Vous êtes sur la page 1sur 11

Dr: A.

Kansab Module: ELT1 2018/2019

Chapitre II : Rappel sur les LOIS fondamentales de l’électricité


II. 1. Introduction

Dans un régime permanent continu, les grandeurs électriques (courants et tensions) d’un circuit
sont indépendantes du temps. Dans ce régime particulier, les inductances (voir plus loin) représentent
des interrupteurs fermés et les condensateurs (voir plus loin) des interrupteurs ouverts.
En continu les résistances sont donc les seuls récepteurs linéaires. En effet, les seules lois à faire
intervenir pour l'analyse de tels circuits sont donc les lois de Kirchhoff et la loi d'Ohm. L'étude d'un
circuit en régime continu intervient dans de plusieurs utilisations pratiques, notamment dans les
dispositifs électroniques et de mesure, [1].
Un circuit électrique est en régime permanent sinusoïdal lorsque les excitations extérieures
(courants ou tensions) sont des fonctions sinusoïdales et n'engendrant dans le circuit que des courants
et des tensions de même forme. Nous rappelons que la fonction sinusoïdale joue un rôle de première
importance en électricité. Cette prédominance est liée par fait que La tension induite obtenue par les
centrales électriques est alors sinusoïdale (conversion de l’énergie mécanique en électrique).
Enfin, les régimes transitoires sont les évolutions particulières des grandeurs électriques qui
apparaissent lors des modifications brutales des caractéristiques d’un circuit électrique. En général,
ils ne se produisent pas de façon répétée.
II.2 GENERALITES SUR LES CIRCUITS ELECTRIQUES

 Un circuit électrique est constitué d’un ou plusieurs générateurs alimentant des appareils
récepteurs par l’intermédiaire de conducteurs (Figure II.1).

 Un dipôle électrique est une portion de circuit limitée par deux points.

 Un dipôle est passif lorsqu’il n’existe pas de tension électrique aux bornes du dipôle lorsqu’il
n’est pas relié à d’autres appareils ; il est dit actif dans le cas contraire
.
 Un nœud est le point de connexion de trois dipôles au moins.

 Une branche est constituée d’un ou plusieurs dipôles en série ; elle est limitée, à chaque
extrémité, par un nœud.
 Un générateur transforme une forme d’énergie en énergie électrique fournie au reste du circuit

 Un récepteur transforme l’énergie électrique reçue en d’autres formes d’énergie.

 Les conducteurs laissent passer le courant électrique.

 Les isolants offrent une très grande résistance au passage du courant électrique

1
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

Figure II.1 : Schéma général d’un circuit électrique


 B,E,D et C : sont des Nœuds
 ABEDFA, ABCDFA, ABCEDFA, ABECDFA, BCEB, BCDB et ECDE (Mailles du circuit)
 DFAB, EB, EC, BC,DC, ED (Branches)

II.2.1 Régime continu


II.2.1.1 Dipôle résistif
a. résistance
Un dipôle résistif est un dipôle passif. L'énergie qu'il absorbe est entièrement consommée par effet
Joule, donc dissipée sous forme de chaleur, [2].
Un dipôle résistif est représenté par la figue II.2.

Figure II.2 : Représentation d’un dipôle électrique

La résistance d’un fil conducteur dépend de la nature du conducteur et de ses dimensions, elle se
calcule à partir de la relation :

Figure II.3 : Conducteur rectiligne

2
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

II.2.2 COURANT ET TENSION ELECTRIQUE


II.2.2.1 COURANT ELECTRIQUE
Le courant électrique est le mouvement des électrons dans un métal (Figure 2.4)

Figure II.4 : Définition du courant électrique dans un métal

a) Intensité du courant électrique


L’intensité du courant électrique est égale à la quantité des charges Q transportées par unité de temps
dans un conducteur :

= 2.1

I : intensité du courant en Ampère (A) ;


Q : Chargé électrique en Coulomb (C) ;
t : Temps en seconde (s)

b) Mesure de courant
L’intensité du courant se mesure à l’aide d’un ampèremètre, appareil qui se place en série avec le
circuit.

- Sens conventionnel du courant


Le sens conventionnel du courant, dans un dipôle AB, est donné par la flèche IAB (Figure 2.5)

Figure II.5 : Sens conventionnel du courant

Remarque
 IAB 0 est positif le courant circule dans le dipôle AB de A vers B ;

3
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

 IAB 0 est négatif le courant circule dans le dipôle AB de B vers A ;

II.2.2.2 Différence de potentiel


Par définition la tension entre A et B noté UAB aux bornes d’un dipôle AB est égale à la différence de
potentiel entre le potentiel du point A et le potentiel du point B (Figure 2.4).
UAB = (VA - VB ) ou VA et VB sont les potentiels électrique de A et de B
UBA = (VB – VA) = - (VA – VB) = - UAB

a) Mesure de tension
Une tension est mesurée par un voltmètre, appareil qui se place en dérivation par rapport au dipôle
aux bornes duquel on veut mesurer la tension (Figure 2.6.a).

b) Sens conventionnel de la tension


Le sens conventionnel de la tension, dans un dipôle AB, est donné la flèche UAB (Figure 2.6.b)

Figure II.6 : Sens conventionnel de la tension


 La tension entre A et B est notée par UAB. Son sens est de B vers A (UAB 0, UAB0 0 ou =0)

c) Additivité des tensions


A, B, C et D étant des points quelconques d’un circuit électrique pris dans n’importe quel ordre
(Figure 2.7):

VA – VB = (VA – VC ) + (VC – VD ) + (VD – VB)

Soit : UAB = UAC + UCD + UDB

Figure II.7 Additivité des tensions

4
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

II.3 LOIS DANS LES CIRCUITS ELECTRIQUES


II.3.1 LOIS DE KIRCHOFF
II.3.1.1 Loi des nœuds
La somme algébrique des courants qui arrivent dans un nœud est égale à la somme algébrique des
courants qui partent (Figure II.8)

Figure II.8 : Loi des Nœuds

II.3.2.2 Loi des Mailles


Lorsqu’on parcourt complètement une maille, la somme algébrique des tensions aux bornes des
dipôles composant cette maille est nulle (Figure II.9).

Figure II.9 Loi des Mailles


- Lois des mailles dans un Circuit contenant une tension continue
Soit le circuit représenté par la figure II.10 ou la tension E est une tension continue, R1 et R2 sont des
résistances.

Figure II.10 : Circuit contenant une tension continue

II.4 Lois d’ohm


Définition : Un dipôle AB (Figure II.11) traversé par un courant I, il est soumis à une tension UAB
telle que :
5
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

UAB = R.I II.2

Soit : R= II.3

U en volt (V), I en Ampère (A) et R en ohm ()

Figure II.11 : Dipôle traversé par un courant


Remarque
 Si UAB et I sont fléchés en sens inverses : UAB = R I

 Si UAB et I sont fléchés dans le même sens : UAB = - R I

 G= G est l’inverse de la résistance du conducteur ohmique : c’est sa conductance


G en siemens (S)

 La loi d’Ohm s’écrira U=RI ou I = GU, I et U étant fléchés en sens inverse.

II.4.1 Résistance d’un fil métallique cylindrique


La résistance d’un fil, de longueur L, de section S, est donnée par la relation :

R= II.4

est une constante dont la valeur dépend de la nature du métal, c’est la résistivité.

R en ohm () , L en mètre (m), S en (m² ),  en ohm-mètre (.m)

II.4.2 Puissance dissipée par effet Joule.

Définition : La puissance aux bornes d’un dipôle AB (Figure II.11) traversé par un courant I a pour
expression :
P=U.I II.5
- P en Watt (W ), U en (V ) et I en ( A)
Pour le dipôle AB (Figure II.9) , nous avons :

P = UAB.I = R.I.I = R.I2 II.6


Soit :

P = UAB.I = UAB =

6
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

II.4.3 ASSOCIATION DES RESISTANCES OHMIQUES EN SERIE


a) Résistance équivalente
Soit le circuit représenté par la figure II.12 contenant trois résistances R1, R2 et R3 en séries

Figure II.12 : Résistances en série

UAB = R1.I +R2.I + R3.I = (R1 +R2 + R3).I , nous avons : UAB = Req .I
Alors la résistance équivalente des trois résistances est :

Req = (R1 +R2 + R3)


Pour n résistances en série on a :

Req = R1 +R2 + R3 + ……………..Rn = ∑

II.4.4 ASSOCIATION DES RESISTANCES OHMIQUES EN DERIVATION

Soit le circuit représenté par la figure II.13 contenant trois résistances R1, R2 et R3 en dérivation

Figure II.13 : Résistances en dérivation

Les trois résistances sont soumises à la même tension, on peut écrire donc :

UAB =.I1 = R2.I2 = R3. I3 et UAB = Req .I

I1 = , I2 = et I3 =

Avec: I = I1 + I2 + I3 = UAB ( + + )=

Alors la résistance équivalente des trois résistances est :

=( + + )

7
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

Pour n résistances en dérivation on a :

=( + + …………… + )=∑ ( )

II.5 THEOREMES EN ELECTROTECHNIQUE


II.5.1 LOI DE POUILLET
Soit un circuit ne comportant que des éléments en série : deux générateurs, un moteur et une
résistance. Le générateur 1 impose le sens du courant. Le générateur 2, monté en opposition, se
comporte comme un récepteur (Figure II.14).

Figure II.14 : circuit comportant des éléments en série

L’application de la loi des mailles permet d’écrire :

E1 – r1.I + E2 – r2.I +E’ – r’.I – R.I =0


D’ou :
I=

Enoncé de la loi de Pouillet


Dans un circuit en série, l’intensité du courant est égale au quotient de la somme des forces
électromotrices et des forces contre électromotrices par la somme totale des résistances du circuit.

I=∑
II.5.4 THEOREME DE KENNELY
Il permet de passer d’un réseau de trois résistances montées en étoile à un réseau de trois résistances
montées en triangle et vice versa
II.5.4.1 Transformation triangle – étoile
En étoile la résistance équivalente, entre A et B, est R1 +R2 ; c’est la résistance qu’indiquerait un
ohmmètre placé entre A et B, le réseau de résistances n’étant pas connecté à une source.
En triangle, un ohmmètre placé entre A et B indiquerait r3 en parallèle avec l’association en série de
r1et de r2

8
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

A partir des deux montages on peut déduire :


( )
RAbt = RAbe  = R1 + R2 = ------------------------------- 1

( )
RBCt = RBCe  = R2 + R3 = ------------------------------ 2

( + )
RACt = RAce  = R1 + R3 = ------------------------------- 3
+ +

Du 1, 2 et 3 On trouve R1, R2 et R3 = f (r1 , r2 , r3) , on a donc :


( + ) ( ) ( )
(3) – (2) + (1)  2 R1 = + +
- + =

Donc : R1 =

(2) – (3) + (1)  2 R2 =  R2 =

(3) - (1) + (2) = 2 R3 =  R3 =

9
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

II.5.4.2 Transformation étoile – triangle

D’après la figure ci-dessus on a :


. .
VBCe = VBCt  R3 + (R1// R2) = r1// r2  R3 + = 
= --------------------------------- 1

De même pour les autres tensions

VABe = VAbt  = ---------------------- 2

VACe = VACt  = ----------------------- 3

On inverse les équations 1,2 et 3 on aura :

= ----------------------------1’

= ----------------------------- 2’

= -------------------------------- 3’

(1’) – (2’) + (3’)  r2 =

De la même manière on trouve

r 1=

r 3=

10
Dr: A. Kansab Module: ELT1 2018/2019

TD N2 (LOIS DE KIRCHHOFF)
Exercice 1
Etablir un système d’équation permettant de déterminer les expressions de I1, I et I2 en fonction des
données par application de la loi de Kirchhoff

Exercice2
Soit le circuit suivant:

E1 = 200 V, E2 =100V, R1 = 5  , R2 = 10  et R3 = 20

En appliquant les lois de Kirchhoff, calculer I1, I2 et I3

Exercice3
Par application du théorème de Kennely, déterminer la valeur de la résistance équivalente RAB

On donne : R1 =2, R2 =3, R3 =5, R4 =1, R5 =5 et R6 =6,

11