onneprendpasencompte labutée du - sesdimensions (diamètre, aire...) ;
sol, ni lacohésiondusol. - lepourcentage de surfacecomprimée ;
Commentaire : Les effortshorizontaux ensous-face - et par couches de sol, les courbes de variation des
de lasemelle sont donc égaux àceux appliqués en modules d'élasticité Eet des modules de cisaillement
tête desemelle. Néanmoins, dansle casoùlemassif Genfonctionde ladistorsiony, le coefficient de Pois­
est coulé enpleinefouille, onpourra faireparticiper sonv.

17
la butée de la semellejusqu'à une valeur détermi­ Danslamesure oùle sol reste entièrement compri­
née lors de l'étude géotechnique, qu'on limitera ce­ mé souslatotalité dumassif defondationet si onreste
pendant à30%delavaleurmaximaledelapoussée dans le domaine élastique, onpourra utiliser les coef­
passive. ficients de raideur KNS(cf. tableaun° 16duparagra-

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
phe5.2.3.3.1.1) surlabased'unmodule decisaillement Les raideurs calculées doivent être supérieures aux
Gprisdanslaplage dedéformationadéquate. valeurs imposéesparle constructeur.
Commentaire :Danslecasoùlesol nerestepasen­
tièrement comprimé, il yalieudeprendre uncoeffi­
cient réducteur  1= appliquéàlaraideur en
Géotechniqueet paramètres
4.1
rotationenfonctiondupourcentagedesurfacecom­
primée (Scom p/Ssem).Lecalcul de1sefaitparanalogie
àlarésistancedesmatériauxavecunesolutionimpli­
citeparitérationssuccessives.
dedimensionnement
Enpremière approche, lesvaleursde 1sont repré­
sentées en fonction durapport Mxy/Fz(Mxynon pon­
déréetFznonpondérée) etdudiamètredelafondation
 =2r danslegraphiquesuivant. Introduction
Onrappelle que l'enchaînement desmissionstypes
d'ingénierie géotechnique est défini par la norme NF
P94-500.
Celui-ci comprendnotamment austade ccétudes» :
- une étude géotechnique d'avant-projet (G12) qui
identifie les aléas majeurs, s'assure de la bonne adé­
quation entre lanature et laprofondeur des terrains
rencontrés avec ceux proposés par les cartes géolo­
giques et estime les caractéristiques mécaniques de
chaque couche. Elle préconise unouplusieurs types
defondations;
- uneétudegéotechnique deprojet (G2).
Si la mission préalable (G12) a identifié des aléas
majeurs, elledoitdéfinirlesdispositionspourenlimiter
lesconséquences(parexemple, réalisationd'uneétude
Valeursducoefficientréducteur1appliqué de microgravimétrie préconisant un déplacement de
àlaraideurenrotation. l'éolienne ouune injection des karsts situés sous son
emprise). De plus, dans le cadre de cette mission, le
géotechnicien doit vérifier que la fondation respecte
Exemple d'application: les critères géotechniques ainsi que ceux mentionnés
(Mxy/F z)/
(diam/8) =2,3 dans le cahier des charges dufabricant d'éoliennes et
doitdéfinirégalementdesmodulesdanslesdifférentes
 %comprimée=50% plages de déformations.
et 1=0,35,  K =0,35KNS
Il comprendaussi austade ccexécution» :
- l'étude et le suivi géotechniques d'exécution (mis­
sionG3) ;
Raideurs« statique» et« dynamique» - la supervision géotechnique d'exécution (mis­
Pour des distorsionsyde l'ordre 10-2à10-3,lesrai­ sionG4).
deurs enrotation sont usuellement qualifiées comme
« statiques». 4.2
Pour des distorsionsyde l'ordre 10-6à10-4,les rai­
deurs enrotation sont usuellement qualifiées comme
ccdynamiques».
Élémentsàfourniraugéotechnicien
Danslecadredecesrecommandations, lesraideurs Lemaîtred'ouvrage, assistéparsonmaîtred'œuvre,
enrotationccstatiques » sont àutiliser pour lavérifica­ doitfournir augéotechnicien(conformément au§3.47
tiondestassementsetdesdéformations, etlesraideurs aDonnées dusitede laNFEN61-400», juin2005) :
enrotationccdynamiques » permettent de s'assurer de - l'implantationduprojet ;
l'absence de phénomène de couplage entre le sol, la - lenivellement duprojet ;
fondationet lamachine. - leplantopographique;
- le plan des réseaux existants et la liste des conces­
sionnaires pouvant être concernés (Demande de ren­
seignements, décret 91-1147) ;
Critèresderaideur endéplacement - lesplansparticuliers des risques (PPR) ;
Ilssont parfoisfixésparleconstructeur, et sont liés - lescritères d'environnement ;
auxraideurshorizontales (Kx,Ky), etverticalesKz - les différentes descentes de charge (conformément
Commentaire :Ondésigneparcoefficient deraideur auchapitre3desprésentesrecommandations) ;

18
vertical ouhorizontal (exprimé enN/mou unmulti­ - lesexigences imposées entermes de :
ple) lerapportdelaforceverticaleFzouhorizontal H • tassement « w » et déformations «  », distorsion
appliquée àlafondationsur le déplacement vertical ccy», raideur,
ouhorizontal wdecelle-ci. • contraintesrequises dusol (lecaséchéant).

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
4.3 - l'identification des matériaux (prélèvements rema­
niés) ;
Donnéesgéotechniques - la caractérisation des propriétés géomécaniques
Les études géotechniques successives permettent (prélèvements intacts) :mesure de  ' et c' selonnorme
depréciser : NFP94074.
- le périmètre géotechnique ausens de la norme NF
P94500, 2006(Zone d'influence géotechnique- ZIG-,
stabilité depente, etc.) ; Piézomètre(NFENISO22475-1)
- lagéologie et lastratigraphie;
- l'hydrologie et hydrogéologie dusite; Un piézomètre permet la réalisation de mesures
- lesniveauxd'eau; ponctuelles dans le temps. Le suivi des mesures est à
- l'agressivité (eauet sol) ; réaliser le plus tôt possible avant le démarrage de la
- un modèle géotechnique décrivant les différentes construction.
couches àprendre encompte, et définissant par cou­ Les conditions de réalisation devront être confor­
che (listenonexhaustive) ; mes àlanorme. Nousrappelons qu'il faut éviter :
• l'épaisseur, - le colmatage des crépines (filtre d'enrobage et rem­
• lanature des terrains (cf. tableaun° 12du§4.6.5.4, blai de graviers) ;
et normeISO14688-1et 2et 14689-1et 2), - lesvenuesd'eaud'origine météorique entête(massif
• lesperméabilités, si nécessaire, bétonentête coulé enpleine fouille et tête de protec­
• une pressionlimite moyenne ouunevaleur aupé- tion).
nétromètre statiquemoyenne,
•lesmodules (cf. §4.6), Ladurée minimale de relevés serade 12mois avec
Eystpour une déformation de l'ordre de 10-2[sou­ uneinterventionminimalemensuelle.
vent dénommés « modules d'Young»]
E ou Gpour des déformations  comprises entre
10-3et 10-4 Essaisgéophysiques
• lecoefficient dePoissonv,
- lesdispositions constructives; Ilssont décritsdansledocument del'AGAP« Code
- les hypothèses géotechniques de dimensionnement, debonnepratiqueengéophysique appliquée». Onuti­
lestypes defondations et leursjustifications (cf. §4.6). liseraplus particulièrement les essais de type : Cross-
Fiole, MASW, sismocôneouéquivalent.
4.4 Ilsdoivent permettre :
- de mesurer aumoinsVs ,voireVp;
Reconnaissanceminimale - et doncde determinerlemodule de cisaillement Gm a
x
horszoned’anomalies à10-6de distorsion, voire lecoefficient dePoissonv.
Ondéfinit l'anomaliecommeétantpar exemple (lis­
tenonexhaustive) :
- zonededissolution, carrière, ordureménagère, karst, Nombreminimal etnaturedessondages
remblais de forte épaisseur, zone d'instabilité, zone Le tableauIVrésume le nombre et le type de son­
glissée... dages àréaliser.
Ondéfinit leprogramme desreconnaissances :
- par zones homogènes ausens géologique et ente­
nant compte dunombre d'éoliennes;
- par éolienne. Paréolienne
Deplus, par éolienne, onréaliseauminimum4son­
dages (1aucentre et 3enpériphérie [entre5à15mdu
Pargroupe(ouzone) homogèneausensgéologique centre]) dont :
-1 sondageinsitu[R] aucentre;
- soit pressiométrique selon la norme NF P 94-110-1
Définition avec essaispressiométriquestouslesmètres;
- soit aupénétromètre statique (qc' f s
, Rf), selonlanor­
Une zone homogène ausensgéologique est unsite meNFP94-113.
pour lequel la nature et la stratigraphie géologiques Commentaire : Il est nécessaire de souligner que
sont considérées homogènes. des fluctuations de la nappe peuvent occasionner
Ungroupe d'éoliennes représente le nombre d'éo­ une baisse significative des valeurs mesurées dans
liennes àconstruire dansunezone homogène. latranchepossiblement non saturée àl'époque des
essaisqui deviendraitsaturéeensuite.
- trois sondages [Q] àchoisir enfonctionde lanature
dessolspourvérifierenparticulierl'homogénéité(pro­
Carottageavecprélèvements fondeur...) des solssousl'emprise de lafondation;

19
(NFENISO22475-1) - soit aupénétromètre statique (qc' f s'Rf), selonlanor­
meNFP94-113;
Les prélèvements minimaux sont réalisés à raison - soit pressiométrique selon la norme NF P 94-110-1
de unparfaciès géotechnique; ilspermettent : avec essaispressiométriquestouslesmètres,

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Nombreminimaletnaturedessondagespargrouped'éoliennes.

C a ro tta g e s Piézomètres (*) Mesuresgéophysiques


pargroupe p
rélèvem
en
tsd
'éch
an
tilon
s au moins de V1
1à6 1 1pour2éoliennes 1
7à12 2 5 1
13à18 3 6 2
Apartirde19 4+1par«tranche»de6 7+1par«tranche»de6 2+1partranchede20
(*)selonlesdomainesdeclassementdesol (cf. §4.6.5).

- soit destructif avec enregistrement de paramètres - pour des fondations profondes de diamètre  1
[cf. Reiffstecket al. (2010)]; jusqu'àlaplus grande des troisvaleurs suivantes sous
- soit aupénétromètre dynamique selonlanorme NF lapointe :
P94-114ouauSPTselonlanormeNFP94-116; 701,
- soit àlapelle. 5mètres,
Commentaires : On trouvera la définition de [R] et 0/2.
[Q] dansletexte USG« Recommandationssurlesin­
vestigations géotechniquespour laconstruction (Le Commentaire : Cette dernière condition peut per­
Moniteurn°5325du16décembre2005) », avecpour mettre derépondre àlaproblématique de l'effet de
mémoire : groupe.
- [R] :sondage/essaiparticulièrementbienadapté. A - pour des fondations mixtes ou composites, et pour
envisagerenpriorité; des sols renforcés par inclusions rigides oucolonnes
- [Q] : sondage/essai fournissant une information ballastées de diamètre  1, on prend l'enveloppe des
qualitative. An'envisagerqu'encomplémentd'autres deuxcasprécédents.
essais.
Onpréconiselessondagesàlapelle encasdesubs­
tratumrocheuxrencontréàfaibleprofondeur.
Autressondagesenpériphérie
La reconnaissance de sol doit permettre de véri­
Profondeurdesinvestigations fier l'homogénéité (profondeur, nature...) des sols sous
l'emprisedelafondation. Ellepeutdoncêtrelimitéeen
profondeur autoit dusubstratumsainoude l'horizon
defondation.
Sondagecarottéetsondageréalisé
aucentredechaqueéolienne
La reconnaissance de sol doit permettre de déter­
4.5
miner les caractéristiques de sol sur une profondeur
égale ousupérieureàcelle surlaquellelescontraintes)
Enprésenced’anomalie
induites par le massif sont encore sensibles et engen­ Encomplément des prescriptions duparagraphe pré­
drent desdéformations significatives. cédent, etenconformitéaveclanormeNFP94-500pour
Onpourraainsi limiterlaprofondeur dereconnais­ identifier les aléas majeurs et importants, il convient
sancesouslemassif de lamanière suivante : d'approfondir les investigations définies ci-avant par
- pourlesmassifsdetypefondationsuperficiellededia­ uneanalyseaucaspar caspermettant des'assurerque
mètre 0 (cf. figure 2), lapluspetite desdeuxvaleurs; les investigations intéressent la totalité de l'épaisseur
• 1,5fois lediamètrethéorique dumassif :1,5 ; desol concernéeparlesanomalieset ayantencoreune
influence surl'ouvrage.
Commentaire : Cette limitation à 1,5 (et non pas
80 selon les errements) suppose qu'au-delà, et en
adéquationaveclacartegéologique, lessolsont des 4.6
caractéristiques supérieures ou égales àcelles me­
suréesau-dessuset qu'onpeut ainsi négliger lesdé­
formations de ceux-ci. Si cette hypothèse n'est pas
Modèlegéotechnique
avérée, il fautprolonger lareconnaissance.
• laprofondeur àlaquelle les modules de sols sont
suffisants pour ne plus engendrer des déforma­ Pourdesdéformationscomprisesentre10-2et 10-3
tions significatives dumassif, profondeur majorée
de 5m. Les paramètres principauxde calcul àfournir pour
Commentaires : Pour des éoliennes de 80à 100m lescouches de sol qui intéressent leprojet sontles sui­
de hauteur, une valeur de module Eystsupérieure à vants :

20
100MPapeut êtreconsidérée. - les domaines de classement des couches de sol
Dans le cas d'essai pressiométrique, une valeur de (cf. §4.6.5.) ;
module Emsupérieure à 1000fois l'augmentation des - les niveaux d'eau à prendre en compte dans les
contraintespeut aussi êtreconsidérée. calculs;

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
- les caractéristiques géomécaniques de rupture défi­ Les vitesses d'ondes de cisaillement et de compres­
nies àpartir des essais insituet des essais de labora­ sion déterminées àpartir demesuresgéophysiques
toire (cf. annexe F) par exemple; pourront utilement être comparées aux valeurs
•lapressionlimitenettepi*, moyennes habituelles données dansle tableau5.2.1
•larésistancedepointe aupénétromètre statiqueqc, delanorme NFP06013[ditesRèglesPS92] rappe­
• lesrésistances decisaillement : ' et C', léesdansl'annexe C(chapitre C.2).
- les paramètres de déformationdusol permettant de Tout ou partie de ces paramètres est nécessaire
calculer les tassements et les rotations du massif en pour, entre autres, le calcul des différents coefficients
fonctionduniveaude déformationdusol, àsavoir : deraideurverticale, horizontaleet enrotation.
•lesvaleursdumodulesdedéformationE, etdumo­
dule de cisaillement G(cf. figure 9), enfonction du
niveaude déformation  des cas étudiés (10-2>  >
10-3), Donnéesgéotechniques
•lesvaleurs ducoefficient dePoissonv.
Commentaires : Pour les sols non saturés, les coef­ permettant ledimensionnement delasemelle
ficientsdePoissonv àcourt terme etv àlongterme
sontidentiqueset sont comprisentre0,20et 0,35.
Pourlessolssaturés: Portance
- à long terme, v doit être compris entre 0,20 et
0,35; Ilfaut connaîtresouslabasedumassiflespressions
- et àcourt terme, v estgénéralement comprisentre limites « p1» oulesvaleurspénétrométriques statiques
0,30et 0,45. « qc».
Pour calculer la portance, on doit déterminer une
pression limite équivalente ccple*» ou une valeur pé-
Pourdesdéformationscomprisesentre10-3et 10-4 nétrométrique équivalente « qce» calculée àpartir des
valeursprécédentesmesuréessurunehauteurde1.50
Sous sollicitations cycliques, certainstypes de sol peu­ souslasemelle(cf. annexeE.2dufascicule62-TitreVet
vent subir une dégradation de leurs caractéristiques §3.2.2delanorme NFPll-211 [DTU13.11]).
mécaniques liées par exemple àune montée progres­ Cette façon de déterminer les caractéristiques
sive des surpressions interstitielles, ouàune attrition moyennes des sols intéressés sur 1.50 sous lasemel­
du sol. Le géotechnicien de l'opération devra définir le ne nous paraît pas pleinement compatible pour les
l'éventualitéde cerisque. cas de fondations de grande dimension, enparticulier
La reconnaissance de sol àpartir des essais insitu parce qu'elle limite lavaleur de calcul à1,5fois laplus
traditionnels doit être complétée par une campagne faible des valeurs mesurées de pression limite. Nous
plusdétailléepermettant de mesurer (cf. Fig. 5) : proposons donc ci-aprèsuneméthode de calcul de qce
- les paramètres à très faible déformation du sol et depleappropriée àcetype d'ouvrage permettant de
(cf. §4.4.1.4:essaisgéophysiques) ; mieuxpondérerleccpoids» d'unevaleurfaibleenfonc­
- lesparamètresàfaibledéformationdusol àpartirpar tionde saprofondeur parrapport àlabasedumassif.
exempled'essaisaulaboratoire (type essai àlacolonne Les valeurs de plcet/oude qce, enfonctiond'une gam­
résonante ouessai autriaxial cyclique). me de diamètres  sont établies dans la cadre d'une
et ainsi d'estimer la courbe complète E/Em ax et/ou étude géotechnique.
G/Gmaxenfonctionde et/oudey.

Méthodeproposéedecalcul depleadaptée
auxsemellesdegrandedimension
Pour tenir compte des variations de mesures de p,
sur 1,5 , onpropose laméthode de calcul suivantede
ple, basée surlaformule delasemellefictive :
- àchaqueniveaui  ( i comprisentre0et 1,5) deme­
sure de pressionlimite pli, onutiliseralaformule de la
semellefictive avecunediffusionde 1H/2Vpour déter­
miner lapressionlimite de calcul plcitelle que plci =pli
[(1+ i)2] (10)
- ple= min des pli * [(1 +  i)2] ainsi calculées sur une
profondeur 1,5 (11)
FIS. 5 Schéma indicatif de principe (d'après Commentaires:  l correspondautoit delatranche
F.Durand, CFMS, oct. 2009). (cf. exemple en annexe D). Cette méthode présen­
tel'avantage depondérer le ccpoids » d'une valeur
Commentaires : Ce schéma n'est que représentatif faible enfonction de saprofondeurpar rapport àla
basedumassif.

21
desdifférentesplages de déformations et ne doit en
aucuncasêtre utiliséendimensionnement. Onpour­ Dansle casd'unesemellepartiellement comprimée,
raconsulter enannexe Clescourbesdedégradation on limitera ces calculs à 1,5b', avec b' défini sur la
de Genfonctiondeladistorsionpour desmatériaux figure suivante et en remplaçant  par b' dans les
argileuxet granulaires. équations 10et 11.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
4.6.3.2
Déformation

Entre 10-3et 10-2


La valeur dutassement w est déterminée à partir
desméthodeshabituellesde laMécanique des Sols :
- les méthodes à partir des essais de laboratoire : il
s'agit essentiellement de l'essai œdométrique surtout
utilisépour lessolsfinscohérents et saturés;
- lesméthodes àpartirdes essaisenplace :essai pres-
siométriqueMénard, essai depénétrationstatiqueCPT,
trèsutiliséesnotamment pour les solspulvérulents.
Commentaires : Dansle casdel'essai pressiométri-
que Ménard, on se référera àl'Annexe F2 du Fas­
cicule 62-Titre V (MEFT, 1993) pour l'évaluation du
tassement wet àl'Annexe F3de ce Fascicule pour
l'évaluationdumodulederéactionverticaleKvs.
Danslecasdel'essai aupénétromètrestatique, laré­
sistancedepointe qcestreliéeaumoduleœdométri-
queEoedet aumodule d'YoungEy t (cf. §4.6.5) par les
s
relationssuivantes:
FIG. 6 Définition de la dimension de la zone Eoed=1qc
comprimée:b' (cf. annexeB) (pour des déformations del'ordre de 10-2) (14)
Eoed=Eyst (1-v)/[(1+v) (l-2v)] (15)
Le tableauVpropose desfourchettes devaleurs de
1pour différentstypes de sol normalement consolidé
et différentesvaleursde qc.(Frank, 1996).
Dansledomainededéformationsstatiquescompri­
sesentre 10-3et 10-2,il faut doncconnaître :
- soit les caractéristiques pressiométriques permet­
tant;
Commentaire : Dans le cas d'un sol homogène ca­
ractérisépar desvariationsdespressionslimitesen­
tre une valeur maxplm axet une valeur minplm intelle
que Plm ax
/Plmin< 2,onpeut simplifier cette méthode
decalcul, et déterminerplc*enprenant unemoyenne
géométriqueet enlimitant lerésultatà1,5plm in. TABLEAUV |Valeurde l pourdifférentstypesdesolet
différentesvaleursdeqc.

Méthodeproposéedecalcul deqce
1
(teneureneau)
Pourtenir compte desvariations de qcsur 1,5 , on Argilepeuplastique <0,7 3à8
seréfère àlaméthodedecalcul duFascicule62-TitreV
(MELT1993etAnnexe E2) : Argilepeuplastique <2,0 2à5
- oncalculelamoyenne arithmétiquedesqcsur 1,5 ; Argilepeuplastique >2,0 1à2
- puisonécrêtelesvaleursdeqcà1,3foiscettemoyen­ Limonpeuplastique <2,0 3à6
ne;
- puis on recalcule la moyenne des valeurs écrêtées Limonpeuplastique >2,0 1à2
qu'onretient commevaleurdeqce. Argiletrèsplastique <2,0 2à6
Commentaire : Dans le cas d'une semelle partiel­ Limontrèsplastique >2,0 1à2
lement comprimée, on limitera ces calculs à 1,5b' Limontrèsorganique <1,2 2à8
(cf. figure5et annexeB).
En cas de couche molle d'épaisseur métrique, on Tourbeetargile <0,7 50-100% 1,5à4,0
trèsorganique
appliqueralaméthode de lasemelle fictive enlimitant Tourbeetargile
qceàlavaleur ainsi mesurée : trèsorganique <0,7 100-200% 1,0à1,5
- àchaqueniveau1 comprisentre0et1,5) deme­ Tourbeetargile <0,7 >200 <1
sure de valeur pénétrométrique qci onutilisera lafor­ trèsorganique
mule de lasemellefictive avec une diffusionde 1H/2V Craie 2à3 2à4

22
pour déterminer la valeur pénétrométrique de calcul Craie >3 1,5à3
qccitelle queqcci=qci*[(1+ i)2]; (12) Sable <5 2
- qce= min des qci . [(1 +  i)2] ainsi calculées sur une
profondeur 1,5 . (13) Sable >10 1,5

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
• de définir enfonction de lanature dusol le coeffi­ - lapressionlimite moyenne oulavaleur aupénétro­
cient rhéologique a et de calculer le module sphéri­ mètre statique caractéristique permettant de calculer
que Ecet le module déviatorique Edselonles usages lefrottement etl'étreintelatéralepourlescolonnesbal­
envigueur, lastées;
•de calculerletassement sphériquewc, letassement - unevaleurmaximaledelapressionlimiteéquivalente
déviatoriquewd, (plc*) oude lavaleur aupénétromètre statique(qcc) per­
• et letassementtotal w, mettant de calculerleterme depointe;
• et enfinde calculeruneraideur Kvs=q/wstatiqueà - lavaleur moyenne dumodule pressiométrique pour
courtterme (CT) et àlongterme (LT), calculerlamobilisationdufrottement ;
- soit les caractéristiques aupénétromètre statique qc, - lavaleur ducoefficient rhéologique a, pour calculer
lerapport 1=Eoed/qc, permettant : lesraideurs horizontales dusol ;
•decalculersousunechargeapportantunecontrain­ - lavaleur dumodule pressiométrique moyensous la
teqletassementtotal w, pointepour calculer lamobilisationde lapointe.
• et, enfin, de calculeruneraideur K =q/wstatique
àCTet àLT,
- soitles caractéristiquesmesurées enlaboratoire.
Ces différentesvaleurs de KvsàCTet àLTsont éta­
Lesdomainesdeclassement desol
bliesdanslacadre d'une étudegéotechnique. Enfonction des valeurs des modules de déforma­
tion(module d'Young) « statique habituel » Eyst(défor­
mationcomprise entre l0-3et 10-2)et des essaisinsitu
(pressiomètre et/oupénétromètre statique), il est pos­
Entre 10-3et 10-5 sible de différencier trois domaines d'études pour un
sol équivalent suruneépaisseurde 1,5
Pour undisquerigide reposant surunmilieuélasti­
quehomogène semi-indéfini, l'extensiondelasolution
donnée en1885parBoussinesqpourlecasd'unechar­
ge verticale centrée aboutit danslecas de chargement Domainen° 1:Eyst<15MPa
complexe auxmodules suivants: Danscedomaine, apriori, il n'estpaspossibled'en­
kv=4G/( r [1- v]) enN/m2/m (16) visager des fondations superficielles sans aménage­
Kv=4Gr/(l - v) enN/m (17) ment particulier :
K =8Gr3/[3(1- v)] enMNm/rad (18) - si lacouchedirectement aucontact dumassif setrou­
ve dans le domaine n° 1, les caractéristiques de sol de
Ce modèle élastique est valable pour une semelle cette couchenepermettent paslaréalisationdefonda­
soumise àunmoment sans décollement, pour des ac­ tionssuperficielles compatiblesaveclescritèresde dé­
tions de courte durée d'application ne provoquant ni formationet derotationprescrits parlesconstructeurs
consolidation, ni fluage. dans leur cahier des charges particulier. Dans ce cas,
Commentaire : Ne s'applique strictement qu'au cas les fondations profondes s'imposent. On pourra éga­
d'une semelle soumise à un moment sans décolle­ lement s'orienter vers une adaptation du système de
ment : r peut être identifié au rayon du disque. Si fondation superficielle par l'utilisationde substitution
onauneffort vertical excentré, lalargeur delazone ouderenforcement de sol ;
compriméeestinférieureà2r. Il fautdoncadopterun - si une couche de sol appartenant audomaine n° 1
rayon équivalent r* àdéfinir (apriori égal àcelui du se situe suffisamment en profondeur avec une faible
disquedemêmeinertie quelazonecomprimée). épaisseur, on pourra éventuellement se ramener au
Les valeurs de Gdans le domaine de déformation domainen° 2moyennant uneétude spécifique.
considéré sont établiesdanslacadre d'une étude géo­
technique.
Domainen° 2: 15MPa Eyst 50MPa
Dans le cas d'un multicouche sur une profondeur
Donnéespermettant dedimensionner lespieux, égale à1,5fois le diamètre dumassif, si une des cou­
lesinclusionsrigidesoulescolonnesballastées ches se trouve dans le domaine n° 2et si aucune cou­
che ne se situe dans le domaine n° 1, le projet sesitue
Conformément aux usages (Fascicule 62-Titre V, dansledomainen° 2.
MELT, 1993) « Recommandationscolonnesballastées», Si une couche de sol appartenant audomaine n° 1
CFMS, 2011) pourjustifier laportance et pour calculer se situe suffisamment en profondeur avec une faible
lestassements despieux, desinclusionsrigides oudes épaisseur, on pourra éventuellement se ramener au
colonnes ballastées (de longueur L et de diamètre  1), domainen° 2moyennant uneétude spécifique.
et larotation de ce massif, il faut reconnaître audroit Laseuledéfinitiondumodule de déformation« sta­
de l'ouvrage le sol sur une profondeur égale àh+L + tique habituel » Eystne permet pas de retenir enl'état
max(5m; 7 1; 0/2) (cf. §5.4.1). unsystèmedefondationsuperficielle.
Commentaire : La reconnaissance sera adaptée en Toutefois, un principe de fondation superficielle

23
casderisqued'anomalieconnue (karst, carrière...). n'est pasexclu.
Les études géotechniques successives doivent per­ - pour cela, la reconnaissance de sol à partir des es­
mettre depréciser unecoupetype, avecpar couche : sais in situ traditionnels doit être complétée par une
- lanaturedesterrains; campagne plus détaillée (§ 4.6.2) permettant de mesu-

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
rer les paramètres àtrès faible déformationdusol et
ainsi d'estimer lacourbe complète E/E m
ax et/ouG/Gm ax Domainen° 3:Eyst>50MPa
enfonctionde et/oudey;
- onpeut également s'orienter vers unrenforcement Unprincipe defondationsuperficielle de l'éolienne
de sol. est tout àfait envisageable et lareconnaissance de sol
Commentaire :Danscecadredefondationssuperfi­ fournissant des modules de déformation « statiques
ciellessur sol renforcé ousubstitué, et danslecadre habituels» Eystest suffisante.
defondationmixteoucomposite, onpourras'affran­ - pourqueleprojet soitdansledomainen° 3, toutesles
chir delacampagnedétailléedu§4.6.2. couchessuruneprofondeurégaleà1,5foislediamètre
Dans le cadre d'unprédimensionnement, onpour­ dumassif doivent se situer dansle domaine n° 3;
ra utiliser la corrélation suivante entre les modules - si une couche de sol appartenant audomaine n° 2
« statiques » et les modules maximumà très faible se situe suffisamment en profondeur avec une faible
déformation [de l'ordre de 10-6] « dits dynamiques » épaisseur, on pourra éventuellement se ramener au
(cf. §3.5.5.2) : domainen° 3moyennant uneétude spécifique.
Gm ax=10G, avecGmodule « statique» pourdesdéfor­
mationsà10-2 (19)
Ema
x = 10Eyst, avec Eyst module « statique » pour des Classement
deformationsà 10-2 (20)
Danslecadredecorrélationsàpartirdel'essai pressio- En reprenant les types de sols tirés du Fascicule
métrique, onpeutretenir : 62-Titre V (MELT, 1993), onpropose le classement des
Gmx =(6à8) Em
a (21) domaines décrits ci-dessussynthétisés dansletableau
« Synthèse des domaines d'études ».
Pardéfaut, pourlestauxdedéformationconsidérés Danslapratique, et surunehauteurégale à1,5fois
pour les éoliennes (  10-3à10-4), onpeut considérer lalargeur dumassif  , il convient de définir les diffé­
que : rentescouchesdesolsdecaractéristiquesgéologiques
Gàl0-4/Gm ax=0,33pour les matériauxargileuxet com­ et mécaniqueshomogènes.
pacts (22) Les caractéristiques moyennes de ces différentes
Gà10-4/Gm ax=0,50pour lesmatériaux sablo-graveleux couchesde sol sont déterminées delafaçonsuivante :
compacts (et roches altérées). qcEqet EmE
qsont obtenus enétablissant lamoyenne
Pour les autres matériaux, une interpolation est harmonique (respectivement deqcet deEm ) surlahau­
possible. teurdelacoucheconsidérée, etlimitésà1,5foislaplus
Enprédimensionnement, laprise encompte deva­ faible desvaleursmesurées.
leursplusfavorablesquecellesobtenuesparlescorré­
lations précédentes doit faire l'objet des essais décrits
dansle4eparagraphe duchapitre4.6.5.2.

TABLEAUVI Synthèsedesdomainesd'étudespourunsoléquivalentsuruneépaisseurde1,5 (valeursenMPa).


Types de sols déduits
selon tableau 11
A <10 <3 1 <15
Argiles BetC-  10et 30  3et 10 2  15et 50 (****)
Limons
+
C >30 >10 3 >50 250(***)
A <10 <10 1 <15 -
Sables B  10et 25  10et 20 2(**)  15et 50 (****)
Graves 3(**)
C >25 >20 >50 300(***)
AetB- <8 <5 1 <15 -
Craies B  8et 30  5et 20 2  15et 50 (****)
B+etC >30 >20 3 >50 300(***)
A- <8 <5 1 <15 -
Marnes A-etA  8et 25  5et 15 2  15et 50 {****}
Marno-calcaires
A*+etB >25 >15(*) . 3 >50 400(***)
A-  25 2  50 (****)
Roches A+etB >25 - 3 >50 600

24
(*)Plusessaiscomplémentairessi refusprématuré.
(**)Plusétudedeliquéfactionsoussollicitationscycliquesàréalisersi D10(diamètredupassantà10%)<2mm,NormeNFP06-013-PS92Article9.122.
(***)Déterminéesàpartirdecorrélationshabituelles.
(****)Valeursàdéfinirlorsdelareconnaissancecomplémentaire.
A-,A+,B-,B+,C-,C+:catégoriessupplémentairesàcellesproposéesdansleFascicule62-TitreV.
LescorrélationsentreEystetEmsontdonnéesàtitreconservatifetintègrentunphénomènedefatigueliéauxsollicitationscycliques.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
Lesdifférentstypesdefondation Vis-à-visdel'eaudesurface
Encas de risque d'accumulationd'eau et de satu­
5.1 rationduterrainjusqu'àunniveausupérieur àlabase
delafondation, onprendl'effet de l'eausauf àpouvoir
Généralités justifier d'undrainagegravitairepérenne.
Commentaire : Les niveaux d'eau àprendre en te­
nant compte de la topographie dusite, delastrati­
graphie, des perméabilités des différentes couches
Préambule et delapluviométrie delazone, sont établisdansla
cadred'uneétudegéotechnique.
Unmassif de fondation d'éolienne agénéralement
une forme polygonale assimilable à un massif circu­
laire de même surface et de diamètre 0. Sa base est
généralement horizontale et se situe àune profondeur Vis-à-visdel'altérationdufonddefouille
d'encastrement hparrapport auniveaudelasurface. Après réceptiondufond de fouille par le géotech­
nicien dans le cadre d'une supervision géotechnique
d'exécution(étape3delanormeNFP94-500), onprend
les dispositions nécessaires pour protéger le fond de
fouille encoursdetravaux.
Selon la solution de fondation utilisée, on réalise
alors soit un béton de propreté, soit une couche de
protectiondetypeplate-forme detravail oucouche de
support defondation.
On prendra des dispositions constructives néces­
FIG 7 Massifdefondation. saires pour que cette couche de protectionne soit pas
contaminée par le sol support enfond de fouille (géo­
textile, couche anti-contaminante...).

Il peut êtrefondé (cf. §1.1.1.4) : Vis-à-visdelamiseenbutéedessols


- soit sans renforcement du sol : il s'agit « d'embase
poids » (§5.2) ; Onseréféreraauparagraphe3.5.3.
- soit sur sols renforcé de colonnes ballastées [CB]
(§5.3) ; 5.1.2.3
- soit sur sol renforcé d'inclusionsrigides [IR] (§5.4) ; Longueurminimum
- soit sur pieux : il s'agit de fondations profondes durenforcement(CB, IRoupieux)
(§5.5) ;
- soit en« fondationsmixtes» « ouenfondations com­ Sauf justifications particulières, la longueur mini­
posites » (§5.6). male des renforcements est lahauteur des terrains si­
Commentaires : Les solutions de renforcement par tuésendomainen° 1et/oun° 2.
colonnesmixtes (detypeinclusionrigidesurmontée
d'une tête encolonnesballastées) doivent vérifier et
respectersimultanémentlesrecommandationsetles
dispositionsdescolonnesballastéeset desInclusions Vérificationset contrôlescommuns
Rigidestellesqu'explicitéesdansles§5.3et 5.4.
Pour les sols dont les caractéristiques mécaniques Les dispositions desrèglements envigueur s'appli­
sont susceptiblesd'évoluersignificativement dansle quent et sont complétéespar lessuivantes.
temps (décharges, remblais sous-consolidés, vases
et tourbes...), on s'orienterapréférentiellement vers
dessolutionsdetypesfondationsprofondes, ouem­ Bétondemassif
bases-poidsaprèssubstitutiondecessols.
Lesdocumentsdumarchéprécisentlenombreetla
nature des prélèvements. Les fréquences recomman­
dées sont auminimumles suivants :
Dispositionsconstructivescommunes - de 1prélèvement pour 100m3de béton mis enpla­
ce;
- et de 1prélèvement par éolienne;
- celaàraisonde6éprouvettesparprélèvement.
Vis-à-visdenapped'eau Les caractéristiques dubéton devront être confor­

25
Enprésence de nappe, onprendtoujours l'effet de mesàlaNFEN206.
celle-ci.
Lesniveauxd'eauàprendre encompte sont établis
danslacadre d'unemissiongéotechnique.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
Vis-à-visdelaportanceetdel'altérationdufond Donnéesgéotechniques
defouille
Conformément aux usages [Fascicule 62-Titre V
A lafin de l'excavation, le géotechnicien vérifie la (MELT1993)], pourjustifier laportanceet pourcalculer
concordance dumodèle géotechnique avec la nature les tassements et larotationd'unmassif de fondation,
etl'homogénéité dusol enfonddefouille. il faut connaître le sol sur unehauteurthéorique égale
Encas de niveauxd'assise différents, le géotechni­ àh+ 8 , hauteur qu'on peut limiter dans le cas des
ciens'assureque larègle desredansestrespectée. massifsd'éoliennes auxvaleurs décrites au§4.4.3.1.
Encas d'apport de matériaux, leur classificationet La portance est calculée àpartir d'une pressionli­
leur portance doivent être définies et contrôlées par le mite équivalente « ple*» oud'une valeur pénétrométri-
géotechnicien. que équivalente « qce».
Ces valeurs de pleet/oude qce, enfonction d'une
gamme de diamètres  sont données dans le cadre
d'une étude géotechnique.
Vis-à-visdeshypothèseshydrauliques
Le géotechnicien vérifie la validité du modèle hy­
drogéologique, en particulier l'absence d'accumula­ Justifications
tiondes eauxsurfaciquesauniveaudumassif.

.2
5 Portance
Embasepoids La portance se fait par application des règlements
en vigueur (exemple développé ci-dessous : règles
pressiométriques et pénétrométriques) à l'ELS et à
l'ELU.
Description Dans tous les cas de charges ELS et ELU, on cal-
cule max et qref =(3 m ax+ m in)/4conformément au
Unmassif de fondationd'éolienne agénéralement §3.5.2.
une forme polygonale assimilable à un massif circu­ Onvérifiepour lacontrainte maxi qrefque :
laire de même surface et de diamètre 0. Sa base est qref< i kpple*/sl, + q'o (23)
généralement horizontale et se situe àune profondeur
d'encastrement hparrapport auniveaude lasurface. qref<i  kcqce/ sol + q'o (24)
oùsol est le coefficient partiel de sécurité des règle­
Il s'agit de semelles considérées comme infiniment mentsenvigueur sous semelle.
rigides. Commentaire : i calculéselonlanorme envigueur
enfonctiondel'inclinaisondelachargeappliquéeet
delaproximitédelapente d'untalus.
Commentaire : Encasd'essaispressiométriques, on
s'assure que lapression maximale appliquée sur le
sol n'excèdepaslapressiondefluagepr

FIG. 8 Massifdefondationd'éoliennes. Tassement


Tassementglobal
Dansledomainededéformationsstatiquescompri­
Ce chapitre 5.2s'applique d'une part auxembases ses entre 10-3et 10-2, sous une charge apportant une
poidsréaliséesdirectement surlesol naturel maiséga­ contrainte q, onpeut calculer le tassement w, et donc
lement auxembases poids réalisées sur unsol substi­ déterminer uneraideurKvs=q/wstatique àCTet àLT.
tué ousur unsol amélioré « dans lamasse » par des Onrappelle que cesvaleurs de KvsàCTet àLTsont
techniques spécifiques qui ne font pas l'objet de ces données danslecadre d'une étude géotechnique.
Recommandations (du type compactage dynamique,
vibroflotation, injectionsolide).

26
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
FIG. 9 Schémaderotationd'unmassifpoids.
Il s'agit de semelles considérées comme infiniment
Rotation rigides.
Les colonnes ballastées sont réalisées et contrôlées
La rotationest définie àpartir des grandeurs de la conformément aux « Recommandations colonnes bal­
figure 9par laformule suivante : lastées duCFMS (2011) » et de lanorme NFEN14731
 =(h2- h1) ((25) (Amélioration des massifs de sols par vibration). Les
Laraideur enrotationest définie comme k =M/ (26) présentes recommandations de ce document viennent
ensupplément de ces documents de références, pour
Casparticulier dusol entièrement comprimé tenir compte du caractère spécifique des fondations
Le tableausuivant donne les expressions littérales d'éoliennes. En cas de divergence, la condition oula
permettant de déterminer les valeurs des coefficients méthodelaplusdéfavorable doit êtreutilisée.
de raideur des ressorts pour des massifs circulaires ri­
gidesderayonrdanslecadred'unmilieuparfaitement
élastiquehomogène semi-indéfini et isotrope.
Description
tableau V
ii Expressionsdesraideursenrotation Ce type de renforcement de sol consiste à mettre
pourunmassifcirculairenonsoulevé. enplaceungroupe de colonnesverticales, constituées
de matériauxgranulaires, sans cohésion, mis enplace
par refoulement dans le sol et compactés par passes
successives.
Ces colonnes traversent les sols compressibles de
manière àaméliorer et àhomogénéiser les conditions
de sol souslafondation.
En complément du paragraphe 4.2 des ccRecom­
mandations colonnes ballastées du CFMS (2011) »,
pour le cas particulier des éoliennes, le transfert des
charges (enparticulierdecisaillement) doit sefairepar
l'intermédiaire d'une couche de répartition en sous-
face dumassif defondation.
Commentaire:Silescolonnesballastéessontréa­
lisées depuis le fond de fouille sur une plate-forme
detravail enmatériaunaturel granulaire, cetteplate­
formepeutfairepartieintégrantedecettecouchede
répartition. Si les colonnes ballastées sont réalisées
avecG=E/[2(1+v)] (27) depuisleterrainnaturel avantexcavation, il convient
Commentaire : Ces expressions, rapportées àl'axe demettre enplace unmatelasderépartitionentrela
principal d'inertie, ne sont valablesque danslamesure têtedescolonnesetlasous-facedelafondation.
oùlesol restecomprimé souslatotalitédumassifcircu­ Le traitement d'un sol par colonnes ballastées
lairederayonr = /2. conjugue les actions suivantes, dont une seule ouplu­
Il est également rappelé que, sous ELS quasi per­ sieurspeuvent êtrerecherchées :
manent (obtenu à partir ducas de charge DLCQP), le - amélioration de la portance, réduction des tasse­
sol souslasemelle doittoujoursêtre entièrement com­ ments;
primé. - augmentation des caractéristiques équivalentes du
Sous sollicitationsELSRare(obtenues àpartir de cer­ massif de sol traité (larésistance aucisaillement hori­
tains cas de charge DLCRarerappelés auparagraphe zontal, l'angle de frottement interne et les paramètres
3.4.1« situationsconceptuellesn° 1etn° 2»), lesol peut de déformation).
ne pas être entièrement comprimé ; il faut alors pon­ Une colonne ballastée est unprocédé de renforce­
dérer K d'uncoefficient  1(cf. §3.5.5.1et figure 3) qui ment de sol : ce n'est ni unélément de fondation, ni
dépend dupourcentage de sol entièrement comprimé une fondationprofonde, et lafondationd'unouvrage
souslasemelle. reposant sur unsol traité par colonnes ballastées est
toujoursdetype superficiel.
Les paramètres de dimensionnement durenforce­
ment de sol sont alors les suivants :
Vérificationauglissement - laprofondeur Ldescolonnes ballastées;
On se référera auparagraphe 3.5.3 des présentes - la surface de la section droite de ces inclusions
Recommandations. et/ou leur diamètre équivalent  1dans chacune des
couchestraversées;
- la contrainte admissible dans la colonne ballastée
5.3 (dépendante des caractéristiques mécaniques du sol
encaissant), ses caractéristiques de déformation (mo­
Embasepoidssursolsrenforcés dule de déformation, coefficient dePoisson...) ;
parcolonnesballastées - lenombre de colonnes;

27
- le maillage des colonnes oualternativement le taux
Ce chapitre s'applique exclusivement aurenforce­ d'incorporation pdu renforcement représentant le
ment de sol par la technique des colonnes ballastées rapport de l'aire couverte par les têtes de colonnes et
souslesmassifs defondationd'éoliennes. l'airetotale delasurfacetraitée;

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
- lescaractéristiquesdumatelasderépartition; Commentaire :Danslessolscompressibles, il est en
• l'épaisseurHm at' effet engénéral difficiledejustifier unmassifsur co­
•lescaractéristiquesintrinsèques :c' et '. lonnesballastéesavecuntauxdetravail souslemas­
•lesmodules dedéformationEet decisaillement G, sifsupérieur à250kPa(2,5bars) àl'ELSetsupérieur
• sacompacité. à350kPa(3,5bars) àVELU.

Donnéesgéotechniques Objectifsdurenforcementdesol
Onse référera auchapitre 4ccGéotechnique et pa­ L'objectif durenforcement de sol est de donner au
ramètresdedimensionnement » desprésentesRecom­ sol renforcé des caractéristiques mécaniques suffisan­
mandations. tes pour permettre laconstruction d'une éolienne sur
Pourjustifier laportance et pour calculer lestasse­ unmassifpoidsclassique. Lafondationdoitpouvoirse
ments et la rotationde ce massif sur sol renforcé, on comporter de lamême manière que sur unsol homo­
rappelle que les données géotechniques doivent com­ gène.
biner : Lesparamètresàdéterminernécessairesaudimen­
- lesexigencesduchapitre5.1.2surlesembasespoids, sionnement dumassif sont ainsi les suivants :
d'unepart ; - ceuxpermettantlecalcul delacapacitéportanteELS/
- les exigences propres auxcalculs de laportance des ELUdusol renforcé ;
colonnes ballastées d'autre part, àsavoir une connais­ - lescoefficientsderéactionKvetKhdelafondationou
sance du sol sur une hauteur égale àL + max (5m; modules de déformationéquivalent E dusol renforcé
7 1). àCTet àLT;
Les études géotechniques successives doivent per­ - ceuxpermettant lavérificationduglissement, enpar­
mettre de préciser une coupe type, avec par couche ticulierl'angle defrottement  dusol souslafondation
sensiblementhomogènel'ensembledesparamètresde (qui correspondàl'angle defrottement delafondation
surlematelasderépartition) ;
sol listésauxparagraphes4.6.1et4.6.2. - le coefficient de Poisson équivalent veqdu sol ren­
Commentaire : Onrappelle quelesvaleursdep1*ou forcé ;
de qcpour calculer l'étreinte latérale de lacolonne - le module de cisaillement dynamique équivalent
ballastée doivent être données dans le cadre d'une Gdyneq dusol renforcé dansle domaine de déformation
étudegéotechnique. 10-3a 10-4et le coefficient de raideur dynamique en
rotation delafondationsursol renforcé.

Fonctionnement descolonnesballastées
Justifications
Principesgénéraux
Vérificationdelaportance
Onadmet leshypothèses suivantes :
- lescharges apportées par lafondationsont réparties On doit vérifier, lors des calculs de dimensionne­
entre le sol et les colonnes ballastées enfonction des ment, que pour tous les cas de charge ELS et ELUla
raideurs verticales et de leurtauxd'incorporation, par répartitiondes contraintes entre le sol et les colonnes
diffusiondes contraintes àtravers lacouche de répar­ ballastées n'entraîne pas de dépassement des valeurs
tition; limites qssous lasemelle et qa/qaELUdans les colonnes
- le chargement des colonnes ballastées, et par consé­ (cf. définitionde qaet qaELUdans les paragraphes 5.4.4
quentlarépartitiondescharges, estlimitéparl'étreinte et5.4.5des ccRecommandationscolonnesballastéesdu
latéralemobilisabledansleterrainenvironnant (étrein­ CFMS») et celapourtouteslescolonnes ballastées.
te latéralefonctiondelapressionlimite, oudelarésis­ DanstouslescasELSouELU, oncalculeScom p, max,
tance de pointe aupénétromètre statique, cf. chapitre  min et  ref =(3 max + min)/4 conformément au§3.5.2.
5.4.1 des ccRecommandations colonnes ballastées du Commentaire : Pour qu'une colonne soit prise en
CFMS(2011) »). compte danslecalcul deportance globale, il faut vé­
rifier qu'elle sesitue danslapartie fictive dusol en­
tièrementcompriméetellequeproposéeau§3.5.2et
dessinéedansl'annexeB.
Domainesd'application Pourtenircompteducaractèrespécifiquedesfonda­
Pour les projets d'éoliennes, onimpose que les co­ tions d'éoliennes, et dans le cadre des méthodes pres-
lonnes ballastéesne doivent pas être utilisées dans les siométriques et pénétrométriques, ondoit vérifier dans
sols compressibles qui ne permettent pas de garantir tous les cas de charges les critères de portance globale
unconfinement latéral suffisant. et deportancelocaledécritsauxparagraphes suivants.
On attire l'attention sur les difficultés de justifica­
tiondes contraintes admissiblesdanslesol et dansles

28
colonnes(essentiellementsouslessollicitationsdetype
ELU) sauf àaugmenter le diamètre dumassif defaçon
àréduire sensiblement lescontraintesappliquées sous
lemassif.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
répartition enfonction dufrottement sous la semelle,
Critèredeportanceglobale doncauproratade larépartitiondes contraintesverti­
calesencompression:
Le critère suivant de portance globale est vérifié - respectivement  coldanslacolonne ballastée;
pourtouslescasde chargesELSet ELUavec : - et shors emprisede cette colonneballastée.
qsolELS> qrefELSScomp- n QcolELS)/(Scomp_ n Ap) (28) Ils ne s'appliquent donc que sur les sols ousur les
q r e f ELUScomp- n QcolELU)/(Scomp- n Ap) colonnes travaillant encompression, enparticulier en
n= nombre de colonnes sous la surface de référence cas de moments de renversement s'appliquant sur la
Srefdessinée enannexeB semelle.
QcolELS= ApqaELS (30)
Dans le cas d'une semelle soumise àuntorseur (Q,
M, HELU), seuleslescolonnessollicitéesencompression
QcolELU= ApqaELU (31) sont prises encomptedanslavérification.
avec les méthodes pressiométriques oupénétrométri- Enfonction de la part de la charge totale reprise
ques, onutiliserespectivement : respectivement par le sol et les colonnes ballastées,
qsolELU= kpple/solELU+ q'oou on peut déterminer àpartir des angles de frottement
qsolELU= kcqce/solELU+ q'° (32) internes larésistance aucisaillement équivalente pour
qsolELS=kpple/solELS+ q'oou l'ensemble sol/colonneballastée.
qsolELS= kcqc/solELS+ q'° (33) tan(eq=m'tan c+(1- m') tan s (39)
aVeCsolELS=3et solELU=2 avec
m' =(n- l)/n (40)
n=facteur d'amélioration= appl/ sol (41)
Critèredeportancelocale Onseréféreraalorsaucommentaireduparagraphe
3.5.3 enremplaçant  ' par eq*
Ondoit vérifier maille par maille pour tous les cas
decharges (ELSet ELU) :
- lescritères suivantsdeportancedusol : Calcul desdéformations
qsolELS > (qrefELSSm aille- QcolELS)/(Smaille- Ap) (34)
qsolELU> (qrefELUSm aille- QcolELU)/(Smaille- Ap) (35) Le tassement et larotationde lafondationsont cal­
QcolELS = ApqaELS (36)
culés àpartir des caractéristiques équivalentes dusol
renforcépourleschargesdecourteet delonguedurée
QcolELU= ApqaELU (37) d'applicationselonlesprincipes du§5.2.3.
avec les méthodes pressiométriques oupénétrométri-
ques, onutiliseaussi respectivement leséquations sui­
vantes :
qsolELU= kp· ple/solELU+ q'oOUqsolELU= kc. qce/solELU+ q'o Comportementintrinsèque
qsolELS= kp- ple/solELS+ q'oou qsolELS= kc. qce
/solELS+ q'o
descolonnesballastées
aVeCsolELS=3 et solELU=2
- les critères suivants àl'ELSpour les tassements afin
qu'ilsrestent élastiques : Contraintesmaximalesadmissiblesdanslescolonnes
q'app< kppe/  q'o0Ubien q'app< kcqce/  q'o (38) Le calcul de la contrainte maximale admissible
oùq'a p estlacontraintereprisemoyenneparlesol sur consiste d'abord à déterminer la contrainte verticale
lamaille de rupture qrd'une colonne isolée àpartir des carac­
- les critères suivantspour les contraintes dans les co­ téristiques du matériau des colonnes et celles du sol
lonnes : encaissant, et celaselonles schémas de rupturepossi­
qcol<qaELSàl'ELSlimitée àmin(qre; qrp; 1,6MPa)/2; bles suivants :
- rupture par expansion latérale (critère souvent di­
qcol <qaELUà l'ELUlimitée àmin(qre; qrp; 1,6MPa)/l,5; mensionnant) ;
qaELS:contrainte maximale admissible dans lacolonne - rupture parpoinçonnement (colonnesflottantes).
àl'ELS;
qaELU:contraintemaximale admissible danslacolonne
àl'ELU;
qre etqrp: cf. définitions §5.4dans les « Recommanda­ Modulededéformationstatiqueà10-2
tions colonnesballastées» duCFMS, 2011. delacolonneballastée
Ce module vaut aumaximum10fois le module du
sol encaissant. Selon le paragraphe 5.3des « Recom­
Vérificationauglissement mandations colonnes ballastées » du CFMS, 2011, il
peut êtrepris égal àE=60MPasi lescolonnesrespec­
Les colonnes ballastées permettent d'augmenter les tent lescritères de compacitérecherchés :
caractéristiqueséquivalentesdumassifdesol traité:ré­ qcm>10MPa;

29
sistance aucisaillement horizontal, angle defrottement p1>1,2MPa;
interneet éventuellementparamètresdedéformation. qd>10MPa.
Les efforts de cisaillement au niveau de la sous-
face de lasemelle sont répartis àtravers le matelas de

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
- dansle casde sol liquéfiable oùlaréalisationdes co­
Sollicitations« dynamiques» à10-4 lonnes ballastées aunrôle detraitement anti-liquéfac­
danslacolonneballastée tion). Le traitement doit alors être étendusur une lar­
geur dedébordégaleàlamoitiédelaprofondeur dela
Si les colonnes respectent les critères minimumde basedelacouche sensible àlaliquéfaction.
compacitéprécédents, lemodule decisaillement à10-4
danslescolonnesballastéespeut êtrepris égal à:
Gcoldyn=0,55Gm ax=55MPa (42)
Commentaire : Cette valeur est obtenue en utilisant Couchederépartition
lescorrélationssuivantes: Gm ax =7Em;Em=15MPa; En complément du paragraphe 4.2 des « Recom­
Gcoldyn/Gm
x =0,55a10-4.
a mandations colonnes ballastées duCFMS » et pour le
cas particulier des éoliennes, le transfert des charges
(enparticulier de cisaillement) doit sefaire par l'inter­
médiaire d'une couche de répartition ensous-face du
Calcul descaractéristiques« dynamiques» massif defondation.
équivalentesdusol renforcé Elle apourbut d'éviterleremaniement et d'assurer
Pour les plages de déformations de 10-3à 10-4, on uncontact homogène entre lasemelle et le sol.
fait l'hypothèse simplificatrice que les déformations Commentaire : Si les colonnes ballastées sont réa­
de cisaillement dusol et des colonnes ballastées sont lisées depuis le fond de fouille sur une plate-forme
égales et que le module de cisaillement équivalent du detravail enmatériaunaturel granulaire, cetteplate­
système sol-colonne s'écrit (cf. §4.6.2et 5.3.4.4.3) : formepeut fairepartie intégrante dumatelas deré­
Geq. =  . Gcoldyn+ (1 - ) · Gsoldyn (43) partition. Si lescolonnesballastéessontréaliséesde­
 :tauxde substitution=Acol/Sm aille (44) puis le terrain naturel avant excavation, il convient
Acol:airedelacolonneballastée demettreenplace unmatelasderépartitionentrela
Sm aille:surfaced'une maille têtedescolonnesetlasous-facedelafondation.
CettevaleurdeGeqà10-4permetdecalculerlecritè­ La couche de répartition de hauteur Hm at doit être
rederaideurenrotationK parlaformuledu§4.6.3.2.2 mise enœuvre enfonctiondes critères de type cccou­
et d'appliquer lecritère du§3.5.5. che de forme » ou« routiers » (LCPC/SETRA2000aet
b), qu'ellesoitconstituéedematériauxfrottants(graves
naturelles) et/ourenforcée de liants (ciments, chaux,
etc.).
Dispositionsconstructives Elle est caractérisée par des essais insitu de type
ccroutiers » oudetype « couche deforme » (essais àla
Les dispositions des règlements envigueur (« Re­ plaque...), oupar des essais géotechniques plus clas­
commandations colonnes ballastées », CFMS, 2011) et siques (type essais pressiométriques oupénétrométri-
cellesduparagraphe5.1.2s'appliquent etsontcomplé­ ques), oupar des essais de laboratoire (indice CBRou
tées ci-après. IPI, mesuresdelacohésion, del'angle defrottement et
de lateneureneau, etc.).
Ces essais ont pour but de pouvoir vérifier lacom­
Colonnesdeconfinement pacité enplace des matériaux et de déterminer saloi
de comportement par l'estimation ses différents mo­
Lacharge mobilisable dans les colonnes ballastées dulesdedéformationsusuels(modulepressiométrique
est limitée par l'étreinte latérale mobilisable dans le si possible, module d'Young Eou module œdométri-
terrainenvironnant (fonctionde lapressionlimite, ou que M) et de cisaillement (c',  ') et de pouvoir calculer
de la résistance de pointe aupénétromètre statique, le tassement et la résistance ultime à la compression
cf. chapitre 5.4.12 des « Recommandations colonnes dumatériaudecettecoucheet sarésistanceaucisaille­
ballastées, CFMS, 2011». ment.
Les massifs de fondationd'éolienne induisent spé­ Ses caractéristiques géomécaniques, par exemple
cifiquement des contraintes importantes en bord de le module EV2, et l'épaisseur de cematelas, sontfonc­
fondation. tion de l'étude de dimensionnement du système de
Si les méthodes de calcul utilisées pour le dimen­ fondation.
sionnement des colonnes ballastées considèrent un Généralementcettecouchederépartitionestconsti­
parfait confinement des colonnes et unmaillage infini, tuée d'aumoins 40cmdematériaux:
il est nécessaire de renforcer le nombre de colonnes - deremblai granulaire engrave naturelle;
ballastées en périphérie sous le massif de fondation • par exemple de classe Dl, D2 ouD3 ouRsuivant
oude disposer une rangée de colonnes périphériques L CPC/SETRA(2000aet b) (ouNFP11-300),
pour assurerceconfinement. • compactée à95 %de l'OptimumProctor Modifié
On doit de plus prévoir des colonnes de confine­ (OPM),
ment àl'extérieur delasemelle danslescas suivants : • ce qui lui conférera un module de déformation
- dans le cas oùle dimensionnement de lafondation (équivalent àunmodule EV2) de l'ordre de 50MPa,
tient compte d'une amélioration des caractéristiques unrapport EV2/EV1 <2,1et unangle de frottement
du sol entre les colonnes (en particulier de l'étreinte de 40° pour les matériaux concassés et 38° pour les

30
latérale) due àleur mode d'exécution(serrage duter­ matériauxroulés,
rain). Dansce cas, des essais deréceptionentre colon­ - de solstraitésauliantdont lescaractéristiquesusuel­
nes (CPT, PMT...) devront être réalisés pour confirmer les de cohésionet d'angle de frottement àprendre en
l'améliorationobtenue; comptepour lescalculssont c' =50kPaet  ' =25°.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Lacouche de répartitionseramise enœuvre selon par Inclusions Rigides) et des cahiers des charges de
lesrègles del'artaveclescontrôlesusuelsderéception l'entrepreneur.
appliqués auxcouchesdeformes sousdallage.
Afin de répartir le mieux possible laconcentration
deseffortsenpériphériedemassif, undéborddemate­
lasestnécessairesurunelargeurcorrespondant aumi­ Description
nimumàmax(Hm at/2; 0,5m) au-delàduborddumassif Unmassif de fondationd'éolienne agénéralement
et de ladernière rangée de colonnes, correspondant à uneforme polygonale assimilable àunmassif circulai­
lalargeurminimale pour assureruncompactagesatis­ redemêmesurfaceetdediamètre .Sabaseestgéné­
faisant. ralement horizontale et sesitue àuneprofondeur hdu
Onprendrades dispositions constructives nécessaires niveaude la surface. Il s'agit de semelles considérées
pour que le matelas de répartition ne soit pas conta­ comme infiniment rigides.
miné par le sol support (géotextile, couche anti-conta- Le massif de fondationrepose sur unsol amélioré
minante...). par ungroupe de ninclusionrigides (IR) de diamètre
équivalent et delongueur L.
Vérificationset contrôles
Ilsseront conformes àceuxduchapitre 6des « Re­
commandations colonnes ballastées », CFMS, 2011et
complétés parlessuivants.

Portanceetaltérationdutoitdel'excavation
Onseréféreraauparagraphe 5.1.3.

Couchederépartition

Épaisseur
FIG.10 Schémadurenforcement.
Onvérifie l'épaisseur dumatelas par comparaison
de relevéstopographiques àraisonde 3pointspar éo­
lienne. Ceparagraphe5.4s'appliqueexclusivement auren­
forcementdesol parlatechniquedesinclusionsrigides
verticales souslesmassifsdefondationd'éolienne.
Qualité Ce type de renforcement de sol consiste àmettre en
place ungroupe d'inclusions rigides verticales traver­
On recommande les essais de type « couche de sant les sols compressibles de manière àaméliorer et
forme », essais de plaque, CBR ou IPI, ainsi que des àhomogénéiser lesconditions de sol souslafondation
mesures de ', et de granulométrie. encréant unmatériaucomposite :
Commentaire : En casd'épaisseur deremblai supé­ - ces inclusions peuvent être mises en œuvre suivant
rieure à 1m, on peut utiliser le pressiomètre ou le des méthodestrèsvariées (foration, percussion, vibra­
pénétromètrestatique. tion, refoulement...) ;
- ces inclusions sont généralement de type Inclusion
Les densités de ces différents types d'essais peu­ enbétonoumortier oudetype Inclusionsmétalliques.
vent êtrelessuivantes : Letransfert dechargedepuislemassifdefondation
- essaisdeportance (plaque, qc,p1ouCBR, auchoix) ; se fait alors nécessairement par l'intermédiaire d'un
unminimumde3par massif et3par chantier, matelas derépartitionintercalé entrel'arase inférieure
- essaisd'identification(granulométrie) et/oudecarac­ de la fondation et la tête des inclusions. Dans le cas
térisation(c',  ') ; contraire, on appliquera les principes des fondations
unminimumde 1par chantier. mixtes oudes « fondations composites » (cf. §5.6).
Les paramètres de dimensionnement durenforce­
ment de sol sont alorslessuivants :
- laprofondeur Ldesinclusions;
Embasepoidssursolsrenforcés - lasurface de lasectiondroite de ces inclusions et/ou
parinclusionsrigides leurdiamètre équivalent  1;
- larésistance dumatériaude cette inclusion, ses ca­

31
Pour tenir compte ducaractère spécifique desfon­ ractéristiquesdedéformation(modulededéformation,
dations d'éoliennes, les recommandations de ce para­ coefficient dePoisson...) ;
graphe5.4viennent encomplément desrecommanda­ - lescritères deportance de cesinclusionsvis-à-vis du
tions duProjet national ASIRI (Amélioration des Sols sol ;

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
- le nombre des inclusions; le maillage des inclusions (frottement, lestage...) sont applicables pour ces ef­
oualternativementletauxd'incorporationadurenfor­ forts.
cement représentant le rapport de l'aire couverte par Les inclusions, suivant leurs caractéristiques intrinsè­
les têtes d'inclusions et l'aire totale de la surface trai­ quesetlesconditionsdesolpeuventaccepterdefaibles
tée; valeursd'efforts parasites(effortshorizontaux, cisaille­
- lescaractéristiquesdumatelasderépartition; ment...) qu'il convient d'estimer et dont il convient de
•l'épaisseurHm at, vérifier lacompatibilité avec les critères de résistance
•lescaractéristiquesintrinsèques :c' et  ', desmatériauxdesinclusions(cf. §5.4.4).
•lesmodules dedéformationEet decisaillement G,
•sacompacité.
Ce système de renforcements de sols s'applique
préférentiellement dans les domaines n° 1et n° 2, en Objectifdurenforcementdesol
tenant compte ducommentaireduparagraphe 5.1.
L'objectif durenforcement de sol est de donner au
sol renforcé des caractéristiques mécaniques suffisan­
tes pour permettre la constructiond'une éolienne sur
Donnéesgéotechniques unmassifpoids classique. Lafondationdoit pouvoir se
comporter de lamême manière que sur unsol homo­
Pourjustifier laportance et pour calculer les tasse­ gène.
ments et la rotation de ce massif sur sol renforcé, on Lesparamètresàdéterminernécessairesaudimen­
rappelle que les données géotechniques doivent com­ sionnement dumassif sont ainsi lessuivants :
biner : - ceuxpermettantlecalcul delacapacitéportanteELS/
- les exigencesduchapitre5.1.2surlesembases poids ELUdusol renforcé ;
d'unepart ; - lescoefficients deréactionKvet Khdelafondationou
- les exigences propres auxcalculs de laportance des modules de déformationéquivalent Ee q dusol renforcé
inclusionsrigidesd'autrepart, àsavoiruneconnaissan­ àCTet àLT;
cedusol surunehauteurégaleàh+H+L+max(5m; - ceuxpermettantlavérificationduglissement, enpar­
7 1; /2). ticulierl'angle defrottement ;
Les études géotechniques successives doivent per­ • égal àcelui dumatelas pour lavérificationduglis­
mettre de préciser une coupe type, avec par couche sement sur le plan horizontal de la sous-face de la
sensiblementhomogènel'ensembledesparamètresde semelle,
sol listésau§4.6.1et4.6.2. •égal àcelui dusol pourlavérificationduglissement
surleplanhorizontal ensous-facedumatelas,
- le coefficient de Poisson équivalent veqdu sol ren­
forcé ;
Fonctionnement desinclusionsrigides - le module de cisaillement dynamique équivalent
Gdyq dusol renforcé dansle domaine de déformation
e
n
10-3a 10-4et le coefficient de raideur dynamique en
rotationKdynde lafondationsursol renforcé.
Effortsverticauxdestructure La réalisation, le dimensionnement et le contrôle
Onadmet leshypothèses suivantes : des inclusions rigides non définies dans le Fascicu­
- les charges des structures sont réparties entre le sol le62-TitreVdoivent impérativement être couverts par
et lesinclusionsrigides : les recommandations ASIRI, ou par des cahiers des
•par diffusiondescontraintesàtravers lacouche de chargespropres àlaméthodede réalisationdel'entre­
répartition, preneur et validés [conformément auDTU13.2§ 1.11
• par untransfert de charges « sol - inclusions » et (+commentaire)].
« inclusions- sol », sousl'effet desdéplacementsre­ Une inclusion rigide est un procédé de renforce­
latifs des inclusions et dusol environnant enraison ment de sol : ce n'est ni unélément de fondation, ni
de leur différence de raccourcissement (comporte­ unefondationprofonde.
ment élastique), Les méthodes réglementaires dedimensionnement
- le chargement des inclusions rigides est limité par utiliséespour lespieuxdefondationoupour les inclu­
l'effetdeleurtassementdanslacouched'assiseenpied sions granulaires ne s'appliquent pas auxsols renfor­
d'inclusions et parlapénétrationde l'inclusiondansla céspar Inclusionsrigides.
couche de répartition(comportement élasto-plastique
ducontact « inclusion-couche de répartition» et « in­
clusion-ancrage »).
Justificationdel’inclusion
Effortsnonverticauxdestructure
Les inclusions rigides ne sont pas faites pour re­ Vérificationdelaportancedusol renforcé
prendre directement les efforts horizontaux, les mo­ On doit vérifier, lors des calculs de dimensionne­
ments ou les efforts de soulèvement provenant de la

32
ment, que larépartitiondes contraintes entre le sol et
structure. les inclusions n'entraîne pas de dépassement des va­
Des dispositions spécifiques doivent être adoptées leurs limites d'interaction entre le sol et l'inclusion et
pour la reprise de ces efforts, et les méthodes classi­ cela pour toutes les IR, y compris entre le matelas et
ques de dimensionnement de semelles superficielles l'IR.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Onadmet cependant, sousréservedelavérification VIII Coefficientsdesécuritéproposés.
de la capacité portante globale et locale du système,
quecertainesdecesvaleurslimitesd'interactionsoient i
partiellement saturées. ELSQP IRrefoulée 2,00 2,00 3,00
IRforée 2,80 2,00 3,00
ELSRare IRrefoulée 1,57 1,57 3,00
IRforée 2,20 1,57 3,00
ELU 1,40 1,40 1,75 2,00
Compléments:Danslalimitedelavérificationdelàcapacitépor­
tanteglobaledusystèmeavecl'applicationdescoefficientsdesé­
curitéci-dessus,ilpeutapparaîtrelorsdescalculsdelarépartition
descontraintesentrelesol, lematelaset lesinclusionsquedes
valeurslimitesdecertainsdesélémentsrésistants(sol souslase­
melle, matelas, frottement del'inclusionet pointedel'inclusion)
soientatteintessansêtredépassées(coefficientpartiel desécurité
de1enfonctionnement).

Critère deportancelocale
FIG.11 Exemplederépartitiond'inclusionsrigides Ondoit vérifier maille par maille pour tous les cas
sousunesemelle. de charges (ELSet ELU) que le critère suivant de por­
tance locale estvérifié avec :
qsolELS> qrefELUSmaille- QcolELU)/(Smaille_ Ap)
qsolELU> (qrefELSSmaille- QcolELS)/(Smaille- Ap) (46)
qcolELS= Ap min[0,3 f*c ; max(Sd' Ap)/A p 'mat/
m
a
t;
DanstouslescasELSouELU, oncalculeSc p , m
m
o ax' (Rb/ b+Rs/ s)/Ap]
 min et qref = (3 max +  min)/4 conformément auparagra­ qcolELU=Apmin[c
c fc*/1,5; max(Sd;A )/A  'm
at/m
a
t ;
phe3.5.2. (Rb/b+Rs/ s)/A p]
Commentaire : Pour qu'une colonne soit prise en Commentaire : Onrappellequelaportancedelaco­
compte danslecalcul deportanceglobale, il faut vé­ lonne fictive (Qcol = qcol. Scol) est égale auminimum
rifier qu'elle sesitue danslapartie fictive dusol en­ delaportance del'inclusionentermesderésistance
tièrementcompriméetellequeproposéeau§3.5.2et de matériau, de laportance de l'inclusion vis-à-vis
dessinéedansl'annexeB. dusol évaluéesouslepoint neutre et delaportance
Pour tenir compte ducaractère spécifique des fon­ delacolonnederemblaisau-dessusdel'inclusionen
dations d'éoliennes, et dans le cadre des méthodes termesdepoinçonnement :
pressiométriques et pénétrométriques, ondoit vérifier  'm
atetmatdéfinis auparagraphe 5.4.5,
dans tous les cas de charges les critères de portance avec les méthodes pressiométriques oupénétrométri­
globale et de portance locale décrits auxparagraphes ques, onutiliserespectivement :
suivants.
qsolELU= kpPle/ solELU+ q'oou qsolELU= kcqce/solELU+ q'o
qsolELS= kpPle/solELS+ q'o0UqsolELS= kcqce/solELS+ q' o
Critère deportanceglobale LescoefficientsdesécuritésontceuxdutableauVIII.
Le critère suivant de portance globale est vérifié
pourtouslescasde charges ELSet ELUavec : Calcul desdéformations
qsolELS > (qrefELS Sref - n QcolELS)/(Sref - np) ;
qsolELU> (qrefELUSref _ n QcolELU)/(Sref - n Ap) ; Letassement et larotationde lafondationsont cal­
n= nombre d'inclusions sous la surface de référence culés àpartir des caractéristiques équivalentes dusol
Srefdessinée enannexeB; renforcépourleschargesdecourteet delonguedurée
Qcolels=Apmin[0,3fc*; (Rb/b+Rs/s)/Ap] d'applicationselonlesprincipes duparagraphe5.2.3.
Qcolelu=AP m in [ ccfc*/l,5; (Rb/b+R/s)/Ap] (45) Il convient de prendre encompte les variations si­
gnificatives de ces caractéristiques équivalentes en
 cc=0,8pour lesinclusionsnonarmées, 1sinon fonctionde lapositionde lamaille, des différences de
•aveclesméthodespressiométriquesoupénétromé­ conditions géotechniques et descharges appliquées.
triques, onutiliserespectivement
qsolELU= kp Ple/ solELU+ q'o ou qsolELU= kc qce/ solELU+ q'o'

33
qsolELS= kp Ple/ solELS+ q' o ou qsolELS= kc qc/e solELS+ q' o' Vérificationencompression
Vis-à-vis ducritère de portance globale, les coeffi­
cients retenus pour l'applicationdesformules sont les Le comportement intrinsèque des inclusions rigi­
suivants : des est caractérisépar :

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
- lemoduled'YoungEYdumatériaudel'élémentrigide Essais de qualité àla charge de service ; essais de
pour des charges de longue et de courte durée d'ap­ portance à1,5fois lacharge de service avec paliers de
plication; fluage ; essais de contrôle renforcé ausens du DTU
- larésistance àlacompressionfc j dumatériaudel'élé­ 13.2. Lacharge de service est définie comme lacharge
ment rigide, contrôlée par écrasement d'éprouvet­ apportant lacontraintemaximaleàl'ELS. Lescolonnes
tesdanslecasd'inclusionsenbéton; testéespeuventfaire partie ounonde l'ouvrage.
- lanuance, laqualité et lalimite élastiquefsdumaté­ •Tauxdetravail àl'ELSet àl'ELU
riaudanslecasd'inclusions métalliques. Al'ELU, lacontraintemaximaledecompressionest
limitéeàlavaleur decalcul fcdetlacontraintemoyenne
de compressionsur laseule sectioncomprimée est li­
mitéeforfaitairement à7MPa.
Inclusionsenbéton, coulisoumortier A l'ELS, lacontrainte maximale de compressiondu
•Définitiondefcd béton est limitée à0,6fc*et la contrainte moyenne de
Encas de mise enœuvre de bétonoude coulis, la compressionsurlaseulesectioncomprimée decelui-ci
valeur caractéristique de calcul fcddumatériauest dé­ limitée àmin(0,3fc*; 0,45fc).
finie selonlaNorme d'applicationNationale de l'Euro- Commentaire : En cas d'inclusions rigides réalisées
code 7(NFP 94262Fondations profondes) oules ca­ en mortier (fc  15MPa) ou en béton de sol (Jet-
hiersdeschargesparticuliers : grouting, soil mixing..., f cjcalculée en fonction des
résultats obtenus àpartir des essais d'écrasement),
avec des dosages en ciment ou en liant inférieurs
aux normes concernant les bétons, la contrainte
avec : moyennesurlasectioncomprimées'obtientavecles
 cccoefficient qui dépenddelaprésence ounond'une coefficientsk1,k2,etk3etlimitéeàlavaleurde5MPa
armature(armé=1, nonarmé =0,8) ; ensituationELS; lacontrainte maximale enflexion
ccoefficient partiel dont lavaleur est 1,5àl'ELUfon­ composéeestlimitéeà10MPaensituationELU.
damental et 1,2àl'ELUaccidentel ;
fck* résistance caractéristique àlacompressiondubé­
tonducoulis oumortier d'une inclusiondéterminée à
partirde laformule suivante : Inclusionsmétalliques
Pour lesmatériauxmétalliques, lesnuanceset qua­
litésdumatériausont celles de laNFEN10025.
avec : Commentaire :Prendreencomptelesépaisseurssa­
fckrésistance caractéristique encompressiondubéton crificiellesduesàlacorrosion(cf. Fascicule62-TitreV
mesurée surcylindres à28jours; [MELT, 1993])
fck(t) résistancecaractéristique encompressiondubé­
tonmesurée surcylindres autempst;
et k2fonctionde laméthode de forage et de l'élan­
cement; Vérificationenflexioncomposée
k3fonctiondutype d'ouvrage encas de contrôle ren­ etencisaillement
forcé ou de procédures supplémentaires d'essais in-
situ;
Cm axtient compte de laconsistance qu'il est nécessaire
de donner aubéton, coulisoumortierfrais. Transmissiondeseffortshorizontaux
•Définitiondek3
Lavaleurdek3est définiedansletableausuivanten Il convient de dimensionner le matelas de réparti­
fonction dutype d'essai, dutype de fondations et du tionde manière àlimiter aumaximumlatransmission
nombre d'inclusions souscettefondation. des efforts horizontaux aux inclusions rigides (effort
horizontal, cisaillement...). L'intensité de ces efforts
doit être évaluée ainsi que les conséquences surlesin­
clusions rigides entermes de contraintes maximumet
minimumdanslematériaudesinclusions.
L'objectifducalcul estdevérifierquelescontraintes
TABLEAUIX Valeursducoefficientsk3. dans les inclusions rigides sont acceptables enconsi­
dérant àlafois :
vec eAvec - lasollicitationverticale;
Sans eAvec Avec eA
ssais ssais - l'effort horizontal qui s'applique entête d'inclusion;
essai ssais d e d e de - le déplacement dusol sous l'effort horizontal appli­
quépar lafondation.
Domaine1: On propose la méthode simplifié suivante devant
(inclusions 1,15 permettre de fournir unordre de grandeur des résul­
nécessaires 1,0 1,1 1,2 1,2 tatsattendus.
àlastabilité) •Méthode simplifiée

34
Domaine2:
(inclusions Lescontraintesdecisaillementauniveaudelasous-
non 1,0 1,3 1,4 1,5 1,5 face de lasemelle sont réparties enfonctiondufrotte­
nécessaires ment sous lasemelle donc auproratade larépartition
àlastabilité) descontraintesverticales encompression:

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
- respectivement i et tirdans la colonne fictive sur­ rigide, pour un maillage moyen), et la répartition
montant l'inclusion rigide à travers le matelas d'une deseffortsdecompressionentrelesol etl'inclusion
part ; rigide,
- et set shors emprisede cettecolonnefictive d'autre •étapen° 2:faireuncalcul 3Denremplaçantlesol
part. renforcé parl'inclusionrigide par ce sol homogène
Elles ne s'appliquent donc que sur les sols ousur équivalent enappliquant letorseurtotal (Q, H, M),
lescolonnesfictivestravaillantencompression, enpar­ • étape n° 3: endéduire larotationet letassement
ticulier en cas de moments de renversement s'appli­ maximumde la semelle, ainsi que lagéométrie de
quant surlasemelle. la surface de sol entièrement comprimée sous la
Dans le cas d'une semelle soumise àuntorseur (Q, semelle afin de repérer les inclusions rigides en
M, H), chaque colonne sollicitée encompressionàune compression, et les contraintes de compression et
valeur Qi reprend donc en tête de colonne fictive un cisaillement audroit delamaillelaplusdéfavorable
effort tranchant hitel que : (de surface Sm ) auniveaude labasedumatelas,
hi=HQ/Q (49) •étapen° 4:surcettemaille, onrépartitl'effortver­
tical (Sm* contrainte moyenne encompression) se­
hs=HQSem /QavecQ=Qsem+ Qi, lonle schémadel'étape 1, et ondéfinit Qi'
avecH=hs+ hi (50) • étape n° 5: onrépartit l'effort horizontal aupro­
ratades compressions.
Remarque : Ces méthodes aux éléments finis per­
mettent enparticulier deprendre encomptelesdif­
fusions d'efforts tranchant à travers le matelas de
répartition.
Commentaire : Elles doivent êtreprécédées obliga­
toirementpar unprédimensionnementanalytique.

Vérificationsenflexioncomposéeet encisaillement
On vérifiera alors pour chaque inclusion en com­
pressionl'effort tranchant Vi et l'excentrement des ef­
forts Mi/Qide manière àdéterminer lanécessité éven­
FIG.12 Schémaderépartition. tuelle de ferraillage (pour le cas des inclusions béton)
enfonctiondeViet de Mi/Qi.
• Flexioncomposée
En fonction de l'épaisseur du matelas de réparti­ Les contraintes normales extrêmes dans les inclu­
tion, lescontrainteshorizontalesdanslacolonnefictive sions rigides sollicitées en flexion composée (effort
diminuent aveclaprofondeur. axial Netmoment deflexionM) sontalorsdonnéespar
En première approche, on peut négliger cette di­ laformule suivante :
minutionet calculer l'effort tranchant hi et le moment
fléchissant Miinduit danslapartierigide del'inclusion
rigide selonlemodèle élasto-plastiqueauxmodules de où, encasde surfaceentièrement comprimée,
réaction:
hi= iA oùApest lasurfacedel'inclusionrigide (51)
Mi=0,32lohioùloest lalongueur detransfert (52)
et dimensionner le ferraillage éventuel enfonctionde • Cisaillement àl'ELU
Mi/Qiet dehr Les contraintes de cisaillement dans les inclusions
Commentaire : A noter que cette méthode simpli- rigides sollicitées en effort tranchant sont alors don­
ñée est sécuritaire car elle neprendpas en compte nées par les formules suivantes enfonctionde l'effort
de diffusion des contraintes àtraversle matelas de tranchant maximumVi.
répartition et nepermet donc dedonner qu'une va­ •Enabsenced'armaturesetpour unesection entiè­
leurmaximaledeseffortshorizontauxquipeuventse rement comprimée
transmettreauxinclusions. Pour les inclusions non armées, on doit vérifier à
• Méthodes auxélémentsfinis l'ELU la contrainte de cisaillement conformément à
Pour obtenir cesefforts demanière plusprécise, on l'Eurocode 2section12, ramenée audiamètre selonles
peututiliseruneapprochepluscomplexeauxéléments équations suivantes :
finis (ouauxdifférencesfinies...), oùl'onpourra:
- soit réaliser unmodèle complet en3Dmodélisant les
inclusions rigides, lematelas derépartition, lasemelle
de fondation et leurs interfaces en appliquant le tor­
seurtotal (Q, H, M) ; Scol=sectioncomprimée delacolonne
- soitpar unmodèleplussimple;

35
• étape n° 1: on calcule avec unmodèle axisymé-
trique les caractéristiques équivalentes dusol ren­
forcé autour d'une inclusion rigide représentative fcd=résistance de calcul encompression
(cylindre concentrique de sol autour de l'inclusion et enposant fck=fc*onobtient :

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
d=min(0,8fc*/l,5; 0,8f/1,5)
fc (61) tassement et larésistance ultime àla compressiondu
fcvd=résistancedecalcul encisaillement comprimée matériau de cette couche et sa résistance aucisaille­
si  cp<  clin fcvd= (fctd2+  cpfctd) 0'5 (62) ment.
sinon:fcvd=(f ctd2+ cpfctd- [( cp- clim
)/
2
]2
)0
,5 (63) Ses caractéristiques géo-mécaniques, par exemple
Conformément à l'Annexe nationale de l'Euroco- le module EV2, et l'épaisseur de ce matelas, sont fonc­
de 2et àlaNorme d'applicationnationale àl'Euroco­ tion de l'étude de dimensionnement du système de
de 7(NFP94-262), aucuncisaillement n'est admissible fondation. Elles dépendent des caractéristiques dusol
quandlediamètre estinférieurà400mm. enplace, dudiamètre, del'espacement et delaprofon­
Conformément àlanorme d'applicationnationaleà deurdescolonnes, dutypeet del'intensitédescharges
l'Eurocode7(NFP94-262), lorsqueNeddépasseàl'ELU et de larigidité de lastructureprojetée.
0,3fc*Ap,onadmet deprendre commevaleur defcvd: Généralementcettecouchederépartitionestconsti­
fcvd= 0,1 [(fctd2+ cpfctd- [( cp- clim)/2]2)0,5] (64) tuéed'aumoins 40cmdematériaux:
Ontrouvera enannexe Eles valeurs tabulées cor­ - deremblai granulaire engrave naturelle;
respondantes en fonction de la résistance à la com­ • par exemple de classe Dl, D2 ouD3 ouRsuivant
pressiondumatériau. LCPC/SETRA(200aetb) (ouNFP11-300),
•Enprésence d'armatures • compactée à 95 %de l'OptimumProctot Modifié
À l'ELU, on doit vérifier que Vi < VRdS et que (OPM),
Vi<VRd,max • ce qui lui conférera un module de déformation
(équivalent àunmodule EV2) de l'ordre de 50MPa,
Lesarmaturesàmettreenplacesont calculéesdela unrapport EV2/EV1 <2,1et unangle de frottement
façonsuivante : de 40° pour les matériauxconcassées et 38° pour les
matériauxroulées;
- de solstraitésauliantdont lescaractéristiquesusuel­
les de cohésionet d'angle de frottement àprendre en
où st est l'espacement des spires, a l'inclinaison des comptepour lescalculssont c' =50kPaet  ' =25°.
cerces, fwdestlarésistancedel'acier (=f/s), etoùcot Concernantlecomportement del'inclusion, entête,
peutvarier entre 1et 2,5. celle-ci émerge dusol médiocre et poinçonne le ma­
Commentaire : Onimpose, dansle cadre de cesre­ telas de répartition. A ce niveau, le comportement de
commandations, quea=90°et  =45°. laface supérieure est assimilable àcelui d'une plaque
L'efforttranchantELUmaxi reprisparlebétonest cal­ d'ancrage noyée à la profondeur Hm at (épaisseur du
culédelafaçonsuivantepar laformule suivante : matelas) et sollicitée entractionvers le haut par une
charge Qi(0) (égale àlacharge entête de l'inclusion).
ax= cw'(bwz/1.4)v1fCd(cot +cot)/(l+cot2) (66)
VRd.m Cetteloi decomportement entêtedel'inclusiondé­
penddesparamètres suivants :
oùzest lebrasdelevier (z=7( -e)/8) ; - caractéristiques de déformationdumatelas (module
bw= ; cw =1. d'Younget coefficient de Poisson) ;
- paramètresintrinsèquesdumatériau(cohésionetan­
gle defrottement) ;
Matelasderépartition - état de confinement dumatériau.
On prendra des dispositions constructives néces­
Letransfert des charges depuisle massif defonda­ saires pour que le matelas de répartition ne soit pas
tionsefait par l'intermédiaire d'unmatelas de réparti­ contaminé par le sol support (géotextile, couche anti-
tion. Ce matelas est obligatoirement interposé entre la contaminante...).
fondationet latête desinclusions.
Cematelaspermetégalementdelimiterpareffet de
diffusionlatransmissionauxinclusionsdes effortsho­ Modulededéformation
rizontauxet de cisaillement.
La couche de répartition de hauteur Hm at doit être Lemodule dumatelaspeut être calculépar corréla­
mise enœuvre enfonctiondes critères de type cccou­ tiondes essais àlaplaque, des essais CBRouéquiva­
che de forme » ou« routiers » (LCPC/SETRA2000aet lent, oupar corrélationd'essais insitu(essais pressio­
b), qu'ellesoitconstituéedematériauxfrottants(graves métriques ouessaispénétrométriques).
naturelles) et/ourenforcée de liants (ciments, chaux, - l'essai pressiométrique est àréserver pour desépais­
etc.). seurs supérieures à1m, lemodule de déformationEyst
Elle est caractérisée par des essais in situ de type est alorsassimiléàEM / /l,5pourv =0,33;
ccroutiers » oudetype cccouche deforme » (essaisàla - l'essai pénétrométriqueestàréserverpourdesépais­
plaque...), oupar des essais géotechniques plus clas­ seurssupérieuresà0,8m;pourlesmatériauxgranulai­
siques (type essais pressiométriques oupénétrométri- resonutilisealorslacorrélationdutype Ey 6qc;
ques), oupar des essais de laboratoire (indice CBRou - les autres essais (plaque, CBR, IPI) doivent être pri­
IPI, mesuresdelacohésion, del'angle defrottement et vilégiés pour les autres cas ; dans le cas de l'essai de
delateneureneau, etc.). plaque on considère Ey= EV2 (remblai granulaire en
Ces essais ont pour but depouvoir vérifier lacom­ grave naturelle).
pacité enplace des matériaux et de déterminer saloi

36
decomportementparl'estimationsesdifférentsmodu­
lesde déformations usuels(module pressiométrique si
possible, module d'Young Eoumodule œdométrique
Eoed) et de cisaillement (c', ') et de pouvoir calculer le

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N“ 138-139
1eret2etrimestres2012
qm
atELS=min(3MPa;q els) àl'ELS (67)
Vérificationdumatelas atELU=min(5MPa; qELU)àl'ELU
qm (68)
Le mécanisme de rupture s'apparente à un poin­
çonnement de latête danslematelas.
Pour les matériaux traités auxliants hydrauliques,
lemécanismederuinepeutêtreliéàl'apparitiondefis­
sure(rupturepar cisaillement ourupture entraction).

Calcul delarésistancelimite encompression


On peut calculer la contrainte maximale mobilisa­ et oùonappliqueles coefficients de sécurité suivants :
ble dans le matelas auniveaude latête de l'inclusion
àpartir desparamètres derupturedumatériau:cohé­ sol=3àl'ELSet 2àl'ELU;
sionc' et del'angle defrottement ' selonleschémade  =1,1àl'ELSet àl'ELU.
rupturedePrandtl surl'épaisseurdumatelas(Frossard Exemple d'application : pour 40°, N (40) = 64,2 ;
et al., 2002, Berthelot et al., 2006, 2007et 2011). Nc(40) =75,4
Le schémadegauchedelafigure21représenteune Nq(40/l,l) =Nq(36) =37,8; Nc(40/l,l) =Nc(36) =50,6
répartition de contrainte en sous-face duradier et le soituncoefficient desécuritéde64,2/37,8=1,70surN
schéma de droite représente la répartition simplifiée c=1,25àl'ELSet àl'ELU
des contraintes q1et q2ensous-facedumatelas.
soit uncoefficient de sécuritéde 1,25*75,4/50,5=1,80.
Commentaire : Onpourrait donc simplifier l'appro­
cheenretenant uncoefficient desécuritém at= 1,75.
•Influence de lahauteur dumatelas
Onseréfère auProjet national ASIRI (chapitre4).
• Influence deladimensiondudéborddumatelas
Onseréfère auProjet national ASIRI (chapitre4).
• Influence deladistance entreleborddelasemelle et
lenuextérieur del'inclusion
Onseréfère auProjet national ASIRI (chapitre4).
FIG.13 Distributiondescontraintes.
Dispositionsconstructives
Le schéma de rupture du matelas de répartition Lesdispositionsdesrèglementsenvigueuretcelles
au-dessus de latête des inclusions peut être assimilé duchapitre 5.1.2s'appliquent et sont complétées dans
aumécanisme de Prandtl associant une zone enéqui­ leschapitres suivants.
libre de poussée de Rankine (I) au-dessus de latête de
l'inclusion, unezone délimitéeparunarcde spirale lo­
garithmique (II) et une zone en équilibre de butée de
Rankine àl'extérieur delatête d'inclusion(III). Distanceentreinclusions
Ladistance minimale àrespecter entre les axesdes
inclusions est de trois fois leur diamètre. Il appartien­
dra àl'entrepreneur de vérifier pendant la réalisation
destravauxque, lorsdel'exécutiondescolonnes, il n'y
apasderisque de détériorationdescolonnesvoisines,
et si nécessairel'ordre deleur exécutionseramodifié.

Colonnesdeconfinement
Dansle casgénéral, lemaillage des inclusionscou­
vrel'ensembledelasurfacedumassifdefondationetil
FIG.14 Schéma de rupture dans le matelas en n'yapaslieuapriori, deprévoirdescolonnesdeconfi­
spiralelogarithmique. nement àl'extérieur delasemelle.

La contrainte admissible dans le matelas en tête

37
d'inclusion qm at est alors déterminée à partir de la Couchederépartition
contrainte appliquée sur le sol support qext (limitée à Les inclusions rigides extérieures devront être im­
pl/sol) et des paramètres derupture dumatelas c' et  ' plantées sur uncercle de diamètre égal auplusà:
par larelationsuivante :  - (h+ 1)

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
1er Nos138-139
et2etrimestres2012
RecépageArasesbasses/plate-formedetravail/ Matériaudel'inclusion
matelasderépartition
Les fréquences de prélèvement des éprouvettes
On préconise de réaliser les colonnes depuis une sont de 1prélèvement pour 100m3de béton mis en
plate-forme de travail basse située auvoisinage de la place, avec un minimumde 1prélèvement tous les
basede lafondation. 3jours et de 1prélèvement par éolienne, celaàraison
L'arase des inclusions rigides auniveau de la pla­ de6éprouvettes par prélèvement.
te-forme est lameilleure façonde s'assurer des carac­
téristiques homogènes dumatelas et d'unniveaupré­
cis d'arase béton permettant de limiter les variations
d'épaisseur dumatelasentrelestêtesd'inclusions etla Continuitédel'inclusion
sous-face duradier. Onvérifieralacontinuitédesinclusionsréalisées
- soit àraisonde 1inclusionsur8:
4.6.4.1 •par essai d'impédance,
Arasedesinclusionsauniveaudelaplate-forme • oupar essai deréflexion;
detravail - soit surtouteslesinclusionspar enregistrements des
paramètres deforages et debétonnage.
Le recompactage de laplate-forme detravail après
lamise enplace des inclusions ne peut alors être réa­
liséqu'aprèslamiseenplaced'aumoins25cmde ma­
tériaux de type couche de forme afind'éviter de com­ Matelasderépartition
pacter directement surlestêtesd'inclusionsrigides.

Arasedesinclusionsauniveaudelabase Épaisseur
delaplate-formedetravail
Onvérifie l'épaisseur dumatelas par comparaison
Cesarasesdoivent êtreréaliséesavecunetolérance de relevéstopographiques àraisonde 3points par éo­
maximumde+/-5cmpour éviterlesvariationslocales lienne.
inacceptables d'épaisseur du matelas de répartition.
Il appartient àl'entrepreneur de mettre enœuvre les
moyensnécessairespour garantircestolérances.
On recommande en général la réalisation de ces Qualité
arasesàlasuitedel'atelier deforage lorsquelescolon­ On recommande les essais de type « couche de
nes sont encore « fraîches » àl'aide d'une mini-pelle. forme », essaisdeplaque, CBRouIPI, avec éventuelle­
Les têtes de colonnes sont excavéesjusqu'ensous-fa- ment desmesures de  ', et degranulométrie.
ce de plate-forme ; le mélange foisonné de matériau
constitutifdelaplate-formeetdemortierdelacolonne Commentaire : En casd'épaisseur deremblai supé­
est ensuiteremisenplacedanslecorps.deplate-forme rieure à80cm, onpeut utiliserlepressiomètre oule
puisrecompacté. pénétromètrestatique.
Le recompactage de laplate-forme detravail après Les densités de ces différents types d'essais peu­
lamise enplace des inclusionsne peut être réalisé di­ vent êtrelessuivantes :
rectement àceniveauquedanslamesureoùlesarases - essais de portance (plaque, qc, plouCBR, auchoix) :
sont réalisée àplusde 25cmsousleniveaudelaplate­ unminimumde3parmassif et3par chantier;
forme. - essaisd'identification(granulométrie) et decaractéri­
Danslecasdematelasderépartitiontraitésenplace sation(c',  ') :unminimumde 1parchantier.
au-dessus de latête des inclusions, l'entrepreneur de­ Commentaire :Encasdegravesnaturellesdebonne
vrajustifierunecoted'araseprécisecompatibleavecla qualité et comme caractérisées ci-avant onpeut ne
tolérancedeprofondeur desmachinesdetraitement. paseffectuerlesessaisdecaractérisation.
Les terrassements dans l'encombrement des inclu­
sionsrigidesnonarméessontinterdits :ceseraitlecas
parexempled'uneplate-formedetravail desinclusions
rigides plushautequelasous-face delasemelle. Plate-formedetravail/dispositionsconstructives
Pendant et après les travaux de renforcement de
sol, il convient de prendre des précautions pour évi­
Vérificationset contrôle ter le cisaillement des inclusions (quandelles sont non
armées).
Lesdispositionsdesrèglementsenvigueuretcelles Les risques de cisaillement de lapartie supérieure
duchapitre 5.1.2s'appliquent et sont complétées dans de l'inclusion rigide peuvent en effet apparaître dans
leschapitressuivants. lescassuivants :

38
- circulation d'engins lourds de chantier directement
surlestêtes d'inclusionsrigides ;
- reprise de laplate-forme de travail après lestravaux
derenforcement de sol par despurges desmatériaux.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
cf. fascicule 62-Titre V [MELT, 1993]) dans le domaine
de déformationcomprisedumassif entre 10-2et 10-3.
Fondationssurpieux •Allongement
Pour le calcul de l'allongement, onne retient com­
me produit ESdupieuque celui des acierstant que la
contraintemoyennedetractiondubétonsurlasection
Description tenduedupieuestsupérieureàfcl/s.(engénéral valeur
Unmassif de fondationd'éolienne agénéralement proche de 1,5MPa).
une forme polygonale assimilable à un massif circu­
laire de même surface et de diamètre  . Sa base est
généralement horizontale et se situe àuneprofondeur Effortshorizontaux
hduniveaudelaplate-forme. Il s'appuiesurnpieuxde
diamètre de profondeur h+L, situés sur uncercle Les calculs vis-à-vis des efforts horizontaux sont
de diamètre  2. menés conformément auxrègles envigueur (annexeE
Le massif defondationest considéré comme infini­ duFascicule 62-TitreV [MELT, 1993]) dans le domaine
ment rigide. de déformationcomprise dumassif entre10-2et 10-3.
Commentaire : Lorsque le massifn'estpas coulé en
pleine fouille, labutée dusol sur lemassifest négli­
gée et leseffortshorizontauxsouslasous-face dela
semelle sont égaux àceux appliqués en tête de se­
melle. Néanmoins, danslecasoùlemassifest coulé
enpleine fouille et sous réserve de lacompatibilité
des déformationsbaséessur laraideur enbutée de
lasemelled'unepartetsurlaraideurhorizontaledes
FIG. 15 Schémad'unesemelleavecpieux. pieux d'autrepart, onpourra faireparticiper labu­
tée de lasemellejusqu'à une valeur validée par le
géotechnicien, qu'onlimiteracependantà30%dela
valeurmaximaledelapousséepassive.
Donnéesgéotechniques
Onseréféreraauparagraphe4.6.
Rotationdel'ensemble
La rotation sera calculée en fonction de la valeur
Justifications dumoment, desraideursverticales et horizontales des
pieux.
Il ne faut pas oublier de prendre encompte l'inter­
actionhorizontale sol-pieuxet les effets de groupe en­
Portance trepieux.
Les calculs de portance sont menés conformément
aux règles en vigueur. Il n'est pas admis de traction
dans les fondations profondes sous ELSquasi perma­ Quandlespieuxsont encastrés
nent (obtenuàpartir principalement ducas de charge
DLCQP), àcausedeseffets cycliques. Eneffet, si lespieuxsont encastrés, larotationde l'en­
semble induit des moments Mi en tête de pieux en
fonction:
- deleurrigidité EI ;
Casparticulier desmicropieux EIe
n
tiè
rm
c
o
p
rim
é
entièrementcomprimé>EIpa
rtie
lm
n
c
o
p
rim
épartiellementcomprimé>EIe
n
tiè
rm
te
n
d
uentièrementtendu
Les calculs de portance et de résistance de maté­ - enfonction de laraideur dusol (c.-à-d. enfonction
riauxseront conformes auxrèglementsenvigueur. deKs,  ) ;
Unessai de chargement est obligatoire àraisonde - et donc de lavaleur de lalongueur detransfert l0se­
1par 50micropieuxavec unminimumde 1par chan­ lonlaméthode auxmodules deréaction).
tier :il seraexécuté conformément auxrèglements en Cela réduit latraction compression appliquée aux
vigueur. pieux.
Il n'est pas admis de traction dans les micropieux Si onsuppose que lespieuxont lamême inertie, et
sous ELS quasi permanent (obtenu à partir principa­ parconséquentlesmêmesraideursentête, àsavoirKpv
lement ducas de charge DLCQPàcause des effets cy­ etKph(MN/m) respectivementenvertical etenhorizon­
cliques). tal, onpeut mener lescalculssuivants :
J=n 22/8 (73)
J/v=J/( 2 /2) =n 2/4 (74)
Qmax=M'/(J/v) =4M'/n/ 2 (75)

39
Tassementsetallongements avec M' =M - n.M. (76)
•Tassement ymax=Qm ax/Kpv=4M'/n/cE)2/K (77)
Les calculs de tassement sont menés conformé­  =2ym ax/2=8M' n/ 2 /Kp/ 2 (78)
ment àlaméthode des courbes t-z (Frank/Zhao 1982, M'/ = 2Kpv 2.n/8 (79)

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
rt2etrimestres2012
e
1
Mi= Kph1l03/4=[8M' n/ 2 /Kpv/ 2]Kph 1
l03/4 (80)
Mi=[8(Mxy- nMi)/n/ 2 /Kpv 2]Kph 1.l03/4 (81) Vérificationet et contrôle
Enposant c=2/n/ 2
/Kpv/ 2Kph 1lo3 (82)
Mi=Mxyc/(l +nc) (83) Les dispositions des règlements en vigueur s'ap­
pliquent et sont complétées dans les paragraphes sui­
M' =Myx -nMi=Mx y [1- nc/(l +nc)] (84) vants.
Enposant d=1- nc/(l +nc)- M' =Md (85)
K =Mx/y =M'/y'/d= 2Kpv 2n/8/d (86)
 K = 2Kpv 2n/8quandcesttrèsgrand (87) Bétondespieux
 Qmax=4Mx/n/ 2/d (88)
Les fréquences de prélèvement des éprouvettes
sont de 1prélèvement pour 100m3de béton mis en
place, avec un minimum de 1prélèvement tous les
Quandlespieuxnesontpasencastrés 3jours et de 1prélèvement par éolienne, celaàraison
Danscecas de6éprouvettesparprélèvement.
d=1 Les caractéristiques dubétondevront être confor­
M. =0 mes àlanorme NFEN206et les normes d'exécutions
Qmax=4Mxy/n 2 (89) de pieux.

Chargemaximalesurlespieux Armaturesduradier
Sous une charge centrée Q, la charge par pieu Le radier seradimensionnépourreprendre :
vaut : - lesmoments d'encastrementsMisi lespieuxsont en­
Qp=Fz/n castrés;
On sera toujours entièrement comprimé si Qp> - les moments et efforts tranchants générés par la
Qm ax,soit si onvérifie queMxy/Fz<nd 2/4. transmissiondeseffortsdecompressionoudetraction
La prise en compte de la réaction horizontale du éventuelle danslespieux;
sol surlespieuxquandilssont encastrés : - enfonction de laraideur respective de chaque pieu
- augmenteK ; qui devra êtrejustifiée par l'entrepreneur (enparticu­
- diminuelatractioncompression; lier encasdeterrainhétérogène).
- mais augmente lesmomentsentêtedepieux.

Continuitédespieux
Conclusionpour ledimensionnement despieux Onvérifieralacontinuitédespieuxréalisésàraison
A l'ELU, le dimensionnement géotechnique des de 1pieusur8:
pieuxentractionpour Qp- Qm axseracalculésanspren­ - soit par essai d'impédance;
dre encompte cetteréactionhorizontale. - soit paressai deréflexion;
Enrevanche, pour leferraillage dupieuenflexion et surtous les pieuxpar enregistrements des paramè­
composée, etpourleferraillagedelasemelle, onpren­ tres deforages et de bétonnage.
draencomptel'effet delaréactionhorizontale et donc
lavaleur desMi.
5 .6
Fondationsmixtesou«composites»
Dispositionsconstructives Lemassif defondations'appuieàlafois surlesol et
Lesdispositionsdesrèglementsenvigueuret celles surnpieuxde diamètre 1 deprofondeur h+L, situés
duchapitre 5.1.2s'appliquent et sont complétées dans sur unouplusieurs cercles de diamètre  2, (sans ma­
leschapitres suivants. telas de répartitionentre latête des pieux et le massif
Armature despieuxenbéton contrairement àlasolution« fondations surinclusions
Dans le cas de pieux en béton, ces pieux sont ar­ rigides »).
més : Le massif defondationest considéré comme infini­
- longitudinalement sur la hauteur nécessaire au ment rigide.
calcul ; Cespieuxpeuventêtreounonreliésàlastructureet
- toutehauteurencasdetraction-flexion; ainsi reprendre ounondes efforts de traction. Quand
- et transversalement conformément aux règlements ils sont reliés à la structure, il s'agit de « fondations
envigueur. mixtes» ausensd'O. Combarieu. Quandilsnesontpas
reliés àla structure, onles qualifiera sous le terme de

40
« fondations composites ».
Ils doivent ainsi être calculés sous compression,
flexion composée et cisaillement, voire sous traction
quandilssont reliés àlastructure.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Ce type de solutionfaisant participer le sol àlare­
Principesdefonctionnement prise des efforts et des déformations, des études de
sensibilité sur les paramètres de sol sont également
Lafondationmixte ou« composite » peut être envi­ nécessaires systématiquement.
sagée de deuxfaçons différentes : Commentaire : Une étude du comportement de
- comme unefondationclassique surpieux, laprise en l'ouvrageestindispensablepour cetypedesolution.
comptedelaprésencedelasemellepermettantuneré­ Elle doit obligatoirement prendre en compte les ef­
ductiondudimensionnement des pieux, auprixd'une fortsverticaux,leseffortshorizontauxetlesmoments
légère augmentationdutassement d'ensemble; derenversement enprolongement desméthodesde
- comme unefondationdirecte sur le sol àlaquelle on dimensionnementprenantencomptelechargement
adjoint lespieuxpour limiter letassement. vertical centré (Combarieu, 1988) et celles prenant
encompteleseffortshorizontaux(Borel, 2005).
Ces recommandations concernent ces deux types
defondations mixtes ou« composites » ; lenombre de
pieux est quelconque, mais elles supposent que lase­
melle est infinimentrigide. Donnéesgéotechniques
Une telle conceptiondefondationn'ad'intérêt que
si le sol permet une mobilisationsubstantielle d'effort Pourjustifier laportance et pour calculer lestasse­
sous lasemelle. Deux conditions aumoins enlimitent mentsetlarotationdecetypedefondation, onrappelle
lapertinence : que lesdonnées géotechniquesdoivent combiner :
- pieuxreposant enpointe sur des solstrès résistants, - lesexigences duchapitre 5.1.2surles embases poids
et semelle de répartition reposant sur des sols très d'une part ;
compressibles; - les exigences propres auxcalculs de laportance des
- tassement des sols superficiels supportant lasemelle pieuxd'autrepart, àsavoiruneconnaissancedusol sur
sous des actions extérieures telles que remblai, stoc­ unehauteur égale àL+max(5m; 7 1).
kage, pompage... Les études géotechniques successives doivent per­
La prise en compte de la mobilisation combinée mettre de donner une coupe type, avec par couche
despieuxetdusol souslasemellepeut ainsi permettre sensiblement homogène, l'ensemble des paramètres
d'optimiser le dimensionnement global du massif de de sol listésau§4.6.1et 4.6.2.
fondation (réduction du dimensionnement des pieux Le géotechniciendoit aussi donnerLavaleurdeple*
oude latailledumassif defondation). et de qcesouslasemelle, lesraideursKvKx,Ky'Kzet
dusol àCTet àLTsous cette semelle et lesvaleurs de
Gàprendreencompte pourlecalcul entrèspetite dé­
formation(10-3à10-5)doivent êtreaussi données dans
Description lecadre d'une étudegéotechnique.
Les dénominations « fondationmixte » ouccfonda­
tions composites » s'appliquent àl'ensemble ccsemelle
et pieux » conçuet calculé entenant compte des pos­ Justificationdespieux
sibilités réelles de mobilisation simultanée des efforts
dans le sol, par les pieux et la semelle (Combarieu,
1988; Borel, 2005).
Ces deuxprincipes s'inscrivent encontinuité entre Calcul desdéformations
lasolutionccembase poids §5.2», lasolutionccembase etdelarépartitiondescharges
poids sur inclusionrigides §5.4», et lasolutionccfon­ Le calcul des déformations et de la répartition de
dationsprofondes §5.5». Elles se différencient fonda­ charge est indispensable audimensionnement d'une
mentalement de lasolutionccembase poids sur inclu­ fondationmixte oud'une « fondationcomposite ».
sionsrigides» parl'absencedematelas, maisfonction­ Ce calcul est basésurlesexpressions qui relient les
nentdelamêmefaçonparlamobilisationcombinéedu efforts unitaires aux déformations pour les différents
sol souslasemelle et despieux. éléments de lafondation. Il consiste, pour une charge
Onpeutainsi réussiràmobiliseràlafoislespieuxet appliquéeàlafondation, àdéterminerleseffortsrepris
le sol souslasemelle, dans lamesure oùleurs courbes respectivement par lasemelle, la surface latérale et la
de chargement respectives et tenant compte de l'inte­ pointe despieuxet àcalculerletassement entête dela
ractionmutuelle sont compatibles. fondation. Onpeut ainsi tracer lacourbe charge-tasse­
Pour dimensionner untel système, il est indispen­ ment pour celle-ci, etvérifier pourtout lescasdechar­
sabledefaire systématiquement uncalcul endéforma­ ge (ELSet ELU), le niveaude mobilisationde chacune
tion(typeélémentsfinisoucalcul itératif...) modélisant des composantes vis-à-vis des charges limites corres­
l'ensembledeséléments delafondation. Ce calcul doit pondantes, oudelachargeintrinsèque despieux.
être menépour l'ensemble des cas de charges, de ma­ La figure 16représente pour une valeur ws(0) de
nière àpouvoir combiner les réactions respectives du l'enfoncement de lasemelle, les tassements respectifs
sol et despieuxdanschacundescas. enfonctiondelaprofondeurz, dusol etdespieuxavec
Ce modèle doit exploiter deslois decomportement l'hypothèse de compressibilité ounonde ceux-ci.

41
évoluées des terrains et detoutes les interfaces et doit Surlapartiehautedespieux, souslasemelle, letas­
être capable de décrire le comportement du système sement relatif wr(z) est toujours très faible. Il convient
sur l'ensemble de laplage de fonctionnement jusqu'à donc de considérer que le frottement mobilisable t(z)
l'approchede larupture. peut éventuellement être négligé sur une longueur

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
- ondoit vérifier les critères de portance globale et de
portance locale décrits auxparagraphes suivants.
Commentaire :Lespieuxsituésdanslapartie fictive
du sol entièrement comprimée telle que dessinée
enannexeBtravaillent encompressionalors que le
reste despieuxtravaille entractions'ilssont reliés à
lastructure.

Critèredeportanceglobale
Le critère suivant de portance globale est vérifié
pourtouslescasde chargesELSet ELUavec :
qsolELS> q refELS Sref _ n QpieuELS)/(Sref_ n Ap)
qsolELU> q refELUSref - n QpieuELU)/(Sref - n Ap)
- la valeur limite de Qpieua considérer est definie en
référence auterme de pointe Rbet auterme defrotte­
ment Rs.
QpieuELS = min [ p 0,3 fc* ; (Rb/b
+ Rs/ s
QpieuELU= min [Ap accfc*/1,5 ; (Rb/b + Rs/s)]
avec les méthodes pressiométriques oupénétrométri-
ques, on utilise respectivement les équations suivan­
FIG.16 Tassementsol etélémentsdefondation. tes :
qsolELU= kp/  solELU+ q'oou qsolELU= kcqce/ solELU+ q'o
qsolELS= kpPle solELS+ q'oOUqsolELS= kcqce/ solELS+ q'o
avecsol,betsconforme auxreglements envigueur.
Rs= /2Pour lecalcul de laportance, onrecommande Commentaire :Actuellementlesvaleurssontlessui­
deneutralisercefrottement surRs/2. vantes.
LefrottementmobilisésousRs/2estcalculéenfonc­
tiondudéplacement relatif dupieuparrapport ausol. Coefficientsdesécuritéproposés.
Les calculs du tassement des pieux sont menés
conformément auxrègles envigueur selonlaméthode  1   sol
décritepar Combarieu(1988). ELSQP pieurefoulé 2,00 2,00 3,00
Pour le calcul de l'allongement des pieuxlorsqu'ils
sont reliés àlastructure, onne retient comme produit pieuforé 2,80 2,00 3,00
ESdupieuque celui des aciers tant que lacontrainte ELSRare pieurefoulé 1,57 1,57 3,00
moyennedetractiondubétonsurlasectiontendue du
pieuest supérieure àfct/s. pieuforé 2,20 1,57 3,00
Prendre en compte les raideurs croisées des deux ELU 1,40 1,40 2,00
composants (sol sous semelle et pieux) ainsi que l'in­
teractionhorizontale et le moment appliqué aumassif Compléments:Danslalimitedelavérificationdelacapacitépor­
nécessite des calculs aux éléments finis en3Doudes tanteglobaledusystèmeavecl'applicationdescoefficientsdesé­
calculsitératifs qui doivent mettre enexergue : curitéci-dessus,ilpeutapparaîtrelorsdescalculsdelarépartition
descontraintesentrelesol etlespieuxquedesvaleurslimitesde
- lefrottement mobilisélelongdufût despieux; certainsdesélémentsrésistants(solsouslasemelle, frottementde
- larotationdumassif; l'inclusionetpointedupieu) soientatteintessansêtredépassées
- lacontraintemobilisée surlesol souslasemelle; (coefficientpartieldesécuritéde1enfonctionnement).
- la charge appliquée en compression ouentraction
pour chacundespieux;
- les moments entête des pieux àreprendre dans le Commentaire : Ces valeurs seront à actualiser dès
radier lorsque lespieuxy sont encastrés; laparution de la Norme d'Application nationale à
- leseffortshorizontauxappliquésàchacundespieux. l'Eurocode 7NF94-262.
Cemodèle doit exploiter des lois de comportement
évoluées desterrains et detoutes les interfaces et doit
être capable de décrire le comportement dusystème 5.64.2.2
sur l'ensemble de laplage de fonctionnementjusqu'à Critèredeportancelocale
l'approche delarupture.
On doit vérifier àpartir des calculs itératifs de ré­
partition de charges tels qu'explicités précédemment
(§5.6.2) etpourtousles casde charges (ELSetELU) :
Vérificationdelaportancedusol renforcé - que le critère suivant de portance locale du sol est
Danstouslescasdecharges ELSet ELU: vérifié avec :

42 - on calcule Scomp, m
ax , m
inet qref = (3 m
ax + min)/4 qsolELS>  maxELS
conformement au§3.5.2enintégrant enplus lareac- qsolELU>  maxELU
tion (positive ounégative) de chaque pieuàpartir de où  m
axest la contrainte maximale reprise par le sol
calculsitératifs; souslasemelle.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
Aveclesméthodespressiométriquesoupénétrométri- Dans ce cadre, les pieux doivent impérativement
ques, onutiliserespectivementleséquationssuivantes: êtreréalisésdepuislefonddefouilleàpartird'unepla­
qsolELU= kpPle/ solELU+ q'oOU qsolELU= kcqcc/ solELU+ q'o
te-forme detravail (couched'assise) compatibleavecla
qsolELS= kpple/ solELS+ q'oou qsolELS= kcqce/ solELS+ q'o
circulationdesengins.
- que pour chaque pieu du système, les contraintes Cette couche d'assise est destinée ensuiteàservir de
calculées àpartir des calculs itératifs de répartitionde sol supportdefondation, pourassureruncontacthomo­
charges restent admissibles. gèneentrelasous-facedelasemelleetlesol, etainsiper­
mettreletransfertdeschargesdelasemelleverslesol.
QpieuELS=min[AP0'3fc*; (Rb /b+Rs/s)] La plate-forme de travail de hauteur Hm at doit être
QpieuELU= min [Ap acc fc
*/1,5 ; ( R b/b
+ Rs/ s mise enœuvre enfonctiondes critères de type « cou­
avecbetsconforme auxreglements envigueur pour
lespieux. chedeforme» ou« routiers» (LCPC/SETRA2000aetb),
Compléments :Danslalimite delavérification dela qu'ellesoitconstituéedematériauxfrottants(gravesna­
capacitéportantelocaledusystèmeavecl'application turelles) et/ourenforcéedeliants(ciments, chaux, etc.).
descoefficientsdesécuritéci-dessus, ilpeut apparaî­ Elle est caractérisée par des essais in situ de type
tre lors des calculs de larépartition des contraintes « routiers » oudetype cccouche deforme » (essais àla
entre le sol et les pieux que des valeurs limites de plaque...), oupar des essais géotechniques plus clas­
certainsdesélémentsrésistants( frottement etpoin­ siques (type essais pressiométriques oupénétrométri-
tedupieu) soientatteintessansêtredépassées(coef­ ques), oupar des essais de laboratoire (indice CBRou
ficientpartiel desécuritéde 1enfonctionnement). IPI, mesures delacohésion, del'angle defrottement et
de lateneureneau, etc.).
Ces essais ont pour but de pouvoir vérifier lacom­
5.6.4.3 pacitéenplacedesmatériauxetdedéterminerleursloi
Effortshorizontaux de comportement par l'estimation des différents mo­
dulesdedéformationsusuels(modulepressiométrique
Quand les pieux sont liaisonnés àla structure, les si possible, module d'Young Eoumodule oedométri-
effortshorizontauxappliqués par pieusont répartis au que M) et descaractéristiques de cisaillement (c',  ') et
proratadeleursraideurshorizontales. de pouvoir calculer letassement de cette couche et sa
Quandlespieuxnesontpasreliésàlastructure, les résistance aucisaillement.
efforts horizontauxHi sont répartis sur les seuls pieux Ses caractéristiques géomécaniques, par exemple
encompressionauprorata de leurs charges verticales le module EV2, et l'épaisseur de ce matelas, sontfonc­
NienvérifiantqueN*tg ' estsupérieuràlachargehori­ tion de l'étude de dimensionnement du système de
zontaleHicalculéeprécédemment, oùtg ' béton=0,8. fondation. Elles dépendent des caractéristiques dusol
Commentaire : Le fait denégliger lefrottement sol- enplace.
semelleconstitueunesécuritédecederniermodede Généralementcettecouchederépartitionestconsti­
fonctionnement. tuéed'aumoins 40cmdematériaux:
A défaut d'untel calcul endéformation, onpourra - de remblai granulaireengrave naturelle;
négliger la participation du sol et répartir les efforts • par exemple de classeDl, D2ouD3ouRsuivant
horizontauxsurlesseulspieux. GTR92(NFP11-300),
•compactée à95%de l'OPM,
• ce qui lui conférera un module de déformation
Priseencompte delabutée (équivalent àunmodule EV2) de l'ordre de 50MPa,
unrapport EV2/EV1<2,1etunangle defrottement
Engénéral, onneprendpasencomptelabutée du de40°pourlesmatériauxconcasséeset38°pourles
sol, ni lacohésiondusol. matériauxroulées.
Commentaire : Les effortshorizontauxsouslasous- - desolstraitésauliant dontlescaractéristiquesusuel­
face delasemelle sont donc égauxàceuxappliqués les de cohésionet d'angle de frottement àprendre en
entêtedesemelle. Néanmoins, danslecasoùlemas­ comptepourlescalculssont c' =50kPaet  ' =25°.
sifestcouléenpleinefouille, onpourrafaireparticiper Lacouche d'assise seramiseenœuvre selonlesrè­
labutée delasemellejusqu'à une valeur déterminée gles de l'art avec les contrôles usuels de réceptionap­
parlegéotechnicien, qu'onlimiteracependantà30% pliqués auxcouches deformes sousdallage.
delavaleurmaximaledelapousséepassive. Onréalise unbétonde propreté le plus vite possi­
ble, après réceptionpar le géotechnicien oule maître
d'œuvre. Cela nécessite obligatoirement aupréalable
laremise enétat de cette couche d'assise avant lecou­
Dispositionsconstructives lage de cebétondepropreté.
Lesdispositionsdesrèglementsenvigueuretcelles Il est très important d'éviter tout remaniement du
duchapitre 5.1.2s'appliquent et sont complétées dans fond de fouille et s'entourant des précautions superfi­
leschapitressuivants. ciellestraditionnelles (enparticulierpour lespieuxàla
boue...).
Afin de répartir le mieuxpossible laconcentration
des efforts enpériphérie de massif, undébord de ma­
telas est nécessaire sur une largeur correspondant au

43
Sol supportdefondation minimumà max (Hm at/2 ; 0,5 m) au-delà du bord du
Pour cette solution, il est impératif de prendre les massif et de la dernière rangée de pieux, correspon­
dispositions nécessaires pour protéger le fond de dant à la largeur minimale pour assurer uncompac­
fouilleencours detravaux. tage satisfaisant.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
On prendra des dispositions constructives néces­ Commentaire :En casd'épaisseur deremblai supé­
sairespourquecettecouched'assisenesoitpasconta­ rieureà80cm, onpeut utiliserlepressiomètre oule
minée par le sol support (géotextile, couche anti-con- pénétromètrestatique.
taminante...)· Les densités de ces différents types d'essais peu­
vent être lessuivantes :
- essaisde portance (plaque, qc, p, ouCBR, auchoix) ;
Armaturesdespieux •unminimumde3parmassif et 3par chantier,
- essaisd'identification(granulométrie) et/oude carac­
Dans le cas de pieux enbéton, ces pieux sont ar­ térisation(c',  ') ;
més : •unminimumde 1par chantier.
- longitudinalement surlahauteurnécessaireaucalcul Commentaire :encasdegravesnaturellesdebonne
avecunminimumde4m; qualité et comme caractérisées ci-avant onpeut ne
- toutehauteur encasdetraction-flexion; paseffectuerlesessaisdecaractérisation.
- et transversalement conformément aux règlements
envigueur pourlespieux.
Armaturesduradier
Pieuxentraction Leradier seradimensionné pour reprendre :
- lesmomentsd'encastrementsMi despieuxquandils
Il n'est pasadmisdetractiondanslespieuxenELS sont encastrés;
quasi permanent. - lepoinçonnement despieuxdanslemassif;
- les efforts verticaux (compression, traction), les mo­
5.6.6 mentseteffortstranchantsgénérésparlatransmission
des efforts de compression ou de traction éventuelle
Vérificationset contrôle danslespieux;
- enfonctiondelaraideurrespectivedechaquepieuet
Lesdispositionsdesrèglementsenvigueuretcelles dusol souslasemellequi devraêtrejustifiéparl'entre­
du§5.1.2s'appliquent et sontcomplétéesdanslescha­ preneur (enparticulierencasdeterrainhétérogène).
pitressuivants.

Bétondepieux
Portanceetaltérationdutoitdel'excavation
Les fréquences de prélèvement des éprouvettes
Onseréféreraau§5.1.3. sont de 1prélèvement pour 100m3de béton mis en
place dans les pieux, avec unminimumde 1prélève­
ment tous les3jours et de 1prélèvement par site, cela
àraisonde 6éprouvettes parprélèvement.
Couched'assise Les caractéristiques dubéton devront être confor­
mes à la NF EN 206 et les normes d'exécution des
pieux.
Épaisseur
Onvérifie l'épaisseur dumatelas par comparaison
de relevéstopographiques àraisonde3pointspar éo­ Continuité
lienne. Onvérifieralacontinuité despieuxréalisésàraison
de 1pieusur8:
- soit paressai d'impédance;
Qualité - soit paressai deréflexion;
- etsurtouslespieuxparenregistrementsdesparamè­
On recommande les essais de type « couche de tres de forages et de bétonnage (oud'injection) encas
forme », essais de plaque, CBR ouIPI, ainsi que des de pieux type tarière creuse, vissés moulés oumicro­
mesures de (', et degranulométrie. pieux.

44
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
AnnexeA(informative) situet enlaboratoire, mis enœuvrepour recueillir des
informations géologiques et géotechniquessurlessols
etlesroches d'unsite, telles que leurnature, leur com­
Lexique position, leurstructureetleurrépartitionspatiale, ainsi
A.l. Actiongéotechnique que leurs caractéristiques physiques et chimiques,
L'action géotechnique est définie comme l'action géomécaniques et hydrogéologiques. Une panoplie
transmiseàlastructureparleterrain, unremblai, une d'essais permettent l'investigation géotechnique (cf.
massed'eauoul'eausouterraine. les normes NF P94- Sols : reconnaissance et essais et
A.2. Chargeopérationnelle l'Eurocode 7NFEN1997-2).
La charge opérationnelle (norme NFEN61400-1) A.9. Maîtrised'œuvre
doitêtreégaleàlavaleurlaplusélevée: Lamissionde maîtrise d'œuvre (Loi n° 85-704) que
a) des charges aucours de la production normale le maître de l'ouvrage peut confier àune personne de
d'électricitéenmoyennantsurladuréedevie; droit privé ouàungroupement de personnes de droit
b) deschargesaucoursdel'arrêt d'urgencepourune privé doit permettre d'apporter une réponse architec­
vitessedevent choisiedesortequeleschargesavant turale, technique et économique auprogramme [...].
l'arrêtsoientégalesàcellesobtenuesaveca). Pourlaréalisationd'unouvrage, lamissiondemaîtrise
A.3. Maîtredel'ouvrage d'œuvre est distincte de celle d'entrepreneur.
Lemaîtredel'ouvrage(Loi n°85-704&normeNFP A.10. Contrôletechnique
94-500) estlapersonnemorale(ouphysique) [...] pour Cf. chapitre 2.1.2et 2.2.4.
laquellel'ouvrageestconstruit. Responsableprincipal A.ll. Divers
del'ouvrage, il remplit danscerôleunefonctiond'in­ Les ouvrages géotechniques (norme NFP 94-500)
térêtgénéral dontil nepeutsedémettre. sont des ouvrages ou parties d'ouvrage assurant le
A.4. Maîtred'œuvre transfert des interactions entre un ouvrage dans sa
SelonlaNFP94-500, lemaître d'œuvre est laper­ globalité et les terrains dans lequel il s'insère. Les
sonnephysiqueoumoralequi assurelaconceptionet/ ouvragesgéotechniquessontnotammentpourlesplus
ouladirectionetlecontrôledestravauxd'exécutionde courantset sans exhaustivité :
l'ouvragepourlecomptedumaîtred'ouvrage. - lesfondations (semelles, radiers, puits, pieux, barret­
A.5. Contrôleurtechnique tes, mursenterrés...) ;
Cf. chapitre2.1.2et2.2.4 - les soutènements par tout procédé (murs préfabri­
A.6. Géotechnicien qués, murs coulés enplace, bétonprojeté, inclusions,
Legéotechnicien(NFP94-500) estlapersonnephy­ clouage, terre armée...) ;
siqueoumoralequiréalisedesprestationsd'ingénierie - les ouvrages enterre (avec les matériaux dusite ou
géotechniqueet/oud'investigationsgéotechniques. extérieurs ausite) et lesaménagements deterrainspar
terrassement, havage, dragage (talutage, modification
A.7. Exploitant de pente, déblais, remblais, couches deforme, digues,
L'exploitant(PetitLarousseillustré, 1997) estlaper­ barrages...);
sonnequi metenvaleurunbienproductifderichesse. - les ouvrages souterrains, avec ousans dispositif de
A.8. Étudegéotechnique soutènement (puits, excavations, galeries, tunnels,
Lagéotechniqueconstitue(NFP94-500) l'ensemble chambresde stockage...) ;
desactivitésliéesauxapplicationsdelamécaniquedes - les ouvrages de drainage, d'épuisement et de pom­
sols, delamécaniquedesrocheset delagéologie de page.../...
l'ingénieur. Lagéotechniqueenglobe l'étudedespro­ Le rapport géotechnique (Fascicule 62, article A.2.2
priétésgéotechniquesdessolsetdel'interactionentre [MELT, 1993], normeNFP94-500) est établi àpartir des
lesterrains et les ouvrages environnants d'une part, essais effectués, de l'expérience locale desterrains ac­
l'ouvrageobjetdelaprestationdufaitdesaréalisation quise enparticulier lors de laréalisationde construc­
et/oudesonexploitationd'autrepart. tions antérieures et desdifférentstypes demission.
La géotechnique s'appuie principalement sur les Le sol (NFP 94-500) [...] est le terme générique
différentessciencesdelaterresuivantes: employé en géotechnique pour désigner tout terrain
- lagéologie; naturel ouartificiel, susceptible d'être mobilisé par la
- l'hydrogéologie; construction d'un ouvrage, englobant les sols ou les
- lamécaniquedessolsetdesroches; roches enplace ouenremblai. Il diffère tout àfait du
- larhéologiedesgéomatériaux; sens littéral usuel dans lequel le sol ne désigne que la
- lagéophysique; surface du terrain, le reste (sous-sol) étant constitué
- lagéodynamique; tout d'abord d'une couche superficielle plus oumoins
- lagéochimie. épaisse (sol ausensdel'agricultureoudelapédologie)
Les investigations géotechniques (NFP94-500) re­ résultant de l'altérationdes roches sous-jacentes, puis
groupent l'ensemble desrechercheset reconnaissan­ de l'ensemble des constituants minéraux de l'écorce
ces effectuées par l'utilisationdes matériels de fora­ terrestre qui sont desroches ausensgéologique.
ges(1), sondages(2), mesures et essaisgéotechniquesin
Forage(NFP94-500):réalisationd'uneexcavationlinéaireavecun
outiletunprocédéspécifiquesauxtechniquesdepercement.
(2)Sondage(NFP94-500}:explorationlocaleetméthodiqued'unter­

45
rainàpartird'uneexcavation,d'untroudeforage,delapénétration
d'unesondeoudel'utilisationdetechniquesphysiquesnonoupeu
destructives,pourendéterminerlanature,lastructureoueffectuer
desmesuresdepropriétésphysiquesouchimiques,mécaniquesou
hydrauliques.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret 2etrimestres2012
AnnexeB B.4. Définitiondelasurface comprimée Scom
delasurfacederéférenceSref
pet
Développementsurlecalcul deqref,définition
dela« lunule» etdeSref
B.l. Influencedu%desemelleentièrementcom­
primésurletauxdetravail maxi dusol
Pour letassem
lasurface ent d'éeuneet lsem
comprim ellesoummiseoyenne
acontrainte àunqui
efforts’yvertical
applique.Vexcentré, ilestnécessairededéterminer
Les formedeulesladezonesemcom
laLesform ellesprim
carrées ourectangulaires
éehachurée duener
dessin nesontpasapplicablesauxsemellescirculaires(voir
ci-dessous).
form ules ci-après
unecontraintemoyenne perm ettent deseram àune semellerectangulaireéquivalenteb' xl' soumiseà

FIG.B4

AnnexeC
FIG. B1 Courbes de dégradationde Genfonctionde la
distorsion; extraits PS92donnant les ordres de
grandeursdeVs
Pouruneéolienne soumiseautorseur(MELU; FzELU),
lasurfacederéférenceSrefestlazonehachuréedelafi­ C.l. Pourdesmatériauxargileux
gureci-dessus(lunule:limitéepardeuxarcsdecercles
symétriquespar rapport àunaxesituéàe=MELU/FzELU
ducentre del'éolienne).
B.2. Définitiondelazoneentièrementcomprimé
TABLEAUB2 Contraintesouslabased'unefondation
rectangulaireselonlemodèledeNavier

B.3. Coefficient réducteur iedûàl'excentricité


de la charge dans le cas d'une fondation sous
chargeverticaleexcentrée
Lorsquele diagramme des contraintes normales appliquées au terrain par une fondationest
déterminé conformément à E.3.6, le coefficient réducteur de la portance pour tenir compte de
l'excentricitédelachargedoit êtrecalculéàpartirdel'expressionsuivante:

expressiondanslaquelle:
V0 désignelavaleurdecalculdelacomposanteverticaledelarésultantedesactions;
A désignelasurfacetotaledelabasedetefondation:
désignelacontrainteverticalemaximalenormaleàlabasedelafondation;
désignelacontrainteverticaleminimal©normaleappliquéeausolparlafondation,
1
.C
IG
F

46
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
C.2. Pourdesmatériauxgranulaires
Tableau5.2.1delanormeNFP06013[règlesPS92].
Vitesse Vitesse
Pénétromètrè Pressiom ètre Résistanc e Densité Indice- desondes
statique SPT relative l ongitu
-Typedesol Nombre- cisaillemont dinales
decoups ModulePression Sous Hors
Résistance
(MPa) limite Com
s
pression
im ple (m /s) lanappé - nappe
(Mpa) (M P a) (m/s) (m/s)
Rochers
Rochers etscarin s
aies 100 5 10 800 2500
dures
Catégorie Sols 800
A granulaire 15 30 20 2 60 1800
compacts
Solsde Sols
bonneà cohérents
trèsbonne (angles 5 25 2 0,4 0,02 400 1800
résistance oumarnes
mécanique dures)
Rochers 400-
afférésou 50-100 2,5-5 1-10 300-800 2500
fracturés
Catégorie S nouls
lagr
irea
s-
moyenne- 5-15 10-20 6-20 1-2 40-60 150-400 1500-1800500-800
Solsde ment
résistance compacts
mécanique Sols
moyenne cohérents
moyen­ 1000-
nement 1,5-5 5-25 0,5-2 0,1-0,4 0,02-0,10 1800
consistants
etcraies
tendres
Solsgra­
nulaires 5 10 6 1 40 150 1500 500
Catégorie taches
C Sols
cohérents
Sols mous
defaible (argiles 1,5 2 5 0,5 0,1 0,10
résistance molles
mécanique ouvases)
etcraies
afférées

47
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
AnnexeD AnnexeE
Calcul de pleselonlaméthodede lasemellefic­ Valeurstabuléesdefcvd
tive
Pourl'utilisationdutableausuivant, onprendfck=fc*
TABLEAUD1 Calculdepleselonlaméthodedelasemelle
fictive.
Diamètre
éolienne
Prof,
sousbasevaleur p1toit delatranche p1
*(l+ )2
p 1 pli ple
1,00 0,50 0,00 0,00 0,50
2,50 1,00 1,75 0,11 1,23
4,00 0,80 3,25 0,20 1,16
5,50 2,00 4,75 0,30 3,36
7,00 0,25 6,25 0,39 0,48 0,48
8,50 1,00 7,75 0,48 2,20
10,00 1,20 9,25 0,58 2,99
11,50 2,00 10,75 0,67 5,59
13,00 2,20 12,25 0,77 6,86
14,50 0,20 13,75 0,86 0,69
16,00 1,00 15,25 0,95 3,81
17,50 1,00 16,75 1,05 4,19
19,00 1,20 18,25 1,14 5,50
20,50 0,20 19,75 1,23 1,00
22,00 1,00 21,25 1,33 5,42
23,50 1,00 22,75 1,42 5,87
25,00 1,00 24,25 1,52 6,33
26,50 1,00
28,00 1,00
29,50 1,00
Remarque : si onavaitmesuré unedeuxièmevaleur
de 0,25MPa à8,5mdeprofondeur, lavaleur depli cor­
respondanteserait égaleà0,55inférieure àlavaleur de
0,48calculéepourplde0,25MPamesuréeà7mde pro­
fondeur.
NB : Une troisième valeur de 0,25MPa à 10m de
profondeur correspondaussi àune valeur depli supé­
rieure (0,61MPa). L'épaisseur delacouche caractérisée
parpl=0,25MPan'aurait doncpasdeconséquencesur
lecalcul deple.Enrevanche, cetteépaisseurjoue unrôle
primordial danslecalcul dutassement. FIG. E1

48
REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
N05138-139
1eret2etrimestres2012
Bibliographie
Reconnaissancegéotechnique TechniquesLouisMénard- Règlesd'utili­ ISO4354:1997- Actions duvent surles
DTU11.1. - Sondage des solsdefonda­ sationdestechniquespressiométriques structures. Windactionsonstructures,
tion. Revuefrançaisedegéotechnique, et d'exploitationdesrésultatsobtenus 1997,52p.
décembre1968. pourlecalcul desfondations. Brochure NormeNFEN61400-1-Éoliennes-partie1:
XP P94-010- Sols : reconnaissance et D60,1965. exigencesdeconception.(Windturbines-
essais- Glossairegéotechnique- Défi­ NormeNFEN1997-1- Eurocode7,calcul Part1),2006,93p.
nitions- Notations- Symboles. (Soils: géotechnique,partieI:règlesgénérales. NormeNFEN1991-1-4/NA- Eurocode1:
investigationandtesting. Geotechnical (Eurocode 7: geotechnical design- Actionssurlesstructures- Partie1-4:
glossary - Definitions - Notations - Part1:General rules), 2005,145p. actionsgénérales- Actions duvent -
Symbols), 24p.,1996. NormeNFEN1997-1/NA- Eurocode7- Annexe nationale àlaNFEN1991-1-
Baguelin F. - Rapport dusous-comité Calcul géotechnique- Partie1:règles 4:2005- Actionsgénérales- Actionsdu
Symboles, Unités, Définitions. Comptes générales-AnnexenationaleàlaNFEN vent. (Eurocode 1:Actionsonstructu­
rendusduIXecongrèsinternational de 1997-1:2005. (Eurocode7- Geotechnical res- Part 1-4: General actions- Wind
Mécanique desSolset desTravauxde design- Part1:General rules- National actions - National annex to NF EN
Fondations,Tokyo, 1977,p. 153-170. annextoNFEN1997-1:2005),2006,10p. 1991-1-4:2005- General actions- Wind
Park, C.B.,Miller, R.D., Xia, J.- Multichan­ NormeNFEN1997-2- Eurocode7:calcul actions), 2008,42p.
nel analysisof surfacewaves: Geophy­ géotechnique- Partie2:reconnaissance NFEN1991-1-4- Eurocode1:actionssur
sics,v.64,n°3,1999,p.800-808. desterrainsetessais. (Eurocode7:Geo­ lesstructures- Partie1-4:actionsgéné­
LCPC-Paramètresdeforageengéotechni­ technical design- Part2:Groundinves­ rales- Actions duvent. (Eurocode 1:
que. Méthoded'essai ME79, 2010,54p. tigationandtesting), 2007,174p. Actionsonstructures- Part1-4:general
NormeNFP94-113- Sols:reconnaissance LCPC/SETRA- Réalisationdesremblaiset actions-Windactions), 2005,124p.
etessais- Essaidepénétrationstatique. descouchesdeforme. Guidetechnique. Norme CEI 61400-2- Aérogénérateurs-
Soil: Investigationandtesting- Cone FasciculeI Principesgénéraux(2eéd.), Partie 2 : exigences en matière de
penetrationtest, 1996,16p. Réf. D9233-1, LCPC, ISBN2110857072, conceptiondespetitsaérogénérateurs.
Norme NFP11-300- Classificationdes 2000,98p. (Windturbines- Part 2: Designrequi­
matériauxutilisablesdanslaconstruc­ LCPC/SETRA2000. Réalisationdesrem­ rementsfor small windturbines), 2006,
tion des remblais et des couches de blais et des couches deforme. Guide 188p.
formed'infrastructuresroutières, 1992, technique. FasciculeII. Annexestech­ NFEN60034-14- Machines électriques
21p. niques (2eéd.), Réf. D9233-2, LCPC, tournantes - Partie 14 : vibrations
NormeNFP94-074- Sols:reconnaissance ISBN2110857080,102p. mécaniquesdecertainesmachinesde
etessais- Essai àl'appareil triaxial de DocumentTechniqueUnifiéDTU13.11- hauteur d'axe supérieure ouégale à
révolution, 1994. Fondationssuperficielles (norme DTU 56mm- Mesurage, évaluationetlimites
Norme NFP94-110-1- Sols : reconnais­ P11-211). Contract bill for superficial del'intensitévibratoire. (Rotatingelec­
sanceetessais- Essai pressiométrique foundations, contract bill ofthespecial trical machines- Part 14: Mechanical
Ménard. Partie1:essai sanscycle. (Soil: clauses, 1988, 14p. +Modificatif 1de vibrationof certainmachineswithshaft
Investigation and testing - Ménard 1997.
pressuremetertest- Part1:Testwithout DocumentTechniqueUnifiéDTU13.12- heights56mmandhigher- Measure­
unload-reloadcycle), 2000,45p. Règles pour le calcul desfondations ment, evaluationandlimitsofvibration
XPP94-110-2- Sols : reconnaissance et superficielles (norme DTUP11-711). severity), 2004,17p.
essais- Essai pressiométriqueMénard Rulesforthecalculationof superficial NFEN60034-14/A1- Machines électri­
- Partie2:essai aveccycle. (Soil: Inves­ foundations, 1988,18p. questournantes- Partie14:vibrations
tigationandtesting- Ménardpressu- NormeP11-212- DTU13.2- Travauxde mécaniquesdecertainesmachinesde
remetertest- Part2:Testwithunload- bâtiment- Travauxdefondationspro­ hauteur d'axe supérieure ouégale à
Reloadcycle) 1999,8p. fondes pour le bâtiment - Partie 2: 56mm- Mesurage, évaluationetlimites
NFP94-157-1- Sols :reconnaissance et Cahierdesclausesspéciales(Référence del'intensitévibratoire. (Rotatingelec­
essais - Mesures piézométriques - commerciale des normes Pll-212 et trical machines- Part 14: Mechanical
Partie1:tubeouvert. (Soils: Investiga­ NFP11-212-2), 1994,86p. vibrationof certainmachineswithshaft
tionandtesting. Insitupore pressure NormeNFP94-500- Missionsd'ingénierie heights56mmandhigher- Measure­
measurement. Part1:Piezometrictube), géotechnique- Classificationetspécifi­ ment, evaluationandlimitsofvibration
1996,12p. cations, Geotechnical engineeringmis­ severity), 2007,5p.
NFP94-157-2- Sols : reconnaissance et sions- Classificationandspecifications,
essais - Mesures piézométriques - 2006,38p. Autresréférences normatives
Partie2:sondedemesuredepression MELT (Ministère de l'Équipement, du NFX02-006- Normesfondamentales. Le
interstitielle. (Soils: Investigationand Logement et desTransports) - Cahier systèmeinternational d'unités. Descrip­
testing. Insituporepressuremeasure­ desclausestechniquesgénéralesappli­ tionetrèglesd'emploi- Choixdemulti­
ment. Part2:Porepressuremeter) 1996, cablesauxmarchésdetravaux, Fasci­ plesetdesous-multiples. (Fundamental
16p. culen°62,titreV« Règlestechniquesde standards. The international systems
NFENISO22475-1- Reconnaissance et calcul et deconceptiondesfondations of units. Descriptionandrulesfor use.
essais géotechniques - Méthodes de desouvragesdegéniecivil».Textesoffi­ Choiceof multiplesandsub-multiples),
prélèvement et mesuragespiézométri­ ciels, n° 93-3, 1993, 182p. Cet ouvrage 1994,28p.
ques- Partie1:principestechniquesdes aégalement été édité par Eyrolles en ISO2394: 1998- Principes générauxde
travaux. (Geotechnical investigationand 1999. lafiabilité desconstructions. (General
testing- Samplingmethodsandground- Norme NFP03-100- Critères généraux principlesonreliabilityfor structures),
watermeasurements- Part1:Technical pourlacontributionducontrôletechni­ 1998,79p.
principlesforexecution), 2007,135p. queàlapréventiondesaléastechniques ISO14688-1et14688-2.
XP P94-202- Sols : reconnaissance et dans le domaine de la construction. ISO14689-1et14689-2.
essais - Prélèvement des sols et des General criteria for the contributio-
roches- Méthodologie et procédures. nof the technical inspectiontowards
Soil: investigationandtesting. Soil sam­ thepreventionof technical risksinthe Articles
pling. (Methodologyandprocedures), constructionfield, 1995,20p. Berthelot P., LamadonTh. - Vérification
1995,44p. DurandF.- CFMS, oct. 2009. desfondationsd'éoliennes. Document
NFENISO22476-3- Reconnaissanceet BureauVeritasPowerPoint. Stage CC

49
essaisgéotechniques- Essaisenplace- Éoliennes 100F,28nov. 2007,50p.
Partie3:essai depénétrationaucarot- DIBT- RichtliniefürWindenergieanlagen. Berthelot R, LamadonTh. - Eoliennes.
tier. (Geotechnical investigation and DeutchesInstitutfürBautecknik, Berlin. Reconnaissancegéotechniqueet prin­
testing- Fieldtesting- Part3:Standard Directiveallemandesurledimensionne­ cipesdefondations. DocumentBureau
penetrationtest), 2005,18p. mentdeséoliennes, 2004,45p. Veritas, nov. 2007,16p.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012
BerthelotP.,FrossardA., GlandyM.- Rigid taire, LivreIer:Dispositionsgénérales. Loi n° 2003-699du30juillet 2003relative
inclusions: Calculationparametersand TitreIer: Constructiondesbâtiments. àlapréventiondesrisquestechnologi­
receptioncriteriafor the distribution ChapitreIer:Règlesgénérales. Section7: queset naturelset àlaréparationdes
layer.ISSMGE, Mexico, 2006. Contrôle technique. Sous-section2: dommages.
Berthelot P., Durand F., Frossard A., Contrôletechniqueobligatoire. Modi­ Décret n°2004-554du9juin2004relatif à
GlandyM. - Dallages et modules de fiéparDécret n° 2007-1327du11sep­ lapréventiondurisqued'effondrement
déformationdescouchesdesol ; appli­ tembre2007- art. 2JORF12septembre de cavités souterraines et de marniè-
cationauxrenforcements de solspar 2007envigueurle1eroctobre2008. reset modifiant ledécret n° 90-918du
inclusionsetanalyseducomportement ArticlesR11-27à37et111-39à42duCode 11octobre 1990relatif àl'exercice du
dumatelasderépartition. 14eCongrès delaConstructionetdel'Habitation. droit àl'information sur les risques
européen, Madrid, 2007. Décret n° 2007-1727du7décembre2007 majeurs.
Berthelot P., Durand R, Glandy M. - relatif àl'extensionducontrôletechni­ ArticleL. 241-1et2- Codedesassurances
Méthode analytiqueducomportement que obligatoire àcertaines construc­ surl'assurancederesponsabilitéobliga­
d'unmatelasderépartitionau-dessus tionsexposéesàunrisquesismiqueet toiredestravauxdebâtiment.
d'inclusions rigides et supportant ou modifiant lecodedelaconstructionet ArticleL. 242-1et2- Codedesassurances
nonunestructureenbéton. 15eCongrès del'habitation. surl'assurance de dommages obliga­
européen, Athènes, 2011 Loi n° 78-12du4janvier 1978relative à toiredestravauxdebâtiment.
BustamanteM., GrauPh., LeKoubyA. - laresponsabilité et àl'assurancedans ArticleL. 243-1à8- Codedesassurances
Casdes éoliennes. Document power- ledomainedelaconstruction(loi Spi- surl'assuranceobligatoiredestravaux
point présenté àlajournée CFMSdu netta). debâtiment.
7/4/06« sollicitationscycliqueetfatigue Loi n°2008-735du28juillet2008. Codedel'environnement-Partielégislative-
desmatériaux», 2006,46p. Décret n° 78-1146du7décembre 1978- LivreV:Préventiondespollutions, des
FaberT.-OffshoreWindEnergyinEurope- Agrémentdescontrôleurstechniques. risquesetdesnuisances.TitreV:Dispo­
Actual SituationandFutureDevelop­ NFP03-100- Critères générauxpour la sitionsparticulièresàcertainsouvrages
ments. Proceedings of the Sixteenth contributionducontrôletechniqueàla ouinstallations. ChapitreIII:Éoliennes.
International OffshoreandPolarEngi­ préventiondes aléastechniques dans
neeringConference, Lisbon, Portugal, ledomainedelaconstruction. General Autres documents
July1-6,2007. criteriaforthecontributionofthetechni-
FrankR.- Fondationsprofondes. Techni­ calinspectiontowardsthepréventionof PhilipponnatG.- Paramètresdynamiques
quesdel'Ingénieur. C248,1996,45p. technical risksintheconstructionfield, dusol. Fondationsetouvragesenterre.
FrankR., ZhaoS.R. - Estimationparles 1995,20p. Eyrolles, 1997,p.379-382.
paramètres pressiométriques del'en­ Loi n°83-440du2juin1983Donnantforce Baugrunddynamik- DGGT, Berlin, 2002.
foncementsouschargeaxialedespieux deloi àlalrepartie(législative) ducode Grundbau-Taschenbuch(Part1,chapter1.8,
forés dans les solsfins. Bull. Liaison delaconstructionet del'habitationet section4.2,picture38).
LaboP. et Ch. n° 119, mai-juin1982, modifiant certainesdispositionsdece Cahiersdeschargestechniquesparticu­
p. 17-24. code. Art. 2(V) (modificationdelaloi liersdesdifférentsconstructeurs.
FrossardA., Glandy M. - Justification Spinetta). CombarieuO. - Calcul d'unefondation
d'unefondationsuperficiellesurunsol mixte, semelles-pieux, souschargever­
renforcé d'inclusions. AnnalesITBTP, Séismes ticalecentrée- Noted'informationtech­
février2002. niqueLCPC, 1988.
Houlsby G.T., Kelly R.B., Huxtable J„ NormeNFP06-013- Règlesdeconstruc­ AnnalesBâtimentTravauxPublics« Soulè­
ByrneB.W.- Fieldtrialsofsuctioncais­ tionparasismique- RèglesPSapplica­ vementdefondation», oct.-nov. 1998.
sonsinclayfor offshorewindturbine blesauxbâtiments, ditesrèglesPS92. CFMS (Comité Français de Mécanique
foundations. Géotechnique 55, n° 4, Earthquakerésistantconstructionrules. desSolset degéotechnique) - Recom­
2005,p.287-296. Earthquakerésistantrulesapplicableto mandationssurlaconception, lecalcul,
SieffertJ.G.,CevaerF.-Manueldesfonctions buildings, calledPS92,1995, 218p. l'exécutionet lecontrôledescolonnes
d'impédance. Fondationssuperficielles. ballastéessousbâtimentset ouvrages
Ouest Éditions, Pressesacadémiques, Divers sensiblesautassement. Revuefrançaise
1992,174p. Article121-3duCodepénal, Partielégisla­ degéotechniquen°111,2011,16p.
Texteslégislatifs tive,TitreII:Delaresponsabilitépénale. USG- Recommandationssurlesinvestiga­
Chapitre Ier: Dispositions générales. tionsgéotechniquespourlaconstruction.
Décretn°93-1164du11octobre1993relatif Modifiéparlaloin°2000-647du10juillet LeMoniteurn°5325-16décembre2005.
àlacompositionducahierdesclauses 2000,art. 1JORF11juillet2000. XPP94-010(1996), Sols:reconnaissance
techniques générales applicables aux Article1792-1duCodecivil, LivreIII :Des et essais - Glossaire géotechnique -
marchéspublicsdetravauxet approu­ différentes manièresdont onacquiert Définitions - Notations - Symboles,
vantoumodifiantdiversfascicules. lapropriété. TitreVIII :Ducontrat de décembre,AFNOR.
Loi n° 2005-781du13juillet 2005depro­ louage,ChapitreIII:Dulouaged'ouvrage NFX02-006-Normesfondamentales.Lesys­
gramme fixant les orientations de la et d'industrie. Section3:Desdeviset tèmeinternational d'unités. Description
politiqueénergétique. desmarchés. etrèglesd'emploi - Choixdemultiples
Décret 91-1147relatif auxDemandesde Article 2270duCode civil (ausujet dela etdesous-multiples, 1994.
Renseignements (DR) concernant les garantiedécennale). AFNOR - Présentation des rapports.
réseauxexistantsetlalistedesconces­ Décretn”95-20du9janvier1995prispour Recommandation aux auteurs, 1991,
sionnaires. l'applicationdel'articleL. 111-11-1du 4p.
Contrôletechnique
codedelaconstructionetdel'habitation Forage (NFP94-500) :réalisationd'une
et relatif auxcaractéristiques acousti­ excavationlinéaireavecunoutil et un
ArticleL. 111-23duCodedelaconstruc­ quesdecertainsbâtimentsautresque procédéspécifiquesauxtechniquesde
tionet de l'habitation, Partie législa­ d'habitationetdeleurséquipements. percement.
tive, Livre Ier:Dispositionsgénérales. Décretn°2007-1327du11septembre2007 Sondage(NFP94-500) :explorationlocale
TitreIer: Constructiondesbâtiments. relatifàlasécuritéetàl'accessibilitédes et méthodique d'unterrain àpartir
ChapitreIer:Règlesgénérales.Section7: établissementsrecevantdupublicetdes d'uneexcavation, d'untroudeforage,
Contrôletechnique. Modifiéparordon­ immeublesdegrandehauteur,modifiant de lapénétrationd'une sonde oude
nancen°2005-658du8juin2005- art. 4 lecodedelaconstructionet del'habi­ l'utilisationde techniques physiques
JORF9juin2005. tationet portant diverses dispositions nonoupeudestructives, pourendéter­
ArticleL.111-24à26duCodedelaconstruc­ relativesaucodedel'urbanisme. minerlanature, lastructureoueffectuer
tionetdel'habitation. Loi n°85-704du12juillet1985relativeàla des mesures de propriétés physiques

50
ArticleR111-38duCodedelaconstruc­ maîtrised'ouvragepubliqueetàsesrap­ ouchimiques, mécaniquesouhydrau­
tionetdel'habitation, Partieréglemen­ portsaveclamaîtrised'œuvreprivée. liques.

REVUEFRANÇAISEDEGÉOTECHNIQUE
Nos138-139
1eret2etrimestres2012